Evénement EVPA du 04 avril Compte-rendu des discussions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evénement EVPA du 04 avril 2013. Compte-rendu des discussions"

Transcription

1 Evénement EVPA du 04 avril 2013 Compte-rendu des discussions Contexte : La réunion de travail réunissait des membres français du réseau EVPA au siège du Crédit Coopératif, pour une matinée d échanges sur les sujets d actualité pour le secteur de la venture philanthropy. Participants : Comptoir de l Innovation Groupe SOS : Louise Swistek ; Crédit Coopératif : Hugues Sibille, Pierre Valentin, Aurélie de Fonvielle, Anthony Degouve ; Ecofi Investissements : François Lett ; EVPA : Kurt Peleman, Christine Castille ; Fondation Grameen Crédit Agricole : Jean-Luc Perron ; L Initiative Philanthropique : Jerome Kohler Natixis Private Equity : Pierre Hervé ; PhiTrust Partenaires : Olivier de Guerre, Florence Goudchaux ; Social Venture Fund : Florian Erber ; Indépendant : Xavier Thauron. Citizen Capital: Laurence Méhaignerie 1- Atelier : Venture philanthropy et social investment en France Animateur: Kurt Peleman, Directeur Général de l EVPA Crédit Coopératif Pierre Valentin Pierre Valentin a rappelé le rôle du Crédit Coopératif dans l investissement social et l économie sociale et solidaire en France, et notamment via la filiale ESFIN-IDES qui gère des outils de financements. Il note qu il y a de plus en plus d investisseurs sociaux sur le marché, même si cela reste encore insuffisant par rapport aux besoins du marché. Du côté de l offre, les investisseurs sont assez variés, les principaux étant : - Les fonds solidaires : La législation française avec les fonds d épargne solidaire a crée une réelle augmentation des montants disponibles à l investissement social. Pour rappel, ces fonds sont des OPCVM dont entre 5% et max. 10% de leurs investissements sont des actifs non cotés et sont investis dans des entreprises «solidaires» (selon la définition donnée par la législation française). L épargne salariale est obligatoire pour toutes les entreprises d une certaine taille, et l offre doit forcément inclure au minimum trois choix de fonds, dont au minimum un doit être un fonds solidaire, depuis la Loi de De ce fait, aujourd hui en France les fonds solidaires représentent environ 2,5 milliards d euros d encours, dont environ 250 millions d euros servent à refinancer des entreprises solidaires ; 1

2 - Les fondations actives dans l impact investing : il n y en a pas encore beaucoup dans le paysage français, à cause des aspects techniques plus que juridiques, qui les empêchent de développer ce type d activités ; - Fonds d investissements : family offices, banques privées, Du côté de la demande, on trouve un marché très important en France : - ~8% du PIB en France et 10% de l emploi (1.9 millions de salariés dans le monde associatif) ; - «Entreprises solidaires» (dans l insertion, accompagnement vers l emploi, etc). Ces structures ont des besoins importants en capitaux propres. Une des solutions est le titre associatif («TA»), titre crée par la législation française dans les années 80 mais qui a été très peu utilisé. Le Crédit Coopératif est un des seuls à avoir émis des TA pour l ONG ACTED en 2012 ; une 2 ème émission est en cours ; une seule autre émission a eu lieu sur le marché en Dans le cadre de la loi de l économie sociale et solidaire qui sera présentée en Juillet 2013, le Crédit Coopératif a participé aux travaux du Pôle Finance Innovation, qui se sont notamment traduits par 4 propositions d améliorations afin de rendre les TA plus attractifs : 1- Le taux maximum fixé par la loi à TMO+2.5% actuellement. Il est proposé qu il soit augmenté à TMO+5% pour être plus attractif pour les investisseurs ; 2- La durée actuelle est «perpétuelle» : la proposition est de ne pas fixer d échéance mais d imposer que l émetteur rembourse automatiquement les détenteurs de TA dès lors que les montants des excédents cumulés dégagés par l émetteur atteignent un montant supérieur à celui de l émission ; 3- Proposer que les TA soient reconnus comme titres de capital dans le décompte des actifs des sociétés de capital-risque et fonds communs de placement à risque (FCPR), qui ont l obligation d avoir au moins 50% de leur portefeuille en capital ; 4- Lorsqu une association répond aux caractéristiques d une PME (selon la définition européenne), il est proposé est que les investisseurs en TA en faveur d une association reconnue comme telle puissent bénéficier des mêmes avantages fiscaux que ceux attribués aux investisseurs dans les PME. Comptoir de l innovation Louise Swistek Le Groupe SOS, en tant qu entreprise sociale lui-même, a décidé de créer son propre outil de d investissement dans des entreprises sociales. Le Comptoir de l innovation (CDI) intervient en fonds propres et en quasi-fonds propres (notamment par des prêts participatifs) dans des coopératives, des associations et des entreprises classiques mais qui ont une mission sociale. Les investissements se font en priorité en France et éventuellement en Europe selon les opportunités. Les tickets sont de 500 k à 1,5M (moyenne de 700 k ). Les investisseurs sont des fonds de l épargne solidaire (ex. Amundi), des investisseurs qualifiés (personnes privées), et des assureurs, ces derniers montrent d ailleurs de plus en plus d intérêt sur l impact investing). La démarche du CDI découle d un double constat: 1- Les besoins en capitaux sont importants dans les entreprises sociales du domaine de la santé ; médico-social (car les investissements sont généralement lourds et amortissables sur de longues durées), secteur dans lequel est actif le Groupe SOS ; 2- L offre de solutions de financements long terme ou d apport en capital est faible ou inadaptée. Il y a tout un travail de communication et de pédagogie à réaliser entre le monde associatif/les entrepreneurs sociaux d une part, et les investisseurs sociaux d autre part, notamment sur les outils existants, leur fonctionnement, etc. 2

3 Phitrust Partenaires Olivier de Guerre Depuis 2005, Phitrust Partenaires a investi environ 8M (tickets entre 800k et 1M ) dans une vingtaine de projets. Les constats sur le marché de l investissement social en France sont les suivants : 1- Les besoins de financement des entreprises sociales ne sont pas servis pas les investisseurs, privés ou institutionnels, qui ne sont pas encore suffisamment nombreux ; 2- La gouvernance et l organisation des entreprises sociales est un des points-clés pour que des investisseurs puissent être confortables d investir dans la structure : or il y a un important travail d accompagnement qui est nécessaire, et qui est donc consommateur de ressources ; 3- Il y a un mélange et un manque de clarté au niveau des «termes» qui sont utilisées dans le secteur (entre venture philanthropy, investissement social, investisseurs sociaux, entreprise sociale, entreprise solidaire, fonds sociaux, fonds solidaires, impact investing, économie sociale et solidaire, etc ). Un réel travail d unification et de définition est nécessaire pour améliorer la communication et la visibilité du secteur et de l activité de venture philanthropy. Et les questions qui se posent au secteur sont : - Comment arriver à attirer les investisseurs? - Comment dépasser les barrières culturelles qui existent en France sur la question de l investissement dans le domaine du «social» (antagoniste dans les mentalités françaises)? - Comment faire passer le message que les rendements sont certes plus bas, mais que le risque est moins élevé? Développer qq exemples de bonnes pratiques pour mieux illustrer la démarche VP. Deux enjeux importants sont évoqués par Olivier de Guerre: 1- Augmenter le nombre d acteurs (du coté de l offre), en attirant à la fois des investisseurs privés et institutionnels ; 2- Chercher une cohérence entre la loi française et la loi européenne sur les définitions qui sont données autour de l entrepreneuriat social (entreprise sociale/solidaire). Hugues Sibille (Crédit Coopératif) réagit au commentaire d Olivier de Guerre en évoquant que la particularité française est liée à l historique du monde associatif français, où il n y a pas de «culture» des fonds propres. Les grandes associations ont peu à peu constitué des fonds propres par les dons; mais il n y avait pas de réflexion autour de ces besoins de fonds propres jusqu à récemment : la crise amène effectivement les associations à trouver des solutions alternatives. Il y a donc un enjeu d évolution des mentalités, une évolution culturelle. A cela s ajoute que le monde associatif en France a une culture forte de l autonomie. Alors qu avec des investisseurs il y a des exigences, des résultats qui sont demandés (sur la mission de l entité). L entrepreneuriat social est encore seulement une petite partie de l économie sociale et solidaire en France comparé au monde associatif qui est très important et qui peu à peu devra passer à la nouvelle approche. Hugues Sibille indique qu il y a aussi deux tendances sur le marché qui n ont pas encore été évoquées : 1- La mesure de l impact social : en France il y a un retard sur la question, il n y a pas de «boite à outils» et d indicateurs-clés définis et sur lesquels les acteurs du secteur se seraient accordés ; il va donc y avoir un travail important à faire dans ce domaine ; 2- La Banque Publique d Investissement (BPI) qui est en création devrait jouer un rôle de levier pour l entrepreneuriat social dans les années à venir. Fondation Grameen Crédit Agricole Jean-Luc Perron La Fondation, créée en 2008, intervient dans les pays en développement sur 2 modes : la microfinance et le «social business». En ce qui concerne l investissement dans des entreprises de «3

4 social business», cette activité sera développée à l avenir au travers d un fonds créé à l initiative de la Fondation, le Social Business Fund (SFB). Le Fonds, d un montant visé de 20 millions d Euros, a été juridiquement créé en novembre 2012, mais ne sera opérationnel qu à l issue de la levée de fonds en cours. Il interviendra exclusivement dans des entreprises de «social business». La Fondation définit un «social business» non pas en fonction de son statut, mais en fonction de sa mission sociale et des règles du jeu en matière de distribution de profit (pas ou peu de dividendes). Aussi, le Fonds investira dans : - Des entreprises dont le business model est axé sur l accès aux biens et aux services essentiels en faveur des populations les plus pauvres ; - Des entreprises qui créent des chaines de valeur «inclusives», et qui de ce fait génère des revenus pour les populations les plus pauvres Le Fonds interviendra en fonds propres, en dette ou en garantie. Il aura une durée de vie de 10 ans. Spécificité : n offre pas de rémunération du capital, à la fin de la période au maximum seuls les montants investis pourront être récupérés par les investisseurs. Mécanisme de gestion : le fonds est un fonds d investissement spécialisé, loi du Luxembourg, car la réglementation luxembourgeoise était plus adaptée. Elle permet notamment une «auto-gestion» du Fonds, moins coûteuse alors qu en France il faut nécessairement une société de gestion agréée pour un FCPR. De plus, comparé à un FCPR où la partie dédiée à la dette est plafonnée, ce modèle de fonds permet plus de flexibilité sur la répartition entre dette et capital. Par ailleurs, le fonds pourra créer, quand cela sera nécessaire, un autre compartiment au sein même du fonds actuel (ce qui est moins courant en France, l exemple est donné par un autre participant du FCPR Ardens mais qui est plutôt une exception). La Fondation a déjà investi dans 6 entreprises de social business, 2 autres investissements ont été approuvés récemment (objectif : dizaine fin 2013) ; Pays d intervention : Cameroun, Bangladesh, Cambodge (pays en développement) ; La Fondation investira dans le fonds à hauteur de 20% du total, notamment en lui transférant les investissements qu elle a déjà réalisés ; elle jouera en outre le rôle de conseil exclusif du fonds (qui est en auto-gestion) et sera rémunérée selon les coûts réels et non dans une logique de frais de gestion (et encore moins de «carried interest» que l on voit dans les fonds classiques). Ecofi Investissements François Lett Ecofi gère pour 43 M d investissements solidaires dans 53 entités différentes. François Lett pense qu il y a aujourd hui assez d entreprises mais plutôt un manque au niveau des investisseurs et financeurs. Ecofi a une section de fonds éthiques et solidaires et offre des outils innovants, dont voici quelques exemples: - Les fonds de partage : fonds classique mais dont une partie ou la totalité du rendement du fonds est reversée sous forme de don à une association à but non-lucratif (NB : le contexte actuel n est pas du tout favorable au développement de ce type de fonds du fait des taux monétaires très bas) ; - Les fonds Solidaires, déjà évoqués plus haut, mais qui ne sont pas toujours adaptés aux besoins du marché du fait de leur aversion élevée au risque, avec en majorité du financement en dette et à maximum 5 ans ; alors que les besoins des entreprises sociales sont plutôt à long terme et en fonds propres. La liquidité des investissements dans les entreprises sociales est également un enjeu majeur. Une idée pour résoudre ce problème a été de proposer des «contrats de liquidité», qui permettraient aux investisseurs d avoir une certaine sécurité sur la liquidité de leur titre. Les banques se portent garantes de ce contrat de liquidité (en échange d une rémunération). Afin de pouvoir exercer ce contrat de liquidité, l investisseur (le fonds) doit prouver qu il a un besoin impérieux de se défaire de 4

5 l investissement et/ou que des conditions préalablement établies sont réunies (ex : si 90% du fonds baisse alors besoin de liquidité sur les 10% restants, etc) ; dans ce cas, la banque prendrait le relais (achat du titre). Cependant, il faudrait un pool de banques pour que le mécanisme fonctionne. L Etat était intéressé par ce schéma et pourrait le soutenir à hauteur de 50 M, mais peu de banques ont montré d intérêt. Les différents participants listent les systèmes de garantie disponibles : - Oséo : Phitrust a réussit à en bénéficier pour des investissements en France ; - AFD : pour l international, l octroi de garantie a cependant été stoppé ; - BPI : l établissement public devrait jouer dans le développement d un système de garantie. Initiative Philanthropique Jerome Kohler L Initiative Philanthropique a une activité de conseil en mécénat et activités philanthropiques auprès de grandes fortunes et d entreprises. Les différents constats : - Il existe une étude qui montre les différences entre l Europe du sud (plus proche de la philanthropie classique) et l Europe du Nord qui adopte un mode beaucoup plus entrepreneurial dans son approche de l aide / du social. Par exemple, le rôle des fondations qui sont un véhicule plus commercial qui structure des activités philanthropiques de façon entrepreneuriale ; - Cette tendance touche la France avec l émergence des fondations, et une approche plus entrepreneuriale de la philanthropie. Ceci est aussi lié au fait qu un certain nombre d entrepreneurs qui se posent la question de la Philanthropie à titre personnel mais aussi au titre de leur entreprise ; - Une des problématiques soulevée est l utilisation du terme venture philanthropy, par des acteurs qui ne font pas de philanthropie! Comment ne pas perdre le lien avec la philanthropie et l esprit initial de celle-ci? Citizen Capital Laurence Méhaignerie Citizen Capital est un fonds d investissement qui a des objectifs financiers, soutenant des petites PME en forte croissance dans les secteurs de la mobilité sociale ou dont l activité a un impact social. Le défi est de concilier performance et impact dans ces sociétés. L un des enjeux majeurs de ce type d investissement reste, comme l avait mentionné Olivier de Guerre (Phitrust Partenaires), l accompagnement des entrepreneurs. Autres points / idées abordés par les participants: - Il y a un manque de clarté au niveau des investisseurs institutionnels, surtout pour le monde de l entrepreneuriat social ; - Dans certains cas les avantages fiscaux peuvent être un bon rendement. Est-ce un autre moyen de faire de l investissement social? dans quelle mesure cela n est-il parfois pas contradictoire? (exemple des grands pétroliers qui font des dons qui sont ensuite fiscalement déductibles pour des associations/programmes en faveur de l environnement, ) Indépendant Xavier Thauron Xavier Thauron est membre du comité de pilotage de la Commission ESG de l'afic (Association Française des Investisseurs pour la Croissance), en charge de l'impact Investing et des relations avec l'evpa. L'Afic a créé début 2013 une Commission ESG issue de son club Développement Durable. Celle-ci a prévu de créer des liens formels avec plusieurs organisations soeur dont l'evpa et va promouvoir 5

6 l'adhésion des ses membres à l'evpa et l'animation de la communauté Française Private Equity de l'evpa. 2- Le développement de la venture philanthropy et du social investment en Allemagne Florian Erber, Directeur des investissements, Social Venture Fund (SVF) SVF est un fonds créé en 2009, suite au constat qu une importante demande d entreprises sociales en Allemagne n était pas satisfaite. Le fonds est aujourd hui de 75 M, structuré comme un fonds classique de venture capital. Avec une maturité de 10 ans (extensible de 2ans). Il compte actuellement 20 investisseurs, principalement privés, originaires d Allemagne, Suisse et de Grande- Bretagne (une fondation). Le fonds investit en Europe (pas uniquement en Allemagne). Unicredit est l un des investisseurs. Les investissements sont réalisés dans des entreprises qui ont des activités diverses : centre de soins, aide à la personne, handicap, microdons, SVF s intéresse beaucoup au social impact bond de Grande-Bretagne, notamment pour voir comment cela peut être adapté au contexte allemand, étant donné que le secteur y est très différent. Présentation du secteur social en Allemagne : Le secteur social est très important et fort en Allemagne. Il repose principalement sur 3 types de structures : 1- Le secteur public (agence gouvernementales, ) ; 2- Le secteur privé (hôpitaux, ) ; 3- Les grandes organisations sociales, généralement basées sur des fondations religieuses (protestantes/catholiques), telles que Caritas ; 4- Les nouvelles entreprises sociales / investisseurs sociaux, qui viennent d une certaine manière concurrencer le secteur des grandes organisations déjà bien implantées. Pour SVF, l entreprise sociale se définit par rapport à sa mission : est-ce que le business model a une vision sociale/un objectif social en lui-même? Dans le domaine de l investissement social en Allemagne : - Le gouvernement n est pas très actif, seule la KfW a demarré un fonds de 2 M dédié aux entreprises sociales (en direct) ; - Les fondations : très importantes en Allemagne (ca. 100 Mds d euros). La plupart des fondations investissent leurs actifs dans des fonds classiques et utilisent les bénéfices pour faire des dons à des programmes sociaux. Il y a parfois des contradictions dans ce mode d investissement. Cependant les fondations sont soumises à une réglementation contraignante et ont peur d investir (elles n ont pas toujours les capacités pour gérer de ce type d activité). Quelques fondations font de l investissement social sur leurs fonds propres (en prêt, garantie à des organismes sociaux, ) ; c est notamment le cas des fondations d entreprises créées par entrepreneurs/ fondateurs ; - Banques allemandes : 2-3 banques investies dans le domaine social : Triodos, GLS. Ces dernières n investissent cependant pas dans les fonds ; - Privés fortunés: 2-3 family offices ont investi dans SVF. En général ils sont plus ouverts à l innovation et comprennent le monde entrepreneurial ; - Banque privée : quelques grandes banques suisses telles UBS souhaitent faire le lien entre leurs clients et la venture philanthropy, mais il y a une réelle difficulté pour eux à comprendre réellement de quoi il s agit pour ensuite arriver à le communiquer (manque d expérience du secteur social). 6

7 Les attentes des investisseurs en Allemagne sont plutôt le souhait de préserver le capital, les rendements attendus sont un peu au-dessus de l inflation (~3-4%). Contrairement aux pays anglosaxons où les attentes de rendements sont plus élevées. Enjeu de la liquidité : il n y a que 2 fonds tels que SVF en Allemagne, soit un très faible développement. Il y a un fort besoin de «raconter les succès» pour prouver que le business model marche et donc gagner la confiance et l intérêt de plus d investisseurs. Il y a un manque de réseaux/ associations en Allemagne pour les entrepreneurs sociaux (comme Ashoka) et qui puissent créer des dynamiques Synthèse - Il existe des opportunités mais il y a nécessité de plus de fonds et surtout de fonds plus grands, sinon le modèle est trop coûteux. Les frais de gestion de ce type de structures sont estimés à 4% environ (élevé par rapport à un fonds classique : 1,5-2%) ; - Comparé à d autres secteurs (ex. nouvelles technologies), les entreprises sociales n ont pas accès à des aides ou subventions pour aider au développement du secteur, ou de fiscalité avantageuse ; - Manque de moyens mis en œuvre pour soutenir le secteur ; comparé par exemple à la Grande-Bretagne où il y a plus de moyens : o Big Society Company : 600 M (seulement pour la Grande-Bretagne, qui maintenant cherche des rendements de 5% minimum) ; o Deutsche Bank UK : fonds de fonds de 10 M pour les fonds sociaux en Grande- Bretagne ; o Fonds communautaires des localités anglaises ; o Développement des «Social Impact Bonds» (30-40 M ) SVF fait de la recherche sur ce type de financement pour voir comment l adapter à l Allemagne ; o Les fondations sont plus actives dans la venture philanthropy, notamment en faisant une partie de leurs activités dans ce domaine via des intermédiaires spécialisés dans l investissement et l accompagnement des entreprises sociales en croissance. 3- Social Business Initiative de l Union Européenne : quelles sont les dernières avancées et quels impacts pour les investisseurs sociaux? Animateur : Hugues Sibille, Vice-Président, Crédit Coopératif La Social Business Initiative a été lancée par le Commissaire Européen Michel Barnier en 2011, elle fait partie d un ensemble de programmes mis en place dans le cadre du Single Market Act. L initiative a réuni des représentants des 27 Etats-membres de l Union Européenne ainsi que 71 experts du secteur sélectionnés sur candidature. Jean-Luc Perron (Fondation Grameen Crédit Agricole) et Hugues Sibille (Crédit Coopératif) ont participé activement aux discussions. Deux réunions ont été organisées, la troisième aura lieu en juin 2013, durant laquelle Jean-Luc Perron et Hugues Sibille proposeront la création d un sous-groupe de travail Finance qui visera à étudier les outils existants et proposer de nouvelles solutions financières pour le développement de l économie sociale et solidaire en Europe. Il existe d ores et déjà un sous-groupe de travail sur la mesure de l impact social. 11 mesures ont été proposées, visant à favoriser l émergence d un éco-système en Europe, elles sont réparties en 3 groupes : Améliorer l accès au financement (cf. ci-dessous) ; 7

8 Améliorer la visibilité des entreprises sociales : par le partage des bonnes pratiques, la mise en place d une cartographie des structures existantes (en faisant appel à un cabinet spécialisé), recensement et étude critique des labels et certifications, implication des administrations nationales et régionales ; Améliorer l environnement juridique : création d un statut européen des coopératives, mutuelles et fondations. Le statut de coopérative européenne a été très peu utilisé jusqu à présent, on en dénombre seulement 25 en Europe. La question de l amélioration de l accès au financement s est traduite par 4 mesures, à savoir : Lancement des European Social Entrepreneurship Funds (EuSEF) : le cadre légal européen a été adopté par Règlement le 13 mars dernier, par la grande majorité des députés européens, et ce de manière très rapide avec une application dès juillet 2013 sans qu il soit nécessaire de le transposer dans les Etats-membres (s agissant d un Règlement et non d une Directive) ; Mise en place d un fonds européen pour le soutien à l entrepreneuriat social : dans le cadre du Programme pour le Changement Social et l Innovation Sociale, un fonds de 92 M va être mis en place dès 2014 pour permettre un effet de levier pour les entreprises sociales ; Renforcement du Fonds Social Européen : le champ du FSE a été resserré mais ses capacités ont été étendues, à savoir un budget de 376 Mds d euros pour la période , avec une partie qui devrait être consacrée au soutien à l entrepreneuriat social (20% a priori). Il sera également possible au FSE d abonder des fonds existants ou de faire des garanties (essentiellement des subventions à ce jour) ; Renforcement du programme Progress : le programme Progress devrait être renforcé et la microfinance devrait être inclue dans le champ de l entrepreneuriat social. Hugues Sibille précise que la phase II de la Social Business Initiative sera lancée les janvier 2014, à Strasbourg. Il y a néanmoins peu de visibilité sur le futur de cette initiative après le changement des commissaires européens à venir prochainement. Jean-Luc Perron invite les participants à être présents lors de cet évènement, notamment par l organisation de side-events et une participation active aux échanges et débats. Jean-Luc Perron indique que le Règlement européen est une avancée forte, montrant une intention ferme de l Union Européenne d avancer dans le soutien à l entrepreneuriat social, avec notamment la création d un label et d un passeport européen pour les fonds EuSEF. Ces fonds seront réservés à des investisseurs institutionnels avec un montant minimum d investissement de 100 k, et il n est pas encore prévu une ouverture à la clientèle retail du fait du profil risqué et peu liquide des investissements de ces fonds. Jean-Luc Perron rappelle néanmoins que ce nouveau cadre ne créé pas de statut juridique ad hoc pour les EuSEF, mais qu il va entraîner une certification des fonds existants qui continueront de respecter leurs législations propres (par exemple le FCPR en France), sachant que le Règlement européen prévoit que les fonds EuSEF investissent un minimum de 70% de leurs actifs dans des entreprises sociales dont il fournit une définition. Pierre Valentin souligne la difficulté de l AMF à valider la certification EuSEF des fonds français, notamment sur leurs aspects sociaux. Olivier de Guerre rappelle que l EVPA a répondu à la consultation en demandant notamment à ce que les EuSEF ne soient pas concernés par la réglementation AIFMD ; or l AMF souhaite justement que cela soit le cas. Il est proposé qu un groupe de travail des acteurs français de la place soit organisé pour discuter avec l AMF de ce point, et plus globalement de faciliter l intégration des EuSEF en France. Hugues Sibille propose que l EVPA porte un message européen sur ce type de sujets, s agissant de la seule fédération connue à ce jour. Hervé Thauron invite à prendre contact avec l AFIC. 8

9 Jean-Luc Perron signale que le FEI souhaite qu une partie du fonds de 92 M mis en place par l UE soit versé au fonds de fonds géré par le FEI (250 M au total, à 50% public, notamment BEI, et 50% privé). 4- Les activités et projets de l EVPA pour membres dans 23 pays, 70 membres actifs Mission : offrir des solutions d apprentissage aux membres et investisseurs sociaux, nom à définir (xinvestors?) 5 activités : Mise en réseau ; Apprentissage entre membres, échange d expériences et bonnes pratiques ; Organisation de formations, et lien avec des formations externes ; Promotion de la venture philanthropy et x-investors ; Plaidoyer et lobbying. Recrutement de 3 salariés dans les 2 mois. Les participants soulignent la nécessité de rendre l EVPA plus visible dans les évènements majeurs organisés en France autour de l impact investment et de l économie sociale et solidaire : Convergences 2015, Impact², etc. Il est proposé d impliquer davantage l EVPA avec la Chaire Philanthropie de l ESSEC (membre du réseau) qui organise des évènements mensuels avec des entrepreneurs sociaux de différents pays européens ; il y a par ailleurs un intérêt de l ESSEC à suivre le knowledge center de l EVPA. Il est aussi demandé une meilleure diffusion des publications de l EVPA, tant en interne au sein des organisations membres, qu en externe auprès des autres acteurs du secteur. Olivier de Guerre invite l EVPA à se mettre en relation avec les réseaux représentatifs de ces secteurs en France : Admical, Finansol, Avise, France Générosités, Centre Français des Fonds et Fondations (CFF), etc. 5- Discussion : L apport de l EVPA et de ses membres dans le développement du secteur en France Liste d idées : Un workshop sur la nouvelle directive CE : what s in it for us? s assurer qu un membre de l EVPA assiste à la prochaine réunion à Strasbourg et fasse rapport des avancés dans la matière. Augmenter la visibilité de la VP en développant des exemples d investissements réussis à niveau européen Continuer sur la lancée du site visit de la Hongrie, organisant des réunions sur des thèmes spécifiques Mettre en place un groupe de travail de membres français pour organiser un plus grand nombre de grands et petits évènements en France pour augmenter la visibilité de l EVPA et d éduquer le secteur au concept de la VP et l impact investment (clarifier les concepts ) Se faire connaître par la chair ESSEC et proposer d y venir présenter l EVPA auprès de leur public cible Mieux faire connaître les produits du knowlegde center (KC), utilisant le mailing mais demandant aussi un feedback sur les documents développés ; ou encore, organiser un évènement pour la présentation des produits du KC 9

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Les instruments financiers cofinancés par le Fonds Social Européen sont des outils durables et efficaces pour investir dans la croissance

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Financer le développement des entreprises à impact social, un enjeu européen?

Financer le développement des entreprises à impact social, un enjeu européen? Financer le développement des entreprises à impact social, un enjeu européen? INTERVENANTS Co-organisée par France Active Lundi 9 septembre 2015 de 16h30 à 18h Salle Notre Dame des Victoires, Palais Brongniart,

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Sommaire Préambule - Kickstarter dépasse le milliard de dollars collectés - Mouvement de fonds ou épiphénomène? - Un ensemble d opportunités et d enjeux pour les différents acteurs

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2007 Un outil moderne haut de gamme d épargne et d investissement en faveur du financement de l économie

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires. Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010

Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires. Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010 Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010 Sommaire 1. Définition des «fonds solidaires» et des entreprises solidaires

Plus en détail

Financer en capital les entreprises innovantes

Financer en capital les entreprises innovantes Financer en capital les entreprises innovantes CDC Entreprises, acteur majeur du capital investissement pour les PME de croissance 18 Janvier 2011 Présentation au CAS Véronique JACQ CDC Entreprises dédiée

Plus en détail

ESS et politiques européennes

ESS et politiques européennes Denis Stokkink ESS et politiques européennes RTES 16 janvier 2015 Introduction - Présentation Pour la Solidarité Think & do tank européen / laboratoire d'idées et d'actions Devise : «Comprendre pour agir»

Plus en détail

Il était une fois WiSEED

Il était une fois WiSEED Il était une fois WiSEED En 2008, le financement participatif en capital des startups ou de toute autre entreprise n existait nulle part dans le monde. 2 hommes décidèrent de réinventer l économie et créèrent

Plus en détail

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché SCPI Exclusive Partners, société indépendante de conseil en investissement a réalisé en août-septembre 2012 une étude auprès

Plus en détail

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges 1 Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges Novembre 2011 Lorsqu une société est fortement valorisée

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS)

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le 13 février 2007, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi introduisant le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS). Cette nouvelle loi remplace la loi du

Plus en détail

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Institut de Microfinance Créa-Sol 26 rue Montgrand - 13006 Marseille 04 91 57 72 15

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE FRANCE ACTIVE 2 FRANCE ACTIVE Association créée en 1988 Fondateurs Fondation de France Caisse des dépôts et consignations Crédit Coopératif

Plus en détail

Groupe de travail «Billets de trésorerie»

Groupe de travail «Billets de trésorerie» Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Groupe de travail «Billets de trésorerie» Jeudi 6 février 2014 Constats Constats issus des enquêtes réalisées par l AFG, l AF2I,

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LE SOUTIEN A L INNOVATION SOCIALE? PERSPECTIVES REGIONALES ET EUROPEENNES

COMMENT AMELIORER LE SOUTIEN A L INNOVATION SOCIALE? PERSPECTIVES REGIONALES ET EUROPEENNES COMMENT AMELIORER LE SOUTIEN A L INNOVATION SOCIALE? PERSPECTIVES REGIONALES ET EUROPEENNES Modération : AGNES HUBERT, Commission européenne (BEPA) TABLE RONDE 1 : COMMENT LES REGIONS ET L UE SOUTIENNENT-ELLES

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. 5 Octobre 2009. LuxFLAG décerne son Label Microfinance à un Véhicule d Investissement en Microfinance (VIM): Advans S.A.

COMMUNIQUE DE PRESSE. 5 Octobre 2009. LuxFLAG décerne son Label Microfinance à un Véhicule d Investissement en Microfinance (VIM): Advans S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE 5 Octobre 2009 LuxFLAG décerne son Label Microfinance à un Véhicule d Investissement en Microfinance (VIM): Advans S.A. SICAR L agence Luxembourgeoise de labellisation des fonds (LuxFLAG),

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES PLAN INNOVATION Inciter les entreprises à investir dans les PME de croissance : LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES 1 Pierre Moscovici, ministre de l Économie et des Finances «Après cinq années de

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Le crowdfunding : le guide Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Définition Un mode de financement de projets créatifs, solidaires, entrepreneuriaux ou personnels en récoltant via internet de petits

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 01. Bpifrance en bref 02. L offre pour les entreprises innovantes L investissement

Plus en détail

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?»

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Entreprendre Financer Réussir «Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Raphaël Abou Administrateur Délégué Allyum 20 octobre 2010 Forum Financier Mons Introduction Notre métier : Accompagner

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier FCPI Diadème Innovation Pour concilier innovation et immobilier Diadème Innovation II, défiscalisation, innovation et immobilier Diadème Innovation II, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, a pour

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur

Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur Le Fonds JEREMIE PACA Dès 2006, la Région s est dotée d une gamme d outils de soutien aux entreprises, dans le cadre de son schéma régional de développement

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN

Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN NAMASKA Conçoit et déploie des opérations de communication pour mobiliser les collaborateurs autour

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

Saint Max. FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30

Saint Max. FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30 FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30 Saint Max Francis VENNER AVENIR CONSEIL PATRIMOINE 6 clos de la tuilerie - 54460 LIVERDUN tél :

Plus en détail

Investissez maintenant dans un avenir durable.

Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez dans la croissance de la Banque Triodos À la Banque Triodos, votre argent contribue à une société durable dans laquelle une place centrale est

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

Comment rendre le Capital Investissement dans les PME plus attractif pour les investisseurs locaux et internationaux?

Comment rendre le Capital Investissement dans les PME plus attractif pour les investisseurs locaux et internationaux? Comment rendre le Capital Investissement dans les PME plus attractif pour les investisseurs locaux et internationaux? EUROMED CAPITAL FORUM 1er Forum Euro-Méditerranéen du capital investissement Dominique

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL. Découvrez notre nouveau fonds. socialement responsable et solidaire

AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL. Découvrez notre nouveau fonds. socialement responsable et solidaire AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL Découvrez notre nouveau fonds socialement responsable et solidaire Déjà présents auprès d un entrepreneur sur quatre, nous avons décidé d accélérer notre soutien

Plus en détail

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR Les fondamentaux du prêt d honneur FIR 1. Les finalités du prêt d honneur FIR Par rapport au créateur : Le prêt d honneur constitue un coup de pouce à la création/reprise

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Le Crédit Coopératif, un banquier expert de la microfinance, au service des acteurs de l économie sociale et solidaire

Le Crédit Coopératif, un banquier expert de la microfinance, au service des acteurs de l économie sociale et solidaire Dossier de presse Septembre 2012 Le Crédit Coopératif, un banquier expert de la microfinance, au service des acteurs de l économie sociale et solidaire Contacts presse Crédit Coopératif Claude Sevaistre

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Banque Leonardo UNE BANQUE PRIVÉE SINGULIÈRE

Banque Leonardo UNE BANQUE PRIVÉE SINGULIÈRE Un groupe bancaire indépendant et multifamilial Banque Leonardo est la filiale française du groupe bancaire Banca Leonardo S.p.A.. Institution fondée par Gerardo Braggiotti (ex vice-chairman de Lazard

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux!

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! !Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! Du microcrédit à la microfinance!!!! Les défis et enjeux! La cohérence - Mission, vision! L innovation! Croissance et rentabilité! Gouvernance! L

Plus en détail

avec La Région s engage et pour l emploi

avec La Région s engage et pour l emploi avec La Région s engage pour le financement des PME et pour l emploi 2 Financer les projets des petites et moyennes entreprises La Banque Publique d Investissement Pays de la Loire a été inaugurée au début

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST

TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST 1 2 TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST 6 Quilvest Wealth Management QUILVEST WEALTH MANAGEMENT

Plus en détail

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Communiqué de presse 6 mai 2011 Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Cet instrument financier, qui est une alternative à un placement risqué en actions, n est

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

GenCap Ave n i r FCPI

GenCap Ave n i r FCPI GenCap Avenir FCPI GenCap Avenir è Une philosophie d investissement unique grâce à : 1 Une vision européenne du capital d investissement L utilisation de techniques d investissement innovantes : le venture

Plus en détail

BIL Belgique À vos côtés, pour vous.

BIL Belgique À vos côtés, pour vous. FR banque privée BIL Belgique À vos côtés, pour vous. BELGIUM BIL Belgique À vos côtés, pour vous. Enseigne réputée et reconnue dans la plus pure tradition des banques privées internationales, BIL Belgique

Plus en détail

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques fcpr 123Corporate 2018 fonds commun de placement à risques objectif de gestion et stratégie d investissement Un fonds offrant une alternative aux placements traditionnels > 123Corporate 2018 est un fonds

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

VOTRE RÉFLEXE. octobre. Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital

VOTRE RÉFLEXE. octobre. Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital PEA, compte-titres, assurance-vie (y compris Fourgous), PERP airbag octobre 2015 VOTRE RÉFLEXE ÉPARGNE Commercialisation du 28 septembre au 12 décembre

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI

Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI Anita Fürstenberg-Lucius Présentation donnée à l occasion du séminaire d information sur Plan

Plus en détail

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Juin- 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au

Plus en détail

FRANCE_ MAROC_ BACHELORS 1 BAC+3_ E.LEARNING_ RÉSEAU

FRANCE_ MAROC_ BACHELORS 1 BAC+3_ E.LEARNING_ RÉSEAU TITRES CERTIFIÉS, RECONNUS PAR L ÉTAT FRANÇAIS NIVEAU II BAC + 3 180 CRÉDITS ECTS EUROPEAN CREDIT TRANSFER SYSTEM TITRES CERTIFIÉS, RECONNUS PAR L ÉTAT NIVEAU II BAC + 3 180 CRÉDITS ECTS EUROPEAN CREDIT

Plus en détail

«Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc»

«Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc» Royaume du Maroc Premier Ministre Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications «Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc» Synthèse des résultats de l étude réalisée

Plus en détail

Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa

Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa Édito Plan de la Région Souss Massa Drâa Pourquoi le Fonds Igrane? Qui sont les promoteurs du Fonds Igrane? Fiche signalétique du

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

UFF lance UFF INNOVATION N 16, un fonds contribuant au financement d entreprises innovantes

UFF lance UFF INNOVATION N 16, un fonds contribuant au financement d entreprises innovantes COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 15 JUILLET 2013 UFF lance UFF INNOVATION N 16, un fonds contribuant au financement d entreprises innovantes UFF, acteur majeur de la commercialisation de FCPI, lance son

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

GENERALI ESPACE LUX. La Solution FID Expert

GENERALI ESPACE LUX. La Solution FID Expert GENERALI ESPACE LUX La Solution FID Expert Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? est une offre exclusive dédiée à une

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités Jean-Jacques Picard Secrétaire Général, Luxembourg for Finance jean-jacques.picard@lff.lu +352 27 20 21-1 Luxembourg for Finance Agence pour de

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil Visa AMF n 09-064 123Ho l d i n g ISF 2009 L Autorité des Marchés financiers a apposé le visa n 09-064 en date du 20 mars 2009 sur un prospectus présentant cette opération, laquelle interviendra en une

Plus en détail