Mise à jour risque pays

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mise à jour risque pays"

Transcription

1 Mise à jour risque pays Espagne 14 novembre Résumé analytique L économie espagnole se contractera en 2012 et en 2013 Le durcissement des conditions de crédit pose problème à de nombreuses entreprises Le nombre de faillites d entreprises continue d augmenter en 2012 La réforme des finances publiques et une restructuration bancaire sont en cours, mais leur réalisation prendra un certain temps 2 Chiffres clés * 2013* Taux de croissance du PIB réel (en glissement annuel, % de changement) Inflation des prix à la consommation (en glissement annuel, % de changement) Consommation effective (en glissement annuel, % de changement) -0,3 0,4-1,4-1,9 1,8 3,2 2,4 1,9 0,7-1,0-1,9-1,8 Commerce de détail (en glissement annuel, % de changement) Production industrielle (en glissement annuel, % de changement) -1,1-4,8-5,1-3,7 0,8-1,4-5,2-2,5 Taux de chômage (%) 20,1 21,6 24,6 25,3 Investissement brut en capital fixe (en glissement annuel, % de changement) -6,2-5,3-9,2-4,2 Exportations nettes réelles (EUR, Mds) -18,7 5,7 24,8 28,7 Solde budgétaire (en % du PIB) -9,3-8,9-6,5-6,0 Dette publique (en % du PIB) 61,2 68,5 79,6 91,5 * prévisions Source : IHS Global Insight Mise à jour risque pays Espagne Novembre

2 3 Résumé de la situation et point de vue d Atradius Événements économiques actuels L économie espagnole continue de se détériorer, au T2 de 2012 le PIB a baissé de 0,4% en glissement trimestriel (T1 de 2012 : -0,3%). Sur la base du glissement annuel, l économie a baissé de 1,3% au T2 de 2012 (-0,6 au T1 de 2012). La demande intérieure continue de baisser, les indicateurs de consommation et d investissement reflètent toujours la tendance négative de la demande intérieure privée. La consommation publique et les investissements déclinent également. Le niveau d endettement du secteur public rend improbable sa capacité à agir comme impulsion dans cette récession. La demande extérieure nette a contribué positivement au PIB et a aidé à compenser le ralentissement économique et à améliorer la balance courante. La tendance débutée en 2008 avec la baisse de la demande intérieure et l augmentation des exportations nette se poursuit. Bien que la compétitivité internationale de l Espagne a été améliorée par des réformes structurelles (notamment concernant le droit du travail), celles-ci ne suffisent pas à stimuler la croissance liée aux exportations. Simultanément, la demande provenant des voisins européens s est ralentie. Le chômage a atteint un taux de 24,6 % au T2 de 2012 et continuera selon toute vraisemblance à augmenter. La croissance économique est entravée par la limitation des prêts bancaires Les conditions de crédit sont plus sévères et les taux de prêts intérieurs ont augmenté. Cela augmente la pression sur les valeurs commerciales et immobilières en baisse et agira comme un frein sur l activité économique. Il existe un risque important d une augmentation graduelle des prêts à risque car les prix des propriétés continuent d être corrigés. Selon la Banque d Espagne, la part des mauvais prêts en tant que proportion du total des prêts espagnols a augmenté pour atteindre 10,5% en août 2012, le niveau le plus haut depuis 1994, avec un taux de 10,1% en juillet Les augmentations sont mensuelles depuis janvier En glissement annuel, les mauvais prêts ont augmenté de 39,7% en août Poursuite des efforts de réforme économique Le gouvernement espagnol a entrepris des efforts fiscaux importants depuis son arrivée au pouvoir, notamment des réformes structurelles dans le domaine de la santé et de l éducation, ainsi qu une réduction de la masse salariale du secteur public et une amélioration du cadre budgétaire pour les régions. Les mesures fiscales approuvées en juillet 2012 comprennent des augmentations des impôts indirects (taxe sur la valeur ajoutée, droits de consommation sur le tabac et taxe environnementale) et des baisses des dépenses courantes. Début septembre 2012, la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) a été à Country risk update Spain November

3 nouveau relevée afin d augmenter les revenus publics. Le taux de TVA général a été augmenté à 21% et le taux de TVA basse de 8% à 10%, tandis que la TVA sur les biens de première nécessité reste à 4%. D autres mesures incluent la réduction des contributions de sécurité sociale et la réduction des indemnités de chômage. Une autre mesure planifiée, en vue de l amélioration de l efficacité fiscale, sera l élimination de la déduction sur les transactions immobilières à partir de Le gouvernement a par ailleurs annoncé des coupes budgétaires supplémentaires pour 2012, impliquant essentiellement l élimination des primes de Noël pour les employés du secteur public, les cadres du gouvernement, les sénateurs et les membres du Parlement. et des efforts de recapitalisation du système bancaire Le 10 juin 2012, le gouvernement espagnol a décidé, de commun accord avec ses partenaires de la zone euro, de demander une ligne de crédit de 100 milliards d euros auprès du Fonds européen de stabilité financière (FESF) ou de son successeur, le Mécanisme européen de stabilité (MES), afin de recapitaliser son système bancaire. Des auditeurs indépendants ont indiqué que les banques avaient besoin d une aide financière d un montant de 60 milliards d euros. Le 25 juin, le gouvernement espagnol a officiellement demandé ce prêt. Les détails de l accord n ont pas encore été fixés. Toutefois, le prêt reste soumis à la condition qu un mécanisme de surveillance bancaire européen soit mis en place. En août 2012, l Espagne a approuvé la création d une «mauvaise banque» en vue de l achat des actifs immobiliers difficiles et des mauvais prêts d organismes de prêts dans le cadre d une enchère afin de nettoyer le secteur financier et de restaurer la confiance des investisseurs dans l économie. Cette mauvaise banque appelée SAREB détiendra jusqu à 90 milliards d euros d actifs. Elle devrait débuter ses opérations d ici la fin 2012 et les poursuivra pendant 15 ans. Taux du risque souverain : Le 10 octobre 2012, Standard & Poor's (S&P) a dégradé la note à long terme de l Espagne de deux crans, de BBB+ à BBB-, en raison des pressions persistantes provenant de la récession économique du pays. S&P maintient une perspective négative sur la nouvelle note. Le 13 juin 2012, Moody s a dégradé la note souveraine de l Espagne de A3 à Baa3 «sous surveillance négative», ce qui suggère un risque de dégradations ultérieures. Toutefois, le 16 octobre 2012, Moody s a confirmé la note de l Espagne. Le 7 juin 2012, Fitch a descendu la note de crédit de l Espagne de trois crans, de A à BBB, affirmant que l aggravation de la crise de la dette dans la zone euro avait eu un impact dommageable sur le pays. Fitch place sa nouvelle évaluation sous une perspective négative. Depuis, Fitch a laissé cette note inchangée. Country risk update Spain November

4 Notes Perspective Moody s Baa3 Négative Standard & Poor s (S&P) BBB- Négative Fitch BBB Négative Évolution des obligations souveraines et des Credit Default Swaps Les rendements obligataires espagnols ont modérément baissé au cours des récentes semaines après que le rendement sur les obligations espagnoles à 10 ans a bondi à plus de 7% en juin et en juillet Cette hausse a été favorisée par l accord de recapitalisation du système bancaire et l annonce par la Banque centrale européenne (BCE) début septembre qu elle sera prête à acheter un montant illimité d obligations gouvernementales sur le marché secondaire si nécessaire. Source : Recherche économique Atradius Prévision économique d Atradius perspective à court terme et à long terme Les performances économiques de l Espagne resteront faibles en 2012 et en Les prévisions de croissance ont à nouveau été revues à la baisse et le PIB devrait se contracter de 1,4 % en 2012 et de 1,9 % en La demande intérieure sera toujours pénalisée par un taux de chômage élevé, la pression exercée sur les salaires, la fragilité du secteur bancaire et les mesures d austérité. Le chômage continuera d augmenter en 2013, pour atteindre plus de 25%. La demande intérieure demeurera faible et la consommation privée léthargique. La hausse du taux de chômage restera un obstacle à la restauration de la confiance des consommateurs. La faiblesse de la Country risk update Spain November

5 demande intérieure réduira les importations, ce qui contribuera à la baisse du déficit de la balance courante. Les exportations ont assuré la croissance économique en 2011, mais les taux de croissance des exportations en glissement annuel vont faiblir pour passer à 1,6 % en 2012 et à 0,5 % en 2013 à la suite du tassement de la demande mondiale. La croissance commerciale nette ne suffira pas à compenser la baisse de la demande intérieure. Le secteur espagnol des exportations est relativement sain et compétitif ; cependant, sa diversification géographique est assez limitée et principalement orientée vers la zone euro (59 % du volume des exportations). Les réformes structurelles et les mesures conçues pour consolider la position fiscale devraient faire souffrir la performance économique à court terme. Cependant, à moyen et à long terme, la consolidation fiscale assurera la durabilité de la dette publique et améliorera la confiance sur les marchés financiers tandis que les réformes structurelles amélioreront l efficacité et la compétitivité de l économie espagnole. De nouvelles réformes structurelles ont été annoncées pour 2013 et devraient aider à améliorer encore la perception de la capacité de croissance de l économie espagnole, à prouver la durabilité de ses finances et à restaurer la confiance des investisseurs. Suite au processus continu de restructuration du secteur bancaire espagnol par l augmentation de la solvabilité et de la liquidité, on s attend à ce que le secteur financier rebondisse graduellement et regagne la confiance du marché, et à ce que les prêts bancaires affluent à nouveau pour soutenir l économie réelle. Les finances publiques restent un problème majeur L Espagne est entrée dans la crise provoquée par la faillite de Lehman Brothers en 2008 avec ratio dette-pib de 30 % et un excédent budgétaire de 2 %. Toutefois, le niveau d endettement public est passé à 68,5% du PIB en 2011 et on s attend à ce qu il augmente encore d ici la fin Officiellement, le gouvernement espagnol continue de poursuivre son déficit visé de 6,3% du PIB convenu avec l UE, mais cela pourrait se révéler intenable car la récession en cours ébranle les revenus fiscaux et plusieurs régions espagnoles ont demandé un sauvetage au gouvernement fédéral. Le gouvernement Rajoy a pris des mesures pour contrôler les dépenses des régions mais continue de dépendre des gouvernements régionaux qui contribuent à la consolidation fiscale. Situation politique : opportunités et risques En comparaison des autres pays européens qui traversent des difficultés économiques, il est positif que le gouvernement espagnol actuel dirigé par le Premier ministre Rajoy ait une position forte pour poursuivre sa politique économique car il dispose d une majorité absolue confortable au Parlement et son mandat se poursuit jusqu à la fin La position de Rajoy a été par ailleurs encore renforcée par la victoire du Parti populaire (PP) aux élections régionales de Galicie le 21 octobre Country risk update Spain November

6 Pour autant, la capacité du gouvernement à mettre en œuvre les mesures d austérité pourrait être gênée par des protestations sociales croissantes et par la pression «de la rue». Bien que la majorité des Espagnols convient généralement que le pays a besoin de traverser une période d austérité pour améliorer sa situation fiscale, l intensité des mouvements de grève a augmenté au cours des derniers mois en protestation contre les plans de coupe budgétaire des gouvernements régionaux et nationaux. Un certain nombre de petits rassemblements de protestation a eu lieu à travers le pays, et une grève générale a déjà eu lieu depuis l arrivée au pouvoir du PP. D autres devraient suivre, en particulier du fait que certains services publics (notamment l éducation et la santé) ont également été touchés par les coupes. Le Premier ministre Rajoy se trouve dans une position de plus en plus difficile entre les électeurs espagnols opposés à des coupes supplémentaires et les investisseurs et agents financiers européens qui réclament une garantie que l Espagne tiendra ses objectifs concernant le déficit budgétaire 4 Implications pour les entreprises opérant en Espagne Secteurs en mesure de compenser encore la perte d activités domestiques par des ventes à l exportation En règle générale, les industries et les sous-secteurs qui dépendent fortement ou entièrement de la demande intérieure privée enregistreront des performances médiocres par rapport aux secteurs et sous-secteurs qui peuvent compenser la perte d activités domestiques par une hausse de leurs ventes à l exportation. Les secteurs commerciaux représentant une part significative des exportations espagnoles sont : o le secteur des machines et des outils o le secteur des produits alimentaires o le secteur des produits chimiques o le secteur automobile Secteurs confrontés actuellement mais aussi dans un avenir proche à un surcroît de problèmes en raison de la situation économique En général, les entreprises de tous les secteurs sont susceptibles de rencontrer un surcroît de problèmes à l avenir si elles dépendent : o d acheteurs publics/des investissements et de la consommation de l État o de la consommation des ménages (qui devrait reculer de 2,1 % en glissement annuel en 2012, voir tableau en page 1) Construction et matériaux de construction o Les résultats du secteur espagnol de la construction restent médiocres : la demande intérieure s est encore détériorée en raison de la baisse des investissements publics et privés. o La réduction de l accès au crédit et le resserrement des conditions de crédit ont encore aggravé la situation. Country risk update Spain November

7 o Le secteur de la construction et toutes les industries connexes doivent faire l objet d une attention particulière. Les secteurs commerciaux apparentés regroupent les matériaux de construction (par ex. le ciment), les installations (équipements), l ameublement, la menuiserie et les sanitaires. Acier/métaux o À l exception des multinationales opérant au niveau mondial, le secteur espagnol de l acier se montre très vulnérable à la crispation du secteur de la construction. o o Cette vulnérabilité est encore exacerbée par la réduction des dépenses publiques en vue de réduire le déficit budgétaire. À la suite de la hausse des prix des produits de base survenue en 2011, les besoins en financement bancaire du secteur ont progressé, tout comme les restrictions d accès au crédit. o Par conséquent, un intérêt tout particulier est accordé aux aciéries locales (ou aux entreprises connexes) qui dépendent fortement de leur fonds de roulement, qui ont besoin d un financement et qui possèdent de faibles avoirs nets. o Le prix du métal et de l acier a entamé un mouvement décroissant, ce qui risque de réduire également les marges bénéficiaires. Par conséquent, il faudra également prêter une attention particulière aux niveaux des stocks des entreprises. Commerce de détail/services o Les secteurs qui dépendent essentiellement des dépenses et des crédits des consommateurs sont les plus vulnérables. o Le petit commerce de détail dans son ensemble souffre d une demande intérieure vacillante. o Par exemple, le marché espagnol de vente au détail d électroménager a perdu une part importante de sa valeur depuis le début de la crise. Transport, pétrole, secteur pharmaceutique o Les entreprises de ces secteurs font généralement face à de plus en plus de difficultés en raison d un haut niveau d endettement, d une baisse des flux de trésorerie et d une grande dépendance au financement bancaire. Poursuite des retards de paiement en 2013 La chute de l activité économique et les difficultés d accès aux marchés du crédit que rencontrent les entreprises et les ménages espagnols ont provoqué une détérioration générale du comportement de paiement. Après l amélioration enregistrée en 2010 et au premier semestre de 2011, les défauts de paiement sont repartis à la hausse au S2 de 2011 et ont atteint 34% en glissement annuel au T3 de 2012 (voir tableau ci-après). Tandis que cette augmentation a été plus basse qu aux trimestres 2012 précédents, nous nous attendons cependant à des hausses supplémentaires en glissement annuel pour le reste de l année 2012 et sur le premier semestre 2013 car la situation financière de nombreuses entreprises espagnoles reste difficile et l accès à des prêts bancaires restreint. Tandis que l on note des retards de paiement à travers tous les secteurs industriels, les entreprises dépendant de la consommation intérieure (par ex. la vente au détail et en gros) sont plus touchées que les autres. Country risk update Spain November

8 Source : Atradius Les faillites augmenteront encore en 2012 Les faillites d entreprises reflètent la situation économique régnant depuis 2008, avec une hausse sévère en glissement annuel de 100 % en 2008 et de 50 % en Après une légère baisse en glissement annuel en 2010, le nombre de faillites est reparti à la hausse en 2011, il a progressé de 15,4 % pour atteindre cas, principalement à la suite de l affaiblissement de la demande intérieure et de la forte pression pesant sur les liquidités des entreprises au vu de la limitation du nombre d options de financement extérieur. Au T3 de 2012, les faillites des entreprises ont reculé de 33% par rapport au trimestre précédent mais ont augmenté de 26 % en glissement annuel. Les faillites dans le secteur de la construction et les secteurs connexes représentent toujours la majorité des cas, ils sont suivis de près par le secteur des services et celui du commerce de détail. Compte tenu du grand nombre actuel de faillites, nous ne prévoyons pas d amélioration importante au dernier trimestre de l année et nous prévoyons à nouveau une augmentation à deux chiffres en glissement annuel pour Source : Atradius et Bulletin officiel de l Etat Country risk update Spain November

9 Signaux d alarme Conseil d Atradius à ses clients Atradius recommande à ses clients de suivre de près le comportement de leurs clients et d être attentifs aux signaux d alarme comme l annulation de commandes, les demandes de report des délais de paiement ou le rééchelonnement des paiements, particulièrement dans les secteurs les plus critiques (voir ci-dessus). 5 Conséquences Actions d Atradius Pratique de souscription des risques Dans notre politique de souscription des risques, nous devons tenir compte de la récente tendance haussière des défauts de paiement sur le marché espagnol qui se prolongera dans les mois à venir et touchera tous les secteurs. Nous prévoyons que cet impact sera beaucoup plus élevé dans les industries qui, comme le commerce de détail/la vente, dépendent fortement de la consommation domestique. La construction et ses activités connexes resteront les principaux secteurs touchés par les faillites (une faillite sur quatre), suivis par le secteur des services. En qualité d assureur-crédit, nous devons être en permanence attentifs aux développements qui se produisent sur le marché espagnol et dans ses secteurs commerciaux mais surtout, notre valeur vis-àvis de nos clients dépend de notre capacité à explorer en détail le niveau de résultat des entreprises et des acheteurs. Le ralentissement économique ne touche pas toutes les entreprises de la même manière, chacune possède en effet des ressources financières qui lui sont propres ; de notre côté, nous sommes en mesure d évaluer avec précision le risque de défaut de paiement des acheteurs avec lesquels nos clients souhaitent nouer des relations commerciales. Cela signifie que les informations financières mises à jour sont hautement importantes afin de réaliser une évaluation aussi précise que possible de la puissance de crédit des acheteurs. Nous demandons ainsi les rapports financiers périodiques pour 2012 en plus des bilans Dans cet environnement difficile, nous devrons réévaluer le risque induit par des échanges commerciaux avec des acheteurs pour lesquels nos évaluations internes et des informations économiques et financières indiquent des problèmes de solvabilité, de liquidités ou de rentabilité ainsi qu une forte probabilité de défaut de paiement. Ceci dit, l efficacité des mesures de couverture que nous avons adoptées les années précédentes et la minutieuse sélection des risques acceptés nous permettront d aider encore nos clients à protéger leurs crédits commerciaux malgré l aggravation de la situation. Country risk update Spain November

10 Atradius Copyright 2012 Ce rapport fournit des informations à titre indicatif uniquement, et ne cherche pas à énoncer de recommandation au lecteur concernant des transactions, investissements ou stratégies particuliers d aucune façon. Les lecteurs formeront leur propre opinion et pourront prendre leurs décisions de façon indépendante, de nature commerciale ou autre, en fonction des informations fournies. Même si nous avons fait notre possible pour garantir que les informations présentées dans ce rapport ont bien été obtenues auprès de sources fiables, Atradius ne pourra être tenu pour responsable de toute erreur, omission ou des résultats de l utilisation des informations. Toutes les informations de ce rapport sont présentées «telles quelles», sans garantir qu elles sont complètes, exactes, opportunes ou les résultats obtenus par leur utilisation, ni sans garantie d'aucune sorte, explicite ou implicite. En aucun cas Atradius, ni ses partenaires ou sociétés associées, filiales, agents ou employés ne pourront être tenus pour responsables de décisions ou d actions entreprises en fonction des informations fournies par ce rapport ou de tout dommage indirect, particulier ou similaire, même en ayant été consultés sur la possibilité de tels dommages. Atradius Credit Insurance N.V Avenue Prince de Liège, Namur Jan van Gentstraat, 1 Bus Antwerpen Country risk update Spain November

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 30 mars 2011 UCPF - 88 Avenue Kléber - 75116 PARIS Tél : 01.55.73.32.32 - Fax : 01.55.73.32.33 www.ucpf.fr - email : ucpf@ucpf.fr

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes Eco-Fiche Octobre 2012 POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes La France est "techniquement" sortie de crise à partir du deuxième trimestre

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan?

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan? Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et statistiques sectorielles Direction générale des Études et des Relations internationales Direction des Études microéconomiques et structurelles

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT

GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE DE COMMERCE GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT MAI 2013 Compte de commerce Gestion de la dette et

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES... 5 L'ACTIVITÉ DU

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE CES Document de réflexion sur la situation économique 2010/1 COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE Un piège financier Qu adviendrait-il si des hauts fonctionnaires

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

novembre Commentaire de marché

novembre Commentaire de marché novembre 2012 Commentaire de marché SOMMAIRE Introduction Le 25 novembre 2011, le taux OLO à 10 ans battait tout les records en pointant à 5.86%. Un an après, ce même taux bat à nouveau un record à la

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

market monitor Des temps difficiles! Comment faire face? atradiusmarketmonitor Février 2010

market monitor Des temps difficiles! Comment faire face? atradiusmarketmonitor Février 2010 market monitor Des temps difficiles! Février 2010 Comment faire face? Perspectives contrastées sur le plan des faillites L es perspectives de l activité économique font état d un modeste rétablissement

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Le cas Suisse Pr.Victoria CURZON PRICE IREF, Professeur honoraire Université de Genève La Suisse Adopte le «frein à

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail