I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD"

Transcription

1 TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque DIJON CEDEX Tél : Fax : Mail : Quelques chiffres clés pour le département de la Côte d Or : Montant des prises en charge d impôts sur rôles : 926 millions d euros Dépenses État : factures traitées représentant mandats de paiement Nombre de comptabilités du secteur public local : Le Trésor Public en Côte d Or comporte : - 1 trésorerie générale implantée à Dijon, - 37 trésoreries réparties sur l ensemble du département, - 1 Département informatique à Dijon. Effectifs 2006 : 509 ETPT Budget 2006 : 31 millions d euros La Trésorerie générale du département de la Côte d Or et de la Région Bourgogne a une mission départementale mais également une mission régionale, notamment articulée autour du Pôle Gestion Publique et Développement Économique (GPDE) I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR A. LE RECOUVREMENT DES RECETTES PUBLIQUES La mission traditionnelle de recouvrement des recettes au profit de l État, des collectivités et de leurs établissements publics est assurée avec prioritairement la volonté de faire progresser le «civisme fiscal» soit en facilitant les démarches de l usager soit en renforçant le recouvrement offensif des produits. A ce titre, un important programme, intitulé PVFI (pour vous faciliter l impôt), commun aux services du Trésor public et de la Direction des services fiscaux, identifie clairement 9 engagements à mettre en œuvre pour améliorer la relation contribuable administration fiscale. Un indicateur global de satisfaction a été défini afin de mesurer le respect de ces engagements. Par ailleurs, le développement des procédures de paiement dématérialisé (prélèvement, mensualisation, paiement sur internet) contribue efficacement à faciliter pour les usagers, l accomplissement de leurs obligations.

2 Concernant le recouvrement offensif des produits, la mise en œuvre de nouvelles procédures de recouvrement contentieux tant dans le secteur des impôts, que des amendes ou des produits locaux vise à dynamiser ce recouvrement. B. LE CONTRÔLE ET LE PAIEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES Le contrôle et le paiement des dépenses sont, tant pour l'état que pour les collectivités locales, une mission essentielle exercée par le Trésor Public. Afin de renforcer l efficacité de son action dans ce domaine, le Trésor public s est engagé dans une démarche de simplification des procédures et d accélération des circuits de la dépense publique afin de rendre le meilleur service à ses partenaires et usagers : des paiements sécurisés dans des délais réduits. A cet égard, la réforme du contrôle financier au sein des administrations de l'état organise à compter du 1 er janvier 2006 le contrôle financier dans l environnement LOLF privilégiant le contrôle budgétaire, nécessaire à une gestion plus performante des dépenses publiques. C. LA TENUE DES COMPTES DE L'ÉTAT ET DU SECTEUR PUBLIC LOCAL Le Trésor Public assure la tenue des comptes de l'état et du Secteur Public Local. Dans le secteur de la comptabilité État, le Trésor Public doit garantir la régularité, la sincérité et la fidélité des comptes afin de produire, dans le cadre de la LOLF, des comptes certifiables par la Cour des Comptes. Cette exigence a nécessité en 2006 la mise en place d un dispositif complet de contrôle interne comptable assorti d indicateurs. Une démarche identique est engagée en matière de comptabilité du Secteur Public Local. La rénovation des procédures de contrôle comptable et le développement d un partenariat ordonnateur-comptable autour d un diagnostic partagé vise à améliorer la qualité des comptes en vue éventuellement de leur certification. D. LE DÉVELOPPEMENT DU CONSEIL FINANCIER ET DE L EXPERTISE POUR L ETAT ET LES COLLECTIVITÉS LOCALES Articulée autour du département de l action et de l expertise économique (DA2E), créé en 2006, cette activité regroupe la Mission d expertise économique et financière, les études économiques et financières et la Délégation Régionale au Commerce et à l Artisanat. Le DA2E s organise autour de deux secteurs complémentaires, l un orienté vers le développement économique et le second vers le conseil aux décideurs. Dans le cadre du développement économique, l ensemble des actions se développent autour des activités traditionnelles : CCSF, CODEFI, Défense et Intelligence Économique, Délégation régionale au commerce et à l artisanat. S y ajoute une démarche envers les entreprises innovantes pour mieux répondre à leurs besoins. Concernant le conseil aux décideurs, l offre de service en matière d analyse approfondie et d expertise vise un large panel de décideurs publics (Préfet, Recteur, Président d université ) et porte sur l analyse de situations complexes et présentant un réel enjeu pour la collectivité. Une présence active du DA2E dans le secteur hospitalier au niveau régional constitue également une priorité majeure. Dans le cadre de la nouvelle organisation de l administration territoriale dans les régions, le Trésorier- Payeur Général de Région s est vu confier la responsabilité du pôle «gestion publique et développement économique» dont l action s organise autour de deux grandes lignes de force : - la modernisation de la gestion publique pour renforcer l efficience des administrations de l'état - le renforcement de l action déconcentrée de l'état en faveur du développement économique à

3 l échelon de la Région. Concernant les collectivités locales, l offre de service du Trésor Public s est particulièrement développée dans le secteur du conseil budgétaire, financier et juridique, et de l analyse financière avec le souci de personnaliser le service rendu aux collectivités afin de répondre au mieux à leurs attentes. E. LA SÉCURISATION DES DÉPÔTS DE FONDS ET DES TRANSACTIONS Le Trésor Public assure une mission de collecte et de gestion de l épargne : - pour les clients soumis à l obligation de dépôt de fonds au Trésor (établissements publics, régisseurs de l'état et des collectivités locales ) - et pour la clientèle de la Caisse des dépôts et consignations, dans sa mission de préposé. Pour la gestion de ces comptes et au delà d une relation le plus souvent réglementée, le Trésor Public s est engagée dans une démarche qualité centrée sur les besoins de la clientèle. * * * Pour l exercice de l ensemble de ses missions, le Trésor Public s est engagé dans une double démarche d amélioration de la qualité comptable et de la qualité de service. Concernant la qualité des comptes, l objectif est d obtenir pour l Etat, la certification des comptes dans le cadre de la LOLF, et pour les collectivités locales d améliorer la qualité des comptes en vue d une éventuelle certification, à l étude au sein d un groupe de travail au niveau national. Concernant la qualité de service, il convient d apporter le meilleur service au meilleur coût en améliorant les délais de traitement, en simplifiant les procédures et en renforçant l efficacité de nos actions. II. LES ACTIONS MAJEURES EN 2006 A. LA SIGNATURE DU SECOND CONTRAT DE PERFORMANCE DU TRÉSOR PUBLIC Le second contrat de performance, signé entre le Secrétaire Général du Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie et le Directeur du Budget pour les années , vise à faire du Trésor Public une administration exemplaire en terme de gestion publique et de management en développant la qualité comptable, la qualité de service et la qualité du management. Les objectifs et indicateurs de ce contrat ont fait l objet d une déclinaison opérationnelle dans le Budget Opérationnel de Programme 2006 de la trésorerie générale de la Côte d Or. Concernant l amélioration de la qualité de service pour l usager : - les résultats obtenus en matière de paiement dématérialisé de l impôt ont permis avec nouveaux contrats de paiements par prélèvements mensuels ou à l échéance, d atteindre un taux de paiement dématérialisé pour les impôts des particuliers (taxe d habitation, taxe foncière, impôt sur les revenus) de près de 48 %. - la promotion des moyens modernes de paiement des recettes du secteur public local (TIP, prélèvements, cartes bancaires) a permis d augmenter de plus de 20% tant en nombre qu en encours les paiements effectués par ces moyens pour un objectif fixé à 5%.

4 Concernant l efficacité des actions de recouvrement des recettes publiques: - Le taux de recouvrement contentieux des amendes et condamnations pécuniaires atteint au 31 décembre 43,29% pour un objectif fixé à 42% - et le taux de recouvrement net des impôts s établit à 99,48% pour un objectif de 99,43%. Concernant l amélioration des prestations pour le secteur public local : - Le taux de couverture de la dématérialisation (titres, payes, pièces justificatives des marchés publics ) atteint au 31 décembre 42,86% avec 13 nouvelles conventions signées en 2006, plaçant le département au 3 ème rang national. - Une démarche «qualité» des analyses financières réalisées visant à améliorer le contenu des prestations, associer les collectivités au diagnostic financier et évaluer le degré de satisfaction des bénéficiaires a été mis en place en analyses financières ont été réalisées dans ce cadre. B. LA MISE EN ŒUVRE DE LA LOLF 1) Les budgets opérationnels de programme (BOP) Les services de la Trésorerie générale ont été fortement impactés par la mise en place des budgets opérationnels de programme dans le cadre de la nouvelle constitution financière de l Etat, et spécialement les services de la dépense et du contrôle financier. L activité du contrôle financier s est recentrée sur un contrôle essentiellement budgétaire portant sur les BOP et sur les actes d engagement de la dépense les plus significatifs. Quant au service de la dépense, la mise en œuvre de la LOLF a conduit pour certaines administrations à des changements d assignation au bénéfice de la trésorerie générale de région augmentant sensiblement le nombre des mandats à traiter par ce service. 2) La dimension patrimoniale des comptes de l'état L initialisation du bilan d ouverture de l'état a nécessité de reconstituer au 1 er janvier 2006 les soldes des comptes de bilan avec les opérations d inventaires du parc immobilier et des autres immobilisations corporelles et stocks. Il convenait ensuite de s assurer de la correcte transcription comptable des évènements intervenus en cours d année (acquisitions, cessions) La trésorerie générale a joué un rôle primordial lors de ces différentes phases grâce au pilotage exercé par le correspondant «bilan d ouverture». Chaque année, les opérations de clôture, la comptabilisation des flux infra annuels ainsi que les opérations comptables de mise à jour et de fiabilisation des inventaires nécessiteront une forte mobilisation des différents services de la trésorerie générale (comptabilité, dépense, correspondante BO). 3) La certification des comptes Un important travail sur la qualité comptable ainsi que sur le développement du contrôle interne a été mené tout au long de l année 2006 afin de préparer la certification des comptes par la Cour des comptes. Au même titre que pour la comptabilité État, un travail d amélioration de la qualité comptable des comptes des collectivités locales a été également mené avec les comptables, en partenariat avec les ordonnateurs. La mise en place d un indicateur spécifique pour les opérations comptables du secteur

5 public local «l IASQCL» permet de mesurer les progrès accomplis dans ce domaine. C. L INTERLOCUTEUR FISCAL UNIQUE Afin de renforcer la qualité de service pour l usager et de lui «faciliter» l impôt, la Direction des services fiscaux de la Côte d Or et le Trésor Public ont engagé une réflexion commune pour la mise en place dans le département d accueils communs au sein d hôtels des Finances. C est ainsi que des travaux ont été engagés à l hôtel des impôts de Beaune pour regrouper dès 2007 les services de la trésorerie de Beaune et ceux du centre des impôts avec un accueil commun pour les contribuables. D. LA RÉORGANISATION DES SERVICES DE LA TRÉSORERIE GÉNÉRALE Afin d intégrer les grandes évolutions «métiers» du Trésor Public et d assurer une meilleure lisibilité des organigrammes tant en interne qu en externe, la réorganisation de la trésorerie générale est intervenue fin 2006 et fait apparaître les grandes modifications suivantes : - les services des dépenses de l'état (dépenses de rémunérations, pensions et autres dépenses) ont acquis une dimension nouvelle avec la LOLF et sont regroupés dans un même département, - Le service du Contrôle financier déconcentré est placé sous l autorité du Contrôleur Financier en Région, - Le département de l Action et de l Expertise Economique (DA2E) regroupe les services de la Mission d expertise économique et financière (MEEF), du département des études économiques et financières (DEEF), de l intelligence économique et de la délégation régionale au commerce et à l'artisanat, - Le département du Secteur Public local regroupe d une part la production et la qualité des comptes locaux, et d autre part le pilotage et l animation du secteur public local, - La formation professionnelle est rattachée au service des ressources humaines, - La mission régionale d audit devrait prochainement prendre une dimension interrégionale. E. LE TRÉSOR PUBLIC, PARTENAIRE DE L ACTION PUBLIQUE EN RÉGION 1) le Pôle Gestion Publique et Développement Économique Le plan d actions 2006 du pôle GPDE s inscrivait dans le cadre des priorités définies dans le programme d action stratégique de l'état en Région. Parmi les nombreuses réalisations partenariales, deux doivent plus particulièrement être citées : - La mise en place par la DRIRE en collaboration avec les autres membres du pôle et d autres services de l'état et organismes affiliés (DRAF, DRE, DRTEFP, DRRT, OSEO) de la monographie industrielle de la région Bourgogne, - La structuration et l organisation des filières industrielles régionales. 2) L expertise économique Le renouvellement de la certification ISO 9001 :2000 a été accordée au réseau des missions d expertises économiques et financières par le comité de certification de l AFAQ en novembre 2006.

6 6 saisines émanant de divers commanditaires (Préfet, Agence Régionale de l hospitalisation ) ont été reçues au niveau du secteur des expertises et 4 dossiers représentant un enjeu de plus de 35 millions d euros ont fait l objet de rapports définitifs d expertise. 3) L aide aux entreprises en difficulté Au 31 décembre 2006, à la suite de l examen de 42 dossiers par la commission des chefs de services financiers et des représentants des organismes de sécurité sociale (CCSF), des délais de règlement pour les dettes sociales et fiscales d un montant total de ont été accordés, les échéances mensuelles s élevant à III. PERSPECTIVES ) Le rattachement du Service des domaines à la Direction Générale de la Comptabilité Publique Dans le cadre de la modernisation de la politique immobilière de l'état, le service du domaine a intégré au 1 er janvier 2007 la Direction Générale de la Comptabilité Publique et exerce ses activités, sous l appellation «France Domaine», dans les départements sous l autorité des trésoriers-payeurs généraux. Renforcé dans ses missions, ce service est appelé à devenir un acteur majeur de la politique immobilière de l'état. 2) La poursuite de l amélioration de la qualité comptable Etat La LOLF a posé pour l'état le principe de la certification des comptes en confiant aux comptables publics la responsabilité de la qualité des comptes. L important travail réalisé dans ce secteur en 2006 va s intensifier en 2007 avec le développement des procédures de contrôle interne comptable et le rôle important confié à la cellule de qualité comptable à la Trésorerie générale en matière de corroboration des comptes, y compris dans le domaine de l enrichissement patrimonial des comptes de l'état. 3) La qualité des comptes du secteur public local Dans le secteur public local, dans la perspective d une éventuelle certification des comptes à venir, l accent sera également mis sur les contrôles comptables et la qualité, en partenariat avec les ordonnateurs. Le contrôle interne comptable de 1 er niveau, par les trésoriers, sera renforcé et des contrôles de corroboration, contrôle interne de second niveau, mis en place à la trésorerie générale. 4) La qualité de service pour l usager La trésorerie de Beaune intégrera l immeuble de l hôtel des impôts de Beaune et l accueil commun pour le contribuable sera mis en place. Dans le prolongement des engagements qualité du programme «PVFI», des démarches de certification de service pour l accueil du contribuable sont engagées dans trois trésoreries du département : Beaune, Pouilly-en-Auxois et Gevrey-Chambertin. Cette démarche vise à proposer au sein du réseau de la Direction Générale des impôts et de la Direction Générale de la Comptabilité publique un niveau de qualité identique à l usager par la mise en œuvre d un référentiel commun de certification de l accueil.

7 5) Un partenariat renforcé avec les collectivités locales et leurs établissements Une convention de service comptable et financier a été signée avec l OPAC de Dijon en février Une seconde convention est prévue en 2007 avec le CHU. Par ailleurs, une convention de partenariat adaptée aux collectivités de taille moyenne a été élaborée en 2006 par un groupe de travail constitué de comptables du département et piloté par la trésorerie générale. Ce travail trouvera son aboutissement en ) Le Trésor Public au service des entreprises Dans le cadre des actions en faveur du développement économique, une démarche va être engagée envers les entreprises innovantes. On mobilise un réseau constitué autour du Trésorier-Payeur général afin de détecter les entreprises concernées, de prendre contact avec elles et de leur apporter les appuis dont elles peuvent avoir besoin (financier, juridique, ). Par ailleurs le site «Minefi au service des entreprises» (MSE) a fait l objet d une refonte complète afin d apporter un meilleur service aux entreprises. Il sera ouvert en mars avril 2007.

L Etat en région Champagne-Ardenne

L Etat en région Champagne-Ardenne L Etat en région Champagne-Ardenne Direction régionale des finances publiques DIRECTION RÉGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES Missions l'assiette, le contrôle et le recouvrement des impôts et taxes la tenue

Plus en détail

Organisation et organigramme fonctionnel de la DDFiP de l Oise

Organisation et organigramme fonctionnel de la DDFiP de l Oise 1 Organisation et organigramme fonctionnel de la DDFiP de l Oise Implantée à Beauvais, la DDFiP de l Oise, juridiquement créée le 26 avril 2010, est organisée autour de trois pôles fonctionnels : le pôle

Plus en détail

La DGFiP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité

La DGFiP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité La DGFiP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité 1) La DDFIP et son réseau au service des collectivités locales Le comptable, interlocuteur privilégié des

Plus en détail

Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public?

Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public? Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public? Mardi 12 juin 2007 Saint-Germain Germain-en en -Laye Contexte Pontault-Combault Département : Seine et Marne Population

Plus en détail

La DGFiP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité

La DGFiP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité La DGFiP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité La DGFiP, un service de Bercy au cœurc de la RépubliqueR Création et missions de la DGFiP La DGFiP Créée

Plus en détail

- 1 - M. Bernard Angels, rapporteur spécial PRINCIPALES OBSERVATIONS DE VOTRE RAPPORTEUR SPÉCIAL... 2

- 1 - M. Bernard Angels, rapporteur spécial PRINCIPALES OBSERVATIONS DE VOTRE RAPPORTEUR SPÉCIAL... 2 - 1 - MISSION «GESTION ET CONTRÔLE DES FINANCES PUBLIQUES» ET COMPTES SPÉCIAUX «AVANCES À DIVERS SERVICES DE L ÉTAT OU ORGANISMES GÉRANT DES SERVICES PUBLICS» ET «PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

Le dispositif de fiabilisationcertification. établissements publics de santé. Mercredi de l INET - 27 mars 2013

Le dispositif de fiabilisationcertification. établissements publics de santé. Mercredi de l INET - 27 mars 2013 Le dispositif de fiabilisationcertification des comptes des établissements publics de santé Mercredi de l INET - 27 mars 2013 LE DISPOSITIF DE FIABILISATION-CERTIFICATION DES COMPTES DES EPS 1. Le dispositif

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

LA LOLF - Les trois comptabilités

LA LOLF - Les trois comptabilités LA LOLF - Les trois comptabilités Suivre l autorisation et l exécution budgétaire Assurer la transparence de la situation financière de l Etat Mesurer le coût de chaque politique publique Comptabilité

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION DE DEMATERIALISATION DES DOCUMENTS DE LA CHAINE COMPTABLE ET FINANCIERE ENTRE LA CACL, LA DGFIP ET LA CRC

SIGNATURE DE LA CONVENTION DE DEMATERIALISATION DES DOCUMENTS DE LA CHAINE COMPTABLE ET FINANCIERE ENTRE LA CACL, LA DGFIP ET LA CRC SIGNATURE DE LA CONVENTION DE DEMATERIALISATION DES DOCUMENTS DE LA CHAINE COMPTABLE ET FINANCIERE ENTRE LA CACL, LA DGFIP ET LA CRC Pour une administration plus efficace et une gestion publique moderne

Plus en détail

3) La démarche projet «GBCP» à Lille1. 3.1 Ce qui est déjà en place à Lille 1

3) La démarche projet «GBCP» à Lille1. 3.1 Ce qui est déjà en place à Lille 1 Plan d action «GBCP» Université Lille1 1) Les objectifs de la réforme Le décret n 2012-1246 du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique a pour objectifs de : Refonder le champ

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

INFORMATION DES ÉLUS ISSUS DES SCRUTINS DES 23 ET 31 MARS 2014. Réunion du 14 AVRIL 2014

INFORMATION DES ÉLUS ISSUS DES SCRUTINS DES 23 ET 31 MARS 2014. Réunion du 14 AVRIL 2014 INFORMATION DES ÉLUS ISSUS DES SCRUTINS DES 23 ET 31 MARS 2014 Réunion du 14 AVRIL 2014 PROGRAMME 08h45 : introduction par M. G.Lambert, préfet de la Lozère et J. Blanc, président de l association des

Plus en détail

Le soutien aux entreprises par la DRFIP

Le soutien aux entreprises par la DRFIP Le soutien aux entreprises par la DRFIP Mutécos Arras - 22 juin 2011 Christian RATEL Administrateur Général des Finances Publiques Directeur Régional des Finances Publiques du Nord - Pas-de-Calais et du

Plus en détail

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur.

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur. Référentiels métier des personnels d encadrement des établissements publics d'enseignement supérieur et de recherche Agent comptable Sous-direction de la gestion prévisionnelle et des missions de l encadrement

Plus en détail

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème CONCEPTION D UN MANUEL D ORGANISATION COMPTABLE 1. Conception d un manuel d organisation comptable 1.1. Cadre légal Le manuel d organisation

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE Annexe 1 SEF - Pôle Analyses, Etudes Bancaires et Financières 1/8 I. CONTEXTE L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer (IEDOM) a désigné

Plus en détail

La DGFIP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité

La DGFIP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité La DGFIP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité Création, missions, orientations stratégiques La DGFIP (Direction Générale des Finances Publiques) Créée

Plus en détail

1- Organisation des services de la Comptabilité

1- Organisation des services de la Comptabilité 1 04 Février 2013 2 3 1- Organisation des services de la Comptabilité Les services de la comptabilité comportent : La DGC composée de 05 Directions et d une inspection; L Agence Centrale Comptable du Trésor;

Plus en détail

Fiche 24 Le contrôle de gestion et les systèmes d information.

Fiche 24 Le contrôle de gestion et les systèmes d information. Le contrôle de gestion et les systèmes d information. 1. Définition. On entend ici par système d information toute organisation s appuyant sur des moyens humains et informatiques dont la finalité est de

Plus en détail

Chargé(e) de prestations comptables

Chargé(e) de prestations comptables Code fiche BUD001 Chargé(e) de prestations comptables Définition synthétique de l emploi-type Assure la gestion opérationnelle des actes d exécution de la dépense, des recettes non fiscales et de gestion

Plus en détail

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE LES OPERATIONS COURANTES CONNAISSANCES Les produits d exploitation les obligations relatives aux ventes La ventilation

Plus en détail

Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006

Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006 RÈGLEMENT RÈGLEMENT FINANCIER FINANCIER Version 1.00 adoptée par l'assemblée Générale du 21 janvier 2006 Article 1er- Objet 1.1 Le Règlement Financier est l'outil d'aide à la gestion comptable et financière

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

La comptabilité de l État

La comptabilité de l État LA COMPTABILITÉ DE L ÉTAT 13 La comptabilité de l État Comme le prévoit la LOLF, l Etat tient désormais une «comptabilité générale» de ses opérations, qui se distingue du «système de caisse» jusqu alors

Plus en détail

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP)

INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION 25 FEVRIER 2014 INTRODUCTION AU NOUVEAU DECRET GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIC (GBCP) AC/DAF La GBCP : définition GBCP = Gestion

Plus en détail

Yourcegid Secteur Public Finances : Une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique. Collectivités. Finances

Yourcegid Secteur Public Finances : Une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique. Collectivités. Finances Yourcegid Secteur Public Finances : Une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique Collectivités Finances Parce que votre organisation est unique, parce que vos besoins sont propres à

Plus en détail

OPÉRATEURS DU SECTEUR PUBLIC : ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS BUDGÉTAIRES ET COMPTABLES

OPÉRATEURS DU SECTEUR PUBLIC : ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS BUDGÉTAIRES ET COMPTABLES OPÉRATEURS DU SECTEUR PUBLIC : ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS BUDGÉTAIRES ET COMPTABLES Décret gestion budgétaire et comptable du 7 novembre 2012 Afin de préciser les modalités d application concrètes de

Plus en détail

CTPC EMPLOIS DE LA DGFIP (PLF 2010) Fiche 2 :

CTPC EMPLOIS DE LA DGFIP (PLF 2010) Fiche 2 : CTPC EMPLOIS DE LA DGFIP (PLF 2010) Fiche 2 : DESCRIPTIF DES MÉTHODES D ALLOCATION DES EMPLOIS Pour le PLF 2010, au titre de l exercice des missions, les suppressions d emplois de la DGFiP s élèvent à

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Fiabilisation des comptes des collectivités territoriales * * * Mme Nathalie BIQUARD

Fiabilisation des comptes des collectivités territoriales * * * Mme Nathalie BIQUARD Fiabilisation des comptes des collectivités territoriales * * * Mme Nathalie BIQUARD Chef du Service des collectivités locales Direction Générale des Finances publiques Conférence Grant Thornton 1 23 janvier

Plus en détail

Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008

Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008 Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008 2003 - DRB [Minéfi] La comptabilité des marchands et la comptabilité des princes

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

GESTION DES FINANCES PUBLIQUES ET DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES FINANCES PUBLIQUES ET DES RESSOURCES HUMAINES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E BUDGET GÉNÉRAL MISSION INTERMINISTÉRIELLE RAPPORTS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE RÈGLEMENT DU BUDGET ET D APPROBATION DES COMPTES POUR GESTION

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

PROGRAMME. Préambule. Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire. Bibliographie indicative: Plan Comptable Général

PROGRAMME. Préambule. Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire. Bibliographie indicative: Plan Comptable Général Claude Guittard Bureau 153 guittard@unistra.fr LICECE 1 UDS 2012/2013 PROGRAMME Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire Plan Comptable Général Bibliographie indicative:

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ÉTAT

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ÉTAT PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ÉTAT Version du 07/10/2014 à 08:45:45 PROGRAMME 723 : CONTRIBUTION AUX DÉPENSES IMMOBILIÈRES MINISTRE CONCERNÉ

Plus en détail

L impact de la certification des comptes sur l audit interne de la DGFiP. M. Jacques ORTET

L impact de la certification des comptes sur l audit interne de la DGFiP. M. Jacques ORTET L impact de la certification des comptes sur l audit interne de la DGFiP M. Jacques ORTET L incidence de la réforme comptable sur l audit interne Évaluer la qualité comptable Les comptes de l État doivent

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

Bilan des audits EPLE 2013 et 2014 MDRA 93

Bilan des audits EPLE 2013 et 2014 MDRA 93 Bilan des audits EPLE 2013 et 2014 MDRA 93 SOMMAIRE 1.Le dispositif de l audit 2. Les principaux constats 1. LE DISPOSITIF D AUDIT 1.1. Les objectifs de l audit Un cadre réglementaire d intervention :

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

Notre offre de services : un accompagnement par des experts sur toutes les dimensions de votre projet

Notre offre de services : un accompagnement par des experts sur toutes les dimensions de votre projet ETAT Comptabilité générale Vers une vision patrimoniale de votre organisation Les enjeux La comptabilité générale permet aux services de l Etat et à ses établissements publics de bénéficier d une véritable

Plus en détail

I. OBJECTIFS 2 I. MISSIONS COUVRANT LE CHAMP DES ACTIVITES PROPRES DE LA CANSSM 2 II. MISSIONS COUVRANT LE CHAMP DES ACTIVITES DE TETE DE RESEAU 4

I. OBJECTIFS 2 I. MISSIONS COUVRANT LE CHAMP DES ACTIVITES PROPRES DE LA CANSSM 2 II. MISSIONS COUVRANT LE CHAMP DES ACTIVITES DE TETE DE RESEAU 4 Lettre de mission AGENCE COMPTABLE Version : finale Date : 13/06/2008 CONTENU DU DOCUMENT I. OBJECTIFS 2 I. MISSIONS COUVRANT LE CHAMP DES ACTIVITES PROPRES DE LA CANSSM 2 II. MISSIONS COUVRANT LE CHAMP

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

finances publiques Les interrelations entre comptabilité générale et comptabilité budgétaire

finances publiques Les interrelations entre comptabilité générale et comptabilité budgétaire Frank MORDACQ Contrôleur budgétaire et comptable ministériel auprès du ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi et du ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA. Tome 2 RELATIF AU FONCTIONNEMENT DES COMPTES

GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA. Tome 2 RELATIF AU FONCTIONNEMENT DES COMPTES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA Tome 2 RELATIF AU DES COMPTES (Directive n 09/2009/CM/UEMOA portant plan comptable de l Etat au sein de l UEMOA) 1

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

1. La composition. La CCSF est présidée par le DRFiP/DDFiP.

1. La composition. La CCSF est présidée par le DRFiP/DDFiP. La commission des chefs des services financiers et des représentants des organismes de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d assurance chômage C C S F 1. La composition La CCSF est présidée

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC

SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC 2 rue Scandicci 93691 PANTIN CEDEX RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Exercice clos le 31 décembre 2012 Philippe PILLOT Commissaire

Plus en détail

AUFORT CAUCAT & ASSOCIES Société d expertise comptable

AUFORT CAUCAT & ASSOCIES Société d expertise comptable AUFORT CAUCAT & ASSOCIES Société d expertise comptable Marc AUFORT Expert comptable Commissaire aux comptes Laure CAUCAT Expert comptable Commissaire aux comptes... Nos réf. : / / PROPOSITION DE MISSION

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN --------------- MINISTERE DES FINANCES ET DE L ECONOMIE --------------- DIRECTION GENERALE DU BUDGET --------------------

REPUBLIQUE DU BENIN --------------- MINISTERE DES FINANCES ET DE L ECONOMIE --------------- DIRECTION GENERALE DU BUDGET -------------------- REPUBLIQUE DU BENIN --------------- MINISTERE DES FINANCES ET DE L ECONOMIE --------------- DIRECTION GENERALE DU BUDGET -------------------- République du Bénin Fraternité-Justice-Travail SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Nouveau décret relatif à la gestion budgétaire et comptable publique. Présentation du nouveau cadre budgétaire et comptable applicable aux organismes

Nouveau décret relatif à la gestion budgétaire et comptable publique. Présentation du nouveau cadre budgétaire et comptable applicable aux organismes Nouveau décret relatif à la gestion budgétaire et comptable publique Présentation du nouveau cadre budgétaire et comptable applicable aux organismes DGFiP / DB Sommaire Objectifs de la réforme du cadre

Plus en détail

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT Jean-Paul Milot Patrick Soury Lionel Vareille 2003 - DRB [Minéfi] La nouvelle architecture du budget de l État Une structuration en trois niveaux Discussion

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Avertissement : Le kit de communication a vocation à être adapté au contexte propre à chaque organisme.

Avertissement : Le kit de communication a vocation à être adapté au contexte propre à chaque organisme. Avertissement : Le kit de communication a vocation à être adapté au contexte propre à chaque organisme. Le kit présente les éléments clés du nouveau modèle de gestion découlant de l application du décret

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICES COMPTABLE ET FINANCIER

CONVENTION DE SERVICES COMPTABLE ET FINANCIER CONVENTION DE SERVICES COMPTABLE ET FINANCIER CONVENTION DE SERVICES COMPTABLE ET FINANCIER ENTRE ET La communauté urbaine de Nantes représentée par M. Jean-Marc AYRAULT, Président La Direction Générale

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

SECTEUR PUBLIC FINANCES

SECTEUR PUBLIC FINANCES SECTEUR PUBLIC FINANCES 1 YOURCEGID SECTEUR PUBLIC Éditeur de logiciels de gestion Financière, des Ressources Humaines et de la relation avec le Citoyen, Cegid Public répond aux exigences du Secteur Public

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

FICHE 3 L OFFRE DE FORMATION A LA PRISE DE FONCTION DANS LE CADRE DU DISPOSITIF DES «ECLUSES»

FICHE 3 L OFFRE DE FORMATION A LA PRISE DE FONCTION DANS LE CADRE DU DISPOSITIF DES «ECLUSES» FICHE 3 L OFFRE DE FORMATION A LA PRISE DE FONCTION DANS LE CADRE DU DISPOSITIF DES «ECLUSES» 2 EME PHASE : UN PARCOURS ADAPTE La présente fiche a pour objet de décrire la deuxième étape du dispositif

Plus en détail

Tout dossier client est affecté à un binôme leader 1 / assistante :

Tout dossier client est affecté à un binôme leader 1 / assistante : Assistance administrative et financière Intuitae vous propose de prendre en charge vos problématiques administratives, comptables et financières : collecte et classement de vos documents administratifs,

Plus en détail

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise -

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise - DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES D ÎLE-DE-FRANCE ET DU DEPARTEMENT DE PARIS SITE REAUMUR 94 RUE REAUMUR - 75104 PARIS CEDEX 02 ACCUEIL DU PUBLIC : 8H35

Plus en détail

La gestion sous mandat de caisses de retraite publique

La gestion sous mandat de caisses de retraite publique Retraites La gestion sous mandat de caisses de retraite publique Dès sa création en 1816, la Caisse des Dépôts s est vu confier la gestion des systèmes de retraite publique. Cette responsabilité participe

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DU PROCESSUS DE FACTURATION

L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DU PROCESSUS DE FACTURATION L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DU PROCESSUS DE FACTURATION CHU DE RENNES 2013 à 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES 05/11/2014 2 Activités d un bureau des entrées Accueillir les patients

Plus en détail

POLITIQUE JEUNESSE DEPARTEMENTALE «ACTIONS CITOYENNES» ------- DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DE L ANNEE 2014

POLITIQUE JEUNESSE DEPARTEMENTALE «ACTIONS CITOYENNES» ------- DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DE L ANNEE 2014 POLITIQUE JEUNESSE DEPARTEMENTALE «ACTIONS CITOYENNES» ------- DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DE L ANNEE 2014 TITRE DE L ASSOCIATION Adresse du siège social. Numéro SIRET Code APE ou NAF : Téléphone E-mail

Plus en détail

Yourcegid Secteur Public Citoyens : Une réponse globale aux nouvelles demandes de vos administrés. Citoyens

Yourcegid Secteur Public Citoyens : Une réponse globale aux nouvelles demandes de vos administrés. Citoyens Yourcegid Secteur Public Citoyens : Une réponse globale aux nouvelles demandes de vos administrés Citoyens Parce que votre organisation est unique, parce que vos besoins sont propres à votre métier et

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser?

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser? LES FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE Comprendre et acquérir les bases de la comptabilité DURée : 3j + 1J en option sur logiciel* Toute personne en charge de la gestion en * En option : mise en

Plus en détail

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Présentation EDIFICAS Mai 2011 Nicolas Botton SOMMAIRE 1. Les gains issus de la dématérialisation dans le secteur

Plus en détail

analyse des risques, évaluation de la performance et conseil en gestion publique

analyse des risques, évaluation de la performance et conseil en gestion publique Le Contrôle général économique et financier (CGEFi): analyse des risques, évaluation de la performance et conseil en gestion publique Relevant des ministres chargés de l économie et des finances, le Contrôle

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ------------------

MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ------------------ MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ------------------ DECRET N 2014-1102 Fixant les attributions du Ministre des Finances et du Budget ainsi que l organisation générale de son Ministère. - Vu la Constitution

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

Contexte : l Europe des 27

Contexte : l Europe des 27 Contexte : l Europe des 27 De fortes disparités régionales 1,5% du PIB européen pour les 10% de la population vivant dans les régions les plus pauvres 14 Etats membres ont un PIB inférieur à 90% de la

Plus en détail

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS 1 ère ANNEE (30 semaines + 4 semaines de stage) POLE 1 COMPTABILITE ET DES L ENTREPRISE. Notions générales sur l. Les principes

Plus en détail

FINANCEMENT DE L INNOVATION

FINANCEMENT DE L INNOVATION Laurent ADVENIER : Responsable régional Benjamin DECLERCQ : Ingénieur Consultant www.f-iniciativas.fr FINANCEMENT DE L INNOVATION Historique de F.Iniciativas Présentation CRÉATION F-INICIATIVE PAR M. BOUTE

Plus en détail

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 Conseil National de la Comptabilité Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 1 Sommaire Introduction Principales évolutions de la CGE depuis

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL N 4 «LE REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE»

GROUPE DE TRAVAIL N 4 «LE REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE» GROUPE DE TRAVAIL N 4 «LE REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE» FICHE : PROCEDURES COMPTABLES ELEMENTS DE CONTEXTE Du fait de son statut d établissement public, l hôpital obéit au principe de séparation ordonnateur

Plus en détail

Les processus de gestion de la dépense publique

Les processus de gestion de la dépense publique IX e colloque annuel Direction Générale de la Comptabilité Publique et du Trésor du Sénégal DAKAR SENEGAL du 16 au 18 novembre 2015 Les processus de gestion de la dépense publique Termes de référence Le

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Loi Organique relative aux Lois de Finances. La LOLF

Loi Organique relative aux Lois de Finances. La LOLF Loi Organique relative aux Lois de Finances La LOLF 1 La LOLF Réforme budgétaire la plus vaste jamais réalisée depuis les débuts de la V ème République Consensus exceptionnel 2 - Pourquoi fallait-il réformer

Plus en détail

La gestion de l'institut de France

La gestion de l'institut de France LA GESTION DE L'INSTITUT DE FRANCE 103 La gestion de l'institut de France Dans son rapport public annuel publié en 2001, la Cour avait émis des observations multiples sur l Institut de France : gestion

Plus en détail

PRESENTE PAR M. SAOURE BROU GASTON

PRESENTE PAR M. SAOURE BROU GASTON SESSION III : POSITIONNEMENT DES REFORMES ET DES NEGOCIATIONS SUR LE DEVELOPPEMENT DANS LE SECTEUR DES SERVICES COMPTABLES EN CÔTE D IVOIRE PRESENTE PAR M. SAOURE BROU GASTON REPRESENTANT L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

Plus en détail

I. Comptabilité générale

I. Comptabilité générale I. Comptabilité générale I.A. Documents de la comptabilité générale : Le bilan Le bilan est un document de synthèse qui récapitule à un moment donné le total des emplois et le total des ressources. Selon

Plus en détail

La certification financière des Hôpitaux de Saint-Maurice

La certification financière des Hôpitaux de Saint-Maurice La certification financière des Hôpitaux de Saint-Maurice Jacques Touzard, Directeur-adjoint en charge de l Organisation et du Contrôle Interne Charles Morvan, Directeur-adjoint en charge des Affaires

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

Comptabilité de l état

Comptabilité de l état Instruction codificatrice N 05060PR du 30 décembre 2005 NOR : BUD R 05 00060 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique Comptabilité de l état Analyse Livre 1 états financiers et documents

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 4 décembre 2006 Références à rappeler : JP/ROD II 033002529 Monsieur le Maire, Par lettre du 21 mars 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc. M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume

Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc. M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume Abidjan, 29 Novembre 2013 MISSIONS DE LA TRESORERIE GENERALE

Plus en détail

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui Et après... Info CCI Faire face à la crise Édition n 2 Edito La Sortie de crise se prépare aujourd hui Le cycle actuel de conjoncture défavorable ne durera pas éternellement! L accélération des cycles

Plus en détail