Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières observatoire du crédit. Liens:

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:"

Transcription

1 Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel Fax TVA BE RPM Bruxelles Liens: observatoire du crédit Executive summary Au premier trimestre de 2016, l octroi de crédits aux sociétés non financières par les banques résidentes a sensiblement augmenté en Belgique. À la fin de mars, le taux de variation sur une base annuelle s est établi à 4,1 %, contre 2,3 % en décembre Depuis janvier de cette année, ce taux est nettement supérieur à sa moyenne de long terme sur la période L embellie s explique principalement par la croissance des crédits à moyen et à long termes. Le taux de variation des crédits à long terme (plus de cinq ans) s est fixé à 4,9 % à la fin de mars 2016, contre 3,7 % à la fin du trimestre précédent, tandis que celui des crédits à moyen terme (entre un et cinq ans) est passé à 7,2 %, contre 5 % en décembre Celui des prêts à court terme (moins d un an) s est pour sa part redressé et est redevenu positif pour la première fois depuis mars 2012: il s est affiché à 1 % à la fin de mars, contre -1,7 % à la fin de décembre Le relèvement du taux de croissance a été soutenu par la poursuite du recul des coûts des crédits, qui a fait suite à celui des taux d intérêt sur les marchés des capitaux au premier trimestre de Le taux d intérêt à long terme (plus de cinq ans) appliqué aux nouveaux crédits bancaires a continué de diminuer par rapport au trimestre précédent, de 17 points de base, revenant à 1,98 %. Celui à moyen terme (entre un et cinq ans) s est également replié, de 4 points de base, à 1,58 %. Quant aux taux d intérêt à court terme, se conformant à la baisse des taux de référence sur le marché monétaire, ils ont cédé respectivement 1 et 5 points de base, selon que les prêts étaient inférieurs ou supérieurs à un million d euros, pour se chiffrer à 1,76 et 1,50 %. Les banques ont principalement attribué la croissance des crédits à un redressement de la demande. Au premier trimestre de 2016, les quatre grandes banques belges ont rapporté une stabilisation de leurs critères d octroi de crédits aux sociétés non financières. Elles ont aussi fait référence à une atténuation de la perception des risques, attribuable à une amélioration des prévisions concernant l activité économique, ainsi qu à une exacerbation de la pression concurrentielle, surtout entre établissements bancaires, mais aussi en raison de la disponibilité de financements de marché. Par ailleurs, les banques ont de nouveau fait état d un accroissement de la demande de crédits qui, selon leur appréciation, serait imputable à la hausse des besoins de financement, au bas niveau des taux d intérêt, à la gestion des stocks et du fonds de roulement, ainsi qu à la reprise des activités de fusion et d acquisition. Par contre, le recours à des financements alternatifs aurait bridé la demande de crédits. Pour le deuxième trimestre de 2016, les banques belges tablent, d une part, sur un nouvel assouplissement de leurs critères d octroi de crédits et, d autre part, sur une expansion de la demande de prêts. Du point de vue des entreprises, les conditions globales de crédit ont été considérées comme favorables, et ce pour le huitième trimestre d affilée. Des développements semblables ont été observés dans l ensemble de la zone euro, où le taux de variation annuelle des crédits bancaires aux entreprises a augmenté au premier trimestre de 2016, ressortant à 1,1 %, contre 0,2 % le trimestre précédent. S agissant de l'évolution des crédits, l'hétérogénéité perdure cependant entre les États membres. Par ailleurs, les banques de l union monétaire ont fait mention d un relâchement de leurs critères d'octroi de crédits aux entreprises durant cette période, ainsi que d un raffermissement de la demande de crédits. Elles prévoient un nouvel assouplissement de leurs conditions de prêt et une progression de la demande de crédits au deuxième trimestre de

2 ÉVOLUTION DES CRÉDITS AUX ENTREPRISES AU PREMIER TRIMESTRE DE Volume des crédits Au premier trimestre de , le taux de variation annuelle de l octroi de crédits aux entreprises par les banques résidentes s est nettement amélioré en Belgique. Il s'est établi à 4,1 % à la fin de mars, contre 2,3 % à la fin de décembre Parallèlement à cette évolution, le flux net de crédits, après désaisonnalisation, s est inscrit en forte hausse sur l'ensemble des quatre derniers trimestres, atteignant 4,6 milliards d euros. Après avoir augmenté de, respectivement, 1,3 et 1,2 milliards au troisième et au quatrième trimestres de 2015, l octroi de nouveaux crédits s est encore accru au premier trimestre de 2016, les flux nets désaisonnalisés se chiffrant à 1,9 milliard. Une ventilation par maturité des crédits fait apparaître des évolutions en sens positif pour toutes les catégories. Le taux de variation à un an d écart des crédits à long terme (plus de cinq ans) a continué de grimper, se chiffrant à 4,9 % à la fin de mars, contre 3,7 % à la fin du trimestre précédent. Celui 1 Les données relatives à l évolution des crédits bancaires octroyés par les banques résidentes aux sociétés non financières en Belgique sont à présent établies selon la méthodologie du SEC L introduction de nouvelles définitions pour les secteurs des sociétés financières et non financières, conformément à cette nouvelle méthodologie, le reclassement d unités institutionnelles dans le secteur des administrations publiques et dans le secteur financier à la suite d une recommandation d Eurostat et la modification du format de transmission des séries dans le cadre d une nouvelle réglementation de la BCE ont engendré des changements dans les données de crédit et l apparition d une rupture de série dans les données d encours entre novembre et décembre

3 des crédits à moyen terme (entre un et cinq ans) s est également raffermi, affichant une valeur de 7,2 %, contre 5 % à la fin de décembre Enfin, le volume des crédits à court terme (moins d un an) est repassé en territoire positif pour la première fois depuis le premier trimestre de Leur taux de croissance annuelle s est établi à 1 % à la fin de mars, contre -1,7 % à la fin de décembre Pour se financer, les entreprises belges peuvent également faire appel aux banques étrangères 2. Les comptes financiers établis par la Banque sur la base des statistiques de la balance des paiements 3 permettent d'appréhender les flux de crédits émanant des banques non résidentes. Par rapport à la période correspondante de l année précédente, l octroi de crédits par les banques étrangères s est globalement réduit au quatrième trimestre de 2015: à un an d'écart, les transactions nettes en provenance des banques de la zone euro (hors Belgique) ont diminué de 1,4 milliard d'euros (pour totaliser près de 12,7 milliards), tandis que les flux nets de crédits accordés par les autres banques étrangères ont été à peine positifs (0,1 milliard) au cours de cette même période. Dès lors, le taux de variation à un an d'écart des crédits bancaires, compte tenu de l ensemble des crédits de ce type octroyés aux entreprises belges, est ressorti à 0,9 % au quatrième trimestre de Dans la zone euro, l octroi de crédits aux entreprises a rebondi au premier trimestre de En mars, le taux de variation annuelle s est fixé à 1,1 %, contre 0,2 % à la fin du trimestre précédent. Bien que le taux de variation de ces crédits dans la zone euro reste inférieur à celui enregistré en 2 3 La notion de banque étrangère (ou non résidente) repose sur le concept de territorialité. Les filiales et succursales de banques étrangères qui possèdent un établissement stable en Belgique sont comprises dans le concept des banques résidentes. L octroi de crédits par des banques étrangères recouvre donc uniquement celui qui est opéré par des établissements situés à l étranger. Ces données sont disponibles plus tardivement que celles relatives aux crédits accordés par les banques résidentes. Elles existent actuellement jusqu au quatrième trimestre de

4 Belgique, on note une amélioration sensible par rapport au creux observé au premier trimestre de 2014 (-3,5 %). Le taux de variation moyen pour la zone euro continue cependant de masquer une forte hétérogénéité: alors que la majorité des pays, parmi lesquels la Finlande (4,4 %) et la France (4,3 %), ainsi que, dans une moindre mesure, l Allemagne (2,0 %) et l Italie (0,1 %), ont affiché une croissance annuelle positive de l'octroi de crédits bancaires aux entreprises, celle-ci est demeurée négative, parfois de manière significative, dans d autres États. Cela a été le cas, notamment, en Irlande (-3,8 %), aux Pays-Bas (-3,8 % également), au Portugal (-2,2 %), en Espagne (-1,1 %) et en Grèce (-1,0 %). Les statistiques issues de la Centrale des crédits aux entreprises 4, qui concernent tant les ouvertures de lignes de crédit que l'utilisation de celles-ci auprès des banques résidentes, permettent d'apprécier non seulement l'évolution des crédits en fonction de la taille des entreprises emprunteuses, mais également celles au sein de leur secteur d'activité et de la région où elles sont installées. 4 Les données relatives à la Centrale des crédits aux entreprises sont alimentées en continu par les institutions participantes. Les séries sont susceptibles d être révisées, et ce sur une période d un an. Dans les graphiques présentés pour ce commentaire, seules les données antérieures à mars 2015 sont considérées comme définitives. Ces données sont conformes à la méthodologie du SEC 2010 à partir de décembre

5 Au total, selon les statistiques de la Centrale des crédits, le montant des lignes de crédit aux sociétés non financières autorisé par les établissements de crédit résidents a atteint 173,1 milliards d euros à la fin de mars Le volume des crédits effectivement utilisés par les entreprises s est quant à lui établi à 121,2 milliards d'euros. Ces prêts ont en grande partie été accordés à de petites entreprises qui, à la fin de décembre, s arrogeaient 68,3 milliards d euros de crédits autorisés et 57,3 milliards d'euros de crédits utilisés. Par ailleurs, des crédits avaient été octroyés à des entreprises de taille moyenne pour un montant de 34,8 milliards d euros, dont 24,6 milliards d euros de crédits utilisés. Enfin, les entreprises de grande taille comptabilisaient pour leur part 56,5 milliards d euros de crédits autorisés et 28,5 milliards d'euros de crédits utilisés 5. Le montant moyen des crédits utilisés calculé pour les entreprises qui avaient effectivement contracté des crédits se chiffrait à 14 millions d'euros par grande entreprise, à 2,1 millions par société de taille moyenne et à 0,2 million par petite entreprise. Le taux d utilisation des crédits, qui rapporte le montant des crédits utilisés à celui des crédits autorisés, illustre l intensité avec laquelle les entreprises sollicitent leurs lignes de crédit. De manière générale, il est inversement proportionnel à la taille de l entreprise. Ce constat pourrait s expliquer 5 La somme des prêts accordés aux petites, moyennes et grandes entreprises est inférieure au total des crédits autorisés ou utilisés répertoriés. Un certain nombre d entre eux sont en effet octroyés à des entreprises pour lesquelles on ne dispose pas d informations relatives à la taille (parce qu elles n ont pas encore déposé de bilan ou parce qu elles ne sont pas tenues de le faire). Au total, les crédits octroyés à ces entreprises se chiffraient, en mars 2016, à 13,5 milliards d euros pour les crédits autorisés et à 10,8 milliards d'euros pour les crédits utilisés. 5

6 par le fait que les petites sociétés ne peuvent guère recourir à d'autres moyens de financement, mais il peut également être le signe d'une corrélation négative entre la taille de la firme emprunteuse et l appréciation du risque par les établissements de crédit. À la fin de mars 2016, le taux d utilisation des crédits était de 83,9 % pour les petites entreprises, de 70,7 % pour celles de taille moyenne et de 50,5 % pour les grandes. Par rapport à la situation qui prévalait un an auparavant (fin de mars 2015), ces taux correspondaient à une légère augmentation du degré d'utilisation par les petites d entreprises, de l'ordre de 0,2 point de pourcentage, tandis que celui-ci avait diminué pour les firmes de taille moyenne (de 0,5 point de pourcentage) et pour les grandes sociétés (de 4,7 points de pourcentage). Cette baisse notable du taux des grandes entreprises est directement corrélée à la hausse sensible des crédits autorisés à cette catégorie de firmes entre septembre et décembre 2015, ce qui correspond notamment à des lignes de crédits octroyées à des entreprises du secteur de l industrie manufacturière dans le cadre d activités de fusion et d acquisition. Le taux d utilisation varie aussi considérablement en fonction de la branche d activité. Ainsi, les entreprises de l industrie manufacturière disposent des plus grandes marges en matière de crédits «non utilisés», comme le donne à penser un taux d utilisation structurellement bas. En revanche, les sociétés de l horeca ou du secteur de l'immobilier souvent des PME se servent généralement d une plus grande partie des lignes de crédit mises à leur disposition. À la fin de mars 2016, le taux d utilisation des crédits était de 86,5 % pour les firmes du secteur de l horeca et de 85,5 % pour celles de l immobilier. Il affichait une valeur intermédiaire pour les entreprises du commerce (73,8 %) et était le plus faible pour les secteurs de la construction et de l industrie (respectivement 59,9 % et 6

7 55,3 %). Par rapport à la fin de mars 2015, le taux d utilisation a reculé dans toutes les branches d activité, en raison d une augmentation proportionnellement plus soutenue des lignes de crédit, sauf dans celle du commerce, où il a grimpé de 2,5 points de pourcentage, sous l impulsion d une contraction relativement plus importante des crédits autorisés. En ce qui concerne les régions, le taux d utilisation reste en moyenne plus élevé en Wallonie et en Flandre qu à Bruxelles, principalement en raison de la concentration des sièges sociaux de grandes entreprises sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. À la fin de mars 2016, il atteignait 75,8 % au Sud du pays et 74 % au Nord. À Bruxelles, il se chiffrait à 51,8 %. Comparativement à la situation observée en mars 2015, le taux d utilisation des crédits s est infléchi dans toutes les régions: -0,7 point de pourcentage en Wallonie, -0,6 point de pourcentage en Flandre et -7,2 points de pourcentage à Bruxelles en raison de la forte hausse des crédits autorisés dont question ci-dessus. 2. Taux d intérêt Les taux appliqués par les banques belges et par celles de la zone euro aux nouveaux crédits accordés aux entreprises constituent l un des principaux déterminants du coût des crédits proposés aux sociétés non financières. Ils sont collectés au travers de l enquête MIR (cf. Au premier trimestre de 2016, les taux de référence à court terme sur le marché monétaire se sont repliés. La BCE a abaissé son taux d intérêt directeur à 0 % le 16 mars, tandis qu elle a décidé de réduire également son taux de dépôt au jour le jour de 10 points de base (à -0,40 %). L OIS à trois mois s est établi à -0,35 % à la fin de mars (contre -0,25 % à la fin de l année 2015). Pour ce qui est des taux à long terme sur les marchés des capitaux, les rendements des emprunts publics belges à cinq ans se sont à nouveau contractés au cours du premier trimestre, retombant à un minimum historique à la fin de février (-0,31 %). À la fin de mars 2016, le rendement sur ces emprunts s affichait à -0,19 % (contre 0,02 % à la fin de décembre 2015). S agissant des emprunts publics à dix ans, ce taux était de 0,45 % à la fin de mars, contre 1,01 % à la fin de Les taux d intérêt à court terme appliqués aux nouveaux crédits bancaires ont diminué, suivant les mouvements des taux du marché monétaire. Par rapport au trimestre précédent, celui appliqué aux crédits dont la valeur était inférieure à un million d euros a reculé de 1 point de base, se fixant à 1,76 % en mars, tandis que celui associé aux prêts dont la valeur était supérieure à cette somme a été raboté de 5 points de base, à 1,50 %. Le coût des crédits d échéance moyenne (c est-à-dire assortis d'un taux fixe, d une durée comprise entre un et cinq ans et d un montant inférieur à un million d euros) a diminué de 4 points de base entre la fin de décembre 2015 et la fin de mars 2016, pour retomber à 1,58 %. En ce qui concerne le taux des prêts d échéance longue (c est-à-dire assortis d un taux fixe, d une durée supérieure à cinq ans et d un montant inférieur à un million d euros), la tendance baissière s est également poursuivie au premier trimestre: celui-ci s est replié de 17 points de base, à 1,98 %. La baisse des taux de référence n a toutefois pas entièrement reflété celle sur les taux de détail à la clientèle. Les marges indicatives des banques sur les crédits à moyen et à long termes (approximées par les écarts entre les taux des crédits aux entreprises et les taux OIS 6 ) ont en 6 Taux swaps au jour le jour (overnight index swap - OIS). Il s agit des taux sur les prêts à des banques très bien notées (prime banks). Les taux sur les crédits à court terme ont été comparés à l OIS à un an, ceux à moyen terme à l OIS à trois ans et ceux à long terme à l OIS à sept ans. 7

8 effet légèrement augmenté par rapport au début de l année. Elles sont estimées à, respectivement, 196 et 199 points de base en mars, contre 181 et 183 points de base à la fin de Dans la zone euro, les tarifs appliqués aux crédits bancaires se sont globalement contractés. Les taux des prêts d échéance courte ont fléchi de, respectivement, 5 et 8 points de base, selon que leur montant était inférieur ou supérieur à un million d euros, à 2,60 et 1,42 %. Le tarif bancaire des crédits assortis d un taux fixe, d'une durée comprise entre un et cinq ans et d une valeur inférieure à un million d euros a diminué de 10 points de base, à 2,64 %. Enfin, celui des crédits d'une durée supérieure à cinq ans et d une valeur inférieure à un million d euros s est établi à 2,17 % (-10 points de base par rapport à la fin du trimestre précédent). 8

9 3. Enquêtes sur les conditions de crédit L'enquête de l'eurosystème sur la distribution du crédit bancaire (cf. fournit des informations qualitatives sur l évolution des critères d octroi et de la demande de crédits, ainsi que sur les facteurs qui les soustendent. Au premier trimestre de 2016, les quatre grandes banques belges interrogées dans le cadre de cette enquête ont rapporté que les critères d octroi de crédits aux entreprises étaient globalement demeurés inchangés. De leur côté, les établissements de crédit de la zone euro ont fait état d un relâchement modeste de leurs critères sur toutes les catégories de crédits. L hétérogénéité en la matière est restée contenue entre les États de la zone euro. Dans la plupart d entre eux, les banques ont globalement gardé constants ou assoupli leurs critères d octroi de crédits. Seules Malte, la Grèce, l Autriche et la France les ont rendus plus stricts. En Belgique, les banques participantes identifient l amélioration de la perception des risques (en particulier des perspectives liées à l activité économique générale) ainsi que l accroissement de la pression concurrentielle (celle qu elles ressentent de la part des autres établissements bancaires et celle qu exercent les marchés financiers) comme des facteurs jouant favorablement sur les conditions de crédit. 9

10 Les banques disposent de plusieurs outils pour moduler leur offre de crédits aux entreprises. Ainsi, elles peuvent l étendre (la restreindre), en procédant à un resserrement (élargissement) des marges, mais aussi en assouplissant (durcissant) les critères non monétaires, et en particulier les exigences de garanties, les clauses des contrats de crédit ou les frais divers inhérents à la prise de crédit. Le maintien des critères d octroi de crédits au premier trimestre de 2016 est allé de pair avec des évolutions positives de la plupart des déterminants monétaires et non monétaires. Les banques déclarantes ont en effet rapporté un rétrécissement des marges sur les crédits standard, qu ils soient proposés aux grandes entreprises ou aux PME, tandis que les marges sur les crédits plus risqués sont restées inchangées. Les établissements de crédit ont, dans l ensemble, signalé avoir allégé les conditions relatives au volume des prêts, aux demandes de garanties et aux clauses des contrats de crédit. Pour le deuxième trimestre de 2016, les banques belges, comme celles de la zone euro, s attendent à un nouvel assouplissement de leurs critères d octroi de crédits. Par ailleurs, en Belgique, les banques ont fait état d'un accroissement de la demande de crédits au premier trimestre de Ce dernier serait attribuable tant aux grandes entreprises qu aux PME. Selon les établissements de crédit interrogés, la hausse de la demande est imputable à plusieurs facteurs: l augmentation des besoins de financement liés aux investissements et aux activités de fusion et d acquisition, la gestion des stocks et du fonds de roulement et le bas niveau des taux d intérêt. En revanche, les prêts accordés par d autres institutions bancaires et le recours au financement de marché par des émissions de titres de créance auraient exercé une influence inverse en contenant la demande. Pour le deuxième trimestre de 2016, les banques belges prévoient une nouvelle expansion de la demande de prêts, tant par les grandes entreprises que par les PME. 10

11 Les banques de la zone euro ont également rapporté un raffermissement de la demande de crédits au premier trimestre de 2016, soutenu à la fois par les grandes entreprises et par les PME. Comme en Belgique, il serait dû à l accroissement des besoins de financement liés à une pléthore de facteurs (gestion des stocks et du fonds de roulement, restructuration des dettes, niveau des taux d intérêt, fusions et acquisitions ainsi qu investissements). Il aurait toutefois été légèrement atténué par les financements alternatifs disponibles. Les établissements de crédit de la zone euro anticipent une nouvelle accélération de la demande de crédits au deuxième trimestre de 2016, tant par les grandes entreprises que par les PME. 11

12 Il ressort de l'enquête réalisée par la Banque 7 en avril 2016 que les chefs d entreprise ont, et ce depuis deux ans, une perception positive des conditions générales d'accès au crédit bancaire. La part des entreprises de l industrie manufacturière, de la construction et des services aux entreprises qui jugeaient favorables les conditions d accès à de nouveaux crédits bancaires a atteint 44 %, tandis que 7 % d entre elles les considéraient comme défavorables. Au total, le solde net des réponses des chefs d entreprise s'est élevé à 37,5 % (contre 29,8 % au trimestre précédent). Ce sentiment positif des chefs d entreprise découle d une appréciation toujours bonne de l évolution des conditions d'accès 7 Dans le cadre de cette enquête, on demande aux entreprises de se prononcer sur deux questions. La première porte sur les conditions de crédit au moment de l enquête («Les conditions auxquelles vous pourriez faire appel au crédit auprès des banques vous semblent-elles actuellement: favorables, neutres ou défavorables?»). Dans le commentaire, les réponses à cette question sont traitées sous l intitulé «Conditions générales». La seconde question porte sur les évolutions constatées au cours du trimestre précédant l enquête (amélioration, stabilisation ou dégradation des conditions), et les réponses sont ventilées selon des critères spécifiques (taux d intérêt, autres frais, volume de crédit, garanties exigées). Les réponses à cette question sont commentées critère par critère. 12

13 au crédit au cours des trois mois antérieurs à l'enquête. La satisfaction relative aux mouvements du taux d intérêt, mesurée par le solde des opinions favorables et défavorables, a encore nettement augmenté (37 %, contre 21 % en janvier), même si une majorité des chefs d entreprise (55 %) ont évalué ce critère comme stable lors de la dernière vague de l enquête. Pour ce qui est des conditions non monétaires d'octroi de crédits, les chefs d entreprise ont globalement fait état d'une évolution favorable sur le plan du volume de crédit (solde de 0 %, contre -2 % au trimestre précédent) et sur celui des frais annexes (-12 contre -14 %), tandis que la situation est restée inchangée en ce qui concerne les garanties exigées (-12 %). Il convient toutefois de noter que, pour l ensemble des critères non monétaires (volume, frais et garanties), les soldes des réponses se situent à des niveaux nettement plus favorables que celui de leur moyenne depuis 2009 (date du début de l enquête trimestrielle). Les résultats par branche d activité montrent que les conditions de crédit ont de nouveau été jugées favorables dans toutes les branches d activité interrogées. Dans l industrie manufacturière et les services, les soldes des réponses ont été de, respectivement, 39 et 34 % (soit +6 points de pourcentage par rapport à janvier). Avec un retard d un trimestre par rapport à ces secteurs, une forte progression des estimations positives a également été observée dans le secteur de la construction (37 % d opinions positives, contre 20 % le trimestre précédent). Ces développements sont sous-tendus par de meilleures appréciations, au premier trimestre de 2016, des chefs d entreprise quant à l évolution du taux d intérêt sur les nouveaux crédits, et ce dans les trois branches d activité. Les conditions relatives aux frais annexes et au volume de crédit ont, globalement, bénéficié d évolutions positives, tandis que les opinions concernant les garanties exigées sont plus mitigées. 13

14 S'agissant des différences par classe de taille, toutes les catégories d entreprises ont porté, en avril 2016, un jugement favorable sur les conditions générales de crédit: le solde des réponses était de 32 % pour les petites entreprises (de 1 à 49 employés), de 46 % pour les entreprises de taille moyenne (de 50 à 249 travailleurs), de 36 % pour les grandes (de 250 à 499 employés) et de 43 % pour les très grandes (500 travailleurs ou plus). L appréciation des conditions liées aux fluctuations des taux d intérêt s est inscrite en nette hausse pour toutes les catégories d entreprises. Les évaluations relatives aux évolutions des frais annexes, au volume de crédit et aux garanties exigées se sont globalement améliorées comparativement au quatrième trimestre de

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2015-0 - Liens: observatoire

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 23.21.34 RPM Bruxelles 214-11-28 Liens: observatoire du crédit

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +3 1 6 99 Fax +3 1 31 97 TVA BE 3.1.34 RPM Bruxelles 14--8 Liens: observatoire du crédit Executive summary

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 22 juin 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO - AVRIL 2015 En avril 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

4. s ituation financière des secteurs non financiers belges

4. s ituation financière des secteurs non financiers belges . s ituation financière des secteurs non financiers belges Dans un contexte de grande incertitude et de fragmentation des marchés financiers de la zone euro, les actifs financiers nets dont dispose la

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

Épargne et financement de l'économie belge

Épargne et financement de l'économie belge Épargne et financement de l'économie belge 3. Épargne et financement de l économie belge 3.1 La conjoncture hésitante et l environnement de taux bas ont influé sur le comportement financier des sociétés

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers. Statistiques

Centrale des crédits aux particuliers. Statistiques Centrale des crédits aux particuliers Statistiques 2013 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Mars 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE

L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE Durant la dernière décennie, le taux d endettement des entreprises s est allégé en France. La présente étude, après un rappel historique, compare

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Analyse thématique Belfius Research Février 2016 Introduction Les taux sont à un niveau historiquement bas. Pour un crédit à 10 ans, l

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Indice sage de confiance des entreprises

Indice sage de confiance des entreprises Indice sage de confiance des entreprises Tendances mondiales L indice Sage de confiance des entreprises est une mesure annuelle effectuée auprès des PME dans le monde, afin de présenter une image claire

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Rapport financier semestriel

Rapport financier semestriel Le 1 er juin 2012 Rapport financier semestriel Au cours du premier semestre 2012, le Groupe a enregistré une forte croissance de son activité (+8,1%), notamment liée à une période de soldes hiver favorables,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Situation d un échantillon de groupes d assurance actifs en France à fin 2014

Situation d un échantillon de groupes d assurance actifs en France à fin 2014 Situation d un échantillon de groupes d assurance actifs en France à fin 2014 N 45 Mai 2015 1 SOMMAIRE 1. DES RÉSULTATS TIRÉS PAR L ASSURANCE DE PERSONNES... 5 1.1 Des résultats en progression dans le

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

L'octroi de crédit se stabilise

L'octroi de crédit se stabilise Communiqué de presse L'octroi de crédit se stabilise Le crédit hypothécaire au cours du troisième trimestre de 2011 Bruxelles, 3 novembre 2011 Au cours du troisième trimestre de 2011, le nombre de crédits

Plus en détail

RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 :

RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 : Jacquet Metal Service - Rapport d activité 31 mars 2015 1 2 RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 : 1 er trimestre 2015 Chiffre d affaires 316,5 m (+8,5% vs T1 2014) EBITDA +14,2

Plus en détail

La part des banques dans le financement des entreprises

La part des banques dans le financement des entreprises Le financement bancaire des entreprises en Polynésie française AGENCE DE PAPEETE NUMERO 1 Janvier 08 Note expresse Établissement public Dotation 000 000 - SIRET 78 430 111 0 APE 651 A Siège social : 5

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

II. Les délais de paiement

II. Les délais de paiement -17- II. Les délais de paiement 1/ La négociation des délais de paiement Une bonne maîtrise du délai client impose une bonne compréhension du délai réel de crédit qui est accordé au client. Une condition

Plus en détail

PME Wallonie-Bruxelles

PME Wallonie-Bruxelles UCM National asbl Situation au 2 e trimestre 2015 PME Wallonie-Bruxelles Charlie TCHINDA Economiste - Statisticien Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses d un panel d indépendants

Plus en détail

Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007

Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007 Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007 o Au 30 septembre 2007, revenus en hausse de 19 %, à 8,2 milliards contre 6,9 milliards pour les neuf premiers mois de 2006, reflétant l intégration des activités

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Febelfin lance son propre baromètre sur l'octroi de crédit aux entreprises

Febelfin lance son propre baromètre sur l'octroi de crédit aux entreprises Communiqué de presse Febelfin lance son propre baromètre sur l'octroi de crédit aux entreprises Bruxelles, le 21 septembre 2010 Ainsi qu il ressort des chiffres publiés par Febelfin sur la base d une enquête

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

RAPPOR T TRIMESTRIEL. 31 mars, 2003 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

RAPPOR T TRIMESTRIEL. 31 mars, 2003 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR RAPPOR T TRIMESTRIEL 31 mars, 2003 FONDS DE PLACEMENT 1 Message aux porteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats des trois

Plus en détail

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner abcdefg Conférence de presse Zurich, le 15 décembre 2005 Remarques introductives de Niklaus Blattner Il est incontestable que la concurrence est devenue nettement plus vive, dans la période récente, sur

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2007

Présentation des résultats semestriels 2007 Présentation des résultats semestriels 2007 Faits marquants du premier semestre 2007 Henri de CASTRIES Président du Directoire Les résultats d AXA du 1 er semestre 2007 sont parfaitement en ligne avec

Plus en détail

HSBC FRANCE RESULTATS ANNUELS 2015 ET FAITS MARQUANTS

HSBC FRANCE RESULTATS ANNUELS 2015 ET FAITS MARQUANTS Communiqué de presse 22 février 2016 HSBC FRANCE RESULTATS ANNUELS 2015 ET FAITS MARQUANTS Le Conseil d'administration de HSBC France, réuni le 8 février 2016, a arrêté les comptes de l'exercice 2015 du

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique annexe annexe B B Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique. Vue d ensemble La contribution cumulée des produits pétroliers (essence, diesel et mazout de chauffage) à l inflation totale

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Statistiques Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

Amélioration du chiffre d affaires et du bénéfice

Amélioration du chiffre d affaires et du bénéfice Résultat semestriel 2006 Seul le discours prononcé fait foi Amélioration du chiffre d affaires et du bénéfice. Présentation de Christian Sahli, chef Finances et controlling, lors de la conférence de presse

Plus en détail

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi 2011 De par sa position de capitale de la

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Louvain-la-Neuve, le 27 mars 2009, 16h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET PROFITABILITÉ : BSB TIENT SES PROMESSES! La croissance de la société s est

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines Commentaire Rendement Au troisième trimestre, les FPI hypothécaires ont cédé une partie du terrain gagné plus tôt dans l année, comme en témoigne le léger recul des cours des titres adossés à des créances

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail