données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ;"

Transcription

1 1/12 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 07/2010 du 25 mars 2010 Objet: Demande d autorisation pour la communication électronique de données cadastrales à l Institut professionnel des agents immobiliers (IPI) (AF/MA/08/003). Le Comité sectoriel pour l Autorité Fédérale ; Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; Vu l'arrêté royal du 17 décembre 2003 fixant les modalités relatives à la composition et au fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée, en particulier l'article 18 ; Vu la demande de l Institut professionnel des agents immobiliers (IPI) reçue le 26/11/2009; Vu la demande d'avis technique et juridique adressée au Service public fédéral Fedict en date du 08/03/2010; Vu l'avis technique et juridique reçu le 25/03/2010; Vu le rapport du Président ; Émet, après délibération, la décision suivante, le 25/03/2010:..

2 Délibération AF 07/2010-2/12 I. OBJET DE LA DEMANDE 1. L Institut professionnel des agents immobiliers (IPI) souhaite obtenir une autorisation pour accéder électroniquement à certaines informations cadastrales traitées par le Service Public Fédéral Finances (Administration Générale de la Documentation Patrimoniale). 2. La demande vise à permettre aux agents immobiliers membres de l IPI d accéder via une interface web à certaines données extraites de la matrice cadastrale : a. Pour le volet propriétaire-personne physique ou morale : Il s agit d accéder au nom, prénom, état civil et adresse du propriétaire et de son conjoint. Pour les personnes morales, il s agit d accéder au numéro d entreprise, à des mots clés de recherche, à la dénomination, à la rue-numéro de police, au code postal et la localité (siège social) ; b. Pour le volet détail de l article : Il s agit d accéder à la division, l article, le n attribué au propriétaire/nombre total de propriétaires, le type d inscription (ex : bien propre), les droits (quotités et type de droits), l extinction des droits (date) ; c. Pour le volet détail des parcelles : Il s agit d accéder au n (n d ordre), à la modification (changement de la situation cadastrale d une parcelle et année), la situation (adresse), la nature (ex : jardin, maison), le montant du revenu cadastral, l année de construction, les détails (éléments complémentaires d identification des parcelles), la section, la parcelle (n parcellaire) et la contenance. 3. La demande porte également sur l accès au plan parcellaire cadastral et à la visualisation des autres propriétaires du bien concerné. II. CONTEXTE DE LA DEMANDE 4. L Administration Générale de la Documentation Patrimoniale (AGDP) et l Institut Professionnel des Agents Immobiliers ont conclu un protocole de collaboration le 10 mai 2007 en matière d ICT, de législation et de réglementation s inscrivant dans le cadre de la modernisation et de la simplification administrative des deux parties. 5. Un des objectifs est de permettre aux agents immobiliers d accéder à certaines données cadastrales en ligne. A terme, l accord prévoit également que les agents immobiliers fournissent à l AGDP les informations nécessaires à la mise à jour du code de construction des bâtiments en mentionnant les inexactitudes constatées dans la description cadastrale des biens. Pour le moment, la demande d accès ne poursuit aucun but fiscal.

3 Délibération AF 07/2010-3/12 III. EXAMEN DU FOND LA DEMANDE a. Application de la LVP aux registres publics et semi-publics 6. Comme déjà souligné dans l avis d initiative du 10 septembre 2001 de la Commission relatif à l organisation de la publicité cadastrale 1, «la LVP s applique non seulement aux registres semipublics mais également, depuis la transposition de la directive n 95/46/CE relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement de données à caractère personnel, aux registres légalement publics». La LVP s applique donc au cadastre. b. Principe de légalité 7. La communication de données cadastrales aux agents immobiliers agréés auprès de l IPI visée par la présente demande doit trouver son fondement juridique dans l Arrêté royal du 20 septembre 2002 fixant les rétributions dues et les modalités à appliquer pour la délivrance d'extraits et de renseignements cadastraux. 8. Le Comité estime que cette communication pourrait trouver son fondement juridique dans les articles 13 et 21 de cet Arrêté royal. 9. L article 13 prévoit que La délivrance d'extraits ou de renseignements cadastraux ne rentrant pas parmi ceux visés expressément par le présent arrêté, ne peut avoir lieu qu'avec l'accord du directeur général de l'administration du cadastre, de l'enregistrement et des domaines. Il peut, à cet effet, donner délégation à l auditeur général, chef de service, qui a la délivrance des extraits et renseignements cadastraux dans ses attributions. La rétribution pour de tels extraits ou renseignements est fixée de manière forfaitaire en fonction, entre autres, de l'importance des prestations à fournir pour effectuer le travail demandé. Le montant de leur rétribution de même que les conditions éventuelles auxquelles est soumise leur délivrance, sont notifiés au demandeur qui doit marquer son accord avant que le travail ne soit entrepris. 10. L article 21 qui fait référence aux conventions particulières stipule que «la reprise et le traitement du plan parcellaire cadastral sur support informatique, en tout ou en partie, ne peuvent se faire qu en vertu d une convention expresse». 1 Avis 32/2001 de la Commission du 10 septembre 2001 relatif à l organisation de la publicité cadastrale, disponible sur

4 Délibération AF 07/2010-4/ En vertu de ces deux dispositions, le directeur général de l administration du cadastre a la possibilité de conclure une convention particulière avec l IPI pour la communication électronique de données cadastrales. Si le protocole de collaboration visé au point 4 de cette délibération constitue une telle convention, le Comité estime que ces bases légales sont applicables au cas d espèce. 12. Néanmoins, le Comité entend souligner que les dispositions de l Arrêté royal du 20 septembre 2002 sont trop obscures et ne permettent pas aux citoyens (ni au Comité) d avoir une information suffisante quant au fonctionnement du cadastre, qui est pourtant une base de données publique contenant leurs données personnelles. Dans le contexte actuel où le respect de la protection des données est un droit fondamental consacré et réglementé déjà depuis plus de 15 ans, il est essentiel que les règles de fonctionnement d anciennes bases de données, tel que le cadastre, soient mises à jour et clairement stipulées. Le Comité préconise qu un tel texte réglementaire précise clairement les finalités du cadastre et de la publicité cadastrale, les données qui y sont traitées et les communications aux tiers qui sont permises (description des finalités, données communiquées, catégories de destinataires, conditions et modalités de communication ). 13. Pour ce qui concerne l utilisation des données cadastrales par l agent immobilier, le mandat écrit qui lie ce dernier à ses clients constitue dans son chef la base de légitimité de ses traitements. c. Principe de finalité 14. L article 4 de la LVP prévoit que les données à caractère personnel doivent être traitées loyalement et licitement mais également collectées pour des finalités déterminées, explicites et légitimes, et ne pas être traitées ultérieurement de manière incompatible avec ces finalités, compte tenu de tous les facteurs pertinents, notamment des prévisions raisonnables de l intéressé et des dispositions légales et réglementaires. 15. La communication à des tiers de données contenues dans les répertoires publics ou semi-publics doit constituer une forme d utilisation externe poursuivant l accomplissement du but légal et légitime qui est la base même du traitement que constitue le répertoire public ou semi-public Il appartient au pouvoir législatif, ou exécutif agissant en vertu d une loi, de définir les finalités de tels fichiers. 2 Voir l avis 32/2001 de la Commission, op. cit., p. 3.

5 Délibération AF 07/2010-5/ L article 504 du Code des Impôts sur le Revenu est la base légale du cadastre. Il est complété par l Arrêté royal du 20 septembre 2002 fixant les rétributions dues et les modalités à appliquer pour la délivrance d extraits et de renseignements cadastraux. 18. Le Comité remarque que les dispositions légales et réglementaires organisant le cadastre sont en défaut de définir les finalités de traitement des informations cadastrales visées par l article 504 du Code des Impôts sur le Revenu. 19. La doctrine a pu relever que la publicité des registres du cadastre avait une double finalité : a. Permettre aux administrés d obtenir en ce qui concerne les propriétés immobilières, les renseignements dont ils peuvent avoir besoin, soit pour leur usage administratif ou personnel, soit pour satisfaire à des obligations imposées par des lois ou règlements 3. b. Le cadastre présente aussi une certaine utilité en matière de compétence et de ressort dans les contestations portant sur la propriété ou la possession des immeubles, ainsi que pour les expropriations pour cause d utilité publique et les expropriations forcées 4. Pour ce point, il faut souligner que le cadastre belge n a pas un caractère juridique et n a donc pas de force probante, mais constitue un élément de présomption de propriété, au titre de renseignement Lors d une vente, les agents immobiliers sont tenus par la jurisprudence de vérifier la faisabilité de l opération (par exemple, la qualité de propriétaire du vendeur-mandant), sans quoi, ils commettent une faute professionnelle Sans avoir l obligation de procéder à des vérifications minutieuses telles celles qui s imposent au notaire chargé de la passation d un acte authentique de vente, ils doivent prendre certaines précautions et ne pas se fonder uniquement sur les allégations de leurs mandants La jurisprudence leur impose de vérifier à tout le moins les titres de propriété Les agents immobiliers ont également une obligation de nature déontologique de vérifier l identité, la qualité et les coordonnées précises de leur commettant ou des représentants de ce dernier, ainsi que de l adéquation des pouvoirs de ces personnes avec l objet de sa mission 9. 3 R.P.D.B., verbo «Cadastre», Tome II, L. 4, cl. 2*. 4 Ibidem. 5 Cass., 15 mai 1902, Pas., 1902, I, p Civ. Brux., 30 sept. 1994, J.L.M.B., 1997, p. 803; Civ. Nivelles, 10 juin 1981, Res. Jur. Imm., 1982, p. 59; 7 Brux., 28 janv. 1999, J.T., 1999, p. 625; Civ. Brux., 30 sept. 1994, J.L.M.B., 1997, p Brux., 28 janv. 1999, J.T., 1999, p. 625; Civ. Nivelles, 10 juin 1981, Res. Jur. Imm., 1982, p. 59;

6 Délibération AF 07/2010-6/ Il faut souligner que le cadastre belge constitue, en ce qui concerne la titularité des droits de propriété, qu un élément de présomption de propriété en tant que simple élément de renseignement en la matière. 25. Si les informations cadastrales peuvent être utiles pour l agent immobilier, on peut douter qu il pourra se contenter de ces informations pour s assurer de la faisabilité de l opération qu il a reçue en charge. L accord conclu entre l AGDP et l IPI (voir le point 4 de cette délibération) prévoit par ailleurs que sur base de l information cadastrale communiquée, les agents immobiliers pourront introduire une demande simplifiée de certificat hypothécaire qui leur sera fourni par écrit. 26. Selon la jurisprudence, la seule obligation imposée aux agents immobiliers est de vérifier les titres de propriété. Si l information cadastrale ou hypothécaire peut leur être utile, il semble que rien ne les oblige aujourd hui d effectivement les consulter. 27. La source authentique permettant de vérifier la propriété des biens est le registre des hypothèques. Les notaires devront toujours consulter ce registre au moment de la transaction car cette consultation doit être faite à la date la plus proche de l acte. La consultation éventuelle qui serait réalisée par un agent immobilier n exonèrera normalement pas le notaire d effectuer la même demande. Par conséquent, les frais de consultation risquent d être facturés deux fois aux administrés. 28. L agent immobilier intervient toutefois dans des missions pour lesquelles le notaire n intervient pas (la location, par exemple). 29. Le projet prévoit que l agent immobilier obtienne le consentement de son client propriétaire. Le consentement devrait être inséré dans le mandat écrit conclu entre l agent immobilier et son client. Celui-ci devrait être clairement informé de l utilité de cette consultation, du fait qu elle n est pas obligatoire (et de son prix). Par ailleurs, le mandat devra prévoir un engagement de confidentialité de l agent immobilier qui ne pourra utiliser ces données que dans le cadre des missions confiées par son client. Le Comité estime que dans ce cadre, la finalité poursuivie est légitime. 30. Le principe de finalité repris à l article 4 de la LVP implique également que les données ne soient pas utilisées pour d autres fins que celles pour lesquelles elles sont communiquées initialement. 9 Article 13 du Code de déontologie de l IPI rendu obligatoire par Arrêté Royal du 27 sept

7 Délibération AF 07/2010-7/ En tout état de cause, il est essentiel que les agents immobiliers n utilisent les informations cadastrales que dans le cadre d un mandat précis de vente ou de location confié par leur client et jamais à des fins de prospection commerciale ou de démarchage. Outre le respect de l article 4 de la LVP, il s agit également de respecter l article 7 du code de déontologie de l IPI qui prévoit que «lors de la consultation des banques de données auxquelles il a accès par l intermédiaire de l Institut et du traitement de ces données, l agent immobilier ne peut recueillir et traiter que des informations directement liées à l exercice de la mission à l occasion de laquelle la consultation est demandée». 32. Afin de s assurer du fait que l agent immobilier agisse que dans le cadre d une mission particulière de vente ou de location d un (ou de ses) mandant(s), le projet prévoit actuellement que l agent immobilier obtienne un accord exprès et écrit du client concerné et que les requêtes électroniques ne soient possibles que sur la base du numéro de l article (numéro de matrice cadastrale) et de la division. 33. En outre, il est prévu que les accès se réaliseront via l IPI. Cet institut professionnel en charge du respect des règles de déontologie et de statuer en matière disciplinaire à l égard de ses membres, devra par conséquent exercer un contrôle sur les demandes formulées par les agents immobiliers. Pour ce faire, il s avère nécessaire que l IPI dispose d un accès au cadastre afin que ses employés l utilisent dans un but de contrôle des flux de données et qu il conserve un journal de bord (logging) des accès réalisés par ses membres. 34. Le risque de détournement de finalité peut également exister dans le chef de l AGDP. En effet, le protocole de collaboration conclu le 10 mai 2007 entre l AGDP et l IPI prévoit à terme que les agents immobiliers fournissent à l AGDP les informations nécessaires à la mise à jour du code de construction des bâtiments en mentionnant les inexactitudes constatées dans la description cadastrale des biens. 35. La mise à jour de la documentation cadastrale s effectue normalement par les services de l administration via les tournées annuelles des contrôleurs, par les informations dues aux mutations cadastrales (informations provenant notamment des notaires), aux changements dans la numérotation des parcelles Voir Cl. Hollanders de Ouderaen, Le cadastre, Rép. Not., Tome II, les biens, Livre 4, point 57 et s.

8 Délibération AF 07/2010-8/ L utilisation de la publicité cadastrale dans le but de mettre à jour les bases de données cadastrales par les agents immobiliers n est pas une finalité reconnue pour le cadastre et n entre pas dans les attentes légitimes des administrés. 37. La mise en œuvre d un tel projet ne pourrait se réaliser, en vertu de l article 4 de la LVP, que par l adoption de nouvelles dispositions légales qui prévoiraient spécifiquement cette possibilité. d. Principe de proportionnalité 38. En vertu du principe de proportionnalité, il convient de procéder à une pondération des intérêts en présence et l intérêt des agents immobiliers doit être mis en balance avec le risque d atteinte à la vie privée pour les personnes dont les données sont communiquées. 39. Comme mesure de protection de la vie privée des administrés, il est actuellement prévu d empêcher l obtention du relevé de l ensemble des biens détenus par une personne en permettant une requête sur la base de données personnelles des propriétaires. 40. Le Comité considère qu il n est effectivement pas légitime que les agents immobiliers puissent obtenir un relevé, par individu, de l ensemble de leurs biens. 41. Le système tel qu envisagé ne permettrait que les requêtes sur la base du numéro de l article (numéro de matrice cadastrale) et de la division. 42. Par ailleurs, seules les données nécessaires doivent être communiquées. 43. L agent immobilier peut avoir un rôle de conseil pour ses clients et a une obligation juridique de vérifier la faisabilité de l opération, ce qui garantit une certaine sécurité juridique de la transaction immobilière envisagée. 44. Dans ce cadre, il est utile pour lui qu il accède aux données cadastrales d identification des titulaires de droits réels sur un bien (pour les particuliers : nom, prénom, état civil, adresse des propriétaires et de leurs époux 11 /pour les personnes morales : numéro d entreprise, dénomination, adresse du siège social 12 ). 11 En vertu de l article du Code civil, un époux ne peut sans l accord de l autre, disposer entre vifs à titre onéreux ou gratuit des droits qu il possède sur l immeuble qui sert au logement principal de la famille. 12 Le Comité souligne le fait que la législation du 8 décembre 1992 relative à la protection des données ne protège que les données relatives aux personnes physiques (et non les données relatives aux personnes morales).

9 Délibération AF 07/2010-9/ Il est également utile qu il accède aux informations cadastrales relatives aux droits réels grevant le bien (type de droit, quotités, date d extinction), à la description du bien immobilier (division, article, n d ordre, modification, adresse, nature, année de construction, section, parcelle, contenance) et au revenu cadastral (ce qui lui permet de renseigner le montant des droits d enregistrement). 46. L accès au plan parcellaire cadastral leur permettra de situer le bien géographiquement et d avoir une représentation graphique des parcelles cadastrales, de leurs limites et des constructions qui s y trouvent. 47. Si ces informations sont utiles dans l exercice de leur profession, il n est cependant pas actuellement requis qu ils les obtiennent. 48. Il faut toutefois souligner que la sécurité juridique des transactions immobilière par une information correcte des parties est un objectif qui est également dans l intérêt des administrés. Mais, dans l état actuel de la jurisprudence, l obtention du titre de propriété garantit déjà dans une bonne mesure la sécurité juridique des transactions immobilière. e. Fréquence des communications du cadastre et durée de la présente autorisation 49. La fréquence des communications de données ne peut être prédéterminée dans la mesure où elle dépend des missions des agents immobiliers. 50. La communication des données est demandée pour une durée indéterminée. f. Durée de conservation des données 51. Selon la demande, les agents immobiliers n auront pas la possibilité de réaliser une conservation électronique des données. 52. En vertu de l article 16 du code de déontologie de l IPI, «L agent immobilier conservera et restituera sans retard au commentant tous les documents que ce dernier lui a remis ou dont il a rémunéré l obtention dans le cadre de sa mission». 53. Il pourra, si nécessaire, conserver une copie papier de ces informations uniquement à fins de gestion de l éventuelle mise en cause de sa responsabilité civile professionnelle ou

10 Délibération AF 07/ /12 déontologique, et cela uniquement pour la durée pendant laquelle des actions pourraient être mues contre lui. g. Principe de transparence 54. Le traitement des données doit être loyal et donc avoir lieu de façon transparente. L'obligation d information au sens de l'article 9 de la LVP constitue une des pierres d'angle d'un traitement transparent. 55. L AGDP procède à des collectes de données directement auprès des administrés et indirectement, par exemple, par le biais des notaires en vue de la tenue et de la mise à jour du cadastre. 56. Pour ce qui concerne les collectes directes de données, l AGDP est soumis à l obligation d information des administrés et cela en application de l article 9, 1 er. L information quant aux coordonnées du responsable de traitement, aux finalités de traitement, aux catégories de destinataires des données (notamment les agents immobiliers) et quant à l existence du droit d accès doit être fournie au plus tard au moment où les données sont obtenues auprès de l administré. 57. En vertu de l'article 9, 2, deuxième alinéa, b) de la LVP, une dispense de l'obligation d'information peut s'appliquer pour les collectes indirectes de données dès lors que le traitement est effectué en vertu d une loi. Cette dispense n'empêche cependant pas que le Comité puisse s'assurer de l'existence de garanties appropriées à l'égard de la protection des droits fondamentaux des personnes concernées. 58. A cet égard, le Comité estime que l information fournie dans la réglementation actuelle ne permet pas aux administrés d avoir une vue claire sur les traitements opérés au sein des registres du cadastre. Pour que le Comité puisse considérer que le traitement réalisé par l AGDP soit transparent, il s avère essentiel que les règles de fonctionnement du cadastre soient mises à jour et clairement stipulées. Un texte réglementaire clair et transparent devrait préciser clairement les finalités du cadastre et de la publicité cadastrale, les données qui y sont traitées et les communications aux tiers qui sont permises. En l absence actuelle d un tel cadre, le Comité estime que l AGDP devrait communiquer à tout le moins dans le cadre de cette autorisation des informations permettant aux administrés de se renseigner sur cet accès électronique octroyé à l IPI et à ses membres (finalité, données communiquées, conditions d accès, destinataires).

11 Délibération AF 07/ / Les agents immobiliers ont également une obligation d information quant aux traitements de données qu ils réalisent. Ils devraient informer leur client dans le cadre de leur mandat écrit au sujet de cette possibilité de consultation du cadastre (caractère non obligatoire) et des finalités pour lesquelles ils traiteront les données obtenues. 60. Par ailleurs, dès lors que l IPI, en tant qu intermédiaire, sera en charge de mettre en place un journal de bord (logging) des accès réalisés par ses membres, il est également nécessaire que ceux-ci soient pleinement informés des données traitées dans le cadre de la mission de contrôle de l IPI et notamment de l existence de ce journal de bord, des finalités de ces traitements et des modalités de contrôle. h. Destinataires et/ou tiers auxquels des données sont communiquées 61. Les agents immobiliers ne pourront communiquer les données obtenues qu aux parties à la transaction immobilière. Si le propriétaire peut bien évidement obtenir l ensemble des informations obtenues, l autre partie ne sera informée que de ce qui lui est nécessaire pour la transaction immobilière en cours. i. Principe de sécurité 62. D'après les documents communiqués, il apparaît que l AGDP et l IPI disposent d'un conseiller en sécurité et d'une politique de sécurité. 63. Le Comité en prend acte. 64. Par ailleurs, l IPI doit s assurer que des mesures techniques et organisationnelles de sécurité soient également mises en place par ses membres afin d éviter tout accès ou autre traitement non autorisé. PAR CES MOTIFS, Le Comité prend acte des engagements pris par les parties, à savoir : - que l accès ne soit possible que sur la base du numéro de l article et de la division ; - que les agents n aient pas la possibilité de réaliser une conservation électronique des données, et qu une copie papier ne puisse être conservée qu à des fins de gestion d une éventuelle mise en cause de leur responsabilité civile professionnelle ou déontologique et cela uniquement pour la durée pendant laquelle des actions pourraient être mues ;

12 Délibération AF 07/ /12 Par ailleurs, le Comité autorise, pour une durée indéterminée, l IPI et les agents immobiliers membres de l IPI à recevoir certaines données cadastrales (décrites aux points 44, 45 et 46 de cette autorisation), aux conditions exposées dans la présente délibération, à savoir : - que les agents immobiliers n utilisent les informations cadastrales que dans le cadre d une mission précise de vente ou de location commanditée par leur client et jamais à des fins de prospection commerciale ou de démarchage ni à des fins de mise à jour du cadastre ; - que l accès soit réalisé via l IPI et que celui-ci exerce un contrôle sur ceux-ci et qu à cette fin, il conserve un journal de bord des accès (logging); - que l AGDP informe les administrés au sujet de cet accès électronique octroyé à l IPI et à ses membres (finalité, données communiquées, conditions d accès, destinataires) ; - que les agents immobiliers informent leur client du caractère non obligatoire de cette consultation et des finalités pour lesquelles ils traiteront les données obtenues et (afin qu ils puissent communiquer leur consentement éclairé) de son prix ; - que l IPI informe clairement ses membres sur les traitements qu il réalise dans le cadre de ses missions de contrôle des flux de données (données traitées, existence d un journal de bord, finalités, modalités de contrôle) ; - que l IPI s assure que des mesures techniques et organisationnelles de sécurité soient également mises en place par les agents immobiliers membres de l IPI afin d éviter tout accès ou autre traitement non autorisé. Pour l Administrateur e.c., Le Président, (sé) Patrick Van Wouwe (sé) Willem Debeuckelaere

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/5 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 01/2014 du 16 janvier 2014 Objet : demande de l'institut professionnel des agents immobiliers (IPI) afin que soit étendue l'autorisation

Plus en détail

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée;

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée; 1/11 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 37/2013 du 14 novembre 2013 Objet: Demande d autorisation d accès à la Banque-Carrefour des véhicules du SPF Mobilité et Transports par

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 14/2013 du 2 mai 2013 Objet : demande d'autorisation émanant du Fonds Commun de Garantie Automobile afin de pouvoir consulter certaines données

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/11 Comité sectoriel pour l'autorité fédérale Délibération AF n 03/2015 du 19 février 2015 Objet : demande d'autorisation en vue de la communication de données à caractère personnel de propriétaires d'un

Plus en détail

Vu la demande de la Société wallonne du crédit social reçue le 3 juillet 2014;

Vu la demande de la Société wallonne du crédit social reçue le 3 juillet 2014; 1/9 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 77/2014 du 8 octobre 2014 Objet: Demande d accès aux données du Registre national et d utilisation du numéro d identification formulée par la

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-15 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-15 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-15 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 23/2015 du 9 juillet 2015 Objet : demande d'autorisation formulée par l'université de Gand, Faculté de Médecine vétérinaire, afin de pouvoir

Plus en détail

Vu les informations complémentaires reçues en date du 16/10/2014 ;

Vu les informations complémentaires reçues en date du 16/10/2014 ; 1/8 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 98/2014 du 19 novembre 2014 Objet: Demande de la Banque nationale de Belgique (BNB) à pouvoir accéder au Registre national et utiliser le numéro

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 22/2015 du 17 juin 2015

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 22/2015 du 17 juin 2015 1/7 Avis n 22/2015 du 17 juin 2015 Objet: Projet d'arrêté royal concernant la gestion du Registre central des testaments et du Registre central des contrats de cohabitation et de mariage (CO-A-2015-029)

Plus en détail

Vu la demande de Sofico (ci-après le demandeur), reçue le 19 février 2016 ;

Vu la demande de Sofico (ci-après le demandeur), reçue le 19 février 2016 ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 15/2016 du 12 mai 2016 Objet: demande d'autorisation de la Société wallonne de Financement complémentaire des Infrastructures (Sofico) de

Plus en détail

Vu la demande du Département de l Enseignement du Ministère de la Communauté flamande du 23 mai 2005;

Vu la demande du Département de l Enseignement du Ministère de la Communauté flamande du 23 mai 2005; CSSS/05/90 1 DÉLIBÉRATION N 05/031 DU 10 OCTOBRE 2005, MODIFIÉE LE 20 JUIN 2006, RELATIVE AU DÉPARTEMENT DE L ENSEIGNEMENT DU MINISTÈRE DE LA COMMUNAUTÉ FLAMANDE ACCÈS AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR GÉRÉS

Plus en détail

CELSO RODRIGUEZ PADRÓN, SÉCRETAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE.

CELSO RODRIGUEZ PADRÓN, SÉCRETAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE. CELSO RODRIGUEZ PADRÓN, SÉCRETAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE. JE CERTIFIE QUE PENDANT LA SEANCE PLENIERE DU POUVOIR JUDICIAIRE DU JOUR DIT, LE PROJET DE RESOLUTION POUR LA REGULATION

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après «LVP»), en particulier l'article 29 ; Avis n 32/2014 du 30 avril 2014

données à caractère personnel (ci-après «LVP»), en particulier l'article 29 ; Avis n 32/2014 du 30 avril 2014 1/6 Avis n 32/2014 du 30 avril 2014 Objet: Demande d'avis relative à l'avant-projet d arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 19 juillet 2001 relatif à l'accès de certaines administrations publiques au

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2012-86 DU 11 JUIN 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE PAR LA

Plus en détail

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 20/2015 du 10 juin 2015 Objet : avis relatif au projet d'arrêté royal déterminant les critères sur la base desquels des données sont qualifiées d'authentiques en exécution de la loi du 15 août

Plus en détail

Le département de l Enseignement a également été autorisé à utiliser le numéro d identification du Registre national pour les mêmes finalités.

Le département de l Enseignement a également été autorisé à utiliser le numéro d identification du Registre national pour les mêmes finalités. CSSS/05/90 1 DELIBERATION N 05/031 DU 10 OCTOBRE 2005 RELATIVE AU DEPARTEMENT DE L ENSEIGNEMENT DU MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FLAMANDE ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR GERES PAR LA BANQUE CARREFOUR

Plus en détail

Vu la demande d'avis de la DG Office des Etrangers du SPF Intérieur reçue le 12/11/2015;

Vu la demande d'avis de la DG Office des Etrangers du SPF Intérieur reçue le 12/11/2015; 1/6 Avis n 01/2016 du 13 janvier 2016 Objet: Avis sur le projet d Arrêté royal modifiant l arrêté royal du 10 décembre 1996 relatif aux différents documents d identité pour les enfants de moins de 12 ans

Plus en détail

APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud. Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration

APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud. Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration TABLES DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA PRÉSENTE POLITIQUE...-

Plus en détail

Vu la demande de l'institut de formation judiciaire, reçue le 15/03/2012 ;

Vu la demande de l'institut de formation judiciaire, reçue le 15/03/2012 ; 1/6 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 37/2012 du 9 mai 2012 Objet : demande formulée par l'institut de formation judiciaire afin d'utiliser le numéro d'identification du Registre

Plus en détail

DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE

DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/141 DELIBERATION N 09/078 DU 1 ER DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Vu la demande du Centre d Informatique pour la Région Bruxelloise, en abrégé CIRB (ci-après le «CIRB» ou le «demandeur») reçue le 03/02/2015 ;

Vu la demande du Centre d Informatique pour la Région Bruxelloise, en abrégé CIRB (ci-après le «CIRB» ou le «demandeur») reçue le 03/02/2015 ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 15/2015 du 23 avril 2015 Objet: demande d autorisation du Centre d Informatique pour la Région Bruxelloise (CIRB) pour l obtention par voie

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE

POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE Adoptée par le Comité d éthique de la recherche et le Conseil d administration du CHU Sainte-Justine le 16 juin 2004

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/10/014 DÉLIBÉRATION N 10/007 DU 2 FÉVRIER 2010 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée ;

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée ; 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 18/2010 du 16 juin 2010 Objet : demande formulée par le SPF Mobilité et Transports afin d'obtenir l'accès aux informations du Registre national

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 31bis;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 31bis; 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 01/2016 du 6 janvier 2016 Objet : demande de l'asbl European Registry For Internet Domains (EURid) afin d'accéder à des informations du Registre

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

A DES FINS DE SOLUTION DE CONFLITS AVEC LES CLIENTS OU TOUT APPELANT»

A DES FINS DE SOLUTION DE CONFLITS AVEC LES CLIENTS OU TOUT APPELANT» DELIBERATION N 2012-133 DU 24 SEPTEMBRE 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR CITI GLOBAL WEALTH MANAGEMENT SAM RELATIVE A LA

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 30 ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 30 ; 1/7 Recommandation n 02/2009 du 27 mai 2009 Dossier behandeld door: An Machtens T: +32 (0)2 213 85 56 F: +32 (0)2 213 85 65 E-mail: an.machtens@privacycommission.be Objet : Rôle du Registre national :

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 38/2015 du 9 septembre 2015

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 38/2015 du 9 septembre 2015 1/7 Avis n 38/2015 du 9 septembre 2015 Objet: Avis concernant le projet d arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 16 juillet 1992 déterminant les informations mentionnées dans les registres de la population

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France Date de publication : 25 mars 2014 ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014 relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA BANQUE DE FRANCE,

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003

Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003 Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003 Nombreux sont les litiges dans lesquels des exploitants de cafétérias ou

Plus en détail

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53, 317-7 1 et 325-7 du règlement général

Plus en détail

Délibération. La Commission nationale de l informatique et des libertés ; Emet l avis suivant : 20 Décembre 2007 - Thème(s) : Internet

Délibération. La Commission nationale de l informatique et des libertés ; Emet l avis suivant : 20 Décembre 2007 - Thème(s) : Internet Accueil > En savoir plus > Délibérations > Délibération Délibération Délibération n 2007-391 du 20 décembre 2007 portant avis sur le projet de décret pris pour l application de l article 6 de la loi n

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

DELIBERATION N 2016-40 DU 16 MARS 2016 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2016-40 DU 16 MARS 2016 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2016-40 DU 16 MARS 2016 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

La Commission nationale pour la protection des données (ci-après dénommée «Commission nationale») :

La Commission nationale pour la protection des données (ci-après dénommée «Commission nationale») : Délibération n 63/2007 du 22 juin 2007 Autorisation unique relative aux traitements de données à caractère personnel portant sur le contrôle des horaires de travail dans le cadre d une organisation de

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/10/143 DÉLIBÉRATION N 06/003 DU 17 JANVIER 2006, MODIFIÉE LE 7 MARS 2006, LE 3 JUILLET 2007, LE 15 JANVIER 2008, LE

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Vu les informations complémentaires reçues le 24/07/2015 et le 28/08/2015 ;

Vu les informations complémentaires reçues le 24/07/2015 et le 28/08/2015 ; 1/6 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 57/2015 du 30 septembre 2015 Objet : demande de l'asbl European Registry For Internet Domains (EURid) afin d'accéder à des informations du Registre

Plus en détail

DECLARATION 21/06/2016. AU 06 Exercice des activités notariales

DECLARATION 21/06/2016. AU 06 Exercice des activités notariales DECLARATION 21/06/2016 AU 06 Exercice des activités notariales EXERCICE DES ACTIVITÉS NOTARIALES (Déclaration N 06 ) L autorisation unique n AU-006 concerne les traitements mis en œuvre par les offices

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/5 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 08/2012 du 31 mai 2012 Objet : demande d'autorisation formulée par ASTRID afin de pouvoir consulter des données conservées à la Direction

Plus en détail

Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE. Note de politique générale

Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE. Note de politique générale Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE Note de politique générale le 7 juillet 2005 Eléments clés 1. Situation La loi du 16 janvier 2003 portant sur la création d une Banque-Carrefour

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/129 DÉLIBÉRATION N 09/068 DU 3 NOVEMBRE 2009 RELATIVE A L ACCES AUX REGISTRES BANQUE-CARREFOUR DANS LE CHEF DE

Plus en détail

DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL

DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL du 29 octobre 1993 relative à l harmonisation de la durée de protection du droit d auteur et de certains droits voisins LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, vu le traité

Plus en détail

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS Convention d investissement entre Nom : Nom à la naissance : Prénom : Date de naissance : Adresse permanente : Adresse de correspondance

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE MODIFIE PAR LE CONSEIL DE SURVEILLANCE LORS DE SA REUNION DU 16 MARS 2011 Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les règles de fonctionnement

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

Le travail de l expert et objectif de la mission

Le travail de l expert et objectif de la mission Désignation d un expert-comptable pour les licenciements dans le cadre d un plan de sauvegarde de l emploi (PSE) Mission dans le cadre de la procédure de licenciement L'intervention de l'expert-comptable

Plus en détail

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée ;

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée ; 1/8 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 07/2013 du 16 janvier 2013 Objet: demande formulée par le Centre d Informatique pour la région bruxelloise (CIRB) afin de pouvoir utiliser le

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/10/127 DÉLIBÉRATION N 08/053 DU 7 OCTOBRE 2008, MODIFIÉE LE 9 NOVEMBRE 2010, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 9 novembre 2012 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

communications électroniques (CO-A-2015-064)

communications électroniques (CO-A-2015-064) 1/8 Avis 54/2015 du 16 décembre 2015 Objet : demande d'avis concernant l'avant-projet de loi modifiant la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques (CO-A-2015-064) La Commission de

Plus en détail

Vu la demande du Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale du 8 juin 2007 ;

Vu la demande du Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale du 8 juin 2007 ; CSSS/07/124 1 DÉLIBÉRATION N 07/038 DU 3 JUILLET 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À LA DIRECTION DES TAXIS ET DES TRANSPORTS RÉGULIERS SPÉCIALISÉS DE L ADMINISTRATION DE

Plus en détail

DEMANDE DE PRET D ETUDES

DEMANDE DE PRET D ETUDES PROVINCE DE LUXEMBOURG ANNEE 2010-2011 1ére Inspection Générale DEPARTEMENT DES AFFAIRES SOCIALES ET HOSPITALIERES DIVISION DES AFFAIRES SOCIALES Services des Prêts et des Primes DEMANDE DE PRET D ETUDES

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/175 DELIBERATION N 08/060 DU 4 NOVEMBRE 2008 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/070 DÉLIBÉRATION N 13/023 DU 5 MARS 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L'AGENCE

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 18 juin 2006 ; A. CONTEXTE JURIDIQUE ET OBJET DE LA DEMANDE

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 18 juin 2006 ; A. CONTEXTE JURIDIQUE ET OBJET DE LA DEMANDE CSSS/06/098 1 AVIS N 06/11 DU 18 JUILLET 2006 RELATIF A LA DEMANDE DE L ONSS (OFFICE NATIONAL DE SECURITE SOCIALE) D OBTENIR UNE RECONNAISSANCE MINISTERIELLE POUR UN SYSTEME D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE EN

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V.

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés conclu entre European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. et ses Représentants du Personnel Préambule Conformément

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 30/2010 du 15 décembre 2010

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 30/2010 du 15 décembre 2010 1/6 Avis n 30/2010 du 15 décembre 2010 Objet: Projet d arrêté royal relatif aux règles de fonctionnement des jeux de hasard automatiques dont l exploitation est autorisée dans les établissements de jeux

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-41 DU 15 AVRIL 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA

DELIBERATION N 2015-41 DU 15 AVRIL 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA DELIBERATION N 2015-41 DU 15 AVRIL 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Autorisé par: Patrick Cashman Président et Directeur général Lundbeck Canada Inc. Signature Date Marie-France Vincent Responsable de la protection

Plus en détail

MANDAT NON EXCLUSIF DE COMMERCIALISATION DE PRODUITS IMMOBILIERS LOI HOGUET du 2 Janvier 1970

MANDAT NON EXCLUSIF DE COMMERCIALISATION DE PRODUITS IMMOBILIERS LOI HOGUET du 2 Janvier 1970 1 MANDAT NON EXCLUSIF DE COMMERCIALISATION DE PRODUITS IMMOBILIERS LOI HOGUET du 2 Janvier 1970 ENTRE LES SOUSSIGNES : La SOCIETE CIVILE DE CONSTRUCTION VENTE «L OREE DES PARCS» dont le siège social est

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 31bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 31bis ; 1/9 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 10/2013 du 16 janvier 2013 Objet : demande formulée par des sociétés mutualistes d'assurance afin d'utiliser le numéro d'identification du Registre

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

Code de droit économique. Livre IX

Code de droit économique. Livre IX Code de droit économique Livre IX Table des matières LIVRE IX. - Sécurité des produits et des services... 3 CHAPITRE 1. - Obligation générale de sécurité... 3 CHAPITRE 2. - Structures d'information et

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Loi (9671) sur le réseau communautaire d'informatique médicale (e-toile) (K 3 07) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Chapitre I Dispositions générales Art. 1 Objet

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

LA LISTE DES PRESTATIONS ESPECES PAYEES A LEURS SALARIES»

LA LISTE DES PRESTATIONS ESPECES PAYEES A LEURS SALARIES» DELIBERATION N 2012-50 DU 2 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA CAISSE DE COMPENSATION DES SERVICES SOCIAUX (CCSS)

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 52/2015 du 16 décembre 2015

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 52/2015 du 16 décembre 2015 1/5 Avis n 52/2015 du 16 décembre 2015 Objet: Demande d avis concernant un projet de loi visant à un échange électronique de données relatives aux emprunts hypothécaires et aux assurances-vie individuelles

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

MANDAT DE VENTE AVEC/ SANS EXCLUSIVITE N. Spécialiste de l Arrière Pays depuis 1990

MANDAT DE VENTE AVEC/ SANS EXCLUSIVITE N. Spécialiste de l Arrière Pays depuis 1990 MANDAT DE VENTE AVEC/ SANS EXCLUSIVITE N (article 6 loi N 70-9 du 2 janvier 1970 et articles 72 et suivants du décret N 72-678 du 20 juillet 1972) (rémunération la charge de l Acquéreur) Spécialiste de

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données à caractère personnel réalisé par les sociétés privées d'intérim.

OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données à caractère personnel réalisé par les sociétés privées d'intérim. AVIS N 08 / 2002 du 11 février 2002. N. Réf. : 10 / A / 2001 / 051 / 003 OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données à caractère personnel réalisé par les sociétés privées d'intérim. La

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION RÈGLEMENT INTÉRIEUR Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) PRÉAMBULE Dans le cadre du présent règlement : - l association sera dénommée «SIMT», - le membre

Plus en détail

Vu la Loi n 918 du 27 décembre 1971 sur les établi ssements publics, et les textes pris en son application ;

Vu la Loi n 918 du 27 décembre 1971 sur les établi ssements publics, et les textes pris en son application ; DELIBERATION N 2011-107 DU 28 NOVEMBRE 2011 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

du Comité de surveillance statistique institué au sein de la Commission de la protection de la vie privée ;

du Comité de surveillance statistique institué au sein de la Commission de la protection de la vie privée ; 1/12 La Commission de la protection de la vie privée Délibération STAT n 33/2008 du 26 novembre 2008 Objet : demande formulée par le Groupe d'étude de Démographie Appliquée (GéDAP), Université catholique

Plus en détail

Tout d abord, ce texte modifie l article

Tout d abord, ce texte modifie l article RDL887_P254_P259_2 7/05/08 14:40 Page 254 Un énième toilettage du décret Hoguet RL>746 LE DÉCRET N 2008-355 DU 15 AVRIL 2008 REND ENFIN APPLICABLES LES DISPOSITIONS DE LA LOI DITE ENL DU 13 JUILLET 2006

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de Villepreux a décidé

Plus en détail

REPOSANT SUR LA RECONNAISSANCE DU CONTOUR DE LA MAIN» PRESENTE PAR LA SAM HELI AIR MONACO

REPOSANT SUR LA RECONNAISSANCE DU CONTOUR DE LA MAIN» PRESENTE PAR LA SAM HELI AIR MONACO DELIBERATION N 2016-21 DU 24 FEVRIER 2016 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/063 DÉLIBÉRATION N 11/041 DU 7 JUIN 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA BANQUE

Plus en détail

DECLARATION 21/06/2016. AU 14 Impayés par chèque bancaire

DECLARATION 21/06/2016. AU 14 Impayés par chèque bancaire DECLARATION 21/06/2016 AU 14 Impayés par chèque bancaire IMPAYÉS PAR CHÈQUE BANCAIRE (Déclaration N 14 ) L autorisation unique n 14 concerne le traitement de prévention et de gestion des impayés par chèque

Plus en détail

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Circulaire _2009_34 du 26 novembre 2009 Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Champ d'application: Les principes énoncés dans la

Plus en détail

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée ;

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée ; 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 55/2015 du 30 septembre 2015 Objet: Demande d autorisation émanant du Conseil de la Jeunesse de la Fédération Wallonie- Bruxelles afin d être

Plus en détail

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE L article L. 5211-41-3 du CGCT garantit que «l ensemble des personnels des EPCI

Plus en détail

- qu il donne son consentement préalable et exprès pour renoncer à son droit de rétractation dans les conditions précisées ci-dessus

- qu il donne son consentement préalable et exprès pour renoncer à son droit de rétractation dans les conditions précisées ci-dessus 05/2010 Avertissement : le présent contrat ne peut être utilisé s il s agit d un contrat à distance, c est-à-dire un contrat conclu en utilisant exclusivement des techniques de communication à distance

Plus en détail

Textes législatifs et réglementaires Relatifs à la protection des données personnelles en Tunisie. Chawki GADDES

Textes législatifs et réglementaires Relatifs à la protection des données personnelles en Tunisie. Chawki GADDES Textes législatifs et réglementaires Relatifs à la protection des données personnelles en Tunisie Chawki GADDES 20/02/2008 ARTICLE 9 DE LA CONSTITUTION TUNISIENNE DU PREMIER JUIN 1959 TELLE QUE RÉVISÉ

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2012-119 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret n 67-223 du 17 mars 1967 [NB - Décret n 67-223 du 17 mars 1967 portant règlement d administration publique pour

Plus en détail

DIAGNOSTICS ENERGETIQUES DE BATIMENTS PUBLICS

DIAGNOSTICS ENERGETIQUES DE BATIMENTS PUBLICS PETR du Pays du Sud Toulousain BP17, 68 rue de l Eglise DIAGNOSTICS ENERGETIQUES DE BATIMENTS PUBLICS Règlement de consultation Date limite de réception des offres : le 6 novembre 2015 à 12 h 00 MARCHE

Plus en détail

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier?

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? 49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? Toute personne majeure et capable (aussi depuis peu certaines personnes sous statut d administration provisoire dans certaines conditions)

Plus en détail