TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL"

Transcription

1 TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL 1. Principe général du fonctionnement cérébral 2. Notions de base en physiologie sensorielle 2.1 Fonctions et organisation générale du système nerveux central (SNC) 2.2 Les différentes composantes de la sensibilité 2.3 Les quatre dimensions de la sensibilité 2.4 Modalité, quantité, qualité et leurs supports organiques, dans l exemple de la vision 2.5 Les récepteurs peuvent être classés selon leur stimulus spécifique II ORGANISATION DES VOIES ET DES CENTRES NERVEUX 1 Les voies primaires 2 Les voies non primaires III TRAITEMENTS DE L INFORMATION SENSORIELLE 1 Transduction du message sensoriel 2 Traitement de la modalité sensorielle 3 Codage de l intensité du stimulus 4 Codage temporel du stimulus : l adaptation 5 Codage spatial du stimulus : le champ récepteur et l inhibition latérale IV PHYSIOLOGIE SUBJECTIVE 1 La mesure des seuils Dr. Jean Valat 1 Université Montpellier II

2 I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL 1. Principe général du fonctionnement cérébral L information est traitée selon une séquence «entrée-intégration-sortie» Fig.1 : Principes de fonctionnement du système nerveux. Le cerveau intègre une information et, à différents niveaux d organisation produit des actions par rapport à cette information. 2. Notions de base en physiologie sensorielle 2.1 Fonctions et organisation générale du système nerveux central (SNC 1 / Réception et codage des informations (1) par l intermédiaire de capteurs, les organes des sens. 2/ Transmission des signaux codés par les fibres nerveuses sensorielles utilisant un processus électro-chimique (potentiel d action, neurotransmetteur) (2) 3/ Traitement dans les organes centraux (3) 4/ Transmission d ordres codés par les fibres nerveuses motrices (ou le système végétatif) (4) 5/ Production d effets moteurs et subjectifs : sensations, pensés, affectivité, créativité (5) Fig.2 : Les différentes étapes du traitement de l information. Dr. Jean Valat 2 Université Montpellier II

3 2.2 Les différentes composantes de la sensibilité Les différentes sensibilités de l organisme sont classées en 2 grandes catégories - la sensibilité générale ou somesthésie o Extéroceptive : sensibilité superficielle cutanée o Proprioceptive : sensibilité musculaire et articulaire o Intéroceptive : sensibilité des viscères o Nociceptive : sensibilité douloureuse - les sensibilités desservies par des appareils sensoriels ou sensorialité o Téléceptive : vision, audition, odorat o Chémoceptive : goût o Labyrinthique : orientation dans l espace 2.3 Toute modalité sensorielle (sens, modalité, c est à dire toutes les impressions sensitives qui sont transmises par un organe sensoriel, par ex. l œil) est composée de 4 dimensions élémentaires : La qualité La quantité La dimension spatiale La dimension temporelle Groupement d impressions sensitives apparentées ou semblables, par ex., pour la vue le niveau de gris (valeur de noir et blanc) et la couleur. Intensité d une sensation, par ex. l intensité de la perception de luminosité, la richesse des couleurs. Interaction des sensations dans la structure tridimensionnelle de notre entourage et de notre corps permettant la localisation de la stimulation. Interactions de la sensation dans la structure temporelle de l entourage ; la capacité de situer des stimulus dans le temps varie beaucoup selon les organes sensoriels (par ex. la vision est d une haute précision, mais la température est très approximative). 2.4 Modalité, quantité, qualité et leurs supports organiques, dans l exemple de la vision Fig.3 : Modalité sensorielle et qualité du stimulus Dr. Jean Valat 3 Université Montpellier II

4 2.5 Les récepteurs peuvent être classés selon leur stimulus spécifique Le mécanorécepteur Le thermorécepteur Le chémorécepteur Le photorécepteur Le nocicepteur Enregistre toute déformation mécanique, située par ex. dans la peau, dans les muscles, au niveau de l oreille et dans l organe vestibulaire. Enregistre un refroidissement ou un réchauffement, surtout au niveau de la peau, mais aussi dans l hypothalamus et dans d autres structures nerveuses centrales. Réagit aux stimuli chimiques, citons par ex. les récepteurs de l olfaction et de la gustation. Réagit aux photons, donc à la lumière visible ; ce sont les cônes et les bâtonnets de la rétine. Est spécialisé pour enregistrer des stimulus potentiellement nocifs pour les tissus. II ORGANISATION DES VOIES ET DES CENTRES NERVEUX Fig.4 : Les différents niveaux de traitement de l information somatosensorielle. Fig.5 : Organisation somatotopique de la représentation du corps au niveau du cortex somatosensoriel Dr. Jean Valat 4 Université Montpellier II

5 III TRAITEMENTS DE L INFORMATION SENSORIELLE 1 Transduction du message sensoriel Transduction sensorielle : Processus par lequel les récepteurs sensoriels convertissent l énergie des stimuli en signaux électriques. Fig.6 : La dépolarisation de la membrane de l axone entraîne l ouverture de canaux Na+ activés par le voltage. Le courant entrant de Na+ augmente alors la dépolarisation, ce qui accroît le nombre de canaux Na+ qui s ouvrent. Lorsque le seuil est atteint, les courants des canaux Na+ l emportent sur le potentiel de membrane et donnent naissance à la phase ascendante initiale du potentiel d action. Fig.7 : Le stimulus entraîne des modifications de la perméabilité membranaire de la membrane du récepteur (en général ouverture des canaux sodium) et ainsi une dépolarisation locale. Cette dépolarisation est appelée potentiel récepteur qui donnera naissance au potentiel générateur. L amplitude du potentiel générateur croît avec l intensité du stimulus et lorsqu il atteindra une valeur critique, il donnera naissance à des potentiels d action (PA). Potentiel de récepteur : Variation du potentiel de membrane des neurones récepteurs survenant lors de la transduction sensorielle. Potentiel générateur : Variation intermédiaire du potentiel de membrane au niveau précis de l initiation des potentiels d action. Dr. Jean Valat 5 Université Montpellier II

6 2 Traitement de la modalité sensorielle : la spécificité des organes des sens se traduit par la «loi des énergies spécifiques». Un système sensoriel exige des récepteurs distincts pour discriminer les différentes formes d énergie. Fig.8 : Spécificité des récepteurs de l audition (à gauche) et de la vision. Loi des énergies spécifiques: Les récepteurs et les voies nerveuses, utilisés par les différentes modalités sensorielles, sont indépendants, et présentent, pour chaque modalité, un fonctionnement spécifique. Fig.9 : Indépendance des voies sensorielles Les récepteurs réagissent avec une efficacité optimale à une seule forme de stimulus qui est appelé le stimulus spécifique. Par ex. le stimulus spécifique pour l œil est une onde électromagnétique d une longueur de 400 à 800 nm, pour l oreille une onde sonore de 20 à Hz. Toutefois, d autres stimuli, par ex. électrique, peuvent également stimuler les récepteurs, ce sont les stimuli non spécifiques. 3 Codage de l intensité du stimulus Fig.10 : Effet de la variation d intensité d une stimulation sur l amplitude des potentiels récepteurs. Dr. Jean Valat 6 Université Montpellier II

7 La première étape du codage de l intensité d un stimulus s effectue par l analyse de l amplitude du potentiel générateur qui augmente en fonction de l intensité du stimulus. Une fois le seuil atteint, celui ci va déclencher des PA, le codage va alors s effectuer en fréquence des PA. Fig.11 : L enregistrement de l activité électrique d une fibre nerveuse montre qu il existe une relation entre l intensité du stimulus et la fréquence des PA. La réponse du récepteur va dépendre de l intensité du stimulus. Le point d origine de la courbe est un caractère important puisqu il correspond à la plus petite intensité du stimulus capable de produire une réponse, c est le stimulus seuil. C est ce stimulus seuil qui va déclencher au niveau du récepteur une décharge de PA. Stimulus absolu: Plus petite intensité du stimulus capable de produire une réponse. Seuil absolu de perception : Plus petite intensité du stimulus capable de provoquer une sensation. Fig.12 : Codage de l intensité. (a) Fréquence de décharges dans trois cellules nerveuses, ayant chacune un seuil différent, bas, moyen ou élevé. Les réponses de chaque cellule s étendent sur une fraction de l échelle globale des intensités du stimulus. (b) Bien qu aucune de ces cellules ne soit capable de répondre plus rapidement que 150 fois par seconde, la somme des trois peut fournir une fréquence de réponse variant entre 0 et 450 décharges par seconde, indiquant avec précision l intensité du stimulus. Le codage de l intensité d un stimulus se fait donc en trois étapes, tout d abord par un codage en amplitude au niveau du potentiel générateur, une fois le seuil critique atteint on a un second codage en fréquence des PA et pour des stimulations de forte intensité un troisième mécanisme intervient qui est le recrutement de cellules sensorielles à seuil élevé. 4 Codage temporel du stimulus : l adaptation Adaptation : Perte progressive de la sensibilité des récepteurs lorsque la stimulation est maintenue. Dr. Jean Valat 7 Université Montpellier II

8 Fig.13 : Décharges de récepteurs s adaptant à différentes vitesses. (A) PA d un récepteur à adaptation très rapide (a), modérément rapide (b) et lente (c). Les récepteurs toniques ou statiques Les récepteurs phasiques ou dynamiques récepteurs à adaptation lente qui répondent durant toute la durée de la stimulation. Ces récepteurs renseignent sur la valeur absolue de l intensité de la stimulation et sur la persistance du stimulus (ex. fuseau neuromusculaire, récepteurs labyrinthiques). récepteurs à adaptation rapide. Ils sont mis en jeu uniquement par des modifications de l intensité du stimulus, ils traduisent donc les variations du stimulus en fonction du temps. Fig.14 : En fonction du type de récepteur on observe deux types de réponses à la fin de la stimulation. Les récepteurs phasiques répondent par une bouffée de PA au début et à la fin de la stimulation (réponse «onoff») (a). Les récepteurs de type tonique, l arrêt de la stimulation est marqué par une inhibition du récepteur (b). L adaptation d un récepteur a pour rôle de : - mieux se préparer à répondre à la prochaine stimulation - ne pas encombrer inutilement le SNC par des stimulations non significatives. 5 Codage spatial du stimulus : le champ récepteur et l inhibition latérale Le champ récepteur d un neurone sensoriel correspond à la région de la surface du corps ou de l espace visuel, dont la stimulation provoque une variation de son activité. Le champ récepteur peut être plus ou moins étendu en fonction de la densité des récepteurs. La taille du champ récepteur déterminera la finesse de la localisation et le pouvoir de discrimination d un système sensoriel. Inhibition latérale : Phénomène dans lequel des neurones interconnectés inhibent les neurones voisins, produisant ainsi des contrastes à la limite des régions. Dr. Jean Valat 8 Université Montpellier II

9 Le champ récepteur d un neurone sensoriel est constitué de deux parties, un centre et une périphérie antagonistes l un de l autre. Fig. 15 : Champ récepteur d une cellule sensorielle visuelle. Fig.16 : Rôle de la densité des récepteurs dans la détection d un stimulus. Fig. 17 : La taille du stimulus est codée par l étendue spatiale du champ récepteur du neurone. Dr. Jean Valat 9 Université Montpellier II

10 Fig. 18 : Le chevauchement des champs récepteurs diminue le pouvoir de détection des systèmes sensoriels. En 1, deux stimulus sont détectés. En 2, un seul stimulus est détecté. Le pouvoir de détection et le pouvoir de discrimination d un système sensoriel dépendent : - de la densité des récepteurs - de la taille des champs récepteurs - du degré de chevauchement des champs récepteurs. En général, un stimulus excite de nombreux récepteurs simultanément. L ensemble des impulsions des afférences contient l information complète du stimulus sur son étendue, son intensité et sa durée. Cette information est analysée par le SNC. Pour tous les sens cette analyse s effectue dans différents relais situés entre le récepteur et le cortex cérébral Fig.18 : Inhibition latérale : Distribution spatiale d une excitation sans inhibition latérale (en bleu) et avec inhibition latérale (en rouge). L inhibition latérale permet de limiter l excitation à une petite population de neurones et accroît ainsi la sensibilité au contraste. Dr. Jean Valat 10 Université Montpellier II

11 Fig.19 : Conséquences perceptives de l inhibition latérale. Chaque barre de la série de gauche représente en fait une couleur uniforme ; mais chacune apparaît plus claire à gauche et plus sombre à droite. Au centre les valeurs réelles de l intensité du stimulus et à droite les intensités perçues. IV PHYSIOLOGIE SUBJECTIVE Tous les systèmes sensoriels peuvent être étudiés par la mesure des seuils. Le seuil absolu C est la plus petite intensité du stimulus capable de déclencher des potentiels d action dans les fibres nerveuses sensorielles. Le seuil de perception C est la plus petite intensité du stimulus capable d évoquer une sensation. Sa mesure s effectue par la méthode des limites. Le seuil différentiel C est la plus petite différence entre deux stimulations juste perceptible. Le seuil spatial C est la plus petite distance perceptible entre deux points. Bibliographie Neurophysiologie fonctionnelle; P. Buser et M. Imbert; Collection Méthodes, Hermann; 1975 Fundamentals of sensory physiology; R.F. Schmidt; Springer-Verlag, 1981 Psychobiologie ; Rosenzweig, Leimann Breedlove ; De Boeck, 1998 Physiologie ; R.F. Schmidt ; De Boeck, 1999 Cerveau et comportement ; B. Kolb et I. Whishaw ; De Boeck, 2008 Dr. Jean Valat 11 Université Montpellier II

Les Systèmes Sensoriels La somesthésie

Les Systèmes Sensoriels La somesthésie Les Systèmes Sensoriels La somesthésie PLAN 1. Généralités sur les systèmes sensoriels 2. La sensibilité tactile 3. La nociception 4. La proprioception 5. Les voies afférentes de la sensibilité 6. La représentation

Plus en détail

LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE. Plan du cours. B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps

LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE. Plan du cours. B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE Plan du cours I LA SENSIBILITE TACTILE A/ Les mécanorécepteurs B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps C/ Les voies somesthésiques

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive. Nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur

Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive. Nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur Page1 Dr CAILLOCE Prépa IADE 2009 Les voies de la douleur La douleur est une impression anormale et pénible reçue par une partie vivante et perçue par le cerveau. C'est une expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception. Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel. vincent.roy@univ-rouen.

Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception. Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel. vincent.roy@univ-rouen. Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception vincent.roy@univ-rouen.fr Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel http://www.retinalmicroscopy.com/bipolar.html http://psychobiologierouen.free.fr

Plus en détail

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle La posture, ou position de notre corps dans l espace, est

Plus en détail

La transmission de l influx nerveux

La transmission de l influx nerveux La transmission de l influx nerveux 1 1. Découverte de l activité éléctrique des neurones 2 Luigi Galvani (1737 / 1798) Montre qu un courant électrique appliqué à un nerf provoque la contraction des muscles

Plus en détail

Module 2 L état clinique d une personne

Module 2 L état clinique d une personne Hospices Civils de Beaune Module 2 L état clinique d une personne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 30/10/15 Durée : 3h30 Anatomie-Physiologie Le système nerveux Les organes

Plus en détail

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Vision. Plan du cours

Vision. Plan du cours Plan du cours La rétine...2 La rétine : un véritable tissu nerveux... 2 Les deux types de récepteurs et leurs rôles : rétines centrale et périphérique... 3 Rappel sur le mécanisme de phototransduction...

Plus en détail

Introduction. Organisation générale. Organisation générale. Environnement SNC. Récepteur. Récepteur. 1 Stimulus. 5 Réponse

Introduction. Organisation générale. Organisation générale. Environnement SNC. Récepteur. Récepteur. 1 Stimulus. 5 Réponse Introduction Environnement Organisation générale Organisation générale 1. Fonctionnement général des systèmes sensoriels 2 Récepteur 1 Stimulus SNC 3 4 Récepteur 5 Réponse Expériences passées Organisation

Plus en détail

Chapitre 1 : Le système somesthésique

Chapitre 1 : Le système somesthésique Neurophysiologie Chapitre 1 : Le système somesthésique Docteur Colin DERANSART MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Le système somesthésique 1. Généralités

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

CHAPITRE 2 : LA PERCEPTION

CHAPITRE 2 : LA PERCEPTION CHAPITRE 2 : LA PERCEPTION La perception = résultat d une interaction entre la personne et l environnement Elle est unique Elle est très utile au marketing : elle cherche à donner aux consommateurs des

Plus en détail

Télévision. Signal Vidéo Image

Télévision. Signal Vidéo Image Télévision Signal Vidéo Image Objectif, introduction Étude du signal vidéo Rappel : vision, sensation visuelle Signal de luminance Cinéma, projection des images Vidéo 50 Hz analyse et reconstruction de

Plus en détail

CHAPITRE 16 LE CORTEX SENSORIEL ET LA PLASTICITÉ DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL

CHAPITRE 16 LE CORTEX SENSORIEL ET LA PLASTICITÉ DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL CHAPITRE 16 LE CORTEX SENSORIEL ET LA PLASTICITÉ DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL Malgré la mise en place d un plan d organisation du système nerveux commun à tous les vertébrés (2 nd ) et le contrôle génétique

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I Introduction générale 1

TABLE DES MATIÈRES. I Introduction générale 1 TABLE DES MATIÈRES I Introduction générale 1 1 Introduction à la réalité virtuelle 3 1.1 Fondement de la réalité virtuelle...................... 3 1.1.1 Introduction................................ 3 1.1.2

Plus en détail

Généralités sur le traitement de l'information dans les systèmes sensoriels

Généralités sur le traitement de l'information dans les systèmes sensoriels Généralités sur le traitement de l'information dans les systèmes sensoriels Sensibilité L'appareil sensoriel Récepteurs Voies nerveuses Centres nerveux Définitions Sensibilité Transduction Encodage Transmission

Plus en détail

L oreille. Module APP

L oreille. Module APP L oreille Module APP Introduction C est un organe pair et symétrique Occupe des cavités creusées dans le rocher (os du crâne) Assure 2 fonctions : Audition et équilibration Plan Pré requis Anatomie de

Plus en détail

Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC

Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC Il existe 3 types de motoneurones dans la corne ventrale antérieure de la moelle épinière

Plus en détail

Exploration d une surdité

Exploration d une surdité Exploration d une surdité Surdité Terminologie : Surdité : atteinte de l audition quelle qu en soit la sévérité Hypoacousie : baisse modérée Cophose : surdité totale Toute impression de mauvaise audition

Plus en détail

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE Dans les prérogatives du niveau 4 figure la possibilité d amener des plongeurs jusqu à la zone lointaine. Sur un plan de la sécurité, cela requiert de nouvelles contraintes.

Plus en détail

Toucher digital humain : transduction mécanique de l information tactile et rôle des empreintes digitales

Toucher digital humain : transduction mécanique de l information tactile et rôle des empreintes digitales Toucher digital humain : transduction mécanique de l information tactile et rôle des empreintes digitales La perception tactile digitale humaine fait de la main un outil d une exceptionnelle précision.

Plus en détail

DEFINITIONS DES MOUVEMENTS

DEFINITIONS DES MOUVEMENTS DEFINITIONS DES MOUVEMENTS L ostéopathe, qui se veut être un spécialiste du mouvement en restituant la mobilité des structures qu il traite quotidiennement, se doit de posséder la terminologie adéquate.

Plus en détail

La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales

La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales Auteur (130 signes) Christine Azevedo Coste Chercheuse au Laboratoire d Informatique et de Microélectronique de Montpellier (LIRMM) et

Plus en détail

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision Perception Bases neurophysiologiques de la vision Anatomie de l œil Vaisseaux sanguins rétinaux Paupière Cornée Nerf optique Muscles extraocculaires Rétine Anatomie de l œil cornée Pupille Liquide aqueux

Plus en détail

Thème: La représentation visuelle

Thème: La représentation visuelle Thème: La représentation visuelle Chapitre 3: Les voies visuelles : des photorécepteurs au cortex visuel I- Structure de l œil Œil = organe des sens spécialisé dans la perception des stimuli visuels. On

Plus en détail

3.2 Constituants d un système. Capteur à ultrasons Capteur de présence

3.2 Constituants d un système. Capteur à ultrasons Capteur de présence - Société & développement durable - Technologie - Communication 3.2.3 Acquisition et codage de l information 1 Introduction Anémomètre Capteur solaire Capteur à ultrasons Capteur de présence Capteur de

Plus en détail

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels La rétine constitue l organe sensitif de l œil : c est elle qui capte les signaux lumineux et les transmet au cerveau

Plus en détail

Système Nerveux TD 1

Système Nerveux TD 1 Licence 2 Système Nerveux TD 1 La Sensorialité Le Système Nerveux Périphérique (SNP) Partie Sensitive Emilie SIMONEAU TD1 Plan I. Introduction II. III. IV. Récepteurs Sensoriels Conversion des Stimuli

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

Partie 2/Chapitre 3 : le système nerveux : organisation, physiologie et pathologies

Partie 2/Chapitre 3 : le système nerveux : organisation, physiologie et pathologies Partie 2/Chapitre 3 : le système nerveux : organisation, physiologie et pathologies L activité de l ensemble des organes est en permanence régulée et ajustée par un contrôle nerveux et hormonal. Le système

Plus en détail

Introduction 08/03/2017. L2S4 Psychophysiologie. Les bases de la psychophysiologie. La sensorialité (10h) - Principes de base de la sensorialité (2h)

Introduction 08/03/2017. L2S4 Psychophysiologie. Les bases de la psychophysiologie. La sensorialité (10h) - Principes de base de la sensorialité (2h) L2S4 Psychophysiologie Les bases de la psychophysiologie La sensorialité (10h) - Principes de base de la sensorialité (2h) - L audition (4h) - La vision (4h) - La somesthésie (2h) Cyril Rivat cyril.rivat@umontpellier.fr

Plus en détail

Calcul de forces de réaction

Calcul de forces de réaction Calcul de forces de réaction Calculer la force musculaire, F M, du biceps brachii pour maintenir la charge et calculer la force de réaction articulaire, F C, au niveau du coude. L avant-bras et la main

Plus en détail

TRAITEMENT des IMAGES. VISION par MACHINE

TRAITEMENT des IMAGES. VISION par MACHINE TRAITEMENT des IMAGES et VISION par MACHINE MASTER PRO INFO 2011/2012 Vézien.@limsi.fr Vision par Machine 1 V. SYSTEME VISUEL HUMAIN Vision par Machine 2 Pourquoi l étudier? Le système visuel humain fait

Plus en détail

METHODOLOGIE DE CONSTRUCTION D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE EN ARTS VISUELS

METHODOLOGIE DE CONSTRUCTION D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE EN ARTS VISUELS METHODOLOGIE DE CONSTRUCTION D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE EN ARTS VISUELS Tout enseignant est confronté à la question de l apprentissage de ses élèves. Qu est-il opportun qu ils apprennent? Une partie

Plus en détail

La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales

La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales Auteur Christine Azevedo Coste Chercheuse INRIA au Laboratoire d Informatique et de Microélectronique de Montpellier (LIRMM) et membre

Plus en détail

Cerveau en fiches. Chapitre 3 : Dans ce chapitre. Vision. Audition. Gustation et olfaction. Toucher et douleur. Vision

Cerveau en fiches. Chapitre 3 : Dans ce chapitre. Vision. Audition. Gustation et olfaction. Toucher et douleur. Vision Cerveau en fiches Chapitre 3 : Sensation et perception Dans ce chapitre Vision Audition Gustation et olfaction Toucher et douleur Vision La vision est un sens extraordinaire qui nous permet de vivre le

Plus en détail

Le paracétamol. Antalgique

Le paracétamol. Antalgique Le paracétamol Antalgique La douleur Présentation La douleur est un mécanisme physiologique ayant pour fonction principale l alerte. Elle informe le cerveau de l existence d une menace. La peau, les muscles

Plus en détail

LES ORGANES DES SENS Chapitre 1 : SENS CHIMIQUE

LES ORGANES DES SENS Chapitre 1 : SENS CHIMIQUE LES ORGANES DES SENS Chapitre 1 : SENS CHIMIQUE Anne Briançon-Marjollet Institut de Formation en Soins Infirmiers 1 ère Année Année universitaire 2014-2015 Plan Gustation Olfaction Audition Equilibre Toucher

Plus en détail

Physiologie de la synapse neuroneuronale

Physiologie de la synapse neuroneuronale République Algérienne et Populaire Ministère de l enseignement supérieur et de le recherche scientifique Université de Mostaganem Physiologie de la synapse neuroneuronale Présenté par Dr BENCHOHRA Année

Plus en détail

TISSU NERVEUX. Sommaire : CELLULES - Histologie. CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie. CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie

TISSU NERVEUX. Sommaire : CELLULES - Histologie. CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie. CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie TISSU NERVEUX Sommaire : CELLULES - Histologie CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie SUBSTANCE GRISE et BLANCHE - Anatomie - Physiologie NEURONES et NERFS

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Cours formation théorique

Cours formation théorique Programme du cours de premier cycle Cours formation théorique Anatomie, physiologie, biologie, pathologie Bases de la biologie 1. Qu est-ce que la vie 2. Organisation d un être humain 3. Plans du corps

Plus en détail

Partie 6 : La communication nerveuse

Partie 6 : La communication nerveuse http://vanrinsg.hautetfort.com http://www.oeildelabib.fr Introduction Mouvements volontaires (conscients) Mouvements réflexes (ex : réflexe myotatique) Circuit de transmission d'un message nerveux après

Plus en détail

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Suggestion hypnotique dans l étude de l activation douloureuse en IRMf A. Urbanik, J. Aleksandrowicz*, B. Sobiecka, J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Département de Radiologie et Psychiatrie*

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

L entraînement «perceptif»

L entraînement «perceptif» Laboratoire C3S (EA 4660) - Département Sport-Santé UPFR-SPORTS-31 chemin de l'epitaphe-25000 BESANCON Faculté des Sciences de la Motricité, Université Catholique de Louvain (Belgique) 17 novembre 2012

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

Dans ce chapitre : Introduction à la structure et à la fonction du système nerveux 421 Le neurone et son rôle 421

Dans ce chapitre : Introduction à la structure et à la fonction du système nerveux 421 Le neurone et son rôle 421 Dans ce chapitre : Introduction à la structure et à la fonction du système nerveux 421 Le neurone et son rôle 421 Traitement de l information et prise de décisions 425 Les étapes du traitement de l information

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Les potentiels membranaires

Les potentiels membranaires Les potentiels membranaires Recepteur synapses chimiques La région subsynaptique est inexcitable électriquement, elle n est excitable que chimiquement. POTENTIEL POST-SYNAPTIQUE EXCITATEUR P.P.S.E apparaît

Plus en détail

Thème 3C de l œil au cerveau: quelques aspects de la vision. Chapitre 2 : cerveau et vision: aires cérébrales et plasticité

Thème 3C de l œil au cerveau: quelques aspects de la vision. Chapitre 2 : cerveau et vision: aires cérébrales et plasticité Thème 3C de l œil au cerveau: quelques aspects de la vision Chapitre 2 : cerveau et vision: aires cérébrales et plasticité Le message nerveux généré au niveau de la rétine est conduit jusqu'au cerveau.

Plus en détail

NEURO-PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. La Transmission du Message Douloureux

NEURO-PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. La Transmission du Message Douloureux NEURO-PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR Claude MANN, Centre anti-douleur CHU de Montpellier La Transmission du Message Douloureux Le message nociceptif part de la périphérie au niveau de nocicepteurs, chemine

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ )

PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ ) PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ ) A - GENERALITES http://neurobranches.chez-alice.fr/systnerv/systsens/physiogene1.html http://biodeug.com/new/index.php?option=com_content&task=category&sectionid=5&id=31&itemid=56

Plus en détail

Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie.

Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie. Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie. Public cible Ce cours fait partie du tronc commun obligatoire à toutes les thérapies Aperçu de la formation (Définition) L anatomie est la connaissance

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 1 CHAPITRE D Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 2 Les précédents chapitres nous ont permis de constater que le SN est organisé comme un réseau très complexe de neurones, au sein duquel circulent

Plus en détail

Proprioception. Définition :

Proprioception. Définition : Proprioception Définition : La proprioception est la perception du corps et des membres, de leur position (1) et de leur mouvement(2) dans l'espace, sans que l'individu ait besoin de les vérifier avec

Plus en détail

plasticité neuronale et dynamique des trains de décharges (SBE) Du béhaviorisme à la mesure des vitesses de propagations des potentiels d'actions

plasticité neuronale et dynamique des trains de décharges (SBE) Du béhaviorisme à la mesure des vitesses de propagations des potentiels d'actions Neurones & mémoire : plasticité neuronale et dynamique des trains de décharges (SBE) Du béhaviorisme à la mesure des vitesses de propagations des potentiels d'actions Béhaviorisme (Watson, Skinner, début

Plus en détail

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE Chapitre 1 : De l oeil au cerveau Introduction. I- L ORGANISATION DE L OEIL HUMAIN( TP1) 1) les milieux transparents de l oeil traversés par la lumière : Cornée Humeur

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

Organisation du système nerveux. porcher@inmed.univ-mrs.fr

Organisation du système nerveux. porcher@inmed.univ-mrs.fr Organisation du système nerveux porcher@inmed.univ-mrs.fr Plan du cours A. GENERALITES B. VOIES AFFERENTES OU DE LA SENSIBILITE VEGETATIVE C. CENTRES VEGETATIFS D. VOIES EFFERENTES E. PARTICULARITES DU

Plus en détail

Traitement de la Parole

Traitement de la Parole Traitement de la Parole Cours 2: Signal de parole Production Perception Analyse 19/03/2007 Plan 1. Processus de production et de perception de la parole chez les humains 2. Production de la parole Définition

Plus en détail

Galaxy. Elles associent Courant de radio-fréquence bipolaire et deux Energies optiques lumineuses disponibles : lumière pulsée ou laser

Galaxy. Elles associent Courant de radio-fréquence bipolaire et deux Energies optiques lumineuses disponibles : lumière pulsée ou laser 1 Galaxy Galaxy (elōs) possède plusieurs outils de traitement spécifiques : a) Aurora qui associe la radio-fréquence bipolaire et la lumière pulsée, b) Polaris qui allie la radio-fréquence bipolaire à

Plus en détail

Chapitre 10. REGULATION DE LA PRESSION ARTERIELLE Objectifs spécifiques :

Chapitre 10. REGULATION DE LA PRESSION ARTERIELLE Objectifs spécifiques : Chapitre 10 REGULATION DE LA PRESSION ARTERIELLE Objectifs spécifiques : Expliquer les réflexes régulateurs d une hypertension et d une hypotension Expliquer la régulation hormonale de la pression artérielle

Plus en détail

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique II. Les Réflexes Spinaux Les réflexes spinaux sont des mouvements consécutifs mis en oeuvre indépendamment de la volonté et qui constituent une réaction rapide, et pré-déterminée, à l apparition d un stimulus

Plus en détail

Les plans d organisation cellulaire

Les plans d organisation cellulaire FICHE I 1 Les plans d organisation cellulaire La cellule, unité structurale et fonctionnelle du vivant Tous les êtres vivants sont constitués d unités invisibles à l œil nu : les cellules. Cette notion

Plus en détail

- Tronc Commun. Dauzat

- Tronc Commun. Dauzat 1 2 Les site «http://naxos.biomedicale.univ-paris5.fr/diue» comporte tous renseignements utiles sur le Diplôme Inter-Universitaire d Echographie et Techniques Ultrasonores, avec les statuts et règlements,

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Chapitre 1 : L œil et ses caractéristiques

Chapitre 1 : L œil et ses caractéristiques Chapitre 1 : L œil et ses caractéristiques Notre organisme est en relation avec le milieu extérieur par l intermédiaire des organes sensoriels. Ce sont des organes qui contiennent des cellules spécialisées

Plus en détail

Neurosciences V- L audition

Neurosciences V- L audition Université Paris 8 - Master Technologie et Handicap Neurosciences V- L audition Jérôme Dupire dupire@cnam.fr Plan général 1 Anatomie du système nerveux 2 Concept de neurone 3 Bases cellulaires de la communication

Plus en détail

Thème sécurité partie SVT

Thème sécurité partie SVT Thème sécurité partie SVT Place dans le sujet traité. intervention du collègue d Histoire Géographie Education civique : amène le sujet avec l ASSR (par exemple); «permis à points» : retraits de points

Plus en détail

Atelier Photo Plaisir

Atelier Photo Plaisir Atelier Photo Plaisir Lumière Température de couleur Balance des blancs Mars 2016 Atelier Photo Plaisir Blanc Infrarouge Température RVB Couleur chaude Trichromie Flash Lumière Lumière naturelle Incandescente

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique.

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Objectifs de cette partie du programme : - (TP n 21) découvrir les modifications physiologiques du système cardiorespiratoire lors d un effort.

Plus en détail

Livre blanc. Contrôler simplement les couleurs. Connaissances de base relatives à la configuration des contrôles de couleurs

Livre blanc. Contrôler simplement les couleurs. Connaissances de base relatives à la configuration des contrôles de couleurs Livre blanc Contrôler simplement les couleurs. Connaissances de base relatives à la configuration des contrôles de couleurs Dans beaucoup de contrôles de couleurs du traitement d images industriel et notamment

Plus en détail

Laboratoire recherche UMR CNRS

Laboratoire recherche UMR CNRS Laboratoire recherche UMR CNRS Initiation au traitement des images Détection automatique Mesure de la surface des zones urbaines des images satellitaires Cet atelier propose de mesurer l'emprise urbaine

Plus en détail

Sciences de la vie et de la terre

Sciences de la vie et de la terre Sciences de la vie et de la terre Première ES, L Corrigés des exercices et activités Rédaction : Marie-Laure Gueuné Laurence Beaudouard Coordination : Yannick Gaudin Ce cours est la propriété du Cned.

Plus en détail

Devoir de contrôle N 3

Devoir de contrôle N 3 Devoir de contrôle N 3 M : Hakim 4 ème sciences expérimentales 2009-2010 Première partie : restitution des connaissances (12 points) A // QCM (4 points) Pour chacune des questions suivantes il peut y avoir

Plus en détail

«Évaluation et prise en charge orthoptique précoce des enfants à risque de troubles neurovisuels»

«Évaluation et prise en charge orthoptique précoce des enfants à risque de troubles neurovisuels» «Évaluation et prise en charge orthoptique précoce des enfants à risque de troubles neurovisuels» Prise en charge précoce et globale des enfants atteints de maladie rare. 3è journée organisée par le réseau

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

Les muscles. Transforme de l énergie chimique en énergie mécanique. Il faut distinguer les muscles squelettiques des muscles blancs.

Les muscles. Transforme de l énergie chimique en énergie mécanique. Il faut distinguer les muscles squelettiques des muscles blancs. I) Définition sous son aspect mécanique Les muscles Transforme de l énergie chimique en énergie mécanique. Il faut distinguer les muscles squelettiques des muscles blancs. II) Structure et morphologie

Plus en détail

Item 127 (ex item 60) : Déficit neurosensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 127 (ex item 60) : Déficit neurosensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 127 (ex item 60) : Déficit neurosensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières 1. Surdités du sujet âgé... 3 1.1.

Plus en détail

Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris

Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris TP Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris Étudiants : Besnier Alexandre Taforeau Julien Version 1.2 Janvier 2008 2008 Rapport TP - Version 1.2 i Table des matières Introduction 1 1 Objectif

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

Cours réalisé par Benjamin Putois (2006). benjamin.putois@univ-lyon2.fr 16

Cours réalisé par Benjamin Putois (2006). benjamin.putois@univ-lyon2.fr 16 Transduction Potentiel d action Inhibition Excitation Antagonisme fonctionnel Inhibition latérale Condensation - compression Modélisation I.A. Intégration - calcul (2006). benjamin.putois@univ-lyon2.fr

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

POUR CONSTRUIRE DU MUSCLE SANS GRAISSE

POUR CONSTRUIRE DU MUSCLE SANS GRAISSE LES MEILLEURS EXERCICES POUR CONSTRUIRE DU MUSCLE SANS GRAISSE PAR JIM TAYLOR PHOTOS JASON MATHAS Dans le culturisme, il existe des dizaines d exercices qui vous offrent la variété nécessaire avec laquelle

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

Les Qualités Physiques

Les Qualités Physiques Les Qualités Physiques Introduction : Tantôt qualifiées de capacités motrices ou physiques, d aptitudes ou de potentialités, les qualités physiques, de par leurs interrelations internes mais aussi de par

Plus en détail

HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL 1 HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL Première partie: HISTOLOGIE DU TISSU NERVEUX CENTRAL 1) Les cellules du système nerveux (rappel!) 2) Les tissus nerveux (Histologie

Plus en détail

La Grille, moyen fondamental de l analyse

La Grille, moyen fondamental de l analyse Fiche méthodologie #1 La Grille, moyen fondamental de l analyse Cette rubrique présente des notes et documents publiés par Philippe Latour, enseignant au Master Géomarketing et stratégies territoriales

Plus en détail

Journée thématique SFMT : TMS. Modèles physiopathologiques Des TMS. Michel Aptel

Journée thématique SFMT : TMS. Modèles physiopathologiques Des TMS. Michel Aptel Journée thématique SFMT : TMS Modèles physiopathologiques Des TMS Michel Aptel Les étapes du modèle de compréhension Un modèle biomécanique 1980 Un modèle lié aux solli. biom. 1993 Un modèle dual (bioméca

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

PERMEABILITE DES POLYMERES

PERMEABILITE DES POLYMERES ANVAR PERMEABILITE DES POLYMERES I. NOTIONS SUR LE TRANSPORT GAZEUX DANS LES POLYMERES Il est généralement admis que les gaz traversent les films polymères denses par un processus de "dissolution-diffusion".

Plus en détail

DEFINITION. 3.3 La Force. 3.3 La Force

DEFINITION. 3.3 La Force. 3.3 La Force DEFINITION Pour Fox et Mathews (1981): «la force est la capacité qu a un groupe de muscles de forcer au maximum contre une résistance.» Ces deux auteurs préciseront plus tard : «la force musculaire se

Plus en détail

Energie Wei et Système. Nerveux Autonome

Energie Wei et Système. Nerveux Autonome Energie Wei et Système Nerveux Autonome DEFINITION DE L ENERGIE DEFENSIVE Classiquement : système immunitaire, spécifique et non spécifique En réalité, toutes les structures qui contribuent à la survie

Plus en détail