TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE"

Transcription

1 TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

2 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN ou ARN : - PCR (point final, temps réel ) - séquençage 2 - DIAGNOSTIC INDIRECT : la réponse immunitaire dosage des anticorps dirigés contre le virus - ELISA - Western Blot - Fixation du Complément - mesure de l avidité des IgG

3 DIAGNOSTIC DIRECT Prélèvements sur milieu de transport LBA Urines Liquide amniotique Sécrétions naso-pharyngées Ecouvillon nasal

4 Diagnostic direct : Immunofluorescence sur lame

5 Diagnostic direct : Immunofluorescence VRS Parainfluenza 1 Grippe A HSV

6 Diagnostic direct : immuno-chromatographie

7 Cultures de virus

8 Cultures de virus Isolement du virus sur culture cellulaire Rappel : virus = parasites intracellulaires obligatoiresne peuvent se multiplier que dans des cellules vivantes 3 systèmes possibles : cellules en culture (le seul utilisé en pratique courante) animal de laboratoire œuf de poule embryonné Recherche, études épidémiologiques Techniques longues, fastidieuses mais reste le procédé de choix pour : établir le diagnostic étiologique de certaines infections virales prouver le caractère infectieux des virus isolés étudier la résistance phénotypique aux antiviraux disponibles réaliser des surveillances épidémiologiques

9 Culture virale Lignée cellulaire : MRC-5 fibroblastes embryonnaires humains de poumon Culture classique et immunocytochimie Incubation 15 jours

10 Cultures de virus

11 Diagnostic direct Isolement du virus sur culture cellulaire : en pratique HSV h Observation d un effet cytopathogène (ECP) Aspect caractéristique de l ECP Type de cellules utilisées Temps d apparition de l ECP CMV VZV Enterovirus cultivables ECHO, Coxsackies B, polio Rhinovirus Adénovirus VRS Grippe Parainfluenza Métapneumo virus 3j à 3 semaines 5-6 j 2j à 8j (2ème passage) 7 à 10j 5-7 j 2 à 7j 7 j 7 à 10j 4 semaines?

12 Effet Cyto-pathogène (ECP) CMV Grippe A VRS HSV

13 Effets cytopathogènes Stade plus avancé ECP: apparait rapidement(2-4 jours) en MRC5 HSV: formation de grosses cellules arrondies souvent groupées initialement en foyers (grappe de raisin) puis envahissant toute la nappe cellulaire foyers lytiques de cellules ballonnisées Actualité de la culture cellulaire et de son application au diagnostic des infections virales Virologie. Volume 8, Numéro 4, , juillet-août 2004, revue

14 Effets cytopathogènes Le virus varicelle zona induit en MRC5 l apparition de cellules irrégulières, toujours disposées en foyer, sous forme de plages granuleuses. Actualité de la culture cellulaire et de son application au diagnostic des infections virales Virologie. Volume 8, Numéro 4, , juillet-août 2004, revue

15 Effets cytopathogènes Le cytomégalovirus donne des foyersde grandes cellules réfringentessans lyse, disposées en «bancs de poisson» Trame cellulaire conservée Actualité de la culture cellulaire et de son application au diagnostic des infections virales Virologie. Volume 8, Numéro 4, , juillet-août 2004, revue

16 Effets cytopathogènes Grandes cellules ovalaires réfringentes, clairsemées «bancs de poisson» Stade plus évolué : tapis en dentelle Actualité de la culture cellulaire et de son application au diagnostic des infections virales Virologie. Volume 8, Numéro 4, , juillet-août 2004, revue

17 Effets cytopathogènes ENTEROVIRUS Cellules arrondies, diminuées de taille. Lyse rapide et complète du tapis cellulaire

18 Effets cytopathogènes VRS Effet cytopathogène du virus VRS (Virus Respiratoire Syncytial) MICHEL (E.) ET COLLABORATEURS Revue Méd. Vét., 2010, 161, 4,

19 Recherche d antigènes précoces ex : CMV Détection rapide du CMV en culture de fibroblastes humains avant l ECP, par peroxydase : immunocytochimie Principe : localisation d antigènes dans des tissus, cellules ou organites cellulaires par utilisation d Ac spécifiques dirigés contre l Ag à détecter, et couplés à des enzymes Noyaux des cellules infectées colorés en brun rouge

20 Immunocytochimie Grippe VRS CMV Adénovirus

21 Diagnostic direct : détection d ADN ou d ARN PCR (Polymerase Chain Reaction)

22 PCR en temps réel

23 Séquençage : analyse de la composition du génome

24 Diagnostic indirect Sérologie ELISA (Enzyme Linked Immuno Sorbent Assay)

25 Western-Blot Application au VIH

26 Virus de l immunodéficience humaine VIH Outils du diagnostic de l infection VIH Diagnostic sérologique Direct ou indirect Mise en évidence des anticorps anti-vih et/ou de l antigène p24 Tests de dépistage ELISA ou tests diagnostiques rapides (TDR) Tests de confirmation Western Blot ou ImmunoBlot Diagnostic moléculaire Mise en évidence des acides nucléiques par PCR ARN viral plasmatique (CV HIV) quantitative ADN proviral (ST/PBMCs/CG) qualitative ou quantitative Culture virale Isolement par co-culture à partir des cellules mononuclées du sang périphérique

27 Évolution des marqueurs virologiques du VIH après contamination, sans traitement Apparition des anticorps 21 jours après la contamination et western-blot sensible au 28 ème jour

28 Virus de l immunodéficience humaine VIH Diagnostic de l infection VIH Chez l adulte et l enfant > 18 mois Diagnostic sérologique + moléculaire + culture (en cas de suspicion de primo-infection ou variants particuliers) Chez le nouveau-né et le nourrisson < 18 mois Diagnostic moléculaire (+++ détection de l ADN proviral) + culture (variants particuliers)

29 Dépistage : Western-blot: place dans le diagnostic du VIH Diagnostic biologique d une infection par le virus de l'immunodéficience humaine Technique ELISA de détection combinée des anticorps anti-vih 1 et 2 et de l'antigène p24 du VIH 1 Si dépistage positifwestern blot : WB positif = confirmation et differentiation infection à VIH 1 et 2 WB négatif ou douteuxantigène p24 et recherche de l ARN du VIH possible

30 Western-blot: principe Test de confirmation du VIH Détection d'anticorps humains anti-vih, dirigés spécifiquement contre des protéines du virus, dans le sérum du malade

31 Schématisation des western-blot VIH-1 et VIH-2 Précurseur des gp d env Critères de positivité des WB VIH Précurseur de protéines GAG TI intégrase Protéine de matrice TI Protéine de capside OMS : HIV-1 : 2 bandes ENV ANAES 2000 : HIV-1 : 2 bandes ENV + 1 GAG ou 1 POL

32 Profils de WB VIH-1 en fonction du stade de la maladie Début de séroconversion Evolution de la maladie D'après Cours IMEA 2010 Pr françois Simon

33 Organisation de la séance de TP Installation par groupe de 3 personnes 5 minutes Présentation: 20 minutes Observation des ECP/ ICC Préparation de cas (1/groupe) Quizz: Reconnaissance mystère Présentation des cas 45 minutes Nettoyage des paillasses Rangement salle Remise des comptes-rendus (1/ groupe) 5 minutes

34 Cas cliniques western-blot VIH

35 Cas 1 C-F Homme, 44 ans Urgences: Détresse respiratoire avec tableau de SDRA dans un contexte de syndrome grippal depuis 15 jours Scanner: -Atteinte parenchymateuse pulmonaire diffuse essentiellement à type de verre dépoli et kystes pulmonaires Transfert en réanimation pour poursuite de prise en charge: -Sérologie VIH dépistage positive Test combiné = 235 (seuil de positivité >1) -Diagnostic de pneumocystose sur le LBA Test de confirmation (ci-contre) CD4 = 92/µL (VN: /µL) % CD4 = 7% (VN:31-52%) CD4/CD8 = 0,08 (VN: 1,10 2,90) VIH-2 T+ fort T+ faible Témoin neg Patient

36 Cas 1 C-F (suite) 1/ Le patient est-il infecté? Si oui, à quelle stade? 2/Quel bilan complémentaire demandez-vous au laboratoire de Virologie dans ce contexte? VIH-2 T+ fort T+ faible Témoin neg Patient

37 Cas 2 SMD Jeune, 23 ans Vient au Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit (CDAG) Le 21/01/15 -Sérologie VIH dépistage positive Test combiné = 1,14 (seuil de positivité >1) -Test de confirmation (ci-contre) 1/ Le patient est il infecté? Si oui, à quelle stade? 2/Quel marqueur sérologique pourrait être utile dans ce cas? 3/Quelle est la conduite à tenir? VIH-2 T+ fort T+ faible Témoin neg Patient

38 Cas 2 (suite) Revient le 21/02/15 au CDAG Sérologie VIH dépistage positive: -Test combiné = 1,13 (seuil de positivité >1) Test de confirmation (ci-contre) 4/ Pourquoi avoir attendu 1 mois avant de refaire la sérologie? 5/ Quelle est votre conclusion? VIH-2 T+ fort T+ faible Témoin neg Patient

39 Cas 3 KM Femme, 32 ans Consulte le 24/02/15 Pour fièvre, éruption, angine -Sérologie VIH dépistage positive Test combiné = 3,65 (seuil de positivité >1) -Test de confirmation (ci-contre) 1/La patiente est-elle infectée? 2/Quel(s) marqueur(s) virologique(s) devezvous demander pour compléter le bilan? 3/Quel est votre hypothèse diagnostique dans le cas ou ces marqueurs se révèlent positifs? VIH-2 T+ fort T+ faible Témoin neg Patient

40 Cas 4 TI Nourrisson de 1 an né de mère infectée par le VIH-1 Test de dépistage combiné VIH = 7.5 Mère sous traitement antirétroviral avec un bon contrôle immuno-virologique Antériorités: -Recherche directe du VIH par biologie moléculaire négative à J7, M1, M3 et M6 1/Comment interprétez-vous ce bilan sérologique? 2/Qu apportent les recherches effectuées à J7, M1, M3 et M6? 3/Un prélèvement de contrôle est-il nécessaire? Si oui, sous quel délai? 4/ Quels sont les objectifs du traitement chez la mère? VIH-2 T+ fort T+ faible Témoin neg Patient

41 Cas 5 PJP Homme de 55 ans, bisexuel, consulte son médecin traitant pour une asthénie persistante. Sérologie VIH négative en Le 4/07/14: Sérologie VIH dépistage positive: -Test combiné = 1479 (seuil de positivité >1) Test de confirmation (ci-contre) 1/ Le patient est il infecté? Si oui, à quelle stade? 2/Quel bilan complémentaire demandez-vous au laboratoire de Virologie dans ce contexte? VIH-2 T+ fort T+ faible Témoin neg Patient

42 PM GENE Cas gp160 Env gp120 Env Date: Groupe: Noms: p66 p55 p51 p39 gp41 Pol Gag Pol Gag Env Réponse p31 p24 p17 Pol Gag Gag

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Janvier 2012 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE Laboratoire de Virologie Professeur FLEURY isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Février 2015 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE UMR CNRS MFP Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

Opacités parenchymateuses hétrogènes non systématisées à contours flous; prédominance périhilaire et dans les régions supérieures

Opacités parenchymateuses hétrogènes non systématisées à contours flous; prédominance périhilaire et dans les régions supérieures Femme 32 ans, obèse, détresse respiratoire aiguë subfébrile avec mise sous oxygène au masque à 50%. Apparition progressive des symptômes sur plusieurs jours. Test diagnostic grippe A positif. Lymphopénie

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales.

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales. TITRE : TOGAVIRIDAE : LE VIRUS DE LA RUBEOLE Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU A la fin du cours, l étudiant doit être capable de : Définir les caracteristiques virologiques,

Plus en détail

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD 5 e réunion viro-clinique inter-corevih «VIH, cultures et thérapeutiques» Marie Leoz, 23 mars 2013 PRÉLÈVEMENT SUR BUVARD : C EST QUOI? POURQUOI? Mode alternatif de

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives.

Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives. Correction Bac 2009 Introduction : Les principes de la phylogénie : Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013 MIE 20. Diagnostic et suivi des infections per placentaires (pathologie congénitale) et du per partum (infection néonatale): le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item

Plus en détail

Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites

Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites DUACAI Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 1.2 Table des matières

Plus en détail

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand?

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Dr. Ilka Engelmann Laboratoire de Virologie, Pôle Biologie Pathologie Génétique, CHRU de Lille EA3610, Université Lille 2

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Date d application : 09/09/2008 Approbateur(s) Dr V Gandemer, Responsable d Unité. N de version du document : 1 Gestionnaire : N.

Date d application : 09/09/2008 Approbateur(s) Dr V Gandemer, Responsable d Unité. N de version du document : 1 Gestionnaire : N. Unité d onco-hématologie pédiatrique IT 3.3.2.9 version n 1 page 1/7 Unité d onco-hématologie pédiatrique Prendre en charge des infections virales autres que le CMV chez le patient greffé Codification

Plus en détail

Date : 05/11/2015 Fonction : Chef de service Nom : MERENS Audrey Visa : Informatique

Date : 05/11/2015 Fonction : Chef de service Nom : MERENS Audrey Visa : Informatique moléculaire microbiologique BMM Page : 1 / 12 VERSION COMMENTAIRE DATE 1 Création 05/11/2015 Rédaction Vérification Approbation Validation Date : 02/11/2015 Fonction : Adjoint Nom : DELAUNE Déborah Visa

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Varicelle et grossesse Atelier Siemens, Mai 2013 L. Grangeot-Keros, Centre National des Infections rubéoleuses materno-fœtales Hôpital Paul Brousse, Villejuif

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

Pneumocystose (Evaluations)

Pneumocystose (Evaluations) Pneumocystose (Evaluations) Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/4 : Parmi les propositions suivantes concernant la pneumocystose, la ou lesquelles sont vraies? A - La pneumocystose se

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Virus et grossesse. Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille

Virus et grossesse. Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille Virus et grossesse 5A Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 2014 2.0 Table des matières I - Exercice : Dossier clinique

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH Agrément FMC N 100 168 39 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4 au 8 oct 2010 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Mme Béatrice

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes La famille des Herpesviridae comporte une centaine d espèces virales dont 8 sont responsables d infections strictement humaines : HSV-1 et -2, VZV, CMV, HHV6, EBV, HHV7 et HHV8. Ce sont des virus enveloppés

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales Infections virales materno-foetales Infections congénitales Le virus de la rubéole Famille : Togaviridae Genre : Rubivirus Espèce : Rubella virus Génome ARNsb(+) Capside icosaédrique 60-70 nm Virus enveloppé

Plus en détail

!!!!!! !!!!!!!!!! Diagnostic virologique des infections virales respiratoires!

!!!!!! !!!!!!!!!! Diagnostic virologique des infections virales respiratoires! UE9 Agents infectieux Mercredi 29 janvier 2014 15h30-16h30 Pr Simon RT: agathe Hercent RF: Nadia Guezour Diagnostic virologique des infections virales respiratoires 1 sur 14 Plan: I) Virus responsables:

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Pr Ag Rym Ben Abdallah Laboratoire Parasitologie-Mycologie Institut Pasteur Tunis Rappel théorique INTRODUCTION - Zoonose - Due à un

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION)

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 ITEM N 20 : DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres. 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy

Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres. 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy 1 Les virus et Syndromes respiratoires Problématique

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 1 Diagnostic & suivi des infections virales - Définitions Identifier la nature et la cause d une infection Est-ce une infection virale? Quel

Plus en détail

Stratégie développée par le virus de la rage pour échapper au système INF I

Stratégie développée par le virus de la rage pour échapper au système INF I BMC 403- artiel du 22-12-2006 - Sujet de Microbiologie (1heure) Répondre aux différentes questions dans les cadres destinés à cet effet Stratégie développée par le virus de la rage pour échapper au système

Plus en détail

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes)

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes) Les virus(acaryotes) Le virus I-Généralités : Le virus (cellule acaryote) est une entité biologique incapable de se reproduire de façon autonome, nécessitant une cellule hôte, dont il utilise les constituants

Plus en détail

PULMOTESTS (Tests ELISA respiratoires antigéniques)

PULMOTESTS (Tests ELISA respiratoires antigéniques) PULMOTESTS (Tests ELISA respiratoires antigéniques) BIO K 341/2-336/1-335/1-337/1-340/2-340/5 Mycoplasma bovis - BRSV - BoHV-1 - BVDV - TETRA Les affections respiratoires constituent chez les bovins un

Plus en détail

Notions de Virologies : Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE

Notions de Virologies : Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE Notions de Virologies : Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE Notions de Virologies : Pourquoi travailler sur les virus? Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE Notions de Virologies : Pourquoi travailler sur les virus?

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE 1- Question de synthèse (6 points) Au Nord du Pérou, on peut observer

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Laboratoire de Virologie

Laboratoire de Virologie Laboratoire de Virologie Secteurs d activité Localisation labo - lieux réceptions échantillons (n bâtiment GHPS) Horaires réception échantillons Du lundi au vendredi samedi Dimanche et jours fériés N téléphone

Plus en détail

Infections aiguës respiratoires

Infections aiguës respiratoires Infections aiguës respiratoires Apport de la biologie moléculaire Marie-Claude Bernard D I symposium infections aiguës respiratoires 29/03/05 - p.1 Le diagnostic Culture EIA ICT (immunochromato) Immuno

Plus en détail

Diagnostic biologique des maladies infectieuses

Diagnostic biologique des maladies infectieuses Diagnostic biologique des maladies infectieuses Maria Mamani Matsuda maria.mamani-matsuda@u-bordeaux.fr 20 janvier 2016 Pour... Pourquoi identifier l agent infectieux? définir le traitement comprendre

Plus en détail

Gestion d épidémies Norovirus et Influenza

Gestion d épidémies Norovirus et Influenza Gestion d épidémies Norovirus et Influenza Ch. Laurent CHR Sambre et Meuse-Site Meuse Mesures en cas d épidémie Identification rapide d un possible phénomène épidémique Equipe soignante (Microbiologie,

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

L objectif général du réseau est la surveillance du syndrome nerveux chez les équidés. Les objectifs spécifiques sont :

L objectif général du réseau est la surveillance du syndrome nerveux chez les équidés. Les objectifs spécifiques sont : OBJECTIFS L objectif général du réseau est la surveillance du syndrome nerveux chez les équidés. Les objectifs spécifiques sont : La détection précoce : - de la ré-émergence de maladies d importance zoonotique

Plus en détail

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE VIRUS de la GRIPPE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation

Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Toxoplasmose (Chap. 124, Chap. 108,

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

Dépistage du VIH chez la femme enceinte. Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+

Dépistage du VIH chez la femme enceinte. Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+ Dépistage du VIH chez la femme enceinte Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+ CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de

Plus en détail

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Diversité génétique des VIH SIVsm SIVgor SIVcpz I Au moins 13 transmissions du singe à l Homme 2 types

Plus en détail

R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue»

R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue» CAS CLINIQUE R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue» J17 de vie : Fièvre aigue chiffrée à 38,5 c + vomissements évoluant 24 heures Notion de contage virale (

Plus en détail

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique.

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique. Méthodes et stratégies de diagnostic virologique marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2014-2015 Méthodes virologiques courantes Méthodes directes : détecter l agent infectieux ou l un de ses composants - infectiosité

Plus en détail

CYTOMEGALOVIRUS (CMV)

CYTOMEGALOVIRUS (CMV) CYTOMEGALOVIRUS (CMV) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Vaccination anti-vhb obligatoire : personnes concernées es 4 Les personnels EXPOSES

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

16/ Infections chez l enfant

16/ Infections chez l enfant SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 16/ Infections chez l enfant I. Epidémiologie des maladies infectieuses en pédiatrie Mortalité infantile aux USA, 1870-1900 Enfant < 5 ans =

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Pathogénèse ou Pathogénie : Étude des causes et du développement des maladies. Désigne aussi le processus suivant lequel une maladie évolue.

Pathogénèse ou Pathogénie : Étude des causes et du développement des maladies. Désigne aussi le processus suivant lequel une maladie évolue. Palliatif : Qui supprime ou atténue les symptômes d une maladie sans agir sur ses causes. Les soins palliatifs sont l ensemble des soins et du soutien destiné à accompagner un malade dont l état général

Plus en détail

Proposition de correction de l épreuve SVT filière scientifique 2009

Proposition de correction de l épreuve SVT filière scientifique 2009 Proposition de correction de l épreuve SVT filière scientifique 2009 La mesure du temps dans l histoire de la Terre et de la Vie. A partir de la coupe géologique synthétique de la carrière de Laize La

Plus en détail

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE

Plus en détail

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de douleurs rebelles et sa fréquence augmente avec l âge après

Plus en détail

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Circulaire n 43/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 novembre 2008 Màj. septembre 2013 C E N T R E d e G E S T I O N d u H A U T - R H I N F O N C T I O N P U B L I Q U E T E R R I T O R I A L E 2 2, rue Wi l s

Plus en détail

Tularémie : diagnostic et traitement. A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie

Tularémie : diagnostic et traitement. A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie Tularémie : diagnostic et traitement A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie CAS CLINIQUE - Homme - 28 ans - ATCD :0 - Métier : Médecin - Séjour de 15 jours en Amérique du sud

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

La grippe aviaire Un risque de pandémie?

La grippe aviaire Un risque de pandémie? La grippe aviaire Un risque de pandémie? Liliane Boitel Octobre 2005 1 Définitions Épidémie grippale : forte augmentation dans l espace et dans le temps des cas de grippe Pandémie grippale : forte augmentation

Plus en détail

Il existe plusieurs types de tests ELISA mais le plus couramment utilisé et celui que nous proposons

Il existe plusieurs types de tests ELISA mais le plus couramment utilisé et celui que nous proposons 14: ELISA La technique de dosage d immunoabsorption par enzyme liée (en anglais Enzyme Linked Immuno Assay) ou ELISA est principalement utilisée en immunologie afin de détecter et/ou doser la présence

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE Juin 2011 Service évaluation des actes professionnels - 1 - Ce texte court est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

INFORMATIONS GENERLES

INFORMATIONS GENERLES Nature Echantillon/ Espèce animale Motif (non exhaustif) Maladie/ Recherche Méthode(s) appliquée(s) Par défaut SERUM Achat Brucellose, Sérologie EAT Brucellose, sérologie EAT+ELISA individuel. Prophylaxie

Plus en détail

PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION

PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PNEUMOPATHIE A HSV DE L IMMUNOCOMPETENT EN REANIMATION Mythe ou réalitr alité? SAINT-LEGER MélanieM

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Cette présentation a été effectuée le 10 mars 2010, au cours de la journée «Qu'avons-nous appris de l'épidémie de la grippe A(H1N1)?» dans le cadre des Journées annuelles de santé publique (JASP) 2010.

Plus en détail

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes préparé par F. Van Bambeke Antiherpétiques - année 2006 1 Propriétes du foscarnet inhibiteur de l AD polymérase

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Concernant les constituants du microscope photonique : A. La lentille la plus

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

JANVIER 2000 SERVICE DES RECOMMANDATIONS ET RÉFÉRENCES PROFESSIONNELLES

JANVIER 2000 SERVICE DES RECOMMANDATIONS ET RÉFÉRENCES PROFESSIONNELLES STRATÉGIES DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE L INFECTION DUE AU VIH CHEZ LES SUJETS ÂGÉS DE PLUS DE 18 MOIS (À L EXCLUSION DU DÉPISTAGE SUR LES DONS DE SANG ET CHEZ LES DONNEURS D ORGANES OU DE TISSUS) JANVIER

Plus en détail

Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière

Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière QUESTIONS/REPONSES Question n 1 LA VACCINATION CONTRE LA PEUT-ELLE ENTRAINER UNE? CAMPAGNE Réponse le vaccin anti-grippal ne contient pas de virus vivant de la grippe et ne peut donc pas déclencher une

Plus en détail

Rôle de Mycoplasma pneumoniae dans les encéphalites pédiatriques

Rôle de Mycoplasma pneumoniae dans les encéphalites pédiatriques Mémoire du DES de pédiatrie, soutenu le 23 Octobre 2008 Rôle de Mycoplasma pneumoniae dans les encéphalites pédiatriques Carine HALFONDOMENECH Université Claude Bernard Lyon1 23 Octobre 2008 HALFONDOMENECH

Plus en détail