Sous la direction de Thierry Jeantet Et la coordination d Anne-Marie Wioland-Sahabana Association Les Rencontres du Mont-Blanc Forum International

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sous la direction de Thierry Jeantet Et la coordination d Anne-Marie Wioland-Sahabana Association Les Rencontres du Mont-Blanc Forum International"

Transcription

1 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE UNE REPONSE AUX ENJEUX INTERNATIONAUX Sous la direction de Thierry Jeantet Et la coordination d Anne-Marie Wioland-Sahabana Association Les Rencontres du Mont-Blanc Forum International des Dirigeants de l Economie Sociale et Solidaire

2 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux RMB Association de loi 1901 pensée en 2004, fondée en octobre

3 Association Les Rencontres du Mont-Blanc Forum International des Dirigeants de l Economie Sociale et Solidaire L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE UNE REPONSE AUX ENJEUX INTERNATIONAUX 3

4 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Conçu par nos soins,

5 SOMMAIRE Sommaire... 5 Présentation de l association... 6 CHAPITRE I : L Economie Sociale et Solidaire sur la scène politique internationale... 7 Lettre aux Chefs d Etat... 9 Intervention de Michel Rocard à la 5 ème édition des Rencontres du Mont-Blanc Les attentes du Sommet de la Terre Rio+20, article collectif France, Sénégal, Canada.. 28 Chapitre II : Les solutions de l Economie Sociale et Solidaire pour la sortie des crises L économie sociale et solidaire : un nouveau système économique, par Nicolas Cruz Tineo, République Dominicaine Les réponses de l économie sociale et solidaire aux besoins sociaux dans le monde, par Abdou Salam Fall, Sénégal L urgence écologique, le principal défi de l économie sociale et solidaire, par Louis Favreau, Canada Chapitre III : Quelles pistes pour l Economie Sociale et Solidaire de demain? La communication est essentielle dans l'économie sociale et solidaire, par José Maria Garriga, Argentine L enjeu de la formation en économie sociale et solidaire, article collectif par les membres du «Groupe RMB avec les jeunes pour l ESS», multi-pays L économie sociale, solidaire : une approche sociétale, par Thierry Jeantet, France

6 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux PRESENTATION DE L ASSOCIATION Les Rencontres du Mont-Blanc Forum International des Dirigeants de l Economie Sociale et Solidaire, est une association de loi 1901 créée en 2005, de la volonté de dirigeants d entreprises sociales et solidaires de France et du Québec de se rassembler pour co-construire des projets conciliant efficacité sociale, civique, environnementale et économique. Les RMB veulent apporter la preuve par l exemple que l Economie Sociale et Solidaire (ESS) rend possible d entreprendre autrement, en cohérence avec un objectif global de développement durable. L association se veut internationale et s est donné les moyens, en cette année 2012, de renforcer cette internationalisation. D une part avec l adoption de nouveaux statuts plus enclins à l adhésion de structures d ESS de tous pays et de tous niveaux de revenus, d autre part par une présence plus fortement marquée sur la scène internationale (présentation de ses travaux au siège de l ONU à New York en mars, accréditation par l ONU en mai, participation au Sommet de la Terre Rio+20 à Rio de Janeiro en juin). L Economie Sociale et Solidaire est, de par sa nature intégrative et de rassemblement, «transfamilles» et «transfrontières», en ce qu elle peut faire travailler conjointement des structures différentes (associations, coopératives, fondations, mutuelles), de secteurs différents et de tous pays. Les Rencontres du Mont-Blanc - Forum International des Dirigeants de l Economie Sociale et Solidaire entendent favoriser la visibilité et la reconnaissance internationale de l'économie sociale et solidaire. 6

7 CHAPITRE I : L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LA SCENE POLITIQUE INTERNATIONALE

8 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Contexte de la rédaction et transmission de la lettre aux Chefs d Etat Le contenu de la Lettre aux Chefs d Etat qui suit est tiré de la synthèse du prérapport d orientation de la cinquième édition des Rencontres du Mont-Blanc Les 20 propositions qu elle contient ont été discutées, débattues, enrichies au cours des trois journées qui ont rassemblé plus de 240 dirigeants et acteurs de l Economie Sociale et Solidaire de près de 40 pays différents et finalement adoptées pour devenir les 20 propositions de l ESS internationale à faire connaître sur la scène politique à l occasion du Sommet de la Terre Rio+20. Première historique dans l histoire de l Economie Sociale et Solidaire, cette «Lettre» a été adressée aux 193 Chefs d Etat membres de l organisation des Nations-Unies entre février et mai Elle a été présentée par des acteurs de l ESS, au siège de l organisation des Nations-Unies puis à Rio de Janeiro. Ainsi, les dirigeants et décideurs du monde entier, les représentants des grandes organisations internationales et la société civile ont pris connaissance de ces 20 propositions dont la mise en œuvre peut être immédiate et représente une réelle alternative au modèle économique dominant. 8

9 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale Lettre aux Chefs d Etat Association les Rencontres du Mont-Blanc Forum International des Dirigeants de l Economie Sociale Chamonix, le 12 novembre 2011 A l attention de Mesdames et Messieurs les Chefs d Etat Membres de l Organisation des Nations-Unies Objet : Cinq chantiers et 20 propositions des dirigeants de l Economie Sociale pour changer de modèle à l heure de RIO+20 Mesdames et Messieurs les Chefs d Etat, Le Forum International des Dirigeants de l Economie Sociale, intitulé Les Rencontres du Mont-Blanc, a élaboré et adopté à l unanimité, les 10, 11 et 12 novembre 2011, un document d orientation dont la présente synthèse vous est adressée ainsi qu aux autres Chefs d Etat qui participeront au sommet de Rio 2012 sur le développement durable. Notre identité collective : Liberté d adhésion, gestion démocratique (une personne, une voix), juste répartition des excédents, épanouissement des personnes, indépendance vis-à-vis des États, sont les principes qui forgent l identité de l économie sociale. Guidé par ces valeurs fortes, cette composante de l économie qui représente 10% du PIB mondial, 10% des emplois et 10% de la finance agit dans de nombreux domaines d activités, dans une zone d échanges marchands et non marchands. Les participants des Rencontres du Mont-Blanc, sachant que l économie sociale, reposant sur l implication des personnes et dans le respect de son environnement, constitue une voie de solution mondiale pour "mieux vivre ensemble" en organisant des solutions de gestion collective de nos ressources rares, souhaitent que vous preniez en compte celle-ci dans vos discussions et décisions. Notre légitimité à vous interpeller : Le projet des différentes familles de l économie sociale et solidaire (ESS) déborde très largement du champ économique. Il vise depuis ses origines l instauration d une société plus équitable, plus solidaire, plus démocratique par la mise en œuvre de projets de long terme qui prennent désormais en compte la dimension écologique. On ne peut dissocier son projet économique (s associer pour entreprendre) de son projet social (justice et démocratie) et donc on ne peut réduire son rôle, son poids et sa contribution aux seuls indicateurs économiques de la richesse, au nombre d entreprises qu elle a créées et au nombre d emplois générés. Bref, son seul poids économique est loin de suffire à la définir. 9

10 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux L ESS est partie prenante de la construction d une alternative crédible à l économie libérale, par son rôle social et écologique et l impact de son projet, de son éthique, de son mode de gouvernance, de ses réalisations et de son influence sur les autres acteurs de la planète économique (entreprises publiques ou entreprises du secteur marchand). Le libéralisme démontre ses limites de plus en plus intensément du Nord au Sud, et des Nords aux Suds, et s avère favorable à l émergence de l économie sociale comme vecteur de solutions et d alternatives possibles; les entreprises, les organisations de l ESS entendent se positionner plus et mieux sur la scène économique mondiale afin de prouver que les stratégies de mise en œuvre d un modèle repensé qu elles proposent sont incontournables. Les actions de l ESS et leur portée expriment la volonté de changer d échelle. Sans vouloir substituer un modèle unique au modèle dominant, l ESS peut contribuer à le dépasser et à infléchir l ensemble de l économie en démontrant par sa pratique, ses valeurs et ses politiques, sa capacité à assumer complètement les enjeux d un développement durable, c est-à-dire d un développement économiquement viable, socialement équitable et écologiquement durable, et créateur d emplois de qualité dans une économie au service du bien vivre dans le monde d aujourd hui. Nous avons donc décidé de vous interpeller en nous fédérant solidement tant sur le plan national qu international. Notre organisation propose 20 engagements de la part des chefs d Etat, des pouvoirs publics dont elle veut être un partenaire en collaboration avec d autres acteurs notamment les institutions internationales et les autres acteurs économiques. A partir d une analyse de la crise actuelle (disponible sur simple demande auprès de l association des Rencontres du Mont Blanc), construite avec des chercheurs du monde entier ayant observé nos projets respectifs dans les différents domaines d activités, nos contributions s inspirent des meilleures pratiques de l expérience internationale de l ESS autour de cinq chantiers. Ces cinq chantiers traduisent de manière opérationnelle les pistes de sortie de crises précédemment évoquées : 1) démocratiser l économie et réguler la finance; 2) promouvoir un mode de gouvernance partagée ; 3) offrir de nouveaux choix sociaux; 4) mieux nourrir la planète ; 5) réorienter la mondialisation pour l humaniser. Ces 5 chantiers et donc nos 20 propositions (cf. ci-après) sont ancrés autour d un fil rouge : faire mouvement par une action politique fédérative en alliance avec d autres organisations et institutions, notamment en obtenant la création d un «Major Group» de l Economie Sociale. Thierry JEANTET, pour le Forum International des dirigeants de l Économie Sociale. 10

11 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale Premier chantier : démocratiser l économie, favoriser sa territorialisation et réguler la finance Les institutions internationales ont longtemps été prisonnières d une définition trop restrictive du développement trop longtemps associé à la seule croissance. Repenser l économie, c est d abord, à notre avis, miser sur un type d entreprises qui favorisent les territoires et le cadre de vie des populations: des entreprises à propriété privée et collective. Autrement dit il faut accélérer le renforcement d une économie non capitaliste. C est pourquoi nous demandons aux chefs d Etat et à leurs gouvernements : de favoriser par tous les moyens le développement d un vaste secteur non capitaliste d entreprises d ESS fonctionnant de façon démocratique autour des enjeux de la crise globale que nous traversons., par l affirmation universelle de la pluralité des formes d entreprendre à travers la reconnaissance législative des statuts coopératifs, mutualistes, associatifs et des fondations par l adoption de lois-cadres sur l ESS et par la définition d un signe de reconnaissance de l ESS à travers un label, la définition d indicateurs et de critères d appartenance à l ESS (proposition 1) de soutenir fortement la prise ou la reprise de contrôle des biens communs à travers des modes de gestion collective (eau, terre, ressources naturelles ) par les communautés et les États à partir, plus particulièrement, du développement de coopératives, de mutuelles et d associations. En effet, l économie sociale, évolutive, a la capacité de créer de nouvelles formes d entreprises et d organisations, sous des formes de propriété à la fois collective et privée qui assurent mieux une durabilité aux entreprises et organisations (formes coopératives, associatives, mutualistes) et une accessibilité à des biens et services (semences libres, logiciels libres )(proposition 2) de soutenir avec plus de force la «biodiversité» de l économie, l entrepreneuriat collectif et le développement durable et solidaire des territoires par des politiques et des législations qui leur sont favorables. Nous renforcerons ensemble, sur la base de nos objectifs communs, les liens entre l ESS, l Etat et les collectivités territoriales, en nouant des partenariats étroits, tant à l échelle nationale que locale, en s appuyant sur l ancrage territorial des coopératives, mutuelles, associations et fondations, pour favoriser l accès des jeunes à l emploi ou encore soutenir le développement de réponses adaptées aux nouveaux besoins. (proposition 3) de vous engager résolument dans la régulation forte de la finance, par l adoption d une position commune de lois sur la taxation des transactions financières, et en vous appuyant sur notre expérience en la matière. En effet, depuis un bon moment déjà, nous nous affairons à développer une finance propre à l ESS ou favorable à celle-ci dans le soutien au développement de nouvelles entreprises collectives (fonds de travailleurs, orientation des placements financiers de l ESS vers l ESS grâce à des critères sociaux, environnementaux et de gouvernance, programmes publics et internationaux 11

12 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux d accompagnement des entreprises collectives en démarrage, instituts de financement de l ESS ) (proposition 4) Pour vous y aider, nous appelons de notre côté et en notre sein, les Banques coopératives et mutualistes et les banques alternatives à soutenir localement les initiatives entrepreneuriales, solidaires, environnementales de l ESS et à créer des outils communs pour financer les projets continentaux et internationaux de l ESS. Et les Etats comme les grandes banques internationales à nouer des partenariats avec elles en ce sens. de choisir chaque fois que l intérêt général le demande, une autre voie, celle de l ESS, car vos possibilités concernant les secteurs stratégiques et/ou sensibles ne se résument pas à un choix bipolaire (privatisations vs. nationalisation). (proposition 5) Deuxième chantier : Promouvoir un mode de gouvernance partagée Les générations des dernières décennies sont beaucoup mobilisées par l écologie sociale et la solidarité internationale. Cependant l équation de base qui a émergé dans l histoire du mouvement ouvrier n a pas perdu de son actualité : il faut recroiser sans cesse justice sociale, efficacité économique et démocratie à partir des défis de la période qui s ouvre. C est pourquoi nous demandons aux chefs d Etat et à leurs gouvernements: de contraindre toutes les entreprises (publiques, marchandes, collectives) à rendre compte non seulement de leur création de richesses sur le plan économique mais aussi de leur utilité sociale et de leur empreinte écologique afin de diriger toutes les activités vers une économie responsable. De notre côté, nous serons de la partie, en tant qu entreprises et organisations de l ESS, en poursuivant avec d autres le travail de recherche permettant de mettre en place de nouveaux indicateurs de richesse et voulons généraliser le recours à des outils d évaluation de la performance, non plus restreinte aux seuls apports économiques mais valorisant également les plus-values sociales et environnementales (bilans sociétaux). Ceci au sein même de nos structures, mais également en tant que financeurs, dans nos processus de sélection des placements et investissements. (proposition 6) d agir pour préserver notre modèle de gouvernance spécifique, chaque fois qu il existe, pour assurer son respect à l échelle internationale. De notre côté, nous favoriserons votre engagement en associant les parties prenantes (salariés, consommateurs, etc.) à la gestion de nos entreprises et structures de l ESS, en le renforçant et le modernisant pour l adapter aux nouvelles réalités et garantir ainsi le fonctionnement participatif de nos organisations. Notre mode de gouvernance démocratique des entreprises d ESS intégrera des objectifs sociaux, civiques et environnementaux au-delà même des règles de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE). (proposition 7) 12

13 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale d encourager systématiquement le développement du mouvement de la consommation responsable et du commerce équitable par des politiques publiques et des accords internationaux (proposition 8). Troisième chantier : offrir de nouveaux choix sociaux L État social, dans les pays du Nord en général, est partiellement tombé en crise parce qu il n est pas parvenu à sortir de la précarité quelques 20 % de sa population active, parce qu il a exclu la plus grande partie des citoyens et des travailleurs des processus de construction des grands services publics destinés aux communautés et aux régions (éducation, santé, formation de la main d oeuvre ). Simultanément, l État social, dans nombre de pays du Sud, s est littéralement effondré sous l impact des programmes d ajustement structurel. Aujourd hui le «fondamentalisme de marché» est un échec car il ne parvient pas à démontrer qu il peut faire mieux que l État dans nombre de domaines par la privatisation de la santé, par le ciblage de la protection sociale, par la valorisation de l assurance privée. C est pourquoi nous demandons aux chefs d Etat et à leurs gouvernements : de soutenir, au Sud, la refondation d États sociaux, notamment par une collaboration avec nos initiatives d ESS qui contribuent à solidifier un développement endogène tout particulièrement en matière d agriculture, d épargne et de crédit, de santé et d habitat. (proposition 9) de travailler à renouer au Nord avec un Etat social lié à ses territoires (régions) et à ses communautés par une participation citoyenne organisée dans la délibération sur les choix des priorités locales et régionales (en matière de santé, d éducation, d habitat, de services sociaux ), dans le respect du pluralisme et de la diversité à la base de toute relation humaine. (proposition 10) de soutenir, partout et avec nous : - la vie associative productrice de lien social qui est indispensable, notamment par la création de nouveaux services collectifs telles que des coopératives sociales dans des secteurs comme la santé, l éducation, l habitat et que ceux-ci doivent émerger d une cohabitation active des États, collectivités locales, territoriales, avec les initiatives citoyennes : délégation de services publics, etc. - le développement de pôles collectifs de développement social (coopératives couveuses d activités, associations, coopératives d artisanat, structures d aide à l insertion par l activité économique...), afin de systématiser les passerelles entre la sphère économique et la sphère sociale, entre le secteur marchand et le secteur non marchand, - les initiatives pour faire de l ESS un espace de rencontres et de production d ententes de partenariat. (proposition 11) 13

14 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux de renforcer les solidarités intergénérationnelles au sein de vos pays par l appui apporté aux entreprises et organisations de l ESS, dont les fonds propres indivisibles assurent la durabilité (non opéables, non délocalisables). (proposition 12) de soutenir nos initiatives d ESS de démultiplication de la formation des futurs acteurs de notre développement, en lien étroit avec le monde universitaire et de la recherche, notamment par la création de centres internationaux de formation de dirigeants de l ESS. En effet, l ESS doit permettre aux nouvelles générations de participer à la gestion du système socio-économique, en ce qu elle peut constituer une voie d accès aux responsabilités. (proposition 13) d instaurer la reconnaissance au niveau mondial du principe universel de l égalité Hommes- Femmes et à mettre en place des politiques publiques concrètes en faveur du droit à l éducation, à la formation, à la santé, au travail, à dégager les budgets nécessaires à leur mise en œuvre et assurer leur évaluation. De notre côté, nous nous engageons à ce que les acteurs de l ESS accentuent leurs efforts et dispositifs en faveur de l égalité hommes/femmes, dans le partage des responsabilités comme des richesses créées notamment en développant des solidarités entre les organisations de l ESS. (proposition 14) Quatrième chantier : Mieux nourrir la planète La question écologique est en train de s imposer dans le débat démocratique tant au plan national qu au plan international. Les réponses à l urgence écologique sont partie prenante d une proposition centrale de l ESS pour la sortie de la crise. C est pourquoi nous demandons aux chefs d Etat et à leurs gouvernements : de mettre en place, prioritairement, par une éco-fiscalité appropriée, la conversion écologique de votre économie dans l habitat (efficacité énergétique) et dans le transport (collectif et public) en collaboration avec les organisations et entreprises de l ESS, en misant en priorité sur les énergies renouvelables (l éolien, la biomasse, le solaire, le géothermique ) et le retrait, sinon le contrôle, de l exploitation des énergies fossiles (gaz de schiste, pétrole ) en collaboration avec les organisations et entreprises de l ESS. (proposition 15) de construire et mettre en œuvre des politiques de soutien à une «agriculture écologiquement intensive» et à un aménagement intégré des forêts qui doivent s arrimer aux organisations paysannes et aux coopératives agricoles et forestières qui innovent dans ces domaines (biomasse, reforestation ). Nous soutiendrons vos politiques en ce sens en appelant nos coopératives et organisations paysannes à collaborer et à se solidariser afin de placer l innovation au cœur de leurs activités tout en s assurant de maintenir leur indépendance vis-à-vis des Etats et des communes. (Proposition 16) 14

15 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale d appuyer résolument, de concert avec les institutions internationales le droit des peuples à la souveraineté alimentaire en sortant l agriculture et la forêt des règles internationales du «tout au marché» dont elles sont prisonnières. (proposition 17) d impulser et réaliser une politique très volontariste de protection des écosystèmes : - en reconnaissant et en protégeant les diverses formes de gestion des ressources naturelles, matérielles et immatérielles, que forme l éventail des biens communs. - en s appuyant et en promouvant l ESS pour passer d une économie axée sur le maximum de profit à une économie durable. - en menant, avec les citoyens, la nécessaire «révolution bleue», par la promotion d une «économie bleue» recherchant la préservation des ressources en eau et le principe de précaution dans son utilisation. (proposition 18) Cinquième chantier : Réorienter la mondialisation pour l humaniser Ces nombreuses pistes n ont peut-être rien d une grande transformation à première vue, mais, mises ensemble, elles permettent d ouvrir la voie à une économie au service de la société et donc de sortir dans les faits, même si ce n est que partiellement, du capitalisme, de ce «tout au marché» tout en nous préservant par les dispositifs de la démocratie participative du «tout à l État». Il faut prendre acte des alternatives qui sont déjà là dans des dizaines de milliers d expériences évoluant à différentes échelles (locales, nationales, transnationales). C est pourquoi nous demandons aux chefs d Etat et à leurs gouvernements : d intensifier leur encouragement à la solidarité internationale, tout particulièrement la solidarité Nord-Sud et Sud-Sud, celle qui favorise le développement de nouveaux partenariats entre coopératives, mutuelles, fonds de travailleurs, associations, syndicats. En effet, l ESS constitue un vecteur d intégration de l économie populaire (dite parfois informelle) dans le système économique mondial. Ses principes et ses valeurs permettent la mutation de structures informelles en entreprises d économie sociale (coopératives, mutuelles, associations ). Pour cela, les Etats doivent favoriser et inciter ce basculement. (proposition 19) d encourager le développement de stratégies de renforcement de pôles continentaux et internationaux d ESS. C est à ce niveau que se situe le Forum international des dirigeants de l économie sociale dans son travail avec des organisations comme l Alliance coopérative internationale (ACI), l Association internationale de la mutualité (AIM) et divers réseaux continentaux de l ESS, lequel doit consister à croiser et interconnecter les réseaux d ESS existants, nationaux, régionaux, transnationaux, continentaux. (proposition 20) 15

16 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Pour mettre en œuvre ces chantiers et réaliser ces propositions : nous ferons mouvement par une action politique fédérative Afin d aider aux décisions ci-dessus et à leur mise en pratique, nous croyons nécessaire, aujourd hui davantage qu hier, d exercer une présence plus forte dans l espace public et des prises de position sur des questions de société (ce document en témoigne tout comme les Rencontres du Mont-Blanc que nous organisons depuis 2004). Près de 450 personnes venues de 60 pays ont participé aux Rencontres du Mont-Blanc depuis C est pourquoi nous soutiendrons davantage la dimension confédérative internationale des organisations de l ESS pour lui assurer plus de poids politique (ACI, AIM ), nous favoriserons la confrontation d expériences à l échelle mondiale, de manière à donner à ces réseaux, les outils nécessaires au développement de projets transnationaux, car l internationalisation de ces pratiques doit être multipliée.. Pour ce faire, nous exprimons notre volonté de faire mouvement dans la prochaine décennie avec d autres organisations (syndicales, écologiques, paysannes ) en instaurant un débat permanent autour de cette plate-forme de propositions (sociales, économiques et écologiques) dans la mouvance de cette grande rencontre internationale qu est RIO+20. En espérant que ces 5 chantiers et 20 propositions apparaissent dans vos conclusions. 16

17 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale L auteur : Michel Rocard, France Secrétaire National du Parti Socialiste Unifié français (PSU) de 1967 à 1973, Michel Rocard a été élu député des Yvelines en 1968, puis réélu en 1973 et en Il sera également Sénateur des Yvelines de 1995 à Michel Rocard entre au Gouvernement français en tant que Ministre d Etat, Ministre du Plan et de l Aménagement du Territoire, fonctions qu il occupe de 1981 à 1983, puis il est nommé Ministre de l Agriculture, de 1983 à Le 10 mai 1988, il est nommé Chef du Gouvernement français, fonction qu il occupera jusqu en En 1993, Michel Rocard prend la direction pour un an du Parti Socialiste en tant que Premier Secrétaire. Il est élu Député européen en 1994, puis réélu à cette fonction en 1999 et en Il préside plusieurs commissions au Parlement européen : il est élu Président de la commission du Développement en 1997, Président de la commission de l Emploi et des Affaires Sociales en 1999 et Président de la commission de la Culture, de la Jeunesse, de l Education, des Médias et des Sports en Il démissionne de l institution le 1 er février Depuis le 1 er Avril 2009, Michel Rocard assure les fonctions d Ambassadeur pour les pôles. 17

18 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Intervention de Michel Rocard à la 5 ème édition des Rencontres du Mont-Blanc 12 novembre 2011, Chamonix C est la première fois qu il m est donné de participer à vos Rencontres du Mont-Blanc. Ça me fait un plaisir considérable. À la différence de la plupart d entre vous, je ne suis pas un travailleur de l Economie Sociale, je n y ai pas d activité professionnelle permanente, je n en ai jamais eue. Il s agit chez moi d une découverte ou d une passion. Du fait que mon occupation principale aujourd hui dans la vie est la coopération internationale, cela m éloigne beaucoup de vous. Si bien que voilà au moins une quinzaine, sinon une vingtaine d années, que je n avais plus suivi l évolution de l Économie Sociale, sa dynamique au sein de ses différents familles, sa croissance dans mon pays et dans les vôtres. Et par conséquent, je suis arrivé ici en recherche de quelques surprises. Et, d après ce que je découvre, en vous écoutant, d après ce que je découvre en lisant les documents préparatoires à cette rencontre, je m aperçois que vous êtes en train de cristalliser un grand progrès. Naturellement, l Économie Sociale est un ensemble d institutions plutôt modestes, ça fonctionne plutôt lentement, ça ne croît jamais assez vite pour satisfaire nos inquiétudes, nos espérances, et nos volontés de les faire aboutir. Mais ça ne recule pas. Ça croît. Et quand je lis les documents d orientation qu on vous a remis à l entrée, je découvre cinq points pour moi majeurs assez largement nouveaux. L ampleur mondiale de l Economie Sociale et le rapprochement de deux mouvances Les deux premières découvertes, c est déjà que ces documents et ce que je viens d entendre à la tribune un peu rapidement, expriment une prise de conscience à l effet qu il s agit d un projet d ampleur mondiale, une prise de conscience de la dimension mondiale, des valeurs et des propositions de l Économie Sociale. C est un pas en avant déjà considérable. Je note aussi l aboutissement d un problème qui nous avait beaucoup gêné et que je décrirai comme la réconciliation, l approfondissement de la relation mutuelle entre les vieilles mouvances solennelles de l Économie Sociale, leurs aspects presque académiques, le grand mouvement coopératif, le grand mouvement mutualiste et cette floraison incroyable qu on a appelé les entreprises intermédiaires, qu on a appelé l Économie Solidaire, cette multiplication d initiatives très nouvelles, qui faisaient parfois un peu peur aux vieux solennels de la coopération et de la mutualité. Lorsqu en France, le mouvement vert a reçu une responsabilité ministérielle à ce titre et a demandé à s appeler l Économie Sociale et Solidaire, ça a surpris, ça a gêné le chef du Gouvernement. Mon vieux copain Lionel Jospin a répondu «c est trop long» alors ils ont décidé que ce serait le secrétaire d État seulement à l Economie Solidaire. C était 18

19 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale sympathique, chaleureux, novateur mais dans ma tête à moi, l inquiétude a surgi de voir se recreuser le fossé entre l innovation parfois teintée de gauchisme, les entreprises intermédiaires, le fabuleux travail fait par ce secteur dans la réinsertion de ceux qui ont perdu non seulement du travail mais toute relation avec le fait de travailler, de se lever tôt, d avoir une embauche, et le fait de rompre avec la haute tradition pluriséculaire maintenant des coopératives et des mutuelles. Je suis heureux, le rapprochement est fait, on parle ensemble, les valeurs évoquées sont les mêmes, je n ai plus retrouvé -j ai dû lire 60 ou 80 pages de vos travaux communs- je n ai plus retrouvé la trace de cette distinction, c est un pas en avant considérable et surtout on a échappé à un drame. Une autre découverte : l importance accordée à l économie populaire du Sud Et puis, je voudrais dire aussi que ces travaux montrent une découverte assumée que l Économie Populaire en Afrique, c est-à-dire l économie qu on appelle informelle. Je dois vous dire ici que je suis un vieux combattant du combat sémantique, du combat de vocabulaire, car dans la notion d «informel», il y avait aussi la prostitution, les trafics d armes, les trafics de diamants, les trafics de pierres précieuses C est un nom de colonisateur de qualifier l économie populaire d «économie informelle», c est un nom de mépris. Or, en droit, il faut nommer ce que l on combat. Je veux bien qu on appelle «informels» le trafics d armes ou la prostitution, mais l Économie Populaire, elle, elle est salubre. Et il faut l aider à grandir, il faut l aider à se stabiliser, il faut l aider à s officialiser, à la condition que le fait de s officialiser ne lui vaille pas un massacre fiscal. J ai aimé beaucoup voir la trace de ce combat-là à propos de l Économie Populaire, laquelle fait vivre un ou deux milliards d hommes, de femmes et d enfants sur la planète, ce qui est parfaitement intégré dans vos travaux dans la perspective générale de l Économie Populaire. C était pour moi une découverte tout à fait considérable. L Economie Sociale, une alternative au capitalisme J ai découvert aussi dans ces travaux la conscience enfin exprimée qu il y a là une forme alternative à ce capitalisme qui nous a vaincus, voici près d un bon siècle, et qui est en train de s effondrer, ou de vaciller, ou de craquer sous nos yeux. Cette crise mondiale dont on parle beaucoup des aspects financiers et jamais des aspects qui se traduisent par le fait que dans tous les pays développés aujourd hui -bonne chance aux autres, bonne chance aux émergents- dans tous les pays développés, à peu près 30% de la population est soit au chômage, soit en travail précaire, soit même pauvre, c est-à-dire même pas chômeur, même pas précaire. C est ça le cœur de la crise économique, et c est ça l amorce de ce transfert de pouvoir d achat qui, partant du monde des salariés qu il quitte, traduit un abaissement de la consommation, de la vitesse de la croissance, donc de l emploi, pour aller vers la spéculation financière, avec des sommes qui se traduisent par plusieurs dizaines de «T», puisque l unité qu emploient 19

20 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux maintenant les financiers qui commentent la crise, c est le «T», «T» pour trillions de dollars. Plusieurs dizaines de milliers de milliards de dollars. Toute cette dette qui ne sera naturellement jamais remboursée. Devant cette folie qui intégralement menace le monde, il y a prise de conscience. Je rencontre maintenant enfin, des journalistes à la quête de solutions de remplacement. Il est clair que l Économie Sociale en représente une. Cette prise de conscience est faite, elle est traduite dans vos documents. C est un changement de dimension et de responsabilité tout à fait considérable. Et puis enfin, l affirmation que la crise du capitalisme financier donne à l Économie Sociale des opportunités techniques, pratiques, beaucoup plus grandes que sans doute elle n en a jamais eues jusqu à présent. Mes amis, dans l Économie Sociale, on vit toujours du regret de la petitesse et de l insuffisance de nos forces. Ça fait du bien de revenir vous regarder quelques décennies plus tard. Ce que je viens de résumer ce sont déjà des pas de géant, et je voulais en souligner l importance. Des années 1980 à aujourd hui : la lente remontée de l Économie Sociale en France Vous me permettrez -les Français savent tout ce que je vais raconter maintenant en quelques minutespour vous qui ne l êtes pas en majorité, de vous dire comment ça s est passé de notre côté, puisque nous sommes le pays hôte aujourd hui. J ai beaucoup d inconvénients à parler de l Économie Sociale, car je n y travaille pas. Un deuxième inconvénient, c est quand même que je suis un peu vieux, je suis né en 1930, je n ai plus la mine chaleureuse militante de l adolescence, et ça explique que dans ma jeunesse, je suis devenu socialiste juste après la guerre, dans une démarche contre la guerre. Dans mon pays, à cette époque, le socialisme de chez nous allait très mal car, à peine sortis de la guerre, la France lançait déjà des campagnes de reconquête militaire de notre empire colonial perdu. C était un déshonneur flagrant. Certains se souviennent peut-être du scandale des vins, bref le Parti socialiste de France n était déjà pas très honorable. Et puis je m ennuie, et je m aperçois que ce parti a une insertion faible dans la population. Je suis un des rares de cette génération chez les socialistes, qui a fréquenté les écoles d été de l Internationale sociale-démocrate. Et là j ai rencontré les socialistes de mouvement plus puissants, moins congelés, moins paralysés, et j ai découvert qu ils se savaient fils des coopératives et des bourses du travail. J ai découvert que l ESPD allemand s appuyait toujours financièrement sur la banque des syndicats, j ai découvert que la grande force des socio-démocrates suédois prenait racine dans Consum où 50% de la consommation de toute la Suède passe par un régime de coopératives. Je rentre en France pour chercher un peu l équivalent. Et il n y en a pas, tout le monde s est oublié mutuellement. Coopératives et mutuelles vivotent, séparément les unes des autres, en oubliant qu elles 20

21 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale pourraient avoir quelque chose de commun, et sans jamais aucun rapport avec le monde syndical, et moins encore avec le monde politique. Je me bats, je lance des idées, j attire un peu l attention, un des résultats se trouva dans l écriture même du fameux «programme commun» de 1981 qui a, un court moment, rassemblé les communistes français et les socialistes. Et puis, voilà que François Mitterrand me nomme Secrétaire national du Parti socialiste chargé du secteur public. Et je découvre que le secteur public tel qu il est défini dans le «programme commun» comporte c est formidable ça les coopératives et les mutuelles. Mais c est aussi tout à fait étonnant. Je n ai donc pas été nommé Ministre du Plan et de l Aménagement du Territoire et de l Économie Sociale. J avais demandé à l être, je le fus un bref moment, et puis le Conseil d Etat, l organe de contrôle judiciaire de la vie du pouvoir en France, a annulé les mots d Économie Sociale dans mon décret de nomination parce que, l Économie Sociale, ça n existe pas me disait-on alors. Vous feriez mieux de commencer par la créer, avant de lui donner un Ministre. Je me suis raccroché aux mouvements en catastrophe, en demandant à être tuteur d un vieux collège solennel dont la moyenne d âge des membres dépassait 65 ans et qui avait plus de cent ans d âge, le Conseil Supérieur de la Coopération, né vers la fin du XIX ème siècle au grand moment de la montée coopérative. C est à partir de ce petit raccroc institutionnel on entre dans le monde de la politique avec des cliquets décisionnels qu on m a doté d une autorité ministérielle pour convoquer dans mon bureau les représentants des mouvements. J ai pu reprendre là un travail commencé au Parti socialiste. Car j avais commencé au Parti socialiste et, en un an et demi, j avais réussi à convaincre les mouvements de proposer au Parti socialiste qu ils soient non pas unifiés mais que leurs convergences soient organisées, qu on donne à cette convergence un Conseil représentatif, un outil administratif, un outil ministériel pour travailler, et si possible une banque pour les aider à se développer. Nous avions à ce moment-là ça c est avant la prise du pouvoir de 1981 passé plusieurs heures pour savoir comment appeler ce machin. Le machin qui réunissait des coopératives, des mutuelles, des associations. Je pensais même aux régies municipales et à toute l économie marchande non capitaliste et non étatique. Les régies municipales c est plus compliqué, on n a pas pu. On a mis deux fois deux heures pour tomber d accord sur «Économie Sociale». Ce mot figure dans les écrits d un très grand théoricien, Charles Gide, que probablement certains d entre vous fréquentaient, c est un des papes de la pensée de l Économie Sociale. On l avait oublié depuis 1905 ou 1910, l expression avait disparu. On la réveille, je crois bien qu on l a réveillé auprès de mouvements qui avaient même oublié que ce mot était employé. Et ça donne une résolution proposée au bureau politique du Parti socialiste en 1977, lequel la rejette au cri de «on s en fout ça n intéresse personne!». Je suis tenace, je remets ça, utilisant jusqu à la corde mon amitié 21

22 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux pour le N 2 du Parti socialiste qui coordonnait le travail, Pierre Mauroy, qui avait, lui, plusieurs amis insérés dans l Économie Sociale. Ça revient, nouveau rejet! Mais je suis tenace, l Économie Sociale réussira si elle l est. Janvier 1978, troisième délibération du bureau politique du Parti socialiste de France, la résolution est adoptée et elle est enfin signée. Interdiction de la publier, pour ne pas faire peur au monde du petit commerce, parce que nous allions avoir des élections législatives peu après. Enterrée donc. Adoptée mais enterrée. Plus tard, quand je réussis à attraper la qualification ministérielle, je m appuie sur la résolution et je la ressors. Personne n y peut plus rien maintenant. Et, en l espace de moins d un an, nous avons réussi à faire créer par la loi, une délégation interministérielle à l Économie Sociale. Elle existe toujours, elle n est plus interministérielle, elle est seulement ministérielle, elle a d autres attributions, la fougue n y est plus, l outil a été là, il a fait son travail. Puis, un Conseil Supérieur de l Économie Sociale qui la rassemble toute, immense première, est créé. C est la première fois que les agents des mouvements se découvraient tous ensemble, comme ayant quelque chose en commun. La création de la Banque, l Institut de développement de l Économie Sociale, qui vit toujours, qui est maintenant la Banque des coopératives et des mutuelles et même du monde associatif, qui tient debout, qui a réussi, qui est un succès. Et puis enfin, on a même inventé une procédure juridique. Vous avez besoin de grandir, vous avez besoin de monter des coups, parfois vous êtes trop petits, vos structures non capitalistes ne vous permettent ni les fusions d entreprises, ni même les groupements d intérêts économiques, c est-à-dire les fusions partielles pour faire une opération déterminée. On a inventé, écrit dans le droit français, ça y est toujours, ça sert beaucoup, le processus juridique qui est le concept de «groupement d Économie Sociale» qui permet même éventuellement à des associations, en tout cas à des coopératives et des mutuelles, de monter ensemble de nouveaux coups de croissance. Les outils sont là. L Economie Sociale ne connaît pas la crise. Ses structures résistent beaucoup mieux Si j avais, à l époque, osé compléter par ce que j ai découvert ici à l occasion de vos 5 èmes Rencontres du Mont-Blanc, ça ne serait jamais passé. Je n ai pas effrayé les fondateurs des mouvements pour oser ou faire dire ou demander aux mouvements de dire ensemble que, dans leur modestie et leur état d esprit de vaincus, ils étaient porteurs d un projet alternatif pour le monde. Alors vous comprenez mon état d esprit quand je découvre ce matin le chemin que vous avez fait depuis ce temps. Je ne suis pas fondamentalement des vôtres. Je suis des vôtres par demande intellectuelle et demande politique, d un sens au monde, d une limitation de la nocivité du capitalisme. Et aujourd hui nous sommes dans une 22

23 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale période où le monde entier est en train de nous le demander. Vous ne vous en apercevez pas, vous vous en apercevez peu. Vous vous grandissez trop peu. Vous portez encore avec vous la trace de votre histoire, qui est celle des vaincus, par les États, les polices, le grand capital. N oubliez pas que dans mon pays - mais ça doit être la même chose dans les vôtres - les premières coopératives qui sont nées étaient des coopératives destinées à fournir un enterrement décent aux ouvriers qui mouraient dans la misère. Nous pesons toute cette histoire, là, elle nous rend presque trop patients, et en tout cas presque trop timides. Ce que j ai envie de vous dire aujourd hui profondément c est que l état du monde exige d abord que nous nous mettions dans la tête que nous pouvons être des vainqueurs. L Économie Sociale, elle, ne connaît pas la crise. Non seulement elle n est pas affectée par cet effondrement du capitalisme qui se fait sous nos yeux, mais ses structures y résistent mieux. Il y a la récession, la baisse du pouvoir d achat, des coopératives sont en difficultés, mais l Économie Sociale dans son ensemble y résiste infiniment mieux que toute autre forme. Et à l évidence, le message inspiré ou né de l Économie Sociale a vocation à fournir des réponses, même si elles sont partielles. La révolution, c est fini, ça ne marche pas! Ca rate à peu près tout le temps. La révolution ça ne marche pas car là où ça a marché ça devient militaire. Nous sommes plutôt les hommes du «pas à pas». Notre lenteur nous honore. Et notre lenteur est une garantie de démocratie. Mais nous vivons cette période où il nous faut accélérer un peu. Car en effet, nous allons avoir la Conférence de Rio+20 et donc un bilan de 20 ans de travail de l humanité sur l environnement. J ai eu la chance de faire un voyage au Brésil il y a très peu de temps, et j ai rencontré des ministres effrayés de savoir déjà que cette Conférence va à l échec, puisque le bilan de ce qu on a fait pendant 20 ans est effroyablement faible, et que nulle part personne n a de raison d espérer que ça s améliore et que les méthodes changent. De plus, on sait que ce sont les marchés financiers, et les secousses boursières, qui vont faire l actualité depuis maintenant jusqu à la Conférence de Rio+20. Les secousses de la bourse et du capital financier vont nous occuper. S il y a un défaut de paiement grec, ou italien, ou portugais, ou irlandais juste avant, cette conférence sera enterrée. Une des forces de l Économie Sociale est son réseau mutualiste. Il y a parmi vous des banquiers avec une grande expertise, laquelle est, de plus, durement critique. Et elle est attendue maintenant! Je voudrais vous dire fortement que l Économie Sociale, au nom de son expérience, de sa droiture et de l efficacité de cette expérience, au nom de son savoir et au nom des valeurs qu elle porte -car c est aussi une crise des valeurs- a un devoir d offensive aujourd hui. Vous ne devez plus parler seulement pour le compte de l Économie Sociale et de la croissance de VOS entreprises. Il est temps que vous preniez conscience d un devoir d exprimer qu en matière d organisation de la finance par exemple, il y avait tout 23

24 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux autre chose à faire, que vous en êtes porteurs, et que vous entendez bien que cela soit dit. L Économie Sociale internationale ferait bien de convoquer un groupe de travail qualifié de ses plus importants manieurs d argent, qu ils soient mutualistes, financiers, assuranciels dans l assurance, l Économie Sociale est très forte. Le cœur de la crise actuelle : la précarité du travail Ce n est pas le seul aspect. Je le disais à l instant à propos du diagnostic, le fond de la crise dont on ne parle guère, c est le chômage, c est le ralentissement de la croissance, c est le sous-emploi. C est surtout la précarité. Sur cet aspect, il y a une étrange bataille sur la planète dont on ne parle pas. Car la science économique a fait une énorme mutation depuis un demi-siècle, vers une théorie dont on a dit qu elle était nouvelle. «Nouvelle» est un mot trop fort, disons vers l approfondissement d hypothèses anciennes mais tout de même formulées théoriquement de manière un peu nouvelle. Cela s appelle le «monétarisme». C est une version de la science économique très axée uniquement sur l organisation de la finance, qui part de deux principes de base, tous les deux faux, mais tous les deux très brutalement affirmés, «le marché est auto-équilibrant», donc ne vous occupez pas de demander aux États de réguler cet équilibre car il est auto-équilibrant. Et, deuxième affirmation de base, «tout équilibre de marché est optimal». Optimal ne veut pas dire parfait, mais ça veut dire que c est la moins mauvaise distribution d avantages et d inconvénients entre toutes les parties prenantes. Et avec de gros livres et un nombre effarant de formules mathématiques, de raisonnements mathématisés, on vous explique que si vous prétendez, avec des subventions, de la règlementation, ou des taxations, corriger des équilibres de marché, vous ferez nécessairement plus de perdants que de gagnants. Dans l esprit de cette théorie, le chômage, la qualité du marché du travail a cessé d être un élément de référence majeur, pour les outils de la pensée économique. Or les grands économistes, non seulement Karl Marx bien entendu, mais d abord Keynes, le plus puissant des fondateurs de l économie politique, avaient le plein emploi et le chômage comme référence centrale à leurs travaux. L apport majeur de Keynes à la science économique, c est que l équilibre dans le plein emploi n a rien de fatal et qu il n est pas très probable. Et tout son travail a été d explorer tout ça. La nouvelle théorie prend comme intérêt central le profit (et l art d en faire) et considère comme valeur motrice, comme indicateur majeur du fonctionnement du système, ce profit et sa diffusion. Elle transforme le chômage en un solde dû à la mauvaise qualité du fonctionnement des marchés. Mais de ce solde on ne s occupe pas, il est renvoyé à la charité publique, à la protection sociale et à la police. La science économique d aujourd hui n a plus le chômage dans ses perspectives reconnues. C est une honte internationale, qui met tous les hommes de cœur, pas seulement les réseaux de l Économie Sociale, tous 24

25 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale les hommes et les femmes de cœur dans ce pays, en désaccord avec une discipline académiquement reconnue. Et c est terrifiant. Or là, l enjeu, c est effectivement la baisse progressive de la part du produit brut qui va à la rémunération du travail. Mesdames et messieurs vous me direz que c est pareil. Pour les 15 plus grands pays de l OCDE, de 1980 à 2010, la part des salaires dans le produit brut est passée de 67%, presque 70, où elle était au début, à 57% maintenant, soit 10% de moins dans la part. La différence pour les 15 pays de l OCDE représente entre 60 et 200 mille milliards de dollars qui manquent à la rémunération des travailleurs et donc à leur emploi. Pour lutter contre la précarité, la force syndicale ne suffira pas En clair, la clé de sortie de crise, c est la solution à ce problème. Et je ne crois pas que, dans une situation de chômage et de précarité aggravée, la force syndicale suffise à redresser la barre. Même si les syndicats et même les gouvernements sont en train de prendre conscience que cette insuffisance de la part de la rémunération salariale dans le PIB est au cœur de la crise, s est ici posé le problème du statut des entreprises. Et c est là que vous intervenez. Dans le monde capitaliste, il n y a pas de statuts de l entreprise, bizarrement. Il y a un statut des sociétés de capitaux, et puis dans tous nos pays, c est presque pareil, un gros Code, complètement anarchique et pagailleux, qu on appelle le Code du Travail, qui est la somme des exceptions arrachées, soit par la loi, soit par la grève, soit par la lutte. Des exceptions arrachées au droit des sociétés de capitaux. Mais cette unité, qu est la collectivité d humains, hommes ou femmes, qui gagnent leur vie à partir d un même projet économique, cette unité-là n a pas d existence en droit car l entreprise appartient à des gens qui lui sont extérieurs et qui en sont les actionnaires. Le cœur de la crise, c est que des actionnaires veulent se débarrasser de la main d œuvre parce qu il faut la payer, et qu ils préfèrent du dividende. C est suicidaire! Et c est non viable à terme, mais c est ce qui s est passé. Il se trouve que l Économie Sociale c est le contraire! L Économie Sociale se définit à partir des finalités de l entreprise. L Économie Sociale est un rassemblement de travailleurs qui adhèrent à l entreprise, ce sont des sociétés de personnes. Clarifier le statut des entreprises. L Economie Sociale en fournit un bon exemple En France, on a une petite bizarrerie à corriger. Lorsque le mouvement coopératif, à la fin du XIX ème siècle, est monté en puissance et a demandé sa reconnaissance légale, la bourgeoisie, même républicaine, qui était en train de créer la laïcité, d installer la République, de se battre contre un Ancien 25

26 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Régime, a eu peur. Le mouvement coopérateur de l époque disait «nous sommes des sociétés de personnes, nous sommes des sociétés d adhésion». Et dans la concession qu a fait le Parlement du début de la III ème République, on en a plutôt fait des sociétés de capitaux même si chacun n avait qu une part égale, et que un homme égalait une voix au nom du capital apporté. On n a rien à faire de ce truandage, qui est une hérésie à laquelle il faudrait porter remède, puisque le temps est venu maintenant de clarifier les statuts. Et, je fais partie des contributeurs intellectuels, programmatiques, à la constatation que, pour sortir de la crise mondiale du capitalisme, du point de vue du chômage, il faudra changer le statut de l entreprise. Cependant quelques intellos et quelques écrivains ne font pas une force, la force c est vous! Vous êtes l exemple alternatif, de ce que dans les entreprises de l Économie Sociale, par leur nature et par leurs structures, ce sont d abord des hommes et des femmes qui forment l entreprise. Toujours est-il que la force que vous représentez doit maintenant devenir indicative de la solution et combattive. Interdiction donc de repli silencieux sur vous-même. L économie populaire au Sud : un immense chantier Et puis, cette découverte que j ai faite, je le répète, a été de voir l Économie Populaire au Sud considérée comme un immense chantier pour l Economie Sociale. C est un des problèmes clé de l Afrique aujourd hui notamment et d une partie de l Amérique Latine. Un des drames de l Afrique aujourd hui, c est la famine. Pourquoi? Immenses sont les zones où le grand capital a suggéré la monoculture d exportation, et dans la monoculture d exportation, ça a commencé dans l arachide, ça a continué dans le coton et dans le café. Il n y a plus de place pour l agriculture vivrière, pour l agriculture de subsistance, et là il faudrait éveiller des savoir-faire, des solidarités inter-entreprises. L Economie Sociale s impose donc dans cet immense chantier! C est un chantier sur lequel une fois de plus l Économie Sociale apporte un élément de solution. Quand on pense aux malheureux experts des Nations-Unies qui se cassent la tête pour savoir comment faire, et qui, de temps en temps, font de la charité publique en allant creuser des puits pour les mettre à la disposition des populations, sans que personne ne sache comment faire marcher les entreprises agricoles, dans quel environnement facilitant et avec quelle structure juridique. À vous le boulot! Ce sont les quelques réflexions que m a inspiré la lecture de vos travaux. Vous imaginez bien que j ai passé une soirée et une nuit fort agréables à découvrir les pas conceptuels que vous aviez fait. Et maintenant, et je terminerai sur ce point : vous n avez plus le droit d être timides, vous n avez plus le droit du repli isolé chacun dans son pays. Il faut assurer la pérennité des Rencontres du Mont-Blanc, parce qu il y a dans ces rencontres collectives un devoir d échange d expériences et d élargissement du champ. Vous êtes, que vous le vouliez ou non, aux premières lignes dans le combat contre le capitalisme financier pour sortir l humanité d une crise qui la menace. Bravo, et aussi merci! 26

27 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale Les co-auteurs : Thierry Jeantet, France, Président des Rencontres du Mont-Blanc Forum International des Dirigeants de l Economie Sociale et Solidaire, Directeur Général d EURESA, France (biographie page 109) Abdou Salam Fall, Sénégal, Professeur et chercheur à l Institut Fondamental d Afrique Noire (IFAN), Sénégal, (biographie page 54) Gérald Larose, Canada Président de la Confédération des Syndicats Nationaux (CSN) de 1983 à 1999, organisateur communautaire au centre local de services communautaires (CLSC) de Hochelaga-Maisonneuve et détenant deux maîtrises, théologie et service social, de l Université de Montréal, Gérald Larose est professeur invité à l École de travail social de l Université du Québec à Montréal (UQAM). À titre bénévole, il a présidé le Groupe d Économie Solidaire du Québec (GESQ) et il préside le conseil d administration de l entreprise d insertion de jeunes Insertech Angus, la Caisse d Économie Solidaire Desjardins et le Conseil de la Souveraineté du Québec. Il est également administrateur des Rencontres du Mont-Blanc - Forum International des Dirigeants de l Économie Sociale et Solidaire. 27

28 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Les attentes du Sommet de la Terre Rio+20, par Thierry Jeantet, Gérald Larose, Abdou Salam Fall, France, Sénégal, Canada Article collectif publié sur LeMonde.fr le 19 juin 2012 Le 20 juin prochain s ouvrira, à Rio de Janeiro, le 5 ème Sommet de la Terre. L Organisation des Nations- Unies, organisatrice de l évènement, a choisi d intituler ce rassemblement Rio+20, en référence au Sommet tenu dans cette même ville brésilienne 20 ans plus tôt. En 1992, la Conférence des Nations- Unies sur le Développement Durable (UNCSD) avait permis à tous les Chefs d Etat présents de s accorder sur l élaboration d un programme intitulé Agenda 21, contenant recommandations à suivre pour orienter l action de l Humain vers un développement dit durable. Les thèmes de la Conférence des Nations-Unies sur le Développement Durable A l ordre du jour du Sommet de Rio+20, l UNCSD a déterminé deux thèmes centraux autour desquels s articuleront les débats du Sommet de Rio+20 : «l économie verte dans le cadre du développement durable et de l éradication de la pauvreté» et «le cadre institutionnel du développement durable». Le premier de ces thèmes portant sur la «green economy» a incontestablement suscité le plus de réactions et de réflexions, mais aussi de contradictions. L économie verte a en effet mis en relief les profondes divergences de conceptions et de perspectives économiques entre des pays aux niveaux de développement très disparates. Incontestablement aussi, ce premier thème repose sur la maîtrise du changement climatique. Mais attention, l écueil à éviter, observé dans la phase post-rio 2012, sera de ne pas réduire les recommandations et les décisions à des considérations uniquement environnementales. Le développement durable, dont l acception du Rapport Brundtland (1987) fait l unanimité, se définit par «un développement qui réponde aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins». Grâce aux Sommets de la Terre déjà tenus, la communauté internationale s est accordée sur le fait que cet objectif de développement durable ne pourra être atteint que si les mesures entreprises sont économiquement, socialement et environnementalement viables, et régies selon des principes de bonne gouvernance. Justement, le deuxième thème pose lui la question de l existence d une gouvernance mondiale et des mécanismes d action dont elle doit se doter pour être effective et efficace. Il conviendra alors au Sommet de Rio+20 de concevoir une nouvelle architecture de la gouvernance mondiale, sans reproduire des tentatives échouées, sans démultiplier des instances déjà existantes et dont les limites apparentes doivent servir de dissuasion à recréer ces modèles. Pour que celle-ci soit réelle, pour que la voix de chacun soit prise en compte, pour se prémunir des dérives observées jusqu alors. Il s agit là de repenser la conception 28

29 Chapitre I : L économie sociale et solidaire sur la scène politique internationale et la réalité actuelle de la gouvernance mondiale, une gouvernance dépassant les clivages nationaux et régionaux. L implication de nouveaux acteurs dans le processus de décision En 1992, l Agenda 21 a donné lieu à la création de «Major Groups» ou groupes majeurs, chargés de représenter les organisations de la société civile. Les Major Groups sont aujourd hui au nombre de neuf : Femmes, Autorités Locales, Communauté Scientifique et Technique, Business et Industrie, Enfance et Jeunesse, Travailleurs et Syndicats, Paysans, Peuples Indigènes, ONG. Si ces Major Groups sont impliqués dans le processus de préparation du Sommet, et bénéficient ponctuellement de fenêtres de visibilité, leur rôle est limité en ce qu il reste consultatif. Véritable troisième thème imposé de la Conférence de Rio+20, l enjeu de Rio+20 pour les Major Groups sera sans aucun doute d obtenir un statut participatif, c est-à-dire de pouvoir proposer des amendements au texte de la Conférence, au même titre que les représentants des Etats. Au-delà de la consultation donc, la participation effective de la société civile est sans conteste un des enjeux de la Conférence de Rio+20 et le processus de préparation du Sommet en a été le reflet. Cet enjeu participe sans conteste du deuxième thème central choisi par l UNCSD sur la nécessité de penser et faire naître une gouvernance mondiale. Des modes d action pour concilier activité économique et développement durable L accord général sur les recommandations de l Agenda 21 et les espoirs nés du Sommet de Rio 1992 n ont visiblement pas produit tous les effets escomptés. Dans la recherche de cohérence entre les discours et les actes, force est de constater que d amères contradictions sont apparues au cours de ces vingt dernières années. Ces actes, aux conséquences contraires à une conception de développement durable, sont nombreux et leurs dégâts quantifiés par nombre d études scientifiques menées depuis lors. Déforestation, émissions de gaz à effets de serre, consommation d énergies fossiles, déplacements de populations, exploitation de main d œuvre expliquent la surexploitation de la faune et de la flore, les inégalités économiques et sociales, l uniformisation des cultures et des spécificités de territoires que nous connaissons. Et les crises qui s en sont suivies. Et si un autre modèle était (déjà) en marche? Face à ces crises multiples économique, financière, sociale, écologique les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) s appliquent à saisir l opportunité de faire connaître et reconnaître l ESS. Amener la preuve, par l exemple, que d autres formes d entreprendre conciliant efficacité économique, sociale et environnementale sont possibles. Des formes d entreprendre qui dépassent les frontières, sans distinction de ressources, de richesses, de niveaux de développement, de cultures. 29

30 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux L Economie Sociale et Solidaire est, de fait, déjà ancrée dans le paysage économique de nombreux pays -elle représente aujourd hui environ de 10% du PIB mondial- elle existe sur tous les continents, sous différentes formes. Mais comment lui faire changer d échelle et mettre en valeur sa capacité à s inscrire dans une dynamique transfrontière? En cette période charnière, quels enjeux l ESS doit-elle relever pour exister au-delà des frontières? L ESS transfrontière et transcontinentale Parce que les valeurs et les méthodes de l Economie Sociale et Solidaire reposent sur des principes universels, l ESS porte en elle la capacité de fédérer des acteurs de tous les continents. De fait, l ESS transfrontière existe déjà. En 2004 a été créé le Forum International des Dirigeants de l Economie Sociale et Solidaire, association française de loi 1901 du nom des Rencontres du Mont-Blanc (RMB) 1. Rassemblant des dirigeants du monde entier -40 pays représentés lors des dernières Rencontres de les RMB participent de cette ESS transcontinentale. Les forums organisés régulièrement visent à faire se rencontrer des dirigeants de l ESS de tous les continents pour co-construire des projets aussi divers que les semences libres ou le développement de la filière biogaz. Au-delà de cette véritable «Project place», les membres des RMB sont conscients de la nécessaire reconnaissance de l ESS pour la voir se développer et ainsi rendre accessibles à tous des formes d entrepreneuriats alternatifs. C est pourquoi figure parmi les principales activités des RMB la sensibilisation des organisations internationales et des hauts-dirigeants du monde. Par une présence humble mais persévérante à quelques-uns des grands rassemblements internationaux, les RMB communiquent et diffusent leurs travaux. A l occasion de la Conférence des Nations-Unies sur le Développement Durable -Sommet de Rio+20- prévue en Juin 2012, une lettre contenant 20 propositions de mesures à adopter pour promouvoir l ESS a été adressée aux 193 Chefs d Etats membres de l ONU, afin de les sensibiliser simultanément sur la nécessaire prise en compte de l ESS dans leurs politiques publiques. Alors que le modèle dominant s essouffle et montre ses limites, il ne s agit plus de promettre mais de prouver. Prouver que d autres modèles existent, capables d opérer un déplacement : placer la dignité et le potentiel de l Humain comme finalité de l activité économique, qui elle n est qu un moyen

31 CHAPITRE II : LES SOLUTIONS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE POUR LA SORTIE DES CRISES

32 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux L auteur : Nicolas Cruz Tineo, République Dominicaine Licencié ès sciences économiques de l Université autonome de Saint- Domingue, le parcours de dirigeant d économie sociale de Nicolas Cruz Tineo passe par sa participation au réseau de clubs de jeunes, le mouvement étudiant universitaire et le militantisme de gauche dans lequel il s investit jusqu en Il se consacre à l économie solidaire depuis 1986, date à laquelle il créa, avec un groupe d activistes, l Institut de Développement de l Economie Associative (IDEAC), dans le cadre duquel il accompagne le développement d initiatives d économie solidaire et dont il est actuellement le directeur exécutif. Nicolas Cruz Tineo a supervisé l élaboration du Plan stratégique de l IDEAC destiné à faire de l économie sociale et solidaire (ESS) une alternative au débat national en République Dominicaine. Il a notamment contribué à la constitution du Réseau d organisations d économie solidaire (REDESOL) de son pays et à l élaboration du projet de loi d économie solidaire, et organisé deux séminaires internationaux sur l ESS en République Dominicaine. Il a participé à divers événements internationaux, en tant qu intervenant ou participant actif, parmi lesquels deux rencontres du RIPESS LAC, une du FIESS, et deux des Rencontres du Mont-Blanc - Forum International des Dirigeants de l Economie Sociale et Solidaire, à Chamonix en novembre 2011 et à Rio de Janeiro en juin Il a publié plusieurs articles sur l ESS dans des journaux, livres et revues. 32

33 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises L économie sociale et solidaire : un nouveau système économique, par Nicolas Cruz Tineo, République Dominicaine Introduction Il nous a été demandé d expliquer en quoi l économie sociale et solidaire constitue ou peut constituer une issue ou solution à la voie de destruction et de catastrophes sociales et écologiques sur laquelle une petite élite dominante irrationnelle a engagé le reste de l humanité. J ai accepté de relever ce défi non pas parce que je prétends avoir la réponse, mais parce que tous les êtres humains, si humbles soient-ils, peuvent et doivent apporter leur pierre à l édifice afin de construire un monde régi par la culture de l amour de la vie. Dans le présent travail, nous tenterons de façon générale de comprendre la dynamique actuelle, les tendances et facteurs qui déterminent le stade historique dans lequel se trouve actuellement l humanité et de proposer des règles en vue de contribuer à son progrès, celui-ci étant entendu comme le développement des facteurs scientifiques, culturels, spirituels, de la coopération et de l amour de la vie, pour dépasser ainsi la préhistoire dominée par la concurrence et la lutte égoïste pour la possession matérielle et le pouvoir oppresseur sur les autres. La crise des paradigmes économiques et sociaux et l émergence de l ESS comme réponse pratique proposant une nouvelle approche philosophique et scientifique centrée sur les travailleuses et travailleurs, nous oblige à repenser les sciences sociales, et en l occurrence l économie. C est pourquoi nous nous attacherons dans un premier temps à démontrer la nature irrationnelle du capitalisme et son caractère historique, avant d aborder son processus de développement et d interpréter la crise actuelle, pour finalement aboutir à la proposition de l économie sociale et solidaire (ESS), avec les facteurs qui indiquent le déclin du capitalisme, les conditions qui favorisent le développement de l ESS et le sujet qui peut la mener à bien, comme processus de transition vers un nouveau mode de production ou système économique, social et politique post-capitaliste. Mes contributions se baseront sur l expérience acquise pendant près de 30 ans en tant qu instigateur et facilitateur du développement des capacités d initiatives de l ESS, détenues par des travailleurs indépendants établis en zone rurale et urbaine de la République Dominicaine, sur les apprentissages tirés de ma participation à de multiples réunions, séminaires, ateliers, forums, panels et événements de 33

34 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux réflexion, en tant que conférencier ou participant actif, organisés dans mon pays ou dans de nombreux autres pays, et évidemment de la lecture réfléchie et critique sur le sujet. En ce sens, le présent document se fonde sur l approche de l économie politique du travail 2, tout en reconnaissant et en respectant la diversité de points de vue dans le domaine de l ESS, lesquels peuvent très souvent être contradictoires ou complémentaires entre eux. Cette diversité est l expression de la richesse des sources existantes de construction de la connaissance et de la nouvelle pensée économique et sociale nécessaire au soutien théorique du nouveau projet de société. Ces sources de construction de la connaissance sont constituées par la grande diversité d initiatives, de propositions, d organisations, de groupes d animateurs, de chercheurs, d universitaires et d activistes qui apportent dans toutes les parties du monde leurs contributions pratiques et théoriques à la construction de l ESS, comme moyen d atteindre l émancipation de l amour de l humanité et de la vie. 1. La rationalité irrationnelle de la mondialisation capitaliste L étape actuelle d évolution et de développement de l humanité se caractérise par l exacerbation extrême de la concurrence et le conflit d intérêts égoïstes entre les hommes au détriment de leur nature coopérative, collaborative et de leur amour fraternel avec leur entourage. Cet esprit de compétition qui règne pour la possession de la richesse et l accumulation de biens matériels est présenté de nos jours comme une vertu et est par conséquent favorisé puisqu il constitue la base idéologique du système capitaliste en vigueur. La promotion économique, sociale, politique et culturelle en faveur d initiatives privées, motivée par la recherche du profit à tout prix, et par là de l accumulation matérielle en faveur d une personne, d un groupe ou d une classe sociale, génère la lutte entre individus, groupe d individus, classes sociales, nations et groupes de nations, pour le pouvoir économique par l appropriation et la possession, par quelque moyen que ce soit, des biens que la nature nous offre si généreusement et des richesses créées par les travailleuses et travailleurs. Afin de reproduire cette réalité qui n est favorable à court terme qu à une élite représentant environ 5 % de la population mondiale, une structure économique et sectorielle complexe dominée par quelques 500 grandes entreprises et protégée par un appareil juridique, politique et militaire extraordinaire a été 2 Il est fait référence à la pensée ou au courant des sciences économiques développé(e) en Europe à partir des socialistes utopiques tels que T. More ( ), T. Campanella ( ), Saint-Simon ( ), Fourrier ( ) et Owen ( ) et établi(e) en tant que science par K. Marx ( ). 34

35 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises construite au niveau local et mondial. Cette dernière aliène le reste de la population travailleuse, qui se transforme en simples consommateurs, à travers la défense et la justification médiatique des grandes sociétés de communication et de l industrie dite culturelle. Telle est la réalité qui explique la présence historique de l actuelle culture de la concurrence et l exercice de la violence comme moyens d établir des relations entre les êtres humains. La lutte pour l accumulation des richesses, des moyens de production et des ressources naturelles se fonde sur des relations sociales d exploitation sauvage du travail, de la nature et de la biodiversité par le capital, lequel transforme et commercialise tout ce qu il touche. Cette conduite se traduit par le gaspillage, l opulence, l ostentation du pouvoir, la consommation effrénée, l indolence, le consumérisme, les fausses apparences, le scepticisme, etc., d une grande partie de la population, dont la principale préoccupation et source de bonheur semble être de consommer sans limites. Afin de maintenir cette dynamique sans fin, les dirigeants et propriétaires de l économie mondiale n ont d autres choix que de conserver une croissance soutenue de l économie, laquelle est synonyme d augmentation de leurs richesses et de leurs possessions et partant, d une augmentation intensive et extensive de la pauvreté, de l épuisement à court terme des ressources naturelles et de l accélération de la destruction des écosystèmes et donc de la biodiversité. L humanité ne peut continuer à croire qu il est possible de construire des relations de coopération et d amour générant un bien-être durable avec les seuls mécanismes automatiques de marché, sans l intervention de la volonté collective des hommes. Il est évident que les marchés sont conduits par les propriétaires et chefs des grandes entreprises, ellesmêmes propriétaires des richesses, lesquels détiennent par conséquent non seulement le pouvoir économique, mais également le pouvoir politique, militaire et médiatique qui leur permet de contrôler les États et de prendre les décisions qui leur sont favorables en matière de politiques économiques et sociales. Le mode de production capitaliste se développe et se reproduit sous cette rationalité et est représenté dans chacune des formations économiques et sociales de tous les pays, lesquelles sont rattachées à la 35

36 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux formation mondiale dite «mondialisation». Plus avant nous expliquerons la signification actuelle et la manière dont sont structurées ces sociétés locales avec la formation mondiale. Au vu de ce qui précède, il convient que tous les travailleurs manuels, intellectuels et spirituels nous unissions dans le cadre d une stratégie collective commune pour prendre notre histoire en main, construire et conduire notre propre destinée, tant au niveau local que mondial, si nous souhaitons un monde régi par des relations de coopération et de collaboration solidaire dans lequel les biens matériels, sociaux, culturels et naturels soient des moyens communs d obtenir le bien-être et le bien-vivre. Il est par conséquent fondamental de connaître et de comprendre la phase de développement historique dans laquelle se trouve la formation capitaliste actuelle pour réaliser les apports nécessaires à la transformation et au dépassement des causes qui produisent et reproduisent ces relations d exploitation et par là l iniquité, l injustice, la misère, l insécurité alimentaire et énergétique, la pollution, la destruction de la biodiversité et de la vie sur la planète. 2. Le caractère historique des modes de production Enrichie par la sociologie et l anthropologie, l économie politique du travail a démontré que le processus d évolution de la société a traversé différentes époques historiques de développement appelées «modes de production» ou «systèmes économiques et sociaux» caractérisées par le type de relations sociales établies. Ces relations de production, qui peuvent être des relations de coopération ou d exploitation, sont déterminées par le degré de développement des forces productives ou par les formes d'organisation du travail, les technologies, les connaissances et les ressources naturelles pour la production de biens et de services matériels et spirituels de consommation, et conditionnées par la forme d appropriation de ces derniers. Les sciences sociales ont ainsi identifié, de façon séquentielle quoique non linéaire, différents modes de production allant du communisme primitif au mode de production capitaliste actuel en passant par l esclavage, le féodalisme et le mode de production asiatique. L économie politique du travail a posé l hypothèse de l avènement du communisme en tant que nouveau système économique et social basé sur la coopération collective et la vie communautaire dans une totale liberté et de la démocratie sociale, politique et économique en tant que système économique post capitaliste. 36

37 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises En termes sociaux et politiques, chaque système économique et social implique des classes sociales à l exception de la future société communiste où prédominent les biens communs comme le prévoit l économie politique du travail. Ces classes se différencient par la position qu elles occupent dans le processus de production, laquelle se définit par la possession ou non des moyens de production. C est ainsi qu il existe la classe des propriétaires et celle des dépossédés. Il convient de signaler que ces différents systèmes ou modes de production ne se présentent ou ne se manifestent pas concrètement sous leur forme la plus pure au niveau local ou mondial. D autres types de relations coexistent en effet à chaque époque historique et dans des espaces géographiques déterminés aux côtés des formes et relations de production dominantes, du fait de vestiges de systèmes antérieurs s adaptant à la nouvelle époque ou de l apparition de relations et nouvelles formes d organisation de la production plus avancées pouvant contenir en soi un système supérieur. Cette coexistence de relations économiques et sociales de différents modes de production adaptées et regroupées sous le mode de production dominant à une époque donnée porte le nom de «formation économique et sociale». Chaque mode de production existant possède ses propres expressions sociales en termes de classes, groupes et secteurs qui le représentent et luttent entre elles pour le pouvoir économique et politique, les relations arriérées finissant par s adapter au mode dominant et les classes représentant le nouveau système en germe et en développement au sein de ces structures entrant progressivement en contradiction avec ces dernières. Dans l actuelle formation économique et sociale, le système dominant tant au niveau local que mondial, est le système économique capitaliste, dont la relation est une relation d exploitation du travail humain par le salaire et la nature. Dans la formation économique capitaliste, coexistent des relations économiques esclavagistes 3 et féodales 4, adaptées d une certaine façon et avec plus ou moins de force, en fonction du pays, de la région ou du secteur productif, lesquelles relations ont été intégrées par le capitalisme dans son réseau de relations pour se reproduire géographiquement et sectoriellement. De la même manière, il existe des réminiscences de communisme primitif 5 et il est important de noter que des relations modernes 6 de coopération et de solidarité fleurissent partout. 3 Selon Andrew Cockburn, National Geographic ( ), de 15 à 20 millions de personnes sont esclaves pour dettes en Inde, au Pakistan, au Bangladesh et au Népal. Citation de Fernanda Ochoa, Dans de nombreux pays du Sud, beaucoup d entreprises agricoles accèdent à la terre par métayage ou par le biais de propriétaires terriens qui prélèvent 50% de la production des travailleurs. 5 Dans les communautés indigènes d Amérique du Sud et d Afrique. 6 Le coopérativisme, les organisations à but non lucratif et les diverses initiatives d économie solidaire menées partout dans le monde. 37

38 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Les modes de production successifs et leurs respectives formations économiques et sociales sont nés et se sont développés au sein du mode en vigueur à une époque donnée. Autrement dit, c est au sein de l ancien mode de production et sur la base de ses propres contradictions que le nouveau mode de production est conçu et se développe jusqu à s imposer, suite aux contradictions et à la caducité de l ancien système, et à établir de nouvelles relations sociales de production. 3. Gestation, développement et maturation du système capitaliste Le capitalisme est né au sein du féodalisme à partir des serfs libres qui fuyaient ou achetaient leur liberté aux seigneurs féodaux avant de se consacrer à l artisanat, au commerce et à d autres activités économiques, culturelles et scientifiques, affranchis de tout lien féodal. Cette économie et cette société naissante s organisent dans les bourgs où il est donné libre cours à la créativité et aux initiatives individuelles et collectives, lesquelles ont permis aux sciences, aux techniques, aux arts et à l organisation sociale de se développer comme jamais. Sa croissance et son développement, en Europe principalement, s étendent sur plus de 6 siècles, jusqu au XVIIIème siècle, date à laquelle débutent la révolution industrielle en Angleterre et la révolution française, toutes deux expressions sur le plan politique de sa transformation en système économique dominant. C est à partir de ce moment que le processus d internationalisation s accélère, tout d abord à travers le commerce de marchandises et l occupation de territoires en quête de matières premières, puis par la transnationalisation du capital industriel et financier, jusqu à atteindre la phase impérialiste et de la mondialisation actuelle. Cette mondialisation ou internationalisation du capital qui marque le début de l étape impérialiste mondialisée est un phénomène qui surgit entre la fin du XIX ème siècle et le début du XX ème siècle avec l apparition des monopoles, et avec eux de la branche du capital financier comme facteur d accumulation, d expansion et de domination de marchés, à travers les dettes et investissements étrangers. C est à partir de là que sont reconnus le capital lié à l économie réelle, autrement dit à la production et au commerce, et le capital financier lié à la sphère monétaire. 38

39 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises La mondialisation impérialiste qui s est développée rapidement tout au long du XX ème siècle et jusqu à nos jours, est dominée par les grands monopoles alliés aux États 7, principalement ceux des pays appartenant au G7 qui imposent, déterminent et conduisent la destinée de l humanité et de la planète en fonction de leurs intérêts, de leur soif de profits et de l accumulation démesurée de richesses et de pouvoir. Des taux élevés de croissance économique soutenue constituent une condition inhérente au capitalisme pour garantir l accumulation et la reproduction. C est la raison pour laquelle il doit étendre constamment la demande en intégrant toujours plus de personnes dans son système de consommation et/ou en augmentant le pouvoir d achat de la société, en pénétrant de nouvelles zones géographiques et en intensifiant l investissement en l étendant à de nouveaux secteurs de l activité économique qu il n avait pas encore investis. Lorsque ces conditions ne sont pas réunies pour garantir des niveaux satisfaisants de profits et d accumulation de capital, le système entre en crise et doit par conséquent changer le modèle économique sur lequel repose le modèle d accumulation du moment. À cet effet, il recourt à tous les moyens à sa disposition, notamment aux politiques économiques et même à des actions violentes telles que les guerres de rapine, pour s emparer de ressources et de marchés dans n importe quelle partie du monde 8, et utilise l appareil politico-militaire de l État comme gendarme et moteur de l expansion. C est pourquoi dans son état impérialiste mondialisé actuel, le capitalisme utilise non seulement les relations d exploitation qui lui sont inhérentes mais également des pratiques telles que la spoliation, les menaces, le blocus, le dumping, le chantage, la corruption, la tromperie, le mensonge, la désinformation, les coups d État et la violation de la souveraineté et de la dignité des peuples du monde entier. Cette réalité explique le fait que la mondialisation actuelle, placée dans un contexte de concurrence permanente auquel n échappent pas même les groupes les plus puissants sur le plan économique et politique, a mis en danger l ensemble de l humanité et la planète elle-même. Nous nous trouvons actuellement face à de multiples menaces dont nous devons avoir conscience et que nous devons nous préparer à affronter. Ces menaces (Arruda 2010) nous obligent à réfléchir et à élaborer une stratégie pour surmonter cette étape de l histoire de l humanité. Les menaces les plus importantes sont les suivantes : 7 Il existe aujourd hui dans le monde près de entreprises transnationales, 87 % d entre elles étant des entreprises de pays développés qui créent des filiales dans le monde entier. 500 d entre elles concentrent à elles seules 97 % des marques et brevets, 80 % du commerce, 80 % des investissements étrangers, 90 % de la production industrielle et 70 % de la production agricole et de la pêche (Quintana, 2009). 8 Invasions récentes de l Irak, de l Afghanistan et de la Lybie justifiées par des mensonges. 39

40 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux a) Acheminement du monde vers une proposition unique de croissance économique sans limites sous prétexte de moderniser et d accroître la productivité des entreprises, ce qui nous est vendu comme étant le développement. b) Inculcation dans le monde entier des éléments et valeurs culturels dominants, dont le mode de développement se caractérise par des mouvements de haut en bas et de l extérieur vers l intérieur de manière à garantir son hégémonie, ainsi que la destruction des économies et de la diversité culturelle locale et nationale. c) Subordination des économies nationales aux politiques, stratégies et intérêts des entreprises et des groupes transnationaux. d) Concentration des richesses et des capitaux au détriment des travailleuses et travailleurs. e) Croissance du secteur privé aux dépens des biens publics, de la société et de l État. f) Mondialisation de la commercialisation des êtres humains et de la nature. g) Généralisation de la mendicité, du paternalisme et du clientélisme comme mesures compensatoires envers la population exclue. h) Application de mesures correctives et compensatoires face aux dommages causés à l écologie et à la nature. C est ainsi que se manifeste et se comporte le capitalisme impérialiste mondialisé à la fin de sa vie. Tel un monstre qui a épuisé tous les moyens de s alimenter et qui, pour continuer à vivre, est sans pitié et n hésite pas à tout dévorer sur son passage, quels que soient les moyens à employer pour y parvenir. 4. La crise actuelle est structurelle et intégrale, symptômes du déclin capitaliste Lorsqu il est question de crise, la littérature économique officielle ou dominante et les médias donnent l illusion auprès de la population que ce n est qu à ce moment-là que le capitalisme loge tout le monde à la même enseigne et qu une fois la crise surmontée, tous les maux disparaîtront. Or il n est pas de mensonge plus pernicieux. Il s ensuit que l on ne parle de crise que lorsque les capitaux investis et leurs propriétaires ne connaissent pas un retour sur investissement jugé satisfaisant. Autrement dit, lorsque la croissance économique ralentit, et par conséquent le rythme d accumulation des richesses des propriétaires des moyens de production. Aucune plainte cependant dans le cas inverse, lorsque les gains générés sont foison et que la richesse s accumule rapidement du fait de la forte croissance de l économie. Paradoxe, s il en est, malgré la hausse du nombre de créations d emploi et de programmes de prestations sociales en période de prospérité, il n en demeure pas moins que pour plus de 40 % de la population 40

41 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises mondiale qui lutte pour survivre avec moins de deux dollars par jour et d un milliard de personnes qui souffrent quotidiennement de la faim, la crise est permanente, chronique et endémique. Il n est pas fait état de cette crise que l on considère simplement comme normale et inévitable. Point n est besoin de tirer la sonnette d alarme ni de s inquiéter. La croissance économique apportera son lot de solutions lorsque le marché redistribuera une partie des richesses vers le bas. Les crises du système économique capitaliste sont par conséquent des crises du profit et de l accumulation liées à sa nature profonde et à ses contradictions internes. Ce sont des événements qui lui sont inhérents puisque par essence, alors que la production devient de plus en plus sociale, l appropriation des richesses créées est de plus en plus individuelle et privée. «En d autres termes, les contradictions inhérentes au mode de production capitaliste provoquent tôt ou tard l apparition de la crise, qui agit comme une forme d ajustement violent des disproportions existantes, constituant ainsi un mécanisme d autorégulation du système qui convertit les crises en événements inévitables» (Quintana, 2009). Le fait est que l histoire de ce système économique et politique se déroule à travers des crises périodiques, tant structurelles ou systémiques que cycliques 9, tout en accroissant la pauvreté, la faim et l exclusion du plus grand nombre. Avec ou sans crise, le processus d accumulation ne s arrête pas, seul son rythme change. En parallèle, le système produit sans arrêt des inégalités desquelles découlent la pauvreté, l exclusion sociale et la destruction de la nature. En raison de leur logique et de leur condition intrinsèque de recherche maximum de profits, les capitaux étaient, dans leur première étape de développement dominée par la sphère de la production et le commerce, investis principalement sur les marchés territoriaux. Dans la phase mondialisée actuelle, prédominée par la sphère financière, les capitaux sont investis sur les marchés sectoriels (production ou financier) en fonction des meilleures possibilités de profits. Ces marchés s assument et s organisent selon des modèles propres. C est pourquoi ce système économique oscille, au cours de la phase impérialiste mondialisée, entre les deux modèles d accumulation qui succèdent, en fonction des meilleurs rendements offerts, à une période déterminée. 9 Les crises structurelles sont celles qui impliquent un saut d une phase de développement à une autre ou d un modèle d accumulation à un autre, comme dans le cas de la révolution industrielle et de la révolution française, de la révolution de dans différents pays d Europe, des crises survenues entre 1929 et 1933 qui ont établi le rôle de l État comme régulateur, celle de 1970 qui a vu la fin de l étalon-or au profit du dollar et celle de 2008 pour laquelle il n a pas encore été trouvé d issue. Les crises cycliques sont celles qui se succèdent au sein d un même modèle sur de plus courtes périodes. 41

42 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Les crises peuvent par conséquent survenir tant dans les sphères de l économie réelle (de la production, distribution, échange et consommation de biens et de services) que dans la sphère monétaire ou financière (actifs financiers ou titres valeurs émis par des institutions financières) qui peut ou non avoir une influence sur la production et le commerce ou toucher les deux sphères en même temps. En ce sens, la crise actuelle, qui est structurelle, peut être qualifiée d intégrale, dans la mesure où elle affecte tant la sphère de la production et du commerce que la sphère financière. Elle est structurelle car elle doit procéder à des ajustements tant au niveau de l infrastructure économique que de la superstructure politique et culturelle. C est l actuel développement scientifique et technologique qui en est à l origine, ainsi que les perspectives d épuisement des sources d énergie, des minéraux stratégiques, de l eau, de la biodiversité et d autres ressources naturelles. Elle s aggrave du fait de la pollution et de l augmentation du chômage, ainsi que des grands flux migratoires en provenance des pays du sud qui en découlent. Tout ceci ajouté à ce qui précède explique qu il soit obligé de procéder à des réajustements en termes d organisation et d utilisation des facteurs de production, de modes de gestion, au niveau des relations internationales et des processus d internationalisation de ses investissements. À n importe quelle étape de son développement, le système capitaliste est confronté aux crises structurelles en raison de la réduction des profits et donc à des difficultés de reproduction. Ces crises font partie de sa dynamique de développement et de changement d une étape à une autre ou d un modèle d accumulation à un autre, tandis que les crises cycliques survenant en leur sein opèrent les ajustements nécessaires. Afin de surmonter chaque étape, le système a démontré avoir la capacité de la flexibilité et de la mobilité pour se réajuster, non pas par autorégulation du marché comme le préconisent les économistes du système, mais par l intervention intelligente et opportune des chefs d entreprise et de l État à son service. C est pour cela que l on peut dire que la crise est structurelle et intégrale, puisqu elle affecte autant le marché financier que le marché réel ou de production de biens et de services de consommation, et qu elle entraîne l épuisement des ressources naturelles, le déplacement et l exclusion de la plus grande partie des travailleurs 10. À cela s ajoute le formidable niveau atteint par les forces productives et leur processus de développement impossible à arrêter, face à des relations de production qui exploitent et spolient de plus en plus le travail et la nature. 10 Selon l OIT, plus de 50% de la population économiquement active est composée de travailleurs informels ou appelés autonomes en ESS. 42

43 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises Cette réalité me permet d affirmer que la crise actuelle n est plus la crise de l un des modèles d accumulation mais celle du mode de production ou du système économique et de la politique capitaliste, qui entraîne dans son sillage la crise de sa superstructure politico-juridique et culturelle. Il convient par conséquent d étudier, de comprendre et d utiliser à bon escient les facteurs qui s accumulent pour la surmonter et favoriser les progrès vers une société régie par la coopération, la collaboration et la solidarité. 5. L Economie Sociale et Solidaire : un modèle ou un nouveau mode de production J ai tenté dans les paragraphes précédents de faire la distinction entre les concepts de modèle et de mode de production. Au vu de la confusion créée, nous allons nous efforcer de définir précisément ces concepts afin de lever tout ambiguïté. On entend par mode de production ou système économique la modalité historique qu assument les relations de production face à un niveau déterminé de développement des forces productives et qui est constitué par la structure économique et la superstructure politico-juridique et idéologique. Le modèle économique renvoie à la forme particulière que revêt, au niveau d une formation économique et sociale, un mode de production déterminé, lequel dépend dans le capitalisme des caractéristiques du modèle d accumulation de capital (Montolla, 2007). Cette distinction s avère essentielle et utile à l heure de déterminer la stratégie de la proposition de l ESS face à la crise actuelle du système. Si l on considérait l ESS comme un modèle économique, il est évident que ses propositions apporteraient une solution à la crise du modèle d accumulation capitaliste et que, par conséquent, ses stratégies reproduiraient les relations d exploitation en vigueur. Si au contraire, on la considérait comme le germe d un nouveau mode de production qui prend naissance au sein du mode de production capitaliste, les stratégies viseraient à dépasser ce mode de production et ses relations actuelles d exploitation du travail et de la nature. L importance de cette différenciation réside dans le fait qu actuellement, les dirigeants des multinationales, sous l impulsion des gouvernements du G7 et des organismes internationaux tels que le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale, etc., parlent de la nécessité de changer de modèle économique pour 43

44 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux sortir de la crise. Le débat actuel des dirigeants du système et des gouvernements des pays riches touchés par la crise financière se centre sur deux propositions de sortie de crise : a) d une part, celle des défenseurs du modèle néolibéral monétariste promouvant la privatisation des biens publics, la réduction des dépenses des gouvernements et en particulier le démantèlement des États-providence, autant de mesures encouragées par les grandes banques et les multinationales et dont l Union Européenne, avec à sa tête l Allemagne, le FMI, la Banque mondiale et les États-Unis se font les porte-paroles, le marché jouant un rôle de régulateur. b) d autre part, celle des néo-keynésiens qui proposent notamment, sur l exemple des BRIC 11, de retourner à un mode de croissance basé sur la production et le commerce en augmentant la demande au moyen de politiques et de mesures de soutien aux investissements publics et privés, associées à des programmes sociaux destinés à profiter aux classes moyennes à travers les petites et moyennes entreprises et en conférant à l État un rôle d agent régulateur plus important. C est dans le cadre de cette dernière que s inscrivent les propositions de la dénommée «économie verte» promue par les Nations-Unies, avec l accord des grandes entreprises 12. Cette dernière élargit sans restrictions et au moyen de politiques incitatives les possibilités d investissement pour exploiter les ressources naturelles protégées par des réglementations nationales, et tente d introduire une réglementation internationale à laquelle devraient se soumettre les différents pays, notamment les pays du Sud qui détiennent les plus grandes réserves naturelles au monde. Quoique soutenus par des groupes économiques distincts, ces deux courants et visions économiques aux approches différentes ne s excluent pas dans le fond. En règle générale, ils se mettent d accord pour appliquer des politiques économiques mixtes, l un pouvant prendre le dessus sur l autre en fonction du modèle d accumulation ou groupe dominant à un moment et lieu donnés. De la même façon, ces deux courants visent à garantir la reproduction du mode de production capitaliste, ce qui explique que les États interviennent pour financer les faillites des banques et ainsi surmonter la crise du système financier international, même si ce sont le marché et ses dirigeants dérégulés, mus par l avarice et l appât démesuré du gain, qui ont créé et fait éclater la bulle financière et spéculative. 11 Groupe de pays dits émergents comprenant le Brésil, la Russie, l Inde et la Chine d où le sigle BRIC. 12 Cf. le document intitulé «The future we want,», draft zéro, formant la base de la discussion de la Conférence sur le développement durable, Rio + 20, qui s est tenue en juin dernier à Rio de Janeiro, au Brésil. 44

45 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises Il en découle deux questions fondamentales concernant la définition et le rôle de l ESS auxquelles je vais m efforcer de répondre : a) Premièrement, l ESS est-elle un modèle économique intégré à la reproduction capitaliste? Si tel était le cas, elle gérerait un nouveau modèle d accumulation basé sur le rôle de premier plan joué momentanément par des entités à orientation sociale mais néanmoins centrées sur la croissance économique et la recherche de profits. Le fait est que pour se différencier des propositions déréglementées des marchés et de celles en faveur de l intervention de l État en tant que régulateur, il lui faut proposer une troisième voie basée sur des entités autonomes par rapport à l État et au secteur privé. Cette alternative pose la question de savoir qui doit jouer le rôle de régulateur de l économie et ce qui pourrait remplacer les entreprises privées et l État. Dans la mesure où le système ne peut exister sans ces mécanismes de gestion, il serait alors mis fin au capitalisme en tant que système dominant. Il conviendrait alors d examiner le rôle que joueraient en ce sens les coopératives de nombreux pays du monde, lesquelles se sont adaptées et fonctionnent désormais de la même manière que les entreprises capitalistes, ayant abandonné leurs principes et leur nature initiale au profit de la gestion économique comme nouvelle raison d être. b) La deuxième question est la suivante : l ESS est-elle un nouveau mode de production qui est né et s est développé sous différentes formes, en différents lieux et à différents degrés au cœur du système capitaliste mondialisé? Comme nous le démontrerons dans le paragraphe suivant, je penche pour cette dernière possibilité dans la mesure où comme en témoignent les expériences d initiatives d ESS menées partout dans le monde, ces dernières permettent de bâtir de nouvelles relations sociales basées sur la coopération et la collaboration entre les travailleurs et avec la nature. De même, elles appliquent de façon équitable la répartition des richesses, pratiquent l autogestion démocratique, durable et transparente des biens communs, dans le respect de l écologie et de l environnement, en organisant la production de manière à garantir le droit à la souveraineté alimentaire grâce à l application de normes en matière de commerce équitable, finances éthiques et consommation 45

46 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux responsable tout en garantissant la parité hommes-femmes. Toutes ces pratiques d organisation de l économie sont contraires à la nature du système économique capitaliste. Cela signifie que l ESS continue de construire son propre système de relations sociales, production, distribution, reproduction et consommation, qu elle possède déjà en partie. De la même manière, elle est force de propositions en matière de gestion démocratique de l économie, du pouvoir politique et de la culture, sur la base de principes éthiques, moraux et spirituels concourant à l organisation structurelle d une société coopérative entre les êtres humains et la nature, émancipée de l aliénation mercantile propre au système capitaliste. 6. Les facteurs qui rendent possible le développement de l'economie Sociale et Solidaire Pour les défenseurs du mode de production capitaliste, l'économie est un système global qui domine et englobe tous les autres sous-systèmes, y compris la biosphère, donc, de ce point de vue, ils justifient leurs positions pour agir sur les problèmes environnementaux, sans modifier les aspects fondamentaux de l économie, dont les pratiques sont à l'origine de ces problèmes ou de ces «externalités» pour reprendre leurs termes. Autrement dit, l'économie crée des externalités (pollution, changement climatique, etc) et des dommages non souhaités ou collatéraux, et cette même économie peut, en utilisant la science et la technologie, les résoudre tout en les marchandant. Par conséquent, pour sauver l'économie capitaliste, la marchandisation des richesses naturelles devrait se poursuivre tout comme la marchandisation des services créés pour résoudre les problèmes environnementaux. Dans les Caraïbes, cela est communément appelé «le commerce rond» (negocio redondo). Au contraire, la vision de l'ess est de considérer que la biosphère est le système dans lequel le soussystème économique se développe comme partie intégrante de celle-ci, donc, pour résoudre les problèmes environnementaux actuels, nous devons transformer les relations d exploitation qui caractérisent le sous-système de l'économie capitaliste. Avec cette vision, nous sauvons le concept original d'économie comme l'art d entretenir le foyer. L'ESS assimile le système économique capitaliste à un cancer par sa nature exploiteuse, qui pour exister doit maintenir une croissance constante, au détriment des autres sous-systèmes et du corps même qui 46

47 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises abrite ce système, que nous appelons la «maison». Par conséquent, la solution aux problèmes environnementaux seraient trouvée en éliminant les rapports d'exploitation et en imposant comme remède permanent les relations de coopération, la collaboration et l attention portée à la «maison» pour toutes celles et ceux qui l'habitent. Bien que nous ayons évoqué plus haut, en termes généraux, les éléments qui tendent à l'extinction du système économique capitaliste, il est nécessaire de détailler ces éléments qui démontrent ce qui se passe réellement. Pour cela nous examinons les facteurs qui se sont accumulés et qui indiquent sa proche disparition. Je dois préciser que bien qu il s agisse de grandes contradictions, aucun système économique et social, et encore moins le système capitaliste, ne se détruit automatiquement, nous devons l aider à disparaitre en utilisant ces contradictions. Pour transformer le système capitaliste mondialisé, il faut une action consciente des sujets, déterminée et intelligente, sur les plans économique, politique, culturelle et idéologique, qui, en dirigeant les forces productives (la technologie, les connaissances, le travail et son organisation) et les nouveaux rapports de production, ont la condition et la mission historique d'être la force qui défera les structures -économiques, juridiques et politiques- anciennes et dépassées, qui soutiennent ce système. La transformation d'une société vieillissante, en une autre société émergente, nécessite d'accumuler des facteurs objectifs et subjectifs, qui non seulement fragilisent l'ancien système, mais également renforcent le nouveau système économique qui se développe en son sein. 7. Les facteurs pour dépasser le système capitaliste mondialisé Facteurs objectifs Ils sont liés à des contraintes physiques et économiques qui empêchent la croissance continue du «cancer». Parmi eux nous signalerons les facteurs suivants: a) L'existence du marché mondialisé, dans le prolongement duquel est garantie sa reproduction. A grande échelle, ce marché a créé un ensemble de sociétés monopolistiques, parmi lesquelles 147 possèdent 40% de la richesse mondiale (S. Vitali, J.B. Glattfelder, and S. Battiston, 2011). Plus particulièrement, sa croissance a pénétré dans toutes les régions et tous les secteurs économiques de la planète. C est pour cela que le marché demande de supprimer les limites 47

48 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux imposées par la réglementation et les lois relatives à la protection des écosystèmes naturels qui ne sont pas encore marchandisés. b) Il a supprimé la majeure partie des valeurs d usage, en les marchandisant, tel que le travail domestique, l'éducation, la santé, l'eau, la terre, l'air, etc. c) Afin de se reproduire, il recourt à la création de besoins de consommation nouveaux et superflus, qui augmentent la demande de biens non vitaux. d) La recherche incessante d'exploitation de toutes les ressources et des propriétés de la nature, utiles au commerce mondial, tel que le brevetage des plantes médicinales et d autres éléments de la biodiversité et de la génétique. e) L'appropriation privée des biens communs tels que les écosystèmes naturels. f) L accélération de l'obsolescence des biens et la planification de l arrivée des nouvelles technologies sur les marchés. g) L'incapacité d'absorber plus de 50% des travailleurs 13 et des travailleuses à l échelle mondiale, qui compte-tenu du taux élevé de chômage, des bas salaires, de la précarité croissante et de l insécurité au travail, préfèrent développer des activités et des initiatives économiques autonomes, augmentant ainsi le recours à l'économie dite informelle. h) La contradiction fondamentale du système est déjà extrême, laquelle établit que, tandis que la production est de plus en plus sociale, l'appropriation de ses résultats est de plus en plus individuelle ou privée. Déjà, en 2000, sur 7 milliards de personnes dans le monde, seulement 2% de tous les adultes dans le monde, environ 70 millions de personnes, possédait plus de la moitié de la richesse mondiale. Seulement 1% des adultes les plus riches possédait 40% des actifs mondiaux. En outre 90 % de la richesse mondiale totale «est fortement concentrée en Amérique du Nord, en Europe et dans les pays à hauts revenus de la région Asie-Pacifique. Avec 6% de la population mondiale, l'amérique du Nord possède 34% de la richesse mondiale 14». Tous ces facteurs sont exprimés comme des tendances qui se renforcent chaque jour et s imposent comme une réalité, qui génèrent des facteurs nouveaux et plus complexes, et qui créent les conditions de la disparition du mode de production capitaliste mondialisé. Facteurs subjectifs Dans son désir démesuré de recherche de ressources et du maintien de niveaux de bénéfices et de croissance économique, l'économie capitaliste a peu à peu démantelé tout le système juridique, politique, institutionnel, éthique et moral dans lequel il s est développé. Ainsi, ce système : 13 Selon l Organisation Internationale du Travail, dans les pays pauvres, la proportion de l activité informelle oscille entre 35 et 90% de la population active

49 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises a) Ne tolère pas les lois qui créent des obstacles aux activités économiques, implantant le libéralisme partout, promouvant et créant de nouvelles règles en fonction de ses intérêts. b) En vertu de sa logique, les lois existent pour être violées, avec la complicité des États, il crée des paradis fiscaux, des zones franches, des traités de libre-échange et maintenant promeut l'économie verte. c) Les monopoles exigent la pleine liberté d'action dans les économies des pays du Sud, violant les lois du travail, de protection des ressources naturelles et des écosystèmes, ou bien promeuvent la modification des lois, exigeant une sécurité juridique pour leurs investissements. d) Entraîne la perte de légitimité et de crédibilité des gouvernements et des élites patronales devant la population, par le recours au mensonge, au chantage, à la corruption, etc., malgré des dépenses publicitaires pour la promotion de la dite responsabilité sociale des entreprises, la diffusion commerciale et politique. e) Promeut la liberté, mais la liberté qui convient à ses intérêts. La liberté avec et en faveur des monopoles, ce qui est complètement contradictoire 15. f) Pour développer leurs ventes, les monopoles recourent à des «contre-valeurs», à la contreéthique, à la dépravation, comme moyen de diffusion de la culture du consumérisme auprès de la population. g) Décomposent et rendent inefficaces des institutions juridiques et politiques du système, tels que les pouvoirs de l Etat, la justice, la sécurité, etc. h) Les pratiques éthiquement perverses dans la politique d'immigration de la part des pays riches, qui exigent et imposent la liberté pour le capital mais qui criminalisent la liberté de circulation des travailleurs. i) Tous les postulats et principes moraux, éthiques, philosophiques, politiques, culturels et même religieux, sur la liberté, la démocratie, la justice, l économie, sont interrogés et remis en cause par de plus en plus de gens qui se basent sur les faits, ce qui génère la méfiance, l'incrédulité, la déception et la réflexion sur des paradigmes alternatifs. Par l'accumulation historique des facteurs objectifs et subjectifs dont certains décrits ci-dessus parmi bien d'autres (je n'ai mentionné que les plus évidents à ce stade), cela nous montre que dans la phase actuelle du développement capitaliste, apparaissent des indices qui mettent en évidence que le processus d'extinction de ce mode de production a déjà commencé. 15 Alors que le leadership impérial mondial exige la liberté de mondialiser toutes les ressources et les moyens des pays pauvres, «il ne permet pas de mondialiser ni la main-d'œuvre ni le territoire politique et économique des pays riches et fortement industrialisé. Il ne permet pas non plus de mondialiser les bénéfices de la mondialisation» (Arruda 2010, 75). 49

50 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Sur ce point, je partage l'hypothèse que certains auteurs ont proposé que cette étape serait l'aboutissement du processus d'évolution du capitalisme 16. Il ne s agit pas de la fin du monde, mais de la fin du monde capitaliste et de tous ses maux. Alors maintenant, quel mode ou système de production, nous humains, construisons-nous? Les paragraphes suivants portent sur cette question. 8. Conditions favorisant le développement de l'ess en tant que mode de production postcapitaliste Basée sur la loi de la dialectique, la synthèse capitaliste (mode de production), a développé à l extrême son antithèse (les contradictions inhérentes à celle-ci) donc logiquement, il doit émerger une nouvelle synthèse (un nouveau mode de production). Cette synthèse est-elle le mode de production de l'ess? Nous tenterons de donner des lignes directrices qui permettent de confirmer cette hypothèse. La mondialisation du système économique actuel a entraîné de nombreuses pénuries et menaces mais également des opportunités prometteuses pour l'humanité, dont nous devons tirer profit. Pendant que se sont accumulés des facteurs indiquant le recul du processus d'évolution du capitalisme comme mode de production -ce qui est très encourageant- se sont également accumulés en son sein d'autres facteurs ou aspects potentiellement positifs pour l'avenir de l'humanité. Marco Arruda (2010, 69-70) appuyé par divers auteurs, a recueilli ces aspects, que je vais détailler brièvement : a) Emergence et développement de nouveaux systèmes d'organisation de production à plus petite échelle et flexible, qui utilisent de plus en plus les connaissances plutôt que le travail manuel. b) Les innovations dans l'organisation de la production facilitent l'utilisation de la créativité des travailleuses et travailleurs, réduisant ainsi le travail monotone et abrutissant. c) Avec les innovations en informatique et en robotique, la perte de temps et d'énergie humaine consacrée au travail se réduit, ce qui augmente la productivité et créé la base de la créativité et de nouvelles innovations en matière de technologie, de culture et de science. d) L'émergence de systèmes d'auto-gestion, de co-gestion et de co-propriété du fait de l'utilisation de la haute technologie et des connaissances, qui sont le fondement d'une culture organisationnelle de l'information, ce qui donne plus de mobilité et d'autonomie aux travailleurs et aux travailleuses. 16 Des auteurs tels que Marcos Arruda, 2010, Samir Amin, 2005, Edgar Morin, 2010, parmi beaucoup d'autres, soulèvent cette hypothèse en analysant les différents facteurs qui permettent de vérifier l'exacerbation des contradictions inhérentes au capitalisme. 50

51 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises e) L augmentation du potentiel de libération du travail humain (travailleurs autonomes) par rapport à l'emploi salarié dans le système capitaliste, et valorisation du travail associatif, lequel génère une praxis de communication et de création comme noyau du développement effectif de l humain. f) Une intensification des échanges solidaires, de la complémentarité des connaissances et des ressources, de la solidarité dans les luttes, de l'expansion de la conscience d une espèce unifiée dans la diversité, facilitée par les progrès de la télématique et avec elle de la démocratisation de la communication. g) Dans la mondialisation, est offerte la base matérielle pour le développement des relations de coopération, ce qui permet aux travailleurs du monde entier de s unir pour une humanité responsable, plurielle et solidaire. Tous ces aspects ont créé et développent le domaine de la culture, de l'écosystème, de l'environnement économique, technologique et social, dans lequel il est né et où peut croitre le mode de production de l'ess -ou comme on voudra le nommer. Il est clair que ce dernier sera basé sur les rapports de production fondés sur la coopération, la collaboration, la solidarité entre les êtres humains et de ceux-ci avec la nature. Il ne peut en être autrement, parce que sinon, notre espèce, la maison où nous vivons et avec elle toute la vie disparaîtraient, ou pour le moins seraient victimes d'un catastrophe sociale et écologique irréparable. Mais nous sommes des êtres intelligents et nous nous avons pris conscience de cette situation à la croisée des chemins. Comme l'ess est gérée par des travailleuses et des travailleurs, le contexte cidessus a également donné lieu à l émergence de sujets qui conduisent au processus de développement et de triomphe final de l ESS en tant que système économique mondial, et, de là, à l'humanisation du monde. 9. Le sujet porteur et conducteur du changement En vérité il n'est pas aisé d assumer la tâche de transformer la mondialisation actuelle développée pendant plus de cinq siècles, où l'économie est le protagoniste et les humains sont des choses négociables, et parallèlement de construire une nouvelle mondialisation, où l'homme est le protagoniste de son économie afin de «remplir sa vocation historique [et évolutive] d être l acteur de son histoire et de son développement en tant que personne, communauté, société et espèce» (Arruda 2010). Il est difficile, voire impossible, si les gens prêts à le faire ne forment qu un petit groupe, une minorité qui 51

52 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux devrait assumer le rôle de héros de films américains. Nous devons assumer cette tâche titanesque et glorieuse en impliquant la grande majorité des travailleuses et des travailleurs exploités et exclus, y compris ceux qui résistent à partir de n'importe quel poste de travail ou de lutte, les intellectuels, les éducateurs populaires, les chefs d'entreprises et les organisations d'économie sociale et solidaire, les universitaires, les écologistes, les agriculteurs, les féministes, les jeunes, les homosexuels, les personnes handicapées, les militants du mouvement social et des droits de l'homme, les peuples autochtones et toutes les personnes disposées à faire partie de cet exploit honorable. Il est positif et plein d'espoir de rappeler que toute cette force est déjà en construction et en mouvement, générant et accumulant chaque jour des richesses matérielles collectives, culturelles et idéologiques, en dirigeant et en gérant la propriété commune des coopératives, des entités à but non lucratif, des groupes d'auto-assistance, de mutuelles, de fondations indépendantes, de groupes de gestion des écosystèmes écologiques et des aires protégées, de producteurs écologiques, de banques éthiques, éthique bancaire, d associations professionnelles, de banques communautaires, de groupes et de militants de la consommation responsable, des réseaux et des bourses d échanges solidaires, de la culture libre, du tourisme responsable ou de l'écotourisme, du troc, de la permaculture, de l'écovillage, de la décroissance, du Slow Food, du bien-vivre, des peuples autochtones, des monnaies solidaires, de la diversité sexuelle, etc. Toutes ces expressions relèvent de la propre initiative et de la créativité des personnes impliquées, qui disposent d autonomie, de diverses formes d'organisation, d'action et de démonstration de solidarité. "Le renforcement du pouvoir socio-économique et politique et l'hégémonie culturelle du travailleur [et j ajouterai de la travailleuse] en tant qu'individu et en tant qu'être social et espèce complexes, en constante et chaque fois plus consciente évolution, est la source d'une transformation annoncée de la civilisation" (Arruda 2010, 306). Ce sujet nouveau «transformateur» ne peut se développer et assumer son rôle de protagoniste sans une éducation complète à une éthique de la conservation de l'espèce humaine, et avec elle de la nature, de la solidarité et de l'amour pour la vie. 52

53 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises Références bibliographiques Amin Samir, Au-delà du capitalisme sénile, pour un XXI ème siècle non nord-américain, Buenos Aires, Arruda Marcos, Créer le réel possible, la formation intégrale des êtres humains, économie solidaire, développement et l avenir du travail, Barcelone Montoya Aquiles, Manuel d Economie Solidaire, Université d Amérique centrale, Salvador, Morin Edgar, Vers l abîme, Mondialisation au XXI ème siècle, Madrid Ochoa María Fernanda, Escalavage contemporain : une réalité occulte, Costa Rica, Octobre del 2004 OIT 2009, La mondialisation et l emploi informel dans les pays en développement. Orellana Gazaga Maite, L Economie Solidaire comme forme d organisation économique alternative au système capitaliste mondial, Barcelone, Juillet 2007 Quintana Martínez, D., "Une vision de l actuelle crise totale du capitalisme", dans Contributions à l Economie, février 2009 sur S. Vitali, J.B. Glattfelder, and S. Battiston: The network of global corporate control, Zabala Salazar Hernando Emilio, Modèles Economiques Solidaires, Guide Didactique et Module, Medellín

54 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux L auteur : Abdou Salam Fall, Sénégal Abdou Salam Fall (PhD) est sociologue à l'institut Fondamental d'afrique Noire (IFAN) de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal. l'université d'amsterdam aux Pays-Bas. Enseignant-chercheur depuis vingt ans, il est titulaire d'un doctorat en sociologie urbaine à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar et d'un doctorat en sociologie économique de Abou Salam Fall dirige le Laboratoire de recherche sur les Transformations économiques et sociales (Lartes) de l'ifan au Sénégal depuis Il est également le responsable du nouveau programme de doctorat "Sciences sociales appliquées au développement" à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar. Le Professeur Abdou Salam Fall a été Président du RIPESS, réseau intercontinental de promotion de l'économie sociale et solidaire de 2002 à 2006, il est Président d'honneur du Groupe sénégalais d'économie sociale et solidaire depuis 2007 et membre du Conseil scientifique du CIRIEC International depuis

55 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises Les réponses de l économie sociale et solidaire aux besoins sociaux dans le monde, par Abdou Salam Fall, Sénégal Introduction Les situations de crise que le monde a connues ont révélé l impératif du développement de l intérieur des sociétés ainsi que les limites de l économie spéculative. De plus, les systèmes de mesure de l activité économique ne reflètent pas suffisamment les changements structurels qui caractérisent l évolution des économies modernes (Stiglitz, Sen, et Fitoussi, 2009) alors que les modes de régulation internationale s avèrent également peu favorables à leur ancrage national et local. Se soustraire du marché mondial n est pas le but, mais bien le refus de s accommoder à des règles non négociées sur des bases démocratiques. Or, il apparaît bien que la concentration des richesses entre les mains d une minorité demeure le mode opératoire capitalistique. Ceux qui produisent les richesses sont exclus des sphères de régulation sous contrôle des multinationales. Il en résulte des inégalités nouvelles qui ne peuvent corriger les inégalités structurelles qui sont à l origine des nombreux problèmes sociaux : non accès au travail, travail indécent, non-respect des droits humains, faim et famine, inégal accès aux services sociaux fondamentaux, déséquilibre des ensembles géographiques, inégalités de genre et de génération, habitat précaire, revenus incertains, cadre de vie dégradé, faible accès aux capitaux, perte de biodiversité, menaces environnementales diverses, etc. Les réponses de l économie sociale et solidaire face aux besoins sociaux sont analysées dans cet article sous trois axes : l inclusivité de la croissance, la durabilité /la soutenabilité des modes de production et le passage à l échelle des initiatives entrepreneuriales. Ces réponses fraient la voie à la gouvernance multidimensionnelle, cette gouvernance qui installe des processus de co-production par les principaux types d acteurs du pluralisme économique : l économie publique cohabitant avec l économie privée et l économie sociale et solidaire. 1. L économie sociale et solidaire contributive d une croissance inclusive L insertion à la marge qui est le reflet de mauvaises conditions de travail et de bas salaires ainsi que le déficit d accès à l information économique, contribuent à produire une participation étriquée des pauvres à la croissance. 55

56 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Le rapport de Stieglitz, Sen et Fitoussi (2009), établit bien que les rapports entre la croissance moyenne du PIB par tête et les inégalités se creusent: «beaucoup de personnes peuvent se trouver plus mal loties, alors même que le revenu moyen a augmenté 17». Il apparait que la croissance reste captée par les franges aisées dans de nombreux pays en l absence de mécanismes impliquant les acteurs populaires dans l économie moderne. Il s y ajoute les effets pervers de la croissance sur l environnement et autres vulnérabilités qui rigidifient les inégalités sociales. L analyse de Mckay (2008) met en relief le fait que des niveaux élevés de vulnérabilité, font que les pauvres seront moins susceptibles, de s engager dans des activités risquées qui ont le potentiel d être plus rentables. La contribution de l économie sociale et solidaire dans la lutte contre l insécurité économique repose également sur l augmentation de revenus et leur conversion en services pour les populations pauvres (Fall A.S., 2007). A l inverse, la croissance inclusive introduit la perspective à long terme des processus de développement (Lanchovichina et Lundstrom, 2009). Stiglitz, Sen et Fitousi (2009) insistent sur l importance de la «soutenabilité du niveau de bien-être», c'est-à-dire l accumulation de capital multidimensionnel en stock suffisant pour être consommé rationnellement et transmis aux générations futures. Ils encouragent dès lors la nécessité de disposer de mesures d instruments de la croissance inclusive en termes d étendue et de degré d inclusivité. La croissance inclusive devient un engagement politique en faveur des pauvres dont la participation économique serait reconnue au travers de leur forte présence dans l économie sociale et solidaire. Mais elle va au-delà de la lutte contre la pauvreté pour embrasser la question fondamentale des transformations économiques et sociales pour une meilleure intégration du développement social et économique. Il faut donc une qualité de croissance pour tirer le niveau de vie vers le haut. Pour être durable, cette croissance doit être endogène. Elle doit être portée entre autres par l économie sociale et solidaire qui est en soi l espace de l endogénéité. En effet, l économie sociale et solidaire est une économie du peuple. Elle se réalise à l échelle locale. Elle est donc ancrée dans les territoires. Elle garantit l accessibilité géographique qui fait défaut à l économie capitaliste. Celle-ci reste segmentée et se traduit par une concentration des pauvres dans des quartiers et régions périphériques, donc éloignés des opportunités. Une telle marginalisation est accentuée par un faible investissement dans le capital humain, notamment dans la formation et l entreprenariat dont la conséquence est de limiter la portée de la participation des 17 Rapport de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social, 2009, Joseph E. STIGLITZ, Amartya SEN et Jean Paul FITOUSSI. sen fitoussi.fr 56

57 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises pauvres dans le travail. En revanche, la croissance inclusive rend possible l égalité d accès à des opportunités crées pour tous, notamment les pauvres. Comme le montre Birdsall (2007), elle contribue à augmenter la taille de la classe moyenne. C est dans ce cadre que l entreprenariat social participe à cet effort d accessibilité du travail décent et de l élargissement des opportunités d affaires à de larges franges de la population. Par exemple, les coopératives de production et de services donnent de l élan à l entreprenariat social. Les activités économiques à finalité sociale ré-encastrent l économie dans le social. Elles montrent que l initiative privée, l entreprenariat ainsi que la production de richesses n est ni l apanage des individualités ni celui des clans de riches. Plusieurs expériences confortent l idée selon laquelle les niches d emploi sont identifiables dans l activité au quotidien des acteurs sociaux. Les réseaux de commerce équitable mettent en liens des producteurs qui s identifient mutuellement à un référent commun, valorisent leur production, les techniques locales ou l artisanat. L activité s intègre à leur vie sociale à l image de l économie sociale et solidaire qui est demeurée un mode de vie dans les pays du Sud. C est le cas de la Cooperative Heiveld pour la production du Wupperthal Rooibos TEA (thé rouge) en Afrique du Sud, les coopératives de femmes productrices d huile d argan au Maroc ou encore la Mutuelle d épargne et de crédit pour la solidarité ouvrière mise en place par la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal pour accompagner les travailleurs qui ont perdu leur emploi ou travaillent dans des conditions précaires. Bien plus, dans ces activités de l économie sociale et solidaire, les richesses à créer sont le fait de personnes reconnues, appartenant à des groupes et soucieux de leur environnement social, local et écologique. 2. Produire autrement par l approche écologiste L approche écologiste et éthique préconisée par l économie sociale et solidaire aide à montrer une voie pour produire autrement dans le respect du développement durable. Il est tout aussi indispensable que les mesures de performance économique intègrent les coûts environnementaux. Par exemple le réchauffement de la planète doit entrainer une autre régulation des émissions de carbone. Ainsi que le relève le Growth Report de Oxford Policy Management (OPM) (2008), ce sont les pays pauvres dans les régions tropicales qui sont plus susceptibles de souffrir de la pire façon des dommages causés par le réchauffement de la planète. 57

58 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux S il est vrai que les pays en développement n'ont pas, le plus souvent, les ressources nécessaires pour s'adapter facilement au réchauffement climatique, inversement dans de nombreux pays, les coopératives de producteurs et les communautés autochtones-définissent des règles que leurs communautés reconnaissent dans le domaine de l eau, des forêts, des ressources cynégétiques, foncières, énergétiques. En raison de l approche faite de proximité par les communautés, elles-mêmes conscientes des menaces sur leur environnement et leur espace de vie, la réduction des émissions de dioxyde de carbone portée par l économie sociale et solidaire se trouve dans les techniques locales et adaptées, régénératrices et écologiquement éprouvées. L économie sociale et solidaire structure de ce fait le développement des communautés en projetant une réflexivité sur les résiliences, capable de générer les ressorts des progrès sur soi (Fall A.S., Favreau L., Larose G., 2004). Participer à l effort commun face aux risques mondiaux trouvera un écho favorable et mobilisateur auprès des acteurs qui se posent comme pionniers du développement durable et fiers de leur responsabilité citoyenne. Le Forum social mondial, dans sa formule rotative (de Porto Alègre 2001, 2002 et 2003 à Dakar 2011 ou Tunis 2013, en passant par Mumbai 2004 et Nairobi 2006), a contribué à partager ces exigences écologistes de notre époque grâce à sa fonction d amplificateur des messages des mouvements sociaux à l échelle internationale et de construction commune et démocratique d agendas des changements et des transformations économiques et socio-politiques émancipatrices des inégalités structurelles. 3. Mutualiser c est renforcer le pouvoir d agir et d entreprendre des acteurs sociaux Dans le domaine de la protection sociale, l économie sociale et solidaire apporte une touche supplémentaire en étant le cadre de la vitalisation des liens par la mutualisation des ressources en face de besoins communs. Or certains pourfendeurs de l économie sociale et solidaire considèrent que la solidarité n est pas l objet de l économie qui serait le cadre par excellence du profit. En voie de conséquence, l économie sociale et solidaire qui se définit comme non lucrative, serait en dehors de la sphère d effet de l économie. On peut leur objecter par exemple que si les coopératives et mutuelles ne font pas partie de l économie, que reste-t-il de non marchand ou de patrimoine collectif dans ce secteur? En effet, dans leur Rapport sur l économie sociale dans l Union Européenne en 2007, Rafael Chaves et José Luis Monzon du CIRIEC International montrent que les coopératives, associations, mutuelles et 58

59 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises assimilées comptaient en , emplois, soit 6,7% du volume total d emplois salariés dans l Union Européenne à 25. Plus récemment, en 2008, l INSEE établit que l économie sociale représente près de 10 % de l emploi salarié national hors agriculture et 8% des salaires en France. De même, citons l exemple des mutuelles de santé en Afrique et ailleurs qui offrent une mutualisation des frais des soins de santé et favorisent une meilleure accessibilité aux structures de santé et dans certains cas, une meilleure qualité des services. Ces exemples corroborent le fait que l économie sociale et solidaire est une façon autre d agir en économie au service de la cohésion sociale. Elle participe donc à fonder les bases de la protection sociale. La protection sociale vise à rendre possible à la fois la solidarité horizontale (groupe de pairs) et verticale (de l Etat, des Collectivités locales aux acteurs pour conforter leurs initiatives et garantir les droits de vie au plus grand nombre). Elle postule ainsi une gouvernance ouverte et vertueuse susceptible d inspirer les ruptures nécessaires au sein des Etats, des institutions régionales ou continentales, en particulier dans les pays où les politiques sociales restent débridées. Cependant, les expériences reconnues de l économie sociale et solidaire pouvant servir de rampe de lancement de la nécessaire offensive internationale sont nombreuses : l économie populaire en Afrique au Sud du Sahara concentre plus de 80 % des nouveaux emplois créés dans ces pays. L artisanat local comme les initiatives de valorisation de l art culinaire ou la petite industrie culturelle sont en pleine expansion selon l esprit «résister et produire» ou «résister, c est créer» face à la nouvelle hégémonie des produits de la grande distribution. De même, l Amérique latine a expérimenté l entreprenariat à l échelle mezzo au travers des PMI avec des initiatives de cogestion et un partenariat privé-public réussis dans de nombreux cas. Villa El Salvador au Pérou avec son parc industriel (Favreau L. 2008) ou les cuisines collectives à Lima sont des exemples de réussite connus. Parmi les bonnes pratiques, le Canada s illustre par le développement communautaire et son lien avec le développement local mais aussi par l implication du mouvement syndical québécois dans la promotion d outils de finance solidaire couvrant de nombreux groupes d acteurs. Le mouvement Desjardins international, l une des premières institutions financières du Québec, a contribué à tirer le développement national vers le haut. En Europe, la Banca Etica, les coopératives du Mondragon, les assurances sociales, les fonds de pension, etc. sont autant de repères d une économie sociale et solidaire institutionnalisée et qui se hisse en bonne place sur le marché mondial. En Asie, l expérience du Pratham a réussi à réhabiliter l école publique en démontrant que face à des problèmes complexes, le peuple indien adopte des solutions 59

60 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux simples, à sa portée et tout aussi efficaces. On peut multiplier les exemples non sans mentionner la Grameen Bank au Bengladesh qui a influencé tout le système de micro-finance dans le monde. Aux Etats-Unis, les quartiers abritant le quartier général des anciennes filières industrielles sont aujourd hui revitalisés par des associations citoyennes. Les usines dans de nouvelles niches sont reprises par des associations de travailleurs qui cogèrent avec d autres investisseurs, y compris étatiques ou privés. Dans le domaine des technologies de l information et de la communication, des groupes se forment pour valoriser les logiciels libres, gérer des radios communautaires, des journaux en ligne, des sites web, etc. De nouveaux métiers émergent et l entreprenariat devient plus inclusif. Les fondations et ONG ne sont pas en reste. Elles sont plusieurs à avoir décidé d accompagner l irréversible processus de changement pour un monde meilleur, équitable et fondé sur la justice économique et sociale. Elles doivent cependant se mettre en réseaux et financer ces cadres communs afin de constituer un pôle alternatif à l image que ce que le Forum social mondial a impulsé. Face à cette constellation d initiatives économiques conduites par divers groupes sociaux, comment alors expliquer qu aujourd hui, l économie sociale et solidaire n apparait pas comme un grand pôle économique mondial, capable de dialoguer avec les autres types d économie et donc de valoriser son paradigme fondé sur l utilité sociale, le bien collectif indivisible, la confiance à l effort collectif, la solidarité en économie, la cohésion, en bref, les finalités sociales de l économie portée par des communautés et des groupes? Conclusion : Pour mieux répondre aux besoins sociaux, vers une économie sociale et solidaire influente sur le marché mondial Pour donner un visage humain à la mondialisation, il faudra reconnaitre que la gouvernance internationale est assurée par des «pilotes sans boussole fiable» (Stiglitz J., Sen A., Fitoussi J.P., 2009) et œuvrer à un rééquilibrage des relations internationales. La fonction de laboratoire de l économie sociale et solidaire est à mettre à profit pour interroger le paradigme dominant les processus de développement. Cependant, il est devenu nécessaire de favoriser une approche coordonnée, multi-réponse latérale des économies. En effet, quoique couvrant de nombreux secteurs d activités économiques à finalité sociale, l économie sociale et solidaire est restée le plus souvent principalement au ras du sol et à l échelle mezzo. Son 60

61 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises champ est donc large mais ses entreprises évoluent généralement dans de petites échelles. Cet ancrage local et territorial, qui est en quelque sorte une marque déposée de l économie sociale et solidaire, doit servir de fondement pour viser une influence à l échelle macro-économique. Les entreprises de promotion du commerce équitable, celles du tourisme social ou de la finance solidaire illustrent bien un potentiel de développement au plan international. Il faut œuvrer à réunir les conditions d une offensive de l économie sociale et solidaire au cœur du marché mondial pour l influencer encore plus et valoriser qu «affaires» et éthique peuvent cheminer ensemble si tant est que l intérêt général ou la responsabilité collective se concilient avec l entreprenariat privé. Il est donc essentiel de prendre la pleine mesure de l orientation de l économie sociale et solidaire pour un développement de l intérieur des sociétés. L ancrage au développement local et régional constitue ainsi le premier palier à asseoir pour un développement maîtrisé. L économie sociale et solidaire promeut de ce fait les produits du terroir dans des circuits courts et invite à une solidarité entre producteurs et consommateurs. Plus généralement la consommation responsable devient le maître mot pour traduire une prise de conscience des consommateurs de leur fonction citoyenne d influencer positivement les conditions décentes de production. L économie sociale et solidaire confère une fonction politique aux produits qui cessent d être anonymes, incitant le consommateur à davantage de citoyenneté et de renoncement à la consommation froide. L attention portée pour un développement ascendant et endogène est une des meilleures contributions de l économie sociale et solidaire en faveur de la justice sociale et économique. L économie sociale et solidaire contribue à élargir et à dynamiser le marché intérieur et donc à offrir une meilleure intersectorialité. En raison de la diversité de son champ d action et de la complémentarité de ses pratiques, l économie sociale et solidaire répond aux questions que le bien-être pluridimensionnel pose. L économie sociale et solidaire doit donc être soutenue grâce à des dispositifs dédiés par les Etats et les organismes de développement. Trois directions sont à privilégier pour faciliter le rayonnement de l économie sociale et du partage de son paradigme à une échelle internationale, visant à en faire un grand pôle de référence d une autre façon d entreprendre : d abord, l observatoire des statistiques et des pratiques pour visibiliser l économie sociale et solidaire dans l évaluation des performances économiques, ensuite, des programmes de renforcement des capacités des entreprises de l économie sociale et solidaire organisées autour des réseaux nationaux et continentaux, enfin, des fonds dédiés pour accompagner les innovations entrepreneuriales et en faciliter l éclosion. 61

62 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Références bibliographiques Ali, I. and Hwa Son, H., 2007, 'Measuring Inclusive Growth', Asian Development Review, vol. 24, no. 1, pp Hwa-Son.pdf Beck, T., Demirgüç Kunt, A. and Honohan, P., 2009, 'Access to Financial Services: Measurement, Impact, and Policies' The World Bank Research Observer, vol. 24, no. 1, pp Birdsall, N., 2007, 'Reflections on the Macro Foundations of the Middle Class in the Developing World', Working Paper, no. 130, Centre for Global Development, Washington, D.C. Chakrabarty, K. C., 2009, 'Banking: Key Driver for Inclusive Growth', Address delivered by Dr. K. C. Chakrabarty, Deputy Governor, Reserve Bank of India at Clarity Through Debate' series organised by the Mint on August 10th, 2009 at Chennai, RBI Monthly Bulletin, September 2009, pp Chaves R., Monzon J.L., 2007, Rapport sur l économie sociale dans l Union Européenne en 2007, CIRIEC international. Commission on Growth and Development, 2008, Strategies For Sustained Growth And Inclusive Development, The International Bank for Reconstruction and Development / The World Bank, Washington, D.C. ask=view Fall A.S., Favreau L., Larose G., 2004, Le Sud... et le Nord dans la mondialisation: Quelles alternatives? Le renouvellement des modèles de développement, Co édition Presses Universitaires du Québec, Karthala, Montréal et Paris, 408 p. Fall A.S., 2007, Bricoler pour survivre. Les perceptions de la pauvreté dans l agglomération urbaine de Dakar, Karthala, Paris, 282 p. Fall A.S., 2012, Le renouveau coopératif en Afrique: la fibre solidaire au service du pouvoir d agir, in: Vie Economique, volume 3, n 4, Développé par Creation MW, 12 p. Fonteneau B., Develtere P., 2009, Réponses de l Afrique à la crise à travers l économie sociale, Document de travail pour la Conférence Internationale sur l Economie Sociale, BIT, Johannesburg, Octobre 2009, 35 p. Favreau L., Fall A.S., 2007, L Afrique qui se refait. Initiatives socio économiques des communautés et développement en Afrique noire, Presses Universitaires du Québec, 393 p. Favreau L., 2008, Villa El Salvador, Le bidonville de l espoir, In: Cahiers de la Chaire de Recherche du Canada en Développement des Collectivités, Université du Québec en Outaouais. Fumey G., 2008, Géopolitique de l alimentation, Paris, Seuil, Coll. Sciences humaines, 127 p. 62

63 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises Governance and Social development resource Centre (GSDRC), 2010, Helpdesk research report, Literature review on inclusive growth. Griffon M., 2006, Nourrir la planète, Paris, Odile Jacob, 456 p. Ianchovichina, E. and Lundstrom, S., 2009, Inclusive Growth Analytics: Framework and Application, Economic Policy and Debt Department, The World Bank, Washington, D.C /Rendered/PDF/WPS4851.pdf Jeantet T., 2008, l Economie sociale, une alternative au capitalisme, Editions Economica. Ki Zerbo J., 2003, A quand l Afrique? Entretien avec René Holenstein, Edité par Christine Tully Sitchet. Lebret M. C., Alpha A. (éds), 2007, Agriculture et OMC en Afrique : comprendre pour agir. Guide pratique, Les éditions du Gret, 208 p. Mattsson E., Olsson J., 2009, Det mänskliga företagandet om social ekonomi pa 2000 talet, Stockholm. McKay, A., 2008, 'Economic Growth, Inequality and Poverty Reduction: Does Pro Poor Growth Matter?', IDS in Focus, no. 3. Mendoza, R. U. and Thelen, N., 2008, 'Innovations to Make Markets More Inclusive for the Poor', Development Policy Review, vol. 26, no. 4, pp OIT, 2009, Réponses de l Afrique à la crise à travers l économie sociale. Document de travail pour la Conférence Internationale sur l Economie Sociale, Octobre 2009, pagination multiple. OIT, 2009, Plan d action pour la promotion des entreprises et organisations de l économie sociale en Afrique. Conférence Régionale du BIT «la Réponse de l Afrique à la crise à travers l»économie sociale», Johannesburg, octobre 2009, 7 p. Oxford Policy Management, 2008, The Growth Report. Parmentier B., 2009, Nourrir l humanité. Les grands problèmes de l agriculture au XXIe siècle. Paris, Ed. La Découverte 2009, 293 p. Rauniyar, G. and Kanbur, R., 2009, 'Inclusive Growth and Inclusive Development: A Review and Synthesis of Asian Development Bank Literature', Asian Development Bank (ADB), Manila, Philippines. Papers/OP8-inclusive-growth-development.asp Ryder G., 2010, Confédération syndicale internationale (CSI), Interview dans Le Monde du 21 juin Tremblay C., 2010, Public policy trends and instrument supporting the social économy : international expériences, Cahiers sur les politiques publiques n 02, Février 2010, Centre Canadien de recherche partenariale en économie sociale, University Victoria, 59 p. Soros G., 2010, Quelques leçons tirées de la crise, Editions Denoël, 126 p. Stiglitz J., Sen A., Fitoussi J.P., 2009, Rapport de la commission sur la mesure des performances 63

64 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux économiques et du progrès social. Vandana Shiva, 2001, Le terrorisme alimentaire. Comment les multinationales affament le tiers monde. Traduit de l anglais par Marcel Blanc. Paris, Fayard, 197 p. 64

65 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises L auteur : Louis Favreau, Canada Docteur en sociologie, professeur à l Université du Québec en Outaouais (UQO) et titulaire de la Chaire de recherche en développement des collectivités (CRDC), Louis Favreau a été rédacteur en chef de la revue Économie et Solidarités pendant plus d une décennie. Corédacteur du document d orientation de la 5 ème édition des Rencontres du Mont-Blanc (2011) organisée par le Forum international des dirigeants de l économie sociale et solidaire, il est également vice-président du Groupe d économie solidaire du Québec (GESQ) et membre du Conseil d administration du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM) depuis Son champ de recherche et d expertise a trait aux coopératives, aux mouvements sociaux et au développement des communautés. Il a également un blogue sur internet : Dernières publications aux Presses de l Université du Québec (PUQ) : Favreau, L. et M. Hébert (2012). Transition écologique de l économie. Contribution des coopératives et de l économie solidaire. Presses de l Université du Québec, Québec. Bourque, G., L.Favreau et E. Molina (2012), Le capitalisme en crise, quelle réponse des coopératives? Revue électronique Vie économique, vol.3, numéro 4, Montréal. Favreau, L. et E.Molina (2011), Économie et société. Pistes de sortie de crise. PUQ, Québec. Favreau, L. (2010), Mouvement coopératif. Une mise en perspective. PUQ, Québec. 65

66 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux L urgence écologique, le principal défi de l économie sociale et solidaire, par Louis Favreau, Canada Nous traversons «la première crise socio-écologique du capitalisme financier et boursier, la première où la raréfaction des ressources et les dégâts écologiques ont eu une influence sur le plongeon économique» (Gadrey, 2010). Écologiquement parlant, la planète est en état de survie. Parmi les risques environnementaux d envergure planétaire mentionnons le réchauffement accéléré de la planète dû à la consommation élevée d énergies fossiles; la menace qui pèse sur la biodiversité due au modèle de développement qui ne prend pas en compte l équilibre des écosystèmes et, finalement, les diverses formes de pollution. Transférer le mode de vie des populations actuellement riches à l échelle de la planète est insoutenable et l action à entreprendre implique une intervention à l échelle mondiale pour prendre en compte le cycle de vie de nos productions et l empreinte écologique de notre consommation. Copenhague en 2009 a échoué, Cancun en 2010 a réussi mais sans rien décider au plan opérationnel et Rio+20 en 2012 n a pas offert non plus de décisions majeures pour agir concrètement. La transformation écologique de l économie est un enjeu mondial qui rejoint les réalités de tous les pays, de toutes les régions et de toutes les communautés. Elle questionne d entrée de jeu notre mode de production et de consommation. La géopolitique mondiale de l exploration du gaz de schiste est le dernier témoin de cet univers des énergies fossiles sur lesquelles la révolution industrielle s est appuyée depuis ses débuts. Le présent texte veut mettre en perspective cette urgence écologique sous l angle de la partition que peut y jouer l économie sociale et solidaire (ESS) dans la prochaine décennie. 1. Une planète en péril : la dérive écologique enfonce la société dans la crise La réflexion économique et sociopolitique d aujourd hui s interroge plus que jamais sur la nature globale de la crise dont le déclencheur a été la politique de prêts hypothécaires à haut risque des banques américaines en Parce qu on ne saurait se satisfaire de ce trop court diagnostic qui considère la crise de 2008 comme étant d abord financière (le crédit débridé) et économique (déstabilisation des entreprises, montée du travail précaire et chute de l emploi). Il faut pousser plus loin et considérer que la crise est globale sans être totale (puisque certains pays, les émergents, s en tirent mieux que d autres) : économique à coup sûr, sociale par la montée des inégalités mais aussi, et à la même hauteur, écologique c est-à-dire alimentaire, énergétique et climatique. Il y a de petites crises mais celle-ci est une grande crise parce qu à la crise économique et sociale s est superposée la crise écologique. Comment? Les crises se télescopent : désastre annoncé Le changement climatique, la crise alimentaire et la crise énergétique se télescopent et se combinent à 66

67 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises cette crise financière que peu de monde avait vu venir. Et peu à peu on prend conscience qu avec le réchauffement climatique sont également venus la réduction de la biodiversité, le trop plein d azote dans l atmosphère causé principalement par une agriculture productiviste, l acidification des océans, la dégradation des forêts, la diminution des terres cultivables, la pénurie mondiale d eau douce D où la fracture de plus en plus nette entre la création de richesses au plan économique et le progrès social et écologique. Question centrale qui en condense plusieurs : quelle sera l ampleur du réchauffement au 21 ième siècle? Ainsi les chocs majeurs liés au réchauffement de la planète peuvent se résumer ainsi si on va au-delà de 2 C degrés : productivité agricole réduite (sécheresses, inondations ), insécurité aggravée de l accès à l eau potable, inondations côtières et risques sanitaires accrus. À l échelle mondiale, dans le premier cas, cela induit plus de 600 millions de mal-nourris de plus ; dans le second, le stress hydrique affecte plus de 1,8 millions d habitants ; dans le 3 e cas 300 millions de réfugiés et dans le 4 e cas de 220 à 400 millions de personnes exposées au paludisme (malaria), au choléra, etc. (Houée, 2009 : ). Le groupe intergouvernemental d études sur l évolution du climat (GIEC) n a pas été jusqu à répondre audelà de 2 C ou 3 C degrés, tant à ce niveau, les choses apparaissent déjà redoutables. Ce groupe d experts internationaux s entend pour dire que 2 degrés est un plafond et que pour respecter ce plafond, cela suppose que les pays industrialisés du Nord réduisent de 30% d ici 10 ans leurs émissions de CO2 18. On déduit alors que les modifications dans l économie de ces pays sont des modifications de grande envergure, fondamentales même 19. Des échéances qui peuvent être fatales De plus, désormais certaines échéances peuvent être fatales étant donné les croisements de l échéance climatique liée au seuil de réchauffement de la planète, de l échéance énergétique liée à l épuisement des ressources pétrolières (et de sa gestion spéculative) et de l échéance alimentaire liée à la remise au marché de la fixation des prix qui montent en flèche. Le tout sur fond de scène d une montée des inégalités qui consacre et perpétue la fracture entre le Nord et le Sud. Le monde dans lequel nous vivons est ainsi devenu plus instable et plus imprévisible. La planète est engagée dans une crise écologique telle que l urgence est à la porte et l interdépendance des nations, des populations, des mouvements s est, du coup, haussée de plusieurs crans surtout au Sud. 18 Leur premier rapport d importance date de Leurs travaux font référence depuis ce temps dans le cadre des négociations internationales sur le gaz à effet de serre. Leurs publications proposent une synthèse des connaissances scientifiques sur les points de consensus (ou de certitude) comme sur les points de débat (ou d incertitudes) rattachés aux résultats. 19 Pour l instant, après l échec corrosif des négociations internationales de Copenhague (2009) et la mise à plat de Rio + 20 en 2012, il n y a encore aucune référence à une période de départ et à des échéances précises au plan international pour enclencher le processus de freinage du réchauffement de la planète. Le futur proche est laissé à des engagements nationaux forcément à géométrie variable. 67

68 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux La première crise socio-écologique du capitalisme financier Nous assistons donc, nous dit l économiste Jean Gadrey, «à la première crise socio-écologique du capitalisme financier et boursier, la première où la raréfaction des ressources et les dégâts écologiques ont eu une influence sur le plongeon économique» (Gadrey, 2010 : 152). On peut ajouter que la probabilité d un rôle plus déterminant encore des facteurs écologiques sera au rendez-vous dans l avenir. La question devient alors comme l affirmait la 5 e édition des RMB : Peut-on laisser le système financier en l état? Peut-on laisser les grands actionnaires dicter leurs quatre volontés par leur politique du gain à court terme? Peut-on laisser le commerce mondial développer des échanges aussi peu écologiques en matière de transport de marchandises? Va-t-on laisser courir... le consumérisme croissant qui fait prendre nos désirs pour des besoins et le futile pour de l utile? Va-t-on tolérer encore longtemps les États qui ont des politiques de laisser-faire face à l intensification de l exploitation des ressources naturelles et notamment des ressources énergétiques fossiles...? Va-t-on laisser une agriculture productiviste continuer à utiliser massivement des intrants chimiques et des pesticides en polluant les nappes phréatiques et les cours d eau...? Bref allons-nous continuer de rester légers sur la question écologique...? (Document d orientation des RMB, 2011). 2. Aller vers une transformation écologique de l économie Plusieurs mouvements se sont mis au vert. Mentionnons par exemple qu un certain nombre de coopératives ont fait naître des filières d'activités économiques d'avant-garde dans des secteurs comme la bioénergie, l éolien, l agroalimentaire biologique, le solaire ; que des syndicats travaillent des projets de conversion écologique de leur entreprise ; que des communautés locales au Sud ont passé au solaire pour s alimenter en électricité, etc. Exemples parmi d autres de ce que peuvent faire des mouvements sociaux. Mais, plus largement, cela signifie de peser sur les pouvoirs publics pour qu ils redirigent une partie de l argent public et de l argent privé vers une «économie verte»; soutiennent la relocalisation de certaines activités économiques ; développent une fiscalité nouvelle (taxes «kilométriques») sur les transports ; misent prioritairement sur les énergies renouvelables développées par des entreprises collectives et/ou des gouvernements locaux; favorisent par des normes et des règles la diminution de la consommation énergétique de l industrie, de l agriculture, de l habitat, du transport par des mesures incitatives fortes, voire contraignantes; provoquent la conversion industrielle de certaines entreprises particulièrement polluantes (liées aux énergies fossiles) ; forcent les multinationales à assumer leurs responsabilités sociales et écologiques. Quant à l ÉSS, elle doit oser retirer des territoires d expansion et de profits aux multinationales dont la seule préoccupation est le profit maximum. 68

69 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises Des orientations pour passer au vert Se mettre au vert, passer à une économie écologique. Oui mais! Cela suppose qu on se pose les deux questions suivantes : Quels secteurs faire croître? Quels secteurs faire décroître? La réponse n est pas facile. Beaucoup d emplois sont en jeu et la conversion écologique de l économie ne peut se faire sans être accompagnée d une démarche de justice sociale pour les groupes concernés. Politiquement parlant les questions deviennent celles-ci : a) allons-nous en priorité continuer à construire des autoroutes pour satisfaire les impératifs du parc automobile et du transport par camion ou favoriser le transport collectif (trains de banlieue, autobus électriques )?; b) allons-nous privilégier une agriculture industriellement intensive et centrée sur l exportation qui induit par exemple des coûts énormes de transport ou financer sa reconversion et soutenir une agriculture de proximité écologiquement intensive? Et ainsi de suite! Un certain nombre d organisations ont donc emboîté le pas et se sont engagées dans cette bataille. Ils ont commencé à se mettre au vert et au développement durable et solidaire des territoires mais rien de cela ne relève de l évidence chez leurs membres. Travail de longue haleine et débat collectif bien argumenté à l horizon! Changer de cap, l injonction morale du PNUE C est une véritable injonction morale que l énoncé du PNUE dans son rapport de 2011 : Vers une économie verte : pour un développement durable et une éradication de la pauvreté lequel propose d investir 2% du PIB mondial dans 10 secteurs clés (voir plus loin). Ce qui veut dire éco-fiscalité, écobâtiment, forêt de proximité, agriculture écologiquement intensive, énergies renouvelables plutôt qu énergies fossiles (pétrole et gaz de schiste), promotion combative de la «biodiversité économique» (Scalvini, 2010), refus des Walmart de ce monde (comme certaines communautés l ont déjà fait), contrôle des ressources naturelles par les communautés, leurs municipalités et l État, généralisation des coopératives multi-activités en tant que services de proximité sur tout le territoire, etc. À l heure de Rio + 20 : miser sur l option d un secteur non capitaliste sous contrôle démocratique La défaillance des États mis sous perfusion des lobbys des multinationales a conduit à l affaiblissement considérable de la coopération internationale initiée par Rio 1992 et Kyoto 1997 parce que les deux plus grands pollueurs de la planète, les Etats-Unis et la Chine, ont refusé à Copenhague fin 2009 de se soumettre à un ensemble de règles supranationales et que la plupart des grandes puissances de ce monde n ont même pas daigné se présenter à Rio en À cet effet, il est impératif de faire progresser prioritairement les entreprises sous contrôle démocratique dans tous les sphères possibles partant de l idée qu elles ne sont pas branchées, comme les grandes entreprises du secteur privé, sur la seule recherche de rendement maximum mais plutôt, en tant que secteur non capitaliste, sur la double perspective d une lucrativité limitée et de l utilité sociale. D autant que l économie dominante a changé de 69

70 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux régime, particulièrement à partir des années 1980, en réussissant à imposer «sa logique mortifère qui a généré une crise économique majeure et une crise écologique d ampleur historique» (Kempf, 2008). L écologie est ainsi devenue, une proposition incontournable, un volet majeur de toute action collective, de tous les mouvements sociaux sans exclusive et de tout parti politique qui se respecte. Imposer l urgence écologique dans le débat politique De façon plus générale, la question écologique s impose progressivement dans le débat démocratique de chaque pays comme dans les institutions internationales. Intégrer notamment les questions de climat et de biodiversité dans les décisions économiques, politiques et sociales est devenu incontournable. L écologie n est pas une force d appoint mais une proposition sociale et politique centrale intimement liée à la résolution de la crise économique et sociale. Des alternatives sont déjà là dans des milliers d expériences locales et dans les politiques publiques de pays encore vraiment trop peu nombreux. Il faut néanmoins que ces alternatives soient couplées à une alternative globale portée par des organisations sociales et des partis politiques qui ont suffisamment de vision, d ouverture aux autres, de force de proposition et de leadership pour favoriser des mises en réseau à toutes les échelles (locale, nationale et internationale). 3. Des alternatives concrètes un peu partout dans le monde Les coopératives forestières en action : un bilan écologique positif en perspective Nous prenons à témoin une première expérience, celle des coopératives forestières québécoises, comme révélateur de la mise en branle d une lutte pour l indépendance énergétique de communautés locales de même que de la lutte contre la déforestation à l échelle du Québec sous la gouverne de la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF) qui a mis cette question à l ordre du jour depuis quelques années. La Fédération québécoise des coopératives forestières regroupe 40 coopératives de travailleurs du secteur forestier. Ces coopératives emploient plus de 3000 personnes et réalisent un chiffre d'affaires annuel de près de 225 millions de dollars. Elles sont engagées dans tous les secteurs de l'industrie: production de plants en pépinière, sylviculture, récolte et transformation. Fortes de leur expertise, les coopératives développent de nouvelles activités, dont la biomasse forestière à des fins énergétiques. Or la biomasse forestière peut remplacer les combustibles fossiles car cette dernière est considérée comme neutre en carbone et son utilisation en tant que source d'énergie permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). 70

71 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises C est ainsi que depuis trois ans, la FQCF déploie une stratégie afin de chauffer les bâtiments institutionnels à l'aide de la biomasse forestière. En 2007, la FQCF a présenté au gouvernement un projet de valorisation de la biomasse forestière visant la maximisation des retombées économiques pour les régions du Québec. D'ici quelques années, l'organisme souhaite réaliser de 350 à 400 projets de chaufferie, créer près de 1000 emplois, en plus de consolider les emplois actuels dans les coopératives forestières. Déjà, une douzaine de coopératives sont engagées dans des projets avec leurs établissements locaux. La première chaufferie conçue pour être alimentée à la biomasse forestière a d'ailleurs été inaugurée dans un centre hospitalier fin Le développement de cette filière par des coopératives permet non seulement d'améliorer le bilan écologique, mais aussi de consolider les collectivités locales contrairement aux multinationales dont c est le moindre des soucis. Le solaire dans des villages grâce au développement coopératif : une expérience en Afrique de l Ouest Au Sénégal, aux alentours de Méckhé, dans la région de Thiès, à trois heures de route de Dakar, la capitale, des paysans bénéficient de l électricité photovoltaïque grâce à leurs «mutuelles de solidarité», toutes fédérées dans une coopérative rurale d épargne et de crédit : plate-forme de pompage solaire pour irriguer la terre communautaire ; transformation de leurs produits agricoles (aubergines, choux, gombos, tomates, papayes et oignons) ; conservation ou stockage de leurs produits ; éclairage public par l alimentation en lampes de basse consommation dans les petites rues des villages ; congélateur communautaire pour refroidir médicaments, aliments, jus de fruit maison ; recharge des téléphones mobiles ; etc. Tout cela nécessite de l énergie dans une région qui dispose de 365 jours de soleil par année. Comment faire quand le réseau public d électricité ne s y rend pas et qu il n y a aucun espoir de son extension à de tels villages dans la prochaine décennie. La réponse a pris forme en Dans chacun des villages, un regroupement coopératif de paysans, membre d une Union des groupements paysans de Mécké (UGPM) (90 groupements sont membres de l UGPM), s est mis en marche. Il gère aujourd hui l installation. À l échelle sous-régionale, l atelier Kayer voit non seulement à subvenir aux besoins énergétiques des agriculteurs, il voit maintenant à l installation de stations familiales de production d électricité solaire. À l origine du projet, un partenariat de l UGPM avec l ONG française Terre solidaire par l intermédiaire d un prêt de sa société d investissement Solidarité Internationale pour le Développement et l'investissement (la SIDI, société d investissement solidaire pour le développement créée en 1983). Quand on connaît le contexte, on se dit qu il y a là une innovation majeure de l économie populaire et coopérative en milieu rural: en effet, au Sénégal, pays à majorité paysanne, il n y a que 16% de la 71

72 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux population rurale qui a accès à l électricité (et à peine 10% en Afrique de l Ouest). Or il est fortement improbable qu on puisse un jour raccorder toutes ces familles au réseau public parce qu elles sont généralement très dispersées. De plus, l UGPM juge que les produits pétroliers ont des prix nettement prohibitifs sans compter qu ils sont émetteurs de CO2. Quand on pense au potentiel d une telle initiative, on peut l imaginer changeant d échelle en devenant une alternative réelle aux énergies fossiles pour des centaines de milliers de familles des pays de l Afrique de l Ouest comme le Sénégal, le Burkina-Faso, le Mali, la Guinée, le Niger, etc. Le développement coopératif dans la production éolienne : une expérience coopérative belge Avec la crise financière mondiale en filigrane, le mouvement coopératif prend de l'expansion et se renouvelle : la coopérative Émissions zéro ENERCOOP, fondatrice de la Fédération belge des coopératives citoyennes de production d'énergies renouvelables (RESCOOP), est de celles-là. Cette fédération regroupe une dizaine de coopératives, pour un total de membres. Chacun investit un certain montant et est alimenté en énergie renouvelable, une filière courte du producteur au consommateur. Regroupées, elles peuvent donc fournir de l'énergie en continu à leurs membres avec des unités d'éolien, des unités de gaz produit à partir de déchets agricoles, des unités hydrauliques et photovoltaïques. Occuper le secteur des ressources naturelles et devancer les investisseurs privés a été le défi de cette fédération. La Fédération belge des coopératives citoyennes espère doubler son nombre d'adhérents et atteindre les membres, l'équivalent d'une petite ville. Parce que plus le nombre de coopérants est grand, plus le poids de la fédération se fait sentir auprès des instances politiques. La reconversion industrielle négociée par un syndicat au sein d une multinationale : une expérience franco-allemande L usine de Vénissieux, près de Lyon (en France), engage 820 salariés dans la production de pompes diesel. Elle appartient à une multinationale allemande, la multinationale du groupe Bosch (51 milliards d euros en 2011, salariés dans 60 pays). Non coté en bourse, le groupe Bosch a l immense avantage d être à l abri des pressions d actionnaires trop compulsifs à la recherche de gains rapides. Décembre 2009, le site industriel français est menacé de fermeture. Coup de tonnerre à la direction du syndicat local, un syndicat CFDT qui avait déjà eu maille à partir en 2004 en consentant un allongement de la durée du travail sans augmentation de salaire (de 35 à 36 heures). Cinq ans après cette entente, on repartait à zéro. La direction du syndicat se rend en Allemagne : rendez-vous avec le grand patron. Elle obtient un sursis, s adjoint les services d un cabinet d experts. 72

73 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises De fil en aiguille, l idée émerge d une reconversion de l usine dans la fabrication de panneaux solaires. Convergence possible avec les ambitions internationales du groupe Bosch qui veut s investir dans les énergies renouvelables. Le cabinet d experts travaille à démontrer les compétences collectives de l usine de Vénissieux au plan technologique mais surtout au plan organisationnel suite à une série d entretiens sur le site industriel : productivité, qualité, gestion des stocks, délais de livraison vont constituer des arguments convaincants pour la direction de l entreprise. Aujourd hui l usine fonctionne avec quelques 420 travailleurs après avoir été 820 en Tout n a pas été gagné mais comme le dit le journaliste qui a couvert l expérience : «cette reconversion restera un modèle à suivre par les entreprises, les syndicats et les pouvoirs publics désireux d éviter la fermeture de sites industriels» (M.Chevallier, Alternatives économiques, avril 2012). Le mouvement syndical international et la conversion écologique de l économie Le mouvement syndical international va dans ce sens et cite en exemple dans un document récent (CSI, avril 2012), le développement d emplois verts dans les industries de la construction et de l énergie au Brésil et en Allemagne: Brésil Le programme de logements sociaux brésilien «Ma maison, ma vie!» fut lancé en mars Il fournit aux ménages à faibles revenus des logements équipés, le cas échéant, de chauffe-eau solaires. Les foyers pauvres de par le monde dépensent une part disproportionnée de leur revenu en énergie. Il est projeté que jusqu à foyers soient équipés en Il est estimé que ce projet générera emplois verts au cours des quatre prochaines années, sans inclure les emplois créés dans le cadre des chantiers de construction en tant que tels. Source: Bureau du BIT. Allemagne Le vaste programme de modernisation de bâtiments en Allemagne s inscrit dans le cadre du programme Concept Énergétique 2050 du gouvernement fédéral, qui englobe parmi ses objectifs la réalisation d un «parc immobilier climatiquement neutre» à l horizon Mis sur pied en janvier 2001 en réponse à une crise économique dans le secteur du bâtiment, ce programme prévoit l octroi de prêts avantageux pour la rénovation de bâtiments visant une meilleure efficacité énergétique. Les données disponibles indiquent que chaque euro d investissement public «induit» quatre euros d investissement privé. Un milliard investi dans le parc immobilier permet de préserver ou de créer près de postes de travail. Source: Ministère fédéral allemand du Transport. 73

74 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux 4. Des propositions pour renouveler les politiques publiques et faire progresser la mobilisation sociale pour une économie verte De concert avec un certain nombre d États, le Programme des Nations-Unies pour l Environnement (PNUE) travaille déjà depuis un bon moment au développement d une économie verte. C est le PNUE qui a alimenté le Sommet de Rio+20. Voici comment : Le scénario du PNUE est d investir 2 % du PIB mondial dans une économie verte. Le PNUE travaille avec les gouvernements. Son rapport - Vers une économie verte : Pour un développement durable et une éradication de la pauvreté - propose d investir 2 % du PIB mondial dans dix secteurs clés. Selon le PNUE, ces investissements planifiés de milliards $ par année parviendraient à contrecarrer la mauvaise allocation actuelle des capitaux, ce qui permettrait de diminuer les risques, les chocs, les pénuries et les crises de plus en plus inhérents à l'économie carbone «l économie brune» existante, responsable de l'épuisement des ressources et du niveau élevé des émissions de carbone. À l'heure actuelle, nous dit le PNUE, entre 1 et 2 % du PIB mondial sont consacrés à diverses subventions qui perpétuent souvent l'utilisation non durable des ressources dans des domaines tels que les combustibles fossiles, l'agriculture (y compris les subventions aux pesticides), l'eau et la pêche... Leur réduction ou leur disparition progressive présenterait de multiples avantages et libérerait des ressources pour financer la transition vers une économie verte. Le PNUE cible 10 secteurs pour verdir l'économie mondiale : agriculture, bâtiment, offre énergétique, pêche, foresterie, industrie (dont l efficacité énergétique), tourisme, transport, gestion des déchets et eau. Sur les 2 % du PIB proposés dans le rapport, les investissements par secteur seraient les suivants (les montants cités sont des investissements annuels) : 108 milliards de dollars pour le verdissement de l'agriculture, petites exploitations comprises ; 134 milliards de dollars dans le verdissement du secteur du bâtiment en améliorant l'efficacité énergétique) ; plus de 360 milliards de dollars dans le verdissement de l'offre énergétique ; près de 110 milliards de dollars dans le verdissement de la pêche, comprenant une baisse de la capacité des flottes mondiales ; 15 milliards de dollars dans le verdissement de la foresterie ; plus de 75 milliards de dollars dans le verdissement des activités industrielles, dont l'industrie manufacturière ; près de 135 milliards de dollars dans le verdissement du secteur du tourisme ; plus de 190 milliards de dollars dans le verdissement du transport ; près de 110 milliards de dollars dans les déchets, avec le recyclage ; un montant du même ordre dans le secteur de l'eau, dont l'assainissement. 74

75 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises Les coopératives dans l enjeu du développement durable en agriculture La prise de conscience de la rareté des ressources naturelles a fait son apparition sur l avant-scène internationale en ans plus tard, ce n est plus seulement la rareté des ressources naturelles. Mais, pour plusieurs, le réchauffement climatique constitue aujourd hui la grande menace. On est dès lors en plein cœur de l enjeu Énergie-climat : cette «menace pour les générations futures» est devenue une menace pour tous maintenant. Mais tout ne se ramène pas à l enjeu Énergie-climat. À cette menace s est superposée, au milieu des années 2000, celle de la crise alimentaire. Au Nord et encore plus au Sud, l enjeu de la souveraineté alimentaire est ainsi revenu à l avant-scène internationale (GESQ, ). Cela tient au fait que l agriculture et la filière alimentaire subissent, tendanciellement, le même traitement industriel et financier que les autres activités économiques : de grandes firmes multinationales pour assurer l agrofourniture (Monsanto, Dupont, etc) ; de grandes firmes multinationales pour la transformation agroalimentaire (Nestlé, Coca- Cola, General Mills, etc.) ; de grandes firmes multinationales pour la grande distribution de masse (Walmart, Carrefour, etc.) dans un marché de plus en plus international mais avec peu de protections sociales. La question est bien posée par Michel Griffon (Griffon 2006). Il était à la cinquième édition des Rencontres du Mont-Blanc en 2011 dans un atelier sur les agricultures et le développement durable : «Il y a de 20 à 25 millions d exploitations dans le monde, qui font de l agriculture industriellement intensive, ce qui représentent 30 à 40% de la production mondiale. Mais cette exploitation vit présentement une hausse des coûts de l énergie, génère beaucoup de gaz à effet de serre, est dommage pour la biodiversité et entre dans une phase de rareté» en ce qui a trait aux engrais (dont une bonne partie dépend du pétrole) et à l eau (étant donné le changement climatique). La demande pour plus de viande ne fait qu accentuer les besoins en terres (production de maïs et de soya) pour alimenter le bétail. C est notamment le problème de la Chine. Si, de plus, on va vers les agro-carburants parce que l agriculture et la forêt sont les candidats au remplacement du pétrole, on voit tout de suite se profiler le cercle vicieux. «Puis il y a 2 milliards 400 millions de petits exploitants peu mécanisés, ne disposant pas d un régime sanitaire adéquat, peu productifs et dont l enjeu est d accroître leurs rendements» avec, en autant que faire se peut, des techniques dont les coûts seraient faibles et une production respectant l environnement afin de rendre les terres plus fertiles. M. Griffon ne s en cachait pas, l équation est très très difficile à résoudre. Pourtant des coopératives agricoles, dans le cadre d une coopération Nord-Sud, s y sont engagées. C est le cas notamment de SOCODEVI, Organisation de coopération internationale (OCI) des coopératives québécoises, qui a accompagné, depuis sa naissance en 1985, quelques 650 organisations 75

76 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux dans des domaines aussi variés que les ressources forestières, la mise sur pied de mutuelles de santé et d assurances ou le commerce équitable de différents produits du secteur agroalimentaire pour ne parler que de ceux-ci. Le tout dans une quarantaine de pays. Parmi les projets réalisés, une expérience de 10 ans de collaboration avec des communautés paysannes en Bolivie se démarque assez bien : plus de familles de 93 communautés dans 8 municipalités du Sud-Est de la Bolivie ont doublé leurs revenus grâce à la diversification de leur production agricole. De plus la certification «bio» a permis de commercialiser leurs produits sur des marchés de niche. Que tirer comme enseignements de ce type de réalisation? Certes, la dynamique de l économie sociale et solidaire ne pourra à elle seule inverser l ordre des choses. On devra aussi compter sur la coopération internationale des États les plus progressistes, celle des mouvements paysans et celle du mouvement des travailleurs, le tout dans la perspective d ouvrir de grands chantiers prioritaires, autrement dit des initiatives de caractère stratégique et tout particulièrement celles qui peuvent relancer l agriculture au Sud. Il faut notamment favoriser l organisation du mouvement coopératif en milieu rural : des coopératives de commercialisation des produits de la terre pour sortir les agriculteurs de la simple autosubsistance familiale ou villageoise (dégager des surplus commercialisables), pour permettre l intégration au marché (des niches régionales ou même internationales), l organisation de marchés locaux (échange des produits, création de banques de semence, points de ventes d engrais, accès à l eau potable, à l électricité, à des moyens de transport appropriés, etc.) En outre il faut des politiques publiques de protection de l agriculture du Sud de la concurrence internationale, des politiques qui l aident à reconquérir son marché intérieur et à faire progresser un principe de souveraineté alimentaire mais adossé à une stratégie qui met un holà aux importations agricoles. 5. Faire mouvement : la dynamique internationale de l ESS Du congrès de l Alliance Coopérative Internationale (ACI) en 2009 à Genève en passant par la Conférence internationale de Lévis en 2010 et les Rencontres du Mont-Blanc en France en 2011 jusqu au Sommet international des coopératives piloté conjointement par le mouvement Desjardins et l Alliance coopérative internationale (ACI) de 2012, trois ans auront passé. Même dans une période aussi courte, bien des choses relativement inédites auront été réalisées. D abord on n hésite plus, dans le mouvement coopératif international, à parler des dérives du capitalisme et à présenter les coopératives et autres initiatives d économie sociale et solidaire comme faisant partie des solutions de sortie de crise. L exemple au Québec est venu de haut, de la direction de la plus importante fédération du mouvement coopératif, la 76

77 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises Fédération des caisses populaires et d économie Desjardins, à l'occasion du lancement de l'année internationale des coopératives. Cette prise de position avait été précédée d une conférence internationale et d un ouvrage qui rendait compte des débats en ce sens tenus par quelques 600 dirigeants à Lévis, débats posés dans les termes d une crise majeure liée au modèle économique dominant (Favreau et Molina, 2011). Interpellés par la crise, de plus en plus nombreux sont les dirigeants d organisations coopératives, mutualistes et associatives qui ne veulent plus qu on les définisse comme des administrateurs d entreprises un peu particulières. Ils cherchent plutôt à définir leur dynamique comme étant celle d un mouvement porteur d une pensée économique et sociale qui se distingue de celle du modèle économique dominant et comme un mouvement qui veut peser sur les politiques publiques. Comme je l ai déjà dit ailleurs : Les coopératives ne sont pas là pour remplacer ce que Ricardo Petrella nomme si justement l «économie capitaliste de marché». Elles peuvent cependant offrir une alternative et endiguer l influence du modèle économique dominant dans plusieurs secteurs. N est-ce pas ce qu elles ont fait et font dans des secteurs comme la finance ou l agriculture! (sur le site de l ONU: Cette économie occupe 10 % du marché de l emploi, 10 % de la finance et 10 % du PIB dans un très grand nombre de pays de la planète. Elles peuvent potentiellement en modifier sérieusement la structure économique. À partir de ce seuil, les coopératives représentent un important levier pour les régions et les pays...si elles se concertent. Dans cette perspective, le mouvement a commencé à prendre conscience de sa faible influence sociopolitique auprès des pouvoirs publics et des institutions internationales. Le mouvement coopératif sait, surtout depuis la crise de 2008, qu il se «fait avoir» par les lobbies des multinationales sur les normes comptables internationales, par la finance spéculative que tolère les États, sur les questions de développement durable pour lequel il devient plus exigeant, etc. Pour ce mouvement, l économie capitaliste de marché n est pas la solution et est même plutôt celle qui a provoqué la crise comme en témoignent de nombreux écrits issus de l intérieur (Larose 2012 ; Sibille, 2011 ; Draperi, 2011 ; Scalvini, 2010, Jeantet, 2008, Favreau et Fall, 2007), ce qui est relativement nouveau. Avec l adoption par l ONU de 2012 comme Année internationale des coopératives, celles-ci sont beaucoup plus conscientes de faire partie d un mouvement international. Les dirigeants du mouvement sont aussi plus conscients de l importance de l Alliance coopérative internationale (ACI), d un mouvement organisé à l échelle de la planète. On découvre ou redécouvre l ACI d autant plus qu on voit mieux la dimension planétaire de la crise. De plus la solidarité internationale Nord-Sud devient aujourd hui plus forte au sein du mouvement coopératif, du moins celle que nous pouvons observer à partir du Québec 77

78 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux avec Développement International Desjardins (DID) et avec SOCODEVI, deux organisations d ailleurs bien présentes aux Rencontres du Mont-Blanc. Enrico Luzzati, de l Université de Turin en Italie, affirme à juste titre qu il faut commencer par des activités que des membres peuvent s approprier sans trop de difficulté comme, par exemple, «la commercialisation des produits agricoles, leur première transformation» et d ajouter, «la constitution de caisses d épargne et de crédit» (Jeantet et Poulnot, 2007). Les rapports entre coopératives du Nord et du Sud au sein de l ACI semblent pousser dans cette direction: mettre les coopératives au cœur du développement des communautés; faire une priorité du soutien à l organisation des femmes; intensifier le développement coopératif en milieu rural; travailler l autonomie des grandes coopératives par rapport à leur État national; encourager les coopératives du Nord à appuyer le mouvement coopératif au Sud selon le principe de l intercoopération- à partir d OCI inscrites dans la mouvance coopérative. Le mouvement coopératif et de l économie sociale et solidaire dans le monde bouge Observant depuis plus d une décennie déjà les mouvements sociaux internationaux comme celui des travailleurs (Confédération Syndicale Internationale CSI), celui des agriculteurs et le mouvement citoyen international (Forum Social Mondial FSM), nous avons été à même de constater que le mouvement coopératif était bel et bien en phase avec les autres. En plus de ses positions générales progressistes rejoignant les autres mouvements, nous avons pu voir surgir une série de rencontres internationales comme les RMB depuis 2004 (en France) ou un Sommet international en 2012 au Québec. Le début d un temps nouveau... peut-être! 78

79 Chapitre II : Les solutions de l économie sociale et solidaire pour la sortie des crises Références bibliographiques Bourque, G., L.Favreau et E. Molina (2012), Le capitalisme en crise, quelle réponse des coopératives? Revue Vie économique, vol.3, numéro 4, Éditions Vie économique, coopérative de solidarité, Montréal Draperi, J-F (2011), L économie sociale et solidaire : une réponse à la crise? Capitalisme, territoires et démocratie, Dunod, Paris. Favreau, L. et M. Hébert (2012), La transition écologique de l économie. Presses de l université du Québec, Sainte-Foy. Favreau, L. et E.Molina (2011), Économie et société. Pistes de sortie de crise, PUQ, Sainte-Foy. Favreau, L. et A. S. Fall (2007), L Afrique qui se refait, Éditions Presses de l Université du Québec, Sainte- Foy, p. 343 à 378. Gadrey, J. (2010). Adieu à la croissance. Bien vivre dans un monde solidaire, Paris, Éd. Les petits matins. GESQ (2010), La souveraineté alimentaire, Université d été du GESQ, Centre d arts du Mont-Orford, Estrie. Disponible sur le site du GESQ : Godard, O. (2010), «Y a-t-il une vie après Copenhague?», Alternatives économiques, numéro 288, février Griffon, M. (2006), Nourrir la planète, Éd. Odile Jacob, Paris. Jeantet, T., (2008), L économie sociale, une alternative au capitalisme. Ed. Economica, Paris. Houée, P. (2009). Repères pour un développement humain et solidaire, Paris, Éd. De l Atelier. Kempf, H. (2009). Pour sauver la planète, sortez du capitalisme, Paris, Seuil Larose, G. (2012), «Coopératives : la transition écologique de l économie s impose!» Revue Vie économique, volume 3, numéro 4, Éditions Vie économique, coopérative de solidarité, Montréal. Lipietz, A. (2012), Green Deal. La crise du libéral-productivisme et la réponse écologiste, Éd. La Découverte, Paris. Scalvini, F. (2010), Crise économique et «biodiversité entrepreneuriale». Conférence d ouverture, Lévis. Disponible sur le site de la conférence : Sibille, H. et T. Ghezali (2010). Démocratiser l économie. Le marché à l épreuve des citoyens, Paris, Éd. Grasset. 79

80 CHAPITRE III : QUELLES PISTES POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE DEMAIN?

81 Chapitre III : Quelles pistes pour l économie sociale et solidaire de demain? L auteur : José Maria Garriga, Argentine José Maria Garriga est avocat, spécialiste de la gestion et l économie de la santé. Il est également titulaire d un diplôme universitaire en Direction des Entreprises de la Santé (DIRES), de l Université Austral d Argentine. Monsieur Garriga a été gérant général de la Mutuelle fédérée 25 juin SPR de 1986 à 2012, il est également Président de la Fédération Argentine des mutuelles de santé, Président de l'alliance américaine du mutualisme et Vice-président pour l'amérique latine de l'association Internationale de la Mutualité (AIM). Monsieur Garriga est régulièrement sollicité en tant qu intervenant en Argentine et dans le monde, il a notamment dispensé un cours de 3 ème cycle à l Université 3 février en 2005 en Argentine intitulé «Economie Sociale et gestion dans les entités non lucratives», il est également intervenu à plusieurs reprises au congrès du CIRIEC (Centre d information dur l Economie Sociale et Coopérative), à Naples en Italie sur le thème «le rôle de l économie sociale dans l assistance sanitaire face à la déprotection sociale» et à Séville en Espagne en 2008 pour traiter le thème de «la couverture de santé pour les travailleurs informels à travers les coopératives ou les mutuelles à financements mixtes». En juin 2012, il est intervenu au cours du side-event des Rencontres du Mont-Blanc organisé à Rio de Janeiro pour le Sommet de la Terre Rio

82 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux La communication est essentielle dans l'économie Sociale et Solidaire, par José Maria Garriga, Argentine Introduction et rôle de l'économie sociale Ce sont écoulés plus de 100 ans dans l'évolution du coopérativisme, ce qui ne signifie pas beaucoup de temps dans l'histoire de la société civile, mais c'est le bon moment juste pour que, avec d autres organisations de l'économie sociale et solidaire, les valeurs et les fonctionnalités qui les distinguent soient intelligemment extériorisées, pour pouvoir contribuer à la construction de la sortie de l'actuelle crise globale qui nous guette. Les problèmes financiers des économies avancées, qui sont beaucoup plus que des difficultés temporelles, ont principalement fait perdre la confiance en la stabilité du système tout en suscitant des questions à beaucoup de spécialistes: comment fera-t-on pour restituer la crédibilité? L'objectif de l'économie sociale et solidaire destiné à la production de biens et services selon des principes d'aide mutuelle et de solidarité, entre autres, est d obtenir un développement économique et social adapté à tout moment de l'évolution de l'humanité, et il doit être transmis à la communauté avec continuité et clarté dans son message. Si on cherche à maximiser le bien-être de la population, il ne faut pas seulement communiquer les objectifs et les valeurs sur lesquels cette économie se base mais aussi les atteindre pour donner confiance et pour donner une continuité à cette forme d économie. Maintenant, la question que l on se pose est la suivante : 'objectif exprimé est-il compris et perçu correctement? On ne peut pas toujours, ni dans tous les pays, répondre positivement à cette question. D une part le développement et la validité de cette forme de coopération entre les personnes, dans laquelle l homme comme sujet de droits décide de s'unir librement avec d autres personnes pour former une organisation solidaire, deviennent réalisables pour la satisfaction des besoins individuels, sociaux ou culturels et aussi pour l'amélioration de la production et la circulation des biens. Dans divers cas plane le doute de savoir si ce choix de modèle d organisation solidaire est réalisé uniquement pour sa relation coût-bénéfice ou si la personne est informée et convaincue des objectifs sociaux et de l'aide réciproque qui inspirent ces organisations. D'autre part, il faut considérer que toute activité économique publique ou privée, que ce soit ou non à des fins lucratifs, cohabite avec une diversité de modèles économiques, dans lesquels la communication intrasectorielle et intersectorielle est un facteur déterminant qui encourage l'innovation et permet 82

83 Chapitre III : Quelles pistes pour l économie sociale et solidaire de demain? l'évolution du modèle économique de chaque pays. Quelques spécialistes mettent en garde contre la stagnation économique, qui comporte des risques et ceci pose une question importante, celle de savoir si l'économie Sociale et Solidaire peut acquérir et approfondir la réalité de l'environnement en rendant visible, dans sa proposition ouverte, les principes et les valeurs qu'elle promeut pour le développement humanisé. La croissance des organisations non lucratives a besoin d interagir dans l'environnement général et dans leur contexte immédiat. De l'analyse circonstanciée d'une réalité économique, politique et sociale surgissent de nouvelles idées innovantes qui peuvent être des réussites ou parfois aussi des échecs. La connaissance acquise avec l'information reçue et la communication réalisée comme objectif stratégique doivent être administrées convenablement, mais jamais être suspendues parce que ceci peut altérer la confiance en ces organisations. Aujourd'hui, nous assistons à des formes multidirectionnelles de communication qui exigent d être planifiées et alimentées de manière professionnelle, dans un environnement si compétitif que ne pas le faire serait dangereux pour le soutien des organisations car il entraînerait perte d'opportunités et de positionnement, ce qui peut aboutir à des conséquences imprévisibles pour l'existence et la gestion des entreprises. Le philosophe et journaliste André Gorz disait : «Il faut oser s'emparer des occasions, s'emparer de ce qui change». La crise politique et sociale que beaucoup de pays doivent affronter n est pas simple de surmonter et implique un changement dans la direction à suivre. L'économie sociale doit collaborer pour construire le chemin, dont le sommet doit être l homme et non le capital, dans un climat où ses principes et ses valeurs sont compris et diffusés. Dans ce nouveau scénario, les organisations solidaires doivent se préparer pour profiter des occasions que d'autres échecs économiques ont laissées, en essayant de faire un saut quantitatif et qualitatif pour leur développement. Comme cela fut dit tant de fois, il faut savoir sortir des crises mais aussi apprendre d elles. Il est encourageant de constater que les informations diffusées en termes de communications ont donné, en particulier au coopérativisme et au mutualisme, du contenu, du volume et de la visibilité sur l'économie sociale, ce qui est indéniable vu le développement que ces structures ont connu dans le monde depuis des décennies, et leur reconnaissance comme une marque déposée dans beaucoup de pays, quand la primauté de l'homme et les objectifs sociaux font partie indissoluble de ces organisations. 83

84 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Il faut prendre être vigilant à l'heure d entreprendre des dialogues communicatifs. Principalement grâce aux facilités qu offre Internet, la communication avec des flux importants d'informations devient une conversation multidirectionnelle qui produit un échange dynamique entre groupes et institutions dans des contextes de complexité. Il n'est pas aisé de démontrer que ce secteur est une alternative humanisée face à d'autres formes de production, de distribution ou de consommation, basées sur la croissance du capital, l'indifférence, l'iniquité, l'exclusion, le privilège, la corruption, tout cela avec la domination du pouvoir économique. Dans diverses régions, il existe de grands espaces où participe une nature variée de joueurs, dans une concurrence sans arbitre. La société civile dispose de l information continue et de la communication comme outil pour gagner du terrain avec conviction et faire un saut qualitatif et quantitatif, tout en profitant aussi des propres ressources financières des organisations solidaires. Personne ne peut être un acheteur prudent de biens ou de services, s'il ne les connaît pas préalablement ou ne trouve pas l'information accessible sur leurs caractéristiques et leur provenance. Personne ne peut non plus les offrir avec conviction, s il ne connaît pas leurs qualités et leur provenance. Même si cela peut sembler étrange, dans quelques pays d'amérique Latine, certain font référence à des organismes de l'économie sociale, sans savoir vraiment s ils parlent des organisations que nous connaissons ou s ils les confondent avec les organisations non gouvernementales ou de volontariat social ou de service... L'économie sociale doit travailler pour communiquer, construire et même reconstruire la confiance parfois fragilisée, en travaillant pour éduquer et pour sensibiliser sur ses valeurs et ses principes. L'information interne n'est pas suffisante si elle n'est pas accompagnée d'une proposition de participation interactive entre ses membres, avec continuité, sans interruption, où ces derniers sont considérés comme partie prenante des projets et impliqués à l'heure de prendre des décisions. Le maintien des voies de l'information et de la communication multidirectionnelle est un outil fondamental pour la construction de nouvelles stratégies de pénétration de l'économie sociale, sur un marché qui lui semble hostile pour son développement et pour la diffusion de cette façon de construire des projets économiques à partir des personnes, en préférant la solidarité et le bien-être social et non l'accumulation abusive de capital. 84

85 Chapitre III : Quelles pistes pour l économie sociale et solidaire de demain? Communication et perception de gouvernance Le XIX ème siècle est le préambule de ce qui dans l'histoire a été connu comme le siècle des questions sociales, qui s est considérablement développé au XX ème siècle, en acquérant des caractéristiques distinctes au Nord et au Sud de la planète. Ainsi, pour encourager leur développement, ces différentes formes associatives sont devenues l'une des pratiques économiques et sociales les plus humanisées de l'histoire. Elles représentent 7 %, 10 % ou 12 % du produit national brut, ou plus, selon les régions et les pays, mais leur développement a toujours été fait de manière à conserver une gouvernance adéquate et le maintien de l'emploi déjà créé. En temps de crise et de besoins de changements dans les facteurs humains et de l environnement, comme cela a lieu actuellement dans la plupart des pays d Amérique Latine, les organisations sociales et privées passent par de graves problèmes de gouvernance, faute de capacité pour s autogérer. Grâce à la finalité que les fondateurs et adeptes de ce nouveau modèle économique et social ont visé pour construire de nouvelles alternatives économico-sociales, ils ont réussi à structurer une interrelation stratégique et collectivement acceptée, capable d entreprendre des actions, et résoudre des conflits en appliquant les normes et les règles qui les organisent, en essayant de façonner des niveaux optimaux de gouvernance. Il ne fait aucun doute qu il existe d innombrables propositions innovatrices dans tout domaine politique ou économique, mais dans le cadre des organisations solidaires, il est souhaitable de réaliser et de faire connaître des actions de soutien, de développement et de respect des droits individuels, sociaux et de l environnement. C'est une obligation de ce secteur de rendre visible sa façon de procéder par tous les médias, principalement de personne à personne et au moyen des télécommunications qui seront précisées plus loin. La gouvernance équilibrée doit être reconnue et extériorisée par niveaux et par étapes pour augmenter la confiance dans ces organisations En d autres termes cette gouvernance se construit tout au long de la vie des institutions. Comme disait Klikssberg: elle suppose des processus de planification, de direction, d organisation, d exécution et de contrôle. Entre les diverses actions et méthodologies, il est conseillé de faire attention à dessiner un cadre de gouvernance, à réaliser une analyse, une mise en œuvre, et la diffusion de techniques d améliorations et, finalement, maintenir une intégration horizontale au sein du secteur et avec ses membres. La gouvernance est comprise comme la capacité dont dispose une organisation d agir via l'interaction politique et administrative dans la prise de décisions, conformément aux normes qui la régissent. On 85

86 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux perçoit, quand elle existe, une répartition de l autorité entre les participants, avec des étapes respectées pour la prise de décisions. L existence d une gouvernance dans les entreprises d ESS exige en particulier : 1. Que la légitimité des autorités soit publiquement indiscutable tant à l intérieur comme à l extérieur des entreprises d ESS; 2. Que la gestion soit développée en toutes visibilité et transparence, quelles méthodes de gestion soient efficaces et que soit mise en avant l importance des décisions collectives 3. Que les normes légales et statutaires en vigueur soient accomplies strictement; 4. Que les valeurs et les principes de l'organisation soient respectés; 5. Que les critiques soient permises et que l on prenne en compte les propositions innovantes; 6. Que leurs membres et dirigeants soient soumis aux codes éthiques établis. Les organisations de l'économie sociale qui ont étendues leurs activités jusqu à produire des services proches de ceux rendus par les services dits «sociaux» en particulier dans certains pays d Amérique Latine - ne sont pas de deuxième catégorie dans les rangs entrepreneuriaux, telles qu elles l ont été parfois qualifiées, dans l intention de minimiser leur participation à l économie. Cependant, il est nécessaire qu'un plus grand effort soit réalisé pour montrer leurs vertus, leur efficacité et leur efficience, en faisant connaître leur organisation, leurs compétences et les habiletés de direction et de gestion de leurs membres. Concrètement, le leadership et la compétitivité ne sont ni obtenus ni exercés par décret ni par obligation, mais par reconnaissance. Il ne faut pas oublier que l'ess est parfois la cible de critiques quand l'absence d'esprit lucratif, une de ses principales caractéristiques, est remise en doute. Cette perception s explique pour certains par la taille importante que ces organismes acquièrent et/ou par le leadership qu'ils exercent dans un secteur du marché, en dépassant parfois des entreprises capitalistes. Le fait de ne pas avoir comme but la concentration de capital ne signifie pas que la production d une rentabilité ne soit pas nécessaire, celle-ci est indispensable pour le soutien et la juste distribution équitable des excédents. L'administration adéquate et la direction des organismes obligent ses responsables à fournir une information transparente sur leurs activités et leurs réussites, mais aussi à consolider les valeurs, les principes et les fins qui distinguent l'économie sociale d'autres organisations capitalistes. Attirer l attention avec des notes et des articles nouveaux dans l'espace nommé «communications en nuage» n'est pas une tâche facile. Il ne s'agit pas de se contenter d avoir une page Web avec un logo 86

87 Chapitre III : Quelles pistes pour l économie sociale et solidaire de demain? créatif à côté d'une publicité nouvelle. Des associés, des clients, des fournisseurs ou le public en général doivent être convaincus de la véracité des informations et des rapports communiqués par ces organisations, leurs sources doivent être fiables, il doit y avoir une périodicité dans l'information diffusée dans les média et, fondamentalement, il doit y avoir une extériorisation du respect interne et externe des droits individuels, sociaux et environnementaux qu observent ces organisations. Intégration sectorielle Peut-être que l'une des inconnues les plus inquiétantes a toujours été de trouver les processus de développement les plus adaptés dans les entreprises qui puissent être soutenus dans le temps. Les méthodologies par lesquelles il faut passer doivent être dynamiques et toujours perfectibles pour atteindre une viabilité dans les processus de soutien et de développement. La faible communication horizontale existante entre les organisations empêche la mobilisation des capacités d'intercoopération. Pour parcourir ce chemin dans l'économie sociale, tout d abord, on a besoin d une connaissance mutuelle adéquate des activités, de connaître les ressources économiques et humaines pour analyser si elles ont des équivalences et des symétries suffisantes pour entreprendre un processus d'intégration et de montrer quelle est l'évolution des bilans économique, financier et social. Dans les étapes d'information et de communication, considérer le domaine géographique et le secteur de la population où les organismes solidaires impliqués agissent est aussi important que l'évolution des bilans économiques et financiers et l'impact social que leurs activités produisent. Les associations de personnes qui créent des normes d'organisation qui visent la satisfaction des besoins communs ou l obtention d un bénéfice distribuable entre leurs composants, peuvent trouver quelques limites à leur développement pour différentes raisons. Une efficacité productive et des besoins importants sont les causes qui poussent à s orienter vers une intégration qui modifie favorablement son efficacité. Le développement de l'économie sociale et solidaire ne demande pas la création de coopératives ou de mutuelles quand on n'en a pas besoin, parce qu un nombre excessif peut occasionner des échecs et la disparition de celles qui ne peuvent pas se maintenir. Dans certains cas, il convient d'essayer des processus d'intégration, surtout quand le marché exige des besoins technologiques ou d'une plus grande échelle. Effectivement, ces organismes doivent avoir une capacité d'adaptation, spécialement dans les processus économiques changeants dans le domaine de la production et de la commercialisation de biens, mais aussi dans les économies familières, chez les petites et les moyennes entreprises, et doivent écouter l'offre et la demande de services en mesurant des volumes et des structures de coûts. 87

88 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux L'information et la communication intersectorielle est essentielle pour envisager un processus d'intégration horizontale Un autre avantage innovant que peut avoir la communication intersectorielle pour l encouragement de l'intégration, est lié à l'un des principes coopératifs, le septième, qui vise l'intérêt pour la communauté. Ce principe induit que le but de ces organisations solidaires n est pas seulement d assurer la satisfaction des besoins communs propres, mais aussi de créer des entreprises d'intérêt général qui consolident le concept de responsabilité sociale du secteur. Ce but peut être atteint plus facilement lorsque les liens intégratifs sont consolidés. L importance des télécommunications et des réseaux sociaux comme nouveau défi pour l'ess Les différentes formes de communication à distance sont communément appelées télécommunications. Les TICs sont les technologies de l'information et de la communication. Dans le même sens, les NTIC sont les nouvelles technologies qui donnent le nom à l'informatique connectée par Internet qui, comme tout, a de grands avantages ou bénéfices à l'heure de la mesurer en termes de développement contrôlé, mais elle comporte également des risques. Ces nouvelles technologies ont une grande répercussion sur la société, permettent d économiser du temps et de l'argent et encouragent l interrelation sociale, éducative et commerciale. Comme un encouragement à la recherche et à l'innovation, leur usage peut contribuer au développement durable de la planète et à la protection de la biodiversité. Logiquement, elles comportent elles aussi des risques ou des désavantages. La part et la tranche d âge de la population «connectée» et qui utilise les réseaux sociaux, constituent aujourd'hui des données et des outils d'utilisation maximale dans le monde. Voyons dans le tableau suivant quelques chiffres dans certains pays d'amérique Latine. Part de la population en ligne âgée de plus de 15 ans, du mois de mars 2010 au mois de mars 2011 Audience Internet des 15 ans et plus, accédant à Internet depuis leur foyer ou leur lieu de travail Source: comscore Media Metrix, Mars Mars

89 Chapitre III : Quelles pistes pour l économie sociale et solidaire de demain? Audience Internet des 15 ans et plus, accédant à Internet depuis leur foyer ou leur lieu de travail Source: comscore Media Metrix, Mars Mars 2011 Selon des données publiées par Com Store, 30 % des utilisateurs d'internet restent connectés aux réseaux sociaux pendant tout le temps de leur connexion. Chaque page web dispose d un langage et d une manière différente de communiquer, c est pour cela que chaque page attire les internautes pour des raisons différentes. L'échange dynamique qui est obtenu inclut un ensemble de personnes ou de collectifs qui s'identifient par les mêmes problèmes et besoins, ils échangent des connaissances et des expériences. Les institutions de l'économie sociale doivent participer à cette communication multidirectionnelle. Le nombre de visites, le temps de connexion et les âges des utilisateurs nous indiquent que l'on ne peut pas laisser de côté cette opportunité. De plus, ceux qui travaillent dans la construction de ces pages les rendent chaque jour plus agréables et simples d utilisation ; un autre facteur 'important pour leur diffusion massive est qu'elles sont en général gratuites. Par exemple, l'usage d internet quotidien moyen en Argentine dépasse de 4 heures la moyenne mondiale, d après l'information fournie par ComScore, qui remarque également que plus le taux de pénétration et de haut-débit est important, plus le temps qu on passe en ligne est important. En Amérique Latine, le Brésil, le Mexique, l'argentine et la Colombie sont les pays les plus grands utilisateurs d Internet, avec plus de 23 heures mensuelles en ligne par Internaute. Ces derniers consacrent 30 % de leur temps à leur connexion à Internet et aux réseaux sociaux. Facebook, Twitter, Linkedin sont quelques-uns des réseaux sociaux les plus utilisés comme on peut le voir dans les tableaux suivants. 89

90 L économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux Audience Internet des 15 ans et plus, accédant à Internet depuis leur foyer ou leur lieu de travail Source: comscore Media Metrix, Mars Mars 2011 Audience Internet des 15 ans et plus, accédant à Internet depuis leur foyer ou leur lieu de travail Source: comscore Media Metrix, Mars Mars 2011 Les réseaux sociaux ont une éthique implicite de coopération. Les entreprises de l'économie sociale et solidaire sont donc mieux préparées pour profiter naturellement des occasions qu'ils offrent. Les changements qui se présentent sont plus sociaux que technologiques. Les coopératives, les mutuelles et d autres organisations de l'ess ne peuvent pas être absentes dans cette évolution. Il est nécessaire qu'elles appliquent un développement dynamique au moyen de l'interaction de dirigeants, de techniciens et des personnes responsables de définir des stratégies. Pour cela, il faut réaliser au préalable une analyse des processus d'information et de communication utilisés, pour avoir un impact sur le point précis de l'objectif poursuivi. Il faut intensifier l'interaction pour gagner de la confiance, pour offrir de la sécurité et de bonnes réponses, en renforçant, dans toutes les étapes, les 90

Objet : cinq chantiers et vingt propositions des dirigeants de l économie sociale pour changer de modèle à l'heure de RIO + 20

Objet : cinq chantiers et vingt propositions des dirigeants de l économie sociale pour changer de modèle à l'heure de RIO + 20 Association les Rencontres du Mont-Blanc Forum international des dirigeants de l économie sociale Chamonix, le 12 novembre 2011 A l intention de Mesdames et Messieurs les Chefs d Etat Membres de l Organisation

Plus en détail

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres Forum coopératif de la Mauricie Quelles contributions et réponses les coopératives et mutuelles apportent-elles aux défis et enjeux de la société dans ma région et à ceux de la société québécoise? Le mouvement

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

UNIVERSITÉ D AUTOMNE DU CENTRE DES JEUNES DIRIGEANTS ET DES ACTEURS DE L ECONOMIE SOCIALE (CJDES) --- «ECONOMIE SOCIALE AU COEUR DES TERRITOIRES»

UNIVERSITÉ D AUTOMNE DU CENTRE DES JEUNES DIRIGEANTS ET DES ACTEURS DE L ECONOMIE SOCIALE (CJDES) --- «ECONOMIE SOCIALE AU COEUR DES TERRITOIRES» UNIVERSITÉ D AUTOMNE DU CENTRE DES JEUNES DIRIGEANTS ET DES ACTEURS DE L ECONOMIE SOCIALE (CJDES) --- «ECONOMIE SOCIALE AU COEUR DES TERRITOIRES» Madame, Monsieur, Palais des Congrès du Futuroscope Jeudi

Plus en détail

«L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse

«L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse «L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse Ce titre, «l économie sociale et solidaire, une réponse à la crise?» aurait pu être trompeur.

Plus en détail

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE CHAPITRE 1 ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE L enjeu théorique COOPÉRATION ET ÉCONOMIE SOCIALE : UNE SYNTHÈSE INTRODUCTIVE L initiative

Plus en détail

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels Add title 2 préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels L examen par les pairs tenu à Paris (France) les 10 et 11 décembre 2012 était organisé par la Direction générale française

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS Projet de loi no 27 Loi sur l économie sociale Mémoire présenté au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire dans le cadre

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Plan d action de développement durable 2009-2013 MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Il me fait plaisir de présenter le plan d action de développement durable du Centre de la francophonie des Amériques

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Projet de loi n o 27. Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire

Projet de loi n o 27. Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire Projet de loi n o 27 LOI SUR L ÉCONOMIE SOCIALE Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire par la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Confédération des syndicats nationaux

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Discours Ministre. C est un immense plaisir d être parmi vous ce matin, au sein de l Université de Reims Champagne Ardennes.

Discours Ministre. C est un immense plaisir d être parmi vous ce matin, au sein de l Université de Reims Champagne Ardennes. Visite IUT de Reims le 7 mars 2013 Discours Ministre Monsieur le Préfet, Mesdames et Messieurs les parlementaires Madame la Maire, Madame la secrétaire générale de l académie, représentant le recteur Monsieur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 14 février 2013 Français Original: anglais E/ECE/1466 Commission économique pour l Europe Soixante-cinquième session Genève, 9-11 avril 2013 Point

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 L économie sociale et solidaire : de quoi parle-t-on? Une économie du quotidien, ancrée sur les territoires Des entreprises et

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale

Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale concernant la Loi sur l équité salariale par la Confédération des syndicats nationaux Montréal, le 16 septembre 2002 Présentation

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

Cent jours pour la culture

Cent jours pour la culture NOTE n 134 - Fondation Jean-Jaurès - 22 mai 2012 - page 1 Les GRECs* * Groupes d études et de recherches sur la 1 Pourquoi cent jours? Parce que de ces cent jours dépendent les mille qui suivront. 2 A

Plus en détail

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs, Intervention de M. Thierry REPENTIN Ministre délégué en charge des Affaires européennes Ouverture des Entretiens d Enghien sur le thème «Où va l Europe?» Samedi 8 mars 2014 Monsieur le Maire, (Philippe

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Chapitre 7. Contribuer à l effort de solidarité internationale

Chapitre 7. Contribuer à l effort de solidarité internationale Chapitre 7 Contribuer à l effort de solidarité internationale Chapitre 7 Contribuer à l effort de solidarité internationale L a mondialisation offre aux économies développées des défis et des perspectives

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux

Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux Les grands enjeux de la vie durable Pour les grands enjeux de la vie durable, je vais

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

L emploi : une priorité nationale pour le Maroc 2/ Les réflexions en cours

L emploi : une priorité nationale pour le Maroc 2/ Les réflexions en cours AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Le Conseiller pour les Affaires Sociales Travail/Emploi Formation professionnelle Santé/Protection sociale Action sociale/population Rabat, le 28 décembre 2011 L emploi : une

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN,

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN, Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011 Intervention de M. François BAROIN, Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l Etat, Porte-parole du

Plus en détail

De l Economie sociale à l entrepreneuriat social

De l Economie sociale à l entrepreneuriat social De l Economie sociale à l entrepreneuriat social Des enjeux d actualité Un Paradoxe Très présente dans notre vie quotidienne. Méconnue du grand public. Un Regain d actualité Le chômage de masse La mondialisation

Plus en détail

Plan en faveur de l Economie Sociale et Solidaire. présenté à l occasion du Lancement du mois de l Economie Sociale et Solidaire 2010

Plan en faveur de l Economie Sociale et Solidaire. présenté à l occasion du Lancement du mois de l Economie Sociale et Solidaire 2010 Plan en faveur de l Economie Sociale et Solidaire présenté à l occasion du Lancement du mois de l Economie Sociale et Solidaire 2010 - Dossier de presse Mardi 19 octobre 2010 1 «Une économie qui place

Plus en détail

EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE Projets et actions

EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE Projets et actions EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE Les textes de l ONU (RIO 1992) et du MEN depuis 2004 Développement durable Pilier Environnement (Ecologie) Pilier participation populaire / culturel/ social Pilier économique

Plus en détail

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue!

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Les décisions prises au niveau fédéral peuvent sembler

Plus en détail

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada?

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? 31 mars 2011 0 À l annonce du déclenchement des élections fédérales 2011, le Réseau FADOQ se fait la voix des aînés

Plus en détail

pour l emploi 7 et 8 juillet 2014 Palais d'iéna Tables rondes

pour l emploi 7 et 8 juillet 2014 Palais d'iéna Tables rondes la grande conférence sociale pour l emploi 7 et 8 juillet 2014 Palais d'iéna Tables rondes Sommaire Table ronde 1 - salle Eiffel P. 2 Amplifier l action pour l emploi, en particulier pour les jeunes,

Plus en détail

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 ADESS Cornouaille Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 1 L ADESS Cornouaille est un des quinze pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) en Bretagne. C

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie Allocution de M. Yvon Bolduc, Président-directeur général Fonds de solidarité FTQ Montréal, le lundi

Plus en détail

Jeudi 20 Novembre 2014.

Jeudi 20 Novembre 2014. www.economie.gouv.fr Paris le 20 novembre 2014 Intervention d Emmanuel MACRON Ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique Audition par Commission d enquête sur l impact sociétal, social, économique

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet Introduction Définitions L Economie Sociale Les familles Les principes communs L Economie Solidaire : filiation historique Le mouvement ouvrier

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN DOCUMENT PROJET

ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN DOCUMENT PROJET DOCUMENT PROJET Maître d ouvrage : ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES Objet : EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL DU

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

catalogue de formations ARTISANS DU MONDE

catalogue de formations ARTISANS DU MONDE catalogue de formations ARTISANS DU MONDE Découvrir et comprendre le commerce équitable. Renforcer ses capacités d animation en éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale. 2015 Benjamin

Plus en détail

Vers une nouvelle solidarité Ou «L Economie Sociale et solidaire comme lieu d innovations»

Vers une nouvelle solidarité Ou «L Economie Sociale et solidaire comme lieu d innovations» Paris, le 23 mai 2001 Vers une nouvelle solidarité Ou «L Economie Sociale et solidaire comme lieu d innovations» Emetteurs : Collège des actrices et acteurs français, Paul Picard, Rémi Laurent Objet :

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action L IFAC Projet associatif Le chant choral en partage, en dialogue et en action Contexte La pratique du chant choral en France est caractérisée par une diversité remarquable héritée de sa trajectoire historique.

Plus en détail

«L ENSEIGNANT : L économie

«L ENSEIGNANT : L économie Peter Macs-fotolia.com L économie sociale et solidaire vient d être dotée d un ministère. Elle passe, certes, sur le devant de la scène mais reste pourtant bien mystérieuse. Que recouvre-t-elle réellement?

Plus en détail

I LES PRINCIPES FONDATEURS

I LES PRINCIPES FONDATEURS CONSEIL CITOYENS Allonnes Charte Préambule Le conseil citoyen dans le cadre de la mise en action de la démocratie participative doit tendre à un réel pouvoir d'intervention directe des citoyens de notre

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Rencontre avec Philippe Courard Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Il y a presque un an, Philippe Courard devenait Secrétaire d'etat à la Politique scientifique. Le moment idéal pour Science

Plus en détail

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste L ESS OU LA PRATIQUE DE L EGALITE REELLE DANS L ECONOMIE Les entreprises de l ESS ont

Plus en détail

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE Le réseau Panafricain AIDE21 en partenariat avec le cabinet de conseil S2 Services Sarl Avec le soutien du Gouvernement Camerounais, le réseau panafricain AIDE21 présente le : FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Caravane des partenariats

Caravane des partenariats Lorsque humanisme et efficacité se rencontrent! Caravane des partenariats Contexte, enjeux et typologie des partenariats associations - entreprises Lille, 04 juin 2012 Le RAMEAU Association loi 1901, déclarée

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Ensemble, Entreprendre Autrement 1 1. Principes, périmètre et bonnes pratiques : ce que dit la loi Ensemble, Entreprendre Autrement 2 Des principes

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Monsieur le Président, Cher Bruno Racine, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Plutôt que que. Choisissez de. Lutter pour le développement et la solidarité internationale

Plutôt que que. Choisissez de. Lutter pour le développement et la solidarité internationale Choisissez de Lutter pour le développement et la solidarité internationale Plutôt que que Lutter contre l immigration et la Mondialisation de l indifférence EDITORIAL Un réseau en mouvement dans le Tarn

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail