Résumé. Version du heg,fm,mzi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi"

Transcription

1 Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande-Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Version du heg,fm,mzi Résumé Les coûts des médicaments délivrés par les médecins et les pharmaciens représentent 21% des dépenses totales de l assurance-maladie obligatoire. Si on y ajoute les coûts des médicaments fournis par les hôpitaux, la part des médicaments dans les dépenses de santé des assurés s élève actuellement à 25%. Sur la base de ce constat, santésuisse a entrepris de comparer les prix des médicaments en Suisse avec ceux pratiqués à l étranger. Comme au cours des deux années précédentes, santésuisse a comparé les prix des médicaments dans différents pays. 1 Méthode de comparaison 1.1 Pour son étude comparative des prix des médicaments, santésuisse a retenu l Allemagne (D), les Pays-Bas (NL), le Danemark (DK), la Grande-Bretagne (GB), la France (F), l Italie (I) et l Autriche (A). Les quatre premiers pays cités sont les principaux pays de référence pris actuellement en compte par l Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour la formation des prix. Nos trois voisins que sont la France, l Italie et l Autriche sont également pris en considération par l OFSP pour la fixation des prix, mais uniquement à titre de «pays de comparaison subsidiaires». 1.2 Choix des produits L étude a porté sur les préparations originales de la liste des spécialités (LS) les plus vendues dans chacun des pays de comparaison et permettant une comparaison. Les médicaments enregistrant les ventes les plus élevées représentent 51% du chiffre d affaires global des médicaments délivrés dans le cadre d un traitement ambulatoire reconnu par l assurance obligatoire des soins (AOS). Les médicaments fournis par les hôpitaux n ont pas été pris en compte dans l étude. Les produits génériques ont été soumis à une étude comparative des prix séparée dont les résultats sont résumés dans un rapport distinct. santésuisse n a retenu pour son étude que les médicaments pour lesquels elle disposait du prix public et du prix d usine ou tout du moins du prix d achat du pharmacien en Suisse et dans les pays de comparaison. Un médicament produit en Suisse n étant pas systématiquement vendu dans les sept pays du groupe de référence, la composition des paniers de D, NL, DK, GB, F, I et A n est pas exactement la même. Précisons toutefois que cet aspect n entrave nullement la comparabilité des paniers de biens, et qu il est donc tout à fait possible d examiner et de mettre en parallèle les données des différents pays de comparaison. 1

2 1.3 Prix de comparaison L étude ayant été réalisée au cours du deuxième semestre 2006 ou du premier semestre 2007, les prix ont été comparés sur la base du prix public (PP) et du prix d usine (PU) voire du prix d achat du pharmacien (PAP) de l année 2006 ou Le prix public se compose du prix d usine auquel se rajoute une marge de distribution, mais hors taxe sur la valeur ajoutée (T.V.A.), forfaits, rabais et frais. En ce qui concerne les frais, il convient de préciser que leur montant varie d un pays à l autre et/ou qu il n est pas possible d en estimer le montant exact pour l ensemble des médicaments sous revue. Quant à l absence de prise en considération de la T.V.A., elle s explique par le fait que son évolution relève davantage de la politique fiscale d un pays que de sa politique en matière de prix. Un relèvement de la T.V.A. destiné à financer l AVS, par exemple, ne doit pas altérer le résultat d une comparaison des prix des médicaments. Dans les pays de comparaison NL et DK, le prix d achat du pharmacien a dû être prix en compte car il n existe pas de PU fixe dans ces deux pays. Selon l OFSP, il faut retirer 2 à 10% du PAP au DK et entre 6-12% aux NL pour obtenir le PU. Le PU est négocié dans ces deux pays, raison pour laquelle on ne dispose pas d informations officielles. Les PU de la GB ont été calculés selon la méthode de l OFSP, c est-à-dire en déduisant 12,5% du prix NHS (National Health Service). En Suisse, la LS est mise à jour chaque mois. En conséquence, le prix d un médicament est susceptible de varier en cours d année. Les données relatives aux prix des médicaments pratiqués en 2006/2007 en D, NL, DK, GB, F, I et A étant parvenues à santésuisse à des dates différentes ce qui implique au demeurant qu elles ont été recueillies à des dates différentes la comparaison des prix entre la Suisse et les pays de comparaison a été effectuée systématiquement à période (mois) identique comme représenté dans la figure 1: Prix (mois an) Pays Taux de change de l OFSP pour l étude 2007 Variation du taux de change par rapport à l année précédente Liste des spécialités d octobre A, I 1 EUR = CHF 1,56 + 1,3% 2006 Liste des spécialités de novembre NL 1 EUR = CHF 1,56 + 1,3% 2006 Liste des spécialités de novembre DK 1 DDK = CHF 20, + 0,8% 2006 Liste des spécialités de décembre D 1 EUR = CHF 1,56 + 1,3% 2006 Liste des spécialités de janvier GB 1 GBP = CHF 2,33 + 4,0% 2007 Liste des spécialités de mai 2007 F 1 EUR = CHF 1,58 + 2,6% Graphique 1: Comparaison des prix dans les différents pays Afin d obtenir le résultat le plus précis possible, le PP (PU voire PAP, marge de distribution comprise mais sans la T.V.A., etc.) et le PU/PAP pour chaque pays et pour chaque médicament entrant dans la comparaison avec la Suisse ont été définis par unité (par exemple, prix par plaquette de pilules de même dosage) et comparés avec le prix analogue en Suisse. Ce faisant, il a pu être tenu compte de la diversité des situations sur le marché des médicaments dans les pays sous revue. A l étranger, le dosage et le conditionnement des médicaments ne sont pas toujours les mêmes qu en Suisse. Aussi, les différences de prix en termes absolus et en termes relatifs ont-elles été calculées pour chaque unité et pour chaque médicament. Les différences de prix en termes relatifs ont été pondérées par le chiffre d affaires dégagé en 2006 par les médicaments concernés, ce qui a permis de calculer le potentiel d économies en termes absolus (exprimé en millions de CHF). 2

3 L emballage ayant généré le plus de chiffre d affaires par nom de marque a servi à la comparaison. Lorsqu il n était pas disponible à l étranger, l unité d emballage la plus similaire a été retenue et comparée avec l unité la plus proche en Suisse. Lors de la sélection de l unité d emballage la plus similaire, la priorité a été accordée au dosage et après seulement à la taille de l unité d emballage. 1.4 Base de comparaison: taux de change Les prix ont été comparés en tenant compte d un taux de change nominal. Il y a toutefois lieu de considérer l évolution des cours de change dans l interprétation des résultats. Afin d annuler l effet d éventuelles variations journalières, les prix ont été convertis sur la base du taux de change officiel de l OFSP pour le semestre concerné. (Source: fr) Un franc faible entraîne des écarts de prix moins importants avec l étranger, les prix des médicaments en Suisse étant toujours plus élevés qu à l étranger. Le taux de change actuel de CHF 1,65 (en juillet 2007) est le taux le plus élevé atteint par l euro depuis son introduction sur le marché des devises. Si ce taux de change avait été utilisé, les économies par rapport à l étranger auraient été inférieures de 4% par rapport au taux de change de CHF 1,56 voire de 6% par rapport à celui de CHF 1,58. Mais il ne s agit là que d une hypothèse car nous avons recueilli les prix lorsque le taux de change était encore plus bas. Par ailleurs, l OFSP calcule le taux de change moyen et fixe les prix sur la base de ce dernier. Etant donné que nous avons utilisé le taux de change de l OFSP, notre étude comparative des prix est directement liée au critère d économicité de la loi sur l assurance-maladie (LAMal): par rapport au taux de change de l OFSP, les prix ne doivent pas être plus élevés que dans les quatre pays de comparaison (D, DK NL et GB) et dans les pays subsidiaires (A, F et I). Evolution des taux de change depuis l'introduction de l'euro (sur le marché des devises) Cours en CHF Cours moyen des devises ( ) Etude 2004 Etude 2005 Etude Année Graphique 2: Evolution de la parité CHF/EUR depuis l introduction de l euro sur le marché des devises en (Source: BNS) 3

4 1.5 Digression: parités des pouvoirs d achat Dans son étude, santésuisse n a pas tenu compte des parités de pouvoir d achat, qui expriment dans une unité commune les pouvoirs d achat des différentes monnaies. En effet, l étude comparative n entendait pas confronter les prix des médicaments à ceux d autres biens en Suisse, mais à comparer les prix des médicaments en Suisse et ceux pratiqués à l étranger. santésuisse estime que le critère du pouvoir d achat n est pas pertinent dans le cadre d une comparaison des prix à l échelle internationale et qu il est préférable, à cette fin, de recourir au taux de change. Le choix du taux de change est aussi justifié d un point de vue économique, puisqu il est déterminé par de nombreux facteurs reflétant l offre et la demande sur les marchés des changes. Les parités de pouvoir d achat jouent pour leur part un rôle prépondérant dans la comparaison des revenus nationaux, dans la mesure où ils sont un bon indicateur du niveau de vie des populations, à savoir du revenu dont disposent les ménages pour la consommation de biens. Les parités de pouvoir d achat sont donc une unité théorique obtenue sur la base du niveau des prix (salaires compris) d un pays. Le recours aux parités de pouvoir d achat dans le cadre de comparaisons des prix des médicaments est problématique dans la mesure où les médicaments sont des biens négociables au plan international. Les prix des denrées alimentaires sont également convertis au moyen des taux de change. La conversion à l aide de la parité des pouvoirs d achat compare non seulement les prix effectifs des médicaments, mais tient compte aussi du niveau de prix général et partant du pouvoir d achat dans la monnaie du pays. Par conséquent, le recours aux parités de pouvoir d achat dans le cadre de comparaisons des prix fait apparaître le problème de la variable endogène: le pouvoir d achat est déduit à partir du niveau des prix et ce dernier est estimé par rapport au pouvoir d achat. En d autres termes, les différences de prix avec l étranger sont expliquées par le pouvoir d achat, qui découle lui-même du niveau élevé des prix. Or en Suisse, par exemple, le faible pouvoir d achat du franc suisse est précisément le fait du niveau élevé des prix. La conclusion selon laquelle le niveau des prix en Suisse est moins excessif sous l angle des parités de pouvoir d achat que sous celui du taux de change est donc triviale, tant il est vrai que si les prix étaient inférieurs, le pouvoir d achat des ménages suisses serait supérieur. 1.6 Digression: taxe sur la valeur ajoutée Le prix public a toujours été calculé H.T (hors taxes ou T.V.A.). Comme indiqué plus haut, la T.V.A. reflète la politique fiscale d un pays. Si un prix public est indiqué TTC (toutes taxes comprises), on compare deux produits, à savoir le médicament, mais aussi les prestations de l Etat qui sont financées par l'intermédiaire de la T.V.A. Un pays comme la Suisse qui applique un taux de T.V.A. réduit de 2,4% sur les médicaments doit percevoir les impôts à partir d autres sources que l Allemagne, par exemple, qui applique un taux de T.V.A. de 16% sur tous les produits (en 2006). Si l on compare des prix publics TTC, il faudrait donc ajouter pour la Suisse des parts fiscales provenant d autres sources, p.ex. de l impôt sur le revenu, pour que la comparaison soit juste. Mais une telle méthode serait trop compliquée et peu pertinente. Sur les marchés compétitifs qui se distinguent par une importante élasticité des prix, les taux de T.V.A. différents jouent un rôle mineur pour le niveau des prix, car les consommateurs réagissent aux hausses de prix par une baisse de la demande. Par conséquent, le producteur ne peut répercuter la T.V.A. entièrement sur le consommateur. Si les prix publics de ces marchés étaient comparés H.T., les distorsions seraient les plus importantes. Si les taux de T.V.A. étaient élevés, le niveau effectif des prix serait sous-estimé. C est pourquoi, le prix public TTC est généralement utilisé pour les comparaisons de prix, par exemple de voitures. Sur le marché des médicaments, l élasticité des prix est toutefois minime. La demande varie peu lorsque les prix augmentent. C est la raison pour laquelle les producteurs répercutent la T.V.A. en totalité sur les consommateurs. 4

5 2 Résultats de l étude comparative des prix des médicaments Les prix ont été comparés tant sur la base du PU voire du PAP que sur celle du PP (PU voire PAP, part de distribution comprise, mais sans la T.V.A., etc.). Néanmoins, dans la mesure où une comparaison sur la base du PP (PU voire PAP, part de distribution comprise, mais sans la T.V.A., etc.) consiste davantage en une confrontation des systèmes de marges et de santé qu en une comparaison des prix des médicaments à proprement parler, la présentation des résultats de l étude met l accent sur les divergences observées au niveau du PU voire du PAP. Ce sont cependant les prix publics qui sont importants pour calculer le potentiel d économie des assureurs-maladie. C est pourquoi nous avons également calculé le potentiel d économie au niveau du prix public. 2.1 La Suisse, un îlot de cherté Comme il ressort du graphique 3, le prix d usine est inférieur en moyenne de 19% à 34% en Autriche, en France et en Italie (pays voisins). Dans les pays de référence de l OFSP (D, DK, NL et GB), le prix d usine est également inférieur de 7% à 10%. Le potentiel d économie de 7% à 34% indique clairement que pour un même médicament, l industrie pharmaceutique obtient un prix nettement plus élevé en Suisse qu à l étranger. Ce potentiel d économie s élève à plusieurs centaines de millions de francs Comparaison des indices des prix pondérés par le chiffre d affaires (sur la base du PU, ainsi que du PAP pour NL et DK) CH NL DE UK DK AT FR IT Graphique 3: Comparaison des indices des prix pondérés par le chiffre d affaires (au niveau du PU voire du PAP). (Source: santésuisse) Il est très intéressant de constater que les prix sont moins élevés aux Pays-Bas et au Danemark bien que le prix d achat du pharmacien (PAP), qui dépasse le PU de 2 à 12%, ait été pris en compte. La différence effective serait donc encore bien plus importante. En pondérant les différences de prix par le chiffre d affaires dégagé par les cent médicaments sous revue, l application en Suisse des prix d usine pratiqués en Italie, en France, en Autriche, au Danemark, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas permettrait théoriquement de réaliser des économies à hauteur respective de 420 millions, 281 millions, 230 millions, 141 millions, 125 millions, 99 millions et 86 millions de CHF. Voir le graphique 4 à cet égard: 5

6 Potentiel d économie au niveau des médicaments les plus vendus (sur la base du PU) En millions de CHF IT FR AT DK UK DE NL Graphique 4: Potentiel d économie (au niveau du PU). (Source: santésuisse) La comparaison du PP (PU voire PAP, part de distribution comprise, mais sans la T.V.A., etc.) fait également ressortir un potentiel d économie considérable qui est encore plus important que pour le PU (plus de 11% à 31%; voir le graphique 5). Comparaison des indices des prix pondérés par le chiffre d affaires (sur la base du PP) CH DK DE AT NL UK FR IT Graphique 5: Comparaison des indices des prix pondérés par le chiffre d affaires (au niveau du PP). (Source: santésuisse) La réduction des dépenses de l assurance de base pourrait ainsi être comprise entre 1 et 548 millions de francs. Le potentiel d économie sur la base du PP est plus important compte tenu de la réglementation des marges obsolète. 6

7 Potentiel d'économie au niveau des médicaments les plus vendus (sur base du PP) en millions CHF IT FR UK NL AT DE DK Graphique 6: Potentiel d économie (au niveau du PP). (Source: santésuisse) 2.2 Prix usine artificiels dans les pays de comparaison de l OFSP La comparaison du PU et du PP dans le graphique 7 révèle d importantes différences dans les pays de référence NL et GB. Comme mentionné au point 1.3, ces deux pays ne donnent pas d informations fiables concernant le PU. Dans le cas de la GB, compte tenu de l écart différent par rapport à la Suisse au niveau du PU et du PP, une analyse de la base de calcul de l OFSP s impose. La déduction de 12,5% sur le prix NHS semble trop basse. Le calcul du PU aux NL accorde aussi une grande marge de manœuvre aux entreprises pharmaceutiques. La vérification des PAP aux NL révèle que pour les médicaments coûtant plus de francs à la vente, le PAP est même plus élevé que le prix public H.T. Le PAP n est que très légèrement inférieur pour les médicaments bon marché. La déduction de 6% sur le PAP est bien trop basse pour le calcul du PU. Ainsi, lors de l introduction de nouveaux médicaments, un PU trop élevé est pris en compte pour la fixation du prix. Mais même en tenant compte des prix de comparaison trop élevés, la différence de prix avec la Suisse représente toujours 7% par rapport aux NL et même 10% par rapport à la GB! L OFSP peut encore réaliser un potentiel d économie considérable par rapport aux pays de comparaison lors de la fixation des prix des médicaments. 7

8 95 PP PU CH NL DE UK DK AT FR IT Graphique 7: Comparaison des indices des prix pondérés par le chiffre d affaires (PU/PAP par rapport au PP). (Source: santésuisse) 3 Evolution des prix à l étranger L étude comparative des prix révèle que les écarts de prix se sont resserrés par rapport à l année précédente, mais qu un potentiel d économie considérable subsiste toujours. La comparaison de séries temporelles sur les 2 à 3 dernières années met cette tendance en évidence (voir les graphiques 8 à 11). 3.1 Evolution du prix d usine (PU) Les taux de change augmentant (voir le graphique 2), les prix des médicaments deviennent relativement chers à l étranger. En 2006, le franc suisse s est affaibli par rapport aux monnaies des pays de comparaison. Si l on tient compte de cet effet de change (voir le graphique 1), la différence de prix nette est plus importante par rapport à l étranger. Dans l année sous revue 2006, le niveau des prix suisses est nettement supérieur, tout comme les années précédentes, à celui des pays de comparaison. Dû en partie à des effets de change, l'écart de prix a diminué légèrement au niveau du PU par rapport aux années précédentes. L accord entre l OFSP et l industrie pharmaceutique signé en 2005 a permis de réduire les prix des médicaments plus anciens et générant moins de chiffre d affaires. Selon l OFSP, les baisses de prix obtenues dans le cadre de cet accord ont permis d économiser 2 millions de francs (le Surveillant des prix a pour sa part calculé une économie de CHF 1 millions). Compte tenu du volume de vente réduit de ces médicaments, cette économie n est guère prise en compte dans notre comparaison des prix des produits générant le plus de ventes. Les médicaments neufs et chers, comme par exemple ceux destinés aux traitements du cancer, ne sont pas concernés par cet accord avec l industrie pharmaceutique. 8

9 CH DE AT FR IT Graphique 8: Evolution du prix d usine entre 2004 et (Source: santésuisse) Pour le Danemark (DK), les Pays-Bas (NL) et la Grande-Bretagne (GB), seuls les PU des années 2005 et 2006 sont disponibles comme le montre le graphique 9: CH DK NL UK Graphique 9: Evolution du prix d usine entre 2004 et (Source: santésuisse) 9

10 3.2 Evolution des prix publics (PP) A l inverse du PU, l écart de prix sur la base du PP s est resserré par rapport à l étranger (voir les graphiques 10 et 11). Un rapprochement des prix assez similaire s observe partout. L Italie et l Autriche constituent des exceptions. En Italie à l exception de 2 des médicaments les plus vendus -, tous les prix publics ont été diminués par rapport à l année précédente (étude comparative 2005). C est pourquoi l écart de prix avec l Italie a été plus important surtout au niveau du PU, moins à celui du PP. L indice des prix sur la base des PP a baissé d un point rapport à l année précédente. Après prise en compte de la hausse du taux de change, la baisse des prix s élève encore à 3 pour cent (nets). En Autriche, en revanche, une réforme globale des médicaments a entraîné une explosion des prix, ce qui se reflète dans les graphiques 10 et 11. L indice des prix a augmenté de 13% bruts (augmentation nette de 11%) en Autriche. Cette évolution différenciée des PU et PP par rapport aux années précédentes s explique par la hausse massive du niveau de prix des médicaments les plus vendus pris sous revue. La Suisse appliquant un système de marges dégressif, l écart des PP s est relativement resserré par rapport à l étranger. Si l on compare les indices de prix des PU et PP dans les pays de comparaison, force est de constater que les marges de distribution sont toujours élevées en Suisse (voir le graphique 7). La réglementation des marges (non conforme au marché) recèle un potentiel d économie considérable. Evolution du PP CH DE AT FR IT Graphique 10: Evolution du prix public entre 2004 et (Source: santésuisse) Pour le Danemark (DK), les Pays-Bas (NL) et la Grande-Bretagne (GB), seul les PP des années 2005 et 2006 sont disponibles comme le montre le graphique 11: 10

11 Evolution du PP CH DK NL UK Graphique 11: Evolution du prix public entre 2005 et (Source: santésuisse) 3.3 Conclusion L étude comparative des prix des médicaments de santésuisse a mis en évidence que la Suisse continue de pratiquer les prix les plus élevés et qu elle recèle donc le potentiel d économie globalement le plus élevé. Compte tenu de ce constat, de nouvelles mesures sont nécessaires pour aligner les prix des médicaments suisses au niveau européen. Les modifications de l ordonnance qui entrent en vigueur le 1 er janvier 2008 vont dans la bonne direction: les prix d environ 0 préparations seront ramenés au niveau des prix de l étude comparative. Il est essentiel que ces modifications de l ordonnance soient mises en œuvre de manière systématique, surtout en ce qui concerne les préparations les plus vendues / HEG, FM, MZI 11

Compte-rendu de l exposé de Fridolin Marty

Compte-rendu de l exposé de Fridolin Marty Les médicaments les plus vendus: Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande- Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Compte-rendu

Plus en détail

Analyse et comparaison des marges suisses dans le domaine des médicaments soumis à prescription et remboursés par les caisses

Analyse et comparaison des marges suisses dans le domaine des médicaments soumis à prescription et remboursés par les caisses Analyse et comparaison des marges suisses dans le domaine des médicaments soumis à prescription et remboursés par les caisses Auteurs : Dr Andreas Schiesser Stephan Colombo Soleure, octobre 2012 1 Table

Plus en détail

Papier de positionnement

Papier de positionnement Papier de positionnement Prix des médicaments (Projet du 21.08.2007) 1. Situation initiale Les choses se sont mises à bouger sur le marché du médicament au cours de ces derniers mois et années: tandis

Plus en détail

Cherté des génériques : nécessité d agir sur le marché des substances qui ne sont plus sous brevet

Cherté des génériques : nécessité d agir sur le marché des substances qui ne sont plus sous brevet Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Surveillance des prix SPR Newsletter Date 27.08.2013 Embargo 27.08.2013, 11:00 Nr. 4/13 CONTENU 1. ARTICLE PRINCIPAL Cherté des

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

La protection sociale en Belgique :

La protection sociale en Belgique : La protection sociale en Belgique : données sespros 2009 1 La protection sociale en Belgique : données sespros 2009 Préface Après plus d un siècle d existence, l importance de la protection sociale dans

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196 K = 50 000 euros Vente prestation et entretien = 4 000 euros 15/03/n+1 Acompte du 25 15/034/n+1 Facturation 15/04/n+1 Règlement 30 jours fin de mois Réception de l acompte : 512 Bq 1196 4151 avances et

Plus en détail

Tarif des principales opérations sur titres

Tarif des principales opérations sur titres Tarif des principales opérations sur titres 1er janvier 2014 Ordres Euronext... 2 Bourse étrangère... 3 Euro-obligations... 4 Fonds de placement KBC... 4 Encaissements de titres matériels... 5 de titres

Plus en détail

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 I. Organismes de Placements Collectifs 1. SICAV émises par la BCEE Sous réserve d exceptions éventuelles prévues dans le prospectus d émission,

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES. CFD Contracts for Difference. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918

CONDITIONS TARIFAIRES. CFD Contracts for Difference. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918 CONDITIONS TARIFAIRES CFD Contracts for Difference Plateforme Next Generation Août 2014 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918 CMC MARKETS UK PLC Conditions Tarifaires CFDs Plateforme Next Generation Août 2014 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par la

Plus en détail

Tarif des principales opérations sur titres

Tarif des principales opérations sur titres Tarif des principales opérations sur titres 01 janvier 2015 Ordres Euronext... 2 Bourse étrangère... 3 Euro-obligations... 4 Fonds de placement KBC (1)... 4 Produits d investissement KBC émis par KBC AM...

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Différences de coût et d'accès aux produits pharmaceutiques dans l'ue

Différences de coût et d'accès aux produits pharmaceutiques dans l'ue DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DE L UNION DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES ENVIRONNEMENT, SANTÉ PUBLIQUE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Différences de coût et d'accès

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Allianz Suisse Communication Communiqué de presse «Global Wealth Report» d Allianz: progression du patrimoine la plus élevée depuis 2003 Les actifs financiers bruts ont atteint un nouveau record en 2013,

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Conditions tarifaires

Conditions tarifaires Conditions tarifaires CFD-Contracts for Difference Octobre 2013 Conditions Tarifaires Vous trouverez ci-dessous les conditions tarifaires applicables à votre Compte de trading. Les termes, utilisés dans

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.G.-A n 60 du 16 juin 2014. L.G.-A n 60. L.I.R. n 23/3 / I.C.C. n 39 / Eval. n 59 / I.Fort.

Circulaire du directeur des contributions L.G.-A n 60 du 16 juin 2014. L.G.-A n 60. L.I.R. n 23/3 / I.C.C. n 39 / Eval. n 59 / I.Fort. Circulaire du directeur des contributions L.G.-A n 60 du 16 juin 2014 L.G.-A n 60 L.I.R. n 23/3 / I.C.C. n 39 / Eval. n 59 / I.Fort. n 49 Objet : Bilan en monnaie étrangère Sommaire : 1. Introduction 2.

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Budget 2016 Barème des contributions

Budget 2016 Barème des contributions CERN/FC/5926 Original : anglais 10 juin 2015 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH Suite à donner Procédure de vote Recommandation au Conseil

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Prix des implants médicaux: Analyse du Surveillant des prix et propositions à l intention des hôpitaux en matière de politique d achat

Prix des implants médicaux: Analyse du Surveillant des prix et propositions à l intention des hôpitaux en matière de politique d achat Département fédéral de l'économie DFE Surveillance des prix SPR Prix des implants médicaux: Analyse du Surveillant des prix et propositions à l intention des hôpitaux en matière de politique d achat Selon

Plus en détail

Coût des systèmes de santé

Coût des systèmes de santé santé publique Santé publique Comparaison internationale et positionnement de la Suisse Coût des systèmes de santé Depuis plus de quarante ans, l Organisation de coopération et de développement économiques

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

FCP METROPOLE Euro A (ISIN : FR0007078753) Cet OPCVM est géré par METROPOLE GESTION

FCP METROPOLE Euro A (ISIN : FR0007078753) Cet OPCVM est géré par METROPOLE GESTION Informations clés pour l investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de ce fonds. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

A l occasion d un voyage en Angleterre, vous demandez à la banque 245 GB (livre britannique). La banque vous vend au cours de 1 GB = 1,13.

A l occasion d un voyage en Angleterre, vous demandez à la banque 245 GB (livre britannique). La banque vous vend au cours de 1 GB = 1,13. EXERCICES SUR LA CONVERSION DES MONNAIES Exercice 1 Une personne désire louer un appartement en Suisse. L'agence lui réclame un versement de 500 FS (francs suisses). Le cours est de 0,66 pour 1 FS. La

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918 CMC MARKETS UK PLC Conditions Tarifaires CFDs Plateforme Next Generation Janvier 2015 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par

Plus en détail

Nombres et calcul numérique

Nombres et calcul numérique Accompagnement personnalisé PFEG - Math Nombres et calcul numérique Organisation et gestion de données Fonctions Grandeurs et mesures Calcul littéral Remerciements à Mesdames Hélène Clapier, Dominique

Plus en détail

Optimisation de la prise en charge des sinistres. Yves Seydoux

Optimisation de la prise en charge des sinistres. Yves Seydoux Optimisation de la prise en charge des sinistres Yves Seydoux Sommaire Introduction générale frais généraux vs prestations Remboursement des prestations et contrôle des factures Suivi des réclamations

Plus en détail

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015 Aperçu des prix des opérations de placement Édition de janvier 2015 2 Aperçu des prix des opérations de placement Remarques générales Remarques générales Votre conseiller/conseillère à la clientèle vous

Plus en détail

Stimuler la rénovation des bâtiments Un aperçu des bonnes pratiques en Europe

Stimuler la rénovation des bâtiments Un aperçu des bonnes pratiques en Europe La Défense, 18 novembre 2013 Stimuler la rénovation des bâtiments Un aperçu des bonnes pratiques en Europe Bogdan Atanasiu Buildings Performance Institute Europe Bogdan.Atanasiu@bpie.eu @BPIE_eu Exigences

Plus en détail

CANADA. Les relations commerciales de la Belgique avec le

CANADA. Les relations commerciales de la Belgique avec le Les relations commerciales de la Belgique avec le CANADA Cette note est également disponible sur le site internet de l Agence pour le Commerce extérieur : www.abh-ace.be P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

formation des prix I - Etude d une situation : II - Formation des prix :

formation des prix I - Etude d une situation : II - Formation des prix : formation des prix I - Etude d une situation : - Retrouver et souligner dans le texte les nouveaux termes. - Mettre sous forme d expressions mathématiques les indications du texte. Un commerçant achète

Plus en détail

La Caisse unique: un faux débat

La Caisse unique: un faux débat La Caisse unique: un faux débat Quelques réflexions sous l angle l économie de la santé Transparents tirés du discours de Willy Oggier, Dr. oec. HSG, économiste de la santé, Zurich Plan Le système de santé

Plus en détail

Le dernier rapport sur les prix des véhicules automobiles montre que la nouvelle exemption par catégories ne produit pas encore d'effets positifs

Le dernier rapport sur les prix des véhicules automobiles montre que la nouvelle exemption par catégories ne produit pas encore d'effets positifs IP/03/1117 Bruxelles, le 25 juillet 2003 Le dernier rapport sur les prix des véhicules automobiles montre que la nouvelle exemption par catégories ne produit pas encore d'effets positifs Le dernier rapport

Plus en détail

8 COUTS DES ENTREPRISES. 8.1 Coût du capital. 8.2 L immobilier non résidentiel à Genève. 8.3 L immobilier non résidentiel en Europe

8 COUTS DES ENTREPRISES. 8.1 Coût du capital. 8.2 L immobilier non résidentiel à Genève. 8.3 L immobilier non résidentiel en Europe 8 COUTS DES ENTREPRISES 8.1 Coût du capital 8.2 L immobilier non résidentiel à Genève 8.3 L immobilier non résidentiel en Europe 8.4 Tarifs hôteliers COMPARAISONS INTERNATIONALES 13 ème EDITION 8.1 COUT

Plus en détail

Modifications du 1 er janvier 2009. Teneur des modifications et commentaire

Modifications du 1 er janvier 2009. Teneur des modifications et commentaire Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Ordonnance du 3 juillet 2002 sur le calcul des coûts et le classement des

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Formulaire d inscription dépôt commun

Formulaire d inscription dépôt commun Formulaire d inscription dépôt commun Données générales titulaire du dépôt 1 (veuillez compléter tous les champs) Tél. professionnel Activité professionnelle Tél. privé Employeur Données générales titulaire

Plus en détail

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG 2.03 Cotisations Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI)

Plus en détail

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011 Cote du document: EB 2011/103/R.35 Point de l ordre du jour: 12 d) Date: 10 août 2011 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 19.12.2013, 9:15 4 Economie nationale Neuchâtel, décembre 2013 Dépenses et personnel de recherche et

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Pouvoir d achat - 124. Revenu mensuel en Autriche. Tableau: Revenu mensuel en Autriche Valide au 31 mars 2009

Pouvoir d achat - 124. Revenu mensuel en Autriche. Tableau: Revenu mensuel en Autriche Valide au 31 mars 2009 Revenu mensuel en Autriche ans d expérience, a) célibataire et b) marié et père de 2 enfants c) et d) sans revenir chaque jour à la maison et preste 5 heures supplémentaires Tableau: Revenu mensuel en

Plus en détail

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Zurich, le 8 janvier 2014 Dr. Regina Schwegler, Andrea Schultheiss IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Sur mandat

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

05.025 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins

05.025 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins e-parl 8.09.007 4: Conseil des Etats Session d'automne 007 05.05 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral Décision du Conseil des Etats Décision du

Plus en détail

Papier de positionnement

Papier de positionnement Papier de positionnement Promotion de la santé et prévention (Version du 10 décembre 2007) 1. Situation de départ Le 5.9.2005, le Département fédéral de l intérieur (DFI) a mis en place la commission spécialisée

Plus en détail

dépenses en recherche et développement

dépenses en recherche et développement Le Conseil d examen du prix des médicaments brevetés Patented Medicine Prices Review Board CEPMB étude S-0217 Décembre 2002 Analyse comparative des dépenses en recherche et développement dans l industrie

Plus en détail

Faits concernant le marché suisse des télécommunications

Faits concernant le marché suisse des télécommunications Faits concernant le marché suisse des télécommunications Source: entre autres OCDE, UIT, IDATE, OFCOM Octobre 2011 OECD Communications Outlook 2011 Récapitulatif des principaux résultats 2 > Au niveau

Plus en détail

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs L hôtellerie-restauration suisse souffre depuis belle lurette de la cherté du franc suisse. Ces derniers mois tout particulièrement,

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base

UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base PAYS Durée minimale OUVERTURE DE DROIT Age normal de liquidation à la retraite DUREE DE VALIDATION MAXIMALE CALCUL DE PENSION ALLEMAGNE

Plus en détail

Profitez PLUS de vos vacances avec votre Gold MasterCard

Profitez PLUS de vos vacances avec votre Gold MasterCard Passez à la catégorie supérieure. Economisez jusqu à 10 % sur les meilleurs tarifs disponibles et profitez gratuitement d un véhicule de la catégorie supérieure. Jusqu à 10 % de réduction sur les meilleurs

Plus en détail

Disponible en trois langues français, anglais et allemand Perinorm est mis à jour chaque mois.

Disponible en trois langues français, anglais et allemand Perinorm est mis à jour chaque mois. Perinorm international Perinorm international est une base de données sur les normes et projets de normes de 21 pays et d organisations nationales, européennes et internationales (ISO, IEC, ITU) et de

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente?

Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente? Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente? Approvisionnement et gestion des stocks : des quantités vendues dans un Du stock initial, final et des livraisons, des commandes

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 Unité 2 Thème 2 Unité 2 COURS Thème 2 THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 SÉQUENCE 1... 3 Les opérations de vente complexes et leur comptabilisation...

Plus en détail

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales Le Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale du pouvoir d'achat : classement général des pays, 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 9 mai 2014 Le 30

Plus en détail

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle 01.400 Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil

Plus en détail

T.D. N 1. 2 : Déterminer les deux côtés du cours de USD/EUR pour une marge sur le cours d équilibre, de : 21 : 4%; 22 : 320 points.

T.D. N 1. 2 : Déterminer les deux côtés du cours de USD/EUR pour une marge sur le cours d équilibre, de : 21 : 4%; 22 : 320 points. UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET-BOIGNY D ABIDJAN ANNEE UNIVERSITAIRE T.D. N 1 EXERCICE 1 : Lors d une séance de cotation au fixing, une salle des marchés a enregistré les ordres d achat et de vente suivants

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

C8S1 : La conjoncture économique : L EVOLUTION DES PRIX

C8S1 : La conjoncture économique : L EVOLUTION DES PRIX C8S1 : La conjoncture économique : L EVOLUTION DES PRIX 1. L observation des prix et du pouvoir d achat Doc 1 : L indice des prix à la consommation L'indice des prix à la consommation (IPC) est l'instrument

Plus en détail

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

Weck, Aeby Risk Management SA. Dossier d analyse

Weck, Aeby Risk Management SA. Dossier d analyse Dossier d analyse Programme I. Détail du portefeuille d assurances II. Dispositions relatives à la prévoyance professionnelle LPP III. Assurance maladie perte de salaire IV. Vision globale de prévoyance

Plus en détail