Activation Spécifique: Spectroscopie Infrarouge intégrée à la spectrométrie de masse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Activation Spécifique: Spectroscopie Infrarouge intégrée à la spectrométrie de masse"

Transcription

1 Activation Spécifique: Spectroscopie Infrarouge intégrée à la spectrométrie de masse Philippe Maître Université Paris Sud, rsay Ecole FT-MS Dammarie-les-Lys, 1 er Avril 2013

2 Laser Infrarouge intégré à la spectrométrie de masse: Activation Spécifique et Spectroscopie Bruker Esquire QIT Bruker Apex IV Hybrid FT-ICR Plateforme SMAS: Spectrométrie de Masse, Analyses et Spectroscopies Membre du Réseau National de Spectrométrie de Masse FT-ICR à très haut champ, fédération de recherche CNRS (FR 3624) Spécificité de notre site d accueil: activation spécifique des ions par infrarouge

3 RAPPELS DE SPECTRSCPIE IR

4 Mouvements de vibration du formaldéhyde (H 2 C) Les noyaux des molécules bougent. Ce mouvement apparemment désordonné est une combinaison de modes propres, on parle aussi de vibrations moléculaires Chaque atome portant une charge ponctuelle, on a des dipôles électriques oscillant pouvant donc émettre ou absorber un rayonnement électromagnétique.

5 Vibration Moléculaire = scillateur harmonique E = ½ kx 2 = ½ k(r-r 0 ) 2 k: constante de force r 0 : distance d équilibre x: déplacement par rapport à l équilibre Mécanique Quantique: Energie est quantifiée (nombre quantique v=0, 1, 2, ) E v = hn (v+1/2) Energie h: constante de Planck, n fréquence de vibration (Hz) scillateur Harmonique E = ½ kx 2 Energie réelle (Morse) Est anharmonique V=3 V=2 V=1 V=0 0 x r C C + r

6 Energie Absorption infrarouge Domaines de l infrarouge Loi de Beer Lambert IR Etat initial V=0 V=1 E(fonda, v=0) + hn E(excité, v=1) => n excite la molécule si résonance Etat final Flux incident I 0 Flux transmis I -logi/i 0 = Absorbance A(l)= e(l).l. C e(l) : coefficient d'extinction molaire c : concentration molaire volumique l : longueur de la cuve contenant la solution

7 Spectre infrarouge de vibration du formaldéhyde (H 2 C) Unités utilisées: E = h n = h * C * 1/l = h * C * n où l est la longueur d onde (mm) où n est le nombre d ondes / cm CH 2 Rock 1234 cm -1 C stretch 1778 cm -1 CH asym. stretch 2809 cm -1 CH 2 Wag. CH 2 Bend 1175 cm cm -1 CH sym. stretch 2754 cm -1

8 Bande C= Carbonyle : effets électroniques et de tension de cycle ~1660 ~ ~ ~1810 ~ ~1870 Effets inductifs attracteurs : ν C= Effets mésomères (résonance) : ν C= Lactones: effet de la conjugaison et de tension de cycle

9 Bande C= Carbonyle : effet de la liaison hydrogène Libre (solvant aprotique ou phase gazeuse) 1788 ~ Phase Liquide: Liaisons Hydrogène = large bande

10 SPECTRSCPIE D INS: QUELQUES ILLUSTRATINS

11 Spectroscopie d ions: sonder la coordination d un cation métallique Agrégats Ni + (H 2 ) n : Spectre de masse Référence: bandes H de H 2 libre à 3657 and 3756 cm -1 ). Jusqu à n=3, léger décalage vers le rouge Pour n > 3, bandes H < 3400 cm -1 => Liaisons H, 2 nde couche de solvatation M.A. Duncan et al. JACS 2005, 127, 16599

12 Fragmentation de peptides par CID permet de dériver la séquence Nomenclature: P. Roepstorff et al. J. Biomed. Mass Spectrom Mécanisme de fragmentation?

13 Formation et réarrangement des ions a n et b n : structure et énergétique H R R Dans des conditions de collisions (CID): - Transfert(s) de protons - Fragmentation (a/x, b/y fragments) NH 2 R NH NH R NH NH R H Et aussi une chimie riche avec des réarrangements (concertés ou non) de type addition/élimination via: - Des sites Nucléophiles - Des sites électrophiles Transfert de proton Fragmentation R H R NH 2 NH NH NH NH H R R R a 2 -ion b 2 -ion (imminium?) (acylium?)

14 Ions fragments a n : formation et réarrangement / CID b CID 17.6 a 2 +C 0.0 kcal/mol Imine-Amide Structure permutée Lowest energy a 2 a 2 a 3 a 3 a 4 a 4

15 Ion fragment a 2 de [GGG+H] + : Isomère(s) formé(s)? Energies relatives (kcal/mol) Bythell, Maître, Paizs, JACS. 2010, 132, Un (cyclique) ou deux isomères formés? Avec des conditions expérimentales similaires (K.W M. Siu and co-workers, JPC. Lett. 2010, 1, 868), il a été proposé que l isomère permuté est aussi formé.

16 Mise en évidence de 2 isomères: Signature IR de l isomère permuté Isomérisation cyclique -> permuté»: le point clé est une énergie d activation associée à un transfert de proton 1,3. Transfert de proton 1,3 peut être catalysé (groupe aromatique de la tyrosine (15.5 vs 32.1 kcal/mol, Bythell et al, IJMS 2012, 316-8, 227) ou Phe (IJMS, 2012, , 254) A (0.0) C (-17.6) D (-0.6) E (-20.4) (9.0) TS 1,3-PT (15.5) (5.4) Asymmetric NH 2 stretch ~3530 cm -1 :signature IR du réarrangement des a n : voir aussi Wassermann; Boyarkin; Paizs; Rizzo, JASMS 2012, 23, 1029

17 ECD: un mode de fragmentation spécifique Fragmentation d un peptide induite par capture électronique ou Electron Capture Dissociation (ECD). H 2 3 P- NH + 3 R 1 R 2 R 3 R 4 H -- N --- C --- C --- N --- C --- C --- N --- C --- C --- N --- C -- CH H H H H H H H c 2 z 2 ECD: Fragmentation spécifique selon la chaîne peptidique, préserve en particulier l information relative aux Modifications Post-Traductionnelles (PTM).

18 Mécanisme de fragmentation induite par capture électronique (ECD): spectroscopie des ions c n+. (+) R N H R', H+ ECD H (+) or (+) NH enol imine amide NH 2 Formation d ions c en ECD d un peptide doublement chargé Formation d ions c n + de type amide et non enol-imine par ECD Exp ion c Exp réf. Amide Calc. Enol-Imine Enol-Imine (C=N) Calc. Amide Amide (C=) Wavenumber (cm -1 ) G. Frison et al. J. Am. Chem. Soc. 2008, 130, Bande à 1731 cm -1 : stretch C= Démontre qu un amide est formé

19 QUELQUES DATES ASSCIÉES AU DÉVELPPEMENT DE L IRMPD

20 1978: Première mise en évidence de l IRMPD dans des conditions FT-ICR «There are many possible extensions and applications of the present results Numerous aspects of the photophysics of multiphoton absorption processes can be studied, including collisional energy relaxation rates and IR emission lifetimes. Infrared absorption spectra of gas phase ions can be obtained by monitoring dissociation or by observing modified reaction rates as a function of wavelength. The low power requirements (<0.5 W cm-2) imply that a wide range of available infrared lasers can be employed. Because of the slow nature of the process, the potential energy surface available to the decomposing molecule is thoroughly sampled below (but not above) the lowest energy decomposition pathway. This offers intriguing possibilities for mechanistic studies. In addition one can selectively heat ions and observe dissociation processes in cases where elevated temperatures would lead to degradation of neutral precursors (e.g., polypeptides) prior to ionization.»

21 Spectroscopie d ions basé sur une fragmentation induite par absorption IR => Besoin de lasers intenses et accordables 1978: C 2 laser, fixed photon energy at 940 cm -1. First evidence for IRMPD under Tandem Mass Spectrometry conditions J.L. Beauchamp and coworkers, JACS 1978, 100, IR IR IR Ion Ion* (v=1) Fragment + Molecule IR IVR IR IVR 1985: IR spectra / cm -1 range. P or DFG laser systems, limited to weakly bound ions. NH and H stretching region => H-bonding network Y.T. Lee and coworkers, J.Chem.Phys. 83, 3705 (1985) 2000, IR Fingerprint Spectra / cm -1 range. Two IR Free Electron Lasers (FELs) available worldwide. At FELIX, J. omens et al, Astrophys. J. 2000, 542, 404. At CLI/FTICR, J. Lemaire et al, Phys. Rev. Lett. 2002, 89,

22 Y.T. Lee : spectroscopie du proton hydraté (H 3 ) + (H 2 ) n

23 MISE EN ŒUVRE DE LA SPECTRSCPIE IRMPD

24 Spectroscopie d ions IRMPD: Implémentation simple Ionisation Mass Selection Fragmentation Ion Detection Fragmentation induite par absorption résonante de multiple photons IR Abundance m/z n sonde le rendement de fragmentation en fonction de la longueur d onde IR Très peu de modifications sur le spectromètre de masse: Accès optique, Synchronisation de l obturateur du laser avec la séquence MS/MS Utilisation du système de contrôle standard: mode chromatogramme. N varie linéairement avec le temps => «chromatogramme=spectre IR»

25 Comment construit-on le spectre IRMPD? b 5 b b 4 5 a a 4 b 5 ion of GGGGGR + 5 a * 4 a 5 b 3 H b 3 2 a * 3 NH b 2 3 a 2 * 1,5 5 1 ln Parent Parent Fragments Fragments Parent , Irradiation time (msec) Wavenumber / cm Acquisition et extraction du TIC en «mode profile» Comment dériver un spectre infrarouge: E.R. Williams and coworkers, JASMS 2010, 21,

26 CLI : un laser à électrons libres (LEL) dans l infrarouge basé à RSAY LEL parfaitement adapté pour l IRMPD (dissociation induite par absorption de plusieurs photons IR) et la spectroscopie. Deux façons d accorder la longueur d onde: - Ajuster l énergie du faisceau d électrons (16-45 MeV), - Ajuster le champ magnétique (Gap de l onduleur) Un tir à 40 MeV -> 800 à 1600 cm -1 Un spectre IR cm -1 -> 1 heure LEL CLI ( cm -1 ) puissance ~1W Largeur de bande relative Dl/l (fwhm) ~0.3% 8 ms 40 ms macroimpulsion 1-2 ps 16 ns Laser pulsé à 25 Hz time

27 Laser de table paramétrique infrarouge P/PA Basés sur les propriétés optiques non-linéaires de cristaux: KTP, KTA, LiInS 2, AgGaSe 2 scillateur Paramétrique ptique Amplificateur Paramétrique ptique 532 nm P signal (not used) PA cm -1 DFM cm nm LaserVision (Dean Guyer)

28 Spectroscopie IRMPD d ions avec un piège à ions quadripolaire (Bruker Esquire 3000+) IR beam CLI (1)modified ring electrode (2)&(3)endcap electrodes Très bon recouvrement laser/paquet d ions: une seule impulsion laser (8 ms) est parfois nécessaire

29 Réactions de couplage croisé catalysées par Pd: l espèce catalytique est [Pd(0)] Les réactions de couplage croisé (Prix nobel de Chimie 2010) sont essentielles pour la création de liaisons C-C, C-N, C- et C-S Peuvent être catalysées par des complexes de Palladium Quelle est l espèce catalytique? Un complexe L-Pd(0)-L à 14-électron. 1ère étape: addition oxydante de R 1 -X dernière étape: élimination réductrice de R 1 -R 2 Un point importante: Comment générer le complexe L-Pd(0)-L à 14 e - dans des conditions douces?

30 Réaction de couplage croisé catalysée au Pd: Rôle du carbonate C 3 2-? Mise en évidence récente que cette réaction peut être effectuée à température ambiante avec un complexe précurseur stable de Pd(II) et un carbonate C Rôle du C 3 2-? Coordination à Pd? Si oui, mode de coordination? MS/MS + IRMPD ou 1 2 NMR rtiz et al, rganometallics 2012, 31, 5975

31 Spectrométrie de masse: Formation de Pd-C 3 2- mise en évidence? Sim. Exp.

32 Coordination mode of C 3 2- to Pd? Dans nos conditions expérimentales, on observe toujours une distribution de Boltzmann (~300 K) des isomères Chimie quantique: indispensable à la modélisation (structure, énergétique, spectres UV, IR, ) Quelle méthode (approchée) choisir? L expérience reste une référence, un guide. rtiz et al, rganometallics 2012, 31, 5975 Spectre IRMPD vs Spectres d absorption IR calculés Exp. IRMPD Calc. 1 Calc Wavenumber (cm -1 ) Sym: 1258 cm -1 Asym: 1642 cm cm -1

33 Spectroscopie IRMPD avec un spectromètre haute résolution FTICR «hybride» Une filtre source de masse d ionisation quadripolaire: de type ElectroSpray Sélection en (et masse nanoelectrospray) + Cellule ICR, Piège à ions de Penning, plusieurs modes d activation: D autres Un - collisions piège sources à ions avec RF un d ionisation hexapolaire gaz (SRI-CAD), facilement au sein d une adaptables: cellule (10-3 mbar) -Agrégats - excitation relaxation/thermalisation métalliques par Infrarouge formés (IRMPD des par ions Vaporisation à par longueur collisions d onde Laser, avec variable), l Argon, --- excitation Fragmentation MALDI, etc par capture des ions électronique par collisions (ECD). avec l Argon, - Réaction ion/molécule, Solvatation des ions,

34 Vibration N: signature de l interaction Métal-N [Fe III -heme(n)] +,: 1842 cm -1 heme = undecapeptide microperoxidase (MP11). [Fe II -hemeh(n)] +,: 1720 cm -1 Sélection (quadrupole) + 14/15 N ESI [Fe II -hemeh] +, (m/z 617) [(N)Fe II -hemeh] + Hexapole

35 Deux modes d activation spécifiques (e - + IR): contrainte pour la focalisation laser e - IR e - IR

36 Recouvrement faisceau IR / ions Trajectoire des ions dans la cellule ICR est complexe. B Faisceau IR focalisé avec un miroir sphérique, focale 2m. ø 1.37, 1.09, 0.86 et 0.66 mm à 1130, 1360, 1598, and 1832 cm -1, respectivement. J.M. Bakker et al. J.Phys.Chem. A 2008

37 MÉCANISME D ACTIVATIN SPÉCIFIQUE PAR ABSRPTIN RÉSNANTE INFRARUGE

38 Mécanisme d absorption des multiples photons IR? C est un phénomène dit «incohérent». «This method (IRMPD) employs an intense infrared laser to resonantly pump vibrational energy into the molecule in a noncoherent fashion, until it has sufficient energy to dissociate.» R. C. Dunbar, D. T. Moore, et J. omens, J. Phys. Chem. A 2006, 110, Energie V=2 V=1 V=0 Potentiel Harmonique Potentiel Anharmonique Distance C-X

39 Comment continuer le processus d absorption? En redistribuant l énergie absorbée dans le mode vibrationnel sonde vers les autres modes de vibration: Intramolecular Vibrational Redistribution (IVR) Energie Absorption V=0 -> v=1 IVR V=1 -> v=0 t~ns Distance C-X

40 Mécanisme IRMPD: une image (trop) simple. Energie du mode sondé Comme en CID dans des conditions de basse énergie, on a un chauffage lent de ions, et l énergie se redistribue dans l ion entre deux collisions (photons absorbés en IRMPD) V=1 IR IVR IR IVR V=0 Energie interne de l ion 0 hn 2hn Voir G. von Helden, ptics Express 4, 46 (1999)

41 PERFRMANCES, RESLUTIN

42 Formation et réarrangement des ions a n et b n : structure et énergétique NH 2 R NH R H NH 2 R NH R R NH NH NH R R Proton Transfer H Protonated oxazolone or Protonated diketopiperazines R Fragmentation H NH R NH NH 2 R NH R b 2 -ion (acylium?) Yalcin, Csizmadia, Peterson, Harrison, J. Am. Soc. Mass Spectrom. 1996, 7, 233 Cordero, M. M.; Houser, J. J.; Wesdemiotis, C. Anal. Chem. 1993, 65, H NH R R NH NH R H

43 Spectroscopie d ions b 2 de peptides tryptiques protonnés YI - GSR b 2 Exp. H 2 N CH NH H 3 N CH N A (+7.5) B (10.2) H A: N-ring protonated oxazolone B: N-ter protonated oxazolone H C (0.0) C: Diketopiperazine (Most stable) Two strong features predicted (C and CN stretches) at cm -1 : no signal observed. b 2 is oxazolone; same conclusion for other doubly charged tryptic peptides: YGGFLR, and YIYGSFK Bythell, Erlekam, Paizs, Maitre ChemPhysChem, 2009, 10, 883.

44 Amplification de la fragmentation IRMPD avec un laser auxiliaire à C 2 : m/z 262 ptyr(h+) -> m/z 216 C only 2 I P only I P + C ms IR Phosphotyrosine [ptyr+h] + P, en résonance avec bande -H, trop peu intense pour induire la fragmentation Amplification avec P+C m/z Le temps d irradiation du C 2 est ajusté pour être au seuil de fragmentation. Si absorption de quelques photons P => fragmentation. Le laser à C 2 est synchronisé avec l P (délai ~ ms) P at 25 Hz C 2 laser

45 Caractérisation d un site de protonation: laser auxiliaire à C 2 indispensable Fragment b 2 of doubly protonated YIGSR ssym. NH 2 as. NH 2 H Avec la combinaison P+C 2, la sensibilité est suffisante pour révéler la signature IR du site de protonation du cycle: Bande à 3445 cm -1 Elongation asymmétrique N-H du NH 2 (as. st. NH 2 ). N du cycle protoné + N terminal protoné +

46 IRMPD avec un laser à C 2 Laser à C 2 : longueur d onde fixe 10.6mm (943 cm -1 ). Ceci correspond une bande d absorption du phosphate. Exploitation: Amplification du signal de la fragmentation d un analyte (flavonoïde) en formant un complexe Cu 2+ (flavonoïde)(chromophore à C 2 ) chromophores à C 2 Leurs spectres d absorption IR J.S. Brodbelt and coworkers, Anal. Chem. 2004

47 INTÉGRATIN DE LA MBILITÉ INIQUE ET DE L ACTIVATIN IR À LA MS/MS

48 Intégration de la mobilité ionique (IMS) et de l activation IR à la MS/MS Mobilité Ionique (Ion Moblity Spectrometry (IMS)): séparation des ions en fonction de leur rapport («forme 3D»/Charge) Peut-on aller plus loin? MS/MS sur les ions sélectionnés en IMS? IMS-Activation-IMS: analyse par IMS des fragments d ions sélectionnés en IMS Intérêt de l intégration de l IMS et de l IR? Augmenter le pouvoir de résolution: activation spécifique d ions sélectionnés en IMS IMS et IR: deux dimensions d analyse structurale

49 Vers la spectroscopie d isomères sélectionnés par IMS Couplages IMS et Lasers: Première: Dugourd, Jarrold and coworkers, J. Chem. Phys. 1999, 111, IMS+UV: Reilly, Clemmer and coworkers, JASMS 2011, 22, 1477 IMS+UV/IR: Rizzo and coworkers, Faraday Discuss. 2011, 150, 243 IMS+UV: Bieske and coworkers, PCCP 2013, 15, 9540 Sur notre QIT (Bruker Esquire) Differential Ion Mobility Spectrometry (DIMS) Développé par Gary L. Glish (Chapel Hill, NC, USA) en collaboration avec Bruker Spray IR FEL beam DIMS 1 RF Asym CV 1

50 Mise en œuvre: séparation de monosaccharides (ionisés avec Li +, Na +, K + ) β-glucose α-glucose α-mannose Chromatogramme DIMS Mélange Na + (H 2 )(MeaMan) Na + (H 2 )(MebGlu) Na + (H 2 )(MeaGlu) CV

51 IRMPD Efficiency Sélection DIMS puis spectroscopie Infrarouge 1a) Li + (H 2 )(MebGlu) 1b) Li + (H 2 )(MeaGlu) Spectres Infrarouges de référence (ESI) Li + (H 2 )(MebGlu), Li + (H 2 )(MeaGlu), Li + (H 2 )(MeaMan). Quelles bandes dans cette gamme? 6 bandes d élongations H (sucre et H 2 ). Multiples bandes (faibles) CH (3000 cm -1 ) 1c) Li + (H 2 )(MeaMan) Sensibilité suffisante? Bon rapport S/N avec DIMS-MS/MS-IRMPD Wavenumber (cm -1 ) Bande à ~3400 cm -1 (a/b-glucose) Signature (=>activation IR spécifique)? Signature de quoi? Modélisation: Structure et Spectre IR des isomères.

52 DIMS et IRMPD: deux dimensions ajoutées à la spectrométrie de masse Aspect Fondamental: Structure de l ion (informations IMS<->IR) Ion Mobility Li + (MeaGlu)(H 2 ) (exp vs calc) Li + (MeaMan)(H 2 ) (exp vs calc) IR spectroscopy (cm -1 ) Mass Spectrometry (m/z) Aspect Analytique: Activation spécifique IR => Augmenter le pouvoir résolutif

53 Collaborateurs / Utilisateurs Allemagne. Dopfer (Berlin) G. Niedner-Schatteburg (Kaiserslautern). Hampe (Karlsruhe) Italie P. Tosi (Trento) S. Fornarini, M.E. Crestoni (Rome) S. Piccirillo, A. Giardini (Rome) A. Filippi, M. Speranza (Rome) République Tchèque D. Schröder (Prague) J. Roithova (Prague) J. Zabka (Prague) Belgique V. Gabelica, F. Rosu, E. DePauw (Liège) Suède R.A. Zubarev (Uppsala) Pologne T. Pedzinski (Poznan) Portugal T. Correia (Lisbonne) Royaume Uni Z. Takats (Londres) B. Paizs (Bangor) Turkey A. E. Atik, T. Yalcin (Urla, Izmir) Canada P.M. Mayer (ttawa) T.B. McMahon (Waterloo) T.D. Fridgen (NewFoundlands) U.S.A P.B. Armentrout (Salt Lake City) V.H. Wysocki (Tucson) R. Metz (Amherst) Brésil J.M. Riveros (Sao Paulo) Argentine G. Pino (Cordoba) G.M. Cabrera (Buenos Aires) Australie R. Hair (Melbourne) France G. Frison, G. hanessian, J. Chamot-Rooke (Palaiseau) G. Grégoire, C. Desfrançois, J.-P. Schermann (Villetaneuse) J.-Y. Salpin (Evry) C. Joblin, A. Simon (Toulouse) I. Compagnon, P. Dugourd (Lyon) A. Giuliani (Gif-sur-Yvette) R. Thissen (Grenoble) E. Renault, J.-Y. Le Questel (Nantes) C. Policar, E. Anxolabéhère (Paris) M.C. Schermann (rsay) A. Zehnacker (rsay)

54 rsay: Jean-Michel rtega Debora Scuderi Imen Defferard (Technicienne) Vincent Steinmetz (Ingénieur) scar Hernandez (Doctorant) Frédéric da Costa (Mécanique) Raymond Herren (Electronique) Bernard Rieul (Pilotage) Remerciements Financial Support: European Commission, 6 th framework program Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université Paris Sud (UPSud) Agence Nationale pour la Recherche (ANR) Former group members: Sylvere Durand Joost M. Bakker Undine Erlekam Rajeev K. Sinha Maximiliano Rossa Heidelberg Béla Paizs Ben Bythell (Post-Doc) Chapel Hill, NC, USA Gary L. Glish Samantha Isenberg (Doctorant)

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Prof. Marc HENRY Chimie Moléculaire du Solide Institut Le Bel, 4, Rue Blaise Pascal 67070 Strasbourg Cedex, France Tél: 03.68.85.15.00 e-mail:

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie laser

Nouvelles techniques d imagerie laser Nouvelles techniques d imagerie laser Les chimistes utilisent depuis longtemps les interactions avec la lumière pour observer et caractériser les milieux organiques ou inorganiques. La présence, dans la

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique Yves LEROYER Enjeu: réaliser physiquement -un système quantique à deux états 0 > ou 1 > -une porte à un qubitconduisant à l état générique α 0 > +

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Propriétés électroniques des composés PbX 3 CH 3 NH 3 (X=Cl, Br, I) utilisés en photovoltaïque et photocatalyse. Une analyse fondée sur la DFT

Propriétés électroniques des composés PbX 3 CH 3 NH 3 (X=Cl, Br, I) utilisés en photovoltaïque et photocatalyse. Une analyse fondée sur la DFT Propriétés électroniques des composés PbX 3 CH 3 NH 3 (X=Cl, Br, I) utilisés en photovoltaïque et photocatalyse. Une analyse fondée sur la DFT Tangui LE BAHERS 3 Mars 2015 1 ière Journées Pérovskites Hybrides

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Une ligne VUV au Serveur Laser du Centre Laser de l Université Paris-Sud

Une ligne VUV au Serveur Laser du Centre Laser de l Université Paris-Sud UVX 2008 (2009) 1 6 C EDP Sciences, 2009 DOI: 10.1051/uvx/2009002 Une ligne VUV au Serveur Laser du Centre Laser de l Université Paris-Sud C. Alcaraz 1,2, V. Carniato 2, F. Lecadre 2, P. Çarçabal 2,3,

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 1 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Les impulsions laser sont passées en quarante ans de la

Les impulsions laser sont passées en quarante ans de la Toujours plus court : des impulsions lumineuses attosecondes Les impulsions laser «femtoseconde» sont devenues routinières dans de nombreux domaines de la physique. Elles sont exploitées en particulier

Plus en détail

Génération d harmoniques d ordre élevé en régime de forte focalisation à 100 khz

Génération d harmoniques d ordre élevé en régime de forte focalisation à 100 khz UVX 212, 22 (213) DOI: 1.151/uvx/21322 C Owned by the authors, published by EDP Sciences, 213 Génération d harmoniques d ordre élevé en régime de forte focalisation à 1 khz A. Cabasse, G. Machinet, C.

Plus en détail

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Chimie Industrielle (anciennement : Industries chimiques et pharmaceutiques)

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531)

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531) Unité Mixte du CNRS (UMR8531) Institut de Chimie Directeur : Keitaro NAKATANI (PU ENS Cachan) Courrier électronique : nakatani@ppsm.ens-cachan.fr http://www.ppsm.ens-cachan.fr Problématique générale :

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

Photoactivatable Probes for Protein Labeling

Photoactivatable Probes for Protein Labeling Photoactivatable Probes for Protein Labeling THÈSE N O 4660 (2010) PRÉSENTÉE LE 26 MARS 2010 À LA FACULTÉ SCIENCES DE BASE LABORATOIRE D'INGÉNIERIE DES PROTÉINES PROGRAMME DOCTORAL EN CHIMIE ET GÉNIE CHIMIQUE

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Fiche professeur L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Thème : Observer, ondes et matières Analyse spectrale Type de ressource : Documents de formation en spectroscopies IR et RMN, pistes d activités

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE

ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE ETUDE QUANTITATIVE D UN LASER PULSE A LIQUIDE APROTIQUE POLAIRE Abstract. It is first demonstrated how it is possible to calculate the amplification coefficient of a laser medium from the efficiency slopes

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique

Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique Projet tutoré en laboratoire : Année 2009/2010 Miradji Faoulat Barnaoui Serine Ben Abdeljellil Wael Encadrant : Mr. Anders Kastberg 1 Remerciement

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Céline Croutxé-Barghorn Département de Photochimie Générale, CNRS-UMR

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier Procédés plasmas à faisceau d ions P.Y. Tessier Institut des Matériaux Jean Rouxel, CNRS Groupe des plasmas et des couches minces Université de Nantes Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique

Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique Patrick DUPEYRAT 1,2*, Hervé PABIOU 2, Gérald KWIATKOWSKI 3 MENEZO 2,4 et Christophe 1 Fraunhofer-Institut

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Par spectrophotométrie on peut : - déterminer la concentration d'une espèce chimique colorée en solution à partir de l'absorbance. - suivre la cinétique

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech BICNanoCat Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech ANR BICNanoCat DAS Concerné : Énergie Environnement Appel à projets : réduction des émissions

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

Journée d information du 22 novembre 2011 COPYRIGHT

Journée d information du 22 novembre 2011 COPYRIGHT Enjeux et objectifs du projet 1 Réduire les pressions environnementales et les risques potentiels pour la santé des opérateurs ainsi que la pénibilité des tâches Visé 20 à 30% de réduction d énergie, produits

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi Produits 2015-2016 GYROSCANFIELD Le Gyroscanfield permet de mesurer et de visualiser en 3D et en temps réel le rayonnement électromagnétique d un objet sous test de manière simple et rapide. Il est fabriqué

Plus en détail

Principe ALARA mis en place lors de la phase de conception des cyclotrons. Ch. Bouvy; J-M. Geets; B. Nactergal 11/06/14

Principe ALARA mis en place lors de la phase de conception des cyclotrons. Ch. Bouvy; J-M. Geets; B. Nactergal 11/06/14 Principe ALARA mis en place lors de la phase de conception des cyclotrons Ch. Bouvy; J-M. Geets; B. Nactergal 11/06/14 Table des matières Société IBA Vue d ensemble Procédure Product Life Management (PLM)

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE

CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE UNIVERSITE HASSAN II ECOMEC ECOMAT FACULTE DES SCIENCES AIN CHOCK Bouznika 11 15 Mai 2010 -CASABLANCA LABORATOIRE DE MECANIQUE CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE A.OUBARRA I Introduction * Energies renouvelables.

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Les lieux. Trajet - RER B. 20 km. Qu est-ce qu on fait au LPQM? La croix de Berny. Châtenay-Malabry. La salle de Manip. Le bureau

Les lieux. Trajet - RER B. 20 km. Qu est-ce qu on fait au LPQM? La croix de Berny. Châtenay-Malabry. La salle de Manip. Le bureau Trajet - RER B Paris 20 km La salle de Manip La croix de Berny Les lieux Le bureau Châtenay-Malabry Le Laboratoire de Photonique, Quantique et Moléculaire Qu est-ce qu on fait au LPQM? On y étudie la photonique

Plus en détail

Théorie des multiplets! appliquée à! la spectroscopie d ʼabsorption X!

Théorie des multiplets! appliquée à! la spectroscopie d ʼabsorption X! Théorie des multiplets! appliquée à! la spectroscopie d ʼabsorption X! Marie-Anne Arrio, Amélie Juhin! Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés, Paris! 1! Rappel : défini-on des seuils

Plus en détail

De l effet Kondo dans les nanostructures à l électronique de spin quantique. Pascal SIMON

De l effet Kondo dans les nanostructures à l électronique de spin quantique. Pascal SIMON De l effet Kondo dans les nanostructures à l électronique de spin quantique Pascal SIMON Activités de recherche Etude de systèmes d électons fortement corrélés à l'échelle méso-nano Transport dans les

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome PHYSIQUE-CHIMIE Ce sujet traite de quelques propriétés de l aluminium et de leurs applications. Certaines données fondamentales sont regroupées à la fin du texte. Partie I - Propriétés de l atome I.A -

Plus en détail

Le signal GPS. Les horloges atomiques à bord des satellites GPS produisent une fréquence fondamentale f o = 10.23 Mhz

Le signal GPS. Les horloges atomiques à bord des satellites GPS produisent une fréquence fondamentale f o = 10.23 Mhz Le signal GPS Les horloges atomiques à bord des satellites GPS produisent une fréquence fondamentale f o = 10.23 Mhz Deux signaux en sont dérivés: L1 (fo x 154) = 1.57542 GHz, longueur d onde = 19.0 cm

Plus en détail

Quick start. Pulsar ellipse 300/500/650/800/1200. Pulsar ellipse premium 500/650/800/1200

Quick start. Pulsar ellipse 300/500/650/800/1200. Pulsar ellipse premium 500/650/800/1200 Quick start Pulsar ellipse 300/500/650/800/1200 Pulsar ellipse premium 500/650/800/1200 Using the additional functions available on your Pulsar ellipse Utilisation des fonctions additionnelles de votre

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules THÈSE N O 4034 (2008) PRÉSENTÉE le 30 mai 2008 À LA FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES

Plus en détail

Les activités de Recherche et Développement sur les sources d ions au LPSC

Les activités de Recherche et Développement sur les sources d ions au LPSC Les activités de Recherche et Développement sur les sources d ions au LPSC 1. Introduction aux Source d ions ECR 2. Booster de Charge 3. LBE Spiral2 et source d ions lourds Q/A=1/3 4. R&D 60 GHz 5. Projet

Plus en détail