Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières observatoire du crédit. Liens:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:"

Transcription

1 Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel Fax TVA BE RPM Bruxelles Liens: observatoire du crédit Executive summary Au premier trimestre de 2016, l octroi de crédits aux sociétés non financières par les banques résidentes a sensiblement augmenté en Belgique. À la fin de mars, le taux de variation sur une base annuelle s est établi à 4,1 %, contre 2,3 % en décembre Depuis janvier de cette année, ce taux est nettement supérieur à sa moyenne de long terme sur la période L embellie s explique principalement par la croissance des crédits à moyen et à long termes. Le taux de variation des crédits à long terme (plus de cinq ans) s est fixé à 4,9 % à la fin de mars 2016, contre 3,7 % à la fin du trimestre précédent, tandis que celui des crédits à moyen terme (entre un et cinq ans) est passé à 7,2 %, contre 5 % en décembre Celui des prêts à court terme (moins d un an) s est pour sa part redressé et est redevenu positif pour la première fois depuis mars 2012: il s est affiché à 1 % à la fin de mars, contre -1,7 % à la fin de décembre Le relèvement du taux de croissance a été soutenu par la poursuite du recul des coûts des crédits, qui a fait suite à celui des taux d intérêt sur les marchés des capitaux au premier trimestre de Le taux d intérêt à long terme (plus de cinq ans) appliqué aux nouveaux crédits bancaires a continué de diminuer par rapport au trimestre précédent, de 17 points de base, revenant à 1,98 %. Celui à moyen terme (entre un et cinq ans) s est également replié, de 4 points de base, à 1,58 %. Quant aux taux d intérêt à court terme, se conformant à la baisse des taux de référence sur le marché monétaire, ils ont cédé respectivement 1 et 5 points de base, selon que les prêts étaient inférieurs ou supérieurs à un million d euros, pour se chiffrer à 1,76 et 1,50 %. Les banques ont principalement attribué la croissance des crédits à un redressement de la demande. Au premier trimestre de 2016, les quatre grandes banques belges ont rapporté une stabilisation de leurs critères d octroi de crédits aux sociétés non financières. Elles ont aussi fait référence à une atténuation de la perception des risques, attribuable à une amélioration des prévisions concernant l activité économique, ainsi qu à une exacerbation de la pression concurrentielle, surtout entre établissements bancaires, mais aussi en raison de la disponibilité de financements de marché. Par ailleurs, les banques ont de nouveau fait état d un accroissement de la demande de crédits qui, selon leur appréciation, serait imputable à la hausse des besoins de financement, au bas niveau des taux d intérêt, à la gestion des stocks et du fonds de roulement, ainsi qu à la reprise des activités de fusion et d acquisition. Par contre, le recours à des financements alternatifs aurait bridé la demande de crédits. Pour le deuxième trimestre de 2016, les banques belges tablent, d une part, sur un nouvel assouplissement de leurs critères d octroi de crédits et, d autre part, sur une expansion de la demande de prêts. Du point de vue des entreprises, les conditions globales de crédit ont été considérées comme favorables, et ce pour le huitième trimestre d affilée. Des développements semblables ont été observés dans l ensemble de la zone euro, où le taux de variation annuelle des crédits bancaires aux entreprises a augmenté au premier trimestre de 2016, ressortant à 1,1 %, contre 0,2 % le trimestre précédent. S agissant de l'évolution des crédits, l'hétérogénéité perdure cependant entre les États membres. Par ailleurs, les banques de l union monétaire ont fait mention d un relâchement de leurs critères d'octroi de crédits aux entreprises durant cette période, ainsi que d un raffermissement de la demande de crédits. Elles prévoient un nouvel assouplissement de leurs conditions de prêt et une progression de la demande de crédits au deuxième trimestre de

2 ÉVOLUTION DES CRÉDITS AUX ENTREPRISES AU PREMIER TRIMESTRE DE Volume des crédits Au premier trimestre de , le taux de variation annuelle de l octroi de crédits aux entreprises par les banques résidentes s est nettement amélioré en Belgique. Il s'est établi à 4,1 % à la fin de mars, contre 2,3 % à la fin de décembre Parallèlement à cette évolution, le flux net de crédits, après désaisonnalisation, s est inscrit en forte hausse sur l'ensemble des quatre derniers trimestres, atteignant 4,6 milliards d euros. Après avoir augmenté de, respectivement, 1,3 et 1,2 milliards au troisième et au quatrième trimestres de 2015, l octroi de nouveaux crédits s est encore accru au premier trimestre de 2016, les flux nets désaisonnalisés se chiffrant à 1,9 milliard. Une ventilation par maturité des crédits fait apparaître des évolutions en sens positif pour toutes les catégories. Le taux de variation à un an d écart des crédits à long terme (plus de cinq ans) a continué de grimper, se chiffrant à 4,9 % à la fin de mars, contre 3,7 % à la fin du trimestre précédent. Celui 1 Les données relatives à l évolution des crédits bancaires octroyés par les banques résidentes aux sociétés non financières en Belgique sont à présent établies selon la méthodologie du SEC L introduction de nouvelles définitions pour les secteurs des sociétés financières et non financières, conformément à cette nouvelle méthodologie, le reclassement d unités institutionnelles dans le secteur des administrations publiques et dans le secteur financier à la suite d une recommandation d Eurostat et la modification du format de transmission des séries dans le cadre d une nouvelle réglementation de la BCE ont engendré des changements dans les données de crédit et l apparition d une rupture de série dans les données d encours entre novembre et décembre

3 des crédits à moyen terme (entre un et cinq ans) s est également raffermi, affichant une valeur de 7,2 %, contre 5 % à la fin de décembre Enfin, le volume des crédits à court terme (moins d un an) est repassé en territoire positif pour la première fois depuis le premier trimestre de Leur taux de croissance annuelle s est établi à 1 % à la fin de mars, contre -1,7 % à la fin de décembre Pour se financer, les entreprises belges peuvent également faire appel aux banques étrangères 2. Les comptes financiers établis par la Banque sur la base des statistiques de la balance des paiements 3 permettent d'appréhender les flux de crédits émanant des banques non résidentes. Par rapport à la période correspondante de l année précédente, l octroi de crédits par les banques étrangères s est globalement réduit au quatrième trimestre de 2015: à un an d'écart, les transactions nettes en provenance des banques de la zone euro (hors Belgique) ont diminué de 1,4 milliard d'euros (pour totaliser près de 12,7 milliards), tandis que les flux nets de crédits accordés par les autres banques étrangères ont été à peine positifs (0,1 milliard) au cours de cette même période. Dès lors, le taux de variation à un an d'écart des crédits bancaires, compte tenu de l ensemble des crédits de ce type octroyés aux entreprises belges, est ressorti à 0,9 % au quatrième trimestre de Dans la zone euro, l octroi de crédits aux entreprises a rebondi au premier trimestre de En mars, le taux de variation annuelle s est fixé à 1,1 %, contre 0,2 % à la fin du trimestre précédent. Bien que le taux de variation de ces crédits dans la zone euro reste inférieur à celui enregistré en 2 3 La notion de banque étrangère (ou non résidente) repose sur le concept de territorialité. Les filiales et succursales de banques étrangères qui possèdent un établissement stable en Belgique sont comprises dans le concept des banques résidentes. L octroi de crédits par des banques étrangères recouvre donc uniquement celui qui est opéré par des établissements situés à l étranger. Ces données sont disponibles plus tardivement que celles relatives aux crédits accordés par les banques résidentes. Elles existent actuellement jusqu au quatrième trimestre de

4 Belgique, on note une amélioration sensible par rapport au creux observé au premier trimestre de 2014 (-3,5 %). Le taux de variation moyen pour la zone euro continue cependant de masquer une forte hétérogénéité: alors que la majorité des pays, parmi lesquels la Finlande (4,4 %) et la France (4,3 %), ainsi que, dans une moindre mesure, l Allemagne (2,0 %) et l Italie (0,1 %), ont affiché une croissance annuelle positive de l'octroi de crédits bancaires aux entreprises, celle-ci est demeurée négative, parfois de manière significative, dans d autres États. Cela a été le cas, notamment, en Irlande (-3,8 %), aux Pays-Bas (-3,8 % également), au Portugal (-2,2 %), en Espagne (-1,1 %) et en Grèce (-1,0 %). Les statistiques issues de la Centrale des crédits aux entreprises 4, qui concernent tant les ouvertures de lignes de crédit que l'utilisation de celles-ci auprès des banques résidentes, permettent d'apprécier non seulement l'évolution des crédits en fonction de la taille des entreprises emprunteuses, mais également celles au sein de leur secteur d'activité et de la région où elles sont installées. 4 Les données relatives à la Centrale des crédits aux entreprises sont alimentées en continu par les institutions participantes. Les séries sont susceptibles d être révisées, et ce sur une période d un an. Dans les graphiques présentés pour ce commentaire, seules les données antérieures à mars 2015 sont considérées comme définitives. Ces données sont conformes à la méthodologie du SEC 2010 à partir de décembre

5 Au total, selon les statistiques de la Centrale des crédits, le montant des lignes de crédit aux sociétés non financières autorisé par les établissements de crédit résidents a atteint 173,1 milliards d euros à la fin de mars Le volume des crédits effectivement utilisés par les entreprises s est quant à lui établi à 121,2 milliards d'euros. Ces prêts ont en grande partie été accordés à de petites entreprises qui, à la fin de décembre, s arrogeaient 68,3 milliards d euros de crédits autorisés et 57,3 milliards d'euros de crédits utilisés. Par ailleurs, des crédits avaient été octroyés à des entreprises de taille moyenne pour un montant de 34,8 milliards d euros, dont 24,6 milliards d euros de crédits utilisés. Enfin, les entreprises de grande taille comptabilisaient pour leur part 56,5 milliards d euros de crédits autorisés et 28,5 milliards d'euros de crédits utilisés 5. Le montant moyen des crédits utilisés calculé pour les entreprises qui avaient effectivement contracté des crédits se chiffrait à 14 millions d'euros par grande entreprise, à 2,1 millions par société de taille moyenne et à 0,2 million par petite entreprise. Le taux d utilisation des crédits, qui rapporte le montant des crédits utilisés à celui des crédits autorisés, illustre l intensité avec laquelle les entreprises sollicitent leurs lignes de crédit. De manière générale, il est inversement proportionnel à la taille de l entreprise. Ce constat pourrait s expliquer 5 La somme des prêts accordés aux petites, moyennes et grandes entreprises est inférieure au total des crédits autorisés ou utilisés répertoriés. Un certain nombre d entre eux sont en effet octroyés à des entreprises pour lesquelles on ne dispose pas d informations relatives à la taille (parce qu elles n ont pas encore déposé de bilan ou parce qu elles ne sont pas tenues de le faire). Au total, les crédits octroyés à ces entreprises se chiffraient, en mars 2016, à 13,5 milliards d euros pour les crédits autorisés et à 10,8 milliards d'euros pour les crédits utilisés. 5

6 par le fait que les petites sociétés ne peuvent guère recourir à d'autres moyens de financement, mais il peut également être le signe d'une corrélation négative entre la taille de la firme emprunteuse et l appréciation du risque par les établissements de crédit. À la fin de mars 2016, le taux d utilisation des crédits était de 83,9 % pour les petites entreprises, de 70,7 % pour celles de taille moyenne et de 50,5 % pour les grandes. Par rapport à la situation qui prévalait un an auparavant (fin de mars 2015), ces taux correspondaient à une légère augmentation du degré d'utilisation par les petites d entreprises, de l'ordre de 0,2 point de pourcentage, tandis que celui-ci avait diminué pour les firmes de taille moyenne (de 0,5 point de pourcentage) et pour les grandes sociétés (de 4,7 points de pourcentage). Cette baisse notable du taux des grandes entreprises est directement corrélée à la hausse sensible des crédits autorisés à cette catégorie de firmes entre septembre et décembre 2015, ce qui correspond notamment à des lignes de crédits octroyées à des entreprises du secteur de l industrie manufacturière dans le cadre d activités de fusion et d acquisition. Le taux d utilisation varie aussi considérablement en fonction de la branche d activité. Ainsi, les entreprises de l industrie manufacturière disposent des plus grandes marges en matière de crédits «non utilisés», comme le donne à penser un taux d utilisation structurellement bas. En revanche, les sociétés de l horeca ou du secteur de l'immobilier souvent des PME se servent généralement d une plus grande partie des lignes de crédit mises à leur disposition. À la fin de mars 2016, le taux d utilisation des crédits était de 86,5 % pour les firmes du secteur de l horeca et de 85,5 % pour celles de l immobilier. Il affichait une valeur intermédiaire pour les entreprises du commerce (73,8 %) et était le plus faible pour les secteurs de la construction et de l industrie (respectivement 59,9 % et 6

7 55,3 %). Par rapport à la fin de mars 2015, le taux d utilisation a reculé dans toutes les branches d activité, en raison d une augmentation proportionnellement plus soutenue des lignes de crédit, sauf dans celle du commerce, où il a grimpé de 2,5 points de pourcentage, sous l impulsion d une contraction relativement plus importante des crédits autorisés. En ce qui concerne les régions, le taux d utilisation reste en moyenne plus élevé en Wallonie et en Flandre qu à Bruxelles, principalement en raison de la concentration des sièges sociaux de grandes entreprises sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. À la fin de mars 2016, il atteignait 75,8 % au Sud du pays et 74 % au Nord. À Bruxelles, il se chiffrait à 51,8 %. Comparativement à la situation observée en mars 2015, le taux d utilisation des crédits s est infléchi dans toutes les régions: -0,7 point de pourcentage en Wallonie, -0,6 point de pourcentage en Flandre et -7,2 points de pourcentage à Bruxelles en raison de la forte hausse des crédits autorisés dont question ci-dessus. 2. Taux d intérêt Les taux appliqués par les banques belges et par celles de la zone euro aux nouveaux crédits accordés aux entreprises constituent l un des principaux déterminants du coût des crédits proposés aux sociétés non financières. Ils sont collectés au travers de l enquête MIR (cf. Au premier trimestre de 2016, les taux de référence à court terme sur le marché monétaire se sont repliés. La BCE a abaissé son taux d intérêt directeur à 0 % le 16 mars, tandis qu elle a décidé de réduire également son taux de dépôt au jour le jour de 10 points de base (à -0,40 %). L OIS à trois mois s est établi à -0,35 % à la fin de mars (contre -0,25 % à la fin de l année 2015). Pour ce qui est des taux à long terme sur les marchés des capitaux, les rendements des emprunts publics belges à cinq ans se sont à nouveau contractés au cours du premier trimestre, retombant à un minimum historique à la fin de février (-0,31 %). À la fin de mars 2016, le rendement sur ces emprunts s affichait à -0,19 % (contre 0,02 % à la fin de décembre 2015). S agissant des emprunts publics à dix ans, ce taux était de 0,45 % à la fin de mars, contre 1,01 % à la fin de Les taux d intérêt à court terme appliqués aux nouveaux crédits bancaires ont diminué, suivant les mouvements des taux du marché monétaire. Par rapport au trimestre précédent, celui appliqué aux crédits dont la valeur était inférieure à un million d euros a reculé de 1 point de base, se fixant à 1,76 % en mars, tandis que celui associé aux prêts dont la valeur était supérieure à cette somme a été raboté de 5 points de base, à 1,50 %. Le coût des crédits d échéance moyenne (c est-à-dire assortis d'un taux fixe, d une durée comprise entre un et cinq ans et d un montant inférieur à un million d euros) a diminué de 4 points de base entre la fin de décembre 2015 et la fin de mars 2016, pour retomber à 1,58 %. En ce qui concerne le taux des prêts d échéance longue (c est-à-dire assortis d un taux fixe, d une durée supérieure à cinq ans et d un montant inférieur à un million d euros), la tendance baissière s est également poursuivie au premier trimestre: celui-ci s est replié de 17 points de base, à 1,98 %. La baisse des taux de référence n a toutefois pas entièrement reflété celle sur les taux de détail à la clientèle. Les marges indicatives des banques sur les crédits à moyen et à long termes (approximées par les écarts entre les taux des crédits aux entreprises et les taux OIS 6 ) ont en 6 Taux swaps au jour le jour (overnight index swap - OIS). Il s agit des taux sur les prêts à des banques très bien notées (prime banks). Les taux sur les crédits à court terme ont été comparés à l OIS à un an, ceux à moyen terme à l OIS à trois ans et ceux à long terme à l OIS à sept ans. 7

8 effet légèrement augmenté par rapport au début de l année. Elles sont estimées à, respectivement, 196 et 199 points de base en mars, contre 181 et 183 points de base à la fin de Dans la zone euro, les tarifs appliqués aux crédits bancaires se sont globalement contractés. Les taux des prêts d échéance courte ont fléchi de, respectivement, 5 et 8 points de base, selon que leur montant était inférieur ou supérieur à un million d euros, à 2,60 et 1,42 %. Le tarif bancaire des crédits assortis d un taux fixe, d'une durée comprise entre un et cinq ans et d une valeur inférieure à un million d euros a diminué de 10 points de base, à 2,64 %. Enfin, celui des crédits d'une durée supérieure à cinq ans et d une valeur inférieure à un million d euros s est établi à 2,17 % (-10 points de base par rapport à la fin du trimestre précédent). 8

9 3. Enquêtes sur les conditions de crédit L'enquête de l'eurosystème sur la distribution du crédit bancaire (cf. fournit des informations qualitatives sur l évolution des critères d octroi et de la demande de crédits, ainsi que sur les facteurs qui les soustendent. Au premier trimestre de 2016, les quatre grandes banques belges interrogées dans le cadre de cette enquête ont rapporté que les critères d octroi de crédits aux entreprises étaient globalement demeurés inchangés. De leur côté, les établissements de crédit de la zone euro ont fait état d un relâchement modeste de leurs critères sur toutes les catégories de crédits. L hétérogénéité en la matière est restée contenue entre les États de la zone euro. Dans la plupart d entre eux, les banques ont globalement gardé constants ou assoupli leurs critères d octroi de crédits. Seules Malte, la Grèce, l Autriche et la France les ont rendus plus stricts. En Belgique, les banques participantes identifient l amélioration de la perception des risques (en particulier des perspectives liées à l activité économique générale) ainsi que l accroissement de la pression concurrentielle (celle qu elles ressentent de la part des autres établissements bancaires et celle qu exercent les marchés financiers) comme des facteurs jouant favorablement sur les conditions de crédit. 9

10 Les banques disposent de plusieurs outils pour moduler leur offre de crédits aux entreprises. Ainsi, elles peuvent l étendre (la restreindre), en procédant à un resserrement (élargissement) des marges, mais aussi en assouplissant (durcissant) les critères non monétaires, et en particulier les exigences de garanties, les clauses des contrats de crédit ou les frais divers inhérents à la prise de crédit. Le maintien des critères d octroi de crédits au premier trimestre de 2016 est allé de pair avec des évolutions positives de la plupart des déterminants monétaires et non monétaires. Les banques déclarantes ont en effet rapporté un rétrécissement des marges sur les crédits standard, qu ils soient proposés aux grandes entreprises ou aux PME, tandis que les marges sur les crédits plus risqués sont restées inchangées. Les établissements de crédit ont, dans l ensemble, signalé avoir allégé les conditions relatives au volume des prêts, aux demandes de garanties et aux clauses des contrats de crédit. Pour le deuxième trimestre de 2016, les banques belges, comme celles de la zone euro, s attendent à un nouvel assouplissement de leurs critères d octroi de crédits. Par ailleurs, en Belgique, les banques ont fait état d'un accroissement de la demande de crédits au premier trimestre de Ce dernier serait attribuable tant aux grandes entreprises qu aux PME. Selon les établissements de crédit interrogés, la hausse de la demande est imputable à plusieurs facteurs: l augmentation des besoins de financement liés aux investissements et aux activités de fusion et d acquisition, la gestion des stocks et du fonds de roulement et le bas niveau des taux d intérêt. En revanche, les prêts accordés par d autres institutions bancaires et le recours au financement de marché par des émissions de titres de créance auraient exercé une influence inverse en contenant la demande. Pour le deuxième trimestre de 2016, les banques belges prévoient une nouvelle expansion de la demande de prêts, tant par les grandes entreprises que par les PME. 10

11 Les banques de la zone euro ont également rapporté un raffermissement de la demande de crédits au premier trimestre de 2016, soutenu à la fois par les grandes entreprises et par les PME. Comme en Belgique, il serait dû à l accroissement des besoins de financement liés à une pléthore de facteurs (gestion des stocks et du fonds de roulement, restructuration des dettes, niveau des taux d intérêt, fusions et acquisitions ainsi qu investissements). Il aurait toutefois été légèrement atténué par les financements alternatifs disponibles. Les établissements de crédit de la zone euro anticipent une nouvelle accélération de la demande de crédits au deuxième trimestre de 2016, tant par les grandes entreprises que par les PME. 11

12 Il ressort de l'enquête réalisée par la Banque 7 en avril 2016 que les chefs d entreprise ont, et ce depuis deux ans, une perception positive des conditions générales d'accès au crédit bancaire. La part des entreprises de l industrie manufacturière, de la construction et des services aux entreprises qui jugeaient favorables les conditions d accès à de nouveaux crédits bancaires a atteint 44 %, tandis que 7 % d entre elles les considéraient comme défavorables. Au total, le solde net des réponses des chefs d entreprise s'est élevé à 37,5 % (contre 29,8 % au trimestre précédent). Ce sentiment positif des chefs d entreprise découle d une appréciation toujours bonne de l évolution des conditions d'accès 7 Dans le cadre de cette enquête, on demande aux entreprises de se prononcer sur deux questions. La première porte sur les conditions de crédit au moment de l enquête («Les conditions auxquelles vous pourriez faire appel au crédit auprès des banques vous semblent-elles actuellement: favorables, neutres ou défavorables?»). Dans le commentaire, les réponses à cette question sont traitées sous l intitulé «Conditions générales». La seconde question porte sur les évolutions constatées au cours du trimestre précédant l enquête (amélioration, stabilisation ou dégradation des conditions), et les réponses sont ventilées selon des critères spécifiques (taux d intérêt, autres frais, volume de crédit, garanties exigées). Les réponses à cette question sont commentées critère par critère. 12

13 au crédit au cours des trois mois antérieurs à l'enquête. La satisfaction relative aux mouvements du taux d intérêt, mesurée par le solde des opinions favorables et défavorables, a encore nettement augmenté (37 %, contre 21 % en janvier), même si une majorité des chefs d entreprise (55 %) ont évalué ce critère comme stable lors de la dernière vague de l enquête. Pour ce qui est des conditions non monétaires d'octroi de crédits, les chefs d entreprise ont globalement fait état d'une évolution favorable sur le plan du volume de crédit (solde de 0 %, contre -2 % au trimestre précédent) et sur celui des frais annexes (-12 contre -14 %), tandis que la situation est restée inchangée en ce qui concerne les garanties exigées (-12 %). Il convient toutefois de noter que, pour l ensemble des critères non monétaires (volume, frais et garanties), les soldes des réponses se situent à des niveaux nettement plus favorables que celui de leur moyenne depuis 2009 (date du début de l enquête trimestrielle). Les résultats par branche d activité montrent que les conditions de crédit ont de nouveau été jugées favorables dans toutes les branches d activité interrogées. Dans l industrie manufacturière et les services, les soldes des réponses ont été de, respectivement, 39 et 34 % (soit +6 points de pourcentage par rapport à janvier). Avec un retard d un trimestre par rapport à ces secteurs, une forte progression des estimations positives a également été observée dans le secteur de la construction (37 % d opinions positives, contre 20 % le trimestre précédent). Ces développements sont sous-tendus par de meilleures appréciations, au premier trimestre de 2016, des chefs d entreprise quant à l évolution du taux d intérêt sur les nouveaux crédits, et ce dans les trois branches d activité. Les conditions relatives aux frais annexes et au volume de crédit ont, globalement, bénéficié d évolutions positives, tandis que les opinions concernant les garanties exigées sont plus mitigées. 13

14 S'agissant des différences par classe de taille, toutes les catégories d entreprises ont porté, en avril 2016, un jugement favorable sur les conditions générales de crédit: le solde des réponses était de 32 % pour les petites entreprises (de 1 à 49 employés), de 46 % pour les entreprises de taille moyenne (de 50 à 249 travailleurs), de 36 % pour les grandes (de 250 à 499 employés) et de 43 % pour les très grandes (500 travailleurs ou plus). L appréciation des conditions liées aux fluctuations des taux d intérêt s est inscrite en nette hausse pour toutes les catégories d entreprises. Les évaluations relatives aux évolutions des frais annexes, au volume de crédit et aux garanties exigées se sont globalement améliorées comparativement au quatrième trimestre de

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2015-0 - Liens: observatoire

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 23.21.34 RPM Bruxelles 214-11-28 Liens: observatoire du crédit

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +3 1 6 99 Fax +3 1 31 97 TVA BE 3.1.34 RPM Bruxelles 14--8 Liens: observatoire du crédit Executive summary

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes régionaux

Institut des comptes nationaux. Comptes régionaux Institut des comptes nationaux Comptes régionaux 2003-2011 Contenu de la publication Cette publication présente les données concernant les agrégats par branche d activité et les comptes des revenus des

Plus en détail

Pourcentage d'emprunteurs défaillants 5,5 % 5,7 %

Pourcentage d'emprunteurs défaillants 5,5 % 5,7 % Informations micro-économiques Dernières données enregistrées août 215 1. Chiffres-clés TABLEAU 1. NOMBRE DE PERSONNES 214-8 215-8 Variation Ayant au moins: - un contrat en cours 6.243.845 6.222.5 -,3

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

Pourcentage d'emprunteurs défaillants 5,2 % 5,4 %

Pourcentage d'emprunteurs défaillants 5,2 % 5,4 % Informations micro-économiques Dernières données enregistrées août 213 1. Chiffres-clés TABLEAU 1. NOMBRE DE PERSONNES 212-8 213-8 Variation Ayant au moins: - un contrat en cours 6.216.65 6.242.148 +,4

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

s est inscrite de nouveau en baisse au deuxième trimestre 2013, pour les PME (petites et moyennes entreprises) ainsi que les grandes entreprises.

s est inscrite de nouveau en baisse au deuxième trimestre 2013, pour les PME (petites et moyennes entreprises) ainsi que les grandes entreprises. LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE 1 s est inscrite de nouveau en baisse au deuxième trimestre 2013, pour les PME (petites et moyennes entreprises) ainsi que les grandes entreprises. En conclusion,

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques

Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques 7. Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques 7.1 Conséquences de la crise financière La

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Le Conseil d administration de Dexia qui s est tenu le jeudi 5 février 2004 a pris connaissance du rapport d activité.

Le Conseil d administration de Dexia qui s est tenu le jeudi 5 février 2004 a pris connaissance du rapport d activité. Le 5 février 2004 COMMUNIQUE DE PRESSE Activité du groupe Dexia en 2003! Année record dans les services financiers au secteur public local! Reprise dans les services financiers de proximité! Encours de

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

Centrale des crédits aux entreprises

Centrale des crédits aux entreprises Centrale des crédits aux entreprises Bruxelles, mercredi 23 octobre 2013 Patrick BISSOT Introduction Le crédit est important et même nécessaire pour l'économie... 2 / 25 Crédits enregistrés à la CCE Comparaison

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 4 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré, en juin 2015, une hausse de 2,% pour atteindre 1 7,8 MMDH. Cette évolution est attribuable principalement

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 4 mars BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE TAUX D INTÉRÊT DES BANQUES DE LA ZONE EURO : JANVIER L indicateur composite du coût de l emprunt pour les nouveaux prêts accordés aux sociétés

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Août 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir?

Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Quel contexte financier pour les marchés immobiliers dans les années à venir? Club Notarial de Immobilier 28 mai 2015 Exposé de Denis Ferrand Les faits marquants de la conjoncture économique mondiale 2

Plus en détail

3. Développements financiers en Belgique

3. Développements financiers en Belgique 3. Développements financiers en Belgique La position extérieure nette de la Belgique reste solide, à 35, % du PIB. Compte tenu du contexte économique toujours fragile, d une part, et du bas niveau des

Plus en détail

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse Le nombre de mariages est en baisse tendancielle. Il passe de 2 236 en 196 à 1 714 en 211. Inversement, le nombre de divorces a augmenté fortement en passant de 13 en 196 à 1 27 en 211. Les mariages entre

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

François GUINOUARD, Elisabeth KREMP et Marina RANDRIAMISAINA Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et Statistiques sectorielles

François GUINOUARD, Elisabeth KREMP et Marina RANDRIAMISAINA Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et Statistiques sectorielles Accès au crédit des PME et ETI : fléchissement de l offre ou moindre demande? Les enseignements d une nouvelle enquête trimestrielle auprès des entreprises François GUINOUARD, Elisabeth KREMP et Marina

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique.

Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique. COMMUNIQUÉ DE PRESSE 2004-09-28 Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique. En avril 2004, cinquante-deux banques centrales et autorités monétaires,

Plus en détail

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Comptes non audités COMPTES CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Bilan Actif Montants en milliers d'euros Montants Amortissements Montants Montants Bruts et

Plus en détail

crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014

crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014 crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014 Prospectus Crédits-logement Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA, soit AXA Belgium et AXA

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2014

Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2014 Banque HSBC Canada Rapport intermédiaire du premier trimestre de Rapport intermédiaire du premier trimestre de Profil La Banque HSBC Canada, filiale de la société HSBC Holdings plc, est le chef de file

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015 L Tableau de bord mensuel Mai 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE JUILLET 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW Enquête CeFiP Financement des PME 2011 Table des matières Avant-propos 4 Executive summary 6 Introduction 10 Partie

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré en mai une hausse de 1,4% pour s établir à 1 026MMDH. Cette évolution résulte principalement de l

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Frédéric DELAMARRE Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Après la vive hausse

Plus en détail

crédit-logement prospectus n 7 le crédit-logement d application à partir du 26 février 2010

crédit-logement prospectus n 7 le crédit-logement d application à partir du 26 février 2010 crédit-logement prospectus n 7 d application à partir du 26 février 2010 le crédit-logement Prospectus Crédits-logement Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA, soit

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Norvège Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Second Quarter 2013 Interim Report. Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2015. Αβχ

Second Quarter 2013 Interim Report. Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2015. Αβχ Banque HSBC Bank HSBC Canada Canada Second Quarter 2013 Interim Report Rapport intermédiaire du premier trimestre de Αβχ Rapport intermédiaire du premier trimestre de Profil La Banque HSBC Canada, filiale

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

(Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088)

(Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088) Règlement "F" de la Banque Nationale de Belgique relatif aux enquêtes sur les investissements entre des résidents autres que les établissements de crédit et des non-résidents non apparentés hors valeurs

Plus en détail

L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES

L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES Banque de France DIRECTION GENERALE DES STATISTIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES MONETAIRES ET FINANCIERES DIRECTION DES ENQUETES ET DES STATISTIQUES SECTORIELLES

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

SOMMAIRE RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2013

SOMMAIRE RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2013 SOMMAIRE RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2013 Faits marquants du premier semestre 2013 2 Structure et gouvernance 3 Comptes consolidés VISION IT GROUP 4 Attestation du responsable du document 14 Contrôle

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

L'octroi de crédit aux entreprises se maintient, mais la vigilance est de mise pour l'avenir

L'octroi de crédit aux entreprises se maintient, mais la vigilance est de mise pour l'avenir Communiqué de presse L'octroi de crédit aux entreprises se maintient, mais la vigilance est de mise pour l'avenir Bruxelles, le 28 octobre 2011 Près de 127 milliards d euros de crédits aux entreprises

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail