CAMPAGNE RETRAITE 2004

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAMPAGNE RETRAITE 2004"

Transcription

1 CAMPAGNE RETRAITE 2004 «La CGT toujours avec vous» sur le dossier revendicatif de la Retraite Nouveau logo pour marquer une nouvelle étape de notre campagne Retraite commencée il y a 3 ans Toujours avec vous - à tout moment: aussi bien dans les explications, l information au quotidien que dans les interventions syndicales à tous les niveaux Besoin de faire ensemble - démarche revendicative et syndicalisation La CGT peut sur un tel thème être l interlocuteur de référence des salariés 1

2 La réforme Fillon n est pas la bonne elle n est pas acceptable elle n assure pas l avenir de la retraite 2 La réforme Fillon a été imposée contre l avis majoritaire des salariés Le dossier retraite est tout sauf clos Nous sommes dans la phase de son application et encore plus de salariés vont en découvrir les conséquences exactes La CGT assume sa responsabilité pour poursuivre la bataille retraite dans ce nouveau contexte d une réforme qui n est pas acceptable et qui est à contester La CGT interviendra à tout moment aussi bien sur les décrets d application que dans la contestation globale de la réforme Cette démarche en même temps permet de nous inscrire dans la construction revendicative pour une toute autre réforme 2

3 La retraite au tournant De 1945 à 1982 : l amélioration de notre système de retraite : d un taux de remplacement de 20 pour 30 ans de cotisations, à un plancher de 75 pour 37,5 ans : succession de choix négatifs qui commencent à dégrader le système 2003 : baisse des pensions, tournant vers le tout contributif, remise en cause des solidarités et introduction de la capitalisation Ce n est pas inéluctable, d autres choix sont possibles 3 L histoire de la retraite en France (système actuel de répartition) est marquée par de grandes dates marquant une construction progressive jusqu à la retraite à 60 ans en 1982 Puis des décisions négatives se succèdent, la première est en 1983 avec la désindexation des retraites par rapport au salaire moyen; ensuite alternent les reculs sur la retraite complémentaire et sur les régimes de base(mesures BALLADUR ) En 2003 ce n est pas seulement la poursuite des régressions des 20 dernières années mais c est aussi la remise en cause de fondamentaux de notre système par répartition (explications dans les transparents suivants) Il est important de faire comprendre qu à chaque étape, ce sont des choix qui ont été faits. Il y avait d autres possibilités. C est donc délibérément qu il a été retenu qu il n y aurait pas de financement et qu en conséquence on devait baisser les droits. Rien n est donc inéluctable dans la récession 3

4 La réforme Fillon : une impasse pour 4 raisons Dégrade fortement le niveau des pensions du Public et du Privé Accentue les inégalités (femmes, précaires, ) Ne règle en rien l avenir de nos régimes Ouvre la voie à l épargne-retraite Le financement n étant pas assuré, il y aura d autres mesures encore plus régressives 4 En lien avec le transparent précédent, démontrer à la fois les conséquences des choix effectués et que malgré les baisses de droits l avenir de notre système de retraite n est pas assuré car il manque encore des financements La dégradation du niveau des pensions s effectue progressivement tant pour le public que pour le privé, ce qui veut dire que la perception de son effet au moment de la liquidation sera aussi graduelle; mais d une génération à l autre son importance est considérable. Il faut vraiment en débattre avec les salariés avec argumentation fournie à l appui; déjà il a fallu plusieurs années pour que les effets de la réforme Balladur soient compris par les salariés D autres réformes seront nécessaire d où notre bataille pour peser avant sur les nouveaux choix qui seront à faire 4

5 Les jeunes, les femmes, les précaires sont les principales victimes En raison du refus de dégager des ressources supplémentaires Parce que le choix est de faire peser tout l effort d ajustement sur les salariés et retraités Au total on sacrifie les nouvelles générations qui paieront autant pour une retraite qui se réduira. 5 Choix d aucun financement supplémentaire (c était l exigence du Medef) et donc choix de réduction des droits Décrochage de l évolution du pouvoir d achat des retraités par rapport à celui des actifs Suppression d éléments de solidarité de notre système de retraite (chômeurs, maladie, majoration d annuités pour enfants ) Les nouvelles générations sont sacrifiées, elles subiront le plein effet de la baisse des droits 5

6 Calcul Retraite Régime Général (RG) A partir de 1993 De 2003 à Salaire de Référence Passage des 10 aux 25 meilleures années ( ) et revalorisations idem prix Idem pour la durée et indexation stricte sur les prix Taux Plein et annuités tous régimes De 50 pour, années à 50 pour 40 années ( ) idem A partir 41 puis 42 de 2008 idem années Décote 2,5 par trimestre soit 10 par an Passage progressif ( ) à 1,5 par trim. idem Proratisation et nombre de Trim. RG Sur 150 trimestres Passage de à trim. (2008) Sur 164 puis 168 trimestres 6 On perçoit dans ce tableau et le suivant toutes les conséquences des réformes successives qui jouent sur les différents paramètres de calcul (allongement de la durée d assurance pour accéder au taux plein et référence de salaire moins favorable) On voit bien le mécanisme de la baisse des pensions pour tous («travailler plus pour avoir moins») Ici on présente le cas de la pension du régime général, s y rajoute la retraite complémentaire, mais là aussi l évolution des paramètres est utilisée pour baisser le montant de la retraite (voir Fiche N 1 et NVO Retraite) 6

7 Calcul Pension de Fonctionnaire Jusq en 2003 Salaire de référence dernier indice Taux 2 par annuité Durée de cotisation (régime) 37,5 annuités Décote Pas de décote De à 2008 Idem A partir de 2008 idem Passage progressif à 1,875 par annuité 1,829 par annuité ( ) Passage à annuités (2008) annuités en 2012 puis Mise en place progressive (- 1,25 par trimestre manquant soit 5 par année) idem 7 Le calcul de la pension de Fonctionnaire montre également la baisse du montant des pensions à la liquidation Le régime additionnel sur les primes ne va pas régler le problème de la baisse des pensions d autant plus qu il est basé sur de la capitalisation sans prestations définies (voir Fiche N 1 et NVO Retraite) 7

8 Conséquences de la Loi Fillon sur le niveau des retraites Taux de remplacement net : Salarié du Privé (au salaire moyen ARRCO: Euros net en 2003) En 2003 : 77 - En 2023 : 61 Fonctionnaire (salaire de fin de carrière à Euros net en 2003, cas d un taux de prime faible) En 2003 : 80 - En 2023 : 55 (sans régime additionnel) 8 Ce sont quelques exemples qui sont pris pour démontrer la baisse du taux de remplacement Le taux de remplacement permet d appréhender le revenu dont on disposera à la retraite au regard du revenu en activité, il est donc pris en net et exprimé au moment du passage en retraite, même si le calcul de la retraite se fait toujours sur le salaire brut. Pour le privé ce taux de remplacement englobe à la fois la retraite du régime général et la retraite complémentaire Ce qui est important là ce n est pas tant une référence en absolu mais la mesure de l évolution En fonction du public ciblé pour le débat, d autres exemples peuvent être utilisés (voir les fiches sur le niveau des pensions ou sur les basses pensions) 8

9 Basses pensions : les 85 du SMIC (net) ne seront jamais atteints En 2004, avec l augmentation de 3 pour les 40 annuités réellement cotisées, le minimum contributif sera de : 558,84 Euros = 45 du SMIC (brut) Avec la retraite complémentaire le maximum sera de 76 du SMIC (net), (évaluation faite par l ARRCO) Pour les liquidations de 2008, les «coups de pouce» de ne combleront pas le décalage entre l augmentation du SMIC et celle des salaires en 2008, on sera donc au mieux à 75 du SMIC net 9 C est là la plus grande duperie de la réforme Contrairement aux annonces faites le mécanisme de revalorisation décidé ne permettra jamais d atteindre l objectif annoncé (voir Fiche N 3 sur les basses pensions, qui donne beaucoup d explications sur le mécanisme et les salariés concernés) 9

10 Baisse des pensions minimales dans la Fonction publique Relèvement du seuil d indice (227 au lieu de 216), pour la pension minimale, mais exigence de 40 ans de services au lieu de 25 ans L effet de solidarité redistributive est supprimé Baisse de 40 de la pension pour une grande majorité de femmes 10 Pour la Fonction publique les remises en cause de l existant à ce niveau sont très importantes (voir 2ème partie Fiche N 3 Basses pensions) 10

11 Indexation des retraites Avant 1983 : les retraites et les droits à retraite du Régime général évoluaient comme le salaire moyen Après 1983 : l évolution se fait selon les prix perte de plus de 10 ces 10 dernières années Avant 2003 : les pensions de la fonction publique évoluaient comme les salaires La Loi Fillon rend permanent ce mode d indexation sur les prix tant pour le Privé que le Public 11 Il est important d expliquer les effets de l indexation (voir fiche N 1 sur le niveau des pensions) Les conséquences de l indexation sur les prix et non sur le salaire moyen n ont pas toujours été comprises ou mesurées à leur importance notamment en 1993 Les dégâts sur la durée sont catastrophiques 11

12 Conséquences économiques et sociales Baisse pension = baisse pouvoir d achat = baisse de la consommation Perpective baisse pension = tendance à plus d épargne des salariés Les deux cumulées = casse de la dynamique de la croissance économique et de l emploi 12 Il n y a pas que des conséquences individuelles Il faut aller plus loin dans notre analyse et faire mesurer les conséquences des différentes mesures cumulées sur l ensemble de la société Les choix faits dans cette réforme sont graves de conséquences sur l économie du pays et son devenir à long terme. 12

13 La retraite à taux plein à 60 ans : inaccessible Etude DARES (Ministère du Travail) 13 On utilise ce graphique pour démontrer et bien faire comprendre pourquoi la retraite à taux plein à 60 ans devient inaccessible au plus grand nombre La durée d activité retenue ici est celle qui correspond à l activité professionnelle moyenne d un homme avec 3 hypothèses sur le taux d emploi Déjà dans ce cas la durée d activité réelle est plus faible que la durée exigée pour le taux plein Pour les femmes la durée exigée est encore moins accessible 13

14 Les jeunes générations sacrifiées Chômage durable, emplois précaires, temps partiels vont réduire les droits accumulés La baisse programmée du niveau des pensions Deux effets qui compromettent le pacte intergénérationnel, cela fissure l édifice du financement fondé sur le travail 14 Expliquer en quoi le pacte intergénérationnel est rompu Précédemment, les générations d actifs cotisaient pour le versement des retraites mais elles avaient la garantie de bénéficier ensuite à leur tour d un bon niveau de vie quand elles seraient en retraite Dorénavant, les salariés en particulier les plus jeunes, devraient payer avec la seule perspective d avoir un niveau de vie à la retraite dégradé Il y a là une véritable rupture avec les choix antérieurs 14

15 Remise en cause des solidarités intragénérationnelles Augmentation de la contributivité, au détriment de la solidarité La distinction entre trimestres cotisés et assimilés interdit la prise en compte des aléas de la vie Les femmes sont particulièrement touchées 15 Voir la Fiche N 2 sur Périodes cotisées - Périodes assimilées Plus de contributivité c est en particulier le cas avec le passage des 10 meilleures années aux 25 meilleures, c est aussi lorsque seules les périodes cotisées comptent et que sont exclues les périodes assimilées (distinction faites dans le cas des départs anticipés ou pour le minimum contributif) ou lors de la non-prise en compte des majorations pour enfants (exemple dans le transparent suivant) 15

16 Exemple: la remise en cause de la majoration de durée d assurance pour enfant Privé : elle ne compte pas pour les départs longue carrière et est exclue de l augmentation du minimum contributif Public : bonification d un an supprimée pour les enfants nés après 2004 (seulement 6 mois de majorations). Conditions plus restrictives, pour les enfants nés avant 2004, pendant l activité du fonctionnaire (femme/homme), si deux mois d arrêt 16 Cet exemple est pris pour illustrer le changement touchant à la nature de notre système de retraite introduit par la Loi Fillon: des éléments de solidarité sont réduits voir supprimés (voir Fiches N 5 et 6) 16

17 ARRCO - AGIRC : pourquoi la CGT n a pas signé? L Accord du 13 novembre 2003 : Abattement avant 65 ans, supprimé si taux plein au régime de base Niveau d acquisition des droits à nouveau réduit, (valeur du point indexée sur les prix et salaire de référence indexé sur les salaires) Si l accord est plus favorable pour la retraite à 60 ans (AGFF) et aux départs longues carrières, il est très pénalisant pour les jeunes générations 17 La CGT avait largement expliqué l enjeu des négociations sur les retraites complémentaires ARRCO et AGIRC du dernier trimestre 2003 et le tract de novembre 2003 «Que cache l accord du 13 novembre 2003» est toujours d actualité pour l analyse de cet accord 17

18 (Titre V de la Loi Fillon) Epargne / Retraite Un objectif : prendre la place dégagée par la baisse organisée de la retraite par répartition Deux types de produits : - individuel PERP - Collectif d entreprise PERCO MAIS : Très cher comparé aux cotisations de la retraite par répartition Ne garantit pas un taux de remplacement (risque supporté essentiellement par le salarié) Impossibilité de revaloriser la rente après départ à la retraite La répartition demeure le système le plus sûr et le plus avantageux 18 La Loi Fillon fait la place à la retraite par capitalisation et veut la favoriser avec des exonérations fiscales (voir Fiche N 12) 18

19 Dans notre système de répartition: Passage de prestations définies à cotisations définies Prestations définies 150 trimestres 60 ans Taux brut de 75 à 80 L équilibre vient de l ajustement des cotisations Cotisations définies Allongement durée de cotisation Baisse du niveau des retraites L équilibre vient de la diminution des prestations 19 (Ce transparent sert de conclusion aux transparents précédents) C est une présentation du sens des réformes successives de notre système de retraite Dans la phase de construction de notre système de retraite par répartition les cotisations ont été portées en permanence à la hauteurs des droits garantis à honorer Dans la nouvelle phase on reste dans la répartition mais sans financement supplémentaire on ajuste les prestations à la baisse 19

20 Propositions Garantie d un véritable droit au départ en retraite à 60 ans à taux plein avec validation de certaines périodes et d une pension minimale à 100 du SMIC Garantie d un taux de remplacement Privé - Public au moins à 75 du salaire net Possibilité de départ anticipé avant 60 ans et à partir de 40 ans validés pour les salariés ayant connu des carrières longues Reconnaissance des travaux pénibles et astreignants Une garantie du niveau futur des retraites, relativement à l évolution des salaires Ressources financières complémentaires, au travers d une réforme du financement et du développement nécessaire de l emploi 20 Nos propositions présentées ici concernent les principaux objectifs qui doivent structurer le droit à retraite D autres points sont bien sûr à reprendre comme les pensions de réversion, les avantages familiaux... 20

21 Un financement à hauteur des besoins Un financement s appuyant sur le travail : vrai plein emploi dégageant des ressources supplémentaires: 1 million d emplois = 13 milliards d Euros (dont cotisations + 5 et chômage - 8) Autre politique des salaires (reconnaissance des qualifications, déroulement de carrière, intégration de tous les éléments de rémunération) Réforme de la «cotisation employeur» : - élargissement de l assiette à l ensemble de la valeur ajoutée - contribution des revenus financiers de l entreprise - suppression des exonérations 21 Ce transparent et les suivants développent la réforme du financement que l on propose pour mettre les moyens à la hauteur des droits que l on revendique (voir Fiche N 11 + les argumentaires autour du financement de l ensemble de la protection sociale dans le cadre de la bataille pour la Sécu) 21

22 La part des salaires dans la valeur ajoutée Un partage salaire / profit plus favorable permettrait de trouver des marges de jeu appréciables 22 Dans la partie où la courbe baisse (1980 à 1995) les gains de productivité ont été accaparés par le capital; ce n est pas une baisse en absolu des salaires mais en relatif. La part des richesses créées redistribuée sous forme de salaire direct ou socialisée a été réduite. Il y a donc une large marge entre ce qui revient au salarié et la totalité des richesses qu il a créées A la fois dans l intérêt des salariés et pour l efficacité économique et sociale nous avons besoin de reprendre une part de cette marge. Une réforme de la cotisation employeur (qui représentent du salaire socialisé) est un moyen d y parvenir. Ainsi on permettra un accroissement du financement de la protection sociale tout en contribuant à une meilleure efficacité économique et sociale (emploi, lutte contre les exonérations ) Le principe de cette réforme de la cotisation employeur est expliquée dans les transparents suivant 22

23 Faire contribuer les profits et les revenus financiers des entreprises Valeur ajoutée: 100 Revenus financiers Masse salariale: 60 * Salaire brut: 48 La contribution patronale devrait tenir compte de la totalité de la richesse produite dans l entreprise * salaire + cotisations 23 (Valeurs moyennes; il est intéressant d examiner la situation dans chaque entreprise) Dans nos propositions la cotisation salariale reste assise sur le salaire brut, avec l intégration de tous les éléments de rémunération (intéressement, participation ) dans l assiette de cotisation Par contre les cotisations employeurs devraient tenir compte de la totalité de la Valeur ajoutée créée dans l entreprise (élargissement de l assiette de cotisation à l ensemble de la valeur ajoutée et modulation du taux selon le rapport masse salariale sur valeur ajoutée) car la masse salariale est loin de représenter toute la richesse créée par le travail (voir «Analyses et Documents Economiques» N 90 du CCEES de la CGT) La Valeur ajoutée représente la richesse créée dans chaque entreprise (la somme des VA dans toutes les entreprises et services constitue le PIB) Le Salaire brutégale le salaire net perçu plus les cotisations salariales La Masse salariale comporte les salaires bruts, les cotisations employeur, l intéressement, la participation, les stock options 23

24 La réforme du financement doit conjuguer les 2 objectifs : une plus grande solidarité et une meilleure efficacité économique 24 24

25 La cotisation patronale aurait deux composantes : La première, calculée à partir du ratio MS*/VA la seconde, selon le ratio RF/VA le taux de cotisation serait modulé en fonction de ces ratios cotisation patronale = (cotisation calculée à partir de la masse salariale selon le ratio MS/VA=) + cotisation calculée à partir du revenu financier selon le ratio RF/VR * Masse salariale = salaire brut + autre forme de rémunération VA = valeur ajoutée RF = revenus financiers 25 25

26 La différenciation du taux de cotisation patronale ou une diversification de l assiette suivant les branches permettrait de sortir du système actuel d allégement des cotisations, et de traiter la question des bas salaires et des emplois peu qualifiés 26 (voir la fiche sur les exonérations et les différentes déclarations de la CGT dans les Conseils d administration des caisses de Sécu) 26

27 3 objectifs de la campagne retraite CGT Défendre les salariés et les retraités dans l application de la réforme; Exiger de renégocier les dispositions essentielles qui aboutissent à abaisser le niveau des pensions; Mobiliser, dans la durée, les jeunes, les femmes, les actifs et les retraités. 27 Les 3 objectifs de la campagne retraite CGT déclinent nos responsabilités dans la nouvelle phase de la bataille des retraites Il est important de prévoir un temps dans le débat pour voir: - comment chacun peut s impliquer - quel plan de travail - quelles décisions 27

Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org

Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org SALARIES DU PRIVE Aujourd hui Réforme Fillon Commentaires DUREE DE COTISATION 40 années de cotisations

Plus en détail

Retraites. Quelle réforme voulons-nous?

Retraites. Quelle réforme voulons-nous? Retraites Quelle réforme voulons-nous? Les retraites, comment ça marche? Deux principes: Obligation: tout le monde cotise pour bénéficier d une retraite de base Répartition: les cotisations des actifs

Plus en détail

Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite.

Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite. Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite. Un patron du CAC 40 gagne, en moyenne, 400 fois le smic. Si on imposait les plus-values des actionnaires, on pourrait financer

Plus en détail

RETRAITES : ETAT DES LIEUX

RETRAITES : ETAT DES LIEUX RETRAITES : ETAT DES LIEUX IMPACT DES REFORMES LIBERALES LES ALTERNATIVES POUR DES RETRAITES SOLIDAIRES 1 Les retraites par répartition Principe : Une partie de la richesse produite par les travailleurs

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? La qualification, c est quoi? p.8 C

Plus en détail

Propositions et revendications

Propositions et revendications Propositions et revendications Débattons Parlons d équité ou de justice sociale 2 Parlons d équité L âge d entrée dans la vie active recule Allongement des études ou de la formation Les débuts de la vie

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL FICHE 4 LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60

Plus en détail

Protection sociale des salariés et non salariés. www.creassur.org

Protection sociale des salariés et non salariés. www.creassur.org Protection sociale des salariés et non salariés www.creassur.org La Retraite dans l Entreprise Robert Jeanneret Responsable Prévoyance Gras Savoye S.A. L environnement de la retraite Constat L évolution

Plus en détail

Retraites Argumentaire n 1

Retraites Argumentaire n 1 du Travail FORCE OUVRIERE Confédération Générale Retraites Argumentaire n 1 Sommaire Systèmes actuels Code des pensions civiles et militaires Régime général Ce que l on nous propose Retraite par points

Plus en détail

Le projet de loi article par article

Le projet de loi article par article Le projet de loi article par article L article 1er prévoit la mise en place d un Comité de pilotage des organismes de retraite. Sa mission est de s assurer de la pérennité financière des régimes, de l

Plus en détail

Revendications de congrès CFDT

Revendications de congrès CFDT PARIS - UPSM Jeudi 17 Octobre 2013 Revendications de congrès CFDT «Refondation de la répartition» congrès de Lille, «Réforme globale des retraites» congrès de Nantes, ou «Harmonisation et consolidation

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

Propositions de BPCE Dans le cadre d un projet d accord, BPCE propose les points suivants.

Propositions de BPCE Dans le cadre d un projet d accord, BPCE propose les points suivants. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 FÉVRIER 2011 RELATIF À LA NÉGOCIATION ANNUELLE OBLIGATOIRE

Plus en détail

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC Retraite Instaurer un bouclier retraite Permettre le cumul emploi et retraite de réversion Valider les droits à retraite, les années d études et les stages des jeunes générations 46 Pacte social de la

Plus en détail

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Claude-Annie Duplat Votre retraite Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Table des matières Préambule........................................................ 7 Présentation......................................................

Plus en détail

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Suède Merci de citer ce chapitre comme suit :

Plus en détail

EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS

EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS Certains produits d épargne retraite vous permettent de percevoir une rente viagère. Un certain nombre d entre-eux bénéficient d incitations

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

L ESSENTIEL RETRAITE RÉSERVÉ AUX EntREpRiSES AdhÉREntES du GRoUpE AGRiCA

L ESSENTIEL RETRAITE RÉSERVÉ AUX EntREpRiSES AdhÉREntES du GRoUpE AGRiCA L ESSENTIEL RETRAITE RÉSERVÉ AUX entreprises adhérentes du Groupe AGRICA SoMMAiRE AGRICA ET VOTRE ENVIRONNEMENT RETRAITE 1 LA RETRAITE DE BASE 2 LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE 3 L ÉPARGNE RETRAITE ENTREPRISE

Plus en détail

LA RETRAITE C EST À VIE SYNTEC PHILIPPE SAUVANT CONSULTANTS

LA RETRAITE C EST À VIE SYNTEC PHILIPPE SAUVANT CONSULTANTS LA RETRAITE C EST À VIE SYNTEC PHILIPPE SAUVANT CONSULTANTS 36 Ave Charles de Gaulle 92200-NEUILLY SUR SEINE tel 01 47 45 08 13 Courriel : maretraite@sauvant.org - www.sauvant.org 1 QUI SONT LES AFFILIÉ(E)S

Plus en détail

Belgique. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Belgique. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Belgique Merci de citer ce

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Hongrie. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites

Hongrie. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites Hongrie Hongrie : le système de retraite en 212 Le système de retraite hongrois est un système par répartition obligatoire, uniforme, à prestations définies, composé d une pension publique liée aux revenus

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2008/17 du 30 décembre 2008

NOTE D INFORMATION 2008/17 du 30 décembre 2008 NOTE D INFORMATION 2008/17 du 30 décembre 2008 Financement de la Sécurité Sociale pour 2009 Adoption définitive de la loi (validation du Conseil Constitutionnel) I Cotisations et contributions A Forfait

Plus en détail

Quelle stratégie fiscale pour la retraite d entreprise au lendemain de la loi Fillon? Formation experts 2007 Page 1

Quelle stratégie fiscale pour la retraite d entreprise au lendemain de la loi Fillon? Formation experts 2007 Page 1 Quelle stratégie fiscale pour la retraite d entreprise au lendemain de la loi Fillon? Formation experts 2007 Page 1 La retraite du régime général 164 trimestres requis pour une retraite au taux plein en

Plus en détail

Régimes de retraites : notions essentielles et principales évolutions

Régimes de retraites : notions essentielles et principales évolutions Régimes de retraites : notions essentielles et principales évolutions Annie JOLIVET IRES et CREAPT-CEE Séminaire OMNES Roissy, 6-7 juillet 2010 1. Principales caractéristiques Répartition et principe de

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Caisse de Pension Avenir de la caisse: Proposition du GT Fin Plan de la présentation Contexte Objectif Processus Démarches réalisées Solutions proposées Conclusion 2 1 Contexte Nouvelles exigences fédérales

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

N 13 - NOVEMBRE 2013. social DOSSIERS. Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012. www.reunica.

N 13 - NOVEMBRE 2013. social DOSSIERS. Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012. www.reunica. N 13 - NOVEMBRE 2013 L INDICE social DOSSIERS Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012 www.reunica.com édito Bonjour à tous, Pour ce numéro, nous vous

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

Une politique familiale tournée vers la justice et le progrès

Une politique familiale tournée vers la justice et le progrès Fiche argumentaire 1 Une politique familiale tournée vers la justice et le progrès Depuis 2012, la politique familiale est, et demeure, une priorité Depuis 2012, la politique familiale est et demeure une

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE RESOLUTION N 3

NOTE TECHNIQUE RESOLUTION N 3 NOTE TECHNIQUE RESOLUTION N 3 Suite à l examen des amendements par les Conseils nationaux d octobre et de novembre, 8 sujets de débats ont été dégagés sur la résolution n 3 1 er débat (paragraphe 1.16)

Plus en détail

Votre rémunération, RESPECTES

Votre rémunération, RESPECTES Votre rémunération, RESPECTES 2 AGIR ENSEMBLE Une politique absurde de suppression d emplois Depuis 2005 tout semble «bon» pour organiser les 22000 départs : pressions individuelles, réorganisations, fermetures

Plus en détail

Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale

Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale Dossier de presse 6 juin 2014 Une poursuite de la réduction du déficit

Plus en détail

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012 Australie Australie : le système de retraite en 212 Le système de retraite australien comporte trois composantes : une pension de vieillesse soumise à conditions de ressources et financée par les recettes

Plus en détail

Pensions: idées pour une réforme réussie

Pensions: idées pour une réforme réussie Pensions: idées pour une réforme réussie Jean Hindriks Les constats Un système sous haute tension Notre système de pension subit une triple pression : démographique, sociale et budgétaire. Entre 1967 et

Plus en détail

SIX ARGUMENTS CONTRE L ALLONGEMENT DE LA DUREE DE COTISATION

SIX ARGUMENTS CONTRE L ALLONGEMENT DE LA DUREE DE COTISATION SIX ARGUMENTS CONTRE L ALLONGEMENT DE LA DUREE DE COTISATION La durée de cotisation requise pour avoir une retraite à taux plein est passée de 37,5 ans pour les générations nées avant 1934 à 41,5 ans pour

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Résumé de l évolution de l âge légal de départ (ouverture des droits) dans le tableau suivant : Générations suivantes 60 ans 2 ans 62 ans

Résumé de l évolution de l âge légal de départ (ouverture des droits) dans le tableau suivant : Générations suivantes 60 ans 2 ans 62 ans Réforme des retraites «2010» Les principales règles de «droit commun» qui changent pour les fonctionnaires Ce dossier n a pas pour ambition de reprendre l intégralité des différentes réformes passées,

Plus en détail

Réforme des retraites Faites les bons choix Décembre 2010 Objectifs de l interventionl 1 Bâtir une stratégie retraite cohérente 2 La réforme des retraites Les sommes en jeu, Le déficit annoncés Analyse

Plus en détail

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT AUX PROPOSITIONS DE LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC CONCERNANT LES CONTRIBUTIONS D ASSURANCE À L INTENTION DES MEMBRES DU CONSEIL D'EXPERTS

Plus en détail

L assurance retraite des agriculteurs

L assurance retraite des agriculteurs L assurance retraite des agriculteurs La pension doit se substituer, proportionnellement à la durée de cotisation, à la perte des revenus due au départ en retraite et doit donc permettre aux retraités

Plus en détail

Actualité de la retraite 19/03/2015

Actualité de la retraite 19/03/2015 Actualité de la retraite 19/03/2015 Nos caractéristiques Un groupe de protection sociale «paritaire», à but non lucratif Qui se distingue par : sa vocation professionnelle sa taille humaine son centre

Plus en détail

Départ et mise à la retraite : les règles en 2010

Départ et mise à la retraite : les règles en 2010 Départ et mise à la retraite : les règles en 2010 L'âge légal Les changements n'ont pas impacté l'âge légal de départ à la retraite, qui reste toujours fixé à 60 ans. Toutefois, une remise en cause de

Plus en détail

1/ Comment est calculé notre salaire brut?

1/ Comment est calculé notre salaire brut? Comprendre son salaire Le salaire à EDF et dans la branche des IEG Juin 2015 1/ Comment est calculé notre salaire brut? Notre salaire brut et fonction : - du salaire national de base ; le SNB - d un coefficient

Plus en détail

Que retenir de la réforme des retraites 2010? Et de ses conséquences en 2011

Que retenir de la réforme des retraites 2010? Et de ses conséquences en 2011 Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion cabinet Et de ses conséquences en 2011 APLRL, 28 Février 2012 Objectifs : Vous aider à mieux cerner les effets de cette réforme Vous présenter les

Plus en détail

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - Les dépenses du régime général... 4 II - Les recettes

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ARRCO AGFF

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ARRCO AGFF RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ARRCO AGFF Accord du 18 mars 2011 Considérant le rôle et la mission d intérêt général des régimes de retraite complémentaire dans la protection sociale en France, Considérant

Plus en détail

Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT

Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT N 12 du 5 mars 2008 Destinataires :. Bureau national. Fédérations. URI. UD. Secrétaires confédéraux Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT Comme l avait décidé le congrès de Grenoble,

Plus en détail

Le Rachat d années en 2012, de quoi parle-t-on?

Le Rachat d années en 2012, de quoi parle-t-on? Le Rachat d années en 2012, de quoi parle-t-on? Qu est-ce que le rachat d années? Tout affilié a la possibilité de racheter toutes les années pendant lesquelles il n a pas cotisé à Préfon-Retraite entre

Plus en détail

Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007

Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007 Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007 1. Le cadre législatif : - champ d application - définition des heures supplémentaires et complémentaires - durée légale et maximale

Plus en détail

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak Simulation de l évolution du taux de remplacement net des salaires pour 4 cas-type, nés en 1960, selon les réformes du système de retraite, à l horizon 2020 Henri Sterdyniak L évolution du système de retraite

Plus en détail

LPP. Les dispositions les plus importantes de la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité

LPP. Les dispositions les plus importantes de la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité Les dispositions les plus importantes de la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité Etat janvier 2007 4Base et objectif de la prévoyance professionnelle La prévoyance professionnelle

Plus en détail

Retraites Argumentaire n 1

Retraites Argumentaire n 1 Confédération Générale du Travail FORCE OUVRIERE SECTION DES LANDES Maison des syndicats 97 Place de la Caserne Bosquet BP 217 40004 Mt de Marsan cedex Tél. 05 58 46 23 23 / 06 71 62 83 10 Fax. 05 58 06

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

IL FAUT POURSUIVRE LA NEGOCIATION : POURQUOI?

IL FAUT POURSUIVRE LA NEGOCIATION : POURQUOI? Protection sociale IEG salaire des inactifs / Cotisation vieillesse des actifs IL FAUT POURSUIVRE LA NEGOCIATION : POURQUOI? La négociation engagée depuis 5 semaines doit se poursuivre La CGT estime que

Plus en détail

RETRAITES COMPLÉMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 10 FEVRIER 2001

RETRAITES COMPLÉMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 10 FEVRIER 2001 RETRAITES COMPLÉMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 10 FEVRIER 2001 Considérant le rôle et la mission d intérêt général des régimes de retraite complémentaire dans le cadre de la protection sociale en France

Plus en détail

Les rachats de trimestres de cotisation retraite dans le régime général et leur impact sur les pensions des régimes complémentaires

Les rachats de trimestres de cotisation retraite dans le régime général et leur impact sur les pensions des régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance Plénière du 23 janvier 2008-9 h 30 «Régularisations et rachats de trimestres» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Les rachats de trimestres

Plus en détail

EN CAS DE REFUS A LA MOBILITÉ D ACCOMPAGNEMENT LES MESURES DES SIÈGES RELOCALISATION

EN CAS DE REFUS A LA MOBILITÉ D ACCOMPAGNEMENT LES MESURES DES SIÈGES RELOCALISATION RELOCALISATION DES SIÈGES LES MESURES D ACCOMPAGNEMENT EN CAS DE REFUS A LA MOBILITÉ "Si vous êtes dans le doute face à une action à entreprendre demandezvous si elle rendra service aux plus petits et

Plus en détail

Et si je préparais...... ma retraite?

Et si je préparais...... ma retraite? Et si je préparais...... ma retraite? l enseignant supplément n 191 décembre 2015 Demain, ma retraite Adhérent, vous pouvez bénéficier d une aide spécifique et d une estimation de votre pension (p.8).

Plus en détail

Loi de finances pour 2015. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015. Loi de finances rectificative pour 2014

Loi de finances pour 2015. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015. Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de finances pour 2015 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 Loi de finances rectificative pour 2014 Les lois de finances de fin 2014 n ont pas mis en place de réformes majeures. La mesure

Plus en détail

La protection sociale dans la tourmente : les retraites

La protection sociale dans la tourmente : les retraites La protection sociale dans la tourmente : les retraites Jean-Marie Harribey http://harribey.u-bordeaux4.fr Ce diaporama complète celui qui est à : http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/sante/diapo-financement.pdf

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

SOMMAIRE. La Retraite Loi Madelin ou PREFON ou Article 83. Le Plan D Epargne Retraite Populaire (PERP)

SOMMAIRE. La Retraite Loi Madelin ou PREFON ou Article 83. Le Plan D Epargne Retraite Populaire (PERP) SOMMAIRE Approche générale de la capitalisation Différents systèmes disponibles : L Assurance-Vie La Retraite Loi Madelin ou PREFON ou Article 83 Le Plan D Epargne Retraite Populaire (PERP) L Epargne Salariale

Plus en détail

Les notions de base. Réforme des retraites. Définitions et Tableaux CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

Les notions de base. Réforme des retraites. Définitions et Tableaux CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Les notions de base Année d ouverture du droit à pension ou année de référence: c est l année à partir de laquelle le fonctionnaire remplit toutes les conditions (âge et durée de service) pour bénéficier

Plus en détail

Institut de la Protection Sociale

Institut de la Protection Sociale IPS 2012 Proposition 9 Institut de la Protection Sociale Proposition Auteur : BC Création : 31/12/2009 Modif. : 22/11/2012 Responsable rédaction Bruno CHRETIEN Contributeur Rolland NINO Sujet traité Rachat

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE 09/09/09 LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE fiches pratiques SOMMAIRE introduction le cumul emploi-retraite dans le régime général de la sécurité sociale 1. Conditions d ouverture du droit au cumul

Plus en détail

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS 6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS Le coût du travail est un élément décisif de la compétitivité. Mais il n

Plus en détail

Sommaire L accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 pour la compétitivité des entreprises et la sécurisation de l emploi Comment optimiser le chômage partiel et l APLD? L externalisation de

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Conférence de presse 15 novembre 2011 1 Une compétitivité française qui se dégrade 2 La France a perdu des parts de marché depuis 2000 Part

Plus en détail

Pour les salariés nés en 1934 ayant fait

Pour les salariés nés en 1934 ayant fait Pour les salariés nés en 1934 ayant fait valider, avant leur retraite, une carrière complète dans le secteur privé, le rapport de l avantage principal de droit direct au dernier salaire à temps complet

Plus en détail

Questions et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC)

Questions et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC) 1 / 12 s et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC) Mots-clés Prestation de sortie / réponse Une prestation de sortie figure sur l attestation de prestations. Cette prestation

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ASSOCIATION POUR LES ASSURANCES MEDICALES 79, rue de Tocqueville - 75017 PARIS -Association régie par la Loi de 1901- RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE 2012 Chers adhérents,

Plus en détail

UN RECUL IMPORTANT UD CGT AIN 2011 1

UN RECUL IMPORTANT UD CGT AIN 2011 1 UN RECUL IMPORTANT UD CGT AIN 2011 1 Allongement de la durée de cotisation des fonctionnaires de 37 ans ½ à 40 ans puis 41 ans Mise en place de la décote en 2006 : amputation de la pension pour chaque

Plus en détail

SOCIAL QUIZ «MAItrISeZ vous votre protection SOCIALe?»

SOCIAL QUIZ «MAItrISeZ vous votre protection SOCIALe?» SOCIAL QUIZ «Maitrisez vous votre protection sociale?» 2 3 APPLICATION TABLETTE À DESTINATION DES EXPERTS-COMPTABLES AG2R LA MONDIALE lance l application Social Quiz pour tablette «Maitrisez-vous votre

Plus en détail

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE 15 avril 2010 LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Les thèmes : 1. Le poids des retraites 2. La situation financière de court terme 3. La situation financière à long terme : les principaux résultats des projections

Plus en détail

Solution Epargne Handicap

Solution Epargne Handicap Contrat d assurance sur la vie Epargne Handicap Solution Epargne Handicap Notice d information Le contrat : SOLUTION EPARGNE HANDICAP est un contrat d assurance collective sur la vie à adhésion facultative

Plus en détail

SwissLife Retraite Entreprises

SwissLife Retraite Entreprises Publicité Ensemble optimisons notre retraite SwissLife Retraite Entreprises Assurance vie : contrat collectif de retraite en euros et en unités de compte. * les dossiers de l épargne - Guide retraite collective

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

SOMMAIRE. Indexation des salaires portés au compte. Le régime additionnel de la Fonction publique. Les basses retraites. Réduire les inégalités

SOMMAIRE. Indexation des salaires portés au compte. Le régime additionnel de la Fonction publique. Les basses retraites. Réduire les inégalités Service Presse Tél 01 42 03 80 12 fax 01 53 72 85 71 atdepresse@cfdt.fr Contact : Isabelle Perrin Responsable des relations presse Isabelle Reychler Assistante CFDT 4 bd de la Villette 75955 Paris Cedex

Plus en détail

CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE?

CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE? CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE? Analyse du sujet Type de sujet Dissertation Question de synthèse Contexte historique Contexte géographique Consigne Cœur

Plus en détail

Sénat - Commission de la culture, de l'éducation et de la communication 4 juin 2014

Sénat - Commission de la culture, de l'éducation et de la communication 4 juin 2014 Sénat - Commission de la culture, de l'éducation et de la communication 4 juin 2014 Audition de M. Mathieu GRÉGOIRE co-auteur du rapport "Quelle indemnisation chômage pour les intermittents du spectacle?

Plus en détail

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée?

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée? Le contrat en CDD La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas énumérés par la loi. Il doit obligatoirement

Plus en détail

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs La réforme du congé parental prévue initialement Lors du vote

Plus en détail

Les régimes de retraite de l enseignement privé

Les régimes de retraite de l enseignement privé 1 Les régimes de retraite de l enseignement privé TOURS le 6 novembre 2013 2 Préparer sa retraite, c est se poser deux questions A quel âge partir? Quel sera le montant de ma pension? 3 L âge légal de

Plus en détail

Lourmel Épargne salariale

Lourmel Épargne salariale PEI PERCOI des Industries Graphiques Lourmel Épargne salariale Qu est-ce que l épargne salariale? L épargne salariale regroupe un ensemble de dispositifs que vous pouvez utiliser pour améliorer la participation

Plus en détail

RAPPORT DU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DU SYSTÈME DE RETRAITE QUÉBÉCOIS. Analyse et recommandations 18 avril 2013

RAPPORT DU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DU SYSTÈME DE RETRAITE QUÉBÉCOIS. Analyse et recommandations 18 avril 2013 RAPPORT DU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DU SYSTÈME DE RETRAITE QUÉBÉCOIS Analyse et recommandations 18 avril 2013 Un rapport de concertation, de réflexion et d audace 7 experts 18 mois de travail 22 groupes

Plus en détail

NÉGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES : REVENDICATIONS 2016

NÉGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES : REVENDICATIONS 2016 NÉGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES : REVENDICATIONS 2016 Pour tous les salariés de l APF Mise en place d un salaire minimum APF de 1700 brut Le paiement des 3 jours de carence. 5 jours annuels de congés

Plus en détail

Pour la CGT, la bataille continue pour obtenir des négociations permettant d assurer une retraite solidaire par répartition, décente.

Pour la CGT, la bataille continue pour obtenir des négociations permettant d assurer une retraite solidaire par répartition, décente. Attaque du droit des femmes La réforme des retraites supprime définitivement, et de façon brutale, le départ anticipé «parent de 3 enfants et 15 ans de services» pour les fonctionnaires. Page 1 : EDITO

Plus en détail

Fédération des Syndicats, des Arts, des Spectacles, de l Audiovisuel, de la Presse, de la Communication et du Multimédia Force Ouvrière

Fédération des Syndicats, des Arts, des Spectacles, de l Audiovisuel, de la Presse, de la Communication et du Multimédia Force Ouvrière Fédération des Syndicats, des Arts, des Spectacles, de l Audiovisuel, de la Presse, de la Communication et du Multimédia Force Ouvrière 2 rue de la Michodière 75002 Paris : 01.47.42.35.86 - : 01.47.42.39.45

Plus en détail

La retraite des personnels de l enseignement privé

La retraite des personnels de l enseignement privé Version juin 2012 1 La retraite des personnels de l enseignement privé Le SPELC, premier syndicat de l enseignement privé en région Centre 2 Avant de commencer La réforme des retraites, tant redoutée,

Plus en détail

Situation financière de la caisse de pensions des CFF

Situation financière de la caisse de pensions des CFF Département fédéral des finances DFF Documentation de base Date 2 juillet 2008 Caisse de pensions des CFF Situation financière de la caisse de pensions des CFF Compte tenu d un taux d intérêt technique

Plus en détail

Épargnez avec l aide de votre entreprise

Épargnez avec l aide de votre entreprise L essentiel sur L ÉPARGNE SALARIALE Épargnez avec l aide de votre entreprise En partenariat avec À la découverte de l épargne salariale Qu est-ce que c est? C est une épargne que les salariés peuvent se

Plus en détail