ETUDE SUR LA MISE EN CONFORMITE DES ASCENSEURS ET L IMPACT DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE SUR LA MISE EN CONFORMITE DES ASCENSEURS ET L IMPACT DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION"

Transcription

1 ETUDE SUR LA MISE EN CONFORMITE DES ASCENSEURS ET L IMPACT DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION ETUDE REALISEE A PARTIR DE PLUS DE 450 DEVIS POURQUOI IL Y A DERAPAGE DE LA FACTURE DES CONSOMMATEURS LES PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR KIT DE NEGOCIATION DESTINE AUX COPROPRIETAIRES ANNEXES

2 ETUDE REALISEE A PARTIR DE PLUS DE 450 DEVIS 1

3 Le secteur des ascenseurs et la loi de modernisation 1. Le marché national des ascenseurs 1.1 Un parc ancien Le parc d ascenseurs en France est le plus ancien d Europe avec une moyenne d âge de plus de 20 ans, certains équipements datant de la fin du XIXème siècle. Le parc d ascenseurs est estimé en France à environ appareils ( appareils si l on inclut les équipements non utilisées pour le transport des personnes), ce qui en fait le quatrième européen après l Italie ( ), l Espagne ( ) et l Allemagne ( ). En France, 57 % du parc a plus de 25 ans et seulement 6% des ascenseurs ont été installés après Tableau 1 : La répartition du parc d ascenseurs selon la date de mise en service ( appareils) Avant 1982 De 1982 à 1998 Depuis 1999 Ensemble Source : Ministère du logement Le secteur résidentiel représente environ la moitié du parc, les bureaux constituant le second secteur utilisateur. Tableau 2 : La répartition des ventes d ascenseurs selon le type d immeubles (Environ appareils/an) Hôpitaux 7% Hôtels 2% Industrie et commerce 7% Bureaux 12% Divers 8% Logement HLM 10% Autres Logements 40% R é s i d e n t i e l 5 0 % Source : UFC-Que Choisir, d après la fédération des ascenseurs. 2

4 1.2 Un marché entretenu par la maintenance des équipements Aujourd hui, à l image de la situation générale observée en Europe, le marché français est largement alimenté par l entretien-maintenance des cabines, qui représente plus de 3 fois le montant des revenus de l installation de cabines neuves. La période de fort essor du marché français a été observée pendant les années 70, avec plus de installations par an ( appareils vendus en 1970). Désormais, le marché du neuf est beaucoup plus limité avec environ cabines vendues par an. Ce marché connaît des variations sensibles, notamment liées aux aléas de la construction résidentielle collective. Tableau 3 : les revenus des ascensoristes en France (2004 : 2 milliards ) Nouvelles installations; 300 M Exportation; 300 M Maintenance; 1050 M Modernisation; 350 M Source : Fédération des ascenseurs Encadré 1 : l Europe, une base arrière pour affronter la concurrence sur les marchés émergents Pour les leaders mondiaux du secteur (Otis, Koné, Thyssen, Schindler), l Europe représente une «base arrière», leur procurant des revenus stables et des cash-flows importants, leur permettant d affronter la concurrence beaucoup plus vive dans les autres zones mondiales. En effet, si l Europe représente environ la moitié du marché mondial des ascenseurs, la montée des pays émergents, notamment la Chine, tend toutefois à modifier cette répartition géographique du marché. Sur certains segments d activité, par exemple la vente de nouvelles installations, le poids de la Chine est aujourd hui identique à celui de l Europe. La dynamique du marché varie selon la zone géographique : en Europe et aux Etats-Unis, c est la demande de renouvellement et l entretien des équipements qui portent la dynamique du marché, alors que la construction neuve est le principal moteur de la croissance dans les pays émergents. De ce fait en Europe et aux Etats-Unis, les marchés génèrent des revenus réguliers et prévisibles aux ascensoristes. Protégés par de fortes barrières à l entrée, ils sont peu exposés à la menace de nouveaux entrants. A l inverse, les marchés émergents sont beaucoup moins stables et font l objet d une concurrence beaucoup plus affirmée entre groupes européens, américains et japonais pour remporter les marchés de la vente d installations neuves. Ils connaissent l arrivée de nouveaux entrants notamment les groupes chinois (la production de cabines d ascenseurs en Chine a crû de plus de 20 % pour atteindre cabines en 2005). Dans ces conditions, la stabilité du marché européen et l importance des marges qui s y dégagent sont des facteurs clés de succès dans la compétition mondiale. Les marchés européens représentent une «vache à lait» permettant de financer la croissance dans les zones émergentes d où l intérêt d y limiter la concurrence. 3

5 1.3 Les consommateurs : plus de 5 millions de ménages concernés Le nombre d ascenseurs en France est estimé à cabines ( cabines en immeubles professionnels, en résidentiel). Si on s en tient au parc résidentiel, on estime que plus d un cinquième des ménages français est concerné par le marché des ascenseurs, soit environ 5 millions de ménages. Les consommateurs peuvent être concernés à plusieurs titres par le marché des ascenseurs. L implication la plus naturelle est celle des copropriétaires, occupants de leurs logements. Dans ce cas, l évolution des charges des ascenseurs est directement supportée par le consommateur. Dans le cas d un copropriétaire bailleur privé, l évolution des charges des ascenseurs est supportée in fine par le locataire. Enfin, les locataires du secteur social supportent directement l évolution des charges des ascenseurs. Tableau 4 : les consommateurs concernés par le marché des ascenseurs Cabines d'ascenseurs Cabines en immeubles Pro Cabines en résidentiel cabines en HLM cabines en copropriétés Logements Locataires HLM Copropriétaires Source : UFC-Que Choisir, d après Insee (recensement), Fédération des ascenseurs, ministère de l industrie 1.4 Les offreurs : quatre leaders détiennent 90 % du marché Le marché français des ascenseurs est extrêmement concentré. Quatre leaders Otis : (Etats-Unis), Schindler (Suisse), Thyssen (Allemagne) et Koné (Finlande) détiennent environ 90 % du marché (voir présentation détaillée des leaders en Annexe 2). La concentration réelle est encore plus importante que ne le suggère ce premier chiffre, puisque un ascensoriste, OTIS, détient à lui seul près de 50 % du marché. Derrière ce leader, les trois autres grands du secteur détiennent entre 16 % (Schindler) et 13 % (Koné) du marché. Tableau 5: Les positions en présence sur le marché national Source : Fédération des ascenseurs 4

6 2. La loi de 2003 sur la sécurité des ascenseurs existants (SAE) 2.1 Que prévoit la loi? Afin de proposer des mesures correctives aux principaux risques associés à l utilisation des ascenseurs, la loi «Urbanisme et habitat» n du 2 juillet 2003 institue dans son article 79, 3 obligations concernant la sécurité des ascenseurs : La mise en conformité du parc ancien par la réalisation de travaux de mise en sécurité sur les appareils qui ne disposeraient pas des dispositifs permettant de remédier aux risques les plus fréquents et les plus graves. Un délai de 15 ans maximum, à compter du 3 juillet 2008, est fixé pour étaler les charges financières qui en résultent. L entretien des installations par un prestataire qualifié. Ce nouveau dispositif renforce les exigences des anciens contrats de maintenance : une visite toutes les 6 semaines est prévue ainsi que l assistance aux personnes bloquées 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 avec un engagement de délai maximal. A compter du 30 septembre 2005, tous les anciens contrats d entretien doivent être remplacés par de nouveaux contrats qui tiennent compte de la modification de la loi. Le contrôle technique tous les 5 ans : il s agit de l obligation de faire vérifier périodiquement, par un organisme habilité indépendant de l entreprise de maintenance, le bon fonctionnement de l appareil. Les résultats du contrôle seront consultables par tout occupant disposant d un titre d occupation. Le premier contrôle technique interviendra au plus tard le 3 juillet 2009, pour les ascenseurs installés avant le 3 juillet Pour les autres, ce sera 5 ans après la date d installation. 2.2 Travaux de mise en conformité : 17 mesures échelonnées en 3 étapes de 5 ans Le volet technique concernant les travaux de mise en conformité des ascenseurs comprend une liste de 17 travaux dont la réalisation est échelonnée sur une période de 15 ans, selon le calendrier suivant : 3 juillet 2008, 3 juillet 2013 et 3 juillet 2018 (tableau 6). Avant le 3 juillet 2008, on notera à titre d illustration que tous les ascenseurs à portes coulissantes automatiques devront être équipés de détecteurs de présence pour empêcher la fermeture intempestive des portes. Cela suppose l installation d une cellule de détection de présence. Les ascenseurs électriques devront également être équipés de parachute de cabine afin de limiter la vitesse en descente. D autres travaux concernent plus particulièrement l accès aux locaux techniques afin de protéger le personnel d entretien. De même, à partir du 3 juillet 2013, tous les ascenseurs devront avoir une précision d arrêt inférieure à 2 cm. Ainsi, à l arrêt, la hauteur séparant la cabine du niveau de l étage ne pourra pas être supérieure à 2 cm pour éviter les chutes et faciliter l accessibilité des personnes à mobilité réduire. A partir de cette date tous les ascenseurs devront également être équipés d un système de téléalarme reliant la cabine à un service d intervention extérieur. Enfin, à partir du 3 juillet 2018, l installation d un limiteur de vitesse en montée devra être installée dans les ascenseurs dont la charge est supérieure à 300 kg pour éviter les risques d écrasement de la cabine vers le haut. Le détail des 17 mesures est présenté dans l Annexe La mise en œuvre de la loi a pris un sérieux retard En février 2007, un bilan d étape commandité par la DGUHC (le ministère du Logement) a révélé le retard important pris dans la mise en application des nouvelles dispositions réglementaires. Mi-2006, plus des deux-tiers du parc restaient «à traiter» et seulement 12 % du parc résidentiel était mis en conformité. Comme le souligne l enquête ministérielle, au regard du retard accumulé, il semble difficile de réaliser les travaux restant dans les délais impartis. Ces résultats soulignent ainsi, que malgré l imminence des travaux, les copropriétaires semblent très réticents. De même, environ 40 % des contrats d entretien étaient conformes aux nouvelles dispositions réglementaires. 5

7 Tableau 6 : Dix-sept mesures de mise en conformité à prendre d ici 2018 (source : ministère du Logement) Dispositifs de sécurité Parc concerné Type d ascenseurs Travaux à réaliser avant le 3 juillet Installation ou remplacement des serrures des portes palières (pour éviter leur ouverture lorsque la cabine ne se trouve pas au niveau du palier) A portes battantes 2 Protection des mécanismes de verrouillage des portes palières contre les actes de Appareils situés dans les zones vandalisme (pour interdire le déverrouillage par les personnes non-autorisées) sensibles 3 Installation d'un détecteur de présence pour éviter la fermeture intempestive des portes A portes coulissantes automatiques (automatiques) 4 Installation de grilles de protection pour fermer la gaine de l'ascenseur Ascenseurs anciens à cage semiouverte ou à gaine grillagée 5 Installation d'un parachute de cabine et d'un limiteur de vitesse en descente Ascenseurs électriques 6 Mise en place sur la cabine d'un garde-pied de 75 cm de hauteur (afin d'éviter toute chute en gaine lorsque la cabine est immobilisée en dehors de la zone de déverrouillage) Tous appareils 7 Mise en place d'équipement de protection sur le toit de la cabine pour le personnel d'entretien Tous appareils 8 Mise en place d'équipement facilitant l'accès aux locaux techniques Tous appareils 9 Installation d'un contact électrique de sécurité pour le personnel d'entretien (protéger les accès destinés à la visite technique) Tous appareils Travaux à réaliser avant le 3 juillet a Mise en place d'un variateur de fréquence pour obtenir une précision d'arrêt à l'étage Ascenseurs installés avant le inférieure à 2 cm (au total) 31/12/82 11 Mise en place d'une téléalarme et d'un éclairage de secours en cabine Tous appareils 12 Remplacement des vitres des portes palières par des verres renforcés pour éviter d'accéder à la gaine Ascenseurs à portes vitrées 13 Installation d'un parachute en cas de survitesse vers le bas Ascenseurs hydrauliques 14 Installation de protection sur les équipements électriques contre les risques d'électrocution des techniciens Tous appareils 15 Installation de capots de protection sur les parties tournantes en machinerie Tous appareils 16 Mise en place d'un éclairage en machinerie permettant d'obtenir au moins 200 lux au sol Tous appareils Travaux à réaliser avant le 3 juillet b Installation d'un variateur de fréquence pour obtenir une précision d'arrêt à l'étage Ascenseurs installés après le inférieure à 2 cm (au total) 31/12/82 17 Installation d'un limiteur de vitesse en montée pour éviter les risques d'écrasement de la Ascenseurs électriques de charge cabine vers le haut > à 300 kg 6

8 Travaux de modernisation des ascenseurs : le dérapage de la facture des consommateurs 1. Un dérapage total chiffré à 3,3 Md par le ministère du Logement Dès la préparation de la loi, des estimations ont été réalisées sur son impact financier. Un groupe de travail mis en place par le ministère du Logement a chiffré initialement le montant des dépenses associées aux mesures de mise en conformité des ascenseurs à 4 milliards pour l ensemble du parc d ascenseurs (professionnel + particulier). Ce chiffre de 4 milliards a été largement repris et sert aujourd hui encore de base à la communication de la Fédération des Ascenseurs (Annexe 4). Cette estimation initiale a été notamment reprise par M. de Robien, alors ministre du Logement 1 (Annexe 4). Encadré 2 : un montant prévisionnel de 4 Md Au moment du vote de la loi, un listing point par point des 17 mesures rendues obligatoires, avait permis d estimer le montant total des travaux à 4 Md. Ce montant prévisionnel correspondait à la mise en conformité de l ensemble du parc ( appareils). Les 4 Md étaient répartis selon l échéancier suivant : 1,2Md pour les mises en sécurité à effectuer d ici 2008, 1,5 Md pour les travaux à faire d ici 2013 et 1,3 pour la 3ème et dernière tranche. Pourtant, une enquête 2 commanditée par le ministère du Logement et réalisée en septembre 2006, annonçait moins de 3 ans après le vote de la loi, des montants très supérieurs à ceux qui avaient initialement été présentés. Un questionnaire adressé aux gestionnaires d immeubles et aux ascensoristes révélait une augmentation de la facture totale de +83 %, soit un dérapage de 3,3 Md par rapport au montant prévisionnel de 4 Md. Immeubles Tableau 7 : Travaux à réaliser à échéance de 2008 et total des travaux % d immeubles avec travaux à réaliser d ici 2008 (Enquête) Montant moyen des travaux à réaliser par immeuble d ici 2008 Source Enquête Enquête Nombre d ascenseurs France Fédération des ascenseurs Nombre d ascenseurs avec travaux à échéance 2008 Travaux à réaliser d ici 2008 en M Total des travaux par ascenseur en k Total travaux Estimation Estimation Enquête Estimation Résidentiels 75% 10, , HLM 69% 8, ,9 750 Autres 50% 4, , Ensemble Source : Rapport de la DGUHC, février 2007, p Réponse de Gilles de Robien a Maxime Gremetz question publiée au JO le : 29/07/2002 page : 2734 Réponse publiée au JO le : 21/10/2002 page : 3. 2 «Evaluation de l avancement de la mise en œuvre des dispositions réglementaires relatives à la sécurité des ascenseurs issue de la loi du 2 juillet 2003», Ministère de l Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement - Direction générale de l urbanisme, de l habitat et de la Construction, Février 2007, 69 p. 7

9 En effet, en recoupant les informations fournies par les gestionnaires d immeubles et les ascensoristes, l enquête commanditée par le ministère du Logement aboutit à une facture totale de 7,3 Md pour la réalisation des travaux rendus obligatoires sur l ensemble du parc (résidentiel et professionnel). Ce calcul résulte de l extrapolation des coûts qui ont été observés dans les immeubles qui avaient entamé les travaux au moment de l enquête, à l ensemble du parc d ascenseurs français. Comment est-on passé d un prévisionnel de coûts de 4 Md en 2002, à une facture estimée à 7,3 Md courant 2006? Ces deux montants très différents ont pourtant été avancés par le ministère du Logement. Comment justifier ce dérapage de la facture? Aucune explication n est clairement identifiée dans l enquête commanditée par le ministère. Par ailleurs, ce bilan n a pas été suivi de mesures concrètes pour venir en aide aux copropriétaires.. 8

10 9

11 2. L étude de l UFC-Que Choisir : une facture de plus de 6 Md pour le seul parc résidentiel 2.1 Plus de 450 devis recueillis courant 2007 Courant 2007, l UFC-Que Choisir a lancé une enquête concernant les travaux de mise en conformité des ascenseurs. Plus de 450 devis correspondant à 269 ensembles immobiliers différents ont été recueillis grâce à la collaboration de nos Associations Locales réparties sur l ensemble du territoire. Un appel à témoignages a également été lancé dans la revue Que Choisir. La couverture géographique de notre enquête a permis de réunir des devis issus de villes de tailles différentes. Dans certains cas, un immeuble a pu faire l objet de plusieurs devis, dans d autres cas, plusieurs devis portent sur plusieurs immeubles d une même résidence. La structure de l échantillon recueilli est présentée dans le tableau ci-dessous. Tableau 8 : Structure de l échantillon de l enquête de l UFC-Que Choisir (selon la date de la mise en service de la cabine et le nombre d étages desservis). Valeur UFC-Que Choisir 4 étages ou moins 5 à 8 étages 9 étages et + Total Avant 82 2% 52% 21% 74% Après 82 2% 22% 2% 26% Total 4% 74% 23% 100% A partir de ces données brutes, une informatisation des devis a été réalisée selon une grille prenant en compte les 17 points devant être mis à niveau. Nous avons ainsi relevé poste par poste les prix observés dans les devis que nous avons recueillis. Ces données ont ensuite été analysées, en cherchant à mettre en évidence : Les principaux facteurs de variation des coûts tels qu ils peuvent être observés à partir de l analyse des devis. D une manière générale, il semblerait logique qu une large partie des variations de coût d un immeuble à un autre soit expliquée par l âge de la cabine, le nombre d étages de l immeuble et la charge utile de la cabine. Le coût global lié à la mise en application de la loi de modernisation du parc existant. Il est en particulier important d évaluer, à travers les retours du terrain, si les coûts prévisibles sont conformes aux enveloppes qui avaient été annoncées par les ascensoristes et les pouvoirs publics. Des comparaisons de prix poste par poste, afin de mettre en évidence les prix présentés par les ascensoristes pour des mesures de mise en conformité identiques. 2.2 Recherche des facteurs explicatifs du montant des devis En bonne logique, les variations de prix constatées entre les différents immeubles devraient essentiellement s expliquer par des critères objectifs tels que l âge de l ascenseur, le nombre d étages de l immeuble ou encore la charge utile de la cabine. Pour tester le pouvoir explicatif de ces différents critères sur le niveau des coûts facturés par les ascensoristes, nous avons effectué plusieurs régressions linéaires. Cette méthodologie permet d évaluer la qualité de corrélation entre la variable que l on cherche à expliquer (le montant total des devis de mise en conformité) et le facteur explicatif sélectionné (l âge, la charge utile, le nombre d étages de l immeuble). Les résultats des différents tests sont présentés dans les figures ci-dessous. 10

12 Figure 1 : Régressions linéaires Relation entre l âge de la cabine d ascenseurs et le montant des travaux On constate que bien que la relation soit linéaire, l hétérogénéité des prix observés est très importante pour des équipements d âge identique. Il n y a donc pas de relation directe forte entre l âge de l ascenseur et le montant des travaux , ,00 y = 136,21x 1,418 R 2 = 0, , , , , Relation entre le nombre d étages de l immeuble et le montant des travaux y = 851,22x R 2 = 0, Relation entre la charge utile de cabine et le montant des travaux résultat plus étonnant encore, la relation est négative ce qui signifie qu en tendance, le montant des travaux diminue lorsque la charge augmente Montant du devis ( ) y = -12,787x R 2 = 0, Charge utile de cabine (Kg) La valeur très faible des coefficients de corrélation (R²) obtenus ne permet pas d établir de relation robuste entre les déterminants «rationnels» du montant des travaux et le niveau des coûts observés dans notre échantillon. En d autres termes, les variations des prix observées dans les devis pour des travaux de même nature s expliquent assez faiblement par l âge, par la charge de l ascenseur et par le nombre d étages de l immeuble. 11

13 Ce résultat est curieux dans la mesure où les critères explicatifs que nous avons testés semblaient rationnellement et intuitivement les plus à même d expliquer les variations de prix. Or, dans les 450 devis de mise en conformité analysés, il n en est rien : ainsi, le budget nécessaire pour mettre en conformité les ascenseurs les plus âgés n est pas systématiquement plus élevé que celui nécessaire pour traiter les ascenseurs plus récents. Dans ces conditions, les hypothèses les plus plausibles susceptibles de justifier les variations de prix observées dans notre échantillon sont : L existence de facteurs explicatifs autres que ceux que nous avons pris en compte dans notre analyse. Dans ces conditions, les ascensoristes devraient clairement détailler ces facteurs et les chiffrer. L irrationalité des montants proposés dans les devis et la faible intensité de la concurrence sur le marché, qui ne permettrait pas d obtenir des niveaux de prix sensiblement équivalents, pour des installations comparables. L analyse des variations de prix observées poste par poste, présentée ci-dessous (point 3) permettra de creuser cette hypothèse. Estimation du montant global de la facture sur la base des prix observés dans les devis Notre méthodologie de relevé systématique des prix observés pour les différentes mesures a permis d estimer une dépense moyenne pour chaque classe d immeubles (les classes étant déterminées selon l année de construction de l immeuble et le nombre d étages). Ensuite les coûts moyens ont été extrapolés à l ensemble du parc résidentiel en tenant compte de sa structure. Au final, la dépense totale que nous avons estimée atteint plus de 6 Md. Méthodologie Pour calculer, sur la base des devis recueillis, le montant de la dépense globale à laquelle les consommateurs auront à faire face, nous avons extrapolé les coûts des travaux de mise en conformité à partir des valeurs moyennes obtenues pour chaque classe d immeubles classée par ancienneté. Deux classes d immeubles ont été distinguées selon l ancienneté de leur construction. Pour cela nous avons retenu les périodes suivantes : avant 1982 et après Selon le ministère du Logement, les cabines d ascenseurs se répartissent entre ces deux périodes pour respectivement 57% et 42 %. En revanche, les observations que nous avons recueillies donnent la répartition suivante : 74 % et 26 %. Les données statistiques du ministère ne différencient pas cependant les immeubles tertiaires et le résidentiel. Or, on peut supposer que les cabines d ascenseurs dans les immeubles sont en moyenne plus anciennes, du fait du développement des ensembles de bureaux à partir des années Ceci peut, pour une large part, expliquer que les cabines d ascenseurs de notre échantillon soient en moyenne plus anciennes que celles recensées par le ministère. Toutefois, en guise de précaution, nous avons corrigé notre échantillon pour utiliser les résultats en limite d intervalle de confiance. Ainsi, nous avons diminué le pourcentage d ascenseurs de plus de 25 ans, en le faisant passer de 75% à 68% et augmenté la part des ascenseurs installés après 1982 de 26 % à 32 %. Notre étude permet de déterminer une dépense moyenne de pour les immeubles construits antérieurement à 1982 et de pour les immeubles construits après

14 Tableau 9 : La dépense estimée de mise à niveau des ascenseurs en habitat résidentiel (Extrapolation des dépenses moyennes) Total marché Résidentiel Echantillon corrigé Coût moyen en Dépense totale de M Nombre total de cabines Avant % Après % % Résultat A partir de cette estimation et de la composition du parc par âge, nous pouvons estimer la dépense qu auront à supporter les consommateurs à M. Ce montant ne concerne que le parc résidentiel. Le montant prévisionnel des travaux annoncés pour la mise en conformité de l ensemble du parc (résidentiel + professionnel) s élevait à 4 Md. Cette somme rapportée au seul parc résidentiel est évaluée à 3,2 Md 3. Ainsi l écart entre le montant prévisionnel des travaux (3,2 Md ) et ce que nous avons observé dans les devis (6 Md ) atteint donc 2,8 Md, au détriment des consommateurs! L étude que nous avons menée aboutit à un résultat très proche de celui présenté dans l enquête du ministère du Logement. En effet, cette investigation a évalué à 5,864 Md la dépense que les copropriétaires du parc résidentiel devront assumer pour mettre en conformité leur ascenseur. Deux méthodes d investigations différentes conduisent à un résultat convergent concernant les sommes que devront débourser les consommateurs pour réaliser les travaux rendus obligatoires par la nouvelle loi. Il faut souligner l ampleur du dérapage de la facture qui est passée du simple au double. Alors que le prévisionnel prévoyait une dépense globale de 3,2 Md, soit par équipement, et 640 par ménage, les montants observés dans notre enquête atteignent respectivement 6,045 Md, par équipement et par ménage, soit une inflation de 87,5 % des montants estimés. Rappelons que les variations sont très importantes autour de ces valeurs moyennes et qu aucune subvention ni aide fiscale spécifique n ont été prévues pour alléger le poids de ces dépenses pour le consommateur. Ce résultat est d autant moins compréhensible que : Les ascensoristes qui ont participé au chiffrage initial des travaux de modernisation connaissaient bien le parc à traiter : c est eux qui en assurent la maintenance. L activité industrielle des ascensoristes (les ascensoristes fabricants) leur permettait d avoir une bonne visibilité sur les coûts du matériel nécessaire pour renouveler le parc. L estimation du montant prévisionnel a été effectuée en 2003 (moins de 4 ans avant l enquête). 3 En effet, d après l enquête réalisée par le ministère du logement, le parc résidentiel représente plus de 61 % du parc total et près de 80 % des dépenses liées à l application de la nouvelle loi (tableau 7). Nous avons donc retenu la valeur de 3,2 Md correspondant à 80 % de Md pour estimer le montant prévisionnel des travaux couvrant le parc résidentiel. 13

15 3. L examen minutieux des 450 devis recueillis : des variations de prix injustifiées 3.1 Des écarts de prix considérables pour des travaux de même nature Après l analyse du montant global des travaux de mise en conformité, nous avons examiné poste par poste les variations de prix observées dans les devis. Pour chaque point de la loi, nous avons présenté les valeurs minimales et maximales relevées dans les devis, la moyenne des prix présentés, la médiane, c'est-à-dire la valeur qui scinde notre échantillon en deux parts identiques (50 % des valeurs observées sont au-dessus, 50 % sont en-dessous), et l écart type qui rend compte de la dispersion des montants observés autour de la valeur moyenne. Les indicateurs présentés mettent en évidence une très forte dispersion des prix proposés pour des travaux de nature similaire. Il est possible que cette variabilité puisse s expliquer par des prestations diversifiées, il reste cependant que cela n apparaît pas clairement dans les devis proposés. Les ascensoristes ne distinguent pas dans leurs propositions tarifaires, les mesures strictement conformes à la loi des mesures optionnelles. Il est de ce fait tout à fait possible que l on ait survendu aux consommateurs des prestations allant au-delà des exigences de la loi sans qu ils en soient clairement informés. Au regard des enjeux financiers, l ampleur des écarts observés rend ces pratiques contestables. Afin de rendre compte des économies que les consommateurs sont en mesure d exiger, nous avons estimé les marges de gain possibles pour chaque poste. Ainsi, pour chaque mesure rendue obligatoire nous avons calculé la moyenne des offres les plus compétitives. Ce calcul est basé sur la moyenne de 30 % des prix les plus bas observés dans nos données. Nous avons ensuite comparé cette valeur à la médiane des prix. Les économies sont donc matérialisées par l écart entre la moyenne des devis les plus compétitifs et la valeur médiane. Cette méthode permet d estimer de façon prudente ce que les consommateurs pourraient raisonnablement réclamer. Il s agit même selon nous d une hypothèse basse. Au final, les calculs que nous avons effectués sur la base des devis recueillis permettent de chiffrer les économies qu il est possible d obtenir sur une échelle allant de 28 % à 82 % selon le type de travaux considérés. Prenons l exemple d un ascenseur à portes coulissantes répondant aux obligations n 3,5,6,7,8,9,10a,11,13,14,15,16,17. Selon nos calculs, la facture moyenne pour ce type d équipement atteindra , la médiane et la moyenne des devis les plus compétitifs Ainsi, les baisses de prix qu il est possible d exiger pourront atteindre 39 %. 3.2 Quelques faits stylisés La comparaison des prix proposés dans les devis pour un même type de mesures laissent apparaître d importantes variations. Remplacement des serrures des portes palières (point 1) Le coût de remplacement des serrures des portes palières peut varier entre 25 et près de par serrure. Les systèmes les plus coûteux intègrent des mécanismes de verrouillage sophistiqués avec signal sonore et lumineux permettant de se prémunir contre les risques liés aux actes de vandalisme. Or, l installation d un tel mécanisme est laissée à l appréciation des copropriétaires. Ceuxci ne sont pas toujours informés du caractère facultatif de certains mécanismes d alerte. Par ailleurs, il est vraisemblable que des prestations identiques aient fait l objet de prix injustifiés. Pour ce poste, la comparaison entre la médiane des prix observés (445 ) et la moyenne des prix les plus compétitifs (255 ) permet d espérer une baisse de prix d au moins 43 %. 14

Document téléchargeable sur http://www.quechoisir.org/ KIT DE NEGOCIATION

Document téléchargeable sur http://www.quechoisir.org/ KIT DE NEGOCIATION KIT DE NEGOCIATION 1 Quelques conseils pour mieux gérer les travaux et déjouer les pièges les plus fréquents Faites réaliser un audit avant de lancer les travaux de mise en conformité Cette précaution

Plus en détail

Réalisation d un bilan de l avancement des travaux réglementaires de mise en sécurité des ascenseurs

Réalisation d un bilan de l avancement des travaux réglementaires de mise en sécurité des ascenseurs Ministère de l égalité des territoires et du logement Réalisation d un bilan de l avancement des travaux réglementaires de mise en sécurité des ascenseurs Janvier 2013 Charlotte MILLOT Laurence HAEUSLER

Plus en détail

ARRETE DU 18 NOVEMBRE 2004. relatif à l entretien des installations d ascenseurs

ARRETE DU 18 NOVEMBRE 2004. relatif à l entretien des installations d ascenseurs ARRETE DU 18 NOVEMBRE 2004 relatif à l entretien des installations d ascenseurs Le ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie, le ministre de l emploi du travail et de la cohésion

Plus en détail

Réalisation d un bilan de l avancement des travaux réglementaires de mise en sécurité des ascenseurs

Réalisation d un bilan de l avancement des travaux réglementaires de mise en sécurité des ascenseurs Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Réalisation d un bilan de l avancement des travaux réglementaires de mise en sécurité des ascenseurs Février 2011 Charlotte

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Étude. sécurité des ascenseurs

Étude. sécurité des ascenseurs Étude concernant la mise en place du décret concernant la sécurité des ascenseurs 1/8 Historique des versions Révision Date Modification 1.0 04/04/2005 Edition initiale, par synthèse de plusieurs lectures

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1506186D Intitulé du texte : Décret relatif à l obligation d assurance de la responsabilité civile professionnelle des agents commerciaux immobiliers

Plus en détail

Ministère de l Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement

Ministère de l Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement Ministère de l Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement Direction générale de l urbanisme, de l habitat et de la Construction Sous direction de la qualité et du développement durable dans la construction

Plus en détail

Note méthodologique LA LOGIQUE DU CADRE NATIONAL D UTILISATION DE L ABATTEMENT TFPB

Note méthodologique LA LOGIQUE DU CADRE NATIONAL D UTILISATION DE L ABATTEMENT TFPB Direction des politiques urbaines et sociales Note méthodologique ABATTEMENT DE LA TFPB DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES DE LA POLITIQUE DE LA VILLE : CONSTITUTION DES INDICATEURS DES MOYENS DE GESTION

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 18 juin 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel en distribution publique

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1501409A Intitulé du texte : - Arrêté relatif à la rémunération du plan épargne-logement et à la commission de gestion du prêt d épargne-logement

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros)

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros) COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 645 Juin 2015 Consommations énergétiques des ménages en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION En 2012, la dépense moyenne annuelle en

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Etat de la construction bois

Etat de la construction bois Etat de la construction bois en Belgique 2011-2014 Société L Artboiserie - Patrice Hennaut 7 % 7 % 2 % 1 % 83 % poursuite de l enquête 2011-2012 menée par Hout Info Bois Ossature en bois Bois massif empilé

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Document FACTICE. xxxxxxxxxx. Référence dossier Nom du client BAGNERES ET LEPINE. xxxxxxxxxx. Lieu d'intervention. Date d'intervention 27 Avril 2005

Document FACTICE. xxxxxxxxxx. Référence dossier Nom du client BAGNERES ET LEPINE. xxxxxxxxxx. Lieu d'intervention. Date d'intervention 27 Avril 2005 ASC'SAE : LE RAPPORT CONFORME A LA LOI SAE Référence dossier Nom du client xxxxxxxxxx BAGNERES ET LEPINE Lieu d'intervention xxxxxxxxxx Date d'intervention 27 Avril 2005 Interlocuteur xxxxxxxxxxxx FICHE

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : DEVR1405019A Intitulé du texte : Projet d arrêté modifiant l arrêté du 7 février 2007 relatif aux profils et aux droits unitaires de stockage. Ministère

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : INTB1404278A Intitulé du texte : Arrêté actualisant pour 2015 les tarifs maximaux de la taxe locale sur la publicité extérieure Ministère à l origine

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant

Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant Commerces, professions libérales, artisanat, collectivités, administrations, établissements de santé, de loisirs, associations : Quelle

Plus en détail

Commission de régulation de l énergie

Commission de régulation de l énergie Commission de régulation de l énergie Délibération du 28 juillet 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de l électricité NOR : CRER1518070X Participaient à la

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : PRMX1427006D Intitulé du texte : Décret relatif aux modalités d organisation des délibérations à distance des instances administratives à caractère collégial

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite

Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite 68 Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite L indicateur retenu vise à apprécier la structure de financement des principaux régimes de retraites. Il se décline en quatre

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

SITUATION ÉCONOMIQUE DU SECTEUR

SITUATION ÉCONOMIQUE DU SECTEUR FÉDÉRATION DES ASCENSEURS DOSSIER DE PRESSE MAI 2014 SITUATION ÉCONOMIQUE DU SECTEUR Mise en Sécurité du parc : 2 e échéance des travaux L ascenseur au cœur de la mobilité et de l accessibilité Chaque

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPE1408305A Intitulé du texte : Arrêté du 8 aout 2014 actualisant pour 2015 les limites supérieures des coefficients multiplicateurs des taxes locales

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Réalisée quotidiennement par la CCI de Quimper Cornouaille, la revue de presse a pour objectif de présenter l essentiel de l actualité économique

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : RDFF1519825D et RDFF1519826A Intitulé des textes : Décret n 2010-676 du 21 juin 2010 instituant une prise en charge partielle du prix des titres d'abonnement

Plus en détail

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Résumé L assurance-vie est une composante essentielle du patrimoine financier des ménages. Les encours d assurance-vie atteignaient 1 391 milliards

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

CONTRÔLE TECHNIQUE QUINQUENNAL ASCENSEUR

CONTRÔLE TECHNIQUE QUINQUENNAL ASCENSEUR Agence Équipements Yvelines / Val d'oise Agence Équipements Yvelines / Val d'oise 1 avenue du Parc - Montigny le Bretonneux CS 20732 78182 SAINT QUENTIN EN YVELINES CEDE Tél : 01 30 12 87 54 Fax : 01 30

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s)

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) Contrôles de comptes : les prestations proposées I. Analyse de comptes et de gestion A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) a. Définition de la prestation Pour un exercice donné,

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

Analyse des principales tendances

Analyse des principales tendances 21 T1 21 T2 21 T3 21 T4 211 T2 211 T4 212 T2 212 T3 212 T4 213 T2 213 T4 214 T1 214 T2 Indice 1 = 21 Numéro 1 Octobre 214 Analyse des principales tendances Prix enregistrés des appartements En comparaison

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 29 du Conseil supérieur du logement du 31 août 2011 sur l avantprojet d arrêté du Gouvernement wallon modifiant l arrêté du Gouvernement wallon du 6 septembre 2007

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Le tableau de bord gouvernemental des audits de modernisation

Le tableau de bord gouvernemental des audits de modernisation LE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DES AUDITS Les audits de modernisation, désormais installés dans les pratiques quotidiennes de l administration, permettent de systématiser la recherche du meilleur service

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETLL1423395D Intitulé du texte : Décret relatif aux normes de performance énergétique minimale des logements collectifs faisant l objet d une vente par

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

Comprendre les engagements de Booking.com

Comprendre les engagements de Booking.com Service juridique, des affaires réglementaires et européennes Circulaire juridique n 15.15 du 23/04/2015 Comprendre les engagements de Booking.com Décision de l Autorité de la concurrence en date du 21

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Memo: Comment évaluer la valeur de marché d un bateau d occasion

Memo: Comment évaluer la valeur de marché d un bateau d occasion Memo: Comment évaluer la valeur de marché d un bateau d occasion (Mis à jour en janvier 2015) Pour avoir une idée sérieuse de la valeur de marché d un bateau d occasion, on ne devrait considérer que les

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSH1511324D Intitulé du texte : relatif aux modalités d application de l article L. 4362-10-1 du code de la santé publique et aux mentions et informations

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail