ÉDITORIAL. Sommaire REPÈR AGENCE. 05 février 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉDITORIAL. Sommaire REPÈR AGENCE. 05 février 2011"

Transcription

1 Agence d Urbanisme d Agglomérations de Moselle REPÈR AGENCE 05 février 2011 ÉDITORIAL En réunissant, le 7 décembre 2010, les bureaux de nos deux agences, André ROSSINOT et moi-même souhaitions affirmer notre volonté de poursuivre les réflexions menées en commun par l Agence d Urbanisme et de Développement de l Aire Urbaine Nancéienne et l Agence d Urbanisme d Agglomérations de Moselle afin de faire progresser cet espace majeur de la Région qu est le Sillon Lorrain. La préfiguration du Pôle Métropolitain trouve ses premières concrétisations dans la Communauté hospitalière de territoire (CHT) du Sillon Lorrain, l Université de Lorraine ou le rapprochement des opéras-théâtres messin et nancéien : il apparaissait essentiel de confirmer les deux Agences d urbanisme dans leur rôle d ingénierie métropolitaine, cette mutualisation voulue répondant également à l ambition de réaliser des économies d échelles. Il s agira principalement d assistance technique au Pôle mais également de missions d observations s articulant à différentes échelles Sommaire page LA LOI E.N.E. EST ENTREE EN VIGUEUR LE 13 JANVIER La réglementation thermique La réforme de l accession sociale à la propriété 5 stratégiques (Grande Région, SCoT et intercommunalités) et d autre part, d études au service des axes stratégiques du projet, en vue d anticiper les grandes évolutions. L AGURAM accompagne Metz Métropole sur le projet territorial de développement durable que l agglomération messine souhaite élaborer pour ses habitants : le but est d adopter une démarche transversale, basée sur les enjeux et les objectifs fixés par les documents stratégiques à différentes échelles. L AGURAM se concentre donc notamment sur cette démarche primordiale en mobilisant ses compétences au service d une vision commune du futur. Parallèlement, les travaux, tant de planification que d assistance technique urbaine plus large dispensée par l Agence aux communes, seront menés dans le contexte de mise en œuvre des décrets d application de la loi E.N.E. dite loi Grenelle 2 qui s impose désormais. A cet effet, la formation des collaborateurs de l AGURAM aux contraintes posées par celle-ci permettra à l Agence d assumer son rôle de diffusion et d information auprès de ses membres adhérents, dans toutes les composantes de leurs compétences en urbanisme et en aménagement sera donc une année de tous les DEFIS et l équipe de l AGURAM s engage avec énergie sur ces chantiers comme sur toutes les études qui lui sont confiées. Henri Hasser, Président de l AGURAM Le Tableau de Bord Economique de la Communauté de Communes de Maizières-lès-Metz 6 Fiches diagnostic des bâtiments : Hôpital BON SECOURS 8 Appel à projet régional sur la trame verte et bleue 9 Conférence de l aguram sur l autopromotion 10 L agence à l heure du travail collaboratif 11

2 LA LOI E.N.E. EST ENTRÉE EN VIGUEUR LE 13 JANVIER 2011 La loi Engagement National pour l Environnement (loi ENE également appelée loi Grenelle 2), approuvée le 12 juillet 2010 est entrée en vigueur le 13 janvier 2011 sur son volet urbanisme concernant notamment le nouveau contenu des Plans Locaux d Urbanisme (PLU). La publication de plusieurs décrets d application de cette loi est attendue d ici fin > DÉLAIS D INTÉGRATION DANS LES PLU L article 20 de la loi n du 5 janvier 2011 portant diverses dispositions d adaptation de la législation au droit de l Union européenne a précisé les conditions d entrée en vigueur de la loi ENE. Pour ce qui concerne les PLU, les dispositions suivantes sont applicables : > les PLU communaux en cours d élaboration (dont la date de prescription est antérieure au 13 janvier 2011), qui auront été arrêtés avant le 1er juillet 2012 et approuvés avant le 1er juillet 2013, pourront opter pour l application des dispositions antérieures et donc ne pas intégrer immédiatement le nouveau contenu des PLU issu de la loi ENE ; > les PLU approuvés qui n ont pas intégré les nouvelles dispositions de la loi ENE ont jusqu au 1er janvier 2016 pour être mis en conformité avec cette loi ; toutefois, cette mise en conformité est exigée à l occasion de la première procédure de révision prescrite à compter du 13 janvier 2011 ; > à partir du 13 janvier 2011, tout PLU peut intégrer le nouveau contenu défini par la loi ENE ; cette intégration présente toutefois quelques difficultés tant que les décrets d application de la loi n auront pas été publiés ; Il est à noter par ailleurs que les POS et les procédures de gestion des POS n auront pas à intégrer les nouvelles dispositions de la loi ENE. > LES NOUVEAUX OBJECTIFS PORTÉS PAR LA LOI ENE QUI DEVRONT ÊTRE INTÉGRÉS DANS L ÉLABORATION DES PLU Ils ont été préfigurés par la loi Grenelle 1, notamment avec la modification de l article L. 110 du code de l urbanisme Ils sont développés dans les modifications et compléments apportés à l article L du code de l urbanisme La loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l environnement du 3 août 2009 (loi Grenelle 1) a défini les principaux objectifs que la loi ENE aurait en charge de mettre en œuvre concernant l urbanisme et l aménagement. Ils sont notamment identifiés dans les règles générales d aménagement et d urbanisme auxquelles doivent se conformer les prévisions et les décisions d occupation de l espace des collectivités publiques visées à l article L. 110 du code de l urbanisme. Les nouveaux objectifs assignés dans ce cadre concernent : > la réduction des émissions de gaz à effet de serre, > la réduction des consommations d énergie et l économie des ressources fossiles, > la préservation de la biodiversité notamment par la conservation, la restauration et la création de continuités écologiques, > la contribution à la lutte contre le changement climatique et à l adaptation à ce changement. Dans cet article issu de la loi SRU, qui définit les conditions d un urbanisme durable, la loi ENE précise les moyens de remplir certains objectifs : Concernant l objectif d équilibre du développement : En complément du renouvellement urbain, et dans la perspective d un développement urbain maîtrisé, la loi ENE met l accent sur la prise en compte de : > la restructuration des espaces urbanisés, > la revitalisation des centres urbains et ruraux, > la mise en valeur des entrées de villes, et sur la sauvegarde des ensembles urbains et du patrimoine bâti remarquable. En outre, l utilisation économe des espaces naturels, doit désormais mieux s appuyer sur la protection des sites et des milieux naturels. Concernant les objectifs de diversité des fonctions et de réponse suffisante pour répondre aux besoins : Deux nouvelles fonctions sont citées et concernent la satisfaction des besoins en matière d activités touristiques et d équipement commercial. _02_

3 Mais les changements les plus importants concernent les conditions dans lesquelles doit être justifiée la réponse à chacun des besoins, qui doit désormais tenir compte : > des objectifs de répartition géographiquement équilibrée entre emploi et habitat, commerces et services, > d amélioration des performances énergétiques, > de développement des communications électroniques, > de diminution des obligations de déplacements et de développement des transports collectifs. De nouveaux enjeux apparaissent dans l objectif de prise en compte de l environnement : Ils concernent : > la réduction des émissions de gaz à effet de serre, > la maîtrise de l énergie et la production énergétique à partir de sources renouvelables, > la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité, > la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques. > EN CONSÉQUENCE, LE CONTENU DES PRINCIPAUX DOCUMENTS DU PLU DOIT ÉVOLUER La loi, c est une nouveauté, définit le contenu de l ensemble des pièces du dossier d un PLU. Nous présentons ci-après les principales évolutions apportées par la loi, étant entendu que les décrets d application à intervenir, en principe d ici 2012, pourront apporter des précisions complémentaires. Le contenu du rapport de présentation du PLU est complété Son contenu aborde désormais plusieurs thèmes nouveaux : > Il doit présenter une analyse de la consommation des espaces naturels, agricoles et forestiers. > Il doit justifier les objectifs compris dans le projet d aménagement et de développement durables au regard des objectifs de consommation de l espace fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale et au regard des dynamiques économiques et démographiques. > Il peut comporter un échéancier prévisionnel de l ouverture à l urbanisation des zones à urbaniser et de la réalisation des équipements correspondants (L ). Avec la loi ENE, le contenu du projet d aménagement et de développement durable (PADD) est plus précisément encadré > Le PADD définit les orientations générales des politiques d aménagement, d équipement, d urbanisme, de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers, et de préservation ou de remise en bon état des continuités écologiques. > Il arrête les orientations générales concernant l habitat, les transports et les déplacements, le développement des communications numériques, l équipement commercial, le développement économique et les loisirs, retenues pour l ensemble de l établissement public de coopération intercommunale ou de la commune. > Il fixe des objectifs de modération de la consommation de l espace et de lutte contre l étalement urbain. Les orientations d aménagement deviennent des orientations d aménagement et de programmation (OAP) L élaboration d orientations d aménagement et de développement est désormais obligatoire. Elles comprennent des dispositions portant sur : > l aménagement, dans tous les cas, mais uniquement l aménagement lorsque le PLU est élaboré par une commune, > l habitat, lorsque le PLU est élaboré par un EPCI compétent en matière d urbanisme. Dans ce cas, elles tiennent lieu de PLH. > les transports et les déplacements lorsque l EPCI compétent en matière d urbanisme est également autorité organisatrice des transports. Dans ce cas, elles tiennent lieu de PDU. Concernant l aménagement : Les OAP peuvent définir les actions et opérations nécessaires pour mettre en valeur l environnement, les paysages, les entrées de villes et le patrimoine, lutter contre l insalubrité, permettre le renouvellement urbain et assurer le développement de la commune. Elles peuvent comporter un échéancier prévisionnel de l ouverture à l urbanisation des zones à urbaniser et de la réalisation des équipements correspondants. Elles peuvent porter sur des quartiers ou des secteurs à mettre en valeur, réhabiliter, restructurer ou aménager. Elles peuvent prendre la forme de schémas d aménagement et préciser les principales caractéristiques des voies et espaces publics. De nouvelles possibilités d adaptation des dispositions réglementaires apparaissent Le règlement du PLU peut désormais intégrer les dispositions suivantes : > dans des secteurs situés à proximité des transports collectifs existants ou programmés, il peut imposer une densité minimale de construction dans des secteurs qu il délimite ; > il peut, notamment dans les secteurs qu il ouvre à l urbanisation, imposer aux constructions, travaux, installations _03_

4 et aménagements, de respecter des performances énergétiques et environnementales renforcées qu il définit ; > dans les zones naturelles, agricoles ou forestières, le règlement peut délimiter des secteurs de taille et de capacité d accueil limitées dans lesquels des constructions peuvent être autorisées à la condition qu elles ne portent atteinte ni à la préservation des sols agricoles et forestiers ni à la sauvegarde des sites, milieux naturels et paysages. Dans ce cas, le règlement précise obligatoirement les conditions de hauteur, d implantation et de densité des constructions permettant d assurer leur insertion dans l environnement et leur compatibilité avec le maintien du caractère naturel, agricole ou forestier de la zone ; > le règlement peut, notamment dans les secteurs qu il ouvre à l urbanisation, imposer aux constructions, travaux, installations et aménagements de respecter en matière d infrastructures et réseaux de communications électroniques des critères de qualité renforcés qu il définit ; > lorsque les conditions de desserte par les transports publics réguliers le permettent, le règlement peut fixer un nombre maximal d aires de stationnement à réaliser lors de la construction de bâtiments destinés à un usage autre que d habitation ; > en l absence de SCoT, il peut comporter le document d aménagement commercial (DAC) défini au II de l article L du code de commerce. La réglementation thermique 2012 Annoncée dans le Grenelle de l environnement, la réglementation thermique 2012 fixe de nouveaux objectifs en matière de consommation énergétique des bâtiments neufs. Zones géographiques et cœfficient de modulation de la RT2012 La première réglementation thermique (RT) est apparue suite au premier choc pétrolier. Depuis, elle a régulièrement évolué pour atteindre, dans sa version 2012, le seuil des 50 kwh EP /m²/an issu de la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation). Ce seuil est modulé en fonction de la zone géographique, du type de bâtiment et de l altitude. A l instar de la RT 2005, la RT 2012 s articule toujours autour de cinq usages énergétiques : chauffage, climatisation, production d eau chaude sanitaire, éclairage et auxiliaires (ventilation, pompes ). La RT 2012 est précisée par le décret du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des constructions et par l arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences de performance énergétique des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments. Cet ensemble législatif précise les types de bâtiment auxquels s applique la RT 2012, les délais et modalités d application. L ensemble des permis de construire déposés après le 28 octobre 2011 ou le 1 er janvier 2013 pour les bâtiments d habitation hors zone ANRU (cf tableau ci-contre) devront intégrer la RT2012. Le maître d ouvrage doit justifier des méthodes utilisées pour évaluer la consommation d énergie du bâtiment et la faisabilité de l approvisionnement énergétique lors du dépôt de permis de construire. Au plus tard à l achèvement des travaux, il devra fournir une attestation de prise en compte de la RT2012 délivrée par un contrôleur technique, un diagnostiqueur, un organisme certificateur ou un architecte. Pour la première fois, la réglementation thermique précise des valeurs étanchéité à l air du bâtiment validées par un test ad hoc et introduit des notions de bioclimatisme. Pour les bâtiments d habitat collectif, il est prévu que le seuil soit augmenté de 7,5 kwh EP /m²/an afin de ne pas les pénaliser par rapport aux maisons individuelles (adaptations des modes de mise en œuvre des matériaux, développement de nouveaux moyens de production d énergie à l échelle d un immeuble ). Différents décrets doivent paraître durant le premier trimestre 2011 afin de préciser la typologie des bâtiments supplémentaires qui intégreront la RT 2012 (hôpitaux, commerces, restaurants ) et leur niveau de consommation énergétique maximum. _04_

5 A terme, les nouveaux bâtiments ne seront plus consommateurs mais producteurs d énergie (bâtiments à énergie positive). Cette évolution devrait intervenir à l horizon Cependant, malgré l évolution des normes concernant les nouvelles constructions, l enjeu des années à venir est de rénover les bâtiments existants afin de réduire leur consommation d énergie et donc leur production de gaz à effet de serre. Date de mise en œuvre Consommation énergétique maximum Bâtiments d habitation hors zone ANRU 1 er janvier kwh EP /m 2 /an Bâtiments d habitation en zone ANRU 65 kwh EP /m 2 /an Bâtiments de bureaux Bâtiments d enseignement 28 octobre kwh EP /m 2 /an 66 kwh EP /m 2 /an Bâtiment d accueil de la petite enfance 102 kwh EP /m 2 /an Valeurs données à titre indicatif, méthodes de calcul précisées dans l arrêté du 25 octobre 2010 kwh EP : Le kilowatt heure d énergie primaire est l unité énergétique utilisée pour définir la consommation d énergie d un bâtiment. Plusieurs sources d énergie sont utilisées dans les constructions (fioul, gaz, électricité et bois principalement) et toutes, sauf l électricité, sont des énergies primaires, c est-à-dire qu elles ne sont pas issues d une autre source d énergie. Du point de vue de l impact environnemental, il n est donc pas possible de comparer un kw électrique et un kw gaz, l électricité ayant nécessité la consommation d une énergie primaire (charbon, fioul, nucléaire, gaz) pour être fabriquée. Pour pallier à ce défaut, il est appliqué au kw électrique un facteur correctif de 2,58. Ainsi la production d un kwh gaz a nécessité un kwh d énergie primaire et un kwh électrique a nécessité 2,58 kwh d énergie primaire. Ainsi il est possible de comparer les énergies entre-elles. La réforme de l accession sociale à la propriété La loi de Finances de 2011 institue, à compter du 1er janvier 2011, un nouveau prêt à taux zéro dénommé «Prêt à taux zéro +» ou PTZ+. Il se substitue au crédit d impôt «intérêts d emprunt», à l ancien dispositif de prêt à taux zéro et au Pass-Foncier. > LE PTZ+ EST RÉSERVÉ AUX PRIMO-ACCÉDANTS, SANS RESPECT DE CONDITIONS DE RESSOURCES Comme dans le dispositif précédent, le PTZ+ est réservé aux personnes physiques qui n ont pas été propriétaires de leur résidence principale au cours des deux dernières années précédant l émission de l offre de prêt. Dans la mesure où le prêt aidé par l Etat se substitue au crédit d impôt «intérêts d emprunts», il n est pas soumis au respect de conditions de plafonds de ressources. En revanche, les ressources de l emprunteur et de l ensemble des personnes destinées à occuper le logement détermineront le calcul du prêt. En conséquence, la production des avis d imposition est toujours nécessaire. > LES OPÉRATIONS FINANÇABLES PAR LE PTZ+ Comme dans le dispositif précédent, le PTZ+ peut être accordé pour financer les opérations suivantes : > la construction d un logement, accompagnée, le cas échéant, de l acquisition de droits de construire ou de terrains destinés à la construction de ce logement ; > l acquisition d un logement en vue de sa première occupation ; > l aménagement à usage de logement de locaux non destinés à l habitation ; > l acquisition d un logement ayant déjà été occupé ; > l acquisition d un logement faisant l objet d un contrat de location-accession. A compter du 1er juin 2011, le PTZ+ peut financer l acquisition de la nue-propriété ou de l usufruit, l achat de parts indivises d un logement ou d un terrain, sous réserve que cela conduise à l acquisition totale du logement ou du terrain. Les opérations listées précédemment peuvent comprendre des travaux, à l exception des travaux financés par l Ecoprêt à taux zéro. > LES MODALITÉS DE CALCUL DU PRÊT La loi de Finances 2011 a fixé 7 critères qui, combinés, déterminent les modalités de calcul du prêt : > le coût total de l opération ; > le montant total des prêts de plus de deux ans finançant l opération ; > le nombre d occupants du logement ; > l ensemble des ressources des occupants ; > la localisation géographique (Zone A, B1, B2, C) ; > le caractère neuf ou ancien du bien ; > le niveau de performance énergétique globale du logement ; > l appartenance initiale du logement ancien au patrimoine immobilier d un organisme HLM ou d une SEM. Le montant du prêt correspond au coût total de l opération, plafonné à un montant, auquel est appliquée une quotité. Le montant du PTZ+ ne peut excéder le montant du ou des autres prêt(s), d une durée au moins égale à deux ans, concourant au financement de l opération. _05_

6 Deux exemples d acquisition avec le PTZ+ Une famille composée de 3 personnes (2 adultes et 1 enfant) souhaite acquérir un appartement neuf à Metz. Le coût de l opération s élève à Le ménage dispose d un apport personnel de Ses revenus fiscaux de référence sont de annuels. L appartement est classé BBC (Bâtiment Basse Consommation). Après calculs, le ménage bénéficierait d un PTZ+ de Une famille composée de 5 personnes (2 adultes et 3 enfants) souhaite acquérir une maison de seconde main à Chieulles. Le coût de l opération s élève à La maison dispose d une étiquette «D» sur la grille de classement énergétique. Le ménage dispose d un apport personnel de Ses revenus fiscaux de référence sont de annuels. Après calculs, le ménage bénéficierait d un PTZ+ de Coût du projet Apport personnel Composition de la famille Revenus fiscaux annuels Localisation du projet Zone PTZ+ Type d acquisition Performance énergétique MONTANT TOTAL PTZ euros euros 3 personnes euros Metz B1 Neuf BBC euros Coût du projet Apport personnel Composition de la famille Revenus fiscaux annuels Localisation du projet Zone PTZ+ Type d acquisition Performance énergétique (étiquette) MONTANT TOTAL PTZ euros euros 5 personnes euros Chieulles B2 Ancien D euros Le PTZ+ serait remboursé sur une durée de 26 ans au total. Le montant de l échéance mensuelle serait de 188 pendant 23 ans, puis de 360 pendant les 3 dernières années. Le PTZ+ serait remboursé sur une durée de 12 ans au total. Le montant de l échéance mensuelle serait de 275. Le Tableau de Bord Économique de la Communauté de Communes de Maizières-lès-Metz : un nouvel outil de suivi de la dynamique économique Le Tableau de Bord Économique de la Communauté de Communes de Maizières-lès-Metz a été créé en 2009 dans l objectif d apporter des éléments de connaissance du contexte économique communautaire. Le numéro 0 a permis de mettre en place des indicateurs de cadrage et de suivi de la conjoncture économique, basés essentiellement sur des données de sources statistiques. Ces indicateurs permettent notamment de situer le territoire communautaire par rapport au SCoTAM ou à l aire urbaine de Metz et leur suivi permettra chaque année, d éclairer les responsables politiques communautaires sur les dynamiques et les enjeux économiques en œuvre sur leur territoire. > Portrait des actifs habitant sur le territoire La Communauté de Communes de Maizières-lès-Metz connait une dynamique démographique positive entre 1999 et 2007, en effet avec une croissance moyenne annuelle de l ordre de +0,9 % par an, l évolution démographique communautaire représente le triple de celle globalement observée sur le reste de l aire urbaine de Metz (+ 0,3 %). En 2007 la population active communautaire entre 15 et 64 ans s élevait à habitants (Source : INSEE Recensements ), cela représente une croissance moyenne annuelle de l ordre de 1,6 % entre 1999 et 2007 (contre +1,2 % en moyenne sur l aire urbaine de Metz). Le profil socioprofessionnel des actifs habitant la Communauté de Communes se rapproche de celui de l aire urbaine de Metz et du SCoTAM : entre 1999 et 2007, les cadres et professions intellectuelles supérieures passent de 9 à 13 % et les ouvriers de 30 à 24 %. On note par ailleurs une fragilisation du marché de l emploi, avec hausse de 22 % du nombre de chômeurs de catégorie A entre 2007 et 2009 (au 31 décembre, Source Pôle Emploi) soit une hausse comparable à la moyenne du SCoTAM dans la même période. > Portrait des EMPLOIS COMMUNAUTAIRES Au total, la Communauté de Communes comptait emplois en 2007 (emploi public et privé, salariés et nonsalariés - Source INSEE), soit une augmentation moyenne annuelle de l ordre de 3 %, contre 1,6 % pour l aire urbaine de Metz sur la même période. On observe une forte progression de l emploi salarié privé sur le territoire de la _06_

7 Communauté de Communes de Maizières-lès-Metz entre 1999 et Cette progression a ralenti à partir de 2005 et les chiffres définitifs de 2009 indiquent de manière nette les effets de la crise économique, qui continue d avoir des effets négatifs sur l emploi en Cette baisse de l emploi s avère généralisée à l ensemble des secteurs d activités entre 2009 et 2010 à l exception de quelques secteurs des services qui résistent : activités scientifiques / services administratifs, autres activités de services (associatif, réparation de matériel électroménager et informatique notamment), administration publique, enseignement, santé, action sociale. Les services en quelques chiffres > 7050 emplois salariés privés (au 1 er janvier 2010 Source Unedic) > 1074 établissements recensés au sein de la base SIRENE en juillet 2009 > 129 créations entre juillet 2009 et janvier 2010 selon l INSEE > PORTRAIT ET VIE DES ÉTABLISSEMENTS PSA reste le 1 er employeur communautaire avec plus de 4000 salariés et Arcelor Mittal Research le second avec plus de 600 salariés. Entre 2009 et 2010, le nombre d établissements a progressé de 9,5 % sur le territoire intercommunal. Cette progression concerne l ensemble des tranches d effectifs, mais reste plus importante pour les petites structures et les travailleurs indépendants. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ces évolutions, notamment par la création d entreprise à cause de la crise économique et la création du statut d auto-entrepreneur. Cela se ressent aussi dans les chiffres de créations d entreprises produits par l INSEE, avec début 2009, une forte augmentation de la création d entreprises qui s est poursuivie durant le reste de l année. En 2009, 164 créations d entreprises ont été recensées, principalement dans le domaine des services et du commerce. Évolution de l emploi salarié au 1 er janvier CC de Maizières-lès-Metz CC de Faulquemont CA de Sarreguemines SCOTAM France Source : UNEDIC / base100 en 1999 _07_ Ennery, le site de l usine PSA > L IMMOBILIER D ENTREPRISE En 2009, la base SITADEL estime a moins de m² le nombre de locaux d activités autorisés sur le territoire communautaire, soit une baisse importante par rapport aux moyennes constatées entre 2002 et 2008, période durant laquelle, la Communauté de Communes a autorisé en moyenne m² de locaux d activités par an dont m² ont été commencés. Au-delà du suivi du conjoncturel, le numéro 1 du tableau de bord économique de la CC de Maizières-lès-Metz, réalisé fin 2010 propose, dans un second volet, un approfondissement sur une thématique économique particulière, à savoir le secteur d activité des services qui avait suscité l intérêt des élus lors de la présentation du numéro 0. On observe sur le territoire communautaire une présence importante d activités de services de soutien en lien avec les entreprises productives. Ce type d activités évolue en lien étroit avec le tissu industriel. Les principales entreprises sont donc situées au plus près des espaces de production, au sein des zones d activités. C est le cas notamment des activités juridiques, comptables, de gestion et d architecture ainsi que les services administratifs et de soutien qui ont progressé respectivement de plus de 12 et 6 % en moyenne par an depuis 2006, alors qu ils ont eu tendance à augmenter de manière plus limitée voire régresser dans le reste du SCoTAM. Par ailleurs, on observe au sein de la Communauté de Communes le développement des secteurs du commerce et des services à la personne. Le secteur du commerce de détail (dont commerce d automobile) représente plus de 1400 emplois sur le territoire communautaire, avec une croissance moyenne annuelle entre 2006 et 2010 de l ordre de 4 %. Ces évolutions sont beaucoup plus marquées que sur le reste du SCOT, avec une moyenne de + 0,3 % par an. On observe par ailleurs la forte croissance de la catégorie des «autres activités de services», qui intègre notamment les entreprises de réparation d appareils électroménagers et informatiques, marquée en 2006 / 2007 par l arrivée à Ennery du service de réparation de Darty (50 à 99 salariés) mais aussi la catégorie «autres services personnels» qui intègre les services à la personne (espace beauté / coiffure etc.). Ce type d activités est plus diffusé sur le territoire, notamment au sein des centres de villes et de villages. Cette étude permet d interroger les équilibres entre les activités au sein des zones d activités et les activités de proximité.

8 Fiches diagnostic des bâtiments : Hôpital BON SECOURS En 2010, la Ville de Metz a confié à l AGURAM une étude préalable de reconversion des sites du CHR de Bon Secours qui vont être libérés à l occasion de la réorganisation des services hospitaliers de l agglomération messine et dans la perspective de la mise en service du nouveau centre hospitalier de Mercy. Inscrit au cœur du quartier de la Nouvelle Ville, à l articulation entre les secteurs Sainte Thérèse et de la Gare, le site de l hôpital central de Bon Secours en constitue l élément majeur. Afin d appréhender au mieux les caractéristiques urbaines et architecturales de ce site, l agence a réalisé à l occasion de cette étude un diagnostic détaillé des bâtiments de l hôpital sous la forme de treize fiches techniques. Ces fiches décrivent la situation générale des différents ensembles de constructions, leurs morphologies urbaines et les éléments particuliers qui les singularisent. Enfin, elles proposent, pour chaque secteur, plusieurs critères de reconversion déterminés en fonction des grands enjeux urbains et opérationnels appréhendés à l échelle de l îlot, du secteur Sainte Thérèse et du quartier de la Nouvelle Ville. Deux enjeux se distinguent particulièrement : > Recomposer une morphologie urbaine et architecturale en harmonie avec le tissu de grande qualité de la Nouvelle Ville, > Mettre en relation le site avec les espaces publics environnants tout en définissant de nouvelles conditions d accessibilité Ce diagnostic présente enfin une carte de synthèse qui distingue les bâtiments méritant d être conservés de ceux pouvant faire l objet d une remise en cause à l occasion de la reconversion de l hôpital. L hôpital Bon Secours depuis la place Jean-Pierre Jean _08_

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Révision générale du plan local d urbanisme

Révision générale du plan local d urbanisme Révision générale du plan local d urbanisme Qu est ce qu un plan local d urbanisme? Le PLU est un outil d'aménagement et de gestion de l'espace qui permet de planifier, maîtriser et ordonner l'organisation

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd)

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015 Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) 1. Le rôle du Padd dans le Schéma de cohérence territoriale 2.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC I PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC CAHIER N 1 / AVRIL 2015 LANCEMENT DE LA PROCÉDURE Le a pour objectif de définir un projet urbain

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

SYNTHESE DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL

SYNTHESE DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL COMMUNE DE SAINT-CERGUES SYNTHESE DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL Réunion publique de concertation du 4 avril 2013 E s p a c e s & M u t a t i o n s B. L E M A I R E AEspaces r c h & i tmutations e c t e B.LEMAIRE

Plus en détail

date. durable pour certains équipements dans les constructions

date. durable pour certains équipements dans les constructions Le crédit d impôt développement durable TVA à taux réduit Les particularités POUR LE NEUF Construire des logements très économes en énergie est l un des objectifs du Grenelle Environnement. Des aides sont

Plus en détail

Autopromotion/Habitat Participatif

Autopromotion/Habitat Participatif Autopromotion/Habitat Participatif L autopromotion est un regroupement de familles qui mutualisent leurs ressources pour concevoir réaliser et financer ensemble leur logement au sein d un bâtiment collectif,

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

Journée de formation des commissaires enquêteurs

Journée de formation des commissaires enquêteurs direction départementale des territoires de la Haute-Vienne Journée de formation des commissaires enquêteurs La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové Quoi de neuf pour l enquête publique?

Plus en détail

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Julien Roissé Chargé du SCoT du Pays du Mans Référent technique Grand Ouest de la Fédération Nationale des SCoT Séminaire SCoT Energie Bordeaux 04 novembre 2014

Plus en détail

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE Formations 2014 Soucieux de s inscrire dans une démarche de prise en compte des préoccupations de qualité environnementale et de développement durable dans le bâti et dans

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le nouveau prêt à taux zéro (PTZ+)

DOSSIER DE PRESSE. Le nouveau prêt à taux zéro (PTZ+) DOSSIER DE PRESSE Le nouveau prêt à taux zéro (PTZ+) Paris, le 28 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris - 01 44

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI INFORMATION PROFESSIONELLE UCI N 50 2012 Rubrique Fiscalité Objet Le nouveau dispositif en faveur de l investissement locatif Entrée en vigueur le 1 er janvier 2013 : 31 décembre 2012 : 1/5 Le dispositif

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

APPLICATION DES DISPOSITIONS DU SCOT DE LA RUG

APPLICATION DES DISPOSITIONS DU SCOT DE LA RUG LE SCoT EN PRATIQUE FICHE TECHNIQUE 19 mai 2015 APPLICATION DES DISPOSITIONS DU SCOT DE LA RUG EN MATIERE DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS NEUFS Afin de répondre aux enjeux de production d une offre en logements

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : mars 2014 Le DPE, QUELS OBJECTIFS? Le diagnostic de performance

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : mars 2015 Être bien informés pour ÉCONOMISER L ÉNERGIE Vous

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

AGIR et Rénover + ACCOMPAGNER LES PROJETS DE RENOVATION ENERGETIQUE «PERFORMANTS» ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS POUR DES PROJETS «PERFORMANTS»

AGIR et Rénover + ACCOMPAGNER LES PROJETS DE RENOVATION ENERGETIQUE «PERFORMANTS» ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS POUR DES PROJETS «PERFORMANTS» La Région Provence-Alpes-Côte d Azur a mis en place une expérimentation qui a deux volets : - volet «grand public» : aider les ménages à améliorer les performances énergétiques et le confort de leur logement,

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Dossier de presse - Salon de l habitat durable Familles Rurales de Saint-Avé 1

Dossier de presse - Salon de l habitat durable Familles Rurales de Saint-Avé 1 Familles Rurales de Saint-Avé 1 Introduction Après le succès de la première édition en 2008, Familles Rurales a décidé d organiser le deuxième salon de l habitat durable les 18 et 19 avril 2009 à Saint

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : novembre 2013 Être bien informés pour économiser l énergie

Plus en détail

BAREMES DU LOGEMENT LE PRET A TAUX ZERO +

BAREMES DU LOGEMENT LE PRET A TAUX ZERO + BAREMES DU LOGEMENT PRETS Dernière mise jour le 1 er février 2012 LE PRET A TAUX ZERO + La loi de finances pour 2012 et ses textes d application (décret et arrêté du 30.12.11) mettent en place de nouvelles

Plus en détail

Marie-Christine ROGER

Marie-Christine ROGER Réglementation thermique des bâtiments anciens : État actuel et perspectives Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité technique et de la réglementation technique de la Construction Direction

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

LE PLAN LOCAL D URBANISME

LE PLAN LOCAL D URBANISME LE PLAN LOCAL D URBANISME PRESENTATION DU 4 février 2009 Conseil Municipal LE DOCUMENT ACTUEL: LE POS PLAN D OCCUPATION DES SOLS: Issu de la Loi d Orientation Foncière du 30 Décembre 1967, les POS fixe

Plus en détail

Économies d énergie, émissions de gaz à effet de serre : évaluer son logement avec. le Diagnostic. de Performance Energétique L HABITAT

Économies d énergie, émissions de gaz à effet de serre : évaluer son logement avec. le Diagnostic. de Performance Energétique L HABITAT Économies d énergie, émissions de gaz à effet de serre : évaluer son logement avec le Diagnostic de Performance Energétique L HABITAT être bien informés pour économiser l énergie En France, les bâtiments

Plus en détail

Le crédit d impôt développement durable

Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt dédié au développement durable en vigueur concerne les dépenses de travaux payées à compter du 1er janvier 2014 (dispositions issues de l article

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Efficacité énergétique des bâtiments 29 juin 2011 David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) Direction

Plus en détail

Mobiliser les copropriétés face au défi énergétique. Yoann Girbeau, Chargé de mission Energie Climat, ALEC SQY

Mobiliser les copropriétés face au défi énergétique. Yoann Girbeau, Chargé de mission Energie Climat, ALEC SQY Mobiliser les copropriétés face au défi énergétique Yoann Girbeau, Chargé de mission Energie Climat, ALEC SQY c SQY Objectif : promouvoir les économies d énergies et les énergies renouvelables Publics:

Plus en détail

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau 1971 ST-LOUIS, GATINEAU (QUÉBEC) J8T 4H6 R.B.Q 2592 3533-93 Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau Lots 3 966 254 et 2 957 115 MISE

Plus en détail

Lois Grenelle Consommation d'espace

Lois Grenelle Consommation d'espace CRAIG Atelier observatoire du foncier Lois Grenelle Consommation d'espace DDT du Puy-de-Dôme Service Aménagement Prospective Risques Mireille FAUCON 16 octobre 2012 Le droit de l'urbanisme intègre de nouveaux

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION

BILAN DE LA CONCERTATION BILAN DE LA CONCERTATION SEPTEMBRE 2012 Syndicat d Agglomération Nouvelle Val Maubuée CONTEXTE ET MODALITES DE LA CONCERTATION LA CONCERTATION : SA REGLEMENTATION Le Schéma de Cohérence Territoriale et

Plus en détail

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU?

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU? QU EST CE QUE LE PLU? Le Plan local d urbanisme (PLU) porte et accompagne un véritable «projet de ville» et encadre les interventions publiques et privées en matière d urbanisme. Il oriente ainsi la fabrique

Plus en détail

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Projet de délibération portant sur la définition d aides expérimentales permettant d accompagner

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures

Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures complémentaires nécessaires Synthèse Avril 2015 Pourquoi

Plus en détail

Grenelle Environnement

Grenelle Environnement Grenelle Environnement Convention d engagements pour l accélération de la construction de «Bâtiments Basse Consommation» (BBC) Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre d Etat, ministre

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 Le déroulement de la soirée 1. Qu est-ce qu un PLUi? 2. Etat des lieux du territoire 3. Temps d échanges

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE

COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE 12 nov. 2014 COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE Elu référent : Luc Rémond Le 12 novembre 2014 Voreppe Hôtel de ville Sommaire de l intervention 1. Chiffres-clé sur les déplacements

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

Trophées qualité gaz naturel en logement social

Trophées qualité gaz naturel en logement social Trophées qualité gaz naturel en logement social PREAMBULE : Un concours «les Trophées Qualité gaz naturel en logement social» est organisé conjointement par l USH et GrDF. S appuyant sur les atouts du

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

L ÉCO- PRÊT À TAUX ZÉRO OU ÉCO-PTZ

L ÉCO- PRÊT À TAUX ZÉRO OU ÉCO-PTZ OCTOBRE 2015 lesclesdelabanque.com L ÉCO- PRÊT À TAUX ZÉRO OU ÉCO-PTZ N 1 LES GUIDES BANCAIRES POUR LE CLIMAT SOMMAIRE Introduction 3 En quoi consiste l éco-ptz? 4 CE GUIDE VOUS EST OFFERT PAR Qui peut

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

le faire réaliser? le DPE, par qui Le diagnostiqueur Le coût du DPE

le faire réaliser? le DPE, par qui Le diagnostiqueur Le coût du DPE le DPE, par qui le faire réaliser? Le diagnostiqueur C est un professionnel du bâtiment dont les compétences doivent être certifiées par un organisme accrédité par le COFRAC (Comité français d Accréditation).

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements PLU Grenelle : Fiches pratiques 5. Déplacements Novembre 2014 1 Déplacements Fiche n 1 : Diminuer les obligations de déplacements Fiche n 2 : Développer les transports collectifs Fiche n 3 : Développer

Plus en détail

Document d information des prêts du Crédit Foncier

Document d information des prêts du Crédit Foncier Document d information des prêts du Crédit Foncier Valable à compter du 20 février 2012 Ce document vous est remis dans le cadre de l acquisition de votre résidence principale. Ce document a pour objectif

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER DECEMBRE 2011 5 B-14-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER DECEMBRE 2011 5 B-14-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER DECEMBRE 2011 5 B-14-11 IMPOT SUR LE REVENU. CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT VERSES AU TITRE DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION

Plus en détail

1 000 maisons bois économes en énergie. P. Barritault

1 000 maisons bois économes en énergie. P. Barritault 1 - La note de calcul RT 2005, un document pour l instruction 2 Le diagnostic de performance énergétique dans le neuf : Qui, Quoi, Comment? 3 Information sur la solution technique ST 2007-002 relative

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la réunion publique du 20 mai 2015 I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub

Plus en détail

L Eco PTZ : le bouquet de travaux et la performance énergétique globale après travaux, Ou comment intervenir globalement en rénovation.

L Eco PTZ : le bouquet de travaux et la performance énergétique globale après travaux, Ou comment intervenir globalement en rénovation. L Eco PTZ : le bouquet de travaux et la performance énergétique globale après travaux, Ou comment intervenir globalement en rénovation. Pourquoi l éco prêt? La mise en place de l éco-prêt est là pour inciter

Plus en détail

Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz)

Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) L éco-prêt à taux zéro en 14 points 1. Comment fonctionne un éco-prêt à taux zéro? L éco-prêt permet de financer les travaux d économie d énergie et les éventuels frais induits

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

Club Développement Durable Arseg

Club Développement Durable Arseg Club Développement Durable Arseg Plan Bâtiment Grenelle et la rénovation énergétique du tertiaire 5 juillet 2011 1. Sinteo en quelques mots 2. La réglementation Grenelle dans le tertiaire privé 3. Les

Plus en détail

NOTE D INFORMATION du 22 janvier 2015

NOTE D INFORMATION du 22 janvier 2015 NOTE D INFORMATION du 22 janvier 2015 Relative aux opérations prioritaires pour la répartition de la dotation d équipement des territoires ruraux (DETR) en 2015. Note d information NOR : INTB1501963N REF

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE

PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE ORIGINAL EAU & ENVIRONNEMENT AGENCE DE PAU Hélioparc 2 Avenue Pierre Angot 64053 PAU CEDEX 9 Tel. : +33 (0)5 59 84 23 50 Fax : +33 (0)5 59 84 30 24 COMMUNE

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro en Pays-de-la-Loire

L éco-prêt à taux zéro en Pays-de-la-Loire L éco-prêt à taux zéro en Pays-de-la-Loire 999 éco-ptz accordés au 4 ème trimestre 2013 et 3 120 en 2013, soit un repli annuel de 5,5 % service connaissance des territoires et évaluation Avril 2014 999

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

La DDT Nos missions : l Économie Agricole et le Développement Rural : instruction des aides de la politique agricole commune La Forêt, l Eau et l

La DDT Nos missions : l Économie Agricole et le Développement Rural : instruction des aides de la politique agricole commune La Forêt, l Eau et l La DDT Nos missions : l Économie Agricole et le Développement Rural : instruction des aides de la politique agricole commune La Forêt, l Eau et l Environnement : préservation de la ressource en eau, qualité

Plus en détail

Les documents de planification des déplacements ; dernières évolutions Jacques Legaignoux, CETE Méditerranée

Les documents de planification des déplacements ; dernières évolutions Jacques Legaignoux, CETE Méditerranée Les documents de planification des déplacements ; dernières évolutions Jacques Legaignoux, CETE Méditerranée Réseau Scientifique et Technique du MEEDDM Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U.

GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U. GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U. Le territoire communautaire est découpé en quatre grands types de zonage : zones urbaines, zones à urbaniser, zones agricoles, zones naturelles. Le territoire intra

Plus en détail

Les aides favorisant la rénovation énergétique des logements dans le Jura (mars 2014) ADIL du Jura

Les aides favorisant la rénovation énergétique des logements dans le Jura (mars 2014) ADIL du Jura Les aides favorisant la rénovation énergétique des logements dans le Jura (mars 2014) ADIL du Jura Deux organismes à votre service pour répondre à toutes vos interrogations L ADIL du Jura, agence départementale

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Réglementation thermique de l'existant

Réglementation thermique de l'existant Réglementation thermique de l'existant Atiane energy Villa Kappas - 2, avenue de Carras - 06200 Nice Tel. 06 62 78 39 38 - contact@atiane-energy.com www.atiane-energy.com SARL au capital de 9 000 Euros

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES POUR DES PROJETS EN HABITAT PARTICIPATIF A LILLE DOSSIER DE CANDIDATURE

APPEL A CANDIDATURES POUR DES PROJETS EN HABITAT PARTICIPATIF A LILLE DOSSIER DE CANDIDATURE APPEL A CANDIDATURES POUR DES PROJETS EN HABITAT PARTICIPATIF A LILLE DOSSIER DE CANDIDATURE Les dossiers de groupes constitués devront être adressés au : Service Habitat Hôtel de Ville, place Augustin

Plus en détail

Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne ROMAGNAT P.A.D.D. -1-

Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne ROMAGNAT P.A.D.D. -1- Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne Bureau d études Réalités 180 rue Clément Ader 42153 RIORGES Tél. 04 77 67 83 06 Fax 04 77 23 01 85 E-mail urbanisme@realites-be.fr -1- ROMAGNAT PREAMBULE

Plus en détail

IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud

IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable Ces interrogations ont servi de base à la formulation d un projet de vie communale exprimé au travers du PADD. Elaboré selon un objectif général

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES Eléments de définition Les actions de sobriété et d efficacité énergétiques permettent de réduire les consommations d énergie. La sobriété énergétique «consiste à interroger nos besoins puis agir à travers

Plus en détail

Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils?

Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils? EFE Performance Energétique des Bâtiments Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils? Véronique Lagarde, avocat associé EFE Performance

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 RUBRIQUE Fiscalité Décret 2012-1532 du 29 déc. 2012 NOR : ETLL1240760D Journal officiel du 30 déc. 2012 Loi de finances pour 2013 du 29 déc. 2012 NOR : EFIX1234869L

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 La Madeleine Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal Sommaire I - Introduction - Le contexte : un ancien bâtiment

Plus en détail

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments. Les aides financières àdisposition des ménages

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments. Les aides financières àdisposition des ménages Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments Les aides financières àdisposition des ménages 20 millions de logements devront être rénovés d ici à2050 sur les 31 millions existants. Magazine des

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail