Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation"

Transcription

1 Janvier 2016 Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation P our plusieurs employeurs, le désir d offrir aux employés et aux futures embauches un régime de retraite attrayant et efficace doit être contre balancé avec la nécessité de gérer les coûts et de minimiser les risques pour l organisation. Cette situation est le catalyseur derrière la croissance des régimes de retraite à cotisation déterminée (CD) au Canada. Plus récemment, elle a conduit à un glissement vers les régimes enregistrés d épargne-retraite (REER) collectifs. La décision d offrir un REER collectif est généralement influencée par deux facteurs clés : des exigences administratives et réglementaires moins onéreuses; une plus grande souplesse pour les participants, dont l épargne-retraite n est pas immobilisée, comme elle le serait dans un régime de retraite CD. Mais ce n est là qu une partie du casse-tête. Dans la comparaison entre les régimes de retraite CD et les REER collectifs, il est tout aussi important de tenir compte des différences dans les risques et les responsabilités pour le promoteur des différences qui sont souvent mal comprises et négligées. Le Forum juridique Eckler 2015 sur les régimes de capitalisation a réuni certains des principaux avocats spécialisés en régimes de retraite au Canada afin de recenser les différents risques et les différentes responsabilités associés à l offre d un régime de retraite CD par rapport à un REER collectif, et la meilleure façon de gérer ces risques. La présente Analyse donne un aperçu de ces discussions. 1 MEMBRE D ABELICA GLOBAL

2 Obligations fiduciaires et gouvernance Toute personne ayant la responsabilité d administrer les actifs d une autre personne est considérée comme un fiduciaire. En common law, un fiduciaire a l obligation éthique et juridique d agir dans le meilleur intérêt de la personne dont il gère les actifs et ne doit pas tirer profit personnellement de la relation. Le niveau de responsabilité fiduciaire des promoteurs, fiduciaires et administrateurs de régime de retraite envers les participants varie selon qu ils offrent un régime de retraite ou un REER collectif. Au Canada, les obligations fiduciaires reliées à un régime de retraite sont énoncées dans les lois des territoires de compétence dans lesquels le régime est exploité. Par exemple, la Loi sur les régimes de retraite de l Ontario stipule que l administrateur d un régime de retraite doit apporter à l administration et au placement des fonds du régime «le soin, la diligence et la compétence» qu une personne d une prudence normale exercerait relativement à la gestion des biens d autrui. Les fiduciaires doivent également apporter à l administration du régime toutes les connaissances et compétences pertinentes qu ils possèdent ou devraient posséder. Toute personne dont les services sont retenus par les fiduciaires ou l administrateur est tenue aux mêmes normes. En outre, le cadre juridique et législatif régissant les régimes de retraite, incluant les régimes de retraite CD, reconnaît ce qu on appelle la «théorie des deux chapeaux» de l administration des régimes. Cette théorie reconnaît que certaines décisions ayant une incidence sur le régime de retraite sont prises par l employeur dans son rôle d employeur (autorisant par le fait même un certain degré d intérêt personnel) alors que d autres décisions sont prises par l employeur dans son rôle d administrateur (ce qui l assujettit aux obligations fiduciaires). Le niveau de responsabilité fiduciaire des promoteurs, fiduciaires et administrateurs de régime de retraite envers les participants varie selon qu ils offrent un régime de retraite ou un REER collectif. Ce cadre fiduciaire ne s applique pas nécessairement aux employeurs qui offrent des REER collectifs. Un REER collectif est simplement un regroupement de contrats de REER individuels, dans lequel l employeur agit comme «agent» afin d amalgamer ces contrats pour en simplifier le fonctionnement et permettre des économies d échelle. Dans ce cas, la responsabilité fiduciaire est suggérée par la situation et non exigée par la loi. Il est intéressant de noter que certains participants au Forum juridique sur les régimes de capitalisation ont noté que l absence même de cadre réglementaire pourrait faire en sorte d assujettir les employeurs qui offrent des REER collectifs à une obligation fiduciaire plus forte que s ils offraient un régime de retraite CD typique. Ceci tient au fait que la théorie des deux chapeaux permet aux employeurs d avoir un certain degré d intérêt personnel dans la prise de décisions relatives au régime de retraite, alors que les employeurs qui offrent un REER collectif ont exclusivement une obligation fiduciaire envers les participants, sans la même possibilité d intérêt personnel. 2 FORUM JURIDIQUE ECKLER 2015 : PIÈGES JURIDIQUES DES TENDANCES ACTUELLES

3 Les participants au Forum conviennent généralement que l étendue de l obligation fiduciaire du promoteur d un REER collectif dépend largement de la façon dont il présente son rôle d agent aux employés. S il indique qu il s occupe simplement de faciliter les retenues à la source et que toutes les autres décisions doivent être prises par les employés, l employeur peut être tenu à un degré moindre de responsabilité fiduciaire qu un employeur qui prend un rôle très actif dans la supervision et la gestion du REER collectif. Un employeur peut donc réduire son risque fiduciaire dans un REER collectif en communiquant clairement que son rôle se limite à agir comme agent. Cependant, les employeurs qui limitent leur rôle de cette façon et qui se retirent de la supervision et de la gestion du régime pourraient constater que leur REER collectif ne produit pas les résultats attendus au moment de son établissement particulièrement si un revenu de retraite adéquat était l un des objectifs sous-jacents. La gouvernance est la clé La meilleure façon pour un promoteur de régime de capitalisation de s assurer que ses obligations fiduciaires sont satisfaites, que les risques afférents sont gérés correctement et que les résultats pour les participants sont maximisés consiste à développer et à mettre en œuvre une gouvernance efficace du régime. Une bonne politique de gouvernance précise les rôles et les responsabilités de toutes les personnes impliquées dans la supervision du régime et définit les mécanismes de contrôle qui encourage une bonne prise de décision, l exécution en temps opportun des tâches requises ainsi qu un examen et une évaluation régulière du régime. En fin de compte, la politique de gouvernance aide les responsables de l administration du régime à agir dans l intérêt de tous les participants et bénéficiaires. Les participants au Forum ont noté qu en l absence de réglementation gouvernementale formelle sur les régimes de retraite CD et les autres régimes de capitalisation, les lignes directrices n os 3 et 8 de l Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite (ACOR) doivent servir de norme pour les pratiques exemplaires en matière de gouvernance, en cas de litige. Les participants au Forum rappellent cependant que les promoteurs de régimes doivent garder à l esprit que ces lignes directrices ne constituent pas une approche «case à cocher» de respect des exigences en matière de gouvernance. Elles offrent plutôt une liste d éléments qui doivent être pris en compte dans le développement d une politique de gouvernance pour le régime. En fin de compte, les experts juridiques présents au Forum Eckler ont convenu que quel que soit le type de régime offert, il est préférable pour les promoteurs de mettre en place une courte politique de gouvernance tenant compte des Lignes directrices de l ACOR et qui est appliquée par les administrateurs des régimes, plutôt qu une politique plus complète qui ne reflète pas la façon dont le régime est régi dans les faits. Conseils aux participants de régimes Au cours des deux dernières décennies, plusieurs promoteurs de régimes ont tenté d améliorer chez les participants la compréhension de l épargne-retraite et des besoins en matière de revenu de retraite en fournissant des renseignements et une éducation de nature générale. Cette approche a connu un succès limité. Plus récemment, dans le but d améliorer les résultats pour les participants aux régimes de capitalisation et appuyer les départs à la retraite au moment prévu, un nombre croissant de promoteurs ont examiné la possibilité d offrir des conseils personnalisés aux participants. Ces conseils peuvent porter sur des suggestions sur les options de placement et leur répartition, les montants dont une personne peut avoir besoin pour vivre confortablement pendant la retraite, et la façon de bâtir un plan financier complet. La plupart des promoteurs qui ne disposent pas d une expertise en matière de conseils financiers choisissent de confier cette composante en sous-traitance à des conseillers financiers qualifiés. 3 FORUM JURIDIQUE ECKLER 2015 : PIÈGES JURIDIQUES DES TENDANCES ACTUELLES

4 Le plus récent sondage de Benefits Canada (2014) auprès des participants à un régime de capitalisation montre les résultats suivants : 91 % des promoteurs de régimes disent qu il est important pour leur organisation que leurs employés aient un revenu adéquat à la retraite; 62 % mentionnent les risques juridiques potentiels associés à fournir des conseils aux participants comme une préoccupation importante pour l organisation. Les promoteurs veulent donc mieux comprendre les risques inhérents aux différentes formes de conseils qu ils pourraient offrir aux participants. Il y a trois types principaux de conseillers, chacun avec ses avantages et ses inconvénients : les conseillers rémunérés sur base d honoraires facturent un taux fixe pour les conseils financiers, qui ne sont généralement pas rattachés à des produits ou des fournisseurs spécifiques; les conseillers rémunérés sur base de commission tirent leur rémunération des fonds de placement et des produits d assurance qu ils vendent à leurs clients dans le cadre de leurs conseils; les conseillers fournis par l administrateur travaillent habituellement au sein de la division de retraite collective des sociétés qui font l administration du régime (typiquement les assureurs) et limitent leurs conseils aux produits offerts par le régime de retraite du promoteur. Si les avocats qui participent au Forum sur les régimes de capitalisation conviennent que les conseils peuvent être l une des meilleures façons pour les promoteurs d améliorer les résultats pour les participants de régimes, plusieurs expriment des préoccupations face à la responsabilité supplémentaire que l offre de conseils peut créer pour les promoteurs de régimes. Les participants au Forum font valoir que les promoteurs devraient porter une attention particulière au mode de rémunération des conseillers et à leurs motivations pour offrir des conseils. Le mode de rémunération des conseillers, dans tous les cas autres que la rémunération sur base d honoraires, et tout conflit potentiel qui pourrait en résulter, doivent être divulgués aux participants du régime. Les promoteurs devraient également établir clairement que même s ils mettent des services axés sur les conseils à la disposition des participants, chaque participant devrait choisir un conseiller selon ses propres besoins et préférences. Le mode de rémunération du conseiller et tout conflit potentiel qui pourrait en résulter doivent être divulgués aux participants du régime. Envisager de laisser les participants choisir leurs propres conseillers Quel que soit le type de conseiller retenu, le promoteur du régime doit s assurer qu une diligence raisonnable de base est faite sur le fournisseur avant que ses services ne soient offerts aux participants du régime. S il n est pas possible de surveiller les conseils donnés individuellement 4 FORUM JURIDIQUE ECKLER 2015 : PIÈGES JURIDIQUES DES TENDANCES ACTUELLES

5 aux participants, le promoteur devrait être en mesure de démontrer qu il comprend clairement la formation et l expérience du fournisseur, ses solutions, ses produits, son mode de rémunération et la rétroaction de clients antérieurs et que le rendement du fournisseur fasse l objet d un examen régulier par le promoteur. Les participants au Forum on commenté que la seule façon pour les promoteurs de s assurer d être protégés contre les responsabilités légales potentielles afférentes aux conseils donnés aux participants des régimes consiste à rembourser les participants pour les services rendus par un conseiller choisi par les participants. L option suivante serait d établir une liste de fournisseurs agréés parmi lesquels les employés pourraient faire leur choix. Les participants au Forum ont aussi brièvement abordé la question des «robot-conseillers» les conseils donnés en ligne à partir d un algorithme établi. Ce type de service gagne en popularité aux États-Unis parce qu il permet d offrir des conseils individuels d une manière plus économique que les offres traditionnelles, et élimine la subjectivité des conseillers. Au Canada, on commence tout juste à voir apparaître les premiers cas de robot-conseillers dans certaines grandes institutions financières et chez certains grands gestionnaires de placements. S efforçant de prendre les devants sur cette tendance, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières ont récemment mis en place des pratiques exemplaires pour les fournisseurs de conseils robotisés. Une suggestion très catégorique propose que toutes les interactions de conseils robotisés soient contrôlées par une personne qualifiée. Compte tenu de la logistique et des ressources que cela supposerait, cette pratique exemplaire pourrait avoir pour effet de limiter la croissance des conseils robotisés au Canada. Conclusion Les organismes de réglementation américains cherchent à renforcer et à élargir leur définition de «fiduciaire» pour y inclure toute personne qui donne des conseils en matière de gestion d actif de retraite, sans égard au type de compte, ou au fait que le compte soit détenu par une personne ou par l entremise d une société commanditaire. Cette proposition suscite beaucoup de résistance et d inquiétudes. Au sein de l industrie des services financiers, plusieurs intervenants craignent que l élargissement de la définition conduise à une augmentation des litiges et des frais pour les investisseurs. Les intervenants en faveur de la mesure croient qu il est crucial que les conseillers financiers placent les intérêts de leurs clients avant leur propre intérêt personnel. Au Canada, l absence de législation normative précisant les responsabilités fiduciaires des promoteurs de régimes de capitalisation créent une zone grise qui peut laisser ces derniers inconscients des risques auxquels ils sont exposés et donc plus ouverts à des poursuites. Pour se protéger, les promoteurs de régimes de capitalisation devraient établir et appliquer des politiques de gouvernance adaptées à leurs besoins et à leur situation, porter attention à la façon dont le rôle du promoteur est communiqué aux participants et exercer une diligence raisonnable sur les services et le soutien mis à la disposition des participants. Cette Analyse a été préparée à des fins d information générale seulement et ne constitue pas un conseil professionnel. Si vous avez besoin de conseils professionnels après avoir pris connaissance du contenu de cette Analyse, veuillez consulter un conseiller d Eckler. 5 Eckler ltée, 2016 Halifax Montréal Toronto Winnipeg Barbade Jamaïque Ville de Québec Vancouver Pour nous joindre : FORUM JURIDIQUE ECKLER 2015 : PIÈGES JURIDIQUES DES TENDANCES ACTUELLES eckler.ca

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

assurer la croissance de vos affaires

assurer la croissance de vos affaires Régimes d épargne et de retraite collectifs Votre guide pour assurer la croissance de vos affaires Si vous êtes intéressé à accroître la valeur de votre entreprise, voici certaines choses que vous devriez

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Juin 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. À propos de l

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Pour bâtir votre avenir financier. Services de gestion de portefeuille discrétionnaire

Pour bâtir votre avenir financier. Services de gestion de portefeuille discrétionnaire Pour bâtir votre avenir financier Services de gestion de portefeuille discrétionnaire Le chemin vers vos objectifs Une approche personnalisée pour accéder à l indépendance financière. 2 3 4 Service de

Plus en détail

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 NOTES D ALLOCUTION Pour de plus amples renseignements : Brock Kruger

Plus en détail

Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel

Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel Un organisme de bienfaisance enregistré peut retenir les services d un collecteur de fonds professionnel pour gérer ses

Plus en détail

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit Rapport d audit Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Sommaire... 3 Points examinés... 3 Importance de l audit... 3 Constatations... 3 Contexte... 4 Objectif... 5 Portée... 5 Méthodologie... 5 Énoncé d assurance...

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels Introduction et contexte :

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être 75 % 20 % 12 semaines 1 an Plus longtemps un employé s absente du travail, moins il a de chances d y retourner. Après 12 semaines d absence, 75 % des

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

Foire aux questions et réponses. Obligations fiduciaires et conseillers financiers

Foire aux questions et réponses. Obligations fiduciaires et conseillers financiers Foire aux questions et réponses Obligations fiduciaires et conseillers financiers 2 Cette série de questions et réponses a pour but de fournir des informations d ordre général sur le rapport juridique

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes de placement...

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD et aux prêts placement de la Banque Manuvie LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE MANUFACTURERS Tirez le maximum de vos placements

Plus en détail

Nouvelle année, nouvelles règles de capitalisation des régimes de retraite au Québec : adoption du projet de loi 57

Nouvelle année, nouvelles règles de capitalisation des régimes de retraite au Québec : adoption du projet de loi 57 Le 21 décembre 2015 Nouvelle année, nouvelles règles de capitalisation des régimes de retraite au Québec : adoption du projet de loi 57 L e projet de loi 57, Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL Introduction Le mandat de l OCRCVM est d agir en tant qu organisme d autoréglementation pour le compte

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Le 18 juin 2014. Maître Leslie Rose Avocate principale, Financement d'entreprise British Columbia Securities Commission Courriel : lrose@bcsc.bc.

Le 18 juin 2014. Maître Leslie Rose Avocate principale, Financement d'entreprise British Columbia Securities Commission Courriel : lrose@bcsc.bc. Susan Copland, LLB, BComm Directrice générale scopland@iiac.ca Le 18 juin 2014 Maître Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C. P. 246,

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Chapitre 2. Champ d activité

Chapitre 2. Champ d activité Chapitre 2 17 Un travail collectif 21 Travail collectif avec les élèves 21 Travail collectif avec les parents et les tuteurs 21 Travail collectif avec les collègues et les autres professionnels 22 Travail

Plus en détail

Le 10 novembre 2015. Résumé du séminaire «Façonner l avenir des régimes d avantages sociaux et de retraite»

Le 10 novembre 2015. Résumé du séminaire «Façonner l avenir des régimes d avantages sociaux et de retraite» Résumé du séminaire «Façonner l avenir des régimes d avantages sociaux et de retraite» Récemment, les équipes de la division de consultation en régimes d avantages sociaux et de retraite de Cowan ont présenté

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

Objet : Consultation de l ACOR concernant les modifications apportées à la Ligne directrice sur la gouvernance des régimes de retraite

Objet : Consultation de l ACOR concernant les modifications apportées à la Ligne directrice sur la gouvernance des régimes de retraite Le 11 mars 2016 Madame, Monsieur, Objet : Consultation de l ACOR concernant les modifications apportées à la Ligne directrice sur la gouvernance des régimes de retraite Au nom de l Association canadienne

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

La santé et la sécurité, une priorité? Faites de notre norme BS OHSAS 18001 une priorité.

La santé et la sécurité, une priorité? Faites de notre norme BS OHSAS 18001 une priorité. La santé et la sécurité, une priorité? Faites de notre norme BS OHSAS 18001 une priorité. Pourquoi BSI? Parce que nous savons reconnaître une bonne norme BS OHSAS 18001 quand nous en voyons une. Nous pouvons

Plus en détail

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS POUR L ÉVALUATION D IMPACT DU PROGRAMME NATIONAL LEADERSHIP DE SERVICE 1. L Arche, qu est-ce que c est? ; «L'Arche rassemble des personnes, avec et sans déficience

Plus en détail

CONSTITUTION TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA. 6. Présidence COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES

CONSTITUTION TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA. 6. Présidence COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES Le comité de ressources humaines (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Société exploitée conformément aux lois en vigueur au Canada

Restaurant Brands International Inc. Société exploitée conformément aux lois en vigueur au Canada Objectifs Restaurant Brands International Inc. Société exploitée conformément aux lois en vigueur au Canada Charte du comité sur les conflits Adoptée le 11 décembre 2014 Le Conseil d administration (le

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

FONDS GRANITE MD. Créés sur mesure pour les participants FINANCIÈRE SUN LIFE AXÉS SUR LE DEGRÉ DE RISQUE RÉSERVÉ AUX PLACEMENTS INSTITUTIONNELS

FONDS GRANITE MD. Créés sur mesure pour les participants FINANCIÈRE SUN LIFE AXÉS SUR LE DEGRÉ DE RISQUE RÉSERVÉ AUX PLACEMENTS INSTITUTIONNELS FONDS GRANITE MD FINANCIÈRE SUN LIFE AXÉS SUR LE DEGRÉ DE RISQUE Créés sur mesure pour les participants RÉSERVÉ AUX PLACEMENTS INSTITUTIONNELS FONDS GRANITE FINANCIÈRE SUN LIFE AXÉS SUR LE DEGRÉ DE RISQUE

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE?

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? AVERTISSEMENT Dans le présent contexte, le terme conseiller financier

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

CURRICULUM PQAP MODULE : Assurance vie DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions

CURRICULUM PQAP MODULE : Assurance vie DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions CURRICULUM PQAP MODULE : DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions Compétence : Recommander des produits individuels et collectifs d assurance vie adaptés à la situation et aux

Plus en détail

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation La présente fiche d information porte sur l évaluation de la situation, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le deuxième volet de l Approche

Plus en détail

Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels

Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels Numéro 3 Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels Novembre 2009 Version 1.0 Objet Une série de feuilles d orientation pour la création de cliniques dirigées

Plus en détail

Fonds d infrastructure mondial Renaissance. États financiers annuels pour l exercice terminé le 31 août 2007

Fonds d infrastructure mondial Renaissance. États financiers annuels pour l exercice terminé le 31 août 2007 États financiers annuels pour l exercice terminé le 31 août Fonds d infrastructure mondial Renaissance État de l actif net (en milliers, sauf les montants par part) Au 31 août (note 1) Actif Encaisse,

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE Mise en garde À jour au 21 janvier 2013, cette foire aux questions a été préparée uniquement à des fins d information. Son contenu est toutefois sujet à modification d ici l implantation du régime le 1

Plus en détail

Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386

Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386 Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386 Mandat Le directeur régional Services fiduciaires a pour mandat de diriger le secteur des Services fiduciaires

Plus en détail

Le 5 févier 2004. Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2.

Le 5 févier 2004. Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2. Le 5 févier 2004 Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2 Monsieur, Au nom de l Association canadienne des organismes de contrôle des régimes

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 08/11/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels I OBJECTIF

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

Projet de lignes directrices pour les régimes de capitalisation

Projet de lignes directrices pour les régimes de capitalisation Joint Forum of Financial Market Regulators Projet de lignes directrices pour les régimes de capitalisation Le avril 2003 5160 rue Yonge, boîte 85, 17 e étage, North York ON M2N 6L9 Téléphone: (416) 590-7107

Plus en détail

CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION. 10.1 CARACTÉRISTIQUES 10.1.0 Définition de la rente. Assurance vie : Née d un besoin de sécurité

CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION. 10.1 CARACTÉRISTIQUES 10.1.0 Définition de la rente. Assurance vie : Née d un besoin de sécurité CHAPITRE 10 RENTES INTRODUCTION Assurance vie : Née d un besoin de sécurité Contrat de rente : Né d un besoin de pouvoir placer un capital à long terme et en jouir sans avoir à se soucier de sa gestion

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale 1 2 Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires

Plus en détail

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE Politique d investissement Cette politique est en vigueur depuis le 18 juin 2009 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. GÉNÉRALITÉS P R É A M B U L E Le Musée canadien

Plus en détail

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Étude de cas Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Robert et Élizabeth : mise en contexte Robert et Élizabeth, un couple marié, tous deux âgés

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D'INTÉRÊT PROJET PILOTE RELATIF AUX COMPÉTENCES ESSENTIELLES ET À LA FINANCE SOCIALE COLLÈGES FOURNISSEURS DE SERVICES

APPEL À MANIFESTATION D'INTÉRÊT PROJET PILOTE RELATIF AUX COMPÉTENCES ESSENTIELLES ET À LA FINANCE SOCIALE COLLÈGES FOURNISSEURS DE SERVICES APPEL À MANIFESTATION D'INTÉRÊT PROJET PILOTE RELATIF AUX COMPÉTENCES ESSENTIELLES ET À LA FINANCE SOCIALE COLLÈGES FOURNISSEURS DE SERVICES Collèges et instituts Canada (CICan) invite les collèges du

Plus en détail

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques La santé dans toutes les politiques, de quoi s agit-il? La santé dans toutes les politiques est une approche intersectorielle des politiques

Plus en détail

Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs.

Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs. Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs. Les portefeuilles choix sélect RBC se conforment en tout temps à la tolérance au risque et aux objectifs de placement

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 ÉNONCÉ DE POLITIQUE CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de Cogeco inc. (la «Société») est élu par les actionnaires de la Société afin de surveiller la gestion de l ensemble

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. 16 février 2006

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. 16 février 2006 Le plan d intervention au service de la réussite de l élève 16 février 2006 Services éducatifs 1 La nature du plan d intervention Le plan d intervention a pour objectif d aider l élève qui, parce qu il

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Ottawa Foyers Partage Demande de propositions Projet de marketing et de communication

Ottawa Foyers Partage Demande de propositions Projet de marketing et de communication Ottawa Foyers Partage 44, rue Eccles, bureau 50 Ottawa (Ontario) K1R 6S4 613-744-3562 (tél.) 613-288-0043 (téléc.) Ottawa Foyers Partage Demande de propositions Projet de marketing et de communication

Plus en détail

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT 16 NOVEMBRE 2008 I. OBJECTIF A. La principale fonction du Comité de vérification (le «Comité») est d'aider le Conseil d administration à s acquitter de

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé Santé et Mieux-être Pourquoi investir dans le mieux-être? Un employé canadien sur deux souffre d au

Plus en détail

Questionnaire visant à définir le profil de l investisseur

Questionnaire visant à définir le profil de l investisseur Questionnaire visant à définir le profil de l investisseur géré par CI Investments Inc. émis par la Sun Life du Canada, compagnie d assurance-vie Questionnaire visant à définir le profil de l investisseur

Plus en détail

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Le Programme des chaires de recherche du Canada s engage à favoriser l excellence de la

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail

Régimes de retraite individuels

Régimes de retraite individuels Ces dernières années, les propriétaires d entreprise ont commencé à reconnaître les avantages offerts par les régimes de retraite individuels (RRI). Un RRI permet aux propriétaires d entreprise et à certains

Plus en détail

Investir sans souci. Guide pour un portefeuille de placements personnalisé. La vie est plus radieuse sous le soleil. Cinq étapes faciles

Investir sans souci. Guide pour un portefeuille de placements personnalisé. La vie est plus radieuse sous le soleil. Cinq étapes faciles Investir sans souci Guide pour un portefeuille de placements personnalisé Le rapport entre le risque et le rendement est simple : plus le risque est grand, plus le rendement potentiel est élevé. Les résultats

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

Portefeuilles Gérés Banque Nationale. À la mesure de vos ambitions

Portefeuilles Gérés Banque Nationale. À la mesure de vos ambitions Portefeuilles Gérés Banque Nationale À la mesure de vos ambitions 03 Une solution de placement évoluée et personnalisée Lorsqu un certain capital est accumulé, la gestion efficace d un portefeuille doit

Plus en détail

Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Le Comité de gouvernance du conseil d administration («le comité») a les obligations et responsabilités décrites

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3

GUIDE ORGANISATIONNEL L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3 L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3 30 La décision d adapter un programme en alternance travail-études repose sur une analyse approfondie de la pertinence, des possibilités

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Planification pour une meilleure transition

Planification pour une meilleure transition Ministère des Services sociaux et communautaires Ministère des Services à l enfance et à la jeunesse Planification pour une meilleure transition Cadre de planification pour les jeunes ayant une déficience

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

Le fractionnement d un revenu de retraite

Le fractionnement d un revenu de retraite SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N o 15 Le fractionnement d un revenu de retraite Il est maintenant possible de fractionner le revenu de retraite

Plus en détail

Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées

Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées SOLUTIONS EFFICACES POUR RÉPONDRE AUX BESOINS ACTUELS ET FUTURS DE VOTRE ENTREPRISE ET DE VOTRE PERSONNEL Répondre aux besoins

Plus en détail

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle L expérience à votre service Architectes et ingénieurs Petites entreprises Assurance de la responsabilité professionnelle Architectes et ingénieurs Petites entreprises L importance de l assurance responsabilité

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez plus que les services d un conseiller financier d expérience soucieux de répondre à vos besoins. Vous bénéficiez des nombreuses

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

COMPRENDRE VOTRE TAUX DE RENDEMENT PERSONNALISÉ

COMPRENDRE VOTRE TAUX DE RENDEMENT PERSONNALISÉ COMPRENDRE VOTRE TAUX DE RENDEMENT PERSONNALISÉ COMPRENDRE VOTRE TAUX DE RENDEMENT PERSONNALISÉ Afin de vous offrir un service personnalisé, nous calculons pour vous le taux de rendement de votre investissement

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

Guide de planification successorale

Guide de planification successorale Guide de planification successorale La planification successorale avec la Un plan successoral est le cadre directeur des finances personnelles de votre client, ainsi que de l avenir financier de sa famille.

Plus en détail

GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS

GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROCHE ORIGINALE. MAXIMISEZ V O S RENDEMENTS GRÂCE À UNE A P P R O C H E ORIGINALE À

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Prenez-vous en main avec une solution

Prenez-vous en main avec une solution Au début vos besoins étaient simples. Vous vous souviendrez à jamais du premier dollar que vous avez investi. Puis, une fois bien établi et ayant goûté au succès, vos besoins ont changé. L époque des placements

Plus en détail

Point de vue des parents et des fournisseurs de services

Point de vue des parents et des fournisseurs de services Éducation prénatale en Ontario Point de vue des parents et des fournisseurs de services En 2014, le Centre de ressources Meilleur départ a entrepris de consulter des femmes et leur partenaire établis en

Plus en détail

INSTRUCTION COMPLÉMENTAIRE 81-104, FONDS MARCHÉ À TERME TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE PAGE PARTIE 1 OBJET ET CONTEXTE 1

INSTRUCTION COMPLÉMENTAIRE 81-104, FONDS MARCHÉ À TERME TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE PAGE PARTIE 1 OBJET ET CONTEXTE 1 INSTRUCTION COMPLÉMENTAIRE 81-104, FONDS MARCHÉ À TERME TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE PAGE PARTIE 1 OBJET ET CONTEXTE 1 1.1 Objet 1 1.2 Champ d application de l Instruction générale 1 1.3 Contexte d

Plus en détail

Surveillance des régimes de retraite Note d orientation CER 4 du Cadre d évaluation des risques

Surveillance des régimes de retraite Note d orientation CER 4 du Cadre d évaluation des risques Surveillance des régimes de retraite Note d orientation CER 4 du Cadre d évaluation des risques Activité d envergure : Le 31 juillet 2014 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Mesures propres aux

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail