MANUEL DE FORMATION sur la FORTIFICATION DE LA FARINE DE MIL/SORGHO EN MICRONUTRIMENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MANUEL DE FORMATION sur la FORTIFICATION DE LA FARINE DE MIL/SORGHO EN MICRONUTRIMENTS"

Transcription

1 INTERNATIONAL DEVELOPMENT USAID UNITED STATES AGENCY INSTITUT DE TECHNOLOGIE ALIMENTAIRE CORAF/WECARD CORAF/WECARD Programme Cultures vivrières MANUEL DE FORMATION sur la FORTIFICATION DE LA FARINE DE MIL/SORGHO EN MICRONUTRIMENTS Projet d amélioration de la qualité post-récolte et conditionnement des produits à base de riz, sorgho /mil en vue d accroître leur valeur marchande en Afrique de l Ouest (Identification du Projet: CW/03/01CM/U/09-03) 1 Composantes et pays cibles : Sorgho/Mil: Sénégal, Mali, Niger et Burkina Faso

2 Manuel de Formation sur la fortification de la farine de mil/sorgho en micronutriments. CORAF/WECARD 2012 Le CORAF/WECARD encourage l utilisation équitable, sans permission, du matériel publié dans ce document à des fins de recherche et de développement agricoles ou dans un but éducatif. Une citation en bonne et due forme est requise. Les termes utilisés dans cette publication ne reflètent en aucune manière une quelconque opinion du CORAF/ WECARD concernant le statut légal de quelque pays, territoire, ville, zone que ce soit ou de ses autorités, ou concernant ses frontières ou limites. Publié par CORAF/WECARD 7, Avenue Bourguiba BP 48 CP, Dakar SENEGAL website : 2

3 AVANT PROPOS Dans le cadre de la promotion de la sécurité alimentaire en Afrique de l Ouest, sous la coordination du CORAF/WECARD et avec l appui du Gouvernement américain à travers l USAID, ce Projet «Amélioration de la qualité post récolte et du conditionnement des produits à base de riz, de manioc et du sorgho/mil afin d accroître leur valeur marchande en Afrique de l Ouest» a permis d élaborer un Manuel de formation des bénéficiaires aux technologies post-récoltes du mil/sorgho. Le présent Manuel a été réalisé par l Institut de Technologie Alimentaire (ITA) et ses partenaires ; il s agit de : Au niveau régional: o L Institut de Recherche en Sciences Appliquées et Technologies (IRSAT) du Burkina Faso ; o L Institut d Economie Rurale (IER) du Mali ; o Le Groupement Lakhalkaney (GL) du Niger Au niveau national : o L Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA) ; o L Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural (ANCAR) ; o Des organisations de producteurs et de transformateurs de mil/sorgho et des équipementiers artisanaux. Le Manuel a été élaboré suite à un atelier tenu au Sénégal et ayant regroupé des chercheurs, des vulgarisateurs, des producteurs, des transformateurs et des équipementiers venant du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Sénégal qui ont bien voulu mettre à la disposition du grand public en général et des utilisateurs potentiels en particulier des technologies postrécoltes concernant le mil/sorgho. Ce manuel est composé de fiches techniques concernant des technologies permettant d obtenir des grains de mil/sorgho de qualité, une technologie de la fortification de la farine de mil/ sorgho en fer et acide folique, le conditionnement et l emballage des produits transformés et un plan «Système d analyse des dangers - points critiques pour leur maîtrise (HACCP)» pour les unités de production. 3

4 Chaque fiche technique relate les différentes étapes de transformation des produits et les formules permettant d avoir le produit fini. Cependant, chaque unité ou entreprise de transformation dispose de sa spécificité qui donne à son produit un label pour occuper sa place sur le marché national et international. Ce manuel permet d informer les producteurs, les transformateurs, les équipementiers, les consommateurs et les autres utilisateurs sur les bonnes pratiques de fabrication et d hygiène pour d une part réduire les pertes post récoltes du mil/sorgho et d autre part améliorer les qualités nutritionnelle et marchande des produits transformés. Il est à noter que le présent manuel est élaboré à la suite d un large recensement de technologies post récoltes portant sur le mil/sorgho. Et pour des raisons pédagogiques, l on a procédé à la sélection d une principale technologie qui peut permettre de contribuer à la lutte contre la pauvreté et à l amélioration de la sécurité alimentaire, il sagit de la fortification de la farine en micronutriment. Nous tenons à témoigner toute notre reconnaissance à toutes les personnes, entreprises et structures de recherche et/ou de vulgarisation qui ont contribué à la réalisation de ce manuel. Puisse ce manuel servir d outil d aide à la réduction des pertes post récoltes, à l amélioration de la qualité marchande des produits transformés et du respect des normes de fabrication et à la promotion des unités et entreprises de transformation du mil/sorgho. 4

5 EQUIPE DE REDACTION Ce manuel de formation des producteurs et transformateurs de mil/sorgho a été réalisé à partir de nombreuses technologies recueillies lors de l atelier d élaboration tenu au Sénégal et ayant regroupé des chercheurs, des vulgarisateurs, des producteurs, des transformateurs et des équipementiers venant du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Sénégal. L équipe de rédaction est composée comme suit : Fallou SARR, Institut de Technologie Alimentaire ; Mamadou SADJI, Institut de Technologie Alimentaire ; Fatou MBOW THIAM, Institut de Technologie Alimentaire ; Ndèye T.T. SEYE DOUMOUYA, Institut de Technologie Alimentaire ; Makhtar SAMBE, Institut de Technologie Alimentaire ; Momar Talla GUEYE, Institut de Technologie Alimentaire ; Sidy Baba NDIAYE, Consultant ; Papa Demba CAMACRA, Institut de Technologie Alimentaire ; Amadou Moustapha MBAYE, Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural ; Daouda MBODJI, Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural ; Ousmane SY, Institut Sénégalais de Recherches Agricoles ; Aissatou DIAGNE DEME, Association des Transformateurs de Céréales Locales ; Maodo, Synergie Femmes ; Laurencia SONGRE OUATTARA, Institut de Recherche en Sciences Appliquées et Technologies, Burkina Faso ; Kali DIAKITE, Institut d Economie Rurale, Mali ; Fati HAMIDOU, Groupement Lakhalkaney, Niger. 5

6 REMERCIEMENTS Ce manuel a été réalisé grâce au concours divers et varié d institutions et de personnes ressources que nous tenons à remercier particulièrement ; il s agit de : L USAID qui a financé le projet dont l une des activités est la réalisation de ce manuel ; Le CORAF/WECARD sous l égide duquel le projet a été financé ; Le Centre Songhaï de Porto-Novo qui est l Institution coordonnatrice du projet et qui a bien voulu confié la coordination du volet mil/sorgho à l ITA ; Le Directeur Général de l ITA pour ses conseils ; Les Directeurs Généraux de l ISRA, l ANCAR, l IRSAT, l IER pour leur collaboration ; La Présidente du Groupement Lakhalkaney du Niger ; Dr Ernest ASIEDU, Gestionnaire du Programme des Cultures Vivrières du CORAF/ WECARD pour ses conseils et appuis. 6

7 TABLE DES MATIERES Avant propos 3 Equipe de rédaction 5 Remerciements 6 Table des matières 7 Introduction Présentation du manuel Objectifs Méthode de rédaction du manuel de formation 14 Chapitre 1 : Technologies d amélioration de la qualité des grains de mil/sorgho 15 I. Introduction 15 II. Les bonnes pratiques de récolte et post récolte La récolte Le séchage des épis Le transport des épis Le stockage des épis Le stockage au champ Le stockage dans des greniers Le battage Le Vannage L ensachage Les sacs polypropylènes simples Les sacs doublés Les futs et les bidons Le stockage des grains Les magasins de stockage Le stockage dans des silos métalliques La protection phytosanitaire La réception et le conditionnement 20 7

8 Chapitre 2 : Les technologies de fabrication de farine enrichie en micronutriments I. Introduction 21 II. Production de la farine fine par voie sèche Diagramme de fabrication Description du procédé Réception des matières premières Nettoyage/calibrage Epierrage Décorticage/séparation Nettoyage complémentaire (facultatif) Mouture Centrifugation (facultative) 26 III. Enrichissement de la farine en micronutriments Pré-mélange Mélange 27 IV. Contrôle de qualité de la farine fortifiée 28 V. Conditionnement et emballage Conditionnement et emballages des produits Répertoire des fabricants et fournisseurs d emballages 29 Chapitre 3 : La démarche qualité 38 I. Bonnes pratiques d hygiène L hygiène du personnel Les locaux Les équipements et le matériel Fonctionnement Le nettoyage et la désinfection 39 II. Bonnes pratiques de fabrication 1. Respect des spécifications concernant les matières premières et les ingrédients 2. Respect des procédures de fabrication

9 3. Choix du matériel et des équipements conformes 39 III. Système HACCP Les étapes de mise en œuvre d un système HACCP La description des étapes de mise en œuvre du système HACCP La création de l équipe HACCP La description du produit L utilisation du produit fabriqué Le diagramme de fabrication Confirmation du ou des diagrammes de fabrication sur site Analyse des dangers Identification des points et détermination des mesures préventives 2.8. Etablissement des limites critiques a respecter Définition d un système de surveillance Définition des actions correctives en cas de défaillance Etablir un plan HACCP Mise en place d un système de documentation et d enregistrement Vérifier périodiquement les procédures Réaliser périodiquement une revue du système HACCP Tableau HACCP : cas pratique sur la farine à base de mil/sorgho fortifiée 45 Conclusions

10 APERCU du CORAF/WECARD Le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles [CORAF/ WECARD] a été créé en 1987 sous le nom de Conférence des Directeurs de Recherche Agronomique Africains et Français. En 1995, il a étendu sa couverture aux pays de langues anglaise et portugaise de l Afrique de l Ouest et du Centre. Il compte 22 pays membres à savoir : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Cap Vert, la République Centrafrique, le Tchad, le Congo, la Côte d Ivoire, la République Démocratique du Congo, le Gabon, la Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau, le Libériale Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Léone et le Togo. Il s étend sur une superficie de 11,5 millions km 2 et sa population est de 318 millions d individus dont 65% sont engagés dans des activités agricoles. VISION DU CORAF/WECARD Une réduction durable de la pauvreté et de l insécurité alimentaire en AOC par une augmentation de la croissance économique induite par l agriculture et une amélioration durable des principaux aspects du système de recherche agricole MISSION DU CORAF/WECARD Des améliorations durables de la productivité, de la compétitivité, et des marchés agricoles en Afrique de l Ouest et du Centre par la satisfaction des demandes principales adressées au système de recherche de la sous région par les groupes cibles» 10

11 INTRODUCTION Les céréales constituent la principale nourriture de la population rurale (70%) des pays au Sud du Sahara. Il est aujourd hui admis que l autosuffisance alimentaire n est jusque là pas encore été atteinte du fait que la production encore insuffisante du mil/sorgho. Dans tous ces pays, on note cependant que les Etats ainsi que leurs partenaires continuent à des degrés divers de réaliser des actions d envergure dans l encadrement des paysans afin d augmenter significativement la production et la valeur marchande du mil/sorgho et de leurs sousproduits. les projets et programmes pilotés par les pouvoirs publics et les organisations non-gouvernementales concourent à l amélioration de la productivité (ROCAFREMI, INTSORMIL), la mise en place d un fonds pour la sécurité alimentaire (au Niger avec 4 milliards F.CFA en 2009 et au Mali), l appui à la transformation artisanale et semi-industrielle (PROCELOS, PPCL au Sénégal et au Burkina Faso). En outre, l étude de la chaîne de valeur sur le mil/sorgho du Projet Croissance Economique de l USAID en 2009 informe sur le rôle déterminant et l importance de ces deux spéculations dans le commerce international. Depuis quelques années, on assiste en Afrique de l Ouest à l émergence de nombreuses micros, petites et moyennes entreprises de transformation du mil/sorgho. Ce secteur joue donc un rôle important en termes d emplois, de revenus (directs et indirects pour les producteurs, les transformateurs, les acteurs de la distribution et les consommateurs) et contribue de façon opérationnelle à la politique nationale de développement économique en vigueur dans chacun des pays cibles du projet. L anémie due à la carence en fer (Iron deficiency anemia, IDA) est depuis fort longtemps reconnue mondialement comme la carence d ordre nutritionnel la plus courante parmi celles qui fragilisent l immunité contre les infections et réduit les capacités physiques et mentales de l Homme. L organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans son rapport de 1998 a alerté la communauté mondiale sur le fait que l IDA constitue un problème de santé publique dans la plupart des pays du monde. C est en Asie et en Afrique au sud du Sahara que le problème se pose avec le plus d acuité. Au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Sénégal en particulier, la situation alimentaire et nutritionnelle des populations est marquée par la malnutrition protéino-énergétique chez les enfants de 0 à 5 ans et les carences en micronutriments qui touchent toutes les couches de la population. Parmi les stratégies mises en œuvre pour lutter contre la malnutrition, l approche alimentaire constitue la stratégie la plus porteuse d espoir en raison de son caractère durable. 11

12 12 L aliment de base dans ces pays est constitué par les céréales. Or les produits céréaliers sont connus dans leur composition actuelle comme pauvres en fer. L utilisation biologique du fer est en outre réduite par les facteurs antinutritionnels dont les phytates. Il existe cependant des techniques visant à restituer ou à enrichir en micronutriments les aliments quotidiennement consommés. La farine à base de mil / sorgho fortifiée en fer et acide folique est un produit particulièrement nutritif pour les populations en général et les jeunes enfants et femmes en âge de procréer en particulier. Elle peut être favorable au développement rapide de micro-organismes et être susceptible de nombreuses réactions chimiques. La prévalence de la tuberculose par exemple au Sénégal, comme dans d autres pays de la sous-région, impose une grande vigilance sur les procédés de production admissibles de la farine fortifiée par les micros, petites et moyennes entreprises. La consommation de farine fortifiée de mauvaise qualité peut mettre en danger la santé des consommateurs et même provoquer de graves toxi-infections alimentaires. La mise en place d une politique de qualité dans les entreprises, même les plus petites, est donc une priorité en termes de protection du consommateur. La production de farine fortifiée, à base de mil/sorgho, requiert donc le respect d une hygiène stricte tout au long de la chaîne de transformation primaire et secondaire des céréales, jusqu au distributeur et au consommateur. C est pourquoi l USAID, qui a financé le projet «Amélioration de la qualité post récolte et du conditionnement des produits à base de sorgho/mil en vue d accroitre leur valeur marchande en Afrique de l Ouest» sous l égide du CORAF/WECARD, cherche à organiser et à renforcer la synergie entre les différents acteurs de la filière pour mieux la structurer et la valoriser afin de permettre aux petits producteurs et transformateurs d augmenter leurs revenus à travers la diversification et la promotion de l industrialisation des process de transformation par des technologies endogènes. En effet, c est dans ce cadre qu il faut placer ce manuel de formation qui porte sur la technologie de la fortification de la farine de mil/sorgho en fer et acide folique et qui intègre : les technologies post récoltes permettant d obtenir de la matière première de bonne qualité ; les technologies de transformation primaire permettant une farine fine sèche requise en fortification ; les bonnes pratiques de fabrication de la farine fortifiée ; l emballage et le conditionnement ; le contrôle de qualité du produit fini ;

13 les bonnes pratiques d hygiène ; le système HACCP. 1. Présentation du Manuel de formation Ce Manuel met l accent sur la qualité de la matière première (grains de mil/sorgho) et les bonnes pratiques de fabrication, le tout reposant à la fois sur la démarche HACCP et les bonnes pratiques d hygiène. Il récapitule les technologies post récoltes permettant d obtenir de la matière première de qualité, les règles d hygiène et de gestion de la production permettant aux petites et microentreprises de mettre sur le marché des produits sains pour le consommateur. Conçu par des chercheurs, des vulgarisateurs, des producteurs, des transformateurs et des équipementiers des pays bénéficiaires du projet, il est un guide de travail pour les micros, petites et moyennes entreprises agro/alimentaires. En conséquence, les recommandations privilégient des gestes d hygiène simples (travail dans un environnement et avec du matériel propres et désinfectés, lavage des mains avant la transformation, vêtements adaptés, évacuation des déchets, etc.) et l utilisation d équipements courants maintenus dans un parfait état de propreté. 2. Objectifs En élaborant ce manuel de formation, les objectifs visés sont : 1. Diffuser les technologies et bonnes pratiques permettant de réduire sensiblement les pertes post récoltes ; 2. Mettre à la disposition des producteurs des outils leur permettant de fournir de la matière première de qualité ; 3. Diffuser les bonnes pratiques de fabrication qui permettent de mettre à la disposition des consommateurs des produits de qualité sanitaire acceptable ; 4. Informer les producteurs et transformateurs sur le conditionnement et l emballage des produits afin d en améliorer la qualité marchande ; 5. Informer les transformateurs sur les pratiques d hygiène et sur la démarche qualité pour leur permettre de fabriquer des produits de bonne qualité sanitaire. 13

14 3. Méthodologie de rédaction du Manuel de formation Un atelier d élaboration du manuel a rassemblé une équipe d experts composée de chercheurs, de vulgarisateurs, de producteurs, de transformateurs et d équipementiers. Ces différentes personnes ressources avaient comme tâche de recenser des technologies post récoltes déjà éprouvées dans les centres de recherche des pays bénéficiaires, qui intéressaient les utilisateurs et dont les équipements nécessaires pour leur mise en œuvre existaient localement, de préférence. A la suite de ce travail, la technologie de fortification de la farine de mil/sorgho en micronutriments (fer, zinc et acide folique) a été retenue pour faire l objet de ce manuel de formation. Cette technologie a été étudiée d amont en aval en intégrant la qualité de la matière première (qualité du grain), les bonnes pratiques de fabrication durant les transformations primaires et secondaires, le contrôle de qualité du produit, l emballage et le conditionnement ainsi que la démarche HACCP. 14

15 CHAPITRE 1 TECHNOLOGIES D AMELIORATION DE LA QUALITE DES GRAINS DE MIL/SORGHO I. INTRODUCTION Le but recherché est de mettre à la disposition des transformateurs des grains de mil ou de sorgho de très bonne qualité. Parallèlement, il faudra utiliser les méthodes les plus appropriées pour réduire les pertes qualitatives et quantitatives estimées à quelques 20% à des taux de l ordre de 2 à 3%. A cet effet, il faudra recenser et décrire de manière détaillée les technologies existantes aux différentes étapes qui vont de la récolte au stockage et à la conservation. II. LES BONNES PRATIQUES DE RECOLTE ET POST RECOLTE 1. La récolte Il faut récolter après la maturation physiologique qui est constatée par un noircissement de la pointe du grain (germe). Il faudra éviter un contact direct avec le sol en utilisant par exemple des tiges comme lit de stockage. 2. Le séchage des épis Juste après la récolte, les épis sont séchés au champ pendant une à plusieurs semaines. Le séchage est la clé de sécurité de toute bonne conservation. Aucune denrée dont la teneur en eau est excessive ne peut être bien conservée. Pour le cas du mil et du sorgho le taux doit se situer entre 10 et 15%. En dessous de 10% la conservation est certes meilleure mais le grain peut se casser durant le décorticage. La qualité du produit transformé serait moins bonne en raison d une forte teneur en son. 15

16 16 Conseil : mettre les épis en petits tas ou en rangées de faible épaisseur pour un séchage plus homogène. Il faut éviter toute mouille due à la rosée ou aux pluies parasites entrainant des problèmes de moisissure. 3. Le transport des épis Certains paysans laissent les épis au champ jusqu à l arrivée de la batteuse à mil alors que les autres les transportent à la maison en utilisant des charrettes, des femmes ou et des enfants. Conseil : Pendant le transport, il faut bien attacher les bottes pour que des épis ne se perdent en chemin. 4. Le stockage des épis Les épis peuvent être stockés au champ ou dans des greniers à la maison 4.1. Stockage au champ Faire une haie de protection résistant aux animaux par la confection de palissades avec de préférence des herbes épineuses autour des tas Stockage dans les greniers Utiliser des greniers surélevés pour éviter les dégâts de rongeurs et ayant un chapeau étanche pour empêcher la mouille due aux pluies parasites. Conseil : Un saupoudrage par un insecticide est recommandé pour lutter contre toute infestation. 5. Le Battage Il se fait à la main (avec le mortier) ou à la machine (avec une batteuse). La batteuse est un équipement dont la fonction principale est de faire la séparation des grains du reste de l épi. La batteuse est composée d une trémie d alimentation, d un tambour et d un moteur. Le tout est supporté par des pieds. Il dispose d un système de séparation du grain du reste de l épi assisté d une ventilation. Le fonctionnement est toujours motorisé. Le moteur peut être d alimentation électrique ou de carburant. Les épis introduits dans la trémie, passent à travers le tambour qui les brise en petits morceaux. Les glumes et les objets légers sont projetés par ventilation et les grains récupérés à travers le bec dans des sacs ou des bassines. Les grains ne doivent pas être en contact direct avec le sol. Une toile ou une bâche propre doit être étalée sur le sol à cet effet. Il faut éviter ainsi un mélange des grains avec le sable

17 17 et les pierres de même granulométrie difficiles à éliminer. Ces pierres sont principalement à la base de nombreux problèmes lors de la transformation. Les grains sont recueillis dans des bassines ou dans des sacs avant l ensachage final. En cas de battage de lots de variétés différentes, veiller à bien nettoyer l outil utilisé après chaque opération pour éviter tout mélange variétal. 6. Le vannage Le vannage a lieu à la suite du battage. Il se fait à l aide d une vanneuse qui est généralement incorporée à la batteuse et permet de séparer les grains de mil/sorgho des débris d épis, des glumes et autres matières étrangères à l aide du vent. 7. L ensachage L utilisation des sacs de récupération peut avoir une incidence négative sur la qualité du produit. Ces sacs peuvent être infestés au départ, contenir des restes de produits non désirés ou dangereux et aussi des grains qui pourraient affecter la pureté variétale ou contaminer la denrée alimentaire (Cette pureté variétale est très importante aussi bien pour les semences que pour la qualité de la transformation ultérieure) Les sacs polypropylènes simples Il est conseillé d utiliser des sacs polypropylène (PP) tissés neufs de 50kg au maximum. En effet, pour faciliter la manutention, les sacs de masse supérieure ne sont pas recommandés Les sacs doublés Il s agit d une superposition de deux sacs : un sac plastique en polyéthylène (PE) intérieur et un sac extérieur en polypropylène tissé (PP). Ainsi le sac PE étanche est protégé par le sac en PP. Il est utilisé pour le stockage du mil/sorgho et autres céréales et pour assurer une bonne conservation dans le temps selon le principe de l herméticité. Pour ce faire, il faut : Introduire les grains à l intérieur du sac PE en veillant à ce qu aucun grain ne pénètre entre les deux sacs ; Ensuite chasser l air avant de fermer le sac PE contenant les grains et l attacher à l extrémité avec une ficèle après avoir effectué un nœud en colle de signe ; Enfin, attacher ou, de préférence fermer à la couseuse les sacs PP.

18 Les fûts et bidons Ce sont des conteneurs en métal ou en plastique qui se ferment hermétiquement. Les fûts sont en général cylindriques et ont une capacité de 50 ou 200 litres. Les bidons sont de capacité plus variable (entre 1 et 50 litres) selon les besoins d utilisation. Ils assurent une bonne conservation du mil/sorgho et autres céréales même pour une très longue durée. Pour ce faire, il faut : Bien sécher les grains; Vérifier que le fût ou bidon n est pas percé ; Bien sécher le fût ou bidon ; Remplir le fût entièrement de grains ; Fermer hermétiquement en s aidant si possible d une matière plastique ; Garder le fût ou le bidon à l ombre et ne pas l ouvrir avant un minimum de 15 jours pour atteindre le taux létal de gaz carbonique. 8. Le stockage des grains Les grains peuvent être stockés dans des magasins de stockage ou dans des silos métalliques Les magasins de stockage Pour sécuriser les stocks, il faut appliquer les règles suivantes : Désherber les alentours du magasin ; Nettoyer l intérieur et l extérieur du magasin ; Faire un traitement phytosanitaire préalable sur toutes les surfaces intérieures et extérieures du magasin ; Installer à l intérieur des supports surélevés (palettes ) NB : Un magasin de stockage spécialisé doit avoir le minimum d équipements suivant : Palettes ; Bascule ; Balance ;

19 19 Bâches de fumigation ; Boudins ; Appareil de traitement phytosanitaire ; Echelle ; Sacs aiguilles ficelles ; Sonde ; Tamis nettoyeur ; Mélangeur ; Produits phytosanitaires de traitement ; Matériels de protection du personnel (masques, tenues, etc). Conseil : Il ne faut jamais stocker les produits phytosanitaires dans le même local que les denrées alimentaires. Il existe deux types de magasins, les magasins personnels à la maison et les magasins communautaires. La préférence est accordée aux magasins communautaires où les bons traitements phytosanitaires et l application des conditions générales d un bon stockage sont plus garantis. La personne chargée de la gestion administrative et technique doit bénéficier d une bonne formation théorique et pratique. Concernant les magasins personnels, il est important d appliquer les principales règles d un bon stockage pour assurer une bonne conservation. En particulier il faut assurer au moins un traitement phytosanitaire du sol et utiliser des supports pour éviter de mettre des sacs en contact direct avec le sol. Les sacs doivent être surélevés d au moins 15cm. Pour stocker en magasins, les grains doivent être mis dans des sacs de taille moyenne à petite et ces derniers rangés en petits tas pour une bonne aération du stock Stockage dans les silos métalliques Les silos métalliques doivent être un peu surélevés pour éviter la rouille due aux eaux de pluie ou aux remontées de l humidité à partir du sol. Il faut éviter le contact direct des grains avec les parois du silo (condensation) en les couvrant avec une fine toile ou un tissu léger.

20 9. La protection phytosanitaire Pour assurer une bonne protection phytosanitaire des grains en stockage, il faut utiliser un insecticide adapté (K Othrine Actellic 2 DP). 10. La réception et le conditionnement Réception : accepter uniquement des grains de bonne pureté variétale et d un bon état phytosanitaire (pas d infestation par les insectes et les moisissures). Calibrage : utiliser des tamis dont la granulométrie est adaptée aux grains et à la variété désirée. Triage : procéder, pour les sacs acceptés, à un triage mécanique pour éliminer certaines matières étrangères restées avec les grains. Cette opération se fait sur les sacs ou cela est jugé nécessaire. Contrôle de la pureté variétale : n accepter que des grains de qualité conforme. 20

21 Chapitre 2 TECHNOLOGIES DE FABRICATION DE FARINE ENRICHIE EN MICRONUTRIMENTS I. INTRODUCTION La fortification ou enrichissement des aliments est une stratégie adoptée pour lutter contre les carences d apport, elle consiste à ajouter un ou des micronutriments dans un aliment véhicule afin d augmenter le niveau de consommation de ces micronutriments par la population. La fortification des farines céréalières (mil, sorgho) en micronutriments (fer, acide folique, zinc) est une des stratégies qui permet de réduire les carences d apport en micronutriments au sein d une population. La fortification en fer/acide folique ou vitamine B9 permet d augmenter le niveau de consommation de ces micronutriments et de réduire la prévalence de l anémie ferriprive notamment chez les enfants et les femmes en âge de procréer. L aliment véhicule peut être une farine fine ou une farine de roulage. Pour une meilleure homogénéité, le prémix (fortifiant) doit avoir une granulométrie proche de celle de la farine à fortifier. Les farines fortifiées pourront être utilisées pour des préparations culinaires (bouillies, beignets, pâtisserie etc.) et les transformations secondaires habituelles (panification, produits roulés, semoule précuite). II. PRODUCTION DE LA FARINE FINE PAR VOIE SECHE C est une transformation primaire du mil/sorgho qui consiste à nettoyer-calibrer, à décortiquer et à moudre par voie sèche le mil ou le sorgho pour obtenir une farine fine (plus de 75 % des particules se situent entre 0,5 et 0,25 mm). La farine fine est la matière première pour la fabrication de produits de panification, de pâtisserie, de farines infantiles, d aliments de complément et de farines fortifiées en micronutriments. 21

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Estimer le poids spécifique du maïs bien mûri après le séchage... 17-4. Classement... 17-15

Estimer le poids spécifique du maïs bien mûri après le séchage... 17-4. Classement... 17-15 17. Maïs Détermination du taux d impuretés... 17-2 Définitions... 17-2 Impuretés non déclarées... 17-2 Procédure normale de nettoyage... 17-2 Composition des impuretés... 17-3 Estimer le poids spécifique

Plus en détail

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Fabrication de farines à base de maïs

Fabrication de farines à base de maïs SAILD agridoc Fabrication de farines à base de maïs Zone géographique Mots clés Public(s) cible(s) Afrique centrale, Cameroun Farine ; Maïs ; Transformation agroalimentaire ; Couscous, Bouillie. Petites

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS 1. NOTIONS DE BASE 2. CAUSES POSSIBLES DE DYSFONCTIONNEMENT 3. POURQUOI NETTOYER PLUTÔT QUE CHANGER? 4. METHODOLOGIE D APPLICATION FAP-NET (réf.

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Collecte des échantillons. Collecte des échantillons Identité des aliments Nom common/alternative Ex. maïs, haricot de Nigeria

Collecte des échantillons. Collecte des échantillons Identité des aliments Nom common/alternative Ex. maïs, haricot de Nigeria Préparation, manipulation et stockage des échantillons West Africa Graduate Course on Food Composition and Biodiversity, Ghana, 20-31 July 2009 George Amponsah Annor Basé sur Greenfield and Southgate,

Plus en détail

Essais inter-laboratoires. Informations techniques

Essais inter-laboratoires. Informations techniques Essais inter-laboratoires Analyses de riz Informations techniques - Nombre d'essais sur une période de 1 an : 3 échantillons expédiés par courrier, respectivement aux mois de juin, octobre et février.

Plus en détail

RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION

RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION Dans le cadre du renforcement de capacité des producteurs bénéficiaires de la

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

A LA RECHERCHE DE LA PURETE... Analyser Détecter Rapporter

A LA RECHERCHE DE LA PURETE... Analyser Détecter Rapporter A LA RECHERCHE DE LA PURETE... Analyser Détecter Rapporter Détecteurs de métaux pour les industries alimentaires & d emballage EARNING CUSTOMER CONFIDENCE Analyser Détecter Rapporter INSIGHT IN PURSUIT

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments. Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30

La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments. Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30 La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30 Plan de présentation Cadre légal Types et catégories de permis

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

Béton ciré sols & murs

Béton ciré sols & murs Béton ciré sols & murs FICHE PRATIQUE BÉTON CIRÉ SOLS & MURS 1 Les nouveautés apportées par Cirex System Face à la demande croissante et à l engouement des médias pour le béton ciré, Cirex System a décidé

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

HYGIÈNE DES LIEUX ET DES ÉQUIPEMENTS DE PRÉPARATION ET DE VENTE

HYGIÈNE DES LIEUX ET DES ÉQUIPEMENTS DE PRÉPARATION ET DE VENTE MODULE 3 HYGIÈNE DES LIEUX ET DES ÉQUIPEMENTS DE PRÉPARATION ET DE VENTE PLAN OBJECTIF PÉDAGOGIQUE 41 MOTS-CLEFS 3.1. ENVIRONNEMENT DE PRODUCTION A. Hygiène environnementale et localisation des structures

Plus en détail

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire Au cours de cette session de formation, nous parlerons des Procédures Opérationnelles de Propreté et de Désinfection (SSOP), des Normes de Performance d Hygiène (SPS) et des Bonnes Pratiques de Fabrication

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement L Epoxy facile DOMAINES D EMPLOI Recommandé pour salle de bain, douche, plan de travail cuisine, piscine, bassins thermaux,

Plus en détail

TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION

TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION FICHE ANIMATION OBJECTIF > Entretien, gestion et suivi TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION Définir les responsabilités concernant chacune des tâches de gestion et d entretien du système construit. Relever

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 1 er avril 2014 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation de mise

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

documentation c a l f e u t r e m e n t s

documentation c a l f e u t r e m e n t s documentation c a l f e u t r e m e n t s Notre département calfeutrement vous propose sur toute la France, le rebouchement de vos passages de câbles ou tuyauteries afin de reconstituer le degré coupe-feu

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs Bureau du confinement des biorisques et de la sécurité Office of Biohazard, Containment and Safety Direction générale des sciences Science Branch 59, promenade Camelot 59 Camelot Drive Ottawa ON K1A 0Y9

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION EXIGENES POUR LA SÉQUENE DE HARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFETION 1.1 Généralités Avant d accepter le contrat de commission de transport, l adhérent GMP+FSA doit déterminer la procédure de nettoyage

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

SUP OPERATS AMM n 76 00 286

SUP OPERATS AMM n 76 00 286 Descriptif PRODUIT SUP OPERATS AMM n 76 00 286 Avoine décortiquée Matière Active : BROMADIOLONE (0.005%) Support : Avoine décortiquée Usages : Souris et rats (rats noir et surmulot) Lieux d utilisation

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

Agrément technique général. Association professionnelle de la construction en bottes de paille Allemagne Sieben Linden 1 D-38486 Bandau

Agrément technique général. Association professionnelle de la construction en bottes de paille Allemagne Sieben Linden 1 D-38486 Bandau No d agrément : Z-23.11-1595 INSTITUT ALLEMAND DES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION Etablissement de droit public 10 février 2006 10829 Berlin Kolonenstr. 30 L Tel. (49) 030 78730-332 Fax. (49) 030 78730-320

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

VERRE DECORATIF AGC POUR APPLICATIONS INTERIEURES GUIDE DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN

VERRE DECORATIF AGC POUR APPLICATIONS INTERIEURES GUIDE DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN VERRE DECORATIF AGC POUR APPLICATIONS INTERIEURES GUIDE DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN VERSION 2.0 MAI 2015 Cette version du guide annule et remplace toutes les versions précédentes. Consultez régulièrement

Plus en détail

Les Bonnes Pratiques Hygiéniques dans l Industrie Alimentaire

Les Bonnes Pratiques Hygiéniques dans l Industrie Alimentaire Les Bonnes Pratiques Hygiéniques dans l Industrie Alimentaire 1- Hygiène du personnel Lors de l'embauche à l entreprise, toute personne affectée au travail et à la manipulation des produits est soumise

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale La «marche en avant» consiste à éviter autant que possible le croisement

Plus en détail

CommonMarketforEastern andsouthernafrica

CommonMarketforEastern andsouthernafrica CommonMarketforEastern andsouthernafrica EDICTOFGOVERNMENT± Inordertopromotepubliceducationandpublicsafety,equaljusticefor al,abeterinformedcitizenry,theruleoflaw,worldtradeandworld peace,thislegaldocumentisherebymadeavailableonanoncommercial

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF CAC/RCP 15-1976 CONTENTS INTRODUCTION 137 1 OBJECTIFS 138 2 CHAMP D APPLICATION ET UTILISATION DU DOCUMENT 138 2.1 Champ d

Plus en détail

Marquage laser des métaux

Marquage laser des métaux 62 Colorer Marquage laser des métaux TherMark Produit à base aqueuse pour un nettoyage rapide. Appliquer une fine couche de produit sur le métal, laisser sécher moins de 2 minutes et graver au laser. L

Plus en détail

ANTI CONDENSATION PEINTURE ASSAINISSANTE PEINTURE ANTI-CONDENSATION. Direct sur Murs Humides. Cuisine - Salle de Bain - Lingerie PRINCIPES ACTIFS

ANTI CONDENSATION PEINTURE ASSAINISSANTE PEINTURE ANTI-CONDENSATION. Direct sur Murs Humides. Cuisine - Salle de Bain - Lingerie PRINCIPES ACTIFS ANTI HUMIDITÉ PEINTURE ASSAINISSANTE Direct sur Murs Humides i s o l e e t c o n s o l i d e PEINTURE ANTI-CONDENSATION Cuisine - Salle de Bain - Lingerie a n t i - b u é e PRINCIPES ACTIFS l e s s i va

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

Boissons au gingembre

Boissons au gingembre Boissons au gingembre 1/13 Boissons au gingembre Production artisanale Caractéristique des boissons au gingembre Le jus de gingembre est un produit piquant rappelant le goût du piment. Il est recommandé

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

VMC. ventilateurs petits débits : Energy 100/150/250 FTE 103 131 B. Energy 150. Energy 250. Energy 100

VMC. ventilateurs petits débits : Energy 100/150/250 FTE 103 131 B. Energy 150. Energy 250. Energy 100 VMC ventilateurs petits débits : Energy 100/150/250 Energy 150 Energy 250 Energy 100 FTE 103 131 B Janvier 2008 Energy 100/125/150 Gamme habitat/tertiaire Energy 150 descriptif technique Déclaration du

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LE COMMERCE DU MAÏS AU MALI

FICHE TECHNIQUE SUR LE COMMERCE DU MAÏS AU MALI Afrique Verte BP : E404 - Bamako - Mali. Rue : 232 Porte : 754 Tel : (223) 221 97 60/ 221 57 69/ 221 57 79 Fax : (223) 221 34 11 E-mail : afriqueverte@afribone.net.ml http://www.afriqueverte.org FICHE

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

MICROTRON MB 550 / MB 800

MICROTRON MB 550 / MB 800 MICROTRON MB 550 / MB 800 Mélangeur de laboratoire TECHNIQUE D HOMOGÉNÉISATION ET DE MÉLANGE AU LABORATOIRE POUR DES ECHANTILLONS SÉCABLES ET LIQUIDES MICROTRON - Mélangeur de laboratoire Lors de la préparation

Plus en détail

PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE

PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE Mai 2013 INTRODUCTION Le projet cantine et promotion de l hygiène en milieu scolaire est la suite

Plus en détail

Transport sur la route

Transport sur la route Transport sur la route Dans un camion ou un fourgon, il faut garder le poisson et les produits du poisson au froid et éviter la contamination, pendant toute la période de la livraison aux clients. Suivez

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage Qu est-ce que le compostage? Le compostage est la transformation des matières organiques avec la complicité de divers organismes vivants depuis la bactérie et le champignon jusqu aux vers de terre et aux

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Analyser Détecter Rapporter

Analyser Détecter Rapporter A LA RECHERCHE DE LA PURETE... Analyser Détecter Rapporter DÉTECTION DES MÉTAUX POUR L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE EARNING CUSTOMER CONFIDENCE Analyser Détecter Rapporter A LA RECHERCHE DE LA PURETE... Lock

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION

ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION Lumec recommande fortement que vous fassiez l entretien de vos luminaires deux fois par année pour prolonger la beauté de leur surface

Plus en détail

D où viennent nos semences. Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto

D où viennent nos semences. Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto D où viennent nos semences Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto Monsanto a pour objectif de permettre aux agriculteurs de petites et grandes exploitations de produire davantage

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS

LA GESTION DES DECHETS LA GESTION DES DECHETS AML BATIMENT Ensemble contribuons à protéger l environnement AML Bâtiment Page 1 LA GESTION DES DECHETS SUR LES CHANTIERS AML BATIMENT AML Bâtiment Page 2 SOMMAIRE POURQUOI CONNAITRE

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse 60 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Verre cellulaire FOAMGLAS T4+ FOAMGLAS S3 FOAMGLAS F FOAMGLAS TAPERED FOAMGLAS BOARD PANNEAU READY

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

BlendingLine. MINICOLOR V MINICOLOR G GRAVICOLOR Doseurs et mélangeurs. smart solutions

BlendingLine. MINICOLOR V MINICOLOR G GRAVICOLOR Doseurs et mélangeurs. smart solutions BlendingLine smart solutions MINICOLOR V MINICOLOR G GRAVICOLOR Doseurs et mélangeurs L excellente qualité de mélange avec la précision de répétiton la plus élevée sont exigées pour le dosage d additifs

Plus en détail