, L Inde. à l heure de Cap Transat CIC Newsletter n 2 - octobre - novembre - décembre Zoom Pays. Édito. En bref... Points forts.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ", L Inde. à l heure de Cap Transat CIC Newsletter n 2 - octobre - novembre - décembre 2006. Zoom Pays. Édito. En bref... Points forts."

Transcription

1 Édito à l heure de Cap Transat CIC Newsletter n 2 - octobre - novembre - décembre 2006 Chers adhérents, Nous avons voulu, dans ce deuxième numéro, vous faire découvrir l Inde, ce pays à la taille d un continent, empreint de mystères et de contradictions. Nous avons ensuite choisi de répondre à des sujets sensibles dans votre vie d expatrié : un premier sujet sur la distinction entre le détachement et l expatriation permettant d appréhender la délicate question de la protection sociale et un second sur les conséquences fiscales et juridiques de l acquisition d un bien immobilier en France pour un non-résident. Enfin, nous avons pensé, en ce début d année scolaire, à vous présenter notre partenaire Maxicours, le plus grand site d accompagnement scolaire en ligne. En vous souhaitant bonne lecture, L équipe Cap Transat, L Inde En bref... Zoom Pays Points forts un potentiel de marché très important avec le développement rapide d une classe moyenne des avantages certains dans de nombreux secteurs comme l informatique, l «outsourcing», la sidérurgie, la pharmacie et les biotechnologies l usage répandu de l anglais, y compris dans l administration un potentiel élevé de cadres aux compétences internationalement reconnues, formés par des universités et des écoles de haut niveau un cadre juridique et institutionnel clair ; en terme de droit civil, l Inde utilise le système anglo-saxon du «common law» Points faibles une situation préoccupante avec un déficit des finances publiques abyssal une carence dans les infrastructures une croissance très inégalitaire susceptible d engendrer de fortes frustrations sociales un tiers de la population vit avec moins de un dollar par jour une corruption importante dans l administration même si elle n est pas systématique Politique intérieure L Inde est un Etat Fédéral qui comprend 28 Etats établis sur des bases essentiellement linguistiques, et 7 territoires créés pour des raisons politiques ou historiques (Delhi, Pondichéry notamment). C est une démocratie de type parlementaire inspirée du modèle britannique. La Constitution indienne, promulguée le 26 janvier 1950, proclame le caractère socialiste et laïque de l Etat. Le Parlement de l Union comprend deux Chambres : la Chambre des Etats (Rajya Sabha, chambre haute) et la Chambre du Peuple (Lok Sabha, chambre basse). Le chef de file du parti majoritaire à la Lok Sabha est traditionnellement nommé Premier Ministre. Population Superficie : km 2 Population : millions Capitale : New Delhi (12,8 millions d habitants) Villes principales : Mumbai (Bombay), Kolkota (Calcutta), Chennai (Madras), Bangalore, Hyderabad, Lucknow Langues officielles : Anglais et Hindi ; la Constitution reconnaît 18 langues Monnaie : Roupie Avec une population estimée à plus d'un milliard d'habitants, l'inde est le deuxième pays le plus peuplé du monde. La densité moyenne s'établit autour de 315 habitants au km 2, mais les extrêmes varient entre 25 habitants au km 2 dans le Deccan et plus de habitants au km 2 dans la vallée du Gange ou les plaines côtières. Du fait d'une croissance démographique importante, plus du tiers de la population a moins de quinze ans. Il existe de nombreuses divisions ethniques : Indo-Aryens (environ 70 % de la population), Dravidiens (25 %), Sikhs (3 %), tribus aborigènes (1,5 %),Tibétains, Khmers et autres (0,5 %). Inde France Population (en millions) ,2 Densité (habitants au km 2 ) Accroissement naturel de la population 1,55 0,4 Indice de fécondité 3,04 1,8 Espérence de vie (en années) 62,9 78,5 Urbanisation (en %) 28 75,6 1

2 Vivre en Inde Les castes : le millefeuille social indien obligations et des interdictions : mariage à l intérieur de la caste (endogamie), règles alimentaires (végétarisme pour les brahmanes), signes vestimentaires ou maquillage particulier. Chaque catégorie est éclatée en des dizaines, voire des centaines de sous-castes ou de variétés régionales. Pour favoriser l intégration des castes défavorisées, l Etat réserve généralement des emplois dans le secteur public, des sièges parlementaires et des places dans les universités. Malgré tout, l exclusion dont les anciens intouchables demeurent l objet, est visible dans le domaine économique. Ils constituent les classes les plus pauvres : ouvriers agricoles sans terre, manoeuvres souspayés, chômeurs non assistés Plusieurs révoltes ont éclaté depuis l indépendance comme celle du Bengale en Ces révoltes ont été très sévèrement réprimées par l armée, constituée en majorité de kshatriya. La contestation de ce statut humiliant a pris récemment des formes religieuses avec des conversions massives au bouddhisme et à l islam en pays tamoul. C est donc la stabilité sociale de l Inde tout autant que la prédominance de la religion hindouiste qui sont actuellement en passe d être renversées. En 1995, une intouchable Mayavati a été élue à la tête d un Etat, l Uttar Pradesh. En juillet 1997, Kocheril Raman Narayanan, issu de la caste des intouchables, a été élu à 75 ans président. Ce poste est honorifique mais cette élection a représenté un symbole très puissant dans un pays où la question des rapports entre castes n a jamais été réglée de façon satisfaisante. La civilisation indienne possède un système social très complexe. L Occident y voit une inégalité flagrante puisque la hiérarchie des castes conduit à l exclusion d une catégorie appelée «les intouchables» même si depuis 1949, tous les citoyens indiens sont égaux. L Inde moderne ne reconnaît pas constitutionnellement l existence des castes et la constitution de 1950 a supprimé, non pas le système des castes, mais "toute discrimination fondée sur la religion, la race, la caste, le sexe et le lieu de naissance". Pourtant, elles continuent à imprégner les mentalités et les comportements. Historiquement, l organisation est hiérarchisée entre les gens "de classe" (savarna) et les gens "sans classe" (varna) : les Intouchables. Dans l ordre croissant de la dignité viennent quatre grandes catégories : Shudra,Vaishya, Kshatriya, Brahmanes. Les professions les plus pures et les plus nobles sont réservées aux castes les plus hautes : enseignement (pouvoir spirituel) aux Brahmanes, les fonctions politiques ou guerrières aux Kshatriya, les métiers les plus impurs sont réservés aux Intouchables : tannage, les Vashya s adonnent à l agriculture, à l élevage et au commerce. Les Shudra sont serviteurs et artisans. Chaque catégorie impose à ses membres des L.R. La plus grande démocratie du monde (1,1 milliard d habitants), longtemps restée à l écart de la mondialisation a trouvé sa voie et est appelée à devenir, selon les études prospectives de la plupart des économistes, la future troisième économie mondiale après la Chine et les Etats-Unis. Avec une croissance régulièrement supérieure à 6% depuis les années , l Inde représente un gigantesque potentiel économique avec le développement rapide d une classe moyenne. Championne mondiale dans les domaines de l informatique, l «outsourcing», la pharmacie et les biotechnologies, l économie indienne connait un essor spectaculaire qui surprend et attire. Son principal atout : une population active nombreuse et bien formée. Sa population dense lui vaut un nombre important de consommateurs et d'actifs et l émergence d une classe moyenne supérieure estimée à 60 millions de personnes, ainsi qu'une épargne élevée. Chaque année, ingénieurs sortent des universités indiennes, diplômés de niveau équivalent et docteurs. La population parle bien l'anglais, atout incontesté pour les centres d'appels qui ont créé plus de emplois en quatre ans principalement par des entreprises américaines et britanniques. Cependant, l Inde doit faire face à ses défis internes et notamment ses 350 millions de pauvres (soit 1/3 de la population) qui vivent avec moins de un dollar par jour, ses disparités géographiques entre un sud enrichi et des états de l est qui restent en dehors du mouvement, le manque d infrastructures (routes, chemins de fer, ports et aéroports), L Inde décolle la bureaucratie et les lourdeurs administratives et son lourd déficit énergétique. L Inde est aussi une société où musulmans et hindous s affrontent parfois violemment, où les conflits entre hautes castes et basses castes perdurent, faisant de ce pays une terre de paradoxes par excellence. Malgré ces contradictions, ce pays à taille continentale, dont la diversité même constitue l une des plus grandes richesses, dispose de bien des atouts pour devenir l une des grandes puissances de demain : régime démocratique et stable, modèle de croissance original tiré par les services, réservoir de main-d oeuvre qualifiée, arme nucléaire, influence culturelle à travers le monde et diaspora émergente sont autant d éléments, qui devraient assurer à l Inde, dans les décennies à venir, une place prépondérante dans l économie mondiale. L.R. 2

3 Mobilité Internationale Selon le pays d accueil, le choix du statut entre le détachement ou l expatriation peut avoir d importantes répercussions sur la vie actuelle et future du salarié. Aussi, il convient de bien définir tous les différents aspects impactant la mobilité internationale (éléments de rémunération, protection sociale, fiscalité) préalablement à votre départ. La protection sociale étant sans aucun doute l une des problématiques les plus délicates, il est important de déterminer le meilleur statut afin d éviter les conditions de précarité sociale. Il conviendra donc de faire la distinction entre le détachement et l expatriation. Le détachement Détachement et expatriation, deux statuts différents Le détachement se caractérise par une mission temporaire. Le travailleur détaché, salarié d une entreprise située en France, fournit dans un pays d affectation une prestation, limitée dans le temps, pour le compte et l autorité de l entreprise en France. Le salarié détaché reste pendant toute la durée de son détachement à l étranger, rémunéré par sa société d origine (en France). Les caractéristiques de la définition du détachement s attachent aux éléments suivants : maintien du lien contractuel avec la société d origine, caractère temporaire de la mission, maintien du lien de subordination avec l employeur d origine, réintégration de la société d origine à l issue du détachement. Le détachement au sens de la sécurité sociale implique le maintien au régime français de sécurité sociale du salarié qui va exercer de façon temporaire une activité professionnelle à l étranger. Le salarié détaché est soumis au régime de sécurité sociale français, sur la totalité de son salaire et des autres parts variables de sa rémunération. Il doit acquitter toutes les obligations en matière de vieillesse, les retraites complémentaires et l assurance chômage. L employeur français s engage à verser au régime de Sécurité sociale français l intégralité des cotisations relatives au salaire. Le détachement au sens de la sécurité sociale ne doit pas excéder une certaine durée qui est variable selon le pays au sein duquel le salarié est détaché. La durée maximale d un détachement au sein d un pays de l Espace Economique Européen, est généralement de 12 mois, éventuellement renouvelable pour une période de 12 mois. La durée maximale de détachement d un salarié d un Etat Membre de l Union européenne vers un Etat tiers hors Union européenne est prévue par les Conventions bilatérales de Sécurité Sociale. Elle peut varier entre 6 mois et 5 ans suivant les accords. Ces traités bilatéraux permettent également d éviter une double affiliation avec le pays d accueil et le pays d origine. Dans ces deux cas, l employeur français s engage donc à verser au régime de Sécurité sociale français l intégralité des cotisations relatives au salaire. L expatriation L expatriation au sens du droit du travail se caractérise par la suspension du contrat de travail («contrat dormant») ou la rupture (transfert) du contrat de travail initial et la conclusion d un contrat de travail local, conforme à la législation en vigueur dans le pays d accueil. Le contrat de travail étant suspendu pendant la mission ou rompu, la rémunération du salarié expatrié sera en principe versée par la société d accueil à l étranger. En principe, l expatriation implique que le lien de subordination du salarié est rompu et que le salarié expatrié n appartient plus aux effectifs de la société d origine. Au terme de la mission à l étranger, le contrat de travail conclu avec la société d origine est réactivé lorsqu il s agit s un contrat dormant. Au sens de la Sécurité Sociale, le salarié expatrié exerçant une activité professionnelle à l étranger cesse de relever du régime de Sécurité Sociale français et relève obligatoirement du régime de protection sociale local du pays dans lequel il exerce son activité professionnelle. Le salarié n est alors plus soumis aux obligations en matière de sécurité sociale, de prévoyance, de retraite ou de chômage. Il convient de noter que le salarié initialement détaché peut devenir expatrié lorsque la durée maximale autorisée par les traités bilatéraux est atteinte ou à défaut d une convention. L affiliation au régime de protection sociale du pays d accueil est alors obligatoire. Afin d éviter le risque de discontinuité ou d insuffisance de la couverture sociale, le salarié expatrié peut adhérer à une assurance volontaire auprès de la CFE (Caisse des Français à l Etranger) et éventuellement à une assurance complémentaire. Il pourra également souscrire à une assurance privée complémentaire de sécurité sociale avec couverture au premier euro. S.F. TRANSAT EXPAT SANTÉ pour ne rien laisser au hasard... Vous vous interrogez sur votre protection sociale à l étranger? Quel que soit votre lieu de résidence et selon les spécificités de votre statut, les banques CIC vous proposent une offre simple et adaptée à vos besoins, pour assurer la continuité de vos soins à l étranger. Deux formules Transat Expat Santé sont proposées : soit la formule à partir du 1er euro, assurance santé complète pour les expatriés sans Sécurité sociale, soit la formule en complément de la Caisse des Français de l Etranger (CFE) ou de la Sécurité sociale. Un choix de deux niveaux de garanties permet de vous assurer une couverture allant jusqu à 100% de vos frais réels sur la plupart de vos dépenses de santé. Cette couverture est valable également pour toute votre famille, qu elle soit ou non expatriée dans son ensemble. Avec Transat Expat Santé, vous disposez également d un tiers payant hospitalier «mondialisé» qui vous évite l avance des frais où que vous soyez, et pour les autres dépenses courantes, vous êtes remboursé en 48h. Un site internet est à votre disposition, pour consulter vos remboursements, vos garanties ou pour obtenir les formulaires nécessaires à vos remboursements. Enfin un centre d assistance médicale, assurée par Mondiale Assistance, vous conseillera 24h/24 sur toutes les questions concernant votre santé et celle de vos proches. Pour en savoir plus sur Transat Expat Santé, contactez votre conseiller en agence ou rendez-vous sur le site 3

4 Actualités fiscales L acquisition, la détention, et la transmission d un bien immobilier par un non-résident entraîne des conséquences fiscales et juridiques complexes. Cette complexité résulte de la superposition des règles nationales et supranationales applicables à tous les stades d un investissement immobilier La chronologie d un tel investissement étant la suivante : l'acquisition, la détention, la cession ou la transmission. Notre première étude portera sur la fiscalité liée à l acquisition et les choix de stratégies à opérer. Les droits d'enregistrement Les droits d'enregistrement sont dus en France lorsque l'immeuble est situé en France, même si l'acte est passé à l'étranger. L acquisition d un bien immobilier en France La qualification juridique de la société étrangère, pour l'investissement immobilier, est fondamentale, au moins pour deux raisons. S'il s'agit d'une société de personnes par assimilation, les revenus seront taxés entre les mains des associés, personnes physiques ou morales, résidentes en France ou non. En revanche, les revenus réalisés par une société de capitaux seront soumis à l'impôt sur les sociétés en France. En outre, les conséquences fiscales de la détention d'une propriété par une société de capitaux dont l un des associés se réserve l usage peuvent être très pénalisantes. La jurisprudence assimile à une activité imposable à l'impôt sur les sociétés le fait pour une société de capitaux étrangère de mettre un immeuble gratuitement à la disposition d'un tiers. Le choix de la structure étrangère est donc lourd de conséquences. Le taux des droits d'enregistrement est fixé uniformément à 5 %, qu'il s'agisse d'un immeuble ou de parts sociales ou actions de sociétés à prépondérance immobilière (1), et que cette société soit française ou étrangère. L'acquisition via une société Il est possible d acquérir un immeuble en France en nom propre mais également via une société, cette société pouvant être de droit français ou de droit étranger. - L'interposition d une société de droit étranger Lorsqu'une société étrangère acquiert un immeuble en France, la question essentielle, pour définir une bonne stratégie fiscale, est de savoir s il s agit, au regard du droit interne français, d'une société de personnes translucide, qui est soumise en principe à l impôt sur le revenu - ou d'une société de capitaux, soumise à l'impôt sur les sociétés. En pratique, il n'existe pas de critères précis permettant d'affirmer qu'une personne morale étrangère est une société de personnes ou une société de capitaux. La seule méthode admissible est la comparaison avec les sociétés françaises. Cette comparaison devant s'effectuer en examinant les statuts et le mode de fonctionnement de la société étrangère. - L'interposition d'une société civile française Dans ce cas, les conséquences fiscales en France sont claires, dans la mesure où les SCI sont des sociétés translucides par principe. L'associé non-résident d'une SCI française est imposable en France à hauteur de sa quote-part dans les bénéfices réalisés par la société. Attention toutefois à la législation du pays de résidence et particulièrement à la reconnaissance du caractère transparent. En effet, certains pays ne reconnaissent pas la transparence fiscale de la SCI. De plus, la mise à disposition gratuite de l'immeuble par une SCI à ses associés est considérée par certains pays comme un avantage en nature taxable dans le pays de résidence. A.L. (1) L'article 726 du CGI précise la notion de société à prépondérance immobilière pour les droits d'enregistrement : «Est à prépondérance immobilière la personne morale non cotée en bourse dont l'actif est, ou a été au cours de l'année précédant la cession des participations en cause, principalement constitué d'immeubles ou de droits immobiliers situés en France ou de participations dans des personnes morales non cotées en bourse elles-mêmes à prépondérance immobilière». Il est admis, par exemple, que si les associés ont une responsabilité limitée, il devrait s'agir d'une société de capitaux. Si les associés ont une responsabilité indéfinie, le régime des sociétés de personnes pourrait s'appliquer. 4

5 Services extra-bancaires Patrice Magnard aime travailler dans le secteur culturel. Après alapage.com, il lance maxicours.com, un site d'accompagnement scolaire sur le web. Comment fonctionne Maxicours? Patrice Magnard : Maxicours fonctionne très bien! C'est un service d'accompagnement scolaire en ligne du CP à la Terminale. Quels sont les avantages de vos cours en ligne par rapport à un soutien scolaire à domicile? Les avantages de l'accompagnement scolaire en ligne sont les suivants : la disponibilité 24h sur 24 et 7 jours sur 7, et le prix qui est 10 fois moins cher que pour les cours à domicile. En effet, l'abonnement à Maxicours coûte moins de 100 par an, alors que le coût moyen d'un an de cours à domicile revient à plus de par an. Quelle est la valeur ajoutée de ce site par rapport aux autres? Maxicours.com donne accès à toutes les matières : plus de cours vidéo, cours-fiches, exercices, un dictionnaire encyclopédique, un dictionnaire de conjugaison, etc. Une véritable encyclopédie pédagogique pour réussir sa scolarité avec plaisir! D'où est venue l'idée de Maxicours? Vos résultats à l'école? En fait mon père est l'inventeur des Cahiers de Vacances. Etant effectivement le meilleur ami du radiateur de la classe, j'ai toujours rêvé d'un outil qui permettrait de faciliter efficacement le cursus scolaire. D'où Maxicours.com! Les cours en ligne donne-t-il vraiment des résultats? Comment pouvez-vous le vérifier? Les abonnés se réabonnent et nous félicitent! Combien de professeurs embauchez-vous? 300 enseignants ont constitué le contenu de Maxicours.com. Maxicours proposera-il un jours des programmes de cours pour les facultés? Un jour... très certainement. En attendant, nous venons de lancer un module de préparation aux concours administratifs (Cat. C) et lançons la semaine prochaine un module de remise à niveau pour les adultes. Quels sont vos rapports avec le ministère de l'éducation et le corps professoral en général? Excellents! Nous sommes partenaires du CNED pour la création de contenus en ligne pour les élèves du primaire. De plus, Maxicours.com est utilisé dans de nombreux lycées et collèges équipés en accès Internet. Les professeurs découvrent grâce à Maxicours un nouvel outil innovant pour enseigner. Les animations flash par exemple sont excellentes pour illustrer des notions de mathématiques ou de physique. Vos prix sont-ils plus attractifs que la concurrence? Oui, pour 9,95 * par mois Maxicours vous offre un accompagnement scolaire illimité pour toutes les matières de la classe choisie, ainsi que l'accès à la classe précédente et la classe suivante. CAP TRANSAT SERVICES Votre service d assistance personnelle Vous êtes à des milliers de kilomètres et vous souhaitez envoyer à votre famille un bouquet de fleurs, un ballotin de chocolats, vous avez besoin de médicaments, de livres scolaires, vous voulez mettre en vente ou en location un bien immobilier ou au contraire confier un mandat de recherche? Cap Transat Services vous aide et vous assiste pour toutes vos demandes. Il n est pas toujours facile de trouver certains produits ni même d envoyer des cadeaux à ses proches restés en France lorsque l on vit loin de l Hexagone. La Banque Transatlantique,forte de sa longue expérience de l expatriation,l a bien compris et a développé ce service il y a 30 ans pour accompagner les expatriés dans leur vie quotidienne et apporter une aide aux problèmes posés par leur éloignement. Cap Transat Services reçoit plusieurs demandes par jour, principalement des commandes de produits d usage courant mais également du matériel informatique. Dès confirmation de la commande par l adhérent Cap Transat, les produits sont achetés et leur expédition est gérée, soit par la valise diplomatique, soit par la poste ou par un transitaire privé. Ce service peut aussi vous mettre en relation avec son réseau de prestataires pour acheter ou vendre votre résidence, mettre un bien en location, rechercher un jardinier pour entretenir votre résidence toute l année, trouver une aide ménagère, une baby-sitter lors de vos séjours en France, réserver une voiture, domicilier son courrier la liste est loin d être exhaustive et seule votre imagination peut limiter l étendue du service,cap Transat Services étudie toutes vos demandes quelles qu elles soient. Pour utiliser ce service, passez vos commandes : par mail : par fax : * Les adhérents Cap Transat CIC bénéficient d une remise de 15% sur les tarifs de Maxicours. Pour accéder au site, copiez ce lien dans votre navigateur web : captransat.maxicours.com 5

6 Nous souhaitons enrichir nos prochaines Newsletter d'une rubrique "Courrier des lecteurs" : Faites-nous part de votre expérience à l'étranger, ou tout simplement de vos suggestions, idées, questions,... Pour participer à cette rubrique, écrivez à Newsletter n 2 - octobre - novembre - décembre 2006 Banque Transatlantique - 26, avenue Franklin D. Roosevelt Paris Comité de rédaction Laurence Rocchi Rédacteurs Ambroise Lauvergeon, Sarah Fauvel, Laurence Rocchi Conception - réalisation Louiza Ghrous 6

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

RÉGIME DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS, REGARDS CROISÉS Droit social et statut des expatriés au Brésil. Lundi 10 novembre de 14h30 à 16h30

RÉGIME DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS, REGARDS CROISÉS Droit social et statut des expatriés au Brésil. Lundi 10 novembre de 14h30 à 16h30 RÉGIME DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS, REGARDS CROISÉS Droit social et statut des expatriés au Brésil Lundi 10 novembre de 14h30 à 16h30 Droit social et statut des expatriés au Brésil Sommaire Détachement

Plus en détail

Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils.

Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils. Mobilité internationale : détachement et expatriation Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils.com) Avec le concours

Plus en détail

Mobilité internationale et retraite sont-elles incompatibles?

Mobilité internationale et retraite sont-elles incompatibles? Mobilité internationale et retraite sont-elles incompatibles? La mobilité internationale en matière d emploi apporte de nombreuses satisfactions qui sont souvent aussi bien d ordre professionnel (promotion,

Plus en détail

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation Atelier de la Profession INTERVENANTS Pierre FAUCHER Expert-Comptable Rapporteur en charge du social Henri SCHMELTZ Expert-Comptable

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Offre de la Banque Transatlantique à l attention des expatriés recommandés par UBIDOCA

Offre de la Banque Transatlantique à l attention des expatriés recommandés par UBIDOCA Offre de la Banque Transatlantique à l attention des expatriés recommandés par UBIDOCA 2007-1 - PREAMBULE UBIDOCA et la Banque Transatlantique se sont rapprochés, ainsi la Banque Transatlantique met à

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

Flash News. Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés

Flash News. Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés www.pwc.lu/tax Flash News Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés Le 21 mai 2013, l administration fiscale luxembourgeoise a émis une circulaire visant à remplacer la circulaire

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

PRIME D EXPATRIATION FEVRIER 2015

PRIME D EXPATRIATION FEVRIER 2015 PRIME D EXPATRIATION FEVRIER 2015 Prime d expatriation 2 S O M M A I R E PAGES Présentation 3 Les entités concernées 4 Nature de la prime 5 Régime fiscal 6 Régime social 9 Prime d expatriation 3 Présentation

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent présente MOBILITE INTERNATIONALE Un contrat de travail pertinent Maître Marc BOURGUIGNON -VAE SOLI- 8 rue Brémontier 75017 PARIS mb@vae-soli.com 01 47 66 34 68 1 École des Mines 20 Mars 2007 Plan Distinction

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger Mise à jour : mai 2014 Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger Vous êtes agent RATP,

Plus en détail

Objet : Encadrement fiscal des dépenses et charges en relation avec l embauchage sur le marché international de salariés

Objet : Encadrement fiscal des dépenses et charges en relation avec l embauchage sur le marché international de salariés Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 95/2 du 21 mai 2013 1 L.I.R. n 95/2 Objet : Encadrement fiscal des dépenses et charges en relation avec l embauchage sur le marché international de salariés

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Annexes : Tableau récapitulatif des catégories d assurés soumises ou non au parcours de soins.

Annexes : Tableau récapitulatif des catégories d assurés soumises ou non au parcours de soins. MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE, ET DE LA FAMILLE REPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE Division des affaires communautaires et internationales Le ministre des solidarités, de la

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL D ETUDIANTS AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET EUROPEENES DANS LE CADRE DE LEUR STAGE D ETUDES

CONVENTION D ACCUEIL D ETUDIANTS AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET EUROPEENES DANS LE CADRE DE LEUR STAGE D ETUDES MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES CONVENTION D ACCUEIL D ETUDIANTS AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET EUROPEENES DANS LE CADRE DE LEUR STAGE D ETUDES Article 1 - Les parties signataires

Plus en détail

Photo Australie AFCA MAE. Nos conseils lors d un départ en poste à l étranger. Mai 2015

Photo Australie AFCA MAE. Nos conseils lors d un départ en poste à l étranger. Mai 2015 Photo Australie AFCA MAE Nos conseils lors d un départ en poste à l étranger Mai 2015 Sommaire La Banque Transatlantique en bref La gestion bancaire en contexte international La gestion de votre patrimoine

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire Santé de vos salariés non cadres. Accord départemental du 3 septembre 2009. Raison sociale 1

Plus en détail

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs des TNS Le statut du conjoint du TNS Les statuts

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT 1 La protection sociale du dirigeant 1 - Qu est-ce que la Protection Sociale? 2 - Le Statut social des dirigeants - Salarié - Non Salarié (TNS) 3 Les garanties des régimes

Plus en détail

Entrée et séjour en Europe

Entrée et séjour en Europe Entrée et séjour en Europe CH-4501 Soleure Dornacherstrasse 28A Case Postale 246 Téléphone 032 346 18 18 Téléfax 032 346 18 02 info@ch-go.ch www.ch-go.ch Table des matières Introduction... 3 1. Entrée...

Plus en détail

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE SERVICE JURIDIQUE JURISINFO FRANCO-ALLEMAND Octobre 2014 Avertissement : Cette note a pour but de donner une information générale et ne peut remplacer une étude juridique

Plus en détail

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Patrice MARIE Parmi les dépenses du médecin libéral, le poste des charges sociales occupe de loin la première place et augmente régulièrement

Plus en détail

FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS

FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS FISCALITÉ FRANÇAISE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE DES SALARIÉS TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS V INTRODUCTION 1 PREMIÈRE PARTIE TRAITEMENT FISCAL DES SALARIÉS FRANÇAIS EXPATRIÉS Chapitre 1 : En droit interne

Plus en détail

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Olivier D Aout Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Thierry Litannie avec la collaboration de Emmanuel Delannoy et

Plus en détail

Table des matières. Les activités à l étranger et le maintien de la protection sociale 9. Introduction 9

Table des matières. Les activités à l étranger et le maintien de la protection sociale 9. Introduction 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Les activités à l étranger et le maintien de la protection sociale 9 Pierre Van Haverbeke Introduction 9 Titre I Les règles d assujettissement au régime de sécurité

Plus en détail

Votre Profil.. p.3. Présentation.. p.4. Les avantages... p.5. La rémunération. p.6. Un métier d avenir... p.7. Comment ca marche?... p.

Votre Profil.. p.3. Présentation.. p.4. Les avantages... p.5. La rémunération. p.6. Un métier d avenir... p.7. Comment ca marche?... p. 1 Sommaire : Votre Profil.. p.3 Présentation.. p.4 Les avantages... p.5 La rémunération. p.6 Un métier d avenir... p.7 Comment ca marche?... p.8 Charges et dépenses p.11 2 Passionné par l immobilier Vous

Plus en détail

FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010)

FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010) FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010) IMMIGRATION // Visa business Les citoyens de l Espace économique Européenne (EEE) et la Suisse (avec certaines exceptions mentionnées ci-dessous)

Plus en détail

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE Fonds européen pour les réfugiés Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE La Convention de Genève reconnaît aux réfugiés les mêmes droits qu'aux nationaux en matière d'assistance publique et de sécurité

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3541-4 Chapitre 1 L embauche directe En tant que particulier employant du personnel de maison (une femme de ménage, une

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Picardie et Aisne) (17

Plus en détail

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 -

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 - L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES Travail des étudiants Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 - J ai travaillé

Plus en détail

Sérénivie. Le relais de votre protection sociale. Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat

Sérénivie. Le relais de votre protection sociale. Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat Quelques chiffres clés Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat Glossaire Annexe Sérénivie Le relais de votre protection sociale Aujourd hui, vous bénéficiez d une

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 F-17-07 N 133 du 31 DECEMBRE 2007 IMPOT SUR LE REVENU. TRAITEMENTS ET SALAIRES. REGIME SPECIAL D IMPOSITION DES SALARIES ET MANDATAIRES SOCIAUX

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

Brochure d information. L assurance-maladie obligatoire en Suisse

Brochure d information. L assurance-maladie obligatoire en Suisse Brochure d information L assurance-maladie obligatoire en Suisse Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques du canton de Berne Office des assurances sociales L obligation

Plus en détail

Guide. du Correspondant Mutualiste

Guide. du Correspondant Mutualiste Guide du Correspondant Mutualiste Version 2 - Janvier 2011 La Mutuelle Nationale Territoriale - Mutuelle soumise aux dispositions du Code de la Mutualité - RNM 775 678 587 - Document non contractuel -

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 10. Salariés expatriés et retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 10. Salariés expatriés et retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS Guide salariés n o 10 JUIN 2015 Salariés expatriés et retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger,

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, SEŃAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, PREŚENTEÉ Par Jean-Yves Leconte, Hélène Conway-Mouret, Claudine Lepage et Richard Yung

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE & EXPATRIATION INFORMATIONS PRATIQUES

PROTECTION SOCIALE & EXPATRIATION INFORMATIONS PRATIQUES Les trois temps de la mobilité internationale COTTIN Sandy LEFEVRE Emilie LESURE Eliane OMICI Eve-Marie ZERGUINE Sonia par le groupe COLOMBIE Partir travailler à l étranger - Informations pratiques pour

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI Quels sont les droits et les obligations : - du salarié de droit privé? - du fonctionnaire? -du travailleur

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Zones Franches Urbaines

Zones Franches Urbaines Zones Franches Urbaines mode d emploi Les éditions de la DIV Exonérations en zones franches urbaines (ZFU) Synthèse Exonération de taxe professionnelle (TP) Entreprises employant au plus 50 salariés à

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Guide pratique de l employeur

Guide pratique de l employeur PRÉVOYANCE Guide pratique de l employeur Accords régionaux de prévoyance du 24 septembre 2009 visant les salariés non-cadres des Exploitations de Pépinières et d Horticulture de la région Midi-Pyrénées

Plus en détail

jl_fifqb=molcbppflkkbiib

jl_fifqb=molcbppflkkbiib jl_fifqb=molcbppflkkbiib TRANSFERT EN FRANCE DE SALARIÉS NON-RESSORTISSANTS Sandra VREEDENBURGH Mai 2009 Toute société souhaitant transférer des salariés non-ressortissants de l Union Européenne au sein

Plus en détail

Les régimes complémentaires de pension: cadre légal et pratiques du marché. Déjeuner-débat ELSA 27 novembre 2013 Florence Navarro

Les régimes complémentaires de pension: cadre légal et pratiques du marché. Déjeuner-débat ELSA 27 novembre 2013 Florence Navarro Les régimes complémentaires de pension: cadre légal et pratiques du marché Déjeuner-débat ELSA 27 novembre 2013 Florence Navarro Le principe des 3 piliers en matière de pension 1 er pilier Sécurité sociale

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS PROTECTION SOCIALE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

FICHE PAYS ETATS-UNIS

FICHE PAYS ETATS-UNIS FICHE PAYS ETATS-UNIS IMMIGRATION // Permis de travail // Visa business Comme dans la grande majorité des pays, pour pouvoir travailler aux Etats-Unis, en tant qu étranger, il faut obtenir une autorisation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR Pour les exploitations agricoles, les entreprises de travaux agricoles, les CUMA de Franche-Comté et les coopératives fruitières de l Ain du Doubs et du Jura relevant de l

Plus en détail

LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise 1-PRESENTATION L Accord National Interprofessionnel (ANI) 2013 a prévu de généraliser la complémentaire

Plus en détail

des associations locales

des associations locales Pour en savoir plus www.credit-agricole.fr Guide de la nouvelle des associations locales les réponses à toutes vos questions Le contrat Complémentaire Santé associations est assuré par PACIFICA, filiale

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

Audit de Protection Sociale

Audit de Protection Sociale Audit de Protection Sociale Réunion Créateurs Réunion cabinet Réunion CCI Grenoble Présentation du groupe Présentation du groupe SGAM (crée en 2008) 1 er groupe de protection sociale en France Une offre

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés

Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés Mieux épargner : Livret A LDD Livret Bleu LEP Livret Jeune Oubliez les taux bas du moment! G u i

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS La vente directe en plein essor recrute 10.000 nouveaux commerciaux à temps partiel ou à temps plein En s engageant à recruter 10.000 personnes,

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

S adapte à votre besoin de protection.

S adapte à votre besoin de protection. S adapte à votre besoin de protection. ALLEGRA prend le relais là où vos assurances accidents de base (caisse maladie ou assurances professionnelles) s arrêtent, afin de vous offrir une protection complète

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Par : Service de fiscalité PRÉSENTATION Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs)

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) 7Les droits sociaux Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) Les droits économiques Généralement à 18 ans, et parfois pour une durée plus ou

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

Panorama des CONTRATS de travail

Panorama des CONTRATS de travail Janvier 2010 Panorama des CONTRATS de travail L essentiel contrat par contrat Choisir un contrat selon vos besoins Éléments clés pour gérer vos contrats L essentiel contrat par contrat Signes particuliers

Plus en détail