LA DEMANDE DE TRAVAIL SALARIÉ PERMANENT ET SAISONNIER DANS L AGRICULTURE FAMILIALE :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA DEMANDE DE TRAVAIL SALARIÉ PERMANENT ET SAISONNIER DANS L AGRICULTURE FAMILIALE :"

Transcription

1 MONTPELLIER SUPAGRO Centre International d Études Supérieures en Sciences Agronomiques École Doctorale d Économie et Gestion de Montpellier LA DEMANDE DE TRAVAIL SALARIÉ PERMANENT ET SAISONNIER DANS L AGRICULTURE FAMILIALE : MUTATIONS, DÉTERMINANTS ET IMPLICATIONS Le cas du secteur des fruits et légumes français Thèse présentée et soutenue publiquement pour obtenir le titre de Docteur en Sciences Économiques (Section C.N.U. n 05) le 27 mai 2010 par Aurélie DARPEIX JURY Rapporteur M. Alessandro CORSI, Professeur à l Université de Turin Rapporteur M. Bernard GAZIER, Professeur à l Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne Examinateur M. Bertrand SCHMITT, Directeur de Recherche, INRA Dijon Examinateur Mme Sophie THOYER, Professeur à Montpellier Supagro Directeur de thèse M. Philippe PERRIER-CORNET, Directeur de recherche, INRA Montpellier Co-encadrante Melle Céline BIGNEBAT, Chargée de recherche, INRA Montpellier 1

2 La demande de travail salarié permanent et saisonnier dans l agriculture familiale : mutations, déterminants et implications. Le cas du secteur des fruits et légumes français Résumé : Le salariat agricole a toujours été invisible, socialement et politiquement. Pourtant, bien que son poids se soit réduit au XX e siècle, son rôle reste encore important dans l agriculture familiale française. Sa place se renforce et sa nature se modifie : le travail saisonnier se développe. Dans un contexte d exacerbation de la concurrence, la compréhension des déterminants de ces mutations et de leurs implications est au centre d un double enjeu : social et de compétitivité. Selon nous, la distinction faite en économie agricole entre famille et salariat est insuffisante pour saisir ces évolutions et leurs impacts sur la performance des exploitations. Nous analysons, théoriquement puis économétriquement, les déterminants de la demande de travail des exploitations familiales en distinguant les salariés permanents des saisonniers. Nous montrons qu une telle distinction permet de mieux comprendre le comportement des exploitants, de révéler des phénomènes de substitution entre les deux types de salariés et d expliciter les mécanismes sous-jacents à ces phénomènes. Nous étudions, de plus, le lien entre la main-d œuvre des exploitations et leur performance. En estimant une fonction de production, nous montrons que les trois types de travail sont inégalement productifs et que la composition de la main-d œuvre influence la productivité des exploitations. Enfin, par l analyse qualitative d un contrat saisonnier particulier et de la flexibilité du travail qu il offre, nous montrons que les formes d emploi en agriculture sont plus complexes que la dichotomie permanents-saisonniers et qu elles invitent à revenir sur le dualisme des formes de flexibilité du travail de la littérature. Mots clés : agriculture familiale, travail salarié, saisonnalité, modèle de ménage agricole, productivité du travail, flexibilité, contrat d immigration temporaire de travail (contrat OMI), France, fruits et légumes. Permanent and seasonal wage labor demand in family farming : changes, determinants and implications. The case study of french fruit and vegetable sector Abstract : Wage labor in agriculture has always been characterized by some invisibility, whether it is in the social or political field. Although its importance has been reduced throughout the 20 th century, it still plays an important role in family farming in France. This role has developed and its very nature changes as seasonal work increases. At a time of increasing competition, understanding these evolutions, their determinants and consequences therefore becomes a double issue of study a social one and one of competitivity. It is our opinion that the classical dichotomy between family work and wage labor is insufficient when highlighting evolutions in the workforce and its impact in terms of the performance of farms. The factors of family farming labor demand are analysed, theoretically and econometrically, by differentiating permanent workers from seasonal ones. Such a distinction gives a better understanding of the farmers behaviour, shows the substitution phenomena between these two types of workers, and gives the reasons for such a substitution. The link between workforce composition and farm performance is also studied. By estimating a production function, we show that the three types of workers are unequally productive and that workforce composition affects farm productivity. Lastly, the qualitative study of a specific seasonal contract and that of the type of labor flexibility such a contract offers, sheds light on how jobs in agriculture are much more complex than the strict division between permanent and seasonal workers. Indeed, they call for a questioning of the dual aspect of labor flexibility generally used in the economic literature. Key words : family farming, wage labor, seasonality, agricultural household model, labor productivity, flexibility, temporary contract of immigration for work (OMI contract), France, fruit and vegetables. Laboratoire UMR MOISA 1110 (Marché, Organisations, Institutions et Stratégies d Acteurs), INRA Supagro, 2 place Pierre Viala, Montpellier Cedex 2 2

3 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 3 TABLES DES TABLEAUX TABLES DES FIGURES TABLE DES ANNEXES TABLES DES ENCADRÉS *** REMERCIEMENTS *** SIGLES ET ABRÉVIATIONS *** INTRODUCTION GÉNÉRALE *** PREMIÈRE PARTIE - LE CONTEXTE : LA PLACE DU TRAVAIL SALARIÉ DANS L AGRICULTURE FAMILIALE CHAPITRE I- TRAVAIL ET MAIN-D ŒUVRE EN AGRICULTURE I - Les caractéristiques du travail en agriculture I.1 - La dépendance vis-à-vis de la nature I.1.1 La dépendance vis-à vis des cycles biologiques : la saisonnalité de l activité agricole et la polyvalence des travailleurs I.1.2 Les aléas climatiques et biologiques : une exigence de flexibilité I.2 - La qualification du travail en agriculture, la polyvalence et le savoir tacite II - La main-d œuvre familiale : l agriculture familiale au centre des débats II.1 - Qu est-ce que la main-d œuvre familiale?

4 II.2 - L agriculture familiale II.2.1 Le travail familial au cœur de la définition de l agriculture familiale II.2.2 L agriculture des pays développés : une agriculture familiale II.3 - L agriculture familiale : persistance ou performance? II.3.1 La persistance de l agriculture familiale II.3.2 L exploitation familiale comme construit politique II.3.3 La performance de l exploitation familiale II.4 - Les caractéristiques de la main-d œuvre familiale II.4.1 Incitations, supervision et niveau d engagement II.4.2 Flexibilité de l offre de travail et coûts de transaction II.4.3 Les compétences disponibles III - La main-d œuvre salariée en agriculture : l histoire d une invisibilité III.1 - L histoire du salariat agricole en France III.1.1 Le salariat agricole à la fin du XIX e siècle et au début du XX e siècle : une part importante de la population active agricole III.1.2 L exode rural : le recul du salariat en agriculture et la montée en puissance des salariés étrangers III.1.3 La modernisation de l agriculture : vers une professionnalisation d un salariat minoritaire? III.2 - Les évolutions récentes III.2.1 Une stabilisation de la part du travail salarié et le développement du travail saisonnier III.2.2 Le renouveau des introductions de travailleurs saisonniers : le développement des contrats OMI depuis III.2.3 Le développement de la prestation de services III.2.4 Les caractéristiques du salariat actuel III.3 - L invisibilité du salariat agricole III.3.1 Invisibilité sociale III.3.2 Invisibilité syndicale et politique III.3.3 Un objet de recherche délaissé III.4 - Les retards dans la législation issus de l invisibilité III.4.1 Le retard du salariat agricole dans l obtention des acquis sociaux III.4.2 La place du Droit Rural dans le retard de la législation concernant les ouvriers agricoles

5 III.4.3 Comprendre les retards de la législation concernant les ouvriers agricoles Conclusion du Chapitre CHAPITRE II- LE SECTEUR DES FRUITS ET LÉGUMES FRANÇAIS : UN TERRAIN D ÉTUDE PERTINENT DE LA DEMANDE DE TRAVAIL SALARIÉ DANS LES EXPLOITATIONS FAMILIALES I - Les principales caractéristiques du secteur I.1 - Des productions périssables très diverses I.2 - Les caractéristiques des exploitations françaises de fruits et légumes I.2.1 Des exploitations très intensives en travail, en intrants et des productions à haute valeur ajoutée I.2.2 La diversité des exploitations de fruits et légumes I.3 - Un secteur peu aidé soumis à une forte concurrence I.3.1 L OCM fruits et légumes I.3.2 Les circuits de commercialisation I.3.3 Le marché des fruits et légumes II - Les mutations du secteur des fruits et légumes français II.1 - Une forte concentration et une importante spécialisation des exploitations de fruits et légumes II.2 - Des évolutions du collectif de travail fortement marquées II.3 - L accroissement de la concurrence sur le coût II.3.1 La rétraction des débouchés II.3.2 L accentuation de la concurrence sur le coût du travail II.3.3 La fragilité du secteur : des crises conjoncturelles et structurelles II.3.4 Le coût du travail agricole en France : l allègement des charges II.4 - Une délocalisation multiforme Conclusion du Chapitre CONCLUSION DE LA PARTIE *** 5

6 DEUXIÈME PARTIE - LA DEMANDE DE TRAVAIL SALARIÉ, PERMANENT ET SAISONNIER, DANS LES EXPLOITATIONS FAMILIALES CHAPITRE III- SAISONNALITÉ ET TENSION SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL SALARIÉ DANS UN MODÈLE DE MÉNAGE AGRICOLE : PROPOSITION THÉORIQUE I - La modélisation du comportement du ménage agricole II - Présentation du modèle théorique III - La maximisation de l utilité espérée du ménage sur deux périodes III.1 - Le programme d optimisation du ménage en période de récolte (saison 2) III.2 - Le programme d optimisation du ménage en période de plantation (saison 1) IV - Les résultats du modèle IV.1 - La contrainte inter temporelle entre les deux périodes (résultat 1) IV.2 - La condition d existence du travail salarié permanent sur l exploitation (résultat 2) IV.3 - Les conditions d existence du travail familial hors et sur de l exploitation (résultats 3 et 4) IV.4 - Le choix optimal du niveau de production (résultat 5) IV.5 - Synthèse et conclusions du modèle théorique V - Démonstration des résultats V.1 - Optimisation en période de récolte (saison 2) V.2 - Optimisation en période de plantation (saison 1) VI - Quelques limites du modèle théorique et propositions de développements Conclusion du Chapitre CHAPITRE IV- LA DEMANDE DE TRAVAIL DES EXPLOITATIONS FAMILIALES ET LES SUBSTITUTIONS ET COMPLÉMENTARITÉS ENTRE LES DIFFÉRENTS TYPES DE MAIN-D ŒUVRE : TEST EMPIRIQUE I - Les travaux empiriques sur les décisions de travail des exploitations agricoles familiales II - Modèle économétrique et méthodologie d estimation

7 II.1 - Les régimes de travail considérés II.2 - Le choix du logit multinomial et ses hypothèses II.3 - L interprétation de la substitution et de la complémentarité III - La présentation des données et les statistiques descriptives III.1 - La base de données et ses limites III.1.1 Le choix de la base de données : des données exhaustives III.1.2 Les limites de la base de données III.2 - La sélection de la sous-population d étude : des exploitations familiales spécialisées en fruits et légumes III.3 - Les variables explicatives de la probabilité d appartenance aux différents régimes III.3.1 Les caractéristiques individuelles de l exploitant III.3.2 Les caractéristiques de la famille III.3.3 Les caractéristiques de l exploitation III.3.4 Les caractéristiques locales III.4 - Les statistiques descriptives de la sous-population étudiée IV - Les résultats économétriques IV.1 - L analyse de l effet des caractéristiques de l exploitant et de sa famille IV.2 - L analyse de l effet des caractéristiques de l exploitation IV.3 - L analyse de l effet des caractéristiques de localisation Conclusion du Chapitre CONCLUSION DE LA PARTIE *** TROISIÈME PARTIE - LA PRODUCTIVITÉ ET LA FLEXIBILITÉ DE LA MAIN- D ŒUVRE EN AGRICULTURE CHAPITRE V- LA PRODUCTIVITÉ DES MAINS-D ŒUVRE FAMILIALE, SALARIÉE PERMANENTE ET SALARIÉE SAISONNIÈRE : TEST EMPIRIQUE I - La productivité de la main-d œuvre en agriculture I.1 - Le lien entre la composition du collectif de travail et la productivité des exploitations d un point de vue théorique

8 I.2 - Le lien entre la composition du collectif de travail et la productivité des exploitations : les travaux empiriques II - Cadre d analyse de l impact du collectif de travail sur la productivité des exploitations III - Données et méthodologie d estimation III.1 - Base de données et définitions des variables III.2 - Sélection de l échantillon et biais potentiels III.3 - Statistiques descriptives de l échantillon III.4 - Méthodologie d estimation sur données de panel IV - Résultats économétriques IV.1 - Estimation de la fonction de production IV.2 - Tests de robustesse Conclusion du Chapitre CHAPITRE VI- UNE FORME DE FLEXIBILITÉ ORIGINALE DE L EMPLOI SAISONNIER AGRICOLE : LE CONTRAT OMI I - Le contrat OMI et sa mise en oeuvre dans les exploitations des fruits et légumes des Bouches-du-Rhône I.1 - Les introductions dans le département des Bouches-du-Rhône : entre rapports de force et cogestion I.2 - La mise en œuvre du contrat OMI dans les Bouches-du-Rhône II - La flexibilité du travail en agriculture et la flexibilité du contrat OMI II.1 - La flexibilité du travail dans le secteur des fruits et légumes II.2 - Les caractéristiques générales des travailleurs OMI selon les employeurs 316 II.3 - La flexibilité originale du contrat OMI et la diversité des usages III - À l origine d une forme de flexibilité originale, les caractéristiques formelles du contrat et le contexte institutionnel local III.1 - Le caractère saisonnier du contrat OMI III.2 - Le déséquilibre contractuel du contrat OMI Conclusion du Chapitre CONCLUSION DE LA PARTIE *** 8

9 CONCLUSION GÉNÉRALE *** BIBLIOGRAPHIE *** ANNEXES

10 TABLES DES TABLEAUX Tableau 1- Calendrier de travail mensuel pour la tomate hors sol (en heure/hectare) Tableau 2- Répartition des heures de travail selon la qualification pour deux types de culture Tableau 3- Répartition des exploitations de certains pays européens (Europe des 12) selon le critère de B. Hill en Tableau 4- Proportion de la surface agricole utile exploitée en propriété en Tableau 5- Répartition du travail agricole sur l ensemble des exploitations françaises en Tableau 6- Place des exploitations familiales en France selon différents critères de définition Tableau 7- Statut juridique des exploitations agricoles françaises en Tableau 8- Evolution de la mécanisation de l agriculture française (en milliers de machines) Tableau 9- Evolution des rendements de quelques productions françaises entre 1949 et Tableau 10- Poids des travailleurs salariés (permanents) dans l agriculture de 1881 à Tableau 11-Evolution de la proportion de salariés déclarant que leur travail est répétitif Tableau 12- Poids des travailleurs salariés (permanents) dans l agriculture de 1881 à Tableau 13- Quantité de travail fourni (UTA) selon les différents types de main-d œuvre dans les exploitations françaises entre 1988 et Tableau 14- Nombre de travailleurs OMI introduits par an et par département et surfaces départementales de fruits, de légumes et de vigne en Tableau 15- Place des travailleurs OMI parmi les saisonniers des exploitations de fruits et légumes en 2000 dans différents départements Tableau 16- Répartition des différents types de travail selon les OTEX en 2007 (% colonne) Tableau 17- Répartition des salariés permanents dans les exploitations en Tableau 18- Principales productions légumières françaises en Tableau 19- Principales productions fruitières françaises en Tableau 20- Répartition des surfaces légumières selon le mode de culture en Tableau 21- Degré de périssabilité des fruits et légumes Tableau 22 - Définition des OTEX prises en considération pour étudier le secteur des fruits et légumes Tableau 23- Répartition des surfaces de fruits et légumes par OTEX en Tableau 24- Caractéristiques structurelles et comptables des exploitations de fruits et légumes et des autres exploitations en Tableau 25- Main-d œuvre des exploitations de fruits et légumes et des autres exploitations en

11 Tableau 26- Place des contrats OMI dans les exploitations de fruits et légumes en Tableau 27- Exploitations familiales dans le secteur des fruits et légumes par rapport au reste du secteur agricole en Tableau 28- Statut juridique des exploitations de fruits et légumes par rapport à celui du reste du secteur agricole en Tableau 29- Famille des exploitations de fruits et légumes et des autres exploitations agricoles en Tableau 30- Caractéristiques structurelles et comptables des exploitations de fruits et légumes selon les différentes OTEX en Tableau 31- Main-d œuvre des exploitations de fruits et légumes selon les différentes OTEX en Tableau 32- Balance du commerce extérieur français en fruits et légumes en Tableau 33- Coûts du travail agricole (saisonnier) dans quelques pays concurrents de la France en Tableau 34- Evolution des surfaces de fruits et légumes entre 1988 et Tableau 35- Evolution des caractéristiques structurelles des exploitations de fruits et légumes et des autres exploitations entre 1988 et Tableau 36- Evolution des caractéristiques comptables des exploitations de fruits et légumes et des autres exploitations entre 1995 et Tableau 37- Evolution de la quantité de travail dans les exploitations de fruits et légumes et dans les autres exploitations entre 1988 et Tableau 38- Evolution de la place des contrats OMI dans les exploitations de fruits et légumes entre 1988 et Tableau 39- Evolution des exploitations familiales dans le secteur des fruits et légumes et dans le reste du secteur agricole entre 1988 et Tableau 40- Evolution de la famille des exploitations de fruits et légumes et des autres exploitations entre 1988 et Tableau 41- Place des saisonniers étrangers dans différents pays européens en Tableau 42 - Coût des CDI et des CDD dans le secteur des fruits et légumes français en Tableau 43- Résumé des conditions d existence des différents types de travail sur l exploitation Tableau 44-Sélection de travaux empiriques sur les décisions de travail des exploitations agricoles 205 Tableau 45- Présentation des régimes de travail Tableau 46- OTEX considérées pour la constitution de la sous-population étudiée (MBS fruits et légumes 50% de la MBS totale) Tableau 47- Place des exploitations familiales au sens strict dans la sous-population étudiée Tableau 48- Description de la sous-population étudiée par rapport à l'ensemble des exploitations professionnelles ayant des fruits et légumes (FL)

12 Tableau 49- Degré de périssabilité des fruits et légumes Tableau 50- Situation comparée des exploitations de la sous-population étudiée en 1988, 2000 et Tableau 51- Les régimes de travail dans la sous-population étudiée Tableau 52- Statistiques descriptives de la sous-population étudiée selon deux grands groupes de régimes Tableau 53- Définition et statistiques descriptives des différentes variables explicatives Tableau 54-Effets marginaux sur la probabilité d appartenir à chacun des régimes de travail Tableau 55-Les différentes formes de flexibilité Tableau 56-Les déterminants de l existence d au moins une année avec valeur ajoutée négative (Estimation Probit, données 2000) Tableau 57- Place des exploitations familiales au sens strict dans l échantillon Tableau 58-Statistiques descriptives de notre échantillon et évolution entre 1995 et Comparaison données pondérées et non pondérées Tableau 59- Moyenne et écart-type des variables du modèle Tableau 60- Résultats de l estimation en panel avec effets fixes Tableau 61- Coefficients d efficience relative des permanents ( 1 + µ ) et des saisonniers ( 1 ν ) Tableau 62- Résultats des estimations en panel (effets fixes) sur des échantillons différents Tableau 63- Résultats des estimations en pooled avec et sans pondération Tableau 64- Résultats des estimations panel (effets fixes) avec la variable indicatrice du passage aux 35h Tableau 65- Résultats des estimations en panel (effets fixes) avec des variables retardées Tableau 66- Résultats de l estimation en panel (effets fixes) d une fonction de production de type Translog Tableau 67- Tableau des corrélations entre les variables explicatives de la fonction de production de type Translog Tableau 68- Nombre moyen de contrats et taux de réintroduction dans les exploitations de fruits et légumes spécialisées des Bouches-du-Rhône Tableau 69- Répartition des contrats OMI selon leur durée de 1999 à 2006 dans les exploitations de fruits et légumes spécialisées des Bouches-du-Rhône Tableau 70- Caractéristiques des exploitations arboricoles et serristes employeuses de travailleurs OMI dans le département des Bouches-du-Rhône

13 TABLES DES FIGURES Figure 1- Evolution annuelle de la quantité de travail nécessaire à l hectare pour différents types de productions Figure 2- Evolution des introductions de travailleurs saisonniers étrangers en agriculture de 1946 à Figure 3- Répartition des UTA agricoles et pourcentage du travail salarié dans le travail agricole par département en Figure 4- Répartition de la production fruitière en France métropolitaine en 2006 (en tonnes) Figure 5- Répartition de la production légumière en France métropolitaine en 2006 (en tonnes) Figure 6- Structure du modèle Figure 7- Calcul du degré de concentration de la production, Indicateur de Herfindahl Figure 8- Calcul du poids des fruits et légumes périssables Figure 9- L entreprise flexible selon J.Atkinson Figure 10- Distribution du logarithme de la valeur ajoutée des exploitations de l échantillon (en 2002) Figure 11- Evolution de la moyenne des logarithmes de la valeur ajoutée (logva), du capital (logk), de la quantité de travail totale (logl) et de la surface agricole utile (logsau) de 1995 à Figure 12- Evolution de la composition du collectif de travail dans les exploitations de notre échantillon entre 1995 et Figure 13- Evolution du nombre d introductions et du nombre de recours dans les exploitations de fruits et légumes spécialisées des Bouches-du-Rhône

14 TABLE DES ANNEXES Annexe 1- La statistique agricole française Annexe 2- Bases de données et matériels de la thèse Annexe 3- Coefficients estimés du logit multinomial Annexe 4- Résultats des estimations du logit multinomial sur un échantillon tenant compte d un critère de définition de l exploitation familiale plus stricte (Critère de Raup) Annexe 5- Résultats du probit visant à comprendre les déterminants du fait d être observés qu une seule année dans le RICA

15 TABLES DES ENCADRÉS Encadré 1- Critère pour définir l exploitation familiale selon B. Hill [1993] Encadré 2- Critères pour définir l exploitation familiale selon G. Djurfeldt [1996] Encadré 3- Définition de la population et de la main-d œuvre agricole selon la statistique agricole française (Sources : Agreste) Encadré 4- Définition de quelques variables comptables utilisées du RICA Encadré 5- L hypothèse de l indépendance des solutions non pertinentes (Independance of Irrelevant Alternatives, IIA) Encadré 6- Cas simple d illustration de l efficacité d une entreprise, Diagramme de Farell [1957]. 262 Encadré 7- Définition du RICA concernant la main-d œuvre et le temps de travail Encadré 8- Définition des variables du RICA utilisées

16 Le Centre International d Études Supérieures en Sciences Agronomiques n entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans cette thèse. Celles-ci doivent être considérées comme propres à son auteur. 16

17 À mes parents et grands-parents, 17

18 REMERCIEMENTS Au moment de terminer ce manuscrit, une évidence apparaît : beaucoup de gens ont contribué, de près ou de loin, à l aboutissement de ce travail. Je tiens à les en remercier. Je tiens tout d abord à remercier chaleureusement mes encadrants qui ont réussi à former un duo solide aux compétences complémentaires, Philippe Perrier-Cornet et Céline Bignebat. Merci à tous deux de votre implication, de votre disponibilité et de votre réactivité. Vous avez su apprécier avec justesse mes difficultés et apaiser mes doutes en proposant sans imposer. Je vous en remercie. J ai eu beaucoup de plaisir à travailler à vos côtés. Je remercie Alessandro Corsi et Bernard Gazier d avoir accepté d être les rapporteurs de cette thèse. Mes remerciements s adressent aussi à Bertrand Schmitt et Sophie Thoyer qui ont participé au jury de soutenance. Je remercie vivement les membres de mon comité de thèse pour leurs conseils avisés sur l avancement de mes travaux. Merci à Michel Blanc, Agnès Holl-Nicaud et Jean-Marie Codron. Merci plus particulièrement à Eve Caroli, Annie Lamanthe et Claude Millier. Nos discussions ont fait grandement d avancer ma réflexion. Merci aux membres de l ANR Migragri et du programme de recherche Salagrifel. J ai beaucoup apprécié d échanger avec vous sur des thèmes de recherche communs. Je remercie également Bruno Vindel et la direction scientifique de l ENGREF qui ont, dès le départ, soutenu ce projet. Je tiens notamment à exprimer mes plus vifs remerciements à Claude Millier dont les conseils et les encouragements m ont été précieux. Merci à Solaya et à Mathilde pour leur coup de main et la première expérience d encadrement qu ils m ont permis de vivre. Je suis reconnaissante à la Direction du Travail des Bouches-du-Rhône et au SCEES de m avoir autorisé l accès à leurs données. 18

19 Je tiens à sincèrement remercier toutes les personnes que j ai interrogées pour le temps qu elles m ont consacré. Même si ce n est que quelques heures passées ensemble, ces entretiens et ces rencontres ont été au cœur de la motivation qui m a permis de mener à bien ce projet. Ces échanges ont donné sens à mon travail. Merci à José-Maria, à Miguel et à Emeline qui ont accompagné mes premiers questionnements en Espagne. Merci à Louis Bretton du CODETRAS pour les portes qu il m a ouvertes et, plus largement, pour son engagement. Je souhaite aussi témoigner toute ma gratitude à l ensemble des membres des UMR MOISA et LAMETA. Les discussions et les échanges avec les chercheurs et les doctorants ont grandement enrichi ma réflexion. Les groupes de travail ont su à chaque fois aiguiser ma curiosité sur des thèmes souvent fort divers. L ambiance du bâtiment 26, de ces midis et de ces goûters, a été un vrai régal. Merci aux membres de mon équipe (EIF) pour les échanges et les discussions. Merci à Nico et à Raphaël d avoir accepté de jeter un œil sur mes calculs au moment où ils ne rentraient plus sur quatre feuilles A4 scotchées. Merci bien sûr à l ensemble des doctorants et des maintenant docteurs avec qui j ai partagé cette belle expérience. Les encouragements mutuels, les discussions endiablées et les bonnes poilades ont embelli le cadre de travail et ont donné naissance à de belles amitiés. Je tiens aussi à remercier chaleureusement le personnel administratif et l équipe de la doc pour leur efficacité et leur sympathie débordante! Merci plus particulièrement à Laurent, Cédric, et Isabelle. Merci aussi à Christophe, Monsieur «Et Bonjour!» pour son sourire au quotidien. Merci à Jean-Pierre Laporte qui m a initié à SAS avec patience, rigueur et générosité. Merci à Éric Cahuzac, Benoit Mulkay et Magali Aubert pour leurs précieux conseils techniques et pour la pertinence de leurs suggestions. Un grand merci à Ibou avec qui j ai partagé tant de bons moments dans notre bureau tropical. Je n aurais pas pu espérer meilleur collègue de bureau. Tu as été un formidable partenaire de thèse, quoique parfois un peu trop récalcitrant aux «Bisous de fin de journée» 19

20 Merci à Emeline. Tes remarques et ton travail m ont été d une aide précieuse en début de thèse, ton amitié l est toujours. Un très grand merci à Miousse, Chichon, Blandine, Nico, Élodie et Sylvaine pour leurs relectures par tranches de ce manuscrit et, plus largement, pour le soutien qu ils m ont apporté. Je tiens évidemment à remercier chaleureusement mes amis pour leur appui et leurs encouragements tout au long de cette aventure. Merci à Sylvaine et Daly qui ont toujours su être présents. Merci à la fine équipe : Ibou, Mèl, Josselin, Élodie et Tristan pour tous les bons moments passés ensemble. Merci à Lolo, Rock Star devant l éternel, pour sa pêche, son sourire et son écoute. Merci à Nina, Marianne et Myriam pour leur sympathie. Merci à Raphaële pour nos déhanchements endiablés et plus largement pour son incroyable gentillesse. Merci à Alex pour ses improbables recommandations cinématographiques et la sensibilité de nos échanges. Merci à Seb pour la sérénité qu il a su m apporter. Merci à Blandine pour son soutien jusque parmi les fourbes! Merci aux irréductibles : Vintz, Math, Seb et Tim et à mon vieux copain de galère, Ben, «mon co de toujours». Une place particulière à Manu, ma troisième sœur. Merci à Romain, pour notre complicité et les moments passés ensemble. Je tiens à remercier bien sûr mes collocs pour notre quotidien ensoleillé et pour la compréhension dont ils ont su faire preuve Merci plus particulièrement à Pauline pour son amitié précieuse et son soutien inconditionnel. Nos quatre années de colloc ont été une chouette expérience, pleine de fous rires, d échanges enrichissants et de bons moments! Merci enfin à ma famille : mes parents, mon frère PE «Chichon», mes sœurs, Steph et Capu, et Antoine, mon beau-frère. Vous avez su, comme toujours, par votre présence, vos petits mots et parfois même votre contribution active à ce travail, me soutenir et me donner ce petit plus qui m est essentiel. De tout cœur, merci. 20

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS

LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS EN ARBORICULTURE FRUITIÈRE Présentation générale Mise à jour : Décembre 2004 Rédacteurs : Benoît PIQUET, ADEFA Tarn-et-Garonne et Christian BADOC, Chambre d'agriculture du Tarn-et-Garonne

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE Le Master Economie Appliquée est destiné à des étudiants ayant reçu une formation universitaire solide en économie, statistiques, mathématiques et économétrie. Ce Master propose un cursus sur deux années

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

L évolution des formes

L évolution des formes L évolution des formes d emploi Présentation du rapport du COE du 8 avril 2014 Commission «emploi, qualification et revenus du travail» CNIS 14 novembre 2014 Conseil d orientation pour l emploi Plan de

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN Groupe de recherche en économie et politique agricoles, Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval SOMMAIRE PRÉAMBULE Daniel-Mercier Gouin est directeur

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX AGRICULTEURS? ELEMENTS DE CONTEXTE L ENJEU DU RENOUVELLEMENT DE LA POPULATION ACTIVE AGRICOLE Les installations ne permettent pas aujourd hui de compenser les départs en

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation?

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation? Quel avenir pour l intérim dans un marche du travail en pleine mutation? Les mutations économiques intervenues au cours des 35 dernières années ont fait naitre de nouvelles organisations du travail 1980

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Agreste Aquitaine. Analyses et résultats

Agreste Aquitaine. Analyses et résultats Analyses et résultats Numéro 84 - mai 2014 La production agricole est par nature soumise aux aléas climatiques. Le phénomène n est pas nouveau. Toutefois, au cours des vingt dernières années, le profil

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN),

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN), 1/8 Discours de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des outre-mer Congrès annuel de l Union Sociale pour l Habitat (USH) Mardi 22 septembre 2015 MONTPELLIER Monsieur le Président du l USH (Cher Jean-Louis

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

! "" "#$% & '( ')* **

!  #$% & '( ')* ** ! "" "#$% & '( ')* ** +, - *.'/ +/001 1 1 2+, 22'20 345 56 + 7 +,,4 8 $% 0"# $% "9'"# $% 7 : 35;5 6; - - - 5 ' * 8 "

Plus en détail

Agriculteurs, comptez sur votre expert-comptable

Agriculteurs, comptez sur votre expert-comptable Agriculteurs, comptez sur votre Analyser un prix de revient, établir un budget, un plan de financement permet d aider au choix et à la mise en place d un statut social, juridique, de conseiller sur le

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

AVERSIONRISK Rôle de l'aversion au risque des agriculteurs dans l'utilisation de pesticides et implications pour la régulation

AVERSIONRISK Rôle de l'aversion au risque des agriculteurs dans l'utilisation de pesticides et implications pour la régulation AVERSIONRISK Rôle de l'aversion au risque des agriculteurs dans l'utilisation de pesticides et implications pour la régulation D. Bougherara, INRA, UMR 1135 LAMETA, F-34000 Montpellier, France APR 2009

Plus en détail

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées 10 Damien décembre Ameline 2010 (CER France Toulouse Midi-Pyrénées) Compétitivité

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Face aux enjeux de restructuration du secteur, quelles sont les perspectives d évolution pour les Centres de Contacts?» Présenté par Laurent Uberti (SP2C) et Eric

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Le globalisme économique du Royaume-Uni

Le globalisme économique du Royaume-Uni Le globalisme économique du Royaume-Uni Alexis GARATTI Artisan et partisan de longue date de la globalisation, le Royaume-Uni souffre plus intensément des effets de la crise. Malgré ces difficultés, les

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

MENTION ADMINISTRATION DES TERRITOIRES ET DES ENTREPRISES

MENTION ADMINISTRATION DES TERRITOIRES ET DES ENTREPRISES MENTION ADMINISTRATION DES TERRITOIRES ET DES ENTREPRISES Les spécialités : MASTER PROFESSIONNEL 00 Management des activités tertiaires () Management public : métiers de l administration territoriale ()

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 5 L'ACTIVITÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 9 EN

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI?

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI? INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES E n s e l i m i t a n t à u n e présentation graphique simple et en insistant sur les déterminants de l'offre et de la demande, on expliquera l'analyse néoclassique du fonctionnement

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES Séminaire Arrêts de travail 20 mai 2014 5/21/2014 1 Introduction Contexte

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Jocelyne Barreau, Delphine Brochard, LESSOR, Rennes 2 L exploitation de l enquête REPONSE que nous avons

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi Le 15 juillet 2013 Madame Rita Dionne-Marsolais Monsieur Gilles Duceppe Coprésidents Commission nationale d examen sur l assurance-emploi Tour de la Place Victoria, C.P. 100 800, rue du Square Victoria,

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier 1 2 INTERVENTION DE MONSIEUR MICHEL JOUVENOT DIRECTEUR DE LA BANQUE

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

COMPATIBILITÉ ET COMPLÉMENTARITÉ DES INSTRUMENTS

COMPATIBILITÉ ET COMPLÉMENTARITÉ DES INSTRUMENTS POUVOIR DE MARCHÉ DES AGRICULTEURS COMPATIBILITÉ ET COMPLÉMENTARITÉ DES INSTRUMENTS Jean-François Sneessens Université Catholique Louvain I II. III. IV. POSITION FAIBLE APPROCHE ÉCONOMIQUE VARIÉTÉS D INSTRUMENTS

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Seconde rencontre nationale des mandatés CHOMAGE CFTC les 17

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

S installer en Massif central, faire vivre un territoire

S installer en Massif central, faire vivre un territoire 16 mars 2012 S installer en Massif central, Le Vee Gilles Machat Marie Marchetti Célia Commanditaire : Amélie Chavarot faire vivre un territoire Diversité des exploitations agricoles au sein du Massif

Plus en détail

Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi.

Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi. Livre Blanc Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi. Sommaire Contributions économiques et sociales de l intérim p. 5 Propositions pour favoriser le maintien dans l emploi

Plus en détail