UN VEAU PAR VACHE ET PAR AN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN VEAU PAR VACHE ET PAR AN"

Transcription

1 RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA UN VEAU PAR VACHE ET PAR AN Pour les éleveurs allaitants dont la principale activité est de faire naître des veaux, il est primordial d'obtenir un veau par vache par an tout en maîtrisant les intervalles vêlage-vêlage afin de limiter le nombre d'animaux improductifs. Selon les simulations réalisées par les réseaux d'élevage charolais et limousins, l'impact de plus ou moins 3% de productivité numérique en système naisseur, équivaut à plus ou moins 2000 d'ebe (Excédent Brut d'exploitation). ALIMENTATION : NI TROP MAIGRE, NI TROP GRASSE Ne pas négliger l'alimentation avant vêlage Veiller à ne pas rentrer des animaux trop maigres en bâtiment. Très souvent l'apport de foin, d'enrubannage ou d'ensilage d'herbe est suffisant. Si les animaux manquent d'état, penser à apporter un peu de concentré en plus des fourrages. Du vêlage à la mise à la reproduction, favoriser la reprise de poids Si après vêlage, on peut admettre une perte de poids limitée (15-20 kg), il faut absolument que les femelles soient en reprise de poids avant d'aborder la reproduction soit au plus tard 50 jours après le vêlage. > Tableau 1 : Augmenter progressivement la complémentation après vêlage (Exemple pour des vêlages calés sur décembre janvier) Source : Réseaux d Elevage Foin à volonté (floraison) Ensilage herbe 30 kg brut Foin Céréales Soja CMV 1er mois lactation 1 0,3 100 g 2e mois lactation à volonté 1,5 0,4 100 g 3e mois lactation 2 0, er mois lactation g 2e mois lactation 6 0,5 0,3 100 g 3e mois lactation 6,5 1 0,4 100 g > pour des primipares, toujours en phase de croissance, il convient d'augmenter les apports de concentrés de 0,5 à 1 kg de céréales, > pour des vêlages de février-mars, le troupeau ne sera concerné que par des rations du 1 er et 2 ème mois, > pour des vêlages de septembre-octobre, les apports du 3 ème mois sont à conserver jusqu'à la mise à l'herbe. Centre 1

2 Apport régulier en minéraux et oligo-éléments Les minéraux (phosphore, calcium et magnésium) et les oligoéléments (cuivre, zinc, sélénium, iode,...) sont très peu stockés par l'organisme et nécessitent des apports réguliers. Privilégier des formules de type 5-20 plutôt que des formules équilibrées. Les vitamines (A, D3 et E) se stockent très bien au niveau du foie à condition que celui-ci soit en bon état de fonctionnement (déparasitage douve si nécessaire). Si la ration de base distribuée aux animaux associe graminées, légumineuses, et différents concentrés, une partie des besoins en minéraux, oligo et vitamines est déjà assurée. > Exemple : - les légumineuses et la pulpe de betterave sont riches en calcium - les céréales sont riches en phosphore - les foins sont riches en vitamine D Analyser vos fourrages et faites calculer vos rations L'ENVIRONNEMENT DE LA REPRODUCTION : PAS DE STRESS ET DU CONFORT - Limiter les manipulations et les changements de régime alimentaire en période de mise à la reproduction. - Veiller à la surface de logement (10 à 12 m² par couple mère-veau), et au bon éclairage des bâtiments (1/20ème des surfaces couvertes en tôles translucides). - Favoriser les retours en chaleur par la présence d'un taureau dans une case proche de celles des femelles. LES CONDITIONS DE VÊLAGE Favoriser les vêlages faciles pour limiter les risques et conséquences des vêlages difficiles.toute complication à la mise bas pénalise la future reproduction. Si besoin, intervenir à bon escient en respectant une hygiène rigoureuse. Rechercher un intervalle vêlage-mise à la reproduction de jours. Dans ces délais, on observe les meilleurs résultats. SANITAIRE : ATTENTION AUX PARASITES ET MALADIES INFECTIEUSES Certaines pathologies, pas forcément visibles, ont un impact sur les performances de reproduction. Il convient de les repérer assez vite afin de ne pas pénaliser les efforts réalisés sur les autres facteurs (alimentation, bâtiments...) Raisonner le déparasitage des reproductrices Les parasites tels que la grande douve, la petite douve et les paramphistomes agissent sur l'état de santé général de l'animal et par conséquent sur ses fonctions reproductrices. L'infestation des animaux par ces 3 agents pathogènes se fait surtout sur l'automne (de septembre à novembre). Pour des vêlages d'octobre, le diagnostic et l'éventuel traitement est à effectuer juste après vêlage et avant la période de mise à la reproduction. Sur des vêlages d'hiver, la recherche de parasites est à prévoir à la rentrée des animaux. Diagnostic : coprologies pour les paramphistomes et la petite douve, privilégier la sérologie pour la grande douve. 2 Il n'y a pas de déparasitage à effectuer contre les strongles sur vaches puisque cette catégorie d'animaux acquière une immunité. En cas d'amaigrissement trop important un traitement au coup par coup peut s'envisager.

3 Rester vigilant face à la présence de certains virus et bactéries On distingue 2 grandes familles de maladies entraînant des troubles de la reproduction : > les maladies d'origine bactérienne : brucellose, fièvre Q, salmonellose, chlamydiose, listériose, leptospirose... > les maladies d'origine virale : BVD, FCO... Dès que des animaux correctement alimentés et déparasités manifestent une date de reprise des chaleurs tardive ou bien des retours de saillies à répétition ou encore des avortements embryonnaires, il convient de suspecter une éventuelle pathologie. La réalisation de sérologies, voire de virologies sur une partie du troupeau est un bon moyen de vérifier le statut sanitaire du troupeau. En cas d'avortements, un diagnostic s'impose, les frais d'analyse pourront être pris en charge. Le taux de gestation peut chuter de 10 à 20 % par l absence de maîtrise d un seul de ces facteurs. Il peut donc atteindre un niveau très bas dès lors que plusieurs recommandations ne sont pas respectées. Le suivi des taureaux de reproduction Vérifier l'aptitude des taureaux à la reproduction : avant l'âge de 18 mois les taureaux peuvent saillir mais leur fertilité peut être limitée. Pour un adulte en monte libre, les lots de femelles ne doivent pas dépasser 30 individus. Un traitement antibiotique ou une légère boiterie peut limiter voire stopper la fonction reproductive. En cas de doute sur la fertilité du taureau il est possible de faire analyser la semence par un centre d'insémination ou vétérinaire. Le constat de gestation > L'échographie : 5 à 6 /femelle Elle peut être réalisée à partir de 35 jours (plus de fiabilité à 42 jours). C'est une méthode très précoce, fiable et adaptée pour des lots importants d'animaux. > Le palper rectal : Environ 6 /palper Cette pratique peut être réalisée à partir de 60 jours. C'est une méthode un peu moins précise mais très efficace sur des stades physiologiques plus avancés. Elle n'est pas adaptée à des grands nombres d'animaux. DANS UN CONTEXTE PERTURBÉ, METTRE PLUS DE FEMELLES À LA REPRODUCTION Chaque éleveur définit une période de vêlage qui tient compte des contraintes de l'exploitation (système fourrager, bâtiments, objectifs de production ). Cela passe par un taux de renouvellement suffisant, d'au moins 25 %. Un troupeau jeune offre davantage de possibilités commerciales. Cette année, pour certains éleveurs, il est nécessaire de recaler la période de mise-bas. Il semble opportun selon les possibilités, d'augmenter le nombre de femelles mises à la reproduction de 15 à 20 %. LE SUIVI DE SON CHEPTEL : NOTER ET OBSERVER Un planning de reproduction (10 à 15 ) Qu'il soit circulaire ou linéaire, c'est un outil indispensable pour une gestion efficace des événements de reproduction. Ce suivi permettra de gérer la mise en reproduction, les retours en chaleurs et les diagnostics possibles. 3

4 FCO : VACCINER C EST SE PROTÉGER Outre les conséquences en terme économique que la FCO exerce sur les échanges commerciaux, cette maladie infectieuse peut sérieusement perturber la reproduction des animaux (bovins, ovins...). Bref rappel sur les modes de transmission du virus FCO La FCO est reconnue comme étant une infection "non contagieuse d'un animal à l'autre" mais à transmission vectorielle (via la piqûre d'un moucheron). Cependant, d'autres modes de transmission sont définis, notamment : > la transmission vénérienne : Les mâles reproducteurs en infection aiguë peuvent excréter le virus dans le sperme durant la période de virémie (avec un risque potentiel de transmission du virus. Cependant, on ne connaît pas l'efficacité épidémiologique de ce mode de transmission). > la transmission transplacentaire : le virus de la FCO sérotype 8, peut traverser la barrière placentaire et être transmis au fœtus. LA FCO ET SES CONSÉQUENCE SUR LA REPRODUCTION L'incidence de la maladie peut revêtir plusieurs formes (symptômes cliniques, pertes de production et conséquences sur la capacité à reproduire). Les conséquences du virus FCO sur la reproduction sont particulièrement importantes et peuvent se matérialiser par un allongement de l'intervalle vêlage - vêlage, une baisse du nombre de veau par vache. Incidence possible chez le taureau reproducteur : > Troubles de la fertilité : une infection par le virus FCO chez le taureau peut être associée à une infertilité transitoire. Une des causes responsables serait l'hyperthermie déclenchée par l'infection. Pour rappel la durée de la spermatogenèse (= délai de formation des spermatozoïdes) chez le taureau est de jours. Par conséquent, un mâle touché par un trouble de la spermatogenèse mettrait alors, dans le meilleur des cas, environ 2 mois pour retrouver une production normale de spermatozoïdes. Incidence possible chez la femelle gestante et son fœtus : > Avortements : Un passage de FCO peut être la cause de mortalités embryonnaires précoces, d'avortements dus soit directement à l'infection du fœtus par le virus FCO, soit indirectement par le stress maternel induit. > Anomalies congénitales : Le virus FCO sérotype 8 peut passer la barrière placentaire. Les conséquences de ce passage peuvent varier en fonction du stade de gestation de la mère infectée. Par exemple, durant le second tiers de gestation, le passage transplacentaire du virus peut être à l'origine de perturbations du développement et de malformations nerveuses (veaux aveugles, cerveau rempli d'eau, veau "anormal" ). P Rappel : la déclaration d avortement est obligatoire Le dépistage brucellose est alors financé à 100 % par l Etat (honoraires vétérinaires + frais d analyses). Concernant le dépistage des autres agents pathogènes pouvant être responsables d avortement (agent de la BVD, Fièvre Q, chlamydiose...), il existe au niveau des GDS de la région Centre, des plans d action avortement. Ils permettent la prise en charge totale ou partielle des frais d analyses. Contactez votre vétérinaire et votre GDS. 4

5 POURQUOI CERTAINS BOVINS VACCINÉS L'ÉTÉ 2008 ONT QUAND MÊME SUBI LE PASSAGE DE LA FCO SÉROTYPE 8? Les symptômes observés durant l'été 2008 sur des animaux vaccinés, ne sont pas en relation avec la vaccination, mais dus à la circulation du virus FCO. En effet, une partie importante de la vaccination a été réalisée durant la période de circulation virale, la vaccination n'a donc pas eu l'effet protecteur recherché. Ces éléments expliqueraient que certaines vaches pleines du printemps 2008, vaccinées fin juin - début juillet et soumises à une circulation virale début juillet 2008, puissent : présenter des retards de vêlage, donner naissance à des veaux "anormaux, aveugles allergie (qui, elles-mêmes, peuvent entraîner des troubles de la reproduction) ou locales : œdème. Même si ce genre de situation est relativement rare, il convient, si elle est observée, de la notifier à l'aide d'un dossier de pharmacovigilance (contactez votre vétérinaire ou votre GDS). Dans ce dossier, il sera relevé par votre vétérinaire l'ensemble des conditions d'administration du vaccin, les signes observés, les autres traitements éventuellement réalisés le même jour Ces informations sont alors remontées au centre de pharmacovigilance, qui déterminera si le vaccin doit être mis en cause ou non. En vaccinant tardivement, on prend le risque de vacciner des animaux déjà infectés et la vaccination n'a pas l'effet protecteur recherché. Un outil de protection incontournable : la vaccination La généralisation de la vaccination est primordiale. En effet, le taux de couverture vaccinale (proportion d'animaux vaccinés et protégés) est un des facteurs de réussite de la campagne de vaccination. Pour être efficace, 80 % des animaux des espèces sensibles présents pendant la période de circulation virale doivent être vaccinés (source : AFSSA). Les remontées de pharmacovigilance Les vaccins utilisés dans le cadre de la vaccination FCO sont des vaccins inactivés et ne présentent pas de risques particuliers. Cependant, dans de rares cas, comme tout médicament, les vaccins inactivés peuvent être à l'origine de réactions générales : hyperthermie, L'observatoire FCO de la Région Centre Un observatoire régional FCO a été créé en pleine crise sanitaire. Il a pour objectif de faire l'état des lieux sur l'évolution des naissances, des mortalités, d'élevages déclarés foyers sur l'ensemble des départements du Centre. Au-delà de la synthèse d'informations, il nous permet de mutualiser nos connaissances et nos outils de gestion au niveau régional, pour plus d'efficacité. Contacts GDS 18 Tel : GDS 28 Tel : GDMA 36 Tél : GDS 37 Tel : GDS 41 Tel : GDS 45 Tel :

6 CE QU'IL FAUT RETENIR : En élevage allaitant, l'objectif est d'obtenir un veau par vache et par an, plus ou moins 3 % de productivité numérique se traduit par plus ou moins 2000 d'excédent brut d'exploitation. Avant la mise à la reproduction > Préparer les taureaux, attention le moindre traitement antibiotique peut perturber la fertilité. > Constituer les lots et prévoir les accouplements dans l'objectif d'obtenir des vêlages faciles. > Ajuster le nombre de femelles par taureau, pour les adultes ne pas dépasser 30 femelles, effectifs à diminuer si les venues en chaleur ont lieu sur une période courte. Pour les jeunes mâles (moins de 20 mois), ne pas dépasser la quinzaine de femelles à saillir. En période de reproduction > Favoriser la reprise de poids et éviter les changements brusques d'alimentation. Pour les animaux tout juste en état, un flushing par l'apport d'un kg de céréales pendant une période d'un mois sera bénéfique. > Logement : de l'espace et de la lumière et un taureau dans une case à proximité des reproductrices. > Manipulations : restreintes et dans le calme. > Sanitaire : prévenir plutôt que guérir. Durant la gestation Réaliser des diagnostics de gestation : pour réformer rapidement les animaux vides et anticiper les ventes, pour constituer l'hiver prochain des cases d'animaux de même stade physiologique. Dans toutes les situations, observer et enregistrer tous les évènements pour en tirer les conclusions qui s'imposent après analyse. Important Dans tous les cas se ménager des marges de manœuvre en mettant de 15 à 20 % de femelles en plus à la reproduction par rapport à l'objectif de vêlages. Contacts Pascal TAFFOREAU, Chambre d Agriculture du Loir et Cher - Tél : Sophie AUZEL, Chambre d Agriculture du Cher - Tél : Yvan LAGROST, Chambre d Agriculture du Cher - Tél : Yann PROUTEAU, Chambre d Agriculture de l Indre et Loire - Tél : Claude VINCENT, Chambre d Agriculture de l Indre - Tél : Jean-Paul BELLAMY : Institut de l Elevge - Tel. : Crédit photos : Institut de l elevage Création : Bêta Pictoris - Réalisation : Magali Alliié - Impression : Lefèvre Graphic LES RÉSEAUX D ÉLEVAGE Les Réseaux d Elevage sont un dispositif partenarial associant des éleveurs et des ingénieurs des Chambres d Agriculture et de l Institut de l Elevage. LES PARTENAIRES FINANCEURS Ce document a reçu l'appui financier du Casdar, de FranceAgriMer et de la Chambre Régionale d Agriculture du Centre 6 Mai 2009 Document édité par l Institut de l Elevage rue de Bercy, Paris cedex ISBN : PUB IE :

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE

MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE MEDRIA 2014 DOSSIER DE PRESSE Alimentation-Reproduction-Santé MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE 1/18 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDRIA lance au SPACE 2014 sa dernière innovation, le FeedPhone

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

BREVES DU GDS 85. ont plutôt tendance

BREVES DU GDS 85. ont plutôt tendance Editorial BREVES DU GDS 85 N 29 - NOVEMBRE 2010 Ne pas confondre le PSE et le SPE (Support Personnalisé d Epidémiosurveillance), ce dernier mis en place avec le GTV (Groupement Technique Vétérinaire) et

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Editorial. Pour l heure, nous vous rappelons les différentes personnes à contacter en cas de besoin :

Editorial. Pour l heure, nous vous rappelons les différentes personnes à contacter en cas de besoin : Année 2004 - N 16 - avril - mai - juin Editorial Mr GUEDON Yves, nouveau Président du GDMA85 Lors du dernier Conseil d administration qui s est tenu le 30 juin dernier à la Roche Sur Yon, les administrateurs

Plus en détail

MEDRIA 2013 DOSSIER DE PRESSE MEDRIA INVESTIT LA SANTÉ ANIMALE ET LANCE SON APPLICATION MOBILE

MEDRIA 2013 DOSSIER DE PRESSE MEDRIA INVESTIT LA SANTÉ ANIMALE ET LANCE SON APPLICATION MOBILE MEDRIA 2013 DOSSIER DE PRESSE MEDRIA INVESTIT LA SANTÉ ANIMALE ET LANCE SON APPLICATION MOBILE 1 2 Retrouvez-nous Au SPACE 2013 HALL 1 STAND E46 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Depuis près de 10 ans, MEDRIA met au

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010 Le GIE Elevage envoie aux partenaires GENIVAL une lettre d information sur l évolution de l outil et l offre en taureaux d élevage. Merci de la diffuser auprès de tous les techniciens et éleveurs de votre

Plus en détail

AUTOUR DE LA MISE BAS

AUTOUR DE LA MISE BAS AUTOUR DE LA MISE BAS Un vêlage ou un agnelage est une des périodes les plus importantes dans la conduite d un élevage. De sa réussite dépendra l entrée d argent quelques mois plus tard. Il est donc impératif

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D UNE DEMONSTRATION CHIENS DE TROUPEAU DANS UNE MANIFESTATION PROFESSIONNELLE

CAHIER DES CHARGES D UNE DEMONSTRATION CHIENS DE TROUPEAU DANS UNE MANIFESTATION PROFESSIONNELLE CAHIER DES CHARGES D UNE DEMONSTRATION CHIENS DE TROUPEAU DANS UNE MANIFESTATION PROFESSIONNELLE 1. OBJECTIFS DE LA DEMONSTRATION Une démonstration correctement réalisée doit : Montrer dans quelles situations

Plus en détail

Contrat d insémination 2015

Contrat d insémination 2015 Centre de reproduction équine du Petit Hautier 2 Route de Paris 76220 Ménerval Tél : 02 32 89 07 11 Port : 06 88 83 60 20 www.petithautier.fr Email: doc.chollet@orange.fr Contrat d insémination 2015 Entre

Plus en détail

GESTION SANITAIRE DES REGROUPEMENTS DE TROUPEAUX BOVINS. Méthode d'intervention

GESTION SANITAIRE DES REGROUPEMENTS DE TROUPEAUX BOVINS. Méthode d'intervention GESTION SANITAIRE DES REGROUPEMENTS DE TROUPEAUX BOVINS Méthode d'intervention Guide d intervention pour la gestion sanitaire des regroupements de troupeaux bovins Auteurs du guide d intervention Coordination

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES MEDRIA ELEVAGE PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES LA SOCIÉTÉ MEDRIA Société créée en 2004 40 salariés Des investissements

Plus en détail

LA COMPLEMENTATION DU TROUPEAU ET DES VEAUX SOUS LA MERE EN MINERAUX ET EN VITAMINES : UNE PRATIQUE INDISPENSABLE A NE PAS IMPROVISER

LA COMPLEMENTATION DU TROUPEAU ET DES VEAUX SOUS LA MERE EN MINERAUX ET EN VITAMINES : UNE PRATIQUE INDISPENSABLE A NE PAS IMPROVISER LA COMPLEMENTATION DU TROUPEAU ET DES VEAUX SOUS LA MERE EN MINERAUX ET EN VITAMINES : UNE PRATIQUE INDISPENSABLE A NE PAS IMPROVISER Photo A. VALLET La complémentation hivernale des vaches gestantes et

Plus en détail

L innovation au service de l éleveur Medria veille sur vos animaux et vous informe par sms

L innovation au service de l éleveur Medria veille sur vos animaux et vous informe par sms L innovation au service de l éleveur Medria veille sur vos animaux et vous informe par sms Détection des chaleurs détection du vêlage www.medria.fr M. Gesmond, utilisateur HeatPhone et Vel Phone en Mayenne.

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES

LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES I. La reproduction des animaux Observer le comportement des parents, suivre la croissance des jeunes est si intéressant que, dès le CP, les enfants

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE?

AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE? AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE? Traduit de: PRODUCERS MIGHT WANT TO CONSIDER CREEP FEEDING Auteur: Stephen B. Blezinger, Ph.D., PAS (Copyright 2015 Dr. Stephen B. Blezinger) Adapté en français

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Guide utilisateurs SYNel WEB MOBILE Version V100

Guide utilisateurs SYNel WEB MOBILE Version V100 Page 1 sur 25 Guide utilisateurs SYNel WEB MOBILE Version V100 1 INTRODUCTION... 3 2 ACCES A SYNEL WEB MOBILE... 4 3 AUTHENTIFICATION... 4 3.1 CONNEXION... 4 3.2 MULTI-CHEPTELS... 4 4 ACCUEIL... 5 5 IDENTIFICATION...

Plus en détail

Conseils Vétérinaires

Conseils Vétérinaires Conseils Vétérinaires Le chiot Le chiot de 2 mois vient d'être séparé de sa mère, il donc nécessaire de reproduire le plus possible chez son nouveau maître, ses conditions de vie antérieures (alimentation,

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

Rapport final Analyse économique

Rapport final Analyse économique Rapport final Analyse économique Exploitation de la lumière naturelle dans les programmes de photopériode pour le contrôle de la reproduction chez les ovins (Projet #6266) Demandeur Organisme conjoint

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999

Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999 Impact des pratiques alimentaires de fin de gestation sur la lactation publié dans L'égide n 15, 1999 Au cours d'un cycle de production, les semaines qui entourent la mise-bas sont capitales : elles conditionnent

Plus en détail

LE REFERENTIEL DE COMPETENCES

LE REFERENTIEL DE COMPETENCES LE REFERENTIEL DE FINALITE Liste des missions EXPLOITANT ARBORICULTEUR Organise et supervise l'ensemble des opérations techniques liées à la production de fruits en fonction de ses objectifs quantitatifs

Plus en détail

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

La gestion sanitaire du troupeau

La gestion sanitaire du troupeau AGRI PRO DUC TION Élevage bovin La gestion sanitaire du troupeau Toute la réglementation. Le troupeau et les soins aux animaux. Le médicament et la pharmacie vétérinaire. Ouvrage collectif Préface La santé

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Les faits sur la semence ABS SEXATION

Les faits sur la semence ABS SEXATION Les faits sur la semence ABS SEXATION La procédure de sexage La semence sexée est produite en utilisant la technologie de la cytomètrie en flux qui permet de trier les cellules X (femelle) des cellules

Plus en détail

Référentiel Diversification 2007

Référentiel Diversification 2007 Référentiel Diversification 2007 E L E V A G E D E CHAMBRES D'AGRICULTURE C H E V A U X D E T R A I T LORRAINE A R D E N N A I S CONDITION DE RÉUSSITE DU PROJET DONNÉES GÉNÉRALES Temps de travail Investissement

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Concevoir un libre-service à fourrages en bâtiment pour bovins allaitants

Concevoir un libre-service à fourrages en bâtiment pour bovins allaitants collection l essentiel Concevoir un libre-service à fourrages en bâtiment pour bovins allaitants Fiche technique bâtiment d élevage n 2 Depuis quarante ans, le monde de l élevage voit sa main d œuvre disponible

Plus en détail

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 D. NAUD 1 INSTRUCTIONS COMPLÈTES CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 2007 11 La Direction de l'environnement et du développement durable du ministère de l'agriculture,

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

Le chercheur responsable, en collaboration avec le personnel technique de

Le chercheur responsable, en collaboration avec le personnel technique de Direction des services vétérinaires Procédure normalisée de fonctionnement Objet : Gestion des colonies internes de souris Numéro : RE-1 Portée : Ceci est une directive de la Direction des services vétérinaires

Plus en détail

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central BIO MASSIF Bulletin du Pôle AB Massif Central, Février 2011, N 10

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES SOMMAIRE

PLAN D AFFAIRES SOMMAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ PORTANT SUR L ÉTABLISSEMENT D UNE PÉPINIÈRE DE CHEVRETTES AU QUÉBEC PLAN D AFFAIRES SOMMAIRE remis à Société des éleveurs de chèvres laitières de race du Québec Ministère de l Agriculture

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements PREFET DE LA REGION LIMOUSIN Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements A remplir par tous les demandeurs sauf les JA et les CUMA/ASA DEMANDEUR Numéro OSIRIS :...

Plus en détail

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail. CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.com Espèces locales et territoire, un destin commun? Pâturage

Plus en détail

Produire des veaux bio de qualité

Produire des veaux bio de qualité LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 gab-44@wanadoo.fr MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE CIVAM Bio 53 02-43-53-93-93 La filière veaux bio est à la recherche d une certaine

Plus en détail

Dossier de presse. Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire. Inauguration 6 mars 2015.

Dossier de presse. Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire. Inauguration 6 mars 2015. LABO CE A Pl ouf r agan ( 22) Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire Dossier de presse Inauguration 6 mars 2015 Contacts presse Conseil général des Côtes d'armor Caroline

Plus en détail

Le point sur l IBR. la lutte les statuts. Manuel pratique à l attention des éleveurs. élever, produire, transformer... l Arsia vous accompagne!

Le point sur l IBR. la lutte les statuts. Manuel pratique à l attention des éleveurs. élever, produire, transformer... l Arsia vous accompagne! Le point sur l IBR Manuel pratique à l attention des éleveurs la maladie la lutte les statuts élever, produire, transformer... l Arsia vous accompagne! Manuel pratique à l attention des éleveurs - décembre

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Application ORIBASE SmartEleveur pour Android

Application ORIBASE SmartEleveur pour Android Application ORIBASE SmartEleveur pour Android GUIDE DE L UTILISATEUR V2.0 juillet 2012 Table des matières INSTALLATION... 3 Nouvelle installation... 4 Paramétrage du smartphone... 4 Téléchargement... 4

Plus en détail

Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage

Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage Joop LENSINK 1, Kees VAN REENEN 2, Hélène LERUSTE 1 1 Institut Supérieur d Agriculture (ISA) Lille, France 2 Animal Science Group,

Plus en détail

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta La relation homme animal peut ainsi être définie comme le degré de proximité ou de distance entre l animal et l homme, c est-à-dire la perception mutuelle qui

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

Un veau atteint de troubles respiratoires

Un veau atteint de troubles respiratoires LES MALADIES RESPIRATOIRES DES VEAUX SOUS LA : PLUTOT QUE D AVOIR A LES GUÉRIR, IL VAUT BEAUCOUP MIEUX LES PRÉVENIR EN APPLIQUANT QUELQUES RÈGLES D ELEVAGE SIMPLES ET DE BON SENS Les maladies respiratoires

Plus en détail

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs Brochure informative à l attention des consommateurs Une édition du Comité scientifique de l Agence alimentaire Lait cru à chauffer avant consommation! 1 Editeur responsable Prof. Em. dr. Pharm. C. Van

Plus en détail

SENEGAL GENETIQUE LAITIERE

SENEGAL GENETIQUE LAITIERE SENEGAL GENETIQUE LAITIERE Enquête de référence auprès des ménages- Chef de ménage 1. INFORMATIONS GENERALES Date (JJ/MM/AAAA) Nom du l'enquêteur Nom du chef de ménage Est-ce que le chef de ménage (et

Plus en détail

Recommandations de l OVF pour harmoniser les prescriptions cantonales sur l estivage en 2013

Recommandations de l OVF pour harmoniser les prescriptions cantonales sur l estivage en 2013 Département fédéral de l'intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Recommandations de l OVF pour harmoniser les prescriptions cantonales sur l estivage en 2013 Afin d'obtenir une harmonisation des prescriptions

Plus en détail

GENIFER GENANIMAL : ANR-GANI-015 (2006-2008),

GENIFER GENANIMAL : ANR-GANI-015 (2006-2008), G F εn I ε R GENIFER GENANIMAL : ANR-GANI-015 (2006-2008), Mesures phénotypiques et étude du polymorphisme de gènes candidats de QTL de fertilité femelle en race Prim Holstein Patrice HUMBLOT 1, Yves AMIGUES

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

des registres de l'entreprise de transformation de viande et des activités du personnel à tous les stades du processus d'abattage et de découpe.

des registres de l'entreprise de transformation de viande et des activités du personnel à tous les stades du processus d'abattage et de découpe. RÈGLEMENT (CE) N 854/2004 FIXANT LES RÈGLES SPÉCIFIQUES D ORGANISATION DES CONTRÔLES OFFICIELS CONCERNANT LES PRODUITS D ORIGINE ANIMALE DESTINÉS À LA CONSOMMATION HUMAINE H 3 Points clés : Délivrance

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjonctures 2012-2013 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références»

Plus en détail

Savez-vous ce qu'est exactement un vaccin à part un produit qu'on injecte et qui protège contre une maladie?

Savez-vous ce qu'est exactement un vaccin à part un produit qu'on injecte et qui protège contre une maladie? Savez-vous ce qu'est exactement un vaccin à part un produit qu'on injecte et qui protège contre une maladie? C'est en fait, une petite quantité du germe (virus ou bactérie) responsables de la maladie que

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens

Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens Liège WAVFH 21 novembre 2012 Dr Pascale GILLI-DUNOYER DGAL Bureau des laboratoires et de la coordination des contrôles officiels MAAF-FRANCE

Plus en détail

QUOI DE NEUF DANS LE NOUVEAU NRC?

QUOI DE NEUF DANS LE NOUVEAU NRC? QUOI DE NEUF DANS LE NOUVEAU NRC? Daniel LEFEBVRE, Ph.D., agronome PATLQ inc. Sainte-Anne-de-Bellevue Conférence préparée en collaboration avec : Doris PELLERIN, Ph.D., agronome Professeur en sciences

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

CODE DE PROCEDURE POUR L IMPORTATION DE POUSSINS D UN JOUR ET DES OEUFS A COUVER DE L ESPECE DINDE

CODE DE PROCEDURE POUR L IMPORTATION DE POUSSINS D UN JOUR ET DES OEUFS A COUVER DE L ESPECE DINDE ROYAUME DU MAROC *************** MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL **************** DIRECTION DE l'elevage N 10/DE/DSA Rabat le 10 Février 2004 CODE DE PROCEDURE POUR L IMPORTATION DE

Plus en détail

Les systèmes équins du Grand Ouest

Les systèmes équins du Grand Ouest Les systèmes s du Grand Ouest Repères techniques et économiques 0 SOMMAIRE SOMMAIRE... PRÉSENTATION... 3 LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN... 3 CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE... 3 TYPOLOGIE NATIONALE

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

Les services vétérinaires français

Les services vétérinaires français Dans le cadre de leurs actions au sein du ministère de l'agriculture et de la Pêche, les services vétérinaires sont amenés à travailler avec leurs homologues étrangers, dont les structures administratives

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Indice de sélection pour les fermes laitières biologiques en Ontario. Paola Rozzi, Ph. D.

Indice de sélection pour les fermes laitières biologiques en Ontario. Paola Rozzi, Ph. D. Indice de sélection pour les fermes laitières biologiques en Ontario Paola Rozzi, Ph. D. 1. Production laitière dans les fermes biologiques ontariennes...2 1.1 Moyennes en régie biologique et à l échelle

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Haute-Loire Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois Cet élevage de trait Comtois

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS L'objet de ce texte est de fournir des orientations aux Membres de l'oie sur le rôle et les responsabilités des Services vétérinaires

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie Voici le Programme de salubrité des aliments à la ferme pour le bœuf- Bœuf Qualité Plus-

Plus en détail

S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1).

S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1). S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1). Complétez les deux copies et faites les parvenir à l éleveuse de qui vous adoptez votre chiot. Si vous adopté un chiot

Plus en détail