Humanitaire. ANALYSE L après-tsunami entre émotions collectives et dures réalités de la reconstruction... p. 70

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Humanitaire. ANALYSE L après-tsunami entre émotions collectives et dures réalités de la reconstruction... p. 70"

Transcription

1

2 Les dégats de la vague sur la Mangrove Humanitaire ANALYSE L après-tsunami entre émotions collectives et dures réalités de la reconstruction... p. 70 REPÈRES Le parcours de la vague... p. 72 REPÈRES L Indonésie, un pays riche d une histoire complexe... p. 74 REPÈRES Sri Lanka, une histoire complexe et douloureuse... p. 77 REPÈRES La ThaÏlande, au-delà du paradis... p. 79 REPÈRES La mobilisation internationale... p. 80 REPÈRES Les acteurs français... p. 83 ENTRETIEN La Croix-Rouge Française et le tsunami... p. 86 ENTRETIEN Le tsunami, un an après : l expérience de Solidarités... p. 87 Affaires stratégiques et relations internationales 69

3 L après-tsunami analyse François Grünewald a participé à plusieurs missions d évaluation de l impact de l aide post-tsunami entre avril et décembre Il anime le Groupe URD et dirige depuis six ans le Master «Gestion de l Humanitaire» de l Université Paris XII Créteil. Photo ci-contre : Atelier de construction de bateaux à Aceh. ( Association Triangle - URD) entre émotions collectives et dures réalités de la reconstruction D un côté les enjeux de survie du court terme et de la gestion de la magnifique générosité. De l autre, ceux de la reconstruction à moyen terme et de la prévention à long terme, mais aussi de la dure réalité politique. Les exigences d équité, de la lucidité engagée, de l intelligence des situations et de la redevabilité sont au cœur des débats qui agitent médias, humanitaires et public. Le désastre du 26 décembre 2004 a-t-il changé le regard qui se porte sur la planète et va-t-il changer les pratiques humanitaires? Des images d une nature déchaînée sont arrivées avec soudaineté sur nos écrans en ce petit matin du 26 décembre 2004, expédiées par les caméras vidéo et les téléphones cellulaires des nombreux touristes présents sur certains points : Pukhet, Mattara, images de maisons emportées par les eaux, de cet homme marchant égaré avec le corps de son enfant dans les bras. L horreur au paradis La force meurtrière de la vague a permis d éviter ces débats si difficiles autour de l identité des victimes : pas de bourreaux, pas de miliciens louches se cachant derrière des visages ingénus et défaits, mais une masse d eau mue par une force tellurique. Puis les choses se sont compliquées : la tentative de mise en place d une coalition humanitaire par les États-Unis a souligné l importance pour ces derniers de faire oublier leur positionnement en Irak et la mauvaise image qu ils ont en terre d Islam. La Commission européenne, les pays de l Union sont eux aussi entrés dans une compétition de déclarations de mobilisation de moyens. Il a en même temps fallu redonner un rôle à l ONU. Le secrétaire général Kofi Annan, ainsi que son secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires, Jan Egeland ont dû faire des pieds et des mains pour que les Nations Unies puissent enfin prendre la place normale qui doit leur être dévolue, c est-à-dire la facilitation des efforts de coordination. Bill Clinton lui-même s est mobilisé, en devenant l envoyé spécial de la Global Coalition montée par l ONU. Les stratégies des acteurs politiques régionaux ont réapparu : l Inde riche de Delhi a très vite déclaré qu elle n avait pas besoin d aide d urgence internationale, alors que les Madrasais enrageaient que tout soit si lent. Au Sri Lanka, après la trêve sacrée des premiers jours, les Tigres tamouls ont vite retrouvé leur stratégie de contrôle des populations, 70 Janvier - Février 2006

4 ici détournant un convoi d aide, là-bas bloquant les passages. Le gouvernement indonésien a repris le contrôle d Aceh, lieu d une insurrection indépendantiste combattue violemment, après s être laissé un instant déborder par l arrivée de l aide, et notamment de celle portée par la logistique de la Marine américaine. Après l urgence des premiers jours, s est dessiné l agenda de la reconstruction. Les ardoises financières annoncées pour y faire face donnent le vertige. Après avoir été si «pingres» pour d autres crises, de continuer d être si économes face aux enjeux du développement, d un seul coup les promesses d argent abondent. Les moratoires de dettes (on ne va quand même pas jusqu à l annulation), les déblocages de fonds des institutions financières internationales se renforcent les uns les autres. Le débat sur la mobilisation des fonds pour cette crise et la légitimité des ONG dans les programmes de reconstruction, lancé par Médecins Sans Frontières (MSF), a évidemment trouvé très vite une première résonance avec le désastre résultant du tremblement de terre au Pakistan, pour lequel l aide a été si difficile à mobiliser. Il en trouve une deuxième dans le thème récurent de cette fi n d année, quand chacun se demande «où sont passés tous ces millions?». Il ne faut peut-être pas nécessairement s enferrer dans des approches dogmatiques. Les ONG et les sociétés civiles qui les portent sont diverses et n ont pas toutes la même ligne que MSF. Tout le monde ne travaille pas uniquement sur la santé, et la solidarité avec des populations dans la détresse, c est parfois non seulement les aider à sortir la tête de l eau, mais aller plus loin. Les ONG ont le droit d envisager s il est possible et utile d accompagner des populations au-delà de la rive où les ont laissées les secouristes. À la condition qu elles le fassent avec éthique et professionnalisme, avec rigueur comptable et empathie humaniste. Le «trade off», ce n est pas «qui fait quoi?», c est «qui fait bien quoi?»! La réponse au tsunami démontre que si la générosité est une belle chose, c est aussi une chose complexe ı Plusieurs leçons sont apparues ı au gré des évaluations ı Leçon 1 : L aide de proximité est et restera la clé de la réponse à ces situations. Ce sont les voisins, les parents, les collègues, les volontaires de la Croix-Rouge ou les pompiers locaux, etc., qui sauvent les vies, pas tant l aide internationale. Les capacités de cette aide de proximité, si vite oubliée, peuvent être renforcées grâce à un investissement spécifique. Autour de cet enjeu de la préparation au désastre, l aide française posttsunami est très présente, suite aux engagements pris par la France à Kobé en février Leçon 2 : Si la réponse à la situation d urgence extrême est finalement relativement simple et essentiellement liée à la capacité logistique, travailler sur «l après-urgence extrême» est beaucoup plus complexe. La nécessité d une grande fi nesse des diagnostics (tout en les gardant évolutifs du fait de la grande rapidité d évolution des situations) et la capacité d empathie et de dialogue avec les populations et les autorités nationales sont des enjeux fondamentaux de la qualité durant ces temps difficiles qui accompagnent la fin de la phase aigûe. Leçon 3 : La capacité de faire évoluer des programmes dépend largement de la mécanique financière et d échange d information mise en place. Il s agira de voir la reproductibilité des procédures DIPT/CPT qui, en bonne coordination avec les autres bailleurs Fondation de France et Croix-Rouge Française ainsi qu avec ECHO, ont permis des montages financiers souples pour garder une adaptatibilité des programmes, pour de telles situations. Leçon 4 : Trop d argent qu il faut dépenser vite et de façon visible peut tuer l intelligence. Il importe de faire comprendre au public et aux institutions que, dans ces situations complexes et douloureuses, la gestion du temps ne doit pas se faire sous la pression, mais au contraire dans une grande empathie avec les contextes. Vouloir construire très vite beaucoup de maisons ou de bateaux a conduit à des gâchis absurdes. Leçon 5 : La coordination est essentielle, mais représente aussi des investissements majeurs en temps. Il faudra à la fois capitaliser sur ce qui a bien marché (en France notamment, avec la DIPT voir p.83 et imaginer d autres mécanismes pour rendre plus efficient ce qui a moins bien fonctionné. François Grünewald Photo ci-contre : Une maison construite par l ONG ATLAS. Affaires stratégiques et relations internationales 71

5 repères Photo ci-contre : L arrivée de la vague en Thaïlande, le 26 décembre 2004 ( D.R.) Extrait des actes du Colloque «Tsunami, l eau qui tue, l eau qui sauve : premiers bilans de l aide humanitaire», 13 et 14 mai Co-organisé par le Groupe URD, CAP Solidarité et l Université Paris XII Créteil avec le concours du Conseil Général du Val de Marne. Le parcours de la vague Dimanche 26 décembre 2004, à 0 h 59 en temps universel 7 h 59 à Djakarta (Indonésie) et Bangkok (Thaïlande), 6 h 29 à New Delhi (Inde) et Colombo (Sri Lanka), la terre tremble sous l océan Indien, au large de Sumatra. Ce jour-là, le frottement de la plaque tectonique indo-australienne, au Sud, avec la plaque eurasienne, au Nord, a provoqué un point de rupture exceptionnel d une dizaine de mètres de profondeur sur une longueur de 600 à 800 km. Cette rupture de l écorce terrestre a entraîné le déplacement vertical et brutal d une colonne d eau. 15 minutes après, un bulletin d alerte est adressé par le Centre d alerte sur les tsunamis du Pacifique situé à Hawaï aux pays membres du réseau ; ce bulletin indique une magnitude de 6,8 sur l échelle de Richter et «qu aucune menace de tsunami destructeur n existe». Au même moment, deux gigantesques ondes ont déjà parcouru plus de 150 km vers les côtes à l Est et à l Ouest, à près de 700 km/h. 31 minutes après, les vagues mesurant entre 10 et 15 mètres de hauteur atteignent d une part Banda Aceh et d autre part les îles Andaman et Nicobar. 1 heure et 5 minutes après, Hawaï évoque «une possibilité de tsunami près de l épicentre». 1 heure et 31 minutes après, la vague déferle sur l État du Tamil Nadu en Inde, dévastant les districts de Nagapattinam, Chennai, et Kancheepuram. Pourtant situées à proximité de l épicentre, les côtes thaïlandaises ne sont touchées qu 1 heure et 45 minutes après, en raison de la faible profondeur des fonds marins qui ralentissent la vitesse de déplacement du tsunami. Celui-ci atteint au même moment les côtes sri lankaises touchant la ville de Trincomalee située sur la côte Est. 2 heures et 11 minutes plus tard, c est Madras qui est frappée. Une demi-heure après, l alerte fédérale est déclenchée. Entre-temps les vagues dévastent la province sud du Sri Lanka : Hambantota, Matara, Galle. 3 heures et 1 minute après la secousse, les îlots des Maldives sont inondés. 6 heures après, la vague touche les côtes australiennes et ne fait aucun dégât dans ce pays prévenu à temps. 7 heures et 16 minutes après, des scientifiques américains réévaluent la magnitude du séisme à 9 (soit 10 fois plus puissant que la première estimation). 9 heures et une minute après, une chaîne de télévision prévient la population kenyane de l arrivée de grosses vagues. L ordre d évacuer les plages est donné une heure après. 12 heures après la secousse, faute d alerte, des centaines de victimes périssent en Somalie. 32 heures après le séisme, l onde a été observée en Alaska, au Chili, au Mexique, et non loin de New York. v F.G. 72 Janvier - Février 2006

6 L Indonésie un pays riche d une histoire complexe repères dernières décennies de ce pays en général, et du contexte très On ne peut comprendre les difficultés et les enjeux de l aide «posttsunami» en Indonésie sans prendre en compte l histoire des quatre spécifique d Aceh en particulier. Photo ci-contre : Dégâts dans l un des ports de la zone d Aceh. ı Histoire d une ı démocratisation en cours ı L histoire de l Indonésie est passionnante. Ancienne colonie hollandaise, ce pays de plus de km de long, constitué d une myriade d îles aux noms chantants et aux peuples très divers, a vécu une histoire chaotique au cours des années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Cet archipel, le plus peuplé des pays musulmans de la planète - avec plus de 222,6 millions d habitants en , est passé par des étapes très dures de militarisation de l État, des événements aussi dramatiques que les massacres «anti-communistes» de 1964 (plusieurs centaines de milliers de morts), des aventures coloniales qui se sont mal terminées (Timor oriental), et de nombreux soubresauts militaires. Pays de la déclaration de Bandung des pays non-alignés, l Indonésie est une terre de culture et de rayonnement riches avec une économie assez dynamique, bien qu ayant du mal à se remettre de la crise financière asiatique des années L Indonésie est aussi un espace géographique fréquemment visité par les catastrophes naturelles : dans ce pays en partie montagneux, situé en zone de mousson tropicale, sur une zone tellurique active, et bordier des grands espaces océaniques affectés par les phénomènes El Nino et la Nina, on y trouve à peu près tous les cas de figures des désastres naturels. Cette situation se trouve aggravée par les risques humains liés au terrorisme, aux problèmes croissants des accidents technologiques et, depuis peu, aux dangers liés à l épidémie de grippe aviaire. ı Le conflit indépendantiste ı et le mouvement GAM ı Le GAM (Mouvement Aceh Libre) fut réprimé par l État indonésien dès sa création en 1976 par un petit groupe de nationalistes acehnais. Mais les multiples violations des droits de l Homme commises par l armée indonésienne ont rapidement nourri le sentiment indépendantiste dans une grande partie de la population. Une population qui ressent très mal la mainmise totale de Djakarta sur le pétrole, l arrivée dans la province de migrants venus de l île de Java, mais également l absence de respect de ses traditions culturelles. Le conflit d Aceh a fait plus de morts depuis 1976 dans cette province du nord de l île de Sumatra (4 millions d habitants), riche en 74 Janvier - Février 2006

7 hydrocarbures. Il oppose les rebelles du GAM au gouvernement, qui a refusé toute idée d indépendance d Aceh perçue comme une remise en cause de l unité de l immense archipel de 212 millions d habitants. Un espoir naît avec la chute de la dictature Suharto en Mais à la différence du conflit au Timor oriental, qui a abouti en 1999 à un vote pour l indépendance sous les auspices de l ONU, le drame acehnais ne mobilise pas la communauté internationale : l armée indonésienne a pu continuer de réprimer le mouvement indépendantiste acehnais à l abri des regards étrangers. La situation avant le tsunami L armée indonésienne contrôlait les villes et les principales voies de communication, mais elle ne parvint pas à déloger la guérilla de ses bastions traditionnels la jungle et certaines zones rurales où les indépendantistes bénéficient souvent de l appui de la population. En 2002, les États-Unis ont commencé à faire pression sur le gouvernement indonésien pour que celui-ci entame des négociations avec les rebelles d Aceh : partenaires du gouvernement indonésien dans la lutte contre le terrorisme, les États-Unis ne souhaitaient pas voir l aide militaire apportée détournée au profit de la répression contre les rebelles d Aceh. Ils préfèrent donc soutenir les efforts en faveur de la paix. Ces négociations se soldent par un échec : en mai 2003, le gouvernement indonésien impose la loi martiale sur le territoire d Aceh, puis déclare l état d urgence, toujours en vigueur à la veille du tsunami. La répression du mouvement indépendantiste va se poursuivre à l abri des regards. La zone est interdite aux étrangers, qu ils soient touristes, journalistes ou observateurs. En même temps, les attentats terroristes à Bali et les tensions interconfessionnelles sur plusieurs zones insulaires ont amené le gouvernement à prendre conscience des enjeux des négociations. Le statut d autonomie progressive était accordé à la province de Naggrue Aceh Darussalam. C est dans ce contexte que le travail de négociation, entamé par le Centre Henri Dunant de Genève, puis relayé de façon plus politique par la médiation finlandaise, a tenté de faire avancer l idée de paix. L évolution politique depuis le tsunami Le tsunami a changé la donne : - en attirant d un coup l attention de la communauté internationale sur la situation à Aceh et son conflit oublié, largement occulté par rapport à la crise du Timor oriental ; - en créant dans l archipel un élan de sympathie pour la zone d Aceh ; - en modifiant une partie des équilibres des forces. Immédiatement après le tsunami, les deux factions en conflit ont déclaré un cessez-le-feu pour permettre aux efforts de secours de se dérouler sans danger. Le GAM et le gouvernement ont aussi décidé d accélérer les négociations qui sont entrées dans une phase nouvelle, sous l égide de l ancien président finlandais Martti Ahtisaari, jusqu à un cessez-le-feu et à un accord de démilitarisation de la zone en août Sur la base de ces avancées de la «diplomatie tsunami», une mission de suivi des accords de paix, la «Aceh Monitoring Mission» (AMM) a été mise en place par le Conseil de l Europe, avec une bonne implication de la France. v F.G. Photo ci-dessous : La mort à frappé : fosse commune à Banda Aceh. Bilan humain et matériel Les conséquences de cette catastrophe sont immenses puisqu elle a touché treize pays, faisant victimes et disparus, et 1,5 million de sans-abris. D un point de vue matériel, l ampleur des dégâts est également phénoménale, et de nombreux secteurs d activités économiques ont été sinistrés, comme par exemple le secteur de la pêche, pour lequel on estime qu un montant de 320 millions de dollars serait indispensable pour le remettre en état. Même constat lorsqu on analyse le bilan des habitations détruites : les pays les plus dévastés sont l Indonésie avec maisons et un tiers des écoles démolies, et le Sri Lanka avec habitations détruites. Néanmoins, ces chiffres sont à relativiser en gardant à l esprit que : - cette vague dévastatrice n a pénétré les terres que de 50 à 400 mètres (dans quelques rares cas sur 2 à 3 km) et que l intérieur des pays n a pas été touché ; - comme dans toute catastrophe naturelle et a contrario des conflits, les dégâts ont été circonscrits dans l espace et dans le temps : les infrastructures existent et les secours locaux ont pu s organiser avant la phase de reconstruction, les besoins immédiats ont concerné essentiellement les premiers soins aux blessés, la distribution de nourriture, de kits d hygiène et de nettoyage pour les populations sinistrées, et le traitement de l eau. Pour les sinistrés du tsunami, l accès à l eau potable et à des latrines est un enjeu vital. Après le raz-de-marée, des milliers de personnes ont été exposées à une dizaine de maladies directement liées à l eau, comme les affections diarrhéiques par exemple. Pour lutter contre la déshydratation associée à ce type de pathologie, l aide internationale a envoyé des millions de tablettes de purification d eau et des kits d urgence sanitaire destinés à 2 millions de victimes. Les chiffres sur l impact de cette série de catastrophes varient d une source à l autre. Ceux présentés ici proviennent des compilations réalisées par le Centre asiatique de préparation aux désastres (ADPC) de Bangkok. v F.G. Affaires stratégiques et relations internationales 75

8 Bilan humain et matériel Impact humain du tsunami du 26 décembre 2004 Inde Indonésie Sri Lanka Thaïlande Morts (inclues les personnes disparues) Blessés Personnes ayant perdu leur habitation Distribution des effets du désastre sur les pays (en millions d US$) Dégâts Pertes Impact Total Magnitude, Impact/PNP, en % Inde ,2 Indonésie ,0 Sri Lanka ,6 Thaïlande ,4 Total Source: ADPC, Socio Economic Impacts of the Indian Ocean Tsunami 2004 Dégâts et pertes résultant du tremblement de terre et du tsunami du 24 décembre 2004 Groupe URD En terme d impact économique, le total des dégâts est estimé entre 10 et 13 milliards d US$. L Indonésie est le pays le plus touché en termes absolus (dégâts estimés aux alentours de 4,5 milliard d US$), suivi de la Thaïlande (2,2 milliards d US$), du Sri Lanka (1,5 milliards d US$) et de l Inde (1,2 milliard d US$). Néanmoins, ces chiffres «absolus» doivent être mis en regard des richesses des pays et de leur PNB. Le PNB du Sri Lanka été le plus touché (7,6 % de pertes) suivi par l Indonésie (2 %), la Thaïlande (1,4 %) et par l Inde (0,2 %). Indonésie Inde Sri Lanka Thaïlande Secteurs Nombre de maisons détruites Nombre de maisons endommagées Nombre d écoles endommagées ou détruites N. r. Nombre de structures de santé affectées N. r. r Infrastructure Nombre de réseaux d eau affectés Nombre de puits rendus partiellement ou totalement inutiles Nombre de pompes à mains endommagées N.r. N. r. Nombre de latrines endommagées ou détruites N. r N. r. Kilomètres de routes endommagées N. r N. r. Nombre de ponts affectés Kilomètres de lignes ferroviaires affectés N. r. N. r. 20 N. r. Nombre de docks ou de jetées endommagés Secteurs productifs Hectares de cultures endommagées ,58 Nombre de systèmes d irrigation affectés N. r. N. r. 25 N. r. Nombre d animaux d élevage tués (bovins, caprins, volaille) Nombre de bateaux de pêche détruits ou endommagés Dommages sur les exploitations de pisciculture Ha 400 ha N. r ,6 milliard de baht Nombre d installations hôtelières affectées N. r. N. r. Entre 200 et 300 Une dizaine Impact environnemental Hectares de récifs de coraux affectés N. r. variable Estimation haute 503,36 basse 188 Hectares de mangroves affectées 750 N. r. N. r. Estimation haute : 297,6 Basse : 88,8 Superficie de plages affectées (érosion, dépose de débris, etc.) 300 N. r. N. r. 9,92 km 2 Note : la conversion des surfaces a été effectuée sur (Source : ADPC, Impacts of the Indian Ocean Tsunami 2004) 76 Janvier - Février 2006

9 Sri Lanka Une histoire complexe epères et douloureuse ı Le Sri Lanka jusqu au cessez-le-feu de 2002 ı Après cinq siècles de colonisation portugaise, hollandaise puis britannique, le Sri Lanka est devenu indépendant en La population de l ancienne Ceylan est diversifiée, reflétant les phases successives de peuplement de l île. Le conflit actuel trouve ses origines au début des années 1930, qui ont connu une surreprésentation de la communauté parlant le tamoul dans l administration coloniale (y compris du fait de l importante main-d œuvre tamoule importée de l Inde voisine pour mettre en place les plantations de thé). À partir de l indépendance en 1948, la population majoritaire cingalaise a dominé l État et, au cours des années, a introduit nombre de mesures discriminantes visant à limiter la représentation politique des Tamouls, à réduire leur accès à l éducation et à la terre, et à empêcher l usage de la langue tamoule (en 1956 était passé un texte de loi faisant du cingalais l unique langue nationale). Les Tamouls ont continuellement cherché un partage du pouvoir, et l échec à résoudre les différences politiques a vu les requêtes des Tamouls se radicaliser, culminant dans la revendication d un État séparé dans le Nord et dans l Est l Eelam Tamoul. Les moyens employés pour atteindre la réalisation de ces revendications sont devenus de plus en plus violents. Les émeutes communales de 1983 contre les Tamouls sont considérées comme un virage décisif, conduisant à une guerre totale de la part des insurgés, un processus de répression continue et sans répit, et trois périodes majeures de violence de masse, connues comme les Guerres d Eelam. L accord indo-srilankais a été initié par l Inde en 1987 et a vu l arrivée dans le pays des Forces Indiennes de Maintien de la Paix (IPKF). Les IPKF se sont trouvées impliquées dans une guerre d usure de deux ans contre les Tigres de Libération de l Eelam Tamoul (LTTE), qui ont proclamé qu ils représentaient la population tamoule, menant au retrait des IPKF en 1990, sur la demande du nouveau président du Sri Lanka élu en S en est suivie une période de reconquête progressive du Nord et du Nord-Est par l armée gouvernementale jusqu à la reprise de Jaffna, à l extrême nord du pays, tenue depuis des années par le LTTE. Bien qu intermittent, le conflit dans le Nord et l Est a duré presque vingt ans, a coûté entre et vies, a causé des dynamiques de déplacement multiples touchant plus de personnes et entraîné des destructions estimées par la Banque mondiale à environ 1,4 milliard de dollars. Tout au long du conflit, les positionnements identitaires (ethniques et religieux) des communautés tamoules et cingalaises se sont renforcés, tandis qu un troisième acteur, cette fois à référent non ethnique mais purement religieux - les musulmans - émergeait et compliquait encore la situation. Mais, contrairement au stéréotype populaire, le conflit est plus complexe qu un simple affrontement ethnique ou religieux. Des distinctions basées sur l ethnicité ont masqué des divisions politiques internes et des différences importantes de castes/classes, et les différences ethniques sont de plus brouillées par le dynamisme des minorités musulmanes. Depuis le commencement de la plus grave bataille au milieu des années 1980, Photo ci-contre : Aide inconsidérée dans le secteur de la pêche au Sri Lanka. Affaires stratégiques et relations internationales 77

10 Photo ci-contre : L eau potable, un enjeu crucial. la communauté humanitaire a essayé de mettre en place ses programmes en respectant les principes humanitaires, pour être réellement perçue comme impartiale, indépendante et neutre. La majeure partie de l aide a néanmoins bénéficié plus aux civils situés dans les zones contrôlées par le gouvernement qu à ceux situés dans les zones grises (où était surtout présent le CICR) et dans les zones contrôlées par le LTTE. Au début des années 1990, le LTTE a augmenté ses capacités de secours d urgence à travers l Organisation de Réhabilitation Tamoule (Tamils Rehabilitation Organisation, TRO), théoriquement indépendante mais sans nul doute largement contrôlée par son aile politique. Malgré les besoins reconnus des populations dans les zones contrôlées par le LTTE, une pression croissante et des restrictions absurdes sur les organisations d aide internationales et locales en ont mené beaucoup à se retirer avant le cessez-le-feu. Le Parti National Unifié (UNP) a gagné les élections en 2001, sur la base d un programme de négociations de paix, lancées dès son arrivée au pouvoir. Il a mis en place une coalition dont la vie a été souvent agitée, avec une gamme de partenaires politiques assez hétérogène et a conduit le pays jusqu au cessez-le-feu, signé le 23 février ı Du cessez-le-feu au tsunami ı Malgré les changements majeurs apportés par la signature de l accord de cessez-le-feu et pendant les pourparlers entre les partis opposés, la situation est restée extrêmement tendue. La phase «post-conflit» au Sri Lanka était d une grande fragilité. L implication de la Norvège, de la Commission européenne et de quelques autres acteurs bilatéraux n a pas réussi à venir à bout de l intransigeance de chacun des camps. Ces derniers ont été en effet traversés de tensions politiques internes qui n ont pas facilité l établissement de relations claires de confiance : le gouvernement était une coalition fragile entre des partis ayant des positions idéologiques couvrant l ensemble du spectre politique : des marxistes aux conservateurs. Le LTTE a également été confronté à des dynamiques d éclatement, celles-ci culminant avec la tentative de scission d une faction de Batticaloa autour du commandant Karuna. Le cessez-le-feu n a cessé de se fragiliser et certains observateurs voyaient apparaître, durant le dernier semestre 2004 le scénario possible, si ce n est probable, d un retour à une confrontation ouverte. ı L évolution politique ı depuis le tsunami ı Le tsunami a changé la donne en attirant d un coup l attention de la communauté internationale sur la situation au Sri Lanka et son conflit oublié. Il a aussi modifié une partie des équilibres des forces, le dispositif militaire de LTTE ayant été assez touché par le tsunami (les camps militaires du LTTE étaient souvent en zone côtière). Immédiatement après le tsunami, les deux factions en conflit (le LTTE et le gouvernement) ont négocié un accord de partage de l aide, dit «Joint Mechanism» ou P-TOMS, mais sa mise en place effective s avère difficile sur le terrain. Ce P-TOMS est même devenu un enjeu de négociation politique très sensible. C est en partie autour des débats sur le P-TOMS que la Coalition de Gouvernement a implosé (un des partis s en est retiré) et que se sont organisés certains des enjeux électoraux des élections présidentielles. Après une première évolution positive, la situation politique s est remise à se dégrader. Des manifestations pouvant être violentes (les hartal) et les assassinats se sont multipliés, tandis qu un appareil militaire important était mis en place, sur la base d un corps militaire d élite. Dans ce contexte, la situation de sécurité dans le Nord et l Est s est progressivement détériorée. S il n y a pas de reprise du conflit jusqu à présent, cette éventualité reste l un des scénarios possible. La recrudescence des recrutements de jeunes hommes (souvent des mineurs) dans les camps de déplacés, repérée par de nombreuses ONG, semble être une indication de la reconstitution d un appareil militaire, par ailleurs fortement financé par la Diaspora et les taxes prélevées sur tous les transits Nord/Sud. L un des grands sujets de débat est celui du droit de voyage des cadres LTTE en Europe, ainsi que la réintroduction de cette organisation sur la liste des organisations terroristes. Les élections du 17 novembre 2005 ont mis en place un Président dont le discours n est pas à la négociation. Le discours annuel du leader du LTTE, événement au cours duquel la résistance tamoule annonce en général quelle sera sa stratégie, ne va pas non plus dans le sens de la pacification. Le miracle de la «diplomatie tsunami» semble s évanouir au Sri Lanka. v F.G. 78 Janvier - Février 2006

11 D La Thaılande errière les images paradisiaques de la Thaïlande et les images enchanteresses des plages des îles et des côtes du Sud, hélas en partie dévastées par le tsunami du 26 décembre, il y a une autre réalité, que les touristes perçoivent peu. ı Un Sud insurrectionnel ı À la fin des années 1970, une partie importante de l est et du nord de la Thaïlande était tenue par la guérilla communiste. Dans les années 1980, la campagne de la main tendue vers les anciens révolutionnaires thaïlandais a remplacé la répression, et les dernières zones insurrectionnelles du Parti Communiste Thaï (PCT) se sont retrouvées, dans le Sud profond, au contact avec les mouvements d opposition armés malais. Progressivement, la donne a changé avec la montée en puissance des mouvements islamistes, là encore influencés par la Malaisie voisine. Les trois provinces du Sud (Pattani, Narathiwat et Yala, ancien sultanat rattaché à la Thaïlande en 1909), sont devenues au cours des dernières années un cauchemar pour les différents gouvernements thaïlandais, qui ont essayé diverses stratégies, de la douceur à la force. Actuellement, un véritable syndrome anti-insurrectionnel règne. Plus de soldats ont dû être déployés dans la zone, dans laquelle les bâtiments publics sont protégés comme des forteresses. Plus de repères imams cœxistaient sans problème au au-delà du paradis personnes ont été tuées depuis le début Dans cette région où bonzes et cœur d une nature prodigue et d une économie bénéficiant des recettes du tourisme, de la production de caoutchouc et des ressources côtières de pêche et de production de crevettes, les premiers se font égorger par les extrémistes tandis que les seconds sont arrêtés par une armée et une police à bout de nerfs ı Une présence massive de ı réfugiés illégaux birmans ı Toute la côte ouest de la Thaïlande abrite des populations de réfugiés illégaux qui ont fui la Birmanie par la mer en suivant l arc des Andaman ou par la terre, après un exode souvent dangereux. Formant un lumpen prolétaria taillable et corvéable à merci par l industrie hôtelière, les plantations d hévéa, les travaux d infrastructure les plus pénibles, ces réfugiés illégaux ont payé un très cher tribut à la vague et ont peu de recours, du fait de leur «non-existence». Certaines ONG thaïlandaises, relayées par des réseaux internationaux (CCFD en France) ont cherché à leur assurer secours et réconfort. Pour le gouvernement Thaksin, l enjeu de l aide post-tsunami était important, car le drame a eu lieu dans une période préélectorale tendue. Des moyens importants ont été déployés par les autorités, à travers l armée et la toute-puissante Croix-Rouge thaïlandaise, tandis que l État démontrait qu il était capable de gérer cette crise avec une implication minimale de l aide internationale. Il fallait aussi s assurer des «dividendes électoraux», mais aussi redonner confiance dans le secteur du tourisme, une des clés de l économie thaïlandaise. Si les paris de bonne gestion de la crise (rendue encore plus compliquée par la présence de nombreux touristes parmi les victimes), de la reconstruction et de la relance du tourisme sont largement en passe d être gagnés, celui des élections, lui, a été perdu. Les députés du parti gouvernemental n ont pas été élus, et la confrontation avec les irrédentistes musulmans s aggrave... v F.G. Photo ci-dessous : À Phuket après la vague. ( Rick Von Feldt) Affaires stratégiques et relations internationales 79

12 repères ı Les acteurs multilatéraux Photo ci-contre : Des aides multi-bailleurs. La mobilisation internationale ı Les Nations Unies Les Nations Unies sont présentes dans toute la zone touchée depuis longtemps. Dans certains cas (Sri Lanka, Somalie), cette présence était réelle mais limitée. Ailleurs, les choses étaient beaucoup plus compliquées : ainsi en Indonésie, les relations sont tendues suite aux événements qui ont conduit à l indépendance de Timor Est. Toute intervention de l ONU est suspecte, pour certains segments de la société indonésienne, de porter les ferments d une nouvelle détérioration de l espace national. Dans d autres zones (Inde, Thaïlande, Kenya), une partie de l appareil onusien n est pas opérationnel mais coordonne des efforts régionaux. Face à la crise du tsunami, le système onusien s est mobilisé dès le 26 décembre, pour tenter de comprendre ce qui se passait et informer New York (bureau du sous-secrétaire général en charge des Actions humanitaires), Genève (bureau du BCAH en charge des désastres naturels), et assurer le contact avec les autorités nationales. Dès le 27 décembre, une mission UNDAC (United Nations Disaster Assessment and Coordination Team) partait pour la réalisation des premières identifications et la mise en place des activités de coordination. L appel d urgence a été distribué aux pays donateurs le 6 janvier. Les coordinations-terrain du 80 Janvier - Février 2006

13 BCAH se sont progressivement mises en place, mais avec les difficultés liées à l ampleur de la mobilisation internationale. Les différentes agences des Nations Unies ayant une expérience ou un mandat dans l urgence se sont mobilisées : l UNICEF, le Programme alimentaire mondial, la FAO, l OMS, le programme des Nations Unies pour le Développement, etc. La coordination internationale globale s est mise en place autour de deux mécanismes principaux : le BCAH et son représentant spécial, Margaret Walshtröm, et le «Global Consortium», mêlant ONU, Institutions Financières Internationales (IFI) et bailleurs de fonds bilatéraux, animé par l ex-président Bill Clinton. Les Institutions Financières Internationales (Banque mondiale, Banque asiatique de développement, en collaboration avec la Banque japonaise pour le développement international) ont commencé dès janvier à évaluer les besoins et à élaborer les plans pour la reconstruction (fourchette supérieure à 10 milliards de dollars). Le mouvement Croix-Rouge s est très fortement mobilisé, levant des sommes atteignant des sommets encore jamais vus (en milliards de dollars). Le Comité International de la Croix- Rouge (CICR) travaillait dans la zone depuis plus de 20 ans et représentait la seule réelle présence internationale à Aceh avant le tsunami. Il a assuré la sécurisation des points de passage entre zones gouvernementales et zones rebelles (LTTE au Sri Lanka et GAM pour Aceh) pour l évacuation des blessés et le transit des secours, ainsi qu un appui médical et de secours d extrême urgence, avec les volontaires des sociétés nationales. Les Croix-Rouges sri lankaise, thaïlandaise et indonésienne (PMI) ainsi que les Croissants-Rouges des Maldives et de Somalie, qui avaient développé des réseaux de volontaires souvent assez dynamiques, ont mobilisé ces réseaux pour assurer les tâches de premiers secours, les activités de recherche des corps et la distribution des premières assistances sur les zones touchées. Le reste du mouvement Croix-Rouge, avec la Fédération internationale des sociétés nationales de Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et une vingtaine de sociétés nationales (française, danoise, allemande, italienne, américaine, canadienne, etc.), s est aussi mobilisé de façon massive. Avec des ressources très considérables, toute la palette d actions, de l urgence à la reconstruction et à la préparation aux désastres, a été déployée. ı Les bailleurs bilatéraux ı Des sommes très considérables ont été débloquées par les aides britannique (DFID), hollandaise, norvégienne (sponsor des négociations entre le LTTE et le gouvernement au Sri Lanka), allemande, australienne, etc. Les pays d Asie et du monde islamique, particulièrement concernés, ont aussi apporté une aide importante. Il a été assez diffi cile d arriver à un total cohérent, car il est souvent difficile d identifier comment les chiffres disponibles ont été construits. Le Comité d aide au développement de l OCDE et la «Tsunami Evaluation Coalition» devraient permettre de faire le point sur l ensemble des fonds mobilisés. L ensemble du dispositif Tableau récapitulatif des dons internationaux (en millions) associatif international a reçu des moyens d une ampleur inégalée. Les grandes majors sont arrivées avec des ressources considérables. Les ONG de taille moyenne ont souvent démarré assez tôt des évaluations, mais ont souvent mis du temps à démarrer leur programme, du fait des délais d arrivée des fonds et de l encombrement du paysage institutionnel sur le terrain. Une nouvelle génération d ONG est née de la crise du tsunami, résultat d un sentiment de solidarité avec les victimes, avec lesquelles les membres fondateurs avaient souvent partagé les heures sombres de la fin décembre Armées de beaucoup de générosité, mais pas toujours de moyens et de capacités, ces ONG de la génération tsunami sont à la fois un bel emblème de la générosité internationale et parfois un problème sur le terrain. Pour tous ces acteurs ONG, les enjeux de visibilité et de rapidité de décaissement ont été une contrainte et une entrave à un travail de qualité. Le système des ONG internationales devra sans doute revoir un certain nombre de ces points pour éviter les dérapages. La Commission européenne a été très vite impliquée dans la région touchée par le tsunami à travers plusieurs mécanismes, ceux de la Protection civile, le Bureau européen d aide humanitaire ECHO (qui débloquait 3 millions d euros dès le 27 décembre, Gouvernements Dons privés Total US $ Euros US $ Euros US $ Euros USA , , ,5 Allemagne 643,3 536,1 663,9 553, , ,3 Royaume Uni 445,2 371, , ,2 923,5 Australie 738,9 615, , ,9 852,4 Japon 550,5 458,8 123,8 103,2 674,3 561,9 Pays Bas 308,8 257, ,2 565,8 471,5 Canada 341,1 284, ,3 651,1 542,6 France 165,5 139,6 374,4 312,0 529,9 441,6 Norvège 175,5 146,3 95,7 79,8 271,2 226,0 Source : tableau élaboré et mis à jour à partir de Voice and Concord, Tsunami, one year after, NGO Aid Intervention and Future Challenges, Bruxelles, novembre 2005, 50 p. Photo ci-contre : Les camps de déplacés sous tente dans la zone d Aceh. Affaires stratégiques et relations internationales 81

14 Photo ci-contre : Progressivement, la pêche redémarre à Aceh. Photo ci-dessous : L expérience intéressante des «écoles en boîte» de l UNICEF, pour faire revenir au plus tôt les enfants à une certaine normalité. puis une série d enveloppes d un montant de plus de 100 millions d euros), et les mécanismes d aide classique pour une approche globale de la reconstruction post-tsunami, avec une enveloppe globale de 350 millions d euros. ı Les acteurs nationaux ı Les sociétés civiles des pays touchés Prises de plein fouet par ce désastre, les sociétés civiles des zones touchées ont tenté de gérer la crise. L aide de proximité a souvent été la première réponse, celle qui sauve et qui préserve, bien avant l arrivée des aides officielles et des acteurs internationaux. Très vite, quelques ONG internationales ont cherché à établir des partenariats avec des ONG nationales, pour la mise en place de leurs programmes. Mais hélas, ceci a encore été trop marginal. Les sociétés civiles des pays touchés restent encore «les enfants pauvres» de la réponse internationale. ı Les acteurs de l État ı Les institutions étatiques des pays touchés par la vague ont mis quelques heures à réaliser l amplitude du désastre, tandis que les autorités sur le terrain étaient, elles, souvent complètement sous le choc. Puis la réaction s est structurée. Dans chaque pays, les ministères de la Défense, quand ils existaient, ont joué un rôle important dans les premières heures, ces ministères étant à la fois les seuls à avoir des moyens logistiques et des capacités de projection toujours en «stand-by». Puis les institutions civiles ont pris le relais. Les acteurs de l État aux niveaux décentralisés ont joué un rôle central, bien que parfois eux aussi très touchés par le désastre. Ils sont en effet au cœur de la solidarité de proximité, mais aussi au cœur des zones affectées. Ces acteurs ont leurs propres limites et se sont vite trouvés submergés par la déferlante d aide internationale. C est à ce niveau opérationnel, proche du terrain, qu on observe au mieux les dérapages et effets négatifs de l absence ou de la mauvaise coordination. Sur le terrain, la coordination face à une catastrophe naturelle est théoriquement dans les mains des autorités nationales. La préexistence de conflits dans plusieurs des zones affectées par la vague, l absence pure et simple d autorités réelles (Somalie) et leur relative désorganisation au début de la crise, ont fait que les coordinations internationales ont joué un rôle important. Deux pays (l Inde et la Thaïlande) ont souhaité avoir un plus grand contrôle de l aide internationale, celle-ci étant peu ou pas désirée. Si beaucoup de temps et d énergie sont engagés dans ces différents niveaux de coordination, leur effectivité et leur efficience continuent de soulever de nombreuses questions face à la multiplication des recouvrements et duplications et à la «chasse aux zones d action et aux bénéficiaires» qui s est parfois mise en place. De façon générale dans ces deux pays, les autorités nationales et locales ont souffert d un manque de transparence et de coordination de certaines ONG internationales. v F.G. r 82 Janvier - Février 2006

15 Les acteurs français L epères a réponse de l État français a été mise en place dans le cadre d une structure ad-hoc particulière, la Délégation interministérielle posttsunami (DIPT), devenue Coordination post-tsunami en juillet 2005 (CPT). Créée le 19 janvier pour coordonner les actions de la France, cette institution fait suite à d autres tentatives institutionnelles du type «mission Fauroux» pour les Balkans. Physiquement logée au sein des locaux du ministère des Affaires étrangères, la DIPT, structure interministérielle directement reliée au Premier ministre, a eu une efficacité réelle et appréciée par tous. Elle a fonctionné avec à sa tête un haut fonctionnaire habitué au travail en interministériel, un adjoint expérimenté dans le secteur de l action humanitaire et de la reconstruction, et une équipe comportant à la fois des diplomates expérimentés (ambassadeurs), des représentants des divers ministères concernés, et des fonctionnaires bien au fait des mécaniques institutionnelles, tout ceci autour d une architecture fortement soutenue par la Direction générale de la coopération internationale et du développement (DGCID). La fluidité de la coordination interministérielle et les bonnes relations avec les ONG sont deux des éléments qui ont contribué au succès du dispositif, mais aussi à la qualité de la plupart des projets (une forte concertation en amont induit une meilleure qualité en aval). La DIPT/CPT a pu dans des temps très courts analyser un total de 200 propositions de projets et en retenir prés d une centaine. Des organismes aussi divers que des ONG, des institutions de recherche, des agences de l ONU, des organisations locales, etc. ont pu être soutenus. Tout ceci a pu fonctionner de façon plutôt harmonieuse, grâce à une très forte implication des ambassades sur le terrain. Y aura-t-il une suite à cette expérience positive, en terme de mécanisme de gestion de crise? C est une question importante que se posent la plupart des partenaires de la DIPT / CPT. Une des caractéristiques de l aide française a été d être répartie sur l ensemble des phases de la gestion de crise : aide d urgence pendant la phase aiguë, aide à la reconstruction, assistance à la mise en place de mécanismes d alerte et de prévention. ı Les bailleurs de fonds non ı gouvernementaux ı Deux bailleurs de fonds non gouvernementaux ont été impliqués, en coordination avec la DIPT/CPT, à des co-financements d ONG : - Fondation de France : La FdF a joué, une fois encore, un rôle très important de collecte de fonds du public et les a «redistribués» aux ONG qui en faisaient la demande, selon un certain nombre de principes. Des critères plus diversifiés, une grande flexibilité permise aux projets pour leur permettre de rester adaptés dans des contextes rapidement changeants ont caractérisé l approche de co-financement de la FdF. - Croix-Rouge Française : La Croix- Rouge Française a recueilli des montants supérieurs à 110 millions d euros. Sa capacité d absorption, une fois assurées les contributions aux deux grands acteurs du mouvement Croix-Rouge (le Comité international de la Croix-Rouge CICR et la Fédération internationale des sociétés de Croix-Rouge et du Croissant-Rouge FICR), était en cours de saturation. Elle s est alors créé un rôle particulier : en plus Répartition de l aide de l État français Structure DAH (Délégation à l action humanitaire) DIPT/CPT 25 Ministère de la Défense 20 d être un acteur en direct, et un contributeur membre d un réseau plus large (le mouvement Croix-Rouge/Croissant- Rouge), elle est aussi devenue bailleur de fonds pour des ONG, pour la première fois de son existence. Les collectivités locales et les agences de l eau : La mobilisation du public a aussi touché les collectivités territoriales et les agences de l eau. Des fonds et des savoir-faire ont ainsi été mobilisés par des régions (Île de France, Rhône-Alpes, etc.), des conseils généraux (Drôme, Valde-Marne, etc.) et les agences de l eau (Rhône-Provence-Corse, Seine-Normandie, Adour-Garonne) et mis au service des ONG et des partenaires institutionnels sur le terrain, notamment au Sri Lanka. Les ONG se sont mobilisées, elles aussi, de façon massive et se sont trouvées dans la tourmente autour de toute une série de débats sur leur utilité dans ce type de situation, leur efficacité, leur capacité à rendre compte. Elles ont fait des efforts considérables dans la professionnalisation de leurs activités et dans la qualité des comptes rendus au public. En cela, la crise du tsunami aura des effets durables pour les acteurs... v F.G. Montant du budget Allocation alloué (millions d Euros) 21 ONU, fret ONG ONG, ONU, institutions de recherche, administrations locales, et autres. Sur coûts liés aux opérations logistiques et sanitaires, suite au déploiement sur la zone concernée. Photo ci-dessous : Progressivement, les habitats urbains se reconstruisent. Affaires stratégiques et relations internationales 83

16 Siège : La Fontaine des Marins Plaisians. Tel: Bureau de Paris : 4 rue Clairaut, 75017, Paris Tel : Antenne de Kaboul : Groupe URD, House n 333, Street 7, Qala-e-Fatullah, Kaboul, Afghanistan. Tel : (0) , 10 ANS DE RECHERCHE ENGAGÉE AU SERVICE DES ACTEURS DE L AIDE. Les contextes dans lesquels se met en place la solidarité internationale sont en évolution constante depuis la fin de la guerre froide, et ces évolutions interpellent les pratiques des acteurs. C est sur cette constatation qu en 1993 s est créé, autour d une dizaine d ONG françaises et européennes, un lieu de dialogue et d échanges entre praticiens : le Groupe Urgence- Réhabilitation-Développement (Groupe URD). À partir de 1997, le Groupe URD s est transformé en un acteur opérationnel dans le domaine de l évaluation, de la recherche et de la formation. Aux carrefours entre urgence et développement, entre action et prise de distance, entre ONG et institutions publiques, entre agences de l ONU et monde universitaire, entre réflexions francophones et approches anglosaxonnes, le Groupe URD tente d être un «pont» entre ces mondes. Pour ce faire, il se base sur trois caractéristiques : - Être une équipe multidisciplinaire dans laquelle se croisent sciences dures (agronomie, médecine, architecture, nutrition) et sciences sociales (anthropologie, économie, socio-politique, etc.). - Être une équipe pluriculturelle, avec des chercheurs européens (français, britanniques, espagnols), africains, latino-américains ; - Être basé dans une ferme en Provence, avec la nécessaire prise de distance que ceci induit, mais aussi la prise directe avec les questions de gestion des désastres et des difficultés de développement d une petite région de montagne sèche. Marier la réflexion sur les crises «ici et là-bas» oblige à un exercice permanent de mise en perspective CYCLE D APPRENTISSAGE COLLECTIF Les institutions de solidarité internationale reconnaissent aujourd hui leur double responsabilité en terme de qualité de leurs actions vis-à-vis des populations et des donateurs. Le Groupe URD contribue à TIRER LES LEÇONS DES EXPÉRIENCES SUR LE TERRAIN En questionnant les modes d intervention et de conception de programmes,à travers les évaluations. En croisant les savoir-faire,via les études thématiques ou transversales. INFLUER SUR L ENVIRONNEMENT DE L ACTION HUMANITAIRE En interrogeant les pratiques des bailleurs de fonds, les décideurs politiques, les ONG, les Nations Unies. RENFORCER LES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR En formant les acteurs nationaux et internationaux. l exercice de cette responsabilité en proposant le cycle d apprentissage collectif décrit ci-dessous. A travers cette dynamique, c est l amélioration continue de l aide apportée aux populations qui est visée. CAPITALISER ET PARTAGER En publiant et diffusant les résultats des travaux. En organisant des espaces de débats. Pour partager les réflexions. PROPOSER DE NOUVELLES METHODES ET DES OUTILS POUR L ACTION En concevant de nouveaux outils et méthodes pour les acteurs. LE GROUPE URD EST UNE STRUCTURE DE RECHERCHE, D ÉVALUATION ET DE FORMATION POUR L AMÉLIORATION DES PRATIQUES DE L AIDE EN FAVEUR DES POPULATIONS.

17 ACTIVITÉS DES ÉVALUATIONS DE PROGRAMMES : Le Groupe URD répond à diverses demandes d évaluation de programmes qu il conduit toujours dans l optique d apprentissage et d amélioration continue. Evaluation des programmes de l Unicef au Darfour, des projets de Solidarités en ex-yougoslavie, de Euronaid, du Consortium DACAAR et de la FAO en Afghanistan, de la FAO et de l aide française dans la zone Tsunami. DES PROCESSUS DE CAPITALISATION D EXPÉRIENCES : Certains thèmes étant communs aux divers acteurs intervenant sur une même zone, le Groupe URD propose des processus de capitalisation d expériences, étalés dans le temps, pour analyser les actions de manière transversale et tirer collectivement les leçons. Post-Mitch de 1999 à 2001, Afghanistan à partir de LES PUBLICATIONS La collection «Pratiques humanitaires en questions» a été créée en 1997 aux éditions Karthala. Elle a produit plusieurs titres dont certains sont également publiés en anglais et en espagnol. Outils d appui à la capitalisation de l expérience et du partage des idées, ces ouvrages sont chaque fois le résultats de longs mois de terrain et de réfl exions d acteurs et d observateurs engagés sur le terrain. DES PROJETS DE RECHERCHE OPÉRATIONNELLE : De l analyse des pratiques (souvent à travers les évaluations ou les capitalisations d expériences) apparaissent des problématiques dont la complexité ou l importance nécessite une étude approfondie. Le Groupe URD développe alors des projets de recherche opérationnelle. La participation des populations à l action humanitaire (Etude Globale sur la Participation), la qualité des actions humanitaires (Projet Qualité), les pratiques humanitaires dans les contextes urbains en guerre (Projet «Villes en guerre et guerres en ville»), le passage de l urgence à la reconstruction (Projet LRRD en Afghanistan). DES MODULES DE FORMATION : Sur la base de ces travaux et à la demande d une institution ou de centres de formation, le Groupe URD propose une série de modules pour les ONG, les agences des Nations Unies, le mouvement Croix-Rouge, les ministères. Le lien urgence-développement, la Sécurité alimentaire, qualité & évaluation, la participation dans l action humanitaire, droit international humanitaire, etc. À LA DISPOSITION DES ACTEURS DE L AIDE DES OUTILS ET MÉTHODES DE TRAVAIL : A l issue de certains projets de recherche, de nouveaux outils ou méthodes sont conçus et mis à disposition des acteurs : Le COMPAS Qualité, (CD-Rom et Manuel) Le Manuel du Praticien sur la participation dans les situations de crise. DES PUBLICATIONS ET DES OUVRAGES : Les recherches donnent lieu à des publications (dans les revues spécialisées) ou des ouvrages (collection «Pratiques humanitaires en questions» chez Karthala). En 1997 : «Entre urgence et développement». En 2000 «Evaluer l action humanitaire». En 2004 «Guerres en ville et villes en guerre». En 2005 «Bénéficiaires ou partenaires : quels rôles aux populations civiles dans l action humanitaire». DES ÉVÈNEMENTS : Pour diffuser les résultats de ses travaux, le Groupe URD organise ou participe régulièrement à des colloques. Il organise chaque année «Les Universités d automne de l humanitaire» dans son siège Drômois et un colloque en association avec l Université Paris XII Créteil et son Master «Gestion de l Humanitaire» en 2003 : 10 ans d humanitaire Européen, bilan et perspective. en 2004 : Haïti ; autopsie d une gestion de crise. en 2005 : Tsunami : l eau qui tue, l eau qui sauve, premières leçons sur l aide internationale. Prévision 2006 : Une planète dans tous ses états : catastrophes naturelles et technologiques. DES SITES INTERNET : Tous les résultats de ses travaux de recherche sont mis en ligne sur le site : Les outils de gestion de la qualité sont disponibles sur le site FINANCEMENTS, SOUTIENS & PARTENARIATS Financements par projet : Ministère français des Affaires étrangères, Région Rhône Alpes, Ministère suisse des Affaires étrangères, Offi ce Européen de l aide humanitaire (ECHO), Fondation de France, Agence de coopération Australienne (Ausaid), etc. Partenariats avec ALNAP (Active Learning Network on Accountability and Performance), Coordination SUD (Synergie Qualité), ONG membres et/ou partenaires, Tufts University, FAO, etc. Les fonds propres dégagés sur certaines activités ou issus des cotisations sont ré-injectés dans les activités du Groupe.

18 entretien Entretien avec Antoine Peigney Directeur des Opérations Internationales de la Croix-Rouge Française Pour aller plus loin : Photo ci-contre haut : Distrubuer de l eau potable. une des priorités des premiers jours. Photo ci-contre bas : Petite fille dans un camp prêt d Aceh. La Croix-Rouge Française et le tsunami Quel a été le cadre de votre implication dans la réponse française au drame du 26 décembre 2004? La Croix-Rouge Française (CRF) a collecté 110 millions d euros. Grâce à cette extraordinaire générosité ( nouveaux donateurs), la CRF a pris toute sa place dans la réponse au désastre, en étant l une des sept principales sociétés de Croix-Rouge récipiendaires des fonds mondiaux (total collecté par la Fédération internationale : 2,2 milliards d euros). Dès le 26 décembre, un dispositif d accueil (500 secouristes se sont relayés) des ressortissants français rapatriés de Thaïlande et du Sri Lanka était mis en place à Roissy et en appui des services consulaires français sur place. En parallèle, des équipes d urgence médicale et de traitement d eau partaient le 27 et le 28 au Sri Lanka et en Indonésie. Dès février, des équipes s installaient au Sri Lanka, en Indonésie, aux Maldives, en Thaïlande et en Inde, pour procéder aux évaluations préalables aux programmes de reconstruction et de relance économique. La base régionale de La Réunion était renforcée en moyens pour soutenir les capacités de prévention et de réponse aux catastrophes dans le sud-ouest de l océan Indien. En mars, la réplique au large de l Indonésie, qui a touché Nias, rajoutait une action d urgence suivie du même processus «post-urgence reconstruction» dans la stratégie générale. En décembre 2005, personnes dans les pays ci-dessus bénéficient de l aide que les français ont confiée à la CRF, via 120 projets. Ces 120 projets résultent d évaluations que la CRF a conduites depuis février et qui représentent un montant global de 88 millions d euros. Sur ces 88 millions d euros engagés, 18 millions seront dépensés fin 2005, 40 millions le seront en 2006 et 30 millions en Cinquante délégués expatriés de la CRF coordonnent l ensemble de ces projets en s appuyant sur les équipes des sociétés de Croix-Rouge locales, des gouvernements, et de quelques ONG avec lesquelles la CRF s est associée dans un esprit de mutualisation des compétences. Quel est le point qui vous semble fort dans l action que vous avez été menés à conduire? Le réseau international du Mouvement de la Croix-Rouge s est révélé à la fois efficace, et pourtant plein de lourdeurs, qui ont été identifiées et auxquelles il s agira de remédier. Opérationnellement, le dispositif d urgence de la CRF avec des équipes entraînées et le matériel santé-eaulogement, prêts à partir 24 heures sur 24, a plutôt bien fonctionné. Fonctionnellement, la cohésion institutionnelle a été sans faille, avec une implication extrêmement importante et durable tout au long de l année du président de la Croix-Rouge Française, du directeur général, du conseil d administration. Et cette exigence dans le suivi des opérations et de l accès aux informations est la condition d une confiance qui ne s est pas démentie et qui était la condition sine qua non et fondamentale de la réussite. Quels seraient les éléments susceptibles d être fortement améliorés? Le nombre d opérateurs humanitaires, toujours trop important dans ces situations de crise ; des légitimités extrêmement discutables, des valeurs ajoutées douteuses, et le sentiment qu on n apprend pas grand-chose d une crise à l autre. 1 ) Pour accélérer la phase d urgence : une logistique internationale sur place, dès que le pays demande l aide internationale (hélicoptères, barges, camions, carburant, ponts mécaniques). 2/ D une manière générale, renforcer tous les dispositifs d alerte et de transmission de l alerte à des dispositifs formés (Croix-Rouge, sécurité civile, etc.) pour intervenir auprès des populations. Quel souvenir vous aura le plus marqué dans cette crise et la réponse qui l a suivie? L impressionnante et irrationnelle solidarité dans le monde entier, ainsi que l extraordinaire pression médiatique en relais de l opinion publique qui a suivi cette générosité, resteront un souvenir fort. Les nuits courtes, face aux énormes difficultés auxquelles les opérateurs ont dû faire face pour se coordonner et pour intégrer les stratégies locales de gestion de cette aide internationale. Et pour ce qui est de la Croix-Rouge Française, le sentiment de fierté qui anime toute une équipe, d avoir su faire face à cette situation inédite en ayant su s adapter très rapidement à une très vaste échelle en restant soudée, compétente, efficace, inventive. Entretien réalisé par François Grünewald 86 Janvier - Février 2006

19 Le tsunami, un an après : l expérience de Solidarités Quel a été le cadre de votre implication dans la réponse internationale au drame du 26 décembre 2004? À Solidarités, nous avons cherché à agir vite, en complément des autres intervenants, en partenariat avec d autres acteurs (pouvoirs publics, agences de l eau, entreprises, collectivités), par des programmes quasi simultanés dans l urgence et la reconstruction. Pour cela, toute l association s est fortement mobilisée. Nous avons envoyé une équipe expérimentée dès début janvier 2005 pour faire l évaluation des besoins et identifi er en quoi notre expérience pourrait être utile, notamment dans les secteurs de l eau et de l assainissement. Quel est le point qui vous semble fort dans l action que vous avez été amenés à conduire? Faire vite, agir en s adaptant aux besoins prioritaires des populations en cherchant à ne pas faire d erreur dans les secours. Je pense en particulier à notre évaluation sur les puits recouverts d eau de mer, au programme de déblaiement des débris et sur le nettoyage des fonds marins côtiers pour la pêche au fi let ou le drainage des terres agricoles salinisées. Quels seraient les éléments qui pourraient être fortement améliorés? Nous devons renforcer nos capacités pour faire face à ce type de cataclysme et mobiliser rapidement plus de dons de particuliers pour faire vite, car les fonds institutionnels nécessaires sont souvent lents à se mobiliser alors que les besoins des populations affectées, eux, n attendent pas. Plus généralement, il faut développer tout le secteur de la prévention des désastres, améliorer notre capacité d analyse des situations et des besoins, renforcer les mécanismes de coordination et d évaluation d impact. Il y a aussi des enjeux autour de la qualité et les ONG françaises se sont mobilisées autour de plusieurs initiatives, dont le Projet «Synergie Qualité», mis en place avec Coordination Sud. Quel souvenir vous aura le plus marqué dans cette crise et la réponse qui l a suivie? C est tout à la fois l ampleur instantanée de la catastrophe et sa mondialisation par les médias, ainsi que l ampleur de la générosité. C est aussi, en France, la synergie entre les acteurs qui a, par exemple, permis à Solidarités de mobiliser 6 millions d euros pour secourir directement plus de personnes au Sri Lanka et en Indonésie. Entretien réalisé par François Grünewald entretien Entretien avec Alain Boinet, membre depuis des années du bureau directeur de l ONG Solidarités. Cette ONG, de taille moyenne, a été très présente sur la zone touchée par le tsunami. Pour aller plus loin : Photo ci-contre haut : Pêcheur au Sri Lanka (assistance par Solidarités). Photo ci-contre bas : L eau dans les camps de déplacés. Affaires stratégiques et relations internationales 87

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG : Synergie Qualité Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :. L éthique humanitaire. La gouvernance associative. La gestion des ressources humaines. Le cycle de

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Pauvreté AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Ressources nationales Aide humanitaire Sécurité Résilience Secours Information Conflit s des risques Réduction développement Aide au alimentaire

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. 206 Rapport global 2011 du HCR

Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. 206 Rapport global 2011 du HCR 206 Rapport global 2011 du HCR Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. FAITS MARQUANTS Le HCR a coopéré avec les Gouvernements

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * Note de recherche du ROP LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * L Union africaine (UA) a élaboré une architecture continentale de paix et

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE, 5E CONTRIBUTEUR AU FEM La France est le 5 e contributeur financier et co-initiateur du Fonds pour l Environnement Mondial (FEM),

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur. UNHCR / S. Aguilar

Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur. UNHCR / S. Aguilar Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur UNHCR / S. Aguilar UNHCR / S.Aguilar Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur UNHCR, Bureau pour l Europe, Bruxelles, Belgique

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI)

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) 1) Contexte général La phase I du projet Risques Naturels (RN-COI) a été financée par l

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique «Ce qui importe, ce n est pas seulement le bien que le CICR apporte, mais le mal qu il permet d éviter.» Nelson Mandela Crédits

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant Réunion Réunion des acteurs de protection de l enfant a Forécariah.

Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant Réunion Réunion des acteurs de protection de l enfant a Forécariah. Date Chair/Présidence Organisations participantes Agenda Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant des acteurs de protection de l enfant a Forécariah. 23 juillet 2015 Mr le Chargé de l enfance, avec appui

Plus en détail

MARS 2007. Synthèse. Jean-Pierre Maulny : directeur-adjoint Sylvie Matelly : chercheur Fabio Liberti : chercheur

MARS 2007. Synthèse. Jean-Pierre Maulny : directeur-adjoint Sylvie Matelly : chercheur Fabio Liberti : chercheur «Les perspectives de coopération (nationale, européenne) et d interarmisation de l outil de défense : quels partages capacitaires possibles et quelles conséquences pour l armée de terre?» Jean-Pierre Maulny

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION II. ENVIRONNEMENT OPERATIONNEL

PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION II. ENVIRONNEMENT OPERATIONNEL COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. Restreinte EC/54/SC/CRP.4 25 février 2004 COMITE PERMANENT FRANÇAIS 29 e réunion Original : ANGLAIS PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX Type de projet : Coopération technique Type de projet secondaire : Renforcement des capacités en matière de gestion des migrations

Plus en détail

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG)

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Qu est INSARAG? Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (connu sous son sigle en anglais, INSARAG)

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

Rapport Financier 2010

Rapport Financier 2010 Rapport Financier 2010 1 Sommaire 1. Avant propos... 3 2. Eléments principaux et significatifs 2010... 4 3. Analyse du résultat... 6 4. Emplois : Missions Sociales, Frais de siège et frais liés à la recherche

Plus en détail

Ceylan / Sri-Lanka. un conflit sans fin

Ceylan / Sri-Lanka. un conflit sans fin Ceylan / Sri-Lanka un conflit sans fin Depuis bientôt 25 ans, le Sri Lanka vit des troubles interethniques, qui se sont transformés au fil des ans en une véritable guerre civile. Ce conflit hypothèque

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique.

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique. Généralités Difficile de faire la différence entre des formations orientées vers la science politique et une autre vers les relations internationales dans l organisation de l enseignement supérieur français.

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale Les nouvelles opportunités d Interreg III A Coopération transfrontalière Provinces, départements et cantons dans les zones de frontière contiguës Création de pôles socio-écomiques transfrontaliers Italie

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL. Présentation : Capitaine TINE DPC

LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL. Présentation : Capitaine TINE DPC République du Sénégal Un Peuple - Un But - Une Foi *********** Ministère de l Intérieur *********** DIRECTION DE LA PROTECTION CIVILE LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL Présentation : Capitaine

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

PROJET DE SECOURS D URGENCE ET DE DEVELOPPEMENT

PROJET DE SECOURS D URGENCE ET DE DEVELOPPEMENT PROJET DE SECOURS D URGENCE ET DE DEVELOPPEMENT REGION D UTTARAKHAND, INDE MENE PAR Le Fonds de Dotation Embracing the World France Ferme du Plessis 28190 Pontgouin ci-après désigné «ETW France» EN COLLABORATION

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012 1. Objectifs globaux 1. Contribuer à l atteinte des Objectifs du Millénaire (ODM) par la réalisation d actions de proximité (éducation, santé, eau potable, etc.) ; 2. Promouvoir la bonne gouvernance en

Plus en détail

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont Formations Automne 2014 / Hiver 2015 Explorer la pérennité pour des changements durables MONTRÉAL QUAND : 15 et 16 octobre 2014 (Durée de 2 jours) ANIMATION : Marie-Denise Prud Homme et François Gaudreault,

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence 1) Contexte/mandat du (niveau province) Le Groupe de Travail protection de l enfance () pour la province du Nord Kivu en RDC existe depuis début 2008. Il s agit d un groupe technique qui dépend du Cluster

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

HUMAN AIX. Institut d Etudes Humanitaires Internationales

HUMAN AIX. Institut d Etudes Humanitaires Internationales HUMAN AIX Institut d Etudes Humanitaires Internationales MASTER 2 Action et Droit Humanitaires - Parcours Juriste Internationaliste de Terrain pour le Développement Institutionnel et la Consolidation de

Plus en détail

Améliorer l accès à des. médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG

Améliorer l accès à des. médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG Améliorer l accès à des médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG Contexte Le marché pharmaceutique mondial est caractérisé par la coexistence de standards multiples de qualité: là où les patients

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

Synthèse des recommandations de la société civile. Table ronde La transparence dans le secteur extractif

Synthèse des recommandations de la société civile. Table ronde La transparence dans le secteur extractif Séminaire La transparence pour le développement Lille 21 mai 2013 Synthèse des recommandations de la société civile Pascal Canfin, ministre délégué français chargé du Développement, a réuni en partenariat

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/51/L.6 14 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Cinquante

Plus en détail

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS Agence Française de Développement Face aux défis communs, s engager vers de nouveaux modèles de développement Dans un monde de plus en plus interdépendant, les défis,

Plus en détail

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTETE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE Type de projet : Type de projet secondaire : Couverture géographique : Organisme d exécution :

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Engagements de Paris en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illégaux par des groupes ou des forces armés en place d un mécanisme

Plus en détail

Votre don en action. CARE Canada 9 Chemin Gurdwara Suite 200 Ottawa, ON K2E 7X6 Canada tél 613.228.5679 site web care.ca

Votre don en action. CARE Canada 9 Chemin Gurdwara Suite 200 Ottawa, ON K2E 7X6 Canada tél 613.228.5679 site web care.ca Un an après le séisme et le tsunami dévastateurs qui se sont abattus sur le Japon, CARE continue de soutenir les communautés qui se remettent de la catastrophe. Le 11 mars 2011, la côte nord-est de la

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion 54 es Journées d'études et de formation des Ingénieurs Hospitaliers de France TOULOUSE 2014 Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion Mme Frédérique BRAYDA- CASABONNE Bonjour,

Plus en détail

Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre. Qu est-ce que la Journée mondiale de l alimentation?

Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre. Qu est-ce que la Journée mondiale de l alimentation? Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre Cette activité pédagogique offre aux élèves un aperçu des 3 pays touchés par des crises alimentaires majeures de cette année : Le Pakistan, Haïti et le

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail