HORUS. Entreprises ÉTUDE D ÉVALUATION DES BESOINS EN MATIÈRE D INFRASTRUCTURES DE MARCHÉS DÉCENTRALISÉS AU CAMEROUN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HORUS. Entreprises ÉTUDE D ÉVALUATION DES BESOINS EN MATIÈRE D INFRASTRUCTURES DE MARCHÉS DÉCENTRALISÉS AU CAMEROUN -----------------"

Transcription

1 HORUS Entreprises ÉTUDE D ÉVALUATION DES BESOINS EN MATIÈRE D INFRASTRUCTURES DE MARCHÉS DÉCENTRALISÉS AU CAMEROUN RAPPORT DE SYNTHÈSE Septembre , rue La Fayette PARIS - Tél Fax

2 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse S O M M A I R E INTRODUCTION PRÉSENTATION RAPIDE DES RÉGIONS ENQUÊTÉES STATISTIQUES DE PRODUCTION AGRICOLE SITUATION DE L ORGANISATION DES PRODUCTEURS PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PREMIÈRE MISE EN MARCHÉ PLANTAIN Principaux bassins de production commercialisée et flux «longue distance» Principales caractéristiques de la première mise en marché MAÏS Principaux bassins de production commercialisée et flux «longue distance» Principales caractéristiques de la première mise en marché MANIOC Principaux bassins de production commercialisée et flux «longue distance» Principales caractéristiques de la première mise en marché SYNTHÈSE DIAGNOSTIC DES INFRASTRUCTURES DE COMMERCIALISATION PROPOSITIONS D AXES D INTERVENTION POUR LE PROJET PACA RAPPEL SUR LE PROJET PACA AXE D INTERVENTION 1 : RÉHABILITATION DES ROUTES RURALES AXE D INTERVENTION 2 : COFINANCEMENT DE PROJETS PORTÉS PAR DES OP ET ASSISTANCE TECHNIQUE ASSOCIÉE INTERVENTIONS POSSIBLES SUR DES INFRASTRUCTURES DE COMMERCIALISATION...63

3 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse ANNEXES ANNEXE 1 : QUELQUES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES SUR LES GIC ET LES SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES...67 ANNEXE 2 : LE PNDRT : PHILOSOPHIE GÉNÉRALE ET MODE D INTERVENTION SUR LE MANIOC...69 ANNEXE 3 : LE MANIOC ET SES PRODUITS DÉRIVÉS...71 ANNEXE 4 : COÛT ESTIMATIF POUR QUELQUES ÉQUIPEMENTS ET MATÉRIELS DE TRANSFORMATION...74 ANNEXE 5 : RÉGION CENTRE - PRINCIPAUX CONSTATS RELEVÉS EN MATIÈRE D ACTIVITÉS POST RÉCOLTE SUR LE PLANTAIN, LE MAÏS ET LE MANIOC...75 ANNEXE 6 : RÉGION SUD - PRINCIPAUX CONSTATS RELEVÉS EN MATIÈRE D ACTIVITÉS POST RÉCOLTE SUR LE PLANTAIN, LE MAÏS ET LE MANIOC ANNEXE 7 : RÉGION EST - PRINCIPAUX CONSTATS RELEVÉS EN MATIÈRE D ACTIVITÉS POST RÉCOLTE SUR LE PLANTAIN, LE MAÏS ET LE MANIOC...132

4 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 1 ABRÉVIATIONS AAACP : All ACP Agricultural Commodities Programme BAD : Banque Africaine de Développement CNOPCAM : Concertation Nationale des Organisations Paysannes du Cameroun GIC : Groupement d Initiative Commune IMF : Institution de microfinance MINADER : Ministère de l Agriculture et du Développement Rural OIF : Organisation Internationale de la Francophonie OP : Organisation de Producteurs PACA : Projet d Amélioration de la Compétitivité Agricole PNDP : Programme National de Développement Participatif PNDRT : Programme National de Développement des Racines et Tubercules PNVRA : Programme National de Vulgarisation et de Recherche Agricole

5 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 2 INTRODUCTION (1) Le développement de l agriculture est un axe stratégique majeur au Cameroun, avec un accent particulier placé sur l agriculture familiale. La Stratégie de Développement du Milieu Rural, préparée en 2006 avec l appui des acteurs et des partenaires au développement, a fixé un objectif de doublement de la production agricole à l horizon Une attention particulière est placée sur la modernisation du secteur agricole, et notamment l agriculture familiale. (2) Les filières plantain, maïs et manioc ont été identifiées comme des filières prioritaires de par leur importance dans le pays et la compétitivité de la production camerounaise, qui pourrait approvisionner les pays d Afrique Centrale où la demande pour ces produits est importante. Des actions ciblées dans ces filières pourraient donc avoir des effets bénéfiques sur les populations rurales dans les régions productrices. Un atelier, organisé en mai 2008 dans le cadre du programme AAACP financé par l Union Européenne et mis en œuvre par plusieurs organisations dont la Banque Mondiale, a identifié le développement des productions vivrières, dont le plantain et le manioc, comme une priorité pour le Cameroun. Une étude réalisée par la Banque Mondiale en 2008 sur la chaîne de valeur de 6 filières camerounaises, dont le plantain, le manioc et le maïs, a notamment conclu que le Cameroun dispose d un avantage compétitif lui permettant de devenir un fournisseur majeur des pays d Afrique Centrale (Gabon, Congo, Tchad, voire Nigeria) pour ces produits. (3) L étude objet du présent rapport rentre dans le cadre de la préparation du projet PACA. Elle a comme objectifs de proposer des actions visant à moderniser les modalités de la première mise en marché du plantain, maïs et manioc, de manière à contribuer à l amélioration des revenus des paysans. L étude de la Banque Mondiale mentionnée ci-avant traite également de la première mise en marché des produits concernés et y pointe de nombreux handicaps (forte atomisation, coût élevé du transport, ) qui aboutissent à limiter le revenu des paysans. La présente étude vise à compléter le diagnostic de l étude de la Banque Mondiale et à proposer au projet PACA en cours de préparation, des actions permettant de moderniser la première mise en marché de certains produits vivriers de manière à améliorer le revenu des petits exploitants agricoles.

6 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 3 Le champ d investigation de la présente étude est le suivant : Produits couverts : plantain, maïs et manioc. Régions couvertes : Centre, Est et Sud. (4) Le présent rapport constitue le rapport de synthèse de l étude. Il présente les principaux constats des missions de terrain et les recommandations d axes d intervention pour le projet PACA. Les travaux ont été effectués en plusieurs missions de terrain : Une première mission, effectuée en mai 2009, a permis d identifier les zones à enquêter de manière approfondie, grâce notamment à des entretiens avec : les principaux responsables des programmes sectoriels en cours sur le plantain, le maïs et le manioc ; quelques opérateurs de la commercialisation (commerçants, transporteurs, producteurs) rencontrés sur les marchés de détail de Yaoundé, Bertoua, Batouri et Ebolowa. Cinq missions de terrain ont été menées par des binômes constitués de consultants d Horus Entreprises et de Phoebus : En juin 2009, deux missions ont effectué les enquêtes de terrain dans le Centre et dans l Est. A la fin juin 2009, une mission courte a été effectuée dans le département de l Océan. En juillet 2009, deux missions de terrain ont été organisées pour compléter les investigations dans le Centre et réaliser les enquêtes dans la région Sud. Les missions de terrain de juillet se sont conclues par une réunion de restitution/discussion avec le Bureau de la Banque Mondiale à Yaoundé et les membres de l équipe PACA du Minader. Le présent document constitue le rapport de synthèse de l ensemble de la prestation : il reprend les principaux constats des missions de terrain et présente les recommandations d axes d intervention pour le projet PACA. Sept annexes sont placées en fin de document : Annexe 1 : Quelques dispositions réglementaires en vigueur sur les GIC et les sociétés coopératives. Annexe 2 : Le PNDRT : philosophie générale et modes d intervention sur le manioc. Annexe 3 : Le manioc et ses produits dérivés : généralités sur le manioc et transformation des tubercules (utilisations possibles, process de transformation et contraintes de périssabilité.)

7 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 4 Annexe 4 : Coût estimatif de certains équipements ou matériels pouvant faire l objet d un cofinancement de la part du PACA. Annexe 5 : Principaux constats relevés dans la région Centre en matière d activités post-récolte sur le plantain, le maïs et le manioc. Annexe 6 : Principaux constats relevés dans la région Sud en matière d activités post-récolte sur le plantain, le maïs et le manioc. Annexe 7 : Principaux constats relevés dans la région Est en matière d activités post-récolte sur le plantain, le maïs et le manioc.

8 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 5 1. PRÉSENTATION RAPIDE DES RÉGIONS ENQUÊTÉES 1.1. STATISTIQUES DE PRODUCTION AGRICOLE (1) Les statistiques du Minader présentent un certain nombre d incohérences, mais elles sont néanmoins intéressantes à prendre en compte car : elles donnent des indications sur le poids relatif des départements dans la production de maïs, manioc et plantain ; elles permettent d apprécier les informations recueillies sur le terrain. Les statistiques de production du Minader concernent plusieurs produits, dont le manioc, le maïs et le plantain. Elles indiquent les superficies et les rendements par département, et sont publiées tous les 2 ans dans le bulletin Agristat : le bulletin de février 2009 présente les données pour 2005 et 2006, le précédent bulletin date de février 2007, et présentait les données pour la période allant de 2000 à La comparaison entre les deux bulletins montre un certain nombre d incohérences telles que, à titre d exemples : multiplication par 3, entre 2004 et 2005, de la production de plantain dans l Est, de celle de manioc dans le Sud et de celle de maïs dans les départements du Nyong et So o (Région Centre), du Haut Nyong et de la Boumba et Ngoko (Région Est), et du Dja et Lobo (Région Sud) ; production parfois identique pour 2004 et 2005 : cas du manioc dans les départements du Mbam et Kim (Région Centre), du Haut Nyong et de la Kadei (Région Est), et celui du Dja et Lobo (Région Sud). Elles ont cependant été prises en considération car : ce sont les seules que le Minader publie ; en partant de l hypothèse que les incohérences sont également réparties sur l ensemble des départements, elles donnent une indication sur le poids relatif des départements dans la production agricole, et permettent ainsi d apprécier les informations communiquées par les opérateurs sur les bassins de production et leurs lieux d approvisionnement.

9 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 6 (2) Les statistiques du Minader montrent que, en 2006, les principaux départements producteurs de plantain, maïs et manioc sont les suivants : Plantain : Haute Sanaga dans la région Centre ; Haut Nyong, et Lom et Djerem dans la région Est ; Dja et Lobo, et Vallée du Ntem dans la région Sud. Maïs : Mbam et Inoubou, et Lekié dans le Centre ; Haut Nyong, et Lom et Djerem dans l Est ; Dja et Lobo dans le Sud. Manioc : Mbam et Kim, et Lekié dans le Centre ; Lom et Djerem dans l Est ; Vallée du Ntem dans le Sud. Les statistiques 2006 du Minader montrent que : la région Centre est la principale région du Cameroun productrice de manioc ( t, soit 30% de la production nationale), la seconde en ce qui concerne la production de plantain ( t, 23%) et la sixième pour celle de maïs ( t, 10%) ; la région Est est la principale région du Cameroun productrice de plantain ( t, 30%), la seconde en ce qui concerne la production de manioc ( t, 25%) et la neuvième pour celle de maïs ( t, 6%) ; la région Sud est la troisième région du Cameroun productrice de plantain ( t, 19%) et de manioc ( t, 16%) ; elle se situe par contre au dernier rang pour la production de maïs ( t, 4%). Il apparaît donc que : les trois régions étudiées sont les principales régions productrices de plantain et de manioc : pour le plantain, leur production cumulée représentait 52% de la production nationale en 2006 avec, par ordre d importance, l Est, le Centre et le Sud ; pour le manioc, leur production cumulée représentait 70% de la production nationale en 2006 avec, par ordre d importance, le Centre, l Est et le Sud ; elles sont par contre faiblement productrices de maïs : leur production cumulée ne représentait que 20% de la production nationale en 2006 avec, par ordre d importance, le Centre, l Est et le Sud. Pour le maïs, l analyse de la répartition par département montre toutefois que certains départements des régions étudiées sont importants à l échelle nationale : avec environ t produites en 2006, le Haut Nyong et le Dja et Lobo se situent parmi les dix principaux départements producteurs de maïs du Cameroun ; dans le Centre, la production cumulée du Mbam et Inoubou et de la Lekié (près de t) fait de ce bassin une zone maïssicole importante.

10 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / t 300 REGIONS CENTRE, EST ET SUD : PRODUCTION DE PLANTAIN EN 2006 Source : MINADER (Agristat 2009) CENTRE EST SUD Haute Sanaga Lekié Mbam et Inoubou Mbam et Kim Mefou et Afamba Mefou et Akono Mfoundi Nyong et Kellé Nyong et Mfoumo Nyong et So'o Boumba et Ngoko Haut Nyong Kadey Lom et Djérem Dja et Lobo Mvila Océan Vallée du Ntem t 50 REGIONS CENTRE, EST ET SUD : PRODUCTION DE MAÏS EN 2006 Source : MINADER (Agristat 2009) CENTRE EST SUD Haute Sanaga Lekié Mbam et Inoubou Mbam et Kim Mefou et Afamba Mefou et Akono Mfoundi Nyong et Kellé Nyong et Mfoumo Nyong et So'o Boumba et Ngoko Haut Nyong Kadey Lom et Djérem Dja et Lobo Mvila Océan Vallée du Ntem

11 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / t 400 REGIONS CENTRE, EST ET SUD : PRODUCTION DE MANIOC EN 2006 Source : MINADER (Agristat 2009) CENTRE EST SUD Haute Sanaga Lekié Mbam et Inoubou Mbam et Kim Mefou et Afamba Mefou et Akono Mfoundi Nyong et Kellé Nyong et Mfoumo Nyong et So'o Boumba et Ngoko Haut Nyong Kadey Lom et Djérem Dja et Lobo Mvila Océan Vallée du Ntem 1.2. SITUATION DE L ORGANISATION DES PRODUCTEURS (1) Il est estimé que 25% au maximum des OP déclarées au registre COOP-GIC ont une activité réelle, malgré la volonté des Autorités camerounaises de les promouvoir en tant qu instrument central du développement rural. La promotion des OP apparaît au centre des préoccupations des Autorités camerounaises en matière de développement rural. Il existe une réelle volonté de les promouvoir en tant : qu agent de développement économique favorisant l accès aux intrants, menant des activités de transformation et de commercialisation que partenaires de l État dans la cogestion des politiques, programmes et projets de développement.

12 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 9 De fait, les OP inscrites au registre COOP-GIC, sous la forme de GIC (Groupements d Initiative Commune), Unions de GIC, Fédérations, Coopératives, sont très nombreuses 1. Il y en aurait environ , dont : 90% seraient dans le secteur agricole ; une très grande majorité (70% au minimum) sont des GIC ; les GIC, composés en général de 5 à 10 personnes appartenant souvent à une même famille, sont la formalisation des groupes d entraide informels qui existent depuis longtemps dans le secteur agricole camerounais, et dont les activités consistent à effectuer en rotation et de manière collective les travaux dans les champs de chacun des membres. Toutefois, une grande majorité de ces OP ont été créées par opportunisme, afin de bénéficier de subventions ou de l appui de tel ou tel programme, et ne mènent aucune activité économique : sur les coopératives du secteur agricole, un diagnostic rapide mené par le Minader a montré que seules 15% sont fonctionnelles ; dans le cadre de la procédure d assainissement du COOP-GIC en cours, il estimé que OP au maximum ont répondu à l enquête menée par le Minader. Le dépouillement des fiches va débuter en juillet/août pour évaluer le niveau d activité de ces OP. Le Minader estime qu il aura une bonne vision de l importance et de l activité des diverses OP du Cameroun d ici à la fin (2) Des trois régions étudiées, la région Centre est celle où l organisation des producteurs est la plus développée. Dans l Est, l activité des nombreuses OP déclarées est très réduite. Dans le Sud, la situation semble être intermédiaire. Les contacts auprès des responsables nationaux et locaux de CNOPCAM ont permis d identifier un certain nombre d OP dans le Centre et, dans une moindre mesure, dans le Sud. Les missions de terrain réalisées dans le cadre de la présente étude ont permis d apprécier les activités économiques menées par ces OP, en particulier en matière de commercialisation groupée de maïs séché, plus rarement sur le manioc transformé 1 Cf. Annexe 1 sur les dispositions réglementaires s appliquant aux GIC et aux sociétés coopératives. Il en ressort que les GIC sont nettement moins contraignants en termes de tenue de documents, contrôle des comptes, surveillance et publicité. Ceci amène à s interroger sur la pertinence de cette forme juridique dans l optique de l octroi de crédit ou de mise en place d accords de partenariats.

13 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 10 (et de cacao pour celles situées en zone cacayoère) et, moins fréquemment, d approvisionnement en intrants. Les OP rencontrées ont été les suivantes : Région Centre : La Fédération des Unions de GIC de l ODEFCOM (Organisation pour le Développement des Femmes et des Communautés) à Mbalmayo (département du Nyong et So o), ainsi que les représentants des 6 Unions et des 24 GIC qui la composent. Les 4 Unions membres de la Fédération des Unions des Éleveurs de l arrondissement de Bot Makak (département du Nyong et Kellé), qui regroupent 47 GIC. La Coopérative Musemproc, dont le Siège se situe à Awae (département du Mefou et Afamba), mais dont les 47 membres effectifs sont répartis sur l ensemble de la région. Les GIC appartenant à l Union des GIC des planteurs modernes de l Arrondissement de Ntui (département du Mbam et Kim). Les GIC appartenant à l Union des GIC d agriculteurs et d éleveurs de Ntui (département du Mbam et Kim). L Union des GIC des Agriculteurs et Éleveurs de Bokito (département du Mbam et Inoubou), qui regroupe 10 GIC et 101 membres. Les GIC appartenant à la Fédération des Unions des GIC de Femmes d Essé (département du Mefou et Afamba). Le GIC PAB, basé à Bogso (département du Nyong et Kellé). Les GIC Frebael et Vah, basés à Makak et Messondo (département du Nyong et Kellé). Le GIC des Agriculteurs et Éleveurs de Nkosso, à Olanguina (département du Mefou et Afamba). Le GIC Jaas et le GIC des femmes militaires, à Assala (département du Mbam et Inoubou). Région Sud : La Fédération REFEHZO (Réseau des Femmes et des Hommes de Zoetele), basée à Zoetele (département du Dja et Lobo), qui regroupe 42 GIC et une association. Les GIC Espérance et Ansik, basés respectivement à Nsimi et Meyila (département du Dja et Lobo), ainsi que leur Union en cours de création (5 GIC prévus). L Union de GIC LiBéFAT (5 GIC) et l Union des GIC N Di Lem (9 GIC) situées autour de Mvangan (département de la Mvila). La Fédération le Reveil, basée à Efoulan (département de la Mvila), qui comprend 6 Unions de GIC.

14 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 11 L association CEDER (CErcle de Développement des Entrepreneurs ruraux), basée à Ebolowa, regroupant plusieurs Unions de GIC. L Union de GIC UGICO (Union des GIC des Cultivateurs d Olamzé), qui regroupe 4 GIC dans le département de la Vallée du Ntem. L Union des GIC La Transfrontalière, qui regroupe 8 GIC autour d Ambam (département de la Vallée du Ntem). L Union des GIC de Femmes Agricultrices de l Océan, basée à Kribi (département de l Océan), qui regroupe 8 GIC de 8 membres en moyenne chacun. L Union des GIC Producteurs de Maïs d Akom II (département de l Océan), qui regroupe 12 GIC situés aux alentours d Akom II. Le présent rapport ainsi que les annexes régionales Centre et Est précisent, en les illustrant, les activités post-récolte (commercialisation groupée, transformation, approvisionnement en intrants, ) menées par ces OP. Le niveau d avancement est différent selon les cas, mais ces OP sont toutes caractérisées par l intérêt bien compris de l organisation collective et une volonté d aller au-delà de la «simple» organisation des travaux des champs. Dans la région Est, la situation est différente : il existe certes de très nombreux GIC, mais leur activité est, dans la grande majorité des cas, limitée aux travaux des champs. Beaucoup d entre eux ont été créés par opportunisme ou parce que les Autorités locales ont demandé aux villageois de former un GIC. Faute d une activité économique réelle, très peu de délégués ou membres de GIC perçoivent l intérêt de cette forme d organisation. De fait, les GIC apparaissent comme un simple habillage juridique de la pratique traditionnelle de l entraide mutuelle pour les travaux des champs. Il arrive parfois que des délégués de GIC de l Est servent de point de contact pour un acheteur, dans le cadre de sa collecte itinérante. Dans ce cas, le délégué réunit les membres du GIC afin de fixer un prix de vente et, parfois, de répartir les volumes recherchés. Toutefois, les négociations et les transactions demeurent systématiquement individuelles si bien qu il n est pas certain que les règles fixées en commun soient réellement respectées. Il existe donc un certain nombre de bénéficiaires potentiels pour les appuis envisagés par le PACA en matière de cofinancement de projets dans le Centre. Dans le Sud, le nombre semble être plus réduit. Il est très faible dans l Est, dans la mesure où les nombreux GIC existants n ont pas d activité économique réelle. La CNOPCAM apparaît comme un bon moyen pour la pré-identification des OP structurées et fonctionnelles.

15 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PREMIÈRE MISE EN MARCHÉ 2.1. PLANTAIN PRINCIPAUX BASSINS DE PRODUCTION COMMERCIALISÉE ET FLUX «LONGUE DISTANCE» (1) Les principaux bassins de production commercialisée de plantain dans les régions couvertes par l étude sont les suivants : Centre : Axe Ntui Yoko, arrondissement d Essé et arrondissement de Bot Makak. Est : Axes Dimako Mbang, Bertoua Deng Deng Goyoum et Abong Mbang Lomié. Sud : le Sud d une ligne imaginaire entre Sangmelima et Ebolowa, et le Nord Ouest du Dja et Lobo. La géographie de la production commercialisée de plantain est souvent différente de celle de la production sous l effet de deux facteurs : L état des pistes, qui limite, voire empêche l évacuation des plantains en saison pluvieuse. Le rapport entre la consommation locale et la production : certaines zones productrices sont également fortement consommatrices de plantain, si bien que la production disponible pour la commercialisation peut dans certains cas être limitée. Dans les trois régions couvertes par l étude, il est possible de distinguer des bassins principaux de production commercialisée et des bassins secondaires : Les zones principales de production commercialisée sont les suivantes : Région Centre : Villages situés le long de l axe Ntui Yoko, comme Bivouna et Essombe (département du Mbam et Kim). Villages situés le long de la piste entre Essé et Nkoteng, notamment Afanloum, Mengossa, Ekoumoudouma, Bana et le Carrefour Zoa (département du Mefou et Afamba). Arrondissement de Bot Makak et villages situés le long de la piste entre Bot Makak et Bokito.

16 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 13 Région Est : Ouest du département de la Kadeï, avec notamment les axes Dimako- Mbang et Mbang Batouri. Département du Haut Nyong, et notamment l axe Abong Mbang Lomié. Sud-Ouest du département du Lom et Djerem, en particulier l axe Bertoua Deng Deng Goyoum. Région Sud : Le Sud d une ligne imaginaire entre Ebolowa et Sangmelima, en particulier dans la Vallée du Ntem et la zone de Mvangan, au Sud-Est de la Mvila. Le Nord-Ouest du Dja et Lobo, notamment les zones de Sangmelima, Zoetele et Meyomessala. Les zones secondaires de production commercialisée sont les suivantes : Région Centre : Arrondissements de Bokito et Ombessa (département du Mbam et Inoubou). Zone de Nanga Eboko (département de la Haute Sanaga). Zone allant de Mbalmayo à Nkolmetet (département du Nyong et So o). Région Est : Axes Doumé Atok (avec des points de vente informels le long de la RN 10) et Abong Mbang Angossas (département du Haut Nyong). Zone de Gbakonbo dans la périphérie de Bertoua et axe Ndoumbi-Diang le long de la RN 1 (département du Lom et Djerem). Département de la Boumba et Ngoko, en particulier l axe Yokadouma Gari Gombo. Région Sud : L axe Fifinda Elogbatindi, sur la RN 7 reliant Edéa et Kribi. Le Nord Ouest d Ebolowa, en particulier le bassin Efoulan/Lolodorf/Bipindi qui pâtit fortement du mauvais état des pistes limitant fortement, dans le cas d Efoulan, l évacuation vers Kribi et Douala. (2) L essentiel de la production commercialisée de plantain fait l objet de flux «longue distance», dont les principales destinations sont Yaoundé, le Septentrion, le Gabon, la Guinée Équatoriale, la RCA et le Congo. Les flux «longue distance», qui concernent la très grande majorité des flux de plantain, sont les suivants, pour les principaux d entre eux : Région Centre : Des bassins de Ntui et d Essé vers : Yaoundé et, moins fréquemment, Douala.

17 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 14 le Gabon/la Guinée Équatoriale à travers les marchés d Abang Minko o ou de Kye Ossi. Du bassin de Bot Makak vers le Gabon/la Guinée Équatoriale à travers Boumnyebel et Abang Minko o ou Kye Ossi. Région Est : des bassins de Dimako Mbang et Bertoua Deng Deng Goyoum vers : Yaoundé et, moins fréquemment, Douala. Le Septentrion, à travers les gares de Belabo et Goyoum. La RCA et le Congo : ceci est surtout le fait de transporteurs centrafricains ou congolais de retour vers leur pays. Région Sud : Du Nord d une ligne imaginaire Ebolowa/Sangmelima vers Yaoundé. Du Sud de cette ligne vers le Gabon et la Guinée Équatoriale. Les flux «courte distance» portent sur une faible proportion de la production commercialisée : la consommation locale de plantain autre que celle des agriculteurs et de leur famille est essentiellement le fait des habitants des communes urbaines et des quelques fonctionnaires des communes rurales PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PREMIÈRE MISE EN MARCHÉ (1) La collecte itinérante par des acheteurs venus des villes de destination constitue le principal mode de commercialisation du plantain dans les bassins principaux de production commercialisée du Centre et de l Est. La négociation est individuelle entre le producteur et son acheteur. Le mode de commercialisation du plantain, dans le cadre des flux «longue distance», est similaire dans chacun des bassins principaux de production commercialisée du Centre et de l Est : Les acheteuses, venues le plus souvent de Yaoundé ou, dans l Est, du Septentrion, se rendent dans les zones productrices et négocient individuellement avec les producteurs ; certaines acheteuses sont connues des villageois et passent de manière régulière. En cas d accord sur le prix, les quantités, le jour et le lieu de livraison, l acheteuse laisse en général une avance au producteur, comprise entre 20 et 50% de la valeur de la commande ; celui-ci va alors couper les régimes.

18 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 15 Lorsque l acheteuse a réuni suffisamment de régimes pour remplir un camion, elle fait venir un camion de Bertoua ou de Yaoundé. Celui-ci charge les régimes et, accompagné de l acheteuse, retourne à Yaoundé, se rend à la gare de Belabo, pour les plantains à destination du Septentrion ou à Abang Minko o/kye Ossi, pour ceux à destination du Gabon ou de la Guinée Équatoriale. Lorsque les volumes collectés ne permettent pas de remplir un camion, l acheteuse complète par des achats sur les marchés ruraux de détail. (2) Les autres modes de première mise en marché rencontrés sont : Regroupement de l offre à Boumnyebel, pour le plantain produit dans le Nyong et Kellé, puis enlèvement pour le compte d acheteurs gabonais ou équato-guinéens. Apports de régimes sur les marchés hebdomadaires par les producteurs avoisinants. Acheminement de l offre jusqu au marché des communes urbaines. Exportations «informelles», dans une zone comprise entre le Ntem et la frontière avec le Gabon et la Guinée Équatoriale. Dans des cas très isolés : organisation de «marchés» par les producteurs à proximité de leur champ. Regroupement à Boumnyebel de l offre de plantains produits dans le Nyong et Kellé, puis expédition vers le Gabon ou la Guinée Équatoriale. Boumnyebel est une importante place commerciale située sur l axe lourd, entre Douala et Yaoundé. Outre le marché de détail qui se tient tous les 15 jours le long de cet axe, il existe, légèrement en retrait de l axe, un centre de regroupement de plantains, constitué d une dizaine de boxes répartis autour d une aire de chargement pour les camions, et dont la capacité est d environ régimes chacun. Un des boxes est à la disposition des producteurs, et les neuf autres sont gérés par des commerçants qui ne pratiquent que cette activité, et qui sont regroupés dans l ARVIB (Association des Revendeurs de Vivres Frais de Boumnyebel). Les opérations se déroulent de la manière suivante : Les plantains sont acheminés depuis les zones de production par les producteurs ou des collecteurs locaux ; la principale zone qui approvisionne Boumnyebel est l axe Boumnyebel Bokito, et notamment l arrondissement de Bot Makak. Les gérants des 9 boxes réservés aux commerçants achètent les plantains et les stockent jusqu à atteindre de quoi remplir un camion, soit 800 à régimes. Ils contactent alors leurs acheteurs gabonais ou équato-guinéens qui envoient un camion. Ce camion, immatriculé au Cameroun, amène les plantains sur les marchés frontaliers d Abang Minko o ou Kye Ossi, où ils sont

19 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 16 transbordés sur des camions gabonais ou équato-guinéens. Les paiements s effectuent par des agences du type Western Union ou Express Union. Certains gérants indiquent se faire financer par leurs acheteurs. Les producteurs stockant leurs plantains dans le box qui leur est dédié attendent qu un acheteur se présente. Les plantains sont généralement expédiés sur Douala ou Yaoundé. Selon le percepteur de cette place commerciale, les volumes traités seraient de l ordre de régimes par semaine, soit à t par an. Les principales difficultés ressenties sur ce centre de regroupement de l offre sont les suivantes : Le nombre limité de boxes : les producteurs auraient fait une demande pour pouvoir disposer d un second box. Cette demande aurait été refusée faute de boxes disponibles. L ensemble des vendeurs de cette place déplore les conditions médiocres dans lesquelles ils travaillent. En particulier, l aire de déchargement/chargement est en terre, qui se transforme en boue en cas de pluie, et les boxes ne sont pas fermés, ce qui oblige à maintenir une surveillance permanente. Apport de régimes sur les marchés hebdomadaires par les producteurs avoisinants. Pour ce type de mise en marché, il convient de distinguer selon les régions : Dans la région Centre et le Nord Ouest du Dja et Lobo (zone Zoetele/Sangmelima/Meyomessala), les marchés hebdomadaires sont utilisés par des acheteurs spécialisés qui acheminent les plantains vers Yaoundé. Les quantités de régimes apportées par les producteurs sont en général faibles, de l ordre de quelques régimes par producteur : elles dépendent de l éloignement du champ par rapport au marché, de l intensité de leurs besoins de trésorerie et des modalités de transport à leur disposition. Plusieurs acheteurs ont été rencontrés sur les marchés de Bokito, Ombessa, Balamba, Betamba, Nkolmetet et Zoetele. Ces derniers parviennent à réunir des quantités non négligeables de régimes sur ces marchés, puis affrètent localement un camion pour les acheminer vers Yaoundé. Dans l Est, les marchés des communes rurales sont essentiellement des marchés de détail fréquentés par les consommateurs locaux ou des acheteuses de Yaoundé ou du Septentrion cherchant à compléter leur chargement. Les quantités apportées par les producteurs sont faibles. Ces derniers indiquent limiter volontairement les coupes de régimes pour ce type de vente car ils sont dans l incertitude des volumes qu ils pourront écouler sur ces marchés. Ils préfèrent laisser les plantains «pourrir» sur les arbres plutôt que de les couper et les transporter, avec le risque de ne pas les vendre.

20 Besoins en infrastructures de marchés décentralisés au Cameroun Rapport de synthèse / 17 Dans le Sud, la situation est similaire à celle de l Est à l exception des marchés du Nord Ouest du Dja et Lobo (Cf. ci-avant) et d une bande située entre le Ntem et la frontière avec le Gabon et la Guinée Équatoriale (Cf. ci-après). Acheminement de l offre par les producteurs jusqu aux marchés des communes urbaines. Ceci concerne les producteurs disposant de quantités importantes de plantain et situés dans un rayon de 80 à 100 km de Yaoundé et Bertoua, voire Batouri. Certains producteurs rencontrés à Zoetele ont indiqué aller parfois vendre leurs plantains à Yaoundé. La grande majorité des champs n étant pas situés à proximité immédiate des routes goudronnées, ce mode de commercialisation ne peut avoir lieu que lorsque les pistes permettant d atteindre les routes sont praticables. Dans certains cas, il arrive que des producteurs se regroupent de manière informelle ou achètent des quantités complémentaires afin de compléter le chargement. Les regroupements informels se font sur la base des affinités entre personnes : la confiance est indispensable car tous les producteurs n accompagnent pas nécessairement les régimes. Certains producteurs rencontrés à Zoetele ont indiqué se regrouper parfois dans le cadre de GIC pour acheminer leurs régimes à Yaoundé, lorsque la commercialisation sur place est trop difficile. Certains producteurs du Sud acheminent leur production vers les marchés frontaliers de Abang Minko o et Kye Ossi. Ces mouvements sont cependant limités par les mauvaises conditions de déplacement entre Mvangan et Abang Minko o, et entre Meyo Biboulou et Kye Ossi (Cf. ci-après). Exportations «informelles» des plantains vers le Gabon et la Guinée Équatoriale, en particulier ceux produits dans une bande comprise entre le Ntem et la frontière. Note : ces exportations sont dites «informelles» en ce sens qu elles ne franchissent pas un poste frontière ; les plantains étant un produit du cru, ils ne sont en théorie pas soumis à un quelconque droit de douane dans le cadre des échanges intra- CEMAC. Les régions frontalières sont généralement le lieu d intenses échanges informels, et la zone frontalière entre le Cameroun, le Gabon et la Guinée Équatoriale n y échappe pas, en particulier la zone au Sud du Ntem où la mission s est rendue. Les marchés hebdomadaires de Meyo Biboulou, Olamzé, Mengui Kom et Ebengon sont fréquentés par des acheteurs gabonais ou équato-guinéens, qui y enlèvent les quantités commandées la semaine précédente. Ces régimes sont transportés à dos d homme ou avec des brouettes par de jeunes camerounais qui franchissent perpendiculairement la frontière par des chemins tracés dans la forêt jusqu au camion de l acheteur stationné sur une route bitumée située à 3 km côté équatoguinéen ou gabonais.

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services?

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services? Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de prestations de services? 1 Note technique Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC SUR LE FINANCEMENT DE LA COMMERCIALISATION DU CAFE/CACAO AU CAMEROUN : ROLE DU SYSTEME DE RECEPISSE D ENTREPOSAGE/CREDIT WARRANTAGE. Hôtel Framotel, Kribi 5 et 6 octobre

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

Les circuits courts. Sont-il durables?

Les circuits courts. Sont-il durables? Les circuits courts Sont-il durables? Petit rappel instructif Par définition officielle, un circuit court est une modalité de vente qui comporte au maximum UN intermédiaire entre le producteur et le consommateur

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

LE CREDIT DOCUMENTAIRE

LE CREDIT DOCUMENTAIRE LE CREDIT DOCUMENTAIRE Le crédit documentaire est l engagement d une banque de payer un montant déterminé au fournisseur d une marchandise ou d une prestation, contre remise, dans un délai fixé, de documents

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

La qualité des services mobiles en France métropolitaine

La qualité des services mobiles en France métropolitaine Juin 2014 La qualité des services mobiles en France métropolitaine Synthèse de l enquête 2014 ISSN : 2258-3106 Synthèse des résultats de l enquête 2014 de l ARCEP sur la qualité des services mobiles Ce

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

2 Le choix. d une solutiontransport

2 Le choix. d une solutiontransport 2 Le choix d une solutiontransport 1. Première étape : définir les solutions possibles 21 1.1. Le parcours 21 1.1.1. Concernant le lieu de départ (l usine ou l entrepôt dans le cas de l export) 21 1.1.2.

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO Juillet 2011 1 SIGLES ET ABBREVIATIONS APIPAC BRS FCFA IAGU-BAU PMA PROFAUP RUAF URCPO

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées?

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées? Contexte Les Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) sont généralement collectés dans la forêt communautaire (FC) de manière non destructive. Ils constituent une source durable de revenus pour les communautés

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France

Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France Jusqu en 2009, le code du travail stipulait qu en Ile de France, les employeurs publics et privés ont obligation de rembourser

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Didier Taormina Christophe Piard

Didier Taormina Christophe Piard COMMENT AU QUOTIDIEN LA E-LOGISTIQUE RENFORCE LE LIEN CHARGEUR E-COMMERCANT/LOGISTICIEN PRÉPARATEUR/TRANSPORTEUR LIVREUR? DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE INDUSTRIELLE Didier Taormina Christophe Piard Sommaire

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Réalité des installations en agriculture paysanne en France et besoins financiers

Réalité des installations en agriculture paysanne en France et besoins financiers Réalité des installations en agriculture paysanne en France et besoins financiers L'agriculture paysanne «L agriculture paysanne doit permettre à un maximum de paysans répartis sur tout le territoire de

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Projet pilote de développement local communautaire durable

Projet pilote de développement local communautaire durable - 1 - Projet pilote de développement local communautaire durable Projet «Avenir de Nkounda» Zone rurale périurbaine de la Rivière Rouge et de ses environs (Naissance du 5 ème arrondissement de Pointe-Noire)

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis unique relative à l aménagement d un complexe sportif sur le domaine du Bois-Saint-Jean au Sart Tilman à LIEGE

AVIS. Objet : Demande de permis unique relative à l aménagement d un complexe sportif sur le domaine du Bois-Saint-Jean au Sart Tilman à LIEGE AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.392 Liège, le 11 avril 2005 Objet : Demande de permis unique relative à l aménagement d un complexe sportif sur le domaine du Bois-Saint-Jean au Sart Tilman à LIEGE Avis du CWEDD

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE du site de vente en ligne WWW.BOISSELLERIE.FR

CONDITIONS GENERALES DE VENTE du site de vente en ligne WWW.BOISSELLERIE.FR CONDITIONS GENERALES DE VENTE du site de vente en ligne WWW.BOISSELLERIE.FR Article 1 Acceptation des conditions générales de vente Le client reconnaît avoir pris connaissance, au moment de la passation

Plus en détail

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe.

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe. Gixe Statuts d association conforme à la loi du 1er juillet 1901 1 Constitution Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE

LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE SUITE AU PROCES VERBAL DE SYNTHESE ETABLIE PAR LA COMMISSION D ENQUETE A L ISSUE DE L ENQUETE PUBLIQUE DU PROJET REMIS LE 25 JUILLET

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI ACCES AUX MARCHES

NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI ACCES AUX MARCHES COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Secrétariat Exécutif NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Identification des besoins d information des utilisateurs pour le développement des échanges dans la sous région OA. Rapport du SIMA/Niger

Identification des besoins d information des utilisateurs pour le développement des échanges dans la sous région OA. Rapport du SIMA/Niger Identification des besoins d information des utilisateurs pour le développement des échanges dans la sous région OA Rapport du SIMA/Niger mars 2008 1 SOMMAIRE Sommaire... 2 Introduction...3 1 Identification

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL

REGLEMENT DEPARTEMENTAL REGLEMENT DEPARTEMENTAL des Transports Scolaires Département de l Indre D.G.A/R.T.P.E. Service Départemental des Transports Hôtel du Département CS20639 36020 Châteauroux Cedex REGLEMENT DEPARTEMENTAL

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail