DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE"

Transcription

1 REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE? La chèvre est un animal dont la reproduction est saisonnée. Cette caractéristique physiologique a pour conséquence un déséquilibre de la production laitière entre le printemps et l hiver. Les volumes collectés par les entreprises sont ainsi 3 à 4 fois plus importants en mai qu en novembre. Par un prix du lait attractif en hiver, les éleveurs laitiers sont incités à faire évoluer la conduite de leur troupeau. Du côté des éleveurs fromagers, la volonté de s adapter aux contraintes commerciales, de mieux répartir la production peuvent aussi être des motivations pour faire évoluer leur système. Les travaux conduits par le PEP CAPRIN ont mis en évidence plusieurs voies techniques pour arriver à une meilleure répartition de la production. Ils ont également montré la nécessité de considérer l exploitation dans sa globalité. Le plus souvent en effet, la réflexion sur le désaisonnement se limite à une investigation sur la reproduction et sur les techniques pour avancer la saison sexuelle des chèvres (éponges, traitements lumineux,...). Les autres éléments du système d exploitation étant de fait rarement pris en compte : aspects techniques : alimentation (type et quantité de fourrages à prévoir), élevage des chevrettes, gestion des animaux vides, des tarissements et des reformes, vente des chevreaux de boucherie... aspects humains : travail et qualité de vie pour l exploitant, place par rapport aux autres productions, image du produit (AOC,...). Sur le terrain, les techniciens signalent des problèmes de reproductibilité d une année sur l autre difficile... échecs à la reproduction, lots de chèvres vides... tout ceci induisant des coûts, des manques à gagner. Si aujourd hui sur le plan technique, on peut arriver à des préconisations adaptées à un système donné, la question de l intérêt économique du désaisonnement reste entière. Les suivis réalisés dans le cadre du dispositif FERME DE REFERENCES caprine fournissent des éléments pour construire une réponse. QUELQUES MOTS SUR LA METHODE RETENUE. * Description d une situation de départ (rationnement, conduite du troupeau,..) avec des mises bas en saison et d une situation finale avec désaisonnement. * Chiffrage des différents scénarios (chiffrer quelques postes clés). * Les situations décrites étant optimisées, mise en évidence des points techniques risquant de faire dériver le système et de peser lourd sur l économie de l exploitation. LES HYPOTHESES DE DEPART * Un laitier avec 120 chèvres à 800 litres. * Système utilisant le pâturage. Les surfaces en herbe permettent de produire 350 kg par chèvre de foin de qualité moyenne (1 coupe) et 175 kg par chèvre de foin de bonne qualité (2 coupe, légumineuses). Ceci représente 80% des quantités nécessaires en fourrages conservés. * Les animaux pâturent du 15 avril au 01 novembre. * Durée de lactation : 300 jours. Pas de traite pendant 2 mois. * Conduite du troupeau : Conduite en un seul lot pour garder une période sans traite (qualité de vie, organisation du travail sur le rationnement, la reproduction,..). Les mises bas sont concentrées sur 2 mois avec 80 % des mises bas adultes sur 30 jours. Les dates moyennes de mises bas sont le 1 février pour le système saisonné et le 1 novembre pour le système désaisonné. Le système est calé et reproductible d une année sur l autre.

2 REMARQUE PREALABLE : Le choix a été fait de réaliser la simulation sur un troupeau désaisonné conduit avec un lot de mise bas unique et arrêt de la traite pendant 2 mois. CE CHOIX EST AMBITIEUX TECHNIQUEMENT. Sur le terrain, on trouve en effet plutôt des conduites en 2 ou 3 lots voir des mises bas étalées sur 6 mois sans que ceci soit réellement un choix de l éleveur mais plutôt la conséquence d un manque de réflexion globale sur le système. Pour beaucoup de producteurs, cette conduite en un lot désaisonné est un objectif. DESAISONNEMENT ET COUT ALIMENTAIRE En tenant compte des niveaux de production des aliments disponibles sur la région, un rationnement sur l année a été établi. Il permet de comparer les quantités de fourrages, concentrés et déshydratés distribuées aux animaux. Il a servi de base au calcul du coût des aliments achetés (cf. fiche jointe). On constate un coût de l alimentation supérieur de 223 francs par chèvre dans les systèmes désaisonnés, soit F pour les 120 chèvres. D un point de vue plus qualitatif, on peut mettre en avant les atouts et contraintes du système désaisonné par rapport au système saisonné. ATOUTS * L essentiel de la lactation se déroule en chèvrerie. Le suivi et l adaptation de la ration sont facilités. * La mise à l herbe va permettre un maintien de la lactation à un coût bas. CONTRAINTES * Obligation d avoir une ration hivernale de très bonne qualité - il n y a plus de «droit à l erreur» sur la qualité des fourrages récoltés sous peine d une augmentation des achats en concentrés et en déshydratés. des techniques de récolte spécifiques (enrubannage, séchage en grange) qui nécessitent des investissements non négligeables et ont des coûts de fonctionnement importants. avoir suffisamment de 2 coupes (mais que fait-on des 1?) Les surfaces et les équipements de l exploitation doivent permettre de récolter des stocks fourragers en QUANTITE SUFFISANTE et DE TRES BONNE QUALITE. * Nécessite une plus grande quantité de stock - le bâtiment de stockage est-il suffisant? * Nécessite d être mieux équipé pour la distribution des aliments (quantité distribuée plus importante). DESAISONNEMENT ET CONDUITE DU TROUPEAU Les animaux sont conduits en un seul lot. Les mises bas sont groupées. Dans les 2 systèmes, la maîtrise de la reproduction est IMPERATIVE. En terme de coût direct, le système désaisonné va nécessiter en plus par rapport au système «en saison» : L aménagement du bâtiment pour la réalisation du programme lumineux sur l ensemble du troupeau (chèvres, chevrettes et boucs). Ceci représente un coût de : * 60 francs/chèvre pour l installation et son fonctionnement. * 45 francs/chèvre (de 35 à 55 F selon les fournisseurs) pour l implant de mélatonine. Un nombre de boucs 1,5 à 2 fois plus important, soit un coût d environ 30 francs/chèvre (achat + entretien + traitement mélatonine des boucs supplémentaires). A noter qu un bâtiment spécifique est nécessaire pour les boucs. Des échographies (12 francs/chèvre) sont réalisées sur l ensemble du troupeau dans les 2 systèmes. Elles constituent en effet un OUTIL INDISPENSABLE de gestion du troupeau (réforme des animaux vides, ).

3 En système désaisonné, LES RISQUES DE DERIVES sont très importants. TOUT ECHEC DE LA REPRODUCTION VA SE TRADUIRE PAR : Des lactations écourtées. L objectif étant de recaler l ensemble du troupeau sur une date de mise bas unique, toutes les chèvres sont mises à la reproduction quelque soit leur stade de lactation.. une lactation de 210 jours au lieu de 300 jours c est 200 litres de lait en moins. * Les chèvres sont improductives à la période où le lait est payé le plus cher. * Les chèvres sont improductives à une période où la ration coûte cher. La perte de recette peut se monter à 800 francs par chèvre. L impact de ce «recalage» sur les futures lactations de l animal n est pas comptabilisé. Un moindre choix pour les chevrettes de renouvellement et la perte possible d animaux de bonne valeur génétique. Les chèvres ayant des mises bas trop tardives sont écartées du support de reproduction, l objectif étant de faire mettre bas les primipares à 13 mois au plus tard en même temps que les adultes. Un taux de renouvellement plus important. Pour limiter le nombre d animaux improductifs, les animaux vides à l échographie sont réformés. Des chèvres de bonne valeur génétique peuvent ainsi être éliminées. Des mises bas toute l année et la nécessité de constituer des lots. L objectif d arrêter la traite pendant 2 mois n est alors plus possible. L organisation du travail et de l alimentation des animaux doivent être revues et adapté. En conclusion : D un point de vue plus qualitatif, on peut mettre en avant les atouts et contraintes du système désaisonné par rapport au système saisonné. ATOUTS * moins de risques sanitaires pour les naissances précoces. * des chevrettes qui vont pouvoir pâturer la première année (sortie à 5,5 mois possible).. un plus pour le développement de l animal et la mise en route des habitudes alimentaires. * bonus possible sur la vente des cabris nés avant le 20/11. CONTRAINTES * Nécessité de très bien maîtriser la reproduction - préparation des femelles et des mâles à la saillie. - durée de la période de reproduction. - contrôle des gestations et réforme des vides. des risques de lactations écourtées et des conséquences sur les lactations suivantes. des risques d avoir des mises bas toute l année. des risques de devoir renoncer à l objectif d arrêt de la traite pendant 2 mois. un moindre choix pour les chevrettes de renouvellement. un taux de renouvellement plus important. réforme précoce de chèvres de bonne valeur génétique. nécessité d un bâtiment séparé pour les boucs avec du programme lumineux.

4 DESAISONNEMENT ET PRIX DU LAIT. Pour un laitier, désaisonner c est livrer plus de lait à un moment où les laiteries le payent cher. C est aussi en moyenne, un TB et un TP supérieur de 0,5 gramme/litre (source CL). % mensuel de livraison numéro du mois de livraison bonne persistance pic/chute marqué La recette laiterie a été calculée Avec les grilles FRCL et ILF en vigueur sur la région. Avec les conjonctures 2000 et Pour une courbe de livraison présentant une bonne persistance avec un pic limité et une autre présentant un profil pic chute très marqué. On fait l hypothèse que la conduite du troupeau permet l obtention de courbes identiques dans les 2 systèmes. Le mois 1 est le mois de janvier dans le système «en saison», le mois d octobre dans le système désaisonné. L écart maximum observé entre le système désaisonné et le système en saison est de francs (+431 f/chèvre) pour la courbe pic/chute. Il faut y rajouter un bonus taux de francs (+32 f/chèvre). Soit un total de francs (+463 f/chèvre). Avec la courbe présentant une bonne persistance, l écart se limite à francs (+250 f/chèvre). Avec le bonus pour les taux, ceci représente un gain de francs (+282 f/chèvre). Pour un fromager, l incidence financière directe est plus difficile à mesurer. Le gain va plutôt se traduire par une meilleure adéquation de la production et de la demande, par une limitation du recours aux méthodes de report du lait. EN CONCLUSION Désaisonner??, ne pas désaisonner?? L objectif de cette fiche n était pas d apporter une réponse universelle mais : - d attirer l attention sur les multiples composantes de la prise de décision et de donner des éléments de réflexion - de considérer l exploitation dans sa globalité avec aussi bien ses dimensions techniques (alimentation, reproduction,..) qu humaine (autres activités et pointes de travail, disposer d une période sans traite..) * Sur la recette laiterie. Les simulations mettent bien en évidence les gains supplémentaires permis par le désaisonnement (+463 f/chèvre au maximum). La maîtrise de la persistance de la courbe de production en système saisonné permet également d améliorer de façon significative le prix du lait. Pour un niveau de production moindre, une date moyenne de mise bas au 1 décembre ou même des mises bas en 2 lots, le bonus obtenu sera bien évidemment moindre. * Sur l alimentation. Le désaisonnement se traduit par un surcoût de 220 f/chèvre. Au delà de ce chiffre, il est indispensable de disposer d une structure permettant la réalisation de stocks fourragers de très bonne qualité et en quantité suffisante. * Sur la conduite du troupeau. Le désaisonnement se traduit par un surcoût de 87 f/chèvre. La maîtrise de la reproduction constitue le point central du système. Plus on va vouloir avancer en saison, plus la taille du troupeau va être importante, plus il va être nécessaire d être pointu techniquement et rigoureux., Vouloir désaisonner sans au préalable avoir une parfaite maîtrise de la reproduction en système saisonné et un troupeau bien calé apparaît très hasardeux et les résultats peu reproductibles d une année sur l autre.

5 REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE QUELQUES CHIFFRES ET EXPLICATIONS SUPPLEMENTAIRES Pour réaliser les simulations, des hypothèses ont été formulées. Hypothèses sur les niveaux de production, les dates moyennes de mises bas Si l on fait évoluer ces paramètres, comment évoluent les écarts entre le système «désaisonné» et le système «en saison».? C est ce que nous avons voulu observer au travers de ces quelques tableaux. DESAISONNEMENT ET PRIX DU LAIT EN FAISANT VARIER LA FORME DE LA COURBE DE PRODUCTION % mensuel de livraison numéro du mois de livraison bonne persistance pic/chute marqué La quantité de lait livré reste la même. Seule change la répartition mensuelle des livraisons. En système «en saison» et avec une bonne persistance de la courbe de production, l éleveur profite de la remontée des prix sur l été et l automne. Avec une bonne persistance et pour 800 litres de lait par chèvre, le bonus permis par le désaisonnement (+282 f/chèvre) ne permet pas de couvrir le surplus de charges (+307 F/chèvre). Les risques de dérives en système désaisonné apparaissent bien supérieur. DESAISONNEMENT ET PRIX DU LAIT EN FAISANT VARIER LE NIVEAU DE PRODUCTION La simulation a été faite pour 120 chèvres à 800 litres si elles ne produisent que 650 litres Les écarts maximum entre le système «désaisonné» et le système «en saison» sont de (hors bonus taux) ECART PAR CHEVRE ENTRE LE SYSTEME «DESAISONNE» ET LE SYSTEME «EN SAISON» Bonne persistance de la courbe Courbe «pic / chute» marquée 800 litres FF soit FF soit litres FF soit FF soit 52.90

6 DESAISONNEMENT ET PRIX DU LAIT EN FAISANT VARIER LA DATE MOYENNE DE MISE BAS La simulation a été faite sur un système désaisonné avec une date moyenne de mise bas au 1 novembre si cette date passe au 1 octobre ou au 1 décembre Les écarts maximum entre le système «désaisonné» et le système «en saison» pour 800 litres de lait par chèvre sont de (hors bonus taux). ECART PAR CHEVRE ENTRE LE SYSTEME «DESAISONNE» ET LE SYSTEME «EN SAISON» Bonne persistance de la courbe Courbe «pic / chute» marquée MB au 01/ FF soit FF soit MB au 01/ FF soit FF soit MB au 01/ FF soit FF soit Selon le niveau de production, selon la date moyenne de mise bas, selon la forme de la courbe, l écart financier entre les systèmes apparaît plus ou moins intéressant. Ceci constitue des facteurs complémentaires à intégrer dans le raisonnement préalable à l évolution des systèmes. DESAISONNEMENT ET COUT ALIMENTAIRE Les tableaux présentent une synthèse des quantités annuelle nécessaires pour l alimentation du troupeau pour des systèmes «désaisonnés et «en saison» avec des niveaux de production de 800 et de 650 litres par chèvre. Des écarts respectifs de 223 et de 179 FF/ chèvre sont ainsi mis en évidence. SYNTHESE 650 litres Mise bas au 1 février Mise bas au 1 novembre bon foin / chèvre 301 kg 371 kg ECART = 179 FF par foin moyen / chèvre 343 kg 198 kg CHEVRE déshydraté / chèvre 27 kg 153 kg (27.29 ) Fourrage + déshydraté / chèvre 670 kg 722 kg % bon foin + déshydraté 50 % 70 % fourrage acheté / chèvre 130 kg 200 kg concentrés / chèvre 177 kg 156 kg coût alimentation acheté /chèvre 390 F 569 F SYNTHESE 800 litres Mise bas au 1 février Mise bas au 1 novembre bon foin / chèvre 301 kg 371 kg ECART = 223 FF par foin moyen / chèvre 343 kg 207 kg CHEVRE déshydraté / chèvre 27 kg 149 kg (34 ) Fourrage + déshydraté / chèvre 674 kg 727 kg % bon foin + déshydraté 50 % 70 % fourrage acheté / chèvre 125 kg 200 kg concentrés / chèvre 219 kg 205 kg coût alimentation acheté /chèvre 427 F 650 F A noter qu en système désaisonné, l éleveur a la possibilité de vendre 18 tonnes de foin moyen.

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE Alimentation Energie et azote Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL

Plus en détail

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT Cet appui comporte 2 étapes : Un diagnostic qui démarre par une mise à plat de la problématique de l éleveur (Quelle est sa perception de la situation, est il ou non satisfait?quelles

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin. Informations Janvier 2010

Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin. Informations Janvier 2010 Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Informations Janvier 2010 Actus : La prime à la chèvre et le Code Mutuel Dans le cadre du bilan de santé de la PAC, il a été instauré une prime à la

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production.

Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production. Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production. Lemelin Michel Ministère de l Agriculture du Québec, http://www.agrireseau.qc.ca/caprins, 15 avril 2003 Rapport et adaptation

Plus en détail

GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT

GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT Filière Epoisses La production de lait destiné à l AOP Epoisses répond à des règles précises et originales qui participent au renforcement du lien au terroir d origine et à l amélioration de la qualité

Plus en détail

FORMATIONS en production caprine 2013-2014

FORMATIONS en production caprine 2013-2014 FORMATIONS en production caprine 2013- Titre du cours Durée Lieu Alimentation des petits ruminants : moutons et chèvres Élevage de chevreaux de boucherie Gérer la traite et la qualité du lait en production

Plus en détail

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques.

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques. Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques projet 07 BIO 03 Organisme requérant :Valacta Organisme responsable du projet :

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia DOSSIER DE PRESSE Mars 2011 Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia SOMMAIRE Communiqué de presse..................................................................................................................

Plus en détail

Les lactations longues

Les lactations longues Les lactations longues Etude Réseau d Elevage caprin Poitou otoucharentes, Vendée et Maine et Loire www.idele.fr 4 èmes Journées Techniques Caprines 3 et 4 avril 2013 1 Introduction www.idele.fr 4 èmes

Plus en détail

Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec

Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec Table des matières Page A) Plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec 2 B) Règlement sur le fichier et sur les renseignements des

Plus en détail

La physiologie de la reproduction caprine

La physiologie de la reproduction caprine La physiologie de la reproduction caprine Une bonne compréhension des mécanismes de la physiologie de la reproduction est un préalable indispensable pour optimiser la gestion de la reproduction dans son

Plus en détail

Politique réglementaire de l agroalimentaire

Politique réglementaire de l agroalimentaire PRÉSENTATION POWER POINT Politique réglementaire de l agroalimentaire Jacques VALANCOGNE, Consultant (France) Approvisionnement de l Europe par des pays non membres et approche filière L approvisionnement

Plus en détail

Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Place aux chevrettes

Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Place aux chevrettes Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Fiche n 1 L élevage des chevrettes constitue une phase importante. Ces jeunes animaux, choisis selon des critères précis, vont faire l objet de soins et d attention

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Le conseil autour de l économie

Le conseil autour de l économie Le conseil autour de l économie Démarches, outils et référentiels Christine GUINAMARD et Nicole BOSSIS www.idele.fr 1 Les objectifs de l atelier Objectifs de l atelier : partager ce qui existe, l améliorer

Plus en détail

S E R V I C E S. Nactus La nature en action dans votre élevage OFFRES DE

S E R V I C E S. Nactus La nature en action dans votre élevage OFFRES DE OFFRES DE S E R V I C E S Nactus La nature en action dans votre élevage H O M E O P A T H I E L E S F O N D A M E N T A U X Vous êtes le premier témoin de votre élevage, devenez le premier acteur de sa

Plus en détail

Registre d élevage ovin/caprin

Registre d élevage ovin/caprin Registre d élevage ovin/caprin 1 Une fiche synthétique des caractéristiques de l exploitation 2 Une fiche synthétique des données concernant l encadrement zootechnique, médical et sanitaire 3 Registre

Plus en détail

Coûts de renvient et comportement des coûts, un éclairage vers la rentabilité!

Coûts de renvient et comportement des coûts, un éclairage vers la rentabilité! Coûts de renvient et comportement des coûts, un éclairage vers la rentabilité! André Bélanger, CPA, CMA Ceinture verte Six Sigma Conseiller senior Associé Optima Management inc andre.belanger@optima-management.qc.ca

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

Élever ou ne pas élever, là est toute la question!

Élever ou ne pas élever, là est toute la question! Élever ou ne pas élever, là est toute la question! Antoine Riverin, agronome Conseiller en productions animales Direction régionale Saguenay Lac Saint Jean MAPAQ, Alma Colloque Bœuf 2013 La Cache àmaxime,

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé FEDERATION INTERPROFESSIONNELLE CAPRINE ET OVINE WALLONNE. chaussée de Namur, 47 5030 Gembloux Tél. : 081/627 447 Fax :081/60 04 46 E-mail : fiow@swing.be TABLE DES MATIERES 1. Contexte général... 2 2.

Plus en détail

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit LES MATIERES GRASSES : De l auge à l assiette Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit en contenir. On les trouve dans le beurre, l huile, mais

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Le Code Mutuel de

Plus en détail

SOMMAIRE. 1.1 Standard et localisation.page 2. 1.2 La sélection des deux races Lacaune page 3

SOMMAIRE. 1.1 Standard et localisation.page 2. 1.2 La sélection des deux races Lacaune page 3 0 LES RACES LACAUNE SOMMAIRE 1. LES RACES LACAUNE : GENERALITES 1.1 Standard et localisation.page 2 1.2 La sélection des deux races Lacaune page 3 2. LA RACE LACAUNE LAIT 2.1 Le système d élevage dans

Plus en détail

Efficacité des systèmes pâturants

Efficacité des systèmes pâturants Efficacité des systèmes pâturants Yves Lefrileux 1 -Alain Pommaret 2 1 Institut de l Elevage 2 Ferme expérimentale Caprine du Pradel www.idele.fr 1 des craintes d une baisse de production avec le pâturage.

Plus en détail

Table des matières. Partie I Aspects généraux et administratifs de la production caprine. Chapitre 1. Généralités et étude des marchés

Table des matières. Partie I Aspects généraux et administratifs de la production caprine. Chapitre 1. Généralités et étude des marchés Table des matières Préface de Franck Moreau........................................ XIII Préface de Joël Rigal............................................. XV Remerciements.................................................

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997)

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) L hôtellerie-restauration, au sens large du terme, regroupe l ensemble des activités qui répondent aux besoins de la clientèle

Plus en détail

Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients

Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients Michèle GUIGNARD 7 MAI 2009 Développement & Moyens Commerciaux 16 Chemin du Bougeng 31 Les objectifs Prendre conscience et trouver une

Plus en détail

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Document de synthèse Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Table des matières 1. Introduction 3 2. Sensibilité à la lumière : une mesure complexe 3 3. Ne vous faites

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : Baccalauréat professionnel «Conduite et gestion d'une entreprise du secteur canin et félin» Module

Plus en détail

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Rapport final RT05-22607 Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Mars 2009 Sommaire exécutif Contexte du

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Patrick Haubrechts haubrechtsp@bluewin.ch L écologie n est ni une doctrine, ni une idéologie, c est une pratique. Page 1 de 15. recupeau.doc Modifié 16.11.2006

Plus en détail

Coût de production d un cheval de sport en Normandie

Coût de production d un cheval de sport en Normandie Coût de production d un cheval de sport en Normandie RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Novembre 2013 Dans le cadre d une mise à jour, en 2010, du calcul des coûts de production portée

Plus en détail

CHAPITRE 1 Données à saisir avant la mise en route du robot

CHAPITRE 1 Données à saisir avant la mise en route du robot CHAPITRE 1 Données à saisir avant la mise en route du robot 1.1 Paramétrage des données de l exploitation & des vaches Pour optimiser l'utilisation du robot Astronaut, vous devrez impérativement saisir

Plus en détail

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes.

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes. Ces analyses permettent de vérifier la salubrité et la qualité hygiénique des denrées périssables que l on remet au consommateur. Elles doivent donc être représentatives des produits que l on remet au

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr.

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Stratégie de groupage Valorisation des fourrages Choix des ingrédients Digestion de la ration Stratégie d additifs Stratégie de groupage

Plus en détail

Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Banque de données régionale ovine en région Lorraine Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée

Plus en détail

Plus que la seule détection des chaleurs. Détection des chaleurs Nedap. Détection des chaleurs de précision avec Contrôle sanitaire

Plus que la seule détection des chaleurs. Détection des chaleurs Nedap. Détection des chaleurs de précision avec Contrôle sanitaire Plus que la seule détection des chaleurs Détection des chaleurs Nedap de précision avec Contrôle sanitaire de précision avec Contrôle sanitaire Rendement et efficacité de la gestion sont les facteurs clés

Plus en détail

FERME HOELET Forfait et CUMA pour des fourrages et une alimentation de qualité

FERME HOELET Forfait et CUMA pour des fourrages et une alimentation de qualité REPORTAGE À LA FERME Par YVON GENDREAU, journaliste, PLQ FERME HOELET Forfait et CUMA pour des fourrages et une alimentation de qualité Pour Germain et Denis Ouellet de la Ferme Hoelet de La Pocatière,

Plus en détail

IFIP Institut du Porc. Gestion des élevages de porcs Références et outils. Commission cunicole de l'inra 12 juin 2007

IFIP Institut du Porc. Gestion des élevages de porcs Références et outils. Commission cunicole de l'inra 12 juin 2007 IFIP Institut du Porc Références et outils Commission cunicole de l'inra 12 juin 2007 Le dispositif de références "porcs" 3 objectifs Fournir des méthodes d'analyse des performances d'élevage dans les

Plus en détail

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Lamine LAKHOUA Lic. ès Sciences Commerciales et Industrielles C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Maturité Suisse I M P O R T A N T Ce document est un support de cours.

Plus en détail

Quelles données pour l évaluation des politiques publiques. Bruno Crépon, CREST

Quelles données pour l évaluation des politiques publiques. Bruno Crépon, CREST Quelles données pour l évaluation des politiques publiques Bruno Crépon, CREST Quelques aspects saillants Il ya un problème fondamental de l évaluation qui est l identification C est la question qui prime

Plus en détail

Les systèmes de production caprine

Les systèmes de production caprine Les systèmes de production caprine Eléments structurants, diversité, exemples Document réalisé par l Institut de l Elevage 1 Les systèmes de production L étude d un système de production s intéresse à

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Ouvrir la voie grâce au e-learning Centra aide CDI à développer ses activités à l aide du e-learning

Ouvrir la voie grâce au e-learning Centra aide CDI à développer ses activités à l aide du e-learning Ouvrir la voie grâce au e-learning Centra aide CDI à développer ses activités à l aide du e-learning Secteur FORMATION Etude de cas de retour sur investissement Récapitulatif des résultats Au cours des

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

Bien étudier son marché pour construire une offre gagnante

Bien étudier son marché pour construire une offre gagnante Bien étudier son marché pour construire une offre gagnante Animé par : Fabienne CARBONI Catherine POLLET Il y a bien 3 sujets-clés : 1. L étude de marché 2. La construction de son offre 3. La cohérence

Plus en détail

QMP-7. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle RÉSULTATS. Yann FORNER U55MA65U 08/01/2014 MIAOU. Masculin.

QMP-7. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle RÉSULTATS. Yann FORNER U55MA65U 08/01/2014 MIAOU. Masculin. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 08/01/2014 Masculin Âge: 37 Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation Professionnelle

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

Élevage caprin et agriculture biologique

Élevage caprin et agriculture biologique Élevage caprin et agriculture biologique Impact sur les résultats techniques et économiques Christine GUINAMARD Institut de l élevage www.idele.fr 4 èmes Journées Techniques Caprines 3 et 4 avril 2013

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

Colruyt industrialise sa gestion des risques avec MEGA

Colruyt industrialise sa gestion des risques avec MEGA industrialise sa gestion des risques avec MEGA Principaux objectifs Industrialiser l évaluation, le suivi et le contrôle des risques opérationnels. Disposer d un référentiel unique d informations fiables,

Plus en détail

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Version 2015 Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Responsabilité Sociétale et Env Responsabilité Sociétale et Environnementale de la

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

Reproduction Planning Circulaire www.selso.net

Reproduction Planning Circulaire www.selso.net Reproduction Planning Circulaire www.selso.net Référence : Planning Circulaire.docx Version Date de Diffusion Auteur Motif V1 03/09/15 LG Mise en production Sommaire 1. Généralités... 3 2. Légende... 3

Plus en détail

BREVET PROFESSIONNEL BOULANGER

BREVET PROFESSIONNEL BOULANGER D r ye er &Herv ém Mey r ie e d i BREVET PROFESSIONNEL BOULANGER Gestion de l entreprise Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-953-0 2 LA GESTION DES STOCKS Les matières premières

Plus en détail

CONTRAT D INTÉRESSEMENT en production de veaux de lait

CONTRAT D INTÉRESSEMENT en production de veaux de lait CONTRAT D INTÉRESSEMENT en production de veaux de lait Ce document, élaboré par la Fédération des producteurs de bovins du Québec, vise à démystifier les différents contrats utilisés en production de veaux

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

«Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives»

«Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives» «Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives» Contact : Stéphanie Costa et Christophe Gualtieri 2014 Sommaire Préambule... 2 Les principaux avantages des référentiels de certification...

Plus en détail

Réponse de Poweo Direct Energie au Questionnaire n 3 de la concertation Mécanisme de Capacité

Réponse de Poweo Direct Energie au Questionnaire n 3 de la concertation Mécanisme de Capacité Paris, le 8 mars 2013 Réponse de Poweo Direct Energie au Questionnaire n 3 de la concertation Mécanisme de Capacité Compte-tenu des délais extrêmement courts imposés à cette concertation, nous nous réservons

Plus en détail

Rhône-Alpes : une région caprine qui compte

Rhône-Alpes : une région caprine qui compte 16 Novembre 2010 Rhône-Alpes : une région caprine qui compte 1400 élevages de plus de 20 chèvres 2 Un quart des volumes nationaux en transformation fermière de lait de chèvre 116 000 chèvres Une centaine

Plus en détail

PAYSAGISTE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

PAYSAGISTE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 PAYSAGISTE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU PAYSAGISTE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU PAYSAGISTE... 5 L'ACTIVITÉ DU PAYSAGISTE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU PAYSAGISTE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12 1 LE

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Estimations et modélisations des niveaux de champs. électromagnétiques

Estimations et modélisations des niveaux de champs. électromagnétiques Estimations et modélisations des niveaux de champs électromagnétiques dans le cadre d une démarche d information et de concertation entre les opérateurs de téléphonie mobile, les collectivités et la population

Plus en détail

Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie

Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie Bovins de boucherie Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie Par : Alain Fournier, agronome, M.Sc. Conseiller en productions laitière et bovine MAPAQ, Région Centre-du-Québec http://www.agr.gouv.qc.ca

Plus en détail

B7-VI Planifier et évaluer la production

B7-VI Planifier et évaluer la production B7-VI Planifier et évaluer la production Moyen d enseignement pour la formation professionnelle de base de l avicultrice, de l aviculteur en 3 ème année d apprentissage Table des matières 1 Planifier et

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

L Elevage en Bref... Historique... Des parcours pour limiter les achats de foin. Des parcours pour limiter les achats de foin

L Elevage en Bref... Historique... Des parcours pour limiter les achats de foin. Des parcours pour limiter les achats de foin FICHE 6 EXPLOITATION FROMAGERE SPECIALISEE Exploitation : Zone de montagne(cévennes) Zone de forte pente Zone sensible aux incendies et volonté de maintenir l ouverture des paysages Zone périphérique du

Plus en détail

CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE. Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons de Qualité

CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE. Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons de Qualité CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons de Qualité CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons

Plus en détail

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE Réseau d élevage caprin Poitou-Charentes, Vendée, Maine et Loire et Bretagne La conduite en

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

La filière caprine dans le Lot et Garonne Produire et Valoriser le lait de Chèvre

La filière caprine dans le Lot et Garonne Produire et Valoriser le lait de Chèvre 16 La filière caprine dans le Lot et Garonne Produire et Valoriser le lait de Chèvre La filière vie surtout avec la valorisation de son lait en fromage. La valorisation est faite par des fermiers, des

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE

CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE CL-Spé AQMP01 CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE 1 couple sur 52 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait. Mises bas dessaisonnées pour une

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE

CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE CL-Spé AQMP01 CAPRINS LAITIERS SPÉCIALISÉS FOIN DE LÉGUMINEUSES ET GRAMINÉES - AUTONOME EN FOURRAGE 1 couple sur 52 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait. Mises bas désaisonnées pour une

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Auteurs : Antoine JAN Blezat Consulting Florence GALLOIS BRIDE OC2 Consultants Février 2014 Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Synthèse Coordination

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Action Collective Régionale 2015

CAHIER DES CHARGES Action Collective Régionale 2015 CAHIER DES CHARGES Action Collective Régionale 2015 " Prévention du risque infectieux " Depuis leur création, Uniformation et Unifaf accompagnent les employeurs et les salariés dans leur démarche de professionnalisation.

Plus en détail

Définition et finalités de l analyse financière

Définition et finalités de l analyse financière Définition et finalités de l analyse financière FICHE I Définition L analyse financière recouvre un ensemble de techniques et d outils visant à traduire la réalité d une entreprise en s appuyant sur l

Plus en détail

Comité Lait de chèvre

Comité Lait de chèvre Comité Lait de chèvre Point de conjoncture 2 octobre 2014 FranceAgriMer - Montreuil France Vers une stabilisation de la collecte de lait de chèvre pour 2014? million de litres Collecte cumul fin août :

Plus en détail

Les préconisations par type de situation

Les préconisations par type de situation Les préconisations par type de situation Le tableau qui suit a été élaboré en mai 2007 à la suite d une étude sur la situation économique et financière des associations d aide aux personnes à domicile.

Plus en détail

Réussir ses salons professionnels. Jeudi 24 mars 2016

Réussir ses salons professionnels. Jeudi 24 mars 2016 Réussir ses salons professionnels Jeudi 24 mars 2016 Jacques-Olivier Garda Apporter des Solutions Concrètes et Opérationnelles aux TPE PME pour les aider à Vendre Plus et Vendre Mieux Nos actions : Aider

Plus en détail