Contact:

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contact: pile.urgences@gmail.com"

Transcription

1 U R G E N C E S NUMERO 3 JUILLET 2015 Contact:

2 PATIENT-TRACEUR TRACEUR La méthode du patient-traceur permet d analyser de manière rétrospective le parcours d un patient de l amont de son hospitalisation jusqu à l aval, en évaluant les processus de soins, les organisations et les systèmes qui concourent à sa prise en charge. La méthode du patient-traceur a une double originalité : elle prend en compte l expérience du patient ; elle permet de réunir les professionnels de l équipe autour de la prise en charge du patient tout au long de son parcours, et favorise ainsi les échanges et la communication entre les acteurs de la prise en charge et avec le patient acteur de celle-ci. Quel que soit le type de prise en charge, la mise en oeuvre de la méthode repose sur : - le choix d un patient correspondant à un profil préalablement défini dont on souhaite analyser la prise en charge ; - l information de ce patient et la recherche de son consentement pour analyser sa prise en charge et le rencontrer lui et/ou ses proches ; - la rencontre du patient d une durée d environ 30 minutes ; - l analyse de la prise en charge avec les professionnels autour du dossier du patient intégrant les résultats de l échange avec le patient et/ou de ses proches et un temps d échange avec les professionnels pour synthétiser, analyser les constats (points positifs et points à améliorer) et prioriser les actions d amélioration à mettre en oeuvre ; - la mise en oeuvre et le suivi des actions d amélioration. Son approche pédagogique, sans jugement ni recherche de responsabilités, permet l adhésion des professionnels et donc un déploiement pérenne de la méthode. Sa mise en œuvre en établissement de santé s inscrit dans la politique et le programme d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins de l établissement. Source: HAS Le patient-traceur en établissement de santé

3 INFIRMIER Il vous est présenté ici une étude réalisée par un infirmier du SAMU13. L objectif était d'améliorer l'efficacité en réduisant le temps moyen pour induire la réanimation cardiorespiratoire parmi une équipe d'urgence. Cette étude a été menée dans un SMUR, auprès de 35 médecins, 24 infirmiers et 14 ambulanciers, évalués de manière prospective. Chaque équipe SMUR (un médecin, une infirmière et un ambulancier) a été placé dans une chambre, avec un mannequin simulant un patient en arrêt cardiaque. Deux étapes ont été réalisées: un premier passage sans instruction, un deuxième passage avec des mesures correctives. Un débriefing a été réalisée pour chaque étape par deux médecins inspecteurs, qui ont noté à chaque passage la durée pour le diagnostic d'un arrêt cardiaque, l'initiation du massage cardiaque et la défibrillation externe, et le délai pour effectuer une intubation trachéale. Les deux scènes ont été filmées et chronométrées. Après la deuxième session, nous avons remarqué une réduction significative de 30% du temps pour diagnostiquer un arrêt cardiaque et, respectivement, 26 et 59% de gain pour l initiation du massage cardiaque et la défibrillation externe. De plus, on peut noter une réduction de temps significative de 28% pour effectuer l intubation oro-trachéale. Les principales mesures de correction ont visé le positionnement et le rôle de chacun. Cette simple évaluation de la pratique professionnelle a permis d économiser jusqu'à 30% de temps pour effectuer une réanimation cardiaque médicale. Préciser le rôle de chaque membre et l'ergonomie autour du patient peut donc aider les équipes pour améliorer la prise en charge et probablement le pronostic. Contact: Gael Debeaudrap IDE SAMU13

4 L E C T U R E Recommandations sur la réanimation du choc hémorragique SFAR Recommandations formalisées d experts (extrait)... De par leurs particularités, l hémorragie digestive et l hémorragie obstétricale ont été exclues du champ de cette RFE. Lors de la phase initiale d un choc hémorragique, tant que le saignement n est pas contrôlé, il est essentiel d éviter une aggravation du saignement par une dilution des facteurs de la coagulation et des objectifs de pression artérielle excessifs, et un retard de traitement d une éventuelle coagulopathie. Il faut probablement tolérer un certain degré d hypotension artérielle (pression artérielle systolique (PAS) = mmhg, en l absence de traumatisme crânien grave) et limiter le remplissage au strict maintien de ces objectifs de pression artérielle pour minimiser les risques d aggravation du saignement tant que l hémostase chirurgicale et/ou radiointerventionnelle n est pas réalisée. Il est recommandé d utiliser en première intention les solutés cristalloïdes lors de la prise en charge initiale du patient en choc hémorragique. L utilisation des spécialités à base d hydroxyéthylamidons (HEA) ne doit s envisager que lorsque l utilisation des cristalloïdes seuls est jugée insuffisante pour maintenir la volémie et en l absence de leurs contre-indications. Après avoir débuté un remplissage vasculaire, il faut probablement administrer un vasopresseur en cas de persistance d'une hypotension artérielle (PAS<80 mmhg). Il faut probablement administrer la noradrénaline en première intention. Dans un contexte d'urgence,et dans l'attente de la pose d'un accès central, cette administration pourra se faire sur une voie périphérique. Il est recommandé qu une procédure locale de gestion de l'hémorragie massive soit élaborée dans chaque structure médico chirurgicale avec une approche multidisciplinaire. Il est recommandé d'administrer de l'acide tranexamique dès que possible dans les trois premières heures de la survenue d un choc hémorragique. La transfusion de plasma doit être débutée rapidement, idéalement en même temps que celle des concentrés de globules rouges (CGR). Il faut probablement transfuser le plasma frais congelé en association avec les CGR avec un ratio PFC:CGR compris entre 1:2 et 1:1. Il est recommandé de mettre en œuvre une transfusion plaquettaire précoce, généralement lors de la deuxième prescription transfusionnelle, pour maintenir la numération des plaquettes au dessus de 50 G/L (100 G/L en cas de traumatisme crânien associé) Source: Recommandations sur la réanimation du choc hémorragique

5 ECHOGRAPHE La société SonoScanner a mis au point un appareil d échographie d un nouveau genre: le U-Lite. Le U-Lite est une tablette tactile de 7 pouces, pesant 860g et d un peu moins de 2cm d épaisseur. Cet échographe trouve ainsi facilement sa place dans la poche de la blouse, idéal pour le médecin «mobile» (préhospitalier, urgences ). L appareil est constitué d une coque métallique gage de robustesse. Le U-Lite s allume en une dizaine de secondes. On a alors accès à quelques paramètres de réglages, peu nombreux mais largement suffisant. La qualité d image est impressionnante, la dalle HD est d excellente facture. La société SonoScanner propose 3 types d appareils avec chacun une sonde fixe. Vous aurez le choix entre une sonde linéaire, une convexe et une phased array. La phased array semble être la plus polyvalente pour la médecine d urgence. Le U-Lite avec sa sonde linéaire semble être plus appréciée par les endocrino et les pneumologues. Tous les U-Lite peuvent faire du doppler. Vous pourrez bien entendu figer l image, revenir en arrière, stocker vos clichés, prendre des mesures, imprimer en WiFi, stocker sur le cloud, etc Le soft de consultation des examens sauvegardés est très bien réalisé, très ergonomique. De plus SonoScanner met à disposition une plateforme de consultation de ses examens via le cloud. Sonoscanner est une société 100% française. Basée à Paris, j ai été très étonné par l attention qu elle porte à ses clients. En effet, le U-Lite a déjà subit plusieurs mises à jour après que plusieurs utilisateurs aient réclamés des modifications logicielles. Petit, léger, au design «Apple-style», vous ne pourrez qu être séduit par cet appareil à moins de euros (avec la garantie de 2 ans). Sources: Geek Médical - Sonoscanner U-Lite

Remerciements aux organisateurs. Pas de conflit d'intérêt. 1 V. Lovi Reims Juin 2014

Remerciements aux organisateurs. Pas de conflit d'intérêt. 1 V. Lovi Reims Juin 2014 Remerciements aux organisateurs Pas de conflit d'intérêt 1 V. Lovi Reims Juin 2014 De la prescription des PSL à la gestion du stock au dépôt de 2 V. Lovi Reims Juin 2014 délivrance Vème Journée inter-régionale

Plus en détail

en santé simulation in situ Au sein de votre service, entraînez vos équipes à la résolution de situations critiques

en santé simulation in situ Au sein de votre service, entraînez vos équipes à la résolution de situations critiques Le Collège des hautes études en médecine (CHEM), fondé en Bretagne en 1988, fait partie des premiers organismes français habilités au titre du développement professionnel continu (DPC). Le CHEM propose

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

Circuit du médicament informatisé

Circuit du médicament informatisé Circuit du médicament informatisé Points vigilance axe fonctionnel SOMMAIRE... 1 FICHE N 1- CONCILIATION DES TRAITEMENTS... 2 FICHE N 2- PRESCRIPTIONS COMPLEXES SERVICES SPECIFIQUES... 3 FICHE N 3- NIVEAU

Plus en détail

et à la PERSONNE en fin de vie

et à la PERSONNE en fin de vie association pour le droit de mourir dans la dignité les DROITS RELATIFS à la PERSONNE MALADE et à la PERSONNE en fin de vie A lire attentivement et à emporter avec vous en cas d hospitalisation Les accueillants

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Diplôme d Ambulancier 1/14 1. CARACTERISTIQUES DE LA SPECIALITE 2. CERTIFICATS PROFESSIONNELS UNITAIRES (CPU) 3. VOIES D ACCES A LA CERTIFICATION 4. DISPOSITIF D EVALUATION

Plus en détail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail Référentiel de compétences du perfusionniste 1 Document de travail Élaboré par : La Société Française de Perfusion La Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire La Société Française

Plus en détail

«La Chambre des erreurs» un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins

«La Chambre des erreurs» un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins SEMAINE SECURITE DES PATIENTS 2013 25 au 29 novembre 2013 OMEDIT CHU Poitiers, coordination des vigilances Principe «La

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

Certification HAS et Méthode du Patient traceur

Certification HAS et Méthode du Patient traceur Certification HAS et Méthode du Patient traceur Réseau des représentants des usagers de ES et du Conseil de vie sociale des EMS 26 septembre 2015 ARLIN Martinique Certification HAS: les évolutions Exigences

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé. l IDE seul face à une situation de détresse médicale

Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé. l IDE seul face à une situation de détresse médicale Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé l IDE seul face à une situation de détresse médicale Le contexte Un IDE peut, dans l exercice de sa profession, être confronté à une situation inopinée

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

«patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr

«patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr «patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr Préambule La méthode du patient-traceur analyse de manière rétrospective le parcours d un patient de l amont de son hospitalisation jusqu à l aval,

Plus en détail

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 18 juillet 2012 N/Réf. : CODEP-PRS-2012-039782 Monsieur le Directeur Hôpital Pitié-Salpêtrière 83, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS Objet : Inspection

Plus en détail

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Dossier de presse Mercredi 22 juillet 2009 Contact presse : Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin 1ére Journée Régionale de la Transfusion Jeudi 02 février 2012 Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin Aphérèse Thérapeutique

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites. Fiche : D3 Vous allez avoir un drainage des voies biliaires Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté

Plus en détail

MEDECINS ET INFIRMIERS ANESTHESISTES CE QUI A CHANGE DE 1984 A 2002

MEDECINS ET INFIRMIERS ANESTHESISTES CE QUI A CHANGE DE 1984 A 2002 MEDECINS ET INFIRMIERS ANESTHESISTES CE QUI A CHANGE DE 1984 A 2002 Le Journal Officiel du 16 février 2002 a publié le décret n 2002-194 du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels et à l'exercice

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE «Comment mettre à jour son compte qualité?»

FICHE TECHNIQUE «Comment mettre à jour son compte qualité?» FICHE TECHNIQUE «Comment mettre à jour son compte qualité?» Procédure de certification Sommaire Préambule... 2 1 - Illustration au travers d un cas concret... 4 1 er Exemple : Établissement ayant obtenu

Plus en détail

Choc hémorragique Tous dans le même panier? Denis Bouchard, Inf Septembre, 2012

Choc hémorragique Tous dans le même panier? Denis Bouchard, Inf Septembre, 2012 Choc hémorragique Tous dans le même panier? Denis Bouchard, Inf Septembre, 2012 Stats 1/3 des traumas majeurs sont coagulopathes dès leur arrivée à l urgence Trauma 1 e cause de décès chez moins de 40

Plus en détail

LOGICIEL POUR CENTRES DE MÉDECINE PHYSIQUE, CENTRES DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION. www.dai.fr

LOGICIEL POUR CENTRES DE MÉDECINE PHYSIQUE, CENTRES DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION. www.dai.fr LOGICIEL POUR CENTRES DE MÉDECINE PHYSIQUE, CENTRES DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION www.dai.fr Découvrez Rééducation & son fonctionnement Un fonctionnement architecturé autour du dossier unique du

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

Vivre autrement la médecine d urgence: vers un changement de paradigme. Marc GIROUD Paris, le 16 mars 2011

Vivre autrement la médecine d urgence: vers un changement de paradigme. Marc GIROUD Paris, le 16 mars 2011 Vivre autrement la médecine d urgence: vers un changement de paradigme Marc GIROUD Paris, le 16 mars 2011 Recours croissant aux structures d urgence Urgences = urgences lourdes + permanence des soins (PDS)

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 2 juin 2016 N/Réf. : CODEP-PRS-2016-021960 Monsieur le Directeur Général Hôpital NECKER 75015 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Appel à candidatures,

Appel à candidatures, Parcours d Education Artistique et Culturelle Communauté de Communes du Cœur de l Avesnois (3CA) Musée-Atelier Départemental du Verre de Sars-Poteries La Communauté de Communes du Cœur de l Avesnois, et

Plus en détail

Salle de déchocage : la check-list du matériel

Salle de déchocage : la check-list du matériel SEBA CORINNE Cadre de Santé SAU CONCEPTION MARSEILLE Salle de déchocage : la check-list du matériel Les urgences vitales ne constituent qu une minorité des cas de prise en charge dans un service d urgence,

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE

NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE Contexte : Le traitement personnel est défini comme l ensemble des traitements médicamenteux en cours au moment

Plus en détail

HÉMORRAGIE DU POST-PARTUM

HÉMORRAGIE DU POST-PARTUM Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2012 Sfar. Tous droits réservés. HÉMORRAGIE DU POST-PARTUM V. Cohadon, G. Rubéo-lisa, C. Fournier, H. Keita* Service d Anesthésie, Hôpital Louis-Mourier,

Plus en détail

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM Dossier de presse Canicule Organisation de l AP-HM Eté 2013 1 Canicule Organisation de l AP-HM pour la prise en charge des patients Durant l été 2003, les hôpitaux français ont été confrontés à la prise

Plus en détail

L article R. 4311-12 du code de la santé publique définit le champ d activité de l IADE :

L article R. 4311-12 du code de la santé publique définit le champ d activité de l IADE : RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS DU MÉTIER D INFIRMIER-ANESTHÉSISTE ANNEXE I de l Arrêté du 23 juillet 2012 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d infirmier anesthésiste BO Santé Protection sociale

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Direction de l établissement C.H.U. de Limoges - Hôpital Dupuytren 2 Avenue Martin Luther-King 87042 LIMOGES Cedex

Direction de l établissement C.H.U. de Limoges - Hôpital Dupuytren 2 Avenue Martin Luther-King 87042 LIMOGES Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2015-027241 Orléans, le 9 juillet 2015 Direction de l établissement C.H.U. de Limoges - Hôpital Dupuytren 2 Avenue Martin Luther-King 87042 LIMOGES Cedex

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

LES TÉLÉSERVICES EN PRATIQUE. Créer un Certificat Médical Accident du Travail Maladie Professionnelle en ligne

LES TÉLÉSERVICES EN PRATIQUE. Créer un Certificat Médical Accident du Travail Maladie Professionnelle en ligne LES TÉLÉSERVICES EN PRATIQUE Créer un Certificat Médical Accident du Travail Maladie Professionnelle en ligne Pour accéder au téléservice CM AT/MP : URL : https://espacepro.ameli.fr Insérer la carte CPS

Plus en détail

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session Tbilissi (Géorgie), 15-18 septembre 2008 Point 9 d) de l ordre du jour provisoire EUR/RC58/Inf.Doc./2 28 juillet 2008 80849 ORIGINAL : ANGLAIS Désignation

Plus en détail

INDICATEUR DE QUALITE

INDICATEUR DE QUALITE Direction de la Santé Publique et de l Offre Médico-Sociale Département de Sécurité des Soins et des Produits de Santé Cellule Régionale d Hémovigilance LE DOSSIER TRANSFUSIONNEL : INDICATEUR DE QUALITE

Plus en détail

Note aux élèves. Une deuxième situation d'évaluation, à travers une production personnelle écrite de 15 pages maximum (annexes non comprises).

Note aux élèves. Une deuxième situation d'évaluation, à travers une production personnelle écrite de 15 pages maximum (annexes non comprises). 1 Note aux élèves L un des objectifs de l enseignement de la Prévention Santé Environnement (PSE) en classe de Baccalauréat Professionnel est de former des acteurs de prévention responsables et autonomes.

Plus en détail

Service de LIVRET D ACCUEIL SOINS À DOMICILE. du Bassin d Arcachon Sud. www.agglo-cobas.fr

Service de LIVRET D ACCUEIL SOINS À DOMICILE. du Bassin d Arcachon Sud. www.agglo-cobas.fr LIVRET D ACCUEIL Service de SOINS À DOMICILE du Bassin d Arcachon Sud EDITO L association «Service de Soins à Domicile du Bassin d Arcachon Sud» s est fixé pour objectif de veiller à contribuer au maintien

Plus en détail

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013 Dossier de Presse Mercredi 10 juillet 2013 Pacte territoire santé Provence-Alpes-Côte d Azur Un pacte, pour quoi faire? Le pacte territoire santé vise à garantir et à renforcer l accès aux soins, en particulier

Plus en détail

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Ph Michel (HCL, Lyon), au nom du CCECQA (Bordeaux) Responsable des études ESPRIT, EVISA, ENEIS 2004, ENEIS 2009 et le groupe

Plus en détail

HÔPITAL NUMÉRIQUE : LES PRODUCTIONS DES EXPERTS

HÔPITAL NUMÉRIQUE : LES PRODUCTIONS DES EXPERTS HÔPITAL NUMÉRIQUE : LES PRODUCTIONS DES EXPERTS Journée nationale Hôpital Numérique ASIEM, 9 avril 2014 Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux 1 Qui sont

Plus en détail

Lien hôpital ville. - douleur chronique

Lien hôpital ville. - douleur chronique Lien hôpital ville - douleur chronique 1 ere année Cette labellisation vise à distinguer des expériences exemplaires et des projets innovants traduisant l'engagement dans la promotion des droits des patients.

Plus en détail

Aide-mémoire personnel

Aide-mémoire personnel Aide-mémoire personnel L Aide-mémoire personnel sert d accompagnement au Guide de référence pour les patients et les familles, conçu pour les personnes aux prises avec le cancer du rein et leur famille.

Plus en détail

N 53 LES FICHES TECHNIQUES. Elaboration et gestion du Compte Qualité. Préambule

N 53 LES FICHES TECHNIQUES. Elaboration et gestion du Compte Qualité. Préambule LES FICHES TECHNIQUES N 53 Elaboration et gestion du Compte Qualité Préambule «Le compte qualité traduit la synthèse des engagements de l établissement concernant son système de management de la qualité

Plus en détail

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 /

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 / 34 / HANDICAP AU TRAVAIL : QUELS SONT VOS DROITS? COMMENT SE DÉCLARER? Grâce à la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

Pr Monnier Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions

Pr Monnier Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions qui peuvent être posées. Bien sûr, la première question est : quels

Plus en détail

Référentiel de la marque «Démarche T»

Référentiel de la marque «Démarche T» V7 Référentiel de la marque «Démarche T» 1 Sommaire SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 LES CRITERES DE LA DEMARCHE T... 4 1. La direction stratégique, premier pilier...4 2. L action des services de production,

Plus en détail

DAO DESSIN INDUSTRIEL SUJET

DAO DESSIN INDUSTRIEL SUJET SUJET Sélections régionales 2012 2011 SOMMAIRE A. Explication du sujet... 5 B. Matériaux et consommables... 9 C. Caisse à outils... 9 D. Barème de correction... 10 E. Annexes... 13 Vous trouverez dans

Plus en détail

L évaluation des politiques et des actions en santé publique

L évaluation des politiques et des actions en santé publique L évaluation des politiques et des actions en santé publique IFSI - Sciences humaines sociales et droit UE 1.2.S3 Santé publique et économie de la santé Dr Nicolas Cocagne et Dr Christophe Segouin Service

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

quelles conditions? quelles recommandations? Marc GIROUD Paris, le 19 décembre 2013

quelles conditions? quelles recommandations? Marc GIROUD Paris, le 19 décembre 2013 quelles conditions? quelles recommandations? Marc GIROUD Paris, le 19 décembre 2013 - Rédigé à partir des travaux de Samu-Urgences de France, - Enrichi après concertation au sein du CNUH (La régulation

Plus en détail

Séminaire CAF ET BSC LE TABLEAU DE BORD PROSPECTIF. Maastricht, 18-20 juin 2008. Organisé par

Séminaire CAF ET BSC LE TABLEAU DE BORD PROSPECTIF. Maastricht, 18-20 juin 2008. Organisé par Séminaire CAF ET BSC LE CADRE D AUTO-EVALUATION DES FONCTIONS PUBLIQUES ET LE TABLEAU DE BORD PROSPECTIF Maastricht, 18-20 juin 2008 Organisé par l Institut européen d administration publique (IEAP) Centre

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Le Programme des chaires de recherche du Canada s engage à favoriser l excellence de la

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER LA RÉANIMATION CARDIORESPIRATOIRE (RCR) ET L UTILISATION D UN DÉFIBRILLATEUR EXTERNE LORS D ARRÊT CARDIORESPIRATOIRE POUR LA CLIENTÈLE ADULTE ET ENFANT (8 ANS ET PLUS) EN

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Catalogue des formations 2015

Catalogue des formations 2015 Catalogue des formations 2015 Education pour la santé Promotion de la santé Sommaire Quelques informations pratiques sur nos formations...4 Promouvoir la santé des publics : quelques fondamentaux...6 Promouvoir

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 18 février 2015.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 18 février 2015. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 03 mars 2015 N/Réf. : CODEP-STR-2015-008561 Centre d Oncologie de Gentilly 2 rue Marie Marvingt 54000 NANCY Objet : Inspection de l'autorité de

Plus en détail

Préparation concours ACCES- Toulouse

Préparation concours ACCES- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation concours ACCES- Toulouse SOMMAIRE : I. Concours ACCES : définition 2

Plus en détail

Audit des potentiels 2014

Audit des potentiels 2014 Audit des potentiels 2014 Analyse du positionnement de l évolution de l entreprise (état d avancement) dans chacune de ses quatre grandes fonctions vitales, ainsi que de la qualité de son environnement

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection Pôle Inspection en Surveillance du Marché Rédacteur : Régis ANDRE Tél : 01 55 87 39 62 Fax : 01 55 87 39 52 Ref : Synthèse Prestataires de services et distributeurs de matériels-v7

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 mai 2010 N/Réf. : CODEP-PRS-2010-027150 Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection Installation : Coronarographie Identifiant de la visite

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière Programme Formation formative Cette formation comprend 4 modules conformément à l arrêté du 26

Plus en détail

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA PROTHROMBINE SEPTEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels 2

Plus en détail

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Nous constatons des problèmes ou des insuffisances dans le fonctionnement actuel de l hôpital. Sur l information et la communication

Plus en détail

Contributions à la Gestion des Opérations dans le Domaine de la Santé

Contributions à la Gestion des Opérations dans le Domaine de la Santé Contributions à la Gestion des Opérations dans le Domaine de la Santé Evren SAHIN Maître de Conférences, HDR Ecole Centrale Paris Laboratoire Génie Industriel evren.sahin@ecp.fr - 1 - La chimiothérapie

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013 FRUSES 2013 AMIENS 1 er octobre 2013 C R C I : démarche de lexpert l expert Docteur Daniel VALET Centre Hospitalier de BEAUVAIS Praticien Hospitalier Chef de Service Anesthésie Réanimation Médecine Légale

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Point d information 1 er décembre 2011 Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Faciliter les relations avec les professionnels

Plus en détail

Dispositif HORIZON EXPORT

Dispositif HORIZON EXPORT Dispositif HORIZON EXPORT Accompagnement et développement des entreprises à l international sur un marché cible : L Allemagne 1 Fort d une expérience de plus de 10 ans dans l accompagnement des entreprises

Plus en détail

On peut aussi faire de belles rencontres dans l immobilier

On peut aussi faire de belles rencontres dans l immobilier Dossier de presse, le 14 Avril 2014 On peut aussi faire de belles rencontres dans l immobilier Locatme.fr, désigné comme le Meetic de l immobilier, est un concept de service en ligne qui facilite et optimise

Plus en détail

Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières

Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières efficience Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières L activité hospitalière présente la particularité d être à la fois non stockable et de répondre

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Actualité et modalités de prise en charge des mineurs isolés étrangers

Actualité et modalités de prise en charge des mineurs isolés étrangers L ACCOMPAGNEMENT DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS PROTECTION DE L ENFANCE Actualité et modalités de prise en charge des mineurs isolés étrangers Programme Le statut juridique du mineur étranger isolé à son

Plus en détail

La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?

La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée? La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?!"#$%&$'()*'+%,%-".'/*'0'%,%#*%."12(*3/$*% 45.6%78% 9-:595.6%.'*;%

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

Prise de position des représentants médicaux SSMUS et. SSAR à l OdA Sauvetage: professions d ambulancier diplômé ES et. de technicien ambulancier

Prise de position des représentants médicaux SSMUS et. SSAR à l OdA Sauvetage: professions d ambulancier diplômé ES et. de technicien ambulancier Prise de position des représentants médicaux SSMUS et SSAR à l OdA Sauvetage: professions d ambulancier diplômé ES et de technicien ambulancier La Société suisse de médecine d urgence et de sauvetage (SSMUS)

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Améliorer la qualité et la sécurité des soins

Améliorer la qualité et la sécurité des soins HORS SÉRIE CERTIFICATION Avril 2015 Journal du Groupement des Hôpitaux de l Institut Catholique de Lille Améliorer la qualité et la sécurité des soins Une certification au service des démarches d amélioration

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

ACCORD CADRE ENTRE L ETAT, POLE EMPLOI ET LES RESEAUX DE L IAE

ACCORD CADRE ENTRE L ETAT, POLE EMPLOI ET LES RESEAUX DE L IAE ACCORD CADRE ENTRE L ETAT, POLE EMPLOI ET LES RESEAUX DE L IAE Annexe 2 : L agrément IAE délivré par Pole-emploi 1 Préambule Cette annexe a pour objectif d expliciter les enjeux et les principes partagés

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

Organisation des services médicaux en prison : les UCSA

Organisation des services médicaux en prison : les UCSA La santé en prison informations générales Organisation des services médicaux en prison : les UCSA Au sein de chaque établissement, les soins médicaux sont assurés par une UCSA (unité de consultations et

Plus en détail

des défibrillateurs dans le métro de marseille

des défibrillateurs dans le métro de marseille 25 Juin 2010 des défibrillateurs dans le métro de marseille Contact Presse : Christiane D'ANDREA 04.91.10.55.20. c.dandrea@rtm.fr En France, on compte 40 000 à 60 000 morts par arrêt cardiaque chaque année

Plus en détail