Mise à jour risque pays

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mise à jour risque pays"

Transcription

1 Mise à jour risque pays Espagne 14 novembre Résumé analytique L économie espagnole se contractera en 2012 et en 2013 Le durcissement des conditions de crédit pose problème à de nombreuses entreprises Le nombre de faillites d entreprises continue d augmenter en 2012 La réforme des finances publiques et une restructuration bancaire sont en cours, mais leur réalisation prendra un certain temps 2 Chiffres clés * 2013* Taux de croissance du PIB réel (en glissement annuel, % de changement) Inflation des prix à la consommation (en glissement annuel, % de changement) Consommation effective (en glissement annuel, % de changement) -0,3 0,4-1,4-1,9 1,8 3,2 2,4 1,9 0,7-1,0-1,9-1,8 Commerce de détail (en glissement annuel, % de changement) Production industrielle (en glissement annuel, % de changement) -1,1-4,8-5,1-3,7 0,8-1,4-5,2-2,5 Taux de chômage (%) 20,1 21,6 24,6 25,3 Investissement brut en capital fixe (en glissement annuel, % de changement) -6,2-5,3-9,2-4,2 Exportations nettes réelles (EUR, Mds) -18,7 5,7 24,8 28,7 Solde budgétaire (en % du PIB) -9,3-8,9-6,5-6,0 Dette publique (en % du PIB) 61,2 68,5 79,6 91,5 * prévisions Source : IHS Global Insight Mise à jour risque pays Espagne Novembre

2 3 Résumé de la situation et point de vue d Atradius Événements économiques actuels L économie espagnole continue de se détériorer, au T2 de 2012 le PIB a baissé de 0,4% en glissement trimestriel (T1 de 2012 : -0,3%). Sur la base du glissement annuel, l économie a baissé de 1,3% au T2 de 2012 (-0,6 au T1 de 2012). La demande intérieure continue de baisser, les indicateurs de consommation et d investissement reflètent toujours la tendance négative de la demande intérieure privée. La consommation publique et les investissements déclinent également. Le niveau d endettement du secteur public rend improbable sa capacité à agir comme impulsion dans cette récession. La demande extérieure nette a contribué positivement au PIB et a aidé à compenser le ralentissement économique et à améliorer la balance courante. La tendance débutée en 2008 avec la baisse de la demande intérieure et l augmentation des exportations nette se poursuit. Bien que la compétitivité internationale de l Espagne a été améliorée par des réformes structurelles (notamment concernant le droit du travail), celles-ci ne suffisent pas à stimuler la croissance liée aux exportations. Simultanément, la demande provenant des voisins européens s est ralentie. Le chômage a atteint un taux de 24,6 % au T2 de 2012 et continuera selon toute vraisemblance à augmenter. La croissance économique est entravée par la limitation des prêts bancaires Les conditions de crédit sont plus sévères et les taux de prêts intérieurs ont augmenté. Cela augmente la pression sur les valeurs commerciales et immobilières en baisse et agira comme un frein sur l activité économique. Il existe un risque important d une augmentation graduelle des prêts à risque car les prix des propriétés continuent d être corrigés. Selon la Banque d Espagne, la part des mauvais prêts en tant que proportion du total des prêts espagnols a augmenté pour atteindre 10,5% en août 2012, le niveau le plus haut depuis 1994, avec un taux de 10,1% en juillet Les augmentations sont mensuelles depuis janvier En glissement annuel, les mauvais prêts ont augmenté de 39,7% en août Poursuite des efforts de réforme économique Le gouvernement espagnol a entrepris des efforts fiscaux importants depuis son arrivée au pouvoir, notamment des réformes structurelles dans le domaine de la santé et de l éducation, ainsi qu une réduction de la masse salariale du secteur public et une amélioration du cadre budgétaire pour les régions. Les mesures fiscales approuvées en juillet 2012 comprennent des augmentations des impôts indirects (taxe sur la valeur ajoutée, droits de consommation sur le tabac et taxe environnementale) et des baisses des dépenses courantes. Début septembre 2012, la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) a été à Country risk update Spain November

3 nouveau relevée afin d augmenter les revenus publics. Le taux de TVA général a été augmenté à 21% et le taux de TVA basse de 8% à 10%, tandis que la TVA sur les biens de première nécessité reste à 4%. D autres mesures incluent la réduction des contributions de sécurité sociale et la réduction des indemnités de chômage. Une autre mesure planifiée, en vue de l amélioration de l efficacité fiscale, sera l élimination de la déduction sur les transactions immobilières à partir de Le gouvernement a par ailleurs annoncé des coupes budgétaires supplémentaires pour 2012, impliquant essentiellement l élimination des primes de Noël pour les employés du secteur public, les cadres du gouvernement, les sénateurs et les membres du Parlement. et des efforts de recapitalisation du système bancaire Le 10 juin 2012, le gouvernement espagnol a décidé, de commun accord avec ses partenaires de la zone euro, de demander une ligne de crédit de 100 milliards d euros auprès du Fonds européen de stabilité financière (FESF) ou de son successeur, le Mécanisme européen de stabilité (MES), afin de recapitaliser son système bancaire. Des auditeurs indépendants ont indiqué que les banques avaient besoin d une aide financière d un montant de 60 milliards d euros. Le 25 juin, le gouvernement espagnol a officiellement demandé ce prêt. Les détails de l accord n ont pas encore été fixés. Toutefois, le prêt reste soumis à la condition qu un mécanisme de surveillance bancaire européen soit mis en place. En août 2012, l Espagne a approuvé la création d une «mauvaise banque» en vue de l achat des actifs immobiliers difficiles et des mauvais prêts d organismes de prêts dans le cadre d une enchère afin de nettoyer le secteur financier et de restaurer la confiance des investisseurs dans l économie. Cette mauvaise banque appelée SAREB détiendra jusqu à 90 milliards d euros d actifs. Elle devrait débuter ses opérations d ici la fin 2012 et les poursuivra pendant 15 ans. Taux du risque souverain : Le 10 octobre 2012, Standard & Poor's (S&P) a dégradé la note à long terme de l Espagne de deux crans, de BBB+ à BBB-, en raison des pressions persistantes provenant de la récession économique du pays. S&P maintient une perspective négative sur la nouvelle note. Le 13 juin 2012, Moody s a dégradé la note souveraine de l Espagne de A3 à Baa3 «sous surveillance négative», ce qui suggère un risque de dégradations ultérieures. Toutefois, le 16 octobre 2012, Moody s a confirmé la note de l Espagne. Le 7 juin 2012, Fitch a descendu la note de crédit de l Espagne de trois crans, de A à BBB, affirmant que l aggravation de la crise de la dette dans la zone euro avait eu un impact dommageable sur le pays. Fitch place sa nouvelle évaluation sous une perspective négative. Depuis, Fitch a laissé cette note inchangée. Country risk update Spain November

4 Notes Perspective Moody s Baa3 Négative Standard & Poor s (S&P) BBB- Négative Fitch BBB Négative Évolution des obligations souveraines et des Credit Default Swaps Les rendements obligataires espagnols ont modérément baissé au cours des récentes semaines après que le rendement sur les obligations espagnoles à 10 ans a bondi à plus de 7% en juin et en juillet Cette hausse a été favorisée par l accord de recapitalisation du système bancaire et l annonce par la Banque centrale européenne (BCE) début septembre qu elle sera prête à acheter un montant illimité d obligations gouvernementales sur le marché secondaire si nécessaire. Source : Recherche économique Atradius Prévision économique d Atradius perspective à court terme et à long terme Les performances économiques de l Espagne resteront faibles en 2012 et en Les prévisions de croissance ont à nouveau été revues à la baisse et le PIB devrait se contracter de 1,4 % en 2012 et de 1,9 % en La demande intérieure sera toujours pénalisée par un taux de chômage élevé, la pression exercée sur les salaires, la fragilité du secteur bancaire et les mesures d austérité. Le chômage continuera d augmenter en 2013, pour atteindre plus de 25%. La demande intérieure demeurera faible et la consommation privée léthargique. La hausse du taux de chômage restera un obstacle à la restauration de la confiance des consommateurs. La faiblesse de la Country risk update Spain November

5 demande intérieure réduira les importations, ce qui contribuera à la baisse du déficit de la balance courante. Les exportations ont assuré la croissance économique en 2011, mais les taux de croissance des exportations en glissement annuel vont faiblir pour passer à 1,6 % en 2012 et à 0,5 % en 2013 à la suite du tassement de la demande mondiale. La croissance commerciale nette ne suffira pas à compenser la baisse de la demande intérieure. Le secteur espagnol des exportations est relativement sain et compétitif ; cependant, sa diversification géographique est assez limitée et principalement orientée vers la zone euro (59 % du volume des exportations). Les réformes structurelles et les mesures conçues pour consolider la position fiscale devraient faire souffrir la performance économique à court terme. Cependant, à moyen et à long terme, la consolidation fiscale assurera la durabilité de la dette publique et améliorera la confiance sur les marchés financiers tandis que les réformes structurelles amélioreront l efficacité et la compétitivité de l économie espagnole. De nouvelles réformes structurelles ont été annoncées pour 2013 et devraient aider à améliorer encore la perception de la capacité de croissance de l économie espagnole, à prouver la durabilité de ses finances et à restaurer la confiance des investisseurs. Suite au processus continu de restructuration du secteur bancaire espagnol par l augmentation de la solvabilité et de la liquidité, on s attend à ce que le secteur financier rebondisse graduellement et regagne la confiance du marché, et à ce que les prêts bancaires affluent à nouveau pour soutenir l économie réelle. Les finances publiques restent un problème majeur L Espagne est entrée dans la crise provoquée par la faillite de Lehman Brothers en 2008 avec ratio dette-pib de 30 % et un excédent budgétaire de 2 %. Toutefois, le niveau d endettement public est passé à 68,5% du PIB en 2011 et on s attend à ce qu il augmente encore d ici la fin Officiellement, le gouvernement espagnol continue de poursuivre son déficit visé de 6,3% du PIB convenu avec l UE, mais cela pourrait se révéler intenable car la récession en cours ébranle les revenus fiscaux et plusieurs régions espagnoles ont demandé un sauvetage au gouvernement fédéral. Le gouvernement Rajoy a pris des mesures pour contrôler les dépenses des régions mais continue de dépendre des gouvernements régionaux qui contribuent à la consolidation fiscale. Situation politique : opportunités et risques En comparaison des autres pays européens qui traversent des difficultés économiques, il est positif que le gouvernement espagnol actuel dirigé par le Premier ministre Rajoy ait une position forte pour poursuivre sa politique économique car il dispose d une majorité absolue confortable au Parlement et son mandat se poursuit jusqu à la fin La position de Rajoy a été par ailleurs encore renforcée par la victoire du Parti populaire (PP) aux élections régionales de Galicie le 21 octobre Country risk update Spain November

6 Pour autant, la capacité du gouvernement à mettre en œuvre les mesures d austérité pourrait être gênée par des protestations sociales croissantes et par la pression «de la rue». Bien que la majorité des Espagnols convient généralement que le pays a besoin de traverser une période d austérité pour améliorer sa situation fiscale, l intensité des mouvements de grève a augmenté au cours des derniers mois en protestation contre les plans de coupe budgétaire des gouvernements régionaux et nationaux. Un certain nombre de petits rassemblements de protestation a eu lieu à travers le pays, et une grève générale a déjà eu lieu depuis l arrivée au pouvoir du PP. D autres devraient suivre, en particulier du fait que certains services publics (notamment l éducation et la santé) ont également été touchés par les coupes. Le Premier ministre Rajoy se trouve dans une position de plus en plus difficile entre les électeurs espagnols opposés à des coupes supplémentaires et les investisseurs et agents financiers européens qui réclament une garantie que l Espagne tiendra ses objectifs concernant le déficit budgétaire 4 Implications pour les entreprises opérant en Espagne Secteurs en mesure de compenser encore la perte d activités domestiques par des ventes à l exportation En règle générale, les industries et les sous-secteurs qui dépendent fortement ou entièrement de la demande intérieure privée enregistreront des performances médiocres par rapport aux secteurs et sous-secteurs qui peuvent compenser la perte d activités domestiques par une hausse de leurs ventes à l exportation. Les secteurs commerciaux représentant une part significative des exportations espagnoles sont : o le secteur des machines et des outils o le secteur des produits alimentaires o le secteur des produits chimiques o le secteur automobile Secteurs confrontés actuellement mais aussi dans un avenir proche à un surcroît de problèmes en raison de la situation économique En général, les entreprises de tous les secteurs sont susceptibles de rencontrer un surcroît de problèmes à l avenir si elles dépendent : o d acheteurs publics/des investissements et de la consommation de l État o de la consommation des ménages (qui devrait reculer de 2,1 % en glissement annuel en 2012, voir tableau en page 1) Construction et matériaux de construction o Les résultats du secteur espagnol de la construction restent médiocres : la demande intérieure s est encore détériorée en raison de la baisse des investissements publics et privés. o La réduction de l accès au crédit et le resserrement des conditions de crédit ont encore aggravé la situation. Country risk update Spain November

7 o Le secteur de la construction et toutes les industries connexes doivent faire l objet d une attention particulière. Les secteurs commerciaux apparentés regroupent les matériaux de construction (par ex. le ciment), les installations (équipements), l ameublement, la menuiserie et les sanitaires. Acier/métaux o À l exception des multinationales opérant au niveau mondial, le secteur espagnol de l acier se montre très vulnérable à la crispation du secteur de la construction. o o Cette vulnérabilité est encore exacerbée par la réduction des dépenses publiques en vue de réduire le déficit budgétaire. À la suite de la hausse des prix des produits de base survenue en 2011, les besoins en financement bancaire du secteur ont progressé, tout comme les restrictions d accès au crédit. o Par conséquent, un intérêt tout particulier est accordé aux aciéries locales (ou aux entreprises connexes) qui dépendent fortement de leur fonds de roulement, qui ont besoin d un financement et qui possèdent de faibles avoirs nets. o Le prix du métal et de l acier a entamé un mouvement décroissant, ce qui risque de réduire également les marges bénéficiaires. Par conséquent, il faudra également prêter une attention particulière aux niveaux des stocks des entreprises. Commerce de détail/services o Les secteurs qui dépendent essentiellement des dépenses et des crédits des consommateurs sont les plus vulnérables. o Le petit commerce de détail dans son ensemble souffre d une demande intérieure vacillante. o Par exemple, le marché espagnol de vente au détail d électroménager a perdu une part importante de sa valeur depuis le début de la crise. Transport, pétrole, secteur pharmaceutique o Les entreprises de ces secteurs font généralement face à de plus en plus de difficultés en raison d un haut niveau d endettement, d une baisse des flux de trésorerie et d une grande dépendance au financement bancaire. Poursuite des retards de paiement en 2013 La chute de l activité économique et les difficultés d accès aux marchés du crédit que rencontrent les entreprises et les ménages espagnols ont provoqué une détérioration générale du comportement de paiement. Après l amélioration enregistrée en 2010 et au premier semestre de 2011, les défauts de paiement sont repartis à la hausse au S2 de 2011 et ont atteint 34% en glissement annuel au T3 de 2012 (voir tableau ci-après). Tandis que cette augmentation a été plus basse qu aux trimestres 2012 précédents, nous nous attendons cependant à des hausses supplémentaires en glissement annuel pour le reste de l année 2012 et sur le premier semestre 2013 car la situation financière de nombreuses entreprises espagnoles reste difficile et l accès à des prêts bancaires restreint. Tandis que l on note des retards de paiement à travers tous les secteurs industriels, les entreprises dépendant de la consommation intérieure (par ex. la vente au détail et en gros) sont plus touchées que les autres. Country risk update Spain November

8 Source : Atradius Les faillites augmenteront encore en 2012 Les faillites d entreprises reflètent la situation économique régnant depuis 2008, avec une hausse sévère en glissement annuel de 100 % en 2008 et de 50 % en Après une légère baisse en glissement annuel en 2010, le nombre de faillites est reparti à la hausse en 2011, il a progressé de 15,4 % pour atteindre cas, principalement à la suite de l affaiblissement de la demande intérieure et de la forte pression pesant sur les liquidités des entreprises au vu de la limitation du nombre d options de financement extérieur. Au T3 de 2012, les faillites des entreprises ont reculé de 33% par rapport au trimestre précédent mais ont augmenté de 26 % en glissement annuel. Les faillites dans le secteur de la construction et les secteurs connexes représentent toujours la majorité des cas, ils sont suivis de près par le secteur des services et celui du commerce de détail. Compte tenu du grand nombre actuel de faillites, nous ne prévoyons pas d amélioration importante au dernier trimestre de l année et nous prévoyons à nouveau une augmentation à deux chiffres en glissement annuel pour Source : Atradius et Bulletin officiel de l Etat Country risk update Spain November

9 Signaux d alarme Conseil d Atradius à ses clients Atradius recommande à ses clients de suivre de près le comportement de leurs clients et d être attentifs aux signaux d alarme comme l annulation de commandes, les demandes de report des délais de paiement ou le rééchelonnement des paiements, particulièrement dans les secteurs les plus critiques (voir ci-dessus). 5 Conséquences Actions d Atradius Pratique de souscription des risques Dans notre politique de souscription des risques, nous devons tenir compte de la récente tendance haussière des défauts de paiement sur le marché espagnol qui se prolongera dans les mois à venir et touchera tous les secteurs. Nous prévoyons que cet impact sera beaucoup plus élevé dans les industries qui, comme le commerce de détail/la vente, dépendent fortement de la consommation domestique. La construction et ses activités connexes resteront les principaux secteurs touchés par les faillites (une faillite sur quatre), suivis par le secteur des services. En qualité d assureur-crédit, nous devons être en permanence attentifs aux développements qui se produisent sur le marché espagnol et dans ses secteurs commerciaux mais surtout, notre valeur vis-àvis de nos clients dépend de notre capacité à explorer en détail le niveau de résultat des entreprises et des acheteurs. Le ralentissement économique ne touche pas toutes les entreprises de la même manière, chacune possède en effet des ressources financières qui lui sont propres ; de notre côté, nous sommes en mesure d évaluer avec précision le risque de défaut de paiement des acheteurs avec lesquels nos clients souhaitent nouer des relations commerciales. Cela signifie que les informations financières mises à jour sont hautement importantes afin de réaliser une évaluation aussi précise que possible de la puissance de crédit des acheteurs. Nous demandons ainsi les rapports financiers périodiques pour 2012 en plus des bilans Dans cet environnement difficile, nous devrons réévaluer le risque induit par des échanges commerciaux avec des acheteurs pour lesquels nos évaluations internes et des informations économiques et financières indiquent des problèmes de solvabilité, de liquidités ou de rentabilité ainsi qu une forte probabilité de défaut de paiement. Ceci dit, l efficacité des mesures de couverture que nous avons adoptées les années précédentes et la minutieuse sélection des risques acceptés nous permettront d aider encore nos clients à protéger leurs crédits commerciaux malgré l aggravation de la situation. Country risk update Spain November

10 Atradius Copyright 2012 Ce rapport fournit des informations à titre indicatif uniquement, et ne cherche pas à énoncer de recommandation au lecteur concernant des transactions, investissements ou stratégies particuliers d aucune façon. Les lecteurs formeront leur propre opinion et pourront prendre leurs décisions de façon indépendante, de nature commerciale ou autre, en fonction des informations fournies. Même si nous avons fait notre possible pour garantir que les informations présentées dans ce rapport ont bien été obtenues auprès de sources fiables, Atradius ne pourra être tenu pour responsable de toute erreur, omission ou des résultats de l utilisation des informations. Toutes les informations de ce rapport sont présentées «telles quelles», sans garantir qu elles sont complètes, exactes, opportunes ou les résultats obtenus par leur utilisation, ni sans garantie d'aucune sorte, explicite ou implicite. En aucun cas Atradius, ni ses partenaires ou sociétés associées, filiales, agents ou employés ne pourront être tenus pour responsables de décisions ou d actions entreprises en fonction des informations fournies par ce rapport ou de tout dommage indirect, particulier ou similaire, même en ayant été consultés sur la possibilité de tels dommages. Atradius Credit Insurance N.V Avenue Prince de Liège, Namur Jan van Gentstraat, 1 Bus Antwerpen Country risk update Spain November

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY 5 Novembre 212 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu France : Kiss 6 France - Croissance du PIB vs.

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009 Helaba Recherche L et la comparaison économique Mai 9 Auteur : Dr. Stefan Mütze Tél. : +9 () 69/9-8 research@helaba.de Rédaction: Dr. Gertrud R. Traud Chef économiste/ Direction de la recherche Landesbank

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Stratégie relative aux obligations d État Focus sur la Grèce

Stratégie relative aux obligations d État Focus sur la Grèce Décembre 29 Stratégie relative aux obligations d État Table des matières 1 Évolution récente du marché... 2 2 La situation économique... 3 3 Stratégie... 4 Dexia Asset Management Voir les mentions légales

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS 9 LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS page 4 : un outil de gestion de trésorerie, Octavie 2. La fin de semaine a été marquée par la dégradation de la situation politique en Egypte qui d une part menace la

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat

ECO France. Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat Direction des Études Économiques Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Trimestriel N 12 Avril 2007 Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat En 2006, l économie

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Hong Kong / Bruxelles, 9 mars 2015 Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Une croissance plus faible et une augmentation des prêts non performants attendues en 2015 Une

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Agence France Locale

Agence France Locale Agence France Locale BSI Economics Résumé : L Agence France Locale (AFL) a été créée afin de permettre aux collectivités locales, même les plus petites, d obtenir des conditions de financement avantageuses.

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très FICHE PAYS JAPON : CROISSANCE EN SURSIS Département analyse et prévision Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très forte reprise de la croissance, notamment au premier trimestre (+1,3

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Jean-Pierre Roth Notre évaluation de la situation conjoncturelle et monétaire a changé considérablement depuis notre

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

L environnement macroéconomique

L environnement macroéconomique 6 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG L environnement macroéconomique international L environnement macroéconomique international 8 revue de stabilité financière 011 7 L environnement macroéconomique international

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre Les marchés boursiers ont rebondi de façon marquée au cours du troisième trimestre, réagissant aux politiques accommodantes annoncées par les principales banques centrales dans le monde et au progrès dans

Plus en détail

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation mai 2011 N 315 la vie économique et sociale Une politique monétaire résolument favorable à la croissance, Chicago, 27 avril 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Les défis de la politique monétaire suisse

Les défis de la politique monétaire suisse Embargo jusqu au 12 novembre 2009, 18 h 00 Les défis de la politique monétaire suisse Thomas J. Jordan Membre de la Direction générale Banque nationale suisse Apéritif «Marché monétaire» Genève, 12 novembre

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Evolution contrastée selon les secteurs

Evolution contrastée selon les secteurs Evolution contrastée selon les secteurs Reprise sous conditions Paris, le 20 mars 2014 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur de la Communication - UIC 01.46.53.11.65 / 06.71.06.72.49 - hmejean@uic.fr

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

La crise dans la zone euro Etat des lieux et perspectives

La crise dans la zone euro Etat des lieux et perspectives La crise dans la zone euro Etat des lieux et perspectives Mikael PETITJEAN Professeur de finance Louvain School of Management FOFI Charleroi 26 avril 2012 Il était une fois l euro Un décision éminemment

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

Dette privée et reprise économique : l Europe est-elle embourbée?

Dette privée et reprise économique : l Europe est-elle embourbée? Dette privée et reprise économique : l Europe est-elle embourbée? Résumé En période de crise, les entreprises et les ménages endettés auraient pour priorité de rembourser leur stock de dettes pour renforcer

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018.

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018. Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018 13 avril 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par

Plus en détail

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier COMMISSION DE SURVEILLACE DU MARCHE FINANCIER DE L AFRIQUE CENTRALE Atelier régional sur «les marchés obligataires et les émissions de titres publics» Libreville, Gabon : les 18 et 19 février 2008 La soutenabilité

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION

RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION DÉCLARATION DE LA CES ADRESSÉE AU SOMMET EUROPÉEN DE PRINTEMPS DE MARS 2009 Ière partie : Ce à quoi nous sommes confrontés

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Direction des Études Économiques Trimestriel N 11 Janvier 2007 Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Après un premier semestre exceptionnel,

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada La promotion de la prospérité économique et financière du Canada Exposé présenté devant la Chambre de commerce de Lévis Lévis (Québec) Le 8 février 2010 Pierre Duguay Sous-gouverneur Mandat Aux termes

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté,

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, FICHE PAYS ASIE : CRISE OU COUP DE FREIN À LA CROISSANCE? Département analyse et prévision En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, malgré une baisse de régime durant l été. Son dynamisme

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail