RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE"

Transcription

1 RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB Approuvé le : 19 septembre 2003 Rév. 1 Date de 1 ère mise en application : 2003 Documents de référence : Code d'usages international recommandé sur les principes généraux d'hygiène" CAC/RCP-1 (1969), Rév. 3 (1997). Guide de bonnes pratiques hygiéniques des emballages en matière plastique et emballages souples complexes.

2 RÈGLES DE CERTIFICATION PARTIE 1 : Règles de fonctionnement de la certification Chapitre 1 : Généralités 1.1 Objet des règles de certification 1.2 Documents de référence 1.3 Champ d application de la certification 1.4 Définitions Chapitre 2 : Processus de certification 2.1 Définition des différentes phases du processus de certification 2.2 Description des phases de certification Phase préliminaire : premier contact Demande de certification Audit initial de certification Décision de certification Audit de suivi Renouvellement du certificat 2.3 Recours 2.4 Engagements contractuels du demandeur de la certification du LNE Chapitre 3 : Référence à la certification du LNE PARTIE 2 : Exigences qualité et hygiène à respecter par le fabricant Chapitre 1 : Exigences relatives au système de management de la qualité en matière d hygiène 1.1 Responsabilité de la Direction 1.2 Correspondant Hygiène 1.3 Documentation Chapitre 2 : Exigences générales relatives à l hygiène Chapitre 3 : Exigences spécifiques relatives à l hygiène, basées sur les principes de la méthode HACCP 3.1 Analyse et maîtrise des risques selon les principes de la méthode HACCP 3.2 Dispositions particulières applicables aux emballages en matière plastique et emballages souples complexes : analyse des dangers en se basant sur le guide de Bonnes Pratiques hygiéniques /18

3 PARTIE 1 RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CERTIFICAT 3/18

4 CHAPITRE 1 : GENERALITES 1.1 Objet des règles de certification Les présentes règles de certification ont pour objet de définir les modalités d attribution de la certification LNE qui atteste que l entreprise respecte de manière permanente et systématique les exigences d hygiène définies en Partie 2 du présent document. Ces règles définissent les différentes phases de la certification avec les prestations et les intervenants qui y sont associés. Elles fixent les engagements de l'entreprise qui demande la certification LNE ou de l'entreprise bénéficiaire du certificat délivré par le LNE ainsi que les obligations du LNE concernant la prestation de certification. 1.2 Documents de référence Code d'usages international recommandé sur les principes généraux d'hygiène" CAC/RCP-1 (1969), Rév. 3 (1997). Guide de bonnes pratiques hygiéniques des emballages en matière plastique et emballages souples complexes, Les Editions des Journaux Officiels, (2001). 1.3 Champ d'application de la certification La procédure de certification est applicable aux entreprises qui respectent les bonnes pratiques d hygiène définies en partie 2 du référentiel. Le certificat LNE est attribué aux entreprises qui produisent ou transforment sur un ou plusieurs sites déterminé(s), des matériaux ou emballages destinés au contact des aliments. Il peut s agir d un matériau ou d un emballage identifié, ou d une gamme de matériaux ou d emballages identifiés issus : d un ou plusieurs processus de production (1) ; d un site de production. Le domaine d'activité (processus de production spécifique ou ensemble du site, matériau ou emballage, ou gamme de matériaux ou emballages) pour lequel l'entreprise demande le certificat doit être clairement déterminé. (1) Dans le cas d une certification par emballage ou matériau, ou gamme d emballages ou de matériaux, issus d un processus de production spécifique, l analyse des dangers doit prendre en compte l influence des processus de production non concernés par la certification sur le processus spécifique considéré. 4/18

5 Du point de vue de l hygiène, un matériau et un emballage se définissent par les paramètres suivants : leur nature ; leur utilisation attendue ; leurs conditions de production et de stockage. S il n existe, pour plusieurs matériaux ou emballages, aucune différence significative entre les paramètres cités ci-dessus, ceux-ci peuvent être regroupés en une gamme de matériaux ou d emballages (exemple : bouteille PET destinée à contenir de l eau minérale, fabriquée sur le site de XX avec les conditions de production et de stockage définies par les procédures X et Y). 1.4 Définitions Action corrective : toute action à entreprendre lorsque les résultats de la surveillance exercée au niveau du CCP indiquent une perte de maîtrise. Analyse des dangers : démarche consistant à rassembler et à évaluer les données concernant les dangers et les facteurs qui entraînent leur présence, afin de décider lesquels d'entre eux représentent une menace pour la salubrité des matériaux et emballages et, par conséquent, devraient être pris en compte dans le plan HACCP. Contaminant : tout agent biologique ou chimique, toute matière étrangère ou toute autre substance n'étant pas ajoutée intentionnellement au matériau ou à l emballage, et pouvant compromettre sa sécurité sanitaire ou sa salubrité. Contamination : introduction ou présence d'un contaminant dans un matériau ou un emballage, dans un aliment ou dans un environnement alimentaire. Correction : action visant à éliminer un danger détecté. Danger : agent biologique, chimique ou physique, ou état du matériau ou de l emballage destiné au contact alimentaire, ayant potentiellement un effet nocif sur la santé. Étape : point, procédure, opération ou stade du processus de production d un matériau ou d un emballage destiné au contact alimentaire. HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point Analyse des dangers et Maîtrise des points critiques) : système qui définit, évalue et maîtrise les dangers qui menacent la sécurité sanitaire ou la salubrité des matériaux et emballages destinés au contact des aliments. Hygiène des matériaux et emballages destinés au contact des aliments : ensemble des conditions et mesures nécessaires pour assurer la sécurité sanitaire et la salubrité des matériaux et emballages, à toutes les étapes de leur production. Limite critique : critère qui distingue l'acceptabilité de la non-acceptabilité. Maîtrise : Situation dans laquelle les procédures sont suivies et les critères sont satisfaits (2). Maîtriser : Prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir et maintenir la conformité aux critères définis dans le plan HACCP (2). Non-conformité : Non satisfaction d une exigence. Plan HACCP : document préparé en conformité avec les principes HACCP en vue de maîtriser les dangers significatifs au regard de la sécurité sanitaire ou de la salubrité des matériaux et emballages destinés au contact alimentaire. 5/18

6 Points critiques pour la maîtrise (CCP) : stade auquel une surveillance peut être exercée et est essentielle pour prévenir ou éliminer un danger menaçant la sécurité sanitaire ou la salubrité du matériau ou de l emballage, ou le ramener à un niveau acceptable. Processus de production : ensemble des opérations réalisées dans une entreprise, depuis la réception des matières premières jusqu à l expédition d un matériau ou d un emballage déterminé, ou d une gamme de matériaux ou d emballages déterminés, destiné(s) au contact des aliments. Salubrité des matériaux et emballages destinés au contact alimentaire : assurance que les matériaux et emballages destinés à être mis au contact des aliments ne causeront pas de dommage de nature à rendre les aliments inacceptable pour le consommateur, quand ils sont utilisés conformément à l usage auquel ils sont destinés. Sécurité sanitaire des matériaux et emballages destinés au contact alimentaire : assurance que les matériaux et emballages destinés à être mis au contact des aliments ne causeront pas de dommage au consommateur quand ils sont utilisés conformément à l usage auquel ils sont destinés. Surveiller : procéder à une série programmée d'observations ou de mesures afin de déterminer si un CCP est maîtrisé (2). Validation : obtention de preuves que les éléments du plan HACCP sont efficaces (2). Vérification : application de méthodes, procédures, analyses ou autres évaluations, en plus de la surveillance, afin de déterminer s'il y a conformité avec le plan HACCP (2). (2) Selon le Codex Alimentarius : "Code d'usages international recommandé sur les principes généraux d'hygiène" CAC/RCP-1 (1969), Rév. 3 (1997). CHAPITRE 2 : PROCESSUS DE CERTIFICATION 2.1. Définition des différentes phases du processus de certification Le processus de certification est constitué des 6 différentes phases suivantes : phase préliminaire (premier contact du demandeur) ; demande de certification ; audit initial de certification ; décision de certification ; audit de suivi (avec extension éventuelle de la certification) ; renouvellement de la certification. 6/18

7 Le processus de certification fait l'objet du schéma présenté page 11. Les audits de renouvellement permettent de vérifier le maintien de la conformité des règles d hygiène appliquées, et de suivre leurs évolutions. Lors de ces audits, sont également vérifiées les règles d hygiène appliquées dans le cadre d'une demande d'extension du champ de la certification. Un audit de renouvellement de la certification est réalisé au bout de 3 ans avec une évaluation du respect de l'ensemble des exigences des règles de certification Description des phases de certification Phase préliminaire : premier contact Lors du premier contact avec l'entreprise, le LNE adresse toute information relative au processus de certification et un questionnaire à compléter par l'entreprise. Ce questionnaire doit permettre : d'identifier l'entreprise, ses correspondants et son activité ; de définir le champ d'application de la demande de certification ; de disposer d'informations sur les règles d hygiène appliquées et la documentation correspondante. Suite à ce premier contact, le LNE procède à l'analyse du questionnaire et l'entreprise reçoit une offre de certification qui comprend toutes les informations nécessaires à l'établissement de la demande formelle de certification : prix, période et durée d audit Demande de certification La demande est formulée sur la base des documents type communiqués à l'entreprise, et donne lieu à l'établissement d'un contrat qui reprend les obligations et engagements du demandeur et du LNE. A l'appui de sa demande, l'entreprise communique tout document utile à l'évaluation des règles d hygiène appliquées par rapport au présentes règles de certification. La documentation comprend au minimum la liste des matériaux et emballages ou des gammes à certifier, et la description de l organisation documentaire mise en place pour répondre aux exigences applicables, identifiant en particulier les documents exigés par l application des règles d hygiène visées en partie 2 du présent document (liste des documents référencés et responsable de leur mise à jour). L'évaluation de la documentation est totalement intégrée dans l'audit de certification. 7/18

8 2.2.3 Audit initial de certification L'audit est constitué d une évaluation de la conformité des règles d hygiène appliquées par l'entreprise aux exigences applicables définies dans la Partie 2. Cet audit est réalisé sur site par un auditeur ou une équipe d'auditeurs qualifiés et désignés par le LNE, suivant les dispositions définies par la norme ISO Le champ de l'audit est défini par le contrat de certification. La durée de l'audit et le nombre d'auditeurs sont fixés par le LNE en fonction de la taille et de la complexité de l'entreprise, de l'organisation, de l existence d une autre certification dans le domaine de l hygiène alimentaire, ainsi que de la connaissance éventuelle par le LNE de l entreprise dans le cadre d une autre certification. Lorsque l'entreprise est déjà titulaire d'une certification pour tout ou partie du domaine d'activité concerné, l'audit de certification est réalisé conjointement avec un audit de contrôle du certificat et tient compte des éléments déjà audités dans ce cadre. Le rapport d'audit est établi sur place par le responsable d'audit et rend compte : des éléments significatifs des règles d hygiène appliquées permettant de donner confiance dans l'obtention de la conformité des résultats visés ; des non-conformités (critiques ou non-critiques) et observations pertinentes par rapport au référentiel défini. Dans la mesure où ces non conformités mettent en cause l'efficacité des dispositions d hygiène mises en place ou sont susceptibles de mettre en cause la sécurité sanitaire des matériaux et emballages livrés, elles sont repérées comme critiques et doivent donner lieu à des actions correctives dûment précisées et mises en oeuvre par le demandeur avant toute décision de certification. Le rapport d'audit est analysé par le LNE qui prend les décisions utiles et engage les actions correspondantes suivantes en fonction de la nature et de l'importance des non-conformités constatées : demande d'informations complémentaires ; demande d'actions correctives concernant la documentation ; demande d'actions correctives concernant l'application, suivie d'un nouvel audit ; attribution de la certification avec ou sans observations. Le cas échéant, les actions correctives doivent être mises en oeuvre et vérifiées suivant un planning défini par le LNE en accord avec le demandeur. Dès constat ou information sur l'engagement des actions correctives, la décision de certification est prononcée Décision de certification La décision est notifiée au demandeur et donne lieu à l'établissement d'un certificat. Le certificat est enregistré et publié, en particulier au niveau de la liste des entreprises certifiées par le LNE (site Internet LNE : 8/18

9 Le certificat a une durée de validité de 3 ans, et est renouvelé à échéance à compter de la date de son établissement. Il mentionne au minimum : l'identité de l'entreprise ; le ou les sites (ou processus) de production concernés ; le référentiel de la certification ; le champ visé par la certification ; la durée de validité du certificat Audit de suivi Le certificat est maintenu d'une part, sur la base des engagements pris par l'entreprise lors de la demande, et d'autre part à partir des constats effectués lors d'un audit de suivi réalisé annuellement. le LNE décide de la réalisation des audits supplémentaires, et des dispositions à prendre pour être assuré du maintien de la conformité des règles d hygiène appliquées. En cas de modifications significatives intervenues, l entreprise doit informer le LNE qui peut engager des vérifications du maintien de la conformité des règles d hygiène appliquées dans le cadre d'audits supplémentaires. Ces vérifications sont entreprises en concertation avec l entreprise. Si au cours d'un de ces audits, une non-conformité critique est constatée, le LNE prend toute mesure conservatoire utile concernant la validité du certificat et peut, le cas échéant, suspendre le certificat. Une demande d'extension du champ d'application du certificat peut faire l'objet d'une évaluation lors d un audit de suivi Renouvellement du certificat A l'issue des 3 ans de validité du certificat, le LNE procède à la réalisation d'un audit de renouvellement. L'audit de renouvellement est réalisé et analysé suivant les mêmes modalités que l'audit initial de certification. La décision de renouvellement est également prise suivant les mêmes modalités. 9/18

10 En cas de constat de non-conformité, le LNE prend l'une des décisions suivantes : non renouvellement du certificat ; demande d'actions correctives ; demande d'actions correctives et audit supplémentaire Recours Un recours peut être formulé par le demandeur ou le bénéficiaire de la certification contre toute décision du LNE. Ce recours doit être motivé. Il est notifié par lettre recommandée avec accusé de réception. Il est instruit par le LNE dans les 30 jours suivant sa réception. En cas de maintien du recours après instruction, le recours est présenté au conseil d'administration du LNE qui notifie sa décision. Toute contestation ultérieure peut être soumise à arbitrage et portée devant les tribunaux de Paris Engagements contractuels du demandeur de la certification et du LNE Le demandeur de la certification s'engage à l'application des règles d hygiène définies par sa documentation. Il communique au LNE toute information relative aux modifications intervenues dans le champ d application de la certification, ou toute modification susceptible d affecter la sécurité sanitaire des matériaux et emballages livrés. Il avertit le LNE dans un délai ne pouvant excéder 10 jours d'un dysfonctionnement pouvant entraîner une altération majeure des matériaux et emballages livrés, et susceptible d affecter leur sécurité sanitaire. Il s'engage à acquitter les frais relatifs à la certification en application des règles de certification suivant les conditions qui lui auront été préalablement précisées par le LNE. Le LNE s'engage à respecter les présentes règles de certification et les dispositions des normes internationales de référence concernant la certification d entreprise. Il communique au demandeur les modifications éventuelles de ces dispositions et fait part annuellement de la révision des tarifs de certification. Le personnel du LNE est tenu statutairement à la confidentialité. Il s'assure de l'engagement au respect de cette confidentialité par tous les intervenants, dans le cadre du processus de certification. 10/18

11 Processus de certification Phase préliminaire 1er contact LNE Questionnaire à compléter et retourner Etablissement devis Demande de certification Formulaire + Contrat Documentation Date fixée d'un commun accord Audit Certification Nouvel audit Actions correctives Nouvelles actions correctives à soumettre Décision de certifcation ---> certificat Publication des listes d'entreprises certifiées Suivi de l'entreprise Audit de reconduction Extension RENOUVELLEMENT (3 ans) Audit de renouvellement Renouvellement du certificat 11/18

12 CHAPITRE 3 : RÉFÉRENCE A LA CERTIFICATION DU LNE L'entreprise peut faire référence à la certification LNE relative aux respect des règles d hygiène à compter du jour de la notification de cette certification par le LNE, et pendant toute la durée de validité du certificat. Elle s'engage contractuellement à respecter les présentes règles pour toute référence à cette certification. D'une façon générale, cette référence ne doit prêter à confusion ni sur la portée de la certification (site, activités, matériaux et emballages), ni sur sa nature. La référence à la certification LNE peut être réalisée, soit par la production du certificat, soit par la référence explicite à cette certification par la mention : HYGIENE ET HACCP CERTIFICAT LNE n XX L'entreprise peut, en particulier, reproduire cette mention sur le papier à en-tête et les documents administratifs et promotionnels propres au site certifié, dans les limites définies ci-après. Elle doit toujours être associée à la raison sociale de l'entreprise et au(x) site(s) couvert(s) par la certification. Lorsque le site concerné exerce d'autres activités que celles couvertes par la certification, il y a lieu de préciser ce champ par la reprise des activités et catégories de matériaux et emballages couverts tels que spécifiés sur l'annexe au contrat de certification. Lorsqu'une entreprise regroupe plusieurs sites, dont au moins un n'est pas couvert par la certification, seuls les sites relevant du champ du certificat peuvent faire référence à la certification LNE. Cette mention ne doit pas être appliquée sur les emballages eux-mêmes. 12/18

13 PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE ET HYGIENE A RESPECTER PAR LE FABRICANT 13/18

14 Les exigences applicables sont de trois types : exigences relatives au management de la qualité en matière d hygiène ; exigences générales relatives à l hygiène des matériaux et emballages destinés au contact des aliments ; exigences spécifiques relatives à l hygiène, et notamment à la sécurité sanitaire des matériaux et emballages destinés au contact des aliments, basées sur les principes de la méthode HACCP. CHAPITRE 1 : EXIGENCES RELATIVES AU SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ EN MATIÈRE D HYGIÈNE 1.1. Responsabilité de la direction Engagement de la Direction La Direction de l entreprise doit établir la Politique qualité en ce qui concerne l hygiène, et notamment la sécurité sanitaire des matériaux et emballages destinés au contact des aliments, et communiquer au sein de l entreprise l importance à satisfaire les exigences des clients ainsi que les exigences réglementaires et légales dans ces domaines Politique d hygiène de l entreprise, relative aux matériaux et emballages destinés au contact des aliments, et notamment à leur sécurité sanitaire La Direction doit définir et documenter par écrit la Politique de l entreprise en ce qui concerne l hygiène des matériaux et emballages destinés au contact des aliments, et notamment leur sécurité sanitaire. Cette Politique doit répondre aux exigences suivantes : être adaptée aux besoins et aux exigences des clients, qui auront été préalablement définis (écoute-client) ; montrer que l entreprise est pleinement consciente de sa position dans la chaîne agroalimentaire et a pris des dispositions adéquates pour assurer la sécurité sanitaire des matériaux et emballages destinés au contact des aliments qu elle délivre ; être communiquée et comprise au sein de l entreprise; être revue en permanence afin de s assurer de son adéquation avec les objectifs fixés Correspondant Hygiène Un Responsable Hygiène doit être désigné par la Direction. Il doit être compétent dans ce domaine, sur la base de la formation initiale et professionnelle, du savoir-faire et de l expérience Documentation La documentation doit comprendre tous les documents qui sont mentionnés et requis dans le présent document. 14/18

15 CHAPITRE 2 : EXIGENCES GÉNÉRALES RELATIVES A L HYGIÈNE Les dispositions générales d hygiène qui doivent être appliquées dans toutes les entreprises et font l objet d une évaluation lors de l audit sont : Pour les emballages en matières plastiques et emballages souples complexes : le Chapitre IV (Dispositions générales d hygiène) du Guide de Bonnes Pratiques Hygiéniques des emballages en matière plastique et emballages souples complexes (Les éditions des Journaux officiels, 2001). NB : Les dispositions rédigées sous le terme doi(ven)t sont des exigences à respecter dans le cadre du certificat, alors que les termes devrai(en)t et veiller à désignent des recommandations. En ce qui concerne ces dernières, et même si ce ne sont pas des obligations, l entreprise doit pouvoir prouver qu elle les a prises en compte au cours de la réflexion qu elle a menée concernant l hygiène et la sécurité sanitaire des matériaux et emballages au contact des aliments qu elle délivre. Par ailleurs, ces recommandations, dont un grand nombre concerne les locaux et l environnement de production, devront être appliquées dans le cas de la conception de nouveaux locaux de fabrication pour matériaux et emballages destinés au contact des aliments. Pour les autres types d emballage : les exigences sont constituées des exigences du Guide de Bonnes Pratiques Hygiéniques des emballages en matière plastique et emballages souples complexes (comme décrit ci-dessus) adaptées au secteur considéré, complétées des contraintes spécifiques à l entreprise. CHAPITRE 3. EXIGENCES SPÉCIFIQUES RELATIVES A L HYGIÈNE, BASÉES SUR LES PRINCIPES DE LA MÉTHODE HACCP L entreprise doit maîtriser l hygiène des matériaux et emballages destinés au contact alimentaire qu elle produit, et notamment leur sécurité sanitaire, et réaliser une analyse des risques selon les principes de la méthode HACCP Analyse et maîtrise des risques selon les principes de la méthode HACCP L entreprise doit mener une analyse de risques basée sur les principes de la méthode HACCP et mettre en place les mesures préventives et de surveillance appropriées. Dans ce cadre, les exigences suivantes sont à respecter. Principe 1 : procéder à une analyse des dangers L entreprise doit identifier les causes de danger potentiel susceptible de survenir au cours du processus de production. L analyse des dangers comprend tous les aspects qui peuvent avoir une influence sur l hygiène de l aliment, qu ils soient de nature chimique, physique ou microbiologique. Une évaluation du risque associé doit être réalisée pour les dangers identifiés, en prenant en compte la fréquence d apparition du danger, sa gravité et la probabilité de non-détection de sa survenue. Cette étude doit être enregistrée. Pour les dangers identifiés, l entreprise doit définir un niveau de risque qu elle estime acceptable, en prenant en compte les attentes et les exigences de ses clients. Si ces dernières ne peuvent être explicitées, les exigences réglementaires doivent être considérées comme un minimum. 15/18

16 Pour chacune des causes de danger identifiées, l entreprise doit déterminer une ou des action(s) préventive(s) afin d éliminer le danger ou d en réduire l occurrence à un niveau acceptable. Si, pour un danger identifié, l entreprise décide de ne mettre en place aucune action préventive, ce choix doit être clairement justifié et faire l objet d un enregistrement. Les actions préventives doivent être documentées. Principe 2 : déterminer les points critiques pour la maîtrise (CCP) Chaque étape de production doit faire l objet d une analyse afin de déterminer s il s agit d un point critique. Cette analyse doit être menée à l aide de l arbre de décision présenté ci-après. Elle est basée sur l expérience des différents membres de l équipe et sur les informations recueillies en interne ou à l extérieur de l entreprise. Pour chaque étape de production, les points qui ont été pris en compte et évalués, ainsi que le cheminement qui a conduit à l identification d un point critique, doivent être enregistrés. Les points critiques sont des étapes pour lesquelles une surveillance adéquate et efficace doit être mise en place. Celle-ci s appuie, pour chacun des points critiques, sur des indicateurs pertinents qui ont été identifiés afin de pouvoir s assurer en permanence que l étape est maîtrisée. EXEMPLE D ARBRE DE DÉCISION PERMETTANT DE DÉTERMINER LES CCP (répondre aux questions dans l ordre) Q1 DIAGRAMME 3 Existe-t-il une ou plusieurs mesure(s) préventive(s) de maîtrise? Oui Non Modifier l étape, le procédé ou le produit La maîtrise est-elle nécessaire à cette étape pour garantir la salubrité? Oui Non Pas de CCP Stop (*) Q2 L étape est-elle expressém ent conçue pour élim iner la probabilité d apparition d un danger ou la ramener à un niveau acceptable?(**) Oui Non Q3 Est-il possible qu une contamination s accompagnant de dangers identifiés survienne à un niveau dépassant les limites acceptables ou ces dangers risquent-ils d atteindre des niveaux inacceptables?(**) Oui Non Pas de CCP Stop (*) Q4 L étape suivante permettra-t-elle d éliminer le ou le ou les risque(s) identifié(s) ou de ram ener leur probabilité d apparition à un niveau acceptable? (**) Oui Non P O INT CRITIQ UE P OUR LA MAITRISE Pas de CCP Stop (*) (*) Passer au prochain danger identifié dans le processus décrit. (**) Il est nécessaire de définir les niveaux acceptables et inacceptables en tenant compte des objectifs généraux lors de la détermination des PCC CCP dans le plan HACCP. 16/18

17 Principe 3 : Fixer la ou les limite(s) critiques pour chaque CCP Des limites critiques doivent être établies pour chacun des indicateurs identifiés. Leur détermination est basée sur l évaluation du risque qui a été menée en interne pour chacun des dangers potentiels qui peuvent survenir au cours du processus de production. Les limites fixées et les tolérances associées doivent être cohérentes avec le niveau de risque acceptable défini à partir des exigences des clients, ainsi que de celles de la réglementation. Leur non-dépassement, garanti par l application d action(s) préventive(s) efficace(s), doit assurer l obtention d un produit fini qui réponde aux exigences qui ont été définies. Principe 4 : Mettre en place un système de surveillance permettant de maîtriser les points critiques Un système de surveillance doit être mis en place pour chacun des points critiques identifiés, afin de s assurer en permanence de leur maîtrise. Les paramètres et le processus de choix des mesures de surveillance doivent être explicités et documentés. L efficacité du système mis en place doit être démontrée. La méthodologie de surveillance doit faire l objet d une documentation appropriée. Les procédures doivent mentionner les moyens de détection de la perte de maîtrise du point critique concerné. La surveillance doit pouvoir fournir cette information assez tôt pour qu il soit possible de mettre en œuvre les ajustements nécessaires afin d éviter le dépassement des limites critiques. Un Responsable doit être défini pour chaque mesure de surveillance mise en place. Principe 5 : Déterminer les actions correctives à prendre lorsque la surveillance révèle qu un point critique donné n est pas maîtrisé Pour chacun des points critiques identifiés, des actions correctives doivent être prévues en cas de dépassement des limites critiques. La mise en application des actions correctives doit garantir que le point critique est à nouveau maîtrisé. Un Responsable doit être défini pour la mise en œuvre de chacune des actions correctives prévues. Principe 6 : Appliquer des procédures de vérification afin de confirmer que le système basé sur l analyse des dangers et la maîtrise des points critiques fonctionne efficacement L entreprise doit mettre en place un programme de vérification de l application et de l efficacité de son système de maîtrise de l hygiène. La vérification doit être menée périodiquement, et permettre de s assurer que le système prévu est effectivement mis en application et qu il est toujours approprié et pertinent. 17/18

18 Il est notamment basé sur : les résultats d audits internes, qui doivent être menés régulièrement à intervalles planifiés ; les résultats d audits clients ; les contrôles d efficacité réalisés tels qu ils sont définis dans le paragraphe VI.3 du guide de bonnes pratiques hygiéniques ; l analyse des réclamations-clients ; les enregistrements du système de surveillance ; les tests et analyses réalisés sur les produits finis ; les enregistrements des déviations constatées au niveau de points critiques, et les actions correctives qui ont été mises en œuvre. La vérification du système mis en place doit systématiquement donner lieu à une analyse, et à l évaluation de la pertinence de ce dernier. Une attention particulière doit être portée aux points pour lesquels des problèmes récurrents ont pu être identifiés. Principe 7 : Constituer un système documenté comprenant tous les documents concernant ces principes et leur mise en application La documentation établie dans le cadre de l analyse de risques menée doit être disponible et tenue à jour Dispositions particulières applicables aux emballages en matière plastique et aux emballages souples complexes : analyse des dangers en se basant sur le guide de Bonnes Pratiques hygiéniques Dans le cadre de l analyse des risques qu elle doit mener, l entreprise peut se baser sur les Chapitres V (Dispositions spécifiques d hygiène) et VI (Vérifications et Revue) du Guide de Bonnes Pratiques Hygiéniques des emballages en matière plastique et emballages souples complexes, notamment pour l identification des dangers. En ce qui concerne les dangers physiques, les points critiques identifiés dans le guide pour le processus de fabrication qui correspond à celui de l entreprise sont considérés comme des dangers potentiels que l entreprise doit analyser afin de déterminer s ils constituent des points critiques dans son processus de fabrication. La prévention des dangers chimiques est couverte par le respect de la réglementation. Les exigences que doit satisfaire l entreprise sont définies au paragraphe V.2. du guide. Les dispositions contenues dans le paragraphe V.3 doivent être mises en place dans l entreprise afin de prévenir les dangers de nature microbiologique. 18/18

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Revision du 03/06/2008 Règles de certification des système de management d entreprise ISO 14001-ISO 9001 1/12 Révision

Plus en détail

CRITT Réunion. CRITT Réunion - CCI Réunion - Novembre 2007. La démarche HACCP. CRITT Réunion. Intervenant : Nathalie DANIEL

CRITT Réunion. CRITT Réunion - CCI Réunion - Novembre 2007. La démarche HACCP. CRITT Réunion. Intervenant : Nathalie DANIEL La démarche HACCP CRITT Réunion Intervenant : Nathalie DANIEL H.A.C.C.P.? Hazard Analysis Critical Control Point Analyse des dangers et Points critiques pour leur maîtrise Système qui défini, évalue et

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE QA SURVEILLANCE DES FOURNISSEURS DISPOSANT D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE EDITION: 02/2003 Index 1. OBJET...3 2. DOMAINE D

Plus en détail

AUDITS QUALITÉ INTERNES

AUDITS QUALITÉ INTERNES AUDITS QUALITÉ INTERNES 0 Ind. Date Etabli par Vérifié par Approuvé par observations 1/6 1. OBJET Cette procédure a pour objet de définir l'organisation, la planification, la réalisation et le suivi des

Plus en détail

LA NORME ISO 14001 A RETENIR

LA NORME ISO 14001 A RETENIR A RETENIR La norme ISO 14001, publiée en 1996, est une norme internationale qui s'applique à tous les types d'organisations (entreprises industrielles, de services, etc.) quelles que soient leurs tailles

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.2. Cer5f ISO 9001

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.2. Cer5f ISO 9001 Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations Certification HAS Certification ISO 9001 Certification

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 Page 1 www.halal-institute.org Le système HACCP 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 HACCP = Hazard Analysis Critical Control Point (analyse des dangers

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION

RÈGLES DE CERTIFICATION Revu par : Valide pour : Révision : No. : Estelle MAILLER DNV GL Business Assurance France 19 PSY03 Approuvé par : Date : Replace : Pages : Antoine Thomassin 2015-10-07 18 1 sur 8 RÈGLES DE CERTIFICATION

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18 Le 26 septembre 2011 JORF n 0103 du 4 mai 2010 Texte n 18 ARRETE Arrêté du 29 avril 2010 fixant les conditions de certification des installateurs de systèmes de vidéosurveillance NOR: IOCD0928681A Le ministre

Plus en détail

AUDIT INTERNE. BELAC 3-03 Rev 3-2014. Mise en application : 27.06.2014

AUDIT INTERNE. BELAC 3-03 Rev 3-2014. Mise en application : 27.06.2014 BELAC 3-03 Rev 3-2014 AUDIT INTERNE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC (www.belac.fgov.be) sont seules considérées comme authentiques.

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

PROJET DE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE QUALITE A LA DU CONSEIL DU CAFE CACAO TERMES DE REFERENCE DECEMBRE 2015

PROJET DE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE QUALITE A LA DU CONSEIL DU CAFE CACAO TERMES DE REFERENCE DECEMBRE 2015 DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DES OPERATIONS COMMERCIALES ------------- DIRECTION DES EXPORTATIONS ------------- PROJET DE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE QUALITE A LA DIRECTION DES EXPORTATIONS DU

Plus en détail

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction Gestion de votre candidature - version 1 du 15 septembre 2004 Page 1 sur 8 SOMMAIRE Gestion de votre candidature et de son instruction

Plus en détail

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction 11 rue Francis de Pressensé - 93751 La Plaine Saint-Denis Cedex - France -T. +33 (0)1 41 62 80 11 - F : +33 (0)1

Plus en détail

Introduction à la norme ISO 27001. Eric Lachapelle

Introduction à la norme ISO 27001. Eric Lachapelle Introduction à la norme ISO 27001 Eric Lachapelle Introduction à ISO 27001 Contenu de la présentation 1. Famille ISO 27000 2. La norme ISO 27001 Implémentation 3. La certification 4. ISO 27001:2014? 2

Plus en détail

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 CERTIBAT est un organisme de certification dans le domaine de la construction. Il a la fiabilité et la compétence nécessaires qui lui permettent de certifier les systèmes de management.

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

REVUE DE DIRECTION RICHARD MANUNU

REVUE DE DIRECTION RICHARD MANUNU REVUE DE DIRECTION 1. REFERENCES NORMATIVES Il existe de nombreuses normes et référentiels qui abordent différentes thématiques ayant des finalités spécifiques. Néanmoins, chaque norme et référentiel que

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

PREMIER MINISTRE PROCEDURE TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION

PREMIER MINISTRE PROCEDURE TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Paris, le 9 février 2004 000309/SGDN/DCSSI/SDR Référence : CER/P/01.1 Direction centrale de la sécurité des systèmes d information PROCEDURE

Plus en détail

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE 1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE Cette méthode, fruit de retours d expériences, permet de maîtriser un projet QSE et d atteindre l objectif de certification. C est une véritable «feuille

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

CONTROLES, ANALYSE ET AMELIORATION

CONTROLES, ANALYSE ET AMELIORATION Manuel de management de la qualité Chapitre 5 : CONTROLES, ANALYSE ET AMELIORATION Approuvé par Guy MAZUREK Le 1/10/2014 Visa Page 2 / 8 SOMMAIRE 1 CONTRÔLES DE CONFORMITE... 3 1.1 Contrôle effectués sur

Plus en détail

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001 Quand le dernier arbre aura été abattu, Quand la dernière rivière aura été empoisonnée, Quand le dernier poisson aura été péché, Alors on saura que l argent ne se mange pas. Géronimo, chef apache SYSTEMES

Plus en détail

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 14001.

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 14001. MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 14001. Public : Objectif : Direction Membres du comité de direction - Responsable de service Responsables

Plus en détail

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Les Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème Édition, ont été publiées en 2008. Les Interprétations Validées suivantes

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe ÉTAPE 14I Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe Cette étape remplit une exigence de l article 4.2 de la norme. Exigences de la norme (article 4.2).1 Réalisez votre audit interne

Plus en détail

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes.

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. QMS-AUD-01 Audits internes 1 Domaine et application 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. 1.2 Domaine d application Tous les aspects du SGQ

Plus en détail

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION DPMC- ADM- SPO Page - 1-16/07/2009 Généralités Le DPMC est l organisme désigné par la CPNE, en charge du contrôle des compétences pour la délivrance du CQP

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE REFERENTIEL INTRANTS UTILISABLES EN AB PROCESSUS DE CONTRÔLE. Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique

PROCESSUS DE CONTROLE REFERENTIEL INTRANTS UTILISABLES EN AB PROCESSUS DE CONTRÔLE. Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/6 PROCESSUS DE CONTRÔLE Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique 1. LES ETAPES DU CONTROLE 2. LEXIQUE 3. MODE DE TRAITEMENT DES ECARTS Page: 2/6 1/ LES ETAPES DU CONTRÔLE 1 - DEMANDE

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE :

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE : Page 1/7 Indice Date Objet Rédigé par Visa Vérifié par Visa Approuvé par Visa B 19/01/2006 Changement de logo S. LE NAGUARD J. ROBERT Ph. EVENAT C 27/10/2006 Distinction fournisseur / sous-traitant. A.

Plus en détail

ISO 9001. version 2008

ISO 9001. version 2008 ISO 9001 version 2008 LE CONTEXTE Un peu d histoire 1987 : Publication de la 1ère version des normes ISO 9000 1994 : Révision phase 1 -> premier toilettage 2000 : Publication des ISO 9000, 9001 et 9004

Plus en détail

PROCEDURE AUDITS QUALITE INTERNES

PROCEDURE AUDITS QUALITE INTERNES PRO 2 PROCEDURE AUDITS QUALITE INTERNES Version A Création 21/06/06 NOM FONCTION SIGNATURE EMISSION Véronique MINZER Animatrice Qualité VERIFICATION Véronique MINZER Animatrice Qualité Validation Denis

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES COMMUNE DE LA LONDE LES MAURES Direction des Services Financiers Service des Marchés Publics BP 62 ou place du XI Novembre 83250 LA LONDE LES MAURES

Plus en détail

HACCP Évolutions réglementaires et normatives

HACCP Évolutions réglementaires et normatives MADRPM / CEPR Rabat 30 octobre 2007 HACCP Évolutions réglementaires et normatives Une logique de maîtrise But : maîtrise de la sécurité sanitaire des aliments Système HACCP : «Analyse des dangers, points

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF ALUMINIUM MENAGER PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits certifiés 4.2.

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE Rapport sommaire de l audit pour les sociétés de transport de cyanure Pour le Code international de gestion du cyanure www.cyanidecode.org Juin 2012 Le Code

Plus en détail

QUALIPOL. La qualité de membre de l U.P.D.S. n est pas exigée pour l attribution du label «QUALIPOL».

QUALIPOL. La qualité de membre de l U.P.D.S. n est pas exigée pour l attribution du label «QUALIPOL». QUALIPOL PRESENTATION La labellisation «QUALIPOL» a pour but de distinguer les prestataires de services en dépollution des sols et de la ressource en eau par l assurance qu ils possèdent les éléments d

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

MAITRISE DES DOCUMENTS QUALITE

MAITRISE DES DOCUMENTS QUALITE MAITRISE DES DOCUMENTS QUALITE Procédure Historique Version Date Nature de la modification 01 07/02/02 Création 02 03/02/03 03 19/11/03 04 20/06/05 1. Changement de codification de la présente procédure

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU DES MATERIAUX DESTINES AU BATIMENT TUBES ET RACCORDS PVC FILMS PVC SUPPORTS TEXTILES REVETUS PLAFONDS PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES

Plus en détail

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001.

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. MISE EN PLACE D'UN SYSTEME QUALITE ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001. Public : Objectif : Direction Membres du comité de direction - Responsable de service Responsables qualité Ensemble du personnel

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

PROCEDURE EQUIVALENCE DE CERTAINS REFERENTIELS D'AUDIT AVEC LES GUIDES D'AUTOCONTROLE

PROCEDURE EQUIVALENCE DE CERTAINS REFERENTIELS D'AUDIT AVEC LES GUIDES D'AUTOCONTROLE Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire 2014/767/PCCB PROCEDURE EQUIVALENCE DE CERTAINS REFERENTIELS D'AUDIT AVEC LES GUIDES D'AUTOCONTROLE Version 1 dd 8-07-14 Date de mise en application

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2 ACTIVITES ET LIVRABLES...

Plus en détail

GUIDE D AUDIT - LABOROUTE

GUIDE D AUDIT - LABOROUTE GUIDE D AUDIT - LABOROUTE Tableau de validation du document Rédigé par Approuvé par Géré par Nom Eric BLANC Thierry KRETZ Fonction Responsable qualité Président du Comité Opérationnel Eric BLANC Responsable

Plus en détail

Référentiel certification de service SSP demi-journée d information : passage révision 0 à 1

Référentiel certification de service SSP demi-journée d information : passage révision 0 à 1 Prestations de services relatives aux sites et sols pollués 1 Référentiel certification de service SSP demi-journée d information : passage révision 0 à 1 Pour les titulaires et les demandeurs de la certification

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

Audits internes. OMS/EDQM - Rabat, 27-28 Novembre 2007. Olivier Detongre IPH - Belgium

Audits internes. OMS/EDQM - Rabat, 27-28 Novembre 2007. Olivier Detongre IPH - Belgium 1 Audits internes Olivier Detongre IPH - Belgium OMS/EDQM - Rabat, 27-28 Novembre 2007 FEDERAL PUBLIC SERVICE (FPS) HEALH, FOOD CHAIN SECURITY AND ENVIRONMENT 2 1. Exigences des Normes Norme ISO 17025

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Le CNA a diligenté un audit de sécurité du système de facturation des cliniques et de transmission à l Assurance Maladie,

Plus en détail

Processus de l Auditl

Processus de l Auditl LNCPP / CECOMED Processus de l Auditl Système de Management Plan Act Do Check Cette figure illustre l application l du cycle P-D-C-A: P (Planifier Faire Vérifier Agir) Termes et DéfinitionsD Audit: Processus

Plus en détail

LIVRET SERVICE. Services en ligne Microsoft for Cegid

LIVRET SERVICE. Services en ligne Microsoft for Cegid LIVRET SERVICE Services en ligne Microsoft for Cegid LS-Services en ligne Microsoft for Cegid-10/2015 PREAMBULE LIVRET SERVICE SERVICES EN LIGNE MICROSOFT FOR CEGID Le Service en ligne Microsoft for Cegid

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification EN 9100 V 2003 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification EN 9100 V 2003 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification EN 9100 V 2003 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIFS... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2 ACTIVITES ET

Plus en détail

Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification

Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification 1. Objet Le présent document définit les règles d instruction des demandes faites par des

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

Management de la qualité Page: 1 de 5

Management de la qualité Page: 1 de 5 Management de la qualité Numéro: PR_MNG_SMQ_5 Page: 1 de 5 Validité du: 01.01.2011 PROCEDURE DE TRAITEMENT DES RECLMATIONS CLIENTS ET T.U.V.M Sarl Elaboré par: KBD Validé par: TK 1. But et référence normative

Plus en détail

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 Traçabilité des modifications Date Version Objet 13/04/2007 A Création du document. 18/05/2007 B Prise en compte des propositions d améliorations

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA Organisation de l aviation civile internationale NOTE D INFORMATION HLSC/15-IP/27 26/1/15 Anglais et français seulement 1 DEUXIÈME CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÉCURITÉ (HLSC 2015) PLANIFIER L AMÉLIORATION

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

CENTRE REGIONAL EUROPE DE LA FEDERATION INTERNATIONALE DES TRADUCTEURS

CENTRE REGIONAL EUROPE DE LA FEDERATION INTERNATIONALE DES TRADUCTEURS Recommandations sur les critères de contrôle de la conformité et de la certification selon EN 15038 (La numérotation des paragraphes ci-dessous suit celle de la norme) Remarque : à la lumière de l expérience

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999)

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) NIMP n 10 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) Produit par le Secrétariat

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Direction des Services Techniques Service des marchés publics 83316 GRIMAUD Tél: 0494556913 FOURNITURE DE GAZ INDUSTRIEL ET MENAGER Date et heure limites

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation DEPARTEMENT de la MOSELLE Commune de SCY-CHAZELLES 03 87 60 07 14-03 87 60 18 33 mairie@mairie-scy-chazelles.fr Marché public de fournitures courantes et services Fourniture de Gaz Naturel pour les bâtiments

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU OU METTANT EN COMMUN DES MOYENS GEN PROC 10 Révision 03 CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU

Plus en détail

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Offices de Tourisme de France a délégation du Ministère pour l attribution de la marque

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Commune d Arzon Direction Administration Générale Tél: 0297534460 FOURNITURE DE BUREAU ET CONSOMMABLE Date et heure limites de réception des offres

Plus en détail

Rédigé par : Vérifié par : Validé par : 04/02/2015 Vicky Lefevre (sé), directeur

Rédigé par : Vérifié par : Validé par : 04/02/2015 Vicky Lefevre (sé), directeur SPECIFICATION TECHNIQUE POUR LA DETERMINATION DU NOMBRE D HOMMES JOURS ET DE LA FREQUENCE DES AUDITS DANS LE CADRE DES VALIDATIONS DE SYSTEMES D AUTOCONTROLE Rédigé par : Vérifié par : Validé par : 03/02/2015

Plus en détail

MODALITES DE COOPERATION ENTRE BELAC ET LES ORGANISMES ACCREDITES

MODALITES DE COOPERATION ENTRE BELAC ET LES ORGANISMES ACCREDITES BELAC 3-06 Rev 4-2012 MODALITES DE COOPERATION ENTRE BELAC ET LES ORGANISMES ACCREDITES Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC

Plus en détail

EIOPA-BoS-12/069 FR. Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance

EIOPA-BoS-12/069 FR. Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance EIOPA-BoS-12/069 FR Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance 1/7 1. Orientations Introduction 1. Conformément à l article 16 du règlement instituant l EIOPA 1 (European

Plus en détail

Version révisée n 3. Mars 2009. Remplace la version d octobre 2005

Version révisée n 3. Mars 2009. Remplace la version d octobre 2005 Bonnes Pratiques de Fabrication des Encres utilisées sur la face non en contact des aliments des emballages de denrées alimentaires et d articles destinés au contact des aliments Version révisée n 3 Remplace

Plus en détail

Conditions Particulières de Certification

Conditions Particulières de Certification Conditions Particulières de Certification RENOVATION ENERGETIQUE Page 1 sur 4 1. Objet et domaine d application du document Le présent document a pour objectif de définir les exigences spécifiques du processus

Plus en détail

OBJECTIFS et PROGRAMME. Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement. Contrat de Professionnalisation

OBJECTIFS et PROGRAMME. Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement. Contrat de Professionnalisation OBJECTIFS et PROGRAMME Formation Animateur/Coordinateur Qualité, Sécurité, Environnement Titre de niveau III enregistré au RNCP - arrêté publié au JO du 22/08/2012 497 heures Contrat de Professionnalisation

Plus en détail

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA SECURITE AU TRAVAIL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION OHSAS 18001.

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA SECURITE AU TRAVAIL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION OHSAS 18001. MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA SECURITE AU TRAVAIL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION OHSAS 18001. Public : Objectif : Direction Membres du comité de direction - Responsable de service Responsables

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE PROGRAMME MONDIAL ANTIDOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE DÉVELOPPANT DES BONNES PRATIQUES POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES

Plus en détail