B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique"

Transcription

1 B05-1 B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique 1. Données d u problème Le diabète est la première cause d amputation non accidentelle dont il multiplie le risque par 15. Chez le diabétique non sélectionné, l incidence à 4 ans des amputations est de 2% et celle des ulcérations est de 10 %, Les facteurs de risque de ces amputations sont: antécédent d ulcération, âge, pression artérielle brachiale et tabagisme. L artériopathie athéroscléreuse du diabétique se distingue par un siège plus distal des lésions, une atteinte plus fréquente des artères musculaires au premier rang desquelles l artère fémorale profonde, et l existence d une médiacalcose. L atteinte vasculaire du diabète comporte aussi une micro-angiopathie, différente de l artériopathie, qui favorise et aggrave l ischémie tissulaire. Au niveau de l œil, du rein et de la peau, elle associe une dysfonction artériolocapillaire précoce et réversible puis des lésions histologiques qui peuvent conduire vers la cécité, l insuffisance rénale et l amputation. La micro-angiopathie prend également part dans la survenue d une neuropathie qui ellemême favorise les troubles trophiques par le biais de la diminution de sensations douloureuses. La séquence clinique est souvent la suivante : diabète => neuropathie => ulcération => infection => amputation. Dans ces conditions, il convient d évaluer le risque de trouble trophique de l avant-pied précocement même en l absence de toute symptomatologie fonctionnelle. 2. Évaluation clinique 1. Téguments et pouls périphériques Leur examen doit être systématique à chaque consultation en recherchant les signes cliniques d insuffisance artérielle: troubles des phanères, pulpes digitales ou coques talonnières déshabitées, lenteur de recoloration de la semelle plantaire. On cherche des microfissures des espaces interdigitaux, des hyperkératoses plantaires, des rhagades Si les pouls de chevilles sont abolis ou diminués, on complète cet examen par un recueil des signaux Doppler et des pressions à la cheville. La réalisation d un écho-doppler détaillé est à ce stade moins importante que l examen précis de la cheville et du pied.

2 A Sensibilité Elle est évaluée avec un monofilament. L examen doit être attentif sur les zones vulnérables de frottement et d appui avec la chaussure 3. Claudication intermittente Elle est moins fréquente en raison de la neuropathie et souvent plus atypique en raison du caractère distal. Elle intéresse plus volontiers la partie basse du mollet ou la semelle plantaire et peut se confondre ou s intriquer avec des problèmes orthopédiques. 4. Douleur de décubitus La douleur ischémique est minimisée voire non perçue du fait d une neuropathie sensitive. Elle doit être différenciée des douleurs de neuropathie. 5. Troubles trophiques de l avant-pied Ils sont souvent accidentels ou secondaires à des microtraumatismes. Il faut distinguer la gangrène sèche, momification noire d un orteil avec sillon d élimination, de la gangrène humide qui est toujours infectée, avec rougeur, œdème, chaleur, exsudative et pouvant en quelques heures mettre en jeu la survie du membre par propagation de cette infection aux éléments de voisinage. Lorsque la lésion siège en regard d une articulation, on doit rechercher une ostéo-arthrite. Dans l artériopathie diabétique, l escarre du talon est de très mauvais pronostic. 3. Examens complémentaire Le mal perforant est plus fréquent mais son pronostic dépend d une artériopathie associée qui en aggrave le pronostic. L examen clinique peut être pris en défaut pour statuer sur l état hémodynamique du pied et c est aux méthodes d exploration de la microcirculation cutanée que l on s adresse pour quantifier le degré d ischémie: pression systolique digitale, pléthysmographie digitale, laser-doppler avec étude de la vaso-réactivité, TcPO2 en décubitus et en position assise ou sous oxygène.

3 A Conduite à t e n i r 1. Déterminer le niveau de risque. Le principal moyen d appréciation du risque de trouble trophique est clinique et repose sur l examen régulier itératif des pieds du patient. Quatre niveaux de gravité croissante sont distingués (niveaux A, B, C et D, cf T1). 2. Adapter la réponse au niveau de risque. 5. Conseils pour le patient diabétique concernant les soins de pieds 1. Quotidiennement Douche ou bain de pieds et examen minutieux des pieds par le patient ou son entourage. Éviter de marcher pieds nus. Supprimer tout corps étranger des chaussures. Lors du séchage : recherche des fissurations des commissures interdigitales, recherche des lésions hyperkératosiques (cors) interdigitales, recherche de meurtrissures interdigitales, recherche de zones hyperkératosiques plantaires, talonnières, bords latéraux des pieds, séchage soigneux y compris interdigital pour éviter les lésions de macération. 2. Mensuellement Soins des ongles soit par l entourage éduqué soit par pédicure : préférer le meulage des ongles au coupage à la pince, ce qui limite le risque de plaie, meulage de la distalité de l ongle, meulage de la surface de l ongle qui permet de réduire l épaississement et le risque d ongle incarné, meulage et ponçage des zones hyperkératosiques qui diminuent le risque de fissurations et de rhagades.

4 A Trimestriellement Examen clinique du pied et observation des chaussures par le médecin généraliste ou le diabétologue : recherche de signe de souffrance cutanée en regard des zones de contrainte et de frottement avec la chaussure, recherche d infection, en particulier de mycoses, de zones d hyperkératose nécessitant une prise en charge immédiate, recherche de signes évocateurs d une ischémie : allongement du temps de recoloration capillaire, décoloration prolongée du pied à la verticalisation du membre, déshabitation pulpaire ou de la coque talonnière ; observation des chaussures : largeur, hauteur du talon, degré et mode d usure du talon et de la semelle, témoignant du niveau d adaptation et des nécessités de correction à apporter. 4. Annuellement Bilan podologique lors d une consultation multidisciplinaire: examen sur podoscope dépistant les troubles de statique du pied et prescription d orthèses plantaires, interdigitales ou de chaussures spéciales (Barouk ), recherche de troubles de la sensibilité superficielle (monofilament) et profonde, recherche de troubles articulaires, recherche de troubles vasculaires ischémiques : index de pression systolique de cheville, pression du gros orteil. À tout moment, la constatation d une anomalie même indolore du pied par le patient ou par son entourage, doit conduire à la sollicitation d un avis médical dans la journée.

5 A03-5 T1 - CAT devant une artériopathie des membres inférieurs chez le diabétique selon le niveau de risque Niveau de risque A - Absence de neuropathie, présence des pouls de cheville, pas de trouble trophique présent ni passé. Absence de microangiopathie dans un autre territoire : néphropathie, rétinopathie. Diabète équilibré (hémoglobine A1C < 7 %). Autres facteurs de risques d athérosclérose absents ou contrôlés. B Présence d au moins un des items du niveau A et absence de trouble trophique ulcéré présent ou passé C Antécédent d ulcération OU PSgo* ) 70 mmhg Éducation du patient. Insister sur l hygiène si besoin en impliquant l entourage du patient, soins de pédicurie réguliers Examiner les pieds aussi souvent que la prise de la pression artérielle, et examiner systématiquement tous les items cités au niveau A. À ce stade le diabétologue doit être consulté régulièrement. Vérifier que le traitement est adapté. Un inhibiteur de l enzyme de conversion est-il nécessaire? La pression artérielle et les autres facteurs de risque d athérosclérose sont-ils contrôlés? Vérifier le caractère effectif des mesures du niveau A. Un médecin podologue doit être consulté préventivement: semelles, pédicurie, renforcement de l hygiène et examen quotidien des pieds par le patient ou son entourage Prendre la pression systolique du gros orteil (PSgo) et si la pression est ) 70 mm Hg passer en niveau C. Vérifier le caractère effectif des mesures du niveau B. Un angiologue doit être consulté, et un écho-doppler doit être effectué. Un chaussage spécialisé est impératif avec orthèses interdigitales si nécessaire. Si PSgo ) 30 mm Hg, il s agit d un équivalent d ischémie critique : passer en niveau D. Devant un trouble trophique même millimétrique, vérifier le caractère effectif des mesures du niveau C. D Présence d une ulcération OU PSgo ) 30 mmhg Un quadruple avis diabétologique, podologique, angiologique et chirurgical associé est nécessaire. Diabète : métabolisme, rein, oeil, révision des prescriptions thérapeutiques. Bilan podologique : infection, atteinte ostéoarticulaire, soins locaux par une infirmière spécialisée, antibiothérapie. Bilan angiologique : inventaire de l athérome, artériopathie proximale (écho-doppler), autres facteurs de risque, quantification du degré d ischémie du pied : pression du gros orteil et TcPO2. Avis chirurgical vasculaire : débridement, revascularisation, amputation? PSgo* = pression systolique du gros orteil

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

RÔLE DU PEDICURE-PODOLOGUE DANS LE PIED DU SUJET DIABETIQUE

RÔLE DU PEDICURE-PODOLOGUE DANS LE PIED DU SUJET DIABETIQUE RÔLE DU PEDICURE-PODOLOGUE DANS LE PIED DU SUJET DIABETIQUE Le pédicure-podologue a un rôle important à jouer dans la prévention et le traitement des patients diabétiques 1 QUELQUES RAPPELS Le diabète

Plus en détail

XVI - PIED DIABÉTIQUE

XVI - PIED DIABÉTIQUE XVI - PIED DIABÉTIQUE Les lésions du pied chez le diabétique, complications chroniques du diabète particulièrement fréquentes, sont associées à une morbidité et une mortalité importantes. Elles sont responsables

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Référentiel : A. Définition L artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est définie comme l obstruction

Plus en détail

Recommandations pratiques quant à la prise en charge et la prévention du pied diabétique

Recommandations pratiques quant à la prise en charge et la prévention du pied diabétique Recommandations pratiques quant à la prise en charge et la prévention du pied diabétique Basées sur le Consensus International sur le Pied Diabétique (2007) Préparées par le Groupe de Travail International

Plus en détail

N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS

N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS 131A : Diagnostiquer une AOMI L AOMI est l atteinte par l athérosclérose de la paroi des artères vascularisant les membres inférieurs,

Plus en détail

INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE

INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Ce protocole comporte : INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE Protocole de prise en charge - 4 situations cliniques principales

Plus en détail

DIABETIQUE: Pourquoi le pied? Quelle prise en charge?

DIABETIQUE: Pourquoi le pied? Quelle prise en charge? DIABETIQUE: Pourquoi le pied? Quelle prise en charge? Dr N de Hesselle, PH MPR Dr G de Wailly,PH Chirurgien Vasculaire La Châtre «Le Lion d Argent» Mardi 14 juin 2011 Le pied: Un des organes le plus exposé

Plus en détail

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 1 Le pied diabétique Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 2 Objectifs Décrire la physiopathologie de l ulcère diabétique et les déformations

Plus en détail

PIED DIABETIQUE : QUOI DE NEUF? EN 2010. Docteur Rolande POTIER

PIED DIABETIQUE : QUOI DE NEUF? EN 2010. Docteur Rolande POTIER PIED DIABETIQUE : QUOI DE NEUF? EN 2010 Docteur Rolande POTIER PIED DIABETIQUE : chiffres clés En France : - 1,85 M Diabétiques en 1999 et 2,79 M en 2016 3 M en 2025 - Entre 1997 et 2003 le taux d hospitalisation

Plus en détail

Prénom :... Date de naissance :... Adressé(e) par le docteur... aille. Poids. Profession :.. Chomage Retraite

Prénom :... Date de naissance :... Adressé(e) par le docteur... aille. Poids. Profession :.. Chomage Retraite BILAN INITIAL FORFAIT DE om :....... Prénom :..... Date de naissance :....... ommune :..... ntourage familial oui non - Précisions.. Auto examen du pied possible oui non aille. Poids. Profession :.. Chomage

Plus en détail

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Mécanismes des plaies du pied diabétique Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Différents types de plaies chroniques du pied diabétique Le diabète favorise l infection? Les plaies c est

Plus en détail

Les examens des pieds pour les personnes atteintes du diabète

Les examens des pieds pour les personnes atteintes du diabète Les examens des pieds pour les personnes atteintes du diabète Le but principal d un examen des pieds est de déterminer si vous êtes à risque de développer des complications liées au diabète. Si vous êtes

Plus en détail

HAS RECOMMANDATIONS JUILLET 2005

HAS RECOMMANDATIONS JUILLET 2005 LE PIED DE LA PERSONNE ÂGÉE : APPROCHE MÉDICALE ET PRISE EN CHARGE DE PÉDICURIE- PODOLOGIE HAS RECOMMANDATIONS JUILLET 2005 cycle d'analyse des recommandations- Personnes de 75 ans et plus ayant la capacité

Plus en détail

les pieds diabétiques

les pieds diabétiques Guide de prévention des les pieds diabétiques pour pour garder la forme... je suis le guide PRÉCAUTIONS HABITUELLES PÉDICURE PODOLOGUE CHAUSSURES AUTO EXAMEN PLAIE LEXIQUE PRÉCAUTIONS HABITUELLES PRÉCAUTIONS

Plus en détail

B15 - CAT devant un acrosyndrome vasculaire

B15 - CAT devant un acrosyndrome vasculaire B15 - CAT devant un acrosyndrome vasculaire Les acrosyndromes vasculaires sont le phénomène de Raynaud, l'ischémie digitale permanente sévère, l'acrocyanose, les engelures, l'hématome spontané des doigts,

Plus en détail

Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique?

Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique? Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique? Dr F.C AILLON Equipe multidisciplinaire pied diabète Boulogne sur mer Lille Lesquin 01 juin 2007 Quel bénéfice? Quoi, quand et qui corriger?

Plus en détail

PARTIR DU BON PIED Étapes à suivre pour des pieds en bonne santé

PARTIR DU BON PIED Étapes à suivre pour des pieds en bonne santé Générique Français PARTIR DU BON PIED Étapes à suivre pour des pieds en bonne santé Pourquoi est-il si important de prendre soin de ses pieds lorsque l on est diabétique? Il est important que les personnes

Plus en détail

Comment prévenir les problèmes de pied?

Comment prévenir les problèmes de pied? Comment prévenir les problèmes de pied? Introduction 1. Inspection régulière 2. Identification des patients à haut risque 3. Education pour les diabétiques, la famille et les acteurs de santé 4. Chaussage

Plus en détail

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique 1980 2004 P. ABOUKRAT Consultation de podologie. CHU Hôpital Lapeyronie - Montpellier Diagnostic aisé, l origine reste

Plus en détail

CONGRES SASPAS LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE. Le mardi 26 mars 2013. Caroline Terris

CONGRES SASPAS LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE. Le mardi 26 mars 2013. Caroline Terris CONGRES SASPAS Le mardi 26 mars 2013 Caroline Terris LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE I/ ANATOMIE DE L APPAREIL UNGUEAL L'appareil unguéal comprend le tissu péri- unguéal

Plus en détail

Effets de la CO2-Thérapie thermale percutanée chez l artériopathe au stade II de Leriche et Fontaine

Effets de la CO2-Thérapie thermale percutanée chez l artériopathe au stade II de Leriche et Fontaine Etude Clinique Effets de la CO2-Thérapie thermale percutanée chez l artériopathe au stade II de Leriche et Fontaine (Etude randomisée en double insu avec bénéfice individuel direct). Clinical and microcirculatory

Plus en détail

Simplement prévenir et soigner. Diabète et pieds

Simplement prévenir et soigner. Diabète et pieds Simplement prévenir et soigner Diabète et pieds Sommaire 3 Préface 4 Le pied diabétique 5 Chère lectrice, cher lecteur 6 Artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) 7 Examen médical préventif

Plus en détail

EVALUATION DE LA CAPACITE FONCTIONNELLE AU TRAVAIL ET PODOLOGIE

EVALUATION DE LA CAPACITE FONCTIONNELLE AU TRAVAIL ET PODOLOGIE EVALUATION DE LA CAPACITE FONCTIONNELLE AU TRAVAIL ET PODOLOGIE Docteur Agnès ROULET CCPP MONTPELLIER DU Podologie Janvier 2014 POURQUOI EVALUER LA CAPACITE FONCTIONNELLE LORS D UNE ATTEINTE DU PIED? Proposer

Plus en détail

CAT devant métatarsalgies du sportif Dr. ROUCHY René-Christopher *

CAT devant métatarsalgies du sportif Dr. ROUCHY René-Christopher * CAT devant métatarsalgies du sportif Dr. ROUCHY René-Christopher * *Clinique Universitaire de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport CHU de Grenoble, Hôpital Sud Avenue de Kimberley, BP 338,

Plus en détail

LE PIED DIABETIQUE 1996

LE PIED DIABETIQUE 1996 LE PIED DIABETIQUE 1996 M. LEUTENEGGER, D. MALGRANGE, H. BOCCALON, P. FONTAINE, I. GOT, P. VALENSI, B. YOMTOV Texte établi par le comité d'experts ci-dessus et validé par les membres des conseils d'administration

Plus en détail

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies ü Délai d'apparition des différentes toxidermies Quelques minutes à quelques heures : urticaire De 24 à 48h : - Pustulose éxanthémateuse aiguë généralisée - Erythème pigmenté fixe J7-J21 : - Exanthème

Plus en détail

orteils ou «griffes d orteils»

orteils ou «griffes d orteils» FICHE D INFORMATION PATIENT : les déformations des orteils ou «griffes d orteils» Madame, monsieur, votre chirurgien vient de vous proposer une prise en charge chirurgicale pour votre pathologie du pied

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations MAI 2013 2 1/ Définition o o Zone

Plus en détail

Cas Cliniques en Podologie

Cas Cliniques en Podologie Cas Cliniques en Podologie Étude et solutions Nicolas Teboul Pédicure-podologue 12/2009 Les cas concernés Le pied Le genou La hanche Le dos Pathologies du pied Myo-aponévrosite plantaire Syndrôme de Morton

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS AUX PERSONNES ATTEINTES DE PATHOLOGIES ENDOCRINIENNES

SOINS INFIRMIERS AUX PERSONNES ATTEINTES DE PATHOLOGIES ENDOCRINIENNES SOINS INFIRMIERS AUX PERSONNES ATTEINTES DE PATHOLOGIES ENDOCRINIENNES UNE PATHOLOGIE CHRONIQUE DU DIABÈTE : LE PIED DIABÉTIQUE 1 2 DIAGNOSTICS IDE PREVALENTS > Altération de la perception sensorielle

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

la prévention de l escarre 300 000 escarres en France (1) Urgo Medical s engage dans

la prévention de l escarre 300 000 escarres en France (1) Urgo Medical s engage dans 300 000 escarres en France (1) Urgo Medical s engage dans la prévention de l escarre Mobiliser les professionnels de santé Informer le grand public Réduire le coût de la prévention Urgo Medical s engage

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

Dr Ian Champagne Podiatre

Dr Ian Champagne Podiatre Souffrez-vous de douleurs aux chevilles, genoux, hanches, bas du dos ou au cou? Avez-vous des crampes, des engourdissements ou des brûlements aux pieds ou aux orteils? Éprouvez-vous de la douleur au talon

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

Le point de vue du podologue

Le point de vue du podologue Le point de vue du podologue La problématique podologique chez les collaborateurs en stérilisation hospitalière. Jennifer Maré Pédicure-Podologue à Genève 1 2 Sommaire Le pied, ses particularités. Les

Plus en détail

Cause psycho-sociale? sociale?

Cause psycho-sociale? sociale? EXAMEN CLINIQUE DU RACHIS CERVICAL R. Dupuy Introduction Cervicalgie : motif fréquent de consultation Dissociation radio-clinique fréquente Organe difficile à examiner car mobile, avec vertèbres de petite

Plus en détail

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation.

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. 1 Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. À la fin de cette activité, vous serez en mesure d identifier les indicateurs de

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Guide Pieds extrêmement secs Mieux vaut prévenir

Guide Pieds extrêmement secs Mieux vaut prévenir Guide Pieds extrêmement secs Mieux vaut prévenir Document non contractuel / Mod 3366/05.2013/ Imprimerie B.F.I - 03.28.52.69.42 - Crédit photos Fotolia L'assurance santé qui vous change la vie Prévention

Plus en détail

Prise en charge de l ulcère de jambe à prédominance veineuse hors pansement

Prise en charge de l ulcère de jambe à prédominance veineuse hors pansement RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge de l ulcère de jambe à prédominance veineuse hors pansement Recommandations juin 2006 Service des recommandations professionnelles Service évaluation

Plus en détail

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES 1 C. LAZERGES, B. COULET, M. CHAMMAS Service de chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Montpellier Les infections de la main se présentent soit sous

Plus en détail

D UNE CHIRURGIE CORRECTRICE D HALLUX VALGUS

D UNE CHIRURGIE CORRECTRICE D HALLUX VALGUS FICHE D INFORMATION PATIENT VOUS ALLEZ ÊTRE OPÉRÉ D UNE CHIRURGIE CORRECTRICE D HALLUX VALGUS CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE et traumatologie du sport Cabinet du Docteur Guy Mylle VOUS AVEZ UN HALLUX VALGUS VOUS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités.

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 novembre 2011 GINKGO BIOGARAN 40 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP: 498 213-5) Boîte de 90 (CIP: 498 214-1) Laboratoire BIOGARAN Ginkgo biloba Code ATC : N06DX01

Plus en détail

Déformations congénitales isolées du pied

Déformations congénitales isolées du pied Déformations congénitales isolées du pied J. Lechevallier, S. Abuamara, clinique chirurgicale infantile, CHU, Rouen «Masso-kinésithérapie et traitement orthopédique des déformations congénitales isolées

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

ULCERES DE JAMBE. FMC du Boischaut Sud GMBS 5 juin 2012 «Le Lion d Argent» Dr Koçak Ercan

ULCERES DE JAMBE. FMC du Boischaut Sud GMBS 5 juin 2012 «Le Lion d Argent» Dr Koçak Ercan ULCERES DE JAMBE FMC du Boischaut Sud GMBS 5 juin 2012 «Le Lion d Argent» Dr Koçak Ercan PLAN DEFINITIONS / GENERALITES CAUSES PHYSIOPATHOLOGIE DIAGNOSTIC CLINIQUE Ulcères veineux (et hydrostatiques) Ulcères

Plus en détail

NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES

NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES CHAPITRE 11 NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES OBJECTIFS Connaître l épidémiologie de la néphropathie diabétique. Connaître et savoir diagnostiquer les différents stades de la néphropathie diabétique. Argumenter

Plus en détail

Prise en charge rééducative du pied post-opératoire: exemples pratiques

Prise en charge rééducative du pied post-opératoire: exemples pratiques DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et podologie Montpellier: 13, 14 et 15 juin 2007 Coordonnateurs : Pr C. Hérisson Titre : Prise en charge rééducative

Plus en détail

Examen clinique des seins

Examen clinique des seins Examen clinique des seins Dr Amouri Habib, Dr Dhouib M, Pr Ag Guermazi. M, Service de gynécologie obstétrique de Sfax Public cible o Les étudiants 2ème année médecine o Les élèves sage femme Objectifs

Plus en détail

Item 288 Troubles des phanères : onyxis

Item 288 Troubles des phanères : onyxis Item 288 Troubles des phanères : onyxis PATHOLOGIE UNGUÉALE DES DOIGTS Objectif pédagogique Recueillir les données sémiologiques d un onyxis et orienter le diagnostic étiologique. La pathologie unguéale

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied?

Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied? Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied? En 2010, 15 458 personnes ayant un diabète ont été hospitalisées pour plaies du pied. Dans les 12 mois suivants, 44 %

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

PRISE EN CHARGE : Le point de vue du chirurgien orthopédiste Dr Nicolas CELLIER Service de chirurgie orthopédique et traumatologique Pr Asencio CHU Carémeau - Nîmes 27 septembre 2012 - Nîmes Indispensable

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION POUR LE PATIENT SUR LES CONFLITS DE LA CHEVILLE

DOCUMENT D INFORMATION POUR LE PATIENT SUR LES CONFLITS DE LA CHEVILLE QU EST-CE QUE C EST? Il existe de nombreux types de «conflits» au niveau de la cheville : un tissu (os ou «parties molles») vient «se coincer» dans l articulation. La localisation peut être en avant de

Plus en détail

CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES

CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES Soirée du 10/05/2010 AFMC Lagny sur Marne Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur Francis ABRAMOVICI LOMBO SCIATALGIES Soirée du 10/05/2010

Plus en détail

ORTHOPÉDIE. Colliers cervicaux. Prothèses mammaires

ORTHOPÉDIE. Colliers cervicaux. Prothèses mammaires ORTHOPÉDIE Colliers cervicaux Prothèses mammaires Ceintures médico-chirurgicales et corsets orthopédiques Bandages herniaires Orthèses élastiques de contention des membres Vêtements compressifs pour grands

Plus en détail

LES PROBLEMES DE CHAUSSAGE

LES PROBLEMES DE CHAUSSAGE LES PROBLEMES DE CHAUSSAGE A. ANATOMIE DU PIED 1. Le squelette 1 Le squelette du pied est constitué de 26 os que l on range dans trois groupes : Le tarse Le tarse est un massif osseux composé de 7 os disposés

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PLÂTRES

LA SURVEILLANCE DES PLÂTRES 31.03.09 Mme Dumanois Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie /! \ I)Définition II)Législation III)Objectifs de soins IV)Les différents types de plâtres A)Membre supérieur B)Membre inférieur V)Le matériel

Plus en détail

Pôle Gérontologie. Vivre mieux avec le diabète de type 2. Qu est ce que le diabète?

Pôle Gérontologie. Vivre mieux avec le diabète de type 2. Qu est ce que le diabète? Informations Patients Pôle Gérontologie Vivre mieux avec le diabète de type 2 Qu est ce que le diabète? C est la présence de sucre en excès dans le sang. L insuline (hormone sécrétée par le pancréas qui

Plus en détail

Recommandations et bonnes pratiques dans la prise en charge. N Salles, M Barateau. Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Recommandations et bonnes pratiques dans la prise en charge. N Salles, M Barateau. Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Recommandations et bonnes pratiques dans la prise en charge des escarres en gériatrie N Salles, M Barateau Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Définition de l escarre L'escarre est une lésion cutanée

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue

Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue Plaie qui s étend jusque dans le derme ( full-thickness ) Guérison lente (souvent plus de 4 semaines), liée à un

Plus en détail

Evaluation de l autonomie prévention. Pr.J.HELENE PELAGE 13 1

Evaluation de l autonomie prévention. Pr.J.HELENE PELAGE 13 1 Evaluation de l autonomie prévention Pr.J.HELENE PELAGE 13 1 Introduction Problème de santé publique à venir Vieillissement de la population Défaut de structures d accueil Changement des comportements

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies Philippe THOUMIE Centre de référence des maladies neuromusculaires Hôpital Rothschild Troubles de l équilibre et neuropathies Ce dont se plaint

Plus en détail

SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE

SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE POINTS IMPORTANTS Le respect des règles de confection des appareils plâtrés assure la prévention d un grand nombre de complications. La surveillance d un patient plâtré

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008 Caroline GILBERT Infirmière Le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 DEFINITION C Gilbert - le 19 Novembre 2008 Un malade grabataire est incapable de façon temporaire

Plus en détail

Vernis à ongles médicamenteux flacon + Voie cutanée Adulte

Vernis à ongles médicamenteux flacon + Voie cutanée Adulte NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR AMOROLFINE ZENTIVA 5% vernis à ongles médicamenteux Vernis à ongles médicamenteux flacon + Voie cutanée Adulte Votre pharmacien vous a délivré un médicament générique.

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de pédicure-podologue diplômé d État ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un référentiel

Plus en détail

Dispositifs Médicaux

Dispositifs Médicaux Dispositifs Médicaux Catégorie III Titre II chapitre 1er de la L.P.P. Orthèses (ex petit appareillage) 1/ Appareils divers de correction (1) Niveau pied (1.1) Chaussures et attelles pour malpositions réductibles

Plus en détail

Le pied diabétique - du simple au compliqué -

Le pied diabétique - du simple au compliqué - Le pied diabétique - du simple au compliqué - Service de Diabétologie Hôpital de Tulle Dr J.P. Haulot, Dr T. Kharitonnoff, Dr V. Benat Mme M. Castro, IDE Mme M. Soubranne, IDE. 2004 1 Données épidémiologiques

Plus en détail

SEMEIOLOGIE CARDIO-VASCULAIRE Acrosyndromes

SEMEIOLOGIE CARDIO-VASCULAIRE Acrosyndromes SEMEIOLOGIE CARDIO-VASCULAIRE Acrosyndromes Plan de cours I- Physiopathologie... 2 I.1- Rappel anatomique et physiologique... 2 I.2- Les troubles de la vasomotricité... 2 I.3- Mécanismes des acrosyndromes...

Plus en détail

Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples)

Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples) SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples) Mai 2007 OBJECTIF : L objectif général de ce travail

Plus en détail

E11 - Contention. 1. Modes d action

E11 - Contention. 1. Modes d action E11-1 E11 - Contention Le terme de contention est utilisé pour contention compression. Il désigne l utilisation pour la prévention ou le traitement des désordres veineux et lymphatiques de bandes, bas

Plus en détail

Peau. miel. Centre hospitalier universitaire de Limoges. 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex LA5_625-07/2013

Peau. miel. Centre hospitalier universitaire de Limoges. 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex LA5_625-07/2013 LA5_625-07/2013 Peau de miel Centre hospitalier universitaire de Limoges 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex Tél. : 05 05 www.chu-limoges.fr ORIGINE DU MIEL Le miel est le produit de la

Plus en détail

HYGIENE DE VIE DES PERSONNES ATTEINTES DE DIABETE

HYGIENE DE VIE DES PERSONNES ATTEINTES DE DIABETE HYGIENE DE VIE DES PERSONNES ATTEINTES DE DIABETE RAPPEL DE L ORGANE DENTAIRE 1. L odonte Les tissus durs, minéralisés, des dents: - émail - dentine - cément 2. Le parodonte - gencive - os alvéolaire -

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. SULFASIL Sulfadiazine d argent

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. SULFASIL Sulfadiazine d argent NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SULFASIL Sulfadiazine d argent Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement.

Plus en détail

Cremolan Nail. Ongles déformés et décolorés? Attendre n aide pas. Mycose des ongles.

Cremolan Nail. Ongles déformés et décolorés? Attendre n aide pas. Mycose des ongles. Cremolan Nail Ongles déformés et décolorés? Attendre n aide pas. Mycose des ongles. Cremolan Nail Des modifications des ongles? Vous avez des ongles des pieds ou des mains colorés ou déformés? Ces symptômes

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Directives relatives aux honoraires forfaitaires pour les prestations dispensées aux patients diabétiques

Directives relatives aux honoraires forfaitaires pour les prestations dispensées aux patients diabétiques Directives relatives aux honoraires forfaitaires pour les prestations dispensées aux patients diabétiques 1. Directives relatives au contenu du dossier infirmier spécifique au patient diabétique Ce dossier

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations)

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Monsieur Julien C. 74 ans est admis pour «difficultés respiratoires». Les

Plus en détail

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin ITEM 201 a LES BRULURES Pr J.P. Chavoin 1 DEFINITIONS ET CAUSES La brûlure est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l action d agents : - thermiques, - électriques,

Plus en détail

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron DIPAT5815F Doit être pris une fois par jour au petit-déjeuner, comme prescrit par votre médecin. Produit en tant que service pour la médecine, et ce, à l intention des patients traités par Diamicron MR.

Plus en détail

PIED DIABETIQUE. APPAREILLAGE et CHAUSSAGE. Docteur M-Elisabeth SAINT-EVE Rhumatologue CHR Metz-Thionville 19/06/09

PIED DIABETIQUE. APPAREILLAGE et CHAUSSAGE. Docteur M-Elisabeth SAINT-EVE Rhumatologue CHR Metz-Thionville 19/06/09 PIED DIABETIQUE APPAREILLAGE et CHAUSSAGE Docteur M-Elisabeth SAINT-EVE Rhumatologue CHR Metz-Thionville 19/06/09 SELON LE GRADE PODOLOGIQUE L'évaluation du risque permet une adaptation de la prise en

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Questionnaire Diabète

Questionnaire Diabète Centre : N de dossier : / / / / / / / Cadre réservé à l Observatoire N d enregistrement : Questionnaire Diabète q0. Nom de l infirmier (ère) : / / q1. Date d interview : / / / / / / / q2a. Date de naissance

Plus en détail

La chirurgie du pied et la cheville

La chirurgie du pied et la cheville La chirurgie du pied et la cheville Informations pour les patients de Dr. med Alex Pellegrino www.etzelclinic.ch/fr/informations à l attention des patients/pied & Cheville etzelclinic ag Churerstrasse

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Plaies, pansements et douleurs des soins Plaies sans douleurs: un challenge multidisciplinaire

Plaies, pansements et douleurs des soins Plaies sans douleurs: un challenge multidisciplinaire Plaies, pansements et douleurs des soins Plaies sans douleurs: un challenge multidisciplinaire Luc Téot Service Brûlés-Chirurgie Plastique Hôpital Lapeyronie - CHU Montpellier 1. Les grands types de plaies

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES

PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES Dr A. FREY Conférence de consensus SFMU Clermont-Ferrand décembre 2005 Introduction Plaie = effraction de la barrière cutanée : Les coupures : par agent tranchant

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire.

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire. LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE MICHEL EID, MASSOTHÉRAPEUTE CLINIQUE DU LYMPHOEDÈME DU QUÉBEC ET PHYSIO EXTRA Plan de la présentation Définition de différents types de lymphoedème.

Plus en détail