BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------"

Transcription

1 BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS DE LA BCEAO A L ELABORATION ET A LA MISE EN OEUVRE DE STRATEGIES NATIONALES DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE COMMUNICATION DE LA BCEAO A L ATELIER ORGANISE PAR LE CONSORTIUM PARIS21 SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS DE L AFRIQUE DE L OUEST FRANCOPHONE BAMAKO DU 7 AU 9 FEVRIER 2005 Avenue Abdoulaye Fadiga B.P Dakar (SENEGAL) - Tél. (221) TELEX : BCEAO SG SG / FAX : (221)

2 2 INTRODUCTION La complexité croissante de l environnement économique et social contemporain fait de l information statistique un élément incontournable pour la prise de décision et la planification, et ceci pour au moins deux raisons : elle permet d abord de connaître une situation, de la décrypter et, ensuite, d évaluer et d apprécier les effets des actions entreprises et des politiques suivies. Ainsi, en politique, en économie ou dans la vie quotidienne, la statistique occupe une place prépondérante, car les informations sollicitées d elle sont indispensables pour la connaissance des aspirations réelles des populations, la bonne conduite des affaires, et la connaissance de l environnement macroéconomique. A cet égard, dans la plupart des pays du monde, et principalement dans les pays développés, l appareil statistique a acquis une importance cruciale pour la formulation, la planification, la mise en œuvre et le suivi des politiques économiques. Ce faisant, la statistique doit répondre à la demande croissante d utilisateurs toujours plus nombreux et exigeants, issus de milieux aussi divers que la politique, l administration, les médias, l économie, la santé, le domaine social et l éducation. Le besoin en informations qualitatives et quantitatives fiables ne cesse d augmenter et l utilisation d analyses statistiques est devenue très courante. Face à ces défis, le développement de la production de statistique dans les pays africains ne semble pas encore être à la hauteur des besoins exprimés. En effet, la qualité des données et les délais de production et de publication présentent encore des lacunes. Cette situation s explique essentiellement par les contraintes de financement, ainsi que l inorganisation et la mauvaise gestion des systèmes nationaux de statistique. A cet égard, il apparaît urgent de mettre en place dans les pays africains, et singulièrement dans ceux de l UEMOA, des stratégies nationales de développement de la statistique, afin d accroître les performances des systèmes statistiques nationaux. La présente communication, après avoir exposé les principaux éléments qui pourraient entrer en ligne de compte dans l élaboration des Stratégies Nationales de Développement de la Statistique dans les pays de l UEMOA, présente la place de la BCEAO dans leur mise en œuvre et les perspectives qui lui sont offertes dans ce cadre. I STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE La Stratégie Nationale de Développement de la Statistique, à mettre en place dans les pays de l UEMOA, doit avoir pour principal objectif la redynamisation de l activité de production et de diffusion des statistiques dans l Union, pour permettre de répondre à la demande croissance et diversifiée des utilisateurs.

3 3 A cet effet, la stratégie à mettre en place doit permettre de combler les insuffisances actuelles des systèmes statistiques nationaux. De ce fait, il serait important qu un diagnostic complet des appareils statistiques existants soit établi pour permettre d identifier les principaux axes de perfectionnement à y apporter. D ores et déjà, partant des insuffisances les plus connues des appareils statistiques des pays de l Union, les Stratégies Nationales de Développement de la Statistique pourraient s articuler autour des points ciaprès : - sensibilisation des gouvernements et du public à l importance stratégique de la statistique pour la promotion du bien-être des populations et du développement économique et social en général. Cette action est importante car le financement des activités statistiques continuera de dépendre, dans une large mesure, de cette sensibilisation ; - redéfinition des priorités nationales en matière de développement statistique. La redéfinition des domaines prioritaires de l activité statistique doit prendre en compte, non seulement les principales données macroéconomiques nécessaires à la mise en œuvre des politiques économiques, mais aussi les besoins nouveaux en données dans tous les domaines, notamment celle indispensables au suivi des conditions de vie des ménages et de la pauvreté. A cet égard, les pays de l UEMOA devraient continuer à accorder une attention particulière à la mise en œuvre du Programme Statistique Minimum Commun (PROSMIC) dont les domaines prioritaires couverts sont la coordination statistique, la comptabilité nationale, la conjoncture économique et sociale, la diffusion de l information statistique, les statistiques pour le suivi des conditions de vie des ménages et de la pauvreté, et les statistiques agricoles ; - satisfaction des besoins nouveaux en données. Il s agira notamment d assurer la disponibilité d un flux régulier de données de base et d indicateurs fiables sur la pauvreté et le développement durable d une manière générale (indicateurs démographiques et sociaux en particulier), la pandémie du VIH/SIDA, les questions relatives au genre, la bonne gouvernance, la performance et la viabilité des économies, le développement du secteur privé, le secteur informel et l environnement ; - amélioration de la qualité et des délais de production des données. Certaines statistiques des pays de l Union présentent des lacunes sur le plan qualitatif, et leur publication continue d accuser des retards. Il s agit en particulier des données sur le suivi de la conjoncture dont la qualité et la disponibilité sont affectées par des problèmes récurrents, des comptes nationaux, dont les résultats définitifs sont publiés avec beaucoup de retard, de l IHPC, dont la

4 4 production souffre de nombreuses contraintes. Les services nationaux de statistique devraient remédier à cette situation par l acquisition d équipements informatiques adéquats d une part et, d autre part, la mise en œuvre des techniques de contrôle de la qualité des informations qui soient applicables non seulement au stade de la collecte, mais aussi à ceux du traitement et de la diffusion des données. D une manière générale, il s agira de promouvoir une culture de la qualité à même d imprégner les différentes composantes du système statistique national. A cet effet, les Normes et Pratiques définies par le FMI et la Banque Mondiale en matière de production et de diffusion des données devraient être rigoureusement respectés ; - développement des capacités nécessaires pour tirer le meilleur parti des nouvelles technologies de l information et de la communication. Les moyens matériels devraient être mis à la disposition des statisticiens pour leur permettre de se familiariser avec les nouvelles technologies et être en mesure de les utiliser pleinement pour améliorer la collecte, le stockage et la diffusion des données. Pour les pays de l Union, le projet de mise en place de sites Internet des INS devrait se poursuivre ; - amélioration de l organisation et de la gestion des systèmes nationaux de statistique. Il faudra non seulement améliorer la structure organisationnelle des services nationaux de statistique afin de leur permettre de mieux répondre aux besoins croissants en données, tout en s efforçant de promouvoir une meilleure coordination et la synergie entre les institutions impliquées dans les activités statistiques à l échelle nationale. A cet égard, le rôle de coordonnateur central des INS devrait être réaffirmé par les Etats membres de l Union ; - établissement des partenariats pour le développement de la statistique. Eu égard aux contraintes budgétaires auxquelles sont confrontés les pays de la sous-région, il serait important de poursuivre les partenariats aux niveaux national, sous-régional, régional et international afin, non seulement de mobiliser des ressources extrabudgétaires substantielles pour la production et la diffusion des statistiques, mais aussi, pour aider au respect des normes internationales dans la production et la diffusion de ces données.

5 II CONTRIBUTION DE LA BCEAO A LA MISE EN OEUVRE DE STRATEGIES NATIONALES DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE 5 La Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest joue traditionnellement un rôle important dans les systèmes statistiques des pays de l UEMOA et elle entend poursuivre cette activité. En effet, l intervention de la BCEAO dans les systèmes statistiques des pays de l Union, s effectue suivant les trois axes ci-après : - en tant qu utilisateur de statistiques, la BCEAO collecte les données produites notamment par les autres structures nationales, pour formuler et mettre en œuvre la politique monétaire ; - comme producteur de statistiques monétaires, bancaires et financières, en liaison avec son rôle d Autorité monétaire, responsable de la supervision du système financier ; - enfin, la BCEAO joue un rôle important de diffusion de statistiques socio-économiques provenant des pays de l UEMOA L'utilisation de données statistiques par la BCEAO Les données externes utilisées par la BCEAO servent généralement à la formulation et à la mise en œuvre de la politique monétaire. Elles ont trait aux grands agrégats macroéconomiques (comptes nationaux, commerce extérieur, finances publiques, etc.), aux données conjoncturelles (indice des prix, enquêtes de conjoncture) et à l environnement international. Ces données sont notamment utiles pour la programmation monétaire qui permet à la BCEAO de déterminer l'équilibre entre la demande et l'offre de monnaie. Ces données permettent en outre d'évaluer la conjoncture économique et financière interne et externe, afin d'éclairer la conduite de la politique monétaire et mesurer son impact sur l'économie réelle. La collecte de ces informations se fait auprès des structures nationales en charge de la production statistique, notamment les Instituts Nationaux de la Statistique (INS) ainsi que des institutions internationales dont le FMI et la Banque Mondiale. L ensemble des informations collectées par la Banque Centrale est rationalisé et centralisé dans des bases de données statistiques, ce qui en facilite l'exploitation La production de données statistiques par la BCEAO La production de statistiques par la BCEAO couvre principalement les données monétaires et financières, ainsi que les statistiques de balance des paiements. La Banque Centrale dispose également d'un dispositif de suivi de la conjoncture mis en place pour ses besoins internes.

6 6 Les statistiques monétaires sont produites par l Institut d émission selon une périodicité mensuelle. Les principales données publiées sont les suivantes : - la situation de la Banque Centrale : elle retrace le bilan de l'action monétaire de la Banque Centrale ; - la position nette du gouvernement (PNG) : elle récapitule le bilan des opérations entre le système bancaire et le trésor public ; - la situation monétaire intégrée : elle donne la quantité de monnaie disponible dans l'économie ainsi que ses contreparties ; - la situation de la base monétaire qui indique le montant de monnaie centrale disponible dans l'économie ; En matière de statistiques bancaires, les données relatives aux bilans des banques sont publiées annuellement. Les statistiques correspondant à la centrale des risques (principaux crédits octroyés par secteur) sont publiées mensuellement tandis que celles décrivant les conditions de banques (taux de base bancaire minimum et maximum) sont trimestrielles. La production de la balance des paiements par la BCEAO a démarré depuis la fin des années 60 dans le cadre d'un comité de balance des paiements regroupant l'ensemble des structures concernées (Instituts Nationaux de Statistique, Directions des Douanes, Ministères des Finances, structures chargées de la gestion de la dette extérieure, etc.). L'élaboration des balances des paiements des pays membres de l'umoa nécessite l'utilisation d'un grand nombre de données économiques et financières. La plupart de ces données proviennent des organismes et institutions membres du comité de balance des paiements. Cependant, certaines données sont collectées par l'intermédiaire d'enquêtes statistiques relativement lourdes, conduites auprès de divers agents économiques (banques commerciales et entreprises essentiellement). Enfin, comme la plupart des banques centrales, la BCEAO a mis en place pour ses besoins internes un dispositif de suivi de la conjoncture. Ce dispositif comprend un suivi des prix, ainsi que des enquêtes de conjoncture qualitatives (opinions des chefs d'entreprises) et quantitatives (chiffres d'affaires du commerce, production industrielle, suivi des conditions de banque) La diffusion de données statistiques par la BCEAO La BCEAO a historiquement accordé une place importante à la diffusion des statistiques socio-économiques des Etats membres de l UMOA, dans la mesure où elle est restée pendant longtemps, la seule institution supranationale de l'union. En tant qu'institution responsable de la politique monétaire commune, la BCEAO se trouve dans une situation qui lui permet d'avoir une vision cohérente et globale de la situation économique des pays membres de l'union et Monétaire Ouest Africaine.

7 7 Par ailleurs, la diffusion au plan international des statistiques des pays de l'umoa a été, pendant longtemps, assurée par les organisations internationales notamment le FMI et la Banque Mondiale. Pour pallier cette insuffisance, la BCEAO a mis en place des publications destinées au public, dans le but d'assurer la plus large diffusion possible des statistiques socioéconomiques des pays de l'umoa. Ces publications sont : - les Notes d'information et Statistiques (NIS), à périodicité mensuelle, qui diffusent essentiellement des statistiques monétaires et financières ainsi que certaines données socioéconomiques produites par les systèmes statistiques nationaux ; - le Rapport Annuel, qui comprend une annexe statistique présentant une large sélection de données sur les économies de l'umoa (secteur réel, prix, finances publiques, balance des paiements, monnaie et crédit, secteurs sociaux) ; - les bilans des banques et l'annuaire des banques qui paraissent annuellement. Cette large diffusion des informations répond au souci de la BCEAO de respecter les principes de transparence des politiques monétaires et financières édictées par le FMI. Pour renforcer l'accès du public aux informations qu'elle diffuse, la BCEAO s'est dotée d'un site internet (www.bceao.int) qui accorde une place importante aux statistiques. A ce titre, la BCEAO publie à intervalles réguliers une série d informations relatives à la politique monétaire, à la situation économique et monétaire des Etats membres de l'umoa, ainsi qu à sa situation comptable. III LES PERSPECTIVES DE LA BCEAO DANS LE SYSTÈME STATISTIQUE DE L'UMOA 3.1. Les enjeux La mondialisation de l'économie et le développement des marchés financiers ont donné une responsabilité particulière aux banques centrales dans la conduite des politiques économiques et la recherche de la stabilité macroéconomique et financière, garante d'une croissance saine et durable. Il est admis aujourd'hui que les banques centrales peuvent assurer plus efficacement leur responsabilité si elles ont pour objectif final la stabilité des prix et disposent d'une forte crédibilité dans la conduite de leur action. Pour ce faire, elles doivent disposer d'informations de plus en plus précises et variées sur des économies de plus en plus complexes et interdépendantes. Pour les statisticiens de banque centrale, les défis sont donc importants. Ils doivent mettre à la disposition des décideurs, dans des délais de plus en plus rapprochés, des informations pertinentes et fiables. Ils doivent également produire des données monétaires et financières de plus

8 8 en plus détaillées, permettant aux autres acteurs de la vie économique de fonder et d'ajuster leur action Les principes Pour relever ces défis en matière de développement statistique, dans un monde globalisé et rendu de plus en plus virtuel par le développent des nouvelles technologies, les banques centrales doivent respecter certains principes de base dont les plus importants sont : - s'ouvrir davantage aux offices nationaux de statistique. En effet, d'importantes informations gérées par les banques centrales ne sont souvent pas disponibles auprès des services publics de statistique. Il s'agit notamment de données relatives aux interventions de la banque centrale sur les marchés de capitaux à court terme (change, escompte, interbancaire, open market), à son rôle de dépositaire et de gestionnaire de titres publics, aux réserves de change, aux systèmes et moyens de paiement et à l'activité prudentielle ; - continuer à veiller à la qualité des informations collectées auprès du système bancaire et à produire et publier des statistiques monétaires et financières fiables et pertinentes. A cet effet, les banques centrales doivent intervenir directement auprès des banques commerciales, notamment en leur imposant des normes et des règles en matière de système d'information ; - développer leur coopération avec les institutions servant de dépositaire central et de banque de règlement sur les marchés financiers. Ces structures sont devenues des sources importantes d'informations financières qui doivent être traitées et mises à la disposition du public. La Banque Centrale paraît à cet égard l'acteur le mieux placé du système statistique pour remplir cette mission ; - accorder une attention particulière à la qualité des statistiques de finances publiques (au plan local et central) ; - consolider le rôle de la Banque Centrale et favoriser sa reconnaissance comme un acteur à part entière du système statistique. En effet, la Banque Centrale assure un rôle important de service public, en collectant et en mettant à la disposition des agents économiques et du public des données monétaires et financières. Dans ce cadre, il est nécessaire qu'elle développe de fortes synergies avec ses autres partenaires du système statistique, afin de produire des données fiables au meilleur rapport qualité-coût L'agenda de la BCEAO Depuis le début des années 90, la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest a entamé un processus de réforme et de modernisation du système financier de l'umoa. Dans ce cadre, le système financier de

9 9 l'umoa s'est progressivement diversifié au fil des années et comprend aujourd'hui l'ensemble des structures et organismes nécessaires au fonctionnement d'une économie moderne (marché financier régional, systèmes et moyens de paiement, marché des titres publics, marché monétaire, etc.). Dans le même temps, la modernisation et la libéralisation des règles et procédures de la BCEAO se sont poursuivies, afin de les conformer aux normes internationales. Ces évolutions se sont traduites par un accroissement substantiel des besoins statistiques de la BCEAO. Ainsi, dans les prochaines années, les actions de la BCEAO en matière de développement du système statistique devront s'orienter suivant les axes ci-après : - améliorer la connaissance des modes de fonctionnement des économies des pays de l'umoa. A cet égard, la BCEAO rationalisera et développera son système de collecte et de traitement de données statistiques, en synergie avec les offices nationaux de statistique et les institutions régionales et internationales. La coopération avec les autres partenaires du système statistique constituera ainsi un axe majeur pour les années à venir ; - renforcer le suivi conjoncturel des économies de l'umoa, en mettant un accent particulier sur l'amélioration de la qualité des enquêtes de conjoncture et des modèles d'analyse de leurs résultats ; - moderniser les méthodes et pratiques statistiques, afin de les rendre conformes aux normes internationales. Ainsi, l'entrée en vigueur, depuis août 2001, du nouveau manuel de statistiques monétaires et financières du FMI conduira la BCEAO à une refonte de ses méthodes d'élaboration de statistiques monétaires et financières ; - renforcer la transparence et la crédibilité de l'action de la BCEAO, en mettant en place une politique de diffusion moderne, basée sur l'utilisation de technologies multimédias ; - assurer l'adéquation et la cohérence des statistiques monétaires et financières aux niveaux national et supranational, conformément à son statut de banque centrale commune à huit Etats ; - apporter sa contribution aux politiques de lutte contre la pauvreté, en produisant des données statistiques permettant d'éclairer les principaux aspects monétaires et financiers de la pauvreté. Au total, la mise en place d une Stratégie Nationale de Développement de la Statistique, axée sur l identification des besoins des utilisateurs en données statistiques, la définition des priorités nationale en production statistique, et la coordination accrue des producteurs de données est une urgente nécessité dans les pays de l UEMOA. L établissement d un partenariat accru pour le développement de la statistique, notamment au

10 10 niveau international, constitue également un axe à poursuivre. La Banque Centrale, en tant que producteur et utilisateur des statistiques compte apporter tout son soutien à l édification et à la mise en œuvre de cette stratégie dans les pays de l Union. -=-=-=-=-=-=-=-=-

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE D INFORMATION ORGANISE PAR PARIS21 POUR LES CONSULTANTS FRANCOPHONES SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS

Plus en détail

Plan de la présentation. 1 Fonctions statistiques d une banque centrale. Introduction. 1.1 - Enjeux de l activité statistique. statistique (suite)

Plan de la présentation. 1 Fonctions statistiques d une banque centrale. Introduction. 1.1 - Enjeux de l activité statistique. statistique (suite) Plan de la présentation LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA Introduction Les fonctions s d une banque centrale Antonin S. DOSSOU Directeur de la Recherche et de la Statistique - La Statistique

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

REGLEMENT DU PRIX ABDOULAYE FADIGA POUR LA PROMOTION DE LA RECHERCHE ECONOMIQUE

REGLEMENT DU PRIX ABDOULAYE FADIGA POUR LA PROMOTION DE LA RECHERCHE ECONOMIQUE REGLEMENT DU PRIX ABDOULAYE FADIGA POUR LA PROMOTION DE LA RECHERCHE ECONOMIQUE Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35 www.bceao.int 2 Préambule

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

SEMINAIRE CONTINENTAL DE L'ABCA

SEMINAIRE CONTINENTAL DE L'ABCA SEMINAIRE CONTINENTAL DE L'ABCA (Le Caire, du 9 au 11 mai 2016) STABILITE FINANCIERE : NOUVEAUX DEFIS POUR LES BANQUES CENTRALES - EXPERIENCE DE L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA) Présentation de

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

ATELIER PARIS 21 Utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre la pauvreté et de développement Dakar, 21-23 Janvier 2002

ATELIER PARIS 21 Utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre la pauvreté et de développement Dakar, 21-23 Janvier 2002 ATELIER PARIS 21 Utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre la pauvreté et de développement Dakar, 21-23 Janvier 2002 RAPPORT DU CAP-VERT I / La politique nationale de communication

Plus en détail

(SGDD) Unité du Système général de. diffusion des données. Département des statistiques du FMI. Janvier 2004

(SGDD) Unité du Système général de. diffusion des données. Département des statistiques du FMI. Janvier 2004 Le Système général g de diffusion des données (SGDD) Unité du Système général de diffusion des données Département des statistiques du FMI Janvier 2004 partement des statistiques 2 Le Système général g

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/13 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

rapport annuel D activites 2011

rapport annuel D activites 2011 73 OBJECTIF OPÉRATIONNEL 3 ASSURER EFFICACEMENT LE SUIVI DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES ET ORGANISMES DE COOPÉRATION A CARACTÈRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER & & & Le dispositif de suivi

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE La qualité : «ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui confèrent l aptitude à satisfaire

Plus en détail

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE»

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» «LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» I. Introduction II. Définitions des notions clés III. Optimisation des régies financières IV. Conclusion INTRODUCTION

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR :

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR : VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations TITRE DU PROJET : Système d Information PREPARE ET PROPOSE PAR : Marcelin Paul Feguns, Ing Sergo Louis

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Département des Opérations Direction des Etablissements de Crédit et de Microfinance ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Dakar, le 12 mai 2010 Dans le cadre des

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE (SNDS)

FEUILLE DE ROUTE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE (SNDS) République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité Justice MINISTERE DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET DU DEVELOPPEMENT OFFICE NATIONAL DE LA STATISTIQUE FEUILLE DE ROUTE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS AVIS A MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Agence temporaire de relocalisation EPI C 9 ème étage 15, avenue du Ghana BP 323 Tunis Belvédère 1002, Tunisie Département des statistiques

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE Département des Etudes Economiques et de la Monnaie Direction de la Recherche et de la Statistique S i d l S i i OBSERVATIONS SUR LES RECOMMANDATIONS DU GROUPE D'EXPERTS DES COMPTES NATIONAUX (GECN) DANS

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D'INTERET c4 (Services de Consultation Individuelle)

SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D'INTERET c4 (Services de Consultation Individuelle) SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D'INTERET c4 (Services de Consultation Individuelle) Pour l'appui à la Gestion des Projet régional de renforcement des capacités de surveillance des maladies et de riposte

Plus en détail

-------------------------

------------------------- ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) -------------------------------------- SEMINAIRE CONTINENTAL DE L ABCA POUR L'ANNEE 2014 SUR LE THEME : «PREALABLES NECESSAIRES POUR L AMELIORATION ET

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

Consultant de Santé de la Reproduction/SSRAJ

Consultant de Santé de la Reproduction/SSRAJ Situation: Bobo-Dioulasso, Burkina Faso Consultant de Santé de la Reproduction/SSRAJ Centre: Centre pour Leadership et Management General Structure: Organisation Ouest Africaine de la Santé Lieu de travail:

Plus en détail

MASTER 2. Mention : Analyse économique et développement international

MASTER 2. Mention : Analyse économique et développement international MASTER 2 Gestion de la politique économique Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : Analyse économique et développement international Organisation : Ecole d'economie Lieu de formation : Ecole d'economie

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

Conseil national de la statistique

Conseil national de la statistique MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice Conseil national de la statistique ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR DE LA STATISTIQUE 2010-2015 VISION ET ORIENTATIONS

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/6 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION SIXIÈME QUESTION À

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 28 mars 2012 Français Original: anglais ECE/CES/2012/12 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixantième

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Dr. El Hadji Guèye / Arianne Wessal Journées béninoises de l évaluation 2-4 Juillet 2012 Cotonou, Bénin Plan 1. Introduction de CLEAR

Plus en détail

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien Nouveau processus budgétaire axé sur le résultat r et la performance: Le projet tunisien Mohsen Thabet Ministère des Finances Unité GBO Atelier GBO Tunis 26-27 27 Juin Plan de l interventionl 1. Système

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Etat de la banque à distance dans l'uemoa Avec environ 20 initiatives enregistrées auprès de la banque centrale (BCEAO) à la

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

-------------------- --------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- La Gouvernance au Mali

-------------------- --------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- La Gouvernance au Mali MINISTERE DE L ECONOMIE DE REPUBLIQUE DU MALI L INDUSTRIE ET DU COMMERCE Un Peuple Un But Une Foi -------------------- --------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- La Gouvernance au Mali

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie

2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie 2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie L administration publique assure en Tunisie, depuis l accession à l indépendance

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION

CAHIER DES CHARGES FORMATION CAHIER DES CHARGES FORMATION 1. INTITULE (COMPLETE) DE LA FORMATION : Gestion financière, planification, suivi et évaluation des programmes/projets de 2. CONTEXTE : La stratégie actuelle de l Agence de

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

LE ROLE DE LA DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE.

LE ROLE DE LA DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE. DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE. DIRECTION DE LA FORMATION DE LA DOCUMENTATION ET DE LA COMMUNICATION. LE ROLE DE LA DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE.

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA GESTION DES CRISES BANCAIRES ET LES POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, du 18 au 22 avril 2011)

SEMINAIRE SUR LA GESTION DES CRISES BANCAIRES ET LES POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, du 18 au 22 avril 2011) SEMINAIRE SUR LA GESTION DES CRISES BANCAIRES ET LES POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, du 18 au 22 avril 2011) EVOLUTION DES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES DANS L'UEMOA SOMMAIRE. I Enjeux de

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Assurances

Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Assurances Information préliminaire Statistique Zurich, le 19 septembre 2013 Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Assurances Table des matières Page 1. Aperçu 2 2. Objectifs

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant 6-8 mai 2014 Dakar, Sénégal Les concepts et bonnes pratiques dans

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail