Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire"

Transcription

1 Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le cancérologue est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement de leur douleur. Un traitement antalgique a pu être initié à l hôpital et nécessite qu il le réajuste ou il aura à l initier lui-même. Dans les deux cas, il pourra être aidé dans sa démarche par des règles d utilisation des antalgiques qui sont actuellement bien codifiées. Dans cet article, nous n avons retenu que les médicaments les plus largement utilisés et nous avons développé plus particulièrement les traitements morphiniques et ceux des douleurs neurogènes. ÉVALUATION DE LA DOULEUR Préciser la/les cause(s) Cette étape est indispensable lors de toute initiation d un traitement antalgique, mais également lors de toute augmentation récente de l intensité d une douleur jusque-là bien équilibrée. En effet, il peut s agir d une nouvelle douleur qui nécessitera une enquête étiologique, même si celle-ci ne doit pas retarder la mise en route du traitement antalgique. Celui-ci pourra être temporaire en attendant la mise en place ou l effet du traitement spécifique. Préciser les mécanismes Le mécanisme de la douleur devra également être précisé, car il conditionne le type de traitement. En effet, si la plupart des douleurs cancéreuses répondent aux antalgiques habituels, car leur mécanisme est un excès de nociception, d autres peuvent avoir un mécanisme neurogène associé qui nécessitera un traitement spécifique. Le risque, lorsque l on ne repère pas ces douleurs, est de majorer les doses de morphine avec un soulagement souvent non satisfaisant et des effets secondaires majeurs. Préciser l intensité de la douleur L évaluation de l intensité de la douleur permet de guider le choix de l antalgique. L utilisation d échelles comme l échelle visuelle analogique (EVA) ou, plus simplement, l échelle numérique (EN : 0 douleur absente, 10 : douleur maximale imaginable) est très utile dans l évaluation de l efficacité des * Hôpital Avicenne, 125, route de Stalingrad, Bobigny. traitements mis en place et pour leur réajustement. L échelle verbale simple (EVS) est à utiliser lorsque les autres échelles ne sont pas comprises. Le comportement du malade apporte également des indications sur la sévérité de la douleur, de même que les répercussions sur le sommeil, l appétit, les activités... Choisir la voie d administration La voie d administration à privilégier est la voie orale. Dans certaines circonstances, celle-ci est temporairement ou définitivement impossible et nécessite d autres voies d administration. Les douleurs aiguës très intenses sont une urgence et relèvent de la morphine par voie parentérale. Elle peut être initiée à domicile, mais la nécessaire titration et la surveillance qu elle implique sont difficilement réalisables au domicile. Une courte hospitalisation est souvent inévitable pour soulager rapidement le malade et adapter le traitement antalgique. Fixer les objectifs avec le malade Si l ajustement des posologies déjà en place peut permettre d obtenir un soulagement rapide, il n en est pas toujours ainsi lors de l initiation du traitement. Aussi est-il indispensable d expliquer au malade que les posologies vont être ajustées progressivement jusqu à l obtention d un soulagement satisfaisant. TRAITEMENT DES DOULEURS PAR EXCÈS DE NOCICEPTION Échelle de décision thérapeutique de l OMS L échelle de décision thérapeutique de l OMS classe les antalgiques par paliers d efficacité. Elle doit être utilisée en fonction de l intensité de la douleur à traiter. L inefficacité, la perte d efficacité ou une durée trop courte de l effet antalgique doivent être reconnues rapidement (dans les heures) et faire prescrire sans tarder un antalgique du palier suivant. En cas de douleur intense, la morphine sera prescrite d emblée. Les traitements antalgiques doivent être prescrits à horaire fixe et tenant compte de leur durée d action. Le palier 1 correspond aux antalgiques non opioïdes. Les plus largement utilisés sont le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. 190 La Lettre du Cancérologue - volume X - n 5 - septembre-octobre 2001

2 Le palier 2 est constitué par les associations d un médicament du palier 1 avec un opioïde faible : paracétamol/codéine (Dafalgan codéïne, Efferalgan codéïne...) et paracétamol/dextropropoxyphène (Di-Antalvic, Propofan...), la dihydrocodéine (Dicodin ) ou le tramadol (Topalgic, Zamudol...). Ces derniers peuvent tout à fait être associés au paracétamol. La buprénorphine (Temgésic ), qui fait partie de ce palier, n est pratiquement jamais utilisée dans le traitement de la douleur du cancer du fait de son effet plafond et de son antagonisme avec la morphine et les opioïdes faibles. Le palier 3 est constitué par les opioïdes forts : la morphine, le fentanyl par patch (Durogesic ), l hydromorphone (Sophidone ), la méthadone. La morphine La morphine par voie orale La morphine est le morphinique à utiliser en première intention (tableau I). En cas de traitement antérieur inefficace par un médicament du palier 2 à dose maximale, la dose équivalente de morphine à libération prolongée (LP) sera le plus souvent de 60 mg/24 h, soit 30 mg toutes les douze heures de Moscontin ou de Skenan ou 50 mg/24 h de Kapanol (tableau II). Si le patient n avait aucun traitement antérieur, la dose initiale sera de 0,5 à 1 mg/kg et par 24 heures. Tableau I. Morphine orale (sulfate). Libération prolongée (LP) : prescription de 28 jours toutes les douze heures : Moscontin : comprimé à 10, 30, 60 et 100 mg Skenan : gélule ouvrable à 10, 30, 60 et 100 mg toutes les 24 heures : Kapanol : gélule à 20, 50 et 100 mg Libération immédiate (LI) : prescription de 28 jours Sevredol : comprimé à 10 et 20 mg Actiskenan : gélule ouvrable à 5, 10, 20 et 30 mg Tableau II. Dose initiale de morphine. Si le patient n est pas correctement soulagé par : 6 comprimés (cp) de dextropropoxyphène (30 mg) + paracétamol (500 mg)/24 h ou 6 cp de codéine (30 mg) + paracétamol (500 mg)/24 h ou 6 cp de tramadol (50 mg) ou 300 mg LP/24 h Commencer un traitement par morphine orale de 60 mg/24 h En l absence de traitement antérieur : dose initiale : 0,5 à 1 mg/kg/24 h La dose nécessaire au soulagement du malade n étant pas connue, des interdoses de morphine à libération immédiate (sévredol, Actiskenan ) seront laissées à la demande, habituellement toutes les 4 heures au maximum. Celles-ci correspondent à environ un sixième de la dose des 24 heures, soit 10 mg si le malade prend 60 mg de morphine LP/24 h. La titration se fera en ajoutant la quantité totale des interdoses utilisées par le malade sur 24 heures à la dose des 24 heures de morphine LP jusqu à ce que le malade n utilise plus qu une ou deux interdoses par 24 heures. L augmentation de la dose de morphine LP se fait environ toutes les 24 à 48 heures. Une autre manière de titrer consiste à augmenter la dose des 24 heures de 30 à 50 % jusqu à l obtention d un soulagement satisfaisant pour le patient. Elle ne dispense pas des interdoses. Chez la personne âgée ou très dénutrie et chez l insuffisant respiratoire sous oxygène, il est préférable de débuter par une dose de 20 mg/24 h et d augmenter les doses de façon plus progressive. En cas d insuffisance rénale, le risque d accumulation des métabolites actifs et donc d un surdosage avec la morphine à libération prolongée fait préférer l utilisation exclusive de la morphine à libération immédiate à la demande, dont la dose sera titrée de façon progressive. La morphine par voie parentérale En dehors des situations d urgence, il peut être nécessaire de passer de la voie orale à la voie parentérale (tableau III) de façon temporaire ou définitive, soit en intraveineux continu si le malade possède une voie centrale, soit en sous-cutané continu. En ville, il est tout à fait possible d instituer un traitement par morphine par voie parentérale continue grâce aux pompes programmables. Celles-ci peuvent être prescrites dans le cadre d une hospitalisation à domicile demandée par le médecin traitant ou auprès de prestataires de service qui assurent la formation des infirmières libérales au maniement de ces pompes. Tableau III. Principales indications de la morphine parentérale. Vomissements non contrôlés Occlusion intestinale Dysphagie Malabsorption Coma Doses orales très importantes Le tableau IV indique les modalités de conversion morphine orale-morphine par voie parentérale. Le calcul de la dose des interdoses, leur rythme de délivrance à la demande et la titration de la dose des 24 heures nécessaire au soulagement du patient se font de la même façon que pour la voie orale. Tableau IV. Conversion morphine orale-morphine parentérale (chlorhydrate). Dose sous-cutanée/24 h : 1/2 de la dose orale/24 h Dose intraveineuse/24 h : 1/3 de la dose orale/24 h Pour les pompes programmables, la prescription de morphine peut se faire pour 28 jours. Sur l ordonnance sécurisée, il faut indiquer la dose totale des 24 heures (dose de morphine en continu + la totalité des interdoses possibles par 24 heures), la La Lettre du Cancérologue - volume X - n 5 - septembre-octobre

3 dose totale sur sept jours et la durée de prescription. En effet, le pharmacien ne délivrera la morphine injectable que tous les sept jours. Pour l infirmière, il faut indiquer la dose de morphine en continu, celle des interdoses et, suivant les pompes, la période d interdiction entre deux interdoses (par exemple 4 heures) et/ou la dose totale à ne pas dépasser sur 4 heures. Les autres morphiniques Ces morphiniques ne doivent être utilisés qu en deuxième intention, lorsque la morphine est mal tolérée avec des effets secondaires tels que des nausées et des vomissements non gérés par les traitements antiémétiques, de la somnolence, de la confusion, des hallucinations limitant l augmentation nécessaire des doses. Néanmoins, l apparition d effets secondaires au cours d un traitement stable jusque-là bien toléré doit faire rechercher une autre cause avant d incriminer la morphine. Du fait de l absence actuelle de forme à libération immédiate de ces morphiniques, la titration se fera avec la morphine à libération immédiate, dont les doses utilisées seront converties pour la titration du morphinique choisi. Patch de fentanyl (Durogesic ) L intérêt de ce morphinique est triple : sa voie transdermique, qui permet d éviter la voie orale en cas de vomissements sans avoir recours à la voie parentérale, le moindre risque de surdosage en cas d insuffisance rénale du fait de l accumulation de métabolites inactifs et un effet constipant moins important que celui de la morphine. Néanmoins, comme avec la morphine, la prudence reste de règle pour les patients âgés, fragiles, insuffisants rénaux ou respiratoires. Lors de son initiation, l effet antalgique n apparaît qu au bout d environ 12 à 18 heures et l ajustement des doses est plus long, toutes les 72 heures, ce qui nécessite l utilisation d interdoses de morphine pour la titration (10 mg pour un patch à 25 µg/h). Tableau V. Fentanyl transdermique (Durogesic ). Prescription de 28 jours (délivrance par 14 jours) Libération prolongée (72 heures) Patch de 25, 50, 75 et 100 µg/h Conversion morphine orale patch de fentanyl (mg/24 h) (µg/h) puis, tous les 90 mg supplémentaires, ajouter 25 µ/h Tableau VI. Table d équivalence dite de Donner. Conversion morphine orale patch de fentanyl (mg/24 h) (µg/h) puis, tous les 60 mg supplémentaires, ajouter 25 µg/h Les doses équivalentes à la morphine varient selon les études (tableaux V et VI). La table d équivalence dite de Donner est la plus utilisée. Pour la titration, l augmentation de 25 µg/h se fera en cas de consommation d au moins 60 mg d interdose de morphine orale par 24 heures. Le passage d une morphine LP au patch de Durogesic se fera de la façon suivante : pose du patch et, en même temps, prise de la dernière dose de morphine LP ; à l inverse, ablation du patch avant de reprendre la morphine LP 12 heures plus tard. Dans un cas comme dans l autre, il faudra prévoir des interdoses. Hydromorphone (Sophidone ) Ce morphinique LP s administre comme la morphine LP, toutes les douze heures. Il suffit de substituer à cette dernière la dose équivalente de Sophidone (tableau VII). Son intérêt est sa bonne tolérance en cas d effets secondaires mal contrôlés avec la morphine. Il est à noter que son augmentation se fait au minimum de 8 mg en deux prises sur les 24 heures, soit 60 mg en dose équivalente morphine. Le risque d accumulation en cas d insuffisance rénale est le même que pour la morphine. Tableau VII. Hydromorphone (Sophidone ). Prescription de 28 jours Libération prolongée : toutes les 12 heures Comprimé de 4, 8, 16 et 24 mg Conversion morphine orale-hydromorphone : 30 mg de morphine = 4 mg d hydromorphone ou dose de morphine = 7,5 x dose d hydromorphone Méthadone En France, la méthadone est un opioïde essentiellement connu pour son utilisation dans les programmes de traitement substitutif s adressant aux toxicomanes. Utilisé dans les autres pays européens dans le traitement des douleurs cancéreuses, cet opioïde commence à être prescrit en France dans ce cadre, même s il n a pas encore reçu l AMM. Son efficacité dans les douleurs avec composante neurogène fait tout son intérêt. Il a sa place dans la rotation des opioïdes en cas d intolérance ou d escalade des doses des autres opioïdes. Son initiation, ou sa substitution à un traitement opioïde antérieur, est délicate ; il existe différents protocoles. Initiation et substitution ne peuvent se faire que lors d une courte hospitalisation, de 5 à 7 jours. La méthadone se prend par voie orale, le plus souvent toutes les 8 heures avec, si besoin, des doses supplémentaires toutes les 6 heures au maximum. Elle est délivrée tous les 7 jours dans ce contexte par les pharmacies des hôpitaux et, depuis peu, par les pharmacies de ville. Effets secondaires des morphiniques Toute initiation d un traitement morphinique devra comporter une information détaillée à remettre au patient sur le traitement lui-même, sur les peurs qu il peut en avoir et sur les effets secondaires possibles. Les plus fréquents sont la somnolence 192 La Lettre du Cancérologue - volume X - n 5 - septembre-octobre 2001

4 en rapport avec la dette de sommeil, qui dure habituellement 24 heures, la constipation, constante et doit être systématiquement prévenue par un traitement laxatif et surveillée, et les nausées et/ou vomissements. Pour ces derniers, qui ne sont pas systématiques et ne durent habituellement que quelques jours, il faudra prescrire un traitement antiémétique sous forme lyoc ou suppositoire à prendre en cas de nécessité. Le risque de surdosage et de dépression respiratoire est très rare chez un patient cancéreux douloureux régulièrement réévalué et traité de façon continue. Toute réapparition inexpliquée d une somnolence se majorant progressivement doit conduire à interrompre temporairement le traitement morphinique et à rechercher une insuffisance rénale, une potentialisation par des traitements associés (psychotropes et en particulier benzodiazépine, alcool), une cause organique, une erreur de dose. La naloxone (Narcan ) pourra être utilisée, tout en sachant que sa durée d action est très courte. La cause du surdosage expliquée, le patient sera remis sous morphinique à une dose adaptée. Les coanalgésiques Ce sont des traitements qui, associés aux antalgiques cités, ont soit un effet antalgique dans certains types de douleur comme les corticoïdes, les antidépresseurs tricycliques, les antiépileptiques, soit un effet potentialisateur des antalgiques comme les anxiolytiques, les neuroleptiques et les hypnotiques. Concernant ces derniers, leur prescription ne doit pas être systématique et leur intérêt doit être évalué du fait du risque de potentialisation de la somnolence. TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROGÈNES EN RAPPORT AVEC L ÉVOLUTION TUMORALE Repérer les douleurs neurogènes ou mixtes Les douleurs neurogènes pures sont essentiellement des séquelles des traitements anticancéreux. Ce sont les douleurs post-thoracotomie, les neuropathies douloureuses après chimiothérapie, les plexites postradiques... En cas d évolution tumorale, les douleurs sont souvent mixtes, par excès de nociception, et neurogènes. Elles peuvent se retrouver à chaque fois qu il y a lésion, envahissement ou compression d une structure nerveuse périphérique ou centrale : compression du plexus brachial dans le syndrome de Pancoast-Tobias, des nerfs intercostaux lors de l envahissement pariétal des tumeurs pulmonaires ou de la plèvre, épidurite lors de métastases osseuses... Les douleurs neurogènes sont repérées à l interrogatoire du malade par leurs caractéristiques (territoire neurologique ou en rapport avec la cicatrice chirurgicale ; composante continue souvent à type de brûlure pouvant être associée à une composante paroxystique, paresthésies) et à l examen clinique, qui retrouve des troubles de la sensibilité superficielle (hyperesthésie, hypoesthésie...) dans le territoire douloureux. Les douleurs mixtes nécessitent un traitement spécifique à un moment de l évolution de la maladie et/ou en cas de noncontrôle lors de l augmentation des morphiniques. Traitements Le choix du traitement sera guidé par l existence de contreindications, le type de douleur prédominant. Observons que, contrairement aux douleurs par excès de nociception, les douleurs neurogènes sont plus difficiles à soulager et, pour trouver la dose efficace de leurs traitements, du temps est nécessaire ; cette efficacité est, en outre, souvent incomplète. En particulier, les antidépresseurs tricycliques et la gabapentine demandent une augmentation progressive des doses avec un effet retardé. Il est nécessaire d en avertir le malade. Tramadol (Topalgic, Zamudol, Contramal ) En cas de douleur légère à modérée, le tramadol est indiqué du fait de son action mixte. Si le malade est déjà sous un antalgique de palier 2 pour d autres douleurs, celui-ci peut être remplacé par le tramadol, soit seul, soit associé au paracétamol (palier 1). Si le malade est sous morphinique, il est préférable d utiliser un autre traitement, bien qu il n existe pas d effet antagoniste. La dose initiale habituelle est de 100 mg LP matin et soir. Il existe une forme à 50 mg qui peut être préférée au début chez les malades âgés ou sensibles aux effets secondaires. La dose sera augmentée en fonction de la tolérance jusqu à 200 mg matin et soir. Bien qu il soit habituellement très bien toléré, la possibilité non négligeable d effets secondaires, à type de nausées intenses et de vomissements, nécessite une information du malade. L augmentation progressive des doses, la prescription des formes à libération prolongée ainsi que d un antiémétique à prendre en cas de besoin permettent d améliorer la tolérance. Antidépresseurs tricycliques Les plus largement utilisés sont l amitriptyline (Laroxyl ) et la clomipramine (Anafranil ). Ils sont efficaces sur toutes les composantes des douleurs neurogènes (composantes continue, paroxystique et hyperesthésie). L absence de contre-indications doit être systématiquement vérifiée avant leur prescription (risque de glaucome, adénome de la prostate ou risque de rétention d urine, problème cardiaque). En cas de doute, un avis spécialisé est conseillé. Globalement, ce sont des traitements efficaces, mais dont les effets secondaires peuvent être mal tolérés, particulièrement chez les personnes âgées. Les doses devront être augmentées progressivement en utilisant la forme buvable pour l amitriptyline et en prise unique le soir. Le malade sera prévenu que ce traitement est un antidépresseur utilisé pour son action antalgique, qu il a des effets secondaires possibles et que les effets bénéfiques n apparaîtront qu au bout de plusieurs jours. La dose maximale tolérable sera recherchée, sachant qu elle varie entre 30 mg et 150 mg, avec une moyenne de 75 mg/24 heures. Les antiépileptiques " Clonazépam (Rivotril ) Cet antiépileptique est très largement utilisé dans les douleurs neurogènes, pas toujours à bon escient. Il a tout à fait sa place en présence d une composante paroxystique importante ou mal supportée, mais il n a pas d effet sur les autres composantes des La Lettre du Cancérologue - volume X - n 5 - septembre-octobre

5 douleurs neurogènes. Son inconvénient est d induire une somnolence pouvant être majeure, surtout chez les malades âgés et/ou déjà sous d autres traitements ayant des effets sédatifs. Le clonazépam doit être donné sous forme buvable, préférentiellement le soir, et à dose progressivement croissante (par exemple, deux gouttes le soir, augmenter de deux gouttes tous les deux jours en fonction de la tolérance jusqu à la dose totale de 10 gouttes le soir). Si la tolérance est bonne et si les douleurs paroxystiques persistent dans la journée, il peut être introduit progressivement matin et midi. " Gabapentine (Neurontin ) D introduction récente en France, la gabapentine s est révélée efficace sur toutes les composantes continue, paroxystique et hyperesthésie des douleurs neurogènes. De plus, elle est mieux tolérée que le clonazépam. La dose efficace est variable d un malade à l autre, en moyenne entre et mg. Elle sera donc augmentée progressivement, en fonction de la tolérance, de 400 mg tous les 3 jours, avec des paliers de 7 jours à mg (400 mg matin, midi et soir) et à mg avant d atteindre la dose maximale de mg. La dose maximale tolérable devra être atteinte avant de conclure à son inefficacité. CONCLUSION Les traitements symptomatiques de la douleur aiguë du cancer doivent être connus de tout médecin puisque, mal contrôlée, elle génère un inconfort croissant pour le malade pendant le temps nécessaire aux investigations diagnostiques. Cette douleur augmente l état d asthénie et d anxiété du malade et l enferme alors dans une spirale infernale dont il est malaisé de le sortir. De plus, toute douleur aiguë persistante fait à plus ou moins brève échéance le lit de la douleur chronique. À ce moment, le recours aux centres d évaluation et de traitement de la douleur ou aux équipes de soins palliatifs ne doit pas être l ultime ressource thérapeutique, mais doit faire partie d une stratégie avec des échanges programmés. " P O U R E N S A V O I R P L U S... # Recommandations pour la prise en charge de la douleur du cancer chez l adulte en médecine ambulatoire, ANAES, # La douleur en cancérologie. Oncologie 2000 ; 2 (4) : # Giniès P, Sirot J. Guide pratique de l antalgie. Analgésie, médicaments, matériel. Sauramps Médical, 2 e édition, 2000 ; 443 p. 24th Annual San Antonio Breast Cancer Symposium San Antonio, décembre 2001 On Line dans votre les décembre 2001 Tous les jours, recevez les du congrès dans votre messagerie électronique où un lien hypertexte vous permettra, très facilement, d accéder au compte-rendu présenté sous forme de brèves et de courtes interviews. Vous désirez : recevoir directement l : retournez le coupon réponse carte T que vous recevrez prochainement contactez le délégué médical AstraZeneca de votre secteur contactez accéder au site : connectez-vous à partir du 10 décembre 2001 sur À bientôt sur le Net! En partenariat avec ONCOLOGIE

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire DOSSIER Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le médecin généraliste est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement

Plus en détail

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical Réf : CLU/DIN/INF/012 Version : 3.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer Dr Luc Brun Unité d Evaluation et de Traitement de la Douleur CHT Nouméa l.brun@cht.nc Paliers de l OMS si échec Palier 1 Non opioïdes Douleurs légères à modérées

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Le traitement de la douleur chronique Adapté Intensité

Plus en détail

Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal?

Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal? Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal? Ou la prise en charge de la douleur modérée à forte chez le patient substitué par buprénorphine ou méthadone 1 Alain HOUCHARD, USS CHU

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques Item 66 : Thérapeutiques antalgiques COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Antalgiques de niveau

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr

Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr «La méthadone pour les nuls» Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr C21H27NO Méthadone Morphine MISE AU POINT SUR L UTILISATION PRATIQUE DE LA MÉTHADONE DANS LE

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Séminaire Evaluation et traitement de la douleur LES ANTALGIQUES ET LEUR UTISATION Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables Service d accompagnement

Plus en détail

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques DENOMINATION DU MEDICAMENT MONOGRAPHIE DICODIN L.P. 60 mg, comprimé à libération prolongée COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Tartrate de dihydrocodéine..60 mg Quantité correspondant à dihydrocodéine

Plus en détail

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II )

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II ) EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS ( Partie II ) Quelques points pratiques. Pour adapter la posologie, on peut s'aider du nombre de prises d'inter-doses.

Plus en détail

Soins palliatifs. M.T Makhloufi

Soins palliatifs. M.T Makhloufi Cours GOLF-SAPP Alger 2008 Soins palliatifs La prise en charge de la douleur dans le cancer bronchique primitif M.T Makhloufi Clinique des Maladies Respiratoires CHU Mustapha Alger 1 Introduction. Cancer

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTALGIQUES MORPHINIQUES A DOMICILE

GUIDE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTALGIQUES MORPHINIQUES A DOMICILE L équipe médicale et paramédicale est à votre disposition Pour toute question, vous pouvez contacter : Urgences Service d hématologie Hôpital réseau de 8h00 à 17h00 : 05 55 05 66 42 GUIDE PRATIQUE D UTILISATION

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament Encadré NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR CLASTOBAN 800 mg, comprimé pelliculé Clodronate disodique Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Annexe III. Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices

Annexe III. Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices Annexe III Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices Note : Ce Résumé des Caractéristiques du Produit, cet étiquetage et cette notice sont le résultat

Plus en détail

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et fonction hépatique Prise en charge de la douleur chez le malade

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

DOULEURS NEUROPATHIQUES

DOULEURS NEUROPATHIQUES DOULEURS NEUROPATHIQUES Dr Colette PEYRARD UF Douleur / EMDSP BP 127 38209 Vienne @ FORGENI 2010 Document sous licence Creative Commons GENERALITES Pas de consensus Souvent réfractaires aux analgésiques

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP)

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) Réponses à vos inquiétudes Pour vous, pour la vie Quel est le principe de l ACP? La technique d analgésie contrôlée par le patient (ACP) que vous propose votre

Plus en détail

Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I. (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens

Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I. (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens Dr BOUGOUIN-KUHN Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens AINS, AAS) Classification des Médicaments Analgésiques

Plus en détail

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014 Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique 1 Recommandation Temporaire d Utilisation (RTU) Baclofène Analogue structural de l acide gamma-aminobutyrique (GABA) Contrôle des pulsions, indifférence aux signaux

Plus en détail

Comment soulager la douleur?

Comment soulager la douleur? Comment soulager la douleur? Soulager la douleur avec des médicaments Soulager la douleur par les traitements du cancer 40 57 De nombreuses possibilités existent pour soulager la douleur : des médicaments

Plus en détail

Anesthésie et toxicomanie Dr Thomas CLAEYS- CHU de Caen

Anesthésie et toxicomanie Dr Thomas CLAEYS- CHU de Caen Anesthésie et toxicomanie 18 octobre 2008 Dr Thomas Claeys Pôle AR, Samu 14 - Smur CHRU de la Côte de Nacre, Caen Épidémiologie (1) 2 millions de consommateurs de produits illicites 200 000 toxicomanes

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

1. QU EST-CE QUE DOLIPRANE 1000 mg, gélule ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISÉ?

1. QU EST-CE QUE DOLIPRANE 1000 mg, gélule ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISÉ? NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR DOLIPRANE 1000 mg paracétamol gélule Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre

Plus en détail

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse 13/12/2013 Déclaration de conflits d intérêts Laboratoire

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION POUR L'UTILISATEUR

NOTICE: INFORMATION POUR L'UTILISATEUR NOTICE: INFORMATION POUR L'UTILISATEUR DAFALGAN Nourrisson 80 mg suppositoires DAFALGAN Jeune enfant 150 mg suppositoires DAFALGAN Grand enfant 300 mg suppositoires Paracétamol Veuillez lire attentivement

Plus en détail

La douleur chez le patient atteint de cancer

La douleur chez le patient atteint de cancer ACTION POUR LES MALADES La douleur chez le patient atteint de cancer G R A N D P U B L I C Quels progrès dans la prise en charge? Sommaire De quoi peut-on souffrir lorsque l on a un cancer? p. 3 Savoir

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

1. QU EST-CE QUE DOLIPRANE 1000 mg, comprimé effervescent sécable ET DANS QUELS CAS EST- IL UTILISÉ?

1. QU EST-CE QUE DOLIPRANE 1000 mg, comprimé effervescent sécable ET DANS QUELS CAS EST- IL UTILISÉ? NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR DOLIPRANE 1000 mg paracétamol comprimé effervescent sécable Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Vaincre la douleur est auj

Vaincre la douleur est auj Vaincre la douleur est auj La dose d antalgique prescrite par le médecin, ainsi que l'horaire de prise ne doivent pas être modifiés. L'action du traitement se faisant sur 24 heures, en modifier la dose

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc FORME comprimé quadrisécable COMPOSITION par 1 comprimé bromazépam 6 mg Excipients : lactose monohydrate, cellulose microcristalline, talc, magnésium stéarate. INDICATIONS

Plus en détail

Par de chirurgie possible Radiothérapie «dépassée» Chimiothérapie dans le cadre d un essai proposé et refusé par la patiente.

Par de chirurgie possible Radiothérapie «dépassée» Chimiothérapie dans le cadre d un essai proposé et refusé par la patiente. DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Douleur, oncologie, sida, soins palliatifs, nutrition : apports de la médecine de rééducation. Bordeaux : 21, 22 et 23 février 2007 Titre : Douleurs

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Docteur Laurent FIGNON Soins de Support Service d Oncologie CHR Bon-Secours - 2010 Douleur et Cancer 320.000 nouveaux cas de Cancer par an (2005) 56% des patients

Plus en détail

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales 113 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 113-120 SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Dr. Benoît BURUCOA (1) Première partie : Considérations générales Les douleurs liées

Plus en détail

La douleur qu est-ce que c est?

La douleur qu est-ce que c est? La douleur qu est-ce que c est? Le plus souvent la douleur signale une blessure, une fracture, une maladie Dans ce cas, la douleur est nécessaire, elle est là pour nous alerter. Un signal d alarme Il permet

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1er février 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2005 (JO du 3 octobre 2007) GABITRIL 5 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Centre de Coordination Régional d Hématologie du Limousin LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Document d information pour les patients La chimiothérapie orale La chimiothérapie orale est un

Plus en détail

Interruption Volontaire de Grossesse

Interruption Volontaire de Grossesse Interruption Volontaire de Grossesse Consultation avec : - entretien +++ - examen clinique (aspect du col, dernier frottis) - échographie endovaginale +++ Première consultation obligatoire, remplir la

Plus en détail

Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013

Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Dr Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Les Recommandations RèglesOMS 1986 et 1992 Recommandations

Plus en détail

Articles Sélectionnés en Douleur. Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr

Articles Sélectionnés en Douleur. Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Articles Sélectionnés en Douleur Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Sous Presse Enquête Européenne Observationnelle 28 Centres participant 13 pays Européens

Plus en détail

LA DÉPRESCRIPTION : EST-CE BIEN REALISTE EN MEDECINE DE VILLE?

LA DÉPRESCRIPTION : EST-CE BIEN REALISTE EN MEDECINE DE VILLE? LA DÉPRESCRIPTION : EST-CE BIEN REALISTE EN MEDECINE DE VILLE? Dr Emilie BOISDIN, Pr Jean DOUCET Médecine Interne Gériatrie Thérapeutique Hôpital St Julien - CHU de Rouen DÉPRESCRIPTION: ENQUÊTE PROSPECTIVE

Plus en détail

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011.

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. MODE D EMPLOI DE L AUTORISATION TEMPORAIRE D UTILISATION (ATU) DE COHORTE A L ATTENTION DES PERSONNES ATTEINTES D

Plus en détail

Information aux patients La morphine

Information aux patients La morphine Information aux patients La morphine Des réponses à vos questions La morphine, un antidouleur couramment utilisé, vous a été prescrite. Cette brochure vous informe sur son emploi, ses effets bénéfiques,

Plus en détail

Questions Réponses sur le valproate et ses dérivés (Dépakine et génériques, Micropakine, Dépakote, Dépamide ).

Questions Réponses sur le valproate et ses dérivés (Dépakine et génériques, Micropakine, Dépakote, Dépamide ). Questions/Réponses Questions Réponses sur le valproate et ses dérivés (Dépakine et génériques, Micropakine, Dépakote, Dépamide ). Malformations congénitales et troubles neurodéveloppementaux chez les enfants

Plus en détail

INTRODUCTION. Docteur G. LAMBERT de CURSAY, Président du C.L.U.D. Page 63. Page 1

INTRODUCTION. Docteur G. LAMBERT de CURSAY, Président du C.L.U.D. Page 63. Page 1 6) Gaz analgésique : SPÉCIALITÉ : ENTONOX : Mélange Equi-moléculaire O2 et Protoxyde d Azote ( MEOPA) INDICATIONS : Diminution de la composante anxieuse de la douleur chez l enfant ou l adulte ("décontractant")

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

Baume pulmonaire 10 mg/15 ml + 100 mg/15 ml sirop

Baume pulmonaire 10 mg/15 ml + 100 mg/15 ml sirop Page 1 de 5 Notice: information de l utilisateur Chlorhydrate d'éthylmorphine, Guaifénésine Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament TIBERAL comprimé Ornidazole Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SINUTAB 500/30 mg comprimés SINUTAB FORTE 500/60 mg comprimés Paracétamol et chlorhydrate de pseudoéphédrine Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser

Plus en détail

Traitement symptomatique

Traitement symptomatique Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Traitement symptomatique de la sclérose en plaques Dr Audrey

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

CAPACITE DE GERIATRIE

CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses Cas Clinique Douleurs cancéreuses Monsieur Bernard D., âgé de 45 ans, a été admis dans le Centre d évaluation et de traitement de la douleur courant juillet 2000 en raison de douleurs intenses, d origine

Plus en détail

DUROGESIC, dispositif transdermique fentanyl

DUROGESIC, dispositif transdermique fentanyl DUROGESIC, dispositif transdermique fentanyl COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DUROGESIC 12 microgrammes/heure : Fentanyl 2,10 mg pour un dispositif transdermique de 5,25 cm². Un dispositif transdermique

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES. ATARAX SIROP 2MG/ML Sirop de chlorhydrate d hydroxyzine, USP, à 10 mg/5 ml

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES. ATARAX SIROP 2MG/ML Sirop de chlorhydrate d hydroxyzine, USP, à 10 mg/5 ml RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES ATARAX SIROP 2MG/ML Sirop de chlorhydrate d hydroxyzine, USP, à 10 mg/5 ml ATARAX IM SOLUTION 50MG/ML Préparation injectable de chlorhydrate d hydroxyzine, USP, à 50 mg/ml

Plus en détail

COMMENTLES CASCPRODIGUENT

COMMENTLES CASCPRODIGUENT COMMENTLES CASCPRODIGUENT DESSOI NS: Mi seàj oursurl amél i oraon del aqual i tépourl espaents Comment les CASC prodiguent des soins : Mise à jour sur l amélioration de la qualité pour les patients Mise

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

La Douleur de l enfant

La Douleur de l enfant La Douleur de l enfant Item 68 Dr Virginie Gandemer Service de médecine de l enfant et de l adolescent-chu de Rennes I- DEFINITION La douleur est une expérience émotionnelle et sensorielle désagréable,

Plus en détail

Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants

Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants Avec le vieillissement de la population, les médicaments occupent une place de plus en plus

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

Résumé. Preuves : Dépouillement systématique des documents jusqu en décembre 2000. Recension non systématique jusqu en mai 2001.

Résumé. Preuves : Dépouillement systématique des documents jusqu en décembre 2000. Recension non systématique jusqu en mai 2001. Guides de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein : 10. Traitement de la douleur chronique chez les patientes atteintes de cancer du sein (mise à jour de 2001) Chris

Plus en détail

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception :

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception : LES ANTI DOULEURS Attention : Pour l examen le prof veut que l on se base sur les recommandations de l AFFSAPS en ce qui concerne les prescriptions et le reste ; pour être sûr qu il n y ait pas de différence

Plus en détail