Les différences et les convergences entre concepts, définitions et cadres théoriques d Economie Sociale Solidaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les différences et les convergences entre concepts, définitions et cadres théoriques d Economie Sociale Solidaire"

Transcription

1 Les différences et les convergences entre concepts, définitions et cadres théoriques d Economie Sociale Solidaire Le RIPESS (Réseau Intercontinental de Promotion de l'economie Sociale Solidaire) propose ce document de travail comme point de départ pour le dialogue sur les concepts, les définitions et les cadres de l'économie sociale solidaire (ESS). Il s'agit d'un document de base pour guider le processus de consultation qui vise à clarifier nos visions et conceptions de l'ess, afin d'aller vers une plus grande convergence lorsque cela est possible, et de comprendre plus clairement les divergences qui subsistent. Nous invitons chaque continent à s'engager dans un processus de dialogue et l'élaboration d'un document de synthèse animé grâce à la coordination de nos réseaux d'ess membres sur chaque continent. Ces rapports serviront au débat sur la Vision de l économie sociale solidaire à l occasion de la 5ème Réunion internationale sur l'économie sociale solidaire qui aura lieu du 15 au 18 Octobre 2013, à Manille, aux Philippines. Ce document de travail est issu des discussions qui ont eu lieu lors de la rencontre du CA du RIPESS à Paris, du 28 au 31 mars Notre groupe a eu l intention d explorer les concepts d économie solidaire, les définitions et cadres théoriques utilisés dans les différents continents et pays. Suite à une session du CA dans son ensemble et de quelques invités, un groupe de travail1 s est réuni pour tenter de clarifier et d articuler les convergences et les différences. Notre but était d approfondir notre compréhension des concepts des uns et des autres et les spécificités des contextes locaux, plutôt que de rechercher un consensus sur un seul concept ou définition. Nous avons trouvé cependant que ce qui souvent apparaît de prime abord comme une différence, disparaît ou se rétrécit considérablement au cours d un processus d exploration approfondie. Nous nous sommes mis d accord sur les aspects principaux de l économie sociale solidaire : 1) L Economie Sociale Solidaire représente une alternative au capitalisme ainsi qu à d autres systèmes économiques autoritaires et dominés par l Etat, au sein de laquelle les gens ordinaires jouent un rôle actif qui donnent forme à leur vie économique. L ESS existe dans tous les secteurs de l économie : la production, la finance, la distribution et l échange, et dans la consommation. 2) L Economie Sociale Solidaire est une approche éthique et basée sur des valeurs du développement économique qui met la priorité sur le bien-être des êtres humains et de la planète (par exemple, le concept d Indice du Bonheur et de buen vivir -vivre en harmonie avec les autres peuples et avec la Terre Mère), plutôt que sur le profit et la croissance aveugle. Nous réaffirmons les valeurs exprimées dans la Charte du Ripess qui incluent : a. l humanisme; b. la solidarité/mutualisme/coopération/réciprocité, y compris la globalisation de la solidarité (antiimpérialisme); c. une démocratie sociale, politique et économique; d. l équité/la justice pour tous y compris les dimensions de genre, race, ethnie, classe, âge, orientation sexuelle, etc.;

2 e. le développement durable; f. le pluralisme/inclusivité/diversité/créativité; g. la Territorialité/développement local/subsidiarité qui est à la base de la prise de décision et de la gestion à un niveau aussi local que possible. 3) L Autogestion et la propriété collective sur le lieu de travail et dans la communauté sont des éléments centraux de l économie solidaire. a. Il existe de très nombreuses manifestations de l autogestion et des formes de propriété collective qui comprennent : les coopératives (de travailleurs, producteurs, consommateurs, de crédit, de logement, etc.), des entreprises dont la communauté est propriétaire, des «biens communs» (gouvernance participative, comme par exemple la gestion communautaire des forêts au Népal). 4) L économie solidaire met l accent sur l empowerment des femmes et des groupes marginalisés, ainsi que sur le travail de lutte contre la pauvreté et d inclusion sociale. 5) Nous reconnaissons l importance de développer les liens avec les mouvements sociaux qui luttent pour la justice sociale et économique tels que les luttes des femmes, des travailleurs, réforme agraire, petits agriculteurs, les pauvres, les indigènes et les mouvements environnementaux. 6) Il y a beaucoup de bases fertiles qui possèdent un grand potentiel pour le développement d alliances. Certaines sont en partie alignées sur, mais ne font pas partie de l économie solidaire comme, par exemple, le secteur de l économie populaire et informelle. D autres s identifient à un aspect particulier de l économie solidaire comme par exemple le commerce équitable, vert, bio qui s aligne sur les valeurs de l ESS, mais peuvent être en conflit avec d autres valeurs dans des aspects importants et structurels. Malgré tout, il existe un grand potentiel pour construire des alliances et des collaborations mutuelles. a. L économie populaire et informelle le secteur populaire ou informel de l économie est très important étant donné que de nombreuses personnes, en particulier dans le Sud global, en dépendent en termes de survie. Par exemple, les trois quarts de la population du Mali sont impliqués dans l économie informelle. L économie populaire comprend des activités économiques qui ne sont pas couvertes par des arrangements tels que les taxes, la protection du travail, les régulations sur les salaires minimum, les allocations de chômage ou les contrats de travail. De nombreux travailleurs autonomes, des microentreprises, des commerçants, et des pratiques d entraide font partie de l économie populaire. L économie populaire n est pas la même chose que l économie solidaire, mais s aligne de nombreuses façons étant donné que les acteurs trouvent souvent des formes collectives de satisfaire leurs besoins économiques et sociaux, comme par exemple les tontines, les cuisines communautaires (comedores populares), l entraide, des systèmes d assurance mutuelle, etc. Au Vénézuela le Ministère de l Economie Populaire est très proche des orientations de l économie solidaire.

3 b. Commerce bio, vert, équitable : Il existe de nombreuses tendances et mouvements qui reflètent les valeurs de l économie solidaire et peuvent ou ne peuvent pas inclure l économie solidaire. Un exemple de ces derniers serait par exemple le Wal-mart qui possède sa propre marque de Café Certifié Commerce Equitable des Forêts Pluvieuses (Rainforest) mais qui en même temps, est engagé dans le démantèlement des syndicats et utilise son énorme part de marché pour faire tomber les prix et les salaires. Cependant il existe certainement des praticiens dans ces secteurs qui sont des alliés valables et d autres qui forment déjà partie de l économie sociale et solidaire. 7) Il est important de construire des stratégies du micro au macro: a. Construire des pratiques sur le terrain - ceci est le coeur de l économie sociale et solidaire que la recherche, les politiques, le plaidoyer et la communication aident et permettent de mettre en place. Les pratiques concrètes sont souvent basées sur des concepts de développement autonome et d entraide, -- en opposition au fait de céder la responsabilité au gouvernement local ou national--, la subsidiarité ou la territorialité (rendre les choses les plus locales possibles). b. La recherche nous devons être capables de défendre l ESS avec des données quantitatives et qualitatives. Il est nécessaire d établir un large éventail de recherches, qui comprenne des académiciens, la recherche basée sur la communauté, la rechercheaction, la collecte de données et la systématisation d expériences. c. Le travail sur les politiques aux niveaux local, régional, national et international nous cherchons à créer des politiques qui rendent possible l ESS mais qui ne la dirigent pas. d. Le plaidoyer ce travail comprend l organisation et la promotion de politiques, de statuts juridiques et de plusieurs types d aide à l ESS. 8) Augmenter la visibilité étant donné que le cadre de l ESS est relativement peu connu, nous devons nous engager à augmenter la prise de conscience à propos de l ESS et l implication des acteurs. Notre public cible inclut le public en général, les alliés potentiels et les praticiens qui font partie de l ESS mais qui ne s identifient pas avec ce cadre théorique. Deux stratégies centrales pour augmenter la visibilité sont possibles: a. l éducation l éducation sur l ESS et ses différents aspects peut prendre de nombreuses formes, y compris des ateliers, des forums, des formations, des séminaires et des classes. L éducation est souvent le premier pas dans le processus de la mobilisation en faveur de l ESS, l organisation ou le développement économique. b. La communication, les médias, les médias sociaux articles, livres, vidéos, couverture médiatique sont des formes importantes d augmenter la prise de conscience sur l ESS. Nous devons développer une bibliothèque avec ces ressources. Exploration ulterieure de la terminologie et des concepts:

4 Nous acceptons que sur chaque continent, il existe différents domaines qui servent d approches, de points d entrée et de spécificités qui ont comme résultat l usage de différentes terminologies en relation avec l économie sociale et solidaire. Des termes comme transition sociétale, mouvement de transformation, changement de paradigme, modèle alternatif de développement économique peuvent être utilisés en différents endroits et dans différents circonstances, selon les sensibilités politiques, historiques ou culturelles. Par exemple, dans certains cercles asiatiques, le terme d économie solidaire est considéré avec suspicion comme étant un cousin proche du socialisme. L économie sociale et solidaire n exclut pas les formes participatives, démocratiques de socialisme mais reconnaît que chaque région doit décider quel langage et quel cadre théorique sont les plus appropriés à ses circonstances particulières. Economie Sociales versus Economie Solidaire: L économie sociale (Diagramme 1) est comprise en général comme un «tiers secteur» de l économie, qui complète le «premier secteur» (privé/orienté vers le profit) et le «second secteur» (public/planifié). Le tiers secteur comprend les coopératives, les mutuelles, les associations et les fondations (CMAFs) qui sont organisées de façon collective et orientées autour de buts à caractère social qui ont la priorité sur les profits ou la rentabilité pour les actionnaires. La principale préoccupation des CMAF, comme des sociétés de personnes, n'est pas de maximiser les profits, mais d'atteindre des objectifs sociaux (ce qui n'exclut pas réaliser du profit, ce qui est nécessaire pour le réinvestissement). Certains considèrent que l économie sociale est le troisième pilier du capitalisme, en même temps que le secteur public et privé. Donc, les défenseurs de l économie sociale tentent d obtenir la même légitimité que les secteurs publics et privés, avec un niveau correspondant de support en ressources et politiques publiques. D autres, dans la partie plus radicale du spectre, voient l économie sociale comme une étape vers une transformation plus fondamentale du système économique. L économie solidaire cherche à changer l ensemble du système social et économique et met en avant un paradigme différent de développement qui inclue les principes de l économie solidaire. Elle poursuit la transformation du système économique capitaliste néolibéral qui donne la 4 priorité à la maximisation du profit et à la croissance aveugle vers un système qui met les gens et la planète au coeur. En tant que système économique alternatif, l économie solidaire inclue donc les trois secteurs privé, public et tiers secteur. L économie solidaire cherche à réorienter et à donner de nouvelles formes à l état, aux politiques, au commerce, à la production, la distribution, la consommation, l investissement, la monnaie et la finance, ainsi que les structures de propriété de manière à servir le bien-être des peuples et de l environnement. Ce qui distingue le mouvement de l économie solidaire de nombreux autres mouvements de changement social et révolutionnaires du passé, c est qu elle est pluraliste dans son approche évitant des solutions rigides et la croyance en un seul chemin correct, l économie solidaire reconnaît aussi la valeur et se construit à partir de pratiques concrètes, dont beaucoup sont anciennes. L'économie solidaire, plutôt que d essayer de créer une utopie à partir de rien et de la théorie, reconnaît qu'il existe actuellement une utopie concrète, une utopie en action. Elle est enracinée dans les pratiques de la démocratie participative et dans la promotion d'une nouvelle vision de l'économie, une économie qui place les personnes au centre du système, une économie qui valorise les liens plutôt que les biens. Ainsi, l'économie solidaire a explicitement pour agenda une transformation systémique, postcapitaliste. L'économie sociale est un secteur de l'économie qui peut ou non faire partie d'un programme de transformation, post-capitaliste, en fonction de la personne avec qui vous parlez.

5 Economie sociale et solidaire et contextes régionaux Le RIPESS utilise le terme d économie sociale solidaire pour embrasser à la fois l économie solidaire et la partie plus radicale de l économie sociale. Définir le cadre d'économie sociale et solidaire est un processus long et continu. Par exemple, la définition de l'économie solidaire au Brésil 5 a été construite par les défenseurs de l ESS et les praticiens depuis de nombreuses années à travers des forums, des réunions et des consultations. Nous comprenons que les réalités politiques, culturelles et historiques de chaque continent, et même des différents pays, exigent une approche flexible en référence à la terminologie, aux approches et aux points d entrée. En Europe, l économie sociale est profondément ancrée et est antérieure au cadre théorique de l économie solidaire. En général, on peut constater une aide décroissante pour l économie sociale au niveau national ou européen, mais plus de support au niveau local. Le réseau RIPESS-Europe en émergence travaille à la fois avec les organisations de l économie sociale et de l économie solidaire et comprend des réseaux/organisations sectorielles autant que territoriales. Le Québec construit autour du concept d économie sociale et cherche à créer un mouvement de transformation qui est très pratique et basé sur les niveaux locaux et territoriaux. Dans le reste du Canada, l accent porte sur le cadre territorial du développement économique local. RIPESS-LAC (Amérique Latine et Caraïbes) utilise le cadre de l économie solidaire. Malgré certaines différences dans la définition, il existe un ample consensus sur son agenda systémique et transformateur et du fait qu elle se construit autour d un noyau de principes éthiques. Les Etats-Unis ont été capables de commencer à partir d une table plutôt rase et le Réseau US d Economie solidaire a choisi de façon délibérée de travailler au sein du cadre théorique de l économie solidaire, en tant que mouvement éminemment transformateur. L Alliance Asiatique pour l Economie Solidaire prend l entreprise sociale comme point de départ, ainsi que la nécessité de construire des chaînes de production solidaires. L Afrique travaille aussi bien avec le cadre de l économie sociale que celui de l économie solidaire. Au Mali il y a eu des efforts pour construire un cadre légal et institutionnel pour appuyer l ESS et ce processus s est accompagné d un processus de définition. L ESS, l entreprise sociale et la responsabilité sociale des entreprises (RSE) Il existe divers niveaux de confort avec des concepts tels que l'entreprise sociale et la responsabilité sociale des entreprises. La situation est compliquée par le fait que différents pays ont différentes définitions de ces termes. L'entreprise sociale Si l'on compare la définition de l'entreprise sociale utilisée par quatre associations d'entreprises sociales au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Europe et au Canada, ils ont en commun les

6 caractéristiques suivantes: 1) que l'entreprise sert une finalité sociale comme la lutte contre la pauvreté ou l'exclusion sociale, 2) qu'il génère essentiellement des revenus basés sur la vente de biens et de services plutôt que de dépendre de subventions et 3) les bénéfices sont réinvestis dans la mission sociale plutôt que de maximiser la valeur pour les actionnaires. Lorsque les définitions diffèrent, c'est en termes de propriété et de contrôle. La forme «actionnaires» donne le contrôle aux propriétaires, qu ils soient constitués par une personne ou un groupe d'investisseurs ayant acheté des actions dans l'entreprise. Dans ce cas, le contrôle est accordé au capital - le montant de l'argent qui a été investi dans l'entreprise. La forme parties prenantes fonctionne sous le contrôle d un collectif de personnes qui ont un intérêt ou un enjeu - pas seulement monétaire - dans l'entreprise. Cela peut inclure les travailleurs, la communauté, les bénéficiaires, ou des organisations à but non lucratif. Alors que les associations au Royaume-Uni et aux États-Unis comprennent à la fois la forme «actionnaires» et la forme «parties prenantes» de la propriété / du contrôle, les associations européennes et canadiennes limitent leur définition pour inclure seulement la forme «parties prenantes». Étant donné que l ESS estime que l'autogestion et la propriété collective dans le lieu de travail et dans la communauté (point 3, page 1) sont d'une importance capitale, il existe des similitudes avec le sous-ensemble des entreprises sociales qui ont une forme «parties prenantes» de la propriété / contrôle. Comme dans notre discussion sur l'économie populaire (6b, page 2), elle représente un terrain fertile pour une alliance avec les entreprises sociales à actionnaires. Nous reconnaissons qu'il sera plus probable que nous trouvions une plus grande alliance avec les petites entreprises sociales à propriété locale. Nous reconnaissons également le danger représenté par le fait que les entreprises sociales sont parfois utilisées pour saper les programmes de protection sociale. En Europe en particulier, les infrastructures sociales sont démantelées et privatisées et parfois la privatisation se fait par l intermédiaire d entreprises sociales. Dans certains cas, la prestation de services sociaux par les entreprises sociales est une extension de l'état providence, mais dans d'autres, elles sont utilisées d'une manière qui permet à l'etat de renier ses responsabilités. Responsabilité sociale des entreprises (RSE) Le RSE vise à intégrer une démarche éthique dans les pratiques des entreprises, ce qui, en soi, est une approche qui est tout à fait compatible avec l'économie solidaire. Dans la pratique, il existe de nombreux exemples de RSE louables et qui représentent un terrain fertile pour la collaboration. D'autre part, il y a un réel danger que des sociétés comme Coca-Cola et Wal-Mart se présentent ellesmêmes comme les championnes du développement durable, le développement économique local, la promotion de la santé et de l'autonomisation des communautés, mais qui en même temps s'engagent dans des pratiques qui sont nuisibles pour les travailleurs, l'environnement et les communautés locales, les petites entreprises et l agriculture familiale. Aller de l'avant

7 Nous espérons que ce document de travail contribue de façon utile aux dialogues locaux sur les visions, les concepts, les définitions et les cadres de l'économie sociale solidaire. Ces discussions sont très importantes pour la clarification, non seulement là où nous trouvons des convergences, mais de la même façon, là où nous avons des divergences et le pourquoi de celles-ci. Cette approche ouverte pour la construction d'une compréhension partagée est essentielle pour renforcer le mouvement mondial qui vise à bâtir l'économie sociale solidaire. Nous sommes impatients de partager une synthèse des perspectives qui se dégageront des différents continents après la réunion internationale sur l'economie Sociale Solidaire en Octobre 2013.

Vision globale de l économie sociale solidaire : convergences et différences entre les concepts, définitions et cadres de référence

Vision globale de l économie sociale solidaire : convergences et différences entre les concepts, définitions et cadres de référence Réseau Intercontinental de Promotion de l Économie Sociale Solidaire Intercontinental Network for the Promotion of Social Solidarity Economy Red Intercontinental de Promoción de la Economía Social Solidaria

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Programme Manille, Philippines, 15-18 Octobre 2013

Programme Manille, Philippines, 15-18 Octobre 2013 5 ème Forum Mondial de l'économie Sociale Solidaire du RIPESS Établir l'ess comme un modèle alternatif de développement Programme Manille, Philippines, 15-18 Octobre 2013 1. Aperçu Matinée Soir Soirée

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 systèmes de PSBC 1. Un phénomène mondial 2. Origine et causes du phénomène

Plus en détail

Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL?

Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL? Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL? L ESS: un patchwork en quête d identité [1] Avec des appellations fluctuantes... - économie sociale - économie solidaire - économie sociale

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ PRÉPARATION DE LA STRATÉGIE DE PROTECTION SOCIALE AU SÉNÉGAL

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Analyse des Performances Sociales d ETD Togo Entreprises Territoires et Développement

Analyse des Performances Sociales d ETD Togo Entreprises Territoires et Développement Analyse des Performances Sociales d ETD Togo Entreprises Territoires et Développement Présentation de ETD Nom : ETD Pays : Togo Année de démarrage des activités : 2003 Forme juridique : Association Mission

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Charte béninoise des services essentiels

Charte béninoise des services essentiels Charte béninoise des services essentiels Projet 1. Préface par le Président de la République 2. Code de gestion durable des services essentiels 3. Résolution du Quadrilogue du 24 mai 2006 4. Programme

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre PSCB No. 90/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 21 juin 2006 Original : anglais F Comité consultatif

Plus en détail

1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités)

1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités) 1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités) COMPTE RENDU DES TRAVAUX Le 1 er Forum National du Tourisme Responsable

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Pr Amina KCHIRID- Mars 2015 Sommaire L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Pourquoi l ESS? Les actions des pouvoirs publics

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Résumé. 1. Introduction

Résumé. 1. Introduction Résumé 1. Introduction L éducation et l accueil des jeunes enfants ont suscité ces dix dernières années une vague d intérêt dans les pays de l OCDE. Les décideurs politiques ont reconnu que l accès équitable

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L objet de cette communication est de décrire brièvement l approche budgétaire comme instrument

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires.

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires. Conso-Solidaires.org Plateforme web multi-boutiques dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes contact@conso-solidaires.org / Tel : 04 76 49 07 72 Sommaire 1. Qu est-ce que Conso-Solidaires? Le

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

Synthèse des recommandations de la société civile. Table ronde La transparence dans le secteur extractif

Synthèse des recommandations de la société civile. Table ronde La transparence dans le secteur extractif Séminaire La transparence pour le développement Lille 21 mai 2013 Synthèse des recommandations de la société civile Pascal Canfin, ministre délégué français chargé du Développement, a réuni en partenariat

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013 PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013 Vision Nous croyons que pour régler ses problèmes les plus complexes, le Canada a besoin d un gouvernement efficace et de la participation des dirigeants de tous

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir

Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES (MEF) UNITE DE CONTRÔLE ET DE SUPERVISION DES ASSURANCES (UCSA) Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir Présenté par : Cinquième

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 Version courte du guide pour le l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 APC présente une version courte de notre plan d'action stratégique destiné à nos membres,

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

L impact de l économie sociale et solidaire

L impact de l économie sociale et solidaire Conférence publique à Luxembourg 13 octobre 2015 L impact de l économie sociale et solidaire Prof. Jacques DEFOURNY Centre d'economie Sociale, HEC - ULg EMES European Research Network PLAN 1. L ESS dans

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

L éducation relative à l éco-alimentation : Célébrer la diversité des initiatives

L éducation relative à l éco-alimentation : Célébrer la diversité des initiatives Célébrer l éco-alimentation : Une éducation collective, engagée, conviviale et festive L éducation relative à l éco-alimentation : Célébrer la diversité des initiatives Nayla Naoufal Nayla Naoufal en collaboration

Plus en détail

La responsabilité sociale des entreprises (RSE)

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) La responsabilité sociale des entreprises (RSE) *** Sélection de documents La Responsabilité sociale correspond à la mise en œuvre par les entreprises des trois piliers du développement durable : aspects

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

L ESS en Suisse romande: des pratiques nombreuses, des réseaux en émergence Christophe Dunand Chargé d enseignement à l institut Universitaire d

L ESS en Suisse romande: des pratiques nombreuses, des réseaux en émergence Christophe Dunand Chargé d enseignement à l institut Universitaire d L ESS en Suisse romande: des pratiques nombreuses, des réseaux en émergence Christophe Dunand Chargé d enseignement à l institut Universitaire d Etudes du Développement Président de l Association pour

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Annexe : les orientations proposées

Annexe : les orientations proposées Annexe : les orientations proposées Les propositions 10 à 13 créent des champs d action et proposent les orientations qui doivent baliser l action de la Fédération dans ces champs. Au congrès, les champs

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE THINK TANK EUROPÉEN POUR LA SOLIDARITÉ WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE L ENTREPRISE SOCIALE : ÉLÉMENTS CONCEPTUELS ET DE COMPRÉHENSION DENIS STOKKINK, DÉCEMBRE 2006 Think

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Co-organisation : CFEEDD et GRAINE Rhône-Alpes www.assises-eedd.org L Education à l Environnement et au Développement

Plus en détail

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat ,/f wí (t ICQ Agricultures du monde Les questions qui font peur Les solutions pour agir durablement Jacques Loyat L I gjwjjmimiii III Sommaire INTRODUCTION 1. LA QUESTION ACRICOLE AUJOURD'HUI i Agricultures

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LE SOUTIEN A L INNOVATION SOCIALE? PERSPECTIVES REGIONALES ET EUROPEENNES

COMMENT AMELIORER LE SOUTIEN A L INNOVATION SOCIALE? PERSPECTIVES REGIONALES ET EUROPEENNES COMMENT AMELIORER LE SOUTIEN A L INNOVATION SOCIALE? PERSPECTIVES REGIONALES ET EUROPEENNES Modération : AGNES HUBERT, Commission européenne (BEPA) TABLE RONDE 1 : COMMENT LES REGIONS ET L UE SOUTIENNENT-ELLES

Plus en détail

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires BIM n - 28 juin & 05 juillet 2005 Cécile LAPENU En novembre 2003, deux BIM avaient présenté

Plus en détail

(Traduit de l anglais) DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU

(Traduit de l anglais) DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU (Traduit de l anglais) UN Volontaires l inspiration en action DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU Préambule: Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l

Plus en détail

Atelier sur Crise alimentaire: l éducation et la formation des ruraux en question Siège de l OAA, Rome, Italie 4 et 5 juin 2009 2009

Atelier sur Crise alimentaire: l éducation et la formation des ruraux en question Siège de l OAA, Rome, Italie 4 et 5 juin 2009 2009 Atelier sur Crise alimentaire: l éducation et la formation des ruraux en question Siège de l OAA, Rome, Italie 4 et 5 juin 2009 2009 Messages principaux tirés de: 51 communications 5 sessions plenières

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT:

LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT: LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT: Une composante essentielle à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté Présenté par Dominic Bourcier Chef, spécialistes

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale -

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale - COMITE DE CONCERTATION ETAT/SECTEUR PRIVE REUNION DES POINTS FOCAUX Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020 - Orientation générale - DIRECTION DE L ECONOMIE VERTE

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul 5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel Déclaration ministérielle d Istanbul Ministère des Affaires étrangères de Turquie Conseil mondial de l eau 22 mars 2009 Déclaration ministérielle d Istanbul

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Projet pilote de développement local communautaire durable

Projet pilote de développement local communautaire durable - 1 - Projet pilote de développement local communautaire durable Projet «Avenir de Nkounda» Zone rurale périurbaine de la Rivière Rouge et de ses environs (Naissance du 5 ème arrondissement de Pointe-Noire)

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie.

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie. Communiqué de la conference continentale conjointes des Acteurs Non-Etatiques et de la Commission de l Union Africaine sur la sécurité alimentaire et l agriculture, faisant partie des discussions de la

Plus en détail

La politique alimentaire populaire

La politique alimentaire populaire La politique alimentaire populaire Diana Bronson Sécurité alimentaire Canada Grand Rassemblement Québec en forme Le 19 mars 2013 Sécurité alimentaire Canada Sécurité Alimentaire Canada est une alliance

Plus en détail

CONSEILS POUR ORGANISER DES TABLES RONDES DE FINANCEMENT. en collaboration avec l Initiative LifeWeb de la CDB

CONSEILS POUR ORGANISER DES TABLES RONDES DE FINANCEMENT. en collaboration avec l Initiative LifeWeb de la CDB CONSEILS POUR ORGANISER DES TABLES RONDES DE FINANCEMENT en collaboration avec l Initiative LifeWeb de la CDB (Mis à jour le 01.06.11) MANDAT La Décision X/31 (11-12) de la 10 e réunion de la Conférence

Plus en détail

Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable

Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable 1 Finance socialement responsable Marguerite Mendell Université Concordia CRISES-HEC

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 7 IGC CE/13/7.IGC/INF.4 Paris, 15 novembre 2013 Original : anglais COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Septième session ordinaire Paris,

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Comprendre l'économie sociale

Comprendre l'économie sociale Comprendre l'économie sociale Fondements et enjeux Jean-François Draperi DUNOD Table des matières Introduction. Comprendre et entreprendre PREMIÈRE PARTIE POURQUOI L'ÉCONOMIE SOCIALE? 1. L'économie sociale

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Projet de loi n o 27. Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire

Projet de loi n o 27. Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire Projet de loi n o 27 LOI SUR L ÉCONOMIE SOCIALE Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire par la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Confédération des syndicats nationaux

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail