Atelier B9. Expatriation : Devoir des entreprises/ong

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier B9. Expatriation : Devoir des entreprises/ong"

Transcription

1 Atelier B9 Expatriation : Devoir des entreprises/ong

2 Intervenants Laurent Cochet Directeur Exécutif Mobilité internationale Béatrice Ogée Directeur Général France Modérateur Catherine Pissel Risk Manager adjoint VEOLIA Propreté

3 Atelier B9 Expatriation Devoir des entreprises Prévention Protection MSH International

4 Introduction La mobilité internationale est un outil essentiel de développement de l entreprise (nouveaux marchés; transfert de savoir et d expertise ) et des individus (développement de compétences professionnelles et personnelles dans des conditions de vie et d emploi différentes ). Cependant, les incidences de ces transferts sont importantes et les conditions des mobilités doivent être encadrées. Il ne s agit pas d un simple changement de lieu de travail et de résidence. Afin de limiter les risques liés à la mobilité internationale les étapes suivantes peuvent être suivies : L entreprise identifie et évalue les risques par rapport à son profil de salariés/d'activités/de localisation Cartographie des risques Elle définit une politique et des procédures (unité ou variétés de politiques d expatriation - par zone géographique? par activité? par population? ), les couvertures apportées et leur niveau couverture maladie avec quel niveau de remboursement? retraite? assistance fiscale? pour quel budget?.. ) L entreprise informe et forme les expatriés, les RH, les managers sur cette politique et ces procédures Elle s assure enfin que la politique et les procédures sont respectées 1

5 Quels sont les risques spécifiques liés à la mobilité internationale à examiner d un point de vue RH? Identification des risques et mise en place de moyens de prévention et de protection en suivant le cheminement d une mobilité internationale : Au départ en mission ou au retour de transfert Durant la mission Prévention liée à la sécurité des personnes physiques Prévention liée à la sécurité financière, fiscale, juridique 1

6 Quels sont les risques spécifiques liés à la mobilité internationale au moment du départ en mission et/ou au retour de transfert? Nature du risque Points de vigilance Prévention Risque médical S assurer que conditions de santé du salarié (voire de sa famille) au départ sont compatibles avec pays de destination et conditions d emploi Visite médicale préalable Risque pays Instabilité politique, insécurité, risque sanitaire (grippe aviaire ), catastrophes naturelles (typhons, séismes ) dans pays d accueil Mettre en place une formation des salariés avant le départ puis un moyen d'accès aux informations en continue sur la situation locale 1

7 Quels sont les risques spécifiques liés à la mobilité internationale au moment du départ en mission et/ou au retour de transfert? Nature du risque Points de vigilance Prévention Risque transport Déplacements du salariés entre le pays d'origine et le pays d'accueil (départ et retour) Politique interne de transport : quelles compagnies aériennes sont autorisées? quelle procédure de réservation suivre? combien de personnes de la société sur un même vol en cas de transferts groupés? Suivre les salariés en déplacements, s'assurer qu'ils ne se déplacent pas dans des zones à risques dans la zone d accueil sans autorisation et information (outils/procédures à mettre en place) 1

8 Quels sont les risques spécifiques liés à la mobilité internationale au moment du départ en mission et/ou au retour de transfert? Nature du risque Points de vigilance Prévention Risque juridique Risque fiscal et financier Risque financier Documents contractuels entre le salarié et l'employeur / documents administratifs pour le transfert, en conformité avec les législations Impact fiscal du transfert pour le salarié (départ et retour). Incidences financières du transfert entre coût entreprise et package salarié Assistance juristes en droit du travail et de l'immigration (compétence interne ou externe). Assistance fiscale au départ/retour peut être mise en place. Méthode de calcul de la rémunération et des avantages tenant compte du contexte local Risque sur les biens Déménagement des biens et effets personnels du salarié 1 Organisation du déménagement et assurance

9 Quels sont les risques spécifiques liés à la mobilité internationale pendant la mission? Nature du risque Points de vigilance Prévention Risque pays Risque transport Instabilité politique, insécurité, risque sanitaire (grippe aviaire ), catastrophes naturelles (typhons, séismes ) Politique de transport locale en fonction de la sécurité routière (voitures individuelles? chauffeurs? voitures blindées?...), ferroviaire... 1 Continuer la formation et l information des salariés pendant la mission (restreindre ou interdire déplacements dans zones dangereuses, rappel règles sanitaires ). S assurer qu il sont logés dans des endroits sécurisés. Mettre en place les mesures de sécurité sur le lieu d activité professionnelle... Pouvoir les localiser/contacter. Avoir des politiques locales de transport et déplacements adaptées au niveau de sécurité et de pratiques locales pour les expatriés

10 Quels sont les risques spécifiques liés à la mobilité internationale pendant la mission? Nature du risque Points de vigilance Prévention Risque médical et invalidité décès S assurer de la couverture médicale du salarié dans le pays d accueil et de la qualité de l accès aux soins, des conditions de rapatriement si nécessaire, de la couverture en cas d invalidité décès (quels sont les cas d exclusion? ) Prévoir une couverture santé et définir les soins remboursés et le niveau des remboursements. Prévoir une couverture prévoyance internationale 1

11 Quels sont les risques spécifiques liés à la mobilité internationale pendant la mission? Nature du risque Points de vigilance Prévention Risque fiscal Risque financier S assurer que le salarié remplit ses obligations fiscales et connaitre les incidences fiscales de son transfert (sur les stockoptions, sur le rapatriement de fonds ). Risque établissement stable pour entreprise Vérifier que le package du salarié lui assure un niveau de vie satisfaisant par rapport à son pays d origine et conforme au marché local et en équilibre avec le budget de l entreprise 1 Assistance fiscale déclarative ou conseils plus large Mettre en place des méthodes de détermination de package de rémunération qui tiennent compte d un contexte local (hardship, cost of living allowance si nécessaire split pay, évolution taux de change, sortie de devises, compétitivité

12 Quels sont les risques spécifiques liés à la mobilité internationale pendant la mission? Nature du risque Points de vigilance Prévention Risque comportemental S'assurer que dans des pays à risques (corruption, fraude ) tous les moyens sont mis en œuvre dans l'intérêt de l'entreprise, du salarié et des tiers Formation, sensibilisation aux pratiques, mise en place d un code de conduite afin d éviter atteinte à l'image de l'entreprise et risque pénal 1

13 Quels sont les risques spécifiques liés à la mobilité internationale pendant la mission? Nature du risque Points de vigilance Prévention Risque évènement ou phénomène exceptionnel Se préparer à la réalisation d'un évènement ou d un phénomène exceptionnel: catastrophe naturelle, attaque individuelle, attaque d'un site, guerre civile, pandémie Avoir à disposition une politique et une procédure de rapatriement/évacuation (dans quel délai? avec quelles priorités? ), pouvoir mettre en place efficacement une cellule de crise, une cellule de soutien aux victimes; accompagner des familles dans la relocalisation; continuation ou non de l activité professionnelle, dans quelles conditions (arbitrage). S'assurer que le risk management dispose de la liste de tous les expatriés actualisée et que ces derniers disposent d informations. Identifier et évaluer les risques, mesurer les enjeux et réagir vite 1

14 Avec qui travaillent les RH Mobilité Internationale sur ces aspects? D autres RH pour sélectionner les candidats à l expatriation et les accompagner Les responsables Risk Management/Sécurité pour identifier, évaluer les risques, définir des politiques et procédures pour les éviter, organiser les mesures en cas d évènements et assurer la coordination avec les autorités L audit interne pour s assurer du respect des politique et procédures Le service achat / service Assurance pour négocier les contrats Groupe Les assureurs Les cabinets fiscaux, juridiques Les agences de relocation, déménagement * * * 1

15 Prévention Protection Préambule. Risque sanitaire Risque pays / politique Mobilité Internationale Cartographie des risques à gérer Risque médical Risque financier non adéquation des garanties de protection sociale Risque de non intégration Accompagnement du salarié et de la famille Risque juridique Information incomplète du salarié sur ces risques, son statut, son package

16 Prévention Protection Le support des acteurs du Conseil et du Courtage Soutien sur la construction et le pilotage d une politique C&B Mobilité Équitable et au marché, Respectant les obligations locales / d origine le cas échéant «bien assurée» «protégeant également le retour» Alerte / Information sur les évolutions jurisprudentielles et contractuelles l émergence des nouveaux risques l exclusion de garanties l adaptation des garanties et des tarifs aux pays de résidence Contrôle de budgets et de Risques par des prestations spécifiques Repricing des factures Référencement de prestataires de soins locaux Prévention fraude /normes médicaments Bilans de santé / retraite Soutien «RPS» Wellness

17 Prévention Protection Un produit Santé adapté et limitant les risques c est? Un régime global 1er euro? (pilotage plus simple mais coûts) Un complément global aux régimes locaux? Un mix selon les pays de résidence? Une solution spécifique aux Français (complément CFE)? Un régime spécifique USA Des cotisations mutualisées ou par zone de résidence?! points d attention CFE ou pas CFE pour les départs de France? Zone de soins imposée ou pas Problème de Prise en charge Délai de Carence/Justif assurance au 1 retour Délais de remboursements Assistance Médicale / langue maternelle

18 Prévention Protection Un plan de prévoyance global ou une couverture pays d origine? Plan global : semble attractif en termes d équité mais solution peu choisie par les grands groupes Contrainte de coûts Contrainte d obligation liée au pays d origine (si expat ) Couverture par contrat d origine Surprime modeste Pas de travail de clonage de garantie Français : création d un plan substitutif du régime sécurité sociale pour que cela fonctionne. 1

19 Prévention Protection La politique retraite des mobiles. un sujet moins maitrisé, de portée long terme, avec des risques financiers importants RISQUES Chine Inde Non respect des obligations légales ou des clauses retraite du contrat de de mobilité Législation mouvante «Ratés» d affiliation» «Différentiels de prestations / cotisations» Négociation des salariés au départ : Renonciation au package retraite versus cash (non documenté au contrat) Contentieux des salariés au retour «défaut de package ou défaut d information claire» Peu de solutions de rattrapage. Pour les Français. CFE = affiliation dans les 10 ans Rachat de cotisations très onéreux depuis 2011 Arrêt Sodexho

20 Prévention Protection L arrêt Sodexho Un salarié expatrié indemnisé pour n'avoir pas été informé par son employeur qu'il ne cotisait pas à l'assurance-vieillesse. L'employeur qui manque à son obligation d'informer le salarié expatrié de sa situation au regard de la protection sociale et du fait que son activité ne donne pas lieu au versement de cotisations au régime d'assurance-vieillesse pendant la durée de son expatriation lui cause un préjudice consistant en une perte de chance de s'assurer volontairement contre le risque concerné, que l'employeur doit réparer par le versement de dommages et intérêts (Cass. soc., 25 janvier 2012, n ). Un salarié travaille à partir de 1983 pour plusieurs filiales du groupe Sodexho avec qui il conclut divers contrats de travail, exerçant à l'étranger les fonctions de cuisinier, de chef de cuisine, de chef chargé, puis de «camp boss», pour réaliser des prestations hôtelières sur des chantiers maritimes ou terrestres. Il saisit la justice pour réclamer des dommages-intérêts en réparation du préjudice résultant de la perte de ses droits à la retraite. L'employeur fait valoir notamment que «nulle disposition ne fait obligation à l'employeur d'informer particulièrement le salarié sur le régime de retraite auquel il cotise ou ne cotise pas, en sus des mentions obligatoires afférentes aux cotisations de sécurité sociale qui doivent figurer sur le bulletin de paie en application des articles R et R du code du travail». La cour d'appel, approuvée par la Cour de cassation, donne tort à l'employeur et le condamne à verser au salarié euros au titre de son manquement à ses obligations d'information. «Le salarié n'avait pas été informé de ce que son activité ne donnait pas lieu au versement de cotisations au régime d'assurance vieillesse de la sécurité sociale, ni averti de la faculté d'adhérer volontairement à ce régime, d'autant que sa formation et son expérience professionnelle ne lui conféraient aucune qualification particulière pour apprécier lui-même l'étendue de sa couverture sociale», constatent les juges d'appel. L'employeur soutenant que cette information ressortait des bulletins de paie, la cour d'appel considère que «ceux-ci ne mettaient pas suffisamment en évidence l'absence de cotisation au régime général pour éclairer de manière claire et exhaustive le salarié sur sa situation, des cotisations étant prélevées au titre de la retraite complémentaire, de sorte que le salarié pouvait légitimement considérer qu'il cotisait à l'assurance retraite». Cass. soc., 25 janvier 2012, n , FS-P+B 1

21 Prévention Protection La politique retraite des mobiles. Repenser la politique et les packages pour mieux prévenir les risques D un maintien des packages pays d origine. à une politique «équitable «quelles que soient les nationalités La redéfinition des packages : CFE / pas CFE ; niveaux de cotisations cibles notamment pour des populations sans packages ou sans référence origine. La priorisation des régimes de cotisations : les régimes qualifiés localement, les régimes d origine, les plans internationaux 1

22 Prévention Protection La politique retraite des mobiles. Repenser la politique et les packages pour mieux prévenir les risques L appréhension de la fiscalité des régimes de retraite pour les mobiles Le recours à des études chiffrées pré-post expatriation pour les cas sensibles, les situations «mal ou non gérées» L application stricte de politiques par les différents intervenants RH Une information claire des bénéficiaires (entretien, chiffrage.) Une nécessaire protection de l employeur dans les contrats vis-à-vis d une législation retraite particulièrement instable 1

23 Prévention Protection Le risque invalidité en expatriation et son impact en matière de retraite Pour les français : la CFE protège l acquisition de trimestres et la CRE/IRCAFEX. L acquisition de points. Un régime par capitalisation pure n offre pas ses garanties 1

24 Prévention Protection Des garanties «chômage» de plus en plus demandées GARP Garantie collective privée «Chômage international» 1

25 Prévention Protection Conclusion L Equipement conseil / courtage varie selon la taille de l entreprise Un pilotage centralisé des couvertures et politiques est mis en place dans beaucoup d entreprises (Pilote «expert» ; comité de décisions pensions /prévoyance mobilité) La formation de l ensemble des responsables mobilité à tous ces sujets de protection sociale reste important toutefois

26 Atelier B9 Expatriation Devoir des entreprises Santé et Sûreté International SOS

27 Les temps ont changé

28 Quelle perception de l avenir?

29 Risques perçus

30 Risques réels

31 Perception des destinations à haut risque

32

33

34 A quoi les entreprises et les ONG sont-elles confrontées? Situations imprévisibles Ressources sollicitées à l extrême Différents fuseaux horaires Recherche d informations exactes Difficultés à communiquer avec le personnel sur le terrain Situations sécuritaires changeantes Complications médicales rapides Concurrence pour les ressources disponibles Responsabilité vis à vis de leur Codir Implications financières

35 Définition du Devoir de Protection Les individus et les organisations ont une obligation légale d agir envers les autres d une façon prudente et d éviter tout risque d incident qui aurait pu être empêché. Un employeur a l obligation d assurer la santé, la sûreté, la sécurité et le bien-être de ses salariés. Il est tenu responsable des incidents auxquels peuvent être confrontés expatriés, entourage et voyageurs internationaux. Quand les employés travaillent à l étranger, le Devoir de Protection de l employeur intègre la gestion du risque qui va au delà de l obligation de protection de la santé, sureté et sécurité connue dans le pays d origine.

36 En France, les obligations de l employeur vis-àvis de ses voyageurs et expatriés sont issues : du code du travail, de la jurisprudence, des conventions collectives applicables.

37 L obligation de prévention de l employeur Article L du Code du travail «L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent : 1 Des actions de prévention des risques professionnels et de la pénibilité au travail ; 2 Des actions d'information et de formation ; 3 La mise en place d'une organisation et de moyens adaptés. L'employeur veille à l'adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l'amélioration des situations existantes».

38 A l international : l accident de mission est un accident du travail Cour de cassation Chambre sociale 19 juillet 2001 pourvoi n Framatome, elle décide que : «Le salarié effectuant une mission a droit à la protection prévue par l article L du Code de la sécurité sociale pendant tout le temps de la mission qu il accomplit pour son employeur, peu important que l accident survienne à l occasion d un acte professionnel ou d un acte de la vie courante, sauf la possibilité pour l employeur ou la caisse de rapporter la preuve que le salarié avait interrompu sa mission pour un motif personnel». Cour de cassation Chambre sociale 19 juillet 2001 pourvoi n Salomon : La Haute juridiction casse une décision rendue par la Cour d'appel de Lyon, pour avoir violé les dispositions de l article L du Code de la sécurité sociale, en écartant la thèse de l accident du travail au motif «qu en statuant comme elle l a fait, après avoir constaté que le décès était survenu au cours de la mission, ce dont il résultait que la présomption d imputabilité au travail était acquise». Cour d appel de Rennes 27 novembre 2002 : Séropositivité déclarée quatre années après une injection lors d une mission au Sénégal à l aide d une seringue reconnue non stérile : absence de lien entre l injection et la séropositivité reconnue. Impact financier pour l employeur : Augmentation de la cotisation accident du travail.

39 Le Continuum du Devoir de Protection

40 Une Checklist du Devoir de Protection

41 Des Responsabilités entre les différentes fonctions Direction Générale Chefs de Projets Direction Sûreté/ Sécurité DRH Direction Juridique Devoir de Protection QHSE PR/Communication Assurance/ Risques Direction Médicale Travel Managers

42 Dix Bonnes Pratiques

43 Atelier B9 Expatriation Devoir des entreprises Témoignage Groupe VEOLIA

44 L exemple du Groupe VEOLIA 792 personnes en mobilité internationale dans 74 pays - dont 127 personnes réparties dans 21 pays à «hauts risques», - plus forte présence en Chine : 186 personnes La direction de la Sureté de VE créée il y a environ 1 an est en charge de la cartographie des risques et des processus permettant de préparer les collaborateurs à leurs séjours à l étranger et de les assister, tant pour les missions courtes que pour les missions d expatriation. Eviter / Anticiper la gestion de crise c est : Avoir les informations utiles disponibles Connaître le dispositif d alarme

45 Informations à recenser préalablement AVOIR UN RECENSEMENT PRECIS DES EFFECTIFS SURPLACE : - Nombre de personnes : salariés + familles avec informations sur enfants (âge...) - Localisation : adresses, coordonnées GPS.. - Suivis précis et fréquents des agendas : déplacements y compris week-end, vacances hors du pays de résidence IDENTIFIER PRECISEMENT LES COLLABORATEURS ET LEURS FAMILLES : - Noms, nationalités, numéros d enregistrements consulaires, toutes informations indispensables aux autorités diplomatiques pour pouvoir intervenir. POUVOIR CONTACTER IMEDIATEMENT LES PERSONNES SUR PLACE : - Avoir leurs contacts téléphoniques et géographiques (pour reconnaissance physique éventuelle sur place si plus de communication) - dans les zones à risques, notamment sismique ou cyclonique, munir les équipes d un téléphone satellitaire.

46 Dispositif d alerte crise sûreté QUAND DONNER L ALERTE? En cas de situation d urgence = Tout événement compromettant la sécurité physique du collaborateur : - Troubles sociopolitiques graves - Actes de terrorisme, - Catastrophes naturelles QUI DONNE L ALERTE? Tout collaborateur en contactant : - Alerte groupe VE - International SOS - Sa DRH QUI GERE L ALERTE SÛRETE? La direction de la Sûreté VE - Contactée par l Alerte Groupe ou International SOS - Contactée par une division - Mise en alerte autonome

47 Appuyer l action du groupe en cas de crise c est : Comprendre les 4 niveaux de gestion de crise sûreté (Bleu Vert Orange Rouge) Veiller à ce que les personnels en mobilité soient assurés de la bonne coordination de leur gestion par VE Préparer en amont les conditions d un éventuel rapatriement des personnels en mobilité dans leur pays d origine.

48 Gestion de crise sûreté : NIVEAU BLEU : Mise en pré-alerte par la décision du directeur de la sûreté VE : mise à jour et transmission des données essentielles. NIVEAU VERT : Evacuation préventive des familles et de tous les salariés non indispensables au service (listes préétablies), à la demande de la cellule de crise sûreté VE. NIVEAU ORANGE : Regroupement des salariés menacés dans des lieux sécurisés et préalablement identifiés à la demande de la cellule de crise de VE ou des autorités militaires et/ou diplomatiques. NIVEAU ROUGE : Evacuation du pays des salariés menacés. Cette opération est décidée par la cellule de crise VE et/ou par les autorités militaires et diplomatiques.

49 Gestion de l information structurée à tous niveaux LES EQUIPES DES DIVISIONS SUR PLACE doivent mettre en place une cellule de crise locale commune et structurer la circulation de l information auprès des collaborateurs en mobilité. Si le pays a un correspondant sûreté, il aura la responsabilité de la mise en place de cette cellule. LES DIRECTIONS DES RESSOURCES HUMAINES Assurent un contact régulier avec les équipes sur place (toutes les 3 heures environ) et éventuellement avec les familles hors du pays, en liaison avec la direction de la Sûreté VE. LA DIRECTION DE LA SÛRETE VE : Echange avec les DRH et le correspondant sûreté du pays le cas échéant, afin de coordonner l information sur la situation des collaborateurs dans le pays pour la cellule de crise Sûreté VE, la direction générale du groupe et les autorités diplomatiques.

50 Gestion post-crise des collaborateurs EN CAS DE RETOUR DES COLLABORATEURS - Sous la responsabilité du directeur général de leur division - Organisée par la direction des ressources humaines avec coordination si plusieurs divisions concernées, désignation d un référent Groupe dès la décision de rapatriement prise. EN CAS DE TRAUMATISME SUR PLACE Identification des traumatismes par la direction des ressources humaines : mise en place de mesures de soutien (soutien psychologique, expertise médicale, vacances )

51 Conclusion

AirPlus Assurances. Comment s y retrouver dans la nébuleuse des assurances et assistances voyages. AIRPLUS. WHAT TRAVEL PAYMENT IS ALL ABOUT.

AirPlus Assurances. Comment s y retrouver dans la nébuleuse des assurances et assistances voyages. AIRPLUS. WHAT TRAVEL PAYMENT IS ALL ABOUT. AirPlus Assurances. Comment s y retrouver dans la nébuleuse des assurances et assistances voyages. AIRPLUS. WHAT TRAVEL PAYMENT IS ALL ABOUT. Contexte L attentat de Karachi survenu en 2002 a eu des conséquences

Plus en détail

Protection sociale des expatriés: l évolution de l approche des entreprises. Congrès RéaVie 14 16 octobre 2009

Protection sociale des expatriés: l évolution de l approche des entreprises. Congrès RéaVie 14 16 octobre 2009 Protection sociale des expatriés: l évolution de l approche des entreprises Congrès RéaVie 14 16 octobre 2009 Introduction La couverture santé et prévoyance des expatriés Les tendances actuelles chez les

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00. Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr

17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00. Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr & 17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00 Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr 1 Prévenir les risques psychosociaux : le rôle des représentants du personnel Risques psychosociaux : de

Plus en détail

ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations

ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations Objet : Information concernant l assurance «voyages officiels» des agents, experts et autres personnes voyageant à la charge des budgets de l Organisation PREAMBULE

Plus en détail

ENTREPRISES OFFRE MOBILITÉ : LA PROTECTION SOCIALE DE VOS SALARIÉS À L ÉTRANGER

ENTREPRISES OFFRE MOBILITÉ : LA PROTECTION SOCIALE DE VOS SALARIÉS À L ÉTRANGER ENTREPRISES OFFRE MOBILITÉ : LA PROTECTION SOCIALE DE VOS SALARIÉS À L ÉTRANGER Malakoff Médéric propose aux entreprises envoyant des salariés travailler à l étranger des solutions d assurance collective

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE & EXPATRIATION INFORMATIONS PRATIQUES

PROTECTION SOCIALE & EXPATRIATION INFORMATIONS PRATIQUES Les trois temps de la mobilité internationale COTTIN Sandy LEFEVRE Emilie LESURE Eliane OMICI Eve-Marie ZERGUINE Sonia par le groupe COLOMBIE Partir travailler à l étranger - Informations pratiques pour

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

PROPOSITION POUR LA PROTECTION SOCIALE DES VOLONTAIRES DU SERVICE CIVIQUE EN MISSION A L ETRANGER. (Loi n 2010-241 du 10 mars 2010)

PROPOSITION POUR LA PROTECTION SOCIALE DES VOLONTAIRES DU SERVICE CIVIQUE EN MISSION A L ETRANGER. (Loi n 2010-241 du 10 mars 2010) PROPOSITION POUR LA PROTECTION SOCIALE DES VOLONTAIRES DU SERVICE CIVIQUE EN MISSION A L ETRANGER (Loi n 2010-241 du 10 mars 2010) SOMMAIRE PREAMBULE... 3 PRESENTATION DES ACTEURS LA CFE... 4 WELCARE...

Plus en détail

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation Atelier de la Profession INTERVENANTS Pierre FAUCHER Expert-Comptable Rapporteur en charge du social Henri SCHMELTZ Expert-Comptable

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 10 novembre 2011 N de pourvoi: 10-24099 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Célice, Blancpain et

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

PROPOSITION pour la protection sociale des volontaires du service civique en mission à l étranger. (loi n 2010-241 du 10 mars 2010)

PROPOSITION pour la protection sociale des volontaires du service civique en mission à l étranger. (loi n 2010-241 du 10 mars 2010) PROPOSITION pour la protection sociale des volontaires du service civique en mission à l étranger (loi n 2010-241 du 10 mars 2010) Sommaire PRÉAMBULE... 3 PRÉSENTATION DES ACTEURS La CFE... 4 WELCARE...

Plus en détail

STAGES OBLIGATOIRES REALISES HORS DU TERRITOIRE NATIONAL. Principes juridiques

STAGES OBLIGATOIRES REALISES HORS DU TERRITOIRE NATIONAL. Principes juridiques STAGES OBLIGATOIRES REALISES HORS DU TERRITOIRE NATIONAL Principes juridiques STAGES OBLIGATOIRES HORS DU TERRITOIRE NATIONAL Formalisme et durée des conventions de stage : -Emargement obligatoire par

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

Comment gérer les risques Santé & Sécurité en Russie Introduction. par Nicolas Wolikow (Directeur Général International SOS Moscou)

Comment gérer les risques Santé & Sécurité en Russie Introduction. par Nicolas Wolikow (Directeur Général International SOS Moscou) Comment gérer les risques Santé & Sécurité en Russie Introduction par Nicolas Wolikow (Directeur Général International SOS Moscou) International SOS dans le monde Nos équipes : 6000 collaborateurs dans

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

EGK-Voyage Votre protection d assurance globale pour les voyages et les vacances

EGK-Voyage Votre protection d assurance globale pour les voyages et les vacances EGK-Voyage Votre protection d assurance globale pour les voyages et les vacances +41 44 283 33 93 www.egk.ch EGK-Voyage: frais de guérison Prestations Frais de guérison non couverts à l étranger en complément

Plus en détail

INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION

INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION Organisation Non Gouvernementale (ONG) créée en 1967, reconnue d utilité publique depuis 1981. Volontariat de Solidarité Internationale : INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION 1 SOMMAIRE LA GUILDE... 3 QU

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Drroiitt ett oblliigattiions de ll enttrreprriise au rregarrd du code du ttrravaiill Action Objectifs Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Appréhender les dernières évolutions

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES Assurances Collectives Catalogue des produits 4. Expatriés 4.2 Protection sociale des expatriés PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES 2. Protection sociale des expatriés : Assurances à souscrire 2.1. Problématiques

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social La portabilité de la couverture prévoyance Evolution au 1 er juin 2015 1. Qui sont les bénéficiaires de la portabilité?... 3 2. Quelle est la durée du maintien des garanties?... 3 3. A quel moment cesse

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils.

Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils. Mobilité internationale : détachement et expatriation Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils.com) Avec le concours

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel?

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? Siège social : 20/24,

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23 Introduction La place de sa sécurité sociale dans le système de protection sociale 5 I. La construction du système de protection sociale 5 1. Les influences de Bismarck et de Beveridge 6 2. La structuration

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire Santé de vos salariés non cadres. Accord départemental du 3 septembre 2009. Raison sociale 1

Plus en détail

La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social

La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social FORMATION CONSEIL EN ORGANISATION ET MANAGEMENT DES ENTREPRISES La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social C est souvent sous l angle de la contrainte ou de la formalité

Plus en détail

Dispositif d Alarme pour Travailleur Isolé -DATI -

Dispositif d Alarme pour Travailleur Isolé -DATI - Dispositif d Alarme pour Travailleur Isolé -DATI - Le cadre juridique Article R4512-13 (anciennement R237-10) du code de travail (décret de 1992) Extrait : «Lorsque l'opération est réalisée é de nuit ou

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

RÉGIME DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS, REGARDS CROISÉS Droit social et statut des expatriés au Brésil. Lundi 10 novembre de 14h30 à 16h30

RÉGIME DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS, REGARDS CROISÉS Droit social et statut des expatriés au Brésil. Lundi 10 novembre de 14h30 à 16h30 RÉGIME DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS, REGARDS CROISÉS Droit social et statut des expatriés au Brésil Lundi 10 novembre de 14h30 à 16h30 Droit social et statut des expatriés au Brésil Sommaire Détachement

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Rhône-Alpes) (6 juillet

Plus en détail

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes?

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Atelier A12 Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Intervenants Stefano TASSO Directeur département Sinistres stefano.tasso@fmglobal.com André LAVALLEE Directeur Technique et Sinistres

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

Le Club de Gestion. Congés payés : mode d emploi. www.club gestion.fr

Le Club de Gestion. Congés payés : mode d emploi. www.club gestion.fr Les salariés ont droit chaque année à des congés payés d une durée maximale de 5 semaines depuis 1982. Les règles de calcul et d indemnisation de ces périodes non travaillées sont régies par le code du

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Mieux comprendre l assurance avec Generali

Mieux comprendre l assurance avec Generali Mieux comprendre l assurance avec Generali Prévoyance : mieux comprendre ce qu il se passe en cas d invalidité Dans une précédente parution, nous avons abordé le thème de la prévoyance individuelle en

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

Outils et pratiques CONTRATS DE TRAVAIL Parcours pédagogique de 14 heures (2 journées)

Outils et pratiques CONTRATS DE TRAVAIL Parcours pédagogique de 14 heures (2 journées) FICHE PEDAGOGIQUE Outils et pratiques CONTRATS DE TRAVAIL Parcours pédagogique de 14 heures (2 journées) Objet : PROGRAMME DE FORMATION Objectif : Sécuriser et optimiser la rédaction des contrats de travail

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités I MAJ.05-2015 SOMMAIRE A - CONTRAT DE TRAVAIL INTERNATIONAL CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION A10 A10 CRITÈRES DE DISTINCTION ENTRE LA SITUATION

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration

Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration sur proposition du comité de rémunérations-ressources

Plus en détail

A - ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE. Loi de financement de la sécurité sociale

A - ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE. Loi de financement de la sécurité sociale I MAJ.09-2015 SOMMAIRE A - ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Tutelle Loi de financement de la sécurité sociale Organigramme général Organisation de

Plus en détail

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE Le contrat CUI-CAE Le recours à un contrat CUI-CAE (contrat unique d insertion-contrat d accompagnement) a pour objectif de faciliter

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger,

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, SEŃAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, PREŚENTEÉ Par Jean-Yves Leconte, Hélène Conway-Mouret, Claudine Lepage et Richard Yung

Plus en détail

L Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 a repris

L Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 a repris aolfq=pl`f^i= LA PORTABILITE DES GARANTIES Véronique VINCENT Juin 2009 L Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 a repris dans son article 14 le principe du maintien des garanties complémentaires

Plus en détail

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Préambule La Convention Collective Nationale du Sport applicable depuis le 25 novembre 2006 comprend un chapitre 12 relatif au sport professionnel. Bien que sur

Plus en détail

Votre protection sociale

Votre protection sociale Votre protection sociale Chaque trimestre ou chaque mois, votre employeur vous déclare. La Caisse d Allocations Familiales verse pour lui des cotisations à 3 organismes qui gèrent votre protection sociale.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

S O M M A I R E I 07.03 A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE

S O M M A I R E I 07.03 A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE I 07.03 S O M M A I R E A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE D ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES E

Plus en détail

LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE. Précisions sur le régime CCNS applicable au 1 er janvier 2016

LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE. Précisions sur le régime CCNS applicable au 1 er janvier 2016 LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE Précisions sur le régime CCNS applicable au 1 er janvier 2016 LE CONTEXTE LEGAL Article 1 er de la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (LOI n

Plus en détail

Atelier A05. Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA

Atelier A05. Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA Atelier A05 Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA 1 Atelier A05 Intervenants Dominique DEBRAY Michel JOSSET Juriste Inspecteur Expert, Gestion sinistres Dommages et Fraude auprès de Axa

Plus en détail

Demande d agrément d assistant(e) maternel(le)

Demande d agrément d assistant(e) maternel(le) N 13394*01 Demande d agrément d assistant(e) maternel(le) Notice Vous allez faire une demande d agrément ou de renouvellement d agrément pour exercer la profession d assistant(e) maternel(le) ; ce métier

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

LE BÂTONNIER : CHEF DES SERVICES DE L ORDRE. Rapport de Madame le Bâtonnier Marie-Laure VIEL, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers

LE BÂTONNIER : CHEF DES SERVICES DE L ORDRE. Rapport de Madame le Bâtonnier Marie-Laure VIEL, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers LE BÂTONNIER : CHEF DES SERVICES DE L ORDRE Rapport de Madame le Bâtonnier Marie-Laure VIEL, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers Séminaire des dauphins Les 12 et 13 décembre 2014 Les fonctions

Plus en détail

Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015

Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015 Communiqué de presse Le 6 octobre 2015 Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015 Nouveaux enjeux, nouvelles technologies : une exposition aux risques renforcée

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 1 PLAN Propos introductifs I.Les modalités de la restructuration des entreprises

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 28 janvier 2015 N de pourvoi: 13-19945 13-27050 ECLI:FR:CCASS:2015:C300108 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS Adopté au Conseil Municipal du 9 février 2015 Article I. PRÉSENTATION La Mairie de Montmorency propose aux enfants montmorencéens de partir en séjour pendant les vacances scolaires. Les vacances constituent

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Par accord en date du 24 Mai 2011, les partenaires sociaux sont convenus de créer une obligation conventionnelle

Plus en détail

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21 Sommaire Introduction...13 Qu est-ce que le droit à la protection sociale?...13 Qu est-ce que le risque social?...14 Comment la Sécurité sociale est-elle née?...14 Quels sont les différents modèles de

Plus en détail

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE Adopté lors de la session d'avril 1999 ENTRE l Etat la Collectivité territoriale L Association (club ou fédération) représenté par M. le Centre

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Table des matières. Les activités à l étranger et le maintien de la protection sociale 9. Introduction 9

Table des matières. Les activités à l étranger et le maintien de la protection sociale 9. Introduction 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Les activités à l étranger et le maintien de la protection sociale 9 Pierre Van Haverbeke Introduction 9 Titre I Les règles d assujettissement au régime de sécurité

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

L appréhension juridique des RPS au travail

L appréhension juridique des RPS au travail L appréhension juridique des RPS au travail Cécile CASEAU-ROCHE Maître de conférences en droit Montpellier 15 juin 2012 Introduction Prise de conscience du développement des risques psycho-sociaux au travail

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

CSSS/04/49. Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 17 mars 2004; Vu le rapport de Monsieur Michel Parisse. A. OBJET DE LA DEMANDE

CSSS/04/49. Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 17 mars 2004; Vu le rapport de Monsieur Michel Parisse. A. OBJET DE LA DEMANDE CSSS/04/49 DÉLIBERATION N 04/009 DU 6 AVRIL 2004 RELATIVE A UN ECHANGE DE DONNEES SOCIALES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE LE FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET LES ORGANISMES ASSUREURS EN VUE DE L EXÉCUTION

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE

AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE pour accompagner les entreprises et aider les salariés Depuis sa création en 1977, AG2R Prévoyance a développé une action sociale qui apporte des réponses aux besoins spécifiques

Plus en détail

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 /

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 / 34 / HANDICAP AU TRAVAIL : QUELS SONT VOS DROITS? COMMENT SE DÉCLARER? Grâce à la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées,

Plus en détail