Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours"

Transcription

1 Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé Tours Débat régional du 13 février 2014

2

3 Chantier n 1 du programme Gaspar : développer les conventionnements tiers payant avec le médecin traitant I - Parmi les trois propositions issues des travaux de la plateforme "Santé 2012" pour favoriser l accès aux soins des adhérents, la Mutualité Française a choisi de renforcer le rôle du médecin traitant afin de lui donner les moyens d assurer pleinement son rôle pivot dans le parcours de soins. Dans ce cadre, une des actions proposées consiste à garantir la dispense d avance de frais aux adhérents pour les soins assurés par le médecin traitant, ceci spécialement pour les structures organisées de médecine de proximité (centres de santé, maisons et pôles de santé). L accès aux soins de premier recours devra donc s effectuer à terme en tiers payant pour : le médecin traitant ; l équipe de professionnels paramédicaux associée, appelée "équipe soignante", (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, ). Cet objectif a été réaffirmé par les mutuelles en octobre 2012 lors du congrès de Nice. Le tiers payant généralisé visera le secteur à tarif opposable et portera sur la part remboursée par l assurance maladie obligatoire et sur la part complémentaire limité au ticket modérateur et pourra être, selon le choix des mutuelles, associé à une convention métier. Ce service proposé à l ensemble des adhérents : confortera le rôle du médecin traitant dans la vie sanitaire (85% des Français ont déclaré un médecin traitant en 2009) ; rendra moins attractif le recours aux urgences hospitalières pour des soins mineurs si les déserts médicaux sont supprimés et la permanence des soins assurée, facilitera pour les adhérents le recours aux soins de premier recours. II - Enjeux pour les mutuelles Dans ce contexte, la Mutualité Française souhaite faciliter l accès aux soins de premiers recours par un déploiement étendu du conventionnement tiers payant pour le médecin traitant et son équipe soignante et répondre, à travers la mise en œuvre d un dispositif conventionnel et des outils associés, à plusieurs enjeux complémentaires : accompagner la mise en œuvre de nouveaux modes de rémunération favorisant une logique de parcours de santé et d organisation du 1 er recours ; inciter la coopération entre professionnels et l émergence de nouvelles pratiques médicales ;

4 renforcer le positionnement des mutuelles par rapport à la concurrence externe au mouvement ; garantir des relations conventionnelles directes entre les mutuelles et les partenaires de santé ; préserver les choix de prises en charge des mutuelles au regard de ceux de l assurance maladie obligatoire ; soutenir la mise en place de nouveaux services pour les adhérents et les partenaires de santé ; simplifier la relation avec les partenaires de santé en développant avec les mutuelles des outils et des services limitant les tâches administratives. Dès lors, le Plan d actions pour les SPR a choisi de s axer sur deux actions jugées prioritaires : Définir le ou les dispositifs conventionnels adaptés Expérimenter le ou les dispositifs et les solutions associées

5 Chantier n 2 du programme Gaspar : développer le conventionnement qualité de la prise en charge pour les centres, maisons et pôles de santé L organisation des soins primaires est en pleine mutation, du fait des nouvelles aspirations des jeunes médecins, de la pénurie de médecins généralistes dans certaines zones et du développement des pathologies chroniques. A cet égard, les structures d exercice regroupé (centres de santé médicaux, maisons de santé et pôles de santé) offrent de nouvelles perspectives en termes de qualité des soins notamment à travers la coopération et la coordination de la prise en charge des patients, tout en participant à la maitrise des restes à charge pour les patients et en pratiquant fréquemment le tiers payant. Enjeux pour les mutuelles La Mutualité Française soutient les modes d exercices coordonnés. Pour encourager ces nouvelles pratiques, développer la coordination et la coopération inter professionnelle, le plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de s axer sur trois actions jugées prioritaires : Définir un dispositif conventionnel qualité / prix avec les centres de santé, les maisons de santé et les pôles de santé, Sensibiliser le mouvement et les professionnels de santé au dispositif conventionnel, Expérimenter le dispositif conventionnel choisi.

6 Chantier n 3 du programme Gaspar : déployer l'accord cadre LII LIII pour le conventionnement des centres dentaires mutualistes La stratégie de conventionnement des mutuelles se développe notamment dans les secteurs de l offre de soins où la prise en charge des frais leur incombe de manière majoritaire (dentaire, audioprothèse, optique), secteurs pour lesquels leur capacité à négocier au bénéfice de leurs adhérents se trouve ainsi confortée. Si le domaine de l optique peut aujourd hui bénéficier d une approche qualité/prix de la part des mutuelles, ce n est pas encore pleinement le cas du secteur dentaire qui représente cependant 14,7% des dépenses des mutuelles soit le 4ème poste en Le désengagement progressif de l Assurance Maladie Obligatoire (qui ne rembourse plus que 33% des dépenses dentaires contre plus de la moitié en 1980 et seulement 18% des soins prothétiques) a entraîné une augmentation du reste à charge des ménages avec pour corollaire une difficulté d accès aux soins dentaires. Ce mouvement est concomitant à un risque de "sur-traitement" et de mauvais suivis engendré par le déséquilibre du système de rémunération des professionnels qui les conduit à des choix thérapeutiques invasifs (prothèses, implants) au détriment des soins et de la prévention en parodontie notamment. Dans ce contexte, et étant donné les liens forts existant entre les organismes mutualistes relevant du livre II et du livre III du code de la mutualité, la Mutualité Française a souhaité accompagner le Réseau National des Centres de Santé Mutualistes, afin de développer une politique conventionnelle commune entre les gestionnaires de centres de santé dentaires et les mutuelles LII. Les enjeux pour les mutuelles Dans le cadre de cette politique conventionnelle, les mutuelles et le Réseau National des Centres Mutualistes ont élaboré une convention cadre ainsi qu un accord d application métier dentaire, avec des engagements à respecter pour chacune des parties. Les enjeux de la Mutualité Française sont les suivants : Faciliter l accès des patients aux soins dentaires d une part par la mise en œuvre du tiers payant tant sur la partie obligatoire que sur la partie complémentaire relevant de la mutuelle signataire de la convention. Plus précisément, elle souhaite garantir au patient la dispense d avance de frais dans les centres de santé, sécuriser la gestion des prises en charges, et travailler à l allègement de ces dispositifs notamment en promouvant les possibilités de dématérialisation des échanges de flux entre le gestionnaire de centres de santé dentaire et la mutuelle LII. D autre part, elle

7 souhaite faciliter cet accès par le respect d une politique tarifaire limitant les restes à charge. Mettre en œuvre une politique de démarche qualité au niveau des centres de santé dentaires afin de garantir un accueil, et une prise en charge la mieux adaptée aux besoins de chaque patient. Promouvoir de nouveaux modes de prise en charge en matière de prévention notamment bucco-dentaire, et en assurer le suivi en associant dans une démarche innovante, les centres de santé et les professionnels de santé y exerçant, les mutuelles signataires et les adhérents de la mutuelle signataire, (information des patients sur l intérêt médical des visites régulières de prévention) Enfin, il s agira de favoriser une stratégie de connexion entre le Réseau et la mutuelle LII signataire de la convention en vue de mettre au point des prestations complémentaires ou des actions spécifiques à destination des patients adhérents de la mutuelle signataire, ainsi que de mettre en œuvre une politique de santé publique responsabilisant professionnels de santé et usagers, et favorisant en particulier le développement des soins, de prévention, ainsi que les actes hors nomenclature contribuant à une intention reconnue de santé publique. Dès lors, le plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de s axer sur quatre actions jugées prioritaires pour déployer l'accord cadre LII LIII pour le conventionnement des centres de santé dentaires mutualistes : Mettre en place un dispositif opératoire de demande de prise en charge et de facturation LII / centres dentaires. Mettre en œuvre une plateforme d échange électronique favorisant la circulation des informations. Définir les critères dérogatoires aux tarifs plafonds pour certains actes. Suivre les engagements des partenaires via la création d une commission paritaire

8 Chantier n 4 du programme Gaspar : expérimenter le conventionnement "panier de services et de prestations" du pharmacien Le médicament constitue le premier poste de dépense des mutuelles et les pharmaciens, professionnels de santé de proximité, sont le dernier rempart entre le patient et le médicament, d un point de vue physique et économique. Les mutuelles ont développé des relations avec les pharmaciens au travers de la gestion du tiers payant. Néanmoins elles ont aujourd hui peu de relations structurées avec eux concernant leur cœur de métier à savoir la distribution, le service, la délivrance des prescriptions. La progression des maladies chroniques, conjuguée à la désertification médicale, a fait émerger des besoins en offre de soins de proximité. Les pharmaciens sont des professionnels de santé de proximité dont les missions ont été élargies par les articles 36 et 38 de loi n du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (loi HPST) : ainsi ils peuvent désormais concourir à l offre de soins de premier recours, participer à l éducation thérapeutique et aux actions d accompagnement des patients, proposer des conseils et prestations destinés à favoriser l amélioration ou le maintien de l état de santé des personnes. Face à ce nouveau contexte, les relations entre les pharmaciens et les mutuelles sont appelées à ne plus se limiter à la délégation de paiement et la construction d un nouveau cadre structuré de collaboration s impose dans la perspective d une amélioration de la prise en charge des adhérents. Enjeux pour les mutuelles Le 17 septembre 2009, le Conseil des mutuelles santé a donné mandat à la FNMF pour lancer une réflexion sur la mise en place de nouvelles modalités innovantes de partenariat entre les mutuelles et les pharmaciens pour améliorer la prise en charge des adhérents et l efficience du parcours de soins par une utilisation plus optimale des compétences du pharmacien. Un groupe de travail réunissant plusieurs mutuelles et les représentants des pharmacies mutualistes a rédigé un projet d accord-cadre organisé autour de prestations de services proposés à l adhérent par le pharmacien. Selon la prestation de service, une rémunération du pharmacien peut être envisagée ou une prise en charge peut être prévue dans les garanties des mutuelles. Cet accord- cadre prévoit également la mise en place des modalités techniques de délégation de paiement.

9 Les syndicats de pharmaciens ont été associés aux travaux et le projet a été présenté à l Ordre des pharmaciens. L accord cadre est un document politique de cadrage qui a vocation à se décliner en conventions d application entre mutuelles et pharmacies selon des termes convenus par les parties. Les mutuelles disposent d une vraie opportunité de différenciation. Ce dispositif propose aux adhérents une offre de services et prestations à l officine - offre structurée, organisée et validée par des experts. Il permettrait une prise en charge innovante et de qualité et à des prix négociés et des restes à charge maîtrisés. Dès lors, le plan d actions pour les soins de premier recours a défini trois actions jugées prioritaires pour expérimenter le conventionnement "panier de services et de prestations" rendus par le pharmacien : Définir les conditions d engagement des mutuelles dans l expérimentation. Expérimenter des modules de l'accord-cadre dans les pharmacies mutualistes et libérales. Tirer les enseignements et évaluer sur le plan médico-économique ces expérimentations.

10 Chantier n 5 du programme Gaspar : encourager l'éducation thérapeutique du patient Selon l OMS, l éducation thérapeutique du patient (ETP) vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique. L ETP fait partie de la prise en charge thérapeutique, intégrée aux soins, et est fondée sur une approche personnalisée et pluridisciplinaire. Elle vise à rendre les patients ayant une maladie chronique acteurs de leur santé en les aidant à comprendre la maladie et le traitement, à connaître les mesures préventives, à réagir en cas d aggravation et à résoudre les difficultés du quotidien en lien avec la maladie. Pour ce faire, et selon la Haute Autorité de Santé, l ETP conduit à l acquisition et le maintien par le patient de compétences d autosoins et à la mobilisation ou l acquisition de compétences d adaptation ; celles-ci permettant d améliorer sa santé mais aussi sa qualité de vie (et celle de son entourage). L article 84 de la loi HPST a donné un fondement légal et un cadre réglementaire précis à l ETP. Avec plus de 1800 programmes d ETP validés par les ARS en 2011, une nouvelle dynamique est à l œuvre. Néanmoins, ce développement a principalement lieu à l hôpital et concerne peu la médecine de ville. De plus, l incertitude demeure encore tant du point de vue du financement de l ETP que des modalités d évaluation des programmes lancés. Enjeux pour les mutuelles Le mouvement s implique concrètement et de plus en plus dans la prise en charge des maladies chroniques dont l ETP fait partie. Le mouvement a expérimenté son propre programme d ETP pour l hypertension artérielle, TensioForme, dans plusieurs services de soins et d accompagnement mutualistes. Par ailleurs et dans le cadre des expérimentations de nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé, les mutuelles volontaires financent 20% du forfait rémunérant les programmes d ETP pour l ensemble des bénéficiaires (mutualistes ou non, en ALD ou non). Pour les mutuelles, il s agit de développer de nouvelles relations avec les adhérents et les professionnels de santé, pas uniquement fondées sur le financement de prestations, et de favoriser également de nouvelles relations avec les acteurs de soins de premiers recours en soutenant l émergence d alternatives au tout curatif. Pour ce faire, le Plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de s axer sur deux actions jugées prioritaires : promouvoir l ETP auprès des adhérents des mutuelles, élaborer des préconisations sur l évaluation des actions.

11 Chantier n 6 du programme Gaspar : développer des actions de prévention mutualistes auprès des patients dans des structures d'exercice regroupé La prise en compte de la prévention et de la promotion de la santé est relativement récente en France, le système de santé français ayant été construit autour d une démarche essentiellement curative. Progressivement, une vision globale de la santé se développe, intégrant la prévention comme les soins curatifs : la loi du 9 août 2004 a fait entrer la prévention dans le champ de la santé publique et la loi HPST du 21 juillet 2009 a donné un cadre d actions et un pilote - les Agences Régionales de Santé - pour le déploiement de la prévention. Lors de la clôture du dernier Congrès de la Mutualité, le président de la République a annoncé la présentation en 2013 d une loi de santé publique fortement axée sur la prévention, rappelant les retards de la France dans ce domaine. Avec le développement des maladies chroniques et le vieillissement de la population, la prévention devient en effet de plus en plus nécessaire et les bénéfices attendus sur le plan économique et en termes de santé publique sont importants. A ce stade, le développement de la prévention est toutefois freiné par les contraintes de financement de ces actions et les difficultés méthodologiques d évaluation de l impact des actions menées sur les comportements et la santé des bénéficiaires. L implication du mouvement Au sein du mouvement mutualiste, les actions de prévention et promotion de la santé sont portées par : le réseau prévention promotion de la santé des Unions Régionales, certaines mutuelles ayant développé en propre une activité prévention promotion de la santé, les Unions Territoriales qui mettent parfois en œuvre des actions dans les SSAM, les têtes de réseau qui incitent leurs structures adhérentes à mettre en œuvre des actions de prévention et promotion de la santé. Les actions menées par les équipes prévention promotion de la santé des Unions Régionales sont en partie fiancées par le Fonds National de Prévention. Les Unions Régionales passent une convention triennale d objectifs et moyens (CTOM) avec la FNMF dans le cadre de leur activité prévention et promotion de la santé, dans laquelle est définie une programmation qui tient compte des orientations nationales en prévention et promotion de la santé, des priorités régionales de santé (ARS) et des attentes des mutuelles au niveau régional.

12 Les actions menées par les Unions Régionales et éligibles au FNP sont à destination du grand public (dont les adhérents mutualistes) et ne peuvent être menées au bénéficie exclusif des adhérents d une seule mutuelle. Aujourd hui, les actions de prévention des Unions Régionales concernant les soins de premier recours sont menées en priorité avec les SSAM. La Fédération encourage d ailleurs les Unions Régionales à développer des liens avec les SSAM et prend en compte ce critère dans l attribution des subventions du FNP. Plusieurs Unions Régionales mettent aussi en œuvre des actions de prévention et promotion de la santé dans les maisons de santé. De plus, le Conseil d Administration du 29 mars 2012, qui a validé le plan d action "Maisons et Pôles de santé" a, ce faisant, acté l intégration d actions de prévention au sein des maisons et pôles de santé. Enjeux pour les mutuelles La prévention est un sujet important pour les mutuelles LII qui y voient un moyen : d apporter plus de services aux adhérents dans une logique de différenciation, de limiter les dépenses de santé à long terme et dans une logique prospective qui fait parfois débat, d être reconnues comme un véritable acteur de santé publique, dans une logique de gestion du risque, et pas seulement comme un financeur "aveugle" des dépenses de santé. Les structures d exercice regroupé (centres de santé, maisons de santé et pôles de santé) constituent des "réceptacles" intéressants pour la mise en œuvre d actions mutualistes de prévention et de promotion de la santé. Elles permettent en effet de toucher tout type de population et particulièrement des populations fragilisées qui ont difficilement accès aux messages et aux actions de prévention et de promotion de la santé ; elles font de plus partie intégrante du parcours de soins. Le Plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de s axer sur trois actions jugées prioritaires : réaliser un état des lieux des actions de prévention et de promotion de la santé menées actuellement avec les équipes de soins de premiers recours sensibiliser les équipes de prévention aux opportunités de collaborer avec les structures regroupées organiser des actions de prévention auprès des patients dans les centres, maisons et pôles de santé.

13 Chantier n 7 du programme Gaspar : favoriser l'émergence d'innovations sur la place de l'équipe de soins de premier recours dans les SSAM A l heure où le nombre de personnes en perte d autonomie ne cesse d augmenter, un des enjeux majeurs de l organisation des soins est de garantir la continuité et la cohérence des soins et des accompagnements apportés à ces personnes, que ce soit pour les personnes âgées dépendantes, les personnes en situation de handicap ou celles atteintes de maladies chroniques invalidantes. Cet enjeu vise en priorité le décloisonnement actuel des acteurs, marqué par une fragmentation de l offre (hôpital, médecine de ville et institutions médico-sociales) et des discontinuités de parcours de santé, notamment à la sortie de l hôpital, génératrices de surcoûts. Une meilleure coordination des soins et des accompagnements, dans le cadre des parcours de santé, est indispensable pour améliorer la qualité et l efficience des prises en charge, tout en apportant aux patients une meilleure lisibilité de leur suivi médical : "le bon soin, au bon endroit, et au juste coût". C est pourquoi la coordination est au cœur des politiques de santé publique avec la mise en place des ARS et l apparition des Projets Régionaux de Santé. Le PLFSS 2013 réaffirme aussi cet objectif. L équipe de soins de premier recours a un rôle essentiel à jouer dans cette coordination des acteurs autour du patient. C est pourquoi la Mutualité Française souhaite encourager les initiatives locales innovantes des équipes de soins de premier recours qui favorisent la coordination entre les acteurs du sanitaire et du médico-social, le parcours de soins des patients, notamment avec les possibilités offertes par la télémédecine (exemple du PAERPA en Indre-et-Loire). Enjeux pour les mutuelles La coordination constitue d abord un enjeu médical stratégique pour les mutuelles LIII engagées dans tous les niveaux de la prise en charge (premier recours, établissements de santé ) et dont l objectif serait d intégrer et d organiser l ensemble de la trajectoire du patient sur un mode "filière". Les mutuelles LII sont également en train de se questionner sur ce sujet qui pourrait permettre d améliorer le rapport qualité/prix des prises en charge.

14 Chantier n 8 du programme Gaspar : sensibiliser et former aux structures d'exercice regroupé Notre société connait, depuis maintenant de nombreuses années, une «transition épidémiologique» avec le développement considérable des maladies chroniques. La qualité des soins ne peut plus seulement s apprécier à travers les actes isolés, et la prise en charge des personnes doit s organiser dans le cadre d un parcours de santé global et coordonné. Dans ce contexte, l organisation des soins dits de premiers recours appelle des mutations pour répondre aux aspirations des patients et des équipes soignantes. La coordination des soins, l exercice médical organisé collectivement et pluridisciplinaire sont des évolutions nécessaires, face aux problèmes de la pénurie de médecins généralistes dans certaines zones, à la nécessité de limiter le recours aux soins hospitaliers et à la prise en charge de personnes atteintes de pathologies chroniques ou en situation de handicap ou de perte d autonomie. Le soutien au développement des structures d exercice regroupé et coordonné de premier recours participent à l amélioration de l organisation et de la qualité de l offre de soins de premier recours requise par ces mutations, tout en répondant aux attentes des professionnels de santé. Enjeux pour les mutuelles Le Conseil d Administration du 29 mars 2012 a affirmé la volonté de la Mutualité Française de s investir dans le développement d une offre de soins de premier recours à la fois organisée de manière collective, pluridisciplinaire et accessible financièrement à tous. Le mouvement mutualiste est d ailleurs sollicité à la fois par les professionnels de santé, les collectivités, les partenaires institutionnels et l assurance maladie pour contribuer à ces évolutions dont les enjeux touchent tant la qualité et la coordination des soins que l accessibilité des patients à ces soins et notamment la maitrise des restes à charge. Les structures d exercice regroupé et coordonné peuvent prendre plusieurs formes : centres de santé, maisons de santé et pôles de santé. Pour soutenir son implication dans le développement de structures d exercice regroupé financièrement équilibrées, le Plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de s axer sur trois chantiers jugés prioritaires : Concevoir et mettre en œuvre des journées de formations/information auprès des acteurs et décideurs concernés: UT, UR, représentants auprès des ARS et des instances fédérales, Réaliser un plan de communication interne,

15 Chantier n 9 du programme Gaspar : soutenir la création de centres de santé Les centres de santé contribuent à l amélioration de l organisation et de la qualité de l offre de soins de premier recours, avec des objectifs sanitaires ambitieux en termes de prise en charge globale et coordonnée et des possibilités de prises en charge innovantes fondées sur la coopération des professionnels de santé. Ils sont une réponse d avenir pour l organisation des soins de premier recours, sous condition d un modèle économique pérenne : ils proposent des tarifs de secteur 1, pratiquent le tiers-payant et sont attractifs pour les professionnels de santé souhaitant exercer sous forme salariée. Les pouvoirs publics se sont emparés de ce sujet ; le Ministère vient en effet de missionner l IGAS afin de définir un modèle économique équilibré et pérenne pour ces structures de soins. Dans le même temps, plusieurs ARS ont annoncé récemment la mise en place de nouveaux travaux d accompagnement pour encourager la création et la pérennisation de telles structures. Il existe aujourd hui environ centres de santé en fonctionnement sur le territoire national, dont 350 centres de santé polyvalents. Enjeux pour les mutuelles La Mutualité Française dénombre 46 centres de santé médicaux et polyvalents, 26 centres infirmiers et 440 centres dentaires, qui sont regroupés sous l égide du Réseau National des Centres de Santé Mutualistes. La FNMF et le Réseau National des Centres de Santé Mutualistes, convaincus de la nécessité de maintenir et développer l offre de soins de premier recours coordonnés et accessibles apportée par les centres de santé, se sont engagés, depuis le Conseil National du 1er avril 2011, à approfondir la question de la viabilité économique de ces structures. Ils ont ainsi conjointement construit dès 2011 un concept de centre de santé équilibré qu ils souhaitent désormais valoriser et accompagner dans son appropriation et son déploiement. Ce travail permet aujourd hui d affirmer que les centres de santé peuvent être économiquement viables en mixant certaines activités. Dans la continuité de ces travaux, le Plan d actions pour les soins de premier recours a choisi de se concentrer sur deux actions jugées prioritaires pour soutenir la création de centres de santé : Elargir le modèle de "Centre de santé équilibré" en y intégrant tous les professionnels de santé de premier recours, Accompagner les groupements volontaires dans la création d'un centre de santé.

16 Chantier n 10.1 du programme Gaspar : explorer de nouveaux modèles d'exercice regroupé et pluriprofessionnel Les maisons et les pôles de santé contribuent à l amélioration de l organisation et de la qualité de l offre de soins de premier recours, avec des objectifs sanitaires ambitieux en termes de prise en charge globale et coordonnée. Les maisons et les pôles de santé sont ainsi l une des réponses aux difficultés d accès aux soins primaires, de fait privilégiée par les professionnels de santé exerçant sous forme libérale. La gestion quotidienne d une maison de santé est consommatrice de temps du fait même de sa nature, comme le nécessite un centre de santé. Les professionnels de santé libéraux exerçant dans une maison de santé rechignent à consacrer du temps à cette gestion et il est souhaitable qu ils se concentrent sur l exercice d une activité de soins pour laquelle ils ont été formés. Enjeux pour les mutuelles Sollicitée par les professionnels de santé, les collectivités, les partenaires institutionnels et l assurance maladie, la Mutualité Française a choisi de soutenir le développement de maisons et pôles de santé. Cette décision a été actée par le Conseil d Administration du 29 mars La Mutualité Française, forte de son expérience de gestionnaire de structures de soins telles que les centres de santé, pourrait se positionner, en fonction du contexte local et des besoins des professionnels de santé, pour assurer la gestion d une maison de santé. Dès lors, le Plan d actions pour les soins de premier recours est axé sur deux actions jugées prioritaires: Réaliser un retour d expérience des expérimentations menées au sein du mouvement Effectuer une étude d opportunité et le cas échéant établir des recommandations d implication dans des projets.

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

Maisons de santé Soutien aux projets en Pays de la Loire

Maisons de santé Soutien aux projets en Pays de la Loire Maisons Soutien aux projets en Pays de la Loire L a démographie des professionnels est une problématique au croisement de la santé et de l aménagement du territoire : un territoire sans professionnel n

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Congrès de l ASSASD 2010 «Aide & Soins à Domicile au cœur de l action»

Congrès de l ASSASD 2010 «Aide & Soins à Domicile au cœur de l action» Congrès de l ASSASD 2010 «Aide & Soins à Domicile au cœur de l action» 9 septembre 2010, Bienne Exposé initial: Positionnement de l aide et des soins à domicile du point de vue des cantons. Pierre-Yves

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie Médecins Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie La convention nationale des médecins libéraux, signée le 26 juillet 2011, a défini dans son article

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 janvier 2009 Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat Le groupe Malakoff Médéric et la Caisse

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Le numérique au service de l École

Le numérique au service de l École Le numérique au service de l École L essentiel > Notre monde connaît aujourd hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l invention de l imprimerie au XV e siècle. La

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Mars 2012 Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Les huit orientations Le projet stratégique, voté en juin 2011 par les adhérents du Syneas, liste les huit orientations qui doivent guider l

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

TIERS PAYANT. des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD!

TIERS PAYANT. des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD! TIERS PAYANT des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD! La généralisation du tiers payant à l ensemble des soins de ville avant 2017 fait partie des mesures

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

QUELS DANGERS POUR LES

QUELS DANGERS POUR LES RÉUNION D INFORMATION SUR LA LOI DE SANTÉ : QUELS DANGERS POUR LES MÉDECINS LIBÉRAUX? Mercredi 17 décembre 2014 Titre I : Renforcer la prévention et la promotion de la santé Chapitre I Art. 2 à 5 : Soutenir

Plus en détail

Maison ou un Pôle de santé

Maison ou un Pôle de santé Les 4 points clés pour créer une Maison ou un Pôle de santé pluri-professionnel De nouveaux modes d exercice coordonné et regroupé : L exercice médical dans les villes et dans les campagnes est aujourd

Plus en détail

La vérité sur MSSanté

La vérité sur MSSanté La vérité sur MSSanté Suite aux nombreuses informations erronées diffusées dans les médias depuis vendredi soir, l ASIP Santé souhaite rappeler les principes et la vocation de l espace de confiance MSSanté.

Plus en détail

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté Note d information sur un appel à projets en cours de préparation «(r)évolutions des pratiques des associations environnementales pour accompagner l

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

- 73 - TABLEAU COMPARATIF

- 73 - TABLEAU COMPARATIF - 73 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de visant à permettre aux mutuelles de mettre en place des réseaux de soins Proposition de relative au fonctionnement des réseaux de soins créés par les mutuelles

Plus en détail

Contexte dans le BTP. Contacts PRO BTP

Contexte dans le BTP. Contacts PRO BTP Contexte dans le BTP Une nouvelle réglementation De nouvelles obligations pour les entreprises Qui est concerné? Les entreprises sans complémentaire santé Les entreprises avec complémentaire santé Dispenses

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Régimes Spéciaux d Études & Aménagements

Régimes Spéciaux d Études & Aménagements Contribution de la FAEP Régimes Spéciaux d Études & Aménagements La FAEP est membre de la FAGE et du CRAJEP de Picardie www.faep.fr Régimes Spéciaux d Études & Aménagements Avant propos : L université

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Quatrième partie. L orientation scolaire : les grands principes

Quatrième partie. L orientation scolaire : les grands principes Quatrième partie L orientation scolaire : les grands principes 83 La loi du 11 février 2005 donne priorité à l inscription de l enfant ou adolescent handicapé en milieu ordinaire, dans l école le plus

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

LE CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LE CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONVENTION-CADRE Entre LE CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Dénommé ci-après le CNFPT 10 12 rue d Anjou, 75381 Paris cedex 08 Représenté par son Président Monsieur François DELUGA, D

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE. Hôtel Hospitalier : Préparation à l expérimentation prévue par la loi de financement 2015 sur le territoire francilien

APPEL A CANDIDATURE. Hôtel Hospitalier : Préparation à l expérimentation prévue par la loi de financement 2015 sur le territoire francilien APPEL A CANDIDATURE Hôtel Hospitalier : Préparation à l expérimentation prévue par la loi de financement 2015 sur le territoire francilien LE MODELE THEORIQUE Sommaire APPEL A CANDIDATURE... 2 1- Contexte...2

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI

PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI La solution aux enjeux de formation des PME et ETI, conçue par des dirigeants, pour le développement de leurs entreprises et de leurs salariés. OSSIER E

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

du tiers payant GÉNÉRALISATION UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS

du tiers payant GÉNÉRALISATION UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS GÉNÉRALISATION du tiers payant Juin 2015 UN DISPOSITIF SIMPLE ET SÉCURISÉ POUR FACILITER L ACCÈS AUX SOINS La généralisation du tiers payant en 2017 à l ensemble des soins de ville pour tous les assurés

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Concertation quadripartite Proposition de synthèse

Concertation quadripartite Proposition de synthèse Concertation quadripartite Proposition de synthèse I - Définition du périmètre Le périmètre du compte est précisé. L ANI du 11 janvier 2013 a précisé que «le compte est universel, toute personne dispose

Plus en détail

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Document soumis au conseil d administration du 19 décembre 2013 En tant qu agence sanitaire

Plus en détail

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE CHARTE des RELATIONS entre les PARTENAIRES de La BANQUE ALIMENTAIRE en BEARN et SOULE 2 PRÉAMBULE La présente CHARTE vise à définir les relations entre les partenaires sur la base de principes partagés

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

PLAN INTERMINISTERIEL DE FORMATION 2013

PLAN INTERMINISTERIEL DE FORMATION 2013 PLAN INTERMINISTERIEL DE FORMATION 2013 Secrétariat Général pour les Affaires Régionales Plate-forme interministérielle d appui à la GRH Les orientations nationales de la DGAFP Une circulaire défini annuellement

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

Médecins libéraux et institutions : quelles relations?

Médecins libéraux et institutions : quelles relations? Médecins libéraux et institutions : quelles relations? Mme Marie-Paule GLADY, Sous-directrice de la CPAM de Strasbourg M. Laurent HABERT, Directeur Général de l ARS Alsace Dr Patrick LESUR, Médecin Conseil

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

ANNEXE Pharmacies Diagnostic de l offre ambulatoire

ANNEXE Pharmacies Diagnostic de l offre ambulatoire Schéma Régional de l Offre de Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE Pharmacies Diagnostic de l offre ambulatoire 1. DIAGNOSTIC REGIONAL DE LA DELIVRANCE DU MEDICAMENT EN AMBULATOIRE 1.1. Les modes d ouverture

Plus en détail

Gestion du risque (GDR)

Gestion du risque (GDR) Région Centre Gestion du risque (GDR) Contexte et enjeux Septembre 2011 La GDR, c est quoi? Cette notion peut être définie comme l ensemble des actions mises en œuvre pour améliorer l efficience du système

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique A l attention des organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté des volontaires avant le

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC Retraite Instaurer un bouclier retraite Permettre le cumul emploi et retraite de réversion Valider les droits à retraite, les années d études et les stages des jeunes générations 46 Pacte social de la

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES ENTRE L ÉTAT, LE MOUVEMENT ASSOCIATIF ET LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES SIGNÉE PAR LE PREMIER MINISTRE, LA PRÉSIDENTE DU MOUVEMENT ASSOCIATIF, LE PRÉSIDENT DE L ASSOCIATION

Plus en détail

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours Direction adjointe de l'offre ambulatoire et de la coordination des acteurs Pôle organisation des soins Juin 2012 Affaire suivie par : Arnaud GANNE L approche territoriale pour répondre à la demande et

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Etat des lieux des outils de coopération

Etat des lieux des outils de coopération Etat des lieux des outils de coopération 29 mars 2011 Atika UHEL, Directrice de Cabinet XX/XX/XX La rénovation des modes de coopération par la loi HPST Objectif : Actualiser les structures juridiques afin

Plus en détail

Newsletter Animation de la Vie Sociale N 7 - Mai 2014

Newsletter Animation de la Vie Sociale N 7 - Mai 2014 6-5 JUIN - mars 2013 7 - Mai 2014 Titre 1 - Accès aux droits Expérimentation d'une labellisation de Relais Caf La Convention d Objectifs de Gestion 2013-2017 fixe comme au objectif aux CAF d améliorer

Plus en détail

LA CARTE D ACHAT EN SPHERE PUBLIQUE ETAT DES LIEUX FIN 2007

LA CARTE D ACHAT EN SPHERE PUBLIQUE ETAT DES LIEUX FIN 2007 LA CARTE D ACHAT EN SPHERE PUBLIQUE ETAT DES LIEUX FIN 2007 La Direction Générale des Finances Publiques propose un état des lieux de l utilisation de la carte d achat en sphère publique en 2007, en s

Plus en détail

Le système documentaire

Le système documentaire Le système documentaire Sommaire : 3. PRESTATION DE SERVICE A DOMICILE... 4 3.1 : Principes et cadre d intervention... 6 Exemple 1 : Projet de service type d une entité adhérent à ADESSA.... 7 Exemple

Plus en détail

Le programme Marpa. maison d accueil rurale pour personnes âgées

Le programme Marpa. maison d accueil rurale pour personnes âgées Le programme Marpa M A R P A maison d accueil rurale pour personnes âgées Avec les Marpa La Mutualité sociale agricole accompagne depuis vingt ans la création de petites unités de vie qui accueillent des

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Alain Villez Conseiller technique Uniopss

Alain Villez Conseiller technique Uniopss Alain Villez Conseiller technique Uniopss La loi du 30 juin 1975 : une loi qui traitait peu des droits et du statut des usagers Un des motifs principaux de la réforme de cette loi Jusqu en 1997, la loi

Plus en détail

regards d experts Faisons le tour de la question Généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés (ANI du 11 janvier 2013)

regards d experts Faisons le tour de la question Généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés (ANI du 11 janvier 2013) Janvier 2015 regards d experts Généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés (ANI du 11 janvier 2013) Faisons le tour de la question D ICI LE 1 ER JANVIER 2016, TOUTES LES ENTREPRISES,

Plus en détail

Tout au long des décennies suivantes, la FNI a poursuivi ses objectifs pour : Faire reconnaître et valoriser pleinement les compétences infirmières en inscrivant de nouveaux actes à la Nomenclature Générale

Plus en détail

LES FINANCEMENTS DES MAISONS DE SANTE PLURI PROFESSIONNELLES (MSP) I / LES CONDITIONS PREALABLES A TOUT TYPE DE FINANCEMENT

LES FINANCEMENTS DES MAISONS DE SANTE PLURI PROFESSIONNELLES (MSP) I / LES CONDITIONS PREALABLES A TOUT TYPE DE FINANCEMENT LES FINANCEMENTS DES MAISONS DE SANTE PLURI PROFESSIONNELLES (MSP) I / LES CONDITIONS PREALABLES A TOUT TYPE DE FINANCEMENT Seuls sont éligibles à une aide financière, quelle qu en soit la source, les

Plus en détail