Evaluation de l exposition des salariés aux vibrations dans une entreprise du BTP

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation de l exposition des salariés aux vibrations dans une entreprise du BTP"

Transcription

1 Evaluation de l exposition des salariés aux vibrations dans une entreprise du BTP Magali LEDERLE SOGEA EST BTP, VINCI Construction France, Résumé Le développement des maladies liées aux expositions professionnelles et l évolution de la réglementation amènent les entreprises à prendre en compte des risques peu traités jusqu à présent. L exposition aux vibrations mécaniques, par exemple, est un facteur important d apparition de Troubles Musculo-Squelettiques et 2 tableaux de maladies professionnelles y sont consacrés ; mais c est un risque encore peu connu en entreprise. La directive européenne 2002/44, transcrite en droit français par le décret , prévoit une évaluation des risques liés à l exposition des travailleurs aux vibrations et des mesures de prévention adaptées, dans toutes les entreprises. Dans ce cadre, la société SOGEA EST BTP, filiale du groupe VINCI Construction France, a lancé une vaste campagne de mesures, destinée à évaluer précisément l exposition de ses salariés. Les mesures ont été réalisées pour diverses activités du groupe (taille de pierre, chantiers de pose de canalisations, etc.) à l aide des dosimètres main-bras (VMB) et corps entier (Health Vib) de la marque CVK. Les résultats obtenus montrent une exposition parfois importante des salariés et engage donc l entreprise SOGEA EST BTP, et plus largement le groupe VINCI Construction France, dans une politique globale de prévention des risques liés aux vibrations. Mots-clés : Vibrations BTP mesures exposition 1 Contexte et problématiques 1.1 Les points clés Réglementation La communauté européenne a décidé de réglementer «l exposition des travailleurs aux risques dus aux agents physiques (vibrations)» au travers de la directive 2002/44 ([1]), adoptée le 25 juin Celle-ci a ensuite été retranscrite en droit français, au travers du décret du 4 juillet 2005 ([2]), et enfin intégrée au code du travail. Cette réglementation impose aux entreprises de mener une évaluation des risques et d établir un plan d actions, en fonction des résultats de cette évaluation et des valeurs limites d exposition fixées par le texte (5 m/s 2 pour le système main-bras et 1,15 m/s 2 pour l ensemble du corps). Des seuils, déclenchant les actions de prévention, sont aussi définis (2,5 m/s 2 pour le système main-bras et 0,5 m/s 2 pour l ensemble du corps). D autres obligations incombent à l employeur : la mise en place de mesures de prévention, la surveillance médicale des travailleurs et la formation et l information de ces derniers. Colloque Bruit et vibrations au travail 2 au 4 mars 2011 Paris FRANCE - 1

2 1.1.2 Enjeux économiques et humains La conformité réglementaire n est pas l unique enjeu de la prise en compte de l exposition des salariés aux vibrations. En effet, les vibrations sont responsables du développement de maladies, reconnues comme professionnelles. Des enjeux économiques importants apparaissent donc pour les entreprises. Les vibrations sont la cause d affections du système main-bras et du rachis lombaire. Ces troubles sont répertoriés dans les tableaux n 69 et 97 du Code de la Sécurité Sociale. Les vibrations sont aussi mises en cause dans l apparition d autres maladies professionnelles. Le tableau n 57 («affections péri-articulaires provoquées par certains gestes et postures de travail») rassemblent d autres Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) dont l exposition aux vibrations peut être un facteur déclenchant ([3]). Le nombre de TMS déclarés est en constante augmentation ces dernières années (Figure 1). Figure 1 : Evolution du nombre de maladies professionnelles depuis 2000 (Extrait de «Statistiques 2009», INRS, dossier web, 24/09/2010) Le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics est lui aussi fortement impacté par cela. Ceci peut représenter un coût économique non négligeable pour les entreprises, puisque les sommes qui entrent en jeu sont conséquentes (cotisation à la caisse d assurance maladie). Il paraît donc essentiel aux entreprises de prendre en compte le risque lié aux vibrations et de le réduire au maximum, afin de limiter les maladies professionnelles qui en résultent. Pour cela, il est nécessaire de réaliser une évaluation des risques pertinente. 1.2 Les problématiques du secteur du BTP Variabilités des émissions Dans les métiers du BTP, de nombreux outils à émissions vibratoires importantes sont utilisés et chaque modèle possède une valeur d accélération propre dans sa notice d instructions. Le regroupement des émissions par catégorie d outils (perceuses, plaques vibrantes, etc.) n est donc pas aisée. De plus, l émission vibratoire d un outil peut varier suivant son utilisation. La même problématique s applique d ailleurs aux engins de chantier. Pour ces machines, on ne trouve pas de valeur unique, les valeurs d accélération sont données en fonction de la tâche effectuée ([4]). Colloque Bruit et vibrations au travail 2 au 4 mars 2011 Paris FRANCE - 2

3 1.2.2 Variabilités des tâches L autre difficulté réside dans la variabilité des tâches journalières effectuées. En effet, les outils utilisés et la durée de leur utilisation est aléatoire. Dans l activité hydraulique (pose de réseaux humides et réseaux secs), l exposition varie non seulement en fonction des métiers mais aussi en fonction des équipes. Il faut ajouter à cela, la variabilité des chantiers et des modalités de leur exécution. Par exemple, la durée de compactage va varier suivant les matériaux de remblai utilisés ; la durée d utilisation des découpeuses va changer suivant le diamètre des tuyaux à mettre en place. S ajoute à cela, la difficulté liée à l exposition multiple des salariés. Ils utilisent effectivement des équipements vibrants différents, dans la même journée, et les expositions se cumulent. 2 Evaluation des risques dans une entreprise de travaux hydrauliques 2.1 Exposition de l ensemble du corps Méthodologie et mesures La première étape a consisté à récolter des informations auprès des constructeurs et fournisseurs de ces engins. Leurs données sont cohérentes avec celles résultantes des campagnes de mesures, réalisées par l INRS et HSL, de 1997 à 2005 ([5], [6]). La deuxième étape a permis d évaluer sommairement les risques, en se référant aux données précédentes. Cette analyse a fait apparaître des niveaux de risques élevés dans plusieurs cas. La troisième étape, découlant de ce constat, a été de mesurer sur les chantiers de l activité hydraulique, l exposition des conducteurs lors de leur journée de travail. Pour cela, l entreprise dispose du matériel de mesures «corps entier» CVK (Figure 4). Enregistreur Cupule avec espace pour accéléromètre Logiciel Accéléromètre Figure 4 : Matériel de mesures CVK pour les vibrations transmises à l ensemble du corps (Mesures d 1h au moins, réalisées sur chantiers, de juillet à septembre 2009, en conditions réelles) Les mesures ont été réalisées sur différents engins couramment utilisés dans l activité : des chargeuses sur pneus, des mini-pelles, des pelles sur chenilles et sur pneus. Colloque Bruit et vibrations au travail 2 au 4 mars 2011 Paris FRANCE - 3

4 2.1.2 Résultats et hiérarchisation des risques Quelque soit l engin utilisé, la valeur limite de 1,15 m/s 2 n est jamais atteinte. Les résultats, détaillés dans le Tableau 1, sont cohérents avec ceux estimés à l aide des données des constructeurs et ceux résultant des campagnes de mesures INRS ([5], [6]). Les conducteurs de pelles passent la quasi-totalité de leur journée de travail dans leur engin. En ce qui concerne les chargeuses et les mini-pelles, l utilisation est souvent plus séquencée. Ainsi, sur une journée de travail de 8h, en enlevant les pauses et les temps d attente, l exposition des salariés aux vibrations du corps entier ne dépasse pas 7h. Engins Chargeuses Pelles sur Pelles sur Minipelles sur pneus chenilles pneus Nombre de mesures Valeur d émission minimum mesurée (en m/s 2 ) 0,48 0,23 0,37 0,42 Valeur d émission maximum mesurée (en m/s 2 ) 0,90 0,37 0,70 0,77 Valeur moyenne d émission mesurée (en m/s 2 ) 0,71 0,33 0,51 0,57 Exposition minimale pour 7h/jour d utilisation 0,45 0,22 0,35 0,39 Exposition maximale pour 7h/jour d utilisation 0,84 0,35 0,66 0,72 Exposition moyenne pour 7h/jour d utilisation 0,66 0,31 0,47 0,54 Tableau 1 : Détails des résultats des mesures de l exposition ensemble du corps (La valeur limite n est jamais atteinte ; les valeurs > au seuil d action sont en orange) Ces résultats permettent de hiérarchiser les risques liés à la conduite d engins de chantier. Les chargeuses ont les émissions les plus importantes. Les pelles sur pneus et les mini-pelles exposent les conducteurs à des niveaux similaires. Ceux-ci sont légèrement supérieurs dans le cas des mini-pelles, ce qui est compensé par le fait qu elles sont utilisées moins longtemps. L exposition aux vibrations pour les pelles sur chenilles est inférieure au seuil d action. 2.2 Exposition du système main-bras Méthodologie et mesures La première étape consiste toujours à récolter des informations auprès des constructeurs et fournisseurs. Comme pour l exposition de l ensemble du corps, l estimation grossière a fait apparaître des niveaux de risques potentiellement élevés. Des mesures sur chantiers ont donc semblaient utiles. Pour cela, l entreprise dispose du matériel de mesures CVK, pour le système main-bras (Figure 5). Accéléromètre Figure 5 : Matériel de mesures des vibrations transmises au système main-bras (Mesures réalisées en extérieur, sur chantiers, de juillet à septembre 2009, dans des conditions réelles d utilisation et sur une durée d au moins 3 minutes) Colloque Bruit et vibrations au travail 2 au 4 mars 2011 Paris FRANCE - 4

5 Les mesures ont été réalisées sur des outils utilisés dans l activité : carotteuses, découpeuses, marteaux-piqueurs, pilonneuses, plaques vibrantes et scies à sol Résultats et hiérarchisation des risques Les résultats, détaillés dans le Tableau 2, sont cohérents avec ceux résultant des campagnes de mesures INRS ([5], [7]), mais supérieurs aux données des fabricants. Outils Données fabricants (m/s 2 ) Mesures (en m/s2) Moyenne (en m/s2) Découpeuses, etc. 2,5 à 9 3,38 Carotteuses 2,5 à 11 3,0 à 5,41 3,97 Marteaux piqueurs 4 à 10 7,11 Perceuses, perforateurs 5 à 21 - Pilonneuses 7 à 18 6,21 à 17,1 12,0 Plaques vibrantes 4 à 11 2,5 à 14 6,39 Scies à sol 9,5 5,89 à 6,53 6,21 Scies circulaires 2,5 à 3,5 - Tableau 2 : Valeurs d émissions vibratoires des outils mesurées en entreprise Une méthodologie particulière a été développée pour la hiérarchisation des risques. Elle se base sur l intensité des émissions vibratoires des outils, et sur des classes de fréquence d utilisation, puisque des durées précises ne peuvent être déterminées. Les résultats obtenus, combinés à une estimation de la fréquence d utilisation, permettent de hiérarchiser les risques. Les pilonneuses, les plaques et les scies à sol exposent le plus les salariés de l activité hydraulique aux vibrations. Le marteau-piqueur a une contribution secondaire à l exposition des travailleurs. La découpeuse présente un risque plus faible, et le risque lié aux carotteuses apparait négligeable. Il faudrait toutefois vérifier cette conclusion en pratiquant d autres mesures. Il apparaît donc que le risque lié à l utilisation d outils portatifs vibrants est prioritaire par rapport à l exposition des conducteurs d engins de chantier. Pour compléter cela, un établissement de temps limite d utilisation par outil, et un système de comptabilisation pour les expositions multiples peuvent être envisagés, pour veiller au respect de la valeur limite réglementaire. 3 Conclusion La réalisation d une évaluation des risques liés aux vibrations, la plus pertinente et la plus efficace possible, est une obligation réglementaire, mais présente également un intérêt humain et financier pour l entreprise, surtout pour celles fortement concernées par ce risque. Dès lors, la problématique de la méthodologie apparait, pour les entreprises du secteur du Bâtiment et des Travaux Publics en particulier, où le risque lié aux vibrations est bien réel et massif. Les démarches existantes ne tiennent pas compte de la variabilité des émissions vibratoires des équipements en fonction des activités, ni de la variabilité des tâches journalières et des méthodes de travail, propres à ce secteur d activités. Il semblait donc nécessaire d adapter les outils existants aux réalités des conditions de travail en entreprises. Colloque Bruit et vibrations au travail 2 au 4 mars 2011 Paris FRANCE - 5

6 Une démarche a été proposée et mise en pratique dans la société de travaux hydrauliques Sogea Est. Cela a permis de répondre à la difficulté de connaitre les émissions réelles des équipements, par des mesures directes sur chantier. Un système de cotation spécifique a aussi été développé afin d identifier les priorités d actions et ainsi de mieux gérer l évaluation des risques liés aux vibrations. Des limites demeurent toutefois, notamment dans la gestion des expositions multiples. La méthode proposée a malgré tout permis de dégager des pistes d actions et de les prioriser. Les résultats obtenus, dans l entreprise Sogea Est, ont encouragé l extension de la démarche à d autres entités du groupe Vinci Construction France. Références (dans l ordre d apparition dans le texte) [1] Parlement Européen et Conseil, 25 juin 2002, journal officiel des communautés européennes, directive 2002/44/CE [2] Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement, 5 juillet 2005, journal officiel de la république française, décret n [3] CNAMTS/DRP, rapport 2008, Chiffres clefs de la sinistralité : branche AT/MP 2008 [4] Liebherr, avril 2006, Vibrations transmises à l ensemble du corps - Instructions de transposition de la directive 2002/44/CE pour les engins de terrassement (notice logiciel) [5] Commission européenne, 2006, guide des bonnes pratiques en matière de vibrations globales du corps et guide des bonnes pratiques en matière de vibrations main-bras [6] Boulanger P., Donati P. (INRS), 1 er trimestre 1996, L environnement vibratoire aux postes de conduite des mini-engins de chantier, Cahiers de notes documentaires n 162 [7] Donati P. et Bitsch J. (INRS), mai 1991, Prévention des vibrations engendrées par les machines portatives, communication 12 èmes journées nationales de médecine du travail BTP Colloque Bruit et vibrations au travail 2 au 4 mars 2011 Paris FRANCE - 6

OSEV : un outil d'évaluation du risque vibratoire auquel est soumis un conducteur d'engins

OSEV : un outil d'évaluation du risque vibratoire auquel est soumis un conducteur d'engins OSEV : un outil d'évaluation du risque vibratoire auquel est soumis un conducteur d'engins Pascal POUPONNEAU (Carsat Midi-Pyrénées, Département des risques professionnels, France, pascal.pouponneau@carsat-mp.fr

Plus en détail

focus La rançon du succès Prolongement naturel de des machines portatives Prévention des vibrations De la sécurité aux atteintes à la santé

focus La rançon du succès Prolongement naturel de des machines portatives Prévention des vibrations De la sécurité aux atteintes à la santé focus Prévention des vibrations L Union européenne a adopté, en 2002, une directive relative à l exposition des travailleurs aux vibrations. Qu en est-il cinq ans après, notamment pour l exposition des

Plus en détail

Expositions professionnelles aux vibrations : bilan des mesures et éléments de prévention

Expositions professionnelles aux vibrations : bilan des mesures et éléments de prévention Expositions professionnelles aux vibrations : bilan des mesures et éléments de prévention Mélanie LAFONT, Technicien HSE IPRP Jeremy ROBERT, Technicien Métrologue IPRP Sommaire Réglementation Méthodologie

Plus en détail

DEPARTEMENT PREVENTION ET TARIFICATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CARSAT L-R

DEPARTEMENT PREVENTION ET TARIFICATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CARSAT L-R DEPARTEMENT PREVENTION ET TARIFICATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CARSAT L-R 1 2 LA CARSAT AU SEIN DE LA SECURITE SOCIALE CAISSE NATIONALE DE L'ASSURANCE MALADIE CAISSE NATIONALE DE L'ASSURANCE VIEILLESSE

Plus en détail

Décision n 11-DCC-194 du 16 décembre 2011 relative à l acquisition du contrôle exclusif de Bergerat Monnoyeur Location SAS par Kiloutou SA

Décision n 11-DCC-194 du 16 décembre 2011 relative à l acquisition du contrôle exclusif de Bergerat Monnoyeur Location SAS par Kiloutou SA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-194 du 16 décembre 2011 relative à l acquisition du contrôle exclusif de Bergerat Monnoyeur Location SAS par Kiloutou SA L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER MÉTIERS DE LA PIERRE

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER MÉTIERS DE LA PIERRE MÉMO SANTÉ MÉTIERS DE LA PIERRE CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER Il est essentiel de préserver sa santé et celle de ses salariés pour réaliser un travail efficace et de qualité. De nombreuses

Plus en détail

AIDE AU REPÉRAGE DE SITUATIONS À RISQUE DE TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES (TMS) POUR LES TPE/PME DU SECTEUR DE LA MÉTALLURGIE

AIDE AU REPÉRAGE DE SITUATIONS À RISQUE DE TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES (TMS) POUR LES TPE/PME DU SECTEUR DE LA MÉTALLURGIE AIDE AU REPÉRAGE DE SITUATIONS À RISQUE DE TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES (TMS) POUR LES TPE/PME DU SECTEUR DE LA MÉTALLURGIE >> TOUT VA BIEN DANS MON ENTREPRISE... EN êtes-vous vraiment SûR? les tms, ça

Plus en détail

Les Vibrations au Travail

Les Vibrations au Travail 2ème Journée de la Santé au Travail et de la Prévention Les Vibrations au Travail Dr Muriel Deyglun / Stéphane Castex Le 10 Juin 2010 Plan Définition La réglementation Les effets sur la santé La mesure

Plus en détail

Prévention Risques Professionnels

Prévention Risques Professionnels Prévention Risques Professionnels Évaluation des risques professionnels Aide à la réalisation du Document Unique Aide à la réalisation du Document Unique 2 Objectifs Vous présenter le contexte de l évaluation

Plus en détail

CONDITIONS DE TRAVAIL Bilan 2007

CONDITIONS DE TRAVAIL Bilan 2007 CONDITIONS DE TRAVAIL Bilan 2007 Conseil supérieur de la prévention des risques professionnels Ministère du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité Direction générale du travail La présente

Plus en détail

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère délégué à l emploi, au travail et à l insertion professionnelle des jeunes Convention de partenariat Etat/OPPBTP sur la prévention

Plus en détail

EDITO SOMMAIRE LETTRE D INFORMATION SANTÉ AU TRAVAIL N 3 - JUIN 2014. «Progresser encore et toujours dans nos entreprises :

EDITO SOMMAIRE LETTRE D INFORMATION SANTÉ AU TRAVAIL N 3 - JUIN 2014. «Progresser encore et toujours dans nos entreprises : LETTRE D INFORMATION SANTÉ AU TRAVAIL N 3 - JUIN 2014 EDITO SOMMAIRE - Edito - Bonnes pratiques - Les TMS - Les addictions - Nouveaux arrivants - Document Unique - Reforme des retraites Pénibilité - Compte

Plus en détail

MÉMO SANTÉ. Contraintes physiques: LES RÉFLEXES À ADOPTER

MÉMO SANTÉ. Contraintes physiques: LES RÉFLEXES À ADOPTER MÉMO SANTÉ PAYSAGISTES Contraintes physiques: LES RÉFLEXES À ADOPTER Il est essentiel de préserver sa santé et celle de ses salariés pour réaliser un travail efficace et de qualité tout au long de sa vie

Plus en détail

Calcul des plafonds du bulletin

Calcul des plafonds du bulletin Calcul des plafonds du bulletin Fonctionnement et appel des plafonds sur le bulletin Lors du calcul du bulletin, les plafonds de la Sécurité Sociale, de la retraite, des congés spectacles, critères essentiels

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Commission nationale de lutte contre le travail illégal et contre la fraude au détachement des travailleurs

DOSSIER DE PRESSE. Commission nationale de lutte contre le travail illégal et contre la fraude au détachement des travailleurs DOSSIER DE PRESSE Commission nationale de lutte contre le travail illégal et contre la fraude au détachement des travailleurs Lundi 30 mai 2016 1 Le Premier ministre, Manuel VALLS, préside pour la deuxième

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Les risques au travail et le Document unique d évaluation des risques professionnels

Les risques au travail et le Document unique d évaluation des risques professionnels Les risques au travail et le Document unique d évaluation des risques professionnels Dr Hervé LECLET Publié dans : Labelix, lettre d information trimestrielle n 8 juillet 2009 Le critère 2.2.10 de la référence

Plus en détail

Titre de la présentation. Le compte prévention pénibilité. Nom de l intervenant 00/00/2012 Emmanuel GOUAULT Directeur adjoint

Titre de la présentation. Le compte prévention pénibilité. Nom de l intervenant 00/00/2012 Emmanuel GOUAULT Directeur adjoint Titre de la présentation La gestion du compte prévension pénibilité Nom de l intervenant 00/00/2012 Emmanuel GOUAULT Directeur adjoint 2 février 2015 Institut du Travail Partie 1 Le compte prévention pénibilité

Plus en détail

PREVENTION CONDITIONS DE TRAVAIL SECURITE PREVENTION DE LA PENIBILITE AU TRAVAIL

PREVENTION CONDITIONS DE TRAVAIL SECURITE PREVENTION DE LA PENIBILITE AU TRAVAIL N 126 - SOCIAL n 41 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 06 septembre 2011 ISSN 1769-4000 PREVENTION CONDITIONS DE TRAVAIL SECURITE PREVENTION DE LA PENIBILITE AU TRAVAIL L essentiel L'article

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ Arrêté du 19 décembre 2014 modifiant les modalités de validation d une démarche qualité

Plus en détail

Bienvenue dans votre Service de Santé au Travail

Bienvenue dans votre Service de Santé au Travail L Evaluation des Risques Professionnels et le Document Unique Mardi 28 avril 2015 Bienvenue dans votre Service de Santé au Travail Mardi 28 avril 2015 Association Inter Patronale de Valence et Région Eviter

Plus en détail

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil Chapitre 3 Performances du RPT Version 2 applicable à compter du 24 avril 2009 6 pages Page:2/6 1. RAPPEL DU CADRE REGLEMENTAIRE Cahier des charges annexé à l avenant, en date du 30 octobre 2008, à la

Plus en détail

Modifications mai 2016 (complément au document de base USEC 2014) USAGES

Modifications mai 2016 (complément au document de base USEC 2014) USAGES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la sécurité et de l économie Office cantonal de l inspection et des relations du travail Modifications mai 2016 (complément au document de base USEC 2014)

Plus en détail

FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation

FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Eclatement et découpe de branchements en amiante-ciment Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation INTERVENANT : JC BEHRENS Responsable

Plus en détail

génie acoustique outils

génie acoustique outils Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL option 2 Ergonomie de l

Plus en détail

Annexe III - Actions particulières de formation liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail

Annexe III - Actions particulières de formation liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail CHAPITRE 5 Annexe III - Actions particulières de liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail Les s Annexe III Actions particulières de liées à l exposition à un risque spécifique

Plus en détail

Introduction. 1 Enjeux en santé et sécurité au travail

Introduction. 1 Enjeux en santé et sécurité au travail Introduction La santé et la sécurité au travail sont, aujourd hui, l objet d enjeux très importants en termes d accidents du travail et de maladies professionnelles dont nous rappellerons les définitions.

Plus en détail

Mettre en œuvre le Six Sigma

Mettre en œuvre le Six Sigma Caroline Fréchet Mettre en œuvre le Six Sigma CD-Rom de démonstration MINITAB offert QUALITÉ Comment utiliser le Six Sigma avec facilité > Définir et positionner le projet > Mesurer la situation existante

Plus en détail

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Radars photographiques et surveillance aux feux rouges CATÉGORIE : INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE Au début des années 2000, le gouvernement du Québec avait envisagé

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE DE L INSTALLATION PROJETEE AVEC LES PRESCRIPTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES RELATIVES A L HYGIENE ET LA SECURITE DU PERSONNEL Notice Hygiène et sécurité - Page

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

Vibrations, un risque mal connu des entreprises et des conducteurs d engins de manutention et de chantier

Vibrations, un risque mal connu des entreprises et des conducteurs d engins de manutention et de chantier Vibrations, un risque mal connu des entreprises et des conducteurs d engins de manutention et de chantier Deux études épidémiologiques et deux études ergonomiques Michel Dupéry, Rémi Petitfour, Claire

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS SPÉCIFIQUES

LES CONTRIBUTIONS SPÉCIFIQUES LES CONTRIBUTIONS SPÉCIFIQUES CHAPITRE 6 BILAN DE LA CAMPAGNE DE CONTRÔLE MANUTENTION MANUELLE 2007 Introduction 159 Les phases de la campagne 160 Un nombre important de contrôles 161 Les principaux résultats

Plus en détail

Traitement acoustique dans un atelier de tri manuel de galets

Traitement acoustique dans un atelier de tri manuel de galets Traitement acoustique dans un atelier de tri manuel de galets Thierry BECKER 1. CARSAT Nord-Picardie, Gestion des Risques Professionnels, Centre de Mesures Physiques, France, thierry.becker@carsat-nordpicardie.fr,

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

Quels sont les documents à remettre aux partenaires sociaux? Quelles sont les consultations obligatoires en matière de formation?

Quels sont les documents à remettre aux partenaires sociaux? Quelles sont les consultations obligatoires en matière de formation? sont les à remettre aux partenaires sociaux sont les consultations obligatoires en matière de formation sont les nouveautés apportées en la matière par la réforme de la formation professionnelle continue

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE. Emploi en 2009 EN REGION CENTRE. Cécile BAZIN Iwanig LE VAILLANT Jacques MALET

ECONOMIE SOCIALE. Emploi en 2009 EN REGION CENTRE. Cécile BAZIN Iwanig LE VAILLANT Jacques MALET ECONOMIE SOCIALE EN REGION CENTRE Emploi en 2009 Cécile BAZIN Iwanig LE VAILLANT Jacques MALET LES CHIFFRES CLEFS EN 2009 : Plus de 8 000 établissements employeurs Près de 87 000 salariés, soit 12,6% du

Plus en détail

Revendications de congrès CFDT

Revendications de congrès CFDT PARIS - UPSM Jeudi 17 Octobre 2013 Revendications de congrès CFDT «Refondation de la répartition» congrès de Lille, «Réforme globale des retraites» congrès de Nantes, ou «Harmonisation et consolidation

Plus en détail

Constat d un médecin du travail en Haute-Normandie. Dr Françoise de Geuser Médecin de santé au Travail amsn

Constat d un médecin du travail en Haute-Normandie. Dr Françoise de Geuser Médecin de santé au Travail amsn Constat d un médecin du travail en Haute-Normandie Dr Françoise de Geuser Médecin de santé au Travail amsn Retour d expérience personnelle Légitimité Le contexte du travail temporaire Secteur vaste qui

Plus en détail

ACTIONS ET SENSIBILISATIONS

ACTIONS ET SENSIBILISATIONS SANTE TRAVAIL DROME VERCORS ACTIONS ET SENSIBILISATIONS Votre service de Sante au Travail Interentreprises vous accompagne dans la prevention des risques professionnels et l amelioration de vos conditions

Plus en détail

TP Actualités. Février 2014

TP Actualités. Février 2014 TP Actualités Février 2014 «TP-Actualités» est un condensé de l information mensuelle. N hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur chacun des sujets abordés. RETROUVEZ TOUTE L ACTUALITE REGIONALE

Plus en détail

«La prévention de la pénibilité : un enjeu pour la santé au travail?»

«La prévention de la pénibilité : un enjeu pour la santé au travail?» BANDEAU DE SVB A l occasion de la parution au Journal Officiel le 10 octobre 2014 de six décrets d application de la loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

Items 108 et 109 : Accidents du travail et maladies professionnelles

Items 108 et 109 : Accidents du travail et maladies professionnelles Items 108 et 109 : Accidents du travail et maladies professionnelles Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Accidents du travail et maladies professionnelles : définitions...1 1. 1

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

WWW.AIPALS.COM WWW.AIPALS.COM

WWW.AIPALS.COM WWW.AIPALS.COM D O C U M E N T U N I Q U E G U I D E D A I D E D É V A L U A T I O N D E S R I S Q U E S AIPALS 2015 Conception/Mise à jour : AIPALS Santé au Travail / Novembre 2015 Crédits photo : Fotolia, Eric Audras/PhotoAlto

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE

EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE CAROLY SANDRINE (1) (1) PACTE-CRISTO- Université Pierre Mendès France- BP 47-38 040 Grenoble cedex 09 Résumé

Plus en détail

Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015

Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015 Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015 Février 2015 Paris - La Défense Sommaire Contacts Mercer Eléments de contexte Méthodologie Profil des entreprises participantes à l enquête Synthèse des

Plus en détail

Décision n 11-DCC-135 du 5 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de PPDC par NGE SAS

Décision n 11-DCC-135 du 5 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de PPDC par NGE SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-135 du 5 septembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de PPDC par NGE SAS L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé complet au

Plus en détail

Des formateurs expérimentés issus du terrain à l écoute des stagiaires Une équipe administrative réactive et à votre écoute Nouveauté 2013 CFIM TP devient Centre Permanent Spécialisé dans le secteur des

Plus en détail

de France Bois Forêt

de France Bois Forêt Observatoire économique de France Bois Forêt Observatoire national de la 2012 es entreprises doivent disposer des informations stratégiques pour se développer sur leur marché. La collecte, l analyse, la

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE Contexte de la prévention des risques Crée le 5 novembre 2001 le Document Unique d Évaluation des Risques (DU) constitue le socle de la démarche de

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Réunion d information Pénibilité

Réunion d information Pénibilité Santé au Travail Réglementation Réforme Réunion d information Pénibilité Document Unique Sensibilisation Mardi 18 Juin 2013 BTP CFA à Agnetz PLAN - Intervenants- Dr FAUQUEMBERGUE/M. LEFEBVRE Mathieu Médecin

Plus en détail

Vers un droit de la pollution de l air intérieur?

Vers un droit de la pollution de l air intérieur? Vers un droit de la pollution de l air intérieur? Florence Jamay, Maître de conférences en droit public CURAPP-ESS UMR 7319, CNRS Contribution résumée au rapport de première année du projet AIRIN, juillet

Plus en détail

Guide technique Vibrations

Guide technique Vibrations Règlement Général des Industries Extractives (RGIE) Guide technique Vibrations Ministère de l'écologie, de l'énergie, en charge des Technologies vertes et de Négociations sur le Climat www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Entrée en vigueur Conducteurs concernés article 1 de l ordonnance de 1958 :

Entrée en vigueur Conducteurs concernés article 1 de l ordonnance de 1958 : Décret n 2007-1340 du 11 septembre 2007 relatif à la qualification initiale et à la formation continue des conducteurs de certains véhicules affectés aux transports routiers de marchandises ou de voyageurs.

Plus en détail

clés Intégration Les Réussie Evaluer & Réussir l intégration des nouveaux salariés d une

clés Intégration Les Réussie Evaluer & Réussir l intégration des nouveaux salariés d une Les d une clés Intégration Réussie Savoir-faire Conditions de travail Transmission Organisation Parcours professionnel Evaluer & Réussir l intégration des nouveaux salariés Les Clés... Réussir l intégration

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Arrêté du 24 novembre 2014 relatif aux modalités d application de l audit énergétique prévu

Plus en détail

AIDE A L ELABORATION DU DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

AIDE A L ELABORATION DU DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A L ELABORATION DU DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Décret du 5 novembre 2001 Article L. 230-1 du code du travail L évolution récente de la réglementation a créé une

Plus en détail

Management de la santé et de la sécurité au travail. Optimisez votre gestion par des objectifs et des indicateurs pertinents

Management de la santé et de la sécurité au travail. Optimisez votre gestion par des objectifs et des indicateurs pertinents Management de la santé et de la sécurité au travail Optimisez votre gestion par des objectifs et des indicateurs pertinents Objectifs et indicateurs : 1 Décliner la politique de prévention La politique

Plus en détail

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise L habilitation est la reconnaissance par l employeur, de la capacité d une personne à accomplir en sécurité les tâches fixées L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

Plus en détail

Règle n 1 : Sécuriser l embauche

Règle n 1 : Sécuriser l embauche Date de mise à jour : février 2013 Cet article a pour objet de vous apporter un éclairage indispensable sur vos principales obligations en matière de gestion du personnel. En aucun cas elle ne constitue

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Le législateur exige de l employeur qu il évalue les risques auxquels sont soumis les salariés, alors même qu aucun accident du travail ne s est produit et qu

Plus en détail

PENIBILITE : OU EN EST-ON?

PENIBILITE : OU EN EST-ON? PENIBILITE : OU EN EST-ON? I. QU EST-CE QUE LA PENIBILITE? Définition de la pénibilité : la pénibilité est le fait pour un salarié d être exposé à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels susceptibles

Plus en détail

Initiation CACES CNAMTS R372m

Initiation CACES CNAMTS R372m Initiation CACES CNAMTS R372m Petits Engins de chantier (Cat. 1), Pelles hydrauliques > 6T. (Cat. 2), Chargeuses s/ Pneus > 4,5T. (Cat. 4) et Chariot de chantier à bras Télescopique (Cat. 9) - Conducteurs

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 17 janvier 2012 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif au guide pour l'accueil en restauration

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-149 du 26 octobre 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société TyreDating par la Manufacture Française des Pneumatiques Michelin et Atiro Holding L

Plus en détail

MÉMo santé. attention! Le bruit rend sourd! Salarié. EntrEprisEs artisanales du bâtiment. Le bruit est un son désagréable et gênant.

MÉMo santé. attention! Le bruit rend sourd! Salarié. EntrEprisEs artisanales du bâtiment. Le bruit est un son désagréable et gênant. MÉMo santé attention! Le bruit rend sourd! Salarié EntrEprisEs artisanales du bâtiment Le bruit est un son désagréable et gênant. Le son est le résultat d une vibration de l air qui se propage sous forme

Plus en détail

Les textes référant sont le

Les textes référant sont le entreprises...toujours à vos côtés! Prév.293 mars 2011 AUTORISATION DE CONDUITE ET C.A.C.E.S. Autorisation de Conduite - Contexte Réglementaire Les textes référant sont le décret 98 1084 du 2 décembre

Plus en détail

Chronique Télécommunications

Chronique Télécommunications INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES EN DROIT DE L 'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION Chronique Télécommunications 14 novembre 2006 Le processus legislatif ayant permis l arrivée des MVNO en France Par Gilles

Plus en détail

Les vibrations. Prof. J. Malchaire DEFINITIONS

Les vibrations. Prof. J. Malchaire DEFINITIONS UCL Université catholique de Louvain Faculté de médecine Unité hygiène et physiologie du travail Professeur J. Malchaire NOTIONS DE BASE Les vibrations Prof. J. Malchaire DEFINITIONS onde mécanique se

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT

CHARTE DE PARTENARIAT Commission Paritaire Professionnelle Nationale du Travail Temporaire CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE, DIRECTION DE LA SECURITÉ ET DE LA CIRCULATION ROUTIÈRES

Plus en détail

Introduction. 1 Présentation du commanditaire. 2 Positionnement de l appel d offres

Introduction. 1 Présentation du commanditaire. 2 Positionnement de l appel d offres Appel d offres national Cahier des charges des prestations de prévention des risques psychosociaux : Diagnostic et Accompagnement à la mise en œuvre d un plan d actions préventif Introduction Commanditaire

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests génétiques et risques professionnels : impact sur la prévention

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des associations (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) Le principe de base est l exonération des impôts commerciaux pour les associations.

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE ILE DURABLE ASSURANT L EPANOUISSEMENT D UN MILLION D HABITANTS DANS 10 ANS

CONSTRUIRE UNE ILE DURABLE ASSURANT L EPANOUISSEMENT D UN MILLION D HABITANTS DANS 10 ANS CONSTRUIRE UNE ILE DURABLE ASSURANT L EPANOUISSEMENT D UN MILLION D HABITANTS DANS 10 ANS RESORBER LE CHOMAGE DE MASSE ET OFFRIR DES PERSPECTIVES AUX REUNIONNAIS. Tels sont résumés les deux principaux

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION Commune de Bessens Monsieur Bonhomme Monsieur Flores NOS PROJETS: I Implantation de la société FLORES TP II Création d une société: SARL ECOMAT I IMPLANTATION FLORES TP A SON ACTIVITE

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social

Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social Direction générale du travail Service des relations et des conditions de travail SRCT Sous-direction des conditions

Plus en détail

MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS

MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L URBANISME, OU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS Direction des routes. relative CIRCULAIRE

Plus en détail

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés Annexe Pollution mazout/diesel-intervention du DPC Instructions à l attention des experts agréés Echantillonnage au terme de l excavation Les échantillonnages doivent porter, d une part, sur les parois

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-91 du 27 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par ACE Management d activités de tests de systèmes électroniques embarqués pour l aéronautique d Airbus

Plus en détail

Licence professionnelle Travaux publics Infrastructures routières et réseaux (IRR)

Licence professionnelle Travaux publics Infrastructures routières et réseaux (IRR) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Travaux publics Infrastructures routières et réseaux (IRR) Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

COMMISSION GENERALE DE NORMALISATION DU BATIMENT DTU

COMMISSION GENERALE DE NORMALISATION DU BATIMENT DTU Rôle et statut des NF DTU Pour leurs travaux de Bâtiment, les Maîtres d ouvrages peuvent choisir de se référer dans les contrats à des clauses types (administratives ou techniques). Ces clauses types bien

Plus en détail

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Annie LEPRINCE, Institut national de recherche et de sécurité, Centre de Paris 1 Rappel de la hiérarchie des textes officiels Domaine

Plus en détail

Contours du Plan SST Les perspectives 2016-2020

Contours du Plan SST Les perspectives 2016-2020 Contours du Plan SST Les perspectives 2016-2020 CPSSA - CPSNSA 15/09/2015 Contours du PSST : les orientations stratégiques Le contexte 1. Lien avec le PST3 2. Lien avec la loi de santé publique 3. Lien

Plus en détail

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER PILOTAGE COMPTABLE BANCAIRE Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER SOMMAIRE Principales abréviations... 11 Préface de Jean-Paul Caudal... 13 Directeur

Plus en détail

APRÈS ART. 5 N I-5 ASSEMBLÉE NATIONALE 6 octobre 2015 PLF POUR 2016 - (N 3096) AMENDEMENT

APRÈS ART. 5 N I-5 ASSEMBLÉE NATIONALE 6 octobre 2015 PLF POUR 2016 - (N 3096) AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 6 octobre 2015 PLF POUR 2016 - (N 3096) Commission Gouvernement Rejeté AMENDEMENT N o I-5 présenté par M. Frédéric Lefebvre, M. Darmanin, M. Dhuicq, M. Berrios, M. Christ, M. Ginesy,

Plus en détail

Etude sectorielle de l'heure de survenance des accidents du travail et de trajet en 2008

Etude sectorielle de l'heure de survenance des accidents du travail et de trajet en 2008 DIRECTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Etude sectorielle de l'heure de survenance des accidents du travail et de trajet en 2008 Etude décembre 2009 Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Prévention des risques professionnels

DOSSIER DE PRESSE Prévention des risques professionnels DOSSIER DE PRESSE Prévention des risques professionnels Les statistiques de la CAFAT pour l année 27 portant sur l évolution des accidents du travail (AT) permettent de dégager les constats suivants :

Plus en détail

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE DE L INSTALLATION PROJETEE AVEC LES PRESCRIPTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES RELATIVES A L HYGIENE ET LA SECURITE DU PERSONNEL Notice Hygiène et sécurité - Page

Plus en détail

Décision n 10-DCC-127 du 23 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Comtrade par le groupe DCC

Décision n 10-DCC-127 du 23 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Comtrade par le groupe DCC RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-127 du 23 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Comtrade par le groupe DCC L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

SOLUTIONS SANTÉ AU TRAVAIL

SOLUTIONS SANTÉ AU TRAVAIL SOLUTIONS SANTÉ AU TRAVAIL RESPECT DES OBLIGATIONS LÉGALES & MAÎTRISE DES RISQUES PROFESSIONNELS : Zoom sur le Document Unique d Evaluation des Risques Proffessionnels SOLUTIONS PRÉVENTION SANTÉ AU TRAVAIL

Plus en détail

Objet : Monsieur le directeur,

Objet : Monsieur le directeur, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2016-023742 Orléans, le 10 juin 2016 Objet : Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP80 37420 AVOINE Surveillance

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

Missions de la Prévention et la Gestion des Risques Professionnels de la Carsat Alsace-Moselle.

Missions de la Prévention et la Gestion des Risques Professionnels de la Carsat Alsace-Moselle. Présentation : Missions de la Prévention et la Gestion des Risques Professionnels de la Carsat Alsace-Moselle. Prévenir les risques professionnels, assurer la santé et la sécurité au travail Prévenir les

Plus en détail

CONSERVER AU SEIN D'UN SERVICE LES CONNAISSANCES DES PARTANTS

CONSERVER AU SEIN D'UN SERVICE LES CONNAISSANCES DES PARTANTS Les fiches En Lignes fiche n 37-1 CONSERVER AU SEIN D'UN SERVICE LES CONNAISSANCES DES PARTANTS Sommaire : Créer les conditions de la capitalisation et du transfert...p 3 Capitaliser les connaissances

Plus en détail