BOEUF MUSQUÉ. par Didier Le Henaff. Novembre Québec DD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BOEUF MUSQUÉ. par Didier Le Henaff. Novembre 1986. Québec DD"

Transcription

1 BOEUF MUSQUÉ par Didier Le Henaff Novembre 1986 Québec DD

2 Direction de la faune terrestre PLAN TACTIQUE BOEUF MUSQUÉ par Didier Le Hénaff Direction générale de la faune Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche Québec Novembre 1986

3 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec 2 e trimestre 1988 ISBN:

4 III TABLE DES MATIÈRES Page 1. MISE EN SITUATION 1 2. BIOLOGIE DE L'ESPÈCE Généralités Habitat Reproduction Facteurs limitatifs Les conditions climatiques La prédation Les combats entre les mâles Le stress physiologique L'habitat Répartition et densité DYNAMIQUE DES POPULATIONS Situation actuelle Potentiel L'OFFRE LA DEMANDE Pour la ressource Pour l'habitat UTILISATION ET IMPACT ÉCONOMIQUE Cynégétique Non-cynégétique Commerciale 30

5 IV TABLE DES MATIÈRES (suite) Page 6.4 Alimentaire Impact économique OUTILS DE GESTION PROBLÉMATIQUE Distribution et densité Utilisation Habitat Gestion ALTERNATIVES DE SOLUTIONS Gestion minimale Gestion intermédiaire Gestion maximum ORIENTATIONS 40 Bibliographie 42 Figure 1 15 Figure 2 17 Tableau 1: Libération de boeufs musqués au Nouveau-Québec (Le Henaff 1986 e ) 16 Tableau 2: Résultats des recensements et des structures de population réalisés sur le groupe de boeufs musqués du lac Diana, entre février 1980 et octobre 1983, (Le Henaff 1986 b ) 21 Tableau 3: Pourcentage de veaux dans les populations de boeufs musqués du Nouveau-Québec, de Nunivak et des îles de l'arctique 21 Tableau 4: Problèmes, alternatives de solutions et priorités d'intervention pour la gestion du boeuf musqué au Québec 39

6 1. MISE EN SITUATION Le boeuf musqué (Ovibos moschatus), dont les ancêtres parcouraient les plaines de l'europe et les steppes de l'asie avec le Mammouth, le Mastodonte, le Rhinocéros à narines cloisonnées et le Renne, est un vestige de la dernière période glaciaire (Banfield 1975). Sa présence dans l'arctique fut mentionnée pour la première fois, en 1689, par l'explorateur Henry Kelsey (Wilkinson 1971). En 1708, Nicolas Jërëmie frappé par l'extrême finesse de ses poils rapporta en France des échantillons de cette laine dont il fit confectionner une paire de bas qui furent jugés "plus fin que ceux fabriqués en soie" (Wilkinson 1974). En dépit de cette appréciation favorable, l'intérêt suscité par le qiviut (laine produite par le boeuf musqué) ne se traduisit en terme d'apport économique possible qu'en 1854, alors que S.F. Baird émit pour la première fois l'idée de domestiquer le boeuf musqué. Il ne reçut cependant aucun appui en faveur d'un tel projet. L'animal n'aura cependant pas, pour autant, échappé à la convoitise des hommes; il constitua une source de nourriture importante pour les baleiniers, les explorateurs et les autochtones. Le prix élevé offert pour sa peau incita les aventuriers à abattre des troupeaux entiers dont le mode de défense naturelle ne faisait qu'accroître la vulnérabilité. Entre 1862 et 1916 la compagnie de la Baie d'hudson rapporte avoir négocié à ses comptoirs pas moins de peaux (Bloomfield 1972). Impressionné par ce carnage, le gouvernement du Canada légiféra en 1917 en interdisant toute chasse dans les Territoires du Nord-Ouest et dans les îles de l'arctique.

7 Selon Wilkinson (1974), l'un des plus ardents défenseurs de la domestication du boeuf musqué fut Vihaljalmur Stefansson, dont l'insistance auprès du gouvernement canadien a contribué en 1919 à la mise sur pied d'une commission royale chargée d'enquêter sur les possibilités de domestication du boeuf musqué à des fins commerciales. Les premières analyses de la fibre confirmèrent que le qiviut pouvait devenir un produit de valeur. Néanmoins, la commission royale, considérant les difficultés reliées à la récolte, émit de sérieuses réserves sur la valeur économique de cette laine, et la recommandation des membres, proposant l'établissement d'une ferme sur des îles de l'arctique pour l'utilisation de la viande, du cuir et de la fourrure, ne se concrétisa pas. La première mise en captivité du boeuf musqué fut tentée en 1930, à Collège en Alaska. Cette expérience qui prit fin en 1936, permit de conclure que le boeuf musqué s'adaptait bien à la vie sur une ferme et que c'était là la meilleure façon de recueillir le qiviut. Les prémisses établies, c'est curieusement au Vermont, sous l'impulsion de John. J. Teal jr., anthropologue et biologiste, que la première ferme expérimentale vit le jour en Sa conviction était que l'élevage du boeuf musqué pouvait contribuer au développement économique des populations autochtones. Après dix années d'observations et d'expérience, appuyé par l'université d'alaska et financé par la W.K. Kellog Foundation, Teal installa une nouvelle ferme d'élevage à Fairbanks. Ce projet demeure le seul exemple susceptible de nous renseigner sur les possibilités d'élevage du boeuf musqué pour la commercialisation du qiviut (Wilkinson 1974).

8 Encouragé par ce succès, Teal incita d'autres pays nordiques à tenter la même expérience. Il contribua ainsi à l'établissement des fermes d'umingmaqautik au Nouveau-Québec en 1967 et de Barbu en Norvège en L'expérience de Barbu fut de courte durée. Au Nouveau-Québec, où pourtant aucun vestige de la présence de l'espèce n'avait été signalé, c'est en juillet 1964 que débutèrent les premières démarches qui permirent d'obtenir, des autorités des territoires du Nord Ouest, l'autorisation de capturer des boeufs musqués géniteurs. En août 1967, 15 boeufs musqués âgés de 4 mois (12 femelles, 3 mâles) furent capturés, transportés puis débarqués à Umingmaqautik le 2 septembre. L'introduction du boeuf musqué au Québec était réalisée. Le projet d'élevage s'amorça sous la responsabilité de la Direction générale du Nouveau Québec (D.G.N.Q.),une section maintenant disparue du ministère de l'énergie et des Ressources, avec la collaboration de l'institute of Northern Agricultural Research (I.N.A.R.), d'alaska. On peut s'interroger sur les objectifs qui motivèrent une telle opération. Pour J.J. Teal, de L'I.N.A.R. l'implantation du boeuf musqué en terre québécoise visait le développement socio-économique du peuple Inuit, par la domestication de l'animal pour en exploiter le qiviut. Pour R. Lejeune, de la D.G.N.Q., seul l'objectif fondamental, soit une contribution au développement socio-économique du peuple Inuit, rejoignait la vision de Teal. Cet objectif devait toutefois se réaliser par le biais, non pas de la domestication, mais par l'implantation du boeuf musqué à l'état sauvage sur le territoire québécois et, consëquemment, par son exploitation à titre de gros gibier (Belzile et à]_. 1981). Cette divergence devait se refléter au niveau de la domestication des

9 animaux, de l'accroissement du troupeau, de la régie des pâturages et de la participation des Inuit au projet. En 1975, sur la recommandation du comité chargé de conseiller la D.G.N.Q., le programme de libération était lancé. La D.G.N.Q. s'attacha les services d'un biologiste pour suivre le déroulement de l'expérience d'implantation, tandis que le M.L.C.P. contribua également à la réalisation du programme, par le prêt de spécialistes, lors des libérations de 1975 et 1976 (Belzile et _al_. 1981). Quant à l'objectif du M.A.P.A.Q., depuis sa prise en charge du projet en avril 1978, il a été d'assumer le maintien de la ferme, jusqu'en 1983, date à laquelle les autorités de ce ministère décidèrent d'abandonner l'élevage du boeuf musqué à Umingmaqautik. Les géniteurs au nombre de 10, (8 femelles et 2 mâles) furent transférés au Jardin Zoologique de St-Félicien, les 6 veaux nés au printemps 1983 furent confiés au Jardin Zoologique d'orsainville, tandis que les animaux nés en captivité entre 1979 et 1981, au nombre de 13, ont été confiés au ministère du Loisir de la Chasse et de la Pêche pour fin de libération sur le territoire du Nouveau-Québec (Le Hénaff 1986 e ).

10 Z. BIOLOGIE DE L'ESPÈCE 2.1 Généralités Le boeuf musqué, circumpolaire dans le Pléistocène, est maintenant confiné au Canada, à l'alaska, au Groëndland et à la Norvège. Tout récemment il a été restauré en URSS. C'est un herbivore ruminant de la famille des bovidés et les tests sërologiques 1'apparentent plus spécifiquement à la sous-famille des capridés (Tener 1965). Les Inuit l'on baptisé Umimmaq: le barbu. Â cette ëpithète, les taxonomistes ont préféré le nom d'ovibos, voulant ainsi souligner ses caractéristiques anatomiques intermédiaires entre le mouton, la chèvre et le boeuf. Il a le tronc puissant, les membres courts, la queue tronquée complètement dissimulée sous la toison, les oreilles très courtes et les sabots arrondis et tranchants garnis de coussinets larges et mous que couvre une touffe de poils. Le crâne est massif, les cornes se développent jusqu'à l'âge de 6 ans. Plus développées chez le mâle, elles couvrent le sommet de la tête séparées par un étroit sillon frontal. Un long manteau de jarres rudes ou poils de garde recouvre une toison fine et douce, le qiviut, qui protège l'animal durant l'hiver contre les froids les plus intenses. Le pelage est bistre ou noirâtre; le dos porte une tache en forme de selle et les pattes arborent des "chaussettes" dont la couleur va du brun au jaunâtre (Banfield 1975). Les mâles adultes plus grands que les femelles ont une hauteur au garrot moyenne de 135 cm et un poids moyen de 340 (263 à 550)

11 kg. La hauteur moyenne des femelles est de 123 cm et leur poids est sujet à de très grandes variations, n'excédant pas toutefois 295 kg (Tener 1965). Le poids moyen des veaux à la naissance, constaté à la ferme d'élevage à Umingmaqautik, entre 1971 et 1979, a été de 10 kg (Belzile et^ ji]_.). Le veau est très précoce, il tète quelques minutes après la naissance et une semaine plus tard, il broute déjà (Banfield 1975). Les boeufs musqués sont grégaires, ils vivent en groupes formés de vaches suitëes ou non, de génisses et de jeunes taureaux. Sauf pendant la période de reproduction, les mâles adultes préfèrent vivre seuls ou en petits groupes. Les groupes de femelles adultes accompagnées forment des unités plutôt sédentaires qui peuvent à l'occasion se fractionner ou s'amalgamer au cours des saisons. Lent (1978) rapporte des groupements moyens de 14 à 20 en été et 12 à 18 en hiver, excluant les mâles solitaires. Sous l'attaque, les bêtes se rangent en demi-cercle, le ou les taureaux en avant, face à l'agresseur, et les veaux à l'intérieur. Si un groupe est harcelé au point d'être déplacé, tous les animaux courent rapidement en rang très serré. 2.2 Habitat L'espèce est confinée à la toundra arctique. En été, le boeuf musqué recherche les milieux humides, la végétation riparienne et les bosquets de saules.

12 En hiver, la disponibilité de la végétation herbacée et arbustive aux endroits où la neige est balayée par le vent semble déterminer le choix du boeuf musqué (Lent 1978, Tener 1965). Selon Lent (1978), les mouvements saisonniers ont tendance à être inférieurs à 80 km. Le régime alimentaire d'été est principalement constitué de plantes herbacées et ligneuses. Les cypéracées et les graminées forment généralement la base du régime alimentaire. Parker (1978) estime qu'une forte utilisation d'espèces ligneuses, telles les saules, est un indice de surutilisation de l'habitat, ou d'inaccessibilité à un habitat plus favorable. Hubert (1974) indique qu'à l'état sauvage le boeuf musqué mâle adulte ne présente un bilan énergétique positif que pendant deux mois de l'été. C'est la seule période où il pourra accumuler des réserves adipeuses qu'il utilisera au cours des six mois d'hiver, alors que son bilan énergétique sera déficitaire. Son système digestif est donc adapté à une diète de qualité et de quantité irrégulières, tantôt riche et abondante, tantôt pauvre et insuffisante. Cependant, au Nouveau- Québec, selon des observations préliminaires (Le Henaff, non publiées), il semblerait que le boeuf musqué, en raison d'une période estivale plus longue, présenterait un bilan énergétique positif plus favorable. Au Nouveau-Québec, le milieu idéal au boeuf musqué semblerait être caractérisé par une alternance de plateaux d'élévation

13 inférieure à 250 m et de grandes plaines cotières dégagées et bien drainées (Le Henaff 1986 a ). Ce type de milieu est particulièrement abondant sur le littoral de la baie d'ungava. 2.3 Reproduction Parmi les caractéristiques principales de la reproduction du boeuf musqué, on souligne généralement l'absence de jumeaux, un âge élevé de maturité sexuelle et la production d'un veau seulement à tous les deux ans. D'après Lent (1978), la naissance de jumeaux viables n'a jamais été rapportée chez les populations captives ou sauvages. À la ferme d'élevage d'umingmaqautik, on mentionne la naissance de jumeaux mâles qui seraient décèdes, semble-t-il, peu de temps après la mise bas (Belzile et al_. 1981). L'âge de maturité sexuelle semble mieux connu, mais aussi sujet à des variations importantes: à l'état sauvage, trois ou quatre ans pour les femelles et six ans pour les mâles (Tener 1965). Il est généralement admis maintenant que les femelles élevées en captivité avec des régimes alimentaires très nutritifs mettent bas dès l'âge de deux ans. Pour les mâles en captivité, l'expérience du Nouveau-Québec a révélé qu'ils pouvaient atteindre leur maturité sexuelle à 3 ans. Finalement, la croyance voulant que le boeuf musqué ne se reproduise qu'une fois tous les deux ans ne paraît basée sur aucune

14 observation sûre (Lent 1978). En captivité, on obtient, de façon générale une reproduction annuelle continue. Au Nouveau-Québec, en juin 1983 (Le Henaff, 1986 a ), sur une population sauvage inventoriée de 148 têtes, l'auteur rapporte que les femelles de trois ans et plus avaient mis bas dans une proportion de 98% et que les veaux âgés de quelques semaines, au nombre de 38, représentaient 26% de la population. Malgré ces manifestations d'un potentiel reproducteur supérieur à ce que l'on estimait dans le passé, le taux de reproduction observé ailleurs qu'au Nouveau-Québec demeure généralement faible. Freeman (1971) mentionne que sur les îles de l'arctique le nombre de veaux correspondrait à 12,5% de la population totale, alors que Lent (1978) rapporte des pourcentages variant entre 10 et 19% à Nunivak. Le taureau est polygame et se joint à un groupe de vaches et de veaux en juillet. Sur les animaux introduits au Nouveau-Québec, selon des observations effectuées au printemps 1983, mais non publiées, il semblerait que la période de naissance des veaux s'étalerait de la deuxième semaine d'avril à la deuxième semaine de mai. Ces observations permettaient de supposer que, pour une durée de gestation approximative de huit mois (Banfield 1975), la période du rut connaîtrait son sommet à partir de la mi-août. Au Canada en général, Tener (1965) fait état d'observations similaires en indiquant que la période du rut se situe en août et début septembre.

15 10 Durant le rut, le mâle dominant d'un groupe de vaches éloigne ses rivaux en engageant de rudes combats. Les mâles écartés ne participent pas pour cette année-là à la reproduction (Gray 1973). 2.4 Facteurs limitatifs Comme l'expérience du boeuf musqué au Nouveau-Québec est récente, une revue de littérature a été nécessaire pour déterminer les facteurs limitatifs potentiels de l'espèce et voir comment ils peuvent ou pourraient affecter nos populations. Parmi ces facteurs, on mentionne les conditions atmosphériques défavorables, la prédation, les combats entre les mâles, le stress physiologique et l'habitat Les conditions climatiques Parker ^it ^J_. (1975), mentionnent que les populations de boeufs musqués peuvent être périodiquement réduites par des conditions climatiques, particulièrement quand elles interviennent pour limiter l'accessibilité au fourrage. Deux cas peuvent se produire, l'excès de neige ou la formation d'une croûte de glace très épaisse. Ce qui est vrai pour le boeuf musqué l'est aussi pour le caribou (accessibilité au lichen). Or, au Nouveau-Québec, au cours des 10 dernières années de suivi intense des différents troupeaux de caribous, jamais des conditions d'enneigement ou de verglas ont limité de façon significative l'accessibilité à la nourriture. Les autochtones n'ont par ailleurs pas souvenance que de telles conditions aient pu survenir.

16 La prédation Pour Hone (1934), la prédation par le loup est la cause majeure de mortalité chez les veaux, les jeunes et les mâles solitaires. Au Nouveau-Québec, le loup est présent, sa densité n'est pas connue, mais à cause du prix élevé de la fourrure, il est très recherché par les autochtones qui maintiennent par la chasse ou le piëgeage une certaine pression sur les populations. De 1976 à 1980, le niveau de récolte moyen annuel, pour l'ensemble des communautés autochtones Inuit, s'est élevé à 228 loups. Pour la seule communauté de Tasiujaq la prise annuelle moyenne a été de 28 loups, pour la même période (JBNQ-NHRC ). Malgré cette présence, la prédation ne semble pas affecter l'augmentation de la population du boeuf musqué. Les résultats de l'inventaire de juin 1983 démontrent que le niveau actuel de population du boeuf musqué, à partir de la libération de 42 individus, n'a pu pleinement se réaliser que par l'absence de prédation (référence dynamique des populations). Il semblerait que la présence de deux troupeaux de caribous en expansion (troupeau du George et troupeau de la rivièreaux-feuilles), contribuerait à la situation actuelle, en fournissant aux prédateurs un réservoir plus accessible et plus important de proies.

17 Les combats entre les mâles Wilkinson et Shauk (1976), signalent que les combats entre les mâles pendant la période du rut sont la cause, toute proportion gardée, d'un certain taux de mortalité. Au Nouveau-Québec les combats entre les mâles à la période du rut ont entraîné 3 cas de mortalité; ces observations n'ont cependant été effectuées jusqu'à présent qu'en captivité. Il est connu que le mâle adulte, à un moment donné, éprouve le besoin, soit de vagabonder d'un groupe de femelles et de jeunes à un autre, soit de vivre en solitaire. La rencontre entre les mâles vagabondeurs prétendants et le mâle dominant d'un groupe de femelles et de jeunes engendre souvent des combats. Toutefois, l'espèce étant polygame, cette cause de mortalité n'a pas d'impact négatif sur la reproduction Le stress physiologique Urquhart (1982), mentionne que le stress physiologique occasionné par le survol régulier à basse altitude en aéronef des groupes de boeufs musqués semblerait interférer négativement sur le succès de la reproduction. Au Nouveau-Québec, la découverte récente d'une population très localisée et d'importance relative suscite déjà la curiosité des gens de passage ou des résidents des communautés de Kuujjuaq et Tasiujaq. Par effet de "boule de neige", ces incursions, encore actuellement limitées, pourraient devenir coutumiêres au point d'être considérées comme harcelantes.

18 L'habitat La perturbation de l'habitat par l'intervention humaine (développement du territoire et feu de toundra) doit être considérée comme un facteur limitatif dont les effets seront proportionnels à l'ampleur de la perturbation. Comme, à long terme, la demande pour l'habitat est potentiellement grande, surtout au niveau des développements miniers et hydroélectriques, il est à prévoir que tout secteur utilisé aux fins d'un développement réduira d'autant l'habitat potentiel du boeuf musqué. Dans les régions nordiques, les feux de toundra sont la plupart du temps d'origine naturelle (foudre). Si dans l'immédiat ils détruisent les lichens limitant, ainsi l'habitat à caribou, à moyen terme ils permettent une évolution de l'habitat qui favorise le boeuf musqué. 2.5 Répartition et densité Le boeuf musqué est indigène dans le Canada septentrional, dans le nord-ouest du Groenland et se rencontrait autrefois sur la côte nord de l'alaska. On l'a introduit en Islande, dans l'archipel du Spitzberg au Svalbard, dans l'île Nunivak en Alaska, ainsi que dans les îles Kerguelen de l'antarctique (Bandfield 1975, Lent 1978). On ne reconnaît aucune sous-espèce. L'aire de dispersion canadienne s'étend dans le nord de la toundra continentale, depuis l'inlet Chesterfield jusqu'à Paulatuk, ainsi que dans les îles suivantes de l'arctique: Banks, Victoria,

19 14 Prince-de-Galles, Somerset, Devon, Cornwallis, Bathurst, Melville, Ellef, Ringues, Axel, Heiberg et Ellesmere. On ne croit pas que le boeuf musqué ait jamais habité les Tles de Baffin et Southampton, (Banfield 1975), (figure 1). Au Nouveau-Québec, l'absence de mention historique et de vestiges fossiles connus pour cette espèce indique que le boeuf musqué n'aurait jamais occupé ce territoire et qu'il s'agirait d'une véritable introduction. De 1973 à 1983, 55 boeufs musqués (34 F et 21 M) ont été libérés dans les régions de rivière à la baleine Tasiujaq et au nord de Kuujjuaq. De ce nombre un mâle a été tué et un autre a dû être transporté dans un zoo (tableau 1). Jusqu'en 1982, il a été difficile de suivre l'évolution de la situation des animaux libérés et d'apprécier le degré de succès global de l'opération d'implantation; la faiblesse des ressources allouées au projet n'ayant pas permis de vérifier systématiquement toutes les informations rapportées par des autochtones ou des visiteurs. La dispersion du boeuf musqué au Nouveau-Québec depuis son introduction, illustrée à la figure 2, a été établie à partir d'observations de différentes sources (Le Henaff 1986 b ). Sur onze (11) observations différentes, sept (7) ont été formellement vérifiées. La première observation à Inukjuak provient d'un animal tué et dont le crâne conservé a été identifié. La seconde à Ivujivik provient d'une photo-

20 15 nj» wio FKJURf 1 DISTRIBUTION OU BOEUF MUSQUE EN AMÉRIQUE DU ET DANS LES RÉGIONS AVOISINANTES NORD ' Ils Nunivak 7- Arcttc WHdlife Refuge lie Nelson 6' Arcttc Wlldlif» Raluo* UnalaKioat 0' be Wrangat Pànintul* Saward 10' Sendre-8tr»mljord Cap Thompaon IV Umingmaqaulik Fairbanks 12 Péraimjl* d ' Ungava Range Range Sourcat B«nii«id. «r», E aire d'extinction Introduction; libération troupeau d'élevage en captivité pour domestication Fxj distribution du boeuf muaqué à 1' état sauvage i 1 Lam. 1071: Dou«r boaut mu«3u* CEN; le Hsnaf? \<\gt Figure 1. Distribution du boeuf musqué en Amérique du nord et dans les régions avoisinantes

21 16 Tableau 1. Libération de boeufs musqués au Nouveau-Québec (Le Henaff 1986 e ) Libérations de boeufs musqués Année Animaux libérés Total Secteur de libération Note M 2 3 Tasiujaq 1M tué en F 4M 9 Tasiujaq F 1M 4 Tasiujaq F 4M 17 Nord de Kuujjuaq 1M transporté au zoo en F 5M 9 Nord de Kuujjuaq F 5M 13 Rivière à la baleine Totaux 34F 21M 55 1: Femelle 2: Mâle

22 18 graphie prise au terrain d'atterrissage de ce village. La troisième concerne le groupe du plateau du Lac Diana, au nord de Kuujjuaq, observé pour la première fois en mars 1980, la quatrième observation porte sur deux groupes différents de 16 puis 13 animaux réciproquement localisés en mai puis octobre 1982, dans la région immédiate de Tasiujaq, la cinquième, à haute falaise, sur la rivière George provient d'un animal tué en 1984 par le client d'un pourvoyeur, la sixième, au lac Romanet, a été obtenue par radio-pi stage des 13 animaux libérés en 1983 (tableau 1) et la septième et dernière observation (décembre 1985) concerne un groupe de 7 animaux fréquentant la région du lac à l'eau claire. D'après ces observations vérifiées et d'autres assez nombreuses qui malheureusement n'ont pu l'être, il semble évident qu'une bonne partie des animaux libérés se soient adaptés à leur nouvel habitat. Comment expliquer cette dispersion qui, dans le cas des observations vérifiées d'ivujivik et d'inukjuak, représente des déplacements de plus de 400 km. D'après L n (1960), en Norvège, les plus grandes distances parcourues par les boeufs musqués introduits étaient d'environ 80 km. Cependant Lent (1978) rapporte plusieurs cas en Alaska où des individus introduits ont parcouru des distances de 150 km. Il mentionne même le cas d'un animal tué à plus de 300 km de son point de libération. Lent estime qu'en l'absence de barrière physique, les boeufs musqués de 1 à 2 ans, libérés en petits groupes, sont susceptibles d'effectuer des déplacements erratiques sur de plus grandes distances.

23 19 En 1983, la D.F.T. réalisa un inventaire aérien contrôlé d'un secteur potentiel de la région de Tasiujaq, (nord-ouest de Kuujjuaq). Ce type d'inventaire, très largement utilisé sur le caribou, (Le Hénaff 1980) permettait d'observer 148 boeufs musqués répartis en 15 groupes (Le Hënaff 1985). Ce résultat est remarquable puisque dans ce secteur toutes les informations et les observations subséquentes, ponctuelles et non systématiques, n'avaient permis de dénombrer jusqu'à présent que 40 animaux, soit 11 au lac Diana et 29 au nord de Tasiujaq. L'estimé de 148 boeufs musqués (juin 1983) est un niveau minimum si on considère que les secteurs potentiels d'ivujivik, d'inukjuak et de Kangiqsualujjaq n'ont pas été vérifiés. Cependant, ces secteurs se situant à 200 et 400 km des sites de libération, il est donc raisonnable de penser que ces intrusions dans des territoires aussi éloignés sont fortuites et qu'elles ne représentent qu'un petit nombre d'animaux. La confirmation de sa reproduction (Le Hênaff 1982) et la présence d'habitats propices le long du littoral de la baie d'ungava, du détroit d'hudson et la baie d'hudson permettent d'affirmer que le boeuf musqué, au Nouveau-Québec, dans des secteurs actuellement peu utilisés par le caribou, est en voie de devenir une ressource renouvelable non négligeable.

24 20 3. DYNAMIQUE DES POPULATIONS 3.1 Situation actuelle La dynamique de population du boeuf musqué au Nouveau- Québec de 1973 à 1983 est analysée à partir des données de base sur la structure de population des animaux libérés de 1973 à 1978, l'évolution du groupe du lac Diana entre février 1980 et juin 1983 et sur les résultats de l'inventaire aérien systématique de juin Les animaux libérés en 1983 n'intervenant pas dans cette analyse. Compte tenu de la structure de population des animaux libérés, de l'âge de la maturité sexuelle de l'espèce, de la période d'adaptation à l'état sauvage et des effets de la libération, il est raisonnable de penser que les premières naissances à l'état sauvage eurent lieu en 1977, même si elles n'ont été observées pour la première fois qu'en L'évolution, entre février 1980 et 1983, du groupe du lac Diana, (tableau 2), permet de constater que le pourcentage de veaux dans la population a varié, pour cette période, de 18 à 33%, soit un taux moyen de 26% par année. L'inventaire aérien systématique de juin 1983 permettait de recenser 148 boeufs musqués et la structure de population permettait d'établir à 26% le pourcentage de veaux. Résultat assez élevé si on le compare aux données de Freeman et de Lent (tableau 3).

25 21 Tableau 2. Résultats des recensements et des structures de population réalisés sur le groupe de boeufs musqués du lac Diana, entre février 1980 et octobre 1983 (Le Henaff 1986 b ) Animaux observés Classes d'âge et rapport des sexes M 1 F Veaux Nb 5 février octobre octobre octobre octobre : Mâle 3.5 ans et plus. 2: Femelle 3.5 ans et plus. du rapport des sexes. Les classes d'âge 2.5 ans et 1.5 ans ne tiennent pas compte Tableau 3. Pourcentage de veaux dans la population de boeufs musqués du Nouveau-Québec, de Nunivak et des îles de l'arctique. Variations en % Taux moyen Freeman (1971) Iles de l'arctique Lent (1978) Nunivak Le Henaff (1986b) Nouveau-Québec 10 à à

26 22 Ce taux élevé s'expliquerait par le fait que les femelles adultes mettent bas à chaque année, que le taux de survie est remarquablement élevé et que le sexe ratio semblerait continuer à s'exercer en faveur des femelles. Ce taux de reproduction élevé se traduit par un rythme de croissance exceptionnel, réaction normale d'une population très jeune, introduite dans un milieu très favorable. Gunn (1982) prétend que d'une façon générale les populations de boeufs musqués s'accroissent d'une façon lente. Toutefois, en présence de conditions très favorables, la réponse est immédiate et le taux d'accroissement augmente considérablement. Urquhart (1973), rapporte que, pendant une période de 12 ans, la population de boeufs musqués de l'île Banks s'est accrue à un taux moyen de 10% par année. Dans les dix années subséquentes cette même population a connu un rythme de croissance variant de 20 à 25% (Vincent and Gunn 1981). Sur une période de 21 ans, la population de boeufs musqués de l'île Nunivak a connu un taux d'accroissement annuel moyen de 16% (Lent 1971). 3.2 Potentiel Pour avoir maintenu un rythme d'accroissement exceptionnel voisin de 25%, il aura fallu des conditions particulièrement favorables. Cependant, à long terme, ce développement est appelé à diminuer avec l'augmentation de la densité, le vieillissement de la population

27 23 et l'influence de plus en plus marquée des facteurs limitatifs, pour finalement atteindre la capacité de support du milieu. Les données sur le potentiel de l'habitat pour soutenir le boeuf musqué sont très limitées. Payette (1971) estime qu'à quelques endroits du secteur de la péninsule d'ungava (Povungnituk Pointe Chanjou, Lac Vigneault et Mont d'youville) le couvert nival est peu profond, sauf exception, et que si les arbustes qui poussent à l'abri des vents sont enfouis sous la neige, par contre les plantes herbacées exposées sont assez disponibles, particulièrement les formations à Elymus arenarius de la côte. Vers l'intérieur, il considère que la neige est assez dure et recommande des études plus poussées. Ducruc (1973) a mené à l'été 1972 un inventaire biophysique sur une partie du territoire, mais ses résultats sont fragmentaires et ses conclusions préliminaires. On ne connaît donc malheureusement pas la capacité de support du milieu disponible pour le boeuf musqué et, consëquemment, il est difficile de déterminer le potentiel total en nombre d'animaux, d'autant plus que cette capacité de support du milieu pourrait éventuellement dépendre en partie indirectement de la compétition que peuvent se livrer, dans certains secteurs, deux espèces. Les connaissances disponibles suggèrent que la compétition avec le caribou est peu probable. Les habitats et les plantes recherchées par les deux espèces semblent différents dans la plupart des endroits où de telles études ont été menées. Wilkinson et_ a]_. (1976) et Parker et Ross (1976*), n'ont pas trouvé de preuve d'une compétition

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

Juillet 2015. Volume 13, numéro 2

Juillet 2015. Volume 13, numéro 2 Juillet 215 Volume 13, numéro 2 Ce document est réalisé conjointement par : Bruno Verreault et Jean-François Fortin Direction des statistiques économiques INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC (ISQ) Pierre-Luc

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Analyse des sites d abattage de l orignal (Alces alces) au parc éolien de Carleton

Analyse des sites d abattage de l orignal (Alces alces) au parc éolien de Carleton Analyse des sites d abattage de l orignal (Alces alces) au parc éolien de Carleton Par Claudel Pelletier et Martin Dorais Direction de l expertise Énergie Faune Forêts Mines Territoire de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION ET MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE ARCHÉOLOGIQUE DANS LE CONTEXTE DES

Plus en détail

Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe

Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe Académie vétérinaire de France 21 février 2013 Jean-Luc Flot Département de la santé des forêts Plan de l'exposé

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales AVIS en appui de la position de l Association Européenne des Organisations de Producteurs de Pêche (AEOP/EAPO) relatif aux mesures

Plus en détail

Introduction. Description. Habitat et habitudes. Cet animal :

Introduction. Description. Habitat et habitudes. Cet animal : Introduction Cet animal : élève ses petits dans des tanières pouvant être vieilles de 300 ans, avec jusqu à 100 entrées est le plus petit canidé, ou animal à caractère de chien, au Canada «migre» les années

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

«La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario»

«La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario» Note «La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario» Raymond Depatie L'Actualité économique, vol. 49, n 3, 1973, p. 425-434. Pour citer cette note, utiliser l'information suivante

Plus en détail

VERS LE RÉTABLISSEMENT DU CARIBOU FORESTIER!

VERS LE RÉTABLISSEMENT DU CARIBOU FORESTIER! MÉMOIRE DÉPOSÉ À ENVIRONNEMENT CANADA DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION SUR LE PROGRAMME DE RÉTABLISSEMENT DE LA POPULATION BORÉALE DU CARIBOU DES BOIS (RANGIFER TARANDUS CARIBOU) AU CANADA VERS LE RÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Colloque international «Des saumons et des hommes 2» Gestion du saumon atlantique au Québec

Colloque international «Des saumons et des hommes 2» Gestion du saumon atlantique au Québec Colloque international «Des saumons et des hommes 2» Gestion du saumon atlantique au Québec Yvan Turgeon, biol. Le saumon au Québec 118 rivières Une cinquantaine accessibles uniquement par bateau ou avion

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

Un couple de Pandas géants au Zoo de Mulhouse!

Un couple de Pandas géants au Zoo de Mulhouse! Janvier 2008 Tourisme et attractivité : Un couple de Pandas géants au Zoo de Mulhouse! «MULHOUSE j y crois.» est une association dont le but est de faire émerger des idées concrètes, réalistes et constructives

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CoP15 Inf. 11 CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Quinzième session de la Conférence des Parties Doha (Qatar), 13 25 mars 2010 GESTION

Plus en détail

PROTECTION ET GESTION DES ESPACES NATURELS EN FRANCE (cadre et critères de sélection)

PROTECTION ET GESTION DES ESPACES NATURELS EN FRANCE (cadre et critères de sélection) PROTECTION ET GESTION DES ESPACES NATURELS EN FRANCE (cadre et critères de sélection) par Jacques LECOMTE, Président du Comité Permanent du Conseil National de la Protection de la Nature Directeur de Recherches

Plus en détail

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU 2-4, Allée de Lodz 69363 LYON CEDEX 07 Lyon, octobre 2002 IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU Elise DUGLEUX Sous-Direction de la Ressource en Eau elise.dugleux@eaurmc.fr

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Cette politique regroupe et remplace la Politique du CCPA

Plus en détail

Recherches scientifiques dans le parc national Tuktut Nogait. Unité de gestion de l Arctique de l Ouest Inuvik (Territoires du Nord-Ouest)

Recherches scientifiques dans le parc national Tuktut Nogait. Unité de gestion de l Arctique de l Ouest Inuvik (Territoires du Nord-Ouest) Recherches scientifiques dans le parc national Tuktut Nogait Unité de gestion de l Arctique de l Ouest Inuvik (Territoires du Nord-Ouest) La science au service de la conservation [Traduction libre] «Pratiquer

Plus en détail

Rapport final Analyse économique

Rapport final Analyse économique Rapport final Analyse économique Exploitation de la lumière naturelle dans les programmes de photopériode pour le contrôle de la reproduction chez les ovins (Projet #6266) Demandeur Organisme conjoint

Plus en détail

Quebec es sa Chaudière- Appalaches

Quebec es sa Chaudière- Appalaches Agence de développement dé réseaux locaux de services de santé et de services sociaux ^ 9 ES Quebec es sa Chaudière- Appalaches CADRE DE GESTION SUR LES MESURES DE SÉCURITÉ ET STABILITÉ D'EMPLOI 2004-2005

Plus en détail

Tous les forfaits sont disponibles sur réservation seulement

Tous les forfaits sont disponibles sur réservation seulement & KANATHA-AKI Tous les forfaits sont disponibles sur réservation seulement Venez partager notre passion et notre amour des chiens de traîneau et offrezvous des aventures inoubliables Partagez des moments

Plus en détail

La situation des personnes âgées dans les ménages

La situation des personnes âgées dans les ménages N o 98-312-X2011003 au catalogue Recensement en bref La situation des personnes âgées d les ménages Familles, ménages et état matrimonial Type de construction résidentielle et logements collectifs, Recensement

Plus en détail

Sommaire. Petit rappel sur la méthode de prospection... De nombreux indices Une étude pour mieux comprendre et avancer

Sommaire. Petit rappel sur la méthode de prospection... De nombreux indices Une étude pour mieux comprendre et avancer 1 Sommaire Introduction 1 Petit rappel sur la méthode de prospection... 2 De nombreux indices 3 Une étude pour mieux comprendre et avancer 5 Dossier suivi par : Dams Vincent vincent@jne.asso.fr 06 14 50

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens SONDAGE LÉGER On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens Laval, le 25 février 2014. C est ce que révèle une toute nouvelle étude 1 réalisée dans le cadre

Plus en détail

DÉTAILS ET PRINCIPES TOUCHANT LA PROPOSITION DE REDEVANCES RÉVISÉES

DÉTAILS ET PRINCIPES TOUCHANT LA PROPOSITION DE REDEVANCES RÉVISÉES Affiché 2004/05/12 DÉTAILS ET PRINCIPES TOUCHANT LA PROPOSITION DE REDEVANCES RÉVISÉES MAI 2004 GÉNÉRALITÉS Le présent document («Détails et principes») fournit des renseignements supplémentaires qui viennent

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire RÉSUMÉ ANALYTIQUE Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire CONTEXTE GÉNÉRAL La production agricole

Plus en détail

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Françoise Burel, CNRS Jacques Baudry, INRA CAREN, Rennes www.caren.univ-rennes1.fr/pleine-fougeres Les paysages sont hétérogènes

Plus en détail

CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION

CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION TARIFICATION Page 1 de 29 Table des matières 1 INTRODUCTION... 5 2 HISTORIQUE DES CRÉDITS POUR ALIMENTATION

Plus en détail

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036?

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? Projections de la population de Lanaudière-Nord et de ses MRC Novembre 2014 André Guillemette Service de surveillance, recherche et évaluation Direction de santé publique Agence

Plus en détail

RESULTATS D'UNE ENQUÊTE MAISON AUPRES DES TRAPPEURS D'OURS NOIR, 1980-1981. par Hélène Jolicoeur, Normand Traversy et Raymond McNicoll.

RESULTATS D'UNE ENQUÊTE MAISON AUPRES DES TRAPPEURS D'OURS NOIR, 1980-1981. par Hélène Jolicoeur, Normand Traversy et Raymond McNicoll. RESULTATS D'UNE ENQUÊTE MAISON AUPRES DES TRAPPEURS D'OURS NOIR, 1980-1981 par Hélène Jolicoeur, Normand Traversy et Raymond McNicoll Novembre 1986 Québec Direction de la faune terrestre Résultats d'une

Plus en détail

nutrition humaine (dite "affamés de protéines") et la croissance de la population mondiale enregistrée chaque année. Pour relever ce défi,

nutrition humaine (dite affamés de protéines) et la croissance de la population mondiale enregistrée chaque année. Pour relever ce défi, RÉSUMÉ de la thèse de doctorat "OPTIMISATION DE STRUCTURES DE PRODUCTION EN UNE SOCIÉTÉ INTÉGRÉE DE PRODUCTION DE VIANDE DE POULET" développée par Eng. Codruț CIMPOIAȘ La viande de volaille occupe une

Plus en détail

LES CREVETTES ET LES COQUILLES ST-JACQUES BE LA BAIE DE SAINT-BRIEUC (Compte rendu de la mission du Roselys») (20-31 mars 1965)

LES CREVETTES ET LES COQUILLES ST-JACQUES BE LA BAIE DE SAINT-BRIEUC (Compte rendu de la mission du Roselys») (20-31 mars 1965) LES CREVETTES ET LES COQUILLES ST-JACQUES BE LA BAIE DE SAINT-BRIEUC (Compte rendu de la mission du Roselys») (20-31 mars 1965) par Louis FAURE Au mois de mars, lc > a effectué en baie de Saint-Brieuc

Plus en détail

Le projet d aménagement hydroélectrique du site. du barrage Magpie

Le projet d aménagement hydroélectrique du site. du barrage Magpie Mémoire concernant Le projet d aménagement hydroélectrique du site du barrage Magpie présenté au Bureau d audiences publiques sur l environnement par le Conseil régional de l environnement de la Côte-Nord

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

a) «Conseil» : désigne le Conseil d'administration de la Société ; c) «Gouvernement» : désigne le gouvernement du Québec ;

a) «Conseil» : désigne le Conseil d'administration de la Société ; c) «Gouvernement» : désigne le gouvernement du Québec ; RÈGLEMENT CONCERNANT LES FONCTIONS ET LES POUVOIRS DU PRÉSIDENT ET DU VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION AINSI QUE DES DIRIGEANTS ET D'AUTRES CADRES D'HYDRO-QUÉBEC RÈGLEMENT NUMÉRO 731 MODIFIÉ

Plus en détail

Outil d approche généraliste de suivi du coût de production

Outil d approche généraliste de suivi du coût de production Outil d approche généraliste de suivi du coût de production Description détaillée de l outil Pourquoi? Il est un fait que les entreprises du secteur bovin sollicitent moins fréquemment les services conseils

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

ASSOCIATION DES INGÉNIEURS-CONSEILS DU QUÉBEC (AICQ) PROJET D AMÉNAGEMENT HYDROÉLECTRIQUE DE LA PÉRIBONKA PAR HYDRO-QUÉBEC

ASSOCIATION DES INGÉNIEURS-CONSEILS DU QUÉBEC (AICQ) PROJET D AMÉNAGEMENT HYDROÉLECTRIQUE DE LA PÉRIBONKA PAR HYDRO-QUÉBEC ASSOCIATION DES INGÉNIEURS-CONSEILS DU QUÉBEC (AICQ) PROJET D AMÉNAGEMENT HYDROÉLECTRIQUE DE LA PÉRIBONKA PAR HYDRO-QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) OCTOBRE

Plus en détail

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Notr'Canard Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Chers amis de la Confrérie St Hubert du Grand-Val, L'été de cette année aurait été plus propice à observer des limaces et des escargots

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Processus de planification et de gestion : la coopération sectorielle et territoriale

Processus de planification et de gestion : la coopération sectorielle et territoriale Processus de planification et de gestion : la coopération sectorielle et territoriale University of Newcastle Department of Marine Sciences and Coastal Management mars 1999 Contrat No: ERDF 98.00.27.060

Plus en détail

Photo page couverture : village d Akulivik

Photo page couverture : village d Akulivik ÉVALUATIION ARCHÉOLOGIIQUE AU FUTUR SIITE DE LA CENTRALE ÉLECTRIIQUE D AKULIIVIIK,, NUNAVIIK INSTITUT CULTUREL AVATAQ Octobre 2003 Photo page couverture : village d Akulivik 2 ÉQUIPE DE TRAVAIL ET REMERCIMENTS

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

Cadre supérieur d'hydro-québec Mission de l'unité dirigée. Président d'hydro-québec TransÉnergie

Cadre supérieur d'hydro-québec Mission de l'unité dirigée. Président d'hydro-québec TransÉnergie Cadre supérieur d'hydro-québec de l'unité dirigée Président d'hydro-québec TransÉnergie Division HQ TransÉnergie Transporter l'électricité au meilleur coût et avec le niveau de qualité attendu en vue de

Plus en détail

Les mesures d'aide fiscale à la R-D et les entreprises québécoises

Les mesures d'aide fiscale à la R-D et les entreprises québécoises Les mesures d'aide fiscale à la R-D et les entreprises québécoises par Daniel Lebeau Économiste et agent de recherche au Conseil de la science et de la technologie Octobre 1996 Nous remercions Marcel Dagenais

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

Frais de scolarité et de subsistance des étudiants à plein temps dans les universités et collèges du Canada qui confèrent des grades

Frais de scolarité et de subsistance des étudiants à plein temps dans les universités et collèges du Canada qui confèrent des grades Notes explicatives 1 Centre de la statistique de l'éducation le 1 septembre,2005 Frais de scolarité et de subsistance des étudiants à plein temps dans les universités et collèges du Canada qui confèrent

Plus en détail

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables.

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables. Sommaire Le 18 juin 2003, la Société d'assurance publique du Manitoba («la SAPM») a déposé auprès de la Régie des services publics («la Régie») une demande d'approbation des primes d'assurance-automobile

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Année

2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Année Pourcentage de mortalité ENQUÊTE SUR LA MORTALITÉ HIVERNALE DES COLONIES D ABEILLES HIVER 2013-2014 Contexte Bien qu elle varie selon les années, la mortalité hivernale des colonies d abeilles demeure,

Plus en détail

L offre de formation technique dans les cégeps dans un contexte de diminution des effectifs étudiants

L offre de formation technique dans les cégeps dans un contexte de diminution des effectifs étudiants L offre de formation technique dans les cégeps dans un contexte de diminution des effectifs étudiants Positions de la Fédération des chambres de commerce du Québec Quelques constats Le Québec consacre

Plus en détail

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à :

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Institut de la statistique du Québec 200, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1R 5T4 Téléphone : (418)

Plus en détail

L'Oscillation Nord-Atlantique, qu'est-ceque

L'Oscillation Nord-Atlantique, qu'est-ceque JANVIER 2010 ET N.A.O. NEGATIVE (North Atlantic Oscillation) L'Oscillation Nord-Atlantique, qu'est-ceque c'est? L'oscillation nord-atlantique (ou North Atlantic Oscillation en anglais, d'où le sigle NAO),

Plus en détail

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 1 LES CHANGEMENTS SOCIODÉMOGRAPHIQUES DE MONTRÉAL Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal Au cours des dernières décennies, la population montréalaise a subi d importantes transformations.

Plus en détail

LA PARTICIPATION SPORTIVE AU CANADA, 2005 1. Présentation de l étude réalisée par Statistique Canada

LA PARTICIPATION SPORTIVE AU CANADA, 2005 1. Présentation de l étude réalisée par Statistique Canada VOLUME 5 NUMÉRO 12 2008 BULLETIN * LA PARTICIPATION SPORTIVE AU CANADA, 2005 1. Présentation de l étude réalisée par Statistique Canada Par André Thibault, directeur de l Observatoire québécois du loisir

Plus en détail

1/6. Septembre 2007. Préambule

1/6. Septembre 2007. Préambule Contribution de l'association des Utilisateurs de Free (AdUF) à l'appel à commentaire sur la consultation publique sur les enjeux liés aux nouvelles fréquences pour les réseaux d'accès aux services de

Plus en détail

La gestion des propriétés protégées

La gestion des propriétés protégées La gestion des propriétés protégées Ateliers sur la conservation des milieux naturels 16 octobre 2015 Caroline Gagné Chargée de projets - Outaouais Contenu de la formation! Le cas des propriétés en plein

Plus en détail

Réduire la dette étudiante. Les raisons de la baisse de l endettement des étudiants universitaires au Manitoba

Réduire la dette étudiante. Les raisons de la baisse de l endettement des étudiants universitaires au Manitoba Réduire la dette étudiante Les raisons de la baisse de l endettement des étudiants universitaires au Manitoba Publié en 2007 par la Fondation canadienne des bourses d études du millénaire 1000, rue Sherbrooke

Plus en détail

UN TARIF À 10,00 $ : UNE PROPOSITION JUDICIEUSE POUR SORTIR DE LA CRISE

UN TARIF À 10,00 $ : UNE PROPOSITION JUDICIEUSE POUR SORTIR DE LA CRISE UN TARIF À 10,00 $ : UNE PROPOSITION JUDICIEUSE POUR SORTIR DE LA CRISE Tarif fixe et universel de 10,00$ pour les réseaux des services de garde éducatif au Québec, mais un impact proportionnel sur le

Plus en détail

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2010/054 ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Contexte Figure

Plus en détail

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 16 décembre 2004 par la résolution 24 par le Comité de gestion de la taxe scolaire de l

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Robert Gagnon

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Robert Gagnon Compte rendu Ouvrage recensé : The Master Spirit of the Age Canadian Engineers and the Politics of Professionalism. 1887-1922, J. Rodney Millard, Toronto, University of Toronto Press, 1988. Pp 229. par

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

Communication sans collaboration

Communication sans collaboration Siège social : Avanade France 125 avenue de Paris 92320 Châtillon www.avanade.com/fr Avanade est le principal intégrateur de solutions pour l entreprise basées sur la plate-forme Microsoft. Sa mission

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage

Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage Secrétariat assuré par le Programme des Nations Unies pour l Environnement 23ème réunion du Comité permanent Bonn,

Plus en détail

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (EDRHA de l'apnql) Collectif des services d'emploi et de formation de 29 communautés de Premières nations et de 4 centres

Plus en détail

Lignes directrices pour les catégories de gestion des aires protégées. Deuxième partie. Les catégories de gestion

Lignes directrices pour les catégories de gestion des aires protégées. Deuxième partie. Les catégories de gestion Ce document est extrait des «Linges directrices pour les catégories de gestion des aires protégées». Pour commander cette publication, veillez contacter : le Service de publications de l UICN 219c Huntingdon

Plus en détail

Parcourons donc ensemble la démarche du scientifique utilisant la méthode scientifique.

Parcourons donc ensemble la démarche du scientifique utilisant la méthode scientifique. SECTION 2. SCHÈME DE LA MÉTHODE SCIENTIFIQUE 1 INTRODUCTION Il existe plusieurs façons pour une personne d'entrer en relation avec son milieu en vue de mieux comprendre son environnement et de s'y situer.

Plus en détail

Le Crabe commun des eaux côtières du Québec

Le Crabe commun des eaux côtières du Québec Pêches et Océans Canada Sciences Fisheries and Oceans Canada Science MPO Sciences Région Laurentienne Rapport sur l état des stocks C-2 (21) 5 16B 16A 17A-C D 16C 16D 16E YZ E-X A-C Le Crabe commun des

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

UNE EXPÉRIENCE UNIQUE JAL

UNE EXPÉRIENCE UNIQUE JAL UNE EXPÉRIENCE UNIQUE JAL Roger MORASSE Saint-Juste, Auclair, Lejeune et Lots Renversés sont des agglomérations voisines situées à l'est du Lac Témiscouata, près de la frontière du Nouveau-Brunswick (figure

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

Approche à la surveillance à long terme pour un site extrêmement éloigné

Approche à la surveillance à long terme pour un site extrêmement éloigné Approche à la surveillance à long terme pour un site extrêmement éloigné Fort Conger, parc national Quttinirpaaq, Nunavut Nick Battye¹, Jeff Donald¹, Dr. Tamsin Laing¹, Dr. Daniela Loock¹, Dr. Ken Reimer¹

Plus en détail

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland 171, rue Léger ~ Sherbrooke (Québec) CANADA J1L 1M2 Tél. : 819 340-6124 ~ Fax : 819 562-7888 ~ www.genivar.com Référence à

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N o 10

FICHE TECHNIQUE N o 10 Comité Zone d Intervention Prioritaire Date d'ouverture du dossier : 01/04/2003 FICHE TECHNIQUE N o 10 Thématique : Projet : Localisation : Protection et restauration écologique des milieux naturels Aménagement

Plus en détail

ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE

ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE ETUDE D IMPACT SUR LE PLATEAU MORNANTAIS DU TRACE AUTOROUTIER DE L A45 SUR LA POPULATION DES BUSARDS CENDRES SOMMAIRE 1 La problématique du Busard cendré en France 1.1 Présentation du genre "Circus" 1.2

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019. Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire

PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019. Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire 4.3.2015 2014/0255(COD) PROJET D'AVIS de la commission de l'environnement, de la santé publique

Plus en détail

Mémoire concernant le document de consultation de la Régie des rentes du Québec intitulé

Mémoire concernant le document de consultation de la Régie des rentes du Québec intitulé 555, boul. René-Lévesque Ouest e Mémoire concernant le document de consultation de la Régie des rentes du Québec intitulé «Vers un régime de rentes du Québec renforcé et plus équitable» Présenté à La Commission

Plus en détail

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. Le 10 juin 2009

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. Le 10 juin 2009 QUE DEVIENNENT LES PETITES ENTREPRISES CANADIENNES APRÈS UN PREMIER APPEL PUBLIC À L ÉPARGNE? Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec Le 10

Plus en détail

SECTION DES INDICES DES INDEMNITÉS DE L'ÉTAT STATISTIQUE CANADA CALCUL DES INDICES D'INDEMNITÉS

SECTION DES INDICES DES INDEMNITÉS DE L'ÉTAT STATISTIQUE CANADA CALCUL DES INDICES D'INDEMNITÉS SECTION DES INDICES DES INDEMNITÉS DE L'ÉTAT STATISTIQUE CANADA CALCUL DES INDICES D'INDEMNITÉS DIRECTIVE SUR LES POSTES ISOLÉS ET LES LOGEMENTS DE l ÉTAT GÉNÉRALITÉS La Section des indices des indemnités

Plus en détail

Estimations des dépenses de recherche et développement (R-D) effectuées dans le secteur de l'enseignement supérieur

Estimations des dépenses de recherche et développement (R-D) effectuées dans le secteur de l'enseignement supérieur Définitions Sciences naturelles et génie Le domaine des sciences naturelles et génie (SNG) englobe les disciplines relevant de la compréhension, de l'exploration, de l'évolution ou de l'utilisation du

Plus en détail

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS Nelly GOUIDER En, chaque personne résidant sur le territoire métropolitain a effectué en moyenne près de six voyages à plus de kilomètres de son domicile au cours

Plus en détail

DES INDICES POUR LES CRITERES DE POINTAGE CHEZ LE COB NORMAND

DES INDICES POUR LES CRITERES DE POINTAGE CHEZ LE COB NORMAND DES INDICES POUR LES CRITERES DE POINTAGE CHEZ LE COB NORMAND Par : S. DANVY (1), JB. BOIS (2), L. HEMERY (2) et A. RICARD (3) (1) Les Haras nationaux - Service R&D - 61310 EXMES (2) Syndicat national

Plus en détail

avec le Théâtre Législatif

avec le Théâtre Législatif Concertation intercommunale sur la gestion durable de l eau dans le bassin de la Siagne avec le Théâtre Législatif Rapport de fréquentation du site eaudurable.org Le site Internet du projet Eau Durable

Plus en détail

L OURS REGIME ALIMENTAIRE

L OURS REGIME ALIMENTAIRE L OURS REGIME ALIMENTAIRE -Carnivores : canidés, félidés, hyénidés, ursidés «Les carnivores sont des animaux caractérisés par le développement des Canines (crocs) et des carnassières (grosses dents tranchantes)

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

Plan de Gestion de la Zone Spécialement Protégée de l Antarctique (ZSPA) nº 156 BAIE LEWIS, MONT EREBUS, ÎLE ROSS

Plan de Gestion de la Zone Spécialement Protégée de l Antarctique (ZSPA) nº 156 BAIE LEWIS, MONT EREBUS, ÎLE ROSS Plan de Gestion de la Zone Spécialement Protégée de l Antarctique (ZSPA) nº 156 BAIE LEWIS, MONT EREBUS, ÎLE ROSS 1. Description des valeurs à protéger Une zone située sur les pentes inférieures du mont

Plus en détail

Un chat pas si méchant!

Un chat pas si méchant! Fiche 1 Un chat pas si méchant! 1 Un chat pas si méchant! (sur l air de Il était un petit navire) Monsieur le chat vient à la ferme, Monsieur le chat vient à la ferme. Qui répond : «Ch, ch, ch» quand on

Plus en détail

sommaire Introduction...11

sommaire Introduction...11 Titre partie sommaire Introduction..............................11 Dans un passé lointain «Les fossiles sont les restes d espèces animales et végétales disparues.»...........................17 «Il y a

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail