POLITIQUE DE PLACEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POLITIQUE DE PLACEMENT"

Transcription

1 BANQUE PRIVEE JANVIER 2016 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10

2 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10

3 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale... 5 Obligations... 6 Actions... 7 Devises... 8 Contact : Jean-Charles Schiltz Head of Portfolio Management, CIO EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 3/10

4 SYNTHÈSE La croissance économique mondiale continue d être soutenue par la consommation des ménages. Les achats domestiques sont étayés par les créations d emploi, la dynamique de crédit et la maîtrise de l inflation. La consommation sera d autant plus robuste dans les pays où la progression des salaires est forte, tels que les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Chine. Par effet statistique, l inflation rebondira au premier trimestre, pour se stabiliser ensuite. Elle demeurera, toutefois, sous les objectifs officiels des banques centrales, notamment si les prix du pétrole continuaient de chuter. Les investisseurs obligataires sous-estimant le rebond des prix à court terme et une exposition tactique en obligations indexées à l inflation pourrait dynamiser l allocation obligataire en profitant du rebond des anticipations d inflation. Tandis que la Fed s apprête à augmenter ses taux directeurs à plusieurs reprises, le manque croissant de liquidité dans le marché des obligations High Yield rend ce type d investissement trop risqué. Bien que le Secular Bull Market ne soit pas totalement terminé, les marchés actions sont chèrement valorisés. Tout en restant constructif sur l évolution des marchés actions, le Comité surveille de très près la possibilité d une nouvelle correction boursière. Le dollar s est à nouveau fortement apprécié en Il commence à devenir cher au vu des fondamentaux économiques. Bien qu il continue de profiter de la dichotomie de politiques monétaires entre la Fed et la BCE, son appréciation devient trop consensuelle. EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 4/10

5 CONJONCTURE INTERNATIONALE En 2016, l activité économique américaine progressera sur le même rythme qu en Notre estimation pointe à 2.4%, légèrement au-dessus du potentiel de croissance situé à 2% (cf. graphique). Toutefois, derrière cette activité vigoureuse se cache une dynamique plus fragile qu il n y paraît. Un risque de ralentissement au deuxième semestre, ou en 2017 pourrait entraîner le Produit Intérieur Brut (PIB) en-dessous de son équilibre. La croissance économique s installe en Zone Euro. Nos estimations économétriques nous permettent d anticiper une progression annuelle du Produit Intérieur Brut (PIB) de 2% durant les six premiers mois de Ensuite, il n est pas impossible que la croissance fléchisse quelque peu. Rien de dramatique. Cette dernière ne peut tout simplement pas rester durablement au-dessus de son potentiel de long terme, à savoir 1.2%. Le Japon renouera avec la croissance en Un des éléments qui permet d assoir cet optimisme provient de la moindre sensibilité de l économie japonaise à la dynamique d activité en Chine. Depuis le lancement des Abenomics et la dépréciation du yen, les entreprises japonaises ont gagné en compétitivité. Ainsi, les exportations sont moins sensibles que par le passé au cycle de croissance des pays émergents asiatiques. Souvenons-nous également que la troisième flèche des Abenomics, celle des réformes structurelles visant à accroître la richesse des ménages pour stimuler la demande domestique, est essentielle à la pérennité de l activité économique au Japon. Le Premier Ministre a, une fois encore, pris le temps d exhorter les entreprises à augmenter les salaires afin de doper la croissance. Dans les pays émergents, la Chine est la principale source d activité. Tandis que le Brésil et la Russie tentent de s extirper de la récession, la profonde transition économique de la Chine est observée à la loupe. L essor d une consommation privée permet au secteur des services d être résilient. L accroissement du commerce intraémergent renforce l influence de la Chine sur la sphère émergente. 6 EVOLUTION ANNUELLE DE L ACTIVITE ECONOMIQUE AUX ETATS-UNIS (SOURCES : BLOOMBERG, EDMOND DE ROTHSCHILD) Potential: 3.0% per annum 2.0% per annum US Economic Activity (GDP, %YoY) EdR Forecasts EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 5/10

6 OBLIGATIONS La Réserve Fédérale durcit sa politique monétaire. Après avoir augmenté ses taux directeurs en décembre 2015, pour la première fois depuis dix ans, elle s apprête à adopter un rythme cadencé en En effet, si les gouverneurs ont eu le plus grand mal à se décider pour déterminer la date exacte de la première hausse de taux en 2015, ils ont en revanche toujours expliqué que celle-ci se ferait de 100 points de base par an. Etant donné les perspectives de croissance et d inflation, mais également le retard qu ils ont pris par rapport au cycle économique ces dernières années, ils devraient pouvoir tenir leur promesse. Tandis que la Fed s apprête à augmenter ses taux directeurs à plusieurs reprises, le manque croissant de liquidité dans le marché des obligations High Yield rend ce type d investissement trop risqué. Les investisseurs n ont pas intégré le fait que le pétrole n aura plus d effet déflationniste en 2016 et que l inflation salariale continuera de progresser rapidement. À mesure qu ils en prendront conscience, les anticipations d inflation rebondiront (cf. graphique). Cette perspective devrait favoriser la performance des obligations indexées, relativement aux classiques bons du Trésor. La Banque Centrale Européenne demeurera très accommodante. Les gouverneurs soutiennent la thèse d une politique monétaire ultra souple. Après avoir étendu la création monétaire jusqu en 2017 et en ayant positionné les taux de dépôt en territoire négatif, les gouverneurs devraient maintenir ce cap durant toute l année Même si la croissance économique accélère, l inflation demeure très en-deçà de l objectif officiel de 2%. La Banque Nationale Suisse (BNS) a choisi de laisser sa politique monétaire inchangée, en n abaissant pas davantage son taux d'intérêt négatif. Au risque de paraître impertinents, nous estimons que cette inaction est dommageable pour l économie suisse, qu elle empêchera la BNS d atteindre ses objectifs mandataires. La Suisse navigue avec des taux réels de +0.65%... un record parmi les pays développés. L écart est particulièrement frappant par rapport à son principal partenaire économique, la Zone Euro. ANTICIPATIONS D INFLATION AUX ETATS-UNIS (SOURCES : BLOOMBERG, EDMOND DE ROTHSCHILD) US Breakeven 5 Year EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 6/10

7 ACTIONS Bien que le Secular Bull Market ne soit pas totalement terminé, les marchés actions sont chèrement valorisés. Les dernières années ont été exceptionnelles sur les marchés boursiers. Cette envolée des cours s est principalement faite grâce à l expansion des multiples. La croissance des bénéfices n a eu, pour sa part, qu une importance marginale. Cette situation, basée sur la confiance que les investisseurs placent dans les interventions hors-norme des banques centrales est qualifiée de risk-on. Elle a permis d enregistrer d excellentes performances boursières, alors que les prévisions de profits n'ont cessé d'être revues à la baisse. Le S&P 500 a, par exemple, progressé de 220% entre 2009 et 2015, tandis que les bénéfices ont crû de 71% seulement. En 2016, pour pérenniser la progression des indices boursiers, il faudra que les bénéfices des sociétés s améliorent substantiellement. Toutefois, cette croissance bénéficiaire risque d être amoindrie par l évolution des multiples, qui pourraient continuer de se contracter légèrement La dichotomie de performance entre les titres américains d un côté, européens et japonais de l autre, est principalement liée à l évolution des devises. L euro et le yen ne cessent de se déprécier face au dollar. Par effet domino, les bénéfices des sociétés cotées s accroissent nettement plus vite en Zone Euro et au Japon qu aux États- Unis. Ainsi, à niveaux de valorisation comparables, l EuroStoxx et le Nikkei surperforment le S&P500 américain. Les marchés actions des économies émergentes ont enregistré leur cinquième année consécutive de baisse face à leurs homologues développés (cf. graphique). Celle-ci trouve principalement ses racines dans le moindre différentiel de croissance prévalant entre les deux blocs PERFORMANCE RELATIVE DES MARCHES EMERGENTS MSCI Emerging Markets minus MSCI World in % (SOURCES : BLOOMBERG, EDMOND DE ROTHSCHILD) EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 7/10

8 DEVISES Puisque toutes les banques centrales créent de la monnaie, à l exception de la Réserve Fédérale américaine, la pression haussière sur le dollar se poursuit. Toutefois, cette tendance fait désormais l unanimité chez les investisseurs. Ce comportement moutonnier constitue un signal inquiétant. Nos modèles économétriques permettent d entrevoir une progression additionnelle du dollar en 2016, comprise entre 5% et 10%. Tant que la Banque Centrale Européenne (BCE) maintiendra ses taux directeurs en territoire négatif et qu elle injectera des liquidités dans le système financier, l euro demeurera sous pression. La seule raison qui ne nous permet pas d anticiper une dégringolade de la Monnaie Unique, comme au deuxième semestre 2014, c est son très faible niveau de valorisation. Sous l angle de la Parité des Pouvoirs d Achat (PPA), l euro est déjà 15% au-dessous des fondamentaux économiques. Le seul moyen dont dispose le Japon pour éviter que la hausse des taux ne rende la dette insoutenable est d acheter lui-même sa propre dette. Pour se faire, la BoJ créera autant de monnaie que nécessaire (monétisation de la dette). Si cette situation pérennise l endettement public japonais, elle a pour corollaire une dépréciation massive du yen. Les hausses de taux de la BoE rendront la livre plus rémunératrice et donc encore plus attractive pour les investisseurs, notamment contre l euro qui se déprécie à mesure que la Banque Centrale Européenne imprime de la monnaie. Face au dollar, la tendance ne sera pas aussi porteuse. Et pour cause, les deux devises sont recherchées par les investisseurs. Le cable devrait ainsi évoluer latéralement, oscillant au voisinage de 1.60 dollar, comme c est le cas depuis Le franc suisse demeure très chèrement valorisé depuis la crise de la dette européenne en 2011 et, plus encore, depuis l abandon du cours-plancher le 15 janvier dernier. S il devait s apprécier en 2016, ce serait principalement contre l euro. TAUX DE CHANGE EUR/USD EUR/USD Exchange Rate EdR Forecasts (SOURCES : BLOOMBERG, EDMOND DE ROTHSCHILD) EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 8/10

9 AVERTISSEMENT Document non contractuel. Avertissement : les données chiffrées, commentaires, analyses et les travaux de recherche figurant dans cette présentation sont une explication objective et indépendante du contenu des recommandations et reflètent le sentiment de Edmond de Rothschild (Europe) sur les marchés, leur évolution, compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour. Ils ne sauraient toutefois constituer une quelconque offre ou proposition d'investissement ni un quelconque engagement ou garantie de Edmond de Rothschild (Europe). Lorsque les informations sont fournies par des tiers, tels que des prestataires spécialisés dans la fourniture de services financiers ou des marchés réglementés, Edmond de Rothschild (Europe) n'assumera aucune responsabilité quant à leur qualité et leur exactitude. Ces informations ne sont données qu à titre purement indicatif par Edmond de Rothschild (Europe) et ne sauraient être interprétées comme une confirmation par Edmond de Rothschild (Europe) ou comme reflétant une valeur financière exacte. Le lecteur est tenu de vérifier personnellement auprès des sources citées les informations fournies par Edmond de Rothschild (Europe). En aucun cas, la responsabilité de Edmond de Rothschild (Europe) ne saurait être engagée par une décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base desdits commentaires, analyses et données chiffrées qui sont données à titre informatif. Il appartient et il est particulièrement recommandé à chaque investisseur de se procurer les différents descriptifs réglementaires de chaque produit financier avant tout investissement, pour analyser son risque et forger sa propre opinion indépendamment de Edmond de Rothschild (Europe), en s entourant de l avis de tous les conseils spécialisés dans ces questions afin de s assurer notamment de l adéquation de cet investissement à ses connaissances, son expérience en matière financière, à ses objectifs d investissement ainsi qu à sa situation financière et fiscale. Les performances (brutes de commissions, frais et autres charges à prélever par Edmond de Rothschild (Europe)) et les volatilités passées ne préjugent pas des performances et des volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps. Elles peuvent par ailleurs être affectées par une fluctuation des taux de change. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite, stockée dans un système de récupération de données ou distribuée à quelque fin ou par quelque moyen que ce soit, électronique, mécanique, photocopie, enregistrement ou autre, sans la permission expresse et écrite de Edmond de Rothschild (Europe). EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 9/10

10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 20, boulevard Emmanuel Servais L-2535 Luxembourg T EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 10/10

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - MARS 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITE D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Guerre des changes : fin de l acte II? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients D ans un monde marqué par un

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

LETTRE D INVESTISSEMENT

LETTRE D INVESTISSEMENT BANQUE PRIVEE LETTRE D INVESTISSEMENT 1 ER TRIMESTRE 2015 DOCUMENT CONFIDENTIEL ET RÉSERVÉ À L USAGE DES DESTINATAIRES Monaco, le 30 mars 2015 Lénine avait raison «Par des procédés constants d'inflation,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui!

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! Point de vue macroéconomique Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! par Bruno Jacquier Bonne surprise pour l économie Suisse! Alors que nous redoutions une stagnation, le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - FÉVRIER 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVEE ETUDES FINANCIERES POLITIQUE DE PLACEMENT NOVEMBRE 2014 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA 1/12 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVEE DECEMBRE 2014 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 1/9 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale... 5 Obligations...

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? GENÈVE, LE 11 AVRIL 2013 BRUNO JACQUIER BANQUE PRIVÉE PARTIE 1 LA PARITÉ DES POUVOIRS D ACHAT BANQUE PRIVÉE EDMOND DE ROTHSCHILD S.A. 2 EXPLICATION THÉORIQUE ÉQUILIBRE

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD TURBULENCES SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS: POSSIBLE REPORT DU RELÈVEMENT DU TAUX DIRECTEUR DE LA FED Faits saillants Pour un deuxième mois consécutif, les mouvements

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Boussole. Global Macro Risk Indicator Un environnement prometteur pour les actions. Optimisme conjoncturel grâce à la baisse des prix du pétrole brut

Boussole. Global Macro Risk Indicator Un environnement prometteur pour les actions. Optimisme conjoncturel grâce à la baisse des prix du pétrole brut Boussole Mars 2015 Global Macro Risk Indicator Un environnement prometteur pour les actions Optimisme conjoncturel grâce à la baisse des prix du pétrole brut La décision de la BNS - et ce qu elle signifie

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 11 FEVRIER 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. ETATS-UNIS L ISM manufacturier chute lourdement, les services se redressent légèrement L ISM Manufacturier baisse

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Actions Japonaises : le rallye n'est pas terminé

Actions Japonaises : le rallye n'est pas terminé Actions Japonaises : le rallye n'est pas terminé Frédéric Rollin Convictions d investissement Janvier 2014 Reprise du crédit, stabilisation des prix des biens de consommation et de l'immobilier, retour

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Forex Equities Options

Forex Equities Options La BCE devra se battre avec la déflation Comme nous l écrivions à plusieurs reprises dans nos analyses, nous estimons que le spread FRA permet de juger de l évolution et de la juste valeur du marché des

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Deuxième trimestre de 2014 Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Le Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD («nous») juge toujours que malgré les politiques

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 FEVRIER 15 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs sont-ils en phase avec la croissance? Europe : faut-il croire au miracle? Japon : que reste-t-il dans le carquois?

Plus en détail

Mensuel. Février 2015. Actualité. Marchés

Mensuel. Février 2015. Actualité. Marchés AM Actualité Mensuel Marchés Février 2015 Vocation du document Le présent document a été produit par HSBC Global Asset Management afin de partager sa vision de long terme. Cette vision, présentée par classes

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

La Chine atterrit et le marché décolle!

La Chine atterrit et le marché décolle! Que s'est-il passé en avril? Focus Marchés Commentaires de marché En avril, le ralentissement économique du premier trimestre est confirmé par les chiffres de croissance publiés en Chine et aux Etats-Unis.

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. Octobre 2015. Index. 1. Le FMI révise encore à la baisse les perspectives de croissance mondiale

1 MOIS EN 10 IMAGES. Octobre 2015. Index. 1. Le FMI révise encore à la baisse les perspectives de croissance mondiale 1 MOIS EN 1 IMAGES Octobre 15 Chaque mois, SYZ Asset Management publie dans «1 mois en 1 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très FICHE PAYS JAPON : CROISSANCE EN SURSIS Département analyse et prévision Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très forte reprise de la croissance, notamment au premier trimestre (+1,3

Plus en détail

COMMENTAIRE LE MARCHÉ HAUSSIER DE L OR EST RÉSOLUMENT CHOSE DU PASSÉ. Services économiques TD

COMMENTAIRE LE MARCHÉ HAUSSIER DE L OR EST RÉSOLUMENT CHOSE DU PASSÉ. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD LE MARCHÉ HAUSSIER DE L OR EST RÉSOLUMENT CHOSE DU PASSÉ Faits saillants L effondrement du cours de l or observé en 2013, celui-ci ayant affiché un recul de 29 % au

Plus en détail

Dollar US : La renaissance d une devise?

Dollar US : La renaissance d une devise? Dollar US : La renaissance d une devise? La devise de réserve mondiale Les différences de croissance et de politiques monétaires plaident en faveur d une hausse du dollar par rapport à la monnaie de la

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD LA FED À NOUVEAU SOUS LES FEUX DE LA RAMPE Highlights Si l agitation du côté de certains marchés émergents ainsi que la situation en Ukraine ont retenu l

Plus en détail

Comment investir aujourd hui? Jan Vergote Head of Investment Strategy Belfius Banque 19-05-2015

Comment investir aujourd hui? Jan Vergote Head of Investment Strategy Belfius Banque 19-05-2015 Comment investir aujourd hui? Jan Vergote Head of Investment Strategy Belfius Banque 19-05-2015 Portefeuille de référence Obligations sous-pondérées Obligations d'état pay s non inv estment grade 7% Obligations

Plus en détail

Le point éco par Swiss Life AM

Le point éco par Swiss Life AM Lundi 12 janvier 2015 Le point éco par Swiss Life AM Une WEB conférence animée par Eric Bourguignon Directeur de la gestion taux et crédit 1 Sommaire Bouleversement dans l environnement économique international

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

PERSPECTIVES. q ENVIRONNEMENT MACRO-ÉCONOMIQUE 3. q MARCHÉS FINANCIERS 8. q PERFORMANCES DES FONDS BL 14

PERSPECTIVES. q ENVIRONNEMENT MACRO-ÉCONOMIQUE 3. q MARCHÉS FINANCIERS 8. q PERFORMANCES DES FONDS BL 14 PERSPECTIVES 145 ANALYSE DES MARCHÉS FINANCIERS 4 e TRIMESTRE 215 UNE PUBLICATION DE BLI - BANQUE DE LUXEMBOURG INVESTMENTS SOMMAIRE q ENVIRONNEMENT MACRO-ÉCONOMIQUE 3 3 Le caractère anémique de la croissance

Plus en détail

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Le 1 er avril 2011 Vincent Lépine Vice-président Répartition globale de l actif et gestion des devises Agenda A Déséquilibres mondiaux croissants

Plus en détail

DPA GESTION PRIVEE. Fonds Commun de Placement. Bulletin semestriel au 30 Mars 2007

DPA GESTION PRIVEE. Fonds Commun de Placement. Bulletin semestriel au 30 Mars 2007 Publication de la Valeur Liquidative : Tenue à disposition auprès de : www.dpainvest.com DPA GESTION PRIVEE Fonds Commun de Placement Bulletin semestriel au 30 Mars 2007 L'inventaire détaillé du portefeuille

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2015

Perspective des marchés financiers en 2015 Perspective des marchés financiers en 2015 20/01/2015 14 ème édition 1 2 BIENVENUE! 3 Nouveautés Fortuneo Le PEA-PME 4 Nouveautés Fortuneo Les Portefeuilles Types 3 profils à suivre : prudent, équilibré

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Les taux d intérêt demeureront relativement bas

Les taux d intérêt demeureront relativement bas juin Les taux d intérêt demeureront relativement bas Faits saillants Après un hiver à oublier, l économie américaine envoie des signaux encourageants. L inflation se replace, mais la Banque du Canada demeure

Plus en détail

Faut-il s inquiéter des nombreux déséquilibres de la Chine?

Faut-il s inquiéter des nombreux déséquilibres de la Chine? 21 Février 2011 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Faut-il s inquiéter des nombreux déséquilibres

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015 Note de gestion 15 janvier 2015 En début d année, il est d usage de se livrer à l exercice du bilan de l année écoulée et de tracer des perspectives pour l année qui débute. Il est intéressant de constater

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 24 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : l épineuse question d acheter ou vendre Chine : vent de panique, vente panique États-Unis : attendons la Fed, pour

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Boussole. Identification du marché baissier. Chute des prix du brut - causes & effets. Crise de la dette mondiale - les moyens d en sortir

Boussole. Identification du marché baissier. Chute des prix du brut - causes & effets. Crise de la dette mondiale - les moyens d en sortir Boussole Septembre 215 Identification du marché baissier Chute des prix du brut - causes & effets Crise de la dette mondiale - les moyens d en sortir Ce qu il faut savoir sur les actions Votre patrimoine,

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués

Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués Stratégie et investissement Il est essentiel de prendre des risques mesurés : privilégiez une prise de risque

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions 2,0 2,0 1,5 États-Unis UEM 1,5 0,5 0,5 0,0 0,0 11-2010 11-2011 11-2012 11-2013 11-2014 11-2015 11-2016 Taux à dix

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. openbook.etoro.com. Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro :

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. openbook.etoro.com. Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro : Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro : openbook.etoro.com Les marchés action sont repartis à la hausse cette semaine suite à différents chiffres économiques qui ont entrainé un rebond.

Plus en détail

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015 STRATEGIE D INVESTISSEMENT COMMENTAIRES A PROPOS DE LA GRECE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 1/8 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/8 SYNTHÈSE Une fois

Plus en détail

'%# % % '%#$! %!6# %: %%!# &!"! %! % "%!'"% %%!# %:.!#%'%!"%5#"%!$5!"!4"%5#"%!$!!"!4 "% 5#"%!$"! %!!%''4 "% 5#"%!$"! %!!%''

'%# % % '%#$! %!6# %: %%!# &!! %! % %!'% %%!# %:.!#%'%!%5#%!$5!!4%5#%!$!!!4 % 5#%!$! %!!%''4 % 5#%!$! %!!%'' !! !"!!#$"%! "&%!'() (*)#%!%'!!!'! '"%' +%,!-$#!#"%!%'## $"!!%%%$ '!. /% %# "!%' "%! %,! %''!/# '%# % % '%#$! 01.!#0 %"%%%.!%''!"%!'"%"%#!'##%2#!!"!3.!"%&#"%!$&!"!!!"!4"%5#"%!$"!%!!% ''4 "% 5#"%!$ "!

Plus en détail

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada?

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? COMMENTAIRE Services économiques TD EN TERRITOIRE NÉGATIF Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? Faits saillants Le renforcement des mesures de stimulation monétaire à

Plus en détail

Rapport annuel Exercice clos le 31 octobre 2014 SAFIR 1) Politique de gestion Le fonds finit l année à +2.19% contre +12.56% pour l indice composite 50% MSCI DM World Net Return (dividendes nets réinvestis)

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Mandat Action-Vérité

Mandat Action-Vérité Mandat Action-Vérité Performances Au 28/11/2013 2012 2013 1 mois 3 mois 6 mois 1 an Vol. 1 an MANDAT Action-Vérité 10,86% 9,71% 0,89% 3,05% 2,01% 11,45% 6,69% Indice Composite (40% MSCI World, 25% Eurostoxx

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail