UN VEAU PAR VACHE ET PAR AN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN VEAU PAR VACHE ET PAR AN"

Transcription

1 RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA UN VEAU PAR VACHE ET PAR AN Pour les éleveurs allaitants dont la principale activité est de faire naître des veaux, il est primordial d'obtenir un veau par vache par an tout en maîtrisant les intervalles vêlage-vêlage afin de limiter le nombre d'animaux improductifs. Selon les simulations réalisées par les réseaux d'élevage charolais et limousins, l'impact de plus ou moins 3% de productivité numérique en système naisseur, équivaut à plus ou moins 2000 d'ebe (Excédent Brut d'exploitation). ALIMENTATION : NI TROP MAIGRE, NI TROP GRASSE Ne pas négliger l'alimentation avant vêlage Veiller à ne pas rentrer des animaux trop maigres en bâtiment. Très souvent l'apport de foin, d'enrubannage ou d'ensilage d'herbe est suffisant. Si les animaux manquent d'état, penser à apporter un peu de concentré en plus des fourrages. Du vêlage à la mise à la reproduction, favoriser la reprise de poids Si après vêlage, on peut admettre une perte de poids limitée (15-20 kg), il faut absolument que les femelles soient en reprise de poids avant d'aborder la reproduction soit au plus tard 50 jours après le vêlage. > Tableau 1 : Augmenter progressivement la complémentation après vêlage (Exemple pour des vêlages calés sur décembre janvier) Source : Réseaux d Elevage Foin à volonté (floraison) Ensilage herbe 30 kg brut Foin Céréales Soja CMV 1er mois lactation 1 0,3 100 g 2e mois lactation à volonté 1,5 0,4 100 g 3e mois lactation 2 0, er mois lactation g 2e mois lactation 6 0,5 0,3 100 g 3e mois lactation 6,5 1 0,4 100 g > pour des primipares, toujours en phase de croissance, il convient d'augmenter les apports de concentrés de 0,5 à 1 kg de céréales, > pour des vêlages de février-mars, le troupeau ne sera concerné que par des rations du 1 er et 2 ème mois, > pour des vêlages de septembre-octobre, les apports du 3 ème mois sont à conserver jusqu'à la mise à l'herbe. Centre 1

2 Apport régulier en minéraux et oligo-éléments Les minéraux (phosphore, calcium et magnésium) et les oligoéléments (cuivre, zinc, sélénium, iode,...) sont très peu stockés par l'organisme et nécessitent des apports réguliers. Privilégier des formules de type 5-20 plutôt que des formules équilibrées. Les vitamines (A, D3 et E) se stockent très bien au niveau du foie à condition que celui-ci soit en bon état de fonctionnement (déparasitage douve si nécessaire). Si la ration de base distribuée aux animaux associe graminées, légumineuses, et différents concentrés, une partie des besoins en minéraux, oligo et vitamines est déjà assurée. > Exemple : - les légumineuses et la pulpe de betterave sont riches en calcium - les céréales sont riches en phosphore - les foins sont riches en vitamine D Analyser vos fourrages et faites calculer vos rations L'ENVIRONNEMENT DE LA REPRODUCTION : PAS DE STRESS ET DU CONFORT - Limiter les manipulations et les changements de régime alimentaire en période de mise à la reproduction. - Veiller à la surface de logement (10 à 12 m² par couple mère-veau), et au bon éclairage des bâtiments (1/20ème des surfaces couvertes en tôles translucides). - Favoriser les retours en chaleur par la présence d'un taureau dans une case proche de celles des femelles. LES CONDITIONS DE VÊLAGE Favoriser les vêlages faciles pour limiter les risques et conséquences des vêlages difficiles.toute complication à la mise bas pénalise la future reproduction. Si besoin, intervenir à bon escient en respectant une hygiène rigoureuse. Rechercher un intervalle vêlage-mise à la reproduction de jours. Dans ces délais, on observe les meilleurs résultats. SANITAIRE : ATTENTION AUX PARASITES ET MALADIES INFECTIEUSES Certaines pathologies, pas forcément visibles, ont un impact sur les performances de reproduction. Il convient de les repérer assez vite afin de ne pas pénaliser les efforts réalisés sur les autres facteurs (alimentation, bâtiments...) Raisonner le déparasitage des reproductrices Les parasites tels que la grande douve, la petite douve et les paramphistomes agissent sur l'état de santé général de l'animal et par conséquent sur ses fonctions reproductrices. L'infestation des animaux par ces 3 agents pathogènes se fait surtout sur l'automne (de septembre à novembre). Pour des vêlages d'octobre, le diagnostic et l'éventuel traitement est à effectuer juste après vêlage et avant la période de mise à la reproduction. Sur des vêlages d'hiver, la recherche de parasites est à prévoir à la rentrée des animaux. Diagnostic : coprologies pour les paramphistomes et la petite douve, privilégier la sérologie pour la grande douve. 2 Il n'y a pas de déparasitage à effectuer contre les strongles sur vaches puisque cette catégorie d'animaux acquière une immunité. En cas d'amaigrissement trop important un traitement au coup par coup peut s'envisager.

3 Rester vigilant face à la présence de certains virus et bactéries On distingue 2 grandes familles de maladies entraînant des troubles de la reproduction : > les maladies d'origine bactérienne : brucellose, fièvre Q, salmonellose, chlamydiose, listériose, leptospirose... > les maladies d'origine virale : BVD, FCO... Dès que des animaux correctement alimentés et déparasités manifestent une date de reprise des chaleurs tardive ou bien des retours de saillies à répétition ou encore des avortements embryonnaires, il convient de suspecter une éventuelle pathologie. La réalisation de sérologies, voire de virologies sur une partie du troupeau est un bon moyen de vérifier le statut sanitaire du troupeau. En cas d'avortements, un diagnostic s'impose, les frais d'analyse pourront être pris en charge. Le taux de gestation peut chuter de 10 à 20 % par l absence de maîtrise d un seul de ces facteurs. Il peut donc atteindre un niveau très bas dès lors que plusieurs recommandations ne sont pas respectées. Le suivi des taureaux de reproduction Vérifier l'aptitude des taureaux à la reproduction : avant l'âge de 18 mois les taureaux peuvent saillir mais leur fertilité peut être limitée. Pour un adulte en monte libre, les lots de femelles ne doivent pas dépasser 30 individus. Un traitement antibiotique ou une légère boiterie peut limiter voire stopper la fonction reproductive. En cas de doute sur la fertilité du taureau il est possible de faire analyser la semence par un centre d'insémination ou vétérinaire. Le constat de gestation > L'échographie : 5 à 6 /femelle Elle peut être réalisée à partir de 35 jours (plus de fiabilité à 42 jours). C'est une méthode très précoce, fiable et adaptée pour des lots importants d'animaux. > Le palper rectal : Environ 6 /palper Cette pratique peut être réalisée à partir de 60 jours. C'est une méthode un peu moins précise mais très efficace sur des stades physiologiques plus avancés. Elle n'est pas adaptée à des grands nombres d'animaux. DANS UN CONTEXTE PERTURBÉ, METTRE PLUS DE FEMELLES À LA REPRODUCTION Chaque éleveur définit une période de vêlage qui tient compte des contraintes de l'exploitation (système fourrager, bâtiments, objectifs de production ). Cela passe par un taux de renouvellement suffisant, d'au moins 25 %. Un troupeau jeune offre davantage de possibilités commerciales. Cette année, pour certains éleveurs, il est nécessaire de recaler la période de mise-bas. Il semble opportun selon les possibilités, d'augmenter le nombre de femelles mises à la reproduction de 15 à 20 %. LE SUIVI DE SON CHEPTEL : NOTER ET OBSERVER Un planning de reproduction (10 à 15 ) Qu'il soit circulaire ou linéaire, c'est un outil indispensable pour une gestion efficace des événements de reproduction. Ce suivi permettra de gérer la mise en reproduction, les retours en chaleurs et les diagnostics possibles. 3

4 FCO : VACCINER C EST SE PROTÉGER Outre les conséquences en terme économique que la FCO exerce sur les échanges commerciaux, cette maladie infectieuse peut sérieusement perturber la reproduction des animaux (bovins, ovins...). Bref rappel sur les modes de transmission du virus FCO La FCO est reconnue comme étant une infection "non contagieuse d'un animal à l'autre" mais à transmission vectorielle (via la piqûre d'un moucheron). Cependant, d'autres modes de transmission sont définis, notamment : > la transmission vénérienne : Les mâles reproducteurs en infection aiguë peuvent excréter le virus dans le sperme durant la période de virémie (avec un risque potentiel de transmission du virus. Cependant, on ne connaît pas l'efficacité épidémiologique de ce mode de transmission). > la transmission transplacentaire : le virus de la FCO sérotype 8, peut traverser la barrière placentaire et être transmis au fœtus. LA FCO ET SES CONSÉQUENCE SUR LA REPRODUCTION L'incidence de la maladie peut revêtir plusieurs formes (symptômes cliniques, pertes de production et conséquences sur la capacité à reproduire). Les conséquences du virus FCO sur la reproduction sont particulièrement importantes et peuvent se matérialiser par un allongement de l'intervalle vêlage - vêlage, une baisse du nombre de veau par vache. Incidence possible chez le taureau reproducteur : > Troubles de la fertilité : une infection par le virus FCO chez le taureau peut être associée à une infertilité transitoire. Une des causes responsables serait l'hyperthermie déclenchée par l'infection. Pour rappel la durée de la spermatogenèse (= délai de formation des spermatozoïdes) chez le taureau est de jours. Par conséquent, un mâle touché par un trouble de la spermatogenèse mettrait alors, dans le meilleur des cas, environ 2 mois pour retrouver une production normale de spermatozoïdes. Incidence possible chez la femelle gestante et son fœtus : > Avortements : Un passage de FCO peut être la cause de mortalités embryonnaires précoces, d'avortements dus soit directement à l'infection du fœtus par le virus FCO, soit indirectement par le stress maternel induit. > Anomalies congénitales : Le virus FCO sérotype 8 peut passer la barrière placentaire. Les conséquences de ce passage peuvent varier en fonction du stade de gestation de la mère infectée. Par exemple, durant le second tiers de gestation, le passage transplacentaire du virus peut être à l'origine de perturbations du développement et de malformations nerveuses (veaux aveugles, cerveau rempli d'eau, veau "anormal" ). P Rappel : la déclaration d avortement est obligatoire Le dépistage brucellose est alors financé à 100 % par l Etat (honoraires vétérinaires + frais d analyses). Concernant le dépistage des autres agents pathogènes pouvant être responsables d avortement (agent de la BVD, Fièvre Q, chlamydiose...), il existe au niveau des GDS de la région Centre, des plans d action avortement. Ils permettent la prise en charge totale ou partielle des frais d analyses. Contactez votre vétérinaire et votre GDS. 4

5 POURQUOI CERTAINS BOVINS VACCINÉS L'ÉTÉ 2008 ONT QUAND MÊME SUBI LE PASSAGE DE LA FCO SÉROTYPE 8? Les symptômes observés durant l'été 2008 sur des animaux vaccinés, ne sont pas en relation avec la vaccination, mais dus à la circulation du virus FCO. En effet, une partie importante de la vaccination a été réalisée durant la période de circulation virale, la vaccination n'a donc pas eu l'effet protecteur recherché. Ces éléments expliqueraient que certaines vaches pleines du printemps 2008, vaccinées fin juin - début juillet et soumises à une circulation virale début juillet 2008, puissent : présenter des retards de vêlage, donner naissance à des veaux "anormaux, aveugles allergie (qui, elles-mêmes, peuvent entraîner des troubles de la reproduction) ou locales : œdème. Même si ce genre de situation est relativement rare, il convient, si elle est observée, de la notifier à l'aide d'un dossier de pharmacovigilance (contactez votre vétérinaire ou votre GDS). Dans ce dossier, il sera relevé par votre vétérinaire l'ensemble des conditions d'administration du vaccin, les signes observés, les autres traitements éventuellement réalisés le même jour Ces informations sont alors remontées au centre de pharmacovigilance, qui déterminera si le vaccin doit être mis en cause ou non. En vaccinant tardivement, on prend le risque de vacciner des animaux déjà infectés et la vaccination n'a pas l'effet protecteur recherché. Un outil de protection incontournable : la vaccination La généralisation de la vaccination est primordiale. En effet, le taux de couverture vaccinale (proportion d'animaux vaccinés et protégés) est un des facteurs de réussite de la campagne de vaccination. Pour être efficace, 80 % des animaux des espèces sensibles présents pendant la période de circulation virale doivent être vaccinés (source : AFSSA). Les remontées de pharmacovigilance Les vaccins utilisés dans le cadre de la vaccination FCO sont des vaccins inactivés et ne présentent pas de risques particuliers. Cependant, dans de rares cas, comme tout médicament, les vaccins inactivés peuvent être à l'origine de réactions générales : hyperthermie, L'observatoire FCO de la Région Centre Un observatoire régional FCO a été créé en pleine crise sanitaire. Il a pour objectif de faire l'état des lieux sur l'évolution des naissances, des mortalités, d'élevages déclarés foyers sur l'ensemble des départements du Centre. Au-delà de la synthèse d'informations, il nous permet de mutualiser nos connaissances et nos outils de gestion au niveau régional, pour plus d'efficacité. Contacts GDS 18 Tel : GDS 28 Tel : GDMA 36 Tél : GDS 37 Tel : GDS 41 Tel : GDS 45 Tel :

6 CE QU'IL FAUT RETENIR : En élevage allaitant, l'objectif est d'obtenir un veau par vache et par an, plus ou moins 3 % de productivité numérique se traduit par plus ou moins 2000 d'excédent brut d'exploitation. Avant la mise à la reproduction > Préparer les taureaux, attention le moindre traitement antibiotique peut perturber la fertilité. > Constituer les lots et prévoir les accouplements dans l'objectif d'obtenir des vêlages faciles. > Ajuster le nombre de femelles par taureau, pour les adultes ne pas dépasser 30 femelles, effectifs à diminuer si les venues en chaleur ont lieu sur une période courte. Pour les jeunes mâles (moins de 20 mois), ne pas dépasser la quinzaine de femelles à saillir. En période de reproduction > Favoriser la reprise de poids et éviter les changements brusques d'alimentation. Pour les animaux tout juste en état, un flushing par l'apport d'un kg de céréales pendant une période d'un mois sera bénéfique. > Logement : de l'espace et de la lumière et un taureau dans une case à proximité des reproductrices. > Manipulations : restreintes et dans le calme. > Sanitaire : prévenir plutôt que guérir. Durant la gestation Réaliser des diagnostics de gestation : pour réformer rapidement les animaux vides et anticiper les ventes, pour constituer l'hiver prochain des cases d'animaux de même stade physiologique. Dans toutes les situations, observer et enregistrer tous les évènements pour en tirer les conclusions qui s'imposent après analyse. Important Dans tous les cas se ménager des marges de manœuvre en mettant de 15 à 20 % de femelles en plus à la reproduction par rapport à l'objectif de vêlages. Contacts Pascal TAFFOREAU, Chambre d Agriculture du Loir et Cher - Tél : Sophie AUZEL, Chambre d Agriculture du Cher - Tél : Yvan LAGROST, Chambre d Agriculture du Cher - Tél : Yann PROUTEAU, Chambre d Agriculture de l Indre et Loire - Tél : Claude VINCENT, Chambre d Agriculture de l Indre - Tél : Jean-Paul BELLAMY : Institut de l Elevge - Tel. : Crédit photos : Institut de l elevage Création : Bêta Pictoris - Réalisation : Magali Alliié - Impression : Lefèvre Graphic LES RÉSEAUX D ÉLEVAGE Les Réseaux d Elevage sont un dispositif partenarial associant des éleveurs et des ingénieurs des Chambres d Agriculture et de l Institut de l Elevage. LES PARTENAIRES FINANCEURS Ce document a reçu l'appui financier du Casdar, de FranceAgriMer et de la Chambre Régionale d Agriculture du Centre 6 Mai 2009 Document édité par l Institut de l Elevage rue de Bercy, Paris cedex ISBN : PUB IE :

Listes "Données d'entreprise" "chiffres techniques vaches

Listes Données d'entreprise chiffres techniques vaches Listes "Données d'entreprise" "chiffres techniques vaches Explications liste «chiffres techniques vaches» Grâce à cette liste, vous faites à la fois une analyse sur la fertilité, sur certaines maladies

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

S E R V I C E S. Nactus La nature en action dans votre élevage OFFRES DE

S E R V I C E S. Nactus La nature en action dans votre élevage OFFRES DE OFFRES DE S E R V I C E S Nactus La nature en action dans votre élevage H O M E O P A T H I E L E S F O N D A M E N T A U X Vous êtes le premier témoin de votre élevage, devenez le premier acteur de sa

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Place aux chevrettes

Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Place aux chevrettes Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Fiche n 1 L élevage des chevrettes constitue une phase importante. Ces jeunes animaux, choisis selon des critères précis, vont faire l objet de soins et d attention

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR

Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR Journée UMT Santé des Bovins Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR Contexte (1) 3% des troupeaux regroupés par an (Beguin et al, 2008)

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Banque de données régionale ovine en région Lorraine Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée

Plus en détail

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE Alimentation Energie et azote Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL

Plus en détail

RÉGIE. Article publié dans Porc Québec Avril 2002 DÉTECTION DES CHALEURS

RÉGIE. Article publié dans Porc Québec Avril 2002 DÉTECTION DES CHALEURS DÉTECTION DES CHALEURS Des aspects pratiques pour améliorer l efficacité des saillies Article publié dans Porc Québec Avril 2002 RÉGIE LOUIS BONNEVILLE SEC Repro inc. NOTE Cet article est tiré d une présentation

Plus en détail

AIDE AU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DES AVORTEMENTS INFECTIEUX DES BOVINS

AIDE AU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DES AVORTEMENTS INFECTIEUX DES BOVINS AIDE AU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DES AVORTEMENTS INFECTIEUX DES BOVINS Les avortements chez la vache sont à déclaration obligatoire, dans le cadre de la prophylaxie de la brucellose. Toutefois, cette maladie

Plus en détail

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER Face à une conjoncture incertaine, les exploitations bovins viande ont besoin de

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST CAMPAGNE 2011 ALSACE, LORRAINE, CHAMPAGNE-ARDENNE FRANCHE-COMTÉ

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

RÉSULTATS TECHNICO-ÉCONOMIQUES 2011 DU RÉSEAU DE RÉFÉRENCES PORCIN

RÉSULTATS TECHNICO-ÉCONOMIQUES 2011 DU RÉSEAU DE RÉFÉRENCES PORCIN RÉSEAUX DE RÉFÉRENCES COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS TECHNICO-ÉCONOMIQUES 2011 DU RÉSEAU DE RÉFÉRENCES PORCIN DE MARTINIQUE Programme POSEI France PORCINS Les résultats technico-économiques 2011

Plus en détail

PREPARER LA RENTREE A L ETABLE

PREPARER LA RENTREE A L ETABLE PREPARER LA RENTREE A L ETABLE La période de la rentrée à l étable se traduit pour la plupart des bovins par un changement radical de l environnement, de l alimentation et du microbisme ; il faut donc

Plus en détail

du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique De mon AteLier LAit

du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique De mon AteLier LAit La génétique, pari gagnant le pour pari produire gagnant du pour lait produire à un coût maîtrisé du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique

Plus en détail

Prévenir les diarrhées néonatales en élevage bovin

Prévenir les diarrhées néonatales en élevage bovin Prévenir les diarrhées néonatales en élevage bovin Les diarrhées des veaux ont un impact économique très important en élevage (mortalité, coût des soins, retard de croissance, retard de mise à la reproduction

Plus en détail

BioSoft Gestion de Troupeaux 1

BioSoft Gestion de Troupeaux 1 La nouvelle gamme de logiciels de Gestion de Troupeaux développée par BioSoft concerne toutes les espèces : bovins lait et viande, ovins lait et viande, caprins, porcs, volailles. Elle bénéficie à la fois

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux

Plus en détail

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme, qu est ce que c est? Une des plus petites

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

AfiFarm. L'outil fondamental pour la gestion de troupeau

AfiFarm. L'outil fondamental pour la gestion de troupeau AfiFarm L'outil fondamental pour la gestion de troupeau AfiFarm L'outil fondamental pour la gestion de troupeau Les éleveurs laitiers se trouvent aujourd'hui dans un environnement difficile et ont besoin

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

LES STRONGYLOSES DIGESTIVES : Cas de l'ostertagiose bovine

LES STRONGYLOSES DIGESTIVES : Cas de l'ostertagiose bovine LES STRONGYLOSES DIGESTIVES : Cas de l'ostertagiose bovine On parle souvent du parasitisme digestif des bovins, des pertes de production qu'il peut engendrer en période de pâturage et de l'intérêt de traiter

Plus en détail

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS résultats TechNico-écoNoMiques 21 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france PORCINS les résultats

Plus en détail

Santé et croissance : de la naissance au sevrage

Santé et croissance : de la naissance au sevrage Santé et croissance : de la naissance au sevrage Atelier 2 L objectif de tout élevage est de pouvoir sevrer un maximum de veaux par rapport au nombre de vaches reproductrices. C est la performance et la

Plus en détail

Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production.

Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production. Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production. Lemelin Michel Ministère de l Agriculture du Québec, http://www.agrireseau.qc.ca/caprins, 15 avril 2003 Rapport et adaptation

Plus en détail

La diarrhée virale bovine ou maladie des muqueuses. Peyrat de Bellac Mardi 5 novembre 2013

La diarrhée virale bovine ou maladie des muqueuses. Peyrat de Bellac Mardi 5 novembre 2013 maladie des muqueuses Peyrat de Bellac Mardi 5 novembre 2013 Maladie du siècle dernier!!! Années 1990 => diarrhées néonatales, avortements etc Vaccination plus ou moins systématique => diminution puis

Plus en détail

Rencontres fièvre catarrhale ovine

Rencontres fièvre catarrhale ovine 3 déc. 2008 Intervenants : Gilles Aumont, INRA Renaud Lancelot, CIRAD Bruno Mathieu, EID-Méditerranée Claude Saegerman, Université de Liège Henri Seegers, École Nationale Vétérinaire de Nantes Stephan

Plus en détail

L évaluation génétique de la fertilité chez les bovins laitiers en France

L évaluation génétique de la fertilité chez les bovins laitiers en France L évaluation génétique de la fertilité chez les bovins laitiers en France Anne Barbat, Armelle Gion,Vincent Ducrocq INRA, Station de Génétique Quantitative et Appliquée, 78 352 Jouy en Josas Rappel du

Plus en détail

PORCIPAC s organise en plusieurs modules :

PORCIPAC s organise en plusieurs modules : La nouvelle gamme de logiciels de Gestion de Troupeaux développée par BioSoft concerne toutes les espèces : bovins lait et viande, ovins lait et viande, caprins, porcs, volailles. Elle bénéficie à la fois

Plus en détail

MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE

MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE MEDRIA 2014 DOSSIER DE PRESSE Alimentation-Reproduction-Santé MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE 1/18 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDRIA lance au SPACE 2014 sa dernière innovation, le FeedPhone

Plus en détail

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Version 2015 Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Responsabilité Sociétale et Env Responsabilité Sociétale et Environnementale de la

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est

Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est Alsace Lorraine Champagne-Ardenne Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est ANNEE 2014 SOMMAIRE 1 Références générales à l ensemble de l exploitation p 2 2 Références pour la filière bovins

Plus en détail

Pathologies Pathologies de la Reproduction.

Pathologies Pathologies de la Reproduction. Pathologies de la Reproduction. Le but de cet article n est pas de donner un cours obstétrical mais d apporter quelques notions relatives à la reproduction chez la chienne. Règle à retenir. Oubliez le

Plus en détail

L Herpesvirose canine

L Herpesvirose canine L Herpesvirose canine par Alain FONTBONNE Dr Vétérinaire, PhD, Diplo. ECAR Chef du service de Reproduction Animale à l Ecole Nationale Vétérinaire d Alfort L herpesvirose canine (CVH pour Canine Herpes

Plus en détail

FIN DES QUOTAS LAITIERS

FIN DES QUOTAS LAITIERS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA FIN DES QUOTAS LAITIERS Quel intérêt de produire plus de lait dans les systèmes de polyculture élevage avec du maïs et des taurillons?

Plus en détail

SERVIROC LE CATALOGUE LIQUIDE NUTRITIF. FDS disponible sur simple demande sur le site www.serviroc.fr ou au 04 70 28 93 08

SERVIROC LE CATALOGUE LIQUIDE NUTRITIF. FDS disponible sur simple demande sur le site www.serviroc.fr ou au 04 70 28 93 08 SERVIROC LE CATALOGUE LIQUIDE NUTRITIF 1/15 LIQUIDE ES VITAMINE RENFORTS Liquide es vitamine pour la résistance, les fonctions musculaires et nerveuses. Améliore la résistance des animaux en période difficile.

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

ARTICLE N 6 LA PRODUCTIVITE NUMERIQUE DU TROUPEAU BOVIN ALLAITANT. Objectif : un veau par vache et par an LE COUPLE VACHE - VEAU

ARTICLE N 6 LA PRODUCTIVITE NUMERIQUE DU TROUPEAU BOVIN ALLAITANT. Objectif : un veau par vache et par an LE COUPLE VACHE - VEAU ARTICLE N 6 LA PRODUCTIVITE NUMERIQUE DU TROUPEAU BOVIN ALLAITANT Objectif : un veau par vache et par an LE COUPLE VACHE - VEAU 1 CONDUITE A TENIR POUR EVITER LES PERTES DE VEAUX AUTOUR DU VELAGE ET LES

Plus en détail

Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV)

Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV) - 1-916.401 Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV) du 9 novembre 1983 Le Conseil d'etat du canton du Valais

Plus en détail

Bilan sanitaire d'élevage Allaitant

Bilan sanitaire d'élevage Allaitant Bilan sanitaire d'élevage Allaitant Coordonnées de l élevage Nom et raison sociale : n ede du cheptel : GAEC de demo 0000 n siret : Nom de l'éleveur ayant participé au bilan : M. DEMO Nombre d UMO : Période

Plus en détail

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES Alimentation Avec des animaux de plus en plus performants et des rations alimentaires de moins en moins diversifiées, il importe de vérifier

Plus en détail

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES MEDRIA ELEVAGE PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES LA SOCIÉTÉ MEDRIA Société créée en 2004 40 salariés Des investissements

Plus en détail

Les diarrhées du jeune veau

Les diarrhées du jeune veau Les diarrhées du jeune veau Chaque année naissent en France environ 10 millions de veaux. 20% d entre eux seront atteints de diarrhées. Environ 500 000 vont en mourir. Il s agit donc d une pathologie importante

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc

Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc ROYAUME DU MAROC Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaire Direction des services vétérinaires Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc La Peste des Petits Ruminants

Plus en détail

DetŒstrus allaitant : améliorer la détection des chaleurs dans les troupeaux bovins allaitants. Méthode de diagnostic et de conseil

DetŒstrus allaitant : améliorer la détection des chaleurs dans les troupeaux bovins allaitants. Méthode de diagnostic et de conseil DetŒstrus allaitant : améliorer la détection des chaleurs dans les troupeaux bovins allaitants Méthode de diagnostic et de conseil Production et rédaction de la méthode Liste des partenaires ayant participé

Plus en détail

Peuvent adhérer les éleveurs adhérents au GDS et à l'os de la race concernée.

Peuvent adhérer les éleveurs adhérents au GDS et à l'os de la race concernée. ACTION "BOVINS HAUT POTENTIEL" REGIONALE REGLEMENT INTERIEUR 2012 Article 1 - OBJECTIF DE l'action L'objet est de permettre aux éleveurs possédant des bovins de haute valeur génétique : de percevoir des

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST Réseaux d Élevage Aquitaine et Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon La question de la maîtrise de l énergie devient récurrente du fait

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE

LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE Note de conjoncture 2013 L'ÉLEVAGE BOVINS VIANDE D AQUITAINE

Plus en détail

Infertilité et problèmes de stérilité dans l'espèce féline :

Infertilité et problèmes de stérilité dans l'espèce féline : Points développés : Infertilité et problèmes de stérilité dans l'espèce féline : 1. Rappel du cycle sexuel normal de la chatte 2. Une saillie efficace 3. La gestation : quelques stades importants 4. L'infertilité

Plus en détail

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010 Le GIE Elevage envoie aux partenaires GENIVAL une lettre d information sur l évolution de l outil et l offre en taureaux d élevage. Merci de la diffuser auprès de tous les techniciens et éleveurs de votre

Plus en détail

LA FIÈVRE Q COMMENT SE POSITIONNE LE S.I.I.N. SCIENTIFIC INSTITUTE FOR INTELLIGENT NUTRITION?

LA FIÈVRE Q COMMENT SE POSITIONNE LE S.I.I.N. SCIENTIFIC INSTITUTE FOR INTELLIGENT NUTRITION? LA FIÈVRE Q COMMENT SE POSITIONNE LE S.I.I.N. SCIENTIFIC INSTITUTE FOR INTELLIGENT NUTRITION? 1 SOMMAIRE 1. États des lieux des connaissances.... 3 1.1. Quelques définitions... 3 1.2. Avis des différentes

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : Baccalauréat professionnel «Conduite et gestion d'une entreprise du secteur canin et félin» Module

Plus en détail

VALORISER LES PRAIRIES

VALORISER LES PRAIRIES RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA VALORISER LES PRAIRIES Autonomie alimentaire et valorisation des prairies dans les élevages ovins de l Ouest LA PLUPART DES SYSTÈMES

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Utilisation des dates d inséminations artificielles et de vêlages pour la détection de maladies émergentes ou ré-émergentes

Utilisation des dates d inséminations artificielles et de vêlages pour la détection de maladies émergentes ou ré-émergentes Utilisation des dates d inséminations artificielles et de vêlages pour la détection de maladies émergentes ou ré-émergentes Aurélien Madouasse, Anne Lehébel, Christine Fourichon UMR BioEpAR Nantes Emergences

Plus en détail

Santé de la femme L insémination artificielle avec don de sperme Santé de la femme DÉPARTEMENT D'OBSTETRIQUE, GYNÉCOLOGIE ET RÉPRODUCTION Ref. 123 / 2009 Service de Médecine de la Reproduction Servicio

Plus en détail

Domaine Elevage bovins

Domaine Elevage bovins Domaine Elevage bovins 22 Autonomie alimentaire pour les vaches laitières et allaitantes Panorama des solutions développées sur la ferme expérimentale de Thorigné d Anjou. Objectifs : obtenir des références

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

FORMATIONS en production caprine 2013-2014

FORMATIONS en production caprine 2013-2014 FORMATIONS en production caprine 2013- Titre du cours Durée Lieu Alimentation des petits ruminants : moutons et chèvres Élevage de chevreaux de boucherie Gérer la traite et la qualité du lait en production

Plus en détail

Boviclic WEB. Descriptif des fonctionnalités de la version 5.05. Version 1.10

Boviclic WEB. Descriptif des fonctionnalités de la version 5.05. Version 1.10 Boviclic WEB Descriptif des fonctionnalités de la version 5.05 Version 1.10 1 Nom Date Sommaire 1. Principales évolutions... 4 a. Nouvelles impressions... 4 «Mes délais de notification»... 4 Liste des

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB Retour au sommaire des BEH de 1998 La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB V. Cerase*, I. Rebière* et les biologistes du réseau RENARUB *Réseau

Plus en détail

Maitriser l alimentation pour optimiser la réussite à l IA

Maitriser l alimentation pour optimiser la réussite à l IA Maitriser l alimentation pour optimiser la réussite à l IA HOMAND Julien nutritionniste CA 52 le 18/02/15 La reproduction : une nécessité économique! Pour faire du lait, il faut un veau Une faible fertilité/fécondité

Plus en détail

Les FORMATIONS 2015 CHÊNE VERT CONSEIL

Les FORMATIONS 2015 CHÊNE VERT CONSEIL Les FORMATIONS 2015 En production porcine ZI Bellevue II - 35220 CHATEAUBOURG PRÉSENTATION DES FORMATIONS ET DE Notre objectif : vous faire gagner en efficacité et en compétitivité! Les formations de

Plus en détail

Directives techniques

Directives techniques Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la sécurit é alimentaire OSAV Protection des animaux Directives techniques concernant les Contrôles de base de la protection des animaux dans les

Plus en détail

INFORMATIONS GENERLES

INFORMATIONS GENERLES Nature Echantillon/ Espèce animale Motif (non exhaustif) Maladie/ Recherche Méthode(s) appliquée(s) Par défaut SERUM Achat Brucellose, Sérologie EAT Brucellose, sérologie EAT+ELISA individuel. Prophylaxie

Plus en détail

à joindre à la demande d analyse «parasitologie cutanée» pour prise en charge des frais d analyse par le GPS. élevage

à joindre à la demande d analyse «parasitologie cutanée» pour prise en charge des frais d analyse par le GPS. élevage Numéro de troupeau : éleveur : Vétérinaire : à joindre à la demande d analyse «parasitologie cutanée» pour prise en charge des frais d analyse par le GPS. élevage Spéculations Races présence de gale viande

Plus en détail

La biosécurité à la ferme : ça vaut la peine d y travailler

La biosécurité à la ferme : ça vaut la peine d y travailler La biosécurité à la ferme : ça vaut la peine d y travailler La présence de maladies dans les troupeaux laitiers implique des coûts importants à la ferme. Mais à combien peut-on estimer ces pertes? Par

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

Pour tous vos projets, contactez :

Pour tous vos projets, contactez : Octobre 2010 FIliERes L e t t r e d i n f o r m a t i o n a u x a d h é r e n t s d e Viande V I A N D E Spécial SOMMET 2010 SOMMAIRE Page 1 EDITO Page 2 Le taurillon Salers Page 3 La génisse croisée Charolais

Plus en détail

Coûts de production en viande bovine

Coûts de production en viande bovine Pays de la Loire Deux- Sèvres Coûts de production en viande bovine IDENTIFIER LES MARGES DE PROGRES L analyse des coûts de production dans les élevages montre une grande variabilité : - du niveau de la

Plus en détail

LUTTE : DORLOTER SES BREBIS

LUTTE : DORLOTER SES BREBIS 0839-Fiches Reproduction 17/03/06 16:41 Page 1 LUTTE : DORLOTER SES BREBIS Fiche 1 Le revenu de l éleveur passe par une lutte réussie, et donc des brebis pleines et de nombreux agneaux, 5 mois plus tard.

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES AVIAIRES Principales espèces pathogènes chez les poules et les dindes: Mycoplasma gallisepticum, M. synoviae, M. meleagridis, M. iowae, Tropisme

Plus en détail

SAVOIR ÊTRE et SAVOIR FAIRE avec les BOVINS

SAVOIR ÊTRE et SAVOIR FAIRE avec les BOVINS SAVOIR ÊTRE et SAVOIR FAIRE avec les BOVINS Un site sur les vaches fait par les vaches car nous ne sommes pas si folles que ça: Sens, Relations, Comportements, Manipulations, Contentions des BOVINS COMPORTEMENT

Plus en détail

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques.

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques. Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques projet 07 BIO 03 Organisme requérant :Valacta Organisme responsable du projet :

Plus en détail

LOGICIEL DE GESTION DU SANITAIRE

LOGICIEL DE GESTION DU SANITAIRE LOGICIEL DE GESTION DU SANITAIRE Un outil souple, rapide et sécurisé pour mener et suivre toutes vos actions sanitaires. Le complément de SIGAL, pour gérer les maladies non réglementées. La simplicité

Plus en détail

ET La CLASSIFICATION I/ ENUMERATION DES CRITERES

ET La CLASSIFICATION I/ ENUMERATION DES CRITERES Les CRITÈRES DE SELECTION en race AUBRAC ET La CLASSIFICATION des ANIMAUX I/ ENUMERATION DES CRITERES Les différents critères de sélection pris en compte en race Aubrac peuvent être répartis en 3 groupes

Plus en détail

Plus que la seule détection des chaleurs. Détection des chaleurs Nedap. Détection des chaleurs de précision avec Contrôle sanitaire

Plus que la seule détection des chaleurs. Détection des chaleurs Nedap. Détection des chaleurs de précision avec Contrôle sanitaire Plus que la seule détection des chaleurs Détection des chaleurs Nedap de précision avec Contrôle sanitaire de précision avec Contrôle sanitaire Rendement et efficacité de la gestion sont les facteurs clés

Plus en détail

Photo couverture Sheila Sundborg; design Caroline Pelletier

Photo couverture Sheila Sundborg; design Caroline Pelletier Photo couverture Sheila Sundborg; design Caroline Pelletier Photo Mathieu Larose Economic Analysis of Dairy Breeds Elliott Currie, Associate Professor, Department of Business; Jeff James, MSc. Candidate,

Plus en détail

K A O L A C K. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaolack

K A O L A C K. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaolack K A O L A C K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

La conduite du troupeau

La conduite du troupeau La conduite du troupeau 50 VA charolaises 52 PMTVA SAU 70 ha Prairies 55 ha 15 ha Céréales auto-conso. Reproduction Objectif : vêlages groupés du 1 er aout au 1 er novembre Nécessité de surveiller les

Plus en détail

CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA04

CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA04 RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION REFERENCES CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA4 CAPRIN FROMAGER HORS SOL 2 UMO,.5 ha, 35 chèvres, 28 l de lait, gamme diversifiée, circuits courts

Plus en détail

En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures

En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures 2005-2006 701.2 En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures Midi-Pyrénées 58 vaches Limousines 70 UGB 75 ha de SAU 2 UMO 1,3 UGB/ha SFP Ventes 8 vaches finies 16 veaux d Aveyron

Plus en détail