Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais"

Transcription

1 Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Synthèse de l étude régionale Enquête réalisée en juillet et août

2 2

3 - Edito - Les Technologies de l Information et de la Communication (TIC) sont désormais omniprésentes dans notre quotidien personnel et professionnel. Sur ce dernier point, elles constituent, notamment, un véritable atout pour le développement économique de nos entreprises, tant en matière de communication que d ouverture vers de nouveaux marchés. C est dans cette optique de développement économique et de pérennisation des activités que nous devons permettre à nos entreprises artisanales de ne pas manquer ce rendez-vous avec le numérique. En effet, même si les entreprises artisanales présentent un taux d équipement satisfaisant en outils numériques courants, leur maitrise et leur usage sont maintenant primordiaux. Quelques indicateurs permettent de suivre le développement des TIC dans nos entreprises mais aucune étude régionale globale n a été réalisée sur le champ de l artisanat. Comment les artisans utilisent ils ces outils? Avec quelle fréquence? Quelles compétences mettent-ils en œuvre? Quelles sont leurs attentes en matière d utilisation des outils numériques? Voilà autant de questions auxquelles nous tentons d apporter quelques éléments de réponse grâce à cette enquête, réalisée dans le cadre d un partenariat avec la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi (DIRECCTE) du Nord-Pas-de-Calais. Les résultats présentés dans cette étude serviront de base à une meilleure prise en compte des spécificités d utilisation des TIC dans les entreprises artisanales pour ainsi, in fine, ajuster au mieux les mesures d accompagnement des entreprises en la matière. Enfin, je tiens tout particulièrement à remercier les artisans qui se sont inscrits dans cette démarche en acceptant de participer à notre enquête. Alain Griset, Président de la Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais 3

4 L environnement numérique des entreprises artisanales L équipement informatique, logiciels et outils TIC L équipement matériel s est largement démocratisé au sein des entreprises artisanales de la région. 84% des chefs d entreprises artisanales sont équipés d ordinateurs fixes. Le taux d équipement varie significativement avec le secteur d activité. En effet, le taux d équipement en ordinateurs fixes culmine à 92% dans le secteur du bâtiment. Il s élève à 71% et 78% dans les secteurs de l alimentation et des services et 85% dans l artisanat de production. Il en est de même pour le taux d équipement en ordinateurs portables, qui concerne légèrement moins d entreprises mais s élève tout de même à 75% pour l ensemble de l artisanat. Il varie de 67% dans le secteur alimentaire à 79% dans celui des services. L équipement en smartphones concerne les deux tiers des entreprises (66% pour l ensemble des activités artisanales) mais approche les 69% 71% 67% Une première enquête régionale sur l artisanat et les TIC L étude dont on présente les principaux enseignements repose sur l exploitation d une enquête régionale réalisée auprès d un échantillon représentatif des entreprises artisanales du Nord-Pas de Calais, au 1 er janvier L enquête postale a donc porté sur un panel représentatif de entreprises artisanales de la région Nord-Pas de Calais. Elle a été lancée du 1 er juillet au 1 er aout Le taux de réponse final est de 11% (419 répondants), assez semblable aux enquêtes de ce genre dans le milieu artisanal. dans les secteurs du bâtiment et des services. L équipement en tablettes est moins répandu. Il ne concerne que le tiers des répondants. Le secteur du bâtiment reste le secteur en pointe pour ce genre d outils numériques avancées (40%). La messagerie électronique utilisée par 93% des entreprises. Cette proportion varie entre 76% pour le secteur de l alimentation et 97% dans celui du bâtiment. L équipement en logiciels bureautiques est de 84% avec une pointe de 88% dans le bâtiment. Ce dernier présente également le meilleur taux d équipement en logiciels de gestion (comptabilité, paie, facturation, etc.) avec 84% pour une moyenne régionale de 78%. Les logiciels techniques et les applications métiers concernent 59% des répondants de l enquête et Taux d équipement informatique par secteur d activité 48% Alimentation 92% 85% 84% 75% 77% 78% 79% 75% 66% 69% 68% 66% 27% 28% Artisanat de production 40% 27% 33% Bâtiment Services Ensemble Ordinateurs fixes Ordinateurs portables Tablettes Smartphones même 68% dans le secteur des services. Le téléphone, outil du quotidien, pas encore concurrencé par les systèmes les plus avancés. La téléphonie représente l outil de base des échanges professionnels (plus de 90% des entreprises sont équipés de téléphones fixes et portables). Le secteur de l alimentation est le champion de la téléphonie fixe avec 97% et celui du bâtiment pour la téléphonie portable (99%). Le secteur des services se distingue pour la téléphonie par internet : 57% (moyenne régionale de 54%) et pour l internet mobile : 66% (59% en moyenne). Cependant, l équipement en visioconférence ou en réunion téléphonique à distance est relativement modeste dans les entreprises artisanales. Il ne concerne que 7% d entre elles avec une pointe à 13% dans les services. Les usages professionnels et relationnels L internet et ses utilisations professionnelles multiples. 87% des artisans du Nord-Pas de Calais utilisent l internet pour l accès général aux sites web dont 63% en utilisation quotidienne. 4

5 Signature électronique (certificat) Téléchargement de logiciels généralistes ou professionnels Fréquence des utilisations internet Veille concurrentielle ou technologique 5% 6% 11% Formalités en ligne Info-documentation Téléphonie sur internet Accès aux sites web 6% 3% 10% 9% 18% 6% 7% 11% 37% 19% 26% 63% 44% 8% 2% 79% 81% 28% 68% 53% 20% 36% 28% 4% 13% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Relations institutionnelles avec la CMA et les organisations professionnelles (24% dont 20% de manière mensuelle), Relations de réseaux professionnels (40% dont 27% quotidiennement ou mensuellement), Relations d affaires avec les banques et les organismes financiers ou de cautionnement mutuel (83% dont 69% quotidiennement ou mensuellement). La visibilité numérique des entreprises artisanales Utilisation quotidienne Utilisation hebdomadaire Utilisation mensuelle Pas d utilisation Le téléchargement (légal) de logiciels généralistes ou professionnels concerne 33% d entre eux. Il se fait de préférence chaque mois (19%) pour 6% d accès quotidien. L information et documentation via le net est un comportement artisanal plus important qui concerne près de 72% des déclarations avec une périodicité étalée de la journée au mois. L i-téléphonie (téléphonie par internet protocole) représente moins d un artisan sur deux pour une utilisation quotidienne par 37% d entre eux. Les formalités en ligne concernent près de 64% des artisans de la région Nord-Pas de Calais. Elles sont accomplies de préférence une fois par mois (44% des déclarations). Avec 19% de fidèles, la signature électronique est d usage encore discret dans les entreprises artisanales. Enfin, la veille concurrentielle et technologique est un exercice mensuel pour seulement 11% des entreprises. Pour 21% d entre elles, cet élément est incontournable dans la gestion de leurs affaires. Les TIC, des outils incontournables dans les relations avec les partenaires de l entreprise. L utilisation des TIC permet ainsi aux entreprises d optimiser les : Relations commerciales avec les clients (79% des relations assurées via les outils numériques, 67% de manière quotidienne ou hebdomadaire) et les fournisseurs (75%, 57%), 100% 80% 60% 40% 20% 0% Le site web comme vitrine virtuelle Près de 55% des entreprises artisanales de la région Nord-Pas de Calais déclarent disposer d un site web ou en projet. Cette proportion varie selon le secteur d activité : de 34% dans l alimentation, où elle est la plus faible, à 57% dans celui des services. Pour la grande majorité des déclarations, il s agit d un site web simple, courant (88%). L existence d un site web marchand dédié au e-commerce ne concerne Existence et ancienneté du site web par secteur d activité 65,6% 6,3% 12,5% 15,6% Alimentation 46,8% 45,7% 42,9% 45,2% 13,3% 15,2% 11,1% 10,5% 24,4% 21,0% 7,1% 12,2% 25,5% 11,1% 13,1% 23,2% 4,4% 7,6% 12,2% 7,4% Artisanat de production Bâtiment Services Ensemble Moins d un an 1 à 5 ans Plus de 5 ans En projet Pas de site web 5

6 que 7% des déclarations, variant de 2% dans le secteur du bâtiment à 26% dans l artisanat de production. L e-commerce, un champ à développer dans l artisanat D après l Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie, au 1 er trimestre 2013, 32,6 millions d internautes ont effectué des achats sur Internet. Cela correspond à une progression de 5% en un an. Le chiffre d affaires du e- commerce aux particuliers a atteint 45 milliards d euros en Le marché e-commerce est donc une réalité incontournable qui ne cesse de prendre de l ampleur. 69% des français achètent en ligne (internet, catalogue, téléphone), selon la Fevad (Fédération des entreprises e-commerce et de vente à distance). Dans ce contexte global, 14% des artisans déclarent recourir au e- commerce (9%) ou projettent de le faire (5%). Parmi les e-commerçants, 6% l exercent depuis un à 5 ans, 2% depuis plus de 5 ans et 1% depuis moins d un an. L artisanat de production semble le plus constant dans les efforts de e- Part du chiffre d affaires généré par le e-commerce (en %) 30% et plus 8,7% 10 à 29% 8,7% 5 à 9% 13,0% Moins de 5% 69,6% développement commercial sur les différentes périodes analysées. Le secteur des services paraît propice à un développement certain. Il reste à conjuguer les efforts institutionnels et individuels pour que le e-commerce devienne une réalité plus active dans les secteurs de l alimentation et du bâtiment, tout en sachant que la nature de certains métiers ou branches professionnelles imposent leurs propres limites. Pour environ 70% des artisans utilisateurs actifs de la vente en ligne, l e-commerce représente moins de 5% dans le chiffre d affaires de l entreprise. Pour 13% d entre eux, cette part oscille entre 5% et 9%. 9% déclarent une part de 10% à 29%. Elle résulte principalement de l artisanat de production. Enfin, pour environ 9% des entreprises, la part d e-commerce représente 30% et plus de leur chiffre d affaires hors taxes. Les réseaux sociaux : «être in» 30% des entreprises artisanales de la région Nord-Pas de Calais sont inscrites et visibles sur un réseau social. Le taux de présence dans les réseaux sociaux varie de 16% dans le secteur de l alimentation à 38% dans celui des services. Près de 66% des artisans inscrits dans les réseaux sociaux le sont sur Facebook qui confirme son leadership. «Etre dans le coup» est un motif souligné par près de 27% des déclarations, variant de 21% dans le secteur du bâtiment à 60% dans celui de l alimentation. La recherche de la notoriété et l affirmation numérique d une image de marque de l entreprise artisanale sont visées par 23% des répondants. Visions et attentes des artisans vis-à-vis des TIC Les avantages et inconvénients des TIC Le gain de temps et d argent est un avantage sensible pour environ 14% des répondants. L amélioration de l image de marque de l entreprise via internet est un second avantage pour 13% des artisans de l enquête. L optimisation de la gestion globale de l entreprise est citée par près de 7% des répondants tandis que le gain d une nouvelle clientèle et donc de nouvelles parts de marché est cité par près de 6% d entre eux. L amélioration des relations avec les partenaires de l entreprise arrive au dernier rang avec 2,5% des artisans. Pour certains chefs d entreprises artisanales de la région, les TIC n ont pas que des avantages mais présentent quelques risques qui opèrent comme obstacles à leur volonté d intégrer pleinement et en toute confiance l économie numérique. La complexité technique des TIC, leur coût et leur rentabilité n apparaissant pas immédiatement sont les principaux inconvénients cités par environ le tiers des répondants. 6

7 Les attentes et besoins des artisans pour développer l utilisation des TIC dans leur entreprise (en %) Matériel informatique et logiciel Auto-formation Formation externe Aide, conseil et tutorat Autre formation Total 73,2 12,2 7,8 6,8 100 Internet 81,0 9,8 4,9 4,3 100 Création et gestion du site web 46,9 25,7 21,2 6,2 100 E-commerce 69,0 12,1 6,9 12,0 100 Signature électronique (certificat) 64,2 9,0 16,4 10,4 100 E-administration 67,9 8,3 14,7 9,1 100 Réseaux sociaux 82,8 5,1 4,0 8,1 100 Machines à commandes numériques et CFAO 45,5 20,5 11,4 22,6 100 Les attentes vis-à-vis des TIC 20% des chefs d entreprise artisanales de la région souhaitent bénéficier d un accompagnement durable sous la forme de conseils personnalisés (8%), de formations spécifiques (6%) ou d appui et assistance technique individualisée (6%). C est une demande forte qui concerne les quatre grands secteurs d activité de l artisanat. Un coût d équipement informatique et internet réduit et une meilleure sécurité numérique au sens large sont les deux autres principales attentes des artisans de notre enquête (20% des déclarations), tous secteurs d activité confondus. L aide financière directe ou la subvention est une attente sensible mais ne recueille, que 8% de déclarations. La formation des artisans aux TIC L auto-formation semble prédominante dans l acculturation numérique des chefs d entreprise artisanale de la région, quel que soit l outil TIC considéré. En effet, l auto-formation varie de 47% pour la création et la gestion du site web à 83% pour l inscription dans les réseaux sociaux. Même pour l utilisation de machines à commandes numériques, l autoformation est très présente (46%) Le recours à la formation externe aux TIC varie de 10% pour les généralités de l internet à 26% pour la création et la gestion du site web. Elle est de 21% pour les machines à commandes numériques et conception et fabrication assistée par ordinateur (CFAO). L accompagnement aux TIC (conseils personnalisés et tutorat) se révèle important et essentiel dans les fonctions numériques spécialisées ou sensibles : 21% pour la création et la gestion de site web, 16% pour la signature électronique et 15% pour les formalités en ligne (e-administration). Approche numérique régionale comparée Profitant d un environnement numérique favorable et d une offre commerciale et technologique en évolution perpétuelle, l artisanat du Nord- Pas de Calais a su bien s équiper et se connecter tout en réduisant ses écarts par rapport à des entreprises de plus grande taille ou d activité plus adaptée au marché numérique. L artisanat se trouve donc dans les bonnes moyennes régionales d équipement (informatique, téléphonie et ordinateurs portables ) ou très légèrement supérieurs à celles-ci pour ce qui concerne la téléphonie sur IP (Internet Protocol), sachant que cette dernière a pris son essor depuis L artisanat reste dans la moyenne régionale pour la connexion à internet et a fait de nets progrès pour 7

8 l abandon de l information / communication papier au profit de l (78% des relations avec sa clientèle). Des efforts substantiels restent à réaliser pour les échanges de données informatisées (EDI) tant avec l administration sociale et fiscale qu avec les services bancaires et financiers. La réalisation de site web se développe dans l artisanat (57% en 2013 contre 56% pour les autres secteurs en 2007) mais reste insuffisante en matière de vente en ligne (prise de commandes fermes et paiement sécurisé). L e-commerce demeure une pratique rudimentaire dans l artisanat régional (7% de vente en ligne en 2013). Un effort tout particulier est à porter sur ce nouveau mode de commercialisation qui ne cesse de prendre de l ampleur avec les nouvelles modalités de consommation en ligne des Français. Un artisanat régional intégré dans l économie numérique On peut dire qu en 2013, les entreprises artisanales du Nord-Pas de Calais présentent de bons indicateurs d intégration numérique en termes d équipement informatique et logiciel, de présence dans les réseaux sociaux, de pratique de l outil Internet... Les TIC ont permis aux artisans d améliorer et de fluidifier les relations avec les différents partenaires de l entreprise. Des efforts sont à réaliser pour l usage de l échange de données informatisées (EDI) avec l administration sociale et fiscale (6% en moyenne) et les services bancaires et financiers (3%). Des potentiels de développement à exploiter On estime à 45 millions le nombre de cyberacheteurs potentiels en France. Il reste à l artisanat de ne pas manquer cette nouvelle clientèle et ces nouveaux segments de marché. Pour cela, les entreprises artisanales régionales doivent consolider leurs usages numériques tels : La veille technologique et concurrentielle utilisée par seulement une entreprise sur cinq La visibilité numérique (site web) permettant ainsi la valorisation de l activité artisanale Le développement commercial en ligne (e-commerce). Par ailleurs, il convient d apporter aux entreprises artisanales, tout le soutien nécessaire en matière de sensibilisation au numérique pour les plus éloignées de la culture numérique, mais aussi de formation à l utilisation des outils numériques (qu ils soient généralistes ou spécifiques aux métiers et aux activités). Etude réalisée grâce au concours financier de l Etat : Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi (DIRECCTE), Préfecture de la région Nord-Pas de Calais. «Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais» Une publication de la Chambre de métiers et de l'artisanat de Région Nord-Pas-de-Calais Direction des Projets Transversaux Observatoire Régional de l Artisanat 8

Destination entreprise numérique. Enquête sur les équipements et usages des entreprises dans le domaine des TIC dans les Alpes de Haute-Provence

Destination entreprise numérique. Enquête sur les équipements et usages des entreprises dans le domaine des TIC dans les Alpes de Haute-Provence Destination entreprise numérique Enquête sur les équipements et usages des entreprises dans le domaine des TIC dans les Alpes de Haute-Provence La maîtrise des Technologies de l Information et de la Communication

Plus en détail

Vendre en ligne, par où commencer? Michaël BOURGEONNIER, Gérant de l'agence Paprika Studio

Vendre en ligne, par où commencer? Michaël BOURGEONNIER, Gérant de l'agence Paprika Studio Vendre en ligne, par où commencer? Michaël BOURGEONNIER, Gérant de l'agence Paprika Studio Vendre en ligne, par où commencer? Intervenant : Michaël Bourgeonnier Agence de communication : PaPrika Studio,

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Observatoire des Technologies de l Information

Observatoire des Technologies de l Information Introduction L ANRT dispose actuellement d un ensemble d observatoires décrivant la situation marocaine en matière de téléphonie mobile, téléphonie fixe, transmission de données et de marché de l Internet.

Plus en détail

Dossier de presse 2015

Dossier de presse 2015 Dossier de presse 2015 Des professionnels qualifiés Un gage de confiance pour le consommateur Contacts presse Qualit EnR Cecil Bonnesoeur - 01 48 78 70 51 - communication@qualit-enr.org Rumeur Publique

Plus en détail

Technologie de l information et de la communication et Commerce de proximité

Technologie de l information et de la communication et Commerce de proximité Technologie de l information et de la communication et Commerce de proximité Enquête réalisée au premier trimestre 2004 auprès de 300 commerçants implantés sur la circonscription de la CCI Contexte Aujourd

Plus en détail

Les chiffres des entreprises bas-normandes

Les chiffres des entreprises bas-normandes Les chiffres des entreprises bas-normandes Équipements et connexion Sommaire 1 - Équipement des entreprises en ordinateur et en connexion internet........ 15 2 - Les types de connexions internet dans les

Plus en détail

Le développement du e-commerce et la relation-clients

Le développement du e-commerce et la relation-clients N 8 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le développement du e-commerce et la relation-clients

Plus en détail

Zone 3 villes de plus de 2 500 habitants. Zone 4 zones rurales 0,40 0,39 0,36 0,27. Zone 3 villes de plus de 2 500 habitants. Zone 4 zones rurales

Zone 3 villes de plus de 2 500 habitants. Zone 4 zones rurales 0,40 0,39 0,36 0,27. Zone 3 villes de plus de 2 500 habitants. Zone 4 zones rurales Les TIC dans les entreprises traditionnelles L équipement des entreprises traditionnelles Le niveau d équipement (Base = ensemble des entreprises soit 500) Nombre de PC par salarié Nbre de PME de 5 à 250

Plus en détail

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications Mesure n 1 : permettre au consommateur de déverrouiller son téléphone portable au bout de 3

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

Publicité et traitement de l image. ressources humaines

Publicité et traitement de l image. ressources humaines Artisans 2016 Conjoints Collaborateurs Salariés Comptabilité et gestion Informatique et bureautique Développement de l entreprise Publicité et traitement de l image Internet ressources humaines COMMUNICATION

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Le e-business. Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés?

Le e-business. Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés? Le e-business Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés? Philippe Delaide Spécialiste e-business Les Spécialistes du Cabinet TOPS Consult est une Direction Développement

Plus en détail

AUGMENTEZ VOS VENTES EN LIGNE ET EN MAGASIN!

AUGMENTEZ VOS VENTES EN LIGNE ET EN MAGASIN! AUGMENTEZ VOS VENTES EN LIGNE ET EN MAGASIN! La stratégie digitale des boutiques textiles en Suisse Romande Dans ce dossier, vous apprendrez: à reconnaître vos opportunités commerciales et marketing sur

Plus en détail

RGE 2009. Recensement Général des entreprises en 2009. Principaux résultats - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - -

RGE 2009. Recensement Général des entreprises en 2009. Principaux résultats - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - - REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie - - - - - REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland - - - - - INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - - RGE 2009

Plus en détail

VOUS ETES UN ACTEUR DU E-COMMERCE ARDECHOIS!

VOUS ETES UN ACTEUR DU E-COMMERCE ARDECHOIS! Si vous ne parvenez pas à lire correctement ce message : cliquez ici et allez dans communiqué de presse INFORMATIQUE - INTERNET - TELECOMMUNICATIONS VOUS ETES UN ACTEUR DU E-COMMERCE ARDECHOIS! En 2012,

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

Journée départementale de la création d entreprise

Journée départementale de la création d entreprise Dossier de presse Journée départementale de la création d entreprise Une journée pour tester son projet page 1 Le programme page 2 Des rencontres virtuelles page 3 Les chiffres de l artisanat page 4 à

Plus en détail

Près de 90% d internautes prépareront les fêtes de fin d année en ligne et 30 millions d internautes achèteront leurs cadeaux de Noël sur internet

Près de 90% d internautes prépareront les fêtes de fin d année en ligne et 30 millions d internautes achèteront leurs cadeaux de Noël sur internet Levallois, le 18 novembre 2015 Près de 90% d internautes prépareront les fêtes de fin d année en ligne et 30 millions d internautes achèteront leurs cadeaux de Noël sur internet Noël 2015 sur internet

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales du 01/07/2015 au 31/12/2015

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales du 01/07/2015 au 31/12/2015 n 8 - JANVIER 216 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 24 58 c est * le nombre d entreprises 25 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne fin décembre. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

Diagnostic Numérique du Territoire

Diagnostic Numérique du Territoire Diagnostic Numérique du Territoire Introduction Dans le cadre d une d é m a r c h e d accompagnement de ses prestataires touristiques par rapport aux outils numériques, l Office de Tourisme de la Vallée

Plus en détail

L intégration des TIC est encore incomplète dans les entreprises

L intégration des TIC est encore incomplète dans les entreprises L intégration des TIC est encore incomplète dans les entreprises Sonia Besnard, Chantal Biré et Patrice Victor* Presque toutes les entreprises d au moins dix salariés sont connectées à l internet, en France

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

Nombre de produits gérés. Objectif sur mesure. 1984 15 265 191 200 personnes 14 500. Création SAS au capital. Nombre de.

Nombre de produits gérés. Objectif sur mesure. 1984 15 265 191 200 personnes 14 500. Création SAS au capital. Nombre de. Leasecom, inventons L accompagnement durable Créée en 1984, spécialiste de la location évolutive, Leasecom gère les réseaux intelligents (informatique, bureautique et téléphonie) de plus de 12 000 entreprises

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Artisans, Commerçants, Entreprises Comment gérer votre présence sur Internet?

Artisans, Commerçants, Entreprises Comment gérer votre présence sur Internet? Artisans, Commerçants, Entreprises Comment gérer votre présence sur Internet? Les clients et le numérique Pourquoi l outil Internet? L équipement des clients : 83 % des français disposent d un accès internet

Plus en détail

Union régionale des Scop d Aquitaine

Union régionale des Scop d Aquitaine Union régionale des Scop d Aquitaine DOSSIER DE PRESSE AVEC LE SOUTIEN DE NOS PARTENAIRES : Sommaire Page 3 1) Les Scop, les salariés co-entrepreneurs Page 4 2) Un modèle entrepreneurial d actualité Page

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 COMMUNIQUÉ DE PRESSE ACTIVITÉS ET RÉSULTATS 2014 LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 UNE BANQUE LEADER SUR SON TERRITOIRE CONQUÉRANTE SUR DE NOUVEAUX MARCHÉS INNOVANTE DANS SES SERVICES ET TOUJOURS PROCHE DE

Plus en détail

L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES

L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES NEWSLETTER DÉCEMBRE 2015 Sous la direction d André Letowski L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES Ce mois-ci nous vous proposons 6 axes d analyses La conjoncture : une légère amélioration,

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Sales. Solution complète de gestion des forces de ventes, des campagnes marketing et du support UNE VISION GLOBALE DU CLIENT

Sales. Solution complète de gestion des forces de ventes, des campagnes marketing et du support UNE VISION GLOBALE DU CLIENT Sales Solution complète de gestion des forces de ventes, des campagnes marketing et du support UNE VISION GLOBALE DU CLIENT Une gestion performante de la relation client L expertise métier de Sage et la

Plus en détail

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 -

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 - MARTINE PINVILLE SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

BAROMÈTRE 2014. Étude sur le niveau d appropriation des TIC en Corse. Ménages / Collectivités locales / Entreprises / Tourisme / Éducation

BAROMÈTRE 2014. Étude sur le niveau d appropriation des TIC en Corse. Ménages / Collectivités locales / Entreprises / Tourisme / Éducation BAROMÈTRE 2014 Étude sur le niveau d appropriation des TIC en Corse Ménages / Collectivités locales / Entreprises / Tourisme / Éducation BAROMÈTRE 2014 I ÉTUDE SUR LE NIVEAU D APPROPRIATION DES TIC EN

Plus en détail

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création.

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création. n 182 - mai 2016 L économie en Île-de-France Enjeux Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création En 2013, hors statut de l auto-entrepreneur, les trois

Plus en détail

BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014

BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014 10-1-1 BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014 CONTEXTE ET ENJEUX Avec plus de 3100 entreprises certifiées en France, la marque PEFC continue à gagner en visibilité

Plus en détail

BAROMÈTRE e-commerce : l achat en ligne Vague 5

BAROMÈTRE e-commerce : l achat en ligne Vague 5 BAROMÈTRE e-commerce : l achat en ligne Vague 5 Principaux résultats extraits du rapport complet Contacts : Frédérique BONHOMME TEL : 01 40 92 27 68 Isabelle HENRI TEL : 01 40 92 57 01 Septembre 2007 Baromètre

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 11 - Janvier Edition Lyon Rhône LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE Au cours des derniers mois de l année, le niveau d activité

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

Enquête : les sous-traitants bourguignons

Enquête : les sous-traitants bourguignons Enquête : les sous-traitants bourguignons Octobre 2014 707 établissements bourguignons ont été identifiés comme travaillant en sous-traitance en mécanique générale, assemblage-soudage, chaudronnerie-tôlerie,

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

Colruyt industrialise sa gestion des risques avec MEGA

Colruyt industrialise sa gestion des risques avec MEGA industrialise sa gestion des risques avec MEGA Principaux objectifs Industrialiser l évaluation, le suivi et le contrôle des risques opérationnels. Disposer d un référentiel unique d informations fiables,

Plus en détail

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION TREMPLIN

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION TREMPLIN STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION TREMPLIN Juin 2011 Présentation du déroulement du stage Chaque partie est sous la responsabilité d un animateur et comprend des périodes de cours, des périodes de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE > Communiqué de presse > Programme cérémonie Artisan en Or > La démarche Artisan en Or > Présentation de la CMA du Nord Pas-de-Calais > Présentation de la CGAD > Liste des Artisans

Plus en détail

Beauté & Bien-être Rencontre d affaires avec des distributeurs Allemagne Du 7 au 9 octobre 2014

Beauté & Bien-être Rencontre d affaires avec des distributeurs Allemagne Du 7 au 9 octobre 2014 Beauté & Bien-être Rencontre d affaires avec des distributeurs Allemagne Du 7 au 9 octobre 2014 L Allemagne, votre prochain rendez-vous Ubifrance 80 millions d habitants, 1 er marché européen & 5 ème marché

Plus en détail

Présentation de l UGAP

Présentation de l UGAP 2013 Statut et mission PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L UNION DES GROUPEMENTS D ACHATS PUBLICS (UGAP) L UGAP est un établissement public industriel et commercial créé en 1985 et placé sous la double tutelle

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Comment restaurer la confiance des consommateurs? Les nouvelles stratégies des fournisseurs d énergie

Comment restaurer la confiance des consommateurs? Les nouvelles stratégies des fournisseurs d énergie Comment restaurer la confiance des consommateurs? Les nouvelles stratégies des fournisseurs d énergie New Energy Consumer : La nouvelle étude sur les attentes des consommateurs d énergie Focus sur la France

Plus en détail

COMMERCE BIO SOMMAIRE

COMMERCE BIO SOMMAIRE COMMERCE BIO SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE BIO... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE BIO... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE BIO... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE BIO... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR...

Plus en détail

APPEL A PROJET SITE INTERNET d E-COMMERCE DOSSIER DE PRESENTATION

APPEL A PROJET SITE INTERNET d E-COMMERCE DOSSIER DE PRESENTATION >>>>>> APPEL A PROJET SITE INTERNET d E-COMMERCE DOSSIER DE PRESENTATION L e-commerce ou le commerce électronique se défini comme l ensemble des transactions commerciales à destination des particuliers

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 14 septembre 2007 C2007-87 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 3 août 2007,

Plus en détail

LES ATELIERS NUMÉRIQUES

LES ATELIERS NUMÉRIQUES VALLEE DU LOT ET DU VIGNOBLE LES ATELIERS NUMÉRIQUES www.tourisme-lot-vignoble.com 1 Automne/Hiver 2014 OFFICE DE TOURISME de la Vallée du Lot et du Vignoble Sommaire 2 Internet et l E-tourisme 3 E-tourisme.

Plus en détail

CONSEIL DE LA FORMATION EXERCICE 2015

CONSEIL DE LA FORMATION EXERCICE 2015 CONSEIL DE LA FORMATION EXERCICE 2015 MODALITES DE PRISE EN CHARGE DES FORMATIONS à la gestion et au développement des entreprises Conseil de la Formation du 16 décembre 2014 1.- CRITERES DE RECEVABILITE

Plus en détail

Observatoire des technologies de l information. Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013

Observatoire des technologies de l information. Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013 Observatoire des technologies de l information Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013 Juin 2014 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 METHODOLOGIE... 3 2.1 Type d enquête et taille de l échantillon...

Plus en détail

REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 COMMERCE À DISTANCE

REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 COMMERCE À DISTANCE REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 COMMERCE À DISTANCE SOMMAIRE Page 04 DONNÉES ÉCONOMIQUES Page 06 DONNÉES EMPLOI Page 08 DONNÉES FORMATION Page 10 ZOOM SUR LES PRINCIPAUX DISPOSITIFS EMPLOI AVANT-PROPOS

Plus en détail

Actualité liée au traitement des dossiers Retraite de la Carsat Nord-Picardie

Actualité liée au traitement des dossiers Retraite de la Carsat Nord-Picardie Actualité liée au traitement des dossiers Retraite de la Carsat Nord-Picardie 1 Point presse 28 janvier 2015 Contact : Carsat Nord-Picardie Emel CAGLAR Chargée de relations presse emel.caglar@carsat-nordpicardie.fr

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT

COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT...

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

TRAVAUX DE SERRURERIE

TRAVAUX DE SERRURERIE TRAVAUX DE SERRURERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DES TRAVAUX DE

Plus en détail

«Les ateliers commerciaux de l entrepreneur»

«Les ateliers commerciaux de l entrepreneur» «Les ateliers commerciaux de l entrepreneur» Philippe Vachet et Leadwork sont heureux de vous présenter leur nouveau concept de formations collectives «à la carte», adapté aux petites entreprises, aux

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Axe 4 du programme RAUDIN. Les Rencontres Qualiméditerranée

Axe 4 du programme RAUDIN. Les Rencontres Qualiméditerranée Axe 4 du programme RAUDIN Les Rencontres Qualiméditerranée Le programme de recherche Un projet mené dans le cadre du programme RAUDIN - En partenariat avec l Europe, la Préfecture de la région Aquitaine

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

ÊTES-VOUS PRÊT À RELEVER LE CHALLENGE DE LA QUALITÉ DES DONNÉES?

ÊTES-VOUS PRÊT À RELEVER LE CHALLENGE DE LA QUALITÉ DES DONNÉES? ÊTES-VOUS PRÊT À RELEVER LE CHALLENGE DE LA QUALITÉ DES DONNÉES? Livre blanc, mars 2007 Étude réalisée par l agence Dynamic Markets commissionnée par QAS Recherche Indépendante conduite par Dynamic Markets

Plus en détail

Le baromètre fête cette année ses 10 ans :

Le baromètre fête cette année ses 10 ans : Ce baromètre créé en 2004 et produit par l Assemblée des Communautés de France (AdCF) et Ocalia, présente chaque année l évolution et les usages du numérique dans les communautés, qu elles soient de communes,

Plus en détail

ETUDE PROFIL. Acheteurs. Cyber - acheteurs. sommaire. Pénétration de la vente à distance et du e-commerce. Comportement des acheteurs.

ETUDE PROFIL. Acheteurs. Cyber - acheteurs. sommaire. Pénétration de la vente à distance et du e-commerce. Comportement des acheteurs. ETUDE PROFIL Acheteurs à distance Cyber - acheteurs sommaire Pénétration de la vente à distance et du e-commerce Comportement des acheteurs à distance Zoom sur le comportement des Profil des et des Pénétration

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES. Les résultats de l industrie

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES. Les résultats de l industrie LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Les résultats de l industrie Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : D. Sikouk - Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction

Plus en détail

BTS MUC Epreuve ACRC Les savoirs associés à cette épreuve S4 - MERCATIQUE

BTS MUC Epreuve ACRC Les savoirs associés à cette épreuve S4 - MERCATIQUE BTS MUC Epreuve ACRC Les savoirs associés à cette épreuve S4 - MERCATIQUE SAVOIRS S41- Les bases de la mercatique 411- La démarche mercatique la démarche globale de prise en compte du marché LIMITES DE

Plus en détail

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS»

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» Malgré des prix plus élevés, les ventes de produits «verts» en France devraient augmenter de 105%, de 10,6 milliards d euros en 2009 à 21,7

Plus en détail

Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005

Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005 Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire,

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE : UN MARCHÉ EN PLEIN DÉVELOPPEMENT Evolution du chiffre d affaires du e-commerce depuis 2010 +65% sur 3 ans Poids du e- commerce dans l ensemble du commerce 5% en 2012 20% attendu

Plus en détail

Les principales orientations de l actuel plan de développement économique et social sont :

Les principales orientations de l actuel plan de développement économique et social sont : Les principales orientations de l actuel plan de développement économique et social sont : L allégement et transparence des procédures administratives L universalité des services ; L édification de la

Plus en détail

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Suivez l activité des entreprises du Rhône NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre 2014 STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Malgré une fin d année 2013 conclue avec un regain d'activité et des perspectives

Plus en détail

S E N S I T I C 2 - I N D I C A T E U R E N T R E P R I S E S -

S E N S I T I C 2 - I N D I C A T E U R E N T R E P R I S E S - S E N S I T I C 2 - I N D I C A T E U R E N T R E P R I S E S - (un questionnaire pour chaque établissement interrogé) Fiche d'identité : Raison sociale : Effectif : (4 tranches d'effectifs : 0-9 employés,

Plus en détail

Décision n 11-DCC-105 du 7 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Modelabs Group par la société BigBen Interactive

Décision n 11-DCC-105 du 7 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Modelabs Group par la société BigBen Interactive RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-105 du 7 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Modelabs Group par la société BigBen Interactive L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Dématérialisation des documents et des échanges : un marché qui atteint 2 milliards d euros et en croissance de 9%

COMMUNIQUE DE PRESSE. Dématérialisation des documents et des échanges : un marché qui atteint 2 milliards d euros et en croissance de 9% COMMUNIQUE DE PRESSE Nouvelle Etude SERDALAB Dématérialisation des documents et des échanges : un marché qui atteint 2 milliards d euros et en croissance de 9% Paris, le 06 juillet serdalab, le laboratoire

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature PROJET : NOM-PRENOM : NOM-PRENOM : NOM-PRENOM : NOM-PRENOM : Ce document est un exemple de plan d affaires professionnel. Vous êtes libre de vous en inspirer ou d en choisir un autre

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Vendre sur le Net. Pourquoi pas vous?

PROFESSIONNELS. Vendre sur le Net. Pourquoi pas vous? PROFESSIONNELS Vendre sur le Net Pourquoi pas vous? AVANT DE VOUS LANCER IMPORTANT Avant de démarrer votre activité, analysez les besoins du marché. Étudiez les offres et les stratégies de vos concurrents.

Plus en détail

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT Des conditions matérielles adéquates Des locaux identifiés ayant une surface suffisante; Des ressources humaines

Plus en détail

Coopérative Travaux Publics Environnement Services 74

Coopérative Travaux Publics Environnement Services 74 Coopérative Travaux Publics Environnement Services 74 Les Principes d une coopérative La loi n 83-657 du 20 juillet 1983 donne depuis plus de 30 ans un statut légal à la coopérative artisanale. C est un

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Dossier de Presse. Siège Social : 2, rue Jean Baptiste Pigalle 75009 PARIS Tel : 01 48 74 54 00 Fax. : 01 48 74 39 82 Site web : www.siagi.

Dossier de Presse. Siège Social : 2, rue Jean Baptiste Pigalle 75009 PARIS Tel : 01 48 74 54 00 Fax. : 01 48 74 39 82 Site web : www.siagi. Dossier de Presse Siège Social : 2, rue Jean Baptiste Pigalle 75009 PARIS Tel : 01 48 74 54 00 Fax. : 01 48 74 39 82 Site web : www.siagi.com Dossier de Presse SIAGI 2 Sommaire Présentation de la SIAGI,

Plus en détail

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives Les USAGES DES TIC dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives é d i t i o n 2 0 0 9 1 Des ÉQUIPEMENTS qui se sont généralisés Une informatisation qui a atteint un seuil L

Plus en détail

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente La population des sortants des formations des spécialités du commerce et de la vente (cf. méthode) est à dominante féminine que la formation

Plus en détail

Evaluation des Accords Seniors : Enquête auprès des employeurs Aquitains

Evaluation des Accords Seniors : Enquête auprès des employeurs Aquitains aria direccte a q u i t a i n e Collection «Études» N 21 Mars 2013 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI service études, statistiques, évaluation

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Le marché du livre et l émergence d une demande de livre numérique

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Le marché du livre et l émergence d une demande de livre numérique Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique Le marché du livre et l émergence d une demande de livre numérique Céline FEDOU, GFK Philippe PERSON, GFK 17 mars 2009 1 Philippe PERSON (GFK, directeur

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Conférence de presse Vendredi 11 mars 2016. Maison de la Presse de Liège

Conférence de presse Vendredi 11 mars 2016. Maison de la Presse de Liège 1 Le programme «Commerce connecté», pour développer l expertise des commerçants de proximité en matière numérique Conférence de presse Vendredi 11 mars 2016 Maison de la Presse de Liège Intervenants Arnaud

Plus en détail

Certification des compétences

Certification des compétences TRAVAIL TEMPORAIRE Certification des compétences par Denis Lullier et Marc-Olivier Jouan En 1999, le FAF-TT a conduit un projet de validation des compétences professionnelles qui s inscrit dans l expérimentation

Plus en détail

Connaissance de l entreprise

Connaissance de l entreprise Connaissance de l entreprise Qu est-ce que l entreprise? Sur la place du marché : L entreprise est une organisation dont la fonction principale est de produire des biens et des services destinés à la vente,

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

Diagnostic Numérique Territoire de Caen 15/01/2014

Diagnostic Numérique Territoire de Caen 15/01/2014 Diagnostic Numérique Territoire de Caen 2013 1 L Enquête 1. Activité principale des répondants 1030 questionnaires envoyés sur la circonscription CCI Caen Normandie 46 réponses 4,5 % de retours 2 Le Site

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Décembre 2005. Bilan réalisé pour le compte de la Conférence régionale des Élu(e)s de la Côte-Nord et Développement économique Canada.

Décembre 2005. Bilan réalisé pour le compte de la Conférence régionale des Élu(e)s de la Côte-Nord et Développement économique Canada. Bilan 2005 sur l innovation technologique dans les entreprises de la Côte-Nord Rapport N o 2 Portrait des entreprises Décembre 2005 Bilan réalisé pour le compte de la Conférence régionale des Élu(e)s de

Plus en détail

Les Tops et les Flops des TPE en 2011!

Les Tops et les Flops des TPE en 2011! Les Tops et les Flops des TPE en 2011 - Tendances 2012 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Observatoire de la petite entreprise de la FCGA* n 44, en partenariat avec la Banque Populaire Les Tops et les Flops des TPE

Plus en détail