Résumé. Version du heg,fm,mzi

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi"

Transcription

1 Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande-Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Version du heg,fm,mzi Résumé Les coûts des médicaments délivrés par les médecins et les pharmaciens représentent 21% des dépenses totales de l assurance-maladie obligatoire. Si on y ajoute les coûts des médicaments fournis par les hôpitaux, la part des médicaments dans les dépenses de santé des assurés s élève actuellement à 25%. Sur la base de ce constat, santésuisse a entrepris de comparer les prix des médicaments en Suisse avec ceux pratiqués à l étranger. Comme au cours des deux années précédentes, santésuisse a comparé les prix des médicaments dans différents pays. 1 Méthode de comparaison 1.1 Pour son étude comparative des prix des médicaments, santésuisse a retenu l Allemagne (D), les Pays-Bas (NL), le Danemark (DK), la Grande-Bretagne (GB), la France (F), l Italie (I) et l Autriche (A). Les quatre premiers pays cités sont les principaux pays de référence pris actuellement en compte par l Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour la formation des prix. Nos trois voisins que sont la France, l Italie et l Autriche sont également pris en considération par l OFSP pour la fixation des prix, mais uniquement à titre de «pays de comparaison subsidiaires». 1.2 Choix des produits L étude a porté sur les préparations originales de la liste des spécialités (LS) les plus vendues dans chacun des pays de comparaison et permettant une comparaison. Les médicaments enregistrant les ventes les plus élevées représentent 51% du chiffre d affaires global des médicaments délivrés dans le cadre d un traitement ambulatoire reconnu par l assurance obligatoire des soins (AOS). Les médicaments fournis par les hôpitaux n ont pas été pris en compte dans l étude. Les produits génériques ont été soumis à une étude comparative des prix séparée dont les résultats sont résumés dans un rapport distinct. santésuisse n a retenu pour son étude que les médicaments pour lesquels elle disposait du prix public et du prix d usine ou tout du moins du prix d achat du pharmacien en Suisse et dans les pays de comparaison. Un médicament produit en Suisse n étant pas systématiquement vendu dans les sept pays du groupe de référence, la composition des paniers de D, NL, DK, GB, F, I et A n est pas exactement la même. Précisons toutefois que cet aspect n entrave nullement la comparabilité des paniers de biens, et qu il est donc tout à fait possible d examiner et de mettre en parallèle les données des différents pays de comparaison. 1

2 1.3 Prix de comparaison L étude ayant été réalisée au cours du deuxième semestre 2006 ou du premier semestre 2007, les prix ont été comparés sur la base du prix public (PP) et du prix d usine (PU) voire du prix d achat du pharmacien (PAP) de l année 2006 ou Le prix public se compose du prix d usine auquel se rajoute une marge de distribution, mais hors taxe sur la valeur ajoutée (T.V.A.), forfaits, rabais et frais. En ce qui concerne les frais, il convient de préciser que leur montant varie d un pays à l autre et/ou qu il n est pas possible d en estimer le montant exact pour l ensemble des médicaments sous revue. Quant à l absence de prise en considération de la T.V.A., elle s explique par le fait que son évolution relève davantage de la politique fiscale d un pays que de sa politique en matière de prix. Un relèvement de la T.V.A. destiné à financer l AVS, par exemple, ne doit pas altérer le résultat d une comparaison des prix des médicaments. Dans les pays de comparaison NL et DK, le prix d achat du pharmacien a dû être prix en compte car il n existe pas de PU fixe dans ces deux pays. Selon l OFSP, il faut retirer 2 à 10% du PAP au DK et entre 6-12% aux NL pour obtenir le PU. Le PU est négocié dans ces deux pays, raison pour laquelle on ne dispose pas d informations officielles. Les PU de la GB ont été calculés selon la méthode de l OFSP, c est-à-dire en déduisant 12,5% du prix NHS (National Health Service). En Suisse, la LS est mise à jour chaque mois. En conséquence, le prix d un médicament est susceptible de varier en cours d année. Les données relatives aux prix des médicaments pratiqués en 2006/2007 en D, NL, DK, GB, F, I et A étant parvenues à santésuisse à des dates différentes ce qui implique au demeurant qu elles ont été recueillies à des dates différentes la comparaison des prix entre la Suisse et les pays de comparaison a été effectuée systématiquement à période (mois) identique comme représenté dans la figure 1: Prix (mois an) Pays Taux de change de l OFSP pour l étude 2007 Variation du taux de change par rapport à l année précédente Liste des spécialités d octobre A, I 1 EUR = CHF 1,56 + 1,3% 2006 Liste des spécialités de novembre NL 1 EUR = CHF 1,56 + 1,3% 2006 Liste des spécialités de novembre DK 1 DDK = CHF 20, + 0,8% 2006 Liste des spécialités de décembre D 1 EUR = CHF 1,56 + 1,3% 2006 Liste des spécialités de janvier GB 1 GBP = CHF 2,33 + 4,0% 2007 Liste des spécialités de mai 2007 F 1 EUR = CHF 1,58 + 2,6% Graphique 1: Comparaison des prix dans les différents pays Afin d obtenir le résultat le plus précis possible, le PP (PU voire PAP, marge de distribution comprise mais sans la T.V.A., etc.) et le PU/PAP pour chaque pays et pour chaque médicament entrant dans la comparaison avec la Suisse ont été définis par unité (par exemple, prix par plaquette de pilules de même dosage) et comparés avec le prix analogue en Suisse. Ce faisant, il a pu être tenu compte de la diversité des situations sur le marché des médicaments dans les pays sous revue. A l étranger, le dosage et le conditionnement des médicaments ne sont pas toujours les mêmes qu en Suisse. Aussi, les différences de prix en termes absolus et en termes relatifs ont-elles été calculées pour chaque unité et pour chaque médicament. Les différences de prix en termes relatifs ont été pondérées par le chiffre d affaires dégagé en 2006 par les médicaments concernés, ce qui a permis de calculer le potentiel d économies en termes absolus (exprimé en millions de CHF). 2

3 L emballage ayant généré le plus de chiffre d affaires par nom de marque a servi à la comparaison. Lorsqu il n était pas disponible à l étranger, l unité d emballage la plus similaire a été retenue et comparée avec l unité la plus proche en Suisse. Lors de la sélection de l unité d emballage la plus similaire, la priorité a été accordée au dosage et après seulement à la taille de l unité d emballage. 1.4 Base de comparaison: taux de change Les prix ont été comparés en tenant compte d un taux de change nominal. Il y a toutefois lieu de considérer l évolution des cours de change dans l interprétation des résultats. Afin d annuler l effet d éventuelles variations journalières, les prix ont été convertis sur la base du taux de change officiel de l OFSP pour le semestre concerné. (Source: fr) Un franc faible entraîne des écarts de prix moins importants avec l étranger, les prix des médicaments en Suisse étant toujours plus élevés qu à l étranger. Le taux de change actuel de CHF 1,65 (en juillet 2007) est le taux le plus élevé atteint par l euro depuis son introduction sur le marché des devises. Si ce taux de change avait été utilisé, les économies par rapport à l étranger auraient été inférieures de 4% par rapport au taux de change de CHF 1,56 voire de 6% par rapport à celui de CHF 1,58. Mais il ne s agit là que d une hypothèse car nous avons recueilli les prix lorsque le taux de change était encore plus bas. Par ailleurs, l OFSP calcule le taux de change moyen et fixe les prix sur la base de ce dernier. Etant donné que nous avons utilisé le taux de change de l OFSP, notre étude comparative des prix est directement liée au critère d économicité de la loi sur l assurance-maladie (LAMal): par rapport au taux de change de l OFSP, les prix ne doivent pas être plus élevés que dans les quatre pays de comparaison (D, DK NL et GB) et dans les pays subsidiaires (A, F et I). Evolution des taux de change depuis l'introduction de l'euro (sur le marché des devises) Cours en CHF Cours moyen des devises ( ) Etude 2004 Etude 2005 Etude Année Graphique 2: Evolution de la parité CHF/EUR depuis l introduction de l euro sur le marché des devises en (Source: BNS) 3

4 1.5 Digression: parités des pouvoirs d achat Dans son étude, santésuisse n a pas tenu compte des parités de pouvoir d achat, qui expriment dans une unité commune les pouvoirs d achat des différentes monnaies. En effet, l étude comparative n entendait pas confronter les prix des médicaments à ceux d autres biens en Suisse, mais à comparer les prix des médicaments en Suisse et ceux pratiqués à l étranger. santésuisse estime que le critère du pouvoir d achat n est pas pertinent dans le cadre d une comparaison des prix à l échelle internationale et qu il est préférable, à cette fin, de recourir au taux de change. Le choix du taux de change est aussi justifié d un point de vue économique, puisqu il est déterminé par de nombreux facteurs reflétant l offre et la demande sur les marchés des changes. Les parités de pouvoir d achat jouent pour leur part un rôle prépondérant dans la comparaison des revenus nationaux, dans la mesure où ils sont un bon indicateur du niveau de vie des populations, à savoir du revenu dont disposent les ménages pour la consommation de biens. Les parités de pouvoir d achat sont donc une unité théorique obtenue sur la base du niveau des prix (salaires compris) d un pays. Le recours aux parités de pouvoir d achat dans le cadre de comparaisons des prix des médicaments est problématique dans la mesure où les médicaments sont des biens négociables au plan international. Les prix des denrées alimentaires sont également convertis au moyen des taux de change. La conversion à l aide de la parité des pouvoirs d achat compare non seulement les prix effectifs des médicaments, mais tient compte aussi du niveau de prix général et partant du pouvoir d achat dans la monnaie du pays. Par conséquent, le recours aux parités de pouvoir d achat dans le cadre de comparaisons des prix fait apparaître le problème de la variable endogène: le pouvoir d achat est déduit à partir du niveau des prix et ce dernier est estimé par rapport au pouvoir d achat. En d autres termes, les différences de prix avec l étranger sont expliquées par le pouvoir d achat, qui découle lui-même du niveau élevé des prix. Or en Suisse, par exemple, le faible pouvoir d achat du franc suisse est précisément le fait du niveau élevé des prix. La conclusion selon laquelle le niveau des prix en Suisse est moins excessif sous l angle des parités de pouvoir d achat que sous celui du taux de change est donc triviale, tant il est vrai que si les prix étaient inférieurs, le pouvoir d achat des ménages suisses serait supérieur. 1.6 Digression: taxe sur la valeur ajoutée Le prix public a toujours été calculé H.T (hors taxes ou T.V.A.). Comme indiqué plus haut, la T.V.A. reflète la politique fiscale d un pays. Si un prix public est indiqué TTC (toutes taxes comprises), on compare deux produits, à savoir le médicament, mais aussi les prestations de l Etat qui sont financées par l'intermédiaire de la T.V.A. Un pays comme la Suisse qui applique un taux de T.V.A. réduit de 2,4% sur les médicaments doit percevoir les impôts à partir d autres sources que l Allemagne, par exemple, qui applique un taux de T.V.A. de 16% sur tous les produits (en 2006). Si l on compare des prix publics TTC, il faudrait donc ajouter pour la Suisse des parts fiscales provenant d autres sources, p.ex. de l impôt sur le revenu, pour que la comparaison soit juste. Mais une telle méthode serait trop compliquée et peu pertinente. Sur les marchés compétitifs qui se distinguent par une importante élasticité des prix, les taux de T.V.A. différents jouent un rôle mineur pour le niveau des prix, car les consommateurs réagissent aux hausses de prix par une baisse de la demande. Par conséquent, le producteur ne peut répercuter la T.V.A. entièrement sur le consommateur. Si les prix publics de ces marchés étaient comparés H.T., les distorsions seraient les plus importantes. Si les taux de T.V.A. étaient élevés, le niveau effectif des prix serait sous-estimé. C est pourquoi, le prix public TTC est généralement utilisé pour les comparaisons de prix, par exemple de voitures. Sur le marché des médicaments, l élasticité des prix est toutefois minime. La demande varie peu lorsque les prix augmentent. C est la raison pour laquelle les producteurs répercutent la T.V.A. en totalité sur les consommateurs. 4

5 2 Résultats de l étude comparative des prix des médicaments Les prix ont été comparés tant sur la base du PU voire du PAP que sur celle du PP (PU voire PAP, part de distribution comprise, mais sans la T.V.A., etc.). Néanmoins, dans la mesure où une comparaison sur la base du PP (PU voire PAP, part de distribution comprise, mais sans la T.V.A., etc.) consiste davantage en une confrontation des systèmes de marges et de santé qu en une comparaison des prix des médicaments à proprement parler, la présentation des résultats de l étude met l accent sur les divergences observées au niveau du PU voire du PAP. Ce sont cependant les prix publics qui sont importants pour calculer le potentiel d économie des assureurs-maladie. C est pourquoi nous avons également calculé le potentiel d économie au niveau du prix public. 2.1 La Suisse, un îlot de cherté Comme il ressort du graphique 3, le prix d usine est inférieur en moyenne de 19% à 34% en Autriche, en France et en Italie (pays voisins). Dans les pays de référence de l OFSP (D, DK, NL et GB), le prix d usine est également inférieur de 7% à 10%. Le potentiel d économie de 7% à 34% indique clairement que pour un même médicament, l industrie pharmaceutique obtient un prix nettement plus élevé en Suisse qu à l étranger. Ce potentiel d économie s élève à plusieurs centaines de millions de francs Comparaison des indices des prix pondérés par le chiffre d affaires (sur la base du PU, ainsi que du PAP pour NL et DK) CH NL DE UK DK AT FR IT Graphique 3: Comparaison des indices des prix pondérés par le chiffre d affaires (au niveau du PU voire du PAP). (Source: santésuisse) Il est très intéressant de constater que les prix sont moins élevés aux Pays-Bas et au Danemark bien que le prix d achat du pharmacien (PAP), qui dépasse le PU de 2 à 12%, ait été pris en compte. La différence effective serait donc encore bien plus importante. En pondérant les différences de prix par le chiffre d affaires dégagé par les cent médicaments sous revue, l application en Suisse des prix d usine pratiqués en Italie, en France, en Autriche, au Danemark, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas permettrait théoriquement de réaliser des économies à hauteur respective de 420 millions, 281 millions, 230 millions, 141 millions, 125 millions, 99 millions et 86 millions de CHF. Voir le graphique 4 à cet égard: 5

6 Potentiel d économie au niveau des médicaments les plus vendus (sur la base du PU) En millions de CHF IT FR AT DK UK DE NL Graphique 4: Potentiel d économie (au niveau du PU). (Source: santésuisse) La comparaison du PP (PU voire PAP, part de distribution comprise, mais sans la T.V.A., etc.) fait également ressortir un potentiel d économie considérable qui est encore plus important que pour le PU (plus de 11% à 31%; voir le graphique 5). Comparaison des indices des prix pondérés par le chiffre d affaires (sur la base du PP) CH DK DE AT NL UK FR IT Graphique 5: Comparaison des indices des prix pondérés par le chiffre d affaires (au niveau du PP). (Source: santésuisse) La réduction des dépenses de l assurance de base pourrait ainsi être comprise entre 1 et 548 millions de francs. Le potentiel d économie sur la base du PP est plus important compte tenu de la réglementation des marges obsolète. 6

7 Potentiel d'économie au niveau des médicaments les plus vendus (sur base du PP) en millions CHF IT FR UK NL AT DE DK Graphique 6: Potentiel d économie (au niveau du PP). (Source: santésuisse) 2.2 Prix usine artificiels dans les pays de comparaison de l OFSP La comparaison du PU et du PP dans le graphique 7 révèle d importantes différences dans les pays de référence NL et GB. Comme mentionné au point 1.3, ces deux pays ne donnent pas d informations fiables concernant le PU. Dans le cas de la GB, compte tenu de l écart différent par rapport à la Suisse au niveau du PU et du PP, une analyse de la base de calcul de l OFSP s impose. La déduction de 12,5% sur le prix NHS semble trop basse. Le calcul du PU aux NL accorde aussi une grande marge de manœuvre aux entreprises pharmaceutiques. La vérification des PAP aux NL révèle que pour les médicaments coûtant plus de francs à la vente, le PAP est même plus élevé que le prix public H.T. Le PAP n est que très légèrement inférieur pour les médicaments bon marché. La déduction de 6% sur le PAP est bien trop basse pour le calcul du PU. Ainsi, lors de l introduction de nouveaux médicaments, un PU trop élevé est pris en compte pour la fixation du prix. Mais même en tenant compte des prix de comparaison trop élevés, la différence de prix avec la Suisse représente toujours 7% par rapport aux NL et même 10% par rapport à la GB! L OFSP peut encore réaliser un potentiel d économie considérable par rapport aux pays de comparaison lors de la fixation des prix des médicaments. 7

8 95 PP PU CH NL DE UK DK AT FR IT Graphique 7: Comparaison des indices des prix pondérés par le chiffre d affaires (PU/PAP par rapport au PP). (Source: santésuisse) 3 Evolution des prix à l étranger L étude comparative des prix révèle que les écarts de prix se sont resserrés par rapport à l année précédente, mais qu un potentiel d économie considérable subsiste toujours. La comparaison de séries temporelles sur les 2 à 3 dernières années met cette tendance en évidence (voir les graphiques 8 à 11). 3.1 Evolution du prix d usine (PU) Les taux de change augmentant (voir le graphique 2), les prix des médicaments deviennent relativement chers à l étranger. En 2006, le franc suisse s est affaibli par rapport aux monnaies des pays de comparaison. Si l on tient compte de cet effet de change (voir le graphique 1), la différence de prix nette est plus importante par rapport à l étranger. Dans l année sous revue 2006, le niveau des prix suisses est nettement supérieur, tout comme les années précédentes, à celui des pays de comparaison. Dû en partie à des effets de change, l'écart de prix a diminué légèrement au niveau du PU par rapport aux années précédentes. L accord entre l OFSP et l industrie pharmaceutique signé en 2005 a permis de réduire les prix des médicaments plus anciens et générant moins de chiffre d affaires. Selon l OFSP, les baisses de prix obtenues dans le cadre de cet accord ont permis d économiser 2 millions de francs (le Surveillant des prix a pour sa part calculé une économie de CHF 1 millions). Compte tenu du volume de vente réduit de ces médicaments, cette économie n est guère prise en compte dans notre comparaison des prix des produits générant le plus de ventes. Les médicaments neufs et chers, comme par exemple ceux destinés aux traitements du cancer, ne sont pas concernés par cet accord avec l industrie pharmaceutique. 8

9 CH DE AT FR IT Graphique 8: Evolution du prix d usine entre 2004 et (Source: santésuisse) Pour le Danemark (DK), les Pays-Bas (NL) et la Grande-Bretagne (GB), seuls les PU des années 2005 et 2006 sont disponibles comme le montre le graphique 9: CH DK NL UK Graphique 9: Evolution du prix d usine entre 2004 et (Source: santésuisse) 9

10 3.2 Evolution des prix publics (PP) A l inverse du PU, l écart de prix sur la base du PP s est resserré par rapport à l étranger (voir les graphiques 10 et 11). Un rapprochement des prix assez similaire s observe partout. L Italie et l Autriche constituent des exceptions. En Italie à l exception de 2 des médicaments les plus vendus -, tous les prix publics ont été diminués par rapport à l année précédente (étude comparative 2005). C est pourquoi l écart de prix avec l Italie a été plus important surtout au niveau du PU, moins à celui du PP. L indice des prix sur la base des PP a baissé d un point rapport à l année précédente. Après prise en compte de la hausse du taux de change, la baisse des prix s élève encore à 3 pour cent (nets). En Autriche, en revanche, une réforme globale des médicaments a entraîné une explosion des prix, ce qui se reflète dans les graphiques 10 et 11. L indice des prix a augmenté de 13% bruts (augmentation nette de 11%) en Autriche. Cette évolution différenciée des PU et PP par rapport aux années précédentes s explique par la hausse massive du niveau de prix des médicaments les plus vendus pris sous revue. La Suisse appliquant un système de marges dégressif, l écart des PP s est relativement resserré par rapport à l étranger. Si l on compare les indices de prix des PU et PP dans les pays de comparaison, force est de constater que les marges de distribution sont toujours élevées en Suisse (voir le graphique 7). La réglementation des marges (non conforme au marché) recèle un potentiel d économie considérable. Evolution du PP CH DE AT FR IT Graphique 10: Evolution du prix public entre 2004 et (Source: santésuisse) Pour le Danemark (DK), les Pays-Bas (NL) et la Grande-Bretagne (GB), seul les PP des années 2005 et 2006 sont disponibles comme le montre le graphique 11: 10

11 Evolution du PP CH DK NL UK Graphique 11: Evolution du prix public entre 2005 et (Source: santésuisse) 3.3 Conclusion L étude comparative des prix des médicaments de santésuisse a mis en évidence que la Suisse continue de pratiquer les prix les plus élevés et qu elle recèle donc le potentiel d économie globalement le plus élevé. Compte tenu de ce constat, de nouvelles mesures sont nécessaires pour aligner les prix des médicaments suisses au niveau européen. Les modifications de l ordonnance qui entrent en vigueur le 1 er janvier 2008 vont dans la bonne direction: les prix d environ 0 préparations seront ramenés au niveau des prix de l étude comparative. Il est essentiel que ces modifications de l ordonnance soient mises en œuvre de manière systématique, surtout en ce qui concerne les préparations les plus vendues / HEG, FM, MZI 11

Compte-rendu de l exposé de Fridolin Marty

Compte-rendu de l exposé de Fridolin Marty Les médicaments les plus vendus: Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande- Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Compte-rendu

Plus en détail

Newsletter. Nr. 5/15. Date 06.10.2015 Embargo 06.10.2015, 11:00 CONTENU 1. ARTICLE PRINCIPAL 2. COMMUNICATIONS 3. MANIFESTATIONS / INFORMATIONS

Newsletter. Nr. 5/15. Date 06.10.2015 Embargo 06.10.2015, 11:00 CONTENU 1. ARTICLE PRINCIPAL 2. COMMUNICATIONS 3. MANIFESTATIONS / INFORMATIONS Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Surveillance des prix SPR Newsletter Date 06.10.2015 Embargo 06.10.2015, 11:00 Nr. 5/15 CONTENU 1. ARTICLE PRINCIPAL Comparaison

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Programme d action contre les prix excessifs

Programme d action contre les prix excessifs PDC suisse Programme d action contre les prix excessifs Résolution du PDC suisse, adoptée lors de l Assemblée du 15 septembre 2007 au Säntis Nous faisons couler l îlot de cherté : programme en 10 points

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

L INDUSTRIE EUROPÉENNE DU PARQUET EN 2011

L INDUSTRIE EUROPÉENNE DU PARQUET EN 2011 European Federation of the Parquet Industry Fédération Européenne de l Industrie du Parquet Föderation der Europäischen Parkett-Industrie Address: Rue Montoyer 24/box 20, BE-1000 Brussels TP: +32 2 556.25.87

Plus en détail

Comparaison internationale des prix des médicaments génériques :

Comparaison internationale des prix des médicaments génériques : Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Surveillance des prix SPR Comparaison internationale des prix des médicaments génériques : Le caractère nettement excessif des

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion Synthèse Décembre 2015 Johannes Fark Beatrice Meyer Daniel Zöbeli Résumé des résultats de l étude, synthèse Contexte et démarche

Plus en détail

Taxe CO 2 et hausse de la charge fiscale sur les carburants: Une catastrophe économique et sociale! OFA/GME, 10.08.2011

Taxe CO 2 et hausse de la charge fiscale sur les carburants: Une catastrophe économique et sociale! OFA/GME, 10.08.2011 Taxe CO 2 et hausse de la charge fiscale sur les carburants: Une catastrophe économique et sociale! OFA/GME, 10.08.2011 1. Conséquences économiques désastreuses a. Risque de hausse généralisée des coûts

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

Prix et coûts des médicaments de quoi s agit-il?

Prix et coûts des médicaments de quoi s agit-il? Comparaison internationale des prix des médicaments en 2011 Prix et coûts des médicaments de quoi s agit-il? Stephan Colombo, chef de projet Ressort Structures tarifaires, santésuisse 1 Contenu Termes

Plus en détail

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Développement Peter Eberhard, 21 avril 2009 Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique annexe annexe B B Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique. Vue d ensemble La contribution cumulée des produits pétroliers (essence, diesel et mazout de chauffage) à l inflation totale

Plus en détail

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil 1 Modifications fiscales de 217 touchant l assurance-vie EN DÉTAIL offre une protection, mais certains L assurance-vie contrats permettent en plus d accumuler de l épargne de façon fiscalement avantageuse.

Plus en détail

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international -Loi n94-42 du 7 mars 1994, fixant le régime applicable à l exercice des activités

Plus en détail

Appareils auditifs : nouveau système forfaitaire dès le 1 er juillet 2011

Appareils auditifs : nouveau système forfaitaire dès le 1 er juillet 2011 FEUILLE D INFORMATION Office fédéral des assurances sociales Appareils auditifs : nouveau système forfaitaire dès le 1 er juillet 2011 Le système forfaitaire Actuellement, la fourniture d appareils auditifs

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40 1/8 DESCRIPTION Le fonds d investissement interne happy life AB Global (voir l annexe 1) est géré par AXA Belgium, appelée ci-après la compagnie d assurance, dans l intérêt exclusif des souscripteurs et

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL à l'appui de l arrêté d acceptation du barème cantonal de facturation pour l accueil en crèche et garderie (du 4 novembre 2002) AU CONSEIL GENERAL

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/10 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

Prise de Position: Contact Date Introduction Les surcharges existantes

Prise de Position: Contact Date Introduction Les surcharges existantes Prise de Position: Surcharges sur l électricité: situation 2015 Contact: Emilie Butaye (Fédération d l Industrie du Verre) +32 2 542 61 29 emilie.butaye@vgi-fiv.be Date: 22/09/2015 Introduction Dans ce

Plus en détail

Direction de la recherche parlementaire

Direction de la recherche parlementaire Mini-bulletin MR-139F CONSEIL D EXAMEN DU PRIX DES MÉDICAMENTS BREVETÉS RAPPORT ANNUEL 1995 Margaret Smith Division du droit et du gouvernement Le 18 juillet 1996 Bibliothèque du Parlement Library of Parliament

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des associations (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) Le principe de base est l exonération des impôts commerciaux pour les associations.

Plus en détail

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question L actuelle révision de la loi fédérale sur l assurance

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Les grandes lignes du régime fiscal suisse

Les grandes lignes du régime fiscal suisse IREF : Le régime fiscal suisse 1 Les grandes lignes du régime fiscal suisse Par Andrea CUOMO Université de Genève. Introduction Avant toute chose, il convient au préalable de rappeler que la Suisse - la

Plus en détail

VEILLE. Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es

VEILLE. Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es VEILLE Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es Par Sandra Spagnol, juriste à l ARTIAS Août 2011 ARTIAS - Rue des Pêcheurs 8-1400 Yverdon-les-Bains - Tél. 024 557

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

Analyse et comparaison des marges suisses dans le domaine des médicaments soumis à prescription et remboursés par les caisses

Analyse et comparaison des marges suisses dans le domaine des médicaments soumis à prescription et remboursés par les caisses Analyse et comparaison des marges suisses dans le domaine des médicaments soumis à prescription et remboursés par les caisses Auteurs : Dr Andreas Schiesser Stephan Colombo Soleure, octobre 2012 1 Table

Plus en détail

Informations financières sur SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation)

Informations financières sur SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) Informations financières sur SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) BNS 158 1 Introduction Dans le cadre du train de mesures décidé mi-octobre 2008 conjointement

Plus en détail

la méthode du direct costing simple

la méthode du direct costing simple la méthode du direct costing simple Encadré par : Mme El Gnaoui Remerciements Ce présent document qui est notre premier mini-projet de comptabilité analytique est d une importance significative d autant

Plus en détail

Analyse : La taxation des voitures de société

Analyse : La taxation des voitures de société Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse : La taxation des voitures de société Olivier Colin Novembre 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique :

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

1. L évaluation des stocks

1. L évaluation des stocks Leçon n 5 : Le calcul du coût de revient PLAN DE LA LEÇON : 1. L évaluation des stocks... 1 1.1.Méthode du premier entré, premier sorti... 2 1.2.Méthode du dernier entré, premier sorti...2 1.3.Méthode

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1er juillet 1998

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1er juillet 1998 Circ.-CFB 98/2 Négociants Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1er juillet 1998 1. But La présente circulaire

Plus en détail

Good practice: tarifs parentaux pour l accueil extrafamilial des enfants

Good practice: tarifs parentaux pour l accueil extrafamilial des enfants Good practice: tarifs parentaux pour l accueil extrafamilial des enfants Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité.

Plus en détail

LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE

LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE Par Laurent Pierandrei, Professeur de Comptabilité Internationale, ACE Paris, France (Partie Double 1 er septembre 2006) La TVA au sein de l Union Européenne

Plus en détail

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Lamine LAKHOUA Lic. ès Sciences Commerciales et Industrielles C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Maturité Suisse I M P O R T A N T Ce document est un support de cours.

Plus en détail

Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste

Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste Février 2013 Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste Synthèse de la consultation publique du 10 décembre 2012 au 14 janvier

Plus en détail

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Pour la 7 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014 La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec États financiers combinés États financiers combinés Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant...

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités de calcul de la base de remboursement des médicaments substituables

Projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités de calcul de la base de remboursement des médicaments substituables Projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités de calcul de la base de remboursement des médicaments substituables Vu l article 22bis du Code de la sécurité sociale ; Vu les avis de la Chambre

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

Calcul des subventions implicites pour chaque filière

Calcul des subventions implicites pour chaque filière Calcul des subventions implicites pour chaque filière Annexe technique à la Note économique sur les coûts croissants de la production d électricité au Québec Objet de la Note économique : L argument économique

Plus en détail

Les Cahiers de l'observatoire n 212, Janvier 2005

Les Cahiers de l'observatoire n 212, Janvier 2005 Les Cahiers de l'observatoire n 212, Janvier 2005 Les coûts du transport routier international en Pologne en 2005 Après une première phase de travaux centrée sur nos principaux compétiteurs au sein de

Plus en détail

Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse

Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 16 Culture et médias Octobre 2007 Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

NORME IAS 18 PRODUITS DES ACTIVITÉS ORDINAIRES

NORME IAS 18 PRODUITS DES ACTIVITÉS ORDINAIRES NORME IAS 18 PRODUITS DES ACTIVITÉS ORDINAIRES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 18 : PRODUITS DES ACTIVITÉS ORDINAIRES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

RASSEMBLEMENT DES REPUBLICAINS

RASSEMBLEMENT DES REPUBLICAINS RASSEMBLEMENT DES REPUBLICAINS Carburants : La Côte d Ivoire peut éviter l augmentation des prix UNE COMMISSION D ENQUETE EST NECESSAIRE Les prix des produits pétroliers distribués aux différents types

Plus en détail

Départs en retraite normale, anticipée et différée (French version)

Départs en retraite normale, anticipée et différée (French version) Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Départs en retraite normale,

Plus en détail

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres?

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Eléments de réflexion dans le cadre du projet de loi N 151 visant à ratifier le Protocole de Londres proposés par

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

Épargnez avec l aide de votre entreprise

Épargnez avec l aide de votre entreprise L essentiel sur L ÉPARGNE SALARIALE Épargnez avec l aide de votre entreprise En partenariat avec À la découverte de l épargne salariale Qu est-ce que c est? C est une épargne que les salariés peuvent se

Plus en détail

FISCALITE. TVA: La taxe sur la valeur ajoutée. Généralités. Qu est-ce que la TVA:

FISCALITE. TVA: La taxe sur la valeur ajoutée. Généralités. Qu est-ce que la TVA: FISCALITE Le but de ce chapitre est de vous aider à trouver des informations précises et valables sur la réglementation européenne de la TVA. Si vous constatez certains manquements ou certaines erreurs,

Plus en détail

Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/PFA/INF/5

Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/PFA/INF/5 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/PFA/INF/5 Section du programme, du budget et de l administration PFA POUR INFORMATION Décisions de

Plus en détail

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 Unité 2 Thème 2 Unité 2 COURS Thème 2 THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 SÉQUENCE 1... 3 Les opérations de vente complexes et leur comptabilisation...

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2012 Table des matières Le rapport 2012... 6 1. Différences salariales générales... 7 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 G-1-09 N 2 du 5 JANVIER 2009 REGIMES D IMPOSITION REGIME DES MICRO-ENTREPRISES ARTICLE 49 DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Zurich, le 1 er octobre 2010 Clôture annuelle du groupe CREALOGIX CREALOGIX: hausse du bénéfice en dépit du recul du chiffre d affaires En dépit du recul de son chiffre d affaires,

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

Taxation excessive des Eaux embouteillées en Algérie

Taxation excessive des Eaux embouteillées en Algérie Taxation excessive des Eaux embouteillées en Algérie Exposé des Motifs Les producteurs d eaux minérales Algériens se sont réunis, au cours de l année 2005, à la demande de l Association des Producteurs

Plus en détail

1. La prise en compte des coûts

1. La prise en compte des coûts Terminale STG Mercatique Chapitre 3 : Construire l'offre Séquence 4. La fixation du prix - Les facteurs explicatifs d'un prix Le prix est une variable mercatique déterminante. Il est la base des revenus

Plus en détail

CAPIPLAN 1. 1 Cette fiche info financière décrit les modalités du produit qui s appliquent le 07 février 2014.

CAPIPLAN 1. 1 Cette fiche info financière décrit les modalités du produit qui s appliquent le 07 février 2014. CAPIPLAN 1 Type d assurance-vie Assurance-vie avec taux d intérêt garanti (Branche 21). Garanties Garantie principale En cas de vie de l assuré à l échéance du contrat : Le contrat garantit le paiement

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION. 10.1 CARACTÉRISTIQUES 10.1.0 Définition de la rente. Assurance vie : Née d un besoin de sécurité

CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION. 10.1 CARACTÉRISTIQUES 10.1.0 Définition de la rente. Assurance vie : Née d un besoin de sécurité CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION Assurance vie : Née d un besoin de sécurité Contrat de rente : Né d un besoin de pouvoir placer un capital à long terme et en jouir sans avoir à se soucier de sa gestion

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective Renouvellement de la tarification de l assurance collective au 1 er janvier 2016 2015-12-15 Table des matières Introduction... 2 Établissement de la tarification... 2 Assurance maladie... 3 Hausse de 1,18

Plus en détail

SUIVI DE L IMPACT DE LA HAUSSE DES PRIX DU PETROLE SUR L EXECUTION DE LA LOI DE FINANCES 2007

SUIVI DE L IMPACT DE LA HAUSSE DES PRIX DU PETROLE SUR L EXECUTION DE LA LOI DE FINANCES 2007 SUIVI DE L IMPACT DE LA HAUSSE DES PRIX DU PETROLE SUR L EXECUTION DE LA LOI DE FINANCES 2007 PAR LA COMMISSION INDEPENDANTE PRESIDEE PAR BRUNO DURIEUX - FEVRIER 2008 - À la demande du Premier ministre,

Plus en détail

Circulaire Répartition des risques Exigences de fonds propres relatives aux garanties et dérivés de crédit

Circulaire Répartition des risques Exigences de fonds propres relatives aux garanties et dérivés de crédit Circulaire Répartition des risques Exigences de fonds propres relatives aux garanties et dérivés de crédit Explications de la Commission fédérale des banques Explications de la Commission fédérale des

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt

CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt personnel des Nations Unies CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES Comité des pensions du personnel de l'icito/gatt Le Comité mixte de la Caisse commune des pensions s'est réuni du

Plus en détail