Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique"

Transcription

1 Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe 2. PLACE DE L ACTIVITE DANS UNE PROGRESSION Chapitre I. Les séismes Chapitre II. Les volcans 1. Comment se manifestent les éruptions volcaniques? 2. Comment expliquer la diversité des éruptions volcaniques? 3. Comment un volcan se construit-il? Quelle est l origine de la lave? Comment se forment les roches volcaniques? PIERRON 2007 page 1/16

2 3. PRESENTATION DE L ACTIVITE - Objectifs de connaissances Refroidissement par étapes du magma. Refroidissement lent et partiel, suivi d un refroidissement rapide et total du magma. Relation entre structure microlithique et vitesse de refroidissement. Relation entre vitesse de refroidissement et le fonctionnement du volcan. - Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Réaliser un protocole expérimental. Construction d une hypothèse et de ses conséquences prévisibles. Saisir des informations pour valider l hypothèse. Réaliser une synthèse écrite et graphique. - Liste du matériel Lames, lamelles, un scalpel, un cristallisoir avec de l eau et des glaçons, une bougie décorative ou lampe à alcool et de la poudre de vanilline pure Réf Vidéogramme présentant le refroidissement de lave dans l eau de mer et la formation de pillow lava. Microscope polarisant Réf Loupes binoculaires Réf Intégration pédagogique La leçon précédente a montré que la lave après refroidissement donne un produit solidifié à l origine d une roche volcanique caractérisée par sa structure microlitique. Roche en fusion (lave, 1300 C) refroidissement solidification Roche volcanique à structure microlithique Il s agit maintenant d expliquer en quoi la structure microlithique caractérise le fonctionnement d un volcan, qu il soit de type explosif ou effusif. La construction d une hypothèse à ce problème est à priori complexe pour un élève de 4 e ; c est ainsi que l on proposera d abord d observer un fait de chimie : le refroidissement de la vanilline fondue. Les résultats obtenus pourront être l élément déclencheur de la mise en place d une hypothèse : à savoir la relation entre la vitesse de refroidissement et l aspect du produit solidifié. Cette approche présente également l avantage de ne pas assimiler la manipulation précédente à la réalisation d un modèle trop éloigné de la réalité. Comme une hypothèse est une solution provisoire demandant à être validée, nous proposons de confronter la proposition à un véritable modèle issu du milieu naturel : à savoir le refroidissement de la lave dans l eau de mer à l origine des pillow lavas. Un même magma basaltique est soumis à un refroidissement brutal sur sa périphérie et à un refroidissement beaucoup plus progressif en son coeur. L observation comparée des produits solidifiés en surface et en profondeur sera le banc d essai de l hypothèse à valider. On pourra ainsi associer le développement des cristaux au sein de la roche volcanique à un refroidissement lent et partiel ; le verre volcanique, non cristallisé, atteste d une deuxième étape de refroidissement, rapide et totale. Ce refroidissement par étapes est replacé dans le contexte de l appareil volcanique. La structure microlitique rend par conséquent compte du fonctionnement du volcan. PIERRON 2007 page 2/16

3 Fiche élève 4 e Nom : Prénom : Classe : Date : Evaluation expérimentale S.V.T. Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique Introduction : Les volcans de type explosif ou effusif produisent des roches volcaniques à structure microlithiques. Ce constat très général suggère que la structure de la roche est à mettre en relation avec le fonctionnement du volcan. Problème scientifique : En quoi la structure microlithique de la roche volcanique est-elle en relation avec le fonctionnement du volcan? Pour proposer une tentative d explication (= construction de l hypothèse), on rappellera dans un premier temps les acquis précédents : Roche en fusion (lave, 1300 C) refroidissement solidification Roche volcanique à structure microlitique Dans un 2 e temps, on s appuiera sur les résultats d une manipulation de chimie : le refroidissement de la vanilline fondue (voir partie 1) 1. Réalisation d un protocole manipulatoire Fiche technique : - Prépare 2 lames sur lesquelles tu déposes de la vanilline avec la pointe du scalpel. - Allume la bougie ou la lampe à alcool et fait fondre la vanilline. Sa température de fusion est de 80 C. - Dépose une lamelle sur chacune des lames avec la vanilline fondue et appuie légèrement. - Une des 2 lames refroidira progressivement à l air libre (situation N 1) ; l autre sera immergée à plat dans un cristallisoir contenant de l eau glacée (situation N 2). - Dans les deux cas, on attendra que la vanilline soit revenue à l état solide sous forme d un dépôt blanc entre lame et lamelle. - Les 2 lames seront examinées au microscope au faible grossissement. PIERRON 2007 page 3/16

4 Pierron - SVT Fiche élève 4e Questionnaire associé : - Quel est le facteur expérimental que l on fait varier entre les 2 manipulations? - Quel est l aspect microscopique de la vanilline solidifiée dans la première situation (voir cliché 1)? - Quel est l aspect microscopique de la vanilline solidifiée dans la deuxième situation (voir cliché 2)? - Ecris la relation entre la variable expérimentale et l aspect de la vanilline solidifiée. Cliché 1 Cliché 2 2. Construction d une hypothèse - Rappel du problème scientifique : en quoi la structure microlithique de la roche volcanique est-elle en relation avec le fonctionnement du volcan? - On sait que le basalte est constitué de dispersés dans un : c est à dire une partie. - On se rappelle les résultats de la manipulation réalisée dans la partie 1. PIERRON 2007 page 4/16

5 Fiche élève 4 e La mise en relation de ces différentes données permet de faire une proposition de réponse. Tu rédigeras l hypothèse explicative en complétant le texte suivant à l aide des termes proposés. Lent, rapide, partiel, total, en plusieurs étapes. On propose que le basalte est issu d un refroidissement du magma : un refroidissement et avec formation de cristaux dans le magma encore liquide ; un refroidissement et conduisant à l apparition d un verre volcanique autour des cristaux. Ceci expliquerait la structure microlithique. Une hypothèse est une solution provisoire qui doit être validée par des informations complémentaires (voir partie 3). 3. Saisir des informations nouvelles par un modèle naturel pour valider l hypothèse précédente. Si l hypothèse précédente est correcte, on peut s attendre aux conséquences prévisibles suivantes : Un même magma basaltique, selon la vitesse de refroidissement aura n aura pas (entoure la bonne réponse) le même aspect après solidification. Il existe dans la nature une situation de ce type, à savoir l émission de lave basaltique très chaude dans l eau de mer froide. Après solidification, on obtient ce qu on appelle des laves en coussin dit pillow lavas en anglais. Observez attentivement le film proposé montrant la mise en place des pillow lava. Complétez la phrase et le cliché suivant : Au contact de l eau, la partie périphérique de la lave refroidit. Le cœur du pillow lava quant à lui refroidit. Après solidification, les 2 parties sont visibles sur une coupe de pillow lava. Complète le cliché page suivante (cliché 1) pour distinguer ces deux parties et précise le type de refroidissement. PIERRON 2007 page 5/16

6 Fiche élève 4 e Coupe transversale dans un fragment de pillow lava (Cliché 1) Si l hypothèse précédente est correcte, alors la partie périphérique du pillow lava montrera un verre volcanique fortement ou faiblement développé ; la partie centrale du pillow lava montrera un verre volcanique fortement ou faiblement développé (entourer les bonnes réponses). Pour vérifier ces résultats attendus, on réalisera une observation microscopique de la partie périphérique et de la partie centrale du pillow lava. Observation microscopique d un pillow lavapartie périphérique (cliché 2) Grossissement X 40 Observation microscopique d un pillow lava-partie centrale (cliché 3) Grossissement X 40 Compare les résultats obtenus (clichés 2 et 3) et dit s ils sont conformes aux résultats attendus. Précise la relation entre formation des cristaux, formation d un verre et vitesse de refroidissement Il s agit maintenant de replacer ces relations dans le contexte du fonctionnement du volcan. PIERRON 2007 page 6/16

7 Fiche élève 4 e 4. Réaliser une synthèse écrite et graphique pour répondre au problème posé. - Rappel du problème scientifique : En quoi la structure microlithique de la roche volcanique est-elle en relation avec le fonctionnement du volcan? - Rappel du schéma de l appareil volcanique : Explosions Gaz Cratère Cône volcanique Projections de paquets de lave REFROIDISSEMENT = SOLIDIFICATION DE LA LAVE Coulées de lave Roche volcanique Dynamique volcanique 1 Cheminée volcanique 2 Fissure Quelques kilomètres Réservoir magmatique avec roches en fusion (1300 C) 3 Questionnaire associé : - Dans quelle partie de l appareil volcanique peut-on envisager un refroidissement lent et progressif du magma? - Dans quelle partie de l appareil volcanique peut-on envisager un refroidissement rapide et total de la lave? PIERRON 2007 page 7/16

8 Fiche élève 4 e - Dans quelle partie de l appareil volcanique peut-on envisager un refroidissement à vitesse intermédiaire? - Après correction des questions précédentes replace ces informations sur le schéma de l appareil volcanique (colonne de droite). - Construire collectivement avec le professeur une récapitulation du phénomène reliant fonctionnement du volcan et formation de la roche volcanique. PIERRON 2007 page 8/16

9 FICHE ELEVE CORRIGEE Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique Introduction : Les volcans de type explosif ou effusif produisent des roches volcaniques à structure microlithique. Ce constat très général suggère que la structure de la roche est à mettre en relation avec le fonctionnement du volcan. Problème scientifique : En quoi la structure microlithique de la roche volcanique est-elle en relation avec le fonctionnement du volcan? Pour proposer une tentative d explication (= construction de l hypothèse), on rappellera dans un premier temps les acquis précédents : Roche en fusion (lave, 1300 C) refroidissement solidification Roche volcanique à structure microlitique Dans un 2 e temps, on s appuiera sur les résultats d une manipulation de chimie : le refroidissement de la vanilline fondue (voir partie 1) 1. Réalisation d un protocole manipulatoire Fiche technique : - Prépare 2 lames et dépose de la vanilline avec la pointe du scalpel. - Allume la bougie ou la lampe à alcool et fait fondre la vanilline. Sa température de fusion est de 80 C. - Dépose une lamelle sur chacune des lames avec la vanilline fondue et appuie légèrement. - Une des 2 lames refroidira progressivement à l air libre (situation N 1) ; l autre sera immergée à plat dans un cristallisoir contenant de l eau glacée (situation N 2). - Dans les deux cas, on attendra que la vanilline soit revenue à l état solide sous forme d un dépôt blanc entre lame et lamelle. - Les 2 lames seront examinées au microscope au faible grossissement. PIERRON 2007 page 9/16

10 Pierron - SVT Fiche professeur 4e Questionnaire associé : - Quel est le facteur expérimental que l on fait varier entre les 2 manipulations? La vitesse de refroidissement - Quel est l aspect microscopique de la vanilline solidifiée dans la première situation (voir cliché 1)? La vanilline est totalement cristallisée - Quel est l aspect microscopique de la vanilline solidifiée dans la deuxième situation (voir cliché 2)? La vanilline se présente sous l aspect d un produit homogène et non cristallisé. - Ecris la relation entre la variable expérimentale et l aspect de la vanilline solidifiée. Selon la vitesse de refroidissement, le produit fondu se solidifie sous des aspects différents : - avec formation de cristaux lorsque le refroidissement est lent - avec formation d un produit homogène et non cristallisé lorsque le refroidissement est rapide Cliché 1 Cliché 2 2. Construction d une hypothèse - Rappel du problème scientifique : en quoi la structure microlithique de la roche volcanique est-elle en relation avec le fonctionnement du volcan? - On sait que le basalte est constitué de cristaux dispersé dans un verre : c est à dire une partie non cristallisée. - On se rappelle les résultats de la manipulation réalisée dans la partie 1. PIERRON 2007 page 10/16

11 La mise en relation de ces différentes données permet de faire une proposition de réponse. Tu rédigeras l hypothèse explicative en complétant le texte suivant à l aide des termes proposés. Lent, rapide, partiel, total, en plusieurs étapes. On propose que le basalte est issu d un refroidissement du magma en plusieurs étapes : un refroidissement lent et partiel avec formation de cristaux dans le magma encore liquide ; un refroidissement rapide et total conduisant à l apparition d un verre volcanique autour des cristaux. Ceci expliquerait la structure microlitique. Une hypothèse est une solution provisoire qui doit être validée par des informations complémentaires (voir partie 3). 3. Saisir des informations nouvelles par un modèle naturel pour valider l hypothèse précédente. Si l hypothèse précédente est correcte, on peut s attendre aux conséquences prévisibles suivantes : Un même magma basaltique, selon la vitesse de refroidissement aura n aura pas (entourer la bonne réponse) le même aspect après solidification. Il existe dans la nature une situation de ce type, à savoir l émission de lave basaltique très chaude dans l eau de mer froide. Après solidification, on obtient ce qu on appelle des laves en coussin dit pillow lavas en anglais. Observe attentivement le film proposé montrant la mise en place des pillow lavas. Compléte la phrase et le cliché suivant : Au contact de l eau, la partie périphérique de la lave refroidit rapidement. Le cœur du pillow lava quant à lui refroidit lentement. Après solidification, les 2 parties sont visibles sur une coupe de pillow lava. Complète le cliché page suivante (cliché 1) pour distinguer ces deux parties et précise le type de refroidissement. PIERRON 2007 page 11/16

12 Coupe transversale dans un fragment de pillow lava (Cliché 1) Partie périphérique : refroidissement rapide Partie centrale : refroidissement lent Si l hypothèse précédente est correcte, alors la partie périphérique du pillow lava montrera un verre volcanique fortement ou faiblement développé ; la partie centrale du pillow lava montrera un verre volcanique fortement ou faiblement développé (entourer les bonnes réponses). Pour vérifier ces résultats attendus, on réalisera une observation microscopique de la partie périphérique et de la partie centrale du pillow lava. Observation microscopique d un pillow lava partie périphérique (cliché 2) Grossissement X 40 Observation microscopique d un pillow lava partie centrale (cliché 3) Grossissement X 40 PIERRON 2007 page 12/16

13 Compare les résultats obtenus (clichés 2 et 3) et dites s ils sont conformes aux résultats attendus. Précisez la relation entre formation des cristaux, formation d un verre et vitesse de refroidissement. Dans le cliché 2 (partie périphérique) le verre est largement développé. Dans le cliché 3 (partie centrale) le verre est peu développé, par contre les cristaux sont très abondants. Ces observations sont conformes aux résultats attendus. Les cristaux se développent dans un contexte de refroidissement lent et progressif ; le verre correspond à un épisode de refroidissement rapide. L hypothèse (partie 2) est par conséquent validée par l observation du réel sur le terrain. Il s agit maintenant de replacer ces relations dans le contexte du fonctionnement du volcan. PIERRON 2007 page 13/16

14 4. Réaliser une synthèse écrite et graphique pour répondre au problème posé. - Rappel du problème scientifique : En quoi la structure microlitique de la roche volcanique est-elle en relation avec le fonctionnement du volcan? - Rappel du schéma de l appareil volcanique : Fissure Explosions Gaz Cratère Cône volcanique Cheminée volcanique Réservoir magmatique avec roches en fusion (1300 C) Projections de paquets de lave REFROIDISSEMENT = SOLIDIFICATION DE LA LAVE Quelques kilomètres Coulées de lave Roche volcanique Dynamique volcanique refroidissement brutal de la partie encore liquide de la lave - formation d un verre volcanique autour des cristaux déjà formés - remontée du magma le long de la cheminée - refroidissement plus ou moins rapide avec formation de petits cristaux (= les microlites). - refroidissement lent et progressif (plusieurs années) - cristallisation partielle dans le magma liquide et apparition de gros cristaux Questionnaire associé : - Dans quelle partie de l appareil volcanique peut-on envisager un refroidissement lent et progressif du magma? Dans la chambre magmatique - Dans quelle partie de l appareil volcanique peut-on envisager un refroidissement rapide et total de la lave? A l extérieur du volcan PIERRON 2007 page 14/16

15 - Dans quelle partie de l appareil volcanique peut-on envisager un refroidissement à vitesse intermédiaire? Dans la cheminée volcanique - Après correction des questions précédentes replace ces informations sur le schéma de l appareil volcanique (colonne de droite). - Construire collectivement avec le professeur une récapitulation du phénomène reliant fonctionnement du volcan et formation des roches volcaniques. Roche en fusion 1300 C Magma Refroidissement lent et partiel 1 ère étape Magma liquide contenant des cristaux Refroidissement ± rapide et total 2 ème étape Développement ± important de la partie verre volcanique Réservoir et cheminée extérieur Après solidification : roche à structure microlitique PIERRON 2007 page 15/16

16 PISTES D EVALUATION PARTIES OBJECTIFS RESULTATS BAREME 1.1 Savoir suivre un protocole manipulatoire Savoir utiliser le microscope et faire une mise au point au grossissement demandé Saisir des informations et les mettre en relation Savoir construire une hypothèse Saisir des informations et les mettre en relation pour tester une hypothèse Savoir réaliser une synthèse pour répondre au problème scientifique 3 4 TOTAL 20 PIERRON 2007 page 16/16

L E BILAN DES ACTIVITÉS

L E BILAN DES ACTIVITÉS L E BILAN DES ACTIVITÉS Activité 1 Des volcans en éruption Mots-clés Il existe deux types d éruptions volcaniques : les éruptions explosives, caractérisées par des explosions plus ou moins importantes,

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Sciences de la vie et de la Terre Thème 2 B Enjeux planétaires contemporains - La plante domestiquée Table des matières 1 : La plante cultivée : le Maïs...Erreur! Signet non défini. 2 : Les variétés de

Plus en détail

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Géologie externe, évolution des paysages (16 heures) Notions. contenus Compétences Exemples d activités L procure à l Homme des ressources. [Thèmes : Environnement,

Plus en détail

IFUCOME Sciences et Technologie en Cycle 3 6 0

IFUCOME Sciences et Technologie en Cycle 3 6 0 IFUCOME Sciences et Technologie en Cycle 3 6 0 La fusion gourmande... ou comment fondre de plaisir! Quitterions-nous le domaine des sciences pour une nouvelle rubrique culinaire? Ce serait, pour le moins,

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Module 3 : L électricité

Module 3 : L électricité Sciences 9 e année Nom : Classe : Module 3 : L électricité Partie 1 : Électricité statique et courant électrique (chapitre 7 et début du chapitre 8) 1. L électrostatique a. Les charges et les décharges

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

GANACHE AU CHOCOLAT BLANC. Lait Selection 33,5% Lait Caramel 34,5% Crème fraîche à 35% 250 250 250 250 250 250 250 250

GANACHE AU CHOCOLAT BLANC. Lait Selection 33,5% Lait Caramel 34,5% Crème fraîche à 35% 250 250 250 250 250 250 250 250 Ganac h e pour enrobage Préparation : Chauffer la crème et le sucre inverti à 80 C. Verser ensuite la crème chauffée directement sur le chocolat (+ beurre de cacao si nécessaire), et bien mélanger. Ajouter

Plus en détail

Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape :

Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape : Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape : Peut-on chauffer de l eau avec le soleil? Les différents groupes ont posé un simple récipient au soleil dans la cour. Le constat de l élévation

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Travaux pratiques de pâtisserie CFA Avignon http://cfa84patis.free.fr

Travaux pratiques de pâtisserie CFA Avignon http://cfa84patis.free.fr Brioche Farine de force type 45 500g Sel 10g Sucre 50g Levure 25g Œufs 7 Eau pour délayer la levure beurre 300g Pétrir doucement en hydratant la pâte petit à petit Eviter de chauffer la pâte en pétrissant

Plus en détail

Livret fiches méthodes SVT

Livret fiches méthodes SVT Livret fiches méthodes SVT NOM : Prénom : _ 6 ème 5 ème 4 ème 3 ème Le livret de SVT contient : * les fiches méthodes pour l apprentissage de compétences développées en SVT, et adaptées au niveau de l

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S.

La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S. La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S. Activité proposée : La notion de croissance est abordée en classe de 6 ème et elle est traitée en première S. Montrez sur cet exemple qu

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE CHANGEMENT

ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE CHANGEMENT ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE Copropriété: Les Jardins de la mer - Antibes Année 2008 1/9 Table des matières 1. INTRODUCTION...3 1.1 Portée du document...3 1.2 Objectif

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 L électricité.

LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 L électricité. LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 v L électricité. L électricité cycle 3 - doc Ecole des Mines de Nantes 1 LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 v L'électricité. PROGRESSION GENERALE Séance n 1

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

L énergie dans notre quotidien

L énergie dans notre quotidien 4 5 6 7 8 L énergie dans notre quotidien QUE SAIS-TU SUR L ÉNERGIE? Sur ton cahier de sciences, essaie de répondre par VRAI ou FAUX aux phrases ou expressions qui suivent. A. 1. Nous utilisons de plus

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Table des matières. 1. Établir une facture... 1. 2. Recevoir une facture... 17. 3. La TVA... 23

Table des matières. 1. Établir une facture... 1. 2. Recevoir une facture... 17. 3. La TVA... 23 Table des matières 1. Établir une facture... 1 1.1. Quand devez-vous établir une facture?... 1 1.1.1. L obligation de facturer... 1 1.1.2. La date ultime de facturation... 2 1.2. Que devez-vous indiquer

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique?

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique? Défi 1 Qu estce que l électricité statique? Frotte un ballon de baudruche contre la laine ou tes cheveux et approchele des morceaux de papier. Décris ce que tu constates : Fiche professeur Après avoir

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION

MANUEL D UTILISATION MANUEL D UTILISATION Table des matières Sécurité du produit 3 Mesures de précautions 4 Exigences électriques 5 Dépannage 5 Caractéristiques de My Rotisserie 6 Caractéristiques de My Rotisserie 7 Diagramme

Plus en détail

MANUEL D'UTILISATION

MANUEL D'UTILISATION CAFETIERE MANUEL D'UTILISATION Modèle : KF12 Merci de lire attentivement ce document avant la première utilisation de l'appareil CONSIGNES DE SECURITE Lors de l'utilisation d'appareils électriques, des

Plus en détail

Eléments de caractérisation des diamants naturels et synthétiques colorés

Eléments de caractérisation des diamants naturels et synthétiques colorés Actualités gemmologiques Eléments de caractérisation des diamants naturels et synthétiques colorés Dr. Erel Eric 1 Développés depuis les années 50 pour leurs applications dans les domaines des abrasifs,

Plus en détail

LES CIGARETTES LÉGÈRES SONT-ELLES MOINS NOCIVES?

LES CIGARETTES LÉGÈRES SONT-ELLES MOINS NOCIVES? LS IGATTS LÉGÈS SONT-LLS MOINS NOIVS? Journaliste : M. D. Duterte VM productions, 1999 Durée : 01 min 9 s Ainsi donc, les fumeurs qui se donnaient bonne conscience en fumant des cigarettes légères ont

Plus en détail

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document présenté à la Conférence sur la sécurité et la fiabilité

Plus en détail

Plan de cours. Chiffriers et bases de données en gestion commerciale

Plan de cours. Chiffriers et bases de données en gestion commerciale Collège Lionel-Groulx 100, rue Duquet Sainte-Thérèse, (Québec) J7E 3G6 Téléphone : (450) 430-3120 Télécopieur : (450) 430-2783 Site Internet : http://www.clg.qc.ca Session : Hiver 2009 No de cours : 420-CJ0-LG

Plus en détail

CONTENU MISE EN PLACE. 1. Placez le plateau de jeu au centre de la table.

CONTENU MISE EN PLACE. 1. Placez le plateau de jeu au centre de la table. TM Pour voir une vidéo explicative du jeu, visitez www.stratusgames.com INTRODUCTION BUT DU JEU Les habitants des villages entourant un volcan dormant vivaient heureux et en paix jusqu au jour où BADABOUM

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Temp-Classic XS. Ce chariot buffet comprend un compartiment four de 4 x 1/1 GN ainsi qu un compartiment neutre de 2 x 1/1 GN.

Temp-Classic XS. Ce chariot buffet comprend un compartiment four de 4 x 1/1 GN ainsi qu un compartiment neutre de 2 x 1/1 GN. Temp-Classic Temp-Classic Temp-Classic transforme incontestablement votre repas en un moment fort. Les couleurs, les odeurs et le choix: vous servez instantanément à vos clients la tentation raffinée d

Plus en détail

N 39 Du 3 déc au 7 déc 2012

N 39 Du 3 déc au 7 déc 2012 N 39 Du 3 déc au 7 déc 2012 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : 5 décembre 2012 par Pauline Martineau Où peut-on voir ce célèbre tableau? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE

Plus en détail

ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE

ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE ETAPE 1 LE PLAN DE TRAVAIL 1.a Repères Repères Mettez en place provisoirement le plan de travail et tracez au crayon effaçable deux repères qui correspondent

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Kenwood Limited, New Lane, Havant, Hampshire PO9 2NH, UK www.kenwood.co.uk 56117/2

Kenwood Limited, New Lane, Havant, Hampshire PO9 2NH, UK www.kenwood.co.uk 56117/2 Kenwood Limited, New Lane, Havant, Hampshire PO9 2NH, UK www.kenwood.co.uk 56117/2 O I MG510 a b c o n d O I m l e k i j f g h p q r s t Français Avant de lire, dépliez la première page pour voir les illustrations

Plus en détail

JOURNÉE D ANIMATION TERMINALE S

JOURNÉE D ANIMATION TERMINALE S JOURNÉE D ANIMATION TERMINALE S 16 /01/2013 PROGRAMME DE LA JOURNEE Matinée à l ISTO : 9h-12 h, Accueil par Gaëlle Prouteau Maître de conférences et les IA- IPR, Michel Khairallah et Guy Lévêque Conférence

Plus en détail

Exercices sur le thème II : Les savons

Exercices sur le thème II : Les savons Fiche d'exercices Elève pour la classe de Terminale SMS page 1 Exercices sur le thème : Les savons EXERCICE 1. 1. L oléine, composé le plus important de l huile d olive, est le triglycéride de l acide

Plus en détail

T.I.P.E. Optimisation d un. moteur

T.I.P.E. Optimisation d un. moteur LEPLOMB Romain Année universitaire 2004-2005 LE ROI Gautier VERNIER Marine Groupe Sup B, C, D Professeur accompagnateur : M. Guerrier T.I.P.E Optimisation d un moteur 1 1. Présentation du fonctionnement

Plus en détail

en toute sécurité Votre habitation La sécurité repose sur

en toute sécurité Votre habitation La sécurité repose sur ma solution TRANQUILLITÉ LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Votre habitation en toute sécurité Pour vivre en toute sérénité et vous protéger contre tous risques électriques, votre installation doit respecter quelques

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

Les français et les jeunes conducteurs

Les français et les jeunes conducteurs DOSSIER DE PRESSE Paris, 4 mai 2015 www.jeune-conducteur-assur.com Les français et les jeunes conducteurs Révélation de l étude Jeune Conducteur Assur / Ifop Enquête menée auprès d un échantillon de 1000

Plus en détail

Le nouveau programme en quelques mots :

Le nouveau programme en quelques mots : Le nouveau programme en quelques mots : Généralités Le programme est constituéde trois thèmes qui doivent tous être traités. L ordre de traitement des trois thèmes est libre, tout en respectant une introduction

Plus en détail

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine Maisons-Alfort, le 18 août 2009 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE ADJOINTE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à une demande d'avis relatif au guide de bonnes pratiques d'hygiène

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 6 : Les compétences sociales et civiques. Contribution attendue : Utiliser un produit chimique

Plus en détail

VII Escaliers et rampes

VII Escaliers et rampes VII Escaliers et rampes 1. Généralité et terminologie des escaliers Les escaliers permettent de franchir une dénivellation et de relier les différences de niveaux d une construction ou d un jardin. A son

Plus en détail

Biscuits de Noël. Milan

Biscuits de Noël. Milan Biscuits de Noël Milan - 225 g de beurre - 150 g de sucre - 75 g d œufs - 300 g de farine - 1 pincée de sel - 1 zeste de citron - 1 pincée de poudre de vanille - Battre le beurre et le sucre - Ajouter

Plus en détail

LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES

LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES CONGRÈS MATÉRIAUX 2014 Colloque 6 «Corrosion, vieillissement, durabilité, endommagement» LES RÉPLIQUES MÉTALLOGRAPHIQUES Une méthode non destructive pour contrôler le vieillissement et l endommagement

Plus en détail

Cafetière à thermoverseuse de 4 tasses

Cafetière à thermoverseuse de 4 tasses CONSERVER LE PRÉSENT GUIDE D UTILISATION ET D ENTRETIEN. Cafetière à thermoverseuse de 4 tasses? Au DES QUESTIONS? Prière de nous téléphoner SANS FRAIS! Aux É.-U. : 1 800 231-9786 Canada : 1 800 465-6070

Plus en détail

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

1 000 W ; 1 500 W ; 2 000 W ; 2 500 W. La chambre que je dois équiper a pour dimensions : longueur : 6 m largeur : 4 m hauteur : 2,50 m.

1 000 W ; 1 500 W ; 2 000 W ; 2 500 W. La chambre que je dois équiper a pour dimensions : longueur : 6 m largeur : 4 m hauteur : 2,50 m. EXERCICES SUR LA PUISSANCE DU COURANT ÉLECTRIQUE Exercice 1 En zone tempérée pour une habitation moyennement isolée il faut compter 40 W/m 3. Sur un catalogue, 4 modèles de radiateurs électriques sont

Plus en détail

QUIZZ! C est toi l expert en énergie! Ta mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement.

QUIZZ! C est toi l expert en énergie! Ta mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement. QI! C est toi l expert en énergie! a mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement.ch i tu réponds correctement, tu obtiendras un code secret qui

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau Objectif Aider les élèves à identifier certaines caractéristiques des nuages. Permettre aux élèves d observer les nuages, de les décrire avec un vocabulaire simple et de comparer leurs descriptions avec

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

Plus petit, plus grand, ranger et comparer

Plus petit, plus grand, ranger et comparer Unité 11 Plus petit, plus grand, ranger et comparer Combien y a-t-il de boules sur la tige A? Sur la tige B? A B Le nombre de boules sur la tige A est plus grand que sur la tige B. On écrit : > 2 On lit

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

De la tablette d'argile à la tablette tactile

De la tablette d'argile à la tablette tactile FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES De la tablette d'argile à la tablette tactile Histoire des outils de communication ^}jfuséoljus Colorie ce messager 2 Colorie l'alphabet des animaux 3 Relie les numéros En

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

Le chauffage, épisode 2 : plomberie

Le chauffage, épisode 2 : plomberie Le chauffage, épisode 2 : plomberie tomtom, le 19 mars 2010 à 14:47 Si vous avez bien tout suivi l'article précédent, nous voilà donc partis dans la conception et la réalisation d'un chauffage central.

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Technicien(ne) d'assistance en Informatique Niveau IV Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Ringier Romandie Service TV commercialise en exclusivité la fenêtre publicitaire en Suisse pour la chaîne de TV TF1. Les Conditions commerciales

Plus en détail

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT 1. Le moteur vulcain C. Expliquer le principe d action réaction aussi appelé le principe des actions réciproques qui s applique dans le moteur Vulcain. Vous pouvez-vous aider du schéma ci-dessous. A. Quels

Plus en détail

LA PERTE DE CONSCIENCE

LA PERTE DE CONSCIENCE CES QUELQUES NOTIONS PEUVENT SAUVER DES VIES. PENSEZ Y SV D URGENCES Pompiers et service médical urgent : 100 Police : 101 L'HEMORRAGIE Comment reconnaître une hémorragie? Le sang s'écoule abondamment

Plus en détail

Surveillance du climat pour le stockage de produits pharmaceutiques au moyen du testo Saveris.

Surveillance du climat pour le stockage de produits pharmaceutiques au moyen du testo Saveris. Testo Solution Exemple d application Surveillance du climat pour le stockage de produits pharmaceutiques au moyen du testo Saveris. Les produits pharmaceutiques (peu importe qu il s agisse de substances

Plus en détail

Monitoring et suivi du comportement des chaussées

Monitoring et suivi du comportement des chaussées Monitoring et suivi du comportement des chaussées Pierre Hornych Juliette Blanc IFSTTAR - LAMES 1/xx MONITORING ET SUIVI DU COMPORTEMENT DES CHAUSSÉES DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS ET PERSPECTIVES Introduction

Plus en détail

COMPETENCE DE NIVEAU N1

COMPETENCE DE NIVEAU N1 GROUPE DES ACTIVITES ATHLETIQUES DEMI FOND Réaliser une performance motrice maximale mesure à une échéance donnée COMPETENCE DE NIVEAU N1 Compétences attendues dans l APSA Réaliser la meilleure performance

Plus en détail

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Titre : «Comprendre la couleur» Public : Collégiens, Lycéens. Nombre de participants : 5 à 10 (10 Maxi ) Lieu : Campus Universitaire

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Technicien(ne) Médiation Services Niveau IV Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL DU

Plus en détail

Carré parfait et son côté

Carré parfait et son côté LE NOMBRE Carré parfait et son côté Résultat d apprentissage Description 8 e année, Le nombre, n 1 Démontrer une compréhension des carrés parfaits et des racines carrées (se limitant aux nombres entiers

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage

Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet des systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage (SRCED) et: Comment

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

ESTELLE SPA FILTER CLEANING SYSTEM 1/6. Instructions d'installation Mode d'emploi FAQ

ESTELLE SPA FILTER CLEANING SYSTEM 1/6. Instructions d'installation Mode d'emploi FAQ ESTELLE SPA FILTER CLEANING SYSTEM 1/6 Instructions d'installation Mode d'emploi FAQ Instructions d'installation 2/6 CONTENU BOÎTE Estelle Disposables Cleaning System - Base - Couvercle transparent Trousse

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail