SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET"

Transcription

1 SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET Murielle Cahen. «Sécurité du commerce sur internet». In : Avocat on line [En ligne]. (consulté le 7/10/2013)

2 Table des matières 1)La signature électronique...1 2)Sécurité des paiements en ligne...2 3)Protection des consommateurs...3

3 L arrivée d internet a permis la mise en place du commerce en ligne, cependant, beaucoup d internautes ne se sont pas risqués à acheter en ligne, particulièrement à cause du paiement en ligne. Il a alors fallu sécuriser le commerce en ligne afin de faciliter les achats sur la toile. Mais comment le commerce sur internet a-t-il été sécurisé? Sécurité des échanges, confidentialité, authenticité sont les garanties exigées dans le commerce électronique. Des dispositions ont donc été prises pour protéger au maximum les consommateurs et les commerçants contre les usurpations, les non-paiements, toutes les fraudes qui peuvent sévir sur Internet. Ces dispositions concernent plus particulièrement la sécurité des paiements, la protection des consommateurs mais également la signature sécurisée des contrats de commerce électronique. 1) La signature électronique L article du code civil issu de la loi du 13 mars 2000 portant adaptation du droit de la preuve aux technologies de l information et relative à la signature électronique définit la signature électronique comme «l usage d un procédé fiable d identification garantissant son lien avec l acte auquel elle s attache». C est le décret n du 30 mars 2001 qui impose le respect de certaines règles pour obtenir une signature électronique fiable. Son article 2 précise que «la fiabilité d un procédé de signature électronique est présumée jusqu à preuve du contraire lorsque ce procédé met en œuvre une signature électronique sécurisée, établie grâce à un dispositif sécurisé de création de signature électronique et que la vérification de cette signature repose sur l utilisation d un certificat électronique». Il faut donc une signature électronique sécurisée. Pour cela, le décret exige notamment que le dispositif de création de la signature soit conforme à certaines exigences et que le matériel utilisé soit certifié. En effet, le dispositif de création de la signature doit garantir que les données de création de signature électronique sont protégées à la fois contre les falsifications, contre toute utilisation par un tiers, contre toute altération et que leur confidentialité est assurée. De plus, le dispositif doit avoir été certifié conforme à ces exigences soit par le Premier ministre dans les conditions prévues par le décret n du 18 avril 2002, soit par un organisme désigné à cet effet par un Etat membre de la Communauté européenne. ( article 3 du décret du 30 mars 2001 ) L évaluation du dispositif de création de signature électronique en vue de sa certification est réalisée par des centres d évaluation agréés par le 1er Ministre. C est le 1er Ministre qui délivre ensuite lui-même le certificat. L ensemble est placé sous la coordination des Services du Premier Ministre chargés de la sécurité et des systèmes d information (SCSSI). De plus, il faut recourir à un certificat électronique qualifié et délivré par un prestataire de service de qualification lui-même qualifié. Un certificat électronique ne sera considéré comme qualifié que s il respecte les conditions de l article 6 du décret du 30 mars 2001, il doit comporter un certain nombre d éléments et être délivré par un prestataire de service de qualification satisfaisant à certaines exigences. Il est prévu que pour être qualifié, le certificat doit comporter mention indiquant que le certificat est délivré à titre de certificat qualifié, il faut qu il contienne l identification du prestataire et son pays, le nom ou pseudonyme du signataire et éventuellement sa qualité, les données permettant la vérification de la signature, la durée de validité du certificat, son code d identité, la signature électronique du certificateur, ainsi que les limites quant à l utilisation de ce certificat. 09/10/13 Page 1

4 S agissant des prestataires de service de certification qui délivrent ces certificats qualifiés, ils doivent prouver leur fiabilité, et notamment faire appel à du personnel compétent et à des produits sécurisés. Ils se doivent de vérifier l identité et la qualité des personnes auxquelles ils délivrent des certificats. Ils sont censés disposer de ressources financières adéquates, lutter contre la contrefaçon des certificats, enregistrer les données pertinentes Il est même prévu que les prestataires de service de certification qui satisfont aux exigences fixées à l article 6 peuvent être demandés à être reconnus comme qualifiés. Il s agit d une accréditation. L accréditation permet une présomption de qualification des certificats car dés lors que les prestataires de certification sont qualifiés, les certificats qu ils délivrent sont présumés qualifiés et donc la signature électronique bénéficie d une présomption de fiabilité. Si l écrit électronique répond à toutes ces prescriptions, il fera pleine foi. En effet, l écrit signé électroniquement et de manière présumée fiable a la même valeur que l écrit signé de façon manuscrite Ce certificat ainsi qualifié établit un lien entre une personne physique ou morale dûment identifiée et une paire de clés asymétriques ( privée ou publique). On utilise en effet un procédé cryptographique pour garantir l authenticité du document et l identité du signataire. Actuellement seule une signature électronique basée sur la cryptographie asymétrique permet à une partie de se prévaloir de la présomption de fiabilité posée par l article al. 2 du code civil. Une cryptographie asymétrique est une cryptographie qui n'utilise pas les mêmes clés pour crypter et pour décrypter un message. On parle de système à clé publique/ clé privée. Son utilisation permet au destinataire du message de s assurer de l intégrité du message. 2) Sécurité des paiements en ligne Aujourd hui le moyen de paiement le plus largement utilisé pour les achats en ligne est la carte bancaire avec plus de 80 % des paiements. Le moyen le plus répandu est l utilisation de la carte bancaire avec transmission du numéro de carte sur le réseau, en utilisant le chiffrement SSL (secure socket layer) développé par Nescape en Les informations communiquées ( numéro de carte, date d expiration ) ne sont pas divulguées au commerçant, c est uniquement la banque qui dispose de ces informations. Le protocole SSL crypte les données suivant deux clés de 128 bits. L interception du numéro devient donc impossible. D autres moyens de paiement sécurisés existent comme : - Le protocole SET qui permet l'authentification de toutes les parties grâce à l'échange de signatures électroniques. Il protége les données transmises par le client lors de la transaction et empêche l'envoi des données bancaires confidentielles au logiciel marchand du commerçant. La carte bleue virtuelle ou la e-carte bleue : la banque attribue à son client un numéro de carte à usage unique, cela évite la circulation du numéro de la carte bancaire. Le chèque virtuel : chaque chèque est affecté d un numéro à usage unique avec un système d identification électronique, il est même dorénavant possible de créer ses propres chèques sur son ordinateur (Netchex) en mettant au préalable en place un système de sécurité. Le dispositif Sympass : la société Sympass a développé un système utilisant à la fois le clavier de l ordinateur et le clavier du téléphone. En effet, pour payer, l internaute va saisir les huit premiers chiffres de sa carte bancaire ainsi qu un numéro de téléphone, il va alors recevoir un appel téléphonique et devra saisir les huit derniers chiffres de sa carte sur le clavier du téléphone. Les fraudeurs ne désirant pas faire connaître leur numéro de téléphone, la fraude est inexistante dans 09/10/13 Page 2

5 ce système. La solution ID tronic de la caisse d épargne : ce système permet d acheter avec une carte bancaire sans en donner le numéro. Il faut, au préalable s inscrire au service en envoyant ses coordonnées, son numéro de portable et un RIB. Lors du paiement, le client entrera un code fourni ou son adresse de messagerie électronique, il recevra alors un sms sur son téléphone sur lequel figurera un mot de passe. Il devra alors saisir le mot de passe sur l écran de paiement en ligne, le paiement sera alors confirmé et l identité de l acheteur authentifiée. Le cash back : ce système permet au consommateur de gagner de l argent. En effet, l internaute se verra soit reversé une partie du montant payé, soit une somme sera mise à sa disposition pour l achat de biens et services sur des sites partenaires. En est un exemple le ebuyclub, un certain nombre de sites cybermarchands sont partenaires et pour tout achat effectué sur un de ces sites, une partie du montant variant entre 1 et 15 % est reversé au consommateur. Il est même possible que les internautes créent des équipes et chaque achat d un membre de l équipe rapporte de l argent. Le porte monnaie électronique : Le porte-monnaie électronique consiste en une carte de paiement prépayée, c est-à dire sur laquelle une certaine somme d argent a été chargée, permettant le règlement d une multitude de services (" plate-forme "). Une réserve financière sera donc " stockée " sur le microprocesseur de la carte. Le système Paynova permet au consommateur d utiliser un porte-monnaie virtuel sur différends sites Internet Il doit donner ses coordonnées dont son adresse de messagerie et crédite son portemonnaie grâce à sa carte bancaire. Il peut ensuite faire ses achats en ligne. Il existe aussi le porte-monnaie électronique post payé : click&buy, l internaute fait ses achats puis est débité une fois par mois du total de ses dépenses. 3) Protection des consommateurs En cas de fraude à la carte bancaire, le porteur peut obtenir le remboursement des débits frauduleux et des frais occasionnés en s'adressant auprès de sa banque. Le consommateur doit contester, par écrit, le prélèvement auprès de sa banque, dans le délai de 70 jours qui suit l opération, voire 120 jours si le contrat le liant à celle-ci le prévoit. La banque sera ensuite tenue de procéder au crédit du compte dans un délai d un mois qui suit la réception de la contestation. Le code monétaire et financier prévoit en effet dans ses articles L et L que «La responsabilité du titulaire d'une carte n'est pas engagée si le paiement contesté a été effectué frauduleusement, à distance, sans utilisation physique de sa carte.» et que «le délai légal pendant lequel le titulaire d'une carte de paiement ou de retrait a la possibilité de déposer une réclamation est fixé à soixante-dix jours à compter de la date de l'opération contestée. Il peut être prolongé contractuellement, sans pouvoir dépasser cent vingt jours à compter de l'opération contestée.» La loi du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés protège le consommateur contre le traitement des données à caractère personnel, c est à dire le traitement de toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres. Pour déterminer si une personne est identifiable, il convient de considérer l ensemble des moyens en vue de permettre son identification dont dispose ou auxquels peut avoir accès le responsable du traitement ou toute autre personne. Les personnes dont les données personnelles font l objet d un traitement bénéficient notamment d un droit d accès à la totalité des données qui le concernent. Toutefois, si le traitement intéresse la 09/10/13 Page 3

6 sûreté de l Etat, la sécurité publique, elles n ont pas un droit d accès direct et doivent s adresser à la Commission nationale de l informatique et des libertés (CNIL). L article 40 de la loi n du 6 janvier 1978 octroie un droit de contestation et de rectification. «Toute personne physique justifiant de son identité peut exiger du responsable d un traitement que soient, selon les cas, rectifiées, complétées, mises à jour, verrouillées ou effacées les données à caractère personnel la concernant, qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées, ou dont la collecte, l utilisation, la communication ou la conservation est interdite.» De plus, «Toute personne physique a le droit de s opposer, pour des motifs légitimes, à ce que des données à caractère personnel la concernant fassent l objet d un traitement.» ( article 38 de la loi du 6 janvier 1978). Le fait de ne pas respecter le droit d opposition est une infraction pénale prévue à l article du code pénal et est puni de cinq ans d emprisonnement et de euros d amende. Les responsables des traitements ont quant à eux certaines obligations à respecter. Ils doivent le plus souvent obtenir le consentement des personnes concernées, celles-ci doivent être informées de l identité du responsable du traitement, de la destination des données, de leur finalité, des droits que la loi leur accorde. La loi condamne pénalement la collecte déloyale, frauduleuse ou illicite d informations nominatives. De plus, il est interdit de collecter certaines données, notamment celles «qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle de celles-ci». Les responsables ont des procédures de déclaration ou d autorisation à faire auprès de la CNIL. Celle-ci vérifie que la loi est respectée et accorde ou non les autorisations demandées. Elle s attarde particulièrement sur la finalité des traitements, les destinataires visés et les précautions mises en œuvre pour préserver l intégrité des données. La CNIL a des pouvoirs de sanction, elle peut prononcer un avertissement à l égard du responsable d un traitement qui ne respecte pas les obligations découlant de la loi. Elle peut également mettre en demeure ce responsable de faire cesser le manquement constaté dans un délai qu elle fixe. A défaut de réaction de la part du responsable, la CNIL peut prononcer des sanctions comme une sanction pécuniaire, le verrouillage de certaines données ou l interruption de la mise en œuvre du traitement pour une certaine durée. Le code pénal réprime les atteintes aux droits de la personne résultant des fichiers ou des traitements informatiques dans ses articles à Le code pénal réprime notamment toute mise en œuvre de traitements automatisés d informations nominatives sans respecter toutes les formalités légales préalables et toute mise en œuvre desdits traitements sans prendre les précautions nécessaires à la préservation de la sécurité des informations nominatives. Aussi, la loi sur la confiance en l économie numérique du 21 juin 2004 «interdit la prospection directe au moyen d un automate d appel, d un télécopieur ou d un courrier électronique utilisant, sous quelque forme que ce soit les coordonnées, d une personne physique qui n a pas exprimé son consentement préalable à recevoir des prospections directes par ce moyen» Le consommateur est donc protégé contre les communications commerciales non sollicitées. 09/10/13 Page 4

7 Malgré ces dispositions, la sécurité dépend beaucoup du comportement des consommateurs. Il est fait appel à leur vigilance. En France, vu l augmentation des attaques, le Forum des droits sur l Internet a rappelé des conseils de vigilance aux internautes : 1/ ne jamais communiquer des données sensibles (numéro de carte bancaire, identifiants personnels) en cliquant sur un lien envoyé par courrier électronique ; 2/ toujours vérifier, dans la barre d adresse du navigateur, l adresse du site internet avant de saisir les informations demandées ; 3/ toujours partir de la page d accueil d un site pour accéder aux autres pages, notamment celles où sont demandées des identifiants ; 4/ lors de la consultation de sites sécurisés (sites bancaires, par exemple), s assurer de l activation du cryptage des données (l adresse du site doit commencer par https et non par http) 5/ en cas de doute, prendre contact directement avec l entreprise concernée (votre banque, votre fournisseur d accès à l internet, etc.) pour lui signaler le message suspect. 09/10/13 Page 5

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL Hélène Lebon Avocat Associé PROGRAMME Champ d application de la loi I&L Principales obligations imposées par la loi Informatique et libertés Pouvoirs

Plus en détail

CRISTALLIN KIT D INFORMATION INFORMATIQUE ET LIBERTES A DESTINATION DES OPTICIENS

CRISTALLIN KIT D INFORMATION INFORMATIQUE ET LIBERTES A DESTINATION DES OPTICIENS CRISTALLIN KIT D INFORMATION INFORMATIQUE ET LIBERTES A DESTINATION DES OPTICIENS 19 06 2012 SOMMAIRE 1. Préambule 3 2. Réaliser les formalités préalables adéquates 3 3. Informer vos clients 3 4. Obtenir

Plus en détail

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité Bien comprendre Objectifs Le contexte technique d une transaction

Plus en détail

LE PAIEMENT EN LIGNE :

LE PAIEMENT EN LIGNE : Les Mardis de l ADIJ Maison du barreau le 4 juillet 2006 LE PAIEMENT EN LIGNE : L état du droit face à la technique Cathie-Rosalie JOLY Docteur en droit avocat Directrice du site d information juridique

Plus en détail

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Les données personnelles (ou nominatives) sont les informations

Plus en détail

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles Savoir protéger vos données personnelles dans le monde d aujourd hui est primordial. Sachez que la loi vous offre des droits spécifiques que

Plus en détail

Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Intervenant : Antonio DA CUNHA

Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Intervenant : Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Intervenant : Antonio DA CUNHA CCI de Bordeaux Echangeur Bordeaux Aquitaine Atelier du Lundi 23 mars 2009 Vendre en ligne en toute sécurité Sommaire Zoom sur

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales déontologie Code de déontologie sur les bases de données comportementales 1 Code de déontologie sur les bases de données comportementales Préambule Les bases de données comportementales constituées principalement

Plus en détail

Guide pratique «Comment déclarer»

Guide pratique «Comment déclarer» Guide pratique «Comment déclarer» Édition avril 2005 Pages n MODE D EMPLOI...2 DÉCLARATION SIMPLIFIÉE...3 DÉCLARATION NORMALE...4 ANNEXES...6 www.cnil.fr rubrique Déclarer MODE D EMPLOI C est le responsable

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION PAR LES RESIDENTS DES MOYENS ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE LA C.i.u.P

CHARTE D UTILISATION PAR LES RESIDENTS DES MOYENS ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE LA C.i.u.P CHARTE D UTILISATION PAR LES RESIDENTS DES MOYENS ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE LA C.i.u.P «L informatique doit être au service de chaque citoyen. Elle ne doit porter atteinte, ni à l identité humaine,

Plus en détail

OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation

OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation L OPAC 36 propose sur son site internet www.opac36.fr un espace locataire avec différents services destinés à simplifier les démarches liées à ses activités

Plus en détail

I. Conditions d abonnement en ligne

I. Conditions d abonnement en ligne CONDITIONS GENERALES D ABONNEMENT EN LIGNE ET D UTILISATION DU SITE I. Conditions d abonnement en ligne Pour souscrire en ligne un abonnement au service public de distribution d eau opéré par la Société

Plus en détail

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL L important développement à l international du groupe OVH et de ses filiales, conduit à l adoption des présentes règles internes en matière

Plus en détail

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés LES OUTILS Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés SEPTEMBRE 2011 QUE FAUT-IL DÉCLARER? Tous les fichiers informatiques contenant des données à caractère personnel sont soumis à la Loi Informatique

Plus en détail

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers La Cnil et le Chu de Poitiers 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers 1 La Cnil et le CHU de Poitiers Sommaire La Loi «Informatique et Libertés» La CNIL Les Mots clés Les

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS VENDUS

CARACTÉRISTIQUES DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS VENDUS Modifiées le 04/10/2014 Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues d une part, par le site www.courscapesthetique.fr immatriculé sous le numéro 512427923 le vendeur, dont le siège

Plus en détail

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56)

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) Pack de conformité - Assurance 14 FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) LES TRAITEMENTS DE DONNÉES PERSONNELLES AU REGARD DE LA LOI I&L Finalités

Plus en détail

Le droit d opposition à être sollicité

Le droit d opposition à être sollicité Le droit d opposition à être sollicité Comment en informer les personnes? Quand leur permettre de l exercer? Etienne Drouard Avocat à la Cour edrouard@morganlewis.com 01 53 30 43 00-06 07 83 33 81 Morgan,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS SECURITE INTERNET BANKING TRANSACTIONNEL

RECOMMANDATIONS SECURITE INTERNET BANKING TRANSACTIONNEL RECOMMANDATIONS SECURITE INTERNET BANKING TRANSACTIONNEL Cette page doit fournir aux clients toutes les informations concernant la sécurité du site d internet banking transactionnel, en particulier les

Plus en détail

Informations Sécurité

Informations Sécurité Bonnes pratiques Informations Sécurité La sécurité informatique désigne un ensemble de techniques et de bonnes pratiques pour protéger vos ordinateurs et vos intérêts dans l usage des moyens informatiques,

Plus en détail

Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur

Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur Le contexte 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur La sécurité du système Cartes Bancaires a fait l objet en 2000 et en 2001 d une concertation au sein d un groupe de travail du Conseil

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE EXTRANET. Table des matières

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE EXTRANET. Table des matières CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE EXTRANET Table des matières 1. PRÉAMBULE... 2 2. DOCUMENTS... 2 3 OBJET... 2 4. ENTREE EN VIGUEUR- OPPOSABILITE-DUREE... 2 5. INSCRIPTION AU SERVICE EXTRANET...

Plus en détail

Se conformer à la Loi Informatique et Libertés

Se conformer à la Loi Informatique et Libertés Se conformer à la Loi Informatique et Libertés Le cadre législatif Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés modifiée par la loi du 6 août 2004 dite loi Informatique

Plus en détail

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire 1 Loi Informatique et Libertés La loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004 définit les principes à respecter lors

Plus en détail

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL FICHIERS INFORMATISES ET CNIL 17/11/2011 L intérêt actuel pour les entreprises de recueillir des informations précises sur leur clientèle potentielle n est plus à démontrer. Le «profiling» joue un rôle

Plus en détail

Les données à caractère personnel

Les données à caractère personnel Les données à caractère personnel Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertésrefondue par la loi du 6 août 2004, prenant en compte les directives 95/46/CE du Parlement

Plus en détail

Ces conditions de vente prévaudront sur toutes autres conditions générales ou particulières non expressément agréées par SUD LOGICIEL GESTION.

Ces conditions de vente prévaudront sur toutes autres conditions générales ou particulières non expressément agréées par SUD LOGICIEL GESTION. Conditions générales de vente de SUD LOGICIEL GESTION Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SUD LOGICIEL GESTION. au capital de 3000 euro dont le siège social est à

Plus en détail

OPH PARIS HABITAT/ EXTRANET LOCATAIRES 06 06 2011 CONDITIONS GENERALE D UTILISATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE 3 2. DEFINITIONS 3 3.

OPH PARIS HABITAT/ EXTRANET LOCATAIRES 06 06 2011 CONDITIONS GENERALE D UTILISATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE 3 2. DEFINITIONS 3 3. CONDITIONS GENERALE D UTILISATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE 3 2. DEFINITIONS 3 3. DOCUMENTS 4 4. OBJET 4 5. ENTREE EN VIGUEUR- OPPOSABILITE-DUREE 5 6. INSCRIPTION AU SERVICE EXTRANET 5 7. ACCES AU

Plus en détail

Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte thawte thawte thawte thawte

Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte thawte thawte thawte thawte Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte UN GUIDE ÉTAPE PAR ÉTAPE, pour tester, acheter et utiliser un certificat numérique

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE BANQUE EN LIGNE ECOBANK

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE BANQUE EN LIGNE ECOBANK CONDITIONS GENERALES DU SERVICE BANQUE EN LIGNE ECOBANK 1. OBJET Les présentes conditions générales fixent les modalités d accès et de fonctionnement du service de banque en ligne fourni par ECOBANK (le

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CARTE RECOMPENSES

REGLEMENT DE LA CARTE RECOMPENSES REGLEMENT DE LA CARTE RECOMPENSES La société M & C, SARL au capital de 50.000 euros, dont le siège social est à SAINT JULIEN EN GENEVOIS Cedex (74162) 300 rue Louis Rustin - Archamps, 449 468 693 RCS THONON-LES-BAINS,

Plus en détail

LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - DERNIERE MAJ DU 17/03/2011

LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - DERNIERE MAJ DU 17/03/2011 LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - DERNIERE MAJ DU 17/03/2011 Article 1 Le vendeur ATELIER DU CAVIAR 91 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris contact@atelierducaviar.fr 508 580 073 R.C.S CNIL : n 1486517

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés

Commission nationale de l informatique et des libertés 1 Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération no 2012-209 du 21 juin 2012 portant création d une norme simplifiée concernant les traitements automatisés de données à caractère personnel

Plus en détail

Réaliser des achats en ligne

Réaliser des achats en ligne 2 décembre 2013 p 1 Réaliser des achats en ligne La période de Noël approche. Vous avez peut-être envie d effectuer des achats sur internet, mais vous n osez pas, de peur qu on vous vole vos informations

Plus en détail

Contrat d adhésion au service de fichier centralisé d incidents de paiement du symev

Contrat d adhésion au service de fichier centralisé d incidents de paiement du symev Modèle 1 Contrat d adhésion au service de fichier centralisé d incidents de paiement du symev ACCORD en date du. (ci-après dénommée «Date d effet») entre les soussignés : ENTRE LES SOUSSIGNES : Syndicat

Plus en détail

www.lesclesdelabanque.com 9 RÉFLEXES SÉCURITÉ

www.lesclesdelabanque.com 9 RÉFLEXES SÉCURITÉ JUIN 2015 Guide élaboré avec CARTE BANCAIRE www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent 9 RÉFLEXES SÉCURITÉ N 5 LES GUIDES SÉCURITÉ BANCAIRE Guide élaboré avec le Groupement

Plus en détail

JE MONTE UN SITE INTERNET

JE MONTE UN SITE INTERNET JE MONTE UN SITE INTERNET GUIDE PRATIQUE C O M M I S S I O N N A T I O N A L E D E L I N F O R M A T I Q U E E T D E S L I B E R T E S Janvier 2006 JE MONTE UN SITE INTERNET Le monde virtuel auquel vous

Plus en détail

INFORMATIQUE ET LIBERTES

INFORMATIQUE ET LIBERTES INFORMATIQUE ET LIBERTES MARCIN SKUBISZEWSKI skubi@skubi.net http://www.skubi.net c Marcin Skubiszewski Informatique et libertés 1 INFORMATIQUE ET LIBERTES De quoi parlons-nous? de données nominatives

Plus en détail

Faire ses achats en ligne en toute sécurité. Avril 2013

Faire ses achats en ligne en toute sécurité. Avril 2013 Faire ses achats en ligne en toute sécurité Avril 2013 SOMMAIRE Introduction : avant l achat Les questions à se poser avant l achat Se renseigner sur le vendeur Le produit Le panier La livraison Le paiement

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne

Conditions générales de vente en ligne Conditions générales de vente en ligne SAROFOT Impertinent.ph Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SAROFOT Impertinent. au capital de 11433,67 euro dont le siège social

Plus en détail

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire.

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Glossaire Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Agrégat monétaire Un agrégat monétaire est un indicateur statistique qui reflète

Plus en détail

Politique de Protection de la Vie Privée

Politique de Protection de la Vie Privée Politique de Protection de la Vie Privée Décembre 2013 Champ d application: La présente Politique de Protection de la Vie Privée s applique chaque fois que vous utilisez les services d accès à internet

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente ARTICLE 1 : DISPOSITIONS GENERALES 1. Les présentes Conditions Générales de Ventes s appliquent aux réservations individuelles égales ou inférieures à 5 chambres, faites en

Plus en détail

Rencontres Régionales de la CNIL. Atelier thématique RESSOURCES HUMAINES

Rencontres Régionales de la CNIL. Atelier thématique RESSOURCES HUMAINES Rencontres Régionales de la CNIL Atelier thématique RESSOURCES HUMAINES Sophie Vulliet-Tavernier, directrice des affaires juridiques Programme Gestion des ressources humaines Cybersurveillance sur les

Plus en détail

La loi relative au commerce électronique

La loi relative au commerce électronique La loi relative au commerce électronique 1. Généralités L'objectif de la loi du 14 août 2000 relative au commerce électronique telle que modifiée est d'instituer au Grand-Duché de Luxembourg un cadre légal

Plus en détail

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Souad El Kohen-Sbata Membre de la CNDP de développement -CGEM- Cadre Juridique de la protection des données personnelles au Maroc: Plan

Plus en détail

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire 1 Loi Informatique et Libertés La loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004 définit les principes à respecter lors

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales ADHESION AUX SYSTEMES DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES Conditions Générales BANQUE DE SAVOIE SOMMAIRE : ADHESION AU SYSTEME RESEAU CB A AUTOMATE Chapitre A-1 : Condition Générales d adhésion au système

Plus en détail

Newsletter juridique n 18

Newsletter juridique n 18 Newsletter juridique n 18 31 janvier 2011 Charte Informatique Courrier électronique Licenciement Cnil Publicité digitale Usurpation d identité COLLIN AVOCATS 1 PENSER A LA MISE A JOUR DES CHARTES INFORMATIQUES

Plus en détail

Club Lagoon. Conditions Générales d Utilisation

Club Lagoon. Conditions Générales d Utilisation Club Lagoon Conditions Générales d Utilisation Préambule Le site internet «www.club-lagoon.com» est la propriété de CNB (Construction Navale Bordeaux) société par actions simplifiée au capital de 3.487

Plus en détail

Conditions générales de vente e-commerce. www.vulture.fr

Conditions générales de vente e-commerce. www.vulture.fr Conditions générales de vente e-commerce 1. Objet www.vulture.fr Le présent contrat a pour objet de définir les conditions générales de vente des produits et services proposés par le site www.vulture.fr

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS MISES A JOUR AU 1 ER JANVIER 2015 Europa Organisation SA («EUROPA») : Société spécialisée dans l organisation d évènements (congrès / salons

Plus en détail

commerce électronique

commerce électronique Chapitre IV: La sécurité en commerce électronique Sommaire A. Sécurité informatique et réseau B. La signature électronique C. Les certificats électroniques E. Les techniques de sécurisation adaptées au

Plus en détail

Conditions générales de vente - Billetterie en ligne

Conditions générales de vente - Billetterie en ligne Conditions générales de vente - Billetterie en ligne Les présentes Conditions Générales de Vente (CGV) ont pour objet de définir les droits et obligations des parties dans le cadre de la vente en ligne

Plus en détail

I- DÉFINITION DU CHÈQUE

I- DÉFINITION DU CHÈQUE I- DÉFINITION DU CHÈQUE II- UTILISATION ET CONDITION DE FORME DU CHÈQUE - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE PAIEMENT - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE RETRAIT - LA PROVISION DU CHÈQUE III- ENCAISSEMENT DU CHÈQUE - PAIEMENT

Plus en détail

Management et Productivité des TIC

Management et Productivité des TIC Module D02 Management et Productivité des TIC Paiement électronique et sécurisation des échanges 0 - Introduction 1 - Etat des lieux 2 - Plan technique, la sécurité transactionnelle 3 - Aspect juridique

Plus en détail

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS Le Crédit Municipal de Toulon est un établissement public de crédit et d aide sociale régit par les articles L 514-1 et suivants du code monétaire et financier dont le siège social est sis à Toulon, 10

Plus en détail

et développement d applications informatiques

et développement d applications informatiques Protection des données personnelles et développement d applications informatiques Agnès Laplaige, CIL de l'ecole Polytechnique avril 2011 Thèmes I&L Informatique et Libertés Protection de la vie privée

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET «INCHALLAH.COM» Novembre 2014

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET «INCHALLAH.COM» Novembre 2014 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET «INCHALLAH.COM» Novembre 2014 La société CAJIS FRANCE, société par actions simplifiée au capital de 20.000 euros immatriculée au RCS de Nanterre sous

Plus en détail

Conditions générales de vente OPHOS SYSTEM Hébergement Mutualisé version 1.1 11 janvier 2007

Conditions générales de vente OPHOS SYSTEM Hébergement Mutualisé version 1.1 11 janvier 2007 Conditions générales de vente OPHOS SYSTEM Hébergement Mutualisé version 1.1 11 janvier 2007 CGV «exclusivement» pour nos offres et services d hébergements mutualisés. Ophos System société à responsabilité

Plus en détail

GUIDE LA PUB SI JE VEUX!

GUIDE LA PUB SI JE VEUX! GUIDE LA PUB SI JE VEUX! Édition 2011 Sommaire Avant-propos Ce que vous devez savoir Vos droits Comment éviter de recevoir des publicités? La prospection commerciale par courrier électronique, télécopie

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le CONDITIONS GENERALES DE VENTE PREAMBULE La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le Chaintreau 44190 GORGES, immatriculée au RCS de NANTES sous le numéro

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU «QUIZ Marmotte gran fondo»

REGLEMENT DU JEU «QUIZ Marmotte gran fondo» REGLEMENT DU JEU «QUIZ Marmotte gran fondo» Article 1 : SOCIETE ORGANISATRICE La société KAPHY (boutique Cycles et Sports localisée Place du Docteur Faure, 38520 Bourg d Oisans, FRANCE, Siret : 38773100300068)

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Universign Universign Version: 1.2 DIFFUSION PUBLIQUE Les présentes conditions de vente s appliquent entre d une part la société Cryptolog International au capital de 275

Plus en détail

LES TRANSFERTS DE DONNéES. à caractère personnel

LES TRANSFERTS DE DONNéES. à caractère personnel LES TRANSFERTS DE DONNéES à caractère personnel Règles relatives aux données personnelles Règles relatives aux transferts Transfert vers un pays homologué par l UE Transfert vers les Etas-Unis Transfert

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE DE LA COMMUNICATION DIRECTE ELECTRONIQUE

CODE DE DEONTOLOGIE DE LA COMMUNICATION DIRECTE ELECTRONIQUE CODE DE DEONTOLOGIE DE LA COMMUNICATION DIRECTE ELECTRONIQUE Avis conforme de la CNIL le 22 mars 2005 Mars 2005 Syndicat National de la Communication Directe 44, rue d Alésia 75682 Paris Cedex 14 Tel :

Plus en détail

SOGEB@SE. Foire aux Questions

SOGEB@SE. Foire aux Questions SOGEB@SE Foire aux Questions Sommaire 1. Présentation... 4 Que pouvez-vous faire avec Sogeb@se?... 4 En tant que professionnel, pouvez-vous accéder à Sogeb@se?... 4 Comment souscrire à Sogeb@se?... 4 2.

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne PARCUB - Avril 2012

Conditions générales de vente en ligne PARCUB - Avril 2012 Table des matières Article 1 Définitions...2 Article 2 Objet...2 Article 3 Capacité...2 Article 4 - Description des Services proposés sur le Site...3 Article 4.1 Caractéristiques des Services proposés...3

Plus en détail

Commerce et échanges électroniques

Commerce et échanges électroniques Commerce et échanges électroniques Loi n 2000-83 du 9 août 2000, relative aux échanges et commerce électroniques Au nom du peuple, La chambre des députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue

Plus en détail

CHARTE DU SYSTEME D INFORMATION

CHARTE DU SYSTEME D INFORMATION CHARTE DU SYSTEME D INFORMATION SOMMAIRE Domaine D APPLICATION... 4 Objet de la Charte 4 Définitions 4 Les personnes concernées 5 Les ressources matérielles 5 Les habilitations 5 Respect des lois et de

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU PROMOTIONNEL STARPASS

REGLEMENT DU JEU PROMOTIONNEL STARPASS REGLEMENT DU JEU PROMOTIONNEL STARPASS ARTICLE 1 - GENERALITES 1.1 La société BD MULTIMEDIA SA au capital de 4.552.076 Euros, enregistrée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le numéro

Plus en détail

_ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _

_ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _ _ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _ Appel à votre sens des responsabilités Rappel des Quatre Niveaux de Vérifications Lois Contre l'usurpation et la Falsification d'identité Prévention

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon La présente charte a pour but : de définir les termes relatifs à la diffusion d informations sur l internet

Plus en détail

Installation d un certificat de serveur

Installation d un certificat de serveur Installation d un certificat de serveur Rédacteur : Eric Drezet Administrateur réseau CNRS-CRHEA 06/2004 But du papier : Installer un certificat de serveur en vue de sécuriser l accès au Web Mail avec

Plus en détail

Le réseau @ARCHI.FR CHARTE DE BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES DU RESEAU @ARCHI.FR

Le réseau @ARCHI.FR CHARTE DE BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES DU RESEAU @ARCHI.FR Le réseau @ARCHI.FR CHARTE DE BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES DU 1 DOMAINE D APPLICATION En adhérant au réseau RENATER, l école d architecture s est engagée à respecter une charte d usage et de

Plus en détail

ACCOR FAVORITE GUEST BUSINESS CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ACCOR FAVORITE GUEST BUSINESS CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ACCOR FAVORITE GUEST BUSINESS CONDITIONS GENERALES D UTILISATION 1. CARACTÉRISTIQUES DU PROGRAMME Le Programme d abonnement Accor Favorite Guest Business (le Programme) proposé par PROFID SAS (le Gestionnaire

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE BILLETS EN LIGNE PAR «LES PETITS BILLETS»

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE BILLETS EN LIGNE PAR «LES PETITS BILLETS» CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE BILLETS EN LIGNE PAR «LES PETITS BILLETS» Préambule Les présentes Conditions Générales de Ventes du Service de LES PETITS BILLETS (Ci-après les «CGV») visent à définir

Plus en détail

Paiements, les paiements échelonnés, le calcul des intérêts et la facturation mensuelle

Paiements, les paiements échelonnés, le calcul des intérêts et la facturation mensuelle Questions & réponses fréquentes Questions générales La Cumulus-MasterCard est gratuite: Qu est-ce que cela signifie exactement? Où puis-je collecter des points Cumulus dans le monde avec ma Cumulus-MasterCard?

Plus en détail

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application Extrait du Bulletin Officiel du Maroc n 5584 25 Kaada 1428 (6.12.2007) version française Dahir n 1-07-155 du 19 kaada 1428 (30 novembre 200 7) portant promulgation de la loi n 27-06 relative aux activités

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les présentes conditions générales de vente régissent les relations entre la société Brico Dépôt au capital de 29 735 500 euros, S.A.S.U. dont le siège social est situé 30

Plus en détail

14.1. Paiements et achats en ligne

14.1. Paiements et achats en ligne Chapitre 14 Sécurité et Internet Si Internet vous permet de vous connecter et d accéder à des services et des sites du monde entier, il est important aussi de comprendre qu une fois connecté au Web votre

Plus en détail

Secure e-mail de la Suva

Secure e-mail de la Suva Secure e-mail de la Suva Brochure à l intention des cadres et des responsables informatiques SEM_Informationsbroschuere_06-2013_fr / WasWoShop: 2979/1.F 1 Sommaire Secure e-mail de la Suva en bref 3 Problèmes

Plus en détail

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ;

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ; DÉLIBÉRATION N 03-034 DU 19 JUIN 2003 PORTANT ADOPTION D'UNE RECOMMANDATION RELATIVE AU STOCKAGE ET À L UTILISATION DU NUMÉRO DE CARTE BANCAIRE DANS LE SECTEUR DE LA VENTE À DISTANCE La Commission nationale

Plus en détail

Service de certificat

Service de certificat Service de certificat Table des matières 1 Introduction...2 2 Mise en place d une autorité de certification...3 2.1 Introduction...3 2.2 Installer le service de certificat...4 3 Sécuriser un site web avec

Plus en détail

COMMUNICATION POLITIQUE ObligationS légales

COMMUNICATION POLITIQUE ObligationS légales COMMUNICATION POLITIQUE ObligationS légales et BONNES PRATIQUES Édition Janvier 2012 Sommaire AVANT-PROPOS 2 I Le cadre général de la protection des données personnelles 3 les cinq principes clefs à respecter

Plus en détail

Inconvénient les micro paiements (très faibles montants) ne sont pas toujours possibles.

Inconvénient les micro paiements (très faibles montants) ne sont pas toujours possibles. Payer sur Internet en toute sécurité On peut tout acheter dans l immense galerie marchande planétaire qu est Internet. 2 français sur 5 achètent désormais en ligne. Mais qu en est-il des moyens de paiement

Plus en détail

PROGRAMME Acheter en ligne Défendre ses droits Payer ses achats Attention aux offres mirifiques

PROGRAMME Acheter en ligne Défendre ses droits Payer ses achats Attention aux offres mirifiques 1 PROGRAMME Acheter en ligne À qui? Quoi? Comment? Les plus et les moins de l achat en ligne Défendre ses droits Les précautions à prendre Les recours Payer ses achats La carte bancaire Les autres systèmes

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR AVERTI

GUIDE DE L'UTILISATEUR AVERTI GUIDE DE L'UTILISATEUR AVERTI SOMMAIRE MAILS FRAUDULEUX FRAUDE A LA CARTE BANCAIRE ACHETER SUR INTERNET LES BON REFELEXES Ce que dit la loi 1/ Au titre de l'escroquerie Article L313-1 du Code Pénal «L

Plus en détail

Les paiements sur l internet. Deuxième rapport de l Observatoire de la Cyber-Consommation

Les paiements sur l internet. Deuxième rapport de l Observatoire de la Cyber-Consommation Les paiements sur l internet Deuxième rapport de l Observatoire de la Cyber-Consommation 19 mai 1 2005 Sommaire Introduction... 3 I Le paiement par carte bancaire sur l internet : de multiples procédés

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

RÈGLEMENT JEU «QUIZ PARIS 1900»

RÈGLEMENT JEU «QUIZ PARIS 1900» RÈGLEMENT JEU «QUIZ PARIS 1900» ARTICLE 1 Présentation de la société organisatrice La Société d Exploitation de la Tour Eiffel (S.E.T.E), ci-après dénommée la «Société Organisatrice», SAEML au capital

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES.

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. DQ- Version 1 SSR Saint-Christophe CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. I] INTRODUCTION L emploi des nouvelles technologies nécessite l application

Plus en détail

JURIDIQUE - Loi informatique et liberté (6 janvier 1978)

JURIDIQUE - Loi informatique et liberté (6 janvier 1978) FICHE PRATIQUE JURIDIQUE - Loi informatique et liberté (6 janvier 1978) DROIT La loi Droits des personnes liés à la saisie de données personnelles Obligations des sociétés qui constituent des fichiers

Plus en détail

Conditions d utilisation de Sobflous.tn

Conditions d utilisation de Sobflous.tn Conditions d utilisation de Sobflous.tn Généralité La disposition des services tout au long du site sobflous.tn est sujette à votre acceptation de l accord. En remplissant le formulaire d inscription,

Plus en détail

Cible de sécurité CSPN

Cible de sécurité CSPN Cible de sécurité CSPN ClearBUS Application cliente pour la communication sécurisée Version 1.12 Le 25/11/2011 Identifiant : CBUS-CS-1.12-20111125 contact@clearbus.fr tel : +33(0)485.029.634 Version 1.12

Plus en détail