Les différences et les convergences entre concepts, définitions et cadres théoriques d Economie Sociale Solidaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les différences et les convergences entre concepts, définitions et cadres théoriques d Economie Sociale Solidaire"

Transcription

1 Les différences et les convergences entre concepts, définitions et cadres théoriques d Economie Sociale Solidaire Le RIPESS (Réseau Intercontinental de Promotion de l'economie Sociale Solidaire) propose ce document de travail comme point de départ pour le dialogue sur les concepts, les définitions et les cadres de l'économie sociale solidaire (ESS). Il s'agit d'un document de base pour guider le processus de consultation qui vise à clarifier nos visions et conceptions de l'ess, afin d'aller vers une plus grande convergence lorsque cela est possible, et de comprendre plus clairement les divergences qui subsistent. Nous invitons chaque continent à s'engager dans un processus de dialogue et l'élaboration d'un document de synthèse animé grâce à la coordination de nos réseaux d'ess membres sur chaque continent. Ces rapports serviront au débat sur la Vision de l économie sociale solidaire à l occasion de la 5ème Réunion internationale sur l'économie sociale solidaire qui aura lieu du 15 au 18 Octobre 2013, à Manille, aux Philippines. Ce document de travail est issu des discussions qui ont eu lieu lors de la rencontre du CA du RIPESS à Paris, du 28 au 31 mars Notre groupe a eu l intention d explorer les concepts d économie solidaire, les définitions et cadres théoriques utilisés dans les différents continents et pays. Suite à une session du CA dans son ensemble et de quelques invités, un groupe de travail1 s est réuni pour tenter de clarifier et d articuler les convergences et les différences. Notre but était d approfondir notre compréhension des concepts des uns et des autres et les spécificités des contextes locaux, plutôt que de rechercher un consensus sur un seul concept ou définition. Nous avons trouvé cependant que ce qui souvent apparaît de prime abord comme une différence, disparaît ou se rétrécit considérablement au cours d un processus d exploration approfondie. Nous nous sommes mis d accord sur les aspects principaux de l économie sociale solidaire : 1) L Economie Sociale Solidaire représente une alternative au capitalisme ainsi qu à d autres systèmes économiques autoritaires et dominés par l Etat, au sein de laquelle les gens ordinaires jouent un rôle actif qui donnent forme à leur vie économique. L ESS existe dans tous les secteurs de l économie : la production, la finance, la distribution et l échange, et dans la consommation. 2) L Economie Sociale Solidaire est une approche éthique et basée sur des valeurs du développement économique qui met la priorité sur le bien-être des êtres humains et de la planète (par exemple, le concept d Indice du Bonheur et de buen vivir -vivre en harmonie avec les autres peuples et avec la Terre Mère), plutôt que sur le profit et la croissance aveugle. Nous réaffirmons les valeurs exprimées dans la Charte du Ripess qui incluent : a. l humanisme; b. la solidarité/mutualisme/coopération/réciprocité, y compris la globalisation de la solidarité (antiimpérialisme); c. une démocratie sociale, politique et économique; d. l équité/la justice pour tous y compris les dimensions de genre, race, ethnie, classe, âge, orientation sexuelle, etc.;

2 e. le développement durable; f. le pluralisme/inclusivité/diversité/créativité; g. la Territorialité/développement local/subsidiarité qui est à la base de la prise de décision et de la gestion à un niveau aussi local que possible. 3) L Autogestion et la propriété collective sur le lieu de travail et dans la communauté sont des éléments centraux de l économie solidaire. a. Il existe de très nombreuses manifestations de l autogestion et des formes de propriété collective qui comprennent : les coopératives (de travailleurs, producteurs, consommateurs, de crédit, de logement, etc.), des entreprises dont la communauté est propriétaire, des «biens communs» (gouvernance participative, comme par exemple la gestion communautaire des forêts au Népal). 4) L économie solidaire met l accent sur l empowerment des femmes et des groupes marginalisés, ainsi que sur le travail de lutte contre la pauvreté et d inclusion sociale. 5) Nous reconnaissons l importance de développer les liens avec les mouvements sociaux qui luttent pour la justice sociale et économique tels que les luttes des femmes, des travailleurs, réforme agraire, petits agriculteurs, les pauvres, les indigènes et les mouvements environnementaux. 6) Il y a beaucoup de bases fertiles qui possèdent un grand potentiel pour le développement d alliances. Certaines sont en partie alignées sur, mais ne font pas partie de l économie solidaire comme, par exemple, le secteur de l économie populaire et informelle. D autres s identifient à un aspect particulier de l économie solidaire comme par exemple le commerce équitable, vert, bio qui s aligne sur les valeurs de l ESS, mais peuvent être en conflit avec d autres valeurs dans des aspects importants et structurels. Malgré tout, il existe un grand potentiel pour construire des alliances et des collaborations mutuelles. a. L économie populaire et informelle le secteur populaire ou informel de l économie est très important étant donné que de nombreuses personnes, en particulier dans le Sud global, en dépendent en termes de survie. Par exemple, les trois quarts de la population du Mali sont impliqués dans l économie informelle. L économie populaire comprend des activités économiques qui ne sont pas couvertes par des arrangements tels que les taxes, la protection du travail, les régulations sur les salaires minimum, les allocations de chômage ou les contrats de travail. De nombreux travailleurs autonomes, des microentreprises, des commerçants, et des pratiques d entraide font partie de l économie populaire. L économie populaire n est pas la même chose que l économie solidaire, mais s aligne de nombreuses façons étant donné que les acteurs trouvent souvent des formes collectives de satisfaire leurs besoins économiques et sociaux, comme par exemple les tontines, les cuisines communautaires (comedores populares), l entraide, des systèmes d assurance mutuelle, etc. Au Vénézuela le Ministère de l Economie Populaire est très proche des orientations de l économie solidaire.

3 b. Commerce bio, vert, équitable : Il existe de nombreuses tendances et mouvements qui reflètent les valeurs de l économie solidaire et peuvent ou ne peuvent pas inclure l économie solidaire. Un exemple de ces derniers serait par exemple le Wal-mart qui possède sa propre marque de Café Certifié Commerce Equitable des Forêts Pluvieuses (Rainforest) mais qui en même temps, est engagé dans le démantèlement des syndicats et utilise son énorme part de marché pour faire tomber les prix et les salaires. Cependant il existe certainement des praticiens dans ces secteurs qui sont des alliés valables et d autres qui forment déjà partie de l économie sociale et solidaire. 7) Il est important de construire des stratégies du micro au macro: a. Construire des pratiques sur le terrain - ceci est le coeur de l économie sociale et solidaire que la recherche, les politiques, le plaidoyer et la communication aident et permettent de mettre en place. Les pratiques concrètes sont souvent basées sur des concepts de développement autonome et d entraide, -- en opposition au fait de céder la responsabilité au gouvernement local ou national--, la subsidiarité ou la territorialité (rendre les choses les plus locales possibles). b. La recherche nous devons être capables de défendre l ESS avec des données quantitatives et qualitatives. Il est nécessaire d établir un large éventail de recherches, qui comprenne des académiciens, la recherche basée sur la communauté, la rechercheaction, la collecte de données et la systématisation d expériences. c. Le travail sur les politiques aux niveaux local, régional, national et international nous cherchons à créer des politiques qui rendent possible l ESS mais qui ne la dirigent pas. d. Le plaidoyer ce travail comprend l organisation et la promotion de politiques, de statuts juridiques et de plusieurs types d aide à l ESS. 8) Augmenter la visibilité étant donné que le cadre de l ESS est relativement peu connu, nous devons nous engager à augmenter la prise de conscience à propos de l ESS et l implication des acteurs. Notre public cible inclut le public en général, les alliés potentiels et les praticiens qui font partie de l ESS mais qui ne s identifient pas avec ce cadre théorique. Deux stratégies centrales pour augmenter la visibilité sont possibles: a. l éducation l éducation sur l ESS et ses différents aspects peut prendre de nombreuses formes, y compris des ateliers, des forums, des formations, des séminaires et des classes. L éducation est souvent le premier pas dans le processus de la mobilisation en faveur de l ESS, l organisation ou le développement économique. b. La communication, les médias, les médias sociaux articles, livres, vidéos, couverture médiatique sont des formes importantes d augmenter la prise de conscience sur l ESS. Nous devons développer une bibliothèque avec ces ressources. Exploration ulterieure de la terminologie et des concepts:

4 Nous acceptons que sur chaque continent, il existe différents domaines qui servent d approches, de points d entrée et de spécificités qui ont comme résultat l usage de différentes terminologies en relation avec l économie sociale et solidaire. Des termes comme transition sociétale, mouvement de transformation, changement de paradigme, modèle alternatif de développement économique peuvent être utilisés en différents endroits et dans différents circonstances, selon les sensibilités politiques, historiques ou culturelles. Par exemple, dans certains cercles asiatiques, le terme d économie solidaire est considéré avec suspicion comme étant un cousin proche du socialisme. L économie sociale et solidaire n exclut pas les formes participatives, démocratiques de socialisme mais reconnaît que chaque région doit décider quel langage et quel cadre théorique sont les plus appropriés à ses circonstances particulières. Economie Sociales versus Economie Solidaire: L économie sociale (Diagramme 1) est comprise en général comme un «tiers secteur» de l économie, qui complète le «premier secteur» (privé/orienté vers le profit) et le «second secteur» (public/planifié). Le tiers secteur comprend les coopératives, les mutuelles, les associations et les fondations (CMAFs) qui sont organisées de façon collective et orientées autour de buts à caractère social qui ont la priorité sur les profits ou la rentabilité pour les actionnaires. La principale préoccupation des CMAF, comme des sociétés de personnes, n'est pas de maximiser les profits, mais d'atteindre des objectifs sociaux (ce qui n'exclut pas réaliser du profit, ce qui est nécessaire pour le réinvestissement). Certains considèrent que l économie sociale est le troisième pilier du capitalisme, en même temps que le secteur public et privé. Donc, les défenseurs de l économie sociale tentent d obtenir la même légitimité que les secteurs publics et privés, avec un niveau correspondant de support en ressources et politiques publiques. D autres, dans la partie plus radicale du spectre, voient l économie sociale comme une étape vers une transformation plus fondamentale du système économique. L économie solidaire cherche à changer l ensemble du système social et économique et met en avant un paradigme différent de développement qui inclue les principes de l économie solidaire. Elle poursuit la transformation du système économique capitaliste néolibéral qui donne la 4 priorité à la maximisation du profit et à la croissance aveugle vers un système qui met les gens et la planète au coeur. En tant que système économique alternatif, l économie solidaire inclue donc les trois secteurs privé, public et tiers secteur. L économie solidaire cherche à réorienter et à donner de nouvelles formes à l état, aux politiques, au commerce, à la production, la distribution, la consommation, l investissement, la monnaie et la finance, ainsi que les structures de propriété de manière à servir le bien-être des peuples et de l environnement. Ce qui distingue le mouvement de l économie solidaire de nombreux autres mouvements de changement social et révolutionnaires du passé, c est qu elle est pluraliste dans son approche évitant des solutions rigides et la croyance en un seul chemin correct, l économie solidaire reconnaît aussi la valeur et se construit à partir de pratiques concrètes, dont beaucoup sont anciennes. L'économie solidaire, plutôt que d essayer de créer une utopie à partir de rien et de la théorie, reconnaît qu'il existe actuellement une utopie concrète, une utopie en action. Elle est enracinée dans les pratiques de la démocratie participative et dans la promotion d'une nouvelle vision de l'économie, une économie qui place les personnes au centre du système, une économie qui valorise les liens plutôt que les biens. Ainsi, l'économie solidaire a explicitement pour agenda une transformation systémique, postcapitaliste. L'économie sociale est un secteur de l'économie qui peut ou non faire partie d'un programme de transformation, post-capitaliste, en fonction de la personne avec qui vous parlez.

5 Economie sociale et solidaire et contextes régionaux Le RIPESS utilise le terme d économie sociale solidaire pour embrasser à la fois l économie solidaire et la partie plus radicale de l économie sociale. Définir le cadre d'économie sociale et solidaire est un processus long et continu. Par exemple, la définition de l'économie solidaire au Brésil 5 a été construite par les défenseurs de l ESS et les praticiens depuis de nombreuses années à travers des forums, des réunions et des consultations. Nous comprenons que les réalités politiques, culturelles et historiques de chaque continent, et même des différents pays, exigent une approche flexible en référence à la terminologie, aux approches et aux points d entrée. En Europe, l économie sociale est profondément ancrée et est antérieure au cadre théorique de l économie solidaire. En général, on peut constater une aide décroissante pour l économie sociale au niveau national ou européen, mais plus de support au niveau local. Le réseau RIPESS-Europe en émergence travaille à la fois avec les organisations de l économie sociale et de l économie solidaire et comprend des réseaux/organisations sectorielles autant que territoriales. Le Québec construit autour du concept d économie sociale et cherche à créer un mouvement de transformation qui est très pratique et basé sur les niveaux locaux et territoriaux. Dans le reste du Canada, l accent porte sur le cadre territorial du développement économique local. RIPESS-LAC (Amérique Latine et Caraïbes) utilise le cadre de l économie solidaire. Malgré certaines différences dans la définition, il existe un ample consensus sur son agenda systémique et transformateur et du fait qu elle se construit autour d un noyau de principes éthiques. Les Etats-Unis ont été capables de commencer à partir d une table plutôt rase et le Réseau US d Economie solidaire a choisi de façon délibérée de travailler au sein du cadre théorique de l économie solidaire, en tant que mouvement éminemment transformateur. L Alliance Asiatique pour l Economie Solidaire prend l entreprise sociale comme point de départ, ainsi que la nécessité de construire des chaînes de production solidaires. L Afrique travaille aussi bien avec le cadre de l économie sociale que celui de l économie solidaire. Au Mali il y a eu des efforts pour construire un cadre légal et institutionnel pour appuyer l ESS et ce processus s est accompagné d un processus de définition. L ESS, l entreprise sociale et la responsabilité sociale des entreprises (RSE) Il existe divers niveaux de confort avec des concepts tels que l'entreprise sociale et la responsabilité sociale des entreprises. La situation est compliquée par le fait que différents pays ont différentes définitions de ces termes. L'entreprise sociale Si l'on compare la définition de l'entreprise sociale utilisée par quatre associations d'entreprises sociales au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Europe et au Canada, ils ont en commun les

6 caractéristiques suivantes: 1) que l'entreprise sert une finalité sociale comme la lutte contre la pauvreté ou l'exclusion sociale, 2) qu'il génère essentiellement des revenus basés sur la vente de biens et de services plutôt que de dépendre de subventions et 3) les bénéfices sont réinvestis dans la mission sociale plutôt que de maximiser la valeur pour les actionnaires. Lorsque les définitions diffèrent, c'est en termes de propriété et de contrôle. La forme «actionnaires» donne le contrôle aux propriétaires, qu ils soient constitués par une personne ou un groupe d'investisseurs ayant acheté des actions dans l'entreprise. Dans ce cas, le contrôle est accordé au capital - le montant de l'argent qui a été investi dans l'entreprise. La forme parties prenantes fonctionne sous le contrôle d un collectif de personnes qui ont un intérêt ou un enjeu - pas seulement monétaire - dans l'entreprise. Cela peut inclure les travailleurs, la communauté, les bénéficiaires, ou des organisations à but non lucratif. Alors que les associations au Royaume-Uni et aux États-Unis comprennent à la fois la forme «actionnaires» et la forme «parties prenantes» de la propriété / du contrôle, les associations européennes et canadiennes limitent leur définition pour inclure seulement la forme «parties prenantes». Étant donné que l ESS estime que l'autogestion et la propriété collective dans le lieu de travail et dans la communauté (point 3, page 1) sont d'une importance capitale, il existe des similitudes avec le sous-ensemble des entreprises sociales qui ont une forme «parties prenantes» de la propriété / contrôle. Comme dans notre discussion sur l'économie populaire (6b, page 2), elle représente un terrain fertile pour une alliance avec les entreprises sociales à actionnaires. Nous reconnaissons qu'il sera plus probable que nous trouvions une plus grande alliance avec les petites entreprises sociales à propriété locale. Nous reconnaissons également le danger représenté par le fait que les entreprises sociales sont parfois utilisées pour saper les programmes de protection sociale. En Europe en particulier, les infrastructures sociales sont démantelées et privatisées et parfois la privatisation se fait par l intermédiaire d entreprises sociales. Dans certains cas, la prestation de services sociaux par les entreprises sociales est une extension de l'état providence, mais dans d'autres, elles sont utilisées d'une manière qui permet à l'etat de renier ses responsabilités. Responsabilité sociale des entreprises (RSE) Le RSE vise à intégrer une démarche éthique dans les pratiques des entreprises, ce qui, en soi, est une approche qui est tout à fait compatible avec l'économie solidaire. Dans la pratique, il existe de nombreux exemples de RSE louables et qui représentent un terrain fertile pour la collaboration. D'autre part, il y a un réel danger que des sociétés comme Coca-Cola et Wal-Mart se présentent ellesmêmes comme les championnes du développement durable, le développement économique local, la promotion de la santé et de l'autonomisation des communautés, mais qui en même temps s'engagent dans des pratiques qui sont nuisibles pour les travailleurs, l'environnement et les communautés locales, les petites entreprises et l agriculture familiale. Aller de l'avant

7 Nous espérons que ce document de travail contribue de façon utile aux dialogues locaux sur les visions, les concepts, les définitions et les cadres de l'économie sociale solidaire. Ces discussions sont très importantes pour la clarification, non seulement là où nous trouvons des convergences, mais de la même façon, là où nous avons des divergences et le pourquoi de celles-ci. Cette approche ouverte pour la construction d'une compréhension partagée est essentielle pour renforcer le mouvement mondial qui vise à bâtir l'économie sociale solidaire. Nous sommes impatients de partager une synthèse des perspectives qui se dégageront des différents continents après la réunion internationale sur l'economie Sociale Solidaire en Octobre 2013.

Vision globale de l économie sociale solidaire : convergences et différences entre les concepts, définitions et cadres de référence

Vision globale de l économie sociale solidaire : convergences et différences entre les concepts, définitions et cadres de référence Réseau Intercontinental de Promotion de l Économie Sociale Solidaire Intercontinental Network for the Promotion of Social Solidarity Economy Red Intercontinental de Promoción de la Economía Social Solidaria

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL?

Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL? Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL? L ESS: un patchwork en quête d identité [1] Avec des appellations fluctuantes... - économie sociale - économie solidaire - économie sociale

Plus en détail

Apports de l économie sociale et solidaire en contexte de pénurie et de précarité; examen du cas Centrafrique

Apports de l économie sociale et solidaire en contexte de pénurie et de précarité; examen du cas Centrafrique Apports de l économie sociale et solidaire en contexte de pénurie et de précarité; examen du cas Centrafrique Gervais Douba Université de Rouen Email: gervais.douba@univ-rouen.fr Trame d intervention 3

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Utiliser le secteur privé comme levier?

Utiliser le secteur privé comme levier? Utiliser le secteur privé comme levier? Comprendre et analyser la collaboration des organisations canadiennes de développement international avec le secteur privé par le biais du plaidoyer, du dialogue,

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION FONDS DES MÉDIAS DU CANADA Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques Date : Le 28 juin 2011 Présentatrices : C. Briceno et J. Look À DES FINS DE DISCUSSION OBJET : Indicateurs

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Luis Frota, Programme STEP Département de la Sécurité Sociale BIT Turin, 26 Novembre 2007 Campagne mondiale sur l extension de la sécurité

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants :

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants : 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance, www.microinsuranceconference.org/2012 La 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance aura lieu du 6 au 8 novembre 2012 à Dar es Salam, en

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres Forum coopératif de la Mauricie Quelles contributions et réponses les coopératives et mutuelles apportent-elles aux défis et enjeux de la société dans ma région et à ceux de la société québécoise? Le mouvement

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Un projet d'entreprise sociale et solidaire?

Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Programme Qu'est-ce qu'une entreprise sociale et solidaire? Objectif : repérer les éléments fondateurs de ce type de projets Les réponses de l'adress Objectif

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires.

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires. Conso-Solidaires.org Plateforme web multi-boutiques dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes contact@conso-solidaires.org / Tel : 04 76 49 07 72 Sommaire 1. Qu est-ce que Conso-Solidaires? Le

Plus en détail

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE CHAPITRE 1 ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE L enjeu théorique COOPÉRATION ET ÉCONOMIE SOCIALE : UNE SYNTHÈSE INTRODUCTIVE L initiative

Plus en détail

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Ensemble, Entreprendre Autrement 1 1. Principes, périmètre et bonnes pratiques : ce que dit la loi Ensemble, Entreprendre Autrement 2 Des principes

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales Coudenberg

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009)

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Intervention de M. Assane Diop Directeur exécutif Secteur de la Protection sociale Bureau

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES Rapport annuel sur l application de la canadien 2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES INSTRUCTIONS : Conformément aux exigences en matière de rapport prévues

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

50 ans de Fédération internationale

50 ans de Fédération internationale Les Analyses 2014/32 50 ans de Fédération internationale Qu est-ce qui a changé? ACRF Lors de sa dernière Rencontre mondiale de mai 2014, la Fédération Internationale des Mouvements d Adultes Ruraux Catholiques,

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/05.340 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

ANNEXES AU TEXTE COURT

ANNEXES AU TEXTE COURT ANNEXES AU TEXTE COURT 1. La grille d analyse du «pacte local» (2001) Elle résulte d une démarche de mutualisation en constante évolution depuis 1998. C est la formulation générique d une organisation

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI 35 ème session de la Conférence Générale Commission CI Session d ouverture Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI Mesdames, Messieurs, Buenas tardes, Bonjour, Good afternoon, Здравствуйте

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

SSIG UN ÉCLAIRAGE COMPARATIF PA S C A L E V I E L L E F E R R A R A 1 4 / 0 2 / 2 0 1 3

SSIG UN ÉCLAIRAGE COMPARATIF PA S C A L E V I E L L E F E R R A R A 1 4 / 0 2 / 2 0 1 3 SSIG UN ÉCLAIRAGE COMPARATIF PA S C A L E V I E L L E F E R R A R A 1 4 / 0 2 / 2 0 1 3 LA SÉCURITÉ DES CITOYENS EUROPÉENS, UN DÉFI À LA CRISE La transformation des besoins exige une renégociation fondamentale

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

Comprendre l'économie sociale

Comprendre l'économie sociale Comprendre l'économie sociale Fondements et enjeux Jean-François Draperi DUNOD Table des matières Introduction. Comprendre et entreprendre PREMIÈRE PARTIE POURQUOI L'ÉCONOMIE SOCIALE? 1. L'économie sociale

Plus en détail

ATELIER Les mutuelles de santé comme acteur et partenaire de la couverture santé universelle

ATELIER Les mutuelles de santé comme acteur et partenaire de la couverture santé universelle FORMATION SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE www.coopami.org ATELIER Les mutuelles de santé comme acteur et partenaire de la couverture santé universelle Projet d Appui Institutionnel

Plus en détail

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial Note conceptuelle Forum Social Mondial 2015 - Tables rondes Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

Guide d utilisateur AmplifyChange #2: Démystifier le suivi des projets pour AmplifyChange

Guide d utilisateur AmplifyChange #2: Démystifier le suivi des projets pour AmplifyChange Guide d utilisateur AmplifyChange #2: Démystifier des projets pour AmplifyChange Narratrice : Rolla Khadduri Directrice adjointe du Fonds (technique), AmplifyChange Le suivi : les bases 1. Qu est-ce que?

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

l entrepreneuriat social

l entrepreneuriat social L Initiative pour l entrepreneuriat social de la Commission européenne Marché intérieur et services La version électronique de la présente brochure est disponible à l adresse : http://ec.europa.eu/internal_market/publications/docs/sbi-brochure/sbi-brochure-web_fr.pdf

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur

Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur L économie sociale et solidaire se caractérise par une manière différente d entreprendre

Plus en détail

Catalogue d activités de formation 2014. Programme des activités pour les employeurs du CIF-OIT

Catalogue d activités de formation 2014. Programme des activités pour les employeurs du CIF-OIT Catalogue d activités de formation 2014 Programme des activités pour les employeurs du CIF-OIT 2014 Catalogue d activités de formation INTRODUCTION Les organisations d employeurs et associations professionnelles

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1 Contribution de la Mutuelle Générale de l Education Nationale - MGEN (France) et de la Mutualité Socialiste - MS (Belgique) au livre vert sur «Le cadre de gouvernance d entreprise dans l UE» Juillet 2011

Plus en détail

La RSE (responsabilité sociale ou sociétale des entreprises) peut être réalisée en investissant dans l éducation

La RSE (responsabilité sociale ou sociétale des entreprises) peut être réalisée en investissant dans l éducation WS31 Entreprises Session 1 La vision chinoise La Chine est confrontée à 3 problèmes principaux : la pénurie de compétence et de fréquents changements de personnel, le défi de la gestion du territoire,

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Téléphone : (819) 997-5006 1 800 230-6349 (sans frais) Ligne pour les malentendants et

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Qu est ce que l Economie Sociale?

Qu est ce que l Economie Sociale? Fiche n 2 Les entreprises : Qu est ce que l Economie Sociale? Les de toutes natures (salariés, usagers, ), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent

Plus en détail

Le Travail Social Français et Américain: Ce Qui Nous Relie

Le Travail Social Français et Américain: Ce Qui Nous Relie Le Travail Social Français et Américain: Ce Qui Nous Relie A R I F T S J O E D O O L E Y, P H D 2 2 / 1 0 / 2 0 1 4 Mon Plan Travail Social des Etats-Unis Mes pensées sur les différences et les similarités

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

Tableau synthèse de la situation d apprentissage et d évaluation

Tableau synthèse de la situation d apprentissage et d évaluation Tableau synthèse de la situation d apprentissage et d évaluation Comment l action humaine est essentielle à la reconnaissance et à la garantie des droits et libertés aujourd hui comme à l époque de la

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009)

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) RÉPONSE DU SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L ÉNERGIE ET DU PAPIER au DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) «Renforcer le cadre législative

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Commentaires sur l Avis de consultation relative à l offre d assurance par Internet au Québec

Commentaires sur l Avis de consultation relative à l offre d assurance par Internet au Québec Commentaires sur l Avis de consultation relative à l offre d assurance par Internet au Québec Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers Mai 2012 Union des consommateurs, la force d un

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales Régime cadre exempté de notification N X59/2008 relatif aux aides sous forme de capital-investissement en faveur des PME Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre d un régime

Plus en détail

Milford Bateman. Conseiller pigiste sur le développement économique local et professeur invité d économie Juraj Dobrila University à Pula, Croatie

Milford Bateman. Conseiller pigiste sur le développement économique local et professeur invité d économie Juraj Dobrila University à Pula, Croatie Pourquoi il est maintenant plus essentiel que jamais que les gouvernements locaux soient proactifs pour réaliser un développement économique local et national durable dans les pays en développement Milford

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Partage des coûts vs gratuité

Partage des coûts vs gratuité Assurance maladie et gratuité des soins en Afrique subsaharienne : quelles bases pour une couverture universelle? Alain Letourmy (CNRS et animateur du réseau RAMUS (Réseau d appui aux mutuelles de santé))

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

WP Promotion No. 8/06

WP Promotion No. 8/06 WP Promotion No. 8/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 22 septembre 2006 Original : portugais

Plus en détail

Manifeste. pour l éducation au développement. www.acodev.be. Pour une autre citoyenneté ouverte aux questions de solidarité internationale

Manifeste. pour l éducation au développement. www.acodev.be. Pour une autre citoyenneté ouverte aux questions de solidarité internationale Manifeste pour l éducation au développement Pour une autre citoyenneté ouverte aux questions de solidarité internationale Document réalisé par les ONG actives au sein du Groupe sectoriel Éducation au développement

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste L ESS OU LA PRATIQUE DE L EGALITE REELLE DANS L ECONOMIE Les entreprises de l ESS ont

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail