Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs"

Transcription

1 Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents agressifs (CO2, Cl ) - THIERY M., BAROGHEL-BOUNY V., A. MORANDEAU, B. WANG, Z. ZHANG MAT (Paris) - DANGLA P. Navier (Champ-sur-Marne) - ORCESI A. SOA (Paris)

2 Estimation / Prédiction de la durabilité des structures en béton armé (BA) - Les dépenses pour les réparations des structures en béton constituent entre 50%-100% des dépenses par rapport aux constructions nouvelles (pays développés) - Le coût annuel des réparations des structures est équivalent à 10% du PIB (Europe) Approches prescriptives (EN206) : les critères portent sur les moyens (formulation, enrobage, etc.) limitations de l innovation (nouveaux liants?, durée de vie 50 ans, optimisation en terme d écoconception?) Approche performantielle / outils de prédiction : durée de vie (100 ans)

3 Estimation / Prédiction de la durabilité des structures en béton armé (BA) Approche performantielle / outils de prédiction : -Plus grande souplesse pour faciliter l emploi de liants respectueux de l environnement (identification des indicateurs pertinents) -Lien "Formulation" / "Performances de durabilité" Les modèles prédictifs : Objectif 1 : évaluation de la durabilité potentielle durant la phase de conception (formulation d un béton pour une durabilité pré-définie, qualification d une formulation, prédiction de la durée de vie) Objectif 2 : estimation (in situ) et quantification de la durée de vie résiduelle des structures existantes (stratégie de maintenance et de réparation) MDM : guide AFGC Baroghel-Bouny et al.

4 Modèles physico-chimiques de prédiction de la durée de vie - Restriction à la phase d initiation (incubation) de la corrosion - Modèles physico-chimiques (pré-requis : analyse des mécanismes) Données d entrée : indicateurs de durabilité (souplesse, accessibilité) Données de sorties : témoins de durée de vie (profils de pénétration et cinétiques de dégradation) - Modèles déterministes et probabilistes Différents niveaux de sophistication (différents objectifs, sélection suivant le niveau de précision et les données disponibles) Recherche de la simplicité avant tout (limitation des données et paramètres d entrée à identifier)

5 Données d'entrée Transferts hydriques Modèles prédictifs

6

7 Compréhension des mécanismes Hydratation / Constitution de la microstructure Mise en relation de l évolution de la composition chimique du matériau (hydratation du clinker et réactions des additions minérales) avec la nano-micro-structuration du matériau Eau Grains anhydres de ciment -Prise -Structuration du matériau -Constitution d une microstructure "cohésive" Produits d hydratation (CH + C-S-H)

8 Compréhension des mécanismes Nanocem Hydratation / Constitution de la microstructure Développement de modèles semi-analytiques prédisant les paramètres fondamentaux caractéristant l hydratation (teneurs en hydrates, degré d hydratation) et la microstructure du matériau (porosité) Teneurs en hydrates Modèles de type "béton numérique" (Description géométrique de l hydratation)... Porosité vs. degré d hydratation

9 Compréhension des mécanismes Hydratation / Constitution de la microstructure Hydratation Microstructure Propriétiés de transferts Microstructure Permeabilité

10 Compréhension des mécanismes Interactions physico-chimiques Le béton est un matériau en constante interaction physico-chimique avec son environnement -Eau -Ions (Cl-, SO42-, Na+, K+, etc.) -Gaz (CO2) La connaissance des interactions est cruciale pour prédire avec précision la pénétration des agents délétères au sein de la microstructure

11 Compréhension des mécanismes Interactions eau / matrice Eau libre Eau adsorbée (rôle de l humidité et de la finesse de la microstructure) Courbe d interaction Vapeur d eau (HR) Teneur en eau

12 Compréhension des mécanismes Interactions eau / matrice - Modélisation des courbes d interactions (adsorption - désorption - cycles) - Variables : porosité capillaire + degré d hydratation Hystérésis

13 Compréhension des mécanismes Interactions chlorures / matrice Une partie des ions chlorure est libre (mobiles) et une autre partie est fixée sur la matrice cimentaire (chimiquement et par adsorption). Relation scl = f(ccl)

14 Compréhension des mécanismes Interactions CO2 / matrice Quantification de la quantité de matière carbonatable pat ATG et par Spectrométrie de Masse Quantification du degré de carbonatation en fonction de la formulation du matériau, de la nature des hydrates et de la concentration en CO2 Spectrométrie de masse

15 Effet des interactions sur la pénétration des agents agressifs Synthèse : les différentes formes d interactions

16 Effet des interactions sur la pénétration des agents agressifs La nature des interactions joue un rôle fondamental sur la forme du front de carbonatation

17 Compréhension des mécanismes Interactions CO2 / matrice Evolution de la microstructure (porosité) en fonction du niveau de carbonatation des hydrates (portlandite et C-S-H) Matériaux à base de ciment CEM I Matériaux à base de ciment CEM I + additions

18

19 Modélisation des couplages Chimie - Transport Nanocem Chimie - Interactions chimiques en solution aqueuses (homogènes) - Interactions hétérogènes +Réactions chimiques (ions-matrice) : équilibre? +Réactions chimiques (entre les phases solides) modèle de solution solide Transports - Phase gazeuse : vapeur d eau et air sec - Phase liquide : eau liquide, espèces ioniques Transport par électro-diffusion / advection

20

21

22 Equations chimiques de fortes non-linéarités Effets cinétiques Reactions chimiques homogènes en solution aqueuse Modèle de solution solide

23 Equations hydriques MDM + Navier + Nanocem Courbes de sorption

24 Equations de transport Phases gazeuse et liquide Transport par advection et diffusion MDM + Navier + Nanocem

25 Equations de transport MDM + Navier + Nanocem

26 Equations de bilan Bilans sur les éléments chimiques MDM + Navier + Nanocem

27 Simulations de la carbonatation atmosphérique (conditions accélérées)

28 Simulations de la carbonatation atmosphérique (conditions accélérées) -Description correcte de la "chimie" de la solution interstitielle en fonction du niveau de carbonatation -Evolution de l assemblage minérale en fonction de la concentration en CO2

29 Simulations de la carbonatation atmosphérique (conditions accélérées) -Profil de teneur en portlandite à différentes échéances -Profils de ph à différentes échéances (cf. rôle des alacalins) -Crucial pour l estimation du risque de corrosion des armatures

30

31 Simulations probabilistes de la pénétration de la carbonatation Abaissement du niveau de raffinement du modèle pour prendre en compte la variabilité des paramètres d entrée du modèle -Incertitude des données d entrée du modèle (mesures des indicateurs de durabilité) -Variabilité sur la formulation et les conditions de mise en oeuvre -Variation stochastique des conditions d exposition (HR, CO2, etc.) etc. Calcul d une probabilité de défaillance ou d un indice de fiabilité

32 Simulations probabilistes de la pénétration de la carbonatation Indice de fiabilité = Distance entre l état limite (XC=E) et le point de fonctionnement (point "moyen")

33 Simulations probabilistes de la pénétration de la carbonatation

34

35 Simulations de la pénétration des ions chlorure (conditions saturées, lab.) Essai de diffusion Exploitation du profil à une échéance donnée et une CL fixée Prédictions à d'autres échéances et/ou des CL différentes Wang, 2012 Chlorures libres Chlorures totaux Fixation

36 Simulations de la pénétration des ions chlorure (conditions saturées, in situ) Wang, 2012

37 Simulations de la pénétration des ions chlorure (conditions saturées, in situ) Wang, 2012

38

39 Simulations de la pénétration des ions chlorure (conditions non-saturées) Cas du "wick-action test" Forts couplages entre les transferts hydriques et les mouvements ioniques Exposition en zone de marnage Profils de taux de saturation (état hydrique) Baroghel-Bouny & Thiery, 2011

40 Simulations de la pénétration des ions chlorure (conditions non-saturées) Profils ioniques à différentes échéances Accumulation des ions au niveau d'un front du front de séchage Baroghel-Bouny & Thiery, mois 35 jours

41 Conclusion Plateforme de modélisation et de prédiction de la durée de vie (agressions ioniques + CO2 / transferts hydriques) Multi-phases, multi-espèces, multi-physiques Fondements physico-chimiques / Souplesse (cohérence avec l approche performantielle) Différents niveaux de raffinement : -Ingénieurs (modèles probabilistes) -Analyse inverse des données d entrée -Compréhension des mécanismes

42 Perspectives de recherche -Interactions alcalins / matrice (cas des matériaux fortement dosés en additions) -Prise en compte dans les modèles des phénomènes d hystérésis (humidification séchage) : influence sur la pénétration d agents agressifs -Problématique du décoffrage des bétons fortement dosés en additions minérales (cendres volantes, laitiers, etc.) -Modélisation des couplages transferts hydriques - réactions chimiques (à court terme) -Simulation de la dégradation des propriétés de durabilité de la zone d enrobage -Accroissement de la sensibilité à la carbonatation

43 Courte durée de cure (bétons à base de CEM I) Hydratation Décoffrage CEM I temps Séchage et carbo. Hydratation temps Décoffrage CEM I Courte durée de cure (bétons à base de CEM I + CV) Séchage et carbo. CEM I Décoffrage Longue phase de cure (essais accélérés) Hydratation CV Séchage et carbo. temps

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Comportement des réparations structurales en béton :

Comportement des réparations structurales en béton : Comportement des réparations structurales en béton : Couplage des effets hydriques et mécaniques C.R.I.B. Comportement des réparations structurales en béton : Couplage des effets hydriques et mécaniques

Plus en détail

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations :

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : PATHOLOGIE DU BETON Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : Physiques : - retrait - actions thermiques - actions mécaniques Chimiques - internes - externes Electrochimiques

Plus en détail

La norme béton NF EN 206-1

La norme béton NF EN 206-1 Chapitre2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme NF EN 206-1 2.2 - Domaines d application 2.3 - Évolutions de la norme 9 Chapitre 2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme

Plus en détail

Les mortiers de réparation

Les mortiers de réparation Les mortiers de réparation Pathologie du béton et la réparation du béton Déroulement de l opération 1 Diagnostic Evaluer la maladie et son étendue Réparations Structurelles / Superficielles 2 Préparation

Plus en détail

Durabilité des ouvrages en béton

Durabilité des ouvrages en béton Chapitre1 Durabilité des ouvrages en béton 1.1 Notions de durabilité des béton 1.2 Phénomènes influents sur la durabilité 1.3 Recommandations pour la durabilité des bétons 7 Chapitre 1 Durabilité des ouvrages

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Groupe d'étude des Matériaux Hétérogènes Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Mouna Zouaoui, Benoit Nait-Ali, Nicolas Glandut, David Smith SFT Journée thématique

Plus en détail

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011 CHPITRE II LE CIMENT 2.1 Définitions a. Liant hydraulique : des poudres finement brayées qui avec le contact d eau font prise et durcissent sous des processus physico-chimiques complexes. b. Ciment : Le

Plus en détail

DURABILITÉ, ENTRETIEN, RÉPARATION ET ADAPTATION DES INFRASTRUCTURES

DURABILITÉ, ENTRETIEN, RÉPARATION ET ADAPTATION DES INFRASTRUCTURES La vie scientifique et technique: organisation et principaux résultats Chapitre DURABILITÉ, ENTRETIEN, RÉPARATION ET ADAPTATION DES INFRASTRUCTURES VIEILLISSEMENT ET DURABILITÉ DES MATÉRIAUX ET DES STRUCTURES

Plus en détail

DOCTEUR DE L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES. Thai Quang NGUYEN

DOCTEUR DE L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES. Thai Quang NGUYEN Thèse présentée pour l obtention du diplôme de DOCTEUR DE L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Spécialité : Structures et matériaux par Thai Quang NGUYEN Sujet de thèse: Modélisations physico-chimiques

Plus en détail

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers N.Tenoutasse Les liants hydrauliques se transforment en hydrates dans les bétons et mortiers, ces hydrates sont responsables des performances

Plus en détail

Comportement au jeune âge des structures en béton armé à base de ciments aux laitiers

Comportement au jeune âge des structures en béton armé à base de ciments aux laitiers Comportement au jeune âge des structures en béton armé à base de ciments aux laitiers Batian KOLANI 1 1 Université de Toulouse ; UPS, INSA ; LMDC (Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions)

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

Partenariat pour une durée de 5 ans

Partenariat pour une durée de 5 ans Partenariat pour une durée de 5 ans 1- Contrat-cadre de recherche LCR - Laboratoire Navier 2- Chaire d enseignement et de recherche Lafarge R&D : Un réseau international reliant la recherche centrale et

Plus en détail

Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon

Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon Traitement électrochimique de réalcalinisation pour la réparation du béton armé dégradé par carbonatation

Plus en détail

Résistance au feu des bétons

Résistance au feu des bétons Chapitre4 Résistance au feu des bétons 4.1 - Comportement aux températures élevées 4.2 - Conductivité thermique 4.3 - Évolution des résistances du béton et de l acier en fonction de la température 41 Chapitre

Plus en détail

ÉCOLE DOCTORALE. Année 2007 N B.U. : Thèse de DOCTORAT. Diplôme délivré conjointement par L'École Centrale de Nantes et l'université de Nantes

ÉCOLE DOCTORALE. Année 2007 N B.U. : Thèse de DOCTORAT. Diplôme délivré conjointement par L'École Centrale de Nantes et l'université de Nantes Ecole Centrale de Nantes Université de Nantes ÉCOLE DOCTORALE MECANIQUE, THERMIQUE ET GENIE CIVIL Année 2007 N B.U. : Thèse de DOCTORAT Diplôme délivré conjointement par L'École Centrale de Nantes et l'université

Plus en détail

WTNA105 Injection de gaz dans un matériau quasi-saturé de type argile décrit par des lois de Van-Genuchten/Mualem

WTNA105 Injection de gaz dans un matériau quasi-saturé de type argile décrit par des lois de Van-Genuchten/Mualem Titre : WTNA105 - Injection de gaz dans un matériau quasi-[...] Date : 08/08/2011 Page : 1/8 WTNA105 Injection de gaz dans un matériau quasi-saturé de type argile décrit par des lois de Van-Genuchten/Mualem

Plus en détail

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait CHRYSO Serenis Agent réducteur de retrait C H RY S O S e re n i s A g e n t r é d u c t e u r d e re t r a i t Le béton est un matériau vivant, siège de réactions chimiques lentes et par ailleurs soumis

Plus en détail

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Journée d études, Beez, 9 novembre 2012 Situation actuelle 1 Facteurs contribuant

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

Degradation modeling of concrete submitted to biogenic acid attack

Degradation modeling of concrete submitted to biogenic acid attack THÈSE Présentée pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS EST Domaine : Génie Civil Présentée par : Haifeng Yuan Sujet de la thèse : Degradation modeling of concrete submitted to biogenic

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS Technodating «Matériaux durables pour le gros œuvre en construction humide» 17 mai 2013 BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS (ET AUX LAITIERS DE HAUTS FOURNEAUX) Braymand Sandrine F.Feugeas, C. Fond, N.Serres,

Plus en détail

Notice technique W 10 021. f Edition novembre 2013

Notice technique W 10 021. f Edition novembre 2013 Schweizerischer Verein des Gas- und Wasserfaches Société Suisse de l Industrie du Gaz et des Eaux Società Svizzera dell Industria del Gas e delle Acque Swiss Gas and Water Industry Association W 10 021

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

TURBOPLASMA : Destruction de goudrons assistée par plasma thermique Bio-E 2009. C o l l o q u e B i o é n e r g i e s 9 e t 1 0 o c t o b r e 2 0 1 2

TURBOPLASMA : Destruction de goudrons assistée par plasma thermique Bio-E 2009. C o l l o q u e B i o é n e r g i e s 9 e t 1 0 o c t o b r e 2 0 1 2 TURBOPLASMA : Destruction de goudrons assistée par plasma thermique Bio-E 2009 Contexte Biomasse, déchets Gazéification Gaz de synthèse Goudrons, poussières Turboplasma Pouvoir énergétique de la torche

Plus en détail

Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux. Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1

Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux. Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1 Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1 Hasard cause fictive de ce qui arrive sans raison apparente ou explicable (Petit Robert). Ce

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV)

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV) Consulter la fiche technique disponible sur le site www.benfer.it / www.schomburg.de Additifs Imperméabilisants Liquides Cristallins pour structures en béton 292 Additifs Imperméabilisants Cristallins

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

1. 0BNature des boîtes étudiées

1. 0BNature des boîtes étudiées Comportement de boîtes de conservation aux variations de température et hygrométrie ambiantes / Camille Bossuat, élève de 2 e année, IUT de Créteil Vitry (spécialité Chimie) ; Thi- Phuong Nguyen, BnF,

Plus en détail

Une intervention rapide permet le ralentissement ou même l'arrêt total du mécanisme de corrosion.

Une intervention rapide permet le ralentissement ou même l'arrêt total du mécanisme de corrosion. Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du génie civil et bâtiment Contenu : Réparation du béton due à la carbonatation Rédaction : Broquet Raphaël Etudiant conducteur de travaux 3 e année Date : 23 novembre

Plus en détail

La démarche de diagnostic

La démarche de diagnostic JOURNEE TECHNIQUE IMGC Gestion Patrimoniale des ouvrages de Génie Civil 25 SEPTEMBRE 2013 La démarche de diagnostic Marc BROUXEL (CONCRETE) et Lotfi HASNI (CEBTP) Définition - Objectifs - ensemble des

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383 Chapitre Contenu Page 14 383 14 Principes De par ses propriétés particulières, le béton s est installé comme matériau dans tous les domaines de la construction. Partenaire important et fiable, il est

Plus en détail

Le béton selon la norme SN EN 206-1

Le béton selon la norme SN EN 206-1 Strength. Performance. Passion. Le béton selon la norme SN EN 206-1 y compris les éléments nationaux NE Holcim (Suisse) SA Préambule Ce dépliant a pour objectif de synthétiser les principales prescriptions

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

SOLUTION PANNEAUX DE BARDAGE. La durabilité au service de la créativité

SOLUTION PANNEAUX DE BARDAGE. La durabilité au service de la créativité SOLUTION PANNEAUX DE BARDAGE La durabilité au service de la créativité Lafarge, leader mondial des matériaux et solutions constructives, développe et propose un nouveau produit de bardage avec son Béton

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires Les ciments, liants hydrauliques Définition Norme NF P 15-301 de 1994 : «Le ciment est un liant hydraulique, c est-à-dire une matière

Plus en détail

SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION

SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION «ECLIPSE» : Additif limitant le retrait des bétons La fissuration du béton est universellement reconnue comme une des limitations les plus sérieuses pour ce matériau de

Plus en détail

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés Omniprésente sur Terre, l eau est l une des espèces chimiques indispensables à la vie. I. L eau sur Terre dans tous ses états La molécule d eau est formée d

Plus en détail

1. Comprendre que l humidité du béton peut causer des problèmes à tout type de revêtement de sol et d enduit.

1. Comprendre que l humidité du béton peut causer des problèmes à tout type de revêtement de sol et d enduit. Humidité & Béton Objectifs: 1. Comprendre que l humidité du béton peut causer des problèmes à tout type de revêtement de sol et d enduit. 2. Pourquoi autant de problèmes aujourd hui? 3. Quelles normes

Plus en détail

Formation «Ciment» DR Mediatheque Lafarge. ALEXANDER PISCH BLANDINE ALBERT Octobre 2009

Formation «Ciment» DR Mediatheque Lafarge. ALEXANDER PISCH BLANDINE ALBERT Octobre 2009 Formation «Ciment» DR Mediatheque Lafarge ALEXANDER PISCH BLANDINE ALBERT Octobre 2009 SOMMAIRE Principes de l hydratation du ciment Les différents types de ciment (normes). Chiffres-clés du ciment. Historique

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

LES MURS DES MONUMENTS HISTORIQUES A PIERRE CALCAIRE : altérations et restaurations in situ du point de vue scientifique.

LES MURS DES MONUMENTS HISTORIQUES A PIERRE CALCAIRE : altérations et restaurations in situ du point de vue scientifique. LES MURS DES MONUMENTS HISTORIQUES A PIERRE CALCAIRE : altérations et restaurations in situ du point de vue scientifique. I/. Composition des altérations physico-chimiques de la pierre calcaire. 1)- Les

Plus en détail

Document Technique C&B 2012. Etat des lieux des connaissances actuelles sur le Fonctionnement Hygrothermique des matériaux biosourcés

Document Technique C&B 2012. Etat des lieux des connaissances actuelles sur le Fonctionnement Hygrothermique des matériaux biosourcés Document Technique C&B 2012 Etat des lieux des connaissances actuelles sur le Fonctionnement Hygrothermique des matériaux biosourcés 1 Sommaire Liste des Figures... 4 Liste des Tableaux... 5 1 Préface...

Plus en détail

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents «Nouveaux» traitements pour polluants émergents Valérie HEQUET Colloque IMT «Ressources naturelles et environnement» les 5 et 6 Novembre 2014, Paris Laboratoire GEPEA UMR CNRS 6144 Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi Col l e c t i o n T e c h n i q u e C i m b é t o n T 47 Guide de prescription des ciments pour des constructions durables Cas des bétons coulés en place Durabi ilitédurabilité Sommaire 1 - Notion de durabilité...

Plus en détail

Acides et Bases en solution aqueuse. Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1

Acides et Bases en solution aqueuse. Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1 Acides et Bases en solution aqueuse Acides Exercice 1 Calculer le ph d une solution d acide chlorhydrique de concentration 0,05 mol.l -1 Exercice 2 L acide nitrique est un acide fort. On dissout dans un

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol MAITRISE DE LA SALINITE DES SOLS Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud

Plus en détail

Pérennité des systèmes de fondations par pieux en bois

Pérennité des systèmes de fondations par pieux en bois Pérennité des systèmes de fondations par pieux en bois Mécanique Jean-François BOCQUET (MdC) Laurent BLERON (Prof) Transfert de masse Romain Rémond (MdC) Chimie, Anatomie Arnaud BESSERER (MdC) Marie Christine

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Synthèse de la journée

Synthèse de la journée Réseau de recherche CNRS sur la fissuration sous sollicitations de fatigue SPONSORS 1. Rappel du contexte 2. Objectifs actualisés 3. Conclusion Contexte de la création du GDR La thématique de la fissuration

Plus en détail

CHAPITRE II Expérimentations 33

CHAPITRE II Expérimentations 33 PLAN Introduction générale 1 Introduction 1 1) Présentation de notre objet d étude : la parcelle agricole 1 2) Les différents processus du bilan hydrique 1 3) Cadrage du projet de thèse par rapport aux

Plus en détail

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Hartwig M. Künzel, Andreas Holm (Fraunhofer Institut Bauphysik, Holzkirchen) 1. Introduction L apparition de l humidité dans

Plus en détail

Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat

Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat Nathalie MAZET Benoît MICHEL Gabriel BOULNOIS Pierre NEVEU Sylvain MAURAN Driss STITOU CNRS

Plus en détail

Les nouvelles offres du matériau béton

Les nouvelles offres du matériau béton Chapitre4 Les nouvelles offres du matériau béton 4.1 - Béton Autoplaçant (BAP) 4.2 - Béton à Hautes Performances (BHP) 33 Chapitre 4 Les nouvelles offres du matériau béton 4.1 - Béton Autoplaçant 4.1.1

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Thèse présentée par : Olivier LAURENCE

Thèse présentée par : Olivier LAURENCE Doctorat de l École Nationale des Ponts et Chaussées Spécialité : Structures et Matériaux Philosophiae Doctor (Ph.D.) de l Université Laval Spécialité : Génie civil Thèse présentée par : Olivier LAURENCE

Plus en détail

DURABILITÉ DES BÉTONS PAR LA MAÎTRISE DE L ABSORPTION D EAU

DURABILITÉ DES BÉTONS PAR LA MAÎTRISE DE L ABSORPTION D EAU DURABILITÉ DES BÉTONS PAR LA MAÎTRISE DE L ABSORPTION D EAU technologie NOVEMBRE 2009 BB/SfB f2 (L33) absorption d eau par immersion exigences des normes absorption par immersion et teneur en eau du béton

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Modélisation du décollement de l interface ancien-nouveau béton sous sollicitations monotones et de fatigue

Modélisation du décollement de l interface ancien-nouveau béton sous sollicitations monotones et de fatigue Modélisation du décollement de l interface ancien-nouveau béton sous sollicitations monotones et de fatigue Quoc Thanh Tran Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions (LMDC), 135 avenue de Rangueil

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Bétons «bas carbone», bétons à la carte Mieux maîtriser l impact environnemental de la construction

Bétons «bas carbone», bétons à la carte Mieux maîtriser l impact environnemental de la construction Bétons «bas carbone», bétons à la carte Mieux maîtriser l impact environnemental de la construction www.ecocem.fr Service de presse ECOCEM Cardinale, 116 rue de Charenton, 75012 Paris tél 01 47 23 44 77

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

NEEDS- MILIEUX POREUX

NEEDS- MILIEUX POREUX Grand défi interdisciplinaire NEEDS Nucléaire : énergie, environnement, déchets, société Appel à propositions de recherche 2012 du Projet Fédérateur NEEDS- MILIEUX POREUX Date de publication de l appel

Plus en détail

stockage de classe 1

stockage de classe 1 Etude du gisement et évaluation du comportement de déchets mercuriels en scénarios de stockage de classe 1 INSAVALOR AETV Balard Contexte t de l étude Le mercure, enjeu majeur des politiques environnementales

Plus en détail

L2-1/3. Relation entre corrosion et fissuration du béton

L2-1/3. Relation entre corrosion et fissuration du béton L2-1/3 Relation entre corrosion et fissuration du béton Acronyme : APPLET Titre complet : Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive Performantielle et probabiliste Dates de début et de fin du projet

Plus en détail

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel Phase : Faisabilité du projet d injection Etape : Considérations générales 11 pages version 19/08/2011 Sommaire

Plus en détail

T 93 DOCUMENTATION TECHNIQUE. Particularités des ouvrages en béton en site maritime

T 93 DOCUMENTATION TECHNIQUE. Particularités des ouvrages en béton en site maritime T 93 Les bétons et les ouvrages en site maritime L élargissement de l Union Européenne, l essor économique de nombreux pays, la mondialisation des échanges et l augmentation du tourisme nautique et du

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI CHIMIE. Durée : 3 heures. Les calculatrices sont autorisées

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI CHIMIE. Durée : 3 heures. Les calculatrices sont autorisées SESSION 2011 TSICH07 C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI CHIMIE Durée : 3 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté,

Plus en détail

Comportement du béton au jeune âge dans les structures massives. Application au cas de réparation des ouvrages.

Comportement du béton au jeune âge dans les structures massives. Application au cas de réparation des ouvrages. Comportement du béton au jeune âge dans les structures massives. Application au cas de réparation des ouvrages. Jihad Zreiki To cite this version: Jihad Zreiki. Comportement du béton au jeune âge dans

Plus en détail

Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides

Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008 135 144 Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides H. Derbal 1*, M. Belhamel 1, A. Benzaoui 2

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Réparer les bétons GUIDE DE CHOIX

Réparer les bétons GUIDE DE CHOIX 12a13Brgo08.qxp:maquette_solutions.qxd 26/02/08 14:15 Page 12 Réparer les s épaisseurs types de réparation réparations d éclats réparations de panneaux ou sur grandes longueurs réparations généralisées

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT D ASSEMBLAGES DE MUR

ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT D ASSEMBLAGES DE MUR IX ème Colloque Interuniversitaire Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes 18-20 mai 2009, Lille ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT

Plus en détail

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2 Chimie : Séance n 2 I. Réaction entre l acide acétique et l ion borate : On mélange 25,0 ml d une solution d acide acétique de concentration 2,50.10 2.L 1 et 75,0 ml d une solution de borate de sodium

Plus en détail