19 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "19 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com"

Transcription

1 19 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 1 3 m a i P a v i l l o n L e d o y e n : A C H E T E R T O U J O U R S, R E N É G O C I E R E N C O R E A C H E T E U R S E T E M P R U N T E U R S G A R D E N T L A M A I N

2 2014 : ACHETER TOUJOURS, RENÉGOCIER ENCORE - ACHETEURS ET EMPRUNTEURS GARDENT LA MAIN Quelles perspectives pour 2014? Malgré une amorce de baisse des prix en ,7 % sur le marché de l ancien - 1,6 % sur le marché du neuf Mais des évolutions de prix très contrastées d une région à l autre Le marché immobilier paraît encore relativement atone Ancien : transactions en 2013, soit + 3% sur 1 an Mais toujours marasme sur le marché du neuf et de la construction Construction de maisons neuves : -19% ( en 2013) Promoteurs immobiliers : nouvelle chute prévue de 10 à 12 % pour 2014 (67 000) Pourtant, l intérêt des Français pour l immobilier reste intact Janvier-avril 2014 : + 18% de dossiers déposés sur le site meilleurtaux.com par rapport à la même période 2013 (hors renégociation) Sources : meilleurtaux.com, conjoncture Notaires, Fédération des Promoteurs Immobiliers, Union des Maisons Françaises Page 2

3 I LES TAUX EN 2014, TOUJOURS PLUS BAS II LA RENÉGOCIATION, PLUS QUE JAMAIS INTÉRESSANTE III LES CRITÈRES D OCTROI : RESSERREMENT OU RELÂCHEMENT? Page 3

4 I LES TAUX EN 2014, TOUJOURS PLUS BAS 2014 : jusqu où ira la baisse des taux de crédit? En mai, les banques continuent à profiter de la baisse des OAT tout en se livrant à une concurrence acharnée sur les taux 11% 3% 86 % des nouveaux barèmes de taux de crédit reçus au cours du mois d avril sont à la baisse Les taux moyens sont donc au plus bas Baisse Stabilité Variable selon les durées 86% 15 ans 20 ans 25 ans Mars ,05 % 3,40 % 3,75 % Janvier ,05 % 3,35 % 3,73 % Mai ,83 % 3,13 % 3,56 % Source meilleurtaux.com taux hors assurance Page 4

5 I LES TAUX EN 2014, TOUJOURS PLUS BAS Dans un contexte économique complexe, des taux de nouveau historiquement bas Perte AAA S&P s Perte AAA Moody s Perte AA+ S&P s 6% 5% Taux fixe excellent à 20 ans OAT TEC10 Tx Dir. BCE 4% 3% 2,8% 2% 2% 1% 0% 0,25% Ecart (bp) OAT TEC 10 / Taux fixe excellent 20 ans Sources : meilleurtaux.com, Agence France Trésor, Banque de France Page 5

6 I LES TAUX EN 2014, TOUJOURS PLUS BAS Les banques se positionnent à l offensive Distribution des barèmes en fonction du meilleur taux fixe à 20 ans avr-13 mai-13 juin-13 juil-13 août-13 sept-13 oct-13 nov-13 déc-13 janv-14 févr-14 mars-14 avr-14 mai-14 4,50% 0% 0% 0% 0% 0% 0% 1% 1% 0% 0% 1% 1% 1% 1% 4,30% 0% 0% 0% 0% 1% 1% 1% 1% 3% 3% 1% 1% 1% 1% 4,10% 1% 1% 1% 1% 0% 1% 3% 3% 4% 3% 1% 1% 1% 1% 3,90% 5% 4% 4% 2% 2% 3% 1% 0% 0% 3% 3% 1% 1% 1% 3,70% 8% 4% 2% 8% 8% 19% 27% 17% 14% 10% 8% 4% 4% 2% 3,50% 22% 11% 14% 37% 42% 37% 30% 37% 40% 33% 30% 14% 14% 10% 3,30% 42% 56% 58% 34% 27% 32% 29% 30% 29% 34% 36% 20% 20% 22% 3,10% 20% 21% 17% 14% 16% 5% 7% 10% 11% 14% 16% 41% 41% 27% 2,90% 1% 4% 4% 2% 2% 1% 0% 0% 0% 0% 4% 16% 16% 34% 2,70% 0% 0% 0% 0% 0% 0% 0% 0% 0% 0% 0% 0% 0% 0% Source : meilleurtaux.com, taux issus des barèmes bancaires En mai 2014, un tiers des prêts octroyés sur 20 ans, ont bénéficié d un taux compris entre 2,90% et 3,10% hors assurance. Page 6

7 I LES TAUX EN 2014, TOUJOURS PLUS BAS Les emprunteurs en 2014 empruntent à des conditions particulièrement avantageuses Durée 20 ans mars-12 mai-14 Economie / Gain Taux fixe moyen 4,20% 3,13% - 1,07 point Emprunt de Mensualité Coût total Capacité d emprunt pour Le coût d un crédit de est en baisse de plus de 25 % par rapport à mars 2012 La capacité d emprunt pour une mensualité de augmente de Page 7

8 I LES TAUX EN 2014, TOUJOURS PLUS BAS II LA RENÉGOCIATION, PLUS QUE JAMAIS INTERESSANTE III LES CRITÈRES D OCTROI : RESSERREMENT OU RELÂCHEMENT? Page 8

9 II LA RENÉGOCIATION, PLUS QUE JAMAIS INTÉRESSANTE La renégociation ne serait plus «à la mode» Répartition par type d opération des demandes reçues sur le site meilleurtaux.com Renégociation Acquisition Construction Autres Renégociation Acquisition Construction Autres 6% 6% 29% 7% 11% 12% 58% 71% Source : meilleurtaux.com 2013 a été l année de la renégociation de crédit, mais malgré des taux toujours très bas, l engouement semble tari Pourtant, plus d 1 emprunteur sur 2 peut encore faire baisser le coût de son crédit Page 9

10 II LA RENÉGOCIATION, PLUS QUE JAMAIS INTÉRESSANTE La demande n a pas évolué au rythme des taux Demandes de renégociation Taux moyen sur 20 ans ,50% ,31% ,30% ,10% 3,90% ,70% ,47% 3,50% ,21% ,13% ,30% 3,10% 2,90% 0 2,70% Source : meilleurtaux.com Page 10

11 II LA RENÉGOCIATION, PLUS QUE JAMAIS INTÉRESSANTE Si la plupart des Français connaissent la renégociation de crédit 54 % des ans 56 % des professions libérales et cadres supérieurs. En revanche, seul 1 Parisien sur 4 rembourse actuellement un crédit Source : Etude IFOP pour meilleurtaux.com, échantillon représentatif de 1506 personnes, septembre 2013 Page 11

12 II LA RENÉGOCIATION, PLUS QUE JAMAIS INTÉRESSANTE Ils sont encore une minorité à avoir tenté de le faire Environ 1 emprunteur sur 2 peut encore essayer de renégocier son crédit Et ceux qui se seraient heurtés à un refus de leur propre banque ont encore la possibilité d aller voir un courtier Source : Etude IFOP pour meilleurtaux.com, échantillon représentatif de 1506 personnes, septembre 2013 Page 12

13 II LA RENÉGOCIATION, PLUS QUE JAMAIS INTÉRESSANTE Les générations de crédits mi-2007-fin 2009 puis 2011-mi-2012 sont concernées Renégociation souhaitable 5,30% Source : meilleurtaux.com 4,13% 3,50% +/- 1 point d écart 3,50% 3,41% 3,21% mai-14 3,13% Page 13

14 II LA RENÉGOCIATION, PLUS QUE JAMAIS INTÉRESSANTE 3 clés pour une renégociation réussie 1 BÉNÉFICIER D UNE DIFFÉRENCE DE TAUX SUPÉRIEURE À 0,7 POINT Idéalement, plus ou moins 1 point ÊTRE DANS LA PREMIÈRE MOITIÉ DE LA DURÉE DU PRÊT Idéalement, le premier tiers CONSERVER SON BIEN ENCORE QUELQUES ANNÉES Page 14

15 II LA RENÉGOCIATION, PLUS QUE JAMAIS INTÉRESSANTE Quelques freins pour un gain maximum «C est beaucoup de temps passé» Oui, mais passer par un courtier fait gagner du temps «C est compliqué de changer de banque» Ça, c était avant! La plupart des banques propose des services gratuits d assistance à la domiciliation bancaire «Je ne suis pas certain que ça va être si intéressant» Caractéristiques Prêt initial en mai 2011 Renégociation en mai 2014 Economie / Gain Montant Taux 4,30 % (sur 20 ans) (environ de frais compris) 2,96 % (sur 15 ans 11 mois) Mensualité Page 15

16 I LES TAUX EN 2014, TOUJOURS PLUS BAS II LA RENÉGOCIATION, PLUS QUE JAMAIS INTÉRESSANTE III LES CRITÈRES D OCTROI : RESSERREMENT OU RELÂCHEMENT? Page 16

17 III LES CRITÈRES D OCTROI : RESSERREMENT OU RELÂCHEMENT? Des discours catastrophistes Mais quelle réalité? Les banques, régulièrement interrogées par la Banque de France, ont fait état d un durcissement des conditions d octroi en 2013 Les critères d'attribution avr-13 mai-13 juin-13 juil-13 août-13 sept-13 oct-13 nov-13 déc-13 janv-14 févr-14 mars-14 se sont sensiblement durcis se sont quelque peu durcis n'ont pratiquement pas changé se sont quelque peu assouplis se sont sensiblement assouplis Solde des réponses Durcissement Assouplissement Source : Banque de France Pourtant, en 2013, les critères d octroi reçus par Meilleurtaux ont été dans le sens d un assouplissement sur l apport et les revenus Seulement 2 notifications de durcissement Et une dizaine de notifications d assouplissement Page 17

18 III LES CRITÈRES D OCTROI : RESSERREMENT OU RELÂCHEMENT? 2014 : statu quo sur l octroi Meilleurtaux n a reçu aucune notification d assouplissement ou de durcissement des critères d octroi Mais, en 2014, les banques s orientent vers : Stratégie de conquête sur les taux En parallèle, statu quo sur les critères d octroi Toutefois, les conditions d octroi ont évolué : 1. Les banques se sont organisées différemment ce qui peut occasionner des allongements notables de délais de réponse 2. Les profils ciblés sont encore plus précis 3. Les contreparties à la souscription du crédit sont plus institutionnalisées 4. Nouveau concept de taux «sur-mesure» / «à tiroir» Page 18

19 III LES CRITÈRES D OCTROI : RESSERREMENT OU RELÂCHEMENT? Des conditions avantageuses pour les emprunteurs FINANCEMENT À 110 % De nouveau pratiqué Au sein de produits spécifiques par des acteurs nationaux ou spécialistes Ou au cas par cas, après étude du profil Attention : les investissements locatifs sont peu prisés dans ce cadre APPORT Le taux d apport s entend hors frais de notaire 20 % : accès aux grilles préférentielles (couplé avec des revenus élevés) Mais 10 % peut être suffisant OFFRES «JEUNES» Les prêts «mixtes» Période fixe à taux préférentiel, puis période à taux révisable, capé +2/-2 - Ex : 8 ans à taux fixe à 2,85% + 12 ans à taux révisable Les enveloppes «booster», compléments du PTZ Ex : Enveloppe de à taux 0 Possibilité de devenir propriétaire avec peu / pas d apport Les jeunes «à potentiel bancaire élevé» sont particulièrement courtisés TAUX D ENDETTEMENT Le niveau d endettement habituel de 33 % est augmenté à 35 % PROMOS Décotes sur périodes promotionnelles (salons, etc.) Page 19

20 III LES CRITÈRES D OCTROI : RESSERREMENT OU RELÂCHEMENT? Des conditions «win-win» pour les banques et les emprunteurs BONIFICATIONS PAR PRODUIT ACCESSOIRE Le taux est bonifié en cas de souscription de produits complémentaires Ex : Banque A : -0,05 % par produit souscrit Assurance perte d emploi Télésurveillance Assurance Multirisque Epargne BONIFICATIONS PAR PROFIL Le taux est bonifié / malusé par type de profil ou de projet : -0,05 % si apport > à 10 % -0,10 % si apport > à 20 % -0,45 % si revenus > 60 K pour un couple, 40 K pour célibataire Mais +0,15 % si opération locative CIBLES AFFINÉES Les profils dits «VIP» sont complétés par les profils «Premium» Ex : - 0,40 % pour le profil «Premium» (Revenus > 90 K pour un couple, 45 K pour un célib.) Idée de «taux à la carte» / «taux sur-mesure», «à tiroirs» Conditions «sur»-privilégiées pour les revenus les plus élevés Page 20

21 III LES CRITÈRES D OCTROI : RESSERREMENT OU RELÂCHEMENT? Des conditions d octroi en faveur des emprunteurs Pour attirer les meilleurs profils, les banques et leurs offres innovent Les prêts à taux mixtes reviennent sur le devant de la scène Les profils jeunes sont courtisés (les moins de 30 ans sont très recherchés) Les revenus élevés sont «sur-privilégiés» Les ventes complémentaires sont récompensées Le taux à tiroir peut entraîner des décotes pouvant aller jusqu à - 0,80 point En parallèle, certains profils ou projets sont peu prisés L investissement locatif subit des majorations de taux et ne bénéficie pas de prêts d une durée supérieure à 20, voire 15 ans Les résidences secondaires font l objet d études au cas par cas Et les banques, souhaitant préserver leur risque demandent de plus en plus une assurance du prêt à 100 % minimum Page 21

22 CONCLUSION Les emprunteurs gardent la main mais en profitent avec modération 1. Des conditions de taux de crédit historiquement basses et qui devraient le rester jusqu au moins en fin d année 2. Des conditions d octroi favorables même si les banques savent rester prudentes 3. Des prix en baisse même s ils demeurent loin de la correction que certains attendaient et que la situation reste contrastée : St-Etienne : -5,7 % vs Poitiers : +4,3 % - Source Notaires de France 4T 2013 vs 4T 2012 Mais des prévisions 2014 qui semblent reproduire la situation de 2013 Une croissance comparable en volume : +3 % Une évolution disparate sur les prix, selon la qualité du bien et l attractivité de la zone (pôles économiques en hausse au détriment des zones rurales ou périphériques) Page 22

22 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com

22 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com 22 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com CONFÉRENCE DE PRESSE I TAUX TOUJOURS PLUS BAS : jusqu à quand? II RENEGOCIATION DE CREDITS : c est plus que jamais le moment III ASSURANCE EMPRUNTEUR : bilan

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier 16 ème Observatoire du Crédit Immobilier LES BANQUES ONT-ELLES ARRÊTÉ DE PRÊTER? «BANQUES CHERCHENT EMPRUNTEURS». C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 5 n o v e m b r e 2 0 1 2 INTRODUCTION : UN MARCHE

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

2009 : crise ou reprise?

2009 : crise ou reprise? Conférence de presse 2009 : crise ou reprise? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Bernier-Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.bernier-resch@empruntis.com Les prix aujourd hui Les taux

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur 2015. Achat de la résidence principale : qui sont les primo-accédants et les secundo-accédants, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur 2015. Achat de la résidence principale : qui sont les primo-accédants et les secundo-accédants, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur 2015. Achat de la résidence principale : qui sont les primo-accédants et les secundo-accédants, qu achètent-ils? 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016

Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016 Étude annuelle Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016 BILAN DE L ANNÉE 2015 : Évolution des taux en 2015 : les taux d intérêt pour un crédit sur 20 ans ont baissé de 0,15 % au cours des 12 derniers

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

2008 : annus horribilis?

2008 : annus horribilis? Conférence de presse 2008 : annus horribilis? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.63.22.24.18 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives Vers

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain Pictet-Timber Meilleure visibilité sur l immobilier américain Frédéric Rollin Août 2014 L activité immobilière américaine reprend fortement et devrait accélérer en 2015. Dès lors, les prix du bois de construction

Plus en détail

Les gagnants et les perdants du pouvoir d achat immobilier en France" Conférence de presse Paris, 22 mars 2012!

Les gagnants et les perdants du pouvoir d achat immobilier en France Conférence de presse Paris, 22 mars 2012! Les gagnants et les perdants du pouvoir d achat immobilier en France" Conférence de presse Paris, 22 mars 2012! Deux expertises, deux éclairages" Les taux du crédit immobilier! Les prix de l immobilier!

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

DISPOSITIF D AIDE EN FAVEUR DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DE LA PORTE DU HAINAUT

DISPOSITIF D AIDE EN FAVEUR DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DE LA PORTE DU HAINAUT DISPOSITIF D AIDE EN FAVEUR DE L ACCESSION SOCIALE A LA PROPRIETE DE LA PORTE DU HAINAUT Rencontres de l habitat Communauté Urbaine de Dunkerque Le 3 octobre 2008 LE CONTEXTE Les fortes hausses des prix

Plus en détail

Le Prêt à l Accession Sociale (PAS) Document strictement réservé aux professionnels

Le Prêt à l Accession Sociale (PAS) Document strictement réservé aux professionnels Le Prêt à l Accession Sociale (PAS) Direction Marketing Dans un contexte difficile de resserrement du marché immobilier et de disparition du PTZ + dans l ancien, le Prêt à l Accession Social (PAS) peut

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

LES NOUVELLES DISPOSITIONS DU PRET A TAUX 0. Dès le 1er janvier 2016 : les conditions de prêt plus avantageuses dans le neuf et l ancien

LES NOUVELLES DISPOSITIONS DU PRET A TAUX 0. Dès le 1er janvier 2016 : les conditions de prêt plus avantageuses dans le neuf et l ancien LES NOUVELLES DISPOSITIONS DU PRET A TAUX 0 Valable pour tout achat dans le neuf Financement de mon logement jusqu à 40 % Remboursable au bout de 5, 10 ou 15 ans en fonction de mes revenus Prêts extensibles

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Chapitre 6 Résidence principale

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Vivre sans lunettes grâce aux lentilles ou à "jia chirurgie " ~ Renégociez votre crédit immobilier

Vivre sans lunettes grâce aux lentilles ou à jia chirurgie  ~ Renégociez votre crédit immobilier 1056 JANVIER 2011 3,90 Vivre sans lunettes grâce aux lentilles ou à "jia chirurgie " ~ Renégociez votre crédit immobilier Les meilleurs placements en 2011 ~~" P. 26 Page 1/5 VIAG Une nouvelle dimension

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Note de conjoncture Juillet 2015.

Note de conjoncture Juillet 2015. Note de conjoncture Juillet 2015 Alexis contre Mario, le combat de l année Note de conjoncture Juillet 2015. En janvier, Mario Draghi, le président de la banque centrale européenne (BCE), en prenant la

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2016 Le 1 trimestre 2016 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 2 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR CE QU IL FAUT SAVOIR POUR BIEN COMPRENDRE NOTRE ACTIVITE Comment payer moins d impôts? C est la question que se posent

Plus en détail

Les aspirations des acheteurs et les attentes des Français vis-à-vis des agents immobiliers

Les aspirations des acheteurs et les attentes des Français vis-à-vis des agents immobiliers Les aspirations des acheteurs et les attentes des Français vis-à-vis des agents immobiliers Etude annuelle IFOP Conférence de presse du 15 mars 2012 Pavillon Kléber PRÉSENTATION DU RÉSEAU PRÉSENTATION

Plus en détail

SCPI d immobilier résidentiel neuf «bâtiment basse consommation» à capital fixe Dispositif fiscal «Pinel»

SCPI d immobilier résidentiel neuf «bâtiment basse consommation» à capital fixe Dispositif fiscal «Pinel» CILOGER HABITAT 5 Les photos concernent des investissements finalisés par d autres SCPI de CILOGER qui ne préjugent pas des investissements futurs, et sont données à titre d exemples. SCPI d immobilier

Plus en détail

LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE

LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE Vous Conseiller Le Financement L Accompagnement Le Marché Un contexte économique et sociale fragile Le constat actuel pour les primo accédant, et notamment les jeunes ménages

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

Refus : pas de signature. Acceptation : l offre signée est à retourner au prêteur à partir du 11 e et avant le 30 e jour

Refus : pas de signature. Acceptation : l offre signée est à retourner au prêteur à partir du 11 e et avant le 30 e jour Le déroulement du contrat de prêt Le prêteur émet une offre de crédit valable 30 jours Cette offre est adressée obligatoirement par courrier à l emprunteur et à la caution éventuelle (personne physique)

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Financement de l acquisition de parts de SCPI La Française. Partenariat entre La Française et le Groupe CIC

Financement de l acquisition de parts de SCPI La Française. Partenariat entre La Française et le Groupe CIC Financement de l acquisition de parts de SCPI La Française Partenariat entre La Française et le Groupe CIC Une organisation spécifique au service du partenariat 1 point d entrée unique : 1 référent régional

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Le Logement Promotionnel Aidé LPA Ou le Logement Social Participatif LSP

Le Logement Promotionnel Aidé LPA Ou le Logement Social Participatif LSP Le Logement Promotionnel Aidé LPA Ou le Logement Social Participatif LSP Le logement promotionnel aidé (LPA), est une formule fraichement élaborée (depuis 2010) par les pouvoirs publics en remplacement

Plus en détail

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 3

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 3 Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 3 N 110582 Vos contacts Ifop : Fabienne Gomant fabienne.gomant@ifop.com Laure Bonneval laure.bonneval@ifop.com Octobre 2012 1 La méthodologie 1 Note

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 215 Le 4 trimestre 215 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

CRÉDITS. Tout ce que vous devez savoir en matière de crédit. BR, la banque de la Réunion. www.banquedelareunion.fr

CRÉDITS. Tout ce que vous devez savoir en matière de crédit. BR, la banque de la Réunion. www.banquedelareunion.fr CRÉDITS BR, la banque de la Réunion Tout ce que vous devez savoir en matière de crédit. CRÉDITS : Prêt Personnel p 4 Livéo p 5 Prêt Étudiant p 6 Permis à 1 /jour p 8 Prêt Immobilier p10 Prêt Épargne Logement

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E

Plus en détail

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement...

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement... OFFRE NON FISCALE 123VIAGER L immobilier autrement... Permettre aux retraités d améliorer leur niveau de vie Permettre aux actifs de se constituer un patrimoine immobilier dans des conditions favorables

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente

Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente Etude réalisée par pour Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 Dossier semestriel Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 BILAN DE L ANNÉE 2013 : Evolution mensuelle des taux en 2013 : baisse de 0,10% du taux d intérêt sur 20 ans Evolution des taux depuis

Plus en détail

N 38 FÉVRIER 2016 LES MINI-GUIDES BANCAIRES FINANCEMENT. Le prêt à taux zéro. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent

N 38 FÉVRIER 2016 LES MINI-GUIDES BANCAIRES FINANCEMENT. Le prêt à taux zéro. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent FÉVRIER 2016 N 38 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le prêt à taux zéro Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Qu est-ce

Plus en détail

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président Bretagne Juillet 2015 peinent toujours. Le recours à un notaire est incontournable dans une vente immobilière. Il conseille, rédige, authentifie et conserve les actes de vente. C est pourquoi, les notaires

Plus en détail

Mardi 30 juin 2015. Conférence de presse

Mardi 30 juin 2015. Conférence de presse Mardi 30 juin 2015 Conférence de presse STRATÉGIE Les principales orientations Développement - Relation Client - Conformité Résultats distribution des prêts immobiliers 2014 Crédits 31 000 DOSSIERS 5.8

Plus en détail

Vous. souhaitez emprunter. Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :...

Vous. souhaitez emprunter. Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :... CADRE RÉSERVÉ À ENTREPRISES-HABITAT Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :... Date de réception du dossier :... Vous souhaitez emprunter?

Plus en détail

Présentation Demetris Salon du crédit et de l assurance Delta Lloyd Life 23/02/2016 - Kinepolis Imagibraine - Braine l Alleud

Présentation Demetris Salon du crédit et de l assurance Delta Lloyd Life 23/02/2016 - Kinepolis Imagibraine - Braine l Alleud Présentation Demetris Salon du crédit et de l assurance Delta Lloyd Life 23/02/2016 - Kinepolis Imagibraine - Braine l Alleud Demetris Qui est Demetris? Demetris s.a. fait partie d un groupe solide, BNP

Plus en détail

Plan de la Table Ronde

Plan de la Table Ronde Intervenants Michel Duquaire Avocat et Président de l Arapl Rhône Alpes Véronique Durand - Urssaf Evelyne Philippe - RAM Didier Le Bras Allianz Laurence Vieux Rochas HSBC Jean Patrick Bedoucha BNP Laurence

Plus en détail

Observatoire des taux et des prêts de l ADIL de l Oise

Observatoire des taux et des prêts de l ADIL de l Oise Observatoire des taux et des prêts de l ADIL de l Oise Mars 2016 L ADIL de l Oise a mis en place un observatoire des taux et des prêts qui se veut avant tout un outil de présentation pédagogique des prêts

Plus en détail

FÉVRIER 2016 N 38 LES MINI-GUIDES BANCAIRES FINANCEMENT. Le prêt à taux zéro

FÉVRIER 2016 N 38 LES MINI-GUIDES BANCAIRES FINANCEMENT. Le prêt à taux zéro FÉVRIER 2016 N 38 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le prêt à taux zéro 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com Le présent

Plus en détail

Convention AFG : Bilan du marché français du gaz

Convention AFG : Bilan du marché français du gaz Convention AFG : Bilan du marché français du gaz Dominique JAMME CRE Directeur des réseaux Paris, 18 mars 2015 Bilan et perspectives du marché français en 2015 Bilan La concurrence sur le marché de détail

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2016 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes ENQUÊTE 2016 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2016 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES POINTS SAILLANTS

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

La promotion immobilière privée

La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée en Bretagne Romantique est peu active, comme dans l ensemble des territoires périurbains. Les promoteurs restent prudents à lancer de nouveaux

Plus en détail

Soyez paré à une hausse éventuelle des taux.

Soyez paré à une hausse éventuelle des taux. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa) Anticipation Bond 06 II STRATÉGIE p. Pendant une durée de 6 ans, Crédit Agricole CIB Anticipation Bond 06 II vous permettra de profiter d une éventuelle remontée des taux

Plus en détail

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 1- Profil des acquéreurs, tous dossiers Immoprêt confondus A quel âge achète-t-on, quel est le budget et l apport moyen, seul ou en couple? 2- Profil

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

DEXIA. Actionaria 2004. 15 novembre 2004. Département Communication & Finance DEXIA

DEXIA. Actionaria 2004. 15 novembre 2004. Département Communication & Finance DEXIA DEXIA Actionaria 2004 15 novembre 2004 DEXIA Contacts TNS Sofres Communication et Finance Frédéric CHASSAGNE / Fabienne CADENAT 01.40.92. 45.7. / 1.17. 15EW60 Département Communication & Finance FICHE

Plus en détail

Prêt à taux zéro (PTZ)

Prêt à taux zéro (PTZ) Page 1 sur 8 Accueil particuliers > Argent > Crédit immobilier > Prêt à taux zéro (PTZ) Fiche pratique Prêt à taux zéro (PTZ) Vérifié le 07 janvier 2016 - Direction de l'information légale et administrative

Plus en détail

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet Acheter pour louer et investissement locatif L achat d un bien immobilier est considéré comme un placement puisqu il est rentable au fil du temps. Il est possible d obtenir différents types de prêts pour

Plus en détail

Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC

Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC Projets immobiliers des Français : 4 ème baromètre ORPI-CRÉDOC Près d un quart des Français a un projet immobilier dans les mois à venir - 1 Paris, le 18 février 2010 : Depuis 4 ans, le baromètre Orpi-

Plus en détail

15 e OBSERVATOIRE 15 e DU CRÉDIT IMMOBILIER

15 e OBSERVATOIRE 15 e DU CRÉDIT IMMOBILIER 15 e OBSERVATOIRE 15 e DU CRÉDIT IMMOBILIER Avec la participation de Roland Tripard, Président du directoire de SeLoger.com Conférence de Presse Paris, le 12 mars 2012 Hervé Hatt Directeur général de meilleurtaux.com

Plus en détail

www.fnaim69.com Conférence de presse de la chambre FNAIM du Rhône 14 Janvier 2016 1

www.fnaim69.com Conférence de presse de la chambre FNAIM du Rhône 14 Janvier 2016 1 1 INTERVENANTS Source : FNAIM (Janvier 2016) Jean CHAVOT, Président de la chambre FNAIM du Rhône Anne DE PLANCHARD, Vice-Présidente déléguée à la Transaction 2 A VOLUME DE VENTES DANS L EXISTANT 3 VOLUME

Plus en détail

Financer votre acquisition : prêts, partez!

Financer votre acquisition : prêts, partez! Financer votre acquisition : prêts, partez! Vous avez du mal à vous y retrouver dans la jungle des emprunts bancaires, des modalités de financement, du vocabulaire spécialisé? N'hésitez pas à vous renseigner

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER PRÊTS PRÊT CLÉ DE SOL Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque,

Plus en détail

Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes

Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes Sondage Ifop pour OPTIMHOME Mai 2016 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour OPTIMHOME Echantillon Méthodologie Mode de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES!

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! ÉDITO La loi Consommation, dite loi Hamon, adoptée en mars 2014, a été mise en place pour protéger le consommateur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com DOSSIER DE PRESSE POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.66 1 I. Le Marché de l immobilier

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 26, 26 juin 15) Hemve 31

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 26, 26 juin 15) Hemve 31 Le CAC vu de Nouillorque (Sem 26, 26 juin 15) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ Tsipras annonce un referendum le 5 juillet sur le plan d aide, La Grèce s achemine

Plus en détail

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Suivez l activité des entreprises du Rhône NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre 2014 STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Malgré une fin d année 2013 conclue avec un regain d'activité et des perspectives

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Marché résistant en 2011 et en repli en 2012

Marché résistant en 2011 et en repli en 2012 Trimestriel n 31 janvier 212 Marché résistant en 211 et en repli en 212 L année 211 aura encore été un bon cru pour l immobilier résidentiel, mais avec un contraste entre neuf et ancien. Dans le logement

Plus en détail

Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com

Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com Introduction Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 2 Présentation du 11 e Observatoire du Crédit Sandrine ALLONIER Responsable des études économiques 3 6,00% Evolution des taux des marchés

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2012 Durée : 3 heures BTS Banque : Coefficient 2 BTS Professions Immobilières : Coefficient

Plus en détail

CRÉDIT IMMOBILIER BILAN 2012, PERSPECTIVES 2013

CRÉDIT IMMOBILIER BILAN 2012, PERSPECTIVES 2013 Dossier semestriel CRÉDIT IMMOBILIER BILAN 2012, PERSPECTIVES 2013 BILAN DE L ANNÉE 2012 : Évolution mensuelle des taux en 2012 : baisse de 0,8 % du taux d intérêt sur 20 ans Évolution des taux depuis

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Le 13 octobre 2009 Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels L Autorité des marchés financiers a constaté au cours de ces dernières

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et brève analyse mises à disposition de sa clientèle par :

MSI ÉTUDE. Données et brève analyse mises à disposition de sa clientèle par : ÉTUDE CONSTRUCTION EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Septembre 2011 Données et brève analyse mises à disposition de sa clientèle par : Reports sarl 231 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon France Tel : +33 (0)4

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Le marché immobilier vu par MeilleursAgents 1. Les prix a. Nos prévisions

Plus en détail