Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères"

Transcription

1 MÉMENTO DEFINITION DU BIOLOGISTE Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères Les anticorps anti-nucléaires (AAN) sont des auto-anticorps réagissant avec divers constituants du noyau cellulaire (ADN, histones, centromères, antigènes nucléaires solubles.). On y associe les anticorps dirigés contre des constituants présents dans le cytoplasme mais provenant du noyau. Plus de cinquante anticorps anti-nucléaires ont été décrits, mais la signification clinique d un grand nombre d entre eux n est pas établie. Les Ac anti-centromères sont des AAN définis par leur aspect particulier en immunofluorescence indirecte (IFI). Synonymes : AAN, ANA, Ac anti-noyaux. INDICATION DU DOSAGE Ces anticorps représentent le dépistage indispensable pour le diagnostic des maladies auto-immunes non spécifiques d organe (ou connectivites ou maladies auto-immunes systémiques) (Tableau 1). Ils sont recherchés devant des signes cliniques plus ou moins spécifiques (arthralgies, sécheresse de la bouche et des yeux, signes cutanés, etc.). Tout résultat d AAN positif déclenche la réalisation de tests complémentaires (anticorps antiantigènes nucléaires solubles et anti-adn natif), visant à préciser la spécificité dépistée en IFI, afin d obtenir une orientation diagnostique plus précise (fig 1). Tableau 1 : Association clinique des principaux AAN Auto-anticorps Maladie associée (sensibilité %) Anti-ADN natif Lupus Erythémateux Disséminé= LED (80%) Anti-RNP Syndrome de SHARP (100%) LED (25%) Anti-Sm LED (10%) Anti-SSA Syndrome de Gougerot Sjogren (50%), LED (30%) Anti-SSB Syndrome de Gougerot Sjogren (80%), LED (5%) Anti-PCNA LED (3%) Anti-Scl70 Sclérodermie diffuse Anti-centromère Syndrome CREST (80%) Anti-Jo1 Poly-dermatomyosite Anti-Pm/Scl Sclérodermie, polymyosite En dehors des connectivites, les AAN peuvent être retrouvés, parfois à titre élevé, dans de nombreuses autres situations pathologiques ou physiologiques : Maladies auto-immunes spécifiques d organes (hépatites auto-immunes, thyroïdites, etc.) Infections virales Cancers

2 Affections diverses (vascularites, sarcoïdose, insuffisance rénale) Prise de médicaments inducteurs (bêtabloquants, isoniazide, interféron, minocycline, chlorpromazine, procaïnamide etc ) Age > 60 ans (prédominance féminine). L interprétation d un titre d anticorps anti-nucléaires positif nécessite donc une confrontation clinico-biologique très étroite, tenant compte notamment des résultats des tests complémentaires, des signes cliniques et de l âge du patient. METHODES DE RECHERCHE Les anticorps anti-nucléaires sont recherchés par immunofluorescence indirecte (IFI) sur cellules HEP-2 ou HEP Les résultats sont rendus en inverse de dilution. Conformément à la nomenclature (arrêté paru au JO du 24/04/95), tout dépistage positif d AAN ( au 100e) est suivi d une recherche quantitative d Ac anti-dna natif ainsi que d un dépistage d antiantigènes nucléaires solubles (ENA). Si cette seconde recherche est négative, un titrage des Ac anti-histones peut être effectué. Les principaux aspects de fluorescence nucléaires sur HEp-2000 sont : homogène, moucheté, membranaire, centromère et nucléolaire. Ces différents aspects orientent sur la nature de l auto-antigène cible (Tableau II), mais ils ne suffisent pas à poser le diagnostic, plusieurs anticorps anti-nucléaires de spécificités différentes pouvant co-exister dans le même sérum. Les aspects de fluorescence cytoplasmiques (suspicion d anticorps anti-mitochondrie, actine, ribosomes, Jo1, synthétases ), sont confirmés sur triple substrat (foie, rein, estomac) ou par une technique immunoenzymatique adaptée. Tableau II : Principaux anticorps évoqués en fonction de l'aspect sur cellules Hep2000. Aspect de fluorescence Homogène Moucheté Nucléolaire Moucheté M2 de type centromère Spécificité évoquée Anti-ADN natif, anti-histone, anti-nucléosome RNP, Sm, SSA, SSB, Scl70 Anti-Pm/Scl, Centromère Figure 1 : Démarche diagnostique de recherche d AAN Dépistage des anticorps anti-nucléaires en IFI sur cellules Hep-2 / Hep-2000 Serum au 1/80 POSITIF NEGATIF Titrage Caractérisation de la fluorescence Fluorescence nucléaire Fluorescence cytoplasmique Homogène Moucheté Centromère Nucléolaire Cytosquelette Ribosomes Mitochondries Recherche de la spécificité des AAN CONFIRMATION Anticorps anti-adn natifs Anticorps anti-antigènes nucléaires solubles

3 - Fréquence = 5 jours / 7 - Délai technique = 1 jour si résultat négatif PRELEVEMENT Sérum Quantité du prélèvement : 1 ml Conservation et transport : à +4 C. EXPERTISE BIOMNIS Volumétrie quotidienne (AAN dont anti-centromères) : environ 620/jour (Paris : 308/j ; Lyon : 314/j). Qualité des résultats : - Recrutement important qui permet l observation de tous les aspects des AAN y compris les fluorescences complexes (hétérogènes, mixtes, rares ). - Personnel qualifié et expérimenté pour la lecture des lames en immunofluorescence. - Equipement performant (microscope de dernière génération, technologie Bioplex : technique de pointe permettant le titrage de tous les anticorps anti-antigènes nucléaires solubles en une seule étape). - Techniques, lames choisies et validées au laboratoire. - Paramètres accrédités COFRAC à Lyon, en cours d accréditation à Ivry (Anticorps antinucléaires, anticorps anti-antigènes nucléaires solubles, anticorps anti-adn natif). Rapidité des résultats : - Réalisation quotidienne des dosages des anticorps anti-nucléaires qui sont donc rendus à J1 si négatifs et si positifs, le titrage est rendu à J2. - Déclenchement automatique du dosage, sur le Bioplex, des anticorps anti-antigènes nucléaires solubles et anticorps anti-adn natif si les anticorps anti-nucléaires sont positifs : donc assurance d avoir un résultat complet et cliniquement pertinent en 3 jours maximum. Expertise biologique et technique : - Assistance biologique et aide à l interprétation des résultats. - Conseil à la prescription. - Veille scientifique, collaboration avec les fournisseurs de réactifs, les laboratoires hospitaliers, contacts privilégiés avec les médecins référents en auto-immunité au sein des CHU, participation aux congrès nationaux et internationaux en auto-immunité. - Membre de société savante (Société Française d Immunologie). EXEMPLE DE COMPTE-RENDUS BIOMNIS Voir feuillets ci-joints.

4

5

6

7

Les auto-anticorps pour les nuls. Eléa Blanchouin CCA médecine interne CHU NICE

Les auto-anticorps pour les nuls. Eléa Blanchouin CCA médecine interne CHU NICE Les auto-anticorps pour les nuls Eléa Blanchouin CCA médecine interne CHU NICE Les auto-anticorps Argument diagnostic MAI Marqueurs diagnostiques Marqueurs activité maladie Marqueurs pronostics Agents

Plus en détail

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne LES AUTO-ANTICORPS Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne Maladie auto-immune : définition Auto-agressivité du système immunitaire vis à vis de ses

Plus en détail

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Plan Qu est ce qu un anticorps anti-nucléaires (ACAN)? Comment rechercher les ACAN?

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Anticorps anti-nucléaires Immuno-pathologie 03ATI2 Novembre 2003 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285 Saint Denis cedex

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

Maladies auto-immunes (MAI) définition

Maladies auto-immunes (MAI) définition Maladies auto-immunes (MAI) définition C'est la rupture des mécanismes de tolérance du système immunitaire visà-vis de constituants de l'organisme (auto-antigènes) Plusieurs caractéristiques communes aux

Plus en détail

Aspect de fluorescence sur cellules HEp2 Antigènes Associations cliniques ADNn, Histone, nucléosome (chromatine)

Aspect de fluorescence sur cellules HEp2 Antigènes Associations cliniques ADNn, Histone, nucléosome (chromatine) Ac anti-nucléaires Les anticorps anti-nucléaires (ANA) sont des autoanticorps dirigés contre les constituants du noyau cellulaire. Par extension, on y inclut les anticorps reconnaissant certains composants

Plus en détail

PROFIL EN AUTO-ANTICORPS AU COURS DU LUPUS ÉRYTHÉMATEUX SYSTÉMIQUE : QUEL(S) PARTICULARITÉ(S) POUR LE LUPUS ALGÉRIEN

PROFIL EN AUTO-ANTICORPS AU COURS DU LUPUS ÉRYTHÉMATEUX SYSTÉMIQUE : QUEL(S) PARTICULARITÉ(S) POUR LE LUPUS ALGÉRIEN 20 ème Congrès de la société algérienne de médecine interne Alger 16-18 mai 2014 PROFIL EN AUTO-ANTICORPS AU COURS DU LUPUS ÉRYTHÉMATEUX SYSTÉMIQUE : QUEL(S) PARTICULARITÉ(S) POUR LE LUPUS ALGÉRIEN Dr

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Anticorps anti-tissus non spécifiques d organe (anticorps anti-mitochondries de type M2) Immuno-pathologie 04ATI2 Janvier 2005

Plus en détail

Une maladie auto immune non spécifique d organe: Le lupus érythémateux disséminé (LED)

Une maladie auto immune non spécifique d organe: Le lupus érythémateux disséminé (LED) Une maladie auto immune non spécifique d organe: Le lupus érythémateux disséminé (LED) Emmanuel Hermann 4ème année-ec Pharma Lille 2 Définition Syndrome clinico-biologique: Atteinte systémique polymorphe

Plus en détail

Cas clinique en pathologies inflammatoires

Cas clinique en pathologies inflammatoires Cas clinique en pathologies inflammatoires Dr. Elisabeth ASLANGUL Médecine Interne Groupe Hospitalier Hôtel Dieu/Cochin Pr. Franck PAGES Immunologie Hôpital Européen Georges Pompidou Faculté de Médecine

Plus en détail

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique XXVIe journées nationales d'hépato Gastroentérologie Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique Benrokia K 1, Djidjik R 1, Tahiat A 1,

Plus en détail

Workshop Ruwag AG 1 octobre 2008. Utilisation des immunodots dans le laboratoire de diagnostic

Workshop Ruwag AG 1 octobre 2008. Utilisation des immunodots dans le laboratoire de diagnostic Workshop Ruwag AG 1 octobre 2008 Lausanne Utilisation des immunodots dans le laboratoire de diagnostic Dr V. Aubert Service d immunologie et d allergie, CHUV, Lausanne Nombre d aspects identifiés sur Hep-2

Plus en détail

Immunofluorescence. Méthode qui utilise un marqueur fluorescent pour mettre en évidence un complexe Ag-Ac

Immunofluorescence. Méthode qui utilise un marqueur fluorescent pour mettre en évidence un complexe Ag-Ac Immunofluorescence Méthode qui utilise un marqueur fluorescent pour mettre en évidence un complexe Ag-Ac Rappels Luminescence: émission de lumière consécutive à l excitation d une molécule par une énergie

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Utilité clinique des tests immunologiques dans les maladies systémiques

Utilité clinique des tests immunologiques dans les maladies systémiques Utilité clinique des tests immunologiques dans les maladies systémiques Intérêts des tests immunologiques Immunophysiopathologie Classification des maladies présentant des signes cliniques identiques Critères

Plus en détail

The use of antinuclear antibodies in clinical practice

The use of antinuclear antibodies in clinical practice Réanimation 14 (2005) 651 656 Mise au point Place des anticorps antinucléaires en pratique clinique? The use of antinuclear antibodies in clinical practice K. Lassoued a, *, P. Coppo b, V. Gouilleux-Gruart

Plus en détail

Maladies auto-immunes du foie

Maladies auto-immunes du foie Maladies auto-immunes du foie Ouvrage réalisé sous la direction du Docteur Bach-Nga PHAM Ce cahier de formation est dédié à Annie, Catherine, Geneviève, Myrtha, Ouiza, Patricia et Régine 3 SOMMAIRE CHAPITRE

Plus en détail

Dossier 1 22/10/2012. 1/ Quelle(s) étiologie(s) pouvez vous évoquer. Melle V., 24 ans

Dossier 1 22/10/2012. 1/ Quelle(s) étiologie(s) pouvez vous évoquer. Melle V., 24 ans Melle V., 24 ans Douleurs des articulations des mains (métacarpophalangiennes et interphalangiennes) depuis 2 mois, plutôt le matin avec un dérouillage de 45 minutes. Dossier 1 Antalgiques de pallier I

Plus en détail

Prévalence des principales maladies autoimmunes (pour habitants)

Prévalence des principales maladies autoimmunes (pour habitants) Editorial Newsletter #4 FEVRIER 2017 Rédaction : Dr G. JACOB/Dr V. WEBER Près d une centaine d auto-anticorps sont connus à ce jour en auto-immunité. La plus-value diagnostique des maladies auto-immunes

Plus en détail

Rappels sur les auto-anticorps Méthodes de mesure

Rappels sur les auto-anticorps Méthodes de mesure Tests immunologiques pour le praticien Que mesure-t-on? Quelle spécificité? 17 novembre 2011 Pascale Roux-Lombard Laboratoire d Immunologie et d Allergologie Clinique Tests immunologiques : les auto-anticorps

Plus en détail

Compte rendu 142 Auto-immunité : QUAL-IMMUN 1

Compte rendu 142 Auto-immunité : QUAL-IMMUN 1 Compte rendu 142 Auto-immunité : QUAL-IMMUN 1 Centre Toulousain pour le Contrôle de qualité en Biologie clinique Association déclarée à la Préfecture de la Haute-Garonne le 30 Octobre 1973 et enregistrée

Plus en détail

12/12/ grands types de MAI. lille.fr/

12/12/ grands types de MAI.  lille.fr/ sylvain.dubucquoi@chru lille.fr http://biologiepathologie.chru lille.fr/ Maladie auto immune : rupture des mécanismes de tolérance du système immunitaire vis à vis de constituants de l'organisme (auto

Plus en détail

PTT et maladies auto-immunes

PTT et maladies auto-immunes PTT et maladies auto-immunes Réunion CNR MAT 18/10/2013 CNR MAT, Hôpital Saint Antoine Mélanie Roriz¹, Mickael Landais², Jonathan Desprez³ ¹ Service de Néphrologie, CHU de Tours, ² Service de Médecine

Plus en détail

Quel bilan pour le diagnostic de SEP?

Quel bilan pour le diagnostic de SEP? Quel bilan pour le diagnostic de SEP? Questions Quel bilan complémentaire doit-il être proposé devant un épisode démyélinisant inaugural? Quelles autres pathologies (que la SEP ou un épisode démyélinisant

Plus en détail

Hépatopathies et triple substrat (IFI sur estomac, foie et rein de rat)

Hépatopathies et triple substrat (IFI sur estomac, foie et rein de rat) Hépatopathies et triple substrat (IFI sur estomac, foie et rein de rat) Hépatites auto-immunes = 5% des hépatites Hépatite chronique active auto-immune de type I Femme (80%) Pic de fréquence = "10-20"

Plus en détail

Origine des cellules auto-réactives

Origine des cellules auto-réactives Origine des cellules auto-réactives Site de production = moelle osseuse Précurseurs des lymphocytes T ou des lymphocytes B Récepteur pour l'ag Production des récepteurs pour l'ag Phénomène aléatoire Récepteur

Plus en détail

Laboratoires. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 119

Laboratoires. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 119 Laboratoires Centre de Formation des Professions de Santé 2013 119 Hématologie cellulaire Formation continue en hématologie cellulaire Laboratoire d hématologie Pr Corberand Hôpital Rangueil Toulouse 587

Plus en détail

EDITORIAL. Scientific Support SOMMAIRE

EDITORIAL. Scientific Support SOMMAIRE Scientific Support GSS - N 2 : Octobre 2016 EDITORIAL Les maladies auto-immunes sont caractérisées par la production d auto-anticorps (AAC) de haute affinité ayant une valeur diagnostique seuil au dessus

Plus en détail

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur Dossier N 9 Mme L, âgée de 58 ans, consulte en raison de douleurs inflammatoires touchant principalement les mains, les poignets et les chevilles, évoluant depuis 8 mois et résistant aux traitements antalgiques

Plus en détail

Un laboratoire d auto-immunité paperless : mythe ou réalité? L.Lutteri Laboratoire d auto-immunité Service de Chimie Clinique CHU Liège

Un laboratoire d auto-immunité paperless : mythe ou réalité? L.Lutteri Laboratoire d auto-immunité Service de Chimie Clinique CHU Liège Un laboratoire d auto-immunité paperless : mythe ou réalité? L.Lutteri Laboratoire d auto-immunité Service de Chimie Clinique CHU Liège Immunofluorescence Dépistage Aspect Titre Cellules Hep 2: Connectivites

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique EXPLORATION DU STATUT MARTIAL - info NUMERO 5 2013 ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique Son dosage isolé est SANS INTÉRÊT, il ne se justifie que couplé à celui de la transferrine qui permet

Plus en détail

Les anticorps antinucléaires ANA

Les anticorps antinucléaires ANA Les anticorps antinucléaires ANA Nicole FABIEN Service d immunologie Hospices Civils de Lyon Joëlle GOETZ Laboratoire central d immunologie CHU Strasbourg René-Louis HUMBEL Laboratoire Luxembourgeois d

Plus en détail

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE INTERVIEW Dr K. MOUSSAYER Présidente de l Association Marocaine des Maladies Auto-immunes et Systémiques (AMMAIS) Pouvez vous nous définir les missions de l AMMAIS Les objectifs de l AMMAIS, créée en 2010

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

AUTO-ANTICORPS ET HEPATITE AUTOIMMUNE Mise au point 2013

AUTO-ANTICORPS ET HEPATITE AUTOIMMUNE Mise au point 2013 AUTO-ANTICORPS ET HEPATITE AUTOIMMUNE Mise au point 2013 Catherine Johanet Unité d Immunologie, CHU Saint-Antoine, Paris 4 ème réunion des centres de compétence des maladies inflammatoires des voies biliaires

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Electrophorèse des protéines Recherche d immunoglobuline monoclonale Anticorps anti-nucléaires Biochimie spécialisée / Immunopathologie

Plus en détail

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE Kévin, né en 1991 Pas d antécédents familiaux ni personnels Vaccins à jour Début du suivi pour maladie inflammatoire

Plus en détail

EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES

EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES Etienne Mollet 1 RAPPEL PHYSIOLOGIQUE Les HT sont synthétisées dans les vésicules thyroïdiennes à partir d un acide aminé (la tyrosine) et d atomes d iode en nombre

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE :

RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE : RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE : DIAGNOSTIC ET SUIVI DE L OBSERVANCE DU RÉGIME SANS GLUTEN LES AUTOANTICORPS ANTI-RETICULINE (ARA) Classement NABM : chapitre 7-03 Auto-immunité - code :

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

Lecture automatisée. Séminaire de formation continue IAL. Dr V. Aubert

Lecture automatisée. Séminaire de formation continue IAL. Dr V. Aubert Anticorps anti-nucléaire: anti nucléaire: Lecture automatisée avec le NOVA View Séminaire de formation continue IAL Lausanne 14 Lausanne, 14.11.2013 11 2013 Dr V. Aubert Service d immunologie Service d

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Maladies systémiques et autoimmunes

Maladies systémiques et autoimmunes Maladies systémiques et autoimmunes Olivier Fain Médecine interne Hôpital Saint Antoine Université Paris 6 75012 Paris olivier.fain@aphp.fr 01 71 97 05 84 Maladies systémiques Atteinte de plusieurs systèmes

Plus en détail

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA R Raache Service d immunologie, Institut Pasteur d Algérie IPA Faculté des Sciences Biologiques (USTHB) I- Introduction

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES CITRULLINÉES LES ANTICORPS ANTI-KÉRATINE () Classement NABM : chapitre 8 Immunologie code : 1464 LES ANTICORPS ANTI-PEPTIDES CYCLIQUES CITRULLINÉS () Classement NABM

Plus en détail

Clinique Imagerie Histologie Biologie. Sylvain Dubucquoi Institut d Immunologie du CHRU de Lille

Clinique Imagerie Histologie Biologie. Sylvain Dubucquoi Institut d Immunologie du CHRU de Lille Clinique Imagerie Histologie Biologie Hypergammaglobulinémie Syndrome inflammatoire Atteinte des lignées sanguines Troubles de l hémostase (SAPL) Perturbations hématologiques Exploration du complément

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste

PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste Compétences requises pour le technologiste de laboratoire médical généraliste au niveau d entrée Date d entrée en vigueur : examens

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

NOVA Lite Rat Liver, Kidney, Stomach Uniquement pour Diagnostics In-Vitro Références : 704170, 704180 504170.10, 504180.

NOVA Lite Rat Liver, Kidney, Stomach Uniquement pour Diagnostics In-Vitro Références : 704170, 704180 504170.10, 504180. NOVA Lite Rat Liver, Kidney, Stomach Uniquement pour Diagnostics In-Vitro Références : 704170, 704180 504170.10, 504180.25 504170, 504180 Complexité de CLIA: Haut Application Ces coffrets sont destinés

Plus en détail

Conserver tous les réactifs entre 2 et 8 C. Tous le s réactifs sont prêts à l emploi après avoir atteint la température ambiante du laboratoire.

Conserver tous les réactifs entre 2 et 8 C. Tous le s réactifs sont prêts à l emploi après avoir atteint la température ambiante du laboratoire. Méthode d Immunofluorescence en Générale NOTICE POUR PRODUITS DE DIAGNOSTICS IN VITRO (IVD) USAGE PREVU Les composants indiqués ci-dessous peuvent être utilisés pour la détection des anticorps dans le

Plus en détail

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Patiente de 43 ans ATCD : tabagisme sevré 2003, G3P2 Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Biologie : Cytolyse, cholestase ALAT, ASAT 80, GGT 107,

Plus en détail

Programme des Formations

Programme des Formations 5 1 0 2 Programme des Formations Diagnostic sérologique des maladies auto-immunes P Theradiag est un centre de formation agréé Accréditation n 11 77 01 554 77 INNOVATION FOR BIOTHERAPIES La formation continue

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif.

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif. 1 Normalement, chaque individu a dans chacune de ces cellules 23 paires de chromosomes numérotées de 1 à 22, la 23ème paire étant la paire des chromosomes sexuels. Une des anomalies chromosomiques les

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Mise en garde contre l utilisation inappropriée des IgG anti-aliments

Mise en garde contre l utilisation inappropriée des IgG anti-aliments Mise en garde contre l utilisation inappropriée des IgG anti-aliments Habib Chabane (Paris) Initialement commercialisés via Internet, beaucoup de patients ont recours à ces tests sans prescription médicale,

Plus en détail

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France MARS 2013 Marqueurs cardiaques Non spécifiques : Myoglobine CK et CK-MB LDH et ASAT Spécifiques : Troponine

Plus en détail

Thrombopénies et grossesse

Thrombopénies et grossesse Thrombopénies et grossesse Marie-Françoise Hurtaud-Roux Service d Hématologie Biologique Hôpital Robert Debré APHP, Paris Nouméa, le 22 octobre 2009 Plaquettes et grossesse Evolution des plaquettes durant

Plus en détail

SEROLOGIE NON INFECTIEUSE AAN Résultats questionnaire EASI Recommandations du comité d experts

SEROLOGIE NON INFECTIEUSE AAN Résultats questionnaire EASI Recommandations du comité d experts SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

7900003 24 Tests Circulating Tumor Cell Control Kit

7900003 24 Tests Circulating Tumor Cell Control Kit 7900003 24 Tests Circulating Tumor Cell Control Kit 1 APPLICATION Pour usage in vitro Le kit CELLSEARCH Circulating Tumor Cell Control Kit est conçu pour être utilisé comme contrôle de dosage pour vérifier

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE Juin 2011 Service évaluation des actes professionnels - 1 - Ce texte court est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

AcSé crizotinib: Modalités pratiques pour le criblage moléculaire

AcSé crizotinib: Modalités pratiques pour le criblage moléculaire AcSé crizotinib: Modalités pratiques pour le criblage moléculaire I- Récapitulatif des tests moléculaires à effectuer Type de cancer Transloc. ALK Amp. ALK Amp. MET Transloc. ROS Mut. ALK Mut. MET Cancer

Plus en détail

Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille

Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille TIH Type II Thrombopénie induite par un médicament atypique - Survient dans la

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2008 EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE

RAPPORT ANNUEL 2008 EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE ISSN 0778-8371 WIV J. Wytsmanstraat, 14 B-1050 BRUXELLES SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAÎNE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES

Plus en détail

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA PROTHROMBINE SEPTEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels 2

Plus en détail

1.6 La division cellulaire

1.6 La division cellulaire 1.6 La division cellulaire Notions clé La mitose est la division du noyau en deux noyaux génétiquement identiques. Les chromosomes se condensent par super-enroulement durant la mitose. La cytocinèse se

Plus en détail

RÉSUMÉ ET EXPLICATION DU TEST

RÉSUMÉ ET EXPLICATION DU TEST AUTO I.D. SYSTÈME DE TEST DES AUTO-ANTICORPS SSA/Ro et SSB/La Pour utilisation diagnostique in vitro Pour l Usage Professionnel UTILISATION PRÉVUE: Il s agit d un système de test d immunodiffusion Ouchterlony

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Février 2015 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE UMR CNRS MFP Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

Déficit en inhibiteur de la C1 estérase

Déficit en inhibiteur de la C1 estérase L'œdème angioneurotique (OAN) Déficit en inhibiteur de la C1 estérase Clinique :!Oedèmes récidivants des extrémités, de la face et des muqueuses Spontanés Sans rougeur Sans prurit Crises douloureuses abdominales

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1165635/surveillance-serologique-et-p Marqueurs cardiaques dans

Plus en détail

Professeur François BERGER

Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 1 : L apoptose ou mort cellulaire programmée Professeur François BERGER Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

SUVI DE LA FEMME ENCEINTE. Suivi de la RAI positive : Titrage microtitrage Prise en charge clinique et biologique de la femme immunisée

SUVI DE LA FEMME ENCEINTE. Suivi de la RAI positive : Titrage microtitrage Prise en charge clinique et biologique de la femme immunisée SUVI DE LA FEMME ENCEINTE Suivi de la RAI positive : Titrage microtitrage Prise en charge clinique et biologique de la femme immunisée INCOMPATIBILITES FOETO-MATERNELLES ERYTHROCYTAIRES Epidémiologie Incidence

Plus en détail

AUTO IMMUNITE. ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris. ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris

AUTO IMMUNITE. ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris. ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris AUTO IMMUNITE ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES COMPLEXES IMMUNS CIRCULANTS FACTEUR RHUMATOÏDE ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES Les procédures communes aux prélèvements et particulières

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

Pneumopathies infiltrantes diffuses: Quels anticorps et pourquoi?

Pneumopathies infiltrantes diffuses: Quels anticorps et pourquoi? Pneumopathies infiltrantes diffuses: Quels anticorps et pourquoi? Dr Makoto MIYARA APHP-Département d immunologie APHP-Médecine interne Centre de référence lupus et syndrome des antiphospholipides Pourquoi?

Plus en détail

pemphigoïdes, dermatite herpétiforme et dermatose à IgA linéaire, érythème polymorphe, porphyries, épidermolyses bulleuses

pemphigoïdes, dermatite herpétiforme et dermatose à IgA linéaire, érythème polymorphe, porphyries, épidermolyses bulleuses DIAGNOSTIC HISTOLOGIQUE DES DERMATOSES BULLEUSES ET PUSTULEUSES I BULLES INTRA-EPIDERMIQUES AVEC ACANTHOLYSE : pemphigus et dermatoses avec acantholyse SANS ACANTHOLYSE : toxidermies, bulles virales, eczéma

Plus en détail

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde Chapitre 2 Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde G. Falgarone, P. Nahon, M.-C. Boissier Résumé Le foie n'est pas habituellement le siège d'atteintes spécifiques lors de la polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE»

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Avril 2013 PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Face au développement des nouveau médicaments et du diagnostic moléculaire, l INCa lance un programme pour faciliter l accès à l innovation dans

Plus en détail

LES DYSTHYROIDIES : DIA I GN G OS O T S I T C I A U L A L BOR O ATO T I O R I E

LES DYSTHYROIDIES : DIA I GN G OS O T S I T C I A U L A L BOR O ATO T I O R I E LES DYSTHYROIDIES : DIAGNOSTIC AU LABORATOIRE Dr Bécaye FALL Biologiste Hôpital Principal de Dakar RESAOLAB 2010 1- INTRODUCTION Thyroïde (du grec «thyreoeides» = «en forme de bouclier») partie avant cou.

Plus en détail

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand?

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Dr. Ilka Engelmann Laboratoire de Virologie, Pôle Biologie Pathologie Génétique, CHRU de Lille EA3610, Université Lille 2

Plus en détail

Auto-Anticorps: Quel Usage en Ville? Laurent CHICHE Service de Médecine Interne

Auto-Anticorps: Quel Usage en Ville? Laurent CHICHE Service de Médecine Interne Auto-Anticorps: Quel Usage en Ville? Laurent CHICHE Service de Médecine Interne Samedi 16 janvier 2016 Dans l exploration d un $ inflammatoire La positivité d ANCA (anti-cytoplasme des polynucléaires neutrophiles)

Plus en détail

FORMATION POSTGRADUÉE POUR SPÉCIALISTE FAMH EN ANALYSES DE LABORATOIRE MÉDICAL. Cahier des stages. Version 4.11. «prénom» «nom» #«Nr»

FORMATION POSTGRADUÉE POUR SPÉCIALISTE FAMH EN ANALYSES DE LABORATOIRE MÉDICAL. Cahier des stages. Version 4.11. «prénom» «nom» #«Nr» FORMATION OSTGRADUÉE OUR SÉCIALISTE FAMH EN ANALYSES DE LABORATOIRE MÉDICAL Cahier des stages Formation postgraduée monodisciplinaire Immunologie clinique Version 4.11 de «prénom» «nom» #«Nr» COMITÉ D

Plus en détail

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l La régulation de la glycémie Introduction : Qu est ce que la glycémie? Quelles sont les valeurs normales de la glycémie? Document 1: bilan sanguin d une personne non diabétique (à jeun) Docteur P Pharmacien

Plus en détail

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin.

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin. INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I La transfection Responsable : Valérie Chopin LBH semestre 6 Faculté des Sciences Laboratoire de Physiologie Cellulaire et

Plus en détail

Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte

Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte Décembre 2011 Service évaluation des actes

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail