Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :"

Transcription

1 Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année. Il est donc temps d élaborer une nouvelle stratégie pour orienter le Partenariat. Pour que nos efforts visant à mettre fin au mariage des enfants d ici 2030 portent leur fruits, il est important que nous travaillions en étroite collaboration et coordination pour obtenir un maximum d impact. Le partenariat Filles, Pas Epouses a été créé pour mettre fin au mariage des enfants et permettre aux filles de réaliser pleinement leur potentiel. Nous partageons la conviction que chaque fille a le droit de mener la vie de son choix et qu en mettant fin au mariage des enfants, nous parviendrons à un avenir plus sûr, plus sain et plus prospère pour tous. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Sensibiliser aux conséquences néfastes du mariage des enfants en encourageant des discussions approfondies, ouvertes et bien inclusives au sein des communautés comme au niveau local, national et international ; Faciliter le partage d informations et la coordination entre les organisations œuvrant pour mettre fin au mariage des enfants; et Mobiliser tout le soutien nécessaire, qu il soit politique, financier ou autre, pour mettre fin au mariage des enfants. Ces objectifs généraux aident tous les membres de Filles, Pas Epouses, qu ils agissent individuellement ou collectivement, à situer leurs actions au sein du mouvement mondial. Une stratégie, quant à elle, nous aide à orienter le travail mené par le Partenariat en énonçant les objectifs et les résultats spécifiques que le Partenariat cherche à atteindre dans un délai précis. Pourquoi les membres de Filles, Pas Epouses doivent ils contribuer au processus de développement de la Stratégie? Les membres de Filles, Pas Epouses sont le moteur du Partenariat. Ils vont de petites organisations locales qui interviennent au niveau de la communauté à de grandes organisations d envergure internationale. Ils abordent la question du mariage des enfants sous divers angles, qu il s agisse des droits humains, de la santé, de l éducation ou de la protection de l enfance. De nombreux membres travaillent sans relâche dans leur communauté pour mettre fin au mariage des enfants, parfois en s exposant à de grands risques.

2 Les membres de Filles, Pas Epouses sont au cœur de la réussite de la nouvelle Stratégie : ils possèdent des compétences et une compréhension unique des communautés affectées par le mariage des enfants. Sans un engagement clair, structuré et global des membres, la nouvelle Stratégie ne pourra pas avoir l impact recherché. Nous espérons que tous les membres pourront exprimer leurs points de vue à travers au moins une des voies de consultation stratégique. Nous solliciterons également l avis d autres acteurs clés et leaders d opinion, tels que des défenseurs des droits des jeunes, des représentants gouvernementaux, des bailleurs de fonds, des chercheurs et d autres partenaires. À qui s adresse la Stratégie de Filles, Pas Epouses? Tous les membres, partenariats nationaux, groupes de travail et autres structures de Filles, Pas Epouses auront un rôle à jouer dans la réalisation des objectifs de la nouvelle Stratégie. Le Partenariat n atteindra pas ses objectifs sans la participation et les efforts des membres. Nous encourageons chaque organisation à réfléchir aux éléments de la Stratégie qui leurs sont les plus pertinents et auxquels elles sont plus à même de contribuer. Par exemple, nous sommes conscients que l attention internationale accordée au mariage des enfants puisse provoquer des réactions différentes au niveau local. Dans certaines régions, l existence d un mouvement mondial donne une légitimité pour agir sur un problème qui serait autrement ignoré. Cependant, dans d autres régions, l existence de ce même mouvement peut s avérer être contre productif. Le contexte local influence donc la façon dont différents membres peuvent agir sur différents aspects de la Stratégie et interagir avec le reste du Partenariat. Quelle est la différence entre la Stratégie de Filles, Pas Epouses et la Théorie du Changement sur le mariage des enfants? La Théorie du Changement de Filles, Pas Epouses présente diverses approches à adopter pour mettre fin au mariage des enfants et illustre l interdépendance de ces approches. Élaborée à partir des connaissances et de l expérience des membres de Filles, Pas Epouses et d autres spécialistes du mariage des enfants, elle décrit les éléments nécessaires à la réalisation de notre vision, celle d un monde sans mariage d enfants, dans lequel les filles et les femmes jouissent d un statut égal à celui des garçons et des hommes, et dans lequel elles sont en mesure de réaliser pleinement leur potentiel dans tous les aspects de leur vie. Les nombreuses organisations membres de Filles, Pas Epouses et autres acteurs œuvrant pour mettre fin au mariage des enfants pourront situer leur action au sein de la Théorie du Changement, selon le contexte local dans lequel ils évoluent, la mission de l organisation et ses compétences. La Stratégie de Filles, Pas Epouses définira la manière dont le Partenariat travaillera pour mettre fin au mariage des enfants pendant cette période, une démarche qui, en soi, s inscrit dans le cadre plus large de la Théorie du Changement. Quelle période la nouvelle stratégie de Filles, Pas Epouses couvre t elle? Du 1er janvier 2017 au 31 décembre Quelle est la stratégie actuelle de Filles, Pas Epouses?

3 La stratégie actuelle de Filles, Pas Epouses pour la période a été élaborée en consultation avec les membres de manière à amplifier l impact de nos efforts collectifs. Le Partenariat a décidé de se concentrer sur cinq objectifs généraux : A. Encourager les principaux processus et forums intergouvernementaux à s engager à agir pour mettre fin au mariage des enfants B. Renforcer notre compréhension factuelle du mariage des enfants C. Soutenir et mettre l accent sur les efforts d envergure nationale visant à mettre fin au mariage des enfants D. Faire augmenter le niveau de financement mondialement disponible pour renforcer les efforts visant à mettre fin au mariage des enfants E. Favoriser l expansion et le renforcement du mouvement mondial pour mettre fin au mariage des enfants Qui approuvera la Stratégie finale? Le Conseil d Administration de Filles, Pas Epouses approuvera en dernier lieu la Stratégie finale. Néanmoins, le processus de développement de la Stratégie a été conçu de manière à placer l expertise et les connaissances des membres au cœur de la conception de la Stratégie, dont la version finale sera présentée au Conseil pour approbation. Qui dirige le processus de développement de la Stratégie? Le secrétariat de Filles, Pas Epouses a fait appel aux services d un cabinet de conseil pour assurer la conception, la gestion et la facilitation du processus. StrategiSense possède une expertise dans le développement des stratégies, l évaluation des besoins, la consultation et la coordination des parties prenantes, l évaluation des programmes, l analyse et le développement des politiques publiques, la gestion de projets et la gestion du changement. Le cabinet a à son actif plus de 20 ans d expérience en planification stratégique sur les questions de justice sociale et de droits de l homme ainsi que dans le secteur de la santé et des services sociaux. Plus précisément, les membres prennant part au processus auront l occasion d interagir avec Jan Campbell et Dionne Falconer de StrategiSense. Quel est le rôle du secrétariat de Filles, Pas Epouses dans le processus de développement de la Stratégie? Le secrétariat de Filles, Pas Epouses supervise l exécution du processus de développement de la Stratégie (dirigé par StrategiSense), apporte un soutien logistique et assure la communication du processus et la diffusion de la stratégie finale. Le secrétariat de Filles, Pas Epouses fournira également des conseils à StrategiSense sur la synthèse des contributions des différents membres et autres parties prenantes et participera à l élaboration du contenu de la Stratégie. Les membres de Filles, Pas Epouses devront ils tous mettre en œuvre la Stratégie? Et si certains d entre nous n approuvent pas certains éléments de la Stratégie? Nous encourageons chaque organisation à réfléchir aux éléments de la Stratégie qui leurs sont les plus pertinents et auxquels elles sont plus à même de contribuer. Par exemple, nous sommes conscients que l attention internationale accordée au mariage des enfants puisse provoquer des réactions différentes au niveau local. Dans certaines régions, l existence d un mouvement mondial donne une légitimité pour agir sur un problème qui serait autrement ignoré. Cependant, dans

4 d autres régions, l existence de ce même mouvement peut s avérer être contre productif. Le contexte local influence donc la façon dont différents membres peuvent agir sur différents aspects de la Stratégie et interagir avec le reste du Partenariat. Comment puis je participer à la consultation? Les membres de Filles, Pas Epouses peuvent participer à la consultation de plusieurs façons. La phase la plus intense de la consultation se déroulera de mars à mai Toutes les organisations membres auront accès à un sondage en ligne disponible en anglais et en français. Pour cibler notre action, nous enverrons un invitant à participer au sondage à un maximum de trois contacts principaux au sein de chaque organisation membre. Le sondage sera accessible du 17 mars au 29 avril. Nous organisons 8 groupes témoins virtuels pour recueillir les perspectives spécifiques des acteurs clés. Chaque groupe de discussion se réunira pendant une heure avec les consultants en charge du processus de développement de la stratégie. Les groupes témoins sont les suivants : Afrique Asie Experts communautaires Régions diverses Zones francophones Plaidoyer mondial Recherche et programmation Jeunes activistes Les consultants réaliseront également des entretiens individuels avec quatre coordonnateurs de Partenariats nationaux et organiseront une séance de groupe avec le Groupe de Référence des Membres. En dernier lieu, le personnel du Secrétariat procédera à des consultations avec les membres dans leurs pays lors de visites planifiées. Nous aimerions beaucoup rencontrer les membres dans chaque pays! Néanmoins, en raison du manque de ressources et des contraintes de temps, nous organiserons uniquement des consultations individuelles dans les pays où nous avions déjà prévu de nous rendre. À l heure actuelle, nous prévoyons des consultations en Ouganda, au Népal, durant la consultation sur la loi type de la Communauté de Développement de l Afrique australe (SADC) en Afrique du Sud, au Malawi, ainsi que lors de la formation Tostan au Sénégal, au Kenya et à la conférence Women Deliver au Danemark. Cette liste pourra évoluer en fonctions de nos déplacements. Consultez régulièrement ce site pour plus d informations. Que se passera t il après la consultation? Après avoir recueilli les commentaires des membres, les consultants analyseront les thèmes, les tendances et les priorités émergentes afin d élaborer un document de travail. Ce document sera examiné par le Groupe de Référence des Membres et par les membres réunis en petits groupes.

5 Ce document de travail deviendra l avant projet de la stratégie qui sera examiné par le Conseil d Administration, par le Groupe de Référence des Membres et par les membres réunis en petits groupes. Comment les participants des groupes témoins ont ils été choisis? Les participants aux groupes témoins ont été identifiés par le secrétariat de Filles, Pas Epouses en se basant sur les connaissances et l'interaction avec les organisations membres de Filles, Pas Epouses. Globalement, les participants aux groupes de discussion représentent une section transversale de membres issus de différents pays, régions, et approches programmatiques. Critères pour les groupes témoins : Un mélange de membres anciens et de nouvelles voix Un niveau mixte d'engagement avec Filles, Pas Epouses Une diversité de types d'organisation / acteurs : par exemple d ONG internationales / organisations locales, recherche / plaidoyer / programmatique, positionnement géographique, organisations menées par des jeunes. Une diversité de compétences / approches au sein du domaine d intervention désigné du groupe. Une compétence linguistique (pour des raisons logistiques, tous les groupes témoins se dérouleront en anglais. Nous avons créé un groupe distinct pour les membres francophones). Je ne suis pas membre de Filles, Pas Epouses, comment puis je y participer? Comme ce processus vise à définir la prochaine stratégie du Partenariat Filles, Pas Epouses, le processus de consultation est largement axé sur le recueil des commentaires des organisations membres. Cependant, nous apprécions l expertise et les perspectives d autres acteurs du mouvement plus large visant à mettre fin au mariage des enfants et prévoyons de réaliser jusqu à 20 entretiens avec des parties prenantes externes. La consultation n est pas ouverte au public. Pourquoi la consultation se fait elle uniquement en anglais et en français? Puis je utiliser une autre langue pour y participer? Le français et l anglais sont les deux langues de travail officielles du secrétariat de Filles, Pas Epouses. Bien que nous reconnaissions que l usage d autres langues pendant la consultation renforcerait les possibilités de participation de certains membres, nos ressources et nos capacités ne nous le permettent malheureusement pas. Quelles sont les personnes qui font partie du Groupe de Référence des Membres? Quel est leur rôle? Comment ont elles été choisies? En tant que partenariat mondial, Filles, Pas Epouses est convaincu que le changement social ne peut s opérer sans l engagement et l intervention de ses membres, comme le témoignent la Déclaration de mission et les Principes d adhésion de l organisation. Ce n est que par le biais des contributions actives et diverses des membres que Filles, Pas Epouses pourra atteindre ses objectifs. Nous devons donc nous assurer que l expertise, les connaissances et la perspicacité de nos membres orientent le processus et le contenu de la nouvelle stratégie de façon régulière et soutenue. Pour ce faire, un Groupe de Reference des Membres [lien bio et TOR] composé d une

6 diversité de membres de Filles, Pas Epouses à travers différences régions géographies, avec des expertises dans différents secteurs sur différentes approches et a de multiples niveau du niveau communautaire au niveau international. Le groupe conseillera le secrétariat sur le processus proposé pour développer la Stratégie. Il contribuera à l analyse également à l analyse des résultats de la consultation et aux divers documents de travail. Ces idées seront analysées pour identifier les thèmes, les tendances, les opportunités et les domaines potentiels et seront examinées plus en détail. Ces thèmes contribueront à éclairer et à définir les priorités stratégiques et les objectifs de la nouvelle stratégie, qui guidera le travail du Partenariat dans son ensemble ainsi que celui du secrétariat et des membres pour les années à venir. De plus amples informations sur le processus sont disponibles sur notre site. Les membres seront choisis par le secrétariat de Filles, Pas Epouses par voie d un processus ciblé et basé sur des critères de sélection précis. Vous trouverez de plus amples informations concernant le Groupe de Référence des Membres, y compris ses participants et les Termes de référence ici. Je suis membre de Filles, Pas Epouses et je n ai pas été invité à participer au sondage en ligne. Nous espérons que ce sondage en ligne nous permettra de prendre en compte les opinions de chaque organisation membre. Néanmoins, pour des raisons d ordre pratique et par manque de ressources, nous ne pouvons pas recueillir les commentaires de chaque collaborateur au sein de chaque organisation. Nous ne pouvons pas non plus recueillir le point de vue des personnes qui s intéressent à la question du mariage des enfants mais ne sont pas membres de Filles, Pas Epouses. Pour cibler notre action, nous avons envoyé un invitant à participer au sondage un maximum de trois contacts principaux au sein de chaque organisation membre. Cet a été adressé au point de contact principal de l organisation pour Filles, Pas Epouses. Si vous êtes la principale personne travaillant sur le mariage des enfants au sein de votre organisation, ou le principal point de contact pour Filles, Pas Epouses et n avez pas reçu le lien vers le sondage après le lancement, veuillez nous écrire à l adresse suivante : Puis je remplir le sondage hors ligne ou à l écrit? Pour des raisons relatives aux ressources et aux capacités, nous vous encourageons à répondre au sondage en ligne via le lien SurveyMonkey. Si vous n êtes pas en mesure de répondre au sondage en ligne (par exemple, si vous avez une mauvaise connexion Internet), contactez nous et nous vous enverrons une copie du sondage. Vous devrez ensuite l envoyer à l adresse : Dois je répondre à l enquête en ligne à titre personnel ou au nom de mon organisation? Tous les participants sont invités à répondre aux questions de leur point de vue individuel, ou s ils le souhaitent peuvent organiser une discussion avec leurs collègues pour se mettre d accord sur les réponses qu ils fourniront au nom de leur organisation. Si vous prévoyez une discussion avec vos collègues, vous pouvez télécharger les questions du

7 sondage ici : Français et Anglais. Nous vous demandons ensuite de répondre au sondage en ligne. J ai une question qui n apparaît pas dans cette liste de questions. Pour toute question supplémentaire, envoyez un à Veuillez indiquer que votre concerne le «processus de développement de la Stratégie» dans la ligne d objet de votre .

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Ce sondage est un outil qui cherche à inciter une réflexion individuelle ou de groupe à propos des priorités futures du RLISS de Mississauga Halton.

Ce sondage est un outil qui cherche à inciter une réflexion individuelle ou de groupe à propos des priorités futures du RLISS de Mississauga Halton. INTRODUCTION Le RLISS de Mississauga Halton s engage à recevoir l opinion de ses résidents. Vos commentaires seront utilisés par le RLISS de Mississauga Halton pour mettre à jour le plan d intégration

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

CONSULTATIONS COMMUNAUTAIRES 2014-2015

CONSULTATIONS COMMUNAUTAIRES 2014-2015 CONSULTATIONS COMMUNAUTAIRES 2014-2015 RAPPORT DE SYNTHÈSE Est de Terre-Neuve Ouest de Terre-Neuve Labrador TABLE DES MATIERES 1. Introduction... 3 2. Portrait de la population répondante... 4 3. Les avis

Plus en détail

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Questions 1) Quelle longueur doit avoir la lettre d accompagnement et quel doit être son contenu? 2) Pouvez-vous m envoyer un exemple

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS : SONDAGE 2015 SUR L EFFICACITÉ MENÉ AUPRÈS DES INTERVENANTS

FOIRE AUX QUESTIONS : SONDAGE 2015 SUR L EFFICACITÉ MENÉ AUPRÈS DES INTERVENANTS FOIRE AUX QUESTIONS : SONDAGE 2015 SUR L EFFICACITÉ MENÉ AUPRÈS DES INTERVENANTS Cette FAQ est préparée à l intention des titulaires de permis et des exploitants de maisons de retraite. Objectif du sondage

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Un partenaire pour assurer une éducation de qualité pour tous en Afrique «Je n ai jamais encore rencontré de donateur comme celui-ci : il écoute

Plus en détail

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Ont répondu (8à 9 membres/14) : Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF), Centre de formation régionale de Lanaudière (CFRL)

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS AVANT-PROPOS 1. Le Programme des cadres dirigeants (PCD) est un programme de séminaire en résidence de quatre jours et demi à l intention des officiers

Plus en détail

Ce chapitre offre un aperçu du processus de

Ce chapitre offre un aperçu du processus de Identification des be Introduction Ce chapitre offre un aperçu du processus de planification qui sert à déterminer les besoins des réfugiés, des apatrides et des autres personnes relevant de la compétence

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez,

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Traduction de la lettre d introduction 23 janvier 2015 Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Au nom de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU ),

Plus en détail

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ARCHIVES INFORMATION DOCUMENTATION ET RELATIONS PUBLIQUES TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT TECHNIQUE

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP)

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP) Strategié de renforcement du potentiel de recherche dans les pays en développement via l octroi de bourses pour la formation à la recherche et pour la réintégration Bourses de Formation à la Recherche

Plus en détail

Association des juristes de justice. Lignes directrices sur les médias sociaux

Association des juristes de justice. Lignes directrices sur les médias sociaux Association des juristes de justice Lignes directrices sur les médias sociaux Le 11 octobre 2013 1 Table des matières 1.0 Lignes directrices de l AJJ en matière de médias sociaux 2.0 Conditions d utilisation

Plus en détail

COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS

COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS COMMISSION MIXTE INTERNATIONALE COMITÉ DE GESTION ADAPTATIVE DES GRANDS LACS ET DU FLEUVE SAINT-LAURENT DES CONSEILS DE CONTRÔLE DES GRANDS LACS DIRECTIVE INTRODUCTION Au cours du siècle passé, la Commission

Plus en détail

REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES

REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES Juin 2014 TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... iii CARTE DU BURUNDI... iv SIGLES ET ABREVIATIONS... v RESUME EXECUTIF... vii CHAPITRE I : INTRODUCTION...

Plus en détail

Se former à l IIPE en planification & gestion de l éducation

Se former à l IIPE en planification & gestion de l éducation Institut international de planification de l éducation (IIPE) Un centre d excellence international en planification de l éducation Se former à l IIPE en planification & gestion de l éducation Votre formation

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

Auto-Diagnostic. en Développement Durable

Auto-Diagnostic. en Développement Durable Auto-Diagnostic en Développement Durable GOUVERNANCE ET GESTION RESPONSABLE La gestion responsable implique d organiser les actions en intégrant tous les autres principes. Il s agit de Repenser avant d

Plus en détail

Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil

Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil Commission de l Union africaine Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil République de Côte d Ivoire

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

FORMER DES LEADERS EFFICACES POUR DES SYSTÈMES DE SANTÉ PLUS SOLIDES

FORMER DES LEADERS EFFICACES POUR DES SYSTÈMES DE SANTÉ PLUS SOLIDES OUTILS ET APPROCHES FORMER DES LEADERS EFFICACES POUR DES SYSTÈMES DE SANTÉ PLUS SOLIDES Des systèmes de santé plus solides. Un meilleur impact sur la santé. PHOTOS: SYLVIA VRIESENDORP (GAUCHE), AFGHANISTAN

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

Résultats du sondage en ligne

Résultats du sondage en ligne Résultats du sondage en ligne Octobre 2012 Sondage SwissCommunity.org Avec 4 090 réponses sur un total de 13 000 membres, c est presque un tiers de l ensemble des membres de la plate-forme qui y ont répondu.

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Bureau de développement des télécommunications (BDT)

Bureau de développement des télécommunications (BDT) Bureau de développement des télécommunications (BDT) Réf.: BDT/POL/HCB/DM/026 Genève, le 08 avril 2011 Contact: Diadié Touré, Conseiller Principal, UIT Dakar, Sénégal Téléphone: +221 33 822 80 18/20 Administrations

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

La prématernelle La Boîte à Surprises (École La Mission) 46 Heritage Drive Saint-Albert, AB T8N 7J5 Tél: (780) 459-9568 lm@centrenord.ab.

La prématernelle La Boîte à Surprises (École La Mission) 46 Heritage Drive Saint-Albert, AB T8N 7J5 Tél: (780) 459-9568 lm@centrenord.ab. La prématernelle La Boîte à Surprises (École La Mission) 46 Heritage Drive Saint-Albert, AB T8N 7J5 Tél: (780) 459-9568 lm@centrenord.ab.ca Complément du formulaire d inscription 2015-2016 Ce formulaire

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques COMMUNIQUÉ DE PRESSE Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques Processus à quatre étapes avec une participation importante des souscripteurs

Plus en détail

Note de service. Destinataires : George Zegarac Sous-ministre. Expéditeur : Date : Le 30 octobre 2014

Note de service. Destinataires : George Zegarac Sous-ministre. Expéditeur : Date : Le 30 octobre 2014 Ministry of Education Deputy Minister Mowat Block Queen s Park Toronto ON M7A 1L2 Ministère de l Éducation Sous-ministre Édifice Mowat Queen s Park Toronto ON M7A 1L2 Note de service Destinataires : Expéditeur

Plus en détail

COMPILATION D APPRENTISSAGE POUR LA COMMUNICATION SOCIALE ET DE COMPORTEMENT

COMPILATION D APPRENTISSAGE POUR LA COMMUNICATION SOCIALE ET DE COMPORTEMENT COMPILATION D APPRENTISSAGE POUR LA COMMUNICATION SOCIALE ET DE COMPORTEMENT Les C Modules : Documents d Apprentissage pour la Communication pour le Changement social et comportemental (CCSC) Projet de

Plus en détail

MODE D EMPLOI. Plateforme de réflexion et de recherche de la CIDEGEF pour un modèle de management francophone

MODE D EMPLOI. Plateforme de réflexion et de recherche de la CIDEGEF pour un modèle de management francophone MODE D EMPLOI Plateforme de réflexion et de recherche de la CIDEGEF pour un modèle de management francophone 1 S INSCRIRE À LA PLATEFORME CIDEGEF Si vous n êtes pas encore inscrit à la plateforme, rien

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

Guide de rédaction Politique d utilisation des médias sociaux. Note : Il est important d adapter votre politique selon vos besoins et votre réalité.

Guide de rédaction Politique d utilisation des médias sociaux. Note : Il est important d adapter votre politique selon vos besoins et votre réalité. Guide de rédaction Politique d utilisation des médias sociaux Note : Il est important d adapter votre politique selon vos besoins et votre réalité. 24 janvier 2012 Page 2 Guide de rédaction Politique d

Plus en détail

Executive Education. Afrique Océan Indien

Executive Education. Afrique Océan Indien Executive Education Afrique Océan Indien 2 3 Relever les défis, préparer l avenir Depuis sa création en 1995, Analysis est animé par la volonté d accompagner les entreprises et les institutions de la région

Plus en détail

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR Photo by: Ryan Carter, Philip Cheung / Crown Prince Court - Abu Dhabi Le Prix Zayed de l énergie du futur, lancé en 2008 et géré par Masdar, représente la vision

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

La Formule pour la réussite des satellites de club

La Formule pour la réussite des satellites de club La Formule pour la réussite des satellites de club COMMENT LANCER UN SATELLITE Vous voulez rendre votre club encore plus pratique, gratifiant et attrayant pour les membres potentiels et les membres actuels?

Plus en détail

Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies

Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies Accès à l eau potable et à l assainissement dans les Andes du Sud en Equateur Région de Saraguro-Oña ecobeton

Plus en détail

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures Bourse de recherche Jeff Thompson Politique et procédures Table des matières Objet et contexte... 2 Financement... 2 Candidats admissibles... 3 Processus de sélection et d attribution de la bourse... 4

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé RÉSUMÉ À l automne 2013, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a adopté la loi

Plus en détail

21st Century Town Meeting

21st Century Town Meeting MÉTHODES PARTICIPATIVES Un guide pour l utilisateur 21st Century Town Meeting Colophon Méthodes participatives. Un guide pour l utilisateur 21st Century Town Meeting Ce document est un extrait de la publication

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire

Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire Association des centres de santé de l Ontario Bureau de la direction des projets

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

Foire aux questions. 2. Quand MusicMark a- t- elle été lancée?

Foire aux questions. 2. Quand MusicMark a- t- elle été lancée? Foire aux questions MUSICMARK 1. Qu est- ce que MusicMark? MusicMark est une collaboration entre l ASCAP, BMI et la SOCAN dans le but d améliorer leur efficacité et l expérience générale des membres. 2.

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l agglomération de Montréal Novembre 2014 Mémoire sur le

Plus en détail

Contexte et mandat. Politique nationale de la ruralité 2007-2014 :

Contexte et mandat. Politique nationale de la ruralité 2007-2014 : Contexte et mandat Politique nationale de la ruralité 2007-2014 : mise en place du groupe de travail sur les communautés dévitalisées Mandat : Recenser l information existante et pertinente pour les communautés

Plus en détail

RÉPARTI EN FONCTION DES BUDGETS $ 9 - $ 2014-15 RAPPORT ANNUEL)

RÉPARTI EN FONCTION DES BUDGETS $ 9 - $ 2014-15 RAPPORT ANNUEL) Faits en bref au sujet du RCDR 2015 Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités déterminé à élargir le contenu numérique pour les activités de recherche

Plus en détail

La politique environnementale de Computershare

La politique environnementale de Computershare La politique environnementale de Computershare Computershare est un chef de file mondial en matière de transfert de titres, de régimes d employés à base d actions, de sollicitation de procurations et d

Plus en détail

Etre gestionnaire d une maison médicale

Etre gestionnaire d une maison médicale Cahier Etre gestionnaire d une maison médicale Fabienne Saint-Amand, in rmière sociale, gestionnaire à la maison médicale Espace Santé. Mots clefs : maison médicale, gestion, interdisciplinarité, métier.

Plus en détail

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant LES QUESTIONS PROPRES À L ÉTUDIANT 4 Ai-je bien identifié mes besoins de formation et d'encadrement et les objectifs que je désire atteindre

Plus en détail

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Michael Dickmann Emma Parry Ben Emmens Christine Williamson Septembre 2010 People In Aid Cranfield University, School of Management

Plus en détail

GlaxoSmithKline Biologicals

GlaxoSmithKline Biologicals GSK Biologicals en route vers la facturation électronique Madame, Monsieur GSK Biologicals s est engagé à améliorer continuellement son niveau de service et d efficacité. Un des aspects de cet effort consiste

Plus en détail

Bienvenue à notre sondage en ligne pour l examen du Code canadien de déontologie professionnelle des psychologues

Bienvenue à notre sondage en ligne pour l examen du Code canadien de déontologie professionnelle des psychologues Bienvenue à notre sondage en ligne pour l examen du Code canadien de déontologie professionnelle des psychologues Conformément à l engagement de la Société canadienne de psychologie (SCP) d effectuer des

Plus en détail

EXEMPLE DE FORMULAIRE D ÉVALUATION 2015

EXEMPLE DE FORMULAIRE D ÉVALUATION 2015 EXEMPLE DE FORMULAIRE D ÉVALUATION 2015 (CONFIDENTIEL UNE FOIS REMPLI) INTRODUCTION : Le processus d obtention du titre de médecin gestionnaire certifié du Canada (Canadian Certified Physician Executive

Plus en détail

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes Les engagements de la Belgique La loi sur la coopération internationale de 1999 institue l égalité

Plus en détail

Dotation en personnel, location et couverture des bureaux décentralisés

Dotation en personnel, location et couverture des bureaux décentralisés Groupes de travail I, II et III du CoC-EEI 23 juillet 2009 Dotation en personnel, location et couverture des bureaux décentralisés 1. La présente note rend compte des travaux en cours concernant la décentralisation,

Plus en détail

VACANCY ANNOUNCEMENT: ADMINISTRATEUR DE PROGRAMME (EVAL-HEALTH)- NO.VA/NPCA/11/23

VACANCY ANNOUNCEMENT: ADMINISTRATEUR DE PROGRAMME (EVAL-HEALTH)- NO.VA/NPCA/11/23 www.nepad.org info@nepad.org Tel: +27 (0) 11 256 3600 Fax: +27 (0) 11 206 3762 P.O. Box 1234 Halfway House 1685 Midrand, Johannesburg South Africa VACANCY ANNOUNCEMENT: ADMINISTRATEUR DE PROGRAMME (EVAL-HEALTH)-

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE Date: 10 Novembre 2014 Pays: TUNISIE Description de la consultation: RECRUTEMENT D UN CONSULTANT NATIONAL EXPERT SOCIETE CIVILE Nom du projet: JUSTICE TRANSITIONNELLE

Plus en détail

2012, Direction des services aux familles des militaires (DSFM)

2012, Direction des services aux familles des militaires (DSFM) 2012, Direction des services aux familles des militaires (DSFM) TABLE DES MATIÈRES Présentation du sondage aux fins de l approbation du Comité d examen de la recherche en sciences sociales...4 Suggestions

Plus en détail

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Institut Ludwig Boltzmann de sociologie de la santé et de la médecine Avril 2001 Introduction

Plus en détail

Le CESAG a pour mission de contribuer, par la formation, la recherche et le conseil, au renforcement des

Le CESAG a pour mission de contribuer, par la formation, la recherche et le conseil, au renforcement des Mission du CESAG Le CESAG a pour mission de contribuer, par la formation, la recherche et le conseil, au renforcement des capacités de gestion dans la sous-région. Il met à la disposition des économies

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire de comportement sédentaire Contexte Au cours des dernières décennies, le niveau d activité physique et de condition physique des Canadiennes et Canadiens a diminué. Or, faire régulièrement de l activité

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Étude sur la monnaie numérique

Étude sur la monnaie numérique Étude sur la monnaie numérique Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et Opérations Association des banquiers canadiens Prononcée devant le Comité sénatorial des banques et

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties ICC-ASP/6/INF.3 Distr.: générale 4 décembre 2007 FRANÇAIS Original: Anglais Sixième session New York 30 novembre - 14 décembre 2007 Conférence de

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail