Du sens à l action Une nécessaire réflexion pour maintenir la capacité de notre nouvelle Maison à répondre aux enjeux sociétaux.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Du sens à l action Une nécessaire réflexion pour maintenir la capacité de notre nouvelle Maison à répondre aux enjeux sociétaux."

Transcription

1 - 1 -

2 - 2 -

3 DOCUMENT DE TRAVAIL Projet Associatif de la Maison de la Culture et des Loisirs Ma Bohème Un projet à partager, un projet à discuter! Par Jean-Pierre DANNE, Président de la M.J.C Gambetta «Petit Poucet rêveur, j égrenais dans ma course des rimes. Mon auberge était à la Grande Ourse Les étoiles au ciel avaient un doux frou-frou.» A Rimbaud Ma Bohème Du sens à l action Une nécessaire réflexion pour maintenir la capacité de notre nouvelle Maison à répondre aux enjeux sociétaux. 1) Le projet associatif : Pourquoi faire? Le besoin de redéfinir le projet associatif est une volonté du Conseil d Administration et de ses salariés qui ont souhaité sa réactualisation afin de renforcer la cohérence entre les valeurs de l Association, la mise en place d une nouvelle structure et son développement dans un contexte géographique et économique en pleine mutation. Le projet doit préciser les champs d action et les moyens que le Conseil d Administration se donnera pour remplir les missions retenues. Le projet associatif est un document fédérateur, socle des ambitions, des démarches et du fonctionnement à venir ; c est aussi un outil de communication pour faire découvrir l éthique de la Maison (principes, valeurs et objectifs), pour favoriser la promotion de nos projets et élargir la palette de nos activités. Ce document n est qu une ébauche d intentions, d objectifs, un inventaire des possibles, un guide bordé de rappels nécessaires afin de nourrir notre démarche participative, démarche à laquelle je vous propose de vous associer (Administrateurs, Permanents, Salariés, Animateurs, Adhérents, Partenaires, Elus.). Cette base de projet n est en fait que la synthèse d un benchmark 1 que j ai effectué dans une cinquantaine de MJC et MCL de France. Ma démarche a été volontairement large, et généraliste. Maintenant, à nous tous d'étudier le contenu de cette investigation afin de la compléter, de l adapter, de l amender, de la singulariser en fonction de nos souhaits pour cette nouvelle Maison. 2) Préalables méthodologiques Le projet doit nous amener, tout d abord, à répondre à la question : «En quoi croyons nous?» et publier explicitement les principes et les valeurs qui sont les nôtres et qui prennent en compte l'héritage de textes fondateurs : - Condorcet sur la citoyenneté et l éducation - La déclaration des droits de l homme et du citoyen - La déclaration des principes et des valeurs de la confédération des MJC de France - L engagement réciproque de la Fédération Régionale et de notre Maison - Nos statuts Deuxième question : après croire, vouloir. Que voulons nous? Cette question se définira principalement en termes d objectifs généraux; ceux-ci, se déclineront ensuite plus précisément en objectifs opérationnels ou spécifiques. Troisième question : après croire et vouloir, il s'agit de faire ; c est le concret, le terrain. Ce sont, pêle- mêle, les activités, les missions, les actions, les interventions, les restitutions, les conférences, les fêtes et les festivals. Lexique 1-3 -

4 NB : Dans ce document, les rappels, définitions, les éléments de langage concrétisent un des objectifs opérationnels de «citoyenneté et vie associative». Ces préalables contribuent à accroître et à faciliter la prise de parole dont la liberté et la pertinence passent par le savoir.ce texte prévu pour une diffusion large (administrateurs, animateurs bénévoles, adhérents, partenaires, élus et les jeunes), est bien sûr, quant à ses prolégomènes, plus utiles aux citoyens en devenir qu aux routards du débat public et de la vie associative. 3) Historique et idées claires A) Qui sommes nous? La Maison de la Culture et des Loisirs Ma Bohème est une association dite «de loi 1901» (la loi du 1 er juillet 1901 régit l existence juridique des associations déclarées). La définition de l association est donnée par l article 1 de la loi : «L association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, de façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices». Notons que la loi 1901 n interdit pas à une association de réaliser des bénéfices mais de les partager entres ses membres. Les bénéfices doivent être mis au service de la réalisation des buts déterminés par les statuts. B) Un peu d histoire : Condorcet «Le but de l instruction n est pas de faire admirer aux hommes une législation toute faite, mais de les rendre capables de l apprécier et de la corriger. Il ne s agit pas de soumettre chaque génération aux opinions comme à la volonté de celle qui la précède, mais de les éclairer de plus en plus, afin que chacun devienne de plus en plus digne de se gouverner par sa propre raison. Nous n avons pas voulu qu un seul homme dans l empire pût dire désormais : la loi m assurait une entière égalité de droits ; mais on me refuse les moyens de les connaître. Je ne dois dépendre que de la loi ; mais mon ignorance me rend dépendant de tout ce qui m entoure. On m a bien appris dans mon enfance ce que j avais besoin de savoir ; mais, forcé de travailler pour vivre, ces premières notions se sont bientôt effacées, et il ne m en reste que la douleur de sentir, dans mon ignorance, non la volonté de la nature, mais l injustice de la société. Nous avons cru que la puissance publique devait dire aux pauvres : la fortune de vos parents n a pu vous procurer les connaissances les plus indispensables ; mais on vous assure des moyens faciles de les conserver et de les étendre. Si la nature vous a donné des talents, vous pouvez les développer, et ils ne seront perdus ni pour vous, ni pour la patrie». Rapport et projet de décret sur l organisation générale de l instruction publique. Texte de 1792, considéré comme le document fondateur de l Education Populaire. B) L Education Populaire, c est quoi? La notion d éducation populaire, héritée de Condorcet et des luttes pour une démocratie réelle dans notre pays, s appuie sur des valeurs de tolérance et de solidarité. L éducation populaire a pour projet l émancipation de la personne tout en privilégiant l action collective. Elle vise à permettre à chaque enfant et à chaque adolescent, à chaque femme et à chaque homme, de mettre en œuvre pleinement ses capacités intellectuelles et corporelles dans toutes les situations de la vie sociale, économique, culturelle et politique afin de participer à la construction d une société plus juste et plus démocratique

5 Elle invente, pour cela, des démarches et des méthodes originales, fondées sur la découverte par chacun(e) de ses propres potentialités, l implication des personnes, l entraînement à la prise de décision, la discussion organisée dans l espace public, l exercice de l esprit critique. L éducation populaire concourt ainsi à la transformation de la société en créant des alternatives éducatives, culturelles, économiques, sociales et politiques dans lesquelles les individus peuvent être co-auteurs de leur devenir. Extrait CNAJEP Février 2007 C) Nos valeurs, c est quoi? Déclaration des principes de la confédération des M.J.C. de France. 1- Les Maisons des jeunes et de la Culture et les associations adhérentes aux Unions et Fédérations régionales de M.J.C. (qui elles-mêmes constituent la Confédération des Maisons des Jeunes et de la Culture de France) ont toutes pour vocation de favoriser l autonomie et l épanouissement des personnes. Elles permettent à tous d accéder à l éducation et à la culture, afin que chacun participe à la construction d une société plus solidaire. La démocratie se vivant au quotidien, les Maisons des Jeunes et de la Culture ont pour missions d animer des lieux d expérimentation et d innovation sociale répondant aux attentes des habitants. De telles actions, de tels services encouragent l initiative, la prise de responsabilité et une pratique citoyenne. 2- L action éducative des M.J.C. pour et avec les jeunes, est une part importante de leurs missions. Les MJ.C. favorisent le transfert des savoirs et expériences entre générations et encouragent les expressions et les pratiques culturelles de l ensemble de la population. 3- Les M.J.C. et autres associations adhérentes sont ouvertes à tous, sans discrimination, permettant une relation conviviale entre les participants. Respectueuses des convictions personnelles, elles s interdisent toute attache avec un parti, un mouvement politique, syndical ou confessionnel. Elles respectent le pluralisme des idées et les principes de laïcité, mis en avant dans les valeurs républicaines. Elles contribuent à la création et au maintien des liens sociaux dans la ville, le quartier et le village. 4- Cet enracinement n est possible que si les M.J.C. et les associations adhérentes, aidées par les Unions et Fédération régionales sont à l écoute de la population et participent au développement local. Elles agissent notamment en partenariat avec les collectivités locales et territoriales. Elles sont une force de proposition oeuvrant pour l intérêt général et agissent comme des lieux de médiation sociale. 5- La Confédération, les Unions et Fédérations régionales de M.J.C., les associations et M.J.C. locales adhérentes s engagent à une pratique et à une conception active de la démocratie. Elles suscitent le débat d idées ; elles favorisent la créativité et l initiative, l innovation et l expérimentation. 6- Les M.J.C. sont originales, de par la variété de leurs expériences : elles mettent à la disposition de la population leurs compétences et savoir-faire dans la manière de mener des projets, de gérer des équipements collectifs et d animer les relations entre les personnes. Avec leurs élus, animateurs bénévoles, et salariés, elles ont une exigence de qualité et de pertinence pour leurs offres de service en matière de loisirs, d insertion, d animation et de formation

6 7- Le partage des mêmes valeurs, la définition en commun des grandes orientations par les élus bénévoles et les professionnels, le fonctionnement en réseau et le respect de l autonomie de chaque échelon, fondent l originalité et la dynamique de la Confédération des M.J.C. de France. 8- La Confédération veille au respect, par les Unions et Fédérations régionales, de la présente Déclaration des principes. Elle génère, par la recherche et le débat, les orientations stratégiques ainsi que l actualisation de son rôle et de son utilité sociale. Celles-ci sont arrêtées en commun avec les Unions et Fédérations régionales. La Confédération représente le réseau au niveau national et international. 9- Les Fédérations régionales animent le réseau des M.J.C. et associations adhérentes, sur la base des orientations stratégiques qu elles ont contribué à définir. Elles prennent l initiative de les mettre en œuvre en direction de et avec les M.J.C. et les associations concernées, notamment les unions locales, intercommunales et départementales. Elles veillent à la cohésion du réseau et au développement d actions communes. A leur demande, elles les conseillent et les assistent. Elles représentent le réseau au niveau régional, départemental et local. 10- Les M.J.C. et associations adhérentes représentent localement le réseau. Elles sont encouragées à élaborer chacune un projet cohérent de développement dans le respect de la présente Déclaration des principes. Ces projets sont définis localement, car ils doivent être l expression de la volonté de l association et prendre en compte les besoins socioculturels de la commune ou du quartier, les attentes des partenaires de la M.J.C. ou d autres intervenants. E) Etre démocratique, c est quoi? Selon la célèbre formule d Abraham Lincoln «La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple». C est une définition canonique ainsi qu en témoigne par son introduction notre Constitution de 1958, mais qui reste susceptible d interprétations différentes tant pour la signification concrète de la souveraineté populaire que pour son application pratique. Selon le philosophe Paul Ricoeur : «Est démocratique, une société qui se reconnaît divisée, c est-à-dire traversée par des contradictions d intérêt et qui se fixe comme modalité, d associer à parts égales, chaque citoyen dans l expression de ces contradictions, l analyse de ces contradictions et la mise en délibération de ces contradictions, en vu d arriver à un arbitrage» F) L équité, c est quoi? L équité, désigne une forme d égalité ou de juste traitement. Elle appelle des notions de justice naturelle et d éthique, dans l appréciation par tous de ce qui est dû à chacun ; au-delà des seules règles du droit en vigueur. L équité permet une discrimination positive adaptant les conséquences de la Loi (souvent générale) aux circonstances et à la singularité des situations et des personnes (spécificités historiques, socioculturelle liées aux passés et aux cultures individuelles) : c'est le "jeu" dans les rouages de la loi

7 La notion d équité se rapproche de celle d égalité des chances (relevant plutôt du domaine de l éthique) tandis que la notion d égalité se rapproche de l égalité de traitement (relevant plutôt du domaine légal) bien que ces notions soient semblables. En matière sociale c est une «juste mesure», un équilibre qui permet de rendre acceptable une forme d inégalité lorsque l égalité ne le serait pas («inégalité juste»?). G) La culture, c est quoi? Selon l Unesco : «La culture, dans son sens le plus large, est considérée comme l ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances». N.B : Si l on pense la culture dans son rapport aux Arts en général alors il est bon de préciser la distinction entre pratiques artistiques et pratiques culturelles. En bref, s'adonner à une pratique artistique, c est jouer d un instrument, faire de la danse, du théâtre, de la sculpture, se livrer à une pratique culturelle, c est aller au théâtre, au concert, au cinéma, au musée H) L éducation Artistique et Culturelle pourquoi? L éducation artistique et culturelle doit en effet transmettre, au-delà de la connaissance des œuvres et des pratiques artistiques, les valeurs qui constituent le fondement même de notre société, au premier rang desquelles le dialogue et l ouverture à l autre. Oui, l éducation, dans son sens le plus noble, est bien un cheminement vers la citoyenneté, la responsabilité, la liberté et l intelligence, et ce chemin passe par la culture. Car qu est-ce qu éduquer si ce n est donner les clés pour comprendre le monde qui nous entoure, pour agir et le transformer, pour comprendre l autre, également, pour respecter, connaître et aimer ses différences? Chaque production de l esprit, de l imagination, de toutes les époques et de toutes les cultures, recèle une vision du monde et une clé pour mieux l appréhender. N.B : Il s'agit d'une synthèse admise par beaucoup, mais qui nourrit chez les spécialistes «Art culture» un débat vif, entre les valeurs intrinsèques et extrinsèques de l Art en général. I) La médiation culturelle, c est quoi? La médiation culturelle désigne en sciences de l information et de la communication, l espace de relations entre le public et des expressions artistiques, des patrimoines, des connaissances, des moments (évènements). La médiation artistique a pour but de réduire l écart entre l œuvre et le public tout en améliorant la transaction de la perception sensorielle. «Dans tous les Arts le plaisir croît avec la connaissance que l on a d'eux» Ernest Hemingway - 7 -

8 J ) Le paradoxe de l'action culturelle (Dans son rapport à l Art) «Elle se veut médiation, on lui demande d être médiatique» Elle se projette au service des transformations sociales, on souhaite qu elle fasse preuve d esprit d entreprise ; Elle a l ambition de favoriser l appropriation de l art, on lui suggère de s insérer dans le champ des industries culturelles ; Elle se propose de jouer un rôle dans une stratégie de réduction de l écart entre l art et la population, on lui fait comprendre qu entre la création et les publics il n est nul besoin d intermédiaire. Là où l immédiateté devient valeur, quelle place reste-t-il à la médiation et à la transmission? Là où la société se veut «branchée», où la signification s identifie au «contact», où l image se remplit d elle-même, quelle place reste-t-il pour les apprentissages de la réception esthétique? La société française, après la fin des ambitions de transformations sociales, se pense et se vit comme une société de communication. Cela signifie-t-il qu il n y ait de place que pour l éphémère, l immédiateté et la volatilité du sens?» Jean CAUNE Universitaire, docteur en Esthétique et Sciences de l Art, Docteur en Sciences de la Communication K) L économie Solidaire et Sociale, c est quoi? Elle regroupe les acteurs qui cherchent à concilier l activité économique et l utilité sociale. Elle adhère à des principes fondateurs parmi lesquels la recherche d une utilité collective, la non lucrativité (ou lucrativité réinvestie dans le projet collectif), la gouvernance démocratique (primauté des personnes sur le capital : 1 personne = 1 voix) et l implication des parties prenantes. L) L innovation sociale, c est quoi? D une façon générale, l innovation est un processus consistant à améliorer constamment l existant. L innovation sociale fait référence à toutes stratégies, concepts, idées et organisations qui répondent à des besoins sociaux de toute nature liés aux conditions de travail, d apprentissage, de la santé, du développement de communautés et dans, une certaine mesure, qui viennent fortifier la société civile. L innovation sociale est inclusive et créatrice de mieux être, elle est souvent le fruit d un travail collectif où le moteur n est pas uniquement, contrairement à l innovation destructrice, la brevetabilité, donc la plus-value, mais la partageabilité et la libre transférabilité. Le Conseil supérieur de l économie sociale et solidaire (CSESS) définit l innovation sociale de la manière suivante : «L innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux nouveaux ou mal satisfaits dans les conditions actuelles du marché et des politiques sociales, en impliquant la participation et la coopération des acteurs concernés, notamment des utilisateurs et des usagers». CSESS : Article Wikipedia - 8 -

9 4) Autres considérations pour éclairer le contexte de la nouvelle donne territoriale A) la MJC Gambetta, de par sa nature et son histoire, intervient à l échelle du territoire de la Ville de Charleville Mézières. Demain la MCL Ma Bohème «jouera dans la cour de la Grande Agglo Charleville-Mézières Sedan», puisque notre Maison a été officiellement reconnue d intérêt communautaire. Cette reconnaissance nous questionne quant à ce nouveau positionnement territorial. La maison M.C.L aura le devoir et l ambition d être une des structures socioculturelles phare dans cette agglomération forte de habitants. Notre projet associatif devra répondre à ce redimensionnement et le traduire concrètement. L image, le rayonnement, l aura de notre M.C.L seront liés en partie à sa volonté ou à l obligation d être de plus en plus professionnelle, à sa reconnaissance comme structure d appui au monde associatif, à sa volonté de fédérer de catalyser, de diffuser en initiant des partenariats maillants et des formations qualifiantes. B) La MCL Ma Bohème aura sa nouvelle adresse 21 rue d Aubilly avec comme voisins directs la Médiathèque Voyelles, la future Auberge de Jeunesse le nouvel EHPAD (maison de retraite sur le site de Corvisart) et le Collège Arthur Rimbaud. A l évidence, cette proximité étroite va engager d intéressantes synergies, de nouveaux partenariats qui doivent se concrétiser dans notre projet associatif. Ainsi un véritable secteur culturel de visibilité départementale va émerger et notre Maison se doit de participer à l animation de ce quartier renaissant. C) Convention de fonctionnement A nouvelle structure, nouvelle convention (Ville, MCL) ou (Ville, Agglo, MCL). Cette convention stipulera, en autres, nos missions, nos moyens de fonctionnement, notre subvention. Le Projet Associatif est bien sûr déterminant à ce titre. Il permet aux élus, décideurs et bailleurs de fonds, d évaluer son rôle, son intérêt, son efficience, son impact sur notre territoire et aussi son adéquation avec la politique culturelle de la Ville et de l Agglomération

10 Praxis et Aggiornamento A) Objectifs Généraux 1) Jeunesse, Enfance 2) Citoyenneté, Vie Associative, Bénévolat 3) Culture et Art, Patrimoine, Loisirs 4) Europe 5) Partenariat, Réseaux, Formation 6) Economie Sociale et Solidaire

11 B) Objectifs opérationnels ou spécifiques 1) Jeunesse et Enfance 1.1 Aider à la mise en place des projets individuels ou collectifs des jeunes et les accompagner 1.2 Participer et aider à la mise en place du projet éducatif Territorial et à la réforme des rythmes scolaires 1.3 Mettre en place des séances d accompagnement scolaire en lien avec l école ou le collège 1.4 Créer un cours de langage numérique dès l âge de 6 ans (ce type d enseignement est inscrit au programme de l école anglaise pour la rentrée 2014) 1.5 Proposer un atelier de programmation créative pour les enfants dès 8 ans sur le modèle Magic lab (Fabriquez vous-mêmes vos jeux vidéos) 1.6 Etablir une programmation (mensuelle, trimestrielle) de spectacles pour enfants et familles 1.7 Sensibiliser les jeunes à la notion d engagement et à la représentativité au sein des différentes instances de la maison (plutôt acteurs que consommateurs) 1.8 Développer les séjours à thème pendant les vacances scolaires 1.9 Accompagner le Conseil Municipal Enfants 1.10 S engager dans l action Jeunesse pour l Europe 1.11 Programmer des visites de sites remarquables au niveau de l Agglomération, du Département et de la Région 1.12 Instituer des parcours culturels en complémentarité avec le temps scolaire et l histoire des Arts 1.13 Proposer un atelier Philo/Ado (niveau collège) la philo du quotidien (séries télé, films, BD ) 1.14 Favoriser l esprit de tolérance et l apprentissage des règles de vie en collectivité en donnant à chacun la possibilité de trouver sa place 1.15 Favoriser la découverte d activités multiples et l apprentissage de techniques variées dans des domaines divers (Art, Sciences et Environnement) 1.16 Sensibiliser les enfants à leur environnement et au patrimoine 1.17 Favoriser l accueil des enfants porteurs de handicap 1.18 Offrir un cadre sécurisant 1.19 Créer un pôle Enfance et Culture en partenariat avec la médiathèque Voyelles qui pourrait croiser et synthétiser plusieurs objectifs cités dans ces lignes 1.20 Elargir la palette des activités 1.21 Développer la marionnette en tant que projet jeunes/enfants commun à la ville, et à l agglo, comme bien communautaire et identité territoriale 1.22 Accroître, dans tous les domaines, des activités spécifiques pour la petite enfance 1.23 Réorganiser la fête des activités ou/et une semaine «portes ouvertes»

12 2) Citoyenneté, Vie Associative, Bénévolat 2.1 Contribuer à accroître le projet associatif, projet éducatif et démocratique avant tout, en facilitant la prise de parole dont la liberté et la pertinence passent par le savoir 2.2 Défendre et revendiquer une identité associative ouverte à tous, en incitant à l engagement, à l implication, à la rencontre 2.3 Développer la capacité du pouvoir d agir de l individu et du groupe, capacité à agir sur le monde, sur l environnement (accéder à l agency 5, accroître l empowerment 4 ) 2.4 Faire prendre conscience que l association constitue une micro-société 2.5 Créer, encourager des projets intergénérationnels 2.6 Mise en place d actions d aide et de soutien à la parentalité 2.7 Participer ou créer un réseau de compétences mobilisables afin d accompagner les familles tant sur le rôle parental structurant que sur le rôle éducatif et culturel 2.8 Développer la qualité de l accueil, le sentiment de bien être et de convivialité 2.9 Parfaire notre image d utilité culturelle et sociale 2.10 Prendre en compte le potentiel de notre maison dans le domaine de l'accessibilité aux personnes porteuses de handicap : à maison accessible, culture accessible 2.11 Favoriser les actions transversales des différents secteurs ou activités afin d améliorer la cohésion interne de la Maison 2.12 Encourager le sentiment de citoyenneté européenne (projets transfrontaliers) 2.13 Se saisir de l outil informatique/numérique, outil d émancipation, dans une démarche plus cognitive et créative que ludique 2.14 Développer conjointement une forme d esprit «Maker» 3 et l obligation de «faire réseaux» (vers une ère citoyenne numérique) 2.15 Proposer des formations à thème aux bénévoles 2.16 Solliciter l implication des bénévoles dans les différentes organisations d'évènements ou d activités 2.17 Créer une charte du bénévole 2.18 Développer l idée de l innovation culturelle et sociale comme démarche permanente 2.19 Favoriser/instituer des rencontres pouvant provoquer la "serendipité" Ouvrir la M.C.L aux structures associatives demandeuses 3) Culture - Art Patrimoine et Loisirs 3.1 Permettre à chacun de découvrir, d acquérir, d expérimenter (des pratiques culturelles, artistiques, scientifiques, sportives et de loisirs) 3.2 Créer un Pôle de Culture Scientifique et Numérique 15 (P.C.S.N.) 3.3 Réunir et mettre en synergie les compétences scientifiques et numériques ardennaises dans un projet annuel d animation et de médiation au service du public scolaire et des citoyens. 3.4 Participer aux actions C.S.T.I. (culture scientifique technique et industrielle) 3.5 Initier et coordonner des animations dans le cadre de la fête de la science sur le chef-lieu et sur l agglomération. Lexique 2 Lexique 3 Lexique 4 Lexique 5 Lexique

13 3.6 Héberger un tiers-lieu 13 : espace numérique hybride et polymorphe englobant le travail collaboratif (coworking), rendant des outils accessibles (techshop) et partageant des ressources et des savoirs (hakerspace) 3.7 Lier un partenariat avec un fab lab 17 local (lieu de collaboration créative ouvert au public, par exemple avec une imprimante 3D) 3.8 Initier et contribuer, avec les compétences locales, à la création de projets qui croisent différentes formes artistiques et esthétiques 3.9 Créer un pôle Enfance Culture avec la médiathèque Voyelles 3.10 Favoriser et accompagner les artistes émergents et leur professionnalisation 3.11 Participer à la dynamique culturelle du territoire Agglo en lien avec d autres structures et réseaux 3.12 Soutenir la présentation et la réalisation des pratiques amateurs 3.13 Elargir les publics potentiels et atteindre le «non public» 3.14 Mettre en place des actions favorisant la réduction de l écart entre l œuvre et les publics (médiation) 3.15 Développer une offre artistique et culturelle diversifiée 3.16 Ouvrir des espaces de convivialité favorisant la rencontre des publics (café citoyen à thèmes, café scientifique, café philo, café Lumières) 3.17 Utiliser l outil informatique comme outil de médiation, de création et d expression ; c'est-à-dire un outil d éducation populaire 3.18 Faciliter le décloisonnement des populations en développant les relations entre centre ville, périphérie et agglomération 3.19 Agir pour une meilleure représentation de la diversité culturelle dans une perspective de dialogue interculturel 3.20 S inscrire dans la lutte contre la discrimination et l exclusion culturelles des personnes handicapées 3.21 Irriguer le territoire Agglo par des prestations «hors les murs» 3.22 Mettre en place une programmation des talents locaux et des jeunes créateurs émergents dans la M.C.L et hors les murs 3.23 Dynamiser et élargir les événements culturels existants (programmations culturelles enfants/familles Pirouettes 11, Festival Off marionnettes 10, Action culturelle MIAM 12 ) 3.24 Faire découvrir aux plus jeunes les possibilités culturelles et artistiques des grandes structures du chef lieu à travers des parcours culturels inscrits dans le temps 3.25 Mettre en place des parcours de sensibilisation à l architecture, à l urbanisme et autres cadres de vie 3.26 Découvrir le patrimoine Agglo (de Gonzague à Turenne) dans ses dimensions historiques, géographiques, naturelles et économiques 3.27 Utiliser et décliner la «Matière Ardennes» dans ses dimensions les plus variées comme référent commun et contribuer à la constitution d une identité citoyenne ouverte sur le monde et ses différences par une meilleure connaissance de soi et de son environnement direct Développer le domaine de la lutherie (fabrication de percussions à lames) Lexique 10 Lexique 11 Lexique 12 Lexique 13 Lexique

14 4) Europe 4.1 Promouvoir la citoyenneté active des jeunes 4.2 Développer le sentiment d appartenance à l Union Européenne 4.3 Développer l apprentissage interculturel et la mobilité 4.4 Favoriser la compréhension mutuelle des jeunes de différents pays 4.5 Développer les échanges transnationaux 4.6 Mettre en place des partenariats et des actions croisées transfrontalières 5) Partenariats, Réseaux, Formations 5.1 Réactiver le réseau associatif d Education populaire (Agglo) 5.2 Défendre l emploi culturel dans les structures M.J.C./M.C.L. 5.3 Valoriser le réseau auprès des partenaires 5.4 Développer le travail en réseau, la mutualisation, la capitalisation des compétences 5.5 Identifier les compétences et les qualifications mobilisables 5.6 Rechercher l adéquation avec les projets de la Ville, de l Agglo, du département, de la Région 5.7 Travailler à l identité associative et culturelle de l agglomération 5.8 Mailler un réseau associatif intercommunal 5.9 Mettre en place des formations thématiques qualifiantes pour les bénévoles et les intervenants du milieu associatif communautaire 5.10 Amplifier et concrétiser le partenariat M.C.L et M.J.C. Calonne de Sedan (comme structures phares et maillantes de l agglomération Charleville-Mézières/Sedan) 5.11 Lutter contre la division du secteur associatif, restaurer une parole commune 5.12 Accueillir les petites associations émergentes et innovantes 5.13 Créer un pool d animateurs/techniciens d activités 5.14 Améliorer notre visibilité internetique et développer une véritable stratégie web 5.15 Intégrer le réseau de communication intercommunautaire 6) Economie Sociale et Solidaire 6.1 Créer des emplois partagés utiles au réseau associatif, 6.2 Développer l image de «l utilité territoriale» de la Maison, 6.3 Creuser l idée de la stratégie Océan Bleu 7. Lexique

15 C) Activités - Actions Missions - Diffusion A) Secteur Adultes L existant reconduit 1 Danses traditionnelles 2 Danse de Salon 3 Danse contemporaine 4 Groupe Présences 5 Danse Modern Jazz 6 Danse Artistique 7 Barre au sol 8 Danse Orientale Egyptienne 9 Zumba 10 Pilates 11 Body Sculpt Fitness Stretching 12 Gymnastique pour Tous 13 Aérobic Steps 14 Yoga 15 Sophrologie 16 Théâtre 17 Echanges de Poèmes 18 Opéra Bel canto 19 Atelier Ecriture 20 Atelier Photo 21 Atelier Médias 22 Anglais 23 Espagnol 24 Japonais 25 Chinois 26 Italien 27 Russe 28 Informatique (Internet Logiciels) 29 Informatique (word, works excel publisher, powerpoint) 30 Enluminure 31 Reliure 32 Coupe et couture 33 Dessin 34 Dessin Peinture 35 Peinture sur soie 36 Poterie modelage 37 Lutherie 38 Accordéon diatonique 39 Guitare 40 Percussion Africaine 41 Musette du Centre (Cornemuse) 42 Tarot 43 Club de Go 44 Jeu de mots 45 Jeu de rôles

16 B) Secteur Enfants Ados 46 Eveil à la danse 47 Initiation à la danse 48 Initiation danse classique 49 Danse classique 50 Danse Modern Jazz 51 Danse Hip-Hop 52 Avec les arts créons en jouant 53 Dessin Peinture 54 Aéromodélisme 55 Eveil Musical Petite Enfance 56 Guitare 57 Percussion Africaine 58 Club de Go 59 Jeu de rôles 60 Anglais 61 Italien 62 Chinois 63 Informatique 64 Atelier Média 65 Atelier Théâtre C) Centres - Manifestations- Loisirs Services 66 Centres de Loisirs (pendant les vacances) 67 Centres de Loisirs (ski alpin et fond) 68 Dimanches Bien Etre 69 A la Découverte de l Ardenne 70 Marché du jouet d occasion 71 Troc livres 72 Programmation Jeune Public (Pirouettes) 73 Fête de la Musique 74 Festival Off de Marionnettes 75 M.I.AM. 76 Accueil repas tirés du sac 77 Services : place ciné tarif réduit, photocopies, affiches 78 Junior Association

17 Elargir la palette (E : envisageable ; S : souhaitable ; P : Priorité) 79 Couture, customisation 80 Percussion Steeldrum 81 Philatélie 82 Magie 83 Vitrail 84 Pôle Culture scientifique et numérique 85 Centre Enfance Art et Culture 86 Réfection (chaises, fauteuils customisation) 87 Cirque 88 Langue des signes 89 Loisirs créatifs (au choix) 90 Histoire des Arts 91 Mythologie (grecque et romaine) 92 Musique Indienne 93 Musique Chinoise 94 Café (scientifique, philo, citoyen, lumières) 95 Accompagnement à la scolarité 96 Aide aux petites associations 97 Aide aux démarches administratives 98 Club enfants (multi activités) 99 Œnologie 100 Vannerie 101 Anglais par la chanson 102 Beauté soin maquillage 103 Cycles conférences liés aux pratiques maisons 104 Cycles Master class 105 Espace parrêsia (parole libre) 106 Paroles de chanson et parodies 107 Atelier Rimbaud 108 Sculpture 109 Généalogie 110 Activité communication Maison, partenariats 111 Formations acteurs/animateurs (Sciences culture Patrimoine Europe) 112 Parcours enfants environnement patrimoine Architecture 113 Parcours culturels sur plusieurs structures 114 Activités intergénérationnelles (mamie crochet, papi bricoleur) 115 Rechercher et former des bénévoles pour faire vivre au quotidien l espace convivial (prise en compte des cafés à thème). 116 Instituer les rencontres M.C.L. M.J.C. Calonne Sedan (collaboration intercommunale et Vie Associative). 117 Philo ado/collège 118 Langage numérique enfants 119 Programmation créative enfants (Modèle Magic Lab) 120 Tiers-lieu 121 Fab lab (partenariat) 122 Lutherie fabrication xylophone metallophone 123 Fête de la Science et partenariat CSTI

18 CHAMP ET CONTRECHAMP Sujets à débattre (en autres) - La M.C.L. un nouveau projet, une nouvelle convention, avec quels moyens? - Vers une politique culturelle intercommunale - Augmenter la part d autofinancement de la Maison, comment? - Crowdfunding : (financement par la foule, appel aux dons) - Reconnaissance d intérêt général - La M.C.L. et les sirènes de la Realpolitik 6 - Paris vaut bien une Messe? - Culture et entertainment (loisirs) - Politique utilitariste 8, culture et retombées économiques. Pas contre, mais pas que? - Définir des priorités internes (Diffusion/Médiation, offre/demande) - Fertiliser les paradoxes - Culture numérique, Educ pop et web Innovation Sociale et Economie Sociale et Solidaire - Stratégie OCEANS Bleus/ OCEANS Rouges - Culture scientifique et compétences locales - Espace Bateau Ivre et Torpeurs enivrantes, espaces autonomes, pourquoi? pour qui? avec quels moyens? - M.C.L. et communication - M.C.L. et Handicap - M.C.L. et partenariats - MJC Gambetta (forces et faiblesses) - Bénévolat, Judiciarisation, Assurances - Appels à projets et éthique maison - MCL et environnement sécurisé et accessibilité Lexique 6 Lexique 8 Lexique

19 Annexe 1 De la science et du citoyen Depuis une trentaine d années, la culture scientifique s est fortement développée en France. Partie intégrante de la culture au sens large, elle doit permettre au citoyen de mieux comprendre le monde dans lequel il vit et de se préparer à vivre dans celui de demain. En développant l information et la réflexion sur les sciences et leurs enjeux, en favorisant les échanges avec la communauté scientifique, en partageant les savoirs, en éduquant à une citoyenneté active, cette culture s inscrit parfaitement dans la démarche socioculturelle de notre maison. Un constat s impose : plus des deux tiers des grands débats de notre époque ont la science pour origine. Par conséquent, pour une institution comme la nôtre, demeurer en retrait du champ scientifique revient à réduire le champ démocratique du citoyen : l absence de questionnement va de pair avec un déficit de l expression concernant des domaines qui font de plus en plus débat et qui réclament eux-mêmes le débat. Ce retrait nous parait d autant plus regrettable en pleine révolution numérique, aussi avons-nous un devoir d acculturation, de médiation voire d «alphabétisation» scientifique. Afin d assurer la promotion des «nouveaux savoirs», il convient de nous inscrire dans un esprit inter-associatif de partenariat en conjuguant les compétences locales reconnues pour fonder notre démarche sur une pédagogie de la pratique. Il s agit, sur le modèle des pratiques amateurs dans le domaine artistique, non seulement de former des publics éclairés et curieux mais aussi plus largement de favoriser l appétence en développant «le goût de la science»

20 Annexe 2 MCL 2.0 ou l éloge du croisement Engagé dans un processus de refondation de son projet associatif, la MCL Ma Bohême se doit d actualiser les axes spécifiques de sa mission en prenant en considération les nouveaux enjeux contemporains du savoir et du politique. Ainsi, les liens tissés entre l éducation populaire, le numérique et les savoirs doivent prendre en compte ce nouvel «agir démocratique». Si les nouveaux outils média-numériques offrent aux militants et aux éducateurs de nouveaux terrains d action et d investigation, ils les confrontent aussi, au-delà des questions évidentes de la dimension technique et de l accès, à un certain nombre de problématiques inédites. Culture numérique, biens communs, tiers lieux, Wikipédia, logiciels libres etc, le projet associatif ne peut faire l économie de ces sujets qui, chacun à leur manière, s appuie sur des principes qui sont les nôtres depuis des décennies : la production individuelle et collective, le rapport au savoir, l expression démocratique. La question du savoir est intimement liée à celle du pouvoir et à la capacité d agir (empowerment). Il convient de fait que notre projet établisse une stratégie afin d enrichir notre démarche éducative par le potentiel qu offrent les outils informatiques et numériques (croiser l utopie et l action, le virtuel et le réel, la richesse de l existant à l accélération de l information). Pour cela, il faut notamment repenser les lieux du savoir afin de donner libre accès aux produits de l intelligence collective (open data 19 - open source 20 ) en s attachant aux objectifs d innovation, de création, d hybridation des arts et du numérique, en mettant en perspective les échanges collaboratifs transfrontaliers, et le travail en réseaux comme lien identitaire de la communauté d agglomération de Charleville-Mézières/Sedan. NB pour le débat : 1 / Nous sommes tous conscients de la réalité de «pharmakon» de l outil internet (outil ambivalent autant remède que poison). Notre volonté est de jouer la carte remède tout en restant attentif et vigilant aux trop nombreuses dérives de cet outil le côté poison peut-être un objet d étude et de réflexion? 2/ Dans le même esprit l attitude «geek» n est pas à critiquer systématiquement car l imaginaire, la bidouille, la programmation sont souvent les terrains de jeu de ces «allumés, passionnés, pointus». En revanche, les «geeks no life» relèvent d une addiction bien plus socialement préoccupante. Barack Obama aux jeunes américains décembre 2013 : «ne jouez pas avec votre téléphone, programmez-le!» lexique 19 lexique

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

L éducation populaire en Alsace

L éducation populaire en Alsace L éducation populaire en Alsace Actions et partenariats (avec les collectivités L ÉTÉ DE L ÉDUCATION POPULAIRE 1 L éducation populaire en Alsace ( Sommaire Édito de Philippe Richert, Président du Conseil

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté?

Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Petite enfance : des droits pour ouvrir à la citoyenneté? Introduction Dans un monde où chacun perçoit l autre comme une menace dès lors qu il transgresse les codes et rites sociaux, où il est difficile

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Culture. Type de subvention : Fonctionnement Aide au projet. Objectifs. Conditions de recevabilité de la demande. Critères d éligibilité de la demande

Culture. Type de subvention : Fonctionnement Aide au projet. Objectifs. Conditions de recevabilité de la demande. Critères d éligibilité de la demande Culture Politique : Arts plastiques et visuels : aide aux artistes professionnels ou en voie de professionnalisation pour la création et la diffusion de leurs oeuvres Type de subvention : Fonctionnement

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 Objectifs pédagogiques du PEDT Mettre l enfant au cœur du projet et favoriser son développement - Accorder une priorité au besoin de jouer, avec les

Plus en détail

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016 SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT CULTUREL D ALSACE BOSSUE 2014-2016 RESTITUTION AUX ACTEURS MARDI 26 NOVEMBRE 2013 à LORENTZEN DÉROULÉ DE LA SOIRÉE I. Introduction II. Démarche & ses étapes (information) III. Présentation

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES LICENCE: LANGUES, CULTURES ET SOCIETES DU MONDE SPECIALITE : COMMUNICATION INTERCULTURELLE ET LANGUES DU MONDE (CILM) Responsable de la spécialité

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT Le 8 janvier 2015 1.1 Une école qui nourrit le désir de progresser 1.11 Accompagner les élèves et favoriser leurs réussites scolaire et personnelle - Créer des temps d accompagnement

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Panorama Synthétique. Social et Culturel

Panorama Synthétique. Social et Culturel Panorama Synthétique Social et Culturel Secteur Social Le domaine de l action sociale regroupe l ensemble des politiques, institutions, professionnels, moyens et prestations qui concourent à la cohésion

Plus en détail

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Restitution synthétique "La France, face aux mutations de son temps, doit définir son propre modèle numérique, fondé sur

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants.

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Association d habitants et d acteurs du territoire (collectivités,

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

SILICON SENTIER UNE ASSOCIATION D ENTREPRISES LOI 1901. siliconsentier.org

SILICON SENTIER UNE ASSOCIATION D ENTREPRISES LOI 1901. siliconsentier.org SILICON SENTIER UNE ASSOCIATION D ENTREPRISES LOI 1901 SILICON SENTIER L ASSOCIATION Silicon Sentier est une association d entreprise regroupant 175 PMEs et TPEs en région Ile-de-France, spécialisées dans

Plus en détail

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité Conseil de Quartier Malcense - Egalité du 14 septembre 2009 1 Avant de commencer le Conseil de Quartier, Monsieur TALPAERT, Président du Conseil de Quartier excuse l absence de Madame DAHMANI L KASSIMI,

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques.

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Anne-Sophie Bellair et Nicole Pignier, Université de Limoges Le projet présenté ici, Créadona, est un exemple

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Paris, le 11 juin 2014 Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles et de l innovation Département de la Recherche, de l Enseignement supérieur et de la Technologie Appel à

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

Art et handicap. Atelier de pratique artistique. Thème : l expression corporelle / la danse

Art et handicap. Atelier de pratique artistique. Thème : l expression corporelle / la danse Art et handicap Atelier de pratique artistique Thème : l expression corporelle / la danse Action handicap 1 L ECLA son projet, sa démarche L Espace Clodoaldien de Loisirs et d Animation (ECLA) est une

Plus en détail

Paris Maker Faire. 21 & 22 juin

Paris Maker Faire. 21 & 22 juin Paris Maker Faire 21 & 22 juin 2014 Après le succès de Maker Faire Paris Saint-Malo Mini Maker Faire Les 21 et 22 juin 2014 Le FabShop annonce Présentation Maker Faire par Dale Dougherty le créateur,

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION :

L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION : CHRONIQUE 88. L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION : Bonne foi contractuelle, Co-investissement, fin de la logique fiscale «d imputabilité», pilotage stratégique,

Plus en détail

Vade-mecum pour la présentation d un projet de club

Vade-mecum pour la présentation d un projet de club Vade-mecum pour la présentation d un projet de club Ce document a pour objectif de donner quelques repères pour la présentation du projet de club : description, valorisation et priorisation des objectifs.

Plus en détail

PROJET D'ÉTABLISSEMENT

PROJET D'ÉTABLISSEMENT PROJET D'ÉTABLISSEMENT Une école qui apprend à vivre ensemble Le projet d établissement est issu de la réflexion collective des enseignants afin de respecter les projets éducatif et pédagogique définis

Plus en détail

Médiathèque des Capucins Du neuf sous la nef

Médiathèque des Capucins Du neuf sous la nef Vendredi 27 février 2015 Médiathèque des Capucins Du neuf sous la nef Légende : Etablissement de recherche, de culture et de loisirs, elle proposera des collections renouvelées et des services innovants

Plus en détail

Les Fondations du groupe Bouygues

Les Fondations du groupe Bouygues Les Fondations du groupe Bouygues Depuis près de 20 ans, le groupe Bouygues participe au développement économique et social des régions et pays dans lesquels il est implanté, que ce soit par des initiatives

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

EUROPE-INTERNATIONAL. Isabelle Compagnie Chef du Service International Union des Villes et Communes de Wallonie

EUROPE-INTERNATIONAL. Isabelle Compagnie Chef du Service International Union des Villes et Communes de Wallonie Les communes sur la scène européenne Après vous avoir présenté le programme citoyen "L Europe pour les citoyens" dans le Mouvement communal de mai 2007, nous vous présentons, ci-dessous, l ensemble des

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail