SOMMAIRE. centre de ressources vailhan CREDD REe02

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE. centre de ressources vailhan CREDD REe02"

Transcription

1

2 SOMMAIRE Introduction 5 L Hérault et ses affluents 5 Des contrastres très marqués 6 Pour une maîtrise de l eau 6 Le barrage des Olivettes 8 Une technique inédite 9 Une double vocation 10 Une dimension touristique 11 Quel avenir pour le barrage? 12 Sources 12 De l art dans l eau 13 Les Olivettes versus Le Salagou 14 Les barrages de la vallée de l Hérault 15 2

3 3

4 4

5 au coeur des chênes verts le barrage des Olivettes Les barrages existent sans doute depuis la Préhistoire où ils servaient à stocker l eau pour la consommation, l irrigation, la pisciculture. Si les Romains ont construit quelques barrages en Espagne (Proserpina, Cornalvo) ou au Portugal (Belas), c est au Moyen Age que ces ouvrages se sont fortement développés en Europe pour, notamment, alimenter les moulins à eau. L apparition des générateurs électriques à la fin du XIX ème siècle a permis l apparition des barrages hydroélectriques. La France est aujourd hui 10 ème au classement des pays producteurs de ce type d énergie qui représente 15 % de sa production d électricité, grâce Le barrage des Olivettes depuis le Causse de Vailhan notamment aux barrages installés dans les Alpes, le Massif Central et les Pyrénées. D autres barrages servent à la fois à l irrigation des terres et à l écrêtement des crues. C est le cas, dans le département de l Hérault, du barrage du Salagou, sur la commune de Clermont-l Hérault, et du barrage des Olivettes, sur celle de Vailhan. L Hérault et ses affluents Avec un bassin versant de km 2, l Hérault constitue un des fleuves côtiers les plus importants du Languedoc. Long de 150 km, il reçoit une douzaine d affluents. Les principaux se situent sur sa rive droite 5

6 A gauche : l Hérault et ses principaux affluents En bas : l Hérault en crue près de Saint-Guilhem-le-Désert et drainent les versants sud des monts du Larzac, de l Escandorgue, de Faugères et de Cabrières avant d atteindre la plaine alluviale. On retiendra l Arre (24 km), la Vis (58 km), la Lergue (39 km), la Boyne (22 km), la Peyne (29 km) et la Thongue (30 km). Des contrastes très marqués Les contrastes, habituels dans la région méditerranéenne, sont très marqués dans le bassin versant de l Hérault. Le haut bassin appuyé sur le versant sud du Massif Central, et dominé par le Mont Aigoual, reçoit des précipitations annuelles supérieures à mm, alors que la basse vallée alluviale, peuplée et viticole, en reçoit moins de 600. Les crues sont extrêmement brutales dans le haut bassin : en septembre 1958, le débit de l Hérault à Saint-Guilhem-le-Désert est passé en quelques heures de 2,5m 3 /s à 1460 m 3 /s. Favorisées par les précipitations exceptionnelles et les pentes des versants, elles inondent régulièrement la basse vallée. A l opposé, les ressources naturelles en eau sont insuffisantes en période estivale pour satisfaire notamment aux grands besoins de l agriculture et d une population permanente et saisonnière chaque année plus nombreuse. Pour une maîtrise de l eau La maîtrise de l eau se révèle ainsi indispensable pour l ensemble de l économie 6

7 7

8 régionale, qu elle soit agricole, industrielle ou touristique. Le contrôle des «accidents climatiques» est devenu une priorité pour le département de l Hérault. Dès janvier 1980, une commission Vallée de l Hérault s est vue chargée de définir un plan d aménagement global : écrêtement des crues du fleuve, certes, mais aussi irrigation agricole, soutien d étiage et développement touristique. Plusieurs années de réflexion ont été nécessaires pour déterminer les travaux à réaliser. Construire une retenue sur l Hérault semblait une évidence, et l idée d implanter l ouvrage à Saint-Guilhem-le-Désert a dominé jusqu à ce que le laboratoire d hydrologie de l Université des Sciences de Montpellier démontre que les crues les plus importantes venaient d affluents de la rive droite du fleuve, la Peyne, en particulier, qui draine les hautes collines à bauxite de Bédarieux et de Pézènes-les-mines. Le choix d un barrage à Vailhan s est alors imposé, permettant de contrôler 30 km 2 du bassin versant de la Peyne. Des ouvrages ont été prévus en aval de Pézenas pour accompagner le barrage principal : endiguement du fleuve au-delà de Saint-Thibéry et chenal de dérivation d Agde. Le barrage des Olivettes Implanté sur le cours supérieur de la Peyne, à 4 kilomètres de sa source et à 15 kilomètres au nord-ouest de Pézenas, le barrage des Olivettes appartient au domaine privé du Conseil général. Comme celui du Salagou, il est géré en délégation par la Compagnie Nationale d Aménagement du Bas Rhône Languedoc (CNABRL). L étendue aquatique de la retenue s étend, au niveau du pertuis normal d exploitation, sur une longueur de 2 kilomètres pour une largeur moyenne de 200 mètres, soit 40 hectares de superficie. Compte-tenu de la superficie du bassin amont de la Peyne, des précipitations annuelles moyennes (905 mm), du débit moyen (0,2m 3 /s mais pouvant atteindre 49 m 3 /s), il a été décidé de construire un ouvrage possédant une cote de retenue normale à la hauteur géographique de 163 m correspondant à 4,1 millions de m 3 d eau, et une cote maximale exceptionnelle à 168,80 m soit 50 ha de surface noyée retenant 6,7 millions de m 3 d eau. Après la mise au point du financement (65 millions de francs pris en charge par l Europe/35%, l État/20%, la région Languedoc Roussillon/15% et le Conseil général de l Hérault/30%), les longues procédures d achat des terrains de la cuvette dès avril 1985, les procédures d appel d offres et la pose de la première pierre le 15 janvier 1986, les travaux ont véritablement démarré à l été pour être interrompus le mercredi 15 octobre par une crue de la Peyne noyant le barrage en construction et inondant les faubourgs piscénois! Achevé en 1988, le barrage ne verra sa retenue pleine qu en mars

9 Une technique inédite Chargées de la construction, les entreprises Bec Frères et Mazza ont fait faire appel à une technique jusqu alors inédite en Europe pour les grands ouvrages : celle du béton compacté au rouleau (BCR). Il existe deux types d ouvrages hydrauliques classiques : les barrages en béton classique nécessitant un sol stable, non compressible, et la mise en œuvre de coffrages importants qui en font des ouvrages coûteux, et les barrages en terre ou enrochements pouvant être construits sur des sols compressibles mais ne pouvant être surversés. Par rapport à ces deux types de construction, les barrages en BCR offrent les avantages du béton sans en avoir les inconvénients, et leur réalisation simplifiée est comparable à celle des barrages en terre. Le BCR est un béton essentiellement mis en œuvre à l aide des matériels classiques de terrassement : le béton est amené en camion à son lieu d utilisation, étendu en couches minces (0,30 cm aux Olivettes) par bulldozer puis compacté par un rouleau vibrant. La colline de Roque Redonde, au sud-est du village de Vailhan, a fourni les matériaux de préparation du béton. Employé pour la première fois au début des années 1970, le BCR a connu depuis lors un développement rapide au Japon et aux États-unis. Le barrage des Olivettes représente le premier grand ouvrage français utilisant cette technique qui a conduit à une économie du coût global du projet de l ordre de 11%. Elle n avait été utilisée jusqu alors que sur un ouvrage expérimental relativement modeste à Saint-Martin-de-Londres (80 m de long sur 6 m de haut). L intérêt principal de cette technique réside dans sa vitesse d exécution. Commencé à l été 1986, le barrage sera achevé en 1988 mais sa mise en eau se fera laborieusement d avril 1989 à mars 1993 durant quatre années de sècheresse. De haut en bas : le barrage en construction, le rocher de Roque Redonde avant, pendant, après 9

10 Une double vocation Le barrage des Olivettes possède dès l origine une double vocation. Le bassin versant de l Hérault se trouve directement concerné par les épisodes pluvieux généralisés particulièrement intenses, caractéristiques des régions méditerranéennes. Ecrêteur de crues, le barrage des Olivettes permet de contenir les eaux de ruissellement en cas de fortes pluies, les empêchant d aller alimenter trop brutalement l Hérault en aval de Pézenas. Un volume de 2,6 Mm³ est maintenu disponible pour le stockage des crues. Quand le volume de la crue est supérieur, l eau se déverse par l intermédiaire d un pertuis régulateur puis, le cas échéant, par un déversoir. Ces déversements ne résultent pas de manoeuvres d ouvrages hydrauliques mais sont le fruit du transfert passif de la crue dans la retenue du barrage. Au maximum, le débit sortant égale le débit entrant. Les précipitations annuelles moyennes sur le bassin versant de la Peyne sont de l ordre de 905 mm et le débit annuel moyen de la rivière n est que de 0,2 m 3 /sec. Cependant, de fortes crues peuvent y être enregistrées à l exemple de celles du 26 septembre 1907 (elle reste la crue de référence dans toute la plaine de l Hérault, celle qui a donné les hauteurs de submersion les plus fortes de Gignac à Florensac) et du 19 décembre 1997 (si les intensités, bien qu importantes, n ont pas été assez fortes pour provoquer des crues exceptionnelles sur les petits bassins, la durée de l épisode et les cumuls ont entraîné une forte crue de l Hérault dans sa plaine). Le barrage des Olivettes suffit-il à lui seul à préserver complètement Pézenas? Si la Bayelle, le Saint-Martial et le ruisseau de la Prairie gonflent la Peyne avant Pézenas, les crues y sont aujourd hui moins nombreuses et de moindre amplitude. Si, dans les régions méridionales, les précipitations sont relativement importantes, on observe de forts déficits en eau pen- 10

11 dant la période estivale. Soutien d étiage, le barrage des Olivettes permet d augmenter le débit de la Peyne en période sèche afin d assurer l irrigation de cultures diversifiées dans la plaine entre Roujan et Pézenas. Le règlement d eau du barrage prévoit un débit réservé à l aval de la construction égal au débit entrant, plafonné à 24 l/s. Concrètement, le débit rejeté est variable ; il dépend notamment des besoins en irrigation de l ASA de Belles-Eaux (200 ha irrigués avec une extension du périmètre prévue vers Pézenas). Il se situe dans une fourchette de 50 à 150 l/s pendant la période d irrigation. Cet apport constitue la quasi-totalité du débit de la Peyne en période estivale. Le réservoir des Olivettes, comme celui du Salagou, possède une capacité bien supérieure aux besoins des périmètres qu il irrigue. La ressource en eau peut ainsi y être considérée comme abondante et disponible. La gestion en eau du barrage des Olivettes permet en outre d avoir une cuvette presque vide en automne à l approche des fortes pluies. Une pompe installée dans le barrage amène l eau dans le village de Vailhan à des fins agricoles et d entretien (arrosage des jardins, remplissage des cuves à sulfatage, nettoyage de la voirie). Une dimension touristique A cette double vocation s est ajoutée une dimension touristique non négligeable. Dans un très beau paysage naturel de rochers schisteux, calcaires et quartziques, un plan d eau de loisirs a été creusé en aval de l ouvrage et entouré d espaces paysagés. Le lac de retenue est, quant à lui, un lieu propice à la pêche. La mise en valeur du patrimoine piscicole a été confiée à la Fédération de Pêche de l Hérault qui a introduit des cyprinidés (goujons, vairons, ablettes, gardons, carpes) ainsi que quatre espèces de carnassiers : le sandre, la perche, De haut en bas : la retenue d eau, le plan d eau de loisirs, l escalier du déversoir en période de crue, le barrage lors de la vidange décennale (septembre 2000) 11

12 le black-bass et la truite arc-en-ciel. Un silure y a été capturé lors de la vidange décennale du lac, en Depuis son second remplissage, les pêcheurs y prennent des brochets dont on ignore la provenance. Les prises de perches sont toujours fréquentes mais le sandre s y fait plus discret. Quel avenir pour le barrage? Le réchauffement climatique et la diversification des activités agricoles vers des cultures exigeantes en eau conduisent aujourd hui le Conseil général à étudier un projet de conduite forcée entre le lac des Olivettes et la ville de Pézenas, sans que soit remise en question la préservation de la faune et de la flore dans le cours supérieur de la Peyne en période d étiage. Les agriculteurs de Vailhan souhaitent que cette conduite serve également à irriguer leurs propres terres, en particulier vers la plaine de Gabian, mais l installation d une pompe de relevage coûte cher! Sources «Le barrage des olivettes, sur la Peyne, premier barrage en France en béton compacté», Chantiers de France, n 197, février 1987, pp R. Gourdin, A. Jensen, B. Bouyge, «Le barrage des Olivettes sur la Peyne (Hérault). Le premier barrage français en béton compacté au rouleau», Travaux, n 634, juillet-août Jacques Amiel, L Hérault, fleuve méditerranéen, Les Presses du Languedoc, Montpellier 1998, 190 p. Les Arts Vailhan, A la découverte du barrage de Vailhan, Vailhan 2007, 17 p. (site du Sage du bassin de l Hérault) 12

13 De l art dans l eau Internationalement célèbre, l artiste allemand Nils-Udo fut pressenti par le Conseil général de l Hérault pour aménager le site du barrage et rendit un avant-projet qui se concrétisera peut-être un jour : utilisant le nom du lieu-dit, il prévoit la plantation d oliviers sur la crête du barrage, dans des bacs en bois de hauteurs différentes reprenant l épure générale des collines environnantes. Au-dessus du déversoir, un portique soutient de longues bannières azur qui jouent avec le vent. 13

14 Les Olivettes versus Le Salagou Les Olivettes Le Salagou Sur l'ouvrage Type de construction Barrage-poids en béton compacté Barrage-poids en enrochements Date de construction Hauteur maximale de la digue 36 m 62 m Hauteur du déversoir 33 m Altitude au sommet 169 m 145 m Longueur au sommet 254 m 357 m Largeur au sommet 5 m 7,4 m Largeur maximale au niveau du sol 26 m Volume du béton / des enrochements m m 3 Capacité maximale d'évacuation des crues 330 m 3 /s 150 m 3 /s Sur la retenue Mise en eau avril 1989-mars 1993 mars 1969-mars 1971 Surface du bassin versant intercepté 30 km 2 76 km 2 Surface au niveau normal 40 hectares 700 hectares Capacité au niveau normal 4,1 millions de m millions de m 3 Capacité de stockage des crues 2,6 millions de m 3 21 millions de m 3 Débit estival relâché 50 à 150 l/s 500 l/s Évaporation moyenne 1,35 m/an 1,35 m/an Profondeur au niveau du barrage 30 m 56 m Niveau normal (altitude) 163 m 139 m Plus haut niveau atteint (altitude) 168,80 m 140,62 m ( ) Plus bas niveau atteint (altitude) 152 m 136,54 m (1992) 14

15 LES BARRAGES DE LA VALLÉE DE L HÉRAULT Les petits barrages des hautes vallées Les hautes vallées de l Hérault, de la Lergue, de la Boyne, de la Peyne et la partie amont de la Thongue sont équipés de nombreux seuils de faible hauteur (2 à 5 mètres) dont l influence se limite à un léger ralentissement de la crue. L effet, limité, devient négligeable pour les fortes et les très fortes crues qui viennent ennoyer les seuils. Les barrages des Gorges de l Hérault Trois barrages principaux sont présents dans les gorges de l Hérault : le barrage Bertrand (Causse-de-la-Selle), le barrage de Belbezet (Saint-Guilhem-le-Désert) et le barrage de la Meuse (Gignac). Assez semblables avec des hauteurs de 8 à 15 mètres, des volumes de 1 à 2 millions de m 3 et des retenues de 2 à 4 km de longueur, aucun n a vocation à faire de l écrêtement des crues. Les barrages de la plaine de l Hérault Douze ouvrages, de deux à cinq mètres, barrent le cours de l Hérault de Gignac à Agde. Aucun ne dispose de volume réservé à un éventuel stockage, et n a donc d influence significative sur l écrêtement des crues. Cependant, l écoulement du fleuve est extrêmement sensible aux dénivelées crées par ces ouvrages, dont l influence peut se ressentir plus d un kilomètre en amont. Cette sensibilité est importante pour les crues faibles et moyennes. Elle est moindre pour les fortes crues très débordantes quand certains seuils sont noyés. Les grands barrages Deux grands barrages sont présents sur le bassin versant : le barrage du Salagou et le barrage des Olivettes. Leur effet local est extrêmement important puisqu ils sont capables d intercepter la quasi-totalité des crues de leur bassin d alimentation. Ainsi, pour la plus forte crue qu ait enregistré ces barrages (janvier 1996), l écrêtement a été spectaculaire avec un débit maximum entrant de 340 m 3 /s pour le premier, 105 pour le second et un débit maximum sortant de 30 pour le premier et 45 pour le second. Si l effet local est important, il diminue cependant fortement à mesure que l on s éloigne des ouvrages : - l impact des Olivettes sur la Peyne à Pézénas est encore significatif, mais le barrage n intercepte plus que 25 % du bassin versant, - l impact du Salagou sur le cours aval de la Lergue est plus faible. Le barrage intercepte environ 15 % du bassin versant de la Lergue au confluent Lergue - Hérault, - enfin, l effet combiné des deux ouvrages sur la crue de l Hérault à Agde est quasiment négligeable puisque ces barrages ne contrôlent que 4 % du bassin versant du fleuve. Une vision d ensemble, à l échelle de la plaine de l Hérault fait encore défaut. Dans son rapport d analyse faisant suite aux inondations de 1997, la mission d inspection ministérielle préconise que soit menée dans le cadre du SAGE, «une étude de type inondabilité pour dépasser la problématique agricole, et revoir le schéma d endiguement de la moyenne et basse vallée». 15

Crues et Inondations CARACTÉRISTIQUES DES CRUES

Crues et Inondations CARACTÉRISTIQUES DES CRUES Crues et Inondations CARACTÉRISTIQUES DES CRUES Le bassin de la Loire en amont de Villerest est soumis à une double influence : Les précipitations cévenoles qui affectent le haut bassin. Ces pluies orageuses

Plus en détail

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région 16 Mékong, la mère de tous les fleuves Quatrième fleuve de l Asie par le débit (après le Yangzi Jiang, le Gange- Brahmapoutre et l Ienisseï), le Mékong naît au Tibet. Après avoir contourné l Himalaya,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Un écrin maritime à reconquérir. Les sédiments repoussés vers le large. www.projetmontsaintmichel.com

DOSSIER DE PRESSE. Un écrin maritime à reconquérir. Les sédiments repoussés vers le large. www.projetmontsaintmichel.com RÉTABLISSEMENT DU CARACTÈRE MARITIME DU MONT-SAINT-MICHEL DOSSIER DE PRESSE Un écrin maritime à reconquérir À l horizon 2040, si rien n avait été entrepris, le Mont-Saint-Michel aurait été entouré de prés

Plus en détail

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement...

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement... Sommaire La forêt en Europe... 2 La forêt en France métropolitaine... 4 L évolution de la surface forestière... 5 Le taux de boisement... 6 par département... 6 par sylvoécorégion... 7 À qui la forêt appartient-elle?...

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

Conception et construction du barrage de Puylaurent (Lozère) Paul Gaudron EDF-CIH

Conception et construction du barrage de Puylaurent (Lozère) Paul Gaudron EDF-CIH Conception et construction du barrage de Puylaurent (Lozère) Paul Gaudron EDF-CIH Sommaire 1.Introduction /contexte du projet 2.Description des ouvrages 3.Construction - zoom sur les innovations 1 Introduction

Plus en détail

2. LES PROBLEMES SPECIFIQUES DES RESEAUX D IRRIGATION GRAVITAIRE

2. LES PROBLEMES SPECIFIQUES DES RESEAUX D IRRIGATION GRAVITAIRE LA REGULATION DES RESEAUX D IRRIGATION GRAVITAIRE 1. INTRODUCTION La technique de l irrigation gravitaire consiste à arroser les cultures en faisant ruisseler l eau à la surface du sol. C était la seule

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Barrage SEJENANE. (mis en eau en 1994)

FICHE SYNOPTIQUE. Barrage SEJENANE. (mis en eau en 1994) Barrage SEJENANE (mis en eau en 1994) A. SITUATION - Cours d eau : Oued Sejenane - la ville la plus proche : Menzel Bourguiba b. DESTINATIONS DU BARRAGE - Irrigation, - Alimentation en Eau Potable - Transfert

Plus en détail

La gestion des eaux pluviales

La gestion des eaux pluviales La gestion des eaux pluviales Prévenir les impacts des pluies intenses : le réseau d égout n est pas un trou noir Juin 2014 Partie I La place des infrastructures vertes 1 Charge hydraulique : la vitesse

Plus en détail

INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES

INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES CANTON DE VAUD Département de la Sécurité et de l Environnement INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES Classe I : naturel/semi-naturel Classe II : peu atteint Classe III

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Patrick Haubrechts haubrechtsp@bluewin.ch L écologie n est ni une doctrine, ni une idéologie, c est une pratique. Page 1 de 15. recupeau.doc Modifié 16.11.2006

Plus en détail

Compte-rendu de travaux - janvier 2014

Compte-rendu de travaux - janvier 2014 SYNDICAT MIXTE DES MILIEUX AQUATIQUES DU HAUT-DOUBS* Compte-rendu de travaux - janvier 2014 Fermeture des fossés des tourbières des Levresses-Grand marais- Frasne-Bouverans Contrat Natura 2000 n 323 13

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) «Travaux de réfection des blocs béton de l ouvrage du Pont de l Angle» PROCEDURE ADAPTEE Maître d ouvrage : Syndicat du Bassin

Plus en détail

Portrait du Bassin Versant du Lac William 4

Portrait du Bassin Versant du Lac William 4 Portrait du Bassin Versant du Lac William 4 1. PORTRAIT DU BASSIN VERSANT DU LAC WILLIAM 1.1 Localisation et superficie Le lac William est situé dans le bassin versant de la rivière Bécancour. Il est d

Plus en détail

Stockage d énergie électrique dans le nord de la France (Lacs Emeraude)

Stockage d énergie électrique dans le nord de la France (Lacs Emeraude) Stockage d énergie électrique dans le nord de la France (Lacs Emeraude) Par François Lempérière 12.04.2010 1) Besoins et possibilités de STEP dans le nord de la France Le stockage d énergie par STEP (Stations

Plus en détail

Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008

Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008 Dossier de presse Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008 Sommaire Communiqué de presse.1 Fiche 1 : Qu est ce qu un Schéma d Aménagement et de Gestion

Plus en détail

LE NOUVEAU VISAGE DE LA RÉSERVE NATURELLE DE L ILE DU RHIN :

LE NOUVEAU VISAGE DE LA RÉSERVE NATURELLE DE L ILE DU RHIN : LE NOUVEAU VISAGE DE LA RÉSERVE NATURELLE DE L ILE DU RHIN : 0 hectares, de milieux humides et secs, renaturés 380 000 m 3 de déblais et de remblais pour moduler le nouveau paysage 50 hectares ensemencés

Plus en détail

LE BARRAGE DE GUERLEDAN

LE BARRAGE DE GUERLEDAN LE BARRAGE DE GUERLEDAN Avant le lac de Guerlédan L exploitation des ardoisières L inondation de la vallée de Guerlédan a mis fin à l extraction des ardoises, l économie de la région depuis 400 ans. L

Plus en détail

Reméandration 2.3. Diversification des habitats sur l Eau Blanche à Mariembourg

Reméandration 2.3. Diversification des habitats sur l Eau Blanche à Mariembourg Reméandration 2.3 Diversification des habitats sur l Eau Blanche à Mariembourg Caractéristiques du secteur restauré Masse d eau : MM05R Cours d eau : Eau Blanche Secteur restauré : Mariembourg (commune

Plus en détail

ECONOMIE DE L HYDROELECTRICITE

ECONOMIE DE L HYDROELECTRICITE Date Juin 2004 Document Economie de l hydraulique Auteur Jean-Marie Martin-Amouroux ECONOMIE DE L HYDROELECTRICITE Comment produire l électricité dont nous avons besoin? Vaut-il mieux faire appel aux centrales

Plus en détail

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie.

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie. MasterSciencesd M delaterre,del'eaauetdel'environ nnement In ngénieriedeshyd drosystèmesetdesbassinsversan nts P ParcoursIMACOF ROBERTBenjjamin Juin Aoûtt2012 Maîtredestage:ETIENNEHélène SA AGEClain,ConseiilGénéraldelaVienne

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD Commune de Alix Révision du PLU Réunion Publique du 22 Septembre 2011 Diagnostic et PADD Le cadre juridique pour élaborer un PLU - La loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) du 13 décembre 2000 -

Plus en détail

Cultiver les plantes hors-sol

Cultiver les plantes hors-sol Cultiver les plantes hors-sol Pour appréhender la culture des plantes horssol, il faut avoir à l esprit que l on a affaire à un milieu qui n a pas la capacité de se régénérer spontanément. Il est cependant

Plus en détail

Choix du site et du type de barrage

Choix du site et du type de barrage Avant Propos C HAPITRE I Choix du site et du type de barrage Rédigé par Jean-Pierre BECUE (SAFEGE) avec la participation de Gérard DEGOUTTE (ENGREF) et Danièle LAUTRIN (Cemagref) Les types de barrages

Plus en détail

www.sergeferrari.com www.texyloop.com Ad hoc Presse Christine Marchand 01 42 23 00 44-06 82 68 50 92 - contact.adhoc@free.fr

www.sergeferrari.com www.texyloop.com Ad hoc Presse Christine Marchand 01 42 23 00 44-06 82 68 50 92 - contact.adhoc@free.fr A près de 3000 mètres d altitude, le groupe Serge Ferrari vous invite à découvrir un chantier exceptionnel : la mise en œuvre de 32500 m 2 de membrane composite Précontraint 1215 au cœur de la retenue

Plus en détail

2. INDICATEURS PERTINENTS (permettant de suivre l évolution de la variable dans le temps)

2. INDICATEURS PERTINENTS (permettant de suivre l évolution de la variable dans le temps) GARONNE 2050 VARIABLE : stockage et utilisation des stocks 1. DÉFINITION DE LA VARIABLE Cette variable s intéresse aux différents moyens de stocker l eau en un site donné et à une période donnée de l année

Plus en détail

Les zones humides. de la Montagne Noire audoise

Les zones humides. de la Montagne Noire audoise Les zones humides de la Montagne Noire audoise DÉCEMBRE 2013 Les zones humides, que l on appelle sagnes dans nos montagnes, font l objet depuis les années 90 en France de différentes politiques publiques

Plus en détail

L implication de l Intercommunale du Brabant Wallon (IBW) dans la gestion des eaux pluviales en agglomération. Communication de presse

L implication de l Intercommunale du Brabant Wallon (IBW) dans la gestion des eaux pluviales en agglomération. Communication de presse L implication de l Intercommunale du Brabant Wallon (IBW) dans la gestion des eaux pluviales en agglomération Communication de presse Résumé L époque est révolue où la société pouvait attribuer aux aménageurs

Plus en détail

Chapitre 10. Programme de compensation

Chapitre 10. Programme de compensation Chapitre 10 Programme de compensation Table des matières...10-i Liste des tableaux... 10-ii Liste des photos... 10-ii Liste des cartes... 10-ii 10 Programme de compensation...10-1 10.1 Compensation pour

Plus en détail

DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE Ville de Rousset. Arrêté Préfectoral N 480-2013 A, en date du 11 décembre 2013

DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE Ville de Rousset. Arrêté Préfectoral N 480-2013 A, en date du 11 décembre 2013 DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE Ville de Rousset Arrêté Préfectoral N 480-2013 A, en date du 11 décembre 2013 Demande formulée par la Société LIDL en vue d une part d être autorisée à exploiter un entrepôt

Plus en détail

2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE

2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE 2.1.2 HyDROLOGIE DE LA RIVIèRE DU DIABLE Faits saillants Le régime hydrique de la rivière du Diable et de ses tributaires est de type «pluvio-nival», lequel se caractérise par l évènement de deux cycles

Plus en détail

Référentiel Diversification 2005

Référentiel Diversification 2005 Référentiel Diversification 2005 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE P I S C I C U L T U R E D ' E T A N G CONDITION DE RÉUSSITE DU PROJET CONTEXTE LORRAIN Temps de travail Investissement Compétences Facilement

Plus en détail

Une piscinecet été? C est maintenant!

Une piscinecet été? C est maintenant! Printemps 2011 GUIDE CONSTRUCTION PISCINE CHOISIR CHOISIR SON CONSTRUCTEUR TOUT SAVOIR SUR LES ÉQUIPEMENTS GUIDE CONSTRUCTION PISCINE Une piscinecet été? C est maintenant! SOMMAIRE COMMENT CHOISIR Réussir

Plus en détail

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016 année 2015 MétéoSuisse Bulletin climatologique année 2015 13 janvier 2016 Record de 2014 déjà battu : la température de l année 2015 a connu un écart à la norme 1981-2010 de 1.29 degré, ce qui constitue

Plus en détail

CONSTRUCTION DE L ÉCOQUARTIER DE VILLENEUVE

CONSTRUCTION DE L ÉCOQUARTIER DE VILLENEUVE CONSTRUCTION DE L ÉCOQUARTIER DE VILLENEUVE > RÉALISATION DU PONT BOIS-BÉTON Dossier de presse septembre 2015 projet primé en 2009 par le ministère de l'écologie lauréat Eco-mobilité Ecoquartier de Villeneuve

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE (1 )

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE (1 ) 0BASSURANCE DE LA RESPONSABILITE DECENNALE DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION EN APPLICATION DES LOIS N 9 ET 10 DU 31 JANVIER 1994 FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE (1 ) 1- Maître d ouvrage : (proposant

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

Ce document contient de l'information et des champs de formulaire. Pour lire l'information, appuyez sur la flèche vers le bas à partir d'un champ de formulaire. Lignes directrices d'étude de viabilisation

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT Frank SOUCIET Responsable Pôle GEMAPI 03 décembre 2015 Mission Inter-Services de l Eau en Vaucluse Préambule Principes généraux Champ d application

Plus en détail

- Centre Technique Municipal Louis CATANZANO - Pôle VRD - Division Plans & Réseaux -

- Centre Technique Municipal Louis CATANZANO - Pôle VRD - Division Plans & Réseaux - - Centre Technique Municipal Louis CATANZANO - Pôle VRD - Division Plans & Réseaux - Commune de Sète TABLE DES MATIERES 1. CADRE ET OBJET DE L ETUDE 1 2. LES PRINCIPES RETENUS 2 2.1. La limitation des

Plus en détail

Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique

Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique Les modèles numériques en hydrologie et en hydraulique V. Guinot Université Montpellier 2 Maison des Sciences de l Eau 34095 Montpellier Cedex 5 guinot@msem.univ-montp2.fr 1. L hydrologie et l hydraulique

Plus en détail

3. Des hommes et des ressources.

3. Des hommes et des ressources. CLASSE DE 5ème 3. Des hommes et des ressources. Christophe LEON Collège Max Bramerie, La Force (24) Académie de Bordeaux (http://lalettredulundi.fr/ oneclick_uploads/2011/05/terre_citron.jpg) 3.1. La question

Plus en détail

LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie)

LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie) Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, nä 05, Juin 2006, pp.41-48 Ä 2006 Laboratoire de Recherche en Hydraulique Souterraine et de Surface LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie)

Plus en détail

L étang de Vendres. mars 2011

L étang de Vendres. mars 2011 7 L étang de Vendres mars 2011 1. INTRODUCTION 123 2. SUIVI HYDROLOGIQUE DU FIL MED 126 2.1. Température de l eau 126 2.2. Salinité 126 2.3. Oxygène dissous 128 3. DIAGNOSTIC DE L EUTROPHISATION 128 3.1.

Plus en détail

Le Rhin Environnement International

Le Rhin Environnement International Le Rhin Environnement International Environnement Général Journée CFBR 16 octobre 2010 Environnement général 1. Historique (depuis 1800) 1.1 Phases d aménagement depuis 2 siècles 1.2 Juridique Accords

Plus en détail

P.L.U. d ERSTEIN Rapport de Présentation

P.L.U. d ERSTEIN Rapport de Présentation Aménagement de promenades en haut de berge et préservation d une végétation semi-continue en bas de berge : un bon compromis entre l appropriation des berges par la population et la préservation d une

Plus en détail

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la qualité de l eaul Introduction Les pratiques de conservation des sols, un outil précieux pour réduire l érosion! Ghislain Poisson,

Plus en détail

Correction : la Vanoise : vers une gestion durable de la montagne? (étude de cas valoriser et ménager les milieux)

Correction : la Vanoise : vers une gestion durable de la montagne? (étude de cas valoriser et ménager les milieux) Correction : la Vanoise : vers une gestion durable de la montagne? (étude de cas valoriser et ménager les milieux) A-des contraintes fortes et des potentialités Les définitions seront développées dans

Plus en détail

Construire sur un terrain en pente

Construire sur un terrain en pente Construire sur un terrain en pente Dans ce dossier : 1- Comment construire une maison sur un terrain en pente 2- Exemple de réalisation sur un terrain en pente 3- Comment aménager et faire le terrassement

Plus en détail

1 RICHARD LAROCHE, ing - ef+q -- Q&Ae!i2i<-

1 RICHARD LAROCHE, ing - ef+q -- Q&Ae!i2i<- 1 RICHARD LAROCHE, ing - ef+q -- Q&Ae!i2i

Plus en détail

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME DEPARTEMENT DU PUY DE DOME 1.7 Commune de AUBIAT SCP DESCOEUR F et C ARCHITECTURE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE 49 rue des Salins 63000 Clermont Ferrand Tel : 04.73.35.16.26. Fax : 04.73.34.26.65. Mail

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Cadre de l expertise : Avis sur le dimensionnement d ouvrages hydrauliques au droit du collège de Bandrélé BRGM/RP-61292-FR Juin, 2012 Appuis aux administrations Appuis à la police

Plus en détail

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN Bull. Murithienne 112 (1994): 17-21 173' ASSEMBLÉE ANNUELLE DE L'ASSN VERBIER, 22-26 SEPTEMBRE 199

Plus en détail

Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs

Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs Mémoire présenté par l Association des Ingénieurs-Conseils du Québec (AICQ) au bureau d audiences publiques sur l environnement

Plus en détail

Petit guide des carrières

Petit guide des carrières Petit guide des carrières Eric 1 La Croisette Description : Ancienne carrière de marbre rouge. Profondeur maximum : 32 M Adresse : Sur le ring de Charleroi prendre la sortie Couillet : chaussée de Philippeville.

Plus en détail

INFRASTRUCTURES ET TRANSPORTS. Inauguration de la déviation d Éclaron et de Valcourt

INFRASTRUCTURES ET TRANSPORTS. Inauguration de la déviation d Éclaron et de Valcourt INFRASTRUCTURES ET TRANSPORTS Inauguration de la déviation d Éclaron et de Valcourt Dossier de presse - 4 juillet 2011 Inauguration de la déviation d Éclaron et de Valcourt Samedi 9 juillet 2011, Bruno

Plus en détail

Fiche de renseignement

Fiche de renseignement Demande d autorisation d assainissement individuel Fiche de renseignement REÇU EN MAIRIE Dossier N Cette fiche doit être remise au service Urbanisme de votre commune, dûment complétée et accompagnée des

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation

DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation DOSSIER DE PRESSE La station de traitement d eau de Chenecey-Buillon après totale rénovation Inauguration le 22 mars 2016 Journée mondiale de l eau Contacts Ville de Besançon : Direction Eau et Assainissement

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Page 1 / 5 Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Contenu : Béton poreux Rédaction : Simon Rauber / élève de 3ème année à l Ecole Technique de la Construction de Fribourg Date : 18 janvier 2010

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Raccordement au Doubs du ruisseau Fontaine-Argent. le 29 octobre 2014. Contacts :

DOSSIER DE PRESSE. Raccordement au Doubs du ruisseau Fontaine-Argent. le 29 octobre 2014. Contacts : DOSSIER DE PRESSE Raccordement au Doubs du ruisseau Fontaine-Argent le 29 octobre 2014 Contacts : Ville de Besançon Direction eau-assainissement 03 81 61 52 01 Direction Grands Travaux 03 81 61 51 24 Contact

Plus en détail

L irrigation. au service de l agriculture méditerranéenne, ça coule de source. Association des Irrigants. des Régions Méditerranéennes Françaises

L irrigation. au service de l agriculture méditerranéenne, ça coule de source. Association des Irrigants. des Régions Méditerranéennes Françaises L irrigation au service de l agriculture méditerranéenne, ça coule de source «Si les régions méditerranéennes veulent conserver leurs principales filières agricoles, fruits & légumes, viticulture, élevage,

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : FRANCE REGION : Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

1. Les puits d'infiltration :

1. Les puits d'infiltration : 1. Les puits d'infiltration : Ces dispositifs assurent le transit des eaux de ruissellement vers les couches perméables du sol. Ils sont utilisés essentiellement pour recevoir les eaux de toitures. Le

Plus en détail

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation du massif de gravier - tubage (plein + crépine) - pompe

Plus en détail

Le projet CAROL (Camargue-Rhône-Languedoc)

Le projet CAROL (Camargue-Rhône-Languedoc) 6Protection de l environnement 6 3 Le projet CAROL (Camargue-Rhône-Languedoc) P. RENAUD (IRSN) S. CHARMASSON (IRSN) F. EYROLLES (IRSN) L. POURCELOT (IRSN) C. DUFFA (IRSN) Figure 1 Le projet CAROL, lancé

Plus en détail

Promenade n 20 : Le chemin touristique : Durbuy Balise :

Promenade n 20 : Le chemin touristique : Durbuy Balise : Promenade n 20 : Le chemin touristique : Durbuy Balise : Cette promenade vous emmène de Barvaux à Durbuy à la découverte des méandres tortueux de l Ourthe qui se fraie un chemin parmi d imposants massifs

Plus en détail

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : L ingénierie écologique au service du développement urbain : aspects milieux/biodiversité CONTACT

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : L ingénierie écologique au service du développement urbain : aspects milieux/biodiversité CONTACT Avec la participation de : 12 EME SEMINAIRE EAU Les 18, 19 et 20 Février 2013 Polytech Montpellier, Amphithéâtre Serge Peytavin La gestion de l eau pour une ville durable LUNDI 18 FEVRIER L ingénierie

Plus en détail

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE ARTICLE 1 : DÉFINITIONS Allée véhiculaire : Voie de circulation privée pour véhicules automobiles reliant le stationnement

Plus en détail

ASA DU CÉOU AMONT Mairie 46 240 VAILLAC MÉMOIRE TECHNIQUE

ASA DU CÉOU AMONT Mairie 46 240 VAILLAC MÉMOIRE TECHNIQUE ASA DU CÉOU AMONT Mairie 46 240 VAILLAC MÉMOIRE TECHNIQUE OCTOBRE 2013 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1. PRÉSENTATION ADHA 24... 3 1.2. PRÉSENTATION DE LA MISSION D'ÉTUDE... 3 1.3. IDENTIFICATION DU

Plus en détail

Commission départementale de la consommation des espaces agricoles

Commission départementale de la consommation des espaces agricoles Commission départementale de la consommation des espaces agricoles Fiche de présentation des documents d'urbanisme soumis à l'avis de la CDCEA Date de la commission : Commune : SAINT-GERMAIN-DE-MODEON

Plus en détail

Eco-Village Toubab-Dialaw

Eco-Village Toubab-Dialaw Eco-Village Toubab-Dialaw L éco-village de Toubab Dialaw est situé à environ 1km de la mer sur une colline et à 2,5km du centre village de Toubab Dialaw. Les 2ha de terrain permettront de développer une

Plus en détail

DÉTECTION DES FUITES SUR GÉOMEMBRANE

DÉTECTION DES FUITES SUR GÉOMEMBRANE DÉTECTION DES FUITES SUR GÉOMEMBRANE L analyse des performances des ouvrages d étanchéité construits depuis le début des années 80 commence à porter ses fruits et révèle l importance de tenir compte des

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux 3. Les fortes priorités au moment du POS initial (1974) Le rapport de présentation du POS initial accorde une attention particulière et une place

Plus en détail

Management environnemental de la LEO

Management environnemental de la LEO Management environnemental de la LEO chantier%20gw Club des concepteurs routiers 14 mars 2008 Les engagements Un maître d ouvrage dans une démarche environnementale : à quoi s engage t il? A respecter

Plus en détail

Travaux de réhabilitation de l Ecottet sur le hameau de la route

Travaux de réhabilitation de l Ecottet sur le hameau de la route Travaux de réhabilitation de l Ecottet sur le hameau de la route Petit rappel : L'Ecottet est un petit ruisseau affluent de l'ain en rive gauche. Il nait à Breignes et coule dans le vallon de charmontay.

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

EAUX PLUVIALES. sable

EAUX PLUVIALES. sable 1.Généralités EAUX PLUVIALES Des dispositifs doivent reprendre les eaux de ruissellement pour éviter la submersion des voies; la formation du ruissellement est due en milieu urbain à l'imperméabilisation

Plus en détail

LE CHAMBON et ses Confortements: Un barrage presque centenaire!

LE CHAMBON et ses Confortements: Un barrage presque centenaire! CONFERENCES/VISITE LE CHAMBON et ses Confortements: Un barrage presque centenaire! Le mardi 1 er avril 2014 à 08h45 Hôtel Mercure Les Deux Alpes 1800 **** 1, promenade des Ecrins 38860 Les 2 Alpes Chers

Plus en détail

CONTEXTE ET OBJECTIFS

CONTEXTE ET OBJECTIFS dans le cadre de la réalisation de l A89 - Dérivation et rescindement de la Goutte Martin OHA363 O et OHA364 CONTEXTE ET OBJECTIFS Le dernier tronçon de l A89 reliant Lyon à Bordeaux, lancé en 2009 pour

Plus en détail

1.1 Portrait général 1

1.1 Portrait général 1 Partie 1 Portrait du bassin versant 1.1 Portrait général 1 1.1.1 Localisation et étendue du bassin versant Le bassin versant de la rivière Fouquette, d une superficie d environ 75 km 2, est situé dans

Plus en détail

Rénovation du barrage voute de Bimont

Rénovation du barrage voute de Bimont Rénovation du barrage voute de Bimont Catherine CASTEIGTS, Katia LALICHE Société du Canal de Provence Christine NORET, Thomas BOURGOUIN Tractebel Engineering (France) / Coyne et Bellier Symposium du CFBR

Plus en détail

Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014

Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014 Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014 OBSERVATOIRE DE L ACCESSION SOCIALE Sommaire La production de lotissements en 2014 p.2 Les lots vendus en 2014

Plus en détail

Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon

Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon Deux sites, deux contextes L étude a été menée sur les deux sites QUALIGOUV choisis sur le territoire

Plus en détail

GDF SUEZ et la production solaire photovoltaïque DOSSIER DE PRESSE ÊTRE UTILE AUX HOMMES OCTOBRE 2013

GDF SUEZ et la production solaire photovoltaïque DOSSIER DE PRESSE ÊTRE UTILE AUX HOMMES OCTOBRE 2013 DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2013 GDF SUEZ et la production solaire photovoltaïque Photographie : La centrale photovoltaïque de Curbans Crédits Photo : GDF SUEZ / MOIRENC CAMILLE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE

Plus en détail

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE) DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DE LA CHARENTE SERVICE DE L URBANISME ET DE L HABITAT DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE

PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE Check-List du Carnet de Voyages Chris2neuX PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE I. Appréciation des possibilités humaines II. Etude du terrain III. Etude prévisions météorologiques IV. Etude du terrain

Plus en détail

La montée lente des eaux en régions de plaine. Les inondations de la plaine. Exemple : Oise et Meuse (1995) Les inondations par remontée de nappe

La montée lente des eaux en régions de plaine. Les inondations de la plaine. Exemple : Oise et Meuse (1995) Les inondations par remontée de nappe L e s diff ér e n t e s ino n d a ti o n s "L'inondation est une submersion, rapide ou lente, d'une zone habituellement hors de l'eau. Le risque d'inondation est la conséquence de deux composantes : l'eau

Plus en détail

Les chevaux et l agriculture, un mariage moderne et constructif

Les chevaux et l agriculture, un mariage moderne et constructif CAPERN 076M C.G. Livre vert Politique bioalimentaire VERSION RÉVISÉE Mémoire pour la Consultation générale et auditions publiques sur le Livre vert pour une politique bioalimentaire : Donner le goût du

Plus en détail

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin. BURKINA FASO Unité Progrès - Justice 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.bf SOMMAIRE Introduction I. Caractéristiques physiques et potentialités

Plus en détail

Contraintes administratives

Contraintes administratives L agroforesterie : aides et contraintes dans le cadre légal wallon Christian Mulders, Attaché, Direction du Développement rural, Namur Philippe Nihoul, Attaché, Direction du Développement et de la Vulgarisation,

Plus en détail

Manuel de mesures de conservation des sols à l aide de sacs de sable plus ciment

Manuel de mesures de conservation des sols à l aide de sacs de sable plus ciment REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L AGRICULTURE DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION Japan International Research Center for Agricultural Sciences Manuel de mesures de conservation des sols à l aide

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19)

ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19) ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19) Le projet s inscrit dans une démarche durable prenant largement en compte le contexte du projet (économique, social

Plus en détail

Outils de gestion de l irrigation

Outils de gestion de l irrigation L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville Outils de gestion de l irrigation Jean CARON, professeur Physique et hydrodynamique des sols Université

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BILAN 2013 DE LA NAVIGATION ET DU PORT DE LYON EDOUARD HERRIOT : UNE ANNEE CONTRASTEE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BILAN 2013 DE LA NAVIGATION ET DU PORT DE LYON EDOUARD HERRIOT : UNE ANNEE CONTRASTEE BILAN 2013 DE LA NAVIGATION ET DU PORT DE LYON EDOUARD HERRIOT : UNE ANNEE CONTRASTEE En 2013, le trafic de marchandises sur le Rhône a progressé de 5,5% tandis que l activité du Port de Lyon Edouard Herriot

Plus en détail

SAGE VILAINE. Règlement

SAGE VILAINE. Règlement SAGE VILAINE Règlement Projet pour la CLE du 29 mars 2013 1 Les Zones Humides Les zones humides jouent un rôle important dans la gestion quantitative et qualitative de l eau, en particulier sur les têtes

Plus en détail