SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET"

Transcription

1 SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET Murielle Cahen. «Sécurité du commerce sur internet». In : Avocat on line [En ligne]. (consulté le 7/10/2013)

2 Table des matières 1)La signature électronique...1 2)Sécurité des paiements en ligne...2 3)Protection des consommateurs...3

3 L arrivée d internet a permis la mise en place du commerce en ligne, cependant, beaucoup d internautes ne se sont pas risqués à acheter en ligne, particulièrement à cause du paiement en ligne. Il a alors fallu sécuriser le commerce en ligne afin de faciliter les achats sur la toile. Mais comment le commerce sur internet a-t-il été sécurisé? Sécurité des échanges, confidentialité, authenticité sont les garanties exigées dans le commerce électronique. Des dispositions ont donc été prises pour protéger au maximum les consommateurs et les commerçants contre les usurpations, les non-paiements, toutes les fraudes qui peuvent sévir sur Internet. Ces dispositions concernent plus particulièrement la sécurité des paiements, la protection des consommateurs mais également la signature sécurisée des contrats de commerce électronique. 1) La signature électronique L article du code civil issu de la loi du 13 mars 2000 portant adaptation du droit de la preuve aux technologies de l information et relative à la signature électronique définit la signature électronique comme «l usage d un procédé fiable d identification garantissant son lien avec l acte auquel elle s attache». C est le décret n du 30 mars 2001 qui impose le respect de certaines règles pour obtenir une signature électronique fiable. Son article 2 précise que «la fiabilité d un procédé de signature électronique est présumée jusqu à preuve du contraire lorsque ce procédé met en œuvre une signature électronique sécurisée, établie grâce à un dispositif sécurisé de création de signature électronique et que la vérification de cette signature repose sur l utilisation d un certificat électronique». Il faut donc une signature électronique sécurisée. Pour cela, le décret exige notamment que le dispositif de création de la signature soit conforme à certaines exigences et que le matériel utilisé soit certifié. En effet, le dispositif de création de la signature doit garantir que les données de création de signature électronique sont protégées à la fois contre les falsifications, contre toute utilisation par un tiers, contre toute altération et que leur confidentialité est assurée. De plus, le dispositif doit avoir été certifié conforme à ces exigences soit par le Premier ministre dans les conditions prévues par le décret n du 18 avril 2002, soit par un organisme désigné à cet effet par un Etat membre de la Communauté européenne. ( article 3 du décret du 30 mars 2001 ) L évaluation du dispositif de création de signature électronique en vue de sa certification est réalisée par des centres d évaluation agréés par le 1er Ministre. C est le 1er Ministre qui délivre ensuite lui-même le certificat. L ensemble est placé sous la coordination des Services du Premier Ministre chargés de la sécurité et des systèmes d information (SCSSI). De plus, il faut recourir à un certificat électronique qualifié et délivré par un prestataire de service de qualification lui-même qualifié. Un certificat électronique ne sera considéré comme qualifié que s il respecte les conditions de l article 6 du décret du 30 mars 2001, il doit comporter un certain nombre d éléments et être délivré par un prestataire de service de qualification satisfaisant à certaines exigences. Il est prévu que pour être qualifié, le certificat doit comporter mention indiquant que le certificat est délivré à titre de certificat qualifié, il faut qu il contienne l identification du prestataire et son pays, le nom ou pseudonyme du signataire et éventuellement sa qualité, les données permettant la vérification de la signature, la durée de validité du certificat, son code d identité, la signature électronique du certificateur, ainsi que les limites quant à l utilisation de ce certificat. 09/10/13 Page 1

4 S agissant des prestataires de service de certification qui délivrent ces certificats qualifiés, ils doivent prouver leur fiabilité, et notamment faire appel à du personnel compétent et à des produits sécurisés. Ils se doivent de vérifier l identité et la qualité des personnes auxquelles ils délivrent des certificats. Ils sont censés disposer de ressources financières adéquates, lutter contre la contrefaçon des certificats, enregistrer les données pertinentes Il est même prévu que les prestataires de service de certification qui satisfont aux exigences fixées à l article 6 peuvent être demandés à être reconnus comme qualifiés. Il s agit d une accréditation. L accréditation permet une présomption de qualification des certificats car dés lors que les prestataires de certification sont qualifiés, les certificats qu ils délivrent sont présumés qualifiés et donc la signature électronique bénéficie d une présomption de fiabilité. Si l écrit électronique répond à toutes ces prescriptions, il fera pleine foi. En effet, l écrit signé électroniquement et de manière présumée fiable a la même valeur que l écrit signé de façon manuscrite Ce certificat ainsi qualifié établit un lien entre une personne physique ou morale dûment identifiée et une paire de clés asymétriques ( privée ou publique). On utilise en effet un procédé cryptographique pour garantir l authenticité du document et l identité du signataire. Actuellement seule une signature électronique basée sur la cryptographie asymétrique permet à une partie de se prévaloir de la présomption de fiabilité posée par l article al. 2 du code civil. Une cryptographie asymétrique est une cryptographie qui n'utilise pas les mêmes clés pour crypter et pour décrypter un message. On parle de système à clé publique/ clé privée. Son utilisation permet au destinataire du message de s assurer de l intégrité du message. 2) Sécurité des paiements en ligne Aujourd hui le moyen de paiement le plus largement utilisé pour les achats en ligne est la carte bancaire avec plus de 80 % des paiements. Le moyen le plus répandu est l utilisation de la carte bancaire avec transmission du numéro de carte sur le réseau, en utilisant le chiffrement SSL (secure socket layer) développé par Nescape en Les informations communiquées ( numéro de carte, date d expiration ) ne sont pas divulguées au commerçant, c est uniquement la banque qui dispose de ces informations. Le protocole SSL crypte les données suivant deux clés de 128 bits. L interception du numéro devient donc impossible. D autres moyens de paiement sécurisés existent comme : - Le protocole SET qui permet l'authentification de toutes les parties grâce à l'échange de signatures électroniques. Il protége les données transmises par le client lors de la transaction et empêche l'envoi des données bancaires confidentielles au logiciel marchand du commerçant. La carte bleue virtuelle ou la e-carte bleue : la banque attribue à son client un numéro de carte à usage unique, cela évite la circulation du numéro de la carte bancaire. Le chèque virtuel : chaque chèque est affecté d un numéro à usage unique avec un système d identification électronique, il est même dorénavant possible de créer ses propres chèques sur son ordinateur (Netchex) en mettant au préalable en place un système de sécurité. Le dispositif Sympass : la société Sympass a développé un système utilisant à la fois le clavier de l ordinateur et le clavier du téléphone. En effet, pour payer, l internaute va saisir les huit premiers chiffres de sa carte bancaire ainsi qu un numéro de téléphone, il va alors recevoir un appel téléphonique et devra saisir les huit derniers chiffres de sa carte sur le clavier du téléphone. Les fraudeurs ne désirant pas faire connaître leur numéro de téléphone, la fraude est inexistante dans 09/10/13 Page 2

5 ce système. La solution ID tronic de la caisse d épargne : ce système permet d acheter avec une carte bancaire sans en donner le numéro. Il faut, au préalable s inscrire au service en envoyant ses coordonnées, son numéro de portable et un RIB. Lors du paiement, le client entrera un code fourni ou son adresse de messagerie électronique, il recevra alors un sms sur son téléphone sur lequel figurera un mot de passe. Il devra alors saisir le mot de passe sur l écran de paiement en ligne, le paiement sera alors confirmé et l identité de l acheteur authentifiée. Le cash back : ce système permet au consommateur de gagner de l argent. En effet, l internaute se verra soit reversé une partie du montant payé, soit une somme sera mise à sa disposition pour l achat de biens et services sur des sites partenaires. En est un exemple le ebuyclub, un certain nombre de sites cybermarchands sont partenaires et pour tout achat effectué sur un de ces sites, une partie du montant variant entre 1 et 15 % est reversé au consommateur. Il est même possible que les internautes créent des équipes et chaque achat d un membre de l équipe rapporte de l argent. Le porte monnaie électronique : Le porte-monnaie électronique consiste en une carte de paiement prépayée, c est-à dire sur laquelle une certaine somme d argent a été chargée, permettant le règlement d une multitude de services (" plate-forme "). Une réserve financière sera donc " stockée " sur le microprocesseur de la carte. Le système Paynova permet au consommateur d utiliser un porte-monnaie virtuel sur différends sites Internet Il doit donner ses coordonnées dont son adresse de messagerie et crédite son portemonnaie grâce à sa carte bancaire. Il peut ensuite faire ses achats en ligne. Il existe aussi le porte-monnaie électronique post payé : click&buy, l internaute fait ses achats puis est débité une fois par mois du total de ses dépenses. 3) Protection des consommateurs En cas de fraude à la carte bancaire, le porteur peut obtenir le remboursement des débits frauduleux et des frais occasionnés en s'adressant auprès de sa banque. Le consommateur doit contester, par écrit, le prélèvement auprès de sa banque, dans le délai de 70 jours qui suit l opération, voire 120 jours si le contrat le liant à celle-ci le prévoit. La banque sera ensuite tenue de procéder au crédit du compte dans un délai d un mois qui suit la réception de la contestation. Le code monétaire et financier prévoit en effet dans ses articles L et L que «La responsabilité du titulaire d'une carte n'est pas engagée si le paiement contesté a été effectué frauduleusement, à distance, sans utilisation physique de sa carte.» et que «le délai légal pendant lequel le titulaire d'une carte de paiement ou de retrait a la possibilité de déposer une réclamation est fixé à soixante-dix jours à compter de la date de l'opération contestée. Il peut être prolongé contractuellement, sans pouvoir dépasser cent vingt jours à compter de l'opération contestée.» La loi du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés protège le consommateur contre le traitement des données à caractère personnel, c est à dire le traitement de toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres. Pour déterminer si une personne est identifiable, il convient de considérer l ensemble des moyens en vue de permettre son identification dont dispose ou auxquels peut avoir accès le responsable du traitement ou toute autre personne. Les personnes dont les données personnelles font l objet d un traitement bénéficient notamment d un droit d accès à la totalité des données qui le concernent. Toutefois, si le traitement intéresse la 09/10/13 Page 3

6 sûreté de l Etat, la sécurité publique, elles n ont pas un droit d accès direct et doivent s adresser à la Commission nationale de l informatique et des libertés (CNIL). L article 40 de la loi n du 6 janvier 1978 octroie un droit de contestation et de rectification. «Toute personne physique justifiant de son identité peut exiger du responsable d un traitement que soient, selon les cas, rectifiées, complétées, mises à jour, verrouillées ou effacées les données à caractère personnel la concernant, qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées, ou dont la collecte, l utilisation, la communication ou la conservation est interdite.» De plus, «Toute personne physique a le droit de s opposer, pour des motifs légitimes, à ce que des données à caractère personnel la concernant fassent l objet d un traitement.» ( article 38 de la loi du 6 janvier 1978). Le fait de ne pas respecter le droit d opposition est une infraction pénale prévue à l article du code pénal et est puni de cinq ans d emprisonnement et de euros d amende. Les responsables des traitements ont quant à eux certaines obligations à respecter. Ils doivent le plus souvent obtenir le consentement des personnes concernées, celles-ci doivent être informées de l identité du responsable du traitement, de la destination des données, de leur finalité, des droits que la loi leur accorde. La loi condamne pénalement la collecte déloyale, frauduleuse ou illicite d informations nominatives. De plus, il est interdit de collecter certaines données, notamment celles «qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle de celles-ci». Les responsables ont des procédures de déclaration ou d autorisation à faire auprès de la CNIL. Celle-ci vérifie que la loi est respectée et accorde ou non les autorisations demandées. Elle s attarde particulièrement sur la finalité des traitements, les destinataires visés et les précautions mises en œuvre pour préserver l intégrité des données. La CNIL a des pouvoirs de sanction, elle peut prononcer un avertissement à l égard du responsable d un traitement qui ne respecte pas les obligations découlant de la loi. Elle peut également mettre en demeure ce responsable de faire cesser le manquement constaté dans un délai qu elle fixe. A défaut de réaction de la part du responsable, la CNIL peut prononcer des sanctions comme une sanction pécuniaire, le verrouillage de certaines données ou l interruption de la mise en œuvre du traitement pour une certaine durée. Le code pénal réprime les atteintes aux droits de la personne résultant des fichiers ou des traitements informatiques dans ses articles à Le code pénal réprime notamment toute mise en œuvre de traitements automatisés d informations nominatives sans respecter toutes les formalités légales préalables et toute mise en œuvre desdits traitements sans prendre les précautions nécessaires à la préservation de la sécurité des informations nominatives. Aussi, la loi sur la confiance en l économie numérique du 21 juin 2004 «interdit la prospection directe au moyen d un automate d appel, d un télécopieur ou d un courrier électronique utilisant, sous quelque forme que ce soit les coordonnées, d une personne physique qui n a pas exprimé son consentement préalable à recevoir des prospections directes par ce moyen» Le consommateur est donc protégé contre les communications commerciales non sollicitées. 09/10/13 Page 4

7 Malgré ces dispositions, la sécurité dépend beaucoup du comportement des consommateurs. Il est fait appel à leur vigilance. En France, vu l augmentation des attaques, le Forum des droits sur l Internet a rappelé des conseils de vigilance aux internautes : 1/ ne jamais communiquer des données sensibles (numéro de carte bancaire, identifiants personnels) en cliquant sur un lien envoyé par courrier électronique ; 2/ toujours vérifier, dans la barre d adresse du navigateur, l adresse du site internet avant de saisir les informations demandées ; 3/ toujours partir de la page d accueil d un site pour accéder aux autres pages, notamment celles où sont demandées des identifiants ; 4/ lors de la consultation de sites sécurisés (sites bancaires, par exemple), s assurer de l activation du cryptage des données (l adresse du site doit commencer par https et non par http) 5/ en cas de doute, prendre contact directement avec l entreprise concernée (votre banque, votre fournisseur d accès à l internet, etc.) pour lui signaler le message suspect. 09/10/13 Page 5

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. Echangeur (CCI de Bordeaux) 07 juillet 2009 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. Echangeur (CCI de Bordeaux) 07 juillet 2009 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Echangeur (CCI de Bordeaux) 07 juillet 2009 Vendre en ligne en toute sécurité Sommaire Zoom sur le e-commerce français Connexion des foyers français,

Plus en détail

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire 1 Loi Informatique et Libertés La loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004 définit les principes à respecter lors

Plus en détail

Accès internet personnalisé aux locataires Conditions générales d utilisation

Accès internet personnalisé aux locataires Conditions générales d utilisation Accès internet personnalisé aux locataires Conditions générales d utilisation Les sociétés du Groupe Logement Français (Logement Francilien, Logement Français, Coopération et Famille, Sollar, Logis Familial,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa ARTICLE 1 er DEFINITIONS Candidat : Donnée(s) Utilisateur : Compte Utilisateur : Données personnelles : Entreprise Utilisatrice : Espace Utilisateur

Plus en détail

VENTES A DISTANCE 31/07/2015

VENTES A DISTANCE 31/07/2015 VENTES A DISTANCE 31/07/2015 Aux termes de l article L121-16 du code de la consommation, constitue un "contrat à distance" tout contrat conclu entre un professionnel et un consommateur, dans le cadre d'un

Plus en détail

Internet Charte d'utilisation sur le lieu de travail

Internet Charte d'utilisation sur le lieu de travail Internet Charte d'utilisation sur le lieu de travail Ce document permet de préciser les conditions d'utilisation d'internet dans le respect des droits et libertés de chacun Modèle de charte d utilisation

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa.fr

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa.fr CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa.fr ARTICLE 1 er DEFINITIONS Candidat : Donnée(s) Utilisateur : Compte Utilisateur : Données personnelles : Entreprise Utilisatrice : Espace

Plus en détail

MANAO Conditions générales de vente au 01/11/2012

MANAO Conditions générales de vente au 01/11/2012 Préambule 1.1 Les Conditions Générales de vente de la société MANAO comprennent 3 titres qui sont indissociables : Titre 1 : Contrat commercial Titre 2 : Licence d utilisation des logiciels MANAO Titre

Plus en détail

L encadrement juridique d un site de commerce électronique

L encadrement juridique d un site de commerce électronique L encadrement juridique d un site de commerce électronique Avant s intéresser précisément au cadre juridique de la vente en ligne, nous devons nous interroger sur la capacité juridique des OT et CDT à

Plus en détail

DIRECT ECUREUIL INTERNET

DIRECT ECUREUIL INTERNET DIRECT ECUREUIL INTERNET CONDITIONS GENERALES Marché Secteur Public Page 1 sur 6 Les présentes dispositions, qui, avec les conditions particulières qui y sont associées, forment le présent contrat (ci-après

Plus en détail

REGLEMENT «Inscription Gagnante MY VOLVO» Avril/juillet - 2015

REGLEMENT «Inscription Gagnante MY VOLVO» Avril/juillet - 2015 REGLEMENT «Inscription Gagnante MY VOLVO» Avril/juillet - 2015 Article 1 : Société organisatrice La société Volvo Automobiles France, SAS au capital de 87000 euros, dont le siège social se situe Immeuble

Plus en détail

Protection des données à caractère personnel en France

Protection des données à caractère personnel en France Protection des données à caractère personnel en France 1 Sommaire La loi «Informatique et Libertés» en bref Les grands principes de la protection des données Retour d'expérience 2 La loi «Informatique

Plus en détail

GUIDE DE PERSONNALISATION

GUIDE DE PERSONNALISATION GUIDE DE PERSONNALISATION Page 1 Chère Madame, Cher Monsieur, Vous trouverez ci-joints les conditions générales de vente, ainsi que les mentions légales, réalisées par notre Cabinet en vue de sécuriser

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation. Acheteurs

Conditions Générales d Utilisation. Acheteurs Conditions Générales d Utilisation Octobre 2013 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE «MISTERGOODDEAL SHOPPING» PAR LES ACHETEURS Préambule Mistergooddeal permet à des vendeurs professionnels de vendre

Plus en détail

MODE D EMPLOI COMMENT «LIRE» SON COMPTE? COMMENT APPROVISIONNER SON COMPTE? Le relevé de compte : à conserver. Gérez votre compte en banque à distance

MODE D EMPLOI COMMENT «LIRE» SON COMPTE? COMMENT APPROVISIONNER SON COMPTE? Le relevé de compte : à conserver. Gérez votre compte en banque à distance MODE D EMPLOI COMMENT «LIRE» SON COMPTE? Le relevé de compte permet de connaître en détail les entrées et les sorties d argent, ainsi que votre solde (c est-à-dire la somme d argent restant sur votre compte).

Plus en détail

DISPOSITIONS SUR LA PROTECTION DES DONNEES

DISPOSITIONS SUR LA PROTECTION DES DONNEES DISPOSITIONS SUR LA PROTECTION DES DONNEES PREAMBULE 1. Il importe à Clicktodo SA (ci-après : Clicktodo) de veiller au respect de la sphère privée de ces clients et notamment d assurer la protection de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION PAR LES ORGANISATEURS, LES ACHETEURS ET LES AUTRES PERSONNES (AUTRES QU ORGANISATEURS)

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION PAR LES ORGANISATEURS, LES ACHETEURS ET LES AUTRES PERSONNES (AUTRES QU ORGANISATEURS) CONDITIONS GENERALES D UTILISATION PAR LES ORGANISATEURS, LES ACHETEURS ET LES AUTRES PERSONNES (AUTRES QU ORGANISATEURS) INTRODUCTION Heaventys est une solution de billetterie en ligne, destinée à des

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION AMIENS METROPOLE Pôle Juridique et Assemblées BP 2720 80027 AMIENS CEDEX 1 ACCORD CADRE ASSISTANCE ET REPRESENTATION JURIDIQUES REGLEMENT DE CONSULTATION Nom et adresse de l organisme acheteur : Objet

Plus en détail

Conditions générales de vente AQUABKIE

Conditions générales de vente AQUABKIE Conditions générales de vente AQUABKIE La direction ainsi que tout membre du personne du club Your FITNESS Dunkerque se réserve le droit de refuser l accès ou la vente de titres d entrée à toutes personnes

Plus en détail

Loi fédérale sur les services de certification dans le domaine de la signature électronique et des autres utilisations des certificats numériques

Loi fédérale sur les services de certification dans le domaine de la signature électronique et des autres utilisations des certificats numériques Avant-projet Loi fédérale sur les services de certification dans le domaine de la signature électronique et des autres utilisations des certificats numériques (Loi sur la signature électronique, SCSE)

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE «ENFANTILLAGES & CO» ET MENTIONS LÉGALES

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE «ENFANTILLAGES & CO» ET MENTIONS LÉGALES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE ET MENTIONS LÉGALES Il est expressément précisé que les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») régissent

Plus en détail

FICHES PRATIQUES ASSOCIATIONS, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS

FICHES PRATIQUES ASSOCIATIONS, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE ET DES LIBERTÉS 21, rue Saint Guillaume 75340 PARIS Cedex 07 http://www.cnil.fr FICHES PRATIQUES ASSOCIATIONS, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS 1 L INFORMATION DES PERSONNES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Bloctel, un service simple et gratuit pour protéger les consommateurs contre le démarchage téléphonique

DOSSIER DE PRESSE. Bloctel, un service simple et gratuit pour protéger les consommateurs contre le démarchage téléphonique DOSSIER DE PRESSE Bloctel, un service simple et gratuit pour protéger les consommateurs contre le démarchage téléphonique le 1 er juin 2016 Sommaire Une nécessité : protéger les consommateurs du démarchage

Plus en détail

Les " bonnes pratiques" 3D Secure

Les  bonnes pratiques 3D Secure Les " bonnes pratiques" 3D Secure Crédit Agricole S.A, société anonyme au capital de 7 729 097 322. Siège social : 12 place des Etats-Unis 92127 Montrouge Cedex. Immatriculée au registre de Nanterre sous

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. DESIGNATION DES PARTIES Les conditions générales de vente ci-après (que l on dénommera ensuite CGV) régissent l ensemble des relations contractuelles entre d une part Marianne

Plus en détail

Conditions Générales. Candidat : désigne l Utilisateur du Service ayant déposé des Documents sur la Plate- Forme.

Conditions Générales. Candidat : désigne l Utilisateur du Service ayant déposé des Documents sur la Plate- Forme. La Caisse des dépôts et consignations propose sur la plate-forme internet accessible via le lien ci-après, http://cdcinvestissementsdavenir.achatpublic.com/accueil/, un service en ligne de consultation

Plus en détail

1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING»)

1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING») 1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING») Dans le cadre de sa mission de suivi des politiques de sécurité mises

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention") : - la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile, s'applique à tous les clients

Plus en détail

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence PFPDT Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Août 2009 Feldeggweg 1, 3003 Berne Tél. 058 463 74 84, Fax

Plus en détail

Hélène Josso Bouchard Correspondant Informatique et Libertés de l académie d Aix-Marseille Courriel : cil@ac-aix-marseille.fr Téléphone : 04 42 91 70

Hélène Josso Bouchard Correspondant Informatique et Libertés de l académie d Aix-Marseille Courriel : cil@ac-aix-marseille.fr Téléphone : 04 42 91 70 INFORMATIQUE ET LIBERTES DANS LE PREMIER DEGRÉ -ERIP- 6 JANVIER 2011 Hélène Josso Bouchard Correspondant Informatique et Libertés de l académie d Aix-Marseille Courriel : cil@ac-aix-marseille.fr Téléphone

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions d accès au site web L accès au site web de CHEVAL NORMANDIE ainsi qu à l application mobile de CHEVAL NORMANDIE est soumis à l acceptation des conditions générales exposées

Plus en détail

Cyber-sécurité dans l entreprise

Cyber-sécurité dans l entreprise Cyber-sécurité dans l entreprise CADRE REGLEMENTAIRE: OBLIGATIONS ET LIMITES ACTECIL NOUVELLE-CALEDONIE Tel : +687 (00).85.82.92 www.actecil.fr - cchauveau@actecil.fr 3. Contrôle en AVAL des dispositifs

Plus en détail

Charte Publishers Criteo email

Charte Publishers Criteo email Charte Publishers Criteo email Cette charte énumère des règles respectueuses de la vie privée, compatibles avec la réalité du marché et nécessaires à la bonne exécution du partenariat entre Criteo et le

Plus en détail

E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales

E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales Isabelle MONIN LAFIN Avocate au Barreau de Paris 72, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 PARIS Tél : 01.46.10.

Plus en détail

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Adoptée par le Comité de direction le 8 novembre 2007 Adoptée par le Conseil d administration le 19 décembre 2007 Table des

Plus en détail

Afin d éviter toute perte de saisie, veillez à bien sauvegarder le formulaire sur votre terminal avant de le remplir.

Afin d éviter toute perte de saisie, veillez à bien sauvegarder le formulaire sur votre terminal avant de le remplir. ! Afin d éviter toute perte de saisie, veillez à bien sauvegarder le formulaire sur votre terminal avant de le remplir. notification de violation de données (Article 34 bis de la loi n 78-17 du 6 janvier

Plus en détail

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU. Le jeu est un jeu avec obligation d achat, intitulées «Jeu-tirage au sort Louis Pion».

REGLEMENT DU JEU. Le jeu est un jeu avec obligation d achat, intitulées «Jeu-tirage au sort Louis Pion». REGLEMENT DU JEU Article 1 SOCIETE ORGANISATRICE. La Société Louis Pion SAS (ci-après dénommée la «Société Organisatrice»), Société par Actions simplifiée au capital social de 7 692 300 euros, dont le

Plus en détail

JEU SMS SMS ACUVUE chez OPTIC 2000 - Y262

JEU SMS SMS ACUVUE chez OPTIC 2000 - Y262 1. Organisation du Jeu JEU SMS SMS ACUVUE chez OPTIC 2000 - Y262 La société ETHICON SAS Vision Care France dont le siège social est situé au 1 rue Camille Desmoulins 92130 Issy-les-Moulineaux, immatriculée

Plus en détail

Règlement du «Grand Concours : 500 pour le meilleur billet de blog»

Règlement du «Grand Concours : 500 pour le meilleur billet de blog» Règlement du «Grand Concours : 500 pour le meilleur billet de blog» Article 1 : Société organisatrice Keycoopt, société au capital de 156.285,00 euros, dont le siège est situé 87 Rue du Molinel Business

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE HÔTEL TY MAD

CONDITIONS GENERALES DE VENTE HÔTEL TY MAD CONDITIONS GENERALES DE VENTE HÔTEL TY MAD Introduction Le site internet www.tymad.com, exploité par la SARL TY MAD permet la réservation en ligne, par mail, ou par téléphone Toutes les informations nécessaires

Plus en détail

CONFIDE NTIALITÉ NUMÉRIQ

CONFIDE NTIALITÉ NUMÉRIQ CONFIDE NTIALITÉ NUMÉRIQ SAVOIR Face à l expansion spectaculaire d Internet ces vingt dernières années, nous sommes confrontés à de nouveaux défis relatifs aux droits de l homme, et notamment, à l équilibre

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité Bien comprendre Objectifs Le contexte technique d une transaction

Plus en détail

3SKey. Guide d'implémentation de la solution 3SKey pour les entreprises

3SKey. Guide d'implémentation de la solution 3SKey pour les entreprises Guide d'implémentation de la solution 3SKey pour les entreprises 18 mars 2011 Table des matières 1 Concepts de la solution 3SKey... 3 2 Gestion des tokens au sein de l entreprise... 4 2.1 Concept d utilisateur

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-105 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2015-105 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2015-105 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

ACCORD CADRE Maîtrise d œuvre Petites opérations de bâtiments

ACCORD CADRE Maîtrise d œuvre Petites opérations de bâtiments ACCORD CADRE Maîtrise d œuvre Petites opérations de bâtiments Maître d Ouvrage : Communauté d Agglomération Amiens Métropole - 1 - ARTICLE 1 : MAITRISE D OUVRAGE Le présent accord cadre est lancée par

Plus en détail

Adhésion - Marche à suivre

Adhésion - Marche à suivre Adhésion - Marche à suivre 1- Imprimer l'ensemble des pages de ce document 2- Compléter, dater et signer l'exemplaire Sociétaire de la demande d'adhésion 3- Compléter, dater et signer l'exemplaire Coopere

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D'UTILISATION DU PROGRAMME DE

CONDITIONS GÉNÉRALES D'UTILISATION DU PROGRAMME DE CONDITIONS GÉNÉRALES D'UTILISATION DU PROGRAMME DE 1. OBJET FIDÉLITÉ SHOP IN DIEPPE 1.1 Les présentes Conditions Générales d Utilisation ont vocation à régir les conditions dans lesquelles l association

Plus en détail

Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier

Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier Les conditions générales (ci-après «CG») régissent la relation entre le contractant et VZ Banque de Dépôt SA, Innere Güterstrasse 2,

Plus en détail

Mentions Légales. 1. Ce site web est la propriété exclusive de la société VeriMore.

Mentions Légales. 1. Ce site web est la propriété exclusive de la société VeriMore. Mentions Légales Préambule et opposabilité Mentions d identification Mentions Informatique et Libertés Cookies (témoins de connexion) Utilisation du site et informations disponibles Propriété intellectuelle

Plus en détail

Services de Banque à Distance

Services de Banque à Distance Particuliers Version : Février 2012 Services de Banque à Distance Conditions d Utilisation de l Outil «Avis Client» Le Crédit Mutuel Arkéa, ci-après désigné «La Banque», permet à ses clients, utilisateurs

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Conditions Générales d'utilisation du module de télépaiement des Procès-verbaux du site www.pvtbc.com. Préambule : Le site www.pvtbc.com a été mis en place et est exploité

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DE LA CARTE «PASS CADEAU» ACTIVITES SOCIALES & CULTURELLES (141006)

CONDITIONS D UTILISATION DE LA CARTE «PASS CADEAU» ACTIVITES SOCIALES & CULTURELLES (141006) EXPERTISE CONDITIONS D UTILISATION DE LA CARTE «PASS CADEAU» ACTIVITES SOCIALES & CULTURELLES (141006) Les présentes conditions régissent l utilisation de la carte Pass Cadeau émise par Sodexo Pass France

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Comment sécuriser les mentions légales obligatoires, les conditions générales de vente (CGV) et la protection des données de votre site internet?

Comment sécuriser les mentions légales obligatoires, les conditions générales de vente (CGV) et la protection des données de votre site internet? Comment sécuriser les mentions légales obligatoires, les conditions générales de vente (CGV) et la protection des données de votre site internet? JEUDI 15 SEPTEMBRE 2011 87 boulevard de Courcelles 75008

Plus en détail

Le droit d opposition à être sollicité

Le droit d opposition à être sollicité Le droit d opposition à être sollicité Comment en informer les personnes? Quand leur permettre de l exercer? Etienne Drouard Avocat à la Cour edrouard@morganlewis.com 01 53 30 43 00-06 07 83 33 81 Morgan,

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 Article 1 - Définitions Les mots et expressions, ci-après auront, dans le cadre des présentes conditions d utilisation, la signification suivante

Plus en détail

Du 8 avril 2015 au 22 avril 2015

Du 8 avril 2015 au 22 avril 2015 Conditions de participation au jeu «1 chance sur 1000 de gagner vos achats Le Drive Intermarché» Du 8 avril 2015 au 22 avril 2015 En participant au jeu «1 chance sur 1000 de gagner vos achats Le Drive

Plus en détail

L Informatique Juridique Une Perspective Arabe Maison des Nations Unies, Beyrouth 12-14 14 Décembre 2005 La protection des données personnelles en droit libanais: Faut-il réglementer? Rania Haj chahine

Plus en détail

1.7 La société GRANDHOMME André se réserve le droit de sous-traiter ou céder à un tiers les droits et obligations issus des présentes.

1.7 La société GRANDHOMME André se réserve le droit de sous-traiter ou céder à un tiers les droits et obligations issus des présentes. 1. Généralités 1.1 Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les relations entre la société GRANDHOMME André, éditrice des sites G1SiteWeb.com, G1SiteWeb.fr et les Clients utilisant

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES Le site est la propriété de la société la SARL Distrimat BTP en sa totalité, ainsi que l'ensemble des droits y afférents. Toute reproduction, intégrale ou partielle, est

Plus en détail

RÈGLEMENT COMPLET DU JEU «UNE BOX PEUT EN CACHER UNE AUTRE»

RÈGLEMENT COMPLET DU JEU «UNE BOX PEUT EN CACHER UNE AUTRE» RÈGLEMENT COMPLET DU JEU «UNE BOX PEUT EN CACHER UNE AUTRE» 1) Organisateur La société MATY, ci-après dénommée «MATY», S.A.S au capital social de 20 000 000, immatriculée au Registre du Commerce et des

Plus en détail

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL Hélène Lebon Avocat Associé PROGRAMME Champ d application de la loi I&L Principales obligations imposées par la loi Informatique et libertés Pouvoirs

Plus en détail

Règlement du Jeu Concours SBA-France 2015

Règlement du Jeu Concours SBA-France 2015 Règlement du Jeu Concours SBA-France 2015 Article 1 : Organisateur du jeu La société SBA-France (ci-après désignée sous le nom de «l'organisateur»), Société A Responsabilité Limitée au capital de 8 000

Plus en détail

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite Politique et procédures sur la Ligne de signalement fraude et inconduite 7 novembre 2011 TABLE DES MA TIÈRES 1. Définitions... 4 2. Objectifs... 4 3. Principes... 5 4. Champs d'application... 6 5. Traitement

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SERVICE

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SERVICE CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU SERVICE 25 AVRIL 2016 Société Réunionnaise du Radiotéléphone Siège social 21, rue Pierre Aubert ZI du Chaudron 97490 Sainte-Clotilde SCS au capital de 3 375 165 Euros.

Plus en détail

Règlement d usage de la marque «Tarif social mobile»

Règlement d usage de la marque «Tarif social mobile» Règlement d usage de la marque «Tarif social mobile» I] Objet. Le présent règlement a pour objet de définir les conditions et modalités d exploitation de la marque collective dénommée «Tarif social mobile».

Plus en détail

Ordonnance sur la communication électronique dans le cadre d une procédure administrative (Ordonnance sur la communication électronique)

Ordonnance sur la communication électronique dans le cadre d une procédure administrative (Ordonnance sur la communication électronique) Ordonnance sur la communication électronique dans le cadre d une procédure administrative (Ordonnance sur la communication électronique) Projet du Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 11b, al. 2, 21a,

Plus en détail

CHARTE POUR LA SÉCURITÉ DES SERVICES DE COURRIERS ÉLECTRONIQUES

CHARTE POUR LA SÉCURITÉ DES SERVICES DE COURRIERS ÉLECTRONIQUES CHARTE POUR LA SÉCURITÉ DES SERVICES DE COURRIERS ÉLECTRONIQUES élaborée dans le cadre d une coopération entre l agence nationale de la sécurité des systèmes d information et des fournisseurs de services

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES D UN ACHAT SUR UN SITE INTERNET

LES DIFFERENTES ETAPES D UN ACHAT SUR UN SITE INTERNET LES DIFFERENTES ETAPES D UN ACHAT SUR UN SITE INTERNET Si vous vous apprêtez à faire un achat sur Internet, il est indispensable d observer si le vendeur respecte les quelques étapes obligatoires suivantes

Plus en détail

Décret en date du 8 avril 2008 portant application de la loi n 2008-08 du 25 janvier 2008 sur la protection des données à caractère personnel

Décret en date du 8 avril 2008 portant application de la loi n 2008-08 du 25 janvier 2008 sur la protection des données à caractère personnel 8-4-2008 - Décret portant application de la loi n 2008-08 sur la protection des données à caractère personnel 1 République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Décret en date du 8 avril 2008 portant application

Plus en détail

Conditions Générales de vente VieScolaire.net

Conditions Générales de vente VieScolaire.net Conditions Générales de vente VieScolaire.net Référence :.. Date : Les présentes conditions générales de vente (CGV) sont conclues d une part par la société Axess OMT, 45 Avenue Leclerc Le River Side 69007

Plus en détail

Règlement du jeu concours «Etude Voiture Electrique»

Règlement du jeu concours «Etude Voiture Electrique» Règlement du jeu concours «Etude Voiture Electrique» Article 1 : Société organisatrice GfK ISL SAS, société au capital de 76 368, dont le siège est situé 40 rue Pasteur, 92156 Suresnes Cedex France, immatriculée

Plus en détail

Le règlement par carte bancaire. Le règlement par chèque bancaire. Le règlement par virement bancaire. Le règlement en espèces (mandat cash postal)

Le règlement par carte bancaire. Le règlement par chèque bancaire. Le règlement par virement bancaire. Le règlement en espèces (mandat cash postal) http://www.pompes-negimex.com/reglement-paiement-securise-pxl-11.html Les moyens de règlement Les moyens de règlement Liste des moyens de règlement utilisables sur notre site internet ; Le règlement par

Plus en détail

SGBS ONLINE GUIDE UTILISATEUR SGBSONLINE

SGBS ONLINE GUIDE UTILISATEUR SGBSONLINE SGBS ONLINE SOMMAIRE I- L'ACCES AU SITE SGBSONLINE... 3 A - Présentation du service... 3 B- Comment vous connectez... 5 II- SUIVI DE VOS COMPTES AU QUOTIDIEN...10 A- Consultation de vos comptes...11 B-

Plus en détail

RÈGLEMENT COMPLET DU JEU «JEU ANNIVERSAIRE MATY Tentez de remporter une création spéciale» Du 01/10/2015 au 31/10/2015

RÈGLEMENT COMPLET DU JEU «JEU ANNIVERSAIRE MATY Tentez de remporter une création spéciale» Du 01/10/2015 au 31/10/2015 RÈGLEMENT COMPLET DU JEU «JEU ANNIVERSAIRE MATY Tentez de remporter une création spéciale» Du 01/10/2015 au 31/10/2015 1) Organisateur La société MATY, ci-après dénommée «MATY», S.A.S au capital social

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Préambule Article 1 - Définitions Article 2 - Objet Article 3 - Conditions pour effectuer une Commande Article 4 - Les différentes étapes à suivre pour conclure le contrat

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail

Délibération. La Commission nationale de l informatique et des libertés ; Emet l avis suivant : 20 Décembre 2007 - Thème(s) : Internet

Délibération. La Commission nationale de l informatique et des libertés ; Emet l avis suivant : 20 Décembre 2007 - Thème(s) : Internet Accueil > En savoir plus > Délibérations > Délibération Délibération Délibération n 2007-391 du 20 décembre 2007 portant avis sur le projet de décret pris pour l application de l article 6 de la loi n

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-6 du 4 janvier 2006 relatif à l hébergement de données de santé à caractère personnel et modifiant

Plus en détail

Missions de contrôle technique, de coordination SPS et de diagnostic amiante avant travaux dans le cadre de la relocalisation, en un seul site, des

Missions de contrôle technique, de coordination SPS et de diagnostic amiante avant travaux dans le cadre de la relocalisation, en un seul site, des PROCEDURE ADAPTEE (article 28 du CMP) < 90 000 H.T. Missions de contrôle technique, de coordination SPS et de diagnostic amiante avant travaux dans le cadre de la relocalisation, en un seul site, des activités

Plus en détail

DÉCLARATION NORMALE (Article 23 de la loi n 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004)

DÉCLARATION NORMALE (Article 23 de la loi n 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004) N 13809*04 (Article 23 de la loi n 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004) 1 Déclarant Vous êtes un organisme (personne morale) Vous êtes une personne physique * Champs obligatoires Nom et prénom ou

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU 25 JOURS AUCHAN

REGLEMENT DU JEU 25 JOURS AUCHAN REGLEMENT DU JEU 25 JOURS AUCHAN Article 1. Organisation GALERIE COMMERCIALE DE KIRCHBERG S.A., société anonyme dont le siège social est établi 5, rue Guillaume Kroll, L-1882 Luxembourg, inscrite au Registre

Plus en détail

Règlement du concours photo «Il était une voie» De Réseau Ferré de France

Règlement du concours photo «Il était une voie» De Réseau Ferré de France Règlement du concours photo «Il était une voie» De Réseau Ferré de France Article 1. Société organisatrice Du 1 er juillet 2012 au 2 Septembre 2012 La direction régionale Bourgogne Franche-Comté de Réseau

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE Les présentes conditions visent à définir les modalités de vente entre la marque BAIGNALO et l Utilisateur, de la commande aux biens ou services, en passant par le

Plus en détail

CONTRAT DE PRET N [ ]

CONTRAT DE PRET N [ ] CONTRAT DE PRET N [ ] REGI PAR LES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE N 2014-559 DU 30 MAI 2014 RELATIVE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF AINSI QUE CELLES CONTENUES DANS LE DECRET N 2014-1053 DU 16 SEPTEMBRE 2014

Plus en détail

2-Description globale du programme IziMailing

2-Description globale du programme IziMailing 1-But La raison d être de ce document est de déterminer les conditions d utilisation du logiciel IziMailing ainsi que la fonctionnalité associée «Routage Professionnel», mis en vente par l entreprise Softiciel

Plus en détail

2- Avant la commande

2- Avant la commande FICHE PRATIQUE : LES ACHATS EN LIGNE 1- Des règles particulières Article L121-16 et suivants du Code de la Les achats sur internet se généralisent en France. Pourtant un client sur deux aurait rencontré

Plus en détail

Dossier en ligne. Guide destiné au responsable de la gestion des accès

Dossier en ligne. Guide destiné au responsable de la gestion des accès Dossier en ligne Guide destiné au responsable de la gestion des accès Table des matières 1. GÉNÉRALITÉS... 3 1.1 Rôle du responsable de la gestion des accès... 3 1.2 Besoin d un code d utilisateur pour

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU «GRAND JEU EXTRAFILM»

REGLEMENT DU JEU «GRAND JEU EXTRAFILM» ARTICLE 1 LA SOCIETE ORGANISATRICE REGLEMENT DU JEU «GRAND JEU EXTRAFILM» La société, SA au capital de 3 millions d euros, dont le siège social est situé 128 rue de faubourg de Douai, immatriculée au registre

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE SUR INTERNET. Conditions générales de vente valables pour les titres de transports vendus par :

CONDITIONS GENERALES DE VENTE SUR INTERNET. Conditions générales de vente valables pour les titres de transports vendus par : CONDITIONS GENERALES DE VENTE SUR INTERNET Conditions générales de vente valables pour les titres de transports vendus par : Domaine skiable du Massif des Brasses (ci-après «la société») Syndicat Intercommunal

Plus en détail

E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin

E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin Article juridique publié le 01/09/2015, vu 1538 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM De plus en plus, la toile est utilisée

Plus en détail

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Février 2014 / V2

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Février 2014 / V2 MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance Mieux comprendre MSSanté FAQ Février 2014 / V2 FAQ MSSanté MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance sommaire 1. Le Système MSSanté 2 MSSanté

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation SHOPOPOP

Conditions Générales d Utilisation SHOPOPOP Conditions Générales d Utilisation SHOPOPOP Article 1- Généralités 1.1 Les présentes Conditions Générales d Utilisation (ci-après désignées «Conditions Générales») s appliquent à toute personne physique

Plus en détail

Votre Solution TAXI Conventionné En version Cloud

Votre Solution TAXI Conventionné En version Cloud Votre Solution TAXI Conventionné En version Cloud Contrat Souscription (C) Copyright LOMACO INFORMATIQUE SAS 2015 - Tous droits réservés Page : 1/7 CONDITIONS GENERALES DU SERVICE INTERNET LOMACO ONLINE

Plus en détail

Espace Client Internet Crédit Foncier de France CONDITIONS GÉNÉRALES EN VIGUEUR AU 16 NOVEMBRE 2015 (CLIENTÈLE DES PARTICULIERS)

Espace Client Internet Crédit Foncier de France CONDITIONS GÉNÉRALES EN VIGUEUR AU 16 NOVEMBRE 2015 (CLIENTÈLE DES PARTICULIERS) Espace Client Internet Crédit Foncier de France CONDITIONS GÉNÉRALES EN VIGUEUR AU 16 NOVEMBRE 2015 Article 1 - Suivi à distance des comptes (CLIENTÈLE DES PARTICULIERS) Référence du document : Crédit

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés

Commission nationale de l informatique et des libertés Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération n o 2014-284 du 3 juillet 2014 portant avis sur un projet de décret relatif à la mise en œuvre d un traitement de données à caractère

Plus en détail

FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Bordereau de transmission : Que signifie le signe situé à coté des zones à remplir? : CFE correspondant :

FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Bordereau de transmission : Que signifie le signe situé à coté des zones à remplir? : CFE correspondant : FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Vous êtes perdu? Pour des questions relatives à votre formalité : type de formalité à accomplir, difficulté de compréhension ou besoin de précision au cours du dialogue

Plus en détail