Activation Spécifique: Spectroscopie Infrarouge intégrée à la spectrométrie de masse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Activation Spécifique: Spectroscopie Infrarouge intégrée à la spectrométrie de masse"

Transcription

1 Activation Spécifique: Spectroscopie Infrarouge intégrée à la spectrométrie de masse Philippe Maître Université Paris Sud, rsay Ecole FT-MS Dammarie-les-Lys, 1 er Avril 2013

2 Laser Infrarouge intégré à la spectrométrie de masse: Activation Spécifique et Spectroscopie Bruker Esquire QIT Bruker Apex IV Hybrid FT-ICR Plateforme SMAS: Spectrométrie de Masse, Analyses et Spectroscopies Membre du Réseau National de Spectrométrie de Masse FT-ICR à très haut champ, fédération de recherche CNRS (FR 3624) Spécificité de notre site d accueil: activation spécifique des ions par infrarouge

3 RAPPELS DE SPECTRSCPIE IR

4 Mouvements de vibration du formaldéhyde (H 2 C) Les noyaux des molécules bougent. Ce mouvement apparemment désordonné est une combinaison de modes propres, on parle aussi de vibrations moléculaires Chaque atome portant une charge ponctuelle, on a des dipôles électriques oscillant pouvant donc émettre ou absorber un rayonnement électromagnétique.

5 Vibration Moléculaire = scillateur harmonique E = ½ kx 2 = ½ k(r-r 0 ) 2 k: constante de force r 0 : distance d équilibre x: déplacement par rapport à l équilibre Mécanique Quantique: Energie est quantifiée (nombre quantique v=0, 1, 2, ) E v = hn (v+1/2) Energie h: constante de Planck, n fréquence de vibration (Hz) scillateur Harmonique E = ½ kx 2 Energie réelle (Morse) Est anharmonique V=3 V=2 V=1 V=0 0 x r C C + r

6 Energie Absorption infrarouge Domaines de l infrarouge Loi de Beer Lambert IR Etat initial V=0 V=1 E(fonda, v=0) + hn E(excité, v=1) => n excite la molécule si résonance Etat final Flux incident I 0 Flux transmis I -logi/i 0 = Absorbance A(l)= e(l).l. C e(l) : coefficient d'extinction molaire c : concentration molaire volumique l : longueur de la cuve contenant la solution

7 Spectre infrarouge de vibration du formaldéhyde (H 2 C) Unités utilisées: E = h n = h * C * 1/l = h * C * n où l est la longueur d onde (mm) où n est le nombre d ondes / cm CH 2 Rock 1234 cm -1 C stretch 1778 cm -1 CH asym. stretch 2809 cm -1 CH 2 Wag. CH 2 Bend 1175 cm cm -1 CH sym. stretch 2754 cm -1

8 Bande C= Carbonyle : effets électroniques et de tension de cycle ~1660 ~ ~ ~1810 ~ ~1870 Effets inductifs attracteurs : ν C= Effets mésomères (résonance) : ν C= Lactones: effet de la conjugaison et de tension de cycle

9 Bande C= Carbonyle : effet de la liaison hydrogène Libre (solvant aprotique ou phase gazeuse) 1788 ~ Phase Liquide: Liaisons Hydrogène = large bande

10 SPECTRSCPIE D INS: QUELQUES ILLUSTRATINS

11 Spectroscopie d ions: sonder la coordination d un cation métallique Agrégats Ni + (H 2 ) n : Spectre de masse Référence: bandes H de H 2 libre à 3657 and 3756 cm -1 ). Jusqu à n=3, léger décalage vers le rouge Pour n > 3, bandes H < 3400 cm -1 => Liaisons H, 2 nde couche de solvatation M.A. Duncan et al. JACS 2005, 127, 16599

12 Fragmentation de peptides par CID permet de dériver la séquence Nomenclature: P. Roepstorff et al. J. Biomed. Mass Spectrom Mécanisme de fragmentation?

13 Formation et réarrangement des ions a n et b n : structure et énergétique H R R Dans des conditions de collisions (CID): - Transfert(s) de protons - Fragmentation (a/x, b/y fragments) NH 2 R NH NH R NH NH R H Et aussi une chimie riche avec des réarrangements (concertés ou non) de type addition/élimination via: - Des sites Nucléophiles - Des sites électrophiles Transfert de proton Fragmentation R H R NH 2 NH NH NH NH H R R R a 2 -ion b 2 -ion (imminium?) (acylium?)

14 Ions fragments a n : formation et réarrangement / CID b CID 17.6 a 2 +C 0.0 kcal/mol Imine-Amide Structure permutée Lowest energy a 2 a 2 a 3 a 3 a 4 a 4

15 Ion fragment a 2 de [GGG+H] + : Isomère(s) formé(s)? Energies relatives (kcal/mol) Bythell, Maître, Paizs, JACS. 2010, 132, Un (cyclique) ou deux isomères formés? Avec des conditions expérimentales similaires (K.W M. Siu and co-workers, JPC. Lett. 2010, 1, 868), il a été proposé que l isomère permuté est aussi formé.

16 Mise en évidence de 2 isomères: Signature IR de l isomère permuté Isomérisation cyclique -> permuté»: le point clé est une énergie d activation associée à un transfert de proton 1,3. Transfert de proton 1,3 peut être catalysé (groupe aromatique de la tyrosine (15.5 vs 32.1 kcal/mol, Bythell et al, IJMS 2012, 316-8, 227) ou Phe (IJMS, 2012, , 254) A (0.0) C (-17.6) D (-0.6) E (-20.4) (9.0) TS 1,3-PT (15.5) (5.4) Asymmetric NH 2 stretch ~3530 cm -1 :signature IR du réarrangement des a n : voir aussi Wassermann; Boyarkin; Paizs; Rizzo, JASMS 2012, 23, 1029

17 ECD: un mode de fragmentation spécifique Fragmentation d un peptide induite par capture électronique ou Electron Capture Dissociation (ECD). H 2 3 P- NH + 3 R 1 R 2 R 3 R 4 H -- N --- C --- C --- N --- C --- C --- N --- C --- C --- N --- C -- CH H H H H H H H c 2 z 2 ECD: Fragmentation spécifique selon la chaîne peptidique, préserve en particulier l information relative aux Modifications Post-Traductionnelles (PTM).

18 Mécanisme de fragmentation induite par capture électronique (ECD): spectroscopie des ions c n+. (+) R N H R', H+ ECD H (+) or (+) NH enol imine amide NH 2 Formation d ions c en ECD d un peptide doublement chargé Formation d ions c n + de type amide et non enol-imine par ECD Exp ion c Exp réf. Amide Calc. Enol-Imine Enol-Imine (C=N) Calc. Amide Amide (C=) Wavenumber (cm -1 ) G. Frison et al. J. Am. Chem. Soc. 2008, 130, Bande à 1731 cm -1 : stretch C= Démontre qu un amide est formé

19 QUELQUES DATES ASSCIÉES AU DÉVELPPEMENT DE L IRMPD

20 1978: Première mise en évidence de l IRMPD dans des conditions FT-ICR «There are many possible extensions and applications of the present results Numerous aspects of the photophysics of multiphoton absorption processes can be studied, including collisional energy relaxation rates and IR emission lifetimes. Infrared absorption spectra of gas phase ions can be obtained by monitoring dissociation or by observing modified reaction rates as a function of wavelength. The low power requirements (<0.5 W cm-2) imply that a wide range of available infrared lasers can be employed. Because of the slow nature of the process, the potential energy surface available to the decomposing molecule is thoroughly sampled below (but not above) the lowest energy decomposition pathway. This offers intriguing possibilities for mechanistic studies. In addition one can selectively heat ions and observe dissociation processes in cases where elevated temperatures would lead to degradation of neutral precursors (e.g., polypeptides) prior to ionization.»

21 Spectroscopie d ions basé sur une fragmentation induite par absorption IR => Besoin de lasers intenses et accordables 1978: C 2 laser, fixed photon energy at 940 cm -1. First evidence for IRMPD under Tandem Mass Spectrometry conditions J.L. Beauchamp and coworkers, JACS 1978, 100, IR IR IR Ion Ion* (v=1) Fragment + Molecule IR IVR IR IVR 1985: IR spectra / cm -1 range. P or DFG laser systems, limited to weakly bound ions. NH and H stretching region => H-bonding network Y.T. Lee and coworkers, J.Chem.Phys. 83, 3705 (1985) 2000, IR Fingerprint Spectra / cm -1 range. Two IR Free Electron Lasers (FELs) available worldwide. At FELIX, J. omens et al, Astrophys. J. 2000, 542, 404. At CLI/FTICR, J. Lemaire et al, Phys. Rev. Lett. 2002, 89,

22 Y.T. Lee : spectroscopie du proton hydraté (H 3 ) + (H 2 ) n

23 MISE EN ŒUVRE DE LA SPECTRSCPIE IRMPD

24 Spectroscopie d ions IRMPD: Implémentation simple Ionisation Mass Selection Fragmentation Ion Detection Fragmentation induite par absorption résonante de multiple photons IR Abundance m/z n sonde le rendement de fragmentation en fonction de la longueur d onde IR Très peu de modifications sur le spectromètre de masse: Accès optique, Synchronisation de l obturateur du laser avec la séquence MS/MS Utilisation du système de contrôle standard: mode chromatogramme. N varie linéairement avec le temps => «chromatogramme=spectre IR»

25 Comment construit-on le spectre IRMPD? b 5 b b 4 5 a a 4 b 5 ion of GGGGGR + 5 a * 4 a 5 b 3 H b 3 2 a * 3 NH b 2 3 a 2 * 1,5 5 1 ln Parent Parent Fragments Fragments Parent , Irradiation time (msec) Wavenumber / cm Acquisition et extraction du TIC en «mode profile» Comment dériver un spectre infrarouge: E.R. Williams and coworkers, JASMS 2010, 21,

26 CLI : un laser à électrons libres (LEL) dans l infrarouge basé à RSAY LEL parfaitement adapté pour l IRMPD (dissociation induite par absorption de plusieurs photons IR) et la spectroscopie. Deux façons d accorder la longueur d onde: - Ajuster l énergie du faisceau d électrons (16-45 MeV), - Ajuster le champ magnétique (Gap de l onduleur) Un tir à 40 MeV -> 800 à 1600 cm -1 Un spectre IR cm -1 -> 1 heure LEL CLI ( cm -1 ) puissance ~1W Largeur de bande relative Dl/l (fwhm) ~0.3% 8 ms 40 ms macroimpulsion 1-2 ps 16 ns Laser pulsé à 25 Hz time

27 Laser de table paramétrique infrarouge P/PA Basés sur les propriétés optiques non-linéaires de cristaux: KTP, KTA, LiInS 2, AgGaSe 2 scillateur Paramétrique ptique Amplificateur Paramétrique ptique 532 nm P signal (not used) PA cm -1 DFM cm nm LaserVision (Dean Guyer)

28 Spectroscopie IRMPD d ions avec un piège à ions quadripolaire (Bruker Esquire 3000+) IR beam CLI (1)modified ring electrode (2)&(3)endcap electrodes Très bon recouvrement laser/paquet d ions: une seule impulsion laser (8 ms) est parfois nécessaire

29 Réactions de couplage croisé catalysées par Pd: l espèce catalytique est [Pd(0)] Les réactions de couplage croisé (Prix nobel de Chimie 2010) sont essentielles pour la création de liaisons C-C, C-N, C- et C-S Peuvent être catalysées par des complexes de Palladium Quelle est l espèce catalytique? Un complexe L-Pd(0)-L à 14-électron. 1ère étape: addition oxydante de R 1 -X dernière étape: élimination réductrice de R 1 -R 2 Un point importante: Comment générer le complexe L-Pd(0)-L à 14 e - dans des conditions douces?

30 Réaction de couplage croisé catalysée au Pd: Rôle du carbonate C 3 2-? Mise en évidence récente que cette réaction peut être effectuée à température ambiante avec un complexe précurseur stable de Pd(II) et un carbonate C Rôle du C 3 2-? Coordination à Pd? Si oui, mode de coordination? MS/MS + IRMPD ou 1 2 NMR rtiz et al, rganometallics 2012, 31, 5975

31 Spectrométrie de masse: Formation de Pd-C 3 2- mise en évidence? Sim. Exp.

32 Coordination mode of C 3 2- to Pd? Dans nos conditions expérimentales, on observe toujours une distribution de Boltzmann (~300 K) des isomères Chimie quantique: indispensable à la modélisation (structure, énergétique, spectres UV, IR, ) Quelle méthode (approchée) choisir? L expérience reste une référence, un guide. rtiz et al, rganometallics 2012, 31, 5975 Spectre IRMPD vs Spectres d absorption IR calculés Exp. IRMPD Calc. 1 Calc Wavenumber (cm -1 ) Sym: 1258 cm -1 Asym: 1642 cm cm -1

33 Spectroscopie IRMPD avec un spectromètre haute résolution FTICR «hybride» Une filtre source de masse d ionisation quadripolaire: de type ElectroSpray Sélection en (et masse nanoelectrospray) + Cellule ICR, Piège à ions de Penning, plusieurs modes d activation: D autres Un - collisions piège sources à ions avec RF un d ionisation hexapolaire gaz (SRI-CAD), facilement au sein d une adaptables: cellule (10-3 mbar) -Agrégats - excitation relaxation/thermalisation métalliques par Infrarouge formés (IRMPD des par ions Vaporisation à par longueur collisions d onde Laser, avec variable), l Argon, --- excitation Fragmentation MALDI, etc par capture des ions électronique par collisions (ECD). avec l Argon, - Réaction ion/molécule, Solvatation des ions,

34 Vibration N: signature de l interaction Métal-N [Fe III -heme(n)] +,: 1842 cm -1 heme = undecapeptide microperoxidase (MP11). [Fe II -hemeh(n)] +,: 1720 cm -1 Sélection (quadrupole) + 14/15 N ESI [Fe II -hemeh] +, (m/z 617) [(N)Fe II -hemeh] + Hexapole

35 Deux modes d activation spécifiques (e - + IR): contrainte pour la focalisation laser e - IR e - IR

36 Recouvrement faisceau IR / ions Trajectoire des ions dans la cellule ICR est complexe. B Faisceau IR focalisé avec un miroir sphérique, focale 2m. ø 1.37, 1.09, 0.86 et 0.66 mm à 1130, 1360, 1598, and 1832 cm -1, respectivement. J.M. Bakker et al. J.Phys.Chem. A 2008

37 MÉCANISME D ACTIVATIN SPÉCIFIQUE PAR ABSRPTIN RÉSNANTE INFRARUGE

38 Mécanisme d absorption des multiples photons IR? C est un phénomène dit «incohérent». «This method (IRMPD) employs an intense infrared laser to resonantly pump vibrational energy into the molecule in a noncoherent fashion, until it has sufficient energy to dissociate.» R. C. Dunbar, D. T. Moore, et J. omens, J. Phys. Chem. A 2006, 110, Energie V=2 V=1 V=0 Potentiel Harmonique Potentiel Anharmonique Distance C-X

39 Comment continuer le processus d absorption? En redistribuant l énergie absorbée dans le mode vibrationnel sonde vers les autres modes de vibration: Intramolecular Vibrational Redistribution (IVR) Energie Absorption V=0 -> v=1 IVR V=1 -> v=0 t~ns Distance C-X

40 Mécanisme IRMPD: une image (trop) simple. Energie du mode sondé Comme en CID dans des conditions de basse énergie, on a un chauffage lent de ions, et l énergie se redistribue dans l ion entre deux collisions (photons absorbés en IRMPD) V=1 IR IVR IR IVR V=0 Energie interne de l ion 0 hn 2hn Voir G. von Helden, ptics Express 4, 46 (1999)

41 PERFRMANCES, RESLUTIN

42 Formation et réarrangement des ions a n et b n : structure et énergétique NH 2 R NH R H NH 2 R NH R R NH NH NH R R Proton Transfer H Protonated oxazolone or Protonated diketopiperazines R Fragmentation H NH R NH NH 2 R NH R b 2 -ion (acylium?) Yalcin, Csizmadia, Peterson, Harrison, J. Am. Soc. Mass Spectrom. 1996, 7, 233 Cordero, M. M.; Houser, J. J.; Wesdemiotis, C. Anal. Chem. 1993, 65, H NH R R NH NH R H

43 Spectroscopie d ions b 2 de peptides tryptiques protonnés YI - GSR b 2 Exp. H 2 N CH NH H 3 N CH N A (+7.5) B (10.2) H A: N-ring protonated oxazolone B: N-ter protonated oxazolone H C (0.0) C: Diketopiperazine (Most stable) Two strong features predicted (C and CN stretches) at cm -1 : no signal observed. b 2 is oxazolone; same conclusion for other doubly charged tryptic peptides: YGGFLR, and YIYGSFK Bythell, Erlekam, Paizs, Maitre ChemPhysChem, 2009, 10, 883.

44 Amplification de la fragmentation IRMPD avec un laser auxiliaire à C 2 : m/z 262 ptyr(h+) -> m/z 216 C only 2 I P only I P + C ms IR Phosphotyrosine [ptyr+h] + P, en résonance avec bande -H, trop peu intense pour induire la fragmentation Amplification avec P+C m/z Le temps d irradiation du C 2 est ajusté pour être au seuil de fragmentation. Si absorption de quelques photons P => fragmentation. Le laser à C 2 est synchronisé avec l P (délai ~ ms) P at 25 Hz C 2 laser

45 Caractérisation d un site de protonation: laser auxiliaire à C 2 indispensable Fragment b 2 of doubly protonated YIGSR ssym. NH 2 as. NH 2 H Avec la combinaison P+C 2, la sensibilité est suffisante pour révéler la signature IR du site de protonation du cycle: Bande à 3445 cm -1 Elongation asymmétrique N-H du NH 2 (as. st. NH 2 ). N du cycle protoné + N terminal protoné +

46 IRMPD avec un laser à C 2 Laser à C 2 : longueur d onde fixe 10.6mm (943 cm -1 ). Ceci correspond une bande d absorption du phosphate. Exploitation: Amplification du signal de la fragmentation d un analyte (flavonoïde) en formant un complexe Cu 2+ (flavonoïde)(chromophore à C 2 ) chromophores à C 2 Leurs spectres d absorption IR J.S. Brodbelt and coworkers, Anal. Chem. 2004

47 INTÉGRATIN DE LA MBILITÉ INIQUE ET DE L ACTIVATIN IR À LA MS/MS

48 Intégration de la mobilité ionique (IMS) et de l activation IR à la MS/MS Mobilité Ionique (Ion Moblity Spectrometry (IMS)): séparation des ions en fonction de leur rapport («forme 3D»/Charge) Peut-on aller plus loin? MS/MS sur les ions sélectionnés en IMS? IMS-Activation-IMS: analyse par IMS des fragments d ions sélectionnés en IMS Intérêt de l intégration de l IMS et de l IR? Augmenter le pouvoir de résolution: activation spécifique d ions sélectionnés en IMS IMS et IR: deux dimensions d analyse structurale

49 Vers la spectroscopie d isomères sélectionnés par IMS Couplages IMS et Lasers: Première: Dugourd, Jarrold and coworkers, J. Chem. Phys. 1999, 111, IMS+UV: Reilly, Clemmer and coworkers, JASMS 2011, 22, 1477 IMS+UV/IR: Rizzo and coworkers, Faraday Discuss. 2011, 150, 243 IMS+UV: Bieske and coworkers, PCCP 2013, 15, 9540 Sur notre QIT (Bruker Esquire) Differential Ion Mobility Spectrometry (DIMS) Développé par Gary L. Glish (Chapel Hill, NC, USA) en collaboration avec Bruker Spray IR FEL beam DIMS 1 RF Asym CV 1

50 Mise en œuvre: séparation de monosaccharides (ionisés avec Li +, Na +, K + ) β-glucose α-glucose α-mannose Chromatogramme DIMS Mélange Na + (H 2 )(MeaMan) Na + (H 2 )(MebGlu) Na + (H 2 )(MeaGlu) CV

51 IRMPD Efficiency Sélection DIMS puis spectroscopie Infrarouge 1a) Li + (H 2 )(MebGlu) 1b) Li + (H 2 )(MeaGlu) Spectres Infrarouges de référence (ESI) Li + (H 2 )(MebGlu), Li + (H 2 )(MeaGlu), Li + (H 2 )(MeaMan). Quelles bandes dans cette gamme? 6 bandes d élongations H (sucre et H 2 ). Multiples bandes (faibles) CH (3000 cm -1 ) 1c) Li + (H 2 )(MeaMan) Sensibilité suffisante? Bon rapport S/N avec DIMS-MS/MS-IRMPD Wavenumber (cm -1 ) Bande à ~3400 cm -1 (a/b-glucose) Signature (=>activation IR spécifique)? Signature de quoi? Modélisation: Structure et Spectre IR des isomères.

52 DIMS et IRMPD: deux dimensions ajoutées à la spectrométrie de masse Aspect Fondamental: Structure de l ion (informations IMS<->IR) Ion Mobility Li + (MeaGlu)(H 2 ) (exp vs calc) Li + (MeaMan)(H 2 ) (exp vs calc) IR spectroscopy (cm -1 ) Mass Spectrometry (m/z) Aspect Analytique: Activation spécifique IR => Augmenter le pouvoir résolutif

53 Collaborateurs / Utilisateurs Allemagne. Dopfer (Berlin) G. Niedner-Schatteburg (Kaiserslautern). Hampe (Karlsruhe) Italie P. Tosi (Trento) S. Fornarini, M.E. Crestoni (Rome) S. Piccirillo, A. Giardini (Rome) A. Filippi, M. Speranza (Rome) République Tchèque D. Schröder (Prague) J. Roithova (Prague) J. Zabka (Prague) Belgique V. Gabelica, F. Rosu, E. DePauw (Liège) Suède R.A. Zubarev (Uppsala) Pologne T. Pedzinski (Poznan) Portugal T. Correia (Lisbonne) Royaume Uni Z. Takats (Londres) B. Paizs (Bangor) Turkey A. E. Atik, T. Yalcin (Urla, Izmir) Canada P.M. Mayer (ttawa) T.B. McMahon (Waterloo) T.D. Fridgen (NewFoundlands) U.S.A P.B. Armentrout (Salt Lake City) V.H. Wysocki (Tucson) R. Metz (Amherst) Brésil J.M. Riveros (Sao Paulo) Argentine G. Pino (Cordoba) G.M. Cabrera (Buenos Aires) Australie R. Hair (Melbourne) France G. Frison, G. hanessian, J. Chamot-Rooke (Palaiseau) G. Grégoire, C. Desfrançois, J.-P. Schermann (Villetaneuse) J.-Y. Salpin (Evry) C. Joblin, A. Simon (Toulouse) I. Compagnon, P. Dugourd (Lyon) A. Giuliani (Gif-sur-Yvette) R. Thissen (Grenoble) E. Renault, J.-Y. Le Questel (Nantes) C. Policar, E. Anxolabéhère (Paris) M.C. Schermann (rsay) A. Zehnacker (rsay)

54 rsay: Jean-Michel rtega Debora Scuderi Imen Defferard (Technicienne) Vincent Steinmetz (Ingénieur) scar Hernandez (Doctorant) Frédéric da Costa (Mécanique) Raymond Herren (Electronique) Bernard Rieul (Pilotage) Remerciements Financial Support: European Commission, 6 th framework program Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Université Paris Sud (UPSud) Agence Nationale pour la Recherche (ANR) Former group members: Sylvere Durand Joost M. Bakker Undine Erlekam Rajeev K. Sinha Maximiliano Rossa Heidelberg Béla Paizs Ben Bythell (Post-Doc) Chapel Hill, NC, USA Gary L. Glish Samantha Isenberg (Doctorant)

CARACTÉRISATION DE MOLÉCULES BIOLOGIQUES EN PHASE GAZEUSE PAR SPECTROSCOPIE INFRA-ROUGE ROUGE. Michel MONS (SPAM/LFP - Saclay)

CARACTÉRISATION DE MOLÉCULES BIOLOGIQUES EN PHASE GAZEUSE PAR SPECTROSCOPIE INFRA-ROUGE ROUGE. Michel MONS (SPAM/LFP - Saclay) CARACTÉRISATION DE MOLÉCULES BIOLOGIQUES EN PHASE GAZEUSE PAR SPECTROSCOPIE INFRA-ROUGE ROUGE Michel MONS (SPAM/LFP - Saclay) MOLÉCULES BIOLOGIQUES EN PHASE GAZEUSE Spécificité des molécules biologiques

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse ENCPB, 2012 1 Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques du néon 20 et 22 (gaz). (Prix Nobel en 1906) 1938 : Premier spectre de masse d'une molécule

Plus en détail

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Cyril BARSU Laboratoire de Chimie Département des sciences de la matière Spectrométrie de masse - Actuellement, le secteur le plus dynamique

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse Principe Ionisation-Séparation-Détection Analyse d un échantillon pur : chromatographie préalable puis : Vide Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Désolvatation et ionisation de molécules biologiques par électronébullisation

Désolvatation et ionisation de molécules biologiques par électronébullisation Désolvatation et ionisation de molécules biologiques par électronébullisation Guillaume van der Rest Equipe «Spectrométrie de masse analytique» DCMR Ecole Polytechnique 91128 Palaiseau Cedex Plan Un peu

Plus en détail

Informations pour la présentation des données expérimentales

Informations pour la présentation des données expérimentales Informations pour la présentation des données expérimentales Sommaire 1. SPECTROMÉTRIE DE RMN... 1 2. SPECTROMÉTRIE DE MASSE... 1 2.1. Instrument... 1 2.1.1. VARIAN MAT 311 - Source impact électronique

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES INRA Centre de Recherche ANGERS - NANTES SERVICES DECONCENTRES D APPUI A LA RECHERCHE Service des Marchés Rue de la Géraudière Bâtiment Erdre BP 71627

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale Analyse spectrale 1 Spectroscopie UV-visible 1.1 Présentation des spectres UV-visible La spectroscopie est l étude quantitative des interactions entre la lumière et la matière. Lorsque la lumière traverse

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

ETUDE QUALITATIVE PAR SPECTROMETRIE INFRAROUGE ET RAMAN

ETUDE QUALITATIVE PAR SPECTROMETRIE INFRAROUGE ET RAMAN 1 ETUDE QUALITATIVE PAR SPECTROMETRIE INFRAROUGE ET RAMAN INTRODUCTION Les radiations infrarouges se situent dans la partie du spectre électromagnétique comprise entre la région visible et celle des micro-ondes.

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Prof. Marc HENRY Chimie Moléculaire du Solide Institut Le Bel, 4, Rue Blaise Pascal 67070 Strasbourg Cedex, France Tél: 03.68.85.15.00 e-mail:

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

UE 16b : spectroscopie optique. Marie-Pierre Gaigeot Professeur des Universités au laboratoire LAMBE

UE 16b : spectroscopie optique. Marie-Pierre Gaigeot Professeur des Universités au laboratoire LAMBE UE 16b : spectroscopie optique Marie-Pierre Gaigeot Professeur des Universités au laboratoire LAMBE LAMBE Laboratoire Analyse et Modélisation pour la Biologie et l Environnement, UMR-CNRS 8587, Université

Plus en détail

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire Théorie & applications F. Brau FP CNRS Avril 2009 Absorption multi-photonique Maria Göppert-Mayer Principe E hc 1931 Prédiction théorique Un atome

Plus en détail

1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs expérimentales

1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs expérimentales II. Simulations de dynamique moléculaire 1.Principe 2.Algorhithmes 3.Détail de mise en oeuvre 4.Analyse des simulations 5.Relation avec des grandeurs Relation avec la structrure (le modèle) expérimental(e)

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Etude par spectroscopie infrarouge operando de l effet de H 2 en oxydation de CO catalysée par Au/TiO 2

Etude par spectroscopie infrarouge operando de l effet de H 2 en oxydation de CO catalysée par Au/TiO 2 Réunion plénière, 1-3/12/2008, Bordeaux Etude par spectroscopie infrarouge operando de l effet de en oxydation de C catalysée par Au/Ti 2 Laurent PICCL IRCELYN, CNRS / Université de Lyon, France Helen

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie TSC II Analyse par Courants Thermostimulés L excellence en analyse thermique et en calorimétrie 2 TSC1I applications... Introduction Cette méthode particulière d Analyse Thermique utilise la MOBILITE MOLECULAIRE

Plus en détail

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique Chapitre 16 Particules identiques en physique quantique Addition de N spins ½ Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] Que peut-on dire du spin total d un ensemble de

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Observatoire astronomique de la Pointe du diable 2. Le coronographe de Lyot Le coronographe est un système optique assez complexe conçu pour observer les protubérances solaires en réalisant une sorte «d

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER Chapitre 2 LE LASER Objectifs : - Connaître le principe de fonctionnement du LASER - Connaître les différents types de LASER et les précautions liées à son utilisation - Connaître les applications médicales

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ Rayons Rayons X Ultra-violets Infra-rouges Micro-ondes Ondes radio 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Définitions * hυ hυ La fluorescence ou luminescence est l émission d énergie

Plus en détail

Atome et lumière. Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. Les deux atomes les plus abondants dans l Univers

Atome et lumière. Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. Les deux atomes les plus abondants dans l Univers Atome et lumière Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. electron proton Hydrogène (H) Les deux atomes les plus abondants dans l Univers Hélium (He) et l essentiel de l information que nous en recevons

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

Résumé de cours : Spectres Infrarouge

Résumé de cours : Spectres Infrarouge Résumé de cours : Spectres Infrarouge I. Introduction : Le rayonnement infrarouge (IR), invisible à l œil nu, est situé dans domaine de longueur d onde supérieur à 800 nm. Lorsqu un échantillon est traversé

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

Observer TP Analyse spectrale ANALYSE SPECTRALE

Observer TP Analyse spectrale ANALYSE SPECTRALE OBJECTIFS ANALYSE SPECTRALE Préparation d une solution par dilution, réalisation d un spectre uv- visible et interprétation Utilisation des spectres IR I ) SPECTRE UV-VISIBLE Cette spectroscopie fait intervenir

Plus en détail

BCPST 2, Lycée JB Say, Paris PHYSIQUE-CHIMIE CAHIER DE TEXTE 2012/2013

BCPST 2, Lycée JB Say, Paris PHYSIQUE-CHIMIE CAHIER DE TEXTE 2012/2013 PHYSIQUE-CHIMIE CAHIER DE TEXTE 2012/2013 1 Semaine 1 : du Mardi 4 au Vendredi 7 Septembre 2012 Jeudi 06/09 (2h de cours en classe entière) Accueil rentrée : présentation générale (0h40) Cours (1h20) :

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

1.Présentation du phénomène physique d émission atomique

1.Présentation du phénomène physique d émission atomique analysechimiq/photons/emission-atom JF Perrin maj novembre 2006 page 1/5 Photométrie d émission atomique 1.Présentation du phénomène physique d émission atomique 1.1définition de l émission atomique L

Plus en détail

Notice biographique Repères biographiques communs. Grade : Professeur des Universités (PR2 5ème échelon)

Notice biographique Repères biographiques communs. Grade : Professeur des Universités (PR2 5ème échelon) Nom : DEL FATTI Corps : Professeur des universités Notice biographique Repères biographiques communs Prénom : NATALIA Grade : Professeur des Universités (PR2 5ème échelon) Section : 30 Equipe de recherche

Plus en détail

EXERCICE I. Altitude en mètre

EXERCICE I. Altitude en mètre EXERCICE I L exercice I est composé de 4 problèmes indépendants. La disparition des ampoules à incandescence s explique par le très mauvais rendement de cette technologie (de l ordre de 5 %). Ces ampoules

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Sources cohérentes de laboratoire dans l extrême ultraviolet

Sources cohérentes de laboratoire dans l extrême ultraviolet Sources cohérentes de laboratoire dans l extrême ultraviolet Thierry Ruchon (1) (thierry.ruchon@cea.fr), Pascal Salières (1), Philippe Zeitoun (2) et Stéphane Sebban (2) (1) Service de physique des atomes

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES T.T. Nguyen, L. Barandiaran, C. Petuya, J.L. Bruneel, D. Talaga, A. Desmedt* Groupe de Spectroscopie Moléculaire,

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, en régime continu ou impulsionnel. Applications opto-microondes. NGOC DIEPLAI Laboratoire d Electronique Quantique

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie laser

Nouvelles techniques d imagerie laser Nouvelles techniques d imagerie laser Les chimistes utilisent depuis longtemps les interactions avec la lumière pour observer et caractériser les milieux organiques ou inorganiques. La présence, dans la

Plus en détail

CHM 2520 Chimie organique II

CHM 2520 Chimie organique II M 2520 M 2520 himie organique II RMN et IR l étude de l interaction entre la matière et l absorbance, l émission ou la transmission de. utilisée pour déterminer la (e.g. en synthèse organique) infrarouge

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Réactivité de OH mesurée par FAGE : potentiel et applications. Exemple : étude de la qualité de l air sur le campus de Lille 1

Réactivité de OH mesurée par FAGE : potentiel et applications. Exemple : étude de la qualité de l air sur le campus de Lille 1 Réactivité de OH mesurée par FAGE : potentiel et applications. Exemple : étude de la qualité de l air sur le campus de Lille 1 M. BLOCQUET, C. FITTSCHEN, S. DUSANTER, R. F. HANSEN, T. LEONARDIS, B. HANOUNE,

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Le spectromètre COSIMA/Rosetta et l expérience OREGOC

Le spectromètre COSIMA/Rosetta et l expérience OREGOC Le spectromètre COSIMA/Rosetta et l expérience OREGOC Nicolas FRAY / LISA Atelier du pôle système solaire de l IPSL, 17-18 avril 2013 Contexte : La matière organique complexe dans les comètes Nombreuses

Plus en détail

Spectrophotométrie Colorimétrie

Spectrophotométrie Colorimétrie Pharmacie 1 ere année 2002-2003 Spectrophotométrie Colorimétrie ITRODUCTIO... 1 RAPPELS THEORIQUES... 2 DEFIITIOS... 3 LOI DE BEER-LAMBERT... 5 METHODES D AALYSE SPECTROPHOTOMETRIQUE... 6 Méthode de l

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie Les radicaux libres

De la physico-chimie à la radiobiologie Les radicaux libres Les nouvelles orientations en radiobiologie et radiopathologie SFRP - 18 novembre 2004 De la physico-chimie à la radiobiologie Les radicaux libres Pr. Monique Gardès-Albert Laboratoire de Chimie-Physique

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales Structuralis est agréé Crédit Impôt Recherche pour l ensemble des prestations décrites. 1-Prestations RMN Les prestations ci-après sont considérées

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

FICHE SEMESTRE. SPECIALITE / OPTION : Chimie Analytique PARCOURS TYPE : Bac + 3. UECA5 TP de chimie analytique 5 manip 3h/semaine 2

FICHE SEMESTRE. SPECIALITE / OPTION : Chimie Analytique PARCOURS TYPE : Bac + 3. UECA5 TP de chimie analytique 5 manip 3h/semaine 2 Programme 3 ère année, licence de chimie (L3) FICHE SEMESTRE MENTION : Sciences Exactes SPECIALITE / OPTION : Chimie Analytique PARCOURS TYPE : Bac + 3 SEMESTRE : Intitulé de l'unité d'enseignement (UE)

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Analyse des produits naturels par les techniques couplées Chromatographie- Spectroscopie

Analyse des produits naturels par les techniques couplées Chromatographie- Spectroscopie Doctorat de Chimie : Analyse physicochimique et réactivité des espèces moléculaire Analyse des produits naturels par les techniques couplées Chromatographie- Spectroscopie D. DEHAK K. (dehak-ka@univ-ouargla.dz)

Plus en détail

Le monde des sons du 3e millénaire

Le monde des sons du 3e millénaire Le monde des sons du 3e millénaire I Le son transformé en froid 1. Introduction Si l on doit se rappeler deux inventions qui ont modifié profondément le mode de vie du 20e siècle, citons l automobile et

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Métrologie des propriétés électro-optiques dans les composants d'optique libre et intégrée

Métrologie des propriétés électro-optiques dans les composants d'optique libre et intégrée Métrologie des propriétés électro-optiques dans les composants d'optique libre et intégrée Effet élecro-optique YCOB pour la mise en oeuvre de plusieurs fonctionnalités optiques sur un même substrat BBO

Plus en détail

Principes généraux de la biochimie

Principes généraux de la biochimie Principes généraux de la biochimie «La biochimie a pour but de décrire, expliquer et exploiter les structures et le comportement des molécules biologiques en se servant de la chimie, de la physique et

Plus en détail

Étude expérimentale de l optimisation de la génération d harmoniques d ordre élevé par l utilisation d un algorithme génétique

Étude expérimentale de l optimisation de la génération d harmoniques d ordre élevé par l utilisation d un algorithme génétique J. Phys. IV France 138 (2006) 35 41 C EDP Sciences, Les Ulis DOI: 10.1051/jp4:2006138005 Étude expérimentale de l optimisation de la génération d harmoniques d ordre élevé par l utilisation d un algorithme

Plus en détail

Propriétés électroniques des composés PbX 3 CH 3 NH 3 (X=Cl, Br, I) utilisés en photovoltaïque et photocatalyse. Une analyse fondée sur la DFT

Propriétés électroniques des composés PbX 3 CH 3 NH 3 (X=Cl, Br, I) utilisés en photovoltaïque et photocatalyse. Une analyse fondée sur la DFT Propriétés électroniques des composés PbX 3 CH 3 NH 3 (X=Cl, Br, I) utilisés en photovoltaïque et photocatalyse. Une analyse fondée sur la DFT Tangui LE BAHERS 3 Mars 2015 1 ière Journées Pérovskites Hybrides

Plus en détail

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer )

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) I - Théorie II - Méthodes de mesure III - Applications à des études biologiques IV - Un exemple de l utilisation du FRET : étude de l interaction

Plus en détail

Chimie des matériaux CHM506

Chimie des matériaux CHM506 Chimie des matériaux CHM506 Yue Zhao Properties of Materials Mary Anne White Qu est-ce qui est dans la chimie des matériaux? Covers solid-state chemistry, both inorganic and organic, and polymer chemistry,

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BLANC. Lycée de Chamalières Novembre 2012 PHYSIQUE-CHIMIE. Série S

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BLANC. Lycée de Chamalières Novembre 2012 PHYSIQUE-CHIMIE. Série S BACCALAUÉAT GÉNÉAL BLANC Lycée de Chamalières Novembre 212 PHYSIQUE-CHIMIE Série S DUÉE DE L ÉPEUVE : 2h Sur 9 points CŒFFICIENT : 6 L usage des calculatrices est autorisé. Un rapporteur d angle est nécessaire.

Plus en détail

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons Principe de la microscopie par absorption biphotonique L optique non-linéaire ou 1 photon + 1 photon = 1photon! Principe de la fluorescence Absorption Emission e 1 > e 2 λ 1 < λ 2 e 2 = hν 2 e 1 = hν 1

Plus en détail

Spectrométrie de masse

Spectrométrie de masse Spectrométrie de masse par René BTTER Professeur Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires (INSTN) CEN Saclay et Guy BUCHUX Professeur Université Paris XI (rsay) École Polytechnique, DCMR

Plus en détail

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours www.physagreg.fr 10 octobre 2011 Table des matières 1 Couleur, vision et image 2 1.1 Oeil réel et oeil réduit...................... 2 1.2 Lentille

Plus en détail

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION CORRECTION DS n 8 Cinétique et chimie organique I- SUIVI SPECTROPOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION On se propose d étudier la cinétique de la réaction totale entre les ions dichromate Cr 2 O 7 2-

Plus en détail

Weinheim, Germany, 1997 21 Surface Science 416 (1998) L1114 L1117

Weinheim, Germany, 1997 21 Surface Science 416 (1998) L1114 L1117 Dans l optique environnementale actuelle, d importants moyens sont mis en œuvre afin de réduire la pollution atmosphérique, notamment par l introduction d unités de conversion catalytique sur les véhicules

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges aux Interfaces diélectriques/semi- Conducteurs Organiques. Application aux polymères obtenus par Métathèse. Kamal LMIMOUNI IEMN UMR CNRS 8520 Journées Nationales

Plus en détail

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Axe principal: EMQ Axes secondaires : NPIQ, NC Nanosciences Moléculaires http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Laboratoire Institut des Sciences Moléculaires d Orsay (ISMO), Bâtiment 210, Université

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Réactions de Substitution Nuclé

Réactions de Substitution Nuclé Réactions de Substitution clé ucléophile I. INTRODUTION La substitution nucléophile résulte de l attaque nucléophile sur un substrat par une espèce riche en électrons (molécule neutre ou anion) et du départ

Plus en détail