Système de management H.A.C.C.P.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Système de management H.A.C.C.P."

Transcription

1 NM Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N du 21 Février 2003, publié au B.O N 5092 du 20 Mars Correspondance Annule et remplace la norme marocaine NM homologuée en Modifications Elaborée par le comité technique de normalisation des Systèmes de Management Editée et diffusée par le Service de Normalisation Industrielle Marocaine (SNIMA) SNIMA 2003

2 NM SOMMAIRE Page 0 INTRODUCTION DOMAINE D APPLICATION DEFINITIONS SYSTEME DE MANAGEMENT H.A.C.C.P RESPONSABILITE DE LA DIRECTION MISE EN PLACE DU SYSTEME H.A.C.C.P PROCESSUS D AMELIORATION ANNEXE ANNEXE BIBLIOGRAPHIE... 15

3 NM INTRODUCTION Les organismes qui produisent, traitent, manipulent, fournissent ou livrent des produits alimentaires doivent, compte tenu de la réglementation et des exigences des clients, prouver que le système de prévention et de gestion des risques liés à la sécurité des produits alimentaires est opérationnel. Ceci s applique également à leurs sous-traitants. La présente norme marocaine H.A.C.C.P. expose les éléments d un système qualité et sécurité des aliments basés sur les principes H.A.C.C.P. internationalement reconnus (Analyse des risques et maîtrise des points de contrôle critiques) et sur le Codex Alimentarius. Le principal objectif des principes est d aider les entreprises à se concentrer sur les étapes de la transformation et les conditions de production lesquelles sont essentielles pour la sécurité des produits alimentaires. En conséquence, les entreprises établissent, documentent et conservent un système H.A.C.C.P. afin de garantir que leurs produits ne causent pas de préjudice à l utilisateur/consommateur. Le système H.A.C.C.P. qui repose sur des bases scientifiques cohérentes, identifie les dangers, les évalue et met en place des moyens de maîtrise axés davantage sur la prévention que sur l analyse du produit fini. Tout système doit être capable d évoluer et de tenir compte des progrès accomplis. Le système H.A.C.C.P. doit être appliqué d un bout à l autre de la chaîne alimentaire, depuis le stade de la production primaire jusqu à celui de la consommation, et sa mise en application doit être guidée par des preuves scientifiques de risques pour la santé humaine. En plus d accroître le niveau de la sécurité des aliments, sa mise en place apporte d autres avantages : aider les autorités responsables de l évaluation, de la gestion et de la réglementation dans leurs tâches d inspection, favoriser le commerce international en renforçant la confiance des différents opérateurs sur le marché. Pour être appliquée avec succès, une politique de sécurité des aliments requiert l engagement sans réserve et la pleine participation du personnel et de la direction. Elle exige de plus une approche pluridisciplinaire devant comprendre, dans la mesure du possible, une expertise dans des domaines aussi variés que l agronomie, la santé vétérinaire, l environnement, la microbiologie, la chimie, les technologies alimentaires, l ingénierie... L application du système H.A.C.C.P. est compatible avec les systèmes de management de la qualité comme l ISO 9000 et l ISO Le concept de sécurité des aliments s applique également aux autres aspects de la qualité d un produit alimentaire comme la composante organoleptique par exemple. 1 DOMAINE D APPLICATION La présente norme expose les principales exigences du système H.A.C.C.P. permettant à chaque acteur de la chaîne alimentaire de définir sa politique et ses objectifs en matière de sécurité des produits alimentaires. C est une méthodologie orientée sur le renforcement de l innocuité des aliments. La présente norme est destinée à être utilisée pour la fabrication, la transformation, la manipulation et le conditionnement ou le développement de produit alimentaire. Elle peut, en outre, être appliquée par tous les secteurs de l industrie agro-alimentaire y compris au niveau des intermédiaires, des distributeurs et sociétés de transport. Sont également concernés les fournisseurs d emballage, d équipements et de matières premières.

4 NM DEFINITIONS a. Maîtriser : Prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir et maintenir la conformité par rapport aux critères définis par le plan H.A.C.C.P. b. Mesures de maîtrise : Toute intervention et activité à laquelle on peut avoir recours pour prévenir ou éliminer un danger qui menace la sécurité de l aliment ou pour le ramener à un niveau acceptable. c. Point critique pour la maîtrise (CCP) : Il s agit d un point, d une procédure, d une opération, d une pratique ou étape dans la chaîne alimentaire, où un danger peut-être évité, réduit, ou éliminé par un action de maîtrise appropriée. d. Seuil critique : Une valeur/un critère qui différencie l acceptabilité de la non-acceptabilité. e. Arbre décisionnel : Une série de questions qui peuvent s appliquer à chaque étape de la fabrication pour un danger identifié inhérent à cette étape afin d identifier à quel moment du processus le risque en question peut être maîtrisé - Point critique pour la maîtrise (CCP) - voir l annexe 1. f. Diagramme : Une représentation systématique de la séquence des étapes ou opérations utilisées dans un processus de production, de conditionnement, ou de vente d un produit donné. g. Sécurité des aliments : Assurance que les aliments sont sans danger pour le consommateur quand ils sont préparés et ou consommés conformément à l usage auquel ils sont destinés. h. Salubrité des aliments : Assurance que les aliments sont acceptables pour la consommation humaine conformément à l usage auquel ils sont destinés. i. H.A.C.C.P. (Hazard Analysis Critical Control Point): Analyse des risques et points critiques pour la maîtrise. Système qui définit, évalue et maîtrise les dangers qui menacent la sécurité des aliments. j. Audit H.A.C.C.P. : Un examen systématique en vue de déterminer si les activités du système H.A.C.C.P. et les résultats obtenus sont conformes aux dispositions préétablies et si ces dispositions sont efficacement mises en oeuvre et sont aptes à atteindre les objectifs. k. Surveillance : Une série programmée d observations et/ou de mesures destinées à suivre les procédés, les conditions d exécution ou les produits, à enregistrer et à analyser les résultats par rapport aux critères afin de s assurer que les exigences spécifiées pour la maîtrise des points critiques sont effectivement remplies. l. Plan H.A.C.C.P. : Un document ou ensemble de documents écrits énonçant la séquence des activités et les procédures formelles, préparé conformément aux principes H.A.C.C.P. afin de garantir la maîtrise des risques inhérents au produit dans le champ d application du système H.A.C.C.P..

5 NM Ce plan, établi par l équipe H.A.C.C.P., est constitué notamment : du diagramme de fabrication, du tableau de maîtrise H.A.C.C.P., de tout autre document d aide nécessaire, et éventuellement d une description de la séquence d activités, du produit, des détails d enregistrement et des procédures de vérification. m. Validation : Obtention de la preuve objective que les éléments du plan H.A.C.C.P. sont efficaces. n. Vérification : Une vérification systématique impliquant des méthodes d audit, procédures, tests et autres évaluations en plus de la surveillance H.A.C.C.P. afin de déterminer la conformité avec le plan H.A.C.C.P. o. Danger : Un agent biologique, chimique ou physique contenu ou lié à l aliment qui peut potentiellement avoir un effet néfaste sur la santé. p. Risque : Danger (physiques, chimiques ou biologiques) susceptibles de se produire, probabilité d'apparition des dangers. q. Analyse du risque : Le processus de collecte et d évaluation de l information sur les risques et conditions de leur présence afin de décider lesquels ont un rapport avec la sécurité des aliments et doivent en conséquence être abordés dans le plan H.A.C.C.P. r. Matières premières : Matières utilisées dans la fabrication d un produit. Dans le cadre de la présente norme, sont incluses les matières utilisées pour la transformation des produits alimentaires ainsi que les matières en contact direct avec l aliment. Les matières premières comprennent les ingrédients, les additifs, les produits intermédiaires et les emballages. s. Risques à prendre en considération : Les risques potentiels qu il convient de maîtriser suite à l analyse des risques. t. Mesure corrective : Toute mesure prise lorsque les résultats de la surveillance dépassent les limites critiques. u. Les sept principes de l H.A.C.C.P. : a) Procéder à une analyse des risques, b) Déterminer les points critiques pour leur maîtrise (CCP), c) Fixer le ou les seuil(s) critique(s), d) Mettre en place un système de surveillance permettant de maîtriser les CCP, e) Déterminer les mesures correctives à prendre lorsque la surveillance révèle qu un CCP donné n est pas maîtrisé, f) Appliquer des procédures de vérification afin de confirmer que le système H.A.C.C.P. fonctionne efficacement, g) Constituer un dossier dans lequel figureront toutes les procédures et tous les relevés concernant ces principes et leur mise en application.

6 NM SYSTEME DE MANAGEMENT H.A.C.C.P. 3.1 Exigences Générales L organisme doit établir, documenter et maintenir un système H.A.C.C.P. afin de garantir que tous les dangers potentiels connus dans le champ d application de l H.A.C.C.P. sont identifiés et que tous les risques pertinents sont maîtrisés de manière à ce que les produits de l organisme ne causent pas de préjudice à la santé de l utilisateur/consommateur. L entreprise doit établir et conserver la documentation selon laquelle le système H.A.C.C.P. est mis en oeuvre conformément aux conditions requises par la présente norme. Lorsqu une société intègre le système H.A.C.C.P. dans un système existant, le rapport entre les systèmes doit être décrit. 3.2 Manuel H.A.C.C.P. L organisme doit établir et tenir à jour un manuel H.A.C.C.P. qui comprend : - Le domaine d application du système de management H.A.C.C.P, - Les procédures documentées établies pour le système de management H.A.C.C.P. ou la référence à celle-ci, - Une description des interactions entre les processus dans le diagramme, - Un plan H.A.C.C.P. relatif à chaque produit ou sa référence. 3.3 Procédures L entreprise doit établir des procédures documentées afin de garantir la cohérence et la conformité par rapport aux conditions requises par le présent référentiel et la politique adoptée par l organisme en matière de sécurité des aliments. Les procédures doivent également garantir que l organisme reçoit les informations nécessaires sur les conditions en matières de sécurité des aliments, y compris les exigences liées à la réglementation. 3.4 Plan H.A.C.C.P. L entreprise doit établir un plan H.A.C.C.P. spécifiant: - les risques à prendre en considération; - l endroit où ces risques peuvent être contrôlés (points de contrôle critiques (CCP)); - les limites critiques à respecter pour les paramètres critiques de contrôle sélectionnés; - les méthodes de surveillance à adopter; - les mesures correctives à prendre si la surveillance montre qu un point de contrôle critique (CCP) n est pas maîtrisé; - le responsable de la surveillance et du contrôle de chaque point de contrôle critique (CCP); - les procédures supplémentaires. qui viendront soutenir le plan H.A.C.C.P.; - le contrôle. 3.5 Maîtrise des documents Les documents requis pour le système H.A.C.C.P. doivent être maîtrisés. Les enregistrements sont des documents particuliers qui doivent être maîtrisés conformément aux exigences du paragraphe 3.6. Une procédure documentée doit être établie pour :

7 NM Approuver les documents quant à leur adéquation avant diffusion, - Revoir, mettre à jour si nécessaire et approuver de nouveau les documents, - Assurer que les modifications et le statut de la version en vigueur des documents sont identifiés, - Assurer la disponibilité sur les lieux d utilisation des versions pertinentes des documents applicables, - Assurer que les documents restent lisibles et facilement identifiables, - Assurer que les documents d origine extérieure sont identifiés et que leur diffusion est maîtrisée, - Empêcher toute utilisation non intentionnelle de documents périmés, et les identifier de manière adéquate s ils sont conservés dans un but quelconque. 3.6 Maîtrise des enregistrements Les enregistrements relatifs à la sécurité des aliments doivent être établis et conservés pour apporter la preuve de la conformité aux exigences de la présente norme et du fonctionnement efficace du système de management H.A.C.C.P.. Les enregistrements doivent rester lisibles, faciles à identifier et accessibles. Une procédure documentée doit être établie pour assurer l identification, le stockage, la protection, l accessibilité, la durée de conservation et l élimination des enregistrements. 4 RESPONSABILITE DE LA DIRECTION 4.1 Politique et engagement en matière de sécurité alimentaire La direction de l organisme doit, dans le cadre de ses responsabilités décisionnelles, définir et documenter la politique et l engagement choisis en matière d identification, d évaluation et de maîtrise des risques liés à la sécurité des aliments. La direction doit : a) définir le champ d application du système H.A.C.C.P.. Le champ d application doit spécifier les catégories du ou des produits et des sites de production couverts par le système; b) garantir que la politique est adaptée et correspond aux objectifs commerciaux de l organisme ainsi qu aux exigences des consommateurs, des autorités et de l organisme lui-même en matière de sécurité des aliments; c) garantir que la politique en matière de sécurité des aliments est comprise, mise en œuvre et maintenue à tous les niveaux de l organisation. 4.2 Organisation et ressources Ressources La direction de l organisme doit fournir les ressources appropriées au vu de la mise en œuvre et du contrôle du système H.A.C.C.P L équipe H.A.C.C.P. Une équipe multidisciplinaire doit être mise en place afin de développer, d établir, de maintenir et de réviser le système H.A.C.C.P.. L équipe H.A.C.C.P. doit avoir l expérience et connaître les produits de l organisme, ses procédés et les risques dans leur champ d application. Une documentation doit être constituée à cet effet. Lorsqu il est nécessaire de faire appel à des experts externes du système H.A.C.C.P., un contrat doit être stipulé afin de documenter la responsabilité et l autorité des experts en question par rapport au système H.A.C.C.P Chef d équipe H.A.C.C.P.

8 NM La direction de l organisme doit nommer un chef d équipe H.A.C.C.P. qui aura la responsabilité et l autorité pour : a) garantir que le système H.A.C.C.P. est établi, mis en œuvre et maintenu conformément à la présente norme; b) faire le compte rendu de l efficacité et de l adéquation du système H.A.C.C.P. auprès de la direction de l organisme au vu d une révision et dans un souci d amélioration du système H.A.C.C.P.; c) organiser le travail de l équipe H.A.C.C.P Responsabilité et autorité Les tâches, la responsabilité et l autorité doivent être définies, documentées et communiquées afin de garantir le fonctionnement efficace du système H.A.C.C.P. Le personnel en place (ayant une incidence sur le système H.A.C.C.P.) doit avoir des responsabilités et une autorité définies afin de : a) identifier et noter tout problème concernant les produits, les procédés et le système H.A.C.C.P. ; b) mettre en œuvre les mesures correctives et contrôler les produits non conformes jusqu à ce que la défectuosité ou la condition insatisfaisante concernant la sécurité des aliments soit corrigée ; c) mettre en œuvre des actions préventives afin d empêcher la présence de non-conformités du produit, du procédé et du système H.A.C.C.P Revue de direction La direction de l organisme doit, dans le cadre de sa responsabilité décisionnelle, revoir l adéquation et l efficacité permanente du système H.A.C.C.P. à des intervalles réguliers afin de satisfaire les exigences des consommateurs et autorités et de satisfaire la politique de sécurité des aliments mise en place par l organisme. Les données d entrée nécessaires à la revue de direction sont les suivantes : les résultats des audits internes (voir le 6.4), les actions préventives et correctives et leur état d avancement, les actions issues de la dernière revue de direction, les changements survenus dans le système H.A.C.C.P., les recommandations d amélioration. Au terme de la réunion, la direction doit établir des actions (données de sortie) relatives : à l amélioration de l efficacité du système H.A.C.C.P. et de ses processus, à l amélioration de la salubrité du produit, aux besoins en ressources. Les enregistrements de ces revues doivent être conservés (voir 3.6). 4.4 Communication interne L organisme doit établir et documenter les procédures garantissant que l équipe H.A.C.C.P. est tenue informée des éléments suivants: - Nouveaux produits; - Modifications au niveau des matières premières et/ou des produits/services; - Modifications au niveau des systèmes de production/de l équipement; - Modifications au niveau des locaux de production, de l emplacement des équipements, du milieu environnant; - Modifications au niveau des programmes de nettoyage et de désinfection; - Modifications au niveau de l emballage, du stockage et des systèmes de distribution; - Modifications du niveau de qualification du personnel et/ou de l attribution des responsabilités;

9 NM Modifications anticipées de l utilisation du consommateur et des groupes de consommateurs; - Enquêtes externes effectuées auprès des parties concernées et/ou plaintes faisant apparaître des risques liés à la santé associés au produit; - Exigences en matière de dispositions légales; - Consommateur, secteur ou autres conditions requises que l organisme a entrepris d observer; - Autres conditions/modifications ayant un impact sur la sécurité des aliments. L équipe H.A.C.C.P. doit garantir que les enregistrements adéquats sont conservés. 5 MISE EN PLACE DU SYSTEME H.A.C.C.P L équipe H.A.C.C.P., sous la responsabilité de son chef d'équipe, travaille à la mise en place du système H.A.C.C.P. (prévention et gestion des risques alimentaires) lequel repose sur les 7 principes présentés dans le chapitre 2 et qui comporte les phases suivantes : 5.1 Descriptions du produit Les descriptions des matières premières doivent être disponibles. Les renseignements relatifs aux éléments suivants doivent être intégrés lorsqu ils sont liés à l évaluation des risques: - caractéristiques chimiques, biologiques et physiques; - origine; - méthode de livraison, conditions d emballage et de stockage; - préparation avant utilisation. Les descriptions de chaque produit, catégorie de produit doivent être disponibles. Les renseignements relatifs aux éléments suivants doivent être intégrés lorsqu ils sont liés à l évaluation des risques : - matières premières utilisées; - caractéristiques chimiques, biologiques et physiques; - conditions de stockage et de distribution. Les descriptions des produits doivent être suffisamment précises afin de permettre à l équipe H.A.C.C.P. d identifier les risques inhérents à ces produits. 5.2 Identification de l utilisation prévue du produit Les utilisateurs et consommateurs potentiels doivent être identifiés pour chaque produit et catégorie de produit. Les groupes de consommateurs reconnus comme étant particulièrement vulnérables doivent être spécifiés. L utilisation prévue en ce qui concerne le stockage, la préparation, s il y a lieu, et l entretien doit être décrite. Afin de garantir la sécurité optimale du consommateur, la manipulation et l utilisation fortuite du produit doivent être prises en considération par la stipulation des instructions de préparation et un étiquetage caractéristique du produit. 5.3 Diagramme

10 NM Les diagrammes doivent être prévus pour tous les produits et catégories de produits concernés par le champ d application du système H.A.C.C.P.. Le diagramme doit être constitué des éléments suivants: - l ordre de toutes les étapes dans le processus de fabrication; - le moment où les matières premières et les produits intermédiaires intègrent la chaîne (y compris le travail en sous-traitance); - l endroit où le retraitement et le recyclage ont lieu; - l endroit où les produits intermédiaires, les produits dérivés et déchets sont enlevés. Les diagrammes prennent en compte l approche processus (flux des matières premières, des produits intermédiaires et des produits finis, personnel, etc...) et sont vérifiés sur site. Les diagrammes et schémas doivent être suffisamment clairs et précis pour permettre l identification des risques potentiels. 5.4 Identification des dangers (principe 1) Tous les dangers potentiels susceptibles de se produire dans le champ d application du système H.A.C.C.P. doivent être identifiés, enregistrés et évalués en fonction de leur degré de sévérité et de la probabilité de leur apparition. Cette évaluation doit être documentée. Sur la base de cette évaluation, les risques pertinents nécessitant un contrôle sont identifiés par rapport à la politique en matière de sécurité des aliments en place dans l organisme. L identification doit être basée sur les conditions décrites dans les paragraphes 5.1 à 5.3. Les risques pertinents doivent être évalués en fonction de la probabilité de leur apparition, de leur persistance et/ou reproduction pour chacune des étapes de la fabrication. 5.5 Mise en place des mesures de maîtrise Les mesures de maîtrise doivent être définies pour chaque danger inhérent au produit. Les mesures de maîtrise sont liées aux exigences en matière d hygiène et doivent empêcher ou éliminer le risque ou le réduire à un niveau acceptable. Si aucune méthode appropriée n est disponible pour empêcher ou éliminer le risque, ou pour le réduire à un niveau acceptable, le procédé ou produit doit être modifié. 5.6 Points critiques pour la maîtrise (CCP) (principe 2) Tous les dangers doivent être maîtrisés par des mesures de contrôle établies sur un ou plusieurs CCP. Une documentation précisant que les CCP ont été établis en utilisant une méthode systématique, telle que l arbre décisionnel par ex. (voir annexe B), doit être disponible pour tous les dangers à prendre en considération. Pour chaque CCP, des paramètres de surveillance adaptés, montrant clairement que les mesures de contrôle ont l effet prévu, doivent être sélectionnés. 5.7 Limites critiques pour chaque CCP (principe 3)

11 NM Les limites critiques doivent être définies pour les paramètres de surveillance choisis pour chaque CCP. Il doit être possible de démontrer que les limites critiques sélectionnées permettront de réduire, d empêcher ou de supprimer le danger. Les limites critiques fondées sur des données subjectives telles que l inspection visuelle du produit, du procédé, du traitement, etc. doivent être accompagnées d instructions ou de spécifications et/ou d une formation. Les limites critiques doivent être approuvées par les membres compétents de l équipe H.A.C.C.P Système de surveillance pour chaque CCP (principe 4) Un système de surveillance doit être établi pour chaque CCP. Le processus de surveillance doit se composer d une série de mesures/observations afin de vérifier si le CCP est maîtrisé. Le système de surveillance avec les instructions de surveillance nécessaires doit être composé des éléments suivants: - méthode de surveillance; - fréquence de la surveillance; - personnel responsable de la surveillance; - personnel responsable de l évaluation du résultat de la surveillance; - indication de l endroit où le résultat de la surveillance est enregistré/documenté. Les méthodes de surveillance et la fréquence doivent permettre d identifier à temps toute nonconformité par rapport aux limites critiques pour que le produit soit isolé avant son utilisation/consommation. Les résultats de la surveillance doivent être évalués par un personnel autorisé pour la mise en œuvre des mesures correctives. Les résultats de la surveillance doivent être signés par le personnel responsable des activités de surveillance et par le personnel chargé de l évaluation des résultats de la surveillance. Des moyens de documentation alternatifs peuvent également être utilisés afin d identifier le personnel qui effectue l évaluation et la surveillance. 5.9 Mesures correctives pour chaque CCP (principe 5) Pour chaque CCP, des mesures correctives spécifiques et documentées doivent être définies pour leur mise en application lorsque le résultat de la surveillance montre que le point de contrôle critique dépasse des limites critiques. Les mesures correctives doivent garantir que le CCP est de nouveau maîtrisé, et que les produits obtenus alors que le point de contrôle critique n était pas maîtrisé sont traités conformément aux procédures établies pour le contrôle des produits non-conformes. Les mesures correctives adoptées doivent être documentées. 6 PROCESSUS D AMELIORATION Sur la base des résultats obtenus, d informations nouvelles, de changement de formules ou d une évolution dans les objectifs de la politique H.A.C.C.P. de l entreprise, l équipe H.A.C.C.P. met régulièrement à jour le système H.A.C.C.P. et conserve tous les enregistrements relatifs à cette réactualisation. 6.1 Maîtrise d un produit non-conforme

12 NM Les procédures documentées doivent être établies afin de garantir que les produits manufacturés lorsque le point de contrôle critique (CCP) dépasse les limites critiques ne seront pas utilisés ou consommés fortuitement. 6.2 Notification et retrait Dans la perspective où les produits après livraison s avèrent présentant un risque pour la sécurité des aliments, l organisme doit établir mettre en œuvre et conserver les procédures documentées pour la notification aux parties concernées (autorités/clients/consommateurs) et/ou le rappel de produits. Lors de l établissement des procédures, il faut prendre en considération le degré de précision concernant la traçabilité en phase de production et après la livraison. 6.3 Maîtrise des équipements de mesure et des méthodes Les équipements utilisés dans la surveillance des CCP et en relation avec les activités de validation doivent être contrôlés par rapport aux normes reconnues et valables au niveau national et international. Doivent être déterminées les activités de surveillance et de mesure à entreprendre et les dispositifs de surveillance et de mesure nécessaires pour apporter la preuve de la conformité du produit aux exigences déterminées. L organisme doit établir des processus pour assurer que les activités de surveillance et de mesure peuvent être effectuées et sont effectuées de manière cohérente par rapport aux exigences de surveillance et de mesure. Lorsqu il est nécessaire d assurer des résultats valables, les équipements de mesure doivent être : - étalonnés ou vérifiés à intervalles spécifiés ou avant leur utilisation, par rapport à de étalons de mesure reliés à des étalons internationaux ou nationaux (lorsque ces étalons n existent pas, la référence utilisée pour l étalonnage doit faire l objet d un enregistrement), - réglés ou réglés de nouveau autant que nécessaire, - identifiés afin de pouvoir déterminer la validité de l étalonnage, - protégés contre les réglages susceptibles d invalider le résultat de la mesure, - protégés contre tous dommages et détériorations au cours de leur manutention, maintenance et stockage. Les méthodes utilisées en relation avec les CCP et la validation doivent être adaptées, et la capacité de reproduction et de répétition des résultats doit être garantie. L organisme doit établir et conserver les procédures documentées pour l'étalonnage et les enregistrements (voir paragraphe 3.6.). La documentation relative à la fiabilité des résultats de l analyse doit être disponible. 6.4 Vérification et validation du système H.A.C.C.P. (principe 6) L organisme doit établir et conserver des procédures documentées pour la planification et la réalisation de vérifications périodiques afin de déterminer si le système H.A.C.C.P. est respecté conformément au plan H.A.C.C.P.. Les activités de vérification doivent inclure : - un audit H.A.C.C.P., planifié à intervalle régulier, afin de vérifier si l étude H.A.C.C.P. et le plan H.A.C.C.P. ont été réalisés conformément aux dispositions du présent référentiel, et si le système H.A.C.C.P. est mis en œuvre; - la validation, afin de vérifier que tous les éléments du plan H.A.C.C.P. sont appropriés et adaptés par rapport aux risques inhérents aux produits. Les vérifications doivent être planifiées sur la base de l état et de l importance des activités et doivent être effectuées par un personnel qualifié. Les résultats de la vérification doivent être enregistrés.

13 NM ANNEXE 1 ARBRE DE DECISION Appliquer l arbre de décision H.A.C.C.P. à chaque étape avec le(s) danger(s) identifié(s) (répondre aux questions à la suite) Q1 Oui Existe t-il une (des) mesure(s) préventive(s) Non Modifier l étape, la priorité ou le produit La maîtrise à cette étape Oui est-elle destinée à assurer l innocuité? Non Pas un CCP ARRET 1 Q2 Q3 Q4 L étape est-elle spécifiquement conçue pour éliminer ou réduire la probabilité d apparition d un risque à un niveau acceptable Non La contamination avec un (des) risque(s) identifié(s) survient au-delà du (des) niveau(x) acceptable(s) ou ceux-ci peuvent-ils augmenter jusqu à un (des) niveau(x) inacceptable(s)? Oui Non Pas un CCP ARRET 1 Une étape ultérieur pourra-t-elle éliminer le(s) risque(s) identifié(s) ou réduire la probabilité d apparition à un niveau acceptable? Oui Oui Non Point critique de contrôle Pas un CCP ARRET Passer au danger identifié suivant dans le processus décrit.

14 NM ANNNEXE 2 DIAGRAMME SEQUENCE LOGIQUE D APPLICATION DU SYSTEME H.A.C.C.P. 1. Constituer l'équipe H.A.C.C.P. 2. Décrire le produit 3. Déterminer son utilisation prévue 4. Etablir un diagramme des opérations 5. Vérifier sur place le diagramme des opérations 6. Enumérer tous les dangers potentiels Effectuer une analyse des risques Définir les mesures de maîtrise Voir diagramme 7. Déterminer les CCP d'arbre décisionnel 8. Fixer un seuil critique pour chaque CCP 9. Mettre en place un système de surveillance pour chaque CCP 10. Prendre des mesures correctives pour rectifier les écarts éventuels 11. Appliquer des procédures de vérification 12. Tenir des registres et constituer un dossier

15 NM BIBLIOGRAPHIE CAC/RCP (révision n 3 en 1997), Amendement 1999 : «Code d usages international recommandé - Principes généraux d hygiène alimentaire» du Codex Alimentarius. DIRECTIVE EUROPEENNE 93/43 : relative à l hygiène des denrées alimentaires. ISO : «Système de management de la qualité - Exigences»

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 Page 1 www.halal-institute.org Le système HACCP 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 HACCP = Hazard Analysis Critical Control Point (analyse des dangers

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

CRITT Réunion. CRITT Réunion - CCI Réunion - Novembre 2007. La démarche HACCP. CRITT Réunion. Intervenant : Nathalie DANIEL

CRITT Réunion. CRITT Réunion - CCI Réunion - Novembre 2007. La démarche HACCP. CRITT Réunion. Intervenant : Nathalie DANIEL La démarche HACCP CRITT Réunion Intervenant : Nathalie DANIEL H.A.C.C.P.? Hazard Analysis Critical Control Point Analyse des dangers et Points critiques pour leur maîtrise Système qui défini, évalue et

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

HACCP Évolutions réglementaires et normatives

HACCP Évolutions réglementaires et normatives MADRPM / CEPR Rabat 30 octobre 2007 HACCP Évolutions réglementaires et normatives Une logique de maîtrise But : maîtrise de la sécurité sanitaire des aliments Système HACCP : «Analyse des dangers, points

Plus en détail

Aperçu général IFS BRC

Aperçu général IFS BRC Aperçu général IFS BRC Il existe de très nombreux référentiels pour la maîtrise de la sécurité des denrées alimentaires DS3027 Aldi system Kraft food system ISO14001 EFSIS IFS Mc Donalds system AG9000

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc

Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc La version 2008 de la norme ISO/DIS 9001 (Draft International Standard) Plan Plan d élaboration de l ISO9001:2008 Objectifs Présentation

Plus en détail

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Sécurité Sanitaire des Aliments Saint-Pierre, le 19 novembre 2013 Olivier BOUTOU Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Faisons connaissance Missions au sein d AFNOR Animation de formation

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC Généralités 3 I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC La multiplicité des acceptations de la notion de Qualité est source de bien de malentendus et de réticences associées

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001 Quand le dernier arbre aura été abattu, Quand la dernière rivière aura été empoisonnée, Quand le dernier poisson aura été péché, Alors on saura que l argent ne se mange pas. Géronimo, chef apache SYSTEMES

Plus en détail

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Relation avec d autres normes de Management de la Qualité Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 Histoire de l ISO/IEC

Plus en détail

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004)

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à destination des fournisseurs QSL (Contrat

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY BIO CR

LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY BIO CR LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY 1 LES SPECIFICITES DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE ISO 15189 ACCREDITATION CERTIFICATION ACCREDITATION AGREMENT RECONNAISSANCE DE LA CONFORMITE

Plus en détail

GRILLE D AUDIT SYSTÈME QUALITÉ 17025

GRILLE D AUDIT SYSTÈME QUALITÉ 17025 Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse environnementale Programme d accréditation des laboratoires d analyse agricole GRILLE D AUDIT

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 2

Tremplins de la Qualité. Tome 2 Tome 2 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANTPROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire

ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire Par : EL ATYQY Mohamed, Ingénieur I.A.A www.azaquar.com Sommaire : 1. INTRODUCTION...2 2. Genèse de la norme ISO 22000...2 3. PRINCIPES DE

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine

Ecole nationale supérieure du tourisme. La méthode HACCP. Module : nutrition. Etudiante : ABOUTITE Yasmine Ecole nationale supérieure du tourisme La méthode HACCP Module : nutrition Etudiante : ABOUTITE Yasmine 2009 Sommaire : I/ définition de l abréviation HACCP II/ la signification du HACCP III/ l historique

Plus en détail

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010 Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud HACCP : Un système de management de la sécurité alimentaire HACCP : un système pour le management de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application»

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 4 1.1. Généralités... 4 1.2. Domaine d application...

Plus en détail

IRIS International Railway Industry Standard

IRIS International Railway Industry Standard Français Addendum 19 Juin 2008 IRIS International Railway Industry Standard Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

COMPARAISON DES DEUX NORMES ISO 9001 (version 2008-version 2015).

COMPARAISON DES DEUX NORMES ISO 9001 (version 2008-version 2015). COMPARAISON DES DEUX NORMES ISO 9001 (version 2008-version 2015). PRINCIPAUX POINTS D EVOLUTION DE LA NORME ISO9001-version 2015 LE TUTOUR Mathieu LAVRAT Elodie VANLERBERGHE Cléa CASTAGNERA Adrian MASTER

Plus en détail

CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT

CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT Introduction Un moyen de se doter d un système de contrôle interne efficace et performant réside dans la mise en place d un système de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009) Public Works and Travaux publics et Government Services Services gouvernementaux Canada Canada Canadian General Standards Board Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP

Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP Pour être admissibles aux postes d auditeurs du programme CanadaGAP, tous les nouveaux candidats ayant reçu la formation après le 1 er avril 2015 doivent remplir

Plus en détail

LA MAÎTRISE DE LA QUALITE PAR LES CABINETS D AUDIT

LA MAÎTRISE DE LA QUALITE PAR LES CABINETS D AUDIT LA MAÎTRISE DE LA QUALITE PAR LES CABINETS D AUDIT par Janin AUDAS et Brigitte GUILLEBERT Associés de 01 AUDIT ASSISTANCE Novembre 2011 Tout cabinet d audit doit gérer la qualité de ce qu il produit, c

Plus en détail

1 Pourquoi modifier l ISO 9001?

1 Pourquoi modifier l ISO 9001? 1 Pourquoi modifier l ISO 9001? 1.1 L examen systématique de la norme ISO 9001:2000 Chaque norme internationale fait l objet d un examen systématique en vue de déterminer s il convient de la confirmer,

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

Certification et Norme ISO 9001 : 2000

Certification et Norme ISO 9001 : 2000 Certification et Norme ISO 9001 : 2000 La certification concrètement Gestion documentaire Maîtrise des non-conformités Actions correctives et actions préventives Responsabilité de la direction Revue de

Plus en détail

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 Manuel* réf. : PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 RDT-ISC-0002-2014-Rév 0 3 NOTES DE DOCTRINE *Manuel = Manuel Qualité - PI = Procédure Interne - PE = Procédure Externe RÉDACTION VÉRIFICATION APPROBATION

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

Démarche qualité. Responsabilité individuelle

Démarche qualité. Responsabilité individuelle Démarche qualité Réussite collective Basée sur la Responsabilité individuelle Les prophètes Taylor (1919) L inspection doit garantir la conformité 2 Les prophètes W. A. Shewhart (1931) Le contrôle statistique

Plus en détail

C entre de F ormation C ontinue à D istance

C entre de F ormation C ontinue à D istance L action de formation proposée «La démarche HACCP au travers de l ISO 22 000» Cette formation-action est basée sur la mise en œuvre d un projet sur un système HACCP au travers de l ISO 22 000. Ce projet

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012 Page : 1 / 15 Rue Mabîme 77 4432 ALLEUR Belgique Tél. : +32 (0) 4 247 32 24 Fax : +32 (0) 4 427 18 82 e-mail : info@ansolive.com Site internet : www.ansolive.com Ce document est la propriété exclusive

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS

CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS 20/05/2005 CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS INSTRUCTIONS REF. ISP.10.IN.06 B Etabli par : Vérifié par : Approuvé par : Marie GREGOIRE Marie GREGOIRE Franck SAUVAGEOT Marie GREGOIRE En Rédaction Marie GREGOIRE

Plus en détail

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise La politique environnementale

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

Introduction à la norme ISO 27001. Eric Lachapelle

Introduction à la norme ISO 27001. Eric Lachapelle Introduction à la norme ISO 27001 Eric Lachapelle Introduction à ISO 27001 Contenu de la présentation 1. Famille ISO 27000 2. La norme ISO 27001 Implémentation 3. La certification 4. ISO 27001:2014? 2

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence Paris, le 10-03-2010 Le Plan Qualité et le montage de projet Corinne JUFFROY Ecole Conduite de Projet - Paris - 10 mars 2010

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION PRINCIPE Une bonne

Plus en détail

LA NORME ISO 9001:2008

LA NORME ISO 9001:2008 LA NORME ISO 9001:2008 Culture d entreprise (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg LA NORME ISO 9001:2008 Page 1 sur 11 Comprendre la norme ISO 9001 ne peut se faire

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Sensibilisation au management de la Qualité

Sensibilisation au management de la Qualité Sensibilisation au management de la Qualité Check Act Do Plan CTHT/CTCP 17 juin 2010 SMQ 1 OBJECTIFS : Connaître les principes du management de la Qualité Identifier les intérêts d une démarche Qualité

Plus en détail

FORMATION HYGIENE. (D après méthode HACCP) EN INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

FORMATION HYGIENE. (D après méthode HACCP) EN INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE 1. Objectif : Comprendre les enjeux de la maîtrise de l hygiène dans votre entreprise «Agroalimentaire» (Fabrication, conditionnement, logistique, ) Savoir identifier les risques spécifiques à votre activité

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27001 Deuxième édition 2013-10-01 Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences Information technology

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.2. Cer5f ISO 9001

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.2. Cer5f ISO 9001 Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations Certification HAS Certification ISO 9001 Certification

Plus en détail

Exigences Qualité applicables aux fournisseurs

Exigences Qualité applicables aux fournisseurs Page 1 sur 7 OBJET : Ce document définit les exigences qualité applicables auxquelles doivent répondre les participants à la réalisation de produits (et services) à destination de Dimpex. Les indices des

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP)

Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP) 59 Chapitre 11 Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP) 11.1 PRINCIPES DE BASE DE L HACCP... 59 11.2 APPLICATION DES PRINCIPES HACCP À LA PURIFICATION DES MOLLUSQUES BIVALVES...

Plus en détail

EN «FOCUS» PROGRAMME D AUDIT DE CONFORMITÉ BUREAU DE LA QUALIFICATION DES RECYCLEURS

EN «FOCUS» PROGRAMME D AUDIT DE CONFORMITÉ BUREAU DE LA QUALIFICATION DES RECYCLEURS EN «FOCUS» PROGRAMME D AUDIT DE CONFORMITÉ BUREAU DE LA QUALIFICATION DES RECYCLEURS MARS 2014 Norme sur le recyclage des produits électroniques, article 8.1.5: Les recycleurs doivent maintenir un programme

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF 315 NF Petite Enfance PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Ind A Avril 2012

MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Ind A Avril 2012 MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Avril 2012 DIFFUSION INTERNE CONTROLEE Rédaction Valérie MINSENTI Responsable Management de la Qualité et de la Sécurité Date : 18/05/12 Visa

Plus en détail

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000.

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000. Manuel 1 Objectif Décrire brièvement l organisation du système mis en place à l ICEDD afin de démontrer le respect des exigences de la norme ISO 9001 : 2000. Accessoirement, cela peut faciliter la recherche

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Ind B Février 2014

MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Ind B Février 2014 MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA Février 2014 DIFFUSION INTERNE CONTROLEE Rédaction Valérie MINSENTI Responsable Management de la Qualité et de la Sécurité Date : 18/02/14 Visa : Approbation M. Vincent

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

MANUEL QUALITE SIMPLIFIE

MANUEL QUALITE SIMPLIFIE E-mail : info@pai-france.com A. GENERALITES Page : 1 / 8 Conforme à la norme : ISO 9001 Domaine d activité : Négoce de matériel pour le secteur pétrolier, gazier, pétrochimique, agroalimentaire et pharmaceutique

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail