Les fumées chirurgicales : un risque connu par les infirmières de bloc opératoire?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les fumées chirurgicales : un risque connu par les infirmières de bloc opératoire?"

Transcription

1 Alexandra GABLIN IBODE Bloc Larrey CCVT CHU d' Angers Les fumées chirurgicales : un risque connu par les infirmières de bloc opératoire? Les appareils permettant de coaguler ou de réséquer des tissus organiques au cours d'une chirurgie entraînent la production de fumées chirurgicales. Ces produits de pyrolyse sont inhalés en quantité plus ou moins importante par l'équipe chirurgicale au niveau du champ opératoire. Mais il semble y avoir un manque d'information important envers les professionnels concernant la composition de ces fumées et leur éventuelle nocivité. Une enquête auprès de différentes catégories professionnelles a permis d'évaluer et de comprendre cette situation, puis de mettre en place une projection professionnelle. I. Composition des fumées et risques associés. Les fumées chirurgicales sont composées jusqu'à 95% de vapeur d'eau selon le tissu. Cette eau va servir de moyen de transport aux autres composants 1 : les particules, les substances chimiques et les éléments biologiques. I.1. Les particules. Elles sont issues de l'aérosolisation des produits sanguins. Plus la puissance appliquée est élevée, plus la quantité de particules est importante 2. Les particules les plus fines, ou nanoparticules, peuvent aller jusqu'aux alvéoles pulmonaires, et être responsables d'une irritation aiguë ou 1 Al SAHAF O.S. ; VEGA-CARRASCAL I. ; CUNNINGHAM F.O. ; McGRATH J.P. ; BLOOMFIELD F.J. ; Chemical composition of smoke produced by high-frequency electrosurgery. Ir J Med Sci (2007). DOI /s : Cité par EICKMANN Udo et Al. Fumées chirurgicales-risques et mesures de prévention. IVSS, 2011, p ANDREASSON S.N. ; ANUNDI H. ; SAHLBERG B. ; ERICSSON C.-G. ; WÄLINDER R. ; ENLUND G. ; PAHLMAN L. ; MAHTEME H. ; Peritonectomy with high voltage electrocautery generates higher levels of ultrafine smoke particles. Eur J Surg Oncol (2008). DOI : /j.ejso Cité par EICKMANN, Op. Cit., p. 7. 1

2 chronique des voies respiratoires, voire de cancers 3. Les risques liés aux nanoparticules n'ont pas encore bénéficié d'études suffisantes. Mais certains composants des fumées chirurgicales sont identiques à ceux retrouvés dans la pollution atmosphérique (usines, moteurs diesel...) 4, pour lesquels il a bien été établi un rôle néfaste sur la santé (allergies, pathologies repiratoires...). I.2. Les substances chimiques. De nombreuses substances chimiques ont été identifiées 5. Outre l'irritation aiguë ou chronique des voies respiratoires, elles sont susceptibles d'engendrer notamment céphalées, troubles de la vigilance, irritation oculaire, pathologies hématologiques, cancers 6. Le pouvoir mutagène des fumées chirurgicales issues de l'action d'un bistouri électrique sur 1g de tissu serait similaire à celles de six cigarettes 7 8, et à celles de trois cigarettes lors de l'utilisation d'un laser 9. I.3. Les éléments biologiques. Les fumées chirurgicales peuvent véhiculer des cellules, dont des cellules sanguines, des virus, ainsi que des bactéries 10. Deux cas de papillomes laryngés ont été décrits en et après exposition aux 3 EICKMANN, Op. Cit., p EICKMANN, Op. Cit., p BARRETT WL., GARBER SM., Surgical smoke a review of the literature. Is this just a lot hot air? Surg. Endoscop ; 17: Cité par PHILIPPE Cécile. - Les fumées au bloc opératoire : risques et prévention en cœlioscopie. Interbloc Tome XXVIII, n 4, décembre 2009, p EICKMANN, Op. Cit., p. 11 à HENSMAN C. ; NEWMAN E.L. ; SHIMI S.M. ; CUSCHIERI A. ; Cytotoxicity of electro-surgical smoke produced in an anoxic environment. Am J Surg (1998). 175: Cité par PHILIPPE C., Op. Cit., p GATTI J.E. ; BRYANT C.J. ; NOONE R.B. ; MURPHY J.B. ; The mutagenicity of electrocautery smoke. Plast. Reconstr. Surg. (1992) ; 89(5) : Ibid. 9 TOMITA. Cité par PHILIPPE Cécile. - Fumées au bloc opératoire : risque & prévention en chirurgie laparoscopique. - DU de cœlioscopie. - Faculté de médecine du CHRU de Tours, décembre 2011, diapositive EICKMANN, Op. Cit., p HALLMO P. ; NAESS O. ; Laryngeal papillomatosis with human papillomavirus DNA contracted by a laser surgeon. Eur Arch Otorhinolaryngol (1991). 248,7: Cité par EICKMANN Op. Cit., p CALERO L. ; BRUSIS T. ; Larynxpapillomatose erstmalige Anerkennung als Berufskrankheit bei einer OP- 2

3 fumées produites au cours d'exérèse de papillomatoses ano-génitales. II. Mesures de prévention. Aspirer les fumées chirurgicales à la source est le plus efficace 13. Il existe différents types de dispositifs permettant de les capter localement avec filtration spécifique, pouvant être intégrés ou indépendants des pièces à mains 14. Pour la cœlioscopie, des filtres s'adaptent sur les trocarts. Ces dispositifs sont notamment proposés par les fabricants de bistouris électriques et de lasers. En cas de non mise à disposition de ces moyens spécifiques, aspirer au plus près du site opératoire avec une aspiration classique permet de diminuer la quantité de fumées inhalées. Et à défaut de filtre pour la cœlioscopie, il est recommandé de mettre une compresse sur l'orifice du trocart 15. Le masque chirurgical reste une mesure d'hygiène qui ne protège pas des composants des fumées 16. Malgré ce constat, les professionnels ne semblent pas incités à appliquer de mesure de prévention et aucune réglementation française ne les exige. III. Risque et information. L'information est un élément nécessaire pour l'évaluation et l'anticipation des risques, avec la mise en place de moyens de prévention. Elle permet une prise de conscience du danger grâce à l'acquisition de nouvelles connaissances, et d'agir en alliant efficacité et sécurité, caractéristiques essentielles des compétences des infirmières de bloc opératoire. Or nous constatons un manque d'information qui ne permet pas le processus d'évaluation des risques. Schwester. Laryngo-Rhino-Oto (2003) 82 : Cité par EICKMANN, Op. Cit., p EICKMANN, Op. Cit., p EICKMANN, Op. Cit., p C-CLIN Paris-Nord Endoscopie chirurgicale Guide de bonnes pratiques. Paris, octobre p EICKMANN, Op. Cit., p

4 Pour en comprendre l'origine, une enquête de terrain a été menée. IV. Enquête. Cette enquête a été réalisée au sein de deux CHU. Un questionnaire a été adressé aux infirmières de bloc opératoires (IDE et IBODE). 172 exemplaires ont été distribués dans les blocs opératoires représentant toutes les spécialités, avec un taux de réponse de 43%, dont 38 IDE et 36 IBODE. Il en ressort que le manque d'information concerne 68,5% des IDE et presque 28% des IBODE. Les IBODE s'avèrent être davantage informés grâce à leur formation à l'école d' IBODE, et ce sujet semble de plus en plus souvent abordé. Les autres sources principales d'information sont la communication entre collègues et la consultation de revues professionnelles. L'aspiration des fumées est un moyen de prévention connu et relativement bien appliqué par les professionnels informés, mais le masque est perçu comme l'un d'eux alors qu'il ne protège pas des composants des fumées. Les moyens spécifiques (systèmes de captages de fumées munis de filtres spécifiques, et filtres pour trocart de cœlioscopie) n'étaient pas mis à disposition au sein des deux CHU concernés par l'enquête. En parallèle, deux cadres de bloc opératoire et deux médecins du travail ont été rencontrés au cours d'entretien semi-directifs. Dans les deux établissements, aucun des deux cadres n'a eu à transmettre d'information à ce sujet. Quant aux médecins du travail, malgré leur connaissance du risque, aucune information est donnée aux infirmières par leur intermédiaire, qui ne bénéficient donc pas non plus d'une surveillance particulière. 4

5 L'enquête a donc confirmé l'hypothèse que le manque d'information trouve son origine à ce niveau, et serait multifactoriel. Ce risque n'apparaît pas prioritaire, ce qui est majoré par l'absence de plainte et d'événement indésirable au sein des établissements. Le coût des équipements de protection peut représenter également un frein. Mais l'absence de cadre réglementaire apparaît déterminant. V. Propositions et perspectives professionnelles. La communication dans une équipe est primordiale. Elle est d'autant plus importante pour les IDE qui débutent au bloc opératoire, et qui ne possèdent pas toutes les données pour une utilisation optimale des différents dispositifs médicaux. En outre, l'ibode, de part son rôle de formation et d'évaluation des risques, est le garant de la sécurité de l'ide. La lecture de revues professionnelles représente une source d'information notable, et permet de nous tenir à jour des données récentes et de ré-actualiser nos connaissances. La participation aux congrès et aux formations internes permet de compléter ces données. Outre le risque spécifique concernant les fumées chirurgicales, l'importance de la spécialisation va bien au-delà. Elle nous permet d'acquérir certes un apport théorique, mais aussi et surtout la démarche intellectuelle d'aller chercher l'information. De ce fait, il est important de promouvoir la formation à l'école d'ibode. Des temps d'analyse de pratiques pourraient être mis en place. Ces questionnements en équipe permettraient un partage de connaissances, d'idées et de pratiques. Un compte-rendu écrit et mis à disposition tiendrait informés les professionnels n'ayant pu y assister. Le risque professionnel lié à l'exposition aux fumées chirurgicales est une réalité, mais il ne s'agit pas d'un risque critique qui amène les établissements de santé à mettre en place des actions de 5

6 prévention immédiates. L'enquête réalisée a révélé que plus de deux tiers des IDE et d'un quart des IBODE n'avaient pas été informés de ce risque. Ce manque d'information semble trouver son origine au niveau de la médecine du travail. Mais l'absence de réglementation, de survenue de maladie professionnelle dans l'établissement, ainsi qu'un probable frein économique à l'acquisition de moyens de prévention spécifiques, n'en font pas un risque inacceptable. Toutefois, un problème de santé public représenterait au final un coût probablement plus important. Outre la communication ainsi que des temps d'analyse de pratique au sein des équipes notamment, la formation à l'école d'ibode apparaît fondamentale. De plus, le questionnement et la remise en cause des connaissances participent pleinement au processus de professionnalisation : il ne suffit pas d'avoir des connaissances et des compétences, il est nécessaire de les faire évoluer perpétuellement par une démarche réflexive. Bibliographie PHILIPPE Cécile. - Fumées au bloc opératoire : risque & prévention en chirurgie laparoscopique. - DU de cœlioscopie. - Faculté de médecine du CHRU de Tours, décembre PHILIPPE Cécile. - Les fumées au bloc opératoire : risques et prévention en cœlioscopie. Interbloc Tome XXVIII, n 4, décembre EICKMANN Udo, FALCY Michel, FOKUHL Inga, et al. - Fumées chirurgicales - Risques et mesures de prévention. - Documents de travail destinés aux spécialistes de sécurité du travail. - AISS Association Internationale de la Sécurité Sociale. - Comité pour la prévention des risques professionnels dans le secteur santé. - Hambourg : IVSS p

Factsheet Fumées chirurgicales Risques et mesures de protection

Factsheet Fumées chirurgicales Risques et mesures de protection Version Mars 2011 Factsheet Fumées chirurgicales Risques et mesures de protection Brigitte Merz, Martin Rüegger, Edgar Käslin, Udo Eickmann, Michel Falcy, Inga Fokuhl, Martine Bloch Diverses techniques

Plus en détail

Mise au point d une matrice emploi-exposition spécifique du milieu de soin

Mise au point d une matrice emploi-exposition spécifique du milieu de soin Mise au point d une matrice emploi-exposition spécifique du milieu de soin Dr C. Verdun-Esquer Service de Médecine du travail et Pathologie Professionnelle CHU de Bordeaux Journées Santé Travail du CISME

Plus en détail

Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières. Points essentiels en matière de sélection et d utilisation

Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières. Points essentiels en matière de sélection et d utilisation Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières Points essentiels en matière de sélection et d utilisation 1 Quand faut-il utiliser des demi-masques de protection respiratoire? Le présent

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par :

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par : CODE DU TRAVAIL Art. R. 231-60.- La présente section fixe les règles particulières de prévention et de protection des travailleurs contre les risques résultant d'une exposition à des agents biologiques.

Plus en détail

Concours : IFSI. (épreuve de culture générale) «Test numéro 6»

Concours : IFSI. (épreuve de culture générale) «Test numéro 6» Concours : IFSI (épreuve de culture générale) «Test numéro 6» Demande : Abel Education System Risques liés au ciment : de l'allergie... au cancer? Qu'est- ce qu'un ciment? Depuis leur invention en 1817,

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE

ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE PREAMBULE : La mise en œuvre de changements d organisation au sein du groupe sanofi-aventis, par nécessité d anticipation ou

Plus en détail

Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé

Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé 1 Généralités 2 Risque Chimique / Produits Chimiques : Omniprésents dans le milieu professionnel : 38% des salariés sont exposés à au moins 1 produit

Plus en détail

F I C H E D E D O N N É E S D E S É C U R I T É. Scories pour décapage Scoral

F I C H E D E D O N N É E S D E S É C U R I T É. Scories pour décapage Scoral F I C H E D E D O N N É E S D E S É C U R I T É conformément au Règlement (CE) No. 453/2010 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Code

Plus en détail

Avis juridique important 31988L0642

Avis juridique important 31988L0642 Avis juridique important 31988L0642 Directive 88/642/CEE du Conseil du 16 décembre 1988 modifiant la directive 80/1107/CEE concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à une exposition

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

Depuis de nombreuses années, dmt. Fumées chirurgicales. Composition des fumées chirurgicales

Depuis de nombreuses années, dmt. Fumées chirurgicales. Composition des fumées chirurgicales dmt TC d o s s i e r m é d i c o - t e c h n i q u e 137 Fumées chirurgicales Risques et mesures de prévention Le Comité pour la prévention des risques professionnels dans le secteur santé de l'aiss (Association

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

les murs antipollution sont polluants c'est la

les murs antipollution sont polluants c'est la Alerte à l'ozone! L'été, la pollution automobile est un véritable fléau, et les alertes aux pics de pollution sont devenus monnaie courante. Parmi les principaux polluants, on trouve les oxydes d'azote,

Plus en détail

F.U.N.D.P. Département Education et Technologie

F.U.N.D.P. Département Education et Technologie F.U.N.D.P. Département Education et Technologie au 1er degré 1997 Sous la direction de Jean Donnay & Marc Romainville Département Education et Technologie Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix

Plus en détail

Compte-rendu du CTA du 2 novembre 2015

Compte-rendu du CTA du 2 novembre 2015 Compte-rendu du CTA du 2 novembre 2015 Le CTA s'est tenu sous la Présidence de la secrétaire générale du rectorat. La réunion a duré plus de 5 heures. Les organisations syndicales ont chacune lu une déclaration

Plus en détail

des risques professionnels

des risques professionnels Prévention des risques professionnels Réparateurs automobiles Garagistes Peintres carrossiers Des gestes simples pour vous protéger Développer une allergie respiratoire, se faire mal au dos en soulevant

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Distribution touristique de l Université Paris 1 - Panthéon- Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil IUE 137-A

Secrétariat du Grand Conseil IUE 137-A Secrétariat du Grand Conseil IUE 137-A Réponse du Conseil d Etat à l interpellation urgente écrite de Mme Sylvia Leuenberger : «Eau potable, xéno-œstrogène et cancer» Mesdames et Messieurs les députés,

Plus en détail

Code de droit économique. Livre IX

Code de droit économique. Livre IX Code de droit économique Livre IX Table des matières LIVRE IX. - Sécurité des produits et des services... 3 CHAPITRE 1. - Obligation générale de sécurité... 3 CHAPITRE 2. - Structures d'information et

Plus en détail

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1 cahier spécial 45 Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage Par Aurélien Bignon, BioM Advice Les dispositifs médicaux (DM) doivent suivre une procédure d évaluation biologique décrite

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME Traduction intégrale du communiqué de presse n 208 du 31 mai 2011 de l Organisation mondiale de la santé Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) IARC CLASSIFIES RADIOFREQUENCY ELECTROMAGNETIC

Plus en détail

Les besoins des aidants

Les besoins des aidants Les besoins des aidants Être aidant Éléments de définition Il existe de nombreuses définitions de ce qu'est un aidant, qui ont en commun «le caractère non professionnel de l'aide, sa régularité et son

Plus en détail

REACH (1) : VERS UNE CHIMIE DURABLE EN EUROPE?

REACH (1) : VERS UNE CHIMIE DURABLE EN EUROPE? SANTE - ENVIRONNEMENT REACH (1) : VERS UNE CHIMIE DURABLE EN EUROPE? La production mondiale de substances chimiques a explosé depuis 1930 passant de 1 million de tonnes à 400 millions de tonnes aujourd

Plus en détail

La (L in)sécurité des systèmes de contrôle de processus

La (L in)sécurité des systèmes de contrôle de processus La (L in)sécurité des systèmes de contrôle de processus Étant donné les menaces existantes, la cyber-sécurité est devenue une priorité pour les environnements de contrôle. A l origine, les systèmes de

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Page 1 de 6 SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise 1.1. Identificateur de produit Groupe du produit: Hinterfüll 1.2. Utilisations identifiées pertinentes de

Plus en détail

PASTILLES DPD1 (comparateur)

PASTILLES DPD1 (comparateur) 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE 1.1 - Identificateurs de produit Nom commercial Type de produit : reactif chlore pastilles DPD1 : Substance 1.2 - Utilisations identifiées / utilisations

Plus en détail

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Annie LEPRINCE, Institut national de recherche et de sécurité, Centre de Paris 1 Rappel de la hiérarchie des textes officiels Domaine

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection Pôle Inspection en Surveillance du Marché Rédacteur : Régis ANDRE Tél : 01 55 87 39 62 Fax : 01 55 87 39 52 Ref : Synthèse Prestataires de services et distributeurs de matériels-v7

Plus en détail

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Plateforme Forêts - Communauté européenne : Briefing Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Introduction En raison de la préoccupation internationale

Plus en détail

Règlement n 1272/2008 ou CLP

Règlement n 1272/2008 ou CLP Règlement n 1272/2008 ou CLP Contexte et Objectif du CLP Le règlement n 1272/2008 ou CLP est l instrument réglementaire permettant de faire appliquer les recommandations du SGH (Système Global Harmonisé

Plus en détail

Prestation de biens et de services aux personnes handicapées

Prestation de biens et de services aux personnes handicapées Prestation de biens et de services aux personnes handicapées Énoncé de politique L'Hôtel Southway et Shallows Grill est déterminé à offrir des biens et services aux personnes handicapées en se conformant

Plus en détail

PROJET D UNE NOUVELLE LOI SUR LES EAUX SOUTERRAINES ET LES PUITS DOCUMENT DE TRAVAIL

PROJET D UNE NOUVELLE LOI SUR LES EAUX SOUTERRAINES ET LES PUITS DOCUMENT DE TRAVAIL PROJET D UNE NOUVELLE LOI SUR LES EAUX SOUTERRAINES ET LES PUITS DOCUMENT DE TRAVAIL Conservation et Gestion des ressources hydriques Manitoba PROJET D UNE NOUVELLE LOI SUR LES EAUX SOUTERRAINES ET LES

Plus en détail

Réglementation REACH :

Réglementation REACH : REACH : des obligations à respecter dès maintenant Fiche d information Décembre 2010 Réglementation REACH : Quelle incidence pour les professionnels de la carrosserie? Améliorer la connaissance des substances

Plus en détail

OPTIMISER LE SAVOIR DANS LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION. Conseil international

OPTIMISER LE SAVOIR DANS LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION. Conseil international OPTIMISER LE SAVOIR DANS LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION Conseil international des sciences sociales Le savoir (dans quelque domaine que ce soit) donne à ceux qui le créent et le possèdent la capacité de mener

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company LA FORMATION Moteur d une démarche de prévention a DEKRA company LE CONTEXTE De nos jours, les actions de formation sont nombreuses et diverses. Les thématiques peuvent varier de sujets réglementaires

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

Projet IVAIRE : appréciation du rapport des visites environnementales et suivi des retombées auprès des participants

Projet IVAIRE : appréciation du rapport des visites environnementales et suivi des retombées auprès des participants Projet IVAIRE : appréciation du rapport des visites environnementales et suivi des retombées auprès des participants MESSAGES CLÉS ET SOMMAIRE Décembre 2015 Marie-Christine Gervais, Pierre Lajoie, Véronique

Plus en détail

Les Protections Collectives

Les Protections Collectives Les Protections Collectives Le risque d intoxication 4 voies de pénétration des toxiques dans l organisme. Voie pulmonaire : inhalation. Voie oculaire : projection. Voie cutanée : contact avec la peau.

Plus en détail

Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel

Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel 18 octobre 2011 Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel Lyon, France, 18 octobre 2011 Le programme "monographie"s de l'oms/ centre international de recherche sur le cancer a

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail Référentiel de compétences du perfusionniste 1 Document de travail Élaboré par : La Société Française de Perfusion La Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire La Société Française

Plus en détail

Consortium mondial des femmes contre le cancer du col de l utérus

Consortium mondial des femmes contre le cancer du col de l utérus Consortium mondial des femmes contre le cancer du col de l utérus Un monde sans cancer du col de l utérus pour les générations futures Il est possible de vaincre le cancer du col de l utérus, l une des

Plus en détail

Colloque national inter-ars «Sécurité sanitaire des eaux d alimentation»

Colloque national inter-ars «Sécurité sanitaire des eaux d alimentation» Colloque national inter-ars «Sécurité sanitaire des eaux d alimentation» PNSE3 et outils nationaux Mercredi 3 juin 2015 Poitiers Béatrice JÉDOR Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention

Plus en détail

Directive 78/319/CEE du Conseil, du 20 mars 1978, relative aux déchets toxiques et dangereux

Directive 78/319/CEE du Conseil, du 20 mars 1978, relative aux déchets toxiques et dangereux Directive 78/319/CEE du Conseil, du 20 mars 1978, relative aux déchets toxiques et dangereux Journal officiel n L 084 du 31/03/1978 p. 0043-0048 édition spéciale finnoise: chapitre 15 tome 2 p. 0085 édition

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. Titre du service : Orientation, information scolaire et professionnelle

PROFIL DE L EMPLOI. Titre du service : Orientation, information scolaire et professionnelle PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Titre de la direction : Conseiller d'orientation Professionnel 401-CONORI002 (Services adaptés) 401-CONORI003

Plus en détail

CONSTRUCTION, ANIMATION ET

CONSTRUCTION, ANIMATION ET 2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D'UN ATELIER RECIT Celine Lorenz Réd. Celine Lorenz 14/06/2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D UN ATELIER Ce kit vous permettra de réaliser

Plus en détail

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Quelles évolutions, quelles attentes? CONFERENCE 30 NOVEMBRE 2010 0 Sommaire 1 Actualité réglementaire et impact sur les relations CAC

Plus en détail

Règlement sur le cheminement scolaire

Règlement sur le cheminement scolaire Règlement sur le cheminement scolaire Adopté le : 17 décembre 2001 218 e réunion du conseil d administration Amendé le : 10 juin 2008 261 e réunion du conseil d administration Amendé le : 16 décembre 2013

Plus en détail

Radio Enfant 2001 sur Internet Présentation

Radio Enfant 2001 sur Internet Présentation Radio Enfant 2001 Présentation du volet Internet Radio Enfant 2001 sur Internet Présentation Ça y est, voici enfin tous les détails concernant la possibilité de participer au volet Internet de Radio Enfant

Plus en détail

1. D E S C R I P T I O N D U P R O D U I T E T D E L A S O C I E T E

1. D E S C R I P T I O N D U P R O D U I T E T D E L A S O C I E T E 1. D E S C R I P T I O N D U P R O D U I T E T D E L A S O C I E T E NOM DU PRODUIT : NOM CHIMIQUE OU NOM GENERIQUE : DOMAINES D APPLICATION : FABRICANT : SURFASOLVE PREP LINGETTES Agent de nettoyage Produits

Plus en détail

Le BOIS Oui, Oui, mais. Salariés. à votre service. Législation. Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez : prendre contact avec :

Le BOIS Oui, Oui, mais. Salariés. à votre service. Législation. Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez : prendre contact avec : à votre service Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez : prendre contact avec : Salariés votre médecin du travail l Inspection du travail la CRAM l OPPBTP consulter les sites : boissecurite.com

Plus en détail

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes Centre de gestion Le risque chimique Pôle Organisation et Sécurité au Travail Service Prévention, Conseils 1/ Réglementation Décret n 2003-1254 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique.

Plus en détail

DESCRIPTION DES TECHNIQUES DE MESURE DES CONTAMINATIONS SURFACIQUES. E. Bourrez. COGEMA Marcoule

DESCRIPTION DES TECHNIQUES DE MESURE DES CONTAMINATIONS SURFACIQUES. E. Bourrez. COGEMA Marcoule FR0200932 1 - fl- DESCRIPTION DES TECHNIQUES DE MESURE DES CONTAMINATIONS SURFACIQUES E. Bourrez COGEMA Marcoule 1-PREAMBULE Si on veut pouvoir déterminer la technique et l'appareil à utiliser, il est

Plus en détail

1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise

1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) No. 453/2010 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Code du produit 51340044,

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22.6.2015 C(2015) 4163 final ANNEX 1 ANNEXE

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22.6.2015 C(2015) 4163 final ANNEX 1 ANNEXE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.6.2015 C(2015) 4163 final ANNEX 1 ANNEXE FR FR ANNEXE 26 03 77 02 Projet pilote «Gouvernance et qualité des codes logiciels Audit des logiciels libres et open source»

Plus en détail

ECE/CECI/CONF.8/1 III. Organisation

ECE/CECI/CONF.8/1 III. Organisation Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 15 juillet 2010 Français Original: anglais ECE/CECI/CONF.8/1 Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Ondes & Santé. Le Débit d Absorption Spécifique (DAS)

Ondes & Santé. Le Débit d Absorption Spécifique (DAS) Ondes & Santé Le Débit d Absorption Spécifique (DAS) Sommaire Le DAS : Débit d Absorption Spécifique ou SAR : Specific Absorption Rate - Le contexte, la réglementation, les effets des ondes - La définition

Plus en détail

PLATEFORME COLLABORATIVE DE. SUIVI-ÉVALUATION DE POLITIQUES PUBLIQUES PYTHEOS Version 1.01 = MANUEL GESTION DES DROITS =

PLATEFORME COLLABORATIVE DE. SUIVI-ÉVALUATION DE POLITIQUES PUBLIQUES PYTHEOS Version 1.01 = MANUEL GESTION DES DROITS = PLATEFORME COLLABORATIVE DE SUIVI-ÉVALUATION DE POLITIQUES PUBLIQUES PYTHEOS Version 1.01 = MANUEL GESTION DES DROITS = Table des matières Présentation de la gestion des droits dans PYTHEOS...3 Les profils

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

Fiche de prévention - Réglementation

Fiche de prévention - Réglementation etin Santé Sécurité au ail dans les Collectivités N 1 - Avril Fiche de prévention - Réglementation N 2 LES PRODUITS CHIMIQUES : la fiche de donnée de sécurité & l étiquetage Mise à jour : Janvier 2011

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical Note technique de la commission Désinfection de la SF2H Novembre 2013 Rédacteurs : R. Baron, H. Boulestreau, P. Chaize, B. Croze, F. Karnycheff, L. Simon, X. Verdeil, D. Verjat-Trannoy Indications des

Plus en détail

Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants

Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants Les douze modules que comporte cette formation en ligne portent d une part sur la démarche dont les différentes étapes sont décrites pas

Plus en détail

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative CONFÉRENCE de PRESSE «Présentation du nouveau site grippe aviaire» -Jeudi 16 octobre

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Proposition APF -Association des paralysés de France- (Groupe de travail Mars 2009) Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Article 1 Fondement Le Conseil

Plus en détail

GÉNÉRALISTEG (tentative d instruction d

GÉNÉRALISTEG (tentative d instruction d LE MÉDECIN M GÉNÉRALISTEG (tentative d instruction d au sosie) Lorsqu un un sujet entre dans mon cabinet, j essaye j autant que faire se peut, de voir si le problème de santé posé est rattachable à une

Plus en détail

Les principales sources de pollution de l air intérieur

Les principales sources de pollution de l air intérieur Les principales sources de pollution de l air intérieur Crédit ADEME / Atelier des giboulées extrait du guide ADEME «un air sain chez soi» Les polluants de l air intérieur les plus courants et leur origine

Plus en détail

1. Les oxydes d'azote (NO x )

1. Les oxydes d'azote (NO x ) 1. Les oxydes d'azote (NO x ) Les NO x regroupent le monoxyde d azote (NO) et le dioxyde d azote (NO 2 ), ils sont formés dans toutes les combustions fossiles, à haute température et par association de

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2013-066632 Nantes, le 24 décembre 2013 GIE Anjou Imagerie Santé Scanner de la Foucaudière 18 rue de la Bellinière 49 800 TRELAZE Objet : Contrôle

Plus en détail

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Les différents rapports d enquête sur la canicule 2003 ont souligné que le rafraîchissement des

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ PRODUIT CHIMIQUE À USAGE INDUSTRIEL ACIDE SUCCINIQUE

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ PRODUIT CHIMIQUE À USAGE INDUSTRIEL ACIDE SUCCINIQUE FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ PRODUIT CHIMIQUE À USAGE INDUSTRIEL Conforme au Réglement CE No 1907/2006 ACIDE SUCCINIQUE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE ET DE LE SOCIÉTÉ NOM du produit : SOCIÉTÉ : ACIDE

Plus en détail

Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015

Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015 Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015 Février 2015 Paris - La Défense Sommaire Contacts Mercer Eléments de contexte Méthodologie Profil des entreprises participantes à l enquête Synthèse des

Plus en détail

I. Evaluation des risques. Question 8 du label SGS

I. Evaluation des risques. Question 8 du label SGS I. Evaluation des risques Question 8 du label SGS I. Evaluation des risques Une évaluation des risques est une enquête systématique de tous les risques liés aux postes de travail, aux équipements de travail

Plus en détail

F I C H E D E D O N N É E S D E S É C U R I T É. Vinaigre de nettoyage

F I C H E D E D O N N É E S D E S É C U R I T É. Vinaigre de nettoyage F I C H E D E D O N N É E S D E S É C U R I T É conformément au règlement (CE) No. 1907/2006 (modifié par le règlement (UE) 2015/830) 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise

Plus en détail

COLLEGE OASIS. 5 Avenue Lénine BP 216 97825 LE PORT CEDEX

COLLEGE OASIS. 5 Avenue Lénine BP 216 97825 LE PORT CEDEX COLLEGE OASIS 5 Avenue Lénine BP 216 97825 LE PORT CEDEX Application du décret n 2001-1016 du 5 novembre 2001 1 Présentation de l Établissement Raison Sociale Adresse : COLLEGE OASIS 5 Avenue Lénine BP

Plus en détail

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements JUIN 2005 1. Objectif Ce document propose des lignes directrices à mettre en

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

Bien choisir son aspirateur

Bien choisir son aspirateur Bien choisir son aspirateur Nous sommes toutes et tous d accord, l aspirateur est un appareil électroménager incontournable pour continuer à rendre vivable nos intérieurs. Impossible de laisser le champ

Plus en détail

Fiche de données de securité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31

Fiche de données de securité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31 Fiche de données de securité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31 Solution de nettoyage de diaphragmes Pepsin-HCl 1. Identification de la substance / preparation et de la société / entreprise

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. Conseiller en communication (publications et communications internes) Titre du supérieur immédiat:

PROFIL DE L EMPLOI. Conseiller en communication (publications et communications internes) Titre du supérieur immédiat: PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif: Conseiller en communication (publications et communications internes) Professionnel 913-CONSCOM003 Titre de la

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. Clientèle / Relation(s) professionnelle(s): Personnel de soutien Personnel enseignant

PROFIL DE L EMPLOI. Clientèle / Relation(s) professionnelle(s): Personnel de soutien Personnel enseignant PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Soutien technique 378-TECMEC001 378-TECMEC002 Titre de la direction : Titre du service : Titre du supérieur immédiat:

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. Direction adjointe des études au Service de soutien à l'enseignement et aux activités internationales

PROFIL DE L EMPLOI. Direction adjointe des études au Service de soutien à l'enseignement et aux activités internationales PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Titre de la direction : Titre du service : Titre du supérieur immédiat: Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s):

Plus en détail

1. INDICATIONS GÉNÉRALES

1. INDICATIONS GÉNÉRALES La soutenance orale de mémoire 1.Indications générales...1 2.L'exposé oral...2 2.1 Présenter le thème de votre mémoire et la population cible (utiliser le "je" au DE)...2 2.2 Motivation pour ce thème :...2

Plus en détail

LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles

LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles Les PC hybrides menacent la domination des PC portables professionnels en Europe

Plus en détail

Livret d application du Règlement cosmétique. Spécial conseillers et conseillères de vente

Livret d application du Règlement cosmétique. Spécial conseillers et conseillères de vente Livret d application du Règlement cosmétique Spécial conseillers et conseillères de vente Juillet 2013 Le Règlement Cosmétique Présentation Juillet 2013 Fiche n 1 :Règlement cosmétique Présentation Le

Plus en détail

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL Docteur Caquelard François Praticien Hospitalier Urgentiste Formateur en Gestion de la Violence Mulhouse le 8 octobre 2015 Groupe Régional VIOLENCE A L HÔPITAL

Plus en détail

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/28 Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire Options pour renforcer le partage d informations sur les produits diagnostiques, préventifs

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE DES CIMENTS ETALONS

FICHE DE DONNEES DE SECURITE DES CIMENTS ETALONS Internet : www.s-n-l.fr - e.mail : contact@s-n-l.fr s.n.l@wanadoo.fr SABLE NORMALISE CEN CERTIFIE CONFORME - EN 196.1 par l AFNOR Contrôlé par le Laboratoire d Essais des Matériaux de la Ville de Paris

Plus en détail

PRELUDE. 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise

PRELUDE. 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Référence : FDS-LEVURE Page 1 sur 5 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Dénomination commerciale : Utilisation : Œnologie Fournisseur : Œnologie IMMELE SAS - 10,

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

WD-40. Fiche signalétique de sécurité du produit (FSSP) Identification de la société et du produit chimique

WD-40. Fiche signalétique de sécurité du produit (FSSP) Identification de la société et du produit chimique WD-40 Fiche signalétique de sécurité du produit (FSSP) Section 1 - Identification de la société et du produit chimique Bureau des É.-U. Bureau canadien Spot Shot Products WD-40 Products [Canada] LTD. Une

Plus en détail

La sécurité au bloc opératoire

La sécurité au bloc opératoire 51 e Congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état (IADE) 2009 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés La sécurité au bloc opératoire

Plus en détail