CINQUANTE NUANCES DE PARTAGE : LE POTENTIEL TRANSFORMATEUR DE L ÉCONOMIE COLLABORATIVE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CINQUANTE NUANCES DE PARTAGE : LE POTENTIEL TRANSFORMATEUR DE L ÉCONOMIE COLLABORATIVE"

Transcription

1 Gaëtan Vanloqueren CINQUANTE NUANCES DE PARTAGE : LE POTENTIEL TRANSFORMATEUR DE L ÉCONOMIE COLLABORATIVE Analyse 2014 DOSSIER «ECONOMIE COLLABORATIVE» Cinquante nuances de partage : le potentiel transformateur de l économie collaborative Cinquante nuances de partage : sept enjeux pour l'économie collaborative de demain Airbnb, Uber, Blablacar... La croissance mondiale des entreprises dites collaboratives et/ou de partage se moque des controverses provoquées par les nouveaux modes d organisation qu elles proposent. Ceux-ci plaisent aux consommateurs mais font de l ombre ou menacent d en faire aux acteurs économiques traditionnels des secteurs concernés hôtels, taxis ou banques. Ils posent aussi de nouveaux défis aux pouvoirs publics, qui doivent réinventer la réglementation de métiers en question et se voient encouragés à repenser la société. L impact de cette économie collaborative est en effet vaste. Elle attire les citoyens et influence une nouvelle génération d entrepreneurs. Elle est parvenue en moins de deux ans à s inviter au cœur de la réflexion sur les nouveaux modes d organisation économique, au même titre que l économie «verte», l économie circulaire, ou l économie sociale, qui fait désormais figure de vieille dame dans certains cercles. Après deux ans de lune de miel avec des médias fascinés et des prospectivistes élogieux, l économie collaborative et du partage fait également l objet de regards plus acerbes sur ses dérives réelles ou potentielles. Il nous a semblé utile de prendre le temps pour faire le point. Car l économie collaborative et du partage peut représenter à la fois une opportunité et une menace pour les acteurs de l économie sociale. De par son potentiel à contribuer à des changements socio-économiques et écologiques que nous estimons souhaitables et urgents, elle peut être une alliée. Elle peut aussi être une menace, car les choix actuels de puissants acteurs privés proches du capitalisme financier débridé peuvent l éloigner irrémédiablement des valeurs et principes que nous estimons fondamentaux. Cette première analyse vise à mieux appréhender la diversité des modèles de partage et de collaboration (Section 1), à identifier les facteurs du succès (Section 2), et à discuter le potentiel transformateur, positif ou négatif, de ces nouveaux modèles (Section 3). Nous invitons le lecteur à poursuivre la réflexion par la lecture d une deuxième analyse, intitulée «Sept enjeux pour l économie collaborative de demain». 1 * * *

2 Paris, 5 mai Antoine, jeune entrepreneur français de moins de trente ans, fait la queue pour recevoir son café-croissant au bar du Cabaret Sauvage, salle de spectacle qui accueille un événement phare du nouveau monde de l économie collaborative. Après un passage dans les grandes écoles françaises et une expérience dans un cabinet de consultance qui l ont amené à vivre entre Londres et Paris, Antoine veut se lancer dans l entrepreneuriat. L entrepreneuriat collaboratif. Il a identifié un créneau porteur qui marche aux Etats-Unis, un partenaire, un développeur informatique pour développer une plate-forme digitale, et il a développé un «business model» (modèle économique) qui devrait rendre son entreprise viable à la fin de l année. Son initiative implique directement des citoyens-cuisiniers bénévoles ainsi que des associations et organisations philanthropiques, qui auront un intérêt direct au succès de son entreprise. Le site internet qui lancera celle-ci sera prêt dans quelques semaines. S inspirer des principes ou modèles d entreprises issus de l économie sociale? Interpellé à ce sujet, il admet ne pas y avoir pensé pour la simple raison qu il en ignore tout. Et pourtant, après quelques minutes de discussion sur les avantages de cette option pour construire une alliance durable avec ses partenaires associatifs et citoyens, il reconnaît qu il aurait dû prendre cette hypothèse au sérieux dans le développement du projet, et qu il devrait se renseigner. La conversation se passe lors du Festival Ouishare, qui rassemble un millier de personnes pendant trois jours. Elle est symbolique de la déconnection entre l économie sociale et l économie collaborative. Les entrepreneurs de l économie collaborative sont portés par une motivation à faire table-rase des valeurs des grandes entreprises classiques ; et à les remplacer par celles de collaboration et de partage. Pourtant, ils utilisent rarement les modèles de l économie sociale. Il faut l admettre, les acteurs de l économie sociale ont jusqu ici observé le phénomène de l économie collaborative avec circonspection. Autant les initiatives plus anciennes de partage comme les Systèmes d Echange Locaux (SEL) nous sont familières, autant l irruption des plateformes collaboratives digitales globales a été tellement rapide que peu d acteurs ont pu se doter d une stratégie par rapport à celles-ci 1. L économie sociale est donc quasi-absente au Festival Ouishare, ce qui n aidera pas à convaincre Antoine d en adopter les principes. 1. LE PHÉNOMÈNE «COLLABORATIF» 2 Le Festival Ouishare est le point de ralliement des acteurs de cette nouvelle économie. Il rassemble des étudiants technophiles, quelques investisseurs, un important groupe de consultants, des bloggers et indépendants multi-activités et une foule de jeunes entrepreneurs hautement qualifiés et cosmopolites. Leur énergie est débordante. Leur créativité en termes de nouvelles activités économiques ou citoyennes n a pas de limites. Leur conscience sur l urgence de repenser notre rapport à la planète est aiguë. Leur capacité à convaincre des investisseurs de capital-risque (venture capitalists) de financer leurs initiatives est réelle. Et leur conviction qu un changement de paradigme est atteignable à un horizon de quelques années est ferme. Il règne un idéalisme communicatif sur la possibilité de changer le monde grâce à l économie du partage et de la collaboration. Mais, au fait, qu est-ce que l économie collaborative, et de quoi parle-t-on quand on parle d économie du partage? La consommation collaborative, partie immergée de l iceberg Covoiturer via la plateforme Blablacar plutôt que se déplacer en véhicule individuel ou en train. Passer la nuit dans l appartement ou la chambre d amis d un citoyen lambda via la plateforme Airbnb plutôt que loger à l hôtel. Louer une tondeuse via la plateforme Sharetribe, plutôt 1 Voir nos publications antérieures en lien avec le sujet :, Initiatives citoyennes, l'économie sociale de demain?, Les dossiers de l économie sociale, étude 2010, 154 p. ; Véronique Huens, «L achat groupé, vieille idée dénaturée ou renouveau?», analyse, juillet 2012, 5 p.

3 qu encombrer son garage d un bien coûteux. Bienvenue dans la consommation collaborative ou consommation du partage. A la base de la consommation collaborative, il y a l idée de mutualiser les ressources de chacun et une préférence pour l usage d un bien à sa propriété. Un nombre croissant de personnes préfère accéder à des biens possédés par d autres que de les acquérir eux-mêmes, et trouvent dans les plates-formes digitales de partage un moyen de faciliter le mode de vie qu elles souhaitent se donner. Ces plates-formes permettent à des citoyens d atteindre des finalités très diverses via un même outil, comme chacun peut le constater au gré d une visite sur le site web Airbnb ou directement chez ses hôtes : rentabiliser une résidence secondaire au design épuré pour ce quadra dynamique qui pourra ainsi se financer un city-trip à Venise au printemps ; financer une année de formation en boulangerie pour cette parisienne d origine camerounaise en transition professionnelle qui sous-loue la seconde chambre de son appartement au 20 e étage d une tour d un quartier éloigné du centre. Dans le contexte d inégalités exacerbées et de sous-emploi massif qui caractérise nos sociétés, les plates-formes prospèrent sur de nouveaux besoins et de nouveaux désirs. A la suite d un influent ouvrage de Rachel Botsman 2, on reconnaît généralement trois grands ensembles de pratiques dans la consommation collaborative. Les systèmes de redistribution (revente, troc ) permettent à des biens matériels d être «redistribués» d une personne qui cherche à s en débarrasser à une personne qui les recherche. Les systèmes peuvent être marchands (comme ebay) ou non-marchands (comme Freecycle, qui organise le don d objets entre 8 millions de membres, totalement volontaires, eux-mêmes organisés dans plus de 5000 groupes). De telles activités ne sont évidemment pas nouvelles : le troc existe depuis toujours, mais les plates-formes digitales généralistes ou spécialistes (Troctribe pour les biens culturels, vestiairesdecopines.fr pour les vêtements) le remettent à jour comme mode de consommation, et certaines entreprises s en emparent, comme Decathlon avec son site Trocathlon de revente de matériel de seconde main. Les «systèmes qui transforment des produits en services» permettent à des usagers de se partager l usage d un bien ou d un service dont ils ne sont pas propriétaires. Diverses platesformes sont ainsi nées pour partager des voitures, des vélos, des outils, des pratiques, et bien d autres types de produits ou d activités. Les plates-formes suivent différentes logiques et les biens sont mis en partage ou en location. On est ici pleinement dans la logique de l économie de la fonctionnalité, permettant une utilisation plus durable des ressources, dans laquelle un acteur propose une solution intégrée (par exemple, un réseau de voitures accessibles sur abonnement) plutôt que la vente d un bien matériel. 3 Enfin, les styles de vie collaboratifs concernent les échanges et partages de ressources immatérielles comme le temps, l espace, les compétences. On partage son lieu de vie avec des voyageurs de passage (couchsurfing), son espace de travail avec d autres travailleurs (coworking), son jardin avec des jardiniers. Les groupes d achats directs (GASAP, AMAP, etc.) sont généralement inclus dans cette catégorie. Ils demandent en effet une collaboration entre un groupe de consommateurs et un ou plusieurs producteurs. Certaines collaborations sont également développées par des chaînes de magasins, comme le site lestrocheures.fr de Castorama, organisant en France l échange d heures de bricolage («troc d heures») entre utilisateurs intéressés. Parfois présentés comme synonymes, l économie du partage (qui rassemble les initiatives qui organisent le partage d un bien) peut être distinguée de l économie collaborative (qui rassemble les initiatives qui organisent le partage d une expérience, d un service). Cette dernière est davantage créatrice d interactions sociales. On peut aussi distinguer les modèles 2 Rachel Botsman, What's Mine is Yours, HarperBusiness, 2010, 304 p.

4 propriétaires, contrôlés de manière traditionnelle par une autorité centrale, et les modèles ouverts, gouvernés de manière horizontale et réellement collaborative 3. Mais la consommation collaborative n est qu un des secteurs du magma bouillonnant de l économie collaborative. On présente généralement trois autres grands secteurs : la production collaborative, le financement participatif et la connaissance participative 4. La production collaborative ou «de pair-à-pair» Les projets symboliques de la production collaborative, au contraire de ceux de la consommation collaborative, ne sont pas des startups devenues multinationales, mais des réseaux «de pair-à-pair» (peer-to-peer ou P2P) : des citoyens qui collaborent activement dans la production collective et participative de biens qui sont encadrés par des droits garantissant un accès universel (licences libres plutôt que copyrights, etc.). Deux progrès technologiques sont venus changer la donne. D abord, les plateformes digitales et réseaux sociaux, désormais accessibles à tous gratuitement, facilitent la collaboration entre designers et programmateurs issus de pays distants. Hier, ils collaboraient à la production de logiciels open-source comme Linux. Aujourd hui, ils collaborent à la fabrication d objets matériels concrets. Des répertoires en ligne leur permettent de diffuser des plans originaux, des pratiques et des savoir-faire à une échelle mondiale. Les téléchargements sur les sites spécialisés se comptent déjà en millions. Ensuite, le développement d imprimantes en trois dimensions (3D) bon marché et performantes a décuplé les possibilités de production collaborative par des citoyens connectés. Ces machines high-tech sont capables de fabriquer des objets solides conçus sur ordinateur, en «imprimant» couche par couche des objets divers sur base de la fonte ultra-précise et en trois dimensions de fils de métal ou de résines. La commercialisation de modèles de base dont le prix ne dépasse pas 300 a assuré une large dissémination de cette innovation. En quelques années, l imprimante 3D est devenue un des symboles des makers («ceux qui font/fabriquent»), un mouvement de passionnés d auto-production d objets matériels, qui englobe non seulement les enthousiastes de création d objets high-tech, mais aussi les férus de «Do It Yourself», ces «makers» historiques qui n ont pas attendu l imprimante 3D pour partager avec enthousiasme des pratiques de menuiserie, de miniaturisation, de robotique, etc. 4 La gamme d objets potentiellement créés s étend maintenant aux objets complexes. Le projet Wikispeed rassemble une communauté de créateurs travaillant à l amélioration continue d un modèle de voiture open-source dont le premier prototype présente une performance écologique prometteuse. Le projet Open Source Ecology travaille sur la production d une gamme de machines agricoles nécessaires, contournant par-là l industrie classique qui protège ses nouveautés à coups de brevets. En France, les paysans et salariés qui ont créé la coopérative l Atelier Paysan ont également voulu se réapproprier la construction de machines adaptées à leurs pratiques d agriculture biologique. L enthousiasme des makers quant à la possibilité de transformer le monde est également sans borne. Chris Anderson, ancien rédacteur en chef de Wired revue culte des geeks et auteur d un essai sur le sujet, estime que nous sommes aujourd'hui «comme en 1984, l'année où Apple a lancé le Macintosh, quand chacun a pu utiliser un ordinateur personnel et œuvrer au 3 Anne-Sophie Novel et Stéphane Riot, Vive la co-révolution. Pour une société collaborative, Ed. Gallimard (Collection manifestô), Paris, 2012, 237 p. (p. 37). 4 Pour une analyse complète et de très grande qualité, le lecteur exigeant se référera à Michel Bauwens, Synthetic Overview of the Collaborative Economy, P2P Foundation / Orange Report, April 2012, p Accessible sur Dans cette analyse, Michel Bauwens construit une classification plus complexe mais plus rigoureuse.

5 nouveau monde virtuel» 5. Selon lui, l'imprimante 3D va révolutionner la production industrielle comme le PC a révolutionné nos modes de travail. Il faut en effet constater que les inventeurs, bricoleurs et autres makers s affranchissent des organisations industrielles classiques pour tester leurs idées puis les diffuser à travers la planète. Selon les experts de cette tendance, on fabriquera à l avenir soi-même des objets tout comme on retouche aujourd hui ses photos. Ou à tout le moins, on entrera dans un atelier 3D comme on entre chez un commerçant. Une nouvelle révolution industrielle serait donc à portée de bras. Le message est amplifié par Jeremy Rifkin, connu pour populariser des tendances d abord marginales, et a été repris par Barack Obama lors de son discours d inauguration de Il avait été annoncé plus discrètement par le penseur écologiste André Gorz 7. Un secteur économique s est rapidement crée autour des makers. Sur le terrain, des entreprises, des start-up, des bricoleurs et des petits ateliers ont émergé en quelques années tandis que les grandes foires de «makers» rassemblent déjà plus de personnes aux Etats-Unis. Le marché des produits et des services d impression 3D est évalué à près de 3 milliards d'euros pour Le mouvement citoyen essaime également via des lieux spécifiques qui naissent dans toutes les grandes villes du monde. Les Fab labs (contraction de «fabrication laboratory») sont des ateliers équipés de divers outils, entre autres des imprimantes 3D et des machines-outils de menuiserie pilotées par ordinateur. Ils sont ouverts au public et parfois liés à une faculté de sciences technologiques d une université et à des programmes de recherche. Il y en a déjà plus de 150 dans le monde (dont l OpenFab et le Fablab de la VUB à Bruxelles) et ils suivent une charte commune de principes. Tout comme les plateformes de consommation collaborative, les Fablabs et les imprimantes 3D permettent à des citoyens de poursuivre des finalités différentes. Un fan de smartphone peut y imprimer une nouvelle housse en résine polymère et en changer tous les mois, tandis qu une association locale peut envisager de produire demain des pièces de remplacement nécessaires à la réparation du jouet cassé des enfants du quartier. Hyper-consumérisme ou relocalisation et réappropriation citoyenne de l économie dans des repair cafe les deux voies sont ouvertes, et vont coexister. Le financement collaboratif 5 Le financement collaboratif ou distribué est mieux connu en Belgique. Il s agit de l ensemble des systèmes qui offrent la possibilité de trouver un financement auprès d autres citoyens, sans intermédiation d une banque 10. Le mode de financement collaboratif le plus connu est le crowdfunding (financement par la foule) qui mobilise déjà des centaines de milliers de donateurs inscrits sur Ulule ou Kisskissbankbank, les deux plus grandes plates-formes européennes, ou sur une myriade d autres initiatives moins connues. Les donateurs contribuent via des micro-dons à financer le lancement de projets très divers tels des documentaires, des jeux vidéo, des nouveaux produits, entreprises et commerces. Ils reçoivent des contreparties à hauteur de leurs dons : symbolique pour des dons minimes (un «merci» sur facebook ou l envoi d une newsletter), tangible pour les dons plus substantiels (un DVD, une invitation à la première du film, ou un exemplaire du futur produit). Le mécanisme fonctionne : la plateforme Ulule a déjà financé plus de projets depuis sa création en 2010, pour un total de plus de 5 Chris Anderson, Makers: The New Industrial Revolution, Crown Business, 2012, 272 p. Cité par Frédéric Joignot, «Fabrique-moi un mouton», Le Monde, Cultures et idées, 4 avril Jeremy Rifkin, La nouvelle société du coût marginal zéro, L'internet des objets, l'émergence des communaux collaboratifs et l'éclipse du capitalisme, Les Liens Qui Libèrent, 2014, 512 p. 7 André Gorz, Ecologica, Editions Galilée, 2008, 158 p. 8 Frédéric Joignot, «Fabrique-moi un mouton», Le Monde, Cultures et idées, 4 avril Un repair café (littéralement café de réparation ) est un temps dédié à la réparation d'objets et organisé à un niveau local, entre des personnes qui habitent ou fréquentent un même endroit (un quartier ou un village, par exemple) (Définition Wikipedia). 10 Michel Bauwens, Synthetic Overview of the Collaborative Economy, P2P Foundation / Orange Report, April 2012, p Accessible sur

6 20 millions d euros. Ce succès attire de nouvelles aventures, et les annonces de nouvelles plateformes sont presque mensuelles (citons par exemple, en Belgique, Grow Brussels ou Identity Coop). En Belgique, elles ont été répertoriées par NewB 11. Des projets divers ont eu recours au crowdfunding, comme l espace culturel et évènementiel La Tricoterie - Fabrique de Liens, l entreprise de production de grillons à destination alimentaire Little Food, ou le futur trimestriel d investigation et de récits Médor. Le financement participatif se compose également d autres pratiques. A côté du crowdfunding de don, il y a le crowdfunding pour investisseurs, comme sur la plate-forme MyMicroInvest, qui permet à chaque citoyen d être un micro «investisseur à risque» (venture capitalist) en prenant des parts de capital directement dans des projets concrets. Le prêt entre individus s est également énormément développé, sous deux versions : commerciale et solidaire. La version commerciale pratique des taux d intérêt (comme Prosper ou Lending Club) tandis que la version solidaire se base sur des taux d intérêt nuls. En Europe, personnes ont par exemple fait des prêts «solidaires» à des institutions de microcrédit via le site Babyloan, qui revendique le financement de presque projets depuis sa création, pour un peu moins de 9 millions d euros. Enfin, les monnaies alternatives représentent également des modes de financement «distribué». La diversité des modèles est également impressionnante, avec les monnaies locales bien connues et utilisées par des centaines de communautés (5.000 monnaies seraient en circulation, dont l Epi lorrain ou le Valeureux en Wallonie, et l Eco iris en Région Bruxelloise) ; et les monnaies digitales telles le Bitcoin 12. Chacun perçoit bien qu ici aussi, des pas de géants ont été réalisés en quelques années. Les acteurs de l économie sociale, familiarisés depuis des décennies avec la microfinance ou les monnaies locales, se voient rattrapés par les initiatives basées sur des plates-formes digitales et mondiales, qui leur échappent le plus souvent. La connaissance collaborative ou ouverte La connaissance collaborative, quatrième secteur, s est fait connaître mondialement via le succès de l encyclopédie participative Wikipedia et celui des logiciels «open source». Les principes de cette connaissance sont simples : elle doit être gratuite et sa reproduction ne peut être soumise à des restrictions légales ou technologiques. L idée est de créer et diffuser des savoirs «libres» de manière ouverte et participative. Le mouvement de création de savoirs ouverts s étend à des sphères d activités aussi diverses que la production de cartographies (OpenStreetMap), de savoirs scientifiques (Open Science), de bases de données publiques (Open Data), de publications de tous types, ou de nouvelles solutions juridiques (Sharelex), etc. Ces activités progressent de manière globalisée ou au niveau local, via de petites communautés actives et souvent très interconnectées. 6 A ces quatre secteurs, on pourrait ajouter la tendance transversale de co-création (aussi appelée innovation ouverte). Comprenant que l innovation n apparaissait pas de manière linéaire, des acteurs privés et publics ont misé sur de nouveaux modèles. Dans ceux-ci, les processus d innovation ne sont plus restreints aux départements de recherche et développement des entreprises privées ou à des laboratoires d institutions publiques, mais impliquent au contraire l ensemble des acteurs potentiellement concernés, y compris les utilisateurs finaux 13. Certaines entreprises privées ont massivement investi dans ces pratiques : le «Laboratoire d innovation des clients» de BMW a ainsi pu bénéficier des idées d un millier 11 Site internet de la Journée du Crowd, 30 juin 2014 [consulté le 17 décembre 2014] : 12 Réseau Financement Alternatif, Guide pratique des monnaies complémentaires à l usage des citoyens, Septembre 2013, 117 p. 13 Sur ce sujet, lire Quentin Mortier, «Innovation, innovation sociale et innovation sociétale. Du rôle des parties "surprenantes"», analyse, septembre 2013, 7 p.

7 de fans, et IKEA a reçu 5000 idées de clients pour mieux ranger l équipement multimédia dans un salon. Les pouvoirs publics développent également leurs propres pratiques : Innoviris, l Institut bruxellois d'encouragement de la recherche et de l'innovation, a par exemple récemment lancé un appel à projets pour un «laboratoire vivant» (Living Lab) sur les enjeux liés à l alimentation durable. Quatre secteurs, un même mouvement? La présentation en quatre grands secteurs a la force de la simplicité et l avantage d encourager des acteurs très différents à se rassembler, qu ils soient citoyens, inventeurs, entrepreneurs, investisseurs, startups ou entreprises classiques 14. On peut cependant se demander ce qui rassemble Airbnb et les Fab labs, dans ce même monde «collaboratif». Cette question du dénominateur commun, et donc des principes fondamentaux de ce mouvement, c est-à-dire ce qui peut permettre d inclure et d exclure pour mieux définir un cap clair, est bien à l œil de certains pionniers. La question est cependant restée marginale et restreinte aux seuls débats entre initiés. Car l émergence des initiatives collaboratives a été tellement fulgurante, foisonnante et enthousiasmante en cette période post-crise financière, que tous les feux se sont braqués prioritairement sur l immense potentiel de création, d innovation et de transformation que l économie collaborative représentait et représente toujours. 2. DE TENDANCE MARGINALE À FORCE DISRUPTIVE : LES FACTEURS DE SUCCÈS La croissance des initiatives dites collaboratives est extrêmement rapide. Elle a été sousestimée en Europe jusqu au printemps 2014, quand les manifestations de taxis londoniens et parisiens, excédés par la concurrence déloyale exercée par les véhicules Uber, ont rappelé aux pouvoirs publics et aux citoyens que l économie collaborative était en train de transformer des pans entiers de l économie de leurs villes et territoires, ou tout au moins menaçait de le faire. Quelques chiffres peuvent illustrer cette croissance. En prenant en compte l ensemble des activités collaboratives ou de partage, certains consultants estiment que le Royaume-Uni compte 23 millions de «partageurs» et les Etats-Unis, 80 millions 15. BlablaCar est devenu en cinq ans un concurrent sérieux pour la SNCF, et plus de 4 millions d hôtes ont utilisé Airbnb en 2013, alors qu elle n était pas née avant La plateforme surpasse aujourd hui la chaîne d hôtels Hilton en nombre de chambres disponibles. 7 On comprend donc mieux pourquoi certains parlent de cette nouvelle tendance comme d une force disruptive, perturbante et que quelques grands acteurs privés et quelques grands pays s attellent à étudier systématiquement le secteur 16. La préférence d un nombre croissant de citoyens pour l accès ou l usage de biens plutôt que leur propriété, pour la collaboration plutôt que la compétition, n expliquent pas à elles seules le succès des dynamiques analysées plus haut. L économie collaborative s est en effet aussi développée progressivement grâce à des développements technologiques ainsi qu à des innovations sociales. Ceux-ci ont été décrits par certains auteurs 17. Ils sont synthétisés dans l arbre généalogique de l économie collaborative reproduit en Figure Une start-up (ou «jeune pousse») est une jeune entreprise à fort potentiel de croissance et qui fait la plupart du temps l'objet de levée de fonds (Définition Wikipedia). 15 Vision Critical & Crowd companies, Sharing is the new buying. How to win in the collaborative economy, mars 2014, 31 p. 16 Pour le Royaume Uni, voir : Kathleen Stokes, Emma Clarence, Lauren Anderson et April Rinne, Making Sense of the UK Collaborative Economy, Report by Nest and Collaborative Lab, September 2014, 48 p. Disponible à : 17 Anne-Sophie Novel et Stéphane Riot, 2012, op. cit.

8 Figure 1 : Les racines de l'économie collaborative et du partage. Figure en taille réelle 18 disponible en cliquant ici. Cinq principaux facteurs accélérateurs de l économie du partage et de la collaboration peuvent être mis en avant. L abondance et la surabondance matérielle dans laquelle vit une importante partie de la population de nos pays permet le succès des nouveaux modes de partage, location ou troc 19 entre particuliers, qui reposent sur le principe de l exploitation des (biens) «inutilisés». Chacun peut s en rendre compte après une visite sur le site de vente en ligne ebay. Les progrès technologiques de l internet ont changé la donne par rapport à cette abondance. Comme le souligne Anne-Sophie Novel, Internet permet en effet de «donner accès à nos excès», à d autres citoyens. Les «partageurs» mettent en ligne leurs capacités excédentaires pour les louer, les partager ou les donner. Ces progrès ont rendu possible la création de plateformes digitales performantes et conviviales qui parviennent à faire interagir des millions d utilisateurs de pays, langues, intérêts et valeurs diverses, dans un climat de confiance rendu possible grâce à différentes modalités pratiques : systèmes d évaluation par les utilisateurs, géolocalisation des biens et services, interconnection via les réseaux sociaux. Ces derniers stimulent la création de «communautés» liées par l intérêt et même l enthousiasme de partager et diffuser la plateforme, sur laquelle la réputation de chacun est visible et devient une valeur en soi. L expérience de location d une chambre d hôte ou d un gîte de vacances via Airbnb, pour tout qui n a pas de problèmes à utiliser internet, relègue d autres systèmes de location au vingtième siècle. On ne «like» pas sur Gitedefrance.fr, on ne lit pas les commentaires des utilisateurs précédents, et on ne reçoit pas de bons d achats pour avoir posté le premier commentaire sur un nouveau gîte mis en location. Au contraire de ce qui se fait sur Airbnb, construisant ainsi la confiance entre locataires et locateurs géographiquement distants. 18 SFR Player, Infographie «Aux racines du collaboratif», SFR Player, n 6, p Disponible ici : 19 Delphine Masset et Eric Luyckx, «L économie collaborative : une alternative au modèle de la compétition», analyse Etopia, Mars 2014, p. 4. 8

9 Le succès des initiatives collaboratives est également dû à une envie de collaborer et à un besoin accru de lien social. Un intérêt pour multiplier les rencontres autour de l échange d une foreuse ou de la clé de l appartement loué, interactions sociales minimales, jusqu à l envie de s engager plus activement dans une «communauté» qui collabore à la création de nouveaux produits, services, systèmes plus vertueux que ceux qui sont proposés sur le marché. Un besoin de collectif, de société n en déplaise à Madame Thatcher. La motivation des citoyens à partager et collaborer est incontestablement un facteur prépondérant dans les initiatives collaboratives liées au mouvement peer-to-peer (P2P), dans lesquelles des citoyens décident effectivement de travailler ensemble et de collaborer pour construire de nouveaux produits ou services. La création de plateformes de dons d objets (sans contrepartie) organisée par des groupes locaux, comme sur Freecycle, peut également être vue comme une collaboration à un effort collectif pour s éloigner de notre surabondance matérielle (diminution des déchets via le troc et la réutilisation, réduction des émissions de gaz à effet de serre via le covoiturage, etc.). Le degré de collaboration entre utilisateurs d Airbnb, Uber et Blablacar est plus anecdotique. Comme l écrit un ex-entrepreneur collaboratif, «BlaBlaCar vous fait faire des économies en tant que conducteur, et c est moins cher que le train ou l avion pour le passager. Airbnb est une source de revenu pour un hôte, et c est une alternative de qualité pour le voyageur. What else?» 20. Autrement dit, avant d être des entreprises de partage, ces entreprises sont avant tout des entreprises qui répondent à un besoin existant en offrant des solutions pratiques, à un prix de marché, dans un cadre sécurisé. Les suites de la crise financière de 2008 viennent ensuite accélérer la croissance de ces nouveaux modèles. Le marasme économique engendré par les politiques d austérité a par exemple nourri le nombre d utilisateurs intéressés par les nouvelles plates-formes de partage ou de location. Le blog d Anne-Sophie Novel, journaliste-essayiste de deux livres sur l économie collaborative et du partage, est d ailleurs intitulé : «Même pas mal! Partage d alternatives pour mode de vie en temps de crise» 21. Enfin, la croissance de l économie collaborative a déclenché un cercle d auto-renforcement. Certaines startups ayant misé sur des innovations et des marchés estimés porteurs se sont retrouvées avec des montants de liquidités financières extravagantes après avoir convaincu des investisseurs en capital-risque. Elles ont ainsi pu engager des ressources considérables pour développer des services de pointe. En juin 2013, une étude menée par 200 startups estimait qu elles avaient rassemblé collectivement plus d un milliard et demi d euros auprès d investisseurs 22. La tendance a continué, et sur le seul mois d avril 2014, momentum de l investissement à risque dans ce secteur, un total de 630 millions d euros a été investi dans une poignée de start-ups et entreprises, dont plus de la moitié pour Airbnb 23. La valeur boursière de cette enterprise est aujourd hui estimée à près de 10 milliards d euros, et celle d Uber dépasse les 30 milliards d euros. Le Lending Club, qui vient d entrer à la bourse de New York, est valorisé à plus de 3 milliards d euros, et son patron français estime que la taille du marché du prêt entre individus dépasse milliards d euros. Toutefois, l hypothèse d une bulle financière est bien évidemment possible HÉROS OU PARIA? CONCLUSION INTERMÉDIAIRE Où en sommes-nous en décembre 2014? Les plates-formes globales d accès et de partage continuent leur croissance à deux chiffres. Les investisseurs privés continuent de sécuriser leur mainmise sur les pépites du monde «collaboratif». Des guerres commerciales se développent 20 Marc-Arthur Gauthey, «Pourquoi la plupart des sites de consommation collaborative ne marcheront jamais», Ouishare.net, 4 novembre Le Monde, «Le Blog d Anne-Sophie Novel». Accessible sur 22 Altimeter Group, The Collaborative Economy, A market definition report, 4 juin 2013, 28 p. 23 Jeremiah Owyang, The Collaborative Economy Raises Over $800m In One Month, 29 avril 2014, Blog post webstrategist.com. Accessible sur

10 à l échelle globale pour créer des situations de quasi-monopole. Des citoyens organisés persistent à innover dans des dynamiques potentiellement transformatrices si elles parviennent à prendre de l ampleur. Et certains pouvoirs publics commencent à prendre la mesure de la réaction nécessaire. Cependant, l ambition de cette action publique est doublement freinée. D un côté, elle est étriquée par la faiblesse des marges de manœuvre publiques, conséquence de l autisme du pacte budgétaire européen 24 et d un ensemble de traités et normes visant à restreindre les capacités d action de l Etat. De l autre, elle est contrainte par les carcans cognitifs et idéologiques sur le rôle supposé de l Etat et du marché. Nous venons en effet de subir trois décennies de pensée néolibérale, une pensée qui considère le citoyen comme uniquement mû par son portefeuille et inapte à l initiative collective, y compris sur le plan économique. Pour les tenants d une approche optimiste, ancrée dans les principes initiaux du mouvement, la société collaborative améliorera le vivre-ensemble, et permettra de dépasser les limites du consumérisme de masse destructeur de notre habitat partagé, la Terre. Les plus optimistes, comme Jeremy Rifkin, tracent d ailleurs les liens entre le développement d une économie du partage, l avènement d une «civilisation de l empathie» et le déclin du modèle capitaliste comme conséquence ultime des évolutions sociales et technologiques récentes et futures 25. Les médias et think tanks collaboratifs explorent déjà les possibilités de «villes collaboratives» et répertorient les initiatives effectivement prometteuses 26. L évolution est déjà en marche, et les acteurs engagés témoignent d ailleurs chaque jour du plaisir de coopérer! Cependant, on ne peut ignorer les dérives réelles ou potentielles de l économie du partage ou collaborative. Celles-ci apparaissent plus régulièrement dans le débat public, qui a pris une tournure plus aigre-douce, après une période de grâce. Elles incluent entre autres stratégies agressives d évitement de taxes locales ; utilisation de modèles d entreprises capitalistes éloignées de l utopie de «société collaborative» des débuts ; pratiques marketing offensives visant à la création de situations de monopoles par des entreprises globales ; accaparement de la valeur ajoutée créée par la collaboration entre des citoyens (affectés par l austérité) au profit d actionnaires (richissimes) ; utilisation de structures financières et de sociétés «boîtes aux lettres» localisées dans des paradis fiscaux ; négligence pour les droits sociaux des travailleurs impliqués, y compris un salaire vital Parmi les scénarios envisagés par les observateurs critiques, il y a celui d un futur où chaque citoyen incapable de trouver un emploi salarié dans l économie classique dont la taille continuerait à rétrécir de manière significative serait tenu d être un mini-entrepreneur. Celuici subsisterait par une accumulation de micro-revenus générés par diverses activités de location, partage ou collaboration, le tout dans un climat de coopération-compétition généralisé. Les réels gagnants d une telle transformation économique seraient les investisseurs 24 A propos de l «autisme du pacte budgétaire européen». L autisme est l'association de deux critères de trouble, l'un social et l'autre comportemental. Il inclut des comportements présentant des activités et des centres d'intérêt «restreints, stéréotypés et répétitifs». Le pacte budgétaire européen entraîne les pays européens dans le développement de tels comportements : des politiques publiques «restreintes, stéréotypées et répétitives» d austérité budgétaire qui les éloignent dramatiquement du nécessaire développement rapide de politiques (keynésiennes) d investissement dans une transition d ampleur vers des économies créatrices d emplois, de solidarité et de justice sociale, faiblement utilisatrices en combustibles fossiles, et compatibles avec l objectif de s adapter aux changements climatiques en cours. 25 Jeremy Rifkin, Une nouvelle conscience pour un monde en crise : Vers une civilisation de l'empathie, Actes Sud/Babel, Paris, 2012, 893 p. La thèse de l ouvrage est que nos sociétés humaines, depuis l'origine, évoluent vers une plus grande empathie entre leurs membres. 26 Shareable and Sustainable Economies Law Center, Policies for Shareable Cities: A Sharing Economy Policy Primer for Urban Leaders, septembre 2013, 39 p. ; Terraeco, «Liste des 100 sites pour consommer sans posséder» [consulté le 8 novembre 2014] : 27 Nicolas Robineau, «Blablacar, le covoiturage tué par la finance et l appât du gain», Mediapart, 20 juin ; Eric Ravenne, «Prosommateurs de tous les pays, unissez-vous!», Alteréchos n 392, 10 novembre 2014, ; Guillemette Faure, «Airbnb, BlaBlaCar, Drivy : partager, c'est gagner», M le magazine du Monde, 25 juillet 2014

11 ayant flairé les bons filons avant tout le monde. La possibilité d une société «collaborative et de partage» harmonieuse serait alors hasardeuse et inconditionnellement dépendante non seulement d une réglementation rapide et globale des acteurs privés, mais également d une nouvelle conception de nos systèmes de sécurité sociale. Celle-ci devrait par exemple inclure un revenu de base inconditionnel qui permettrait aux citoyens-entrepreneurs de développer des innovations sociales collaboratives tout en ne les laissant pas à la proie du nouveau marché des micro-activités de location de biens et de partage de travaux collaboratifs 28. Les racines de la controverse sur le bien-fondé de l économie collaborative et du partage remontent précisément à la naïveté d un message initial trop simpliste. Comme l écrit Diana Filippova, de Ouishare, «comment avons-nous pu croire que des dizaines de modèles collaboratifs construits par des centaines de personnes différentes avec des intentions et stratégies diverses pourraient poursuivre les mêmes objectifs et avoir les mêmes conséquences économiques et sociales? Il est temps de s asseoir et ré-évaluer ses postulats avec du recul» 29. Michel Bauwens, fondateur de la P2P Foundation, est un des acteurs-penseurs les plus écoutés du mouvement peer-to-peer. Il développe quant à lui un message positif et enthousiaste sur le potentiel des modèles collaboratifs «ouverts» à nous faire évoluer vers une société durable et vers ce que les progressistes latinos appellent le «buen vivir» (la vie bonne, le bien vivre). Il est aussi plus réaliste que d autres acteurs sur l actuel degré de captation des modèles collaboratifs par des investisseurs privés poursuivant de pures logiques d accumulation capitaliste 30. Il y a donc «cinquante nuances» dans le nouveau monde de l économie du partage et de l économie collaborative. Cinquante nuances dans les modèles utilisés, cinquante nuances dans les transformations et les impacts potentiels. Face aux dérives et aux développements rapides, certains défendent que l économie collaborative serait à peine à l âge de l adolescence. Il n y a cependant pas lieu d attendre la majorité légale de l économie du partage pour adopter une posture d exigence et d engagement vis-à-vis de celle-ci. C est maintenant que les possibilités de transformation positive doivent être prises au sérieux par une plus grande diversité d acteurs, et que les enjeux publics doivent être pris à bras le corps. C est précisément l objet de la seconde analyse sur le sujet Benjamin Tincq, «L'économie collaborative, une utopie qui a besoin du revenu de base», L inconditionnel, n 1 (Revenu de base garanti, parcours de vie choisi), Décembre 2014, p Diana Filippova, «The Mock Trial of the Collaborative Economy, The Quest for New Values (1/3)», Ouishare.net, 27 October Michel Bauwens, «Le peer-to-peer est l'idéologie des travailleurs de la connaissance», We Demain, 25 Novembre Accédé le 8 novembre Note : La création collaborative de biens communs ouverts, permettant davantage d autonomie pour chacun, est au cœur de la vision alternative proposée 31 Gaëtan Vanloqueren, «Cinquante nuances de partage : sept enjeux pour influencer l économie collaborative de demain», analyse, 2014, 7 p. Disponible sur

12 LES ANALYSES DE Les analyses de se veulent des outils de réflexion et de débat. Au travers de ces textes, souhaite offrir la possibilité aux citoyens mais aussi, plus spécifiquement, aux organisations d économie sociale de décoder avec leurs travailleurs et leurs bénéficiaires les enjeux auxquels ils sont confrontés dans leurs pratiques quotidiennes. Cette compréhension des réalités qui les entourent est essentielle pour construire, collectivement, les réponses et dispositifs adaptés aux difficultés rencontrées. Ces analyses proposent également aux travailleurs de l économie sociale de poser un regard critique sur leurs pratiques et leurs objectifs mais aussi sur notre société, ses évolutions, nos modes de consommations, de production, de solidarité, etc. Ces textes ne sont pas rédigés «en chambre» mais sont le résultat direct des interpellations des acteurs de terrain. Nous vous invitons à les prolonger en nous relayant vos interpellations, commentaires et propositions. Si vous le souhaitez, au départ d un de ces sujets d analyse, nous pouvons aussi co-organiser avec vous une animation sur mesure au sein de votre entreprise sociale ou de votre groupe citoyen. Nos analyses sont disponibles sur notre site à côté de nos études, où elles sont classées selon les thématiques suivantes : - Economie sociale et enjeux politiques o Enjeux européens et internationaux o Enjeux belges et régionaux o Economie sociale et société - Economie sociale et travail o Insertion socioprofessionnelle o Sens du travail - Produire et consommer autrement o Culture o Distribution et alimentation o Logement o Environnement o Services - Contours, objectifs et fonctionnement de l'economie sociale o Frontières de l'economie sociale o Démocratie économique et participation o Définitions et objectifs de l'economie sociale o Fonctionnement de l'economie sociale o Financement de l'economie sociale 12 (Solidarité des Alternatives Wallonnes et Bruxelloises) est un mouvement pluraliste pour l alternative économique et sociale. Créée en 1981, l ASBL rassemble les femmes et les hommes qui construisent une économie centrée sur le respect de l humain et de l environnement et non sur le profit. Ses membres représentent plus de 300 entreprises sociales - soit travailleurs - en Wallonie et à Bruxelles : des ASBL, des coopératives, des fondations et des sociétés à finalité sociale actives dans de nombreux secteurs tels la culture, la formation, la santé, les énergies, les services à la personne, vise à défendre, représenter et développer l économie sociale et les entreprises qui la composent. Elle est reconnue comme agence-conseil par la Wallonie et comme acteur d éducation permanente par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Toutes nos analyses sont sur

Garage de GE à Paris

Garage de GE à Paris Garage de GE à Paris 26 6 Novembre 2015 Espace Commines 17 Rue Commines 75003 Paris France 26 10h 17h 26 19h 22h Garage de GE Venez participer aux portes ouvertes du Garage de GE. Au Garage, vous pourrez

Plus en détail

SILICON SENTIER UNE ASSOCIATION D ENTREPRISES LOI 1901. siliconsentier.org

SILICON SENTIER UNE ASSOCIATION D ENTREPRISES LOI 1901. siliconsentier.org SILICON SENTIER UNE ASSOCIATION D ENTREPRISES LOI 1901 SILICON SENTIER L ASSOCIATION Silicon Sentier est une association d entreprise regroupant 175 PMEs et TPEs en région Ile-de-France, spécialisées dans

Plus en détail

Qui n a jamais eu envie d aider ou besoin d un coup de main?

Qui n a jamais eu envie d aider ou besoin d un coup de main? P1 DOSSIER DE PRESSE Qui n a jamais eu envie d aider ou besoin d un coup de main? En mettant en relation les internautes, Welp donne vie à l entraide gratuite, simple et sans contrainte. C est l envie

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Intervenant. Marc Renaud. (CCI Lyon) www.rhonetourisme.com

Intervenant. Marc Renaud. (CCI Lyon) www.rhonetourisme.com Crowd Avenue 21 Juillet 2014 Intervenant Marc Renaud (CCI Lyon) www.rhonetourisme.com La plateforme d'equity crowdfunding de Lyon Rhône-Alpes portée par & Le 05 Novembre 2014 Crowd Avenue pour Rhône Tourisme,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon)

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) 12/06/2013 Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) Coop alternatives 47, rue de la Garde 69005 Lyon - 06 48 03 74 14 - contact@coop-alternatives.fr This document

Plus en détail

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif?

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? Q&A Novembre 2012 A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? D. La location meublée est elle légale? A. Le marché de la location

Plus en détail

Paris Maker Faire. 21 & 22 juin

Paris Maker Faire. 21 & 22 juin Paris Maker Faire 21 & 22 juin 2014 Après le succès de Maker Faire Paris Saint-Malo Mini Maker Faire Les 21 et 22 juin 2014 Le FabShop annonce Présentation Maker Faire par Dale Dougherty le créateur,

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

Consommation collaborative et distribution commerciale : enjeux et perspectives

Consommation collaborative et distribution commerciale : enjeux et perspectives Consommation collaborative et distribution commerciale : enjeux et perspectives La prise en compte des logiques de consommation collaborative par les industriels et les distributeurs de biens et de services

Plus en détail

CARAMAPS, Votre guide de voyage en camping-car. Dossier de presse - Avril 2015

CARAMAPS, Votre guide de voyage en camping-car. Dossier de presse - Avril 2015 CARAMAPS, Votre guide de voyage en camping-car Dossier de presse - Avril 2015 SOMMAIRE CARAMAPS en quelques mots... 3 Comment ça marche?... 4 L accueil collaboratif Caramaps... 5 L histoire de CaraMaps...

Plus en détail

Alexander De Croo Vice-Premier ministre et ministre de l Agenda numérique

Alexander De Croo Vice-Premier ministre et ministre de l Agenda numérique Les technologies numériques changent notre économie et notre société à un rythme soutenu. La révolution numérique apporte avec elles de nombreuses opportunités nouvelles et sera dans les prochaines années

Plus en détail

Une expédition de la Fing et OuiShare

Une expédition de la Fing et OuiShare Une expédition de la Fing et OuiShare L ENquête «Je partage! et vous?» L enquête Je partage! Et vous? a été lancée par la Fing et OuiShare dans le cadre de ShaREvolution, afin de comprendre les motivations,

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Kit d accueil Bénévoles Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept. 2015, place de la République à Paris alternatiba.eu/paris La dynamique Alternatiba Le 6 octobre

Plus en détail

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW 1 Guide utilisateur GUIDE UTILISATEURS : OVERVIEW est une infrastructure conçue par des entrepreneurs, pour les entrepreneurs. C est une plateforme de mise en relation et de collaboration virtuelle au

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi»

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Paris, 9 avril 2015 Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Le Fonds Adie : Le fonds de dotation de l'adie lance 3 fonds pour l emploi - Jeunes, Femmes, Microfranchise solidaire - pour un programme philanthropique

Plus en détail

Innovation citoyenne et développement durable. Au service des entreprises et des organisations

Innovation citoyenne et développement durable. Au service des entreprises et des organisations Innovation citoyenne et développement durable Au service des entreprises et des organisations Newsletter N 28, Décembre 2014 1. Informations générales Cette fin d année voit se multiplier les initiatives

Plus en détail

Le décisionnel au service de la philanthropie. La Fondation de France : la générosité au cœur des territoires

Le décisionnel au service de la philanthropie. La Fondation de France : la générosité au cœur des territoires Le décisionnel au service de la philanthropie La Fondation de France : la générosité au cœur des territoires 1 Agenda La Fondation de France : vecteur de générosité Un système décisionnel au cœur de la

Plus en détail

Le design de service, tout le monde en parle. Mais après tout, qu est-ce que c est?

Le design de service, tout le monde en parle. Mais après tout, qu est-ce que c est? Wallonie Design confie une thématique pour la réalisation d un «focus» mensuel, à des spécialistes en design. Chaque article est réalisé par une agence, un designer ou un enseignant dans le domaine du

Plus en détail

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Engagés, à vos côtés, pour créer des solutions de mobilité sur mesure, inventives et performantes Le groupe

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 9 JANVIER 2014. Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL

DOSSIER DE PRESSE 9 JANVIER 2014. Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL DOSSIER DE PRESSE 9 JANVIER 2014 Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL Vos cadeaux de fin d année ne vous ont pas plu? Deux wallons développent Scell, une App qui permet de les vendre

Plus en détail

Notre approche pour les investissements en bourse

Notre approche pour les investissements en bourse blt Notre approche pour les investissements en bourse Introduction Ce document présente la troisième version de la stratégie d investissement dans les entreprises cotées en bourse adoptée par Triodos Investment

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES par Camille LASTENNET Master 2 sciences politiques spécialité Management du Risque Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Plus en détail

Dossier de presse. La Cantine Numérique de Saint-Brieuc

Dossier de presse. La Cantine Numérique de Saint-Brieuc Dossier de presse La Cantine Numérique de Saint-Brieuc Sommaire Préambule Attentes et besoins du territoire La Cantine Numérique de Saint Brieuc by Kreizenn Dafar Un espace physique 3 AXES FONDAMENTAUX

Plus en détail

L économie collaborative au service des territoires

L économie collaborative au service des territoires L économie collaborative au service des territoires Détours Prospectifs Toulouse 1 er décembre 2014 Samuel Roumeau @sroumeau Samuel ROUMEAU Formation: M2 Relations Internationales Ms Ingénierie Environnement

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents Séminaire de travail du 9 juin 2015 France Stratégie Internet des objets : quelles stratégies européennes pour faire émerger des plateformes d envergure mondiale? Restitution des débats Les conditions

Plus en détail

Charte One Heart Spots

Charte One Heart Spots Charte One Heart Spots Bienvenue sur les One Heart Spots Merci d avoir choisi notre application mobile. Ce service est fourni par la SAS One Heart Communication (OHC), implantée à Paris (75009), au 2 rue

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Jerry Do It Together

Jerry Do It Together Jerry Do It Together SOMMAIRE 1.Qui sommes-nous? 2.Nos objectifs 3.Qu est ce que Jerry? 4.Partenaires: Jerry Do It Together 5.Pourquoi Jerry au Togo 6.Présentation de l événement Atelier Jerry Togo 7.Qu

Plus en détail

Paris La Défense, 2 décembre 2014 Une rencontre pour créer une spirale d innovation vertueuse

Paris La Défense, 2 décembre 2014 Une rencontre pour créer une spirale d innovation vertueuse Paris La Défense, 2 décembre 2014 Une rencontre pour créer une spirale d innovation vertueuse Co-produit par Edito par Eric Seulliet CEO de Creative Cluster, Président de La Fabrique du Futur Et s il suffisait

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets

Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets septembre 2014 Financer vos projets? C est possible grâce au crowdfunding! De plus en plus, le financement participatif

Plus en détail

WE DO WHAT? DOSSIER DE PRESSE L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! MAI 2015. CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood.

WE DO WHAT? DOSSIER DE PRESSE L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! MAI 2015. CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood. WE DO WHAT? L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! DOSSIER DE PRESSE MAI 2015 CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood.co 1 S E O M M A I 1/ QUI SOMMES-NOUS? 2/ VALEURS 3/ FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Économie et réseaux sociaux

Économie et réseaux sociaux Économie et réseaux sociaux Forum financier belge Louvain-la-Neuve 23/10/2012 Économie et réseaux sociaux Olivier de Wasseige @defimedia.be Plus de 7 internautes sur 10 sont membres d au moins un réseau

Plus en détail

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES Aujourd hui, le numérique est partout. Il se retrouve principalement dans les nouvelles technologies, mais également dans l art, les livres, notre

Plus en détail

L INITIATIVE «FRENCH TECH»

L INITIATIVE «FRENCH TECH» L INITIATIVE «FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS La French Tech en actions Mobilisation des écosystèmes sur les territoires : labellisation de quelques

Plus en détail

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Restitution synthétique "La France, face aux mutations de son temps, doit définir son propre modèle numérique, fondé sur

Plus en détail

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles?

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? FAQ // coopératives d habitations étudiante Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? Pas du tout! Mise à part qu elles soient dédiées à la population

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Mettre en place une infrastructure Web nouvelle génération avec Drupal et Acquia

Mettre en place une infrastructure Web nouvelle génération avec Drupal et Acquia Mettre en place une infrastructure Web nouvelle génération avec Drupal et Acquia Pour l architecte de solutions web Table des matières Présentation générale... 3 Des outils disparates.... 4 Une gestion

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

Le développement du e-commerce et ses impacts sur l'emploi. Gérard Valenduc Fondation Travail-Université asbl (www.ftu-namur.org) Prof.

Le développement du e-commerce et ses impacts sur l'emploi. Gérard Valenduc Fondation Travail-Université asbl (www.ftu-namur.org) Prof. Le développement du e-commerce et ses impacts sur l'emploi Gérard Valenduc Fondation Travail-Université asbl (www.ftu-namur.org) Prof. UCL et UNamur Plan de la présentation Qu'est-ce que l'e-commerce?

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

DIX, école supérieure du numérique RAMBOUILLLET. 6 formations post bac, de Bac+1 à Bac+5 :

DIX, école supérieure du numérique RAMBOUILLLET. 6 formations post bac, de Bac+1 à Bac+5 : DIX, école supérieure du numérique RAMBOUILLLET http://ecole-superieure-du-numerique.fr http://dix-rambouillet.fr 6 formations post bac, de Bac+1 à Bac+5 : 3 formations de Bac+1 à Bac+3 aux métiers du

Plus en détail

8ème édition du Baromètre du CtoC PriceMinister-Rakuten & La Poste, réalisé par OpinionWay

8ème édition du Baromètre du CtoC PriceMinister-Rakuten & La Poste, réalisé par OpinionWay Paris, le 14 novembre 2013 8ème édition du Baromètre du CtoC PriceMinister-Rakuten & La Poste, réalisé par OpinionWay En 2013, face à la crise, le CtoC, précurseur de "l économie collaborative" ou «sharing

Plus en détail

QUELLE VISION ONT LES TPE-PME DE L ECONOMIE CIRCULAIRE?

QUELLE VISION ONT LES TPE-PME DE L ECONOMIE CIRCULAIRE? QUELLE VISION ONT LES TPE-PME DE L ECONOMIE CIRCULAIRE? Découvrez les résultats de l enquête de l observatoire FUSION! L Observatoire FUSION, au service de l économie circulaire Le projet FUSION regroupe

Plus en détail

Atelier Jerry au - - TOGO JERRY DO IT TOGETHER

Atelier Jerry au - - TOGO JERRY DO IT TOGETHER Atelier Jerry au TOGO JERRY DO IT TOGETHER Sommaire 1. Qui sommes-nous?...2 2. Nos objectifs...2 3. Notre partenaire : Jerry Do It Together...2 4. Pourquoi Jerry au TOGO?...3 5. Présentation de l évènement

Plus en détail

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen?

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? Jacques Teller! Urbanisme et d aménagement du territoire! Université de Liège, LEMA!! Colloque SMART Village et territoire RURAL Quelques éléments

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015

CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015 CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015 Par la présente charte, le collectif Alternatiba Dijon définit les objectifs et les modalités d organisation d un «village des alternatives» à Dijon, pour prendre part à la

Plus en détail

Épargne vs investissement : épargner autrement

Épargne vs investissement : épargner autrement Épargne vs investissement : épargner autrement Yves Mathieu Université Saint-Louis Les contributions précédentes à cet ouvrage collectif ont abordé le thème de l épargne traditionnelle, de manière large

Plus en détail

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Communiqué de presse Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Havas Voyages et Intel collaborent pour comprendre et adresser les nouvelles attentes

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

CONFERENCE DAUPH INNOV

CONFERENCE DAUPH INNOV CONFERENCE DAUPH INNOV AVEC LE PARRAINAGE DE INTERNET PEUT-IL FINANCER L ENTREPRENEURIAT INNOVANT? UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE 31 mars 2010, 18h30 ANIMATION : Didier REYNAUD, Directeur Fondateur AFFILIANCE,

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

L INTELLIGENCE COLLECTIVE ORIENTÉE PROJET

L INTELLIGENCE COLLECTIVE ORIENTÉE PROJET L INTELLIGENCE COLLECTIVE ORIENTÉE PROJET Il existe un certain type d intelligence collective qui est à la fois vertueuse pour le collaborateur et riche de promesse pour l organisation, c est l intelligence

Plus en détail

Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable

Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable Cahier 1. Acheter équitable ou socialement responsable 1.1. Commerce équitable Oxfam Magasins du monde 1.2. Achats socialement responsables de vêtements de travail achact Action Consommateurs Travailleurs

Plus en détail

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 29 mars 2012 Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi www.adt-ato.be Qui sommes-nous? Partager

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

MONEY, MONEY, MONEY PAYER, VENDRE ET ÉCHANGER DE L ARGENT DEMAIN

MONEY, MONEY, MONEY PAYER, VENDRE ET ÉCHANGER DE L ARGENT DEMAIN MONEY, MONEY, MONEY PAYER, VENDRE ET ÉCHANGER DE L ARGENT DEMAIN EDITO Il y a 20 ans, il fallait se déplacer en agence pour effectuer un virement ou passer un ordre de bourse. Aujourd hui, il nous est

Plus en détail

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Sommaire Edito Présentation du Welcome City Lab Le Welcome City Lab: les chiffres Paris&CO La nouvelle promotion de startups L état rentre

Plus en détail

Bowkr.com. Talent booking & flexible life Press kit 2015

Bowkr.com. Talent booking & flexible life Press kit 2015 Bowkr.com Talent booking & flexible life Press kit 2015 Accès compte démo : Login : lkm@bowkr.com pass :demo2015 Contact : press@bowkr.com Quelques chiffres. Pour qui? Pourquoi Bowkr? Comment ça fonctionne?

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

Clara Bove & Ophélie Le Bras

Clara Bove & Ophélie Le Bras L objectif du projet Mon Producteur Bien Aimé (MPBA) est un service collaboratif ayant pour objet de promouvoir les agriculteurs de petites et moyennes tailles locaux, en faisant la promotion d une consommation

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique

Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique Liège, 10 / 10 / 2014 Joël Gayet Chercheur associé à Sciences Po Aix Directeur de la Chaire «Attractivité & Nouveau Marketing Territorial» Attractivité

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux Un Pôle de ressources en Drôme Un Pôle de ressources et d'échanges pour :

Plus en détail

De l information collective à l intelligence collective

De l information collective à l intelligence collective De l information collective à l intelligence collective Propriétés Description Intitulé court De l information collective à l intelligence collective Intitulé long E-communication, partage de l information,

Plus en détail

Communiqué de presse. Le moteur à explosion traditionnel continue à récolter tous les suffrages

Communiqué de presse. Le moteur à explosion traditionnel continue à récolter tous les suffrages Communiqué de presse Le moteur à explosion traditionnel continue à récolter tous les suffrages La voiture électrique demande une stratégie à long terme et le soutien des pouvoirs publics Les fausses idées

Plus en détail

Bilan d Activités des 9 premiers mois Auteur : JPM Mise à jour : 06/01/2010 6 pages

Bilan d Activités des 9 premiers mois Auteur : JPM Mise à jour : 06/01/2010 6 pages Bilan d Activités des 9 premiers mois Auteur : JPM Mise à jour : 06/01/2010 6 pages Le cœur du projet associatif d AlterVie est d initier, d accompagner les pratiques alternatives développant le Lien social

Plus en détail

En route vers la troisième révolution industrielle!

En route vers la troisième révolution industrielle! En route vers la troisième révolution industrielle! Transition énergétique, Smart Home, Smart Buildings, Smart Cities Quelle place, quel positionnement, quel avenir pour votre entreprise?... Les Spécialistes

Plus en détail

Une génération internet parmi les seniors?

Une génération internet parmi les seniors? Note d éducation permanente de la Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 1, mars 2012 www.ftu.be/ep Une génération internet parmi les seniors? Les TIC, entre inégalités et opportunités Internet n est

Plus en détail

Ce site intègre des technologies et fonctionnalités à la fois simples et très innovantes pour offrir une interface pratique et performante.

Ce site intègre des technologies et fonctionnalités à la fois simples et très innovantes pour offrir une interface pratique et performante. À la une Le nouveau site des Parisiens, pour les Parisiens, par les Parisiens Le nouveau Paris.fr, c est un site qui a été pensé et construit pour les Parisiens, pour ceux qui visitent Paris comme pour

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 02/10/2014 Introduction Depuis plus de 30 ans, Altran anticipe le besoin croissant d innovation technologique dans tous les principaux secteurs

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR L es technologies mobiles impactent en profondeur le fonctionnement des organisations. Elles sont également à

Plus en détail

VIENNE LONDRES MUNICH BERLIN ZURICH PARIS HONG KONG PEKIN MOSCOU ISTANBUL

VIENNE LONDRES MUNICH BERLIN ZURICH PARIS HONG KONG PEKIN MOSCOU ISTANBUL Enterprise Email Marketing Solutions & Services IMPLI PERT CATION INE N DÉLIV RABIL CE ITÉ W N E S Guide Pratique de l Emailing 2012 Conseils pratiques sur la meilleure façon de mettre en place des emails

Plus en détail

Le Moteur de Recherche du Voyageur

Le Moteur de Recherche du Voyageur Le Moteur de Recherche du Voyageur Contacts presse : Kalima 01 44 90 02 36 Gersende Facchini : gfacchini@kalima-rp.fr Tygénia Saustier : tsaustier@kalima-rp.fr L EDITO Faciliter la recherche de voyages

Plus en détail

Convergence Grand public professionnelle

Convergence Grand public professionnelle Note de synthèse Convergence Grand public professionnelle Cette note synthétise les réflexions d une des tables rondes des entretiens Télécom de Mars 2006, organisés par Finaki. A cette table étaient à

Plus en détail

Protection vs. Innovation ouverte : Comment concilier l innovation et l accès aux nouvelles technologies pour tous?

Protection vs. Innovation ouverte : Comment concilier l innovation et l accès aux nouvelles technologies pour tous? Protection vs. Innovation ouverte : Comment concilier l innovation et l accès aux nouvelles technologies pour tous? Salle Notre-Dame des Victoires, 09 septembre 2014 16h30 18h Intervenants: Dominique Buendé,

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement!

Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement! Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement! Dossier de presse Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Novembre 2010 Plus de 100 rendez-vous en Rhône-Alpes! Service presse 04 72 59 40

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

La professionnalisation des étudiants

La professionnalisation des étudiants La professionnalisation des étudiants en informatique par les projets libres Morgan Magnin 1, Guillaume Moreau 2 1 École Centrale de Nantes, IRCCyN, Nantes, France 2 École Centrale de Nantes, CERMA, Nantes,

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail