BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------"

Transcription

1 BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS DE LA BCEAO A L ELABORATION ET A LA MISE EN OEUVRE DE STRATEGIES NATIONALES DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE COMMUNICATION DE LA BCEAO A L ATELIER ORGANISE PAR LE CONSORTIUM PARIS21 SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS DE L AFRIQUE DE L OUEST FRANCOPHONE BAMAKO DU 7 AU 9 FEVRIER 2005 Avenue Abdoulaye Fadiga B.P Dakar (SENEGAL) - Tél. (221) TELEX : BCEAO SG SG / FAX : (221)

2 2 INTRODUCTION La complexité croissante de l environnement économique et social contemporain fait de l information statistique un élément incontournable pour la prise de décision et la planification, et ceci pour au moins deux raisons : elle permet d abord de connaître une situation, de la décrypter et, ensuite, d évaluer et d apprécier les effets des actions entreprises et des politiques suivies. Ainsi, en politique, en économie ou dans la vie quotidienne, la statistique occupe une place prépondérante, car les informations sollicitées d elle sont indispensables pour la connaissance des aspirations réelles des populations, la bonne conduite des affaires, et la connaissance de l environnement macroéconomique. A cet égard, dans la plupart des pays du monde, et principalement dans les pays développés, l appareil statistique a acquis une importance cruciale pour la formulation, la planification, la mise en œuvre et le suivi des politiques économiques. Ce faisant, la statistique doit répondre à la demande croissante d utilisateurs toujours plus nombreux et exigeants, issus de milieux aussi divers que la politique, l administration, les médias, l économie, la santé, le domaine social et l éducation. Le besoin en informations qualitatives et quantitatives fiables ne cesse d augmenter et l utilisation d analyses statistiques est devenue très courante. Face à ces défis, le développement de la production de statistique dans les pays africains ne semble pas encore être à la hauteur des besoins exprimés. En effet, la qualité des données et les délais de production et de publication présentent encore des lacunes. Cette situation s explique essentiellement par les contraintes de financement, ainsi que l inorganisation et la mauvaise gestion des systèmes nationaux de statistique. A cet égard, il apparaît urgent de mettre en place dans les pays africains, et singulièrement dans ceux de l UEMOA, des stratégies nationales de développement de la statistique, afin d accroître les performances des systèmes statistiques nationaux. La présente communication, après avoir exposé les principaux éléments qui pourraient entrer en ligne de compte dans l élaboration des Stratégies Nationales de Développement de la Statistique dans les pays de l UEMOA, présente la place de la BCEAO dans leur mise en œuvre et les perspectives qui lui sont offertes dans ce cadre. I STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE La Stratégie Nationale de Développement de la Statistique, à mettre en place dans les pays de l UEMOA, doit avoir pour principal objectif la redynamisation de l activité de production et de diffusion des statistiques dans l Union, pour permettre de répondre à la demande croissance et diversifiée des utilisateurs.

3 3 A cet effet, la stratégie à mettre en place doit permettre de combler les insuffisances actuelles des systèmes statistiques nationaux. De ce fait, il serait important qu un diagnostic complet des appareils statistiques existants soit établi pour permettre d identifier les principaux axes de perfectionnement à y apporter. D ores et déjà, partant des insuffisances les plus connues des appareils statistiques des pays de l Union, les Stratégies Nationales de Développement de la Statistique pourraient s articuler autour des points ciaprès : - sensibilisation des gouvernements et du public à l importance stratégique de la statistique pour la promotion du bien-être des populations et du développement économique et social en général. Cette action est importante car le financement des activités statistiques continuera de dépendre, dans une large mesure, de cette sensibilisation ; - redéfinition des priorités nationales en matière de développement statistique. La redéfinition des domaines prioritaires de l activité statistique doit prendre en compte, non seulement les principales données macroéconomiques nécessaires à la mise en œuvre des politiques économiques, mais aussi les besoins nouveaux en données dans tous les domaines, notamment celle indispensables au suivi des conditions de vie des ménages et de la pauvreté. A cet égard, les pays de l UEMOA devraient continuer à accorder une attention particulière à la mise en œuvre du Programme Statistique Minimum Commun (PROSMIC) dont les domaines prioritaires couverts sont la coordination statistique, la comptabilité nationale, la conjoncture économique et sociale, la diffusion de l information statistique, les statistiques pour le suivi des conditions de vie des ménages et de la pauvreté, et les statistiques agricoles ; - satisfaction des besoins nouveaux en données. Il s agira notamment d assurer la disponibilité d un flux régulier de données de base et d indicateurs fiables sur la pauvreté et le développement durable d une manière générale (indicateurs démographiques et sociaux en particulier), la pandémie du VIH/SIDA, les questions relatives au genre, la bonne gouvernance, la performance et la viabilité des économies, le développement du secteur privé, le secteur informel et l environnement ; - amélioration de la qualité et des délais de production des données. Certaines statistiques des pays de l Union présentent des lacunes sur le plan qualitatif, et leur publication continue d accuser des retards. Il s agit en particulier des données sur le suivi de la conjoncture dont la qualité et la disponibilité sont affectées par des problèmes récurrents, des comptes nationaux, dont les résultats définitifs sont publiés avec beaucoup de retard, de l IHPC, dont la

4 4 production souffre de nombreuses contraintes. Les services nationaux de statistique devraient remédier à cette situation par l acquisition d équipements informatiques adéquats d une part et, d autre part, la mise en œuvre des techniques de contrôle de la qualité des informations qui soient applicables non seulement au stade de la collecte, mais aussi à ceux du traitement et de la diffusion des données. D une manière générale, il s agira de promouvoir une culture de la qualité à même d imprégner les différentes composantes du système statistique national. A cet effet, les Normes et Pratiques définies par le FMI et la Banque Mondiale en matière de production et de diffusion des données devraient être rigoureusement respectés ; - développement des capacités nécessaires pour tirer le meilleur parti des nouvelles technologies de l information et de la communication. Les moyens matériels devraient être mis à la disposition des statisticiens pour leur permettre de se familiariser avec les nouvelles technologies et être en mesure de les utiliser pleinement pour améliorer la collecte, le stockage et la diffusion des données. Pour les pays de l Union, le projet de mise en place de sites Internet des INS devrait se poursuivre ; - amélioration de l organisation et de la gestion des systèmes nationaux de statistique. Il faudra non seulement améliorer la structure organisationnelle des services nationaux de statistique afin de leur permettre de mieux répondre aux besoins croissants en données, tout en s efforçant de promouvoir une meilleure coordination et la synergie entre les institutions impliquées dans les activités statistiques à l échelle nationale. A cet égard, le rôle de coordonnateur central des INS devrait être réaffirmé par les Etats membres de l Union ; - établissement des partenariats pour le développement de la statistique. Eu égard aux contraintes budgétaires auxquelles sont confrontés les pays de la sous-région, il serait important de poursuivre les partenariats aux niveaux national, sous-régional, régional et international afin, non seulement de mobiliser des ressources extrabudgétaires substantielles pour la production et la diffusion des statistiques, mais aussi, pour aider au respect des normes internationales dans la production et la diffusion de ces données.

5 II CONTRIBUTION DE LA BCEAO A LA MISE EN OEUVRE DE STRATEGIES NATIONALES DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE 5 La Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest joue traditionnellement un rôle important dans les systèmes statistiques des pays de l UEMOA et elle entend poursuivre cette activité. En effet, l intervention de la BCEAO dans les systèmes statistiques des pays de l Union, s effectue suivant les trois axes ci-après : - en tant qu utilisateur de statistiques, la BCEAO collecte les données produites notamment par les autres structures nationales, pour formuler et mettre en œuvre la politique monétaire ; - comme producteur de statistiques monétaires, bancaires et financières, en liaison avec son rôle d Autorité monétaire, responsable de la supervision du système financier ; - enfin, la BCEAO joue un rôle important de diffusion de statistiques socio-économiques provenant des pays de l UEMOA L'utilisation de données statistiques par la BCEAO Les données externes utilisées par la BCEAO servent généralement à la formulation et à la mise en œuvre de la politique monétaire. Elles ont trait aux grands agrégats macroéconomiques (comptes nationaux, commerce extérieur, finances publiques, etc.), aux données conjoncturelles (indice des prix, enquêtes de conjoncture) et à l environnement international. Ces données sont notamment utiles pour la programmation monétaire qui permet à la BCEAO de déterminer l'équilibre entre la demande et l'offre de monnaie. Ces données permettent en outre d'évaluer la conjoncture économique et financière interne et externe, afin d'éclairer la conduite de la politique monétaire et mesurer son impact sur l'économie réelle. La collecte de ces informations se fait auprès des structures nationales en charge de la production statistique, notamment les Instituts Nationaux de la Statistique (INS) ainsi que des institutions internationales dont le FMI et la Banque Mondiale. L ensemble des informations collectées par la Banque Centrale est rationalisé et centralisé dans des bases de données statistiques, ce qui en facilite l'exploitation La production de données statistiques par la BCEAO La production de statistiques par la BCEAO couvre principalement les données monétaires et financières, ainsi que les statistiques de balance des paiements. La Banque Centrale dispose également d'un dispositif de suivi de la conjoncture mis en place pour ses besoins internes.

6 6 Les statistiques monétaires sont produites par l Institut d émission selon une périodicité mensuelle. Les principales données publiées sont les suivantes : - la situation de la Banque Centrale : elle retrace le bilan de l'action monétaire de la Banque Centrale ; - la position nette du gouvernement (PNG) : elle récapitule le bilan des opérations entre le système bancaire et le trésor public ; - la situation monétaire intégrée : elle donne la quantité de monnaie disponible dans l'économie ainsi que ses contreparties ; - la situation de la base monétaire qui indique le montant de monnaie centrale disponible dans l'économie ; En matière de statistiques bancaires, les données relatives aux bilans des banques sont publiées annuellement. Les statistiques correspondant à la centrale des risques (principaux crédits octroyés par secteur) sont publiées mensuellement tandis que celles décrivant les conditions de banques (taux de base bancaire minimum et maximum) sont trimestrielles. La production de la balance des paiements par la BCEAO a démarré depuis la fin des années 60 dans le cadre d'un comité de balance des paiements regroupant l'ensemble des structures concernées (Instituts Nationaux de Statistique, Directions des Douanes, Ministères des Finances, structures chargées de la gestion de la dette extérieure, etc.). L'élaboration des balances des paiements des pays membres de l'umoa nécessite l'utilisation d'un grand nombre de données économiques et financières. La plupart de ces données proviennent des organismes et institutions membres du comité de balance des paiements. Cependant, certaines données sont collectées par l'intermédiaire d'enquêtes statistiques relativement lourdes, conduites auprès de divers agents économiques (banques commerciales et entreprises essentiellement). Enfin, comme la plupart des banques centrales, la BCEAO a mis en place pour ses besoins internes un dispositif de suivi de la conjoncture. Ce dispositif comprend un suivi des prix, ainsi que des enquêtes de conjoncture qualitatives (opinions des chefs d'entreprises) et quantitatives (chiffres d'affaires du commerce, production industrielle, suivi des conditions de banque) La diffusion de données statistiques par la BCEAO La BCEAO a historiquement accordé une place importante à la diffusion des statistiques socio-économiques des Etats membres de l UMOA, dans la mesure où elle est restée pendant longtemps, la seule institution supranationale de l'union. En tant qu'institution responsable de la politique monétaire commune, la BCEAO se trouve dans une situation qui lui permet d'avoir une vision cohérente et globale de la situation économique des pays membres de l'union et Monétaire Ouest Africaine.

7 7 Par ailleurs, la diffusion au plan international des statistiques des pays de l'umoa a été, pendant longtemps, assurée par les organisations internationales notamment le FMI et la Banque Mondiale. Pour pallier cette insuffisance, la BCEAO a mis en place des publications destinées au public, dans le but d'assurer la plus large diffusion possible des statistiques socioéconomiques des pays de l'umoa. Ces publications sont : - les Notes d'information et Statistiques (NIS), à périodicité mensuelle, qui diffusent essentiellement des statistiques monétaires et financières ainsi que certaines données socioéconomiques produites par les systèmes statistiques nationaux ; - le Rapport Annuel, qui comprend une annexe statistique présentant une large sélection de données sur les économies de l'umoa (secteur réel, prix, finances publiques, balance des paiements, monnaie et crédit, secteurs sociaux) ; - les bilans des banques et l'annuaire des banques qui paraissent annuellement. Cette large diffusion des informations répond au souci de la BCEAO de respecter les principes de transparence des politiques monétaires et financières édictées par le FMI. Pour renforcer l'accès du public aux informations qu'elle diffuse, la BCEAO s'est dotée d'un site internet (www.bceao.int) qui accorde une place importante aux statistiques. A ce titre, la BCEAO publie à intervalles réguliers une série d informations relatives à la politique monétaire, à la situation économique et monétaire des Etats membres de l'umoa, ainsi qu à sa situation comptable. III LES PERSPECTIVES DE LA BCEAO DANS LE SYSTÈME STATISTIQUE DE L'UMOA 3.1. Les enjeux La mondialisation de l'économie et le développement des marchés financiers ont donné une responsabilité particulière aux banques centrales dans la conduite des politiques économiques et la recherche de la stabilité macroéconomique et financière, garante d'une croissance saine et durable. Il est admis aujourd'hui que les banques centrales peuvent assurer plus efficacement leur responsabilité si elles ont pour objectif final la stabilité des prix et disposent d'une forte crédibilité dans la conduite de leur action. Pour ce faire, elles doivent disposer d'informations de plus en plus précises et variées sur des économies de plus en plus complexes et interdépendantes. Pour les statisticiens de banque centrale, les défis sont donc importants. Ils doivent mettre à la disposition des décideurs, dans des délais de plus en plus rapprochés, des informations pertinentes et fiables. Ils doivent également produire des données monétaires et financières de plus

8 8 en plus détaillées, permettant aux autres acteurs de la vie économique de fonder et d'ajuster leur action Les principes Pour relever ces défis en matière de développement statistique, dans un monde globalisé et rendu de plus en plus virtuel par le développent des nouvelles technologies, les banques centrales doivent respecter certains principes de base dont les plus importants sont : - s'ouvrir davantage aux offices nationaux de statistique. En effet, d'importantes informations gérées par les banques centrales ne sont souvent pas disponibles auprès des services publics de statistique. Il s'agit notamment de données relatives aux interventions de la banque centrale sur les marchés de capitaux à court terme (change, escompte, interbancaire, open market), à son rôle de dépositaire et de gestionnaire de titres publics, aux réserves de change, aux systèmes et moyens de paiement et à l'activité prudentielle ; - continuer à veiller à la qualité des informations collectées auprès du système bancaire et à produire et publier des statistiques monétaires et financières fiables et pertinentes. A cet effet, les banques centrales doivent intervenir directement auprès des banques commerciales, notamment en leur imposant des normes et des règles en matière de système d'information ; - développer leur coopération avec les institutions servant de dépositaire central et de banque de règlement sur les marchés financiers. Ces structures sont devenues des sources importantes d'informations financières qui doivent être traitées et mises à la disposition du public. La Banque Centrale paraît à cet égard l'acteur le mieux placé du système statistique pour remplir cette mission ; - accorder une attention particulière à la qualité des statistiques de finances publiques (au plan local et central) ; - consolider le rôle de la Banque Centrale et favoriser sa reconnaissance comme un acteur à part entière du système statistique. En effet, la Banque Centrale assure un rôle important de service public, en collectant et en mettant à la disposition des agents économiques et du public des données monétaires et financières. Dans ce cadre, il est nécessaire qu'elle développe de fortes synergies avec ses autres partenaires du système statistique, afin de produire des données fiables au meilleur rapport qualité-coût L'agenda de la BCEAO Depuis le début des années 90, la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest a entamé un processus de réforme et de modernisation du système financier de l'umoa. Dans ce cadre, le système financier de

9 9 l'umoa s'est progressivement diversifié au fil des années et comprend aujourd'hui l'ensemble des structures et organismes nécessaires au fonctionnement d'une économie moderne (marché financier régional, systèmes et moyens de paiement, marché des titres publics, marché monétaire, etc.). Dans le même temps, la modernisation et la libéralisation des règles et procédures de la BCEAO se sont poursuivies, afin de les conformer aux normes internationales. Ces évolutions se sont traduites par un accroissement substantiel des besoins statistiques de la BCEAO. Ainsi, dans les prochaines années, les actions de la BCEAO en matière de développement du système statistique devront s'orienter suivant les axes ci-après : - améliorer la connaissance des modes de fonctionnement des économies des pays de l'umoa. A cet égard, la BCEAO rationalisera et développera son système de collecte et de traitement de données statistiques, en synergie avec les offices nationaux de statistique et les institutions régionales et internationales. La coopération avec les autres partenaires du système statistique constituera ainsi un axe majeur pour les années à venir ; - renforcer le suivi conjoncturel des économies de l'umoa, en mettant un accent particulier sur l'amélioration de la qualité des enquêtes de conjoncture et des modèles d'analyse de leurs résultats ; - moderniser les méthodes et pratiques statistiques, afin de les rendre conformes aux normes internationales. Ainsi, l'entrée en vigueur, depuis août 2001, du nouveau manuel de statistiques monétaires et financières du FMI conduira la BCEAO à une refonte de ses méthodes d'élaboration de statistiques monétaires et financières ; - renforcer la transparence et la crédibilité de l'action de la BCEAO, en mettant en place une politique de diffusion moderne, basée sur l'utilisation de technologies multimédias ; - assurer l'adéquation et la cohérence des statistiques monétaires et financières aux niveaux national et supranational, conformément à son statut de banque centrale commune à huit Etats ; - apporter sa contribution aux politiques de lutte contre la pauvreté, en produisant des données statistiques permettant d'éclairer les principaux aspects monétaires et financiers de la pauvreté. Au total, la mise en place d une Stratégie Nationale de Développement de la Statistique, axée sur l identification des besoins des utilisateurs en données statistiques, la définition des priorités nationale en production statistique, et la coordination accrue des producteurs de données est une urgente nécessité dans les pays de l UEMOA. L établissement d un partenariat accru pour le développement de la statistique, notamment au

10 10 niveau international, constitue également un axe à poursuivre. La Banque Centrale, en tant que producteur et utilisateur des statistiques compte apporter tout son soutien à l édification et à la mise en œuvre de cette stratégie dans les pays de l Union. -=-=-=-=-=-=-=-=-

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest

La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest Par : Union Monétaire Ouest Africaine Publication : Octobre 1989 17 pages Depuis le 1er juillet 1975,

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro?

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro? Florian Colas Conférence d économie approfondie Note sur un point technique, élaborée à partir d un entretien avec Madame Claudine Cortet, Conseiller auprès du Directeur général des Etudes et Relations

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER

IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER 1 - EVOLUTION DU SYSTEME BANCAIRE 1.1 - Textes réglementaires Le projet de loi-cadre sur la conception d un cadre légal et réglementaire favorable à l émergence d entreprises

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest,

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest, INSTRUCTION N 001-01-2015 ETABLISSANT LA LISTE DES DOCUMENTS ET INFORMATIONS CONSTITUTIFS DU DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT EN QUALITE DE BUREAU D INFORMATION SUR LE CREDIT Le Gouverneur de la Banque Centrale

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

BILANS ET COMPTES DE RESULTATS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS

BILANS ET COMPTES DE RESULTATS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS BILANS ET COMPTES DE RESULTATS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS UMOA 2004 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 839 05 00 Télécopie : +221 823 93 35 Télex : BCEAO

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

VI - CONCERTATIONS SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DE L'ECONOMIE DANS LES ETATS DE L'UMOA

VI - CONCERTATIONS SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DE L'ECONOMIE DANS LES ETATS DE L'UMOA VI - CONCERTATIONS SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DE L'ECONOMIE DANS LES ETATS DE L'UMOA L accélération de la croissance économique requiert, en complément à la mise en œuvre de réformes et politiques de

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE Lot P 10, Ouest Foire, Route de l Aéroport - BP : 8853 Dakar Yoff Tél : (221) 33 869 95 95 Fax : (221) 33 820 54 65 Email: gim-uemoa@gim-uemoa.org - Site Web: www.gim-uemoa.org AVIS DE RECRUTEMENT UN(E)

Plus en détail

VI - REALISATION DE LA CENTRALE DES BILANS DES ENTREPRISES DE L UMOA (CBE/UMOA)

VI - REALISATION DE LA CENTRALE DES BILANS DES ENTREPRISES DE L UMOA (CBE/UMOA) VI - REALISATION DE LA CENTRALE DES BILANS DES ENTREPRISES DE L UMOA (CBE/UMOA) Dans le cadre de la mise en oeuvre de la réforme des Directives Générales de la Monnaie et du Crédit, adoptée en septembre

Plus en détail

QUELLES FONCTIONNALITES POUR UNE APPLICATION DE PRODUCTION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION RENOVE?

QUELLES FONCTIONNALITES POUR UNE APPLICATION DE PRODUCTION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION RENOVE? Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne QUELLES FONCTIONNALITES POUR UNE APPLICATION DE PRODUCTION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION RENOVE? Contribution d AFRISTAT

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR :

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR : VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations TITRE DU PROJET : Système d Information PREPARE ET PROPOSE PAR : Marcelin Paul Feguns, Ing Sergo Louis

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

DOSSIER D'APPEL D'OFFRES AO/Z00/DBA/049/2015

DOSSIER D'APPEL D'OFFRES AO/Z00/DBA/049/2015 Direction Générale de l'administration et du Patrimoine Direction du Budget et des Approvisionnements Service des Achats et des Marchés DOSSIER D'APPEL D'OFFRES AO/Z00/DBA/049/2015 RELATIF LA SELECTION

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES

TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES Avril 2015 «GIM-UEMOA» GIE au capital de 9 528 790 000 F CFA RCCM : SN-DKR-2004-B-8649 NINEA : 24209832

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC REGULER L ECONOMIE SOUS-REGIONALE : QUELS PRODUITS FINANCIERS ADAPTES POUR REDUIRE LA SITUATION DE SURLIQUIDITE ET DRAINER L EPARGNE INTERIEURE? FONDS SOUVERAINS, OPCVM,. Djimadoum MANDEKOR Directeur du

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

FICHE DE CANDIDATURE A LA... PROMOTION DU COFEB COFEB CENTRE OUEST AFRICAIN DE FORMATION ET D ETUDES BANCAIRES DIRECTION DE LA FORMATION

FICHE DE CANDIDATURE A LA... PROMOTION DU COFEB COFEB CENTRE OUEST AFRICAIN DE FORMATION ET D ETUDES BANCAIRES DIRECTION DE LA FORMATION COFEB CENTRE OUEST AFRICAIN DE FORMATION ET D ETUDES BANCAIRES DIRECTION DE LA FORMATION FICHE DE CANDIDATURE A LA... PROMOTION DU COFEB POUR LA PREPARATION DU DIPLOME D ETUDES SUPERIEURES BANCAIRES ET

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges»

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges» Multi-year Expert Meeting on Transport, Trade Logistics and Trade Facilitation Second Session Trade facilitation rules as a trade enabler: options and requirements Geneva, 1 3 July 2014 Présentation du

Plus en détail

DOSSIER D'APPEL D'OFFRES N AO/Z00/DBA/010/2015

DOSSIER D'APPEL D'OFFRES N AO/Z00/DBA/010/2015 DOSSIER D'APPEL D'OFFRES N AO/Z00/DBA/010/2015 SELECTION D'UN PRESTATAIRE POUR LA REALISATION D'UNE VERSION DU SITE WEB DE LA BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ADAPTEE AUX TERMINAUX MOBILES

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE JANVIER 2014. Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar Sénégal. Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35 www.bceao.

TERMES DE REFERENCE JANVIER 2014. Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar Sénégal. Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35 www.bceao. TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D'UN CABINET D'EXPERTISE COMPTABLE EN VUE DE LA REALISATION DES TRAVAUX DE REVISION DU PLAN COMPTABLE BANCAIRE DE L'UMOA JANVIER 2014 Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS Avril 2010 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1.

Plus en détail

'. 1. IŒPI lbuqoe DO SENEGAL. U1l Peuple. - I III but - U1lC Foi. Ministère de l'economie et des Finances

'. 1. IŒPI lbuqoe DO SENEGAL. U1l Peuple. - I III but - U1lC Foi. Ministère de l'economie et des Finances '. 1 IŒPI lbuqoe DO SENEGAL U1l Peuple I III but U1lC Foi Ministère de l'economie et des Finances LOI UNIFORME RELATIVE AU TRAITEMENT DES COMPTES DORMANTS DANS LES LIVRES DES ORGANISMES FINANCIERS DES

Plus en détail

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TERMES DE REFERENCE Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TDR_Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES -@@@ DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Plus en détail

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. E 6221 ASSEMBLÉE NATIONALE TREIZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 mai 2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 mai 2011 TEXTE

Plus en détail

Ouverture de l appel : 04 Septembre 2015 Clôture de l appel : 18 Septembre 2015 ---------- AMI N 33.2015

Ouverture de l appel : 04 Septembre 2015 Clôture de l appel : 18 Septembre 2015 ---------- AMI N 33.2015 Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Etat de la banque à distance dans l'uemoa Avec environ 20 initiatives enregistrées auprès de la banque centrale (BCEAO) à la

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

PROCÉDURES D'ÉMISSION ET DE CIRCULATION DES BONS ET OBLIGATIONS DU TRÉSOR

PROCÉDURES D'ÉMISSION ET DE CIRCULATION DES BONS ET OBLIGATIONS DU TRÉSOR PROCÉDURES D'ÉMISSION ET DE CIRCULATION DES BONS ET OBLIGATIONS DU TRÉSOR SOMMAIRE > INTRODUCTION > PROCEDURES D'EMISSION > CIRCULATION DES BONS ET OBLIGATIONS DU TRESOR > CONCLUSION émission_et_de_circulation

Plus en détail

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West and Central Africa PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION

Plus en détail

Étude de cas : le marché des bons du trésor dans l UEMOA

Étude de cas : le marché des bons du trésor dans l UEMOA Avancer la finance africaine au XXI e siècle Séminaire de haut niveau organisé par l Institut du FMI en collaboration avec l Institut multilatéral d Afrique Tunis, Tunisie, du 4 au 5 mars 2008 Séance IV

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif général

OBJECTIFS. Objectif général Le Programme d action pour la promotion et le financement des PME dans l UEMOA est une déclinaison de la Politique Industrielle Commune (PIC) de l UEMOA. Il vise la création de mécanismes de financement

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT Après une phase de diagnostic et d'études, la Banque d'algérie et les banques de la place ont entrepris, à partir de 2003 et d'une

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Casablanca du 2 au 5 décembre 2003. PRÉSENTATION DE MONSIEUR

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor,

Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor, Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor, Chef de la Division de la Politique d Endettement et de la Stratégie d Intervention sur les marchés Direction de la Dette Publique SENEGAL Plan

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000 Contexte et justification du séminaire L actualité financière et bancaire de ces dernières années nous a instruit largement sur les conséquences que peut avoir une mauvaise notation financière sur la capacité

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 6 12.11.2010 16:41 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 relative à la promotion et au développement des petites

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE RESPONSABILITE FINANCIERE ET DE TRANSPARENCE PRECAREF

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE RESPONSABILITE FINANCIERE ET DE TRANSPARENCE PRECAREF REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple un But une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ACBF PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE RESPONSABILITE FINANCIERE ET DE TRANSPARENCE PRECAREF Termes de référence

Plus en détail

L'ETAT DU SYSTEME BANCAIRE AU BENIN ET SES VULNERABILITES A L'EGARD DES CRISES

L'ETAT DU SYSTEME BANCAIRE AU BENIN ET SES VULNERABILITES A L'EGARD DES CRISES SEMINAIRE REGIONAL SUR LE THEME «GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION» SOMMAIRE INTRODUCTION I LES CRISES BANCAIRES AU BENIN II SITUATION ACTUELLE DU SYSTEME BANCAIRE BENINOIS

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

(SGDD) Unité du Système général de. diffusion des données. Département des statistiques du FMI. Janvier 2004

(SGDD) Unité du Système général de. diffusion des données. Département des statistiques du FMI. Janvier 2004 Le Système général g de diffusion des données (SGDD) Unité du Système général de diffusion des données Département des statistiques du FMI Janvier 2004 partement des statistiques 2 Le Système général g

Plus en détail

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE COMMISSION DE VERIFICATION DES COMPTES DU CONSEIL EXECUTIF Septième réunion Point 2.1 de l ordre du jour provisoire EBAC7/2 30 décembre 2002 Etat de la mise en oeuvre

Plus en détail

S.A.E.I.F - Bureau d Études

S.A.E.I.F - Bureau d Études La société Africaine d Études & d Ingénierie Financière est un bureau d Études multidisciplinaire qui travaille depuis 1997 dans le domaine de l appui au développement en Afrique. La SAEIF Bureau d Études

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi. Résumé du Schéma Directeur Statistique (SDS)

REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi. Résumé du Schéma Directeur Statistique (SDS) REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi Résumé du Schéma Directeur Statistique (SDS) Avril 2008 Sommaire SOMMAIRE... 2 I INTRODUCTION... 3 II L ETAT DU SSN... 3 III LE SCHEMA DIRECTEUR DE LA STATISTIQUE

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

REVUE DE LA STABILITE FINANCIERE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE. N 1 - Avril 2006

REVUE DE LA STABILITE FINANCIERE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE. N 1 - Avril 2006 REVUE DE LA STABILITE FINANCIERE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE N 1 - Avril 2006 REVUE DE LA STABILITE FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE N 1 - Avril

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES

COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMPTES SPÉCIAUX RAPPORTS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE RÈGLEMENT DES COMPTES ET RAPPORT DE GESTION POUR 2007 COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

Trophées des Banques et Etablissements financiers des PME/PMI

Trophées des Banques et Etablissements financiers des PME/PMI Trophées des Banques et Etablissements financiers des PME/PMI =============================================== PREMIERE EDITION =============================================== Communication sur le thème

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

ROLE DE LA BANQUE CENTRALE DANS L EMISSION DE TITRES PUBLICS : L EXEMPLE DE LA BCEAO

ROLE DE LA BANQUE CENTRALE DANS L EMISSION DE TITRES PUBLICS : L EXEMPLE DE LA BCEAO ROLE DE LA BANQUE CENTRALE DANS L EMISSION DE TITRES PUBLICS : L EXEMPLE DE LA BCEAO SOMMAIRE > INTRODUCTION > PROCEDURES D'EMISSION > REMBOURSEMENT A L ECHEANCE > CONCLUSION 2 INTRODUCTION A la suite

Plus en détail