INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise"

Transcription

1 Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du Fonds Social Européen Outils pédagogiques construits selon l approche par les compétences

2 2 Présentation générale du projet «Ecole Compétences Entreprise» Depuis septembre 2000, les professeurs de l enseignement technique et professionnel doivent appliquer les nouveaux programmes conçus par leur Pouvoir Organisateur respectif. La particularité de ces programmes est de parler de compétences à maîtriser ou à exercer par les élèves du 3 ème degré de l enseignement de qualification. Deux questions se posent dès lors à ce sujet. Premièrement, pourquoi parle-t-on de compétences et non plus simplement de contenus dans les programmes? Ensuite, comment permettre aux enseignants de s approprier ces notions de compétences? La 1 ère réponse est donnée par les travaux de la Commission Communautaire des Professions et des Qualifications qui participent à la réforme de l enseignement secondaire. Celle-ci a fixé les profils de qualification et les profils de formation. Pour rappel les profils de qualification définissent les compétences des travailleurs avertis en activité dans le monde professionnel. Les profils de formation traduisent, à partir des compétences déclinées par le monde professionnel, les compétences du profil de qualification dont l école aide à la maîtrise en fin du 3 ème degré technique ou professionnel. D autre part, le décret «Missions» de 1997 définit la notion de compétence, de socles de compétences, de compétences terminales, disciplinaires et transversales. Les différents Pouvoirs Organisateurs ont élaboré leurs programmes en tenant compte obligatoirement des compétences reprises dans les profils de formation. Consciente de la difficulté que représentait ce changement de forme et de fond dans l expression des programmes des cours, l asbl «Formation en cours de Carrière» a introduit une demande de subvention au Fonds Social Européen afin de concrétiser un projet de formation des professeurs. L aide a été accordée. La 2 ème réponse met en jeu le projet général de l asbl. Le projet s appelle : «Ecole Compétences Entreprise». Le sigle montre que l école, en concertation avec l entreprise, permet au jeune d acquérir des compétences qui correspondent aux demandes du monde professionnel. L objectif général de ce projet est d assurer la formation des enseignants de l enseignement de qualification à l instrumentation d une approche par les compétences au départ des profils de formation fixés par le conseil de la Communauté française. Une équipe d enseignants, chargés de mission, a travaillé sur la mise en place de ce projet et propose aujourd hui des outils pédagogiques qui font l objet de formations spécifiques dans différents secteurs.

3 La méthodologie proposée est l approche par les compétences dont les spécificités sont doubles. 3 En 1 er lieu, elle s appuie sur les demandes de la société en utilisant les différents profils de qualification et de formation résultant des travaux de la Commission Communautaire des Professions et des Qualifications. En 2 ème lieu, elle fait partie des pédagogies actives qui placent l élève au centre de ses apprentissages. La particularité de ces outils pédagogiques est d offrir aux enseignants lors des formations : - une matrice articulant les compétences déclinées dans les profils de formation appelée : «la matrice des objets de formation» - le développement d une situation d apprentissage à partir d une compétence - l élaboration d un carnet mis à la disposition de l élève - la construction d un guide d évaluation de la compétence - le guide du matériel concerné et documentaire Ces différents points sont développés pour une orientation d études donnée dans les différents livrets : - le livret 1 introduit l approche par les compétences - le livret 2 reprend la matrice des objets de formation - le livret 3 présente le développement d une situation d apprentissage d une compétence - le livret 4 est le carnet de l élève. - le livret 5 propose un guide d évaluation de la compétence - le livret 6 est le guide du matériel et documentaire. - le livret 7 contient le tableau de vérifications. Il comprend le lien entre la matrice des objets de formation et les compétences du profil de formation. Ces livrets pourront être consultés sur le site PROFOR de l asbl «Formation en cours de Carrière»: Le calendrier des formations spécifiques par orientation d études et par secteur se trouvent également sur le site. Deux types de formation sont proposés. D une part, 2 jours consécutifs de sensibilisation à l approche par les compétences. A cette occasion une rencontre avec l entreprise a comme objectif de consolider les compétences retenues et l adhésion de l entreprise au projet. D autre part, une formation- action de 3 jours consécutifs au cours de laquelle les professeurs pourront instrumenter l approche par les compétences. Enfin, ce projet «Ecole - Compétences Entreprise», en partenariat avec l Union wallonne des Entreprises propose aux professeurs des stages en entreprise. L organisation est à votre disposition sur le site PROFOR

4 OUTILS PEDAGOGIQUES CONSTRUITS SELON LA METHODOLOGIE DE L APPROCHE PAR LES COMPETENCES 4 Pour qui? A l attention des professeurs du 3 e degré de l enseignement de qualification et à leurs élèves qui, depuis la parution des nouveaux programmes, doivent intégrer la notion de compétences à maîtriser ou à exercer. Pourquoi construire ces outils selon la méthodologie de l approche par les compétences? Pour répondre à cette question, il est peut-être intéressant de comprendre «ce qu est l approche par les compétences». Pourquoi en parle-t-on maintenant? Qu apporte la notion de compétence? Que sous-tend-elle? Quelles sont les critiques vis-à-vis de l approche par les compétences? Ensuite, il s agit de répondre à la question: «Comment ces outils ont-ils été construits?» Quels objectifs poursuivent ces outils? Quels avantages concrets peuvent-ils apporter aux professeurs et aux élèves? L APPROCHE PAR LES COMPETENCES 1) Pourquoi parle-t-on de l approche par les compétences maintenant? L approche pédagogique par les compétences fait officiellement son apparition dans notre enseignement en 1994 avec les socles de compétences du 1 er degré. Dans cette première version, les compétences que les élèves doivent se construire sont transversales : il s agit des démarches mentales (traiter l information, analyser, reformuler, mémoriser l information, dégager des contenus, des procédures, ), des manières d apprendre (planifier une activité, gérer le temps de la réalisation de l activité, ), des attitudes relationnelles (se prendre en charge, travailler en équipe, ). Les compétences disciplinaires sont également prises en compte. Le décret définissant les missions de l école en 1997 confirmera le choix pédagogique de l approche par les compétences et l étendra à tous les degrés de l enseignement obligatoire, à toutes les formes d enseignement et à tous les réseaux. L école doit se regarder comme comptable de l acquisition de ces compétences et plus particulièrement des compétences fondamentales. Ne pas en tenir compte, c est à court terme participer aux causes de l échec scolaire et ainsi risquer d aggraver la fracture sociale. La maîtrise d une compétence est une réponse globale de l élève où il met en œuvre des savoirs, des savoirfaire et des attitudes qu il mobilise dans une situation donnée. Cette approche pédagogique renoue avec les pédagogies actives perçues à juste titre comme autant de méthodes propres à stimuler et entretenir la motivation des élèves en donnant un sens à l apprentissage.

5 5 De son côté, l entreprise qu elle soit publique ou privée est aussi confrontée à la gestion des compétences de son personnel. Les institutions, les entreprises deviennent de plus en plus complexes, le nombre de travailleurs augmente, la qualité des services rendus et des produits livrés dépend de façon croissante des relations interpersonnelles. D autre part, les outils, les machines, les automates, les techniques intègrent les données récentes de l informatisation. De plus, la vitesse de relation, de communication prend des proportions phénoménales. Par les nouvelles technologies de la communication, le monde devient de plus en plus petit, les informations arrivent en temps réel d un bout à l autre de la planète. Face à cette évolution, la réalisation de tâches complexes requiert des professionnels de plus en plus compétents. Un travailleur n est plus une personne qui connaît des choses, encore faut-il qu il les mobilise à bon escient, dans un temps donné et qu il puisse adapter sa conduite à une situation nouvelle. Ainsi l école et le monde professionnel parlent maintenant de compétences à acquérir, à développer. En Communauté française, des groupes de travail de la Commission Communautaire des Professions et des Qualifications ont produit les profils de qualification qui définissent les compétences des travailleurs avertis. Par contre, les profils de formation contiennent les compétences du profil de qualification qu il est possible de faire acquérir aux élèves du 3ème degré de l enseignement de qualification. Les programmes des différents pouvoirs organisateurs sont construits sur base des profils de formation. Au vu de cette conjoncture historique où l école et l entreprise se sont retrouvées autour d une table pour élaborer les profils de qualification et de formation, il apparaît que l approche de la formation par les compétences intègre deux aspects. D une part, elle tient compte des besoins de l entreprise et de la société en général, et d autre part, elle développe une pédagogie active d acquisition de compétences dans laquelle l élève est placé au centre de ses apprentissages. 2) Qu est-ce qu une compétence? Le décret «Missions» propose la définition suivante : «Une aptitude à mettre en œuvre un ensemble organisé de savoirs, de savoir-faire et d attitudes permettant d accomplir un certain nombre de tâches». Il y a donc dans la notion de compétence un dynamisme puisqu il s agit de mobiliser les ressources de l individu dans une situation donnée. Toute la personne entre en jeu, l individu est concerné dans sa globalité. Et si les savoirs sont une composante essentielle de la compétence, ils ne sont pas seuls, les habiletés et les attitudes permettent l accomplissement pertinent d une tâche. La notion de compétence est complexe, mais en même temps, elle implique que chaque individu, chaque élève, peut développer toutes les ressources qu il a en lui et en acquérir de nouvelles. Parler de compétences rejoint l article 6 du décret Missions qui définit les objectifs généraux de l enseignement secondaire: - promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves; - amener tous les élèves à s approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle; - préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures; - assurer à tous les élèves des chances égales d émancipation sociale.

6 6 3) Quelles sont les critiques vis-à-vis de l approche par les compétences? Certains reprochent à l approche par les compétences un assujettissement de l école à l entreprise, une conception utilitariste de la formation. La crainte est de former des jeunes, prêts à l emploi, avec une qualification spécifique, véritables robots automatisés mis au service du monde professionnel. En cas de restructuration de l entreprise, que deviendra ce jeune? Ses compétences pourront-elles être transférées dans d autres domaines? Comme le montrent les outils pédagogiques réalisés, la méthodologie de l approche par les compétences offre plus qu une simple acquisition de gestes techniques. En mettant l accent sur le développement d attitudes face au travail, que ce soit dans le domaine technique, de recherche ou relationnel, l approche par les compétences vise l ouverture des jeunes aux découvertes technologiques et leur prise de conscience de l importance de l aspect relationnel du travail. Tout en assurant l insertion professionnelle du jeune dans la société actuelle, elle développe des qualités personnelles qui lui offrent un regard pertinent sur l avenir en intégrant la nécessité de tenir compte de l évolution et de la complexité du monde. L approche par les compétences ne revient pas à faire l impasse sur le devoir citoyen de l école. Introduire la notion de compétence à l école revient à poser la question toujours d actualité : «Quel type d homme et de femme veut-on former?». Un individu à qui l on a transmis des vérités éternelles, de froides certitudes pour l inviter à les perpétuer et à reproduire les solutions du passé? Un être qui récite les textes sacrés ou profanes pour vivre le monde sur le mode manichéen du dogme et de l exclusion? Ou alors, un individu doté des outils de réflexion qui lui permettent d aborder les mêmes textes pour entreprendre une recherche personnelle du sens? Des femmes et des hommes capables de prendre leur distance par rapport au discours dominant? Des individus aptes à gérer des situations complexes? La responsabilité de l école est de former des jeunes à deux niveaux. D une part, par les formations spécifiques, l école offre aux jeunes l occasion de se retrouver sur le marché de l emploi avec un niveau de qualification requis pour trouver un travail et le conserver. D autre part, cette notion de compétence, en mobilisant les ressources de l individu, peut développer chez lui l autonomie qui suppose un esprit critique et organisationnel. Le jeune est amené à faire des liens entre les différentes phases d acquisition de la compétence. Et cette qualité de relier est nécessaire pour comprendre le monde qui nous entoure. Et c est à cette condition d assurer l épanouissement de l élève que l école restera le maître d œuvre de la formation qualifiante.

7 LA CONSTRUCTION DES OUTILS PEDAGOGIQUES 7 L élaboration des instruments pédagogiques est le résultat d un projet mené par l asbl «Formation en cours de Carrière» avec l aide du Fonds Social Européen. L objectif essentiel de ce projet est d assurer l information et la formation des professeurs de l enseignement de qualification à la concrétisation d une approche par les compétences au départ des profils de formation. L objectif est atteint à travers 3 programmes parallèles et convergents : - l élaboration de nouveaux outils pédagogiques conformes aux nouveaux profils de formation - la formation des enseignants à l utilisation de ces outils - l organisation de stages en entreprise pour les professeurs. 1) Quels objectifs poursuivent ces outils et la formation reçue? Les outils pédagogiques ont été construits en tenant compte des caractéristiques de la pédagogie active de l'approche par les compétences. Il est vrai qu il y a déjà longtemps que l école connaît différentes formes de pédagogie active. L approche par les compétences en est une représentante. Elle met l accent sur l élève placé au centre de ses apprentissages. Concrètement que veut dire cette affirmation? Tout d abord, l élève est mis au courant de son parcours de formation dès son entrée dans la formation qualifiante. Il reçoit un agenda de formation reprenant les différentes compétences qu il devra acquérir. Lors de l apprentissage d un niveau de compétence, l élève est informé des critères d évaluation qui permettront de juger si le niveau est acquis. Il y a donc un lien systématique entre l acquisition de la compétence et son évaluation. L élève n est plus surpris par l évaluation, il intègre ce que l acquisition de la compétence requiert comme démarches. Il ne cherche plus à correspondre aux demandes de l interrogateur mais à maîtriser un niveau de compétence. Ces deux points ont comme objectif de conscientiser le jeune aux étapes de son apprentissage. Enfin, conformément aux compétences des profils de formation, les compétences transversales sont développées. L accent est mis sur l application des modes de communication, la capacité de travailler en équipes, l adaptation à une situation nouvelle, l intégration de différents domaines d application de la compétence, le sens des responsabilités, le travail en autonomie. 2) L outil pédagogique que vous allez découvrir dans les autres livrets est spécifique d une option d études et comprend : - une matrice des objets de formation - une situation d apprentissage - un carnet de l élève - un guide d évaluation - un guide du matériel et documentaire - un tableau de vérifications Ce travail a été réalisé par Bernard Comparin. chargé de mission de la Formation en cours de Carrière du secteur 2, Industrie : coordinatrice du projet M me Josette Charlier.

8 8 BIBLIOGRAPHIE ASTOLFI J.P., L école pour apprendre, Paris, ESF, 1993 ASTOLFI J.P., L erreur, un outil pour enseigner, Paris, ESF, 1997 BECKERS J., Développer et évaluer des compétences à l école : vers plus d efficacité et d équité, Bruxelles, Labor éducation, 2002 BEN LAMINE B., Notes méthodologiques pour l élaboration d un guide pédagogique selon l approche par compétences, ULG, juin 2001 BONAMI M., GARANT M.,Systèmes scolaires et pilotage de l innovation. Emergence et implantation du changement, Bruxelles, De Boeck, 1996 BOSMAN C, GERARD F.M., ROEGIERS X., Quel avenir pour les compétences? Bruxelles, De Boeck, 2000 BOUTIN G., JULIEN L., L obsession des compétences, Montréal, Editions Nouvelles, 2000 COLARDYN D., La gestion des compétences, Paris, PUF, 1996 Conseil de l Education et de la Formation, Validation des compétences, Bruxelles, Communauté française de Belgique, 1997 CRAHAY M., Peut-on lutter contre l échec scolaire? Bruxelles, De Boeck, 1996 Internationale de l Education, Valoriser le rôle des enseignants dans un monde en évolution, Genève, BIE, 1996 LE BOTERF G., Construire des compétences individuelles et collectives, Paris, Les Editions d Organisation, 2000 LE BOTERF G., De la compétence à la navigation professionnelle, Paris, Les Editions d Organisation, 1997 LE BOTERF G., L ingénierie des compétences, Paris, Les Editions d Organisation, 1998 MARTIN G., L approche par compétences dans la formation et l enseignement technique et professionnel, Compétence, formation, profession, Centre des méthodes d enseignement de la Province de Liège MEIRIEU P., Apprendre oui, mais comment? Paris, ESF, 1987 MEIRIEU P., L école mode d emploi. Des «méthodes actives» à la pédagogie différenciée, Paris, ESF, 1994

9 9 MICHEL S., LEDRU M., Capital-compétence dans l entreprise : une approche cognitive, Paris, ESF, 1991 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE, Commission Communautaire des Professions et des Qualifications, Profils de qualification et Profils de formation des secteurs de l enseignement de qualification MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE, Décret définissant les missions prioritaires de l enseignement fondamental et de l enseignement secondaire et organisant les structures propres à les atteindre, 24 juillet 1997 OCDE, Qualifications et compétences professionnelles dans l enseignement technique et la formation professionnelle. Evaluation et certification, Paris, OCDE, 1996 PERRENOUD P., Construire des compétences dès l école, Paris, ESF, 1997 PERRENOUD P., L évaluation des élèves. De la fabrication de l excellence à la régulation des apprentissages. Entre deux logiques, Paris-Bruxelles, De Boeck & Larcier, 1998 PERRENOUD P., La formation des enseignants. Entre théorie et pratique, Paris, L Harmattan, 1994 ROEGIERS X., Une pédagogie de l intégration. Compétences et intégration des acquis dans l enseignement, Bruxelles, De Boeck, 2000 TILMAN F., Former à l employabilité. Une nouvelle conception de la formation professionnelle. Exposé des principes et examen des problèmes, Bruxelles, F.N.E.Se.C., 1993 ZARIFIAN P., Objectif compétence, Paris, Editions Liaisons, 1999 Sites internet : Belgique : - programmes de la communauté française : - nouveaux programmes : - CCPQ :profils de qualification et de formation Canada : - Site du discas : différents outils sur les compétences et les programmes : - Ministère du Québec : - - Programmes par secteurs :

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR 7 ECONOMIE ORIENTATION D' ETUDES : TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE Outils pédagogiques construits selon l approche FORMATION EN COURS DE par les compétences

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile Section : Bachelier en Automobile Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

STAGE : TECHNICIEN EN BUREAUTIQUE

STAGE : TECHNICIEN EN BUREAUTIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION STAGE

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification Reconnaissance de la professionnalité de stagiaires en enseignement au secondaire et rôles des superviseurs Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation

Plus en détail

Formation Continue Les cycles de compétences. Présentation générale

Formation Continue Les cycles de compétences. Présentation générale Formation Continue Les cycles de compétences Présentation générale Les cycles de compétences : Introduction Les cycles proposés Dans le but de développer et de promouvoir de façon systématique un certain

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences et techniques des activités physiques et sportives de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti Hamid Mohamed Aden, Directeur du CRIPEN, Djibouti Xavier Roegiers, Professeur à l Université de Louvain, Directeur

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

E-Forum sur l Approche par les Compétences

E-Forum sur l Approche par les Compétences E-Forum sur l Approche par les Compétences Exposé liminaire Deux conceptions de l approche par compétences BIEF / 05.09.19 1 Quand on parle d approche par les compétences dans les curriculums, on pense

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante Guide d exploration de métiers et de professions Approche orientante Document rédigé par Yves Jutras Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal, 2012 Exploration de métiers et de professions

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Une génération internet parmi les seniors?

Une génération internet parmi les seniors? Note d éducation permanente de la Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 1, mars 2012 www.ftu.be/ep Une génération internet parmi les seniors? Les TIC, entre inégalités et opportunités Internet n est

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Institut de la Vallée Bailly Braine-l Alleud www.valleebailly.be

Institut de la Vallée Bailly Braine-l Alleud www.valleebailly.be 013-014 Institut de la Vallée Bailly Braine-l Alleud www.valleebailly.be 3 e degré de l enseignement professionnel 7 e année P «Gestionnaire de Très Petites Entreprises» Sommaire Pages 1. Grille horaire.

Plus en détail

Tout dépend de ce qu on veut évaluer

Tout dépend de ce qu on veut évaluer Tout dépend de ce qu on veut évaluer François-Marie GERARD 1 Parent d élèves, je m interroge souvent lors de la remise d interrogations ou de bulletins. Mes enfants sont crédités d une «note» plus ou moins

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

DécliCC. savoir. cahier des charges

DécliCC. savoir. cahier des charges DécliCC savoir S ORGANISER cahier des charges Du PARCOURS déclicc savoir S ORGANISER Développer ses compétences clés pour savoir s organiser Module A 30 à 40 heures Organiser l exécution d une tâche Contexte

Plus en détail

Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle

Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle République Tunisienne Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle MISSIONS Crée en 1999 par le Ministère de la formation Professionnelle et

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation PROFILS DES ELEVES Difficultés d ordre méthodologique et d organisation Les élèves commencent les exercices avant d avoir vu la leçon; ils ne savent pas utiliser efficacement les manuels. Ils ne se rendent

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Arts du spectacle - Cinéma de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Technicien / Technicienne de l'automobile

Technicien / Technicienne de l'automobile Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : Technicien / Technicienne de l'automobile COMPETENCE PARTICULIERE VISEE Diagnostiquer et réparer avec ou sans appareil

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

LA FORMATION EN ALTERNANCE. Une autre façon d apprendre un métier et de réussir

LA FORMATION EN ALTERNANCE. Une autre façon d apprendre un métier et de réussir LA FORMATION EN ALTERNANCE Une autre façon d apprendre un métier et de réussir Dominique Parys Chargée de mission DGEO -Direction Relations Ecoles Monde du Travail dominique.parys@cfwb.be 02/690.83.61

Plus en détail

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Une démarche d'accompagnement pour une autoévaluation réflexive Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Université

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Attestation d études collégiales Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Le programme d attestation d études collégiales (AEC) Courtage immobilier résidentiel est d une durée de 570 heures L'objectif

Plus en détail

R a p p o r t 2 0 0 5-2 0 0 6

R a p p o r t 2 0 0 5-2 0 0 6 R a p p o r t 2 0 0 5-2 0 0 6 O b s e r v a t o i r e des filières de qualification de l enseignement technique et professionnel en alternance Secteur de l Industrie Technologique Technopass Centre de

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Offre de formation 201-2014 La Mention MEEF Enseignement dans le 1 er degré comprend parcours : Enseignement polyvalent Enseignement bilingue français-allemand

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Profil d enseignement

Profil d enseignement Catégorie pédagogique Profil d enseignement Bachelier Normale secondaire Langues germaniques Année académique 2015-2016 Haute École Charlemagne : nos Valeurs Par l engagement et la qualité du travail de

Plus en détail

La gestion des ressources humaines

La gestion des ressources humaines L Institut des Affaires Publiques La gestion des ressources humaines Stage international de perfectionnement pour fonctionnaires des administrations et cadres des entreprises des pays du Sud 4 SESSIONS

Plus en détail

PROJET D'ÉTABLISSEMENT

PROJET D'ÉTABLISSEMENT PROJET D'ÉTABLISSEMENT Une école qui apprend à vivre ensemble Le projet d établissement est issu de la réflexion collective des enseignants afin de respecter les projets éducatif et pédagogique définis

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE)

Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE) Département AES Master Professionnel et de Recherche "Sciences de l'homme et de la Société" Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE) Lieu de la formation : Université Rennes 2 Haute-Bretagne

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES

REGLEMENT DES ETUDES P a g e 1 REGLEMENT DES ETUDES INSTITUT DON BOSCO HUY Enseignement ordinaire de plein exercice rue des Cotillages 2-4500 HUY - Tél.: 085/27.07.50 - Fax: 085/23.55.29 E-Mail: direction@donboscohuy.be Site

Plus en détail

La formation professionnelle évolue...

La formation professionnelle évolue... décembre 2014 spécial réforme La formation professionnelle évolue... Voici ce qui change pour vous CPF financement tutorat plan de formation Entretien professionnel Période de professionnalisation Ce qui

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

PROGRAMMES FORMATIONS

PROGRAMMES FORMATIONS PROGRAMMES FORMATIONS LES FORMATIONS INSTRUCTEURS 26 LES MILLS EST LA SEULE SOCIÉTÉ AU MONDE QUI MESURE LA QUALITÉ D ENSEIGNEMENT DES COURS EN INVESTISSANT DANS LA FORMATION DES INSTRUCTEURS PAGE _05 Modules

Plus en détail

Avis N 110 Conseil du 30 septembre 2011

Avis N 110 Conseil du 30 septembre 2011 Conseil de l Education et de la Formation Les acquis d apprentissage, du concept à la mise en œuvre : pour une approche transparente et cohérente des pratiques entre opérateurs d enseignement et de formation

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Ce document, présenté comme un tout, se décline en réalité selon deux

Plus en détail

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION?

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? N 372 LAMEUL Geneviève 1 POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? Le développement croissant de l usage des technologies perturbe l école dans son organisation interne, dans son rapport à la société,

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie -Version FR Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie Communiqué de la Conférence des ministres européens chargés de l Enseignement supérieur,

Plus en détail

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement B. Charte, règlements, sanctions, encadrement «le futur citoyen n a pas seulement à apprendre à obéir à la loi mais aussi à la faire avec les autres. Dès lors, du coté de l élève, il ne s agit pas de se

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2013-2015

Plan d action de développement durable 2013-2015 Plan d action de développement durable 2013-2015 Une production de l Institut national d excellence en santé et en services sociaux Le contenu de cette publication a été rédigé et édité par l INESSS. Ce

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail