3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE"

Transcription

1 3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE ALLOCUTION DU Dr Oumar NIANGADO Délégué de la Fondation YAOUNDE/CAMEROUN, OCTOBRE 2013 Mesdames/Messieurs les Ministres (etc.) Permettez-moi tout d abord, au nom du Directeur Exécutif de la Fondation Syngenta pour une Agriculture Durable empêché et à mon nom propre, de remercier les Autorités camerounaises pour la qualité de l accueil qui nous a été réservé et toutes les facilités qui nous ont été accordées. Mes remerciements vont également à la Direction Générale du Centre du Riz pour l Afrique (AfricaRice) pour avoir bien voulu nous inviter au présent Congrès. La Fondation Syngenta est très heureuse d avoir été associée à ce 3 ème Congrès du riz en Afrique, évènement de très haute portée pour le continent africain en matière de sécurité alimentaire. Les organisateurs du congrès nous ont demandé de vous entretenir sur les acteurs de la chaîne de valeur : des semences aux marchés, domaine auquel la fondation consacre ses efforts depuis quelques années. L Afrique de l Ouest importe environ 5 millions de tonnes de riz, et ne couvre que 60 pourcent de ses besoins, cela, malgré un potentiel de production considérable. La dépendance est due à l accroissement de la consommation de plus en plus forte du riz tant en milieu urbain qu en milieu rural. Que faire pour que le riz local trouve toute sa place au niveau de nos marchés? Comment réduire cette dépendance par rapport au riz importé? Ce sont là des questions auxquelles nous devons apporter des réponses. Jusqu à présent les efforts des Gouvernements et des partenaires techniques et financiers ont porté essentiellement sur l amélioration de la production du riz comme l atteste la plus plupart des initiatives prises au niveau de la région. Ces efforts mériteraient d être poursuivis, mais on doit noter cependant que peu d efforts ont été consacrés aux activités post-récoltes et à la meilleure intégration des acteurs au niveau des chaînes de valeur. 1

2 Si selon Hobbs et al., 2000 «une chaîne de valeur est une alliance stratégique verticale entre des acteurs indépendants dans une filière» l analyse des rôles et des responsabilités des différents acteurs montre que la chaîne de valeur du riz local ne fonctionne pas. Les relations entre ces différents acteurs sont surtout caractérisées par le manque de confiance. Les producteurs n ont pas confiance en l Etat; les commerçants, les transformateurs et les institutions financières n ont pas confiance aux producteurs. Chaque acteur tente toujours de maximiser son profit au détriment des autres en présence de services d appui conseil peu fonctionnels ou inexistants. Face à cette situation les politiques, dans un souci de satisfaire les consommateurs urbains, ont eu tendance à faciliter les importations au regard du prix et de la qualité du riz local. De nombreuses études ont porté sur l évaluation des chaînes de valeur du riz en Afrique de l Ouest (USAID, AfricaRice, Agence française de Développement (AFD). Toutes ces études font le même constat : il n existe en fait pas des chaines de valeur fonctionnelles de riz en Afrique de l Ouest. Au niveau de la région, les exploitations familiales, de petites tailles constituent un des acteurs les plus importants de la filière. Avec des petites superficies et une production atomisée, il leur est très difficile voire impossible d assurer un approvisionnement correct et régulier des unités de transformation. Concernant les distributeurs d intrants, les entreprises et coopératives semencières: ils constituent un maillon important du système de production, car ils assurent l approvisionnement des producteurs en intrants. Les boutiques d intrants mises en place fonctionnement difficilement, les entreprises et coopératives semencières n arrivent pas souvent à vendre leur production tandis que des producteurs ayant besoin de semence n arrivent pas à satisfaire leur demande. Si ces semenciers et ces distributeurs étaient intégrés dans une chaîne de valeur, il y aurait une meilleure adéquation entre l offre et la demande. Certaines organisations paysannes et leurs faîtières jouent de plus en plus un rôle important dans ce domaine en assurant ces services à leurs membres. En ce qui concernant les collecteurs/agrégateurs et les négociants, ils sont limités par leur faible capacité financière et d'entreposage. Travaillant en général pour des grossistes, ils veulent toujours acquérir le paddy à bas prix. Sans un système d agrégation approprié et un stockage adéquat, le système de distribution du riz ne peut pas approvisionner régulièrement, toute l année et de la façon la plus efficace le marché en riz local. En général, tous ces intermédiaires n'ont pas de contrats avec les agriculteurs, mais ils peuvent leur fournir du financement à court terme, payable en paddy au moment de la récolte selon des modalités fixées par eux. De nombreuses initiatives sur la promotion du warrantage ont été mises en œuvre en Afrique de l Ouest par la FAO et certaines ONG, permettant ainsi d améliorer la vente groupée de céréales aux bénéfices des producteurs. Ce mécanisme mériterait d être promu au niveau des 2

3 organisations paysannes, car il permet d éviter aux producteurs de brader leur production au moment de la récolte et négocier de meilleurs prix avec les collecteurs/agrégateurs et les négociants. En ce qui concerne les transformateurs de paddy : avec le désengagement de l Etat et la libération de la filière entraînant l arrêt des grandes rizeries, on a assisté à la diffusion de petites décortiqueuses dans la plupart des bassins de production. Cette introduction a permis de diversifier les opportunités de transformation de riz local au niveau de nombreuses zones de production. Même si la qualité du riz produit est généralement faible, cette action a permis l'émergence de petites unités de transformation gérées soit par des privés soit par des exploitations familiales individuellement ou collectivement. Concernant les commerçants, les grossistes, dans la plupart des pays, ils se concentrent sur la vente du riz importés à travers un réseau de distributeurs et de détaillants dans les zones urbaines et périurbaines. En raison des petits volumes vendus sur les marchés par les producteurs, la saisonnalité de l'approvisionnement des marchés et la faible capacité de stockage au niveau des différents acteurs, le riz local n est généralement pas leur priorité. Une intégration des efforts et les perspectives d une meilleure commercialisation pourraient inciter de nombreux producteurs à produire plus. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) au Mali à travers son programme «Achat au service du progrès» grâce à la contractualisation de ses achats avec les organisations paysannes, contrats signés en début de campagne, a pu améliorer non seulement le volume de ses achats, mais à permis aux producteurs d avoir de meilleurs prix. Il arrive actuellement à assurer la couverture totale de ses besoins à travers cette contractualisation. On voit ainsi, qu en général, si les producteurs sont assurés de pouvoir vendre leur production, ils peuvent approvisionner le marché de façon adéquate. Le marché est l'une des plus anciennes formes d'interaction humaine. Cependant certains analystes, au regard de la crise financière et de la volatilité des prix agricoles, restent sceptiques quant aux bénéfices de l intégration des exploitations familiales aux marchés. Comment améliorer le revenu des producteurs si on occulte le marché? Comment lutter contre la pauvreté en milieu rural sans une amélioration des revenus des producteurs. Nous restons convaincus que seule une production agricole orientée vers le marché, avec des exploitations agricoles familiales modernes nous permettra d assurer la sécurité alimentaire de la sous région et faire face aux défis du futur. Au regard des énormes potentialités de production, le véritable ennemi de l'agriculture africaine n est le marché mais plutôt le manque d opportunités d accès aux marchés. Le marché n est pas en lui-même un problème pour les producteurs, car il offre une opportunité de négociation et d échange entre les acteurs, mais c est comment faire en sorte qu il puisse être profitable aux exploitations familiales? Les producteurs ont été toujours les perdants du 3

4 marché tandis les autres acteurs en étaient les gagnants. La région ouest-africaine, à travers ses grands bassins de consommation de riz (Côte d Ivoire, Nigéria, Ghana et Sénégal, etc.) constitue un marché potentiel important, donc des opportunités pour la transformation de l agriculture de la sous-région et un levier pour le développement. Une meilleure organisation de la chaîne de valeur permettra aux producteurs de tirer le meilleur bénéfice des marchés. L Afrique de l Ouest a besoin d un grand marché régional de riz local où les pays pourront venir s y approvisionner. Mais il faut reconnaitre que malgré l existence d accords régionaux (CEDEAO et UEMOA), le commerce intra régional fait face à de nombreuses contraintes, limitant ainsi le flux des céréales entre les pays. Selon Shepherd (2007) il existe de nombreuses possibilités de partenariat entre les producteurs et les autres acteurs de la chaîne de valeur (entre producteurs et fournisseurs d intrants ; entre producteurs et négociants de paddy ; entre producteurs et les rizeries, etc.) qui permettent tous de développer des modèles d affaires. Au niveau de la sous région de nombreux investisseurs privés installent souvent de grandes exploitations agricoles pour se consacrer à la riziculture industrielle, ils cohabitent souvent avec des exploitations familiales. Nous pensons que ces deux modes d exploitations peuvent travailler ensemble pour assurer une production suffisante, comme c est le cas pour certaines cultures de rente comme la tomate au Sénégal. Il ya cependant, des zones où il n ya pas de riziculture industrielle, l essentiel de la production est assurée par les exploitations familiales. C est le cas des vieux bassins de production du riz de la Vallée du Fleuve Sénégal et de l Office du Niger etc. Pour apporter notre contribution à la recherche de solution tangible au Partenariat Public- Privé, sur la base des résultats des expériences passées, la Fondation Syngenta a initié, avec son partenaire AfricaRice, au Burkina Faso, en Côte d Ivoire, au Ghana, au Mali et au Sénégal, un programme régional sur le riz portant sur la mise en œuvre de 2 modèles d affaires : - Le premier modèle, dirigé par un investisseur privé, est mis en œuvre au Burkina Faso, en Côte d Ivoire et au Ghana. Au niveau de ce modèle, l investisseur va assurer, sur ses propres ressources, l essentiel des services au niveau de la chaîne de valeur (fourniture des intrants, appui conseil, collecte et stockage du paddy, transformation et commercialisation). L Etat ou les collectivités locales peuvent participer au modèle en assurant l accès au foncier et/ou comme actionnaire. Les producteurs encadrés s engagent à travers un contrat à vendre leur production à l investisseur selon un prix fixé de commun accord, avec la possibilité de paiement de prémium aux producteurs. - Le second modèle dirigé par les organisations paysannes est mis en œuvre au Mali en zone Office du Niger et au Sénégal dans la Vallée du Fleuve Sénégal. Au niveau de modèle, il appartient aux organisations de producteurs d assurer en partenariat avec les 4

5 autres acteurs de la chaine, l accès de ses membres aux intrants, d organiser la collecte et le stockage du paddy, sa transformation et sa commercialisation. L appui conseil dans ce cas est assuré par les services de vulgarisation de l Etat. La Fondation, au niveau de ces 2 modèles va fournir une expertise agronomique aux exploitations familiales en vue de leur permettre d intensifier de façon durable leur production et d accéder aux marchés. Les résultats tirés de ces 2 modèles devront nous permettre de mieux appuyer les futures initiatives de partenariat. La promotion d une chaîne de valeur ne doit pas être vue seulement sur le plan de l'économie ou du financement. Il s'agit de la mise en place d un mécanisme permettant, au-delà de l amélioration des revenus, de la possibilité de création d emplois en milieu rural, d un processus de développement d un meilleur cadre de vie pour les producteurs de riz. Les exploitations familiales devront occuper une place centrale dans toutes les stratégies d investissement et de croissance. Ces investissements pour être efficaces, devront prendre en compte non seulement les aspirations des exploitations familiales mais aussi celles des autres acteurs de la chaine. C est la condition sine qua non pour que l agriculture apporte sa contribution à la résorption du chômage des jeunes. Il est essentiel aussi que les exploitations familiales s organisent mieux pour coordonner leur action afin d accéder à un financement approprié. Avec le développement des mouvements coopératifs au niveau de la sous région, les activités de renforcement des capacités techniques et organisationnelles des organisations paysannes par les partenaires, la situation pourrait beaucoup changer dans un proche avenir. En général, partout où les producteurs sont suffisamment organisés, utilisant des intrants de qualité, appuyés par les services agricoles, ayant accès aux marchés, ils peuvent produire suffisamment pour satisfaire la demande. Cependant, les organisations paysannes doivent veiller au remboursement des crédits empruntés aux institutions financières. Malheureusement, au niveau de la plupart des pays de la sous-région, se propage actuellement une épidémie de «non paiement des crédits» au niveau des organisations paysannes. De nombreuses institutions bancaires n acceptent plus de donner des crédits aux producteurs au regard de leurs impayés. Le politique plutôt que de sévir s engage souvent à éponger ces dettes en contre partie de l appui des producteurs. Ce qui rend difficile les négociations pour l accès des exploitations familiales aux financements. Mais des chaînes de valeur fonctionnelles pourraient être des gages pour les institutions de financement. Dans un contexte de croissance démographique et d urbanisation, l'intensification de la production agricole au niveau du continent africain est une urgence. Ceci n est possible qu avec des investissements adéquats tout en s appuyant sur la science, la technologie et le savoir-faire traditionnels scientifiquement éprouvé. Aujourd hui la région dispose de 5

6 nombreuses innovations technologiques, judicieusement utilisées, elles permettent de doubler de façon durable les rendements. A l horizon 2020, la demande en riz pour l Afrique Subsaharienne est estimée à environ trois six millions de tonnes par an. Nous pensons que la production des exploitations familiales à elle seule, ne permettrait pas de couvrir ces besoins. Il faudrait donc promouvoir l intervention du secteur privé, qui couplé à celles des exploitations familiales permettrait de résorber cette importation. Ces partenariats doivent se faire de façon transparente et équitable où chacun doit jouer son rôle. C est à ce prix que nous pouvons dire avec le Président du FIDA, que "L'Afrique peut nourrir l'afrique". "L'Afrique doit nourrir l'afrique". Et je suis convaincu que "l'afrique va nourrir et l'afrique nourrira le monde". 6

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

Modèle ou Exemple. Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication

Modèle ou Exemple. Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication MISSION AU MALI ANNEXE 8 Modèle ou Exemple Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication A. Contexte La volatilité des prix couplée à

Plus en détail

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Dr. Moustapha Kamal Gueye, Spécialiste - Programme Emplois Verts, Organisation Internationale du Travail

Plus en détail

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS Agence Française de Développement Face aux défis communs, s engager vers de nouveaux modèles de développement Dans un monde de plus en plus interdépendant, les défis,

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI ACCES AUX MARCHES

NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI ACCES AUX MARCHES COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Secrétariat Exécutif NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI

Plus en détail

Discours de Monsieur le Président de la BOAD. - Excellence, Monsieur le Ministre de l Economie et des. Finances, Excellences, Messieurs les Ministres,

Discours de Monsieur le Président de la BOAD. - Excellence, Monsieur le Ministre de l Economie et des. Finances, Excellences, Messieurs les Ministres, Signature de l accord de prêt relatif au financement partiel du projet de securite alimentaire par l aménagement des bas fonds et le renforcement des capacités de stockage au Bénin Discours de Monsieur

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

Réponses des Organisations régionales face aux crises de 2007 et 2008

Réponses des Organisations régionales face aux crises de 2007 et 2008 Secrétariat Exécutif Programme Régional d Appui Accès aux Marchés Réponses des Organisations régionales face aux crises de 2007 et 2008 Moussa CISSE Coordonnateur PRA/Accès aux Marchés Plan I. Introduction

Plus en détail

Inades-Formation Togo Servir le bien commun

Inades-Formation Togo Servir le bien commun Inades-Formation Togo Servir le bien commun Termes de référence. Consultant International pour l appui à la capitalisation d une expérience sur le crédit agricole au Togo. Le contexte L économie du Togo

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Note conceptuelle. Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX

Note conceptuelle. Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX Note conceptuelle Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX A. Introduction Le Programme Semencier Ouest Africain (en anglais,

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Intervention de l Honorable Gloriose Berahino,

Intervention de l Honorable Gloriose Berahino, Conférence du Réseau des Femmes Parlementaires d Afrique Centrale (RFPAC) «L Accès et le contrôle des ressources par les femmes» Irlande, Dublin, 26 juin 2013 O Callaghan Alexander Hotel Intervention de

Plus en détail

FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL. Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE)

FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL. Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE) FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE) Madrid, 20 Juillet 2015 ----------------------------------------- Intervention de Monsieur Ali HADDAD Président

Plus en détail

Impact de la gestion des stocks publics des produits vivriers sur le warrantage au Burkina Faso

Impact de la gestion des stocks publics des produits vivriers sur le warrantage au Burkina Faso MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE =-=-=-=-=--=-=-=- SECRETARIAT GENERAL =-=-=-=-=--=-=-=- DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DES STATISTIQUES SECTORIELLES -=-=-=-=-=--=-=-= DIRECTION

Plus en détail

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin. BURKINA FASO Unité Progrès - Justice 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.bf SOMMAIRE Introduction I. Caractéristiques physiques et potentialités

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA)

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- LA COMMISSION -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) 2007 1. CONTEXTE ET

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Cacao

Politique Internationale d Achat de Cacao Politique Internationale d Achat de Cacao Version : Juillet 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs de commerce

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

Message de M. Jean Claude de l Estrac Secrétaire général de la Commission de l océan Indien. Maurice, le 13 juillet 2015

Message de M. Jean Claude de l Estrac Secrétaire général de la Commission de l océan Indien. Maurice, le 13 juillet 2015 Atelier de réflexion sur les aspects pêche des accords de partenariat économiques intérimaires passés entre l Union européenne et certains Etats de la Commission de l océan Indien (COI) Message de M. Jean

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION ET DE VISIBILITE Ue/FIDA Pour le Programme de Facilité Alimentaire de l Ue

PLAN DE COMMUNICATION ET DE VISIBILITE Ue/FIDA Pour le Programme de Facilité Alimentaire de l Ue PLAN DE COMMUNICATION ET DE VISIBILITE Ue/FIDA Pour le Programme de Facilité Alimentaire de l Ue Stratégie de communication générale Niveau Pays / Bénin La volatilité des prix couplée à la crise financière

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

La vente groupée du riz paddy au nord du Bénin

La vente groupée du riz paddy au nord du Bénin Septembre 2015 La vente groupée du riz paddy au nord du Bénin Le cas des unions communales de Djougou et Matéri Théodore Hountondji (CTB), Wilma Baas (CTB), Isidore Agbegninou (URCPR), Serge Sénan Alladagbin

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE. Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal. Plan de visibilité et stratégie de communication

REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE. Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal. Plan de visibilité et stratégie de communication REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal Plan de visibilité et stratégie de communication OCTOBRE 2010 A. Contexte 1. Face à la crise alimentaire qui a

Plus en détail

Atelier sur la Poste et l économie numérique

Atelier sur la Poste et l économie numérique REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple- Un But- Une Foi MINISTERE DES POSTES ET DES TELECOMMUNICATIONS Projet de discours de Monsieur Malick NDIAYE Directeur de Cabinet du Ministre des Postes et des Télécommunications

Plus en détail

projet Initiative du Cajou Africain Février, 2013

projet Initiative du Cajou Africain Février, 2013 Note conceptuelle du Programme du Master Trainer pour la promotion des chaînes de valeur du cajou en Afrique de l Ouest Guide pour le Programme du Maître Formateur du L initiative du Cajou Africain (ica)

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

CASDAR Développement et transfert en Agriculture

CASDAR Développement et transfert en Agriculture Titre : Mise en place et structuration d une filière de produits agricoles de proximité pour la restauration hors domicile. GAL : Pays du Mans Région : Pays de Loire Priorité ciblée : Prise en compte des

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE

FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE 1 FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN PLACE D UN CADRE DE CONCERTATION ENTRE LE BENIN, LE BURKINA FASO, LE MALI, LE NIGER, LE NIGERIA

Plus en détail

RAPPORT : FORMATION DE 8 AGENTS ET 200 PAYSANS PRODUCTEURS DE RIZ A GAO SUR LE SYSTEME DE RIZICULTURE INTENSIVE (SRI). Campagne Agricole 2014-2015.

RAPPORT : FORMATION DE 8 AGENTS ET 200 PAYSANS PRODUCTEURS DE RIZ A GAO SUR LE SYSTEME DE RIZICULTURE INTENSIVE (SRI). Campagne Agricole 2014-2015. MINISTERE DE DEVELOPPEMENT RURAL REPUBLIQUE DU MALI ********* UN PEUPLE- UN BUT UNE FOI DIRECTION NATIONALE DE L AGRICULTURE ******** DIRECTION REGIONALE DE L AGRICULTURE DE GAO RAPPORT : FORMATION DE

Plus en détail

Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib,

Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib, Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président de la Fondation/Institut CDG, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib, Mesdames et

Plus en détail

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE D INFORMATION ORGANISE PAR PARIS21 POUR LES CONSULTANTS FRANCOPHONES SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS

Plus en détail

Réunion restreinte du réseau de prévention des crises alimentaires

Réunion restreinte du réseau de prévention des crises alimentaires Réunion restreinte du réseau de prévention des crises alimentaires RESEAU DES SOCIETES, COMMISSARIATS, OFFICES CHARGES DE LA GESTION DES STOCKS DE SECURITE ALIMENTAIRE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST

Plus en détail

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi?

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? La Commission européenne jette les bases du déploiement des futurs réseaux intelligents Conformément aux directives européennes 1 2009/72/CE

Plus en détail

Synthèse des recommandations de la société civile. Table ronde La transparence dans le secteur extractif

Synthèse des recommandations de la société civile. Table ronde La transparence dans le secteur extractif Séminaire La transparence pour le développement Lille 21 mai 2013 Synthèse des recommandations de la société civile Pascal Canfin, ministre délégué français chargé du Développement, a réuni en partenariat

Plus en détail

COMISSÂO DA CEDEAO ECOWAS COMMISSION COMMISSION DE LA CEDEAO

COMISSÂO DA CEDEAO ECOWAS COMMISSION COMMISSION DE LA CEDEAO COMISSÂO DA CEDEAO ECOWAS COMMISSION COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument d appui au stockage et commercialisation par les OP» Plateforme d Appui au Développement Rural et

Plus en détail

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DOSSIER DE PRESSE 2014 LE GRAND DÉFI DE L ÉNERGIE Pour réussir, la transition énergétique doit pouvoir s opérer sur tous les fronts : mondiaux, européens, nationaux

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA

SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA DISCOURS DE SON EXCELLENCE

Plus en détail

LES MEDICAMENTS VETERINAIRES MODERNES REPONDENT-ILS AUX BESOINS DU MARCHE AFRICAIN?

LES MEDICAMENTS VETERINAIRES MODERNES REPONDENT-ILS AUX BESOINS DU MARCHE AFRICAIN? LES MEDICAMENTS VETERINAIRES MODERNES REPONDENT-ILS AUX BESOINS DU MARCHE AFRICAIN? Dr Gilbert Magand Session 1 : Situation actuelle et spécificité de la distribution et de l utilisation des médicaments

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 8 DECEMBRE 2010 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

المملكة المغربية و ازرة الفالحة والصيد البحري

المملكة المغربية و ازرة الفالحة والصيد البحري المملكة المغربية ROYAUME DU MAROC و ازرة الفالحة والصيد البحري Séminaire en marge de la La célébration de la journée mondiale de l alimentation 16 octobre 2015 Sous le thème Protection sociale et agriculture

Plus en détail

LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE

LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Demande de financement B (PME) LA FONDATION POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE Eliminer la pauvreté en Afrique en investissant dans les Africains et dans leurs idées. www.usadf.gov FORMULAIRE DE DEMANDE

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Synthèse. Tenir ses promesses : Tirer profit des ressources naturelles pour accélérer le développement humain en Afrique

Synthèse. Tenir ses promesses : Tirer profit des ressources naturelles pour accélérer le développement humain en Afrique 0 Synthèse Tenir ses promesses : Tirer profit des ressources naturelles pour accélérer le développement humain en Afrique 1 Résumé Il existe des besoins pressants en matière de développement humain sur

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

Stephane DUBOIS ( 2 ), Mafuka Mbe-Mpie ( 3 ) Roger KIZUNGU

Stephane DUBOIS ( 2 ), Mafuka Mbe-Mpie ( 3 ) Roger KIZUNGU Note technique Suivi et Evaluation APV II n 001 du 07 juin 2010 Le projet d Appui à l Amélioration de la Production Végétale (APV) à l Institut National pour l Etude et la Recherche Agronomiques en République

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

Recrutement d un(e) Assistant(e) Technique pour la Coordination Régionale du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l Ouest (PPAAO)

Recrutement d un(e) Assistant(e) Technique pour la Coordination Régionale du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l Ouest (PPAAO) Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Recrutement d un(e) Assistant(e) Technique pour

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire.

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. Liste des notes 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. 2. Par exemple, le fonctionnement des marchés obéit à des réglementations

Plus en détail

AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012

AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 GRAND CONSEIL D ORIENTATION DE L AGENCE BIO 12 SEPTEMBRE 2007 ALLOCUTION DE MICHEL BARNIER AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 I) INTRODUCTION Je suis très heureux d être parmi vous pour ce Grand conseil

Plus en détail

Session plénière à Strasbourg, du 13 au 16 février 2012 N 93

Session plénière à Strasbourg, du 13 au 16 février 2012 N 93 Session plénière à Strasbourg, du 13 au 16 février 2012 N 93 Espace unique européen de paiement en euros Le règlement sur l'espace unique de paiement européen en euros (dénommé SEPA) a reçu une très large

Plus en détail

9 ème REUNION DU GROUPEMENT DES CAISSES D EPARGNE ET DES CHEQUES POSTAUX DE LA ZONE UEMOA

9 ème REUNION DU GROUPEMENT DES CAISSES D EPARGNE ET DES CHEQUES POSTAUX DE LA ZONE UEMOA MINISTERE DELGUE AUPRES DU PREMIER MINSITRE CHARGE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ----------------------- CABINET ----------------------- REPUBLQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discpline-Travail 9 ème REUNION

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les femmes et les hommes ruraux pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée Pour que le secteur minier améliore sa contribution au développement généralisé, il doit être mieux intégré dans l

Plus en détail

Termes de Référence - DRAFT

Termes de Référence - DRAFT PROFIAB - PN : 12.2513.5-002.00 Termes de Référence - DRAFT Pour l analyse de la rentabilité des spéculations agricoles à promouvoir par le PROFIAB 1. Contexte et Justification Le pôle d intervention prioritaire

Plus en détail

It s time for Africa!

It s time for Africa! It s time for Africa! Le B2B de l Afrique francophone Conférences Formations Infrastructures - Agriculture - IT & Telecom - MonEtique - Poste - Banque - SANté - Finance L investissement intelligent en

Plus en détail

Le projet stratégique du réseau Initiative 2014-2018. croissance efficacité cohésion

Le projet stratégique du réseau Initiative 2014-2018. croissance efficacité cohésion Le projet stratégique du réseau Initiative croissance efficacité cohésion 5 Le projet stratégique du réseau Initiative Le projet stratégique croissance Pour contribuer davantage au développement économique

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4 BAC PRO Rôle, objectifs et moyens d action d un point de vente 1 FICHE Être capable de Définir et comprendre le rôle et les objectifs d un point de vente. Identifier comment le magasin peut atteindre ses

Plus en détail

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Billy Troy, Fondation FARM Partage du savoir en Méditerranée (7) Tunis, 19 mai 2012 Sécurité hydrique et sécurité alimentaire

Plus en détail

Projet de Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière. Conférence-débat sur les investissements nécessitant de grandes superficies foncières,

Projet de Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière. Conférence-débat sur les investissements nécessitant de grandes superficies foncières, Projet de Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière Conférence-débat sur les investissements nécessitant de grandes superficies foncières, Objectifs et bénéficiaires Objectifs: 1. Accroître les revenus

Plus en détail

AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage

AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage PARTENARIAT NATIXIS ASSURANCES, FRANCE DOMICILE ET UNA Contacts presse Karine BRIAND Responsable

Plus en détail

Fortnation à la gestion des banques céréalières

Fortnation à la gestion des banques céréalières Fortnation à la gestion des banques céréalières Approvisionnement, stockage et cession des céréales PROGRAMME tj@o~tjœj Appui associatif et coopératif aux initiatives de développement à la base Bureau

Plus en détail

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS La crise financière pose, aujourd hui, la question du 1 Paris, le 2 juillet 2009 rôle et du mode de fonctionnement des marchés

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT DE CLÔTURE 2009-2011 D ACTIVITES

Plus en détail

www.elephant-vert.com 1

www.elephant-vert.com 1 www.elephant-vert.com 1 L AGRICULTURE FACE À DES DÉFIS INÉDITS 3 L Afrique au cœur d un carrefour stratégique 1. 2. 3. 4. 5. Défi sanitaire: 1 Africain sur 4 souffre encore de malnutrition. Dans les pays

Plus en détail

Discours d ouverture du Dr Ibet OUTHMAN Issa, Président du Conseil d administration (PCA) du CORAF/WECARD

Discours d ouverture du Dr Ibet OUTHMAN Issa, Président du Conseil d administration (PCA) du CORAF/WECARD 4 ème Semaine scientifique agricole du CORAF/WECARD et 11 ème Assemblée Générale Discours d ouverture du Dr Ibet OUTHMAN Issa, Président du Conseil d administration (PCA) du CORAF/WECARD Cérémonie d ouverture

Plus en détail

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI PRÉSENTÉ PAR: M.Abdoulaye PONA, Président de la Chambre des Mines du Mali PLAN INTRODUCTION 1-APPORT DU SECTEUR

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Evaluation des Volumes et de la Valeur des Echanges Agro- Alimentaires Régionaux

Evaluation des Volumes et de la Valeur des Echanges Agro- Alimentaires Régionaux Evaluation des Volumes et de la Valeur des Echanges Agro- Alimentaires Régionaux Henri P. Josserand, PhD, Consultant Conférence Libre Circulation des Produits Alimentaires, Accra. Janvier 2013 Commerce

Plus en détail

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013 Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 203 - NATURE DE LA MISSION - DEMARCHE - INFORMATION UTILISEE La Compagnie Fruitière a confié à Vigeo une mission qui fait suite à une première

Plus en détail