Chapitre 4. Une inscription européenne de la filière automobile nordiste. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 4. Une inscription européenne de la filière automobile nordiste. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n 103 - Octobre 2011-39"

Transcription

1 Chapitre 4 Une inscription européenne de la filière automobile nordiste Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

2

3 Une inscription européenne de la filière automobile nordiste Plusieurs logiques de développement coexistent au sein de la filière automobile : les entreprises y mettent en place des stratégies différentes qui allient plus ou moins d'internationalisation et plus ou moins de diversification. Ce chapitre visite ces stratégies d'ouverture à l'international et de redéploiement de leurs marchés, à la fois pour les constructeurs en tant que donneurs d'ordre et pour les établissements liés. Toute la filière est dépendante de l'activité des constructeurs automobiles. Ceux-ci mettent en œuvre une stratégie mondiale axée sur leur cœur de métier dans un contexte conjoncturel difficile. Les établissements liés à la filière automobile dans le Nord-Pas-de-Calais répondent aux besoins exprimés par ces constructeurs. L'activité automobile de ces établissements est en majorité impulsée par les constructeurs implantés dans la région mais certaines ouvertures à l'international existent. Deux logiques cohabitent parmi les établissements liés : les établissements fortement impliqués dans la filière qui ne sont que peu diversifiés, souvent de grandes PME et de rang 1, et les établissements très diversifiés de rang plus éloigné et de taille plus réduite. Les constructeurs régionaux inscrits dans le processus de production transnational Dans le Nord-Pas-de-Ca lais, quatre cons truc teurs au to mo bi les d'en ver gure in ter na tio nale, PSA Peu geot-ci troën, Re nault, Toyo ta Mo tor Cor po ra tion et Fiat Group S.p.a., sont pré sents au tra vers de sept si tes (hor mis la Sec ma qui est une en tre prise in dé pen dante des grou pes automobiles, cha pitre 2). Quatre si tes ap par tien nent en to ta li té à l'un de ces grou pes : c'est le cas de l'usine de mé ca nique de Va len cien nes du groupe PSA Peu geot-ci troën, de l'u sine d'as sem blage Re nault-douai à Cuin cy, de Mau beuge Cons truc tion au to mo bile (MCA) du groupe Re nault et de l'u sine de pro duc tion de vé hi cu les et de mo teur du groupe Toyo ta Mo tor Cor po ra tion à Va len cien nes. Trois si tes sont con trô lés fi nan ciè re ment par deux grou pes à la fois et ma té ria li sent les al lian ces stra té gi ques des grou pes : l'u ni té ter mi nale d'as sem blage de Se vel nord à Lieu-Saint-Amand des grou pes PSA Peu geot-ci troën et Fiat Group S.p.a., l'u sine de la Fran çaise de mé ca nique à Dou vrin et la So cié té de trans mis sions au to ma ti ques (STA) à Ruitz des grou pes Re nault et PSA Peu geot-ci troën. Graphique 1 : Répartition selon la zone géographique des commandes des constructeurs automobiles nordistes confiées à un établissement en 2009 Note de lecture : les constructeurs de la filière automobile passent 51 % de leurs commandes à des sous-traitants situés dans le Nord-Pas-de-Calais. Source : enquête sur la filière automobile en Nord-Pas-de-Calais en 2010 (Insee). Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

4 Encadré : La construction automobile nationale Suite à la crise mon diale de 2008, la pro duc tion et les échan ges de la branche au to mo bile se sont con trac tés. Ain si, entre 2008 et 2009, la pro duc tion de vé hi cu les en France, no tam ment des uti li tai res, a re cu lé de 20 %. Les ex por ta tions Fran co à bord (FAB) de la branche au to mo bile in dus trielle, qui re pré sen tent en moyenne 60 % de la pro duc tion de la branche, ont elles aus si ac cu sé une chute de 26 % (ta bleau 1). Exportations (FAB) Tableau 1 : Commerce extérieur automobile de la France Voitures neuves Véhicules utilitaires légers, neufs Véhicules industriels neufs Unités : nombre en milliards d euros, % Pièces et moteurs Branche automobile industrielle ,1 2,4 3,7 21,2 45, ,7 1,4 1,8 16,7 33,6 Variation en % -24,2-42,6-51,1-21,0-25,9 Importations (CAF) ,1 3,4 3,8 17,2 48, ,8 2,1 2,3 12,8 38,0 Variation en % -13,5-38,6-40,0-25,7-21,7 Note de lecture : Coût, assurance et fret compris (CAF) ; Franco à bord (FAB). Source : Comité des constructeurs français d automobiles (CCFA ) ; données des Douanes ; comptes de la Nation (base 2000), traitement CCFA. Tableau 2 : Immatriculations de véhicules neufs en France Unité : nombre Véhicules utilitaires Voitures Total Source : Comité des constructeurs français d automobiles (CCFA). Cela étant, bien que le marché français automobile soit en saturation, les immatriculations de véhicules neufs progressent de 4 % entre 2008 et 2009 (ta bleau 2) sous l'ef fet des dis po si tifs de sou tien telle la prime à la casse. Au ni veau mon dial, les immatriculations diminuent de 5 %. La Belgique, un des principaux partenaires commerciaux du Nord-Pas-de-Calais, en re gistre une baisse de 13 % des im ma tri cu la tions. Ce pen dant, bien que la ten dance soit glo ba le ment à la baisse (graphique 2), les ex por ta tions vers cer tains pays des cons truc teurs fran çais pro gres sent entre 2008 et C'est le cas des ex por ta tions vers l'alle magne avec + 58 % qui s'ex pli quent par l'ap pel d'air de la prime à la casse al le mande et le rem pla ce ment de leur vé hi cule par la clien tèle al le mande par des pe tits mo dè les. Les ex por ta tions vers la Chine, qui est un mar ché en pleine ex pan sion, pro gres sent aus si avec + 54 %. Enfin, les ex por ta tions vers l'italie crois sent de + 15 %. Graphique 2 : Production mondiale de voitures particulières des constructeurs automobiles français Source : CCFA Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre 2011

5 Ces grou pes ont mis en place un pro ces sus de pro duc tion trans na tio nal. Ain si, l'u sine de Valenciennes de Toyota Motor Corporation est un centre de fabrication de la Yaris à destination de vingt-cinq pays d'eu rope en plus de la France. L'u sine mé ca nique PSA Peu geot-ci troën équipe de boî tes de vi tesse les mo dè les Peu geot et Ci troën do tés d'une mo to ri sa tion moyenne dans le monde en tier. Ce pro ces sus de pro duc tion im plique une cer taine dé pen dance des éta blis se ments nor dis tes des cons truc teurs au to mo bi les vis-à-vis de leur groupe no tam ment dans le choix de leurs four nis seurs, de leurs sous-trai tants et de leurs pres ta tai res de ser vice. Pour tant, la proxi mi té géo gra phique semble être un atout pour les pres ta tai res de ser vi ces et pour les four nis seurs mais moins pour les sous-trai tants. L'in ter na tio na li sa tion des éta blis se ments en aval des cons truc teurs est moindre en ce qui concerne les sous-trai tants et les pres ta tai res de ser vice par rap port à celle des four nis seurs (graphique 1). Ain si, 20 % des com man des aux four nis seurs sont confiées à des éta blis se ments étran gers alors que cette pro por tion n'est que de res pec ti ve ment 8 % et 6 % pour les sous-trai tants et les pres ta tai res de ser vice. La part des com man des aux four nis seurs du Nord-Pas-de-Ca lais est marginale contrairement aux deux autres types de partenaires. Cette internationalisation des four nis seurs tient à leur gamme de pro duit : ils dé li vrent des pro duits stan dar di sés ne né ces si tant pas de liens étroits avec le des ti na taire. Ce n'est pas le cas des pres ta tai res de ser vice et des sous-trai tants. Les pres ta tai res de ser vice ont be soin d'une cer taine proxi mi té géo gra phique. Par exemple, les so cié tés de net toyage en voient du per son nel sur les si tes. L'ac ti vi té de sous-trai tance ré pond à un ca hier des char ges pré cis et peut né ces si ter une com mu ni ca tion entre le com man di taire et l'exé cu tant. Un établissement sur quatre de la filière a au moins une autre implantation à l'étranger L'en semble des 312 éta blis se ments de la fi lière au to mo bile non cons truc teurs dans le Nord-Pas-de-Calais est composé de différents profils d'établissements. Certains sont l'unique éta blis se ment d'une en tre prise ré gio nale c'est le cas pour 57 % d'entre eux qui em ploient 30 % des ef fec tifs dé diés (ta bleau 3) alors que d'au tres font partie d'une en ti té in ter na tio nale. Ces der niers re pré sen tent 24 % des éta blis se ments et 53 % des ef fec tifs dé diés. La fi lière au to mo bile est ain si plus in ter na tio na lisée que l'en semble du tis su pro duc tif : le poids des grou pes in ter na tio naux et des ex por ta teurs y est plus im por tant. Les éta blis se ments ayant une autre im plan ta tion en France ou ail leurs sont plus sou vent de rang 1, avec un chiffre d'af fai res for te ment dé pen dant de la fi lière au to mo bile : 31 % de ces éta blis se ments fonc tion nent en tiè re ment pour la fi lière au to mo bile, soit trois fois plus que les éta blis se ments uni ques et 46 % des éta blis se ments ayant une autre im plan ta tion en France ou ail leurs sont de rang 1 soit près de deux fois plus que les au tres. Lorsque l'é ta blis se ment fait partie d'une en ti té in ter na tio nale, 86 % dé cla rent avoir un autre établissement en Europe. Majoritairement, ces implantations se situent en Europe de l'ouest mais l'eu rope de l'est est aus si bien re pré sentée puisque 57 % dé cla rent avoir une an tenne à l'est soit dix points de moins que l'ouest (ta bleau 4). Les im plan ta tions en Amé rique et en Asie pour les établissements de la filière appartenant à une entité internationale sont aus si as sez fré quen tes puisque res pec ti ve ment 41 % et 26 % dé cla rent être dans ce cas. Cette di men sion in ter na tio nale est fa vo risée par la pré sence des grou pes au sein de la fi lière au to mo bile : 61 % des éta blis se ments et 87 % des ef fec tifs liés à la fi lière font partie d'un groupe. On re cense au to tal 142 grou pes dif fé rents ayant un in té rêt dans le Nord-Pas-de-Ca lais (ta bleau 5). Par mi ceux-ci, 91 sont des grou pes fran çais dont 49 ayant leur centre de dé ci sion dans le Nord-Pas-de-Ca lais. Deux tiers des 142 grou pes pré sents sont de l'in dustrie ma nu fac tu rière. Les au tres grou pes sont très sou vent fran çais dans le com merce et le trans port. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

6 Selon la tranche de chiffre d affaires lié Tableau 3 : En 2009, votre entreprise dispose-t-elle d autres implantations? Établissements Tableau 4 : Fréquence des implantations à l étranger des entreprises liées en 2009 Établissements Effectifs dédiés En nombre En % En nombre En % Effectifs dédiés En nombre En % En nombre En % Unités : nombre, % Total Oui Non Total Oui Non Total Oui Non Total Oui Non Moins de 20 % ,2 17,8 28, ,9 2,5 2,4 De 20 à moins de 60 % ,8 6,4 14, ,5 8,6 2,9 De 60 à moins de 100 % ,1 5,3 7, ,6 4,4 4,1 100 % ,0 13,3 6, ,0 54,6 20,4 Réparttion selon le rang déclaré De rang ,6 19,5 15, ,7 54,4 19,3 De rang ,0 11,6 20, ,2 9,2 6,0 De rang 3 ou plus ,8 4,6 7, ,5 2,4 1,2 Ne sait pas ,6 7,2 14, ,6 4,2 3,5 Total ,0 42,9 57, ,0 70,1 29,9 Note de lecture : 57,1 % des établissements de la filière automobile déclarent appartenir à une entreprise mono-établissement ne pas avoir d autres implantations. Unités : nombre, % En Europe de l Ouest 50 67, ,2 En Europe de l Est 42 57, ,5 En Amérique latine 30 41, ,9 En Asie 27 36, ,4 Autres pays 19 26, ,4 Total étranger , ,0 Note de lecture : 74 établissements liés appartiennent à une entreprise qui a une implantation à l étranger. Parmi eux, 50 établissements ont une implantation homologue située en Europe de l Ouest, ce qui représente 67,5 % des établissements d une entreprise internationale. Tableau 5 : Nationalité de la tête de groupe contrôlant les établissements liés à la filière en 2009 Nombre de groupes Nombre d entreprises contrôlées en France Unité : nombre Effectifs des groupes en France France Autres pays de l Union européenne Autres pays Total Source : enquête sur la filière automobile dans le Nord-Pas-de-Calais en 2010, Lifi 2008, Clap 2009 (Insee) Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre 2011

7 Avec les consé quen ces de la crise de 2008, les pro jets d'im plan ta tions à l'é tran ger sont deux fois moins pré sents en 2009 qu'en Au to tal, seuls 17 % des éta blis se ments de la fi lière au to mo bile dé cla rent avoir un pro jet d'im plan ta tions à l'é tran ger. Ils re pré sen tent 25 % des ef fec tifs dé diés. Dans ce cas, les des ti na tions pri vi lé giées sont l'eu rope de l'est et les pays hors de l'eu rope. La pre mière rai son in voquée est d'ac cé der à de nou veaux mar chés : dans 60 % des cas. Les deux au tres rai sons moins in vo quées sont pour suivre un don neur d'ordre et pour baisser les coûts (39 % et 37 % des cas). Les relations commerciales sont en majorité nordistes Les éta blis se ments liés tra vail lent prin ci pa le ment de près ou de loin pour une usine d'un cons truc teur dans la ré gion ou en France : 40 % des four nis seurs et 61 % des prin ci paux clients des éta blis se ments de la fi lière au to mo bile nor dis tes sont si tués ex clu si ve ment dans le Nord-Pas-de-Ca lais, et même res pec ti ve ment 67 % et 87 % ex clu si ve ment dans l'hexa gone. Cependant, la filière automobile régionale a aussi une dimension internationale. En effet, bien que 26 % des éta blis se ments dé cla rent avoir un four nis seur im por tant à l'é tran ger, ils re pré sen tent 49 % de l'em ploi sa la rié de la fi lière nor diste (ta bleau 6). De même, les 13 % des éta blis se ments qui ont leur plus im por tant client hors de France em ploient 27 % des sa la riés de la fi lière (graphique 3). Les prin ci paux four nis seurs et les prin ci paux clients dans ce cas-là se trou vent sur tout en Eu rope, spé cia le ment en Eu rope de l'ouest. Le fait d'a voir un four nis seur important à l'étranger semble corrélé à la taille de l'établissement. En effet, parmi les établissements ayant un four nis seur im por tant à l'é tran ger, les struc tu res de plus de 250 sa la riés sont re la ti ve ment plus nom breu ses : ils sont 18,6 % contre 10,3 % pour l'en semble de la fi lière. Cela étant, 46 % des éta blis se ments ayant des four nis seurs im por tants à l'é tran ger ont entre 50 et 250 sa la riés. Tableau 6 : Établissements liés déclarant un fournisseur important à l étranger en 2009 Établissements Effectifs dédiés Nombre Part Nombre Part Unités : nombre, % En Europe de l Ouest 63 20, ,5 En Europe de l Est 18 5, ,3 Hors de l Europe 11 3, ,7 Total hors de France 82 26, ,6 Note de lecture : les établissements déclarant que leur plus important sous-traitant, prestataire ou fournisseur est situé en Europe de l Ouest représentent 42,5 % des effectifs salariés dédiés à la filière automobile en La filière automobile représente 40 % du chiffre d'affaires total des établissements liés Les établissements liés à la filière automobile appartiennent aussi à d'autres filières économiques. Alors que 40 % du chiffre d'af fai res pro vient des con trats pas sés avec la fi lière au to mo bile, 21 % pro vient de la fi lière des biens d'é qui pe ments in dus triels (graphique 4). D'au tres fi liè res com plè tent le chiffre d'af fai res to tal par mi les quel les fi gu rent les ma té riels de trans ports, la cons truc tion et les biens de consom ma tion. Gé né ra le ment, les éta blis se ments de plus grande taille sont plus im pli qués dans la fi lière au to mo bile : 75 % du chiffre d'af fai res des éta blis se ments de 250 à 500 sa la riés pro vient de la fi lière au to mo bile contre 34 % pour les moins de 50 sa la riés. La fi lière de l'in dustrie des ma té riels de trans port n'est pré sente que pour les éta blis se ments de moins de 250 sa la riés. Plus le rang est éloi gné, moins la fi lière au to mo bile re pré sente une part im por tante du chiffre d'af fai res an nuel : pour les éta blis se ments de rang 1 la fi lière compte pour 60 % du chiffre d'af fai res alors que pour les éta blis se ments de rang 3 et plus elle compte au plus pour 30 %. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

8 Graphique 3 : Localisation du plus important client des établissements liés en 2009 Note de lecture : 60,6 % des établissements de la filière ont leur plus important client dans le Nord-Pas-de-Calais en Graphique 4 : Diversification selon la filière économique du chiffre d'affaires des établissements liés à l'automobile en 2009 Note de lecture : en moyenne, 40,3 % du chiffre d'affaires total (ou de la valorisation des activités) des établissements liés à la filière automobile est réalisé dans la filière automobile et 20,7 % dans les biens d'équipements industriels. Près de deux tiers des éta blis se ments liés pro jet tent de se di ver si fier plus en core. Cette intention est d'au tant plus grande que l'é ta blis se ment réa lise d'au tant moins de chiffre d'af fai res avec la fi lière au to mo bile : 51 % des éta blis se ments dé cla rant avoir en pro jet de se di ver si fier réa li sent moins de 20 % de leur chiffre d'af fai res avec la fi lière contre 11 % pour les éta blis se ments tra vail lant ex clu si ve ment avec la fi lière. Cette der nière pro por tion peut en partie pro ve nir de la faible marge de re con ver sion des ac teurs-clés de la fi lière au to mo bile. Ce qui peut po ser un en jeu et un risque ma jeur en ter mes de po li tique pu blique de dé ve lop pe ment éco no mique. Se lon la part de chiffre d'af fai res réa lisée avec l'au to mo bile, la fi lière ciblée pour la di ver si fi ca tion n'est pas la même. Ain si, les éta blis se ments réa li sant moins de 20 % de chiffre d'af fai res avec l'automobile ciblent plus les filières des biens d'équipements industriels et de l'agroalimentaire alors que les éta blis se ments réa li sant l'en semble de leur chiffre d'af fai res avec l'au to mo bile ci blent da van tage une di ver si fi ca tion vers la fi lière du trans port (ta bleau 7). Tout ceci té moigne sans doute d'une spé cia li sa tion de l'ap pa reil pro duc tif en tant que tel, avec des en tre pri ses réa li sant des in ves tis se ments spé ci fi ques non trans po sa bles à d'au tres fi liè res ou alors à des fi liè res par ta geant des pro duits et des pro ces sus pro ches Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre 2011

9 En nombre Tableau 7 : Filières ciblées par le projet de diversification des établissements liés en 2009 Ensemble Transport Biens de consommation Biens d équipements industriels Construction BTP Santé Agroalimentaire Total Moins de 20 % De 20 à moins de 60 % De 60 à moins de 100 % En pourcentage Total 100,0 41,4 21,2 50,8 14,1 19,9 48,0 46,1 Moins de 20 % 51,3 19,5 13,1 28,2 6,6 9,9 27,4 27,2 De 20 à moins de 60 % 24,0 8,6 3,4 11,7 4,9 6,7 9,2 11,2 De 60 à moins de 100 % 24,7 13,2 4,7 10,9 2,6 3,3 11,4 7,7 Autres Note de lecture : comme un répondant peut avoir plusieurs projets de diversification, la somme des différentes filières de diversification ne fait pas 100 %. 200 établissements déclarent avoir un projet de diversifcation vers d autres secteurs d activité que l automobile : parmi eux, 41,4 % vers les transports, 21,2 % vers les biens de consommation, 50,8 % vers les biens d équipements industriels Parmi les 200 établissements, 51,3 % réalisent moins de 20 % de leur chiffre d affaires avec la filière, 24 % entre 20 % et 60 %, et 24,7 % plus de 60 %. Forte internationalisation du noyau dur La com pa rai son entre 2007 et 2009 des don nées suc ces si ves de l'en quête du noyau dur (encadré 1 du chapitre 2) de la fi lière au to mo bile per met de voir à champ cons tant les évo lu tions des stra té gies des éta blis se ments à l'in ter na tio nal et en ter mes de di ver si fi ca tion. Ain si, bien que le noyau dur en ter mes d'im plan ta tions d'é ta blis se ment n'ap pa raisse pas comme très dif fé rent de l'en semble des éta blis se ments de la fi lière (ta bleau 8), la com pa rai son entre les deux an nées montre une adap ta tion du noyau dur. Comparativement à l'ensemble de la filière, le noyau dur a relativement plus d'implantations en Eu rope de l'est, en Amé rique la tine et en Asie. Par rap port à 2007, le noyau dur a di mi nué sa pré sence en Eu rope au pro fit de l'asie : le nombre d'é ta blis se ments du noyau dur dé cla rant avoir au moins une autre im plan ta tion en Eu rope de l'ouest a di mi nué de 20 % tan dis que ce lui dé cla rant une autre im plan ta tion en Asie a crû de 50 %. Le noyau dur de la fi lière se ca rac té rise par une plus forte in ter na tio na li sa tion de ses prin ci paux four nis seurs : 36 % dé cla rent avoir des four nis seurs im por tants à l'é tran ger, soit dix points de plus que l'en semble de la fi lière. Le noyau dur traite plus sou vent avec des four nis seurs im por tants si tués en Eu rope de l'ouest que l'en semble de la fi lière (28 % contre 20 %). D'a près les don nées de 2007, cette in ter na tio na li sa tion est en core plus marquée en pre nant l'en semble des com man des pas sées puisque trois éta blis se ments du noyau dur sur quatre dé cla rent pas ser au moins une com mande hors de l'hexa gone. La clien tèle du noyau dur est aus si plus in ter na tio nale, d'au tant plus quand les éta blis se ments sont for te ment im pli qués dans la fi lière au to mo bile. Ain si, 15,1 % des éta blis se ments du noyau dur ont un client de pre mier ordre à l'é tran ger. De plus, 9,3 % des éta blis se ments du noyau dur réa li sent plus de 60 % de chiffre d'af fai res dans la fi lière au to mo bile et ont un im por tant client à l'é tran ger alors que seu le ment 6,6 % des éta blis se ments de l'en semble de la fi lière sont dans le même cas. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

10 Tableau 8 : Les autres implantations des établissements en 2009 Établissements Effectifs dédiés Noyau dur Ensemble Noyau dur Ensemble Mono-établissements 53,5 57,1 23,4 29,9 Multi-établissements 46,5 42,9 76,7 70,1 dont : En France 82,5 86,1 91,1 92,8 En Europe de l Ouest 37,5 37,4 48,6 48,8 En Europe de l Est 37,5 31,7 47,4 43,8 En Amérique latine 27,5 22,7 34,9 35,1 En Asie 30,0 20,4 38,2 32,5 Dans un autre pays 17,5 14,5 28,4 22,0 Unité : % Note de lecture : 46,5 % des établissements du noyau dur déclarent que leur entreprise dispose d autres implantations. Parmi ces 46,5 %, 82,5 % déclarent avoir au moins une autre implantation en France. Deux stratégies de développement coexistent dans le noyau dur : centrage sur le cœur de métier ou diversification Du fait de leur po si tion ne ment stra té gique, plus sou vent de rang 1 et de plus grande taille que les au tres éta blis se ments de la fi lière, les éta blis se ments du noyau dur sont plus an crés que les au tres dans la fi lière au to mo bile : en moyenne, 55 % du chiffre d'af fai res to tal des éta blis se ments du noyau dur pro vient de la fi lière au to mo bile, soit quinze points de plus que l'ensemble des établissements liés (graphique 5). Cela étant, ces éta blis se ments ne se can ton nent pas for cé ment à la fi lière au to mo bile. En fait, deux pro fils stra té gi ques dis tincts émer gent. D'un côté, la moi tié des éta blis se ments du noyau dur se concen trent sur leur cœur de mé tier. Avec plus de 60 % de leur chiffre d'af fai res dé dié à l'au to mo bile, ils sont très liés à la fi lière. Ils ne sont que très peu di ver si fiés : en moyenne, 96 % de leur chiffre d'af fai res est dé dié à l'au to mo bile. Cette stra tégie de cen trage sur le cœur de mé tier, comme les au tres axes stra té gi ques, est qua si ment in changée de puis Ils se po si tion nent à 49 % comme sous-trai tants de spé cia li té et à 37 % comme pres ta tai res de ser vice dans la fi lière. Ils ont un pro fil plus in ter na tio nal que les au tres : 20 % d'entre eux ont un client im por tant à l'é tran ger contre 11 % pour le se cond profil (cf. in fra) et ap par tien nent dans neuf cas sur dix à un groupe. Leur por te feuille de clients est aus si plus étof fé : 59 % ont au moins quatre clients, soit douze points de moins que le se cond pro fil. En 2009, ces éta blis se ments ont en moyenne 206 sa la riés, soit 10 % de moins qu'en D'un autre côté, l'autre moi tié du noyau dur qui réa li sent moins de 60 % de chiffre d'af fai res avec l'au to mo bile s'a vère for te ment di ver sifiée. Leur pre mier dé bou ché est la fi lière des biens d'é qui pe ments in dus triels avant la fi lière au to mo bile. Vien nent en suite les fi liè res du trans port, de la cons truc tion ou des biens de consom ma tion. Entre 2007 et 2009, cette stra tégie n'a pas chan gé : la fi lière au to mo bile pèse tou jours aux alen tours de 17 % de leur chiffre d'af fai res to tal. En re vanche, la ré par ti tion entre les au tres fi liè res s'est mo difiée : la fi lière des biens d'é qui pe ments in dus triels a pro gres sé de neuf points at tei gnant 31 % du chiffre d'af fai res to tal et la fi lière du trans port gagne deux points pas sant à 11 %. Ces éta blis se ments sont tour nés vers les op por tu ni tés de di ver si fi ca tion : 76 % d'entre eux dé cla rent en vi sa ger en core une diversification. C'est notamment l'industrie du transport, la filière agroalimentaire et dans une moindre me sure l'in dustrie des biens d'é qui pe ments in dus triels qui les at ti re raient. Ces éta blis se ments di ver si fiés sont en ma jo ri té des four nis seurs ou des pres ta tai res de ser vice 48 - Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre 2011

11 (36 % et 33 %). Leur prin ci pal client se situe presque ex clu si ve ment en France et même 60 % dans le Nord-Pas-de-Ca lais. De fac to, le nombre de leurs clients au to mo bi les est res treint : 47 % ont entre un et trois clients dans la fi lière au to mo bile contre 39 % pour le pre mier pro fil. En 2009, ces éta blis se ments ont en moyenne 150 sa la riés. Graphique 5 : Ventilation du chiffre d'affaires ou de la valorisation des activités entre les filères économiques en 2009 Note de lecture : en moyenne, le noyau dur de la filière automobile consacre 55 % de son chiffre d'affaires à la filière automobile par établissement. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Travailleurs assujettis à la sécurité sociale répartis par lieu de travail: données au 31 décembre 2008 Statistique décentralisée (postes de travail) office national

Plus en détail

I nt rod u ct io n. 1. Les dif fé rents types de pro jet informatique. Le pro jet à réa li ser pourra être un site Inter net (sous dif fé rentes

I nt rod u ct io n. 1. Les dif fé rents types de pro jet informatique. Le pro jet à réa li ser pourra être un site Inter net (sous dif fé rentes I nt rod u ct io n 1. Les dif fé rents types de pro jet informatique Le pro jet à réa li ser pourra être un site Inter net (sous dif fé rentes formes), le déve lop pe ment d une appli ca tion spé ci fique

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. é v a l u a t i o n a n n u e l l e

EN SER VIC E DE GA RD. é v a l u a t i o n a n n u e l l e Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD é v a l u a t i o n Document de travail à conser ver au ser vice de garde P A R T I E A R E N S E I G N E M E N T S G É N É R A

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Emploi salarié (O.N.S.S.) du quatrième trimestre 2009 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Emploi salarié (O.N.S.S.) du quatrième

Plus en détail

KARBU KIT. Kit d affichage des prix des carburants. Notice d utilisation et d installation

KARBU KIT. Kit d affichage des prix des carburants. Notice d utilisation et d installation KARBU KIT Kit d affichage des prix des carburants Notice d utilisation et d installation B.P. 1 49340 TRÉMENTINES FRANCE Tél. : 02 41 71 72 00 Fax : 02 41 71 72 01 www.bodet.fr Réf. 605746 L S as su rer

Plus en détail

BT-887 BT-436. Manuel UTILISATEUR. BT-436 Soft ware Ver. 1.0.0 BT-887 Soft ware Ver. 1.1.3 Ma nuel n 17499 Rev. - spa

BT-887 BT-436. Manuel UTILISATEUR. BT-436 Soft ware Ver. 1.0.0 BT-887 Soft ware Ver. 1.1.3 Ma nuel n 17499 Rev. - spa BT-887 BT-436 Manuel UTILISATEUR BT-436 Soft ware Ver. 1.0.0 BT-887 Soft ware Ver. 1.1.3 Ma nuel n 17499 Rev. - spa Les in for ma tions de ce ma nuel rem pla cent les in for ma tions pu bliées an té rieu

Plus en détail

En trente-cinq ans, le tableau de la démo graphie régio nale

En trente-cinq ans, le tableau de la démo graphie régio nale En trente-cinq ans, le tableau de la démo graphie régio nale s'est quelque peu modi fié. Les nais san ces sont deve nues moins nom breu ses, alors que dans le même temps elles ont aug menté en France.

Plus en détail

elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français

elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français Déclaration de conformité et marque CE Cet ap pa reil ré pond aux exi gen ces de la di rec ti ve R&TTE 1999/5/EG:»Di

Plus en détail

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor.

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor. arnaud de baynast Jacques lendrevie publi citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon 8 e édition publicitor.fr Les liens hypertextes permettant d accéder aux sites

Plus en détail

Exonération de la majoration d impôt pour les in dé pen dants nou vel le ment établis

Exonération de la majoration d impôt pour les in dé pen dants nou vel le ment établis L UNION FAIT LA FORCE - EENDRACHT MAAKT MACHT Service Public Fédéral FINANCES Exonération de la majoration d impôt pour les in dé pen dants nou vel le ment établis - 2013 - Contenu Remarque importante!

Plus en détail

l a b o î t e à o u t i l s de la Comptabilité

l a b o î t e à o u t i l s de la Comptabilité l a b o î t e à o u t i l s de la Comptabilité l a b o î t e à o u t i l s de la Comptabilité Bruno Bachy La tra duc tion en anglais des résu més a été réa li sée par Jennifer Weinberg. Les QR codes et

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Je construis mon véhicule électrique

Je construis mon véhicule électrique Je construis mon véhicule électrique Retrouvez aussi : Électrotechnique et énergie électrique 2 e édition Luc Lasne 304 pages Dunod, 2013 Aide-mémoire d électrotechnique Pierre Mayé 320 pages Dunod/L Usine

Plus en détail

Cloud. Personnel. Tout sur le. Travaillez, stockez, jouez et échangez dans le nuage

Cloud. Personnel. Tout sur le. Travaillez, stockez, jouez et échangez dans le nuage Cloud Tout sur le Personnel Travaillez, stockez, jouez et échangez dans le nuage Couverture : Rachid Maraï Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-100-59009-4 Sommaire Avant- propos...vii 1. Qu est- ce que le Cloud?...1

Plus en détail

Vers une cui si ne améliorée. Une étu de sur les cui si nes et les fo yers dans le ca dre du pro jet UNSO fo yers amé lio rés au Bur ki na Faso

Vers une cui si ne améliorée. Une étu de sur les cui si nes et les fo yers dans le ca dre du pro jet UNSO fo yers amé lio rés au Bur ki na Faso Vers une cui si ne améliorée Une étu de sur les cui si nes et les fo yers dans le ca dre du pro jet UNSO fo yers amé lio rés au Bur ki na Faso Vers une cui sine améliorée Memorandum 1 Pu bli ca tion of

Plus en détail

Présentation de texte adaptée

Présentation de texte adaptée Présentation de texte adaptée pour éviter les «inventions» dues à une lecture globale mal utilisée Titre : Approche adaptée d un texte pour un enfant qui ne fait appel qu à la méthode globale pour lire

Plus en détail

L'important C'est la rose

L'important C'est la rose L'important 'est la rose Gilbert ecaud rr: M. de Leon opista: Felix Vela 200 Xiulit c / m F m m 7 9. /. m...... J 1 F m.... m7 ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - oi qui oi

Plus en détail

Sophie Calli es François Laurent

Sophie Calli es François Laurent Sophie Calli es François Laurent Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-060007-6 Pré face Le mar ke ting digi tal et le CRM, une vraie oppor tunité pour les TPE/PME Pour une petite ou moyenne entre prise, il

Plus en détail

Cor rigé. 1) Réalisez un diagnostic interne de l entre prise. La Grande Récré Cas 6. Matrice SWOT

Cor rigé. 1) Réalisez un diagnostic interne de l entre prise. La Grande Récré Cas 6. Matrice SWOT La Grande Récré Cas 6 Cor rigé 1) Réalisez un diagnostic interne de l entre prise. Forces Matrice SWOT Fai blesses Posi tion ne ment : La Grande Récré a mis en place un réseau de conseillers dans les maga

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Réussir l exposé et l entretien de motivation au concours AS-AP. Corinne Pelletier Nadège Aït-Kaci Jean-Michel Texier

Réussir l exposé et l entretien de motivation au concours AS-AP. Corinne Pelletier Nadège Aït-Kaci Jean-Michel Texier Réussir l exposé et l entretien de motivation au concours AS-AP Corinne Pelletier Nadège Aït-Kaci Jean-Michel Texier Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070505-4 Table des matières Préambule IV Partie 1 L

Plus en détail

programmez un raspberry pi

programmez un raspberry pi programmez un raspberry pi Retrouvez aussi : La Boîte à outils Arduino 105 techniques pour réussir vos projets Michael Margolis 416 pages Dunod, 2013 Raspberry Pi Prise en main et premières réalisations

Plus en détail

Understanding Comprendre Power. d achat d électricité. Agreements. Comprendre les contrats d achat d électricité. Fondé par.

Understanding Comprendre Power. d achat d électricité. Agreements. Comprendre les contrats d achat d électricité. Fondé par. Fondé par Développé par Comprendre les contrats d achat d électricité Understanding Comprendre Power les Purchase contrats Agreements d achat d électricité Partenaires Institutionnels Comprendre les contrats

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Régie des rentes du Québec. Guide de la planification financière de la retraite. Édition 2003-2004

Régie des rentes du Québec. Guide de la planification financière de la retraite. Édition 2003-2004 Régie des rentes du Québec 1 Guide de la planification financière de la retraite Édition 2003-2004 Pour une retraite active, gardez la ligne : 1 800 463-5229 Boni de 1 % la première année pour les nouveaux

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

Câblage des prises... 122. Projets de câblage... 128. Plans de circuits... 138. TECHNIQUES ÉLÉMENTAIRES DE RÉNOVATION Revêtements de sol...

Câblage des prises... 122. Projets de câblage... 128. Plans de circuits... 138. TECHNIQUES ÉLÉMENTAIRES DE RÉNOVATION Revêtements de sol... Tables des matières Le guide complet pour rénover sa maison Introduction.............. 7 PRINCIPES GÉNÉRAUX DE LA RÉNOVATION Apprendre à connaître sa maison.... 10 Codes du bâtiment et permis de construction...................

Plus en détail

L immigration, l intégration et la citoyenneté sont des sujets qui

L immigration, l intégration et la citoyenneté sont des sujets qui de l Ifri L Immigration et la construction des politiques d intégration en Espagne Mon objectif ici est de fournir une vue d en - semble du processus de construction des poli tiques d intégra - tion en

Plus en détail

Les substances engendrant la dépendance au poste de travail d un point de vue juridique

Les substances engendrant la dépendance au poste de travail d un point de vue juridique Les substances engendrant la dépendance au poste de travail d un point de vue juridique Sommaire 1 Principe 3 2 Articles de loi concernant les substances engendrant la dépendance 4 2.1 Devoir des travailleurs

Plus en détail

Dossier factuel relatif à la communication SEM-04-007 (Véhicules automobiles au Québec)

Dossier factuel relatif à la communication SEM-04-007 (Véhicules automobiles au Québec) Dossier factuel relatif à la communication SEM-04-007 (Véhicules automobiles au Québec) Préparé conformément à l article 15(6) de l Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l environnement

Plus en détail

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor.

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor. arnaud de baynast Jacques lendrevie publi citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon 8 e édition publicitor.fr Les liens hypertextes permettant d accéder aux sites

Plus en détail

Si la vie vous intéresse

Si la vie vous intéresse Si la ie ous intéresse paroles: J Pauze musique: J Pauze / M A Lépine ã 160 c c öguiõt aõcous fr ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ öõbõasse G 3fr fr fr Û Û ÛÛÛ Û Û Û ( ) 3 ~~ ÿ % % J'ais dans ouer un la monde

Plus en détail

Comment découvrir «de belles opportunités brillamment déguisées en difficultés insurmontables»

Comment découvrir «de belles opportunités brillamment déguisées en difficultés insurmontables» Comment découvrir «de belles opportunités brillamment déguisées en difficultés insurmontables» W. Gordon Rédacteur principal PIERRE LANDRY, M.B.A, Adm. A, CMC Conseiller en gouvernance et saine gestion

Plus en détail

Études de cas d entreprises avec corrigés détaillés

Études de cas d entreprises avec corrigés détaillés MANAGEMENT SUP MARKETING - COMMUNICATION Études de cas d entreprises avec corrigés détaillés Claire Garcia Jean-Louis Martinez Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-058816-9 Sommaire Avant-propos V Cas 1 MPO

Plus en détail

Vidéosurveillance IP L'architecture CamTrace

Vidéosurveillance IP L'architecture CamTrace Vidéosurveillance IP L'architecture CamTrace SAS 92150, Suresnes. Tel : +33 1 40 99 94 31 - www.camtrace.com CAMÉRAS RÉSEAU Les caméras réseau ou caméras vidéo sur IP se con nec tent di rec te ment sur

Plus en détail

In t r od u ct i o n. à la r e c h e r c h e o p ér at i o nnelle

In t r od u ct i o n. à la r e c h e r c h e o p ér at i o nnelle In t r od u ct i o n à la r e c h e r c h e o p ér at i o nnelle À pre mière vue, la recherche opé ra tion nelle est un ensemble de tech niques récentes, datant tout au plus de la seconde guerre mon diale.

Plus en détail

Aide-mémoire de. réseaux ET TÉLÉCOMS

Aide-mémoire de. réseaux ET TÉLÉCOMS Aide-mémoire de réseaux ET TÉLÉCOMS Claude Servin Aide-mémoire de réseaux ET TÉLÉCOMS Photo de couverture : Vincent TT - fotolia.com Mise en page : Belle Page Dunod, 2012, tirage corrigé 5, rue Laromiguière,

Plus en détail

l a b o î t e à o u t i l s Chef de projet Avec 6 vidéos d approfondissement Jérôme MAES François debois

l a b o î t e à o u t i l s Chef de projet Avec 6 vidéos d approfondissement Jérôme MAES François debois l a b o î t e à o u t i l s du Chef de projet Avec 6 vidéos d approfondissement Jérôme MAES François debois Nous remercions l ensemble de nos clients, qui ont alimenté cette Boîte à Outils par leur exigence

Plus en détail

Comment res ter dans le Top 5 de la dis tri bu tion du jouet?

Comment res ter dans le Top 5 de la dis tri bu tion du jouet? 6 Cas La Grande Récré Présentation Problématique Comment res ter dans le Top 5 de la dis tri bu tion du jouet? Synthèse Cette étude de cas per met de s inté res ser à l indus trie française du jeu et du

Plus en détail

Respecter les délais avec la planification de projets le savoir remplace l'intuition

Respecter les délais avec la planification de projets le savoir remplace l'intuition 14 Respecter les délais avec la planification de projets le savoir remplace l'intuition Avec la version 2013 d'abacus, vous disposez, dans le logiciel de gestion des prestations et projets AbaProject,

Plus en détail

Marketing. l immobilier. Fabrice LARCENEUX n Hervé PARENT Préface de Laurent Batsch

Marketing. l immobilier. Fabrice LARCENEUX n Hervé PARENT Préface de Laurent Batsch Marketing de l immobilier Fabrice LARCENEUX n Hervé PARENT Préface de Laurent Batsch Conseiller éditorial: Christian Pinson, professeur à l Insead Maquette de couverture : Chloé Lerebours http://graphi-chlo.blogspot.com/

Plus en détail

Jean-Paul TRÉGUER. Les ressorts d un succès

Jean-Paul TRÉGUER. Les ressorts d un succès Jean-Paul TRÉGUER Les ressorts d un succès Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-070671-6 À pro pos de l auteur Jean- Paul Tréguer, diplômé EDHEC, est publi ci taire, PDG et fon da teur du groupe de commu ni

Plus en détail

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor.

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor. arnaud de baynast Jacques lendrevie publi citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon 8 e édition publicitor.fr Les liens hypertextes permettant d accéder aux sites

Plus en détail

L actualité de la Métallurgie Mai 2013

L actualité de la Métallurgie Mai 2013 Secteurs L actualité de la Métallurgie Mai 2013 Des points forts, mais une filière bridée par les «sous performances» de RENAULT et PSA Expertise Conseil Formation Le point de vue de notre Expert Jean-Louis

Plus en détail

SharePoint 2013. 40 recettes de pros

SharePoint 2013. 40 recettes de pros SharePoint 2013 40 recettes de pros Dans la même collection : Cookbook référencement Google, 80 recettes de pros N. Ghouti-Terki, 216 pages, Dunod, 2013. Cookbook développement ios7, 60 recettes de pros

Plus en détail

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn Résumé D én omin a tion E A U ' t o u r d u L é m an - l a c r o i s i è r e l u d o - é d u c a t i v e ( E T L ) O bjec tifs

Plus en détail

Le Développement ios 7. 60 recettes de pros

Le Développement ios 7. 60 recettes de pros Le Développement ios 7 60 recettes de pros Dans la même collection : Cookbook référencement Google, 80 recettes de pros S. Ghouti-Terki, 216 pages, Dunod, 2013. Cookbook développement Android 4, 60 recettes

Plus en détail

Note de conjoncture 1er trimestre 2012. Le marché du logement neuf en IledeFrance ECLAIR. Observatoire du Logement Neuf des ADIL d IledeFrance

Note de conjoncture 1er trimestre 2012. Le marché du logement neuf en IledeFrance ECLAIR. Observatoire du Logement Neuf des ADIL d IledeFrance Observatoire du Logement Neuf des ADIL d IledeFrance Note de conjoncture 1er trimestre 2012 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région IledeFrance ECLAIR

Plus en détail

Comptabilité et audit bancaire

Comptabilité et audit bancaire management sup GESTION - FINANCE Comptabilité et audit bancaire Normes fran çaises et IFRS 4 e édition Dov Ogien Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-070581-8 1 Table des matières Partie 1 L envi ron ne ment

Plus en détail

CES GENS QUI ONT PEUR

CES GENS QUI ONT PEUR Elaine N. Aron CES GENS QUI ONT PEUR D AVOIR PEUR Mieux comprendre l hypersensibilité Table des matières Introduction...7 Êtes-vous hyper sen si ble? Ques tion naire...17 1. Qu est-ce qu un hyper sen

Plus en détail

TOUTELAFONCTION Consulting

TOUTELAFONCTION Consulting TOUTEL AFONCTION Consulting TOUTEL AFONCTION Consulting Yves Labat Jean- Marc Schoettl III Crédit pictogrammes : Sharpnose Fotolia.com Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-058243-3 Table des matières Préface

Plus en détail

Cookbook Référencement Google. 80 recettes de pros

Cookbook Référencement Google. 80 recettes de pros Cookbook Référencement Google 80 recettes de pros Dans la même collection : Cookbook développement Android 4, 60 recettes de pros D. Gosset, F. Impérial, M. Pybourdin,, 216 pages, Dunod, 2013. Cookbook

Plus en détail

LES MANIPULATEURS SONT PARMI NOUS

LES MANIPULATEURS SONT PARMI NOUS Thérapeute comportementaliste et cognitiviste, ISABELLE NAZARE-AGA exerce en cabinet et dirige des stages d affirmation et d estime de soi, de recherche des valeurs personnelles, de communication et de

Plus en détail

Cookbook Développement Android 4. 60 recettes de pros

Cookbook Développement Android 4. 60 recettes de pros Cookbook Développement Android 4 60 recettes de pros Dans la même collection : Cookbook référencement Google, 80 recettes de pros N. Ghouti-Terki, 216 pages, Dunod, 2013. Cookbook développement ios7, 60

Plus en détail

Aurélie Leclercq-Vandelannoitte

Aurélie Leclercq-Vandelannoitte MANAGEMENT SUP MANAGEMENT RESSOURCES HUMAINES Travail à distance et e-management Organisation et contrôle en entreprise Aurélie Leclercq-Vandelannoitte En collaboration avec Henri Isaac et Michel Kalika

Plus en détail

management sup Gestion internationale des ressources humaines 3 e édition Michel Barabel Olivier Meier

management sup Gestion internationale des ressources humaines 3 e édition Michel Barabel Olivier Meier management sup Gestion internationale des ressources humaines 3 e édition Michel Barabel Olivier Meier Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-070942-7 Table des matières Pré face VII Avant- propos 1 L inter

Plus en détail

Responsable marketing

Responsable marketing l a b o î t e à o u t i l s du Responsable marketing Nathalie VAN LAETHEM Yvelise LEBON Béatrice Durand-MÉGRET Les QR codes et liens hypertexte permettant d accéder aux sites Internet proposés dans cet

Plus en détail

La VAE : premières expériences suisses HES- SO et Université de Genève

La VAE : premières expériences suisses HES- SO et Université de Genève La VAE : premières expériences suisses HES- SO et Université de Genève Mar n Kasser, Vice- président en charge de l'enseignement, Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES- SO) Rencontre franco-

Plus en détail

Martin DUVAL. Open Innovation. Développez une culture ouverte et collaborative pour mieux innover

Martin DUVAL. Open Innovation. Développez une culture ouverte et collaborative pour mieux innover Open Innovation Martin DUVAL Klaus Speidel Open Innovation Développez une culture ouverte et collaborative pour mieux innover Illustration de couverture : Silvy78-Fotolia.com Dunod, 2014 5 rue Laromiguière,

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 -

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - Table des matières I. Présentation du Cabinet... 3 A. Le cabinet en France... 3 1. Présentation de la structure juridique et du capital J.CAUSSE & ASSOCIES SA....

Plus en détail

SI 410 F. Notice d'installation. 8AA12710 - B0-01/04/2003 - F - vers. F SBT 5585490001. 8AA12710 - B0-01/04/2003 - F - vers. F

SI 410 F. Notice d'installation. 8AA12710 - B0-01/04/2003 - F - vers. F SBT 5585490001. 8AA12710 - B0-01/04/2003 - F - vers. F s SI 410 F Notice d'installation SBT 5585490001 1 d'usine Code utilisateur 1 4 7 2 5 8 Code installateur 2 5 8 3 6 9 2 Sommaire Description du produit...4 Configuration du système...4-6 Matériels...7 Installation...7-8

Plus en détail

Précis. opérationnelle. de recherche. Méthodes et exercices d application

Précis. opérationnelle. de recherche. Méthodes et exercices d application Précis de recherche opérationnelle Méthodes et exercices d application Robert Faure était professeur de la chaire de recherche opérationnelle au CNAM Bernard Lemaire est professeur émérite de la chaire

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

suraient sur la douce tran quillité de sa vie. Il aimait ce bonheur simple : sa femme occupée à la cuisine et les rires complices de ses enfants qu

suraient sur la douce tran quillité de sa vie. Il aimait ce bonheur simple : sa femme occupée à la cuisine et les rires complices de ses enfants qu 22 février, 0 h 02 Antonio Rodriguez a regardé le jour nal de la 3 puis il a éteint la télé vi sion et est res té de longues minutes immobile dans l obscurité du salon, en attendant d être cer tain que

Plus en détail

Sous la direction de Lucile Salesses. Management. Marketing de la. Mode

Sous la direction de Lucile Salesses. Management. Marketing de la. Mode Sous la direction de Lucile Salesses Management et Marketing de la Mode À Alexandre Maquette de couverture : Chloé Lerebours http://graphi-chlo.blogspot.com Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-059120-6 P

Plus en détail

Bulletin d information et de liaison sur la police de type communautaire. N 31 avril2010. Volet 1 : Santé mentale

Bulletin d information et de liaison sur la police de type communautaire. N 31 avril2010. Volet 1 : Santé mentale Bulletin d information et de liaison sur la police de type communautaire N 31 avril2010 Volet 1 : Santé mentale T O u R d h O R I z O N INTER SEC TION Bulletin d infor ma tion et de liai sonsur la poli

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

Un marché en panne? FICHE 8 PERVAL, 2000, appartements, 2013, acquéreurs, origine, neuf. marchés immobiliers - 2013. Fiche 8 page 1 Nos

Un marché en panne? FICHE 8 PERVAL, 2000, appartements, 2013, acquéreurs, origine, neuf. marchés immobiliers - 2013. Fiche 8 page 1 Nos Un marché en panne? FICHE 8 PERVAL, 2000, appartements, 2013, acquéreurs, origine, neuf L'évolution de nos marchés immobiliers fait l'objet de toute notre attention depuis plusieurs années ; une nécessité

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Organigramme : Le cœur d Apple... XVI. Remerciements... 233 Un mot de l auteur... 237 À propos de l auteur... 239 Index...

TABLE DES MATIÈRES. Organigramme : Le cœur d Apple... XVI. Remerciements... 233 Un mot de l auteur... 237 À propos de l auteur... 239 Index... TABLE DES MATIÈRES Organigramme : Le cœur d Apple... XVI Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit. 1. Repenser le leadership... 1 2. Cultiver le secret... 33 3. Se concentrer jusqu à l obsession...

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur la prépa scientifique

Tout ce qu il faut savoir sur la prépa scientifique Tout ce qu il faut savoir sur la prépa scientifique Les conseils d un étudiant qui a réussi Alexandre Devaux Élève ingénieur à l École Centrale Paris Dunod, Paris, 2010 ISBN 978-2-10-055490-4 «Je n'en

Plus en détail

Coûts de construction de bâtiments publics en structure bois

Coûts de construction de bâtiments publics en structure bois note de synthèse juin 2014 Coûts de construction de bâtiments publics en structure bois Avant- propos C'est dans le cadre de l' Observatoire des Produits Bois Construction en Bretagne, mis en place en

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

À travers deux grandes premières mondiales

À travers deux grandes premières mondiales Les éco-i ovatio s, le ouvel a e st at gi ue d ABG À travers deux grandes premières mondiales - éco-mfp, premier système d impression à encre effaçable - e-docstation, premier système d archivage intégré

Plus en détail

LES MANIPULATEURS ET L AMOUR

LES MANIPULATEURS ET L AMOUR Thérapeute comportementaliste et cognitiviste, ISABELLE NAZARE-AGA exerce en cabinet et dirige des stages d affirmation et d estime de soi, de recherche des valeurs personnelles, de communication et de

Plus en détail

utile : commencer petit pour être efficace

utile : commencer petit pour être efficace Mettre en place un SIAD utile : commencer petit pour être efficace Valérie Raveneau - Responsable du contrôle de gestion, CHI d Elbeuf-Louviers Mardi 12 mai 2009 Elbeuf Quelques points de repère Ets public

Plus en détail

DCG 12. Anglais appliqué aux affaires

DCG 12. Anglais appliqué aux affaires DCG 12 Anglais appliqué aux affaires en 17 fiches Françoise Cazenave Professeur en BTS et DCG avec la collaboration de Paul Larreya Collection «Express Expertise comptable» DCG J.-F. Bocquillon, M. Mariage,

Plus en détail

Cahier des charges pour un appel à projet d étude

Cahier des charges pour un appel à projet d étude Cahier des charges pour un appel à projet d étude Etude portant sur la faisabilité du déploiement de Serious Games sur les terminaux mobiles et/ou fixes pour la formation des salariés de la vente en jardinerie.

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Du côté de la Recherche > Managemen t de projet : p1 L intégration des systèmes de management Qualité -Sécurité- Environnement : résultats d une étude empirique au Maroc Le co ntex te d es p roj et s a

Plus en détail

ERIK ORSENNA. de l Académie française. Et si on dan sait? Éloge de la ponctuation STOCK

ERIK ORSENNA. de l Académie française. Et si on dan sait? Éloge de la ponctuation STOCK ERIK ORSENNA de l Académie française Et si on dan sait? Éloge de la ponctuation STOCK I J avoue. Pas besoin d avo cat, je plaide cou pable. Je m appelle Jeanne. J ai seize ans. Quelques- uns d entre vous

Plus en détail

Le financement participatif (Crowdfunding) à la portée de tous

Le financement participatif (Crowdfunding) à la portée de tous DOSSIER DE PRESSE 201 4 Le financement participatif (Crowdfunding) à la portée de tous Société PAN Expansion 725, bd Robert Barrier 73100 AIX-LES-BAINS Savoie Technolac - Bâtiment Passerelle 4 25, Avenue

Plus en détail

Café Lowendal et autres nou velles. et autres nou velles

Café Lowendal et autres nou velles. et autres nou velles TATIANA DE ROSNAY Café Lowendal et autres nou velles et autres nou velles LE LIVRE DE POCHE 1 «On ne peut rien écrire dans l indif fé rence.» Simone de Beauvoir ( 1908-1986) Les Mandarins Cela fait cinq

Plus en détail

Processus et Entreprise 2.0

Processus et Entreprise 2.0 Yves CASEAU Processus et Entreprise 2.0 Inno ver par la col la bo ra tion et le lean management Préface de Richard Collin DU MÊME AUTEUR Urbanisation, SOA et BPM, 3 e édition, Dunod, 2008. Performance

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

MANAGEMENT SUP. Coordonné par François Ewald Patrick Thourot

MANAGEMENT SUP. Coordonné par François Ewald Patrick Thourot MANAGEMENT SUP Coordonné par François Ewald Patrick Thourot Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-059056-8 Les auteurs Avant-propos Préface Introduction Le sec teur assurantiel fran çais La réglementation de

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL Table des matières GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL... 3 Ce que nous vous offrons... 4 Amélioration de votre offre de reprise de bail... 5 Préparation du véhicule... 7 Démarches

Plus en détail

La boîte à outils du Mercator

La boîte à outils du Mercator La boîte à outils du Mercator Nous avons, pour cette édition du Mercator, sélectionné 25 outils marketing. Ce sont autant de concepts ou de méthodes pour aider les praticiens du marketing à analyser un

Plus en détail

Législation des affaires

Législation des affaires 461-093 DEP Comptabilité Législation des affaires Guide d apprentissage LÉGISLATION DES AFFAIRES AIDE-MÉMOIRE TUTEUR NOM : NUMÉRO DE TÉLÉPHONE : COURRIER ÉLECTRONIQUE : ADRESSE : DISPONIBILITÉ : DEVOIRS

Plus en détail

Meyzieu, le 19 janvier 2006. «Nom» «Adresse_1» «Adresse_2» «CP» «Ville» A l attention de «T itre_dir» «Nom_Dir» Directeur d Etablissement

Meyzieu, le 19 janvier 2006. «Nom» «Adresse_1» «Adresse_2» «CP» «Ville» A l attention de «T itre_dir» «Nom_Dir» Directeur d Etablissement ZAC Avenue de Satolas Green 69330 Pusignan France t: +33 (0) 472 45 36 00 f: +33 (0) 472 45 36 99 www.stryker.fr Meyzieu, le 19 janvier 2006. «Nom» «Adresse_1» «Adresse_2» «CP» «Ville» A l attention de

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

au quotidien 100 fiches Finance contrôle

au quotidien 100 fiches Finance contrôle & au quotidien 100 fiches Finance contrôle Sous la direction de Laurent Cappelletti et Christian Hoarau & Finance contrôle au quotidien 100 fiches Préface de Gilbert Font Avant-propos de René Ricol Larry

Plus en détail

La Révolution Big Data

La Révolution Big Data Jean-Charles Cointot Yves EYChenne La Révolution Big Data Les données au cœur de la transformation de l entreprise Le pictogramme qui figure ci-contre mérite Le pictogramme une explication. qui figure

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail