I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD"

Transcription

1 TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque DIJON CEDEX Tél : Fax : Mail : Quelques chiffres clés pour le département de la Côte d Or : Montant des prises en charge d impôts sur rôles : 926 millions d euros Dépenses État : factures traitées représentant mandats de paiement Nombre de comptabilités du secteur public local : Le Trésor Public en Côte d Or comporte : - 1 trésorerie générale implantée à Dijon, - 37 trésoreries réparties sur l ensemble du département, - 1 Département informatique à Dijon. Effectifs 2006 : 509 ETPT Budget 2006 : 31 millions d euros La Trésorerie générale du département de la Côte d Or et de la Région Bourgogne a une mission départementale mais également une mission régionale, notamment articulée autour du Pôle Gestion Publique et Développement Économique (GPDE) I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR A. LE RECOUVREMENT DES RECETTES PUBLIQUES La mission traditionnelle de recouvrement des recettes au profit de l État, des collectivités et de leurs établissements publics est assurée avec prioritairement la volonté de faire progresser le «civisme fiscal» soit en facilitant les démarches de l usager soit en renforçant le recouvrement offensif des produits. A ce titre, un important programme, intitulé PVFI (pour vous faciliter l impôt), commun aux services du Trésor public et de la Direction des services fiscaux, identifie clairement 9 engagements à mettre en œuvre pour améliorer la relation contribuable administration fiscale. Un indicateur global de satisfaction a été défini afin de mesurer le respect de ces engagements. Par ailleurs, le développement des procédures de paiement dématérialisé (prélèvement, mensualisation, paiement sur internet) contribue efficacement à faciliter pour les usagers, l accomplissement de leurs obligations.

2 Concernant le recouvrement offensif des produits, la mise en œuvre de nouvelles procédures de recouvrement contentieux tant dans le secteur des impôts, que des amendes ou des produits locaux vise à dynamiser ce recouvrement. B. LE CONTRÔLE ET LE PAIEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES Le contrôle et le paiement des dépenses sont, tant pour l'état que pour les collectivités locales, une mission essentielle exercée par le Trésor Public. Afin de renforcer l efficacité de son action dans ce domaine, le Trésor public s est engagé dans une démarche de simplification des procédures et d accélération des circuits de la dépense publique afin de rendre le meilleur service à ses partenaires et usagers : des paiements sécurisés dans des délais réduits. A cet égard, la réforme du contrôle financier au sein des administrations de l'état organise à compter du 1 er janvier 2006 le contrôle financier dans l environnement LOLF privilégiant le contrôle budgétaire, nécessaire à une gestion plus performante des dépenses publiques. C. LA TENUE DES COMPTES DE L'ÉTAT ET DU SECTEUR PUBLIC LOCAL Le Trésor Public assure la tenue des comptes de l'état et du Secteur Public Local. Dans le secteur de la comptabilité État, le Trésor Public doit garantir la régularité, la sincérité et la fidélité des comptes afin de produire, dans le cadre de la LOLF, des comptes certifiables par la Cour des Comptes. Cette exigence a nécessité en 2006 la mise en place d un dispositif complet de contrôle interne comptable assorti d indicateurs. Une démarche identique est engagée en matière de comptabilité du Secteur Public Local. La rénovation des procédures de contrôle comptable et le développement d un partenariat ordonnateur-comptable autour d un diagnostic partagé vise à améliorer la qualité des comptes en vue éventuellement de leur certification. D. LE DÉVELOPPEMENT DU CONSEIL FINANCIER ET DE L EXPERTISE POUR L ETAT ET LES COLLECTIVITÉS LOCALES Articulée autour du département de l action et de l expertise économique (DA2E), créé en 2006, cette activité regroupe la Mission d expertise économique et financière, les études économiques et financières et la Délégation Régionale au Commerce et à l Artisanat. Le DA2E s organise autour de deux secteurs complémentaires, l un orienté vers le développement économique et le second vers le conseil aux décideurs. Dans le cadre du développement économique, l ensemble des actions se développent autour des activités traditionnelles : CCSF, CODEFI, Défense et Intelligence Économique, Délégation régionale au commerce et à l artisanat. S y ajoute une démarche envers les entreprises innovantes pour mieux répondre à leurs besoins. Concernant le conseil aux décideurs, l offre de service en matière d analyse approfondie et d expertise vise un large panel de décideurs publics (Préfet, Recteur, Président d université ) et porte sur l analyse de situations complexes et présentant un réel enjeu pour la collectivité. Une présence active du DA2E dans le secteur hospitalier au niveau régional constitue également une priorité majeure. Dans le cadre de la nouvelle organisation de l administration territoriale dans les régions, le Trésorier- Payeur Général de Région s est vu confier la responsabilité du pôle «gestion publique et développement économique» dont l action s organise autour de deux grandes lignes de force : - la modernisation de la gestion publique pour renforcer l efficience des administrations de l'état - le renforcement de l action déconcentrée de l'état en faveur du développement économique à

3 l échelon de la Région. Concernant les collectivités locales, l offre de service du Trésor Public s est particulièrement développée dans le secteur du conseil budgétaire, financier et juridique, et de l analyse financière avec le souci de personnaliser le service rendu aux collectivités afin de répondre au mieux à leurs attentes. E. LA SÉCURISATION DES DÉPÔTS DE FONDS ET DES TRANSACTIONS Le Trésor Public assure une mission de collecte et de gestion de l épargne : - pour les clients soumis à l obligation de dépôt de fonds au Trésor (établissements publics, régisseurs de l'état et des collectivités locales ) - et pour la clientèle de la Caisse des dépôts et consignations, dans sa mission de préposé. Pour la gestion de ces comptes et au delà d une relation le plus souvent réglementée, le Trésor Public s est engagée dans une démarche qualité centrée sur les besoins de la clientèle. * * * Pour l exercice de l ensemble de ses missions, le Trésor Public s est engagé dans une double démarche d amélioration de la qualité comptable et de la qualité de service. Concernant la qualité des comptes, l objectif est d obtenir pour l Etat, la certification des comptes dans le cadre de la LOLF, et pour les collectivités locales d améliorer la qualité des comptes en vue d une éventuelle certification, à l étude au sein d un groupe de travail au niveau national. Concernant la qualité de service, il convient d apporter le meilleur service au meilleur coût en améliorant les délais de traitement, en simplifiant les procédures et en renforçant l efficacité de nos actions. II. LES ACTIONS MAJEURES EN 2006 A. LA SIGNATURE DU SECOND CONTRAT DE PERFORMANCE DU TRÉSOR PUBLIC Le second contrat de performance, signé entre le Secrétaire Général du Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie et le Directeur du Budget pour les années , vise à faire du Trésor Public une administration exemplaire en terme de gestion publique et de management en développant la qualité comptable, la qualité de service et la qualité du management. Les objectifs et indicateurs de ce contrat ont fait l objet d une déclinaison opérationnelle dans le Budget Opérationnel de Programme 2006 de la trésorerie générale de la Côte d Or. Concernant l amélioration de la qualité de service pour l usager : - les résultats obtenus en matière de paiement dématérialisé de l impôt ont permis avec nouveaux contrats de paiements par prélèvements mensuels ou à l échéance, d atteindre un taux de paiement dématérialisé pour les impôts des particuliers (taxe d habitation, taxe foncière, impôt sur les revenus) de près de 48 %. - la promotion des moyens modernes de paiement des recettes du secteur public local (TIP, prélèvements, cartes bancaires) a permis d augmenter de plus de 20% tant en nombre qu en encours les paiements effectués par ces moyens pour un objectif fixé à 5%.

4 Concernant l efficacité des actions de recouvrement des recettes publiques: - Le taux de recouvrement contentieux des amendes et condamnations pécuniaires atteint au 31 décembre 43,29% pour un objectif fixé à 42% - et le taux de recouvrement net des impôts s établit à 99,48% pour un objectif de 99,43%. Concernant l amélioration des prestations pour le secteur public local : - Le taux de couverture de la dématérialisation (titres, payes, pièces justificatives des marchés publics ) atteint au 31 décembre 42,86% avec 13 nouvelles conventions signées en 2006, plaçant le département au 3 ème rang national. - Une démarche «qualité» des analyses financières réalisées visant à améliorer le contenu des prestations, associer les collectivités au diagnostic financier et évaluer le degré de satisfaction des bénéficiaires a été mis en place en analyses financières ont été réalisées dans ce cadre. B. LA MISE EN ŒUVRE DE LA LOLF 1) Les budgets opérationnels de programme (BOP) Les services de la Trésorerie générale ont été fortement impactés par la mise en place des budgets opérationnels de programme dans le cadre de la nouvelle constitution financière de l Etat, et spécialement les services de la dépense et du contrôle financier. L activité du contrôle financier s est recentrée sur un contrôle essentiellement budgétaire portant sur les BOP et sur les actes d engagement de la dépense les plus significatifs. Quant au service de la dépense, la mise en œuvre de la LOLF a conduit pour certaines administrations à des changements d assignation au bénéfice de la trésorerie générale de région augmentant sensiblement le nombre des mandats à traiter par ce service. 2) La dimension patrimoniale des comptes de l'état L initialisation du bilan d ouverture de l'état a nécessité de reconstituer au 1 er janvier 2006 les soldes des comptes de bilan avec les opérations d inventaires du parc immobilier et des autres immobilisations corporelles et stocks. Il convenait ensuite de s assurer de la correcte transcription comptable des évènements intervenus en cours d année (acquisitions, cessions) La trésorerie générale a joué un rôle primordial lors de ces différentes phases grâce au pilotage exercé par le correspondant «bilan d ouverture». Chaque année, les opérations de clôture, la comptabilisation des flux infra annuels ainsi que les opérations comptables de mise à jour et de fiabilisation des inventaires nécessiteront une forte mobilisation des différents services de la trésorerie générale (comptabilité, dépense, correspondante BO). 3) La certification des comptes Un important travail sur la qualité comptable ainsi que sur le développement du contrôle interne a été mené tout au long de l année 2006 afin de préparer la certification des comptes par la Cour des comptes. Au même titre que pour la comptabilité État, un travail d amélioration de la qualité comptable des comptes des collectivités locales a été également mené avec les comptables, en partenariat avec les ordonnateurs. La mise en place d un indicateur spécifique pour les opérations comptables du secteur

5 public local «l IASQCL» permet de mesurer les progrès accomplis dans ce domaine. C. L INTERLOCUTEUR FISCAL UNIQUE Afin de renforcer la qualité de service pour l usager et de lui «faciliter» l impôt, la Direction des services fiscaux de la Côte d Or et le Trésor Public ont engagé une réflexion commune pour la mise en place dans le département d accueils communs au sein d hôtels des Finances. C est ainsi que des travaux ont été engagés à l hôtel des impôts de Beaune pour regrouper dès 2007 les services de la trésorerie de Beaune et ceux du centre des impôts avec un accueil commun pour les contribuables. D. LA RÉORGANISATION DES SERVICES DE LA TRÉSORERIE GÉNÉRALE Afin d intégrer les grandes évolutions «métiers» du Trésor Public et d assurer une meilleure lisibilité des organigrammes tant en interne qu en externe, la réorganisation de la trésorerie générale est intervenue fin 2006 et fait apparaître les grandes modifications suivantes : - les services des dépenses de l'état (dépenses de rémunérations, pensions et autres dépenses) ont acquis une dimension nouvelle avec la LOLF et sont regroupés dans un même département, - Le service du Contrôle financier déconcentré est placé sous l autorité du Contrôleur Financier en Région, - Le département de l Action et de l Expertise Economique (DA2E) regroupe les services de la Mission d expertise économique et financière (MEEF), du département des études économiques et financières (DEEF), de l intelligence économique et de la délégation régionale au commerce et à l'artisanat, - Le département du Secteur Public local regroupe d une part la production et la qualité des comptes locaux, et d autre part le pilotage et l animation du secteur public local, - La formation professionnelle est rattachée au service des ressources humaines, - La mission régionale d audit devrait prochainement prendre une dimension interrégionale. E. LE TRÉSOR PUBLIC, PARTENAIRE DE L ACTION PUBLIQUE EN RÉGION 1) le Pôle Gestion Publique et Développement Économique Le plan d actions 2006 du pôle GPDE s inscrivait dans le cadre des priorités définies dans le programme d action stratégique de l'état en Région. Parmi les nombreuses réalisations partenariales, deux doivent plus particulièrement être citées : - La mise en place par la DRIRE en collaboration avec les autres membres du pôle et d autres services de l'état et organismes affiliés (DRAF, DRE, DRTEFP, DRRT, OSEO) de la monographie industrielle de la région Bourgogne, - La structuration et l organisation des filières industrielles régionales. 2) L expertise économique Le renouvellement de la certification ISO 9001 :2000 a été accordée au réseau des missions d expertises économiques et financières par le comité de certification de l AFAQ en novembre 2006.

6 6 saisines émanant de divers commanditaires (Préfet, Agence Régionale de l hospitalisation ) ont été reçues au niveau du secteur des expertises et 4 dossiers représentant un enjeu de plus de 35 millions d euros ont fait l objet de rapports définitifs d expertise. 3) L aide aux entreprises en difficulté Au 31 décembre 2006, à la suite de l examen de 42 dossiers par la commission des chefs de services financiers et des représentants des organismes de sécurité sociale (CCSF), des délais de règlement pour les dettes sociales et fiscales d un montant total de ont été accordés, les échéances mensuelles s élevant à III. PERSPECTIVES ) Le rattachement du Service des domaines à la Direction Générale de la Comptabilité Publique Dans le cadre de la modernisation de la politique immobilière de l'état, le service du domaine a intégré au 1 er janvier 2007 la Direction Générale de la Comptabilité Publique et exerce ses activités, sous l appellation «France Domaine», dans les départements sous l autorité des trésoriers-payeurs généraux. Renforcé dans ses missions, ce service est appelé à devenir un acteur majeur de la politique immobilière de l'état. 2) La poursuite de l amélioration de la qualité comptable Etat La LOLF a posé pour l'état le principe de la certification des comptes en confiant aux comptables publics la responsabilité de la qualité des comptes. L important travail réalisé dans ce secteur en 2006 va s intensifier en 2007 avec le développement des procédures de contrôle interne comptable et le rôle important confié à la cellule de qualité comptable à la Trésorerie générale en matière de corroboration des comptes, y compris dans le domaine de l enrichissement patrimonial des comptes de l'état. 3) La qualité des comptes du secteur public local Dans le secteur public local, dans la perspective d une éventuelle certification des comptes à venir, l accent sera également mis sur les contrôles comptables et la qualité, en partenariat avec les ordonnateurs. Le contrôle interne comptable de 1 er niveau, par les trésoriers, sera renforcé et des contrôles de corroboration, contrôle interne de second niveau, mis en place à la trésorerie générale. 4) La qualité de service pour l usager La trésorerie de Beaune intégrera l immeuble de l hôtel des impôts de Beaune et l accueil commun pour le contribuable sera mis en place. Dans le prolongement des engagements qualité du programme «PVFI», des démarches de certification de service pour l accueil du contribuable sont engagées dans trois trésoreries du département : Beaune, Pouilly-en-Auxois et Gevrey-Chambertin. Cette démarche vise à proposer au sein du réseau de la Direction Générale des impôts et de la Direction Générale de la Comptabilité publique un niveau de qualité identique à l usager par la mise en œuvre d un référentiel commun de certification de l accueil.

7 5) Un partenariat renforcé avec les collectivités locales et leurs établissements Une convention de service comptable et financier a été signée avec l OPAC de Dijon en février Une seconde convention est prévue en 2007 avec le CHU. Par ailleurs, une convention de partenariat adaptée aux collectivités de taille moyenne a été élaborée en 2006 par un groupe de travail constitué de comptables du département et piloté par la trésorerie générale. Ce travail trouvera son aboutissement en ) Le Trésor Public au service des entreprises Dans le cadre des actions en faveur du développement économique, une démarche va être engagée envers les entreprises innovantes. On mobilise un réseau constitué autour du Trésorier-Payeur général afin de détecter les entreprises concernées, de prendre contact avec elles et de leur apporter les appuis dont elles peuvent avoir besoin (financier, juridique, ). Par ailleurs le site «Minefi au service des entreprises» (MSE) a fait l objet d une refonte complète afin d apporter un meilleur service aux entreprises. Il sera ouvert en mars avril 2007.

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

La DGFiP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité

La DGFiP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité La DGFiP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité 1) La DDFIP et son réseau au service des collectivités locales Le comptable, interlocuteur privilégié des

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

1- Organisation des services de la Comptabilité

1- Organisation des services de la Comptabilité 1 04 Février 2013 2 3 1- Organisation des services de la Comptabilité Les services de la comptabilité comportent : La DGC composée de 05 Directions et d une inspection; L Agence Centrale Comptable du Trésor;

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Yourcegid Secteur Public Finances : Une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique. Collectivités. Finances

Yourcegid Secteur Public Finances : Une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique. Collectivités. Finances Yourcegid Secteur Public Finances : Une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique Collectivités Finances Parce que votre organisation est unique, parce que vos besoins sont propres à

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

LA COMPTABILITE MATIERE

LA COMPTABILITE MATIERE INFORMATIONS CONSEIL ET ASSISTANCE AUX E.P.L.E. DE LA GUADELOUPE LA COMPTABILITE MATIERE S O M M A I R E 1 - Rappel des dispositions réglementaires page 2 2 - Modalités de mise en œuvre de la comptabilité

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE Annexe 1 SEF - Pôle Analyses, Etudes Bancaires et Financières 1/8 I. CONTEXTE L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer (IEDOM) a désigné

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

INSTRUCTION. N 07-021-B1-O-M9 du 6 mars 2007 NOR : BUD R 07 00021 J AVANCES SUR FRAIS DE DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ANALYSE

INSTRUCTION. N 07-021-B1-O-M9 du 6 mars 2007 NOR : BUD R 07 00021 J AVANCES SUR FRAIS DE DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ANALYSE INSTRUCTION N 07-021-B1-O-M9 du 6 mars 2007 NOR : BUD R 07 00021 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique AVANCES SUR FRAIS DE DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ANALYSE Nouvelles modalités

Plus en détail

Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS

Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS Version 15 en date du 23 février 2015 Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS Conclu entre La Caisse Nationale d Assurance Maladie

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui Et après... Info CCI Faire face à la crise Édition n 2 Edito La Sortie de crise se prépare aujourd hui Le cycle actuel de conjoncture défavorable ne durera pas éternellement! L accélération des cycles

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

Le service public de Sécurité sociale

Le service public de Sécurité sociale Direction de la Sécurité sociale Le service public de Sécurité sociale Zoom sur les conventions d objectifs et de gestion 1 à l heure où la Sécurité sociale, comme l ensemble des acteurs publics, doit

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

LES SYNERGIES EN MATIÈRE FISCALE : LE SERVICE FISCAL UNIFIÉ AUX PARTICULIERS

LES SYNERGIES EN MATIÈRE FISCALE : LE SERVICE FISCAL UNIFIÉ AUX PARTICULIERS Document n 4 LES SYNERGIES EN MATIÈRE FISCALE : LE SERVICE FISCAL UNIFIÉ AUX PARTICULIERS Proposer un service fiscal unifié aux particuliers est l un des objectifs principaux de la fusion entre la direction

Plus en détail

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution),

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution), Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Le recouvrement des produits locaux UN PARTENARIAT ORDONNATEUR / COMPTABLE PUBLIC POUR L ORGANISATION OPTIMALE DE LA GESTION DES PRODUITS LOCAUX

Le recouvrement des produits locaux UN PARTENARIAT ORDONNATEUR / COMPTABLE PUBLIC POUR L ORGANISATION OPTIMALE DE LA GESTION DES PRODUITS LOCAUX Le recouvrement des produits locaux UN PARTENARIAT ORDONNATEUR / COMPTABLE PUBLIC POUR L ORGANISATION OPTIMALE DE LA GESTION DES PRODUITS LOCAUX L ARTICULATION DES DECISIONS DE L ORDONNATEUR ET DU COMPTABLE

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE A LA SCISSION SUR LA VALEUR DES APPORTS

RAPPORT DU COMMISSAIRE A LA SCISSION SUR LA VALEUR DES APPORTS APPORT DE LA BRANCHE D ACTIVITE «GESTIONS DES FLUIDES» RELATIVE A LA CONCEPTION ET A LA FABRICATION DE POCHES A USAGE UNIQUE ET CONTAINERS, EXPLOITEE PAR SARTORIUS STEDIM BIOTECH AU PROFIT DE SARTORIUS

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe supérieure affecté en service

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIèRE Des Banques Populaires Régionales

COMMUNICATION FINANCIèRE Des Banques Populaires Régionales COMMUNICATION FINANCIèRE Des Banques Populaires Régionales AU 30 JUIN 2011 Banque Populaire du centre sud Valeurs en caisse, Banques centrales, Trésor public, Service des chèques postaux 182 505 183 673

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1 L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France 1 Plan de l exposé 1ère partie : Présentation Le contrôle budgétaire, Méthodologie du contrôle et ses suites,

Plus en détail

La DGFiP et les collectivités locales : nouvelles prestations fiscales et financières et modernisation

La DGFiP et les collectivités locales : nouvelles prestations fiscales et financières et modernisation La DGFiP et les collectivités locales : nouvelles prestations fiscales et financières et modernisation Sommaire Avant propos p 4 1. Un service enrichi en matière de conseil fiscal et financier La mise

Plus en détail

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Présentation EDIFICAS Mai 2011 Nicolas Botton SOMMAIRE 1. Les gains issus de la dématérialisation dans le secteur

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016

DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016 VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSES Service des Sports DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016 À retourner 1 exemplaire au service : Hôtel de Ville Place Charles De Gaulle 94107 SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS

Plus en détail

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté L Urssaf accompagne les entreprises en difficulté Édition 2009 Le réseau Urssaf à l écoute des entreprises en difficulté Garant des ressources de la Sécurité sociale et des institutions qui lui confient

Plus en détail

Exécution des recettes non fiscales

Exécution des recettes non fiscales Exécution des recettes non fiscales Macro processus n 5 SOMMAIRE Fascicule descriptif à macro maille Edition de janvier 2009 Table des Matières 1. Objet du manuel...5 1.1. Présentation du document...5

Plus en détail

La Modernisation et la sécurisation des Des Moyens de Paiement. Réunion d information. Epinal, le 14/10/2014

La Modernisation et la sécurisation des Des Moyens de Paiement. Réunion d information. Epinal, le 14/10/2014 La Modernisation et la sécurisation des Des Moyens de Paiement Réunion d information Epinal, le 14/10/2014 Éléments de contexte : le cadre réglementaire r national Le décret d n n 2012-1786 1786 du 7 novembre

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS Guide PROFESSIONNELS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par

Plus en détail

Gestion comptable et financière

Gestion comptable et financière 4 5 Gestion comptable et financière Gérez efficacement votre activité comptable et financière Solution modulaire, vous propose une gestion de la comptabilité, des moyens de paiement, de la trésorerie,

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

PROGRAMME D ACTIVITES 2010 DE LA DGI (ACTIONS PRIORITAIRES)

PROGRAMME D ACTIVITES 2010 DE LA DGI (ACTIONS PRIORITAIRES) PROGRAMME D ACTIVITES 2010 DE LA DGI (ACTIONS PRIORITAIRES) La Direction Générale des Impôts (DGI) est un service central du Ministère chargé de l Economie et des Finances. Elle a pour mission, l élaboration

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

Catégorie : Directives adressées par les ministres aux services chargés de leur application.

Catégorie : Directives adressées par les ministres aux services chargés de leur application. Ministère des affaires sociales et de la santé Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience des établissements

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut 41000 BLOIS

Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut 41000 BLOIS Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut 41000 BLOIS 1 INTRODUCTION Rappel sur l organisation temporelle du diocèse de Blois. L évêque est le seul administrateur du diocèse. L évêque prend

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

Tout dossier client est affecté à un binôme leader 1 / assistante :

Tout dossier client est affecté à un binôme leader 1 / assistante : Assistance administrative et financière Intuitae vous propose de prendre en charge vos problématiques administratives, comptables et financières : collecte et classement de vos documents administratifs,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014. PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale. Texte 18

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014. PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale. Texte 18 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014 PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale Texte 18 DÉLÉGATION DE GESTION entre les services du ministère de la défense et ceux

Plus en détail

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément MINISTERE DE L'INTÉRIEUR MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES CONVENTION D AGRÉMENT EN VUE DE LA PERCEPTION DES TAXES ET DE LA REDEVANCE DUES SUR LES CERTIFICATS D IMMATRICULATION DES VÉHICULES À MOTEUR

Plus en détail

GESTION DES FINANCES PUBLIQUES ET DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES FINANCES PUBLIQUES ET DES RESSOURCES HUMAINES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E MISSION INTERMINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 GESTION DES FINANCES PUBLIQUES ET DES RESSOURCES HUMAINES

Plus en détail

Guide du contrôle interne comptable et financier dans le secteur public local

Guide du contrôle interne comptable et financier dans le secteur public local Guide du contrôle interne comptable et financier dans le secteur public local Service des Collectivités Locales Sous-direction de la Gestion Comptable et Financière des Collectivités Locales Projet Qualité

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

La dématérialisation des procédures concerne plusieurs documents et plusieurs aspects :

La dématérialisation des procédures concerne plusieurs documents et plusieurs aspects : DEMATERIALISER LES PROCEDURES COMPTABLES ET FINANCIERES La dématérialisation des procédures comptables et financières s inscrit dans l évolution actuelle des collectivités locales car elle permet de gagner

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC

COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC Service de Coopération et d Action Culturelle AMBASSADE DE FRANCE AU SENEGAL -------- Pôle de la Coopération Non Gouvernementale COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC A L ATTENTION

Plus en détail

Objet : Cadre budgétaire et comptable des établissements publics locaux d enseignement (EPLE)

Objet : Cadre budgétaire et comptable des établissements publics locaux d enseignement (EPLE) Paris, DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES Sous direction du budget de la mission «enseignement scolaire» Bureau DAF A3 110 rue de Grenelle 75357 PARIS SP 07 re-eple.dafa3@education.gouv.fr DIRECTION GÉNÉRALE

Plus en détail

PERTES ET BENEFICES DE CHANGE

PERTES ET BENEFICES DE CHANGE ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE MAI 2013 Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DAF/SDAB/N2004-1539 Date: 22 novembre 2004

NOTE DE SERVICE DAF/SDAB/N2004-1539 Date: 22 novembre 2004 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction des affaires financières Sous-direction des affaires budgétaires Bureau du budget Adresse : 78, rue de Varenne

Plus en détail

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ;

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ; SYNDICAT DE PROMOTION DE L INTERCOMMUNALITE SPORTIVE (Maine-et-Loire) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Déséquilibre réel du budget 2012 Rapport n 2012-0072 Séance du 9

Plus en détail

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Accès facilité aux dispositifs et renforcement de la communication, Valorisation et reconnaissance des pratiques des entreprises régionales

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» I LES DEFINITIONS :... 2. A/ Le fonds de roulement... 2. 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :...

FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» I LES DEFINITIONS :... 2. A/ Le fonds de roulement... 2. 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :... FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» Sommaire I LES DEFINITIONS :... 2 A/ Le fonds de roulement... 2 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :... 2 2 - La composition du fonds de roulement... 3 B/

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1 L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2005 1 Séminaire - Atelier L audit interne dans l assurance 1 ère communication : Généralités sur l audit interne 2 ème communication : L audit interne des compagnies

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DEPARTEMENTAL

LE CONTROLE DE GESTION DEPARTEMENTAL DIRECTION GENERALE DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE Projet Contrôle de Gestion LE CONTROLE DE GESTION DEPARTEMENTAL ANNEXES D.G.C.P. Contrôle de gestion Annexes ANNEXES ANNEXE 1 - EXEMPLE DE PLAN STRATEGIQUE

Plus en détail

1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION. 1-1. Identification de l association

1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION. 1-1. Identification de l association 1 1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION 1-1. Identification de l association Nom de votre association : Sigle. Objet :. Activités principales :. Adresse de son siège social :.. Code Postal :. Ville :. Téléphone

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire DEPENSE FISCALE N 560104 Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire SOMMAIRE 1. IDENTITE DE LA DEPENSE...1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

Effectifs : 3 personnes

Effectifs : 3 personnes DÉLÉGATION RÉGIONALE AU COMMERCE ET À L'ARTISANAT Déléguée : Mme Dominique DURAND (depuis janvier 2007) Madame Joselyne FORTEA SANZ (jusqu en décembre 2006) 39 boulevard de la Trémouille 21 000 DIJON Tél.

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue Décembre 2011 Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la Recherche Inspection générale de l'éducation nationale Présentation des guides d audit et du processus d audit d

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

Gestion Comptable Sage 100

Gestion Comptable Sage 100 Gestion Comptable La réponse à tous les besoins comptables et financiers de l entreprise avec la richesse d une offre unique sur le marché. 1 SOMMAIRE 1.1. Le pôle comptable et Financier...3 1.2. Une couverture

Plus en détail

ORGANISATION DE LA DGI

ORGANISATION DE LA DGI ORGANISATION DE LA DGI La Direction Générale des Impôts (DGI) est une structure centrale du ministère chargé des finances. Elle est chargée de l élaboration et de l application de la législation fiscale

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles Mairie de Saint-Julien-en-Genevois Nom et coordonnées de l association Fiche d identité de l association Nom de l'association Objet Adresse de

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS Guide PARTICULIERS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par la

Plus en détail

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 I. Contexte : Pourquoi, quand et comment réaliser le suivi budgétaire? II. Les modalités générales de prise

Plus en détail

Section Gestion comptable publique n 14-0010

Section Gestion comptable publique n 14-0010 DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES Section Gestion comptable publique n 14-0010 NOR : FCPE1414565J Instruction du 17 juin 2014 DIFFUSION DE L'INSTRUCTION DGFIP DGOS DU 05 JUIN 2014 Bureau CL-1C

Plus en détail

Direction Spécialisée des Finances Publiques pour l AP-HP. Intervention du 10 sept. 2013 de M. Christian THALAMY, Directeur

Direction Spécialisée des Finances Publiques pour l AP-HP. Intervention du 10 sept. 2013 de M. Christian THALAMY, Directeur Direction Spécialisée des Finances Publiques pour l AP-HP Intervention du 10 sept. 2013 de M. Christian THALAMY, Directeur DIRECTION SPECIALISEE DES FINANCES PUBLIQUES POUR L AP-HP Elle fait partie du

Plus en détail

Mairie de GIGONDAS. Nom : Siège social : Code postal : Ville : N Téléphone : N Fax : Lieu habituel d activité : N de récépissé : Délivré le : / /

Mairie de GIGONDAS. Nom : Siège social : Code postal : Ville : N Téléphone : N Fax : Lieu habituel d activité : N de récépissé : Délivré le : / / Mairie de GIGONDAS Demande de subvention au titre de l année : 2014 * * * * * * * * * * * * * * A adresser obligatoirement avant fin février de l année pour laquelle est sollicitée la subvention à : Monsieur

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

LE RAPPORT D ACTIVITÉ DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

LE RAPPORT D ACTIVITÉ DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES LE RAPPORT D ACTIVITÉ DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 2012 SOMMAIRE 1 PARTIE INTRODUCTIVE Edito 1 Organigramme de la DGFiP 2 Chiffres clés 4 2 LA DGFiP ET LES USAGERS Des actions au service

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

9 rue Duquesne CS 23821-29238 BREST CEDEX 2 02.98.47.83.00 02.98.47.07.58. RCS N 490 982 477 Siret 490 982 477 00039 N gestion 2006B388 APE 4110C

9 rue Duquesne CS 23821-29238 BREST CEDEX 2 02.98.47.83.00 02.98.47.07.58. RCS N 490 982 477 Siret 490 982 477 00039 N gestion 2006B388 APE 4110C 9 rue Duquesne CS 23821-29238 BREST CEDEX 2 02.98.47.83.00 02.98.47.07.58 contacts@brest-bma.fr RCS N 490 982 477 Siret 490 982 477 00039 N gestion 2006B388 APE 4110C Données Générales La Société Anonyme

Plus en détail