Année : 2005 Volume : 3 Numéro : 2 Pages : ISSN : Sujets : ressources humaines, expatriation, gestion, adaptation, déterminants.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Année : 2005 Volume : 3 Numéro : 2 Pages : 352-378 ISSN : 1705-6616 Sujets : ressources humaines, expatriation, gestion, adaptation, déterminants."

Transcription

1 L APPRĖCIATION PAR LES EXPATRIĖS DES COMPLĖMENTS DE RĖMUNĖRATION LIĖS A LA MOBILITĖ INTERNATIONALE Revue internationale sur le travail et la société, Octobre 2005 Pierre Chadat 1 Isabelle Bories-Azeau 2 Année : 2005 Volume : 3 Numéro : 2 Pages : ISSN : Sujets : ressources humaines, expatriation, gestion, adaptation, déterminants. Résumé : Le développement international induit des transfert de ressources humaines à l étranger. L expatriation, i.e. le transfert d un salarié hors de son pays d origine, est l une des formes les plus courantes de cette mobilité internationale. L analyse des difficultés des politiques de gestion internationale des ressources humaines (Cerdin, 1996 ; Cerdin, 1999 ; Mérignac et Roger, 2004) conduit à s interroger sur les déterminants de l adaptation des salariés expatriés. Poursuivant les travaux de Black (1988) sur le processus d adaptation dans un contexte d expatriation, les recherches empiriques ont permis d identifier bon nombre de ces déterminants. Mais, à notre connaissance, peu de recherches ont porté sur les facteurs et sur l impact de la satisfaction à l égard des compléments de rémunération sur l adaptation des cadres expatriés. Notre étude empirique consacrée aux déterminants de la satisfaction des cadres expatriés à l égard des compléments de rémunération dont peut leur faire bénéficier l entreprise (couverture sociale, compléments sociaux, indemnisation de la perte ou de la recherche d emploi du conjoint ) peut donc contribuer à une meilleure compréhension du processus d adaptation de l expatrié 1 ATER Faculté d Administration et Gestion. Université Montpellier I. Laboratoire GESEM - EA 3530, univ-montp1.fr 2 PAST IUT de Montpellier, Site de Béziers. Université Montpellier II. Laboratoire GESEM - EA 3530, iutbeziers.univ-montp2.fr 352

2 et enrichir les conclusions des travaux antérieurs sur ce thème (cerdin, 1996 ; Waxin, 2000, par exemple). Nous présentons ici une partie des résultats de notre étude, résultats qui nous amènent à proposer un classement des compléments de rémunération en fonction de leur perception par les cadres expatriés. Dans notre communication, nous spécifierons tout d abord le cadre d analyse de l étude en rappelant d une part les compléments de rémunération qui peuvent être versés aux salariés expatriés et leurs spécificités et d autre part, les fondements théoriques sur lesquels nous nous sommes appuyés. Puis nous préciserons la méthodologie de notre recherche qui repose sur une enquête par questionnaire auprès de 92 cadres expatriés. Nous serons alors en mesure d analyser et de discuter les résultats que nous avons obtenus. 353

3 Introduction Chercheur dans une entreprise américaine, ingénieur dans une usine de traitement des eaux à Milan, technicien dans une centrale nucléaire à Daya Bay, opérateur de travaux sur une plate forme pétrolière en Arabie Saoudite, négociateur de nouveaux produits importés de Taiwan, les raisons de notre mobilité internationale sont marquées par une culture française profonde, héritée de l expatriation coloniale. Historiquement, dès le XIXème siècle, la révolution industrielle et l expansion démographique de la France, ont développé l expatriation au sein des colonies françaises. Des milliers de français, fonctionnaires, salariés dans de grandes entreprises publiques, se sont engagés dans la construction et l exploitation de grands projets, ce qui se justifiait largement par le manque de formation de main d œuvre locale. Plus tard, la croissance économique soutenue, d une ampleur inégalée sur une période aussi longue, appelée plus couramment «les trente glorieuses» a impulsé l internationalisation des échanges. Parce que maîtrisant mieux leur marché national, ces grandes entreprises ont pu attaquer un marché international. Aujourd hui, l internationalisation s apparente à une option entrepreunariale difficilement contournable (Arthur, 1994). Les grandes entreprises s adaptent à des marchés fortement concurrentiels pour progressivement prendre la forme de conglomérats (groupes à activités multiples et à rayonnement international). Ces firmes productives développent une multitude d activités (chaînes de montage, exploitation de ressources premières, agences de vente, ateliers de réparation ) sur des territoires stratégiques dont le développement et la maintenance sont assurés, dans la majorité des cas, par des cadres et par un personnel technique expatriés (Black et al., 1992 ; Poirey, 1997). Au sens de la Gestion Internationale des Ressources Humaines (GIRH) 3 l internationalisation des activités de l entreprise, si l on s en tient aux personnels d une maison mère française qui développe son activité internationale, peut regrouper trois statuts : 3 DAYAN A. (1999), Manuel de Gestion, Ellipses/Auf, Volume

4 - les exposés : ils ne quittent pas le territoire de la maison mère, mais exercent leur activité dans un contexte totalement international. C est l exemple du responsable marketing français de la filiale française d une multinationale américaine. Il est localisé en France, où il gère le marketing des produits, sous les ordres (lien de subordination) du directeur général français de cette filiale française mais également du vice-président marketing américain situé aux Etats- Unis. Il coordonne son activité par courrier électronique autour d une équipe dispersée aux quatre coins du monde. La plus grande partie de son travail se fait en langue anglaise. Il collabore avec des différentes nationalités et utilise pour mener à bien ses prérogatives, des référentiels totalement internationaux, même s il voyage peu - les experts : ils détiennent une compétence spécifique dans l entreprise et exercent leur activité là où elle est nécessaire, quel que soit le pays ou l entité du groupe (Tarondeau, 1998). Une grande entreprise pétrolière, par exemple, possède plusieurs usines de raffinement dont un certain nombre disposent d une technologie et d équipements identiques. Au sein du groupe, des experts, spécialistes de la maintenance de ces équipements, travaillent une partie de leur temps hors de leur entité de rattachement pour aider les entités locales dans la maintenance de leur matériel. - les expatriés : pour les gestionnaires, le principal critère définissant l expatriation est généralement celui de la durée. Ainsi, les expatriés sont des salariés envoyés dans une entité à l étranger pour une période relativement longue. Les entreprises retiennent souvent une durée d affectation à l étranger de 6 mois (ou plus), qui correspond à celle de résident au sens fiscal du terme. Selon Deroure (1992), la durée moyenne de l expatriation en Europe serait de 4 ou 5 ans pour des raisons d efficacité et d amélioration des conditions de vie. Ainsi, l expatrié peut se définir comme «toute personne envoyée à l étranger par son organisation pour une durée temporaire» (Cerdin, 1996, p. 6) avec une perspective de retour (Cerdin et al., 2000 ; Dowling et al., 1994 ; Guzzo, 1997). Dans ces conditions, il exerce ses fonctions et prérogatives à l étranger mais reste rattaché à la maison mère qui continue à lui verser son salaire 4. Nous nous sommes focalisés sur cette troisième catégorie de salariés. Notre recherche porte plus précisément sur les déterminants de la satisfaction des cadres expatriés à l égard des 4 A noter que l INSEE, dans ses statistiques internes utilise le terme de détaché 355

5 compléments de rémunération que peut leur attribuer l entreprise comme par exemple : la couverture sociale, les compléments sociaux, le logement, les frais de déménagement, la scolarisation des enfants, l indemnisation de la perte ou de la recherche d emploi du conjoint Nous proposons dans cette communication de présenter une partie des résultats de notre étude empirique, résultats qui permettent d établir un classement des compléments de rémunération en fonction de leur perception par les cadres expatriés. En centrant notre étude sur la satisfaction des cadres expatriés à l égard des choix de l entreprise en matière de rémunération, nous avons abordé une variable du mix-social (Mahé de Boislandelle, 1998) au cœur des stratégies de GRH. Toutefois, à notre connaissance, cette variable a été peu étudiée par la littérature consacrée aux salariés expatriés. Notre recherche peut donc contribuer à une meilleure compréhension du processus d adaptation du cadre expatrié et enrichir les conclusions des travaux antérieurs sur ce thème (Cerdin, 1996 ; Waxin, 2000, par exemple). La présentation de notre recherche est organisée en trois temps. Nous spécifierons tout d abord le cadre d analyse de notre étude empirique. Dans un second temps, nous préciserons la méthodologie de la recherche qui repose sur une enquête par questionnaire auprès de 92 cadres expatriés. Nous pourrons alors analyser et discuter les résultats que nous avons obtenus. 1. Le cadre d analyse de l appréciation des compléments de rémunération Les politiques et pratiques de rémunération sont révélatrices des choix de l entreprise en termes d organisation structurelle, de besoins en ressources humaines, d évolution des personnes (Sire, 1993, 1994), mais aussi de gestion internationale des ressources humaines. Ce constat, ainsi que le contexte actuel de l importance croissante accordée aux périphériques de la rémunération salariale, justifient, à notre sens, l étude de la satisfaction des expatriés à l égard des compléments de rémunération. Pour conduire cette analyse, nous présenterons en premier lieu les compléments de rémunération qui peuvent être versés aux salariés expatriés et leurs spécificités. Puis nous rappellerons les apports de la littérature managériale sur ce thème. 356

6 1.1. Les compléments de rémunération proposés aux salariés expatriés La détermination du salaire et des compléments de rémunération du salarié expatrié est en grande partie liée aux pratiques de l entreprise, sachant que la notion de salaire international revêt une dimension plus large du fait de ses spécificités. Deux spécificités de la rémunération du salarié expatrié méritent notamment d être soulignées : son caractère compensatoire : l exercice du travail à l étranger génère des contreparties monétaires destinées en particulier à compenser les surcoûts induits par des conditions de vie différentes ; son caractère incitatif : la rémunération doit constituer une incitation à la mobilité internationale. Nous exposerons les différents systèmes de rémunération internationale avant de préciser les compléments de rémunération dont peut bénéficier le candidat à la mobilité internationale Les différents systèmes de rémunération internationale Les systèmes de rémunération internationale peuvent être basés, sur le principe d égalisation, autrement dit, offrir au salarié le niveau de vie qu il avait dans son pays d origine, ou sur le principe de localisation selon lequel le salarié expatrié se voit offrir les mêmes conditions de rémunération que les salariés locaux. Cinq grands groupes de systèmes de rémunération internationale peuvent être repérés 5 en fonction de ces principes. Ancrage dans le pays d origine ou système de l égalisation Ce système est le plus couramment utilisé, et en particulier par les grands groupes. L objectif est de faire bénéficier le candidat à la mobilité internationale du même niveau de vie que dans le pays d origine. Ce qui signifie que les frais supplémentaires induits par l expatriation sont pris en charge par l employeur. Avec ce système, un salarié expatrié français percevra un salaire net de charges sociales et fiscales françaises, en euros, et des compléments de rémunération destinés à compenser les coûts de l expatriation. La rémunération internationale brute du salarié expatrié correspond alors à ce salaire net auquel s ajoutent les prélèvements fiscaux et sociaux du pays d accueil. 5 Une analyse détaillée des systèmes de rémunération internationale est proposée dans l ouvrage «Travailler à l étranger Contrat de travail Protection sociale Rémunération Fiscalité», Editions Francis Lefebvre,

7 Ancrage dans le pays d accueil ou «localisation» de la rémunération Les grilles salariales et les pratiques de rémunération du pays d accueil servant de référence pour le calcul du salaire de l expatrié, les éléments compensatoires du transfert ne sont pas en principe pris en considération. Mais dans la pratique, les entreprises maintiennent une partie de ces compléments de rémunération. D autre part, l attrait de ce système pour le salarié expatrié est lié au régime fiscal, au niveau de salaire et au niveau de vie du pays d accueil. Ancrage dans un pays tiers ou un système international de rémunération Le système de rémunération internationale est fondé sur le principe suivant : tous les salariés expatriés de l entreprise sont rémunérés de la même manière sans considération de leur nationalité ou de leur pays d origine. La rémunération et ses compléments peuvent être calculés en fonction de la grille de salaires du siège de la société ou d une grille de salaires internationale. Ce système offre l avantage d être motivant pour les salariés dont la grille de salaires est moins élevée que la base de rémunération de référence. En outre, le système international se caractérise par une simplification de la gestion des expatriés. Un système hybride mélangeant des éléments d égalisation et de localisation Les entreprises ont de nombreuses possibilités pour combiner des éléments d égalisation et de localisation. Par souci de clarification, nous n évoquerons ici que les deux principaux systèmes hybrides de rémunération internationale. L ancrage mixte pays d origine - pays d accueil est la méthode la plus utilisée. En effet, elle permet de proposer au salarié expatrié la rémunération qui lui est le plus favorable après comparaison des deux salaires nets. La rémunération sur mesure sans ancrage : ce système de rémunération se caractérise par sa souplesse puisqu il s agit de calculer le salaire d expatriation sur la base de la valeur économique de la fonction exercée par le cadre expatrié à l étranger. Les plans régionaux Des zones géographiques d expatriation (exemples : Europe de l Est, Scandinavie) servent de cadres de référence communs pour le calcul du salaire de l expatriation. Trois caractéristiques de ce système de rémunération sont également à souligner : - les transferts de salariés se font entre pays relativement proches ; - les compléments de rémunération versés correspondent à la zone régionale ; 358

8 - le principe de l équité salariale prévaut à l intérieur de la région. Les différents systèmes de rémunération que nous venons d évoquer incluent un salaire de base et un certain nombre de compléments de rémunération, le tout constituant la rémunération d expatriation Les compléments de rémunération des salariés expatriés Les compléments de rémunération les plus fréquemment versés, et sur lesquels porte notre étude répondent à un double objectif. Généralement évoqués comme des problèmes techniques par les entreprises (Cerdin et Dubouloy, 2005), ils sont destinés d une part à couvrir des frais relatifs à la protection sociale de l expatrié et de sa famille et d autre part à fournir au candidat à la mobilité internationale une aide logistique au sens de Cerdin (1996) afin de le décharger de problèmes matériels et faciliter son adaptation à son nouvel environnement. Couverture sociale L employeur n étant soumis à aucune obligation légale en matière de protection sociale à l étranger, l expatrié ne bénéficie pas du maintien au régime de Sécurité Sociale française. Il relève du droit local du pays dans lequel, il exerce. Cependant, l employeur a la possibilité de proposer à ses expatriés une couverture sociale identique à celle dispensée en France, à travers deux régimes sociaux : - le régime social du détachement : l employeur établi en France maintient la couverture maladie française du salarié envoyé à l étranger temporairement. La couverture maladie française est «détachée» au profit du salarié à l étranger. Le salarié perçoit, dans des conditions différentes (conformément à des accords internationaux ou d une façon légale le cas échéant), les mêmes prestations d assurance maladie perçues en France. - le régime social de l expatriation : l employeur propose une assurance volontaire française (auprès de la Caisse des Français à l étranger, CFE, ou d assurances privées...). Le paiement des cotisations auprès d une assurance volontaire, par exemple, la Caisse des Français à l étranger (CFE) permet au salarié envoyé à l étranger de bénéficier des prestations d assurance maladie similaires à celles perçues en France. 359

9 Logement L employeur a le choix entre un financement partiel ou total des frais de location du logement dans le pays d accueil. Dans le premier cas, il versera au salarié la différence entre les frais habituels de logement dans le pays d origine et les frais réels pour ce poste dans le pays d accueil. Dans le second cas, l employeur prendra en charge l intégralité des frais réels de location du logement dans le pays d accueil. Scolarisation des enfants Généralement, l entreprise de l expatrié finance le différentiel de frais de scolarité des enfants scolarisés en primaire et en secondaire dans le pays d accueil. Déménagement Les frais de déménagement ont trait : - au transport des meubles et effets personnels de l expatrié ; lorsque ces frais sont trop élevés, l employeur prend en charge les frais d un logement meublé ou ceux d un garde meuble dans le pays d origine ; - au versement d une allocation forfaitaire d installation ; - aux fais d hôtel et autres engagés avant l installation du salarié dans son logement dans le pays d accueil. Compléments sociaux Il s agit de remboursements complémentaires à ceux prévus sur la base des tarifs applicables en France et proposés par un assureur complémentaire : complémentaire maladie, prévoyance (décès, incapacité temporaire de travail, invalidité, rente de conjoint et d éducation), capitalisation retraite. Voyage Sont considérés comme des compléments de rémunération les voyages de retour dans le pays d origine à l occasion des congés payés. Dans la plupart des cas, l entreprise de l expatrié prend en charge au minimum un retour par an pour chaque membre de la famille résidant dans la pays d accueil. Mais l employeur finance aussi les voyages imprévus, comme dans la cas d un décès familial et les voyages de prospection de l expatrié et de son conjoint avant l expatriation proprement dite. 360

10 Frais bancaires Les salariés expatriés peuvent bénéficier d une prise en charge des frais bancaires et des frais générés par les variations de cours de la monnaie du pays d accueil. Perte ou recherche d emploi du conjoint L employeur peut verser au salarié expatrié une indemnité forfaitaire destinée à financer la rupture d activité professionnelle du conjoint ou sa recherche d emploi sur place. L expatriation signifie en effet parfois pour le conjoint accompagnant la perte d un emploi bien rémunéré, voire un renoncement provisoire à sa carrière professionnelle. La recherche d un emploi dans le pays d accueil se place actuellement en tête des priorités des conjoints d expatriés 6 qui rencontrent souvent de grosses difficultés pour trouver un emploi localement. C est la raison pour laquelle les responsables du management international proposent fréquemment un soutien au conjoint dans sa recherche d activité au cours du séjour, en particulier par une aide dans ses démarches de recherche d emploi et d obtention d un permis de travail. Ces périphériques sélectifs et statutaires au sens de Donnadieu (1993) peuvent être appréhendés par la littérature comme autant de facteurs de satisfaction. L étude de ces facteurs dans un contexte de mobilité internationale permet alors de mieux cerner les conditions de l adaptation du cadre expatrié Les déterminants de la satisfaction à l égard des compléments de rémunération La réussite de l expatriation apparaît comme l un des enjeux majeurs des politiques de mobilité internationale et les déterminants de cette réussite ont fait l objet de recherches empiriques. Ces recherches ont principalement porté sur les variables explicatives de l adaptation du cadre expatrié, l adaptation étant envisagée comme un antécédent de la réussite de l expatriation, et, au-delà, de sa performance. La première modélisation du processus d adaptation dans un contexte d expatriation a été proposée par Black (1988). Cet auteur conceptualise l adaptation comme un construit tridimensionnel : l adaptation aux conditions générales de vie ( logement, nourriture, achats, coût de la vie, structures de loisirs et de soins), l adaptation à l interaction de l individu avec les membres de la communauté 6 C. Bert, S expatrier en famille, Village mondial,

11 locale (socialisation, contacts, communication avec les nationaux) et l adaptation à la situation de travail (responsabilités spécifiques dans le travail, niveau et attentes de performance, responsabilités d encadrement). Ce modèle a été complété par celui de Black et al. (1991) qui considère notamment la variable «adaptation de la famille et du conjoint» comme un antécédent de l adaptation du cadre. Ce cadre théorique, qui accorde une place centrale à l adaptation des expatriés, a été largement repris et développé par la littérature (Black et Gregersen, 1991 ; Black et Stephens, 1989 ; Cerdin, 1996 ; Mérignac et Roger, 2004 ; Parker et Mc Evoy, 1993 ; Shaffer et al., 1999 ; Waxin, 2000). Cerdin (1996) a mis en évidence les incidences positives de l adaptation du conjoint sur celle du cadre expatrié. Cet auteur a démontré que l adaptation générale du conjoint est fortement reliée à l adaptation générale du cadre et l adaptation à l interaction du conjoint fortement reliée à l adaptation à l interaction du cadre. Toutefois, à notre connaissance, peu de recherches ont été consacrées aux facteurs et à l impact de la satisfaction à l égard des compléments de rémunération sur l adaptation des cadres expatriés. Une analyse empirique de la perception des cadres expatriés des compléments de rémunération apporte de premiers éléments de réponse à ce double questionnement. Les fondements théoriques de cette analyse résultent des contributions de diverses recherches antérieures. Si les antécédents de la satisfaction ou de l insatisfaction à l égard de la rémunération ont été explorés par bon nombre d auteurs, la modélisation de Lawler (1971) constitue une référence dans le champ d étude sur les rémunérations. En se fondant sur ce cadre conceptuel, le modèle de Roussel (1996), par exemple, a mis en évidence deux types de déterminants de la satisfaction à l égard du niveau et de la gestion des avantages divers proposés aux salariés : - les déterminants liés à la justice distributive : niveau des avantages obtenus, équité interne, équité externe, perception de l évolution des avantages divers ; - les déterminants liés à la justice des procédures : perception de la gestion des avantages divers. Plus généralement, les recherches sur les déterminants de la satisfaction des individus à l égard de la rémunération et des avantages sociaux se basent sur la théorie de l équité (Adams, 1965) ou théorie de la justice distributive, et sur la théorie de la divergence (Locke, 1969, 1976, 1984). Nous avons retenu ces deux fondements théoriques, sachant que les conclusions des études empiriques suggèrent que la perception par les individus des 362

12 compléments de rémunération conditionne leur satisfaction à l égard de leur rétribution globale La théorie de l équité ou de la justice distributive La première formulation de la théorie de l équité revient à Adams (1965) qui s appuie en particulier sur les travaux de Festinger relatifs à la comparaison sociale (1954) et à la dissonance cognitive (1957) et sur les travaux de Homans (1961) sur la justice distributive dans l échange social. Pour Fischer (1987), l équité se définit comme «( ) une norme de réciprocité perçue par chaque partenaire comme un facteur essentiel de l échange, dans la mesure où elle fournit un sentiment de satisfaction directement lié à la forme équilibrée de la relation.» Partant de cette définition, il est admis d une part que cet équilibre se définit principalement à partir de perceptions individuelles s appuyant sur une mise en relation des contributions apportées (efforts, performance ) et des rétributions obtenues (reconnaissance, rémunération, statut social ). D autre part, l équité est appréhendée comme un processus de comparaison sociale au cours duquel l individu compare son propre rapport contribution / rétribution avec celui d une personne ou d un groupe de référence donné. Si cette comparaison ne le satisfait pas, il percevra un sentiment d iniquité. Les prolongements de cette théorie, qui se focalise sur les résultats attribués, ont porté sur une autre dimension de l équité, la dimension procédurale qui se réfère aux «moyens» (Sweeney et al., 1993). Folger et Greenberg (1985) ont défini l équité procédurale ou équité processuelle comme l équité perçue des procédures utilisées pour prendre les décisions. Ces procédures constituent des facteurs d équité au même titre que les gains proprement dits (Fabre, 1997). Selon Adams (1963), les inégalités de salaires créent un sentiment d injustice qui peut avoir des répercussions sur la productivité et la qualité du travail. Les expérimentations d Adams (1965) ont cherché à analyser les réactions au sentiment d iniquité provoqué par des salaires différents. Le salarié compare sa rémunération à un référent interne à l entreprise (équité interne) et/ou externe (équité externe), établissant ainsi un ratio contribution / rétribution. La convergence des deux ratios signifie que l individu pense être traité équitablement et qu il est satisfait de sa rémunération, alors qu une divergence crée un sentiment d iniquité et d insatisfaction (Heneman et Schwab, 1985). Les études prolongeant les travaux d Adams 363

13 (Lawler, 1971) ont été centrées sur la dimension distributive de la justice organisationnelle, en particulier sur la perception d équité par rapport au niveau (montant de la rémunération) et aux augmentations de rémunération. Mais leurs résultats contradictoires n autorisent pas des conclusions certaines. Plus récemment, les recherches sur l équité salariale se sont intéressées à ses implications sur les attitudes et comportements des salariés (Benrais et Peretti, 2002 ; Mc Farlin et Sweeney, 1992 ; Tremblay et Roussel, 1996, par exemple) et ont précisé les trois types de comparaisons des salariés selon le référent choisi : l équité interne, externe et individuelle (Milkovich et Newman, 1990 ; Thériault, 1991 ; Tremblay, 1991). L équité interne «( ) se réfère à des comparaisons entre des emplois à l intérieur d une même organisation. Le but de ces comparaisons est de déterminer la contribution relative de chaque emploi à la réalisation des objectifs de l organisation» (Tremblay, 1991). L équité externe a trait au niveau de rémunération par rapport au marché et l équité individuelle se rapporte à l importance relative de certaines caractéristiques personnelles comme l ancienneté et le rendement, dans la détermination de la rémunération. Thériault (1983), pour sa part, apporte une vision critique à la théorie de la justice distributive et affirme que la perception d équité de la rémunération ou de ses compléments n existe que si la rémunération est fondée sur des besoins spécifiques, des caractéristiques individuelles et organisationnelles des salariés. La perception des référents salariaux influerait donc sur la satisfaction à l égard des compléments de rémunération (Cintas, 1998). Mais outre les caractéristiques de la politique de rémunération de l entreprise, les variables individuelles peuvent aussi être prédictives de cette satisfaction. Les recherches empiriques (Greene, 1969 ; Herzberg, 1957 ; Milkovich et Newman, 1990 ; Poilpot-Rocaboy, 1984; Scarpello et al., 1986 ; Sire et Soulié, 1997 ; Tremblay et al., 1996) ont démontré que les caractéristiques démographiques (âge, sexe, niveau d éducation, ancienneté, statut marital, nombre de personnes à la charge du salarié) et professionnelles (niveau de salaire, fonction dans l entreprise) influencent positivement la satisfaction des salariés à l égard des compléments de rémunération. Pour conclure la présentation du cadre théorique de l équité, nous rappellerons que la perception de l équité des compléments de rémunération a fait l objet de nombreuses validations empiriques ces dernières années. Les travaux de Tremblay et al. (1996), par exemple, ont démontré que la perception des avantages retirés par les personnes prises en 364

14 référence, mesurée sur une échelle de comparaison, était significativement liée à la satisfaction à l égard du niveau des compléments de rémunération. Soulié (1997), pour sa part, confirme l intérêt de la justice distributive «( ) variable explicative la plus importante de la satisfaction à l égard du coût des compléments et explique secondairement la satisfaction de leur niveau». L adaptation de ce corpus théorique à notre étude nous conduit à supposer que la perception par le cadre expatrié de l équité du complément de rémunération reçu détermine sa satisfaction à l égard de cet élément de rémunération. Notre cadre d analyse a été complété par des références à la théorie de la divergence La théorie de la divergence Les travaux de Locke (1969, 1976, 1984) sur la satisfaction des individus au travail ont conduit cet auteur à adapter la théorie de divergence (Discrepancy Theory) et à démonter que la satisfaction d un individu au travail est déterminée par sa perception de la différence entre ce qu il désire retirer de son travail et ce qu il en retire effectivement. Ces travaux ont été enrichis par l étude de la satisfaction des individus à l égard d une dimension de travail telle que la rémunération (Dyer et Thériault, 1976 ; Heneman et Schwab, 1985 ; Lawler, 1971 ; Miceli et Lane, 1991 ; Thériault, 1983 ; Weiner, 1980). Poilpot-Rocaboy (1984) se réfère à ce cadre théorique pour proposer un modèle de la divergence de la satisfaction des individus à l égard de la protection sociale complémentaire. Selon ce modèle, la satisfaction de l individu est déterminée par la différence entre la perception des prestations d assurance désirées et la perception des prestations d assurance reçues. L individu sera satisfait lorsqu il perçoit une adéquation entre les prestations désirées et les prestations reçues et non satisfait s il perçoit une divergence. En nous fondant sur la théorie de la divergence, nous supposons que la convergence ou la divergence entre les compléments de rémunération désirés et les compléments reçus engendre la satisfaction ou l insatisfaction du cadre expatrié à l égard de ces éléments de rémunération. Notre recherche vise ainsi à enrichir les travaux existants dans le domaine de la satisfaction à l égard de la rémunération. Cette étude ne s intéresse pas aux caractéristiques objectives des compléments de rémunération, ni à leur gestion, mais propose des éléments de réponse à la 365

15 problématique suivante : Comment sont perçus les compléments de rémunération par les cadres expatriés? Plus précisément, ainsi que nous l avons spécifié en introduction de cette communication, nous présentons ici une partie des résultats de notre étude empirique consacrée aux déterminants de la satisfaction des cadres expatriés à l égard des compléments de rémunération. Ces résultats permettent de proposer un classement des compléments de la rémunération directe proposés aux expatriés, en fonction de l intérêt porté par ces derniers à chacun d entre eux. A ces fins, un positionnement méthodologique clair a été adopté. 2. La méthodologie de l étude La présentation de la méthodologie de l étude est articulée autour des points suivants : l utilisation d une enquête quantitative, l élaboration d un instrument de mesure fiable et une récolte d information maîtrisée pour obtenir un large échantillon d expatriés questionnés Le recours à une méthodologie quantitative Une approche méthodologique de nature quantitative s imposait pour notre étude. Eu égard à l objet de cette étude, l enquête quantitative nous a en effet permis de quantifier d une manière impartiale les perceptions des expatriés. En outre, une méthodologie quantitative laisse la possibilité de consulter un large échantillon d expatriés dans un grand nombre de pays (Usunier et al., 1993). Enfin, pour des raisons matérielles, il était difficile de rencontrer les expatriés concernés sur leur lieu de travail et par conséquent de mettre en œuvre une méthodologie qualitative basée sur des entretiens individuels L instrument de mesure Nous avons construit un instrument de mesure de la satisfaction des cadres expatriés qui comprend dix items relatifs à différents compléments de rémunération proposés par l employeur : le financement, de la couverture sociale, d un logement, de la scolarisation des enfants, du déménagement, de compléments sociaux, de frais de voyage, d un véhicule de fonction, des frais bancaires, financement par l employeur d une indemnité forfaitaire destinée à financer la perte ou recherche d un emploi du conjoint et l augmentation du salaire (primes ). 366

16 Afin d évaluer le degré de satisfaction à l égard de ces différents compléments de rémunération et d obtenir un classement, chaque item a été construit sur une échelle de mesure de type ordinale en six degrés développée par Likert de «pas d intérêt» (1) à «fort intérêt» (6). La possibilité de ne pas se prononcer est prévue et mentionnée par «nspp» La collecte des données Réalisée en France dans le courant de l année 2004, la collecte des données se fonde sur l envoi d un questionnaire par mail aux salariés actuellement en poste à l étranger ou par enveloppes T sur leur lieu de travail, aux salariés de retour en France. Une dizaine de questionnaires ont été remplis en compagnie de l intéressé. Les salariés de trois secteurs d activité différents ont été interrogés : le secteur bancaire (Crédit Lyonnais, BNP), informatique (IBM, LAMRC) et médical (Laboratoires pharmaceutiques ). Nous avons utilisé une méthode de sélection de l échantillon par choix raisonné (Royer et Zarlowski, ). En respectant les critères de composition de l échantillon que nous nous étions initialement fixés, nous avons pu ainsi écarter toute situation récurrente dans l enquête. Une autre condition de la collecte des données a été de questionner uniquement des salariés étant ou ayant eu l expérience d un salariat à l étranger depuis Les caractéristiques de l échantillon Notre étude a porté sur un échantillon final de 92 cadres expatriés. Parmi les répondants, 85 % des répondants sont des hommes. Les femmes comme dans de nombreuses enquêtes relatives à l expatriation, constituent un faible pourcentage des répondants ( Cerdin, 1996, p ). L âge moyen de la population questionnée est de 43,4 ans au jour du départ. Plus précisément, il est de 46,6 ans pour les femmes et de 42,9 ans pour les hommes. La modalité pour les femmes est de 50 ans et pour les hommes (série multimodale) de 35 et 43 ans. L échantillon n est constitué quasiment que de cadres supérieurs qui représentent 71 % de l échantillon, le reste étant des cadres intermédiaires (29 %). 7 In Thiétart et coll. (1999) 8 Cerdin J.L., «Mobilité internationale des cadres adaptation et décision d expatriation», Thèse en Sciences de Gestion, ,5 % sont des hommes (échantillon de 285 expatriés). 367

17 29 % des salariés questionnés n ont aucune charge familiale et parmi eux 73 % sont des femmes. Pratiquement un tiers des questionnés ont à leur actif entre 2 et 5 ans d ancienneté. Mais beaucoup ont été récemment embauchés puisque pratiquement 1/5 des salariés interrogés ne travaillent dans cette entreprise que depuis moins d un an. Les salaires les plus élevés concernent des entreprises américaines. 50 % des salariés (10/21) qui perçoivent plus de 6000 appartiennent à des entreprises américaines (notamment IBM, Entreprise Américaine de Pharmacologie). Le tableau qui suit synthétise les caractéristiques de l échantillon de l étude. Tableau N 1 : Caractéristiques de l échantillon Indicatio n au jour du départ à l étrange r Valeur absolue Fréquence (%) Masculin Féminin Masculin Féminin Sexe de 20 ans De 21 à 30 ans De 31 à 40 ans De 41 à 50 ans De 51 à 60 ans + de 61 ans - de 20 ans De 21 à 30 De 31 à 40 ans De 41 à 50 De 51 à 60 + de 61 ans ans ans ans Age Cadre Cadre Employé/ Cadre Cadre Emplo supérieur intermédiaire ouvrier supérieur intermédiai yé / 368

18 Catégori e prof re ouvrie r Charges familiales Pas de charges familiales Uniquem ent le conjoint à charge Enfants avec conjoint à charge Enfants sans conjoint à charge Pas de charg es famili ales Uniqu ement le conjoi nt à charg e Enfan ts avec conjoi nt à charge Enfa nts sans conj oint à char ge Ancienne té dans l entrepri se 1 an 2 à 5 ans 6 à 10 ans + de 10 ans 1 an 2 à 5 ans 6 à 10 ans + de 10 ans de à à de de à à de 6000 Salaire La construction, puis l exploitation grâce à des outils informatiques adaptés (Excel, Sphinx) et l interprétation de données obtenues fournissent les premiers résultats chiffrés de notre étude comparative. 369

19 3. Les résultats Les premiers résultats que nous avons obtenus indiquent que deux types de compléments de rémunération sont préférés par les expatriés. D autre part, notre étude met en évidence deux variables qui influencent positivement l appréciation des compléments de rémunération Une préférence apparente pour deux types de compléments de rémunération L analyse des données fournies par les 92 salariés expatriés interrogés permet de comparer l intérêt porté aux différents compléments de rémunération étudiés. La figure ci-dessous synthétise cette comparaison. Figure 1 : Comparaison de l appréciation de l ensemble des compléments de rémunération par les expatriés 120,00% 100,00% 80,00% 95,65% 86,90% 89,28% 84,78% 88,01% 78,26% 81,52% 57,61% 65,22% Frais de couverture sfrais de logemfrais de ScolaFrais de déméfrais de compfrais de voya 60,00% Pas d'intérêt 2,17% 8,69% 7,14% 15,22% 13,04% 12,00% Plutot un 40,00% inté 95,65% 86,90% 89,28% 78,26% 25,53% 84,78% 88,01% NSPP 20,00% 2,17% 4,64% 3,57% 6,52% 2,17% Total 100,00% 100,23% 99,99% 100,00% 100,00% 100,01% 0,00% Frais de couverture sociale Frais de logement Frais de Scolarisation des enfants Frais de déménagement Frais de compléments sociaux Frais de voyage Frais de véhicule de fonction Frais bancaires Fint de la perte ou de la rech... Primes espèces Pas d'intérêt Plutot un intérêt NSPP Il apparaît clairement que certains compléments de rémunération ont une préférence significative chez les expatriés. Deux types de complément de rémunération se distinguent parmi l ensemble des compléments à apprécier : Le financement par l employeur de la couverture sociale (pour 95,65 % des expatriés interrogés) et celui de la scolarisation des enfants (apprécié par 89,28 % des expatriés). Parallèlement, l apport par l employeur d une indemnité forfaitaire destinée à financer la perte ou la recherche d emploi du conjoint est faiblement apprécié (à hauteur de 25,52 %). Ce 370

20 résultat est toutefois à relativiser par rapport au faible nombre de répondants (47 expatriés ayant un conjoint à charge ont été questionnés). Le financement des frais d un véhicule de fonction fait aussi l objet de peu d intérêt (pratiquement pour 1 salarié sur 2) Des éléments d explication des choix établis par les salariés expatriés Notre étude met également en exergue deux variables qui influent positivement sur l intérêt suscité par les différents compléments de rémunération proposés aux salariés expatriés : le revenu net mensuel perçu par les expatriés et les charges familiales. L analyse de ces deux variables permet d expliciter le classement des compléments de rémunération que nous venons de présenter. En ce qui concerne la première de ces variables, on observe que plus le salaire des expatriés est élevé et plus l intérêt pour un certain nombre de compléments de la rémunération directe est marqué. L isolement dans notre étude des expatriés dont le salaire est équivalent ou supérieur à 6000 net / mois, met en évidence des préférences pour des compléments de rémunération «d une grande diversité». La figure suivante illustre ce résultat. Figure 2 : Intérêt porté par les expatriés «les mieux rémunérés» à différents compléments de rémunération 120,00% 100,00% 100,00% 95,00% 90,00% 80,00% 77,00% 60,00% 40,00% 20,00% 36,00% Expatriés questionnés rémunérés à hauteur au moins de 6000 net /mois 0,00% Frais de déménagement Frais des compléments sociaux Frais de Véhicule de fonction Frais bancaires Fint de la pert et de la rech d'emploi du conjoint Echantillon global des exaptriés questionnés 100 % de ces expatriés, considèrent le financement des frais de déménagement comme un fort intérêt (contre 78,26 % de l échantillon global). Le financement par l employeur des compléments sociaux, c'est-à-dire la complémentaire santé, la prévoyance ou la capitalisation retraite, est un autre élément apprécié des expatriés les mieux rémunérés. Ils sont 95 % de cette catégorie à porter un intérêt à cette forme de rémunération, mais 84,78 % de l échantillon global. 371

1. Les augmentations du salaire de qualification

1. Les augmentations du salaire de qualification LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les augmentations du salairre de INTRODUCTION Les augmentations du salaire de base facilitent la maîtrise de la masse salariale et stimulent la motivation et la rétention

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

THEME : REMUNERATION EQUITE

THEME : REMUNERATION EQUITE THEME : REMUNERATION EQUITE EXERCICE 1 : CAS KEVIN : EQUITE Partie 1. Kevin est contrôleur back-office pour les opérations de marché d une grande banque française. Son rêve est de passer au front-office,

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS ENQUETE La Gestion de la Retraite dans le Cadre de la Mobilité Internationale Dans le cadre du 19 ème Salon de la Mobilité Internationale AVENIR EXPAT Etude réalisée par la Direction Internationale de

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

Plan social. pour le personnel au sol sous contrat de travail suisse. Swiss International Air Lines SA (SWISS) SEV-GATA PUSH SEC SSP

Plan social. pour le personnel au sol sous contrat de travail suisse. Swiss International Air Lines SA (SWISS) SEV-GATA PUSH SEC SSP Plan social pour le personnel au sol sous contrat de travail suisse Swiss International Air Lines SA (SWISS) et SEV-GATA PUSH SEC SSP Suisse Section Transports Aériens Sommaire 1 Objectif...3 2 Champ d

Plus en détail

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 L enquête Relations professionnelles et négociations

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

Bulletin d adhésion individuelle Salarié

Bulletin d adhésion individuelle Salarié International Le Pack Expat CFE Bulletin d adhésion individuelle Salarié À remplir et à retourner à : Humanis - Direction des activités internationales 93 rue Marceau - 93187 Montreuil cedex Identification

Plus en détail

Protection sociale des expatriés: l évolution de l approche des entreprises. Congrès RéaVie 14 16 octobre 2009

Protection sociale des expatriés: l évolution de l approche des entreprises. Congrès RéaVie 14 16 octobre 2009 Protection sociale des expatriés: l évolution de l approche des entreprises Congrès RéaVie 14 16 octobre 2009 Introduction La couverture santé et prévoyance des expatriés Les tendances actuelles chez les

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Mobilité géographique et mobilité professionnelle

Mobilité géographique et mobilité professionnelle Mobilité géographique et mobilité professionnelle Jean-François Royer CREST-INSEE Plan 1. Le sujet : les changements de résidence liés aux changements d emploi ou dans l emploi 2. Les sources 3. Quelques

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Expatriation : régime social et cotisations

Expatriation : régime social et cotisations Pégase 3 Expatriation : régime social et cotisations Dernière révision le 16/02/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Assurance volontaire...4 Maladie Maternité Invalidité...4 Accident

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3247 Convention collective nationale IDCC : 1513. ACTIVITÉS DE PRODUCTION DES

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Centre de Gestion du Finistère

Centre de Gestion du Finistère Centre de Gestion du Finistère PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE 9 et 10 octobre 2012 SOMMAIRE 1 - Introduction 2 Présentation du groupement conjoint 3 Qu est ce que la prévoyance 4 Garanties proposées

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-67 SEPTEMBRE 2013 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

La Protection sociale des étrangers. Ali BEN AMEUR

La Protection sociale des étrangers. Ali BEN AMEUR La Protection sociale des étrangers Ali BEN AMEUR Introduction et recommandations Présentation de la séance et de son déroulement. Le Droit de la Protection sociale est vaste, complexe et évolutif. Durant

Plus en détail

PROJET D ACCORD SUR LA MOBILITE AU SEIN DE LA COMPAGNIE IBM FRANCE

PROJET D ACCORD SUR LA MOBILITE AU SEIN DE LA COMPAGNIE IBM FRANCE PROJET D ACCORD SUR LA MOBILITE AU SEIN DE LA COMPAGNIE IBM FRANCE Préambule Chapitre 1 La Définition et champ d application L objectif de cet accord consiste donc à permettre une égalité de traitement

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE EN AGRICULTURE

PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE EN AGRICULTURE MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE EN AGRICULTURE (10 juin 2008) (Etendu par arrêté du 16 mars 2009,

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Bulletin d adhésion individuelle Salarié

Bulletin d adhésion individuelle Salarié Identification de l adhérent Bulletin d adhésion individuelle Salarié à remplir et à retourner à Groupe NOVALIS TAITBOUT - Délégation internationale 4 rue du Colonel Driant - 75040 Paris Cedex 01 M me

Plus en détail

AVENANT N 47 DU 15 DÉCEMBRE 2010 À L ACCORD DU 31 JUILLET 1968 RELATIF À LA PRÉVOYANCE

AVENANT N 47 DU 15 DÉCEMBRE 2010 À L ACCORD DU 31 JUILLET 1968 RELATIF À LA PRÉVOYANCE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3107 Accords collectifs nationaux BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS AVENANT N 47 DU 15 DÉCEMBRE 2010 À L ACCORD DU 31 JUILLET

Plus en détail

jl_fifqb=molcbppflkkbiib

jl_fifqb=molcbppflkkbiib jl_fifqb=molcbppflkkbiib TRANSFERT EN FRANCE DE SALARIÉS NON-RESSORTISSANTS Sandra VREEDENBURGH Mai 2009 Toute société souhaitant transférer des salariés non-ressortissants de l Union Européenne au sein

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6 Votre Conseiller Newsletter d informations juridiques et fiscales N 55 Octobre 2013 ELEPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 MAGNY LE HONGRE 01 64 63 69 81 g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents

Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents Un nouveau régime de frais de soins de santé et un nouveau régime de prévoyance communs à l ensemble des agents de Pôle emploi seront mis en

Plus en détail

Après un Master 2. Après un Master 2. Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage. Devenir des diplômés Promotion 2010

Après un Master 2. Après un Master 2. Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage. Devenir des diplômés Promotion 2010 Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après un Master 2 Après un Master 2 Devenir des diplômés

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3314 Convention collective nationale IDCC : 2412. PRODUCTION DE FILMS D ANIMATION

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

E nquête Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs

E nquête Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs civils, agronomes et bioingénieurs, sur les avantages, les possibilités offertes par les entreprises en matière de formation et la satisfaction des

Plus en détail

Mobilité internationale et retraite sont-elles incompatibles?

Mobilité internationale et retraite sont-elles incompatibles? Mobilité internationale et retraite sont-elles incompatibles? La mobilité internationale en matière d emploi apporte de nombreuses satisfactions qui sont souvent aussi bien d ordre professionnel (promotion,

Plus en détail

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat Les intervenants : Véronique ROSETTI Responsable département association Cabinet Aliantis- Lyon Benoît PARIS Expert Comptable Diplômé Responsable

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire)

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire) Assurance Arrêts de travail Cette assurance s appelle aussi l assurance complément de revenus (ou assurance perte de revenus). En cas d arrêt de travail dû à la maladie, à un accident vous conserverez

Plus en détail

Bulletin d adhésion individuelle Salarié

Bulletin d adhésion individuelle Salarié Identification de l adhérent Bulletin d adhésion individuelle Salarié à remplir et à retourner à Humanis - Délégation internationale 93 rue Marceau - 93187 Montreuil Cedex M me M lle M. Nom... Nom de naissance...

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Politique de rémunération des cadres

Politique de rémunération des cadres Politique de rémunération des cadres Adoptée par le comité exécutif le 29 septembre 2010 Résolution CE10 1546 Amendée par le directeur général le 15 novembre 2011 Décision DG110395004 Amendée par le directeur

Plus en détail

LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS

LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS La rémunération des agents publics fait aujourd hui l objet de différents constats négatifs : Le poids de la rémunération des fonctionnaires pour les dépenses publiques.

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Nathalie COMMEIRAS Professeur des Universités en Sciences de Gestion, spécialisée en Gestion des Ressources Humaines

Nathalie COMMEIRAS Professeur des Universités en Sciences de Gestion, spécialisée en Gestion des Ressources Humaines Nathalie COMMEIRAS Professeur des Universités en Sciences de Gestion, spécialisée en Gestion des Ressources Humaines à l Université Pierre Mendès France/Université de Grenoble 2 Chercheur au CERAG-UMR

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR PREAMBULE La loi n 2010-854 du 23 juillet 2010 relative aux réseaux consulaires, au commerce, à l artisanat et aux services a prévu

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Rémunération. Références. A retenir. Introduction. N 02 10 juillet 2015

ALLOCATIONS CHOMAGE. Rémunération. Références. A retenir. Introduction. N 02 10 juillet 2015 Rémunération N 02 10 juillet 2015 ALLOCATIONS CHOMAGE Références A retenir Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation du chômage et les textes qui

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION DU 11 SEPTEMBRE 2014

RÉUNION D INFORMATION DU 11 SEPTEMBRE 2014 CONVENTION DE PARTICIPATION : PRÉVOYANCE COMPLÉMENTAIRE DU PERSONNEL TERRITORIAL RÉUNION D INFORMATION DU 11 SEPTEMBRE 2014 Centre Départemental de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Charente-Maritime

Plus en détail

PRIME D EXPATRIATION FEVRIER 2015

PRIME D EXPATRIATION FEVRIER 2015 PRIME D EXPATRIATION FEVRIER 2015 Prime d expatriation 2 S O M M A I R E PAGES Présentation 3 Les entités concernées 4 Nature de la prime 5 Régime fiscal 6 Régime social 9 Prime d expatriation 3 Présentation

Plus en détail

La place en crèche d entreprise :

La place en crèche d entreprise : La place en crèche d entreprise : Comment facilite-t-elle la conciliation vie familiale et vie professionnelle des salariés-parents? Direction Marketing Communication Etudes www.babilou.com Note méthodologique

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Règlement de prévoyance du 3 décembre 2007 de la Caisse de prévoyance du domaine des EPF pour les professeurs des EPF

Règlement de prévoyance du 3 décembre 2007 de la Caisse de prévoyance du domaine des EPF pour les professeurs des EPF Règlement de prévoyance du 3 décembre 2007 de la Caisse de prévoyance du domaine des EPF (RP-EPF 2) Modification du 24 mars 2012 Approuvée par le Conseil fédéral le 15 mars 2013 L organe paritaire de la

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES Assurances Collectives Catalogue des produits 4. Expatriés 4.2 Protection sociale des expatriés PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES 2. Protection sociale des expatriés : Assurances à souscrire 2.1. Problématiques

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires

Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires qui doivent compléter un formulaire «Travailleur indépendant») Bulletin d adhésion Identification N de Sécurité sociale Nom...

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

DIRECTIVES DE RÉMUNÉRATION ET D ÉVALUATION DES GESTIONNAIRES ET DES EMPLOYÉS NON RÉGIS PAR UNE CONVENTION COLLECTIVE OU UNE AUTRE ENTENTE

DIRECTIVES DE RÉMUNÉRATION ET D ÉVALUATION DES GESTIONNAIRES ET DES EMPLOYÉS NON RÉGIS PAR UNE CONVENTION COLLECTIVE OU UNE AUTRE ENTENTE Date d entrée en vigueur : 7 juin 2013 Remplace/amende : s. o. Origine : Ressources humaines Numéro de référence : HR-39 Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. 1. Les présentes directives

Plus en détail

Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Le logement des retraités : mobilité et adaptation au vieillissement

Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Le logement des retraités : mobilité et adaptation au vieillissement CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Le logement des retraités :

Plus en détail

Flash News. Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés

Flash News. Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés www.pwc.lu/tax Flash News Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés Le 21 mai 2013, l administration fiscale luxembourgeoise a émis une circulaire visant à remplacer la circulaire

Plus en détail

Pôle emploi international Service juridique Expaconseil. La protection sociale du salarié en poste à l étranger

Pôle emploi international Service juridique Expaconseil. La protection sociale du salarié en poste à l étranger La protection sociale du salarié en poste à l étranger La sécurité sociale française distingue deux statuts : le détachement et l expatriation. Pour résumer il est possible de dire que le détacher reste

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France Baggio, S. & Sutter, PE. Résumé de la communication orale présentée au colloque

Plus en détail

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance OCTOBRE 2009 Recommandation

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE -

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Le 23 mai 2013 RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Présentation du rapport semestriel sur les conditions d application de la convention

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008

DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008 DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la Fonction

Plus en détail

LA REFORME DES RETRAITES

LA REFORME DES RETRAITES LA REFORME DES RETRAITES (Loi du 9 Novembre 2010 et 1 ers décrets d application) Lettre d actualité sociale n 8 Eric Pouliquen - Avocat - Willway&Associés Alain Defrance - Courtier - Cabinet Mahier&Baylac

Plus en détail

Bilan Protection Sociale et Rémunération

Bilan Protection Sociale et Rémunération Bilan Protection Sociale et Rémunération A l attention de : Monsieur GM CIPAV 60 Date : 13 novembre 2006 Votre conseil : GM CIPAV 60 Interlocuteur : Monsieur GM CIPAV 60 CONFIDENTIEL Objectif du bilan

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3298 Convention collective nationale IDCC : 2104. THERMALISME AVENANT N 24 DU

Plus en détail

Vos projets au cœur de votre Gestion Financière

Vos projets au cœur de votre Gestion Financière Vos projets au cœur de votre Gestion Financière un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier vos projets quatre

Plus en détail

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre,

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre, Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales, du ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique, du ministre du budget,

Plus en détail

Égalité de rémunération pour un travail de même valeur. Professor Noreen Burrows University of Glasgow

Égalité de rémunération pour un travail de même valeur. Professor Noreen Burrows University of Glasgow Égalité de rémunération pour un travail de même valeur Professor Noreen Burrows University of Glasgow L égalité de rémunération dans le droit de l UE - contexte Article 119 du traité de Rome Chaque État

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES

LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-04 JANVIER 2015 Les circonstances du changement de poste dans l entreprise Les changements observés entre les deux postes Perception de

Plus en détail

Assurances : courtage

Assurances : courtage Assurances : courtage Convention collective Signature Extension JO Révision Extension JO Brochure JO IDCC Assurances : entreprises de courtage d assurances et/ou de réassurances 18-1-2002 (1) 14-10-2002

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES Séminaire Arrêts de travail 20 mai 2014 5/21/2014 1 Introduction Contexte

Plus en détail

Cas 2 Priorité prévoyance

Cas 2 Priorité prévoyance Solutions Examen oral Conseiller financier diplômé IAF Cas 2 Priorité prévoyance Examinateur principal - expert : Christian Andrik 23 octobre 2008 Temps de préparation : Examen oral : 45 minutes 30 minutes

Plus en détail