Patrick K. N'Gouan TRESOR PUBLIC EN CÖTE D'IVOIRE. Des origines ä nos jours. Preface de Joseph Y. Yao

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Patrick K. N'Gouan TRESOR PUBLIC EN CÖTE D'IVOIRE. Des origines ä nos jours. Preface de Joseph Y. Yao"

Transcription

1 Patrick K. N'Gouan TRESOR PUBLIC ET POLITIQUE FINANCIERE EN CÖTE D'IVOIRE Des origines ä nos jours Preface de Joseph Y. Yao L'Harmattan

2 TABLE DES MATIERES Avant-propos 7 Preface 9 Sigles et abreviations 11 Introduction generale 13 PREMIERE PARTIE: BREF RAPPEL HISTORIQUE ET ENSEIGNEMENTS TIRES DE [/ORGANISATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DANS LA CÖTE D'IVOIRE PRECOLONIALE ET COLONIALE 17 Chapitre I: Activites economiques et financieres dans la Cöte d'ivoire precoloniale 19 Section 1: Caracteristiques economiques et financieres des societes precoloniales ä system es d'organisations deconcentrees Organisation economique et financiere des Akan lagunaires Organisation economique et financiere des Krou et Mande du Sud Organisation economique et financiere des Gour 21 Section 2. Queis enseignements tirer de l'economie et de la finance des societes ä system es d'organisations deconcentrees? 22 Section 3: Caracteristiques economiques et financieres des societes precoloniales ä Etats centralises Organisation economique et financiere chez les Akan forestiers et des savanes Organisation economique et financiere chez les Mande du Nord 28 Section 4. Enseignements ä tirer de Organisation economique et financiere des Etats centralises Sur la gouvernance economique et financiere 29 Tableau 1 : Gouvernance financiere dans quelques pays africains durant les annees 2000 (en %) Sur l'implication de l'etat dans l'economie 31

3 .3. Sur la gestion budgetaire Sur la gestion de la tresorerie publique 34 Chapitre II: Penetrations arabes et europeennes et destructuration des modes d'organisations economiques et financieres en Afrique de l'ouest du 7eme au 20eme siecle 37 Section 1- Le contröle du commerce transsaharien par les arabes du 7 eme au 18 eme siecle et du commerce transatlantique par les europeens du l5 me au 20 ime siecle 37 Section 2 : Contexte de l'imperialisme et du colonialisme 38 Section 3- La reorganisation de l'economie de traite et l'instauration d'une nouvelle politique financiere 40 Section 4 : la creation de banques coloniales 42 Chapitre III : Politiques economiques et financieres coloniales dans l'afrique Occidentale Fran?aise (AOF) et en Cöte d'ivoire de 1893 ä Section 1- Politique financiere coloniale dans K Afrique Occidentale Frangaise (AOF) et en Cöte d'ivoire de jusqu'en Fonctionnement des banques privees Gestion des finances publiques de l'aof et de la Cöte d'ivoire jusqu'en A- Le budget general de l'aof et le budget local de la Cöte d'ivoire 47 B- Le budget d'exploitation du chemin de fer 48 C- La mobilisation des recettes fiscales, douanieres et diverses en Cöte d'ivoire 49 D. Les depenses budgetaires en Cöte d'ivoire les mecanismes de financement des travaux publics Les depenses administratives 53 + les depenses liees ä la mise en valeur coloniale 53 D. Les services financiers publics 54 E. La Caisse d'epargne 54 F. Le service de comptes courants et cheques postaux 54 G. Le credit agricole 55

4 Section 2 : Politiques financieres dans l'aof et en Cöte d'lvoire de 1946 ä Gestion des finances publiques de 1946 ä Creation de ('Institut d'emission en 1955 et politique monetaire restrictive dans l'aof Tresor metropolitain et correspondants dans l'aof et en Cöte d'lvoire de 1946 ä Les grands moments de l'evolution du Tresor Public metropolitain 61 A. En 1806, le Ministere des finances de la France met au point le plan comptable de l'etat 61 B. Le decret du 30 decembre 1912 etablit les grands principes du regime financier des colonies 61 C. Services Comptables du Tresor 62 D. Le contröle juridictionnel des comptables du Tresor. 63 E. Les Services du Tresor sous la IVeme Republique ( ) Section 3 : Institutions financieres de l'aof et politique financiere transitoire de la Cöte d'lvoire de 1958 jusqu'ä l'autonomie du Tresor Public ivoirien en Institutions financieres de l'aof Politique financiere transitoire de l'aube (1958) au lendemain (1962) de l'independance de la Cöte d'lvoire Separation des Tresors publics frangais et ivoirien 67 Section 4 : Queis enseignements tirer de la politique economique et financiere coloniale pour l'epoque moderne? 69 Conclusion de la premiere partie 70 DEUXIEME PARTIE : EVOLUTION DE LA POLITIQUE FINANCIERE ET DU TRESOR PUBLIC IVOIRIEN DE 1963 A Chapitre IV : Tresor Public et politique financiere de l'etat dans les cadres des plans quinquennaux de developpement et de la politique monetaire communautaire ( ) 75

5 Section 1: Organisation administrative et comptable du Tresor Public ivoirien au lendemain de l'independance Organisation du Tresor Public selon des textes Singularites du Tresor Public Ivoirien 78 Section 2: Röle du Tresor dans le financement des plans quinquennaux de developpement et de la politique economique Contexte de planification et deroulement des plans quinquennaux Principales caracteristiques des finances publiques ivoiriennes 83 A - Heterogeneite du systeme budgetaire 83 B - Predominance des droits de porte et inelasticite du systeme fiscal Une fiscalite tiree par les droits de porte Un systeme fiscal inelastique 85 C -Complexite des Operations du Tresor Public Contribution du Tresor Public dans le financement des plans quinquennaux 88.4: Contribution du Tresor Public au financement de la regulation conjoncturelle 91 A - Portes variations conjoncturelles 91 B - Financement interne de la conjoncture 92 C - Abondance du financement exterieur 94 Section 3 : Politique monetaire dans l'umoa et röle du Tresor Public La politique monetaire de l'umoa avant La reforme de l'umoa de 1973 et l'elargissement de la politique monetaire Quelques elements d'appreciation des resultats de la politique monetaire de l'umoa et du röle du Tresor Public avant A-Tresor Public et Inflation en Cöte d'ivoire avant B- Tresor Public et systeme bancaire ivoirien 101

6 C - Impact de la politique monetaire sur les taux d'epargne, d'investissements et la stabilite monetaire en Cöte d'ivoire 102 Section 4 - Limites de la politique financiere, consequences de 1978 ä 1980 et mesures transitoires de redressement Dependance de l'economie ivoirienne de la volatilite des cours internationaux de produits primaires et politique d'endettement non optimale Faiblesses internes de la politique financiere, cas specifique des entreprises publiques 108 A - De serieux problemes de gouvernance financiere au niveau de l'etat central 108 B- Le coüt eleve de la gestion des entreprises publiques Quelques mesures d'ajustement interne et limites 112 Chapitre V : Tresor Public et politique financiere dans le cadre des Premiers programmes d'ajustemen tstructurel ( ) 115 Section 1: Organisation administrative du Tresor Public de 1981 ä Les decrets de 1981 et de Le decret du 16 mars Section 2: Les politiques financieres des programmes d'ajustement structurel (PAS) et les mesures preconisees pour la Cöte d'ivoire Causes et remedes des desequilibres macroeconomiques 117 A. Causes des desequilibres macroeconomiques 117 B - Mesures de politique economique contenues dans le Consensus de Washington et dans les programmes d'ajustement structurel (PAS) 118 C - Faiblesses relevees dans le systeme budgetaire et ivoirien et mesures preconisees 120 Section 3: Gestion de la crise financiere ivoirienne avant la devaluation ( ) Les deux premiers programmes d'ajustement structurel de 1981 ä

7 A- Le premier Programme d'ajustement structurel ( )..121 B -Le deuxieme Programme d'ajustement structurel ( ) La recession de 1987 ä 1989 et la suspension du PAS en Programmes de stabilisation et de relance economique de 1990 ä A- Le Programme de stabilisation de B - Les reamenagements des dettes Interieure et exterieure 129 Section 4 : Le paradoxe de la stabilite monetaire dans un contexte de morosite economique et financiere generale dans l'umoa au debut des annees La stabilite monetaire dans l'umoa La morosite financiere generale dans l'umoa et en Cöte d'lvoire en Chapitre VI: Contribution du Tresor Public dans la gestion de la politique financiere post devaluation ( ) 139 Section 1: Gas de necessite de devaluation 139 Section 2. Facteurs ayant declenche la devaluation du FCFA en Facteurs determinants ayant conduit directementä la devaluation Le probleme particulier de mise en oeuvre du compte d'operation 143 Section 3 : La politique financiere post devaluation Mesures d'accompagnement de la politique financiere post devaluation dans l'umoa Mesures d'accompagnement de la politique financiere post devaluation en Cöte d'lvoire 145 A. Innovations dans la mise en oeuvre de la legislation fiscale B. Reduction des exonerations fiscales et extension du systeme de retenues ä la source 147 C. Avantages accordes par des regimes particuliers D - Extension de la TVA et Identification de nouvelles matieres fiscales 148 Section 4 : Resultats de la devaluation ä moyen terme L'expansion economique de 1994 ä

8 A-Au niveau du secteur reel 149 B. Au niveau des finances publiques 151 C. Au niveau du secteur financier 152 D. Au niveau du secteur exterieur L'inflexion de la courbe de croissance de 1998 ä Conclusion de la deuxieme partie 157 TROISIEME PARTIE: LE TRESOR PUBLIC DANS LES GRANDES REFORMES FINANCIERES ET COMPTABLES, DANS UN CONTEXTE DTNCERTITUDES POLITIQUE ( ) 159 Chapitre VII: Place du Tresor Public dans les grandes reformes financieres et comptables de 2000 ä Section 1: Configuration actuelle du Tresor Public ivoirien Section 2 : Procedures d'elaboration des budgets de I'Etat central et de ses demembrements Nouvelle procedure d'elaboration budgetaire au niveau de l'etat central 164 A-Justificationsde la reforme budgetaire 164 B - Procedure d'elaboration du budget de l'etat 165 Etape 1: Elaboration du cadrage macro-economique 165 Etape 2 : Validation du cadrage macro-economique 166 Etape 3: Elaboration du cadrage budgetaire 166 Etape 4: Validation du cadrage budgetaire 166 Etape 5 : Determination des enveloppes budgetaires 166 Etape 6: Lettre de cadrage du Premier Ministre 167 Etape 7: Tenue des conferences budgetaires avec les directeurs des affaires administratives et financieres (DAAF) Etape 8: Arbitrage et edition du projet de budget Etape 9: Adoption du projet de budget par le Conseil des Ministres 168 Etape 10: Examen du budget par l'assemblee Nationale 168 C - Gas de modification de credits budgetaires 168 D - Aspects generaux de la nouvelle nomenclature budgetaire 169 Tableau 17 : Type de Classification des depenses budgetaires Procedure d'elaboration budgetaire au niveau des etablissements publics nationaux 171

9 .3. Nouvelle procedura d'elaboration budgetaire au niveau des collectivites territoriales 173 Section 3: Le Tresor Public dans la chatne de l'execution du budget de l'etat Champ d'application du decret n du 16 juin 1998, actes de prevision et d'autorisation, et acteurs de l'execution budgetaire Ouverture des credits budgetaires et procedure d'execution des depenses publiques 174 A - Ouverture des credits budgetaires 174 B - Procedure d'execution des depenses publiques Phase administrative ou budgetaire de l'execution des depenses dans le systeme de gestion des finances publiques (SIGFIP) 176 a- Procedure normale d'execution des depenses publiques dans la phase administrative 176 b) Procedure simplifiee des depenses publiques B. Phase comptable de l'execution des depenses budgetaires La phase comptable en procedure normale 181 a. La prise en Charge comptable 181 b. La mise en reglement des mandats La phase comptable en procedure simplifiee La procedure derogatoire des avances de tresorerie Procedure d'execution des recettes de l'etat 182 A- Phase administrative de l'execution des recettes de l'etat. 182 B- Phase comptable de l'execution des recettes de l'etat L'emission des ordres de recettes Les encaissements sur ordres de recettes L'enregistrement comptable des Operations de l'etat dans les livres du Tresor 184 C. A - Orientations, specificites et avantages de la nouvelle comptabilite publique Orientations de la nouvelle comptabilite publique Specificites de la nouvelle comptabilite publique Avantages du nouveau systeme comptable de l'etat. 187 B- Cadre comptable et fonctionnement des comptes Le cadre comptable 189

10 a) Cinq classes de comptes du bilan 189 b) Deux classes pour la Präsentation economique des Operations d'execution de la Loi de Finances 190 c) Une classe de comptes pour la description des Operations d'executions de la loi de finances 191 d) Une classe de comptes pour la description des resultats des lois de Reglement Les principes de fonctionnement des comptes 192 a) La comptabilite en partie double 192 b) La comptabilite de droits constates 192 c) La reflexion 193 d) Les Operations budgetaires et non budgetaires e) Les comptes d'execution et comptes de reclassement ou de Präsentation 194 C. Operations de fin de gestion Les Operations budgetaires de fin de gestion 195 a) Les engagements et ordonnancements 195 b) La regularisation des avances de tresorerie 195 c) Les annulations 196 d) Les arrieres Les Operations comptables et le compte general de l'administration des finances 196 a) Les Operations comptables de fin de gestion 196 b) Le compte general de l'administration des finances (CGAF) 197 c) Le besoin ou la capacite de financement de l'etat Les annexes du CGAF 199 Section 4: Le Tresor Public dans l'execution des budgets des demembrements de l'etat Execution des budgets des collectivites territoriales 200 A - la phase administrative de l'execution des budgets des collectivites territoriales 200 B -La phase comptable de l'execution des collectivites territoriales Execution budgetaire dans les etablissements publics nationaux (EPN) 203 A. Phase administrative de l'execution budgetaire des EPN 203 B - Phase comptable de l'execution des budgets des EPN. 205

11 Chapitre VIII: Elaboration et peripeties de politiques financieres en Cöte d'lvoire en periode d'incertitudes politiques ( ) 207 Section 1: Elaboration et suivi des programmes economiques et financiers : Breve Präsentation des interrelations entre les comptes des secteurs 207 A - Le secteur des finances publiques 207 B. Relations entre les comptes des secteurs Relations entre TOFE et balance des paiements Relations entre comptes monetaires et autres comptes macroeconomiques Methodologie d'elaboration des programmes economiques et financiers 211 A- Diagnostic de la Situation economique et financiere Construction et viabilite du scenario de reference Detection de la nature et des sources des desequilibres macroeconomiques 212 B - Elaboration du scenario de Programme economique et financier (PEF) Definition des objectifs et priorites des programmes economiques et financiers Definition des strategies ä mettre en oeuvre Methodes d'elaboration du Programme economique et financier Processus menant vers la conclusion d'un Programme economique et financier avec le FMI et suivi de la mise en oeuvre 214 A - Etapes successives vers la conclusion d'un accord avec le FMI Sollicitation ou demande du pays Preparation du mandat Elaboration du Programme financier Approbation du Programme financier 216 B - Suivi et Evaluation de la mise en oeuvre du Programme economique et financier 216 Section 2: Politique financiere durant la premiere crise politico institutionnelle de 2000 ä 2002 en Cöte d'lvoire 217

12 Section 3 : La politique financiere dans un contexte de crise militaro institutionelle de 2003 ä Evolution du secteur reel Evolution financiere du secteur public 223 A - Evolution des finances publiques 224 B - Situation financiere du secteur parapublic 226 C- Evolution financiere globale des administrations publiques Evolution du secteur financier 233 Section 4: La tentative de relance economique et financiere de 2012 ä Chapitre IX: Contribution du Tresor Public au financement des programmes economiques et financiers de l'etat de 2000 ä Section 1: Mobilisation de ressources publiques 247 Section 2 : Contribution du Tresor au paiement des depenses publiques et parapubliques 250 Section 3 : Contribution du Tresor Public au financement du solde budgetaire 252 Section 4 : Autres activites monetaires et financieres importantes du Tresor Public Reglementation, surveillance et contröle du secteur bancaire et financier 257 A. Les banques 257 B - Les institutions de microfinance 258 C- Les compagnies d'assurances Les Operations financieres avec l'etranger L'assistance juridique 262 A- La gestion du contentieux 262 B - Le conseil et l'expertise juridiques 262 C - Les enquetes et investigations 263 Conclusion de la troisieme partie 263 QUATRIEME PARTIE: PERSPECTIVES DE POLITIQUE FINANCIERE ET INDICATIONS DE REFORMES DU TRESOR PUBLLIC IVOIRIEN 265 Chapitre X : Defis et perspectives financiers internationaux et sous regionaux, 265 quel röle du Tresor Public ivoirien? 265

13 Section 1. Quelques enjeux et defis financiers internationaux en direction des pays en developpement Les problemes poses par certains aspects des programmes financiers en direction des pays en voie de developpement La question de l'efficacite de l'aide au developpement Les problemes poses par les risques de surendettement 269 Section 2: Nouvelles orientations de politique d'endettement 270 Section 3: Recherche de l'efficacite de l'aide au developpement La Declaration de Paris sur l'efficacite de l'aide au developpement Le Programme d'action d'accra L'accord de Busan 273 Section 4: Le Tresor Public ivoirien et les perspectives de developpement du marche financier en Afrique de l'0uest Financement des besoins de l'etat par le marche des titres publics Financement monetaire et developpement du marche financier Quelques limites du marche des titres publics dans le financement du developpement 276 Chapitre XI: Enseignements sur le röle general joue par le Tresor Public dans la politique financiere de la Cöte d'lvoire 279 Section 1. Modalites de financement du solde budgetaire par le Tresor Public 279 Section.2. Evolution de la Position Nette du Gouvernement (PNG) 281 Section 3-Analyse de l'actif du bilan consolide du systeme bancaire ivoirien 285 Section 4 - Evolution du passif consolide du systeme bancaire 287

14 Chapitre XII: Perspectives nationales de politique financiere : quelles voies indicatives de reformes du Tresor Public? 291 Section 1: Presentation du nouveau dispositif de reforme des finances publiques Le cadre de depenses ä moyen terme (CDMT) Le cadre harmonise des finances publiques de l'uemoa 294 A. Interet du cadre harmonise des finances publiques de l'uemoa 294 B - Composantes du cadre harmonise des finances publiques Composante juridique Composante comptable Composante statistique 296 C - Innovations issues du nouveau cadre harmonise des finances publiques Innovations d'ordre budgetaire Innovations d'ordre comptable La Revue de la gestion et du systeme des finances publiques 303 Section 2 : Necessite de renforcer et d'approfondir les missions du Tresor Public ivoirien Contribuer ä assurer les grands equilibres macroeconomiques Assurer l'equilibre de tresorerie pour faciliter la bonne execution du budget 305 A. Faire fonctionner et gerer le circuit du Tresor 305 B. Gerer efficacement le portefeuille de l'etat Aspects de la Performance des titres publics Des paradoxes ä resoudre en matiere de coüts de transactions Rendement du portefeuille des actions 317 C. Reussir la creation et la mise en ceuvre du compte unique du Tresor Tenir la comptabilite publique 320

15 .4: Exercer des fonctions de representation financiere de l'etat aux plans national et international 321 Section 3 : Redessiner l'organigramme du Tresor Public Instituer deux postes de directeurs generaux adjoints charges respectivement du Tresor et de la comptabilite publique 322 A. Les attributions du Directeur General Adjoint du Tresor 322 B. Les attributions du Directeur General Adjoint de la comptabilite publique Creer une Direction des Etudes, de la Recherche et des Methodes Repartir adroitement les autres services transversaux 324 Section 4: Concevoir et mettre en oeuvre d'un tableau de bord des finances publiques 324 Conclusion de la quatrieme partie 328 Conclusion generale 331

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES -@@@ DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Preface de: Seydi Ababacar DIENG Ousmane Biram SANE U ifarmattan TABLE DES MATIERES Dedicace

Plus en détail

Cour des comptes. Les finances. publiques. locales. Rapport public thematique. octobre 2013. La Documentation frangaise

Cour des comptes. Les finances. publiques. locales. Rapport public thematique. octobre 2013. La Documentation frangaise Cour des comptes Les finances publiques locales Rapport public thematique octobre 2013 La Documentation frangaise Sommaire DELIBERE 9 INTRODUCTION 13 CHAPITRE I - REVOLUTION D'ENSEMBLE DES FINANCES DES

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES

COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMPTES SPÉCIAUX RAPPORTS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE RÈGLEMENT DES COMPTES ET RAPPORT DE GESTION POUR 2007 COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES

Plus en détail

Comprendre les enjeux actuels. et les defis futurs. Carine Bouthevillain Gilles Dufrenot. Philippe Froute Laurent Paul. Preface de Michel Bouvier

Comprendre les enjeux actuels. et les defis futurs. Carine Bouthevillain Gilles Dufrenot. Philippe Froute Laurent Paul. Preface de Michel Bouvier Les politiques budgetaires dans la crise Comprendre les enjeux actuels et les defis futurs Carine Bouthevillain Gilles Dufrenot Philippe Froute Laurent Paul Preface de Michel Bouvier ^ ECONOMIQUES in W

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE RESPONSABILITE FINANCIERE ET DE TRANSPARENCE PRECAREF

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE RESPONSABILITE FINANCIERE ET DE TRANSPARENCE PRECAREF REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple un But une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ACBF PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE RESPONSABILITE FINANCIERE ET DE TRANSPARENCE PRECAREF Termes de référence

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

PROJET DE GUIDE DIDACTIQUE

PROJET DE GUIDE DIDACTIQUE COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE D AFRIQUE CENTRALE PROJET DE GUIDE DIDACTIQUE DE LA DIRECTIVE RELATIVE AU TABLEAU DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DE L ÉTAT 2 Table des Matières Liste des abréviations...

Plus en détail

Consultant AX Finance

Consultant AX Finance Filière de Formation : Consultant AX Finance DOSSIER PEDAGOGIQUE Renseignements et moyens pédagogiques Contenus de cours détaillés Durée : 40 jours Sommaire Découpage de la formation... 3 Méthodologie

Plus en détail

CHAPITRE 2. LE SYSTEME BANCAIRE Les institutions financières monétaires françaises et européennes

CHAPITRE 2. LE SYSTEME BANCAIRE Les institutions financières monétaires françaises et européennes CHAPITRE 2 LE SYSTEME BANCAIRE Les institutions financières monétaires françaises et européennes Les IFM comprennent trois grandes catégories d'établissements : - les banques centrales ; - les établissements

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine

Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine 167 e Cahier de la Cour des comptes Complément 2 Adopté le 10 juillet 2013 par l assemblée générale de la Cour

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE Bénin Mali Burkina Faso Côte-d'Ivoire PLACE DE LA GESTION DE LATRESORERIE DANS LE NOUVEAU CADRE HARMONISE DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA Niger Sénégal

Plus en détail

DIRECTIVE N 10/2009/CM/UEMOA PORTANT TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT (TOFE) AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 10/2009/CM/UEMOA PORTANT TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT (TOFE) AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 10/2009/CM/UEMOA PORTANT TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT (TOFE) AU SEIN DE L UEMOA

Plus en détail

L'ETAT DU SYSTEME BANCAIRE AU BENIN ET SES VULNERABILITES A L'EGARD DES CRISES

L'ETAT DU SYSTEME BANCAIRE AU BENIN ET SES VULNERABILITES A L'EGARD DES CRISES SEMINAIRE REGIONAL SUR LE THEME «GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION» SOMMAIRE INTRODUCTION I LES CRISES BANCAIRES AU BENIN II SITUATION ACTUELLE DU SYSTEME BANCAIRE BENINOIS

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

Session 2 : Étude de cas: Implication du DSRP dans le Processus Budgétaire au Bénin

Session 2 : Étude de cas: Implication du DSRP dans le Processus Budgétaire au Bénin Formation Commune sur un Partenariat pour la Réduction de la Pauvreté MODULE 2: DSRP, BUDGETS ET INSTRUMENTS DE FINANCEMENT Session 2 : Étude de cas: Implication du DSRP dans le Processus Budgétaire au

Plus en détail

Yacouba Fassassi LE FRANC CFA OU LA MONNAIE DES RAYS PMA. (les pays Pas Moyen d'avancer)

Yacouba Fassassi LE FRANC CFA OU LA MONNAIE DES RAYS PMA. (les pays Pas Moyen d'avancer) Yacouba Fassassi LE FRANC CFA OU LA MONNAIE DES RAYS PMA (les pays Pas Moyen d'avancer) L'imperatif de Integration regionale avec une monnaie unique pour une Zone Monetaire Optimale en Afrique de l'ouest

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C.

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République du

Plus en détail

Cote d Ivoire: Progrès et Défis de l après-crise

Cote d Ivoire: Progrès et Défis de l après-crise 19 AVRIL 2012 SON EXCELLENCE MONSIEUR CHARLES KOFFI DIBY, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Cote d Ivoire: Progrès et Défis de l après-crise Séminaire «Marchés de la Prochaine Génération», JP Morgan

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

'. 1. IŒPI lbuqoe DO SENEGAL. U1l Peuple. - I III but - U1lC Foi. Ministère de l'economie et des Finances

'. 1. IŒPI lbuqoe DO SENEGAL. U1l Peuple. - I III but - U1lC Foi. Ministère de l'economie et des Finances '. 1 IŒPI lbuqoe DO SENEGAL U1l Peuple I III but U1lC Foi Ministère de l'economie et des Finances LOI UNIFORME RELATIVE AU TRAITEMENT DES COMPTES DORMANTS DANS LES LIVRES DES ORGANISMES FINANCIERS DES

Plus en détail

La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest

La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest Par : Union Monétaire Ouest Africaine Publication : Octobre 1989 17 pages Depuis le 1er juillet 1975,

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

Gabon: Lettre d intention. 13 décembre 2007

Gabon: Lettre d intention. 13 décembre 2007 Fonds monétaire international Gabon: Lettre d intention 13 décembre On trouvera ci-après une Lettre d intention du gouvernement du Gabon, dans laquelle sont décrites les politiques que Gabon entend mettre

Plus en détail

Direction Générale des Services du Trésor 12/03/2012 2

Direction Générale des Services du Trésor 12/03/2012 2 Direction Générale des Services du Trésor 12/03/2012 2 SÉMINAIRE DE FORMATION SUR LA COMPTABILITÉ AUXILIAIRE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX, DES INSTITUTIONS CONSTITUTIONNELLES, DES ADMINISTRATIONS

Plus en détail

Les bases de la comptabilité (2)

Les bases de la comptabilité (2) 28 octobre 2009 Les bases de la comptabilité (2) Notions de débit et de crédit Les écritures comptables sont passées selon le système dit "en partie double". Dans ce système, tout mouvement ou variation

Plus en détail

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément MINISTERE DE L'INTÉRIEUR MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES CONVENTION D AGRÉMENT EN VUE DE LA PERCEPTION DES TAXES ET DE LA REDEVANCE DUES SUR LES CERTIFICATS D IMMATRICULATION DES VÉHICULES À MOTEUR

Plus en détail

Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse

Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Article 1er: La présente instruction a pour objet de fixer les modalités

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES. TROISIEME EDITION redigee avec le concours de

CODE DES ASSURANCES. TROISIEME EDITION redigee avec le concours de 1 9 9 7 CODE DES ASSURANCES TROISIEME EDITION redigee avec le concours de CLAUDE J. BERR Professeur emerite ä l'universite Pierre Mendes France de Grenoble II HUBERT GROLTEL Professeur ä ltjniversite de

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT)

LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT) BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME TUNIS - TUNISIE LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT) LIBELLES PREMIER TRIMESTRE 2009 PREMIER TRIMESTRE

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

PERSPECTIVES ECONOMIQUES DES ETATS DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE EN 2010

PERSPECTIVES ECONOMIQUES DES ETATS DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE EN 2010 PERSPECTIVES ECONOMIQUES DES ETATS DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE EN 2010 VULNERABILITE DES COMPTES COURANTS DANS LE CONTEXTE DE LA CRISE FINANCIERE INTERNATIONALE TABLE DES MATIERES

Plus en détail

L'ASSURANCE DU R1SQUE AUTOM OB1LE. Controle et assurance. Jacques Charbonnier. larcier

L'ASSURANCE DU R1SQUE AUTOM OB1LE. Controle et assurance. Jacques Charbonnier. larcier L'ASSURANCE DU R1SQUE AUTOM OB1LE Controle et assurance Jacques Charbonnier larcier TABLE DES MATTERES Du meme auteur Table des matieres Abreviations Sigles Remerciements Avant-propos VII ix XVII XIX xxi

Plus en détail

S.A.E.I.F - Bureau d Études

S.A.E.I.F - Bureau d Études La société Africaine d Études & d Ingénierie Financière est un bureau d Études multidisciplinaire qui travaille depuis 1997 dans le domaine de l appui au développement en Afrique. La SAEIF Bureau d Études

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Gert Van Der Linde. Conférence de l'icgfm, 1-5 Juin 2015 La GFP, le fondement de la gouvernance publique

Gert Van Der Linde. Conférence de l'icgfm, 1-5 Juin 2015 La GFP, le fondement de la gouvernance publique Gert Van Der Linde Spécialiste en chef, Gestion de la trésorerie La mondiale, région Afrique Conférence de l'icgfm, 1-5 Juin 2015 La GFP, le fondement de la gouvernance publique 1 Problèmes affectant la

Plus en détail

REGLEMENT N 07/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DES MODALITES DE CALCUL DU SOLDE BUDGETAIRE DE BASE CORRIGE DES RESSOURCES PPTE ET DES DONS BUDGETAIRES

REGLEMENT N 07/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DES MODALITES DE CALCUL DU SOLDE BUDGETAIRE DE BASE CORRIGE DES RESSOURCES PPTE ET DES DONS BUDGETAIRES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- LE CONSEIL DES MINISTRES REGLEMENT N 07/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DES MODALITES DE CALCUL DU SOLDE BUDGETAIRE DE BASE CORRIGE

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS PROMOTION DE LA CAPACITE FINANCIERE ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS EN AFRIQUE : UNE AVANCEE EN FAVEUR DE L'INCLUSION FINANCIERE EN AFRIQUE (ACCRA, les 8 et 9 septembre 2009 ) «L'IMPORTANCE D'UN

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENT A TION

RAPPORT DE PRESENT A TION République du Sénégal Un Peuple -un But -une Foi Décret modifiant le décret n 2004-1038 du 23 Juillet 2004 portant création et fixant les règles d'organisation et de fonctionnement de l'agence de l'informatique

Plus en détail

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien Nouveau processus budgétaire axé sur le résultat r et la performance: Le projet tunisien Mohsen Thabet Ministère des Finances Unité GBO Atelier GBO Tunis 26-27 27 Juin Plan de l interventionl 1. Système

Plus en détail

DIRECTIVE N 06/2009/CM/UEMOA PORTANT LOIS DE FINANCES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 06/2009/CM/UEMOA PORTANT LOIS DE FINANCES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 06/2009/CM/UEMOA PORTANT LOIS DE FINANCES AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

LE BILAN FONCTIONNEL

LE BILAN FONCTIONNEL LE BILAN FONCTIONNEL Le bilan fonctionne est établi à partir du bilan comptable avant affectation du résultat. Il est un outil d'analyse de l'entreprise. 1. LES OBJECTIFS DE L ANALYSE FONCTIONNELLE DU

Plus en détail

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 Les mesures préparatoires et procédurales entre 2010 et 2013 10.2010 Communication

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

SENEGAL: SUIVI DES DEPENSES LIEES A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE ET PLAN D ACTION

SENEGAL: SUIVI DES DEPENSES LIEES A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE ET PLAN D ACTION SENEGAL: SUIVI DES DEPENSES LIEES A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE ET PLAN D ACTION Synthèse de l évaluation et proposition d un plan d action I- INTRODUCTION ET CONTEXTE DE LA MISSION II- LA DEFINITION DES

Plus en détail

REPOBLIKAN i MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ---------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

REPOBLIKAN i MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ---------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 1 REPOBLIKAN i MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ---------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI ORGANIQUE n 2004 007 DU 26 JUILLET 2004 sur les lois de Finances EXPOSE DES MOTIFS

Plus en détail

EVALUATION DE LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU MALI SELON LA METHODOLOGIE PEFA. Rapport sur la performance de la gestion des finances publiques

EVALUATION DE LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU MALI SELON LA METHODOLOGIE PEFA. Rapport sur la performance de la gestion des finances publiques EVALUATION DE LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU MALI SELON LA METHODOLOGIE PEFA Rapport sur la performance de la gestion des finances publiques Version définitive du 28 juin 2011 Rapport élaboré par

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

BANQUE NATIONALE AGRICOLE

BANQUE NATIONALE AGRICOLE BANQUE NATIONALE AGRICOLE LES RESOLUTIONS APPROUVEES PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 26/07/2013 PREMIERE RESOLUTION : L'Assemblée Générale Ordinaire entérine le retard enregistré dans la convocation

Plus en détail

INSTRUCTION CODIFICATRICE

INSTRUCTION CODIFICATRICE INSTRUCTION CODIFICATRICE N 02-038-M91 du 30 avril 2002 NOR : BUD R 02 00038 J Référence publiée au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RÉGLEMENTATION FINANCIÈRE ET COMPTABLE DES ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2011 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques.

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Plan d actions pour l amélioration de la gestion des finances publiques

Plan d actions pour l amélioration de la gestion des finances publiques REPUBLIQUE DU BENIN FRATENITE-JUSTICE TRAVAIL Ministère de l Économie et des Finances Cellule de Suivi des Programmes Economiques et Financiers Plan d actions pour l amélioration de la gestion des finances

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 2: Comment s'opère le financement de l'économie mondiale? Être capable de définir Notions à acquérir en terminale

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS La BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE publie ci dessous ses indicateurs d activité relatifs

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT.

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT. Principes de la modélisation comptable Analyse comptable des opérations courantes Analyse comptable des opérations de fin d'exercice Analyse financière des tableaux de synthèse 11 e édition 2011-2012 À

Plus en détail

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT A. Compétences à démontrer en fin de formation DESCRIPTION ANALYTIQUE DU PROFIL PROFESSIONNEL EPREUVE INTEGREE

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS INTRA-ENTREPRISES

CATALOGUE DE FORMATIONS INTRA-ENTREPRISES CATALOGUE DE FORMATIONS INTRA-ENTREPRISES 2015 Groupe TALENTS PLUS Assistance de direction et Secrétariat... 4 Accueil... 4 Conduite automobile et services supports... 4 Gestion des Archives... 5 Informatique...

Plus en détail

Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique

Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique Lignes directrices du Fonds NEPAD pour le changement climatique 1 I. Introduction Le Fonds NEPAD pour le changement climatique a été créé en 2014 par l Agence de la planification et de coordination du

Plus en détail

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B.

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. du 26/02/2005 modifié les 15/03/2008, 21/04/2012 et 22/02/2014 I.REGLEMENT FINANCIER PREAMBULE La Fédération Française du Sport Boules, bénéficiant d une

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr FINANCES VOS CONTACTS : Nadège WADOUX Conseillère Formation Domaines Affaires juridiques, Finances et Europe nadege.wadoux@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES avril 2011 ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES Entre: - L'Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, ministre de l'economie, des Finances et de l'industrie et par Monsieur Frédéric

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

LOLF. Les essentiels - 2005 - AMUE

LOLF. Les essentiels - 2005 - AMUE LOLF Les essentiels - 2005 - AMUE 1 Objectifs de la réforme Redonner un pouvoir de contrôle aux parlementaires. Rendre l'utilisation des moyens plus lisible. Remplacer une culture de moyens par une culture

Plus en détail

Objet : Cadre budgétaire et comptable des établissements publics locaux d enseignement (EPLE)

Objet : Cadre budgétaire et comptable des établissements publics locaux d enseignement (EPLE) Paris, DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES Sous direction du budget de la mission «enseignement scolaire» Bureau DAF A3 110 rue de Grenelle 75357 PARIS SP 07 re-eple.dafa3@education.gouv.fr DIRECTION GÉNÉRALE

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Le Processus de Réforme Comptable de l Etat. Katarína Kaszasová FCCA Ministère des Finances de la République Slovaque. Paris, Septembre 2008

Le Processus de Réforme Comptable de l Etat. Katarína Kaszasová FCCA Ministère des Finances de la République Slovaque. Paris, Septembre 2008 Le Processus de Réforme Comptable de l Etat Katarína Kaszasová FCCA Ministère des Finances de la République Slovaque Paris, Septembre 2008 Plan de l intervention Pourquoi la Slovaquie a-t-elle lancé une

Plus en détail

CLASSIFICATION DES EMPLOYES DE LA PRESSE

CLASSIFICATION DES EMPLOYES DE LA PRESSE CLASSIFICATION DES EMPLOYES DE LA PRESSE D'INFORMATION SPECIALISEE OU PROFESSIONNELLE Niveau de qualification Emploi Définition I Manutentionnaire Employé de nettoyage Employé occupé à des travaux de rangement,

Plus en détail

Séminaires organisés en France Séminaires organisés au Canada Séminaires organisés au Maroc Séminaires organisés au Sénégal

Séminaires organisés en France Séminaires organisés au Canada Séminaires organisés au Maroc Séminaires organisés au Sénégal éminaires organisés en France éminaires organisés au anada éthodes et outils d élaboration des DT (global et sectoriels) dans le cadre de la réforme des finances publiques Budgétisation axée sur les objectifs

Plus en détail

Le Conseil des Ministres de l'union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA)

Le Conseil des Ministres de l'union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) REGLEMENT N 09/2010/CM/UEMOAI RELATIF AUX RELATIONS FINANCIERES EXTERIEURES DES ETATS MEMBRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Le Conseil des Ministres de l'union Economique et

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE 1. Règlement des études Habilité par arrêté du Ministère français de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Master «Maîtrise

Plus en détail