L économie sociale. et solidaire en Bourgogne. Alimentation, transports, vacances, vêtements, consommer autrement, c est possible!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L économie sociale. et solidaire en Bourgogne. Alimentation, transports, vacances, vêtements, consommer autrement, c est possible!"

Transcription

1 Alternatives Economiques pratique n 24bis octobre 2006 Fondateur, conseiller de la rédaction : Denis Clerc Rédaction: 28, rue du Sentier, Paris Tél.: Courriel : Abonnement : 5 numéros, 32 institutions : 39,50 Directeur de la rédaction : Philippe Frémeaux Rédacteur en chef : Guillaume Duval Secrétaire général de la rédaction : Daniel Salles Responsable des Alternatives Economiques Pratique : Naïri Nahapétian Rédaction en chef de ce numéro : Pascal Canfin Rédaction : Pascal Canfin, Christelle Fleury, Laure Meunier. Secrétariat de rédaction : Antoine-Joseph Martin Maquette : Studio Préférences (Dijon) Relations extérieures : Véronique Orlandi Directrice commerciale : Hélène Reithler Publicité, directeur de clientèle : Jérémy Martinet Chef de publicité : Nicolas Chabret Service abonnements : 12, rue du Cap-Vert, Quétigny Tél. : Fax : Courriel : Diffusion : en kiosque : Transports presse en librairie : Dif pop, 21 ter, rue Voltaire, Paris, tél. : , fax : Inspection des ventes : Sordiap, n vert : Photo de couverture : Alain Doire (C.R.T. Bourgogne) Photogravure-impression : ICO (Dijon) CPPAP 0309 I ISSN Dépôt légal à parution Edité par la Scop-SA Alternatives Economiques Directeur de la publication : Philippe Frémeaux Alternatives Economiques. Toute reproduction, même partielle, des textes, infographies et documents parus dans le présent numéro est soumise à l autorisation préalable de l éditeur. Toute copie destinée à un usage collectif doit avoir l accord du Centre français du droit de copie (CFC) : 20, rue des Grands-Augustins, Paris, tél. : , fax : Ce numéro a été réalisé avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne et en partenariat avec la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire de Bourgogne (Cress). Ce numéro ne peut être vendu. L économie sociale et solidaire en Bourgogne Alimentation, transports, vacances, vêtements, consommer autrement, c est possible! Où et comment s engager comme bénévole Les conseils pour entreprendre autrement

2 L économie sociale et solidaire en Bourgogne Sommaire Editorial 5 Donner un autre sens à l économie 5 Une autre économie en Bourgogne 6 «Un outil de développement pour la Bourgogne» 7 François Patriat, président du conseil régional de Bourgogne, et Philippe Hervieu, vice-président en charge de l économie sociale et solidaire. Consommer citoyen 10 Le commerce équitable 12 L agriculture biologique 14 Les écoproduits 19 «Respecter l environnement ne coûte pas plus cher» 21 Didier Chateau, délégué régional de l Agence de l environnement et de la maîtrise de l énergie (Ademe). Agir depuis chez soi pour protéger la planète 23 Voyager autrement 25 Les services financiers 26 Les mutuelles 31 Les services à la personne 35 Quand les collectivités locales achètent autrement 40 S engager comme bénévole 42 «Le bénévolat touche tout le monde» 43 Lionel Prouteau, chercheur au Laboratoire d économie de Nantes. Le bénévolat dans les associations 45 Le sport 45 La culture 45 La culture à vocation sociale 47 La défense de l environnement 48 L action sociale et médico-sociale 49 L accompagnement des personnes en difficulté 50 Les associations caritatives 52 La solidarité internationale 52 L éducation populaire 53 S engager autrement Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre 2006

3 Entreprendre autrement 62 «Nos entreprises considèrent que la personne passe avant le profit» 64 Jean-Louis Cabrespines, président de la chambre régionale de l économie sociale et solidaire (Cress). Bien choisir son statut 66 Les associations 66 Les sociétés coopératives ouvrières de production (Scop) 71 Les sociétés coopératives d intérêt collectif (SCIC) 75 L insertion par l activité économique (IAE) 76 Faire financer son projet 81 Le capital-risque solidaire 81 Les banques 83 Les fondations 85 Se faire accompagner 88 Lexique et bibliographie 92 Index 95 Vous cherchez des solutions pour : Vous déplacer 24, 25-26, Prendre soin de votre santé Vous loger 33 Travailler 6, 49, 56, 70, Protéger l environnement 14-17, 19-25, 48 Créer du lien social 45-47, 50, 53-57, 59-60, Aider les personnes en difficulté 47, 51-52, Petits budgets 14, 25, 39, 89 Gérer votre argent : les particuliers les entreprises et associations 68-69, Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre

4

5 Editorial Donner un autre sens à l économie par Pascal Canfin, journaliste à Alternatives Economiques L économie sociale et solidaire, qui regroupe les entreprises dont la finalité n est pas d abord financière (coopératives, mutuelles ) et les associations, représente un emploi sur dix dans la région Bourgogne. L offre de biens et de services qu elle propose produits alimentaires, contrats d assurances, services de garde pour un parent âgé ne cesse de s élargir. Pourtant, elle reste méconnue, et lorsque l on parle d «économie», ce n est pas à elle que l on pense spontanément. C est pourquoi Alternatives Economiques a réalisé ce guide régional de l économie sociale et solidaire en Bourgogne, en partenariat avec le conseil régional et la chambre régionale de l économie sociale et solidaire (Cress). Dans le premier chapitre, vous trouverez toutes les informations pour mieux connaître les biens et les services produits par les entreprises et les associations qui composent l économie sociale et solidaire. Commerce équitable, agriculture biologique, finances solidaires, tourisme vert, services aux personnes la palette est plus étendue qu on ne le croit. Parce qu elle est «sociale et solidaire», cette économie ne peut se résumer aux biens qu elle vend. Les centres d optique mutualistes sont ouverts à tous, sans distinction de revenu. Les centres d hébergement d urgence ou les associations d éducation populaire produisent du lien social. C est la raison pour laquelle les pouvoirs publics soutiennent leur développement. Si vous souhaitez vous aussi apporter votre pierre à l édifice, vous pouvez vous engager. Le deuxième chapitre de ce guide vous donne les clés pour vous repérer dans les différentes formes possibles d engagement et présente les principaux réseaux. Enfin, si l économie sociale et solidaire vous attire, pourquoi ne pas y travailler ou monter, avec d autres, votre entreprise ou votre association? Il se crée de plus en plus d entreprises sociales qui cherchent à articuler la performance économique et la plus-value sociale et/ou environnementale. Le troisième chapitre de ce guide vous aidera à choisir le statut le mieux adapté pour mener à bien vos projets, et vous donnera des pistes de financement ainsi que des adresses utiles pour obtenir tous les conseils nécessaires à la réussite de votre entreprise. Consommateur, bénévole ou créateur d entreprise, ce guide a vocation à vous accompagner dans votre recherche d une économie ancrée dans son territoire régional, tenant compte des enjeux sociaux et environnementaux et s intégrant dans une logique de développement durable. Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre

6 L économie sociale et solidaire en Bourgogne Une autre économie en Bourgogne L économie sociale et solidaire regroupe des entreprises et des associations dont le but premier n est pas la recherche du profit. Elles représentent un emploi sur dix en Bourgogne. Depuis 2004, le conseil régional en a fait un axe de sa politique de développement économique. Economie sociale, économie solidaire. De quoi parle-t-on? L économie sociale est née au XIX e siècle de la volonté de guider la production des biens et des services à partir des besoins de tous, et non de l intérêt de quelques-uns. Il s agissait également d appliquer aux activités économiques les principes démocratiques qui régissent le système politique, comme le principe «une personne = une voix» (voir page 63). Face aux L économie sociale et solidaire en Bourgogne : un emploi sur dix En Bourgogne, une entreprise sur huit, soit établissements, fait partie de l économie sociale et solidaire. Un chiffre qui place la région dans la moyenne française. On dénombre associations, coopératives, 300 mutuelles et 400 structures d insertion qui emploient au total plus de personnes, soit un emploi sur dix. Les associations se trouvent majoritairement dans les secteurs du sport, de la culture, du social et de l éducation. 80 % des coopératives sont des coopératives agricoles. Quant aux mutuelles, elles se situent pour les deux tiers d entre elles dans le champ de la santé et pour un tiers dans celui de l assurance. La Côte-d Or et la Saône-et-Loire sont les deux départements qui comptent le plus d entreprises d économie sociale et solidaire. Mais rapporté au nombre d habitants, c est la Nièvre qui arrive en tête, devant l Yonne. Ces quelques chiffres sont issus d une étude réalisée en octobre 2004 par l Insee Bourgogne en partenariat avec la chambre régionale de l économie sociale et solidaire (Cress) de Bourgogne. Cette étude peut être téléchargée gratuitement sur Internet à l adresse bourgogne/rfc/analyse.asp?theme=8, puis en cliquant sur «Les établissements de l économie sociale et solidaire». Elle est également disponible gratuitement auprès de la Cress. Par ailleurs, une étude fine est en cours de réalisation sur quatre territoires (le pays de Plaine de Saône-Vingeanne, le pays Tonnerrois, la communauté urbaine Le Creusot - Montceau-Les-Mines et le pays Nivernais-Morvan) pour y recenser les activités d utilité sociale. Les résultats seront disponibles auprès du centre régional de ressources et d animation (C2RA) rattaché à la Cress. : C2RA et Cress Bourgogne, 2 bis, cours Fleury, Dijon, tél. : , site : courriels : ou 6 - Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre 2006

7 Introduction dégâts engendrés par le capitalisme industriel à la fin du XIX e siècle, des réformateurs sociaux et des penseurs utopistes cherchent d autres solutions que la nationalisation des moyens de production. Ils inventent alors une façon de produire les richesses sous la forme d associations, de mutuelles et de coopératives. On désigne désormais communément par l expression «économie sociale» l ensemble de ces structures particulièrement actives dans la protection sociale complémentaire, l assurance, les banques, les services sociaux, l éducation populaire L économie solidaire apparaît dans les années 1970, dans un contexte de chômage de masse, de montée des exclusions et de recherche d un nouveau mode de développement. De nouvelles formes alternatives d activité économique voient alors le jour. C est ainsi qu apparaissent et se développent notamment le commerce équitable, l agriculture biologique, l insertion par l activité économique, les régies de quartier, les systèmes d échange locaux (SEL), les circuits courts du producteur au consommateur On parle aujourd hui d économie sociale et solidaire pour regrouper l ensemble des entreprises et des associations dont la finalité est davantage tournée vers la plus-value sociale ou environnementale que vers la recherche du gain financier. Cette utilité sociale est difficilement évaluable et n a pas de valeur monétaire, mais elle est au cœur du projet économique des organisations de l économie sociale et solidaire. Lorsqu une entreprise d insertion remet sur pied quelqu un en difficulté et lui trouve ensuite un travail, elle apporte un mieux-être à cette personne, à son entourage, et permet à la collectivité d économiser des allocations chômage! Lorsqu un agriculteur bio consomme moins d eau, diffuse moins de pesticides dans l environnement que l agriculteur traditionnel, il contribue à un meilleur environnement pour tous. Il a donc une utilité sociale, même si celle-ci ne se traduit pas, pour lui, par un revenu supplémentaire. «Un outil de développement pour la Bourgogne» Le conseil régional finance depuis 2004 à hauteur de 16 millions d euros par an les réseaux et les projets d économie sociale et solidaire. Plutôt en retrait ces dernières années, la région entend devenir un territoire d excellence en la matière. Entretien avec François Patriat et Philippe Hervieu. Pourquoi le conseil régional soutient-il le développement de l économie sociale et solidaire? Fr. Patriat : L économie sociale et solidaire (ESS) est un outil de développement pour la Bourgogne. Elle crée de la richesse, de l emploi, et défriche des champs économiques nouveaux et prometteurs, comme les services à la personne, le commerce équitable, les éco-filières Elle est également un vrai projet de transformation sociale, une alternative de long terme à Conseil régional de Bourgogne François Patriat président du conseil régional de Bourgogne. Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre

8 L économie sociale et solidaire en Bourgogne l économie libérale. En mettant de l utilité sociale et environnementale dans les projets locaux, en tentant de fonctionner le plus démocratiquement possible, elle recrée la cohésion sociale nécessaire au bon fonctionnement des sociétés. C est une économie qui inclut, tandis que l économie libérale exclut de plus en plus de citoyens. Quels sont les grands axes de la politique menée par le conseil régional en la matière? Fr. Patriat : Il en existe quatre. Le premier consiste à doter la région d outils durables de développement de l économie sociale et solidaire. Un exemple : la Bourgogne n avait pas d outils financiers dédiés à la création et au développement de ces entreprises. C est chose faite avec la création de Bourgogne active (voir pages 69 et 83), qui a démarré au milieu de l an dernier. Le deuxième axe consiste à aider les acteurs de ce secteur. Pour les réseaux, le conseil régional intervient en général par le biais de conventions pluriannuelles qui soutiennent leur professionnalisation, leur structuration et leur promotion. Ce guide fait ainsi partie de la convention signée avec la chambre régionale de l économie sociale et solidaire (voir encadré page 9). Les acteurs de terrain, quant à eux, sont soutenus via le dispositif des emplois-tremplins, exclusivement consacré aux structures de l économie sociale et solidaire. Le troisième axe de notre politique consiste à aider les initiatives issues des territoires, par exemple la coopérative d activités et d emploi Envol (voir page 89), la création d une épicerie sociale itinérante qui apporte des produits alimentaires dans des villages isolés Cette dernière activité n est pas rentable d un point de vue financier, mais elle l est pour la collectivité car elle permet à des villages de ne pas mourir. Enfin, quatrième grand axe : l insertion par l activité économique. Comme ce secteur ne fait pas partie des compétences des conseils régionaux, peu de régions mènent des politiques soutenues dans ce domaine sauf la Bourgogne, qui consacre 6 millions d euros à l aide aux publics en difficulté. Notre projet-phare en la matière est la création d un réseau bourguignon des Ecoles de la deuxième chance. La première en Bourgogne a ouvert ses portes en mars 2006 à Cosne-sur-Loire, dans la Nièvre. L objectif est que 400 jeunes du département sortis de l école sans diplôme puissent définir un projet personnel, suivre une formation en alternance avec des stages en entreprise et, à terme, retrouver un emploi. Conseil régional de Bourgogne Philippe Hervieu vice-président du conseil régional de Bourgogne en charge de l économie sociale et solidaire depuis Quel budget le conseil régional consacre-t-il à l économie sociale et solidaire? Ph. Hervieu : Dans la ligne budgétaire «développement économique», l économie sociale et solidaire ne représente que 1 million d euros sur 36 millions annuels. Mais si on raisonne sur plusieurs postes budgétaires, le montant total qui lui est consacré est supérieur à 16 millions d euros par an depuis 2004, contre 6 millions auparavant. Comment cette économie peut-elle contribuer à résoudre les problèmes de la Bourgogne? Ph. Hervieu : Les problèmes économiques de notre région sont nombreux : vieillissement de la population active et des dirigeants de PME, départ des jeunes diplômés, métiers de services peu développés, délocalisations 8 - Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre 2006

9 Introduction Soyons clairs, l économie sociale et solidaire ne pourra pas réparer dans l urgence les dégâts sociaux produits par l économie libérale. En revanche, elle peut être efficace dans toute une série de secteurs prometteurs en termes d emploi. Par exemple, la Bourgogne dispose d une grosse ressource en bois. Compte tenu de la crise énergétique et de l augmentation inéluctable du prix du pétrole, nous pourrions mieux la valoriser dans le cadre d entreprises de l économie sociale et solidaire. Autre exemple : le statut coopératif offre une solution au dirigeant d une petite entreprise qui veut vendre son affaire parce qu il part à la retraite mais ne trouve pas de repreneur. Les salariés peuvent racheter l entreprise en la transformant en coopérative. Le conseil régional travaille d ailleurs sur ce sujet de la reprise en société coopérative ouvrière de production (Scop) avec l Union régionale des Scop (voir pages 56 et 71-74). On pourrait imaginer un dispositif finançant une partie de la formation des salariés (à la gestion, au commercial ) et apportant une garantie financière au moment de la transaction. Le conseil régional de Bourgogne est-il un pionnier dans son soutien à cette autre façon de faire de l économie? Ph. Hervieu : Au regard de régions comme le Nord-Pas-de-Calais ou les Pays-de-la-Loire, nous sommes en retard, tant au niveau de l organisation des acteurs de terrain que des politiques publiques. Mais si nous menons à bien l ensemble des politiques fixées dans le cadre du plan régional de développement de l ESS, non seulement nous rattraperons notre retard, mais la Bourgogne pourrait bien aussi devenir un territoire d excellence de l économie sociale et solidaire. C est mon objectif. Propos recueillis par P. C. La chambre régionale de l économie sociale et solidaire de Bourgogne La chambre régionale de l économie sociale et solidaire (Cress) de Bourgogne est la structure de représentation de l économie sociale et solidaire dans la région. Elle compte aujourd hui 250 organisations (coopératives, mutuelles ou associations), qui interviennent dans la santé, le social, l éducation, la banque, l assurance Sa première mission est de promouvoir cette autre façon d entreprendre à travers l organisation de manifestations (comme le Forum des initiatives locales à Dijon), la participation à des réunions publiques (comme le Salon des entrepreneurs à Paris), la réalisation d une lettre d information trimestrielle, des interventions dans des formations, dans les médias La Cress a également pour mission de contribuer au développement local de la Bourgogne. Elle est le partenaire privilégié des pouvoirs publics sur les questions liées au secteur de l économie sociale et solidaire, dont elle assure la représentation institutionnelle. Elle est notamment consultée sur le plan régional de développement des formations, le schéma régional de développement économique, ou encore sur l attribution des fonds européens. La Cress est la porte d entrée naturelle pour obtenir toutes les informations sur les réseaux de l économie sociale et solidaire en région. Des comités territoriaux seront mis en place à la fin de l année 2006 dans chacun des quatre départements bourguignons. : Cress Bourgogne : 2 bis, cours Fleury, Dijon, tél.: , site: courriel : Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre

10 L économie sociale et solidaire en Bourgogne CHAPITRE I Consommer citoyen Commerce équitable, agriculture biologique, finances solidaires, centres mutualistes, toutes les alternatives de consommation proposées par l économie sociale et solidaire au service d un développement durable Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre 2006

11 Consommer citoyen Consommer autrement, c est acheter des biens ou des services qui ont une qualité environnementale ou sociale supérieure à celle de leurs concurrents. La qualité environnementale peut être liée au produit lui-même (du pain bio, une table en bois issu d une forêt gérée dans le respect de la biodiversité ) ou à l entreprise qui le fabrique (certification du processus de production et non du bien lui-même). Les labels présentés dans ce chapitre apportent au consommateur les informations sur le produit lui-même. En revanche, les informations sur les pratiques environnementales des entreprises sont nombreuses mais ne figurent pas sur les étiquettes. Les obtenir demande une recherche souvent complexe pour le consommateur individuel. Vous pouvez les retrouver dans le guide La Responsabilité sociale des entreprises, publié en 2005 par Alternatives Economiques. Les informations concernant la qualité sociale sont encore plus difficiles à trouver. Pour les produits fabriqués en France et dans les pays riches, la qualité sociale est normalement garantie par le droit social, qu il appartient à l Etat de faire respecter. Mais dans les pays du Sud, le droit social est minimal, voire inexistant. Des démarches de labellisation peuvent alors garantir le respect de principes sociaux fondamentaux. Aujourd hui, seule la filière du commerce équitable dispose de labels garantissant que les biens ont été produits dans des conditions sociales beaucoup plus favorables aux producteurs que celles du marché. Mais cela ne concerne que quelques produits. Aucun label ne permet de dire que tel téléphone portable, telle voiture ou tel jouet est plus «social» qu un autre. C est pourquoi le statut de l entreprise qui produit est un élément important. Les entreprises de l économie sociale et solidaire offrent de nombreux biens et services aux consommateurs depuis les contrats d assurance jusqu aux crédits bancaires, en passant par l accès aux soins. Certains de ces services sont identiques à ceux que proposent les entreprises de l économie classique, d autres sont fournis spécifiquement par l économie sociale et solidaire, pour des personnes à faibles ressources, ou dans une logique de solidarité Nord-Sud, ou, au contraire, de services de proximité. P. C. Labels, marques : de quoi parle-t-on? Au sens strict, un label est un signe de reconnaissance, propriété des pouvoirs publics, attribué par un certificateur après vérification du respect d un cahier des charges public (label AB pour l agriculture biologique, par exemple). En général, il sert à garantir la qualité d un produit et, dans le domaine qui nous intéresse, des critères sociaux ou environnementaux. Le terme de label est souvent utilisé par des structures qui sont en fait en charge de marques privées à usage collectif, comme Max Havelaar ou Nature & Progrès. Tout au long de ce chapitre, nous emploierons le mot label indifféremment dans ces deux sens. Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre

12 L économie sociale et solidaire en Bourgogne CHAPITRE I Le commerce équitable [1] Selon les enquêtes réalisées par l institut Ipsos. Le commerce équitable est né à la fin des années Il garantit au consommateur que : les producteurs sont rémunérés selon un prix juste et stable, fixé en fonction des coûts de production, et non par les marchés mondiaux ; le partenariat commercial évite la multiplication des intermédiaires commerciaux, ce qui permet de garantir ce prix juste ; les droits sociaux des producteurs sont respectés ; son achat bénéficie à des producteurs marginalisés et les aide à acquérir leur indépendance économique. La notoriété du commerce équitable n a jamais été aussi forte : 74 % des Français en ont entendu parler, contre 9 % en 2000 [1]. Et le chiffre d affaires suit, puisqu il a été multiplié par plus de trois sur le marché français entre 2002 et Résultat : le commerce équitable offre des revenus à plus d un million de producteurs du Sud. La Plate-forme pour le commerce équitable : c/o Ingénieurs sans frontières, 146, rue de Crimée, Paris, tél. : , site : Comment reconnaître un produit issu du commerce équitable? Max Havelaar est le label de commerce équitable le plus connu et le plus répandu, notamment dans la grande distribution. L association Max Havelaar est née en Hollande en Max Havelaar France labellise depuis 1992 des filières de produits équitables : café, banane, jus d orange, thé, sucre de canne, miel, riz, mangue, cacao, ananas et, depuis 2005, du coton transformé en chaussettes ou en tee-shirts, par exemple. Les parts de marché du produit-phare, le café, atteignent les 6 %. A côté de Max Havelaar, on trouve soit des labels spécialisés (comme Step sur le marché des tapis), soit d autres labels généralistes moins répandus en France (comme celui de l organisation non gouvernementale [ONG] Oxfam, présent dans les boutiques du réseau Artisans du monde), soit des labels qui offrent des garanties moins complètes (comme Bio Equitable). De l éthique sur l étiquette Au côté des filières spécialisées comme le commerce équitable ou le bio, des associations de consommateurs et des syndicats se mobilisent pour que les entreprises traditionnelles changent leurs pratiques sociales et environnementales. Ils sont réunis au sein du collectif De l éthique sur l étiquette, qui regroupe 53 ONG et syndicats. Depuis 1995, ce collectif interpelle les grands distributeurs et organise des campagnes à coups de pétitions, d envois de cartes postales, etc. On peut trouver sur son site le résultat de la comparaison des pratiques sociales des grandes enseignes de la distribution en France. : Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre 2006

13 Consommer citoyen Pour en savoir plus Où trouver des produits du commerce équitable? Les produits labellisés Max Havelaar sont présents dans presque toutes les grandes surfaces (hors discounters comme ED ou Leader Price), via les marques propres des distributeurs ou des marques spécifiques, comme Alter Eco ou Ethiquable, une coopérative située dans le Gers. Plus de 90 % du chiffre d affaires du commerce équitable se fait dans les grandes surfaces. Mais les réseaux spécialisés proposent beaucoup plus de choix (une gamme plus complète de produits alimentaires, du textile, de l artisanat, des jouets ) et s intègrent dans une démarche globale de commerce équitable, à la différence des grands distributeurs. La Bourgogne compte cinq boutiques appartenant au réseau Artisans du monde (voir «Zoom» ci-dessous). Elles disposent d un catalogue de produits d artisanat (décoration, habillement, vaisselle, jouets ) et d une centaine de produits alimentaires. Une centaine de groupements de producteurs dans 44 pays commercialisent ZOOM Le commerce équitable progresse à Nevers Ouverte en 2003, la boutique Artisans du monde de Nevers propose «tous les produits classiques du commerce équitable, mais aussi des produits artisanaux, comme de la vaisselle ou des bijoux, ainsi que des vêtements», explique André Giroit, un des bénévoles. La structure compte aujourd hui une vingtaine de volontaires, ainsi qu un emploi-tremplin financé en partie par le conseil régional (voir pages 70-71). Les boutiques du réseau Artisans du monde garantissent à leurs clients que les exigences du commerce équitable sont respectées pour tous les produits vendus. «Nous faisons appel à des centrales d achat spécialisées qui ont des cahiers des charges très stricts. Une des bénévoles revient ainsi d Amérique du Sud, où elle a vérifié que les principes du commerce équitable étaient bien appliqués.» En effet, souligne André Giroit, les producteurs sont soumis à un impératif de qualité : «Nous ne faisons pas de charité, nous devons être en mesure de vendre les produits. Cela fait partie intégrante d une relation respectueuse avec les pays du Sud.» Les bénévoles de la boutique sont en contact régulier avec les producteurs : «Nous allons bientôt recevoir un représentant du Bénin ou du Burkina Faso au sujet du séchage des fruits.» Le chiffre d affaires de la boutique s élève à euros. «Notre objectif n est pas de faire du profit, mais simplement de faire tourner la boutique, de former les bénévoles et de mener nos actions de sensibilisation dans les écoles, par exemple.» Néanmoins, le chiffre d affaires de la boutique se développe de 5 à 10 % par an. «Artisans du monde a choisi de développer un réseau de boutiques spécialisées, et non de vendre dans la grande distribution», rappelle André Giroit. Si la plupart des clients de la boutique sont donc déjà des consommateurs avertis, les marchés permettent de toucher un public plus large. «Nous sommes présents sur une cinquantaine de marchés par an dans la Nièvre, dont celui de Nevers. Nous y rencontrons une centaine de clients à chaque fois.» L équipe Artisans du monde de Nevers gère également un réseau de particuliers, Couleur café, qui diffuse les produits du commerce équitable dans plusieurs petites villes du département. Les coordonnées sont disponibles sur demande à la boutique nivernaise. Laure Meunier Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre

14 L économie sociale et solidaire en Bourgogne CHAPITRE I ainsi leur production dans 170 points de vente en France. Les boutiques sont tenues essentiellement par des bénévoles. La Bourgogne compte en outre cinq autres boutiques de commerce équitable indépendantes du réseau Artisans du monde. Les boutiques Artisans du monde en Bourgogne : Artisans du monde Dijon : 9, rue Charrue, Dijon, tél. : , courriel : Artisans du monde Nevers : 7, rue des Récollets, Nevers, tél. : , courriel : Artisans du monde Chalon-sur-Saône : 11, rue du Blé, Chalon-sur-Saône, tél. : , courriel : Artisans du monde Mâcon : 7, rue Saint-Nizier, Mâcon, tél. : , courriel : Artisans du monde Sens : 34, rue Jossey, Sens, courriel : Le site national d Artisans du monde : Les cinq autres boutiques de commerce équitable indépendantes du réseau Artisans du monde : Zoma : 44, rue Condorcet, Dijon, site : Lauralep : 47, rue du Général-Duhesme, Chalon-sur-Saône, tél. : D ici et là-bas : ZI La Palisse, Le Cheylard, tél. : APCE 89 : 8, rue du Fort, Chassy, tél. : Au panier naturel : 3, rue du Château, Saint-Jean-de-Losne, tél. : Les systèmes d échange locaux (SEL) Pour pratiquer une forme de commerce équitable local, on peut devenir membre d un système d échange local (SEL). Le premier a vu le jour en Ariège en On en compte aujourd hui près de 250 en France, dont 6 en Bourgogne. L idée? Créer une association au sein de laquelle les adhérents échangent des biens et des services non en euros, mais en une unité de compte choisie par le groupe et qui ne possède aucune valeur en dehors du SEL. L objectif est de permettre à tous les membres d avoir accès, de façon égalitaire, aux services échangés et de retisser du lien social. : rubrique «Annuaire». L agriculture biologique Vache folle, pollution des eaux, poulet à la dioxine Le modèle de production agricole intensif atteint ses limites. Dès les années 1960, des agriculteurs ont préféré produire avec des rendements moins élevés mais sans pesticides ni engrais chimiques, en respectant le rythme de vie des animaux Ils respectent les règles de l agriculture dite biologique. Celle-ci représente 2 % des surfaces agricoles cultivées en France et 1,6 % en Bourgogne, qui compte 420 agriculteurs bio. Aujourd hui, 47 % des Français consomment au moins occasionnellement des produits biologiques Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre 2006

15 Consommer citoyen Le site du syndicat régional des agriculteurs bio (CGAB) est une référence sur le bio en Bourgogne. CGAB : 19, av. Pierre-Larousse, BP 382, Auxerre Cedex, tél. : , site : courriel : Comment reconnaître un produit bio? Le label le plus répandu est le label AB. Il est la propriété du ministère de l Agriculture et de la Pêche depuis Un produit porteur du sigle AB garantit l origine biologique d au moins 95 % des ingrédients qui le composent. Dans la production agricole, les pesticides de synthèse, qui sont à la fois polluants et peu sélectifs dans leurs attaques, sont remplacés par des procédés plus respectueux de l environnement par exemple, la réintroduction d un insecte prédateur naturel de parasites précis. Les engrais chimiques sont remplacés par des substances organiques, comme les fumiers et le compost naturel. Pour l élevage, le cahier des charges réglemente le traitement vétérinaire pour éviter que le bétail ne soit «dopé» aux antibiotiques. Enfin, la provenance de la nourriture des animaux est réglementée. Deux autres labels permettent de reconnaître des produits biologiques. Il s agit de Nature & Progrès et de Demeter. Ces labels historiques sont encore plus contraignants que le cahier des charges AB. Ce qui rend les produits également plus chers. Ces deux labels sont surtout présents dans les circuits spécialisés comme Biocoop. Sur le label AB et le bio en France : Nature & Progrès : Demeter : Où trouver des produits bio? Les boutiques. Les produits bio sont présents dans tous les supermarchés. Mais comme pour le commerce équitable, des réseaux spécialisés offrent une gamme bien plus importante et sont engagés dans une cohérence globale. C est le cas notamment du principal réseau de distribution spécialisé Biocoop, constitué en coopérative. Biocoop compte sept magasins en Bourgogne, qui proposent un choix de références, parmi lesquelles des produits alimentaires équitables. Biocoop s engage à favoriser la commercialisation de produits locaux afin de privilégier l économie de terroir. D autres circuits spécialisés, comme Naturalia et La Vie claire, ont un engagement moindre vis-à-vis des producteurs locaux. Les sites : et Les magasins Biocoop : Antidotes : 11, rue de Bellevue, Dijon, tél. : Terres Bio : 126, route d Ahuy, Dijon, tél. : Biocoop Nevers : 32, rue des Grands-Jardins, Nevers, tél. : Les Citronniers : 99, rue Edith-Cavell, Le Creusot, tél. : Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre

16 L économie sociale et solidaire en Bourgogne CHAPITRE I Germinal : 22, rue de Preuilly, Auxerre, tél. : ; 8, rue Saint-Paul, Sens, tél. : ; 15 bis, bd Georges-Lemoine, Tonnerre, tél. : Autres magasins bio mettant l accent sur les produits locaux : La Graineterie : Maison citoyenne, 4, rue de la Monnaie, Clamecy. Un déjeuner sur l herbe : 7, rue Paul-Bert, Toucy, tél. : Le magasin du GAEC de la Butte : Vault-de-Lugny, tél. : Les marchés. Avec souvent moins de choix que dans les magasins spécialisés, on peut également trouver des produits bio directement auprès des producteurs. On compte deux marchés bio en Bourgogne, mais de nombreux agriculteurs biologiques participent à des marchés traditionnels. Marché Bio-Tournesol à Nevers, le 3 e dimanche du mois. Marché de Dijon, les mardis, mercredis, samedis. Les maraîchers. Il est également possible de s approvisionner auprès de maraîchers d insertion qui produisent des légumes bio. Le réseau le plus développé est le réseau des Jardins de Cocagne (voir ci-dessous), qui compte trois jardins en Bourgogne et 90 en France. Quelque 700 clients y adhèrent dans la région et reçoivent un panier par semaine de fruits et légumes de saison labellisés AB. Pour quatre personnes, la dépense annuelle est au maximum de 600 euros. Les paniers sont à chercher dans les jardins ou dans des points relais. La Fédération des foyers ruraux de Côte-d Or a également développé ZOOM Du bio dans les jardins «Les Jardins de la croisière sont une association à vocation d insertion qui vend des plants, des aromatiques et des légumes biologiques», explique Eric Polrot, directeur de l association située à Sens. Les Jardins appartiennent au réseau national Les Jardins de Cocagne, qui compte deux autres structures en Bourgogne, à Mâcon et à Quétigny. Le premier Jardin de Cocagne naît à Besançon en L expérience est un succès et fait des petits. Le réseau compte aujourd hui presque 90 jardins à travers le pays. «Les clients sont animés par des motifs très différents. Il y a des militants bio, des gens qui trouvent simplement pratique de pouvoir se garer devant la boutique pour faire leurs courses, et d autres qui soutiennent le volet social de notre action.» Les produits des Jardins de Cocagne sont cultivés selon les règles de l agriculture biologique. «Plusieurs fois par an, un organisme indépendant vient contrôler les conditions de travail et effectue des analyses.» Eric Polrot ajoute que les produits sont exclusivement originaires Les Jardins de la croisière 16 - Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre 2006

17 Consommer citoyen une activité de maraîchage de fruits et légumes bio à Auxonne, près de Beaune, et Is-sur-Tille, près de Dijon, sous forme d entreprise d insertion. 80 consommateurs de la région dijonnaise reçoivent chaque semaine un panier à domicile. Le site national : FDFR de la Côte-d Or : 18 bis, rue de la Rente-Logerot, BP 13, Marsannay-la-Côte, tél. : , courriel : Les Amap. Enfin, le dernier-né des circuits directs de distribution s appelle les Amap (pour Associations pour le maintien d une agriculture paysanne). Une Amap réunit un groupe d une trentaine de consommateurs qui contractualisent avec un agriculteur bio, souvent situé en zone périurbaine, la vente directe d une production financée à l avance par leur souscription. Le prix et les modalités de distribution sont discutés entre les consommateurs et le producteur. Le plus souvent, la distribution a lieu chaque semaine et comporte de quoi constituer des paniers de légumes ou de fruits de saison. Créé en 2001 en Provence, le réseau est aujourd hui constitué de 150 Amap en France, dont une en Bourgogne. Amap de Billy-sur-Oise : tél. : , site national : Les garanties contre les OGM. L agriculture biologique est le seul mode de production à garantir l absence d organismes génétiquement modifiés (OGM) y compris dans l alimentation animale. Un atout non négligeable car de l Yonne, ce qui évite la multiplication d intermédiaires et les transports, chers et polluants. «Les Jardins de la croisière s étendent sur six hectares. Nous avons une activité équivalente à celle d une belle exploitation maraîchère classique.» Les produits sont distribués sur le marché de Sens, à la boutique des Jardins, ou par abonnement. Les 38 abonnés reçoivent un panier par semaine, accompagné de recettes de cuisine. L association est présente sur une centaine de marchés par an dans l Yonne, et reçoit à chaque fois entre 100 et 150 clients. «Nos prix sont légèrement audessus de ceux des produits de base, mais nous sommes moins chers que les produits bio de supermarché», argumente Eric Polrot. La vente des légumes autofinance les activités de production, qui comptent pour un quart du budget. Le reste, en particulier les coûts liés aux activités d insertion, est supporté par l Etat et les collectivités locales. En effet, les Jardins de la croisière emploient 35 à 40 personnes par an en insertion. «Notre mission est double. Tout d abord, nous rapprochons les jardiniers du monde du travail grâce à une formation adéquate. Nous fournissons également un accompagnement individuel, avec des entretiens qui aboutissent à la construction d un projet professionnel.» L association travaille avec l ANPE et le Plan local pour l insertion et l emploi (Plie). C est cette structure qui adresse les demandeurs d emploi aux Jardins de la croisière, puis effectue le suivi à long terme. Environ 30 % des personnes qui passent par les Jardins trouvent un emploi après leur passage. L. M. : Les Jardins de la croisière, 5, chemin de la Croisière, Sens, tél. : Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre

18 L économie sociale et solidaire en Bourgogne CHAPITRE I Les OGM inquiètent les consommateurs. Ils sont le fruit d un travail sur les gènes des produits alimentaires dont on maîtrise peu les conséquences potentielles sur l homme. C est pourquoi les enquêtes d opinion montrent qu une très grande majorité de Français et d Européens y sont opposés. Pourtant, malgré le moratoire qui avait été mis en place par l Union européenne, on trouve déjà des OGM dans nos assiettes via notamment l alimentation des animaux dont nous consommons la viande. A noter : d après le collectif des Faucheurs volontaires, la Bourgogne ne compte plus de champ d OGM depuis octobre Pour en savoir plus Téléchargez le guide de Greenpeace, sur pour savoir quels aliments risquent de comporter des OGM. Les coopératives agricoles A côté de l agriculture biologique, l économie sociale est également présente dans le monde rural au travers des coopératives agricoles. Nées à la fin du XIX e siècle, elles constituent une forme d organisation encore très répandue. On en compte une centaine en Bourgogne, comme la Coopérative des vignerons de Bissey, en Saône-et-Loire, ou la Coopérative des éleveurs de caprins de la Nièvre. Elles sont regroupées au sein de la Fédération régionale des coopératives agricoles (FRCA) de Bourgogne, qui représente personnes adhérentes et plus de salariés. Au niveau national, coopératives agricoles sont membres de Coop de France. Leur principe repose sur l association volontaire d agriculteurs qui se regroupent pour commercialiser ensemble leur production ou acquérir ensemble du matériel (dans les coopératives d utilisation de matériel agricole, ou Cuma). Des coopératives dans la grande distribution On le sait peu, mais un quart du commerce de détail français est assuré par des coopératives de commerçants. C est le cas par exemple des centres Leclerc, des magasins Système U, des opticiens Krys Les gérants des magasins s associent au sein de la coopérative de commerçants pour bénéficier de services communs, d une plate-forme d achat unique, etc. Cette particularité juridique les distingue de leurs concurrents organisés en société anonyme (Carrefour, Casino ) ou familiale (Auchan). Dans les moyennes surfaces, on trouve également une autre forme de coopérative, les coopératives de consommation, où ce sont directement les clients, et non les commerçants, qui sont associés. Ces coopératives sont nées au XIX e siècle et ont prospéré jusque dans les années Il n y avait pas de ville moyenne sans son magasin Coop, où les clients achetaient au même prix qu ailleurs mais recevaient un chèque à la fin de l année si la Coop avait fait des bénéfices. L essor de la grande distribution à partir des années 1970 a changé la donne. Le réseau des magasins Coop a peiné à s adapter. Aujourd hui, il n en existe plus en Bourgogne, mais ils restent puissants dans quelques régions comme l Alsace, la Normandie ou encore le Poitou-Charentes. Les magasins organisés en coopérative de consommation continuent d employer salariés et touchent un million de clients adhérents. Dans le domaine de la vente par correspondance, la Camif, coopérative de consommation, compte plus d un million de sociétaires, majoritairement issus de l Education nationale. Pour en savoir plus : Les coopératives de commerçants : Les coopératives de consommation : Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre 2006

19 Consommer citoyen La coopérative appartient aux agriculteurs, qui en sont à la fois les actionnaires et les fournisseurs. Elle n est donc pas délocalisable et garantit aux agriculteurs un débouché à leur production. Les coopératives agricoles ont été un des éléments de la modernisation de l agriculture française, mais aussi de la diffusion d un modèle de production intensif dont on reconnaît maintenant les limites en termes environnementaux. Pour survivre face à la concurrence des grands groupes de l agroalimentaire, elles sont dans une phase de concentration, et une trentaine de coopératives géantes assurent aujourd hui 80 % de leur chiffre d affaires total. Coop de France : site national : FRCA Bourgogne : 42, rue de Mulhouse, Dijon, tél. : , courriel : Les écoproduits A l image des labels biologiques pour l agriculture, il existe des «écolabels» pour les produits de consommation courante comme les draps, les produits d entretien, les cosmétiques, l électroménager Ils garantissent un impact moindre sur l environnement que les produits non labellisés, grâce aux matières premières utilisées (absence de produits dérivés du pétrole par exemple), aux processus de production qui utilisent moins de ressources ou dégagent moins de déchets, ou en raison de la plus grande capacité du produit à être recyclé ou biodégradé dans l environnement. Les écolabels sont attribués à des entreprises de toute taille et ne disent rien sur les conditions sociales de production. Label NF-Environnement NF-Environnement existe depuis quinze ans. C est le principal écolabel français, présent sur des gammes de produits aussi variés que les enveloppes postales, les sacs plastique, les composteurs de jardin, les filtres à café ou les peintures murales. Propriété de l Agence française de normalisation (Afnor), NF-Environnement est attribué aux industriels qui en font la demande et à condition qu ils répondent aux critères fixés par le cahier des charges. La liste des produits et des fabricants est consultable sur gouv.fr/ecolabels Afnor : 11, av. Francis-de-Pressensé, Saint-Denis-la-Plaine Cedex, tél. : , courriel : site : L Ecolabel européen Grand frère européen de la certification française NF-Environnement, ce label écologique existe depuis Un cahier des charges a été adopté Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre

20 L économie sociale et solidaire en Bourgogne CHAPITRE I pour dix-huit produits, qui vont du lave-linge au papier pour photocopieur, en passant par les détergents et les ordinateurs portables. La liste des produits et des fabricants est consultable sur french Pour en savoir plus «Acheter et consommer mieux», le guide pratique de l Ademe, sur particuliers, rubrique «Agir». Label FSC La préservation des forêts est essentielle à l équilibre écologique planétaire. En 1993, le Forest Stewardship Council (FSC), le «Conseil de gestion responsable des forêts», a été créé par des entreprises forestières et des ONG de défense de l environnement. Ce Conseil labellise à travers le monde les forêts dont l exploitation respecte l environnement et les principes d une gestion responsable qui évite la déforestation (respect de la biodiversité, respect des droits des populations locales ). Dans le monde, 2 % des forets sont gérées selon les règles FSC. Les enseignes de la grande distribution et les chaînes spécialisées dans le bricolage commercialisent de nombreux articles labellisés FSC : meubles et ustensiles de cuisine, papier importé, bois de construction, brosses à cheveux, lampes de bureau Label PEFC Le Pan Européen Forest Certification Council (PEFCC), le «Conseil transeuropéen de certification des forêts», est le second label distinguant les produits issus de forêts gérées durablement. Il a été créé en 1999 avec l aval, en France, du ministère de l Agriculture et de la Pêche hectares sont labellisés en Bourgogne, soit près du tiers de la forêt bourguignonne. Pour en savoir plus et ainsi que le site portail de l industrie du bois en Bourgogne : BIO COSMETIQUE CHARTE COSMEBIO Cosmebio Créé fin 2002, ce label garantit l absence de tests sur les animaux, l absence de colorants de synthèse dans des savons, des gels, des crèmes, des shampooings On trouve les produits labellisés sur de nombreux sites Internet de cosmétiques. Pour en savoir plus Alternatives Economiques - Hors-série pratique n 24bis - octobre 2006

Vivre autrement. L économie sociale et solidaire en Ile-de-France. Consommer, épargner, entreprendre, travailler, s engager

Vivre autrement. L économie sociale et solidaire en Ile-de-France. Consommer, épargner, entreprendre, travailler, s engager HSP idf couv corr.indd 1 28/05/08 14:16:51 Alternatives Economiques Hors-série Pratique Vivre autrement - L économie sociale et solidaire en Ile-de-France P R AT I Q U E P R AT I Q U E Vivre autrement

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires.

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires. Conso-Solidaires.org Plateforme web multi-boutiques dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes contact@conso-solidaires.org / Tel : 04 76 49 07 72 Sommaire 1. Qu est-ce que Conso-Solidaires? Le

Plus en détail

Les circuits courts. Sont-il durables?

Les circuits courts. Sont-il durables? Les circuits courts Sont-il durables? Petit rappel instructif Par définition officielle, un circuit court est une modalité de vente qui comporte au maximum UN intermédiaire entre le producteur et le consommateur

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France

Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France Les entreprises et les associations de l économie sociale et solidaire ont comme point commun de ne pas

Plus en détail

Les structures d économie sociale et solidaire

Les structures d économie sociale et solidaire Les structures d économie sociale et solidaire 1 Nacer Eddine SADI Docteur en économie industrielle Professeur des universités Vincent PLAUCHU Maitre de Conférence (1) ESS, Identification Dans nos sociétés,

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

Consommation et alimentation responsable. 17 novembre 2010 à l Agora

Consommation et alimentation responsable. 17 novembre 2010 à l Agora 5 e RDV Citoyen Consommation et alimentation responsable 17 novembre 2010 à l Agora Les marchés publics de la ville de Nanterre Mme Ghislaine JUBLIN Responsable du service achats - approvisionnements Sommaire

Plus en détail

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LES PRINCIPES DU COMMERCE EQUITABLE Le Commerce Equitable c est : Mettre l homme au cœur du

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Cap France et le label Chouette Nature. Le label, une solution au développement durable du tourisme?

Cap France et le label Chouette Nature. Le label, une solution au développement durable du tourisme? Cap France et le label Chouette Nature Le label, une solution au développement durable du tourisme? Historique de Cap France En 1949, naît la Fédération des Maisons Familiales regroupant des structures

Plus en détail

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire rural Centre-ville Quartier populaire Parc d activités économiques Problématique Problématique enclavé Banlieue pavillonnaire Problematique Problematique Insertion Petite enfance Problématique Problématique

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41)

Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41) Thème Territoire Fiche-bonne pratique Sol Blois Référence : 41_S_01 Date : janvier 2013 Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41) http://www.centre.developpement-durable.gouv.fr/ 1 Historique/Contexte

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Étude relative au développement d de l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Présentation au Bureau Communautaire 6 octobre 2009 Ordre du jour 1. ESS de quoi parle-t-on? 2. Synthèse du profil ESS

Plus en détail

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE DOSSIER DE PRESSE ADOM'ETHIC MAI 2010 p 1 INTRODUCTION UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE Le secteur des services à la personne a connu une croissance rapide ces quatre dernières années,

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT?

ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT? ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT? Guide des finances solidaires et de l accompagnement Avec le soutien de nos partenaires : LA FINANCE SOLIDAIRE : DE QUOI PARLE-T-ON? L objectif de la finance solidaire est

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire!

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! Les Paniers Bio du Val de Loire, une filière bio et solidaire du producteur au consommateur Mars 2013 1 Présentation

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma

au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma DOSSIER DE PRESSE Avril 2009 Paris lance des actions innovantes pour créer des emplois d utilité sociale au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma

Plus en détail

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on?

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Consommation Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Depuis la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (adoptée en 1992), le monde industriel et économique a profondément

Plus en détail

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008 LA CHARTE DES BOUTIQUES PAYSANNES Ce document est un condensé de l expérience des producteurs et artisans des Boutiques Paysannes en Languedoc-Roussillon. Il est également inspiré de celle du Réseau AVEC-Rhône

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Politiques achats responsables «Comprendre les principes et les étapes de mise en œuvre»

Politiques achats responsables «Comprendre les principes et les étapes de mise en œuvre» Politiques achats responsables «Comprendre les principes et les étapes de mise en œuvre» Dominique Veuillet Service Consommation et Prévention Web-conférence «Achats et restaurations responsables dans

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/08.824 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale AGIR pour les filières AGIR pour

Plus en détail

PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE. Avec le soutien de

PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE. Avec le soutien de PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE Avec le soutien de L épargne solidaire, c est quoi? L épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant de placer son épargne au bénéfice d activités

Plus en détail

Comment consommer plus responsable avec La Poste

Comment consommer plus responsable avec La Poste Comment consommer plus responsable avec La Poste Agir et consommer responsable, qu est-ce que ça veut dire? C est choisir des produits plus respectueux de l environnement et plus solidaires, pour limiter

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

Appel à Projets Développement Durable. Dossier de demande de subvention

Appel à Projets Développement Durable. Dossier de demande de subvention Appel à Projets Développement Durable Dossier de demande de subvention IMPORTANT Ce dossier fait acte de document officiel et son usage est obligatoire. Nous vous invitons également à fournir tout document

Plus en détail

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Le Centre de Distribution de Saint-Quentin-Fallavier, l une des quatre plateformes logistiques de IKEA

Plus en détail

Choisir son matériel de façon responsable. Etat des lieux de la prise en compte du développement durable par les marques

Choisir son matériel de façon responsable. Etat des lieux de la prise en compte du développement durable par les marques Choisir son matériel de façon responsable Glisser en montagne et ne laisser aucune autre trace que les quelques S dont on vient de marquer la neige : difficile car aujourd hui le ski vert n existe pas

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Histoire des coopératives

Histoire des coopératives Histoire des coopératives Les premières pratiques coopératives permanentes et organisées apparaissent en Europe au cours des années 1840 : coopérative de consommation des Equitables pionniers de Rochdale

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Gaz de France et le développement durable

Gaz de France et le développement durable Gaz de France et le développement durable L engagement pour des territoires durables Groupe de pilotage «Entreprises Collectivités» Comité 21 20 juin 2006 Isabelle ARDOUIN DIRECTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

Enquête écolabels 2013 : des prix en baisse et du choix!

Enquête écolabels 2013 : des prix en baisse et du choix! Enquête écolabels 2013 : des prix en baisse et du choix! www.clcv.org Qu est-ce qu un écolabel? La marque NF Environnement est une marque privée conforme à la norme ISO 14024. Par conséquent, il s agit

Plus en détail

Réduisons nos déchets :

Réduisons nos déchets : Réduisons nos : 1 kg de produit par habitant et par jour! Les quantités de produits en France augmentent de 1% chaque année. 2005 Les des ménages représentent 22 % de la totalité des produits. 1960 160

Plus en détail

L ESS sur le Pays Sologne Val Sud

L ESS sur le Pays Sologne Val Sud Hors-Série n 1 Juin 2012 L ESS sur le Pays Sologne Val Sud Editorial Le Pays Sologne Val Sud jouit d une attractivité résidentielle qui se reflète dans le dynamisme démographique de nos communes, la vitalité

Plus en détail

Mobilisation des acteurs aquitains pour une collecte territoriale innovante de la finance solidaire

Mobilisation des acteurs aquitains pour une collecte territoriale innovante de la finance solidaire Communiqué de presse Aquitaine Active acteur de la 4 ème région de France pour la collecte de la Finance Solidaire Le baromètre 2011 de la finance solidaire montre que l Aquitaine est une région dynamique

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires RAPPORT D ACTIVITE 2012 Le mot du Président Depuis 2005, nous accompagnons et finançons des personnes à la recherche d un emploi, qui créent leur propre entreprise, et des entreprises solidaires qui créent

Plus en détail

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche.

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche. Madame la Secrétaire Générale,.. Tester dans l Auxerrois, une invention d Alsace du Nord qui fonctionne depuis trois ans, était une excellente idée surtout quand je vous aurais dit que mon activité professionnelle

Plus en détail

Mangeons Local en Ile de France : Itinéraire d une démarche collective en mouvement

Mangeons Local en Ile de France : Itinéraire d une démarche collective en mouvement Mangeons Local en Ile de France : Itinéraire d une démarche collective en mouvement Le CERVIA Paris Ile-de-France Créé en 2007, le Centre Régional de Valorisation et d Innovation Agricole et Alimentaire

Plus en détail

Cahier de charges Biodia

Cahier de charges Biodia Cahier de charges Biodia Produits biologiques locaux et équitables Auteur : Lieve Vercauteren - VREDESEILANDEN Adaptations version 2 : Gert Engelen - Vredeseilanden Cahier de charges Biodia version 2 novembre

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire

1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire 1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire Pour vivre et consommer autrement 28 & 29 novembre 2014 Espace Racine Rue de la République Châteauroux (36) L Economie Sociale et Solidaire, kézako? L ESS

Plus en détail

Betty SANTONNAT Directrice du Développement

Betty SANTONNAT Directrice du Développement Betty SANTONNAT Directrice du Développement Chiffres clés du marché des cosmétiques naturels et Bio Résultats de l'étude de notoriété é du label BIO menée par IPSOS COSMEBIO: Qui sommes nous? Association

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE AI 2010 0 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DANS LA LIGNÉE DE SA POLITIQUE DE DISCOUNT RESPONSABLE QUI VISE À RENDRE ACCESSIBLES À TOUS LES CONSOMMATEURS

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

Dossier de Presse. 20 novembre 2013

Dossier de Presse. 20 novembre 2013 Dossier de Presse 20 novembre 2013 Contact Julien BALLAIRE Administrateur en charge des relations presse 01 56 80 84 08 / 06 81 66 19 35 presse@lmde.com 2 Sommaire Présentation du Prix de l Etudiant Entrepreneur

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE :

METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE : METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE : UNE RÉELLE OPPORTUNITÉ POUR VOTRE ENTREPRISE! Salon des Entrepreneurs Mercredi 4 février 2015 Intervenants Frédéric CURIER o Président de Bio Crèche Emilie DAMLOUP o

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

Revue de presse Mois de l ESS 2010

Revue de presse Mois de l ESS 2010 Revue de presse Mois de l ESS 2010 3ème édition Bourgogne Sociale et solidaire, l économie qui sait où elle va. Durant ce mois de novembre, pour la 3e année, les acteurs de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8 Charte d Engagement des industries des produits entrant dans la construction pour le développement des formations aux économies d énergie dans le bâtiment et la promotion de la mention RGE «Reconnu Garant

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 L économie sociale et solidaire : de quoi parle-t-on? Une économie du quotidien, ancrée sur les territoires Des entreprises et

Plus en détail

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE EN SAVOIR PLUS SUR LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE Bienvenu chez Hypermarket l éthique à prix discount avec la gamme équitable d hypermarket! Sinon l éthique tout court, c est en boutique monsieur!

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

PLUS DE 180 FORMATIONS AUX MÉTIERS DES SERVICES DE L AGRICULTURE ET DE LA NATURE

PLUS DE 180 FORMATIONS AUX MÉTIERS DES SERVICES DE L AGRICULTURE ET DE LA NATURE A B C D PLUS DE 180 FORMATIONS AUX MÉTIERS DES SERVICES DE L AGRICULTURE ET DE LA NATURE E FORMATION SCOLAIRE OU PAR APPRENTISSAGE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE LA FORCE D UN RÉSEAU D ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

Syndicat Mixte pour le Sundgau

Syndicat Mixte pour le Sundgau IGT.ITG 22 rue Saint-Louis 67000 STRASBOURG Tél : 09 52 38 37 65 Fax : 09 57 38 37 65 Courriel : igt.itg@igt-itg.eu www.igt-itg.eu Cabinet ARGOS 8 rue Raymond Bank BP 1523 38025 GRENOBLE cedex 1 Tel :

Plus en détail

Dossier de presse. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12

Dossier de presse. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12 Dossier de presse Une initiative de Ensemble, les citoyens peuvent se réapproprier leur ville, leur planète, leur destin commun. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12

Plus en détail

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises > Entreprise artisanale JUBAN, serrurerie-métallerie (Champdieu) > Restaurant Mise en scène (Montbrison) > Restaurant Apicius (Montbrison)

Plus en détail

Qu est-ce que l efficacité énergétique?

Qu est-ce que l efficacité énergétique? Qu est-ce que l efficacité énergétique? Vous avez sûrement beaucoup entendu cette expression dernièrement. En général, elle désigne le fait d utiliser moins d énergie qu avant pour fournir des services

Plus en détail

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon Par Florence FOREST, DRAAF Cindy SCHULTZ, Conseil Régional L-R En termes de bilan sur l année 2010, les interventions

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE AVANT PROPOS 3 I. POURQUOI UNE? 4 II. LES VALEURS COMMUNES ET REGLES 5 III GUIDES DE BONNE CONDUITE 7 IV. MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE 9 Mis à jour le 27/06/2013 2 AVANT PROPOS QUALITROPIC

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

Une offre complète à votre service. innovation - coopération mutualisation - services

Une offre complète à votre service. innovation - coopération mutualisation - services Une offre complète à votre service innovation - coopération mutualisation - services Un projet collectif dynamique et innovant o L association a pour objectif de développer et promouvoir la mutualisation

Plus en détail

Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire

Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire L conomie sociale et solidaire regroupe un ensemble d entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d. -Entreprise d insertion de menuiserie

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS

LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE les programmes européens LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT AU SERVICE DE LA STRATÉGIE EUROPE 2020 Stratégie

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail