ETUDE SUR LA MISE EN CONFORMITE DES ASCENSEURS ET L IMPACT DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE SUR LA MISE EN CONFORMITE DES ASCENSEURS ET L IMPACT DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION"

Transcription

1 ETUDE SUR LA MISE EN CONFORMITE DES ASCENSEURS ET L IMPACT DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION ETUDE REALISEE A PARTIR DE PLUS DE 450 DEVIS POURQUOI IL Y A DERAPAGE DE LA FACTURE DES CONSOMMATEURS LES PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR KIT DE NEGOCIATION DESTINE AUX COPROPRIETAIRES ANNEXES

2 ETUDE REALISEE A PARTIR DE PLUS DE 450 DEVIS 1

3 Le secteur des ascenseurs et la loi de modernisation 1. Le marché national des ascenseurs 1.1 Un parc ancien Le parc d ascenseurs en France est le plus ancien d Europe avec une moyenne d âge de plus de 20 ans, certains équipements datant de la fin du XIXème siècle. Le parc d ascenseurs est estimé en France à environ appareils ( appareils si l on inclut les équipements non utilisées pour le transport des personnes), ce qui en fait le quatrième européen après l Italie ( ), l Espagne ( ) et l Allemagne ( ). En France, 57 % du parc a plus de 25 ans et seulement 6% des ascenseurs ont été installés après Tableau 1 : La répartition du parc d ascenseurs selon la date de mise en service ( appareils) Avant 1982 De 1982 à 1998 Depuis 1999 Ensemble Source : Ministère du logement Le secteur résidentiel représente environ la moitié du parc, les bureaux constituant le second secteur utilisateur. Tableau 2 : La répartition des ventes d ascenseurs selon le type d immeubles (Environ appareils/an) Hôpitaux 7% Hôtels 2% Industrie et commerce 7% Bureaux 12% Divers 8% Logement HLM 10% Autres Logements 40% R é s i d e n t i e l 5 0 % Source : UFC-Que Choisir, d après la fédération des ascenseurs. 2

4 1.2 Un marché entretenu par la maintenance des équipements Aujourd hui, à l image de la situation générale observée en Europe, le marché français est largement alimenté par l entretien-maintenance des cabines, qui représente plus de 3 fois le montant des revenus de l installation de cabines neuves. La période de fort essor du marché français a été observée pendant les années 70, avec plus de installations par an ( appareils vendus en 1970). Désormais, le marché du neuf est beaucoup plus limité avec environ cabines vendues par an. Ce marché connaît des variations sensibles, notamment liées aux aléas de la construction résidentielle collective. Tableau 3 : les revenus des ascensoristes en France (2004 : 2 milliards ) Nouvelles installations; 300 M Exportation; 300 M Maintenance; 1050 M Modernisation; 350 M Source : Fédération des ascenseurs Encadré 1 : l Europe, une base arrière pour affronter la concurrence sur les marchés émergents Pour les leaders mondiaux du secteur (Otis, Koné, Thyssen, Schindler), l Europe représente une «base arrière», leur procurant des revenus stables et des cash-flows importants, leur permettant d affronter la concurrence beaucoup plus vive dans les autres zones mondiales. En effet, si l Europe représente environ la moitié du marché mondial des ascenseurs, la montée des pays émergents, notamment la Chine, tend toutefois à modifier cette répartition géographique du marché. Sur certains segments d activité, par exemple la vente de nouvelles installations, le poids de la Chine est aujourd hui identique à celui de l Europe. La dynamique du marché varie selon la zone géographique : en Europe et aux Etats-Unis, c est la demande de renouvellement et l entretien des équipements qui portent la dynamique du marché, alors que la construction neuve est le principal moteur de la croissance dans les pays émergents. De ce fait en Europe et aux Etats-Unis, les marchés génèrent des revenus réguliers et prévisibles aux ascensoristes. Protégés par de fortes barrières à l entrée, ils sont peu exposés à la menace de nouveaux entrants. A l inverse, les marchés émergents sont beaucoup moins stables et font l objet d une concurrence beaucoup plus affirmée entre groupes européens, américains et japonais pour remporter les marchés de la vente d installations neuves. Ils connaissent l arrivée de nouveaux entrants notamment les groupes chinois (la production de cabines d ascenseurs en Chine a crû de plus de 20 % pour atteindre cabines en 2005). Dans ces conditions, la stabilité du marché européen et l importance des marges qui s y dégagent sont des facteurs clés de succès dans la compétition mondiale. Les marchés européens représentent une «vache à lait» permettant de financer la croissance dans les zones émergentes d où l intérêt d y limiter la concurrence. 3

5 1.3 Les consommateurs : plus de 5 millions de ménages concernés Le nombre d ascenseurs en France est estimé à cabines ( cabines en immeubles professionnels, en résidentiel). Si on s en tient au parc résidentiel, on estime que plus d un cinquième des ménages français est concerné par le marché des ascenseurs, soit environ 5 millions de ménages. Les consommateurs peuvent être concernés à plusieurs titres par le marché des ascenseurs. L implication la plus naturelle est celle des copropriétaires, occupants de leurs logements. Dans ce cas, l évolution des charges des ascenseurs est directement supportée par le consommateur. Dans le cas d un copropriétaire bailleur privé, l évolution des charges des ascenseurs est supportée in fine par le locataire. Enfin, les locataires du secteur social supportent directement l évolution des charges des ascenseurs. Tableau 4 : les consommateurs concernés par le marché des ascenseurs Cabines d'ascenseurs Cabines en immeubles Pro Cabines en résidentiel cabines en HLM cabines en copropriétés Logements Locataires HLM Copropriétaires Source : UFC-Que Choisir, d après Insee (recensement), Fédération des ascenseurs, ministère de l industrie 1.4 Les offreurs : quatre leaders détiennent 90 % du marché Le marché français des ascenseurs est extrêmement concentré. Quatre leaders Otis : (Etats-Unis), Schindler (Suisse), Thyssen (Allemagne) et Koné (Finlande) détiennent environ 90 % du marché (voir présentation détaillée des leaders en Annexe 2). La concentration réelle est encore plus importante que ne le suggère ce premier chiffre, puisque un ascensoriste, OTIS, détient à lui seul près de 50 % du marché. Derrière ce leader, les trois autres grands du secteur détiennent entre 16 % (Schindler) et 13 % (Koné) du marché. Tableau 5: Les positions en présence sur le marché national Source : Fédération des ascenseurs 4

6 2. La loi de 2003 sur la sécurité des ascenseurs existants (SAE) 2.1 Que prévoit la loi? Afin de proposer des mesures correctives aux principaux risques associés à l utilisation des ascenseurs, la loi «Urbanisme et habitat» n du 2 juillet 2003 institue dans son article 79, 3 obligations concernant la sécurité des ascenseurs : La mise en conformité du parc ancien par la réalisation de travaux de mise en sécurité sur les appareils qui ne disposeraient pas des dispositifs permettant de remédier aux risques les plus fréquents et les plus graves. Un délai de 15 ans maximum, à compter du 3 juillet 2008, est fixé pour étaler les charges financières qui en résultent. L entretien des installations par un prestataire qualifié. Ce nouveau dispositif renforce les exigences des anciens contrats de maintenance : une visite toutes les 6 semaines est prévue ainsi que l assistance aux personnes bloquées 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 avec un engagement de délai maximal. A compter du 30 septembre 2005, tous les anciens contrats d entretien doivent être remplacés par de nouveaux contrats qui tiennent compte de la modification de la loi. Le contrôle technique tous les 5 ans : il s agit de l obligation de faire vérifier périodiquement, par un organisme habilité indépendant de l entreprise de maintenance, le bon fonctionnement de l appareil. Les résultats du contrôle seront consultables par tout occupant disposant d un titre d occupation. Le premier contrôle technique interviendra au plus tard le 3 juillet 2009, pour les ascenseurs installés avant le 3 juillet Pour les autres, ce sera 5 ans après la date d installation. 2.2 Travaux de mise en conformité : 17 mesures échelonnées en 3 étapes de 5 ans Le volet technique concernant les travaux de mise en conformité des ascenseurs comprend une liste de 17 travaux dont la réalisation est échelonnée sur une période de 15 ans, selon le calendrier suivant : 3 juillet 2008, 3 juillet 2013 et 3 juillet 2018 (tableau 6). Avant le 3 juillet 2008, on notera à titre d illustration que tous les ascenseurs à portes coulissantes automatiques devront être équipés de détecteurs de présence pour empêcher la fermeture intempestive des portes. Cela suppose l installation d une cellule de détection de présence. Les ascenseurs électriques devront également être équipés de parachute de cabine afin de limiter la vitesse en descente. D autres travaux concernent plus particulièrement l accès aux locaux techniques afin de protéger le personnel d entretien. De même, à partir du 3 juillet 2013, tous les ascenseurs devront avoir une précision d arrêt inférieure à 2 cm. Ainsi, à l arrêt, la hauteur séparant la cabine du niveau de l étage ne pourra pas être supérieure à 2 cm pour éviter les chutes et faciliter l accessibilité des personnes à mobilité réduire. A partir de cette date tous les ascenseurs devront également être équipés d un système de téléalarme reliant la cabine à un service d intervention extérieur. Enfin, à partir du 3 juillet 2018, l installation d un limiteur de vitesse en montée devra être installée dans les ascenseurs dont la charge est supérieure à 300 kg pour éviter les risques d écrasement de la cabine vers le haut. Le détail des 17 mesures est présenté dans l Annexe La mise en œuvre de la loi a pris un sérieux retard En février 2007, un bilan d étape commandité par la DGUHC (le ministère du Logement) a révélé le retard important pris dans la mise en application des nouvelles dispositions réglementaires. Mi-2006, plus des deux-tiers du parc restaient «à traiter» et seulement 12 % du parc résidentiel était mis en conformité. Comme le souligne l enquête ministérielle, au regard du retard accumulé, il semble difficile de réaliser les travaux restant dans les délais impartis. Ces résultats soulignent ainsi, que malgré l imminence des travaux, les copropriétaires semblent très réticents. De même, environ 40 % des contrats d entretien étaient conformes aux nouvelles dispositions réglementaires. 5

7 Tableau 6 : Dix-sept mesures de mise en conformité à prendre d ici 2018 (source : ministère du Logement) Dispositifs de sécurité Parc concerné Type d ascenseurs Travaux à réaliser avant le 3 juillet Installation ou remplacement des serrures des portes palières (pour éviter leur ouverture lorsque la cabine ne se trouve pas au niveau du palier) A portes battantes 2 Protection des mécanismes de verrouillage des portes palières contre les actes de Appareils situés dans les zones vandalisme (pour interdire le déverrouillage par les personnes non-autorisées) sensibles 3 Installation d'un détecteur de présence pour éviter la fermeture intempestive des portes A portes coulissantes automatiques (automatiques) 4 Installation de grilles de protection pour fermer la gaine de l'ascenseur Ascenseurs anciens à cage semiouverte ou à gaine grillagée 5 Installation d'un parachute de cabine et d'un limiteur de vitesse en descente Ascenseurs électriques 6 Mise en place sur la cabine d'un garde-pied de 75 cm de hauteur (afin d'éviter toute chute en gaine lorsque la cabine est immobilisée en dehors de la zone de déverrouillage) Tous appareils 7 Mise en place d'équipement de protection sur le toit de la cabine pour le personnel d'entretien Tous appareils 8 Mise en place d'équipement facilitant l'accès aux locaux techniques Tous appareils 9 Installation d'un contact électrique de sécurité pour le personnel d'entretien (protéger les accès destinés à la visite technique) Tous appareils Travaux à réaliser avant le 3 juillet a Mise en place d'un variateur de fréquence pour obtenir une précision d'arrêt à l'étage Ascenseurs installés avant le inférieure à 2 cm (au total) 31/12/82 11 Mise en place d'une téléalarme et d'un éclairage de secours en cabine Tous appareils 12 Remplacement des vitres des portes palières par des verres renforcés pour éviter d'accéder à la gaine Ascenseurs à portes vitrées 13 Installation d'un parachute en cas de survitesse vers le bas Ascenseurs hydrauliques 14 Installation de protection sur les équipements électriques contre les risques d'électrocution des techniciens Tous appareils 15 Installation de capots de protection sur les parties tournantes en machinerie Tous appareils 16 Mise en place d'un éclairage en machinerie permettant d'obtenir au moins 200 lux au sol Tous appareils Travaux à réaliser avant le 3 juillet b Installation d'un variateur de fréquence pour obtenir une précision d'arrêt à l'étage Ascenseurs installés après le inférieure à 2 cm (au total) 31/12/82 17 Installation d'un limiteur de vitesse en montée pour éviter les risques d'écrasement de la Ascenseurs électriques de charge cabine vers le haut > à 300 kg 6

8 Travaux de modernisation des ascenseurs : le dérapage de la facture des consommateurs 1. Un dérapage total chiffré à 3,3 Md par le ministère du Logement Dès la préparation de la loi, des estimations ont été réalisées sur son impact financier. Un groupe de travail mis en place par le ministère du Logement a chiffré initialement le montant des dépenses associées aux mesures de mise en conformité des ascenseurs à 4 milliards pour l ensemble du parc d ascenseurs (professionnel + particulier). Ce chiffre de 4 milliards a été largement repris et sert aujourd hui encore de base à la communication de la Fédération des Ascenseurs (Annexe 4). Cette estimation initiale a été notamment reprise par M. de Robien, alors ministre du Logement 1 (Annexe 4). Encadré 2 : un montant prévisionnel de 4 Md Au moment du vote de la loi, un listing point par point des 17 mesures rendues obligatoires, avait permis d estimer le montant total des travaux à 4 Md. Ce montant prévisionnel correspondait à la mise en conformité de l ensemble du parc ( appareils). Les 4 Md étaient répartis selon l échéancier suivant : 1,2Md pour les mises en sécurité à effectuer d ici 2008, 1,5 Md pour les travaux à faire d ici 2013 et 1,3 pour la 3ème et dernière tranche. Pourtant, une enquête 2 commanditée par le ministère du Logement et réalisée en septembre 2006, annonçait moins de 3 ans après le vote de la loi, des montants très supérieurs à ceux qui avaient initialement été présentés. Un questionnaire adressé aux gestionnaires d immeubles et aux ascensoristes révélait une augmentation de la facture totale de +83 %, soit un dérapage de 3,3 Md par rapport au montant prévisionnel de 4 Md. Immeubles Tableau 7 : Travaux à réaliser à échéance de 2008 et total des travaux % d immeubles avec travaux à réaliser d ici 2008 (Enquête) Montant moyen des travaux à réaliser par immeuble d ici 2008 Source Enquête Enquête Nombre d ascenseurs France Fédération des ascenseurs Nombre d ascenseurs avec travaux à échéance 2008 Travaux à réaliser d ici 2008 en M Total des travaux par ascenseur en k Total travaux Estimation Estimation Enquête Estimation Résidentiels 75% 10, , HLM 69% 8, ,9 750 Autres 50% 4, , Ensemble Source : Rapport de la DGUHC, février 2007, p Réponse de Gilles de Robien a Maxime Gremetz question publiée au JO le : 29/07/2002 page : 2734 Réponse publiée au JO le : 21/10/2002 page : 3. 2 «Evaluation de l avancement de la mise en œuvre des dispositions réglementaires relatives à la sécurité des ascenseurs issue de la loi du 2 juillet 2003», Ministère de l Emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement - Direction générale de l urbanisme, de l habitat et de la Construction, Février 2007, 69 p. 7

9 En effet, en recoupant les informations fournies par les gestionnaires d immeubles et les ascensoristes, l enquête commanditée par le ministère du Logement aboutit à une facture totale de 7,3 Md pour la réalisation des travaux rendus obligatoires sur l ensemble du parc (résidentiel et professionnel). Ce calcul résulte de l extrapolation des coûts qui ont été observés dans les immeubles qui avaient entamé les travaux au moment de l enquête, à l ensemble du parc d ascenseurs français. Comment est-on passé d un prévisionnel de coûts de 4 Md en 2002, à une facture estimée à 7,3 Md courant 2006? Ces deux montants très différents ont pourtant été avancés par le ministère du Logement. Comment justifier ce dérapage de la facture? Aucune explication n est clairement identifiée dans l enquête commanditée par le ministère. Par ailleurs, ce bilan n a pas été suivi de mesures concrètes pour venir en aide aux copropriétaires.. 8

10 9

11 2. L étude de l UFC-Que Choisir : une facture de plus de 6 Md pour le seul parc résidentiel 2.1 Plus de 450 devis recueillis courant 2007 Courant 2007, l UFC-Que Choisir a lancé une enquête concernant les travaux de mise en conformité des ascenseurs. Plus de 450 devis correspondant à 269 ensembles immobiliers différents ont été recueillis grâce à la collaboration de nos Associations Locales réparties sur l ensemble du territoire. Un appel à témoignages a également été lancé dans la revue Que Choisir. La couverture géographique de notre enquête a permis de réunir des devis issus de villes de tailles différentes. Dans certains cas, un immeuble a pu faire l objet de plusieurs devis, dans d autres cas, plusieurs devis portent sur plusieurs immeubles d une même résidence. La structure de l échantillon recueilli est présentée dans le tableau ci-dessous. Tableau 8 : Structure de l échantillon de l enquête de l UFC-Que Choisir (selon la date de la mise en service de la cabine et le nombre d étages desservis). Valeur UFC-Que Choisir 4 étages ou moins 5 à 8 étages 9 étages et + Total Avant 82 2% 52% 21% 74% Après 82 2% 22% 2% 26% Total 4% 74% 23% 100% A partir de ces données brutes, une informatisation des devis a été réalisée selon une grille prenant en compte les 17 points devant être mis à niveau. Nous avons ainsi relevé poste par poste les prix observés dans les devis que nous avons recueillis. Ces données ont ensuite été analysées, en cherchant à mettre en évidence : Les principaux facteurs de variation des coûts tels qu ils peuvent être observés à partir de l analyse des devis. D une manière générale, il semblerait logique qu une large partie des variations de coût d un immeuble à un autre soit expliquée par l âge de la cabine, le nombre d étages de l immeuble et la charge utile de la cabine. Le coût global lié à la mise en application de la loi de modernisation du parc existant. Il est en particulier important d évaluer, à travers les retours du terrain, si les coûts prévisibles sont conformes aux enveloppes qui avaient été annoncées par les ascensoristes et les pouvoirs publics. Des comparaisons de prix poste par poste, afin de mettre en évidence les prix présentés par les ascensoristes pour des mesures de mise en conformité identiques. 2.2 Recherche des facteurs explicatifs du montant des devis En bonne logique, les variations de prix constatées entre les différents immeubles devraient essentiellement s expliquer par des critères objectifs tels que l âge de l ascenseur, le nombre d étages de l immeuble ou encore la charge utile de la cabine. Pour tester le pouvoir explicatif de ces différents critères sur le niveau des coûts facturés par les ascensoristes, nous avons effectué plusieurs régressions linéaires. Cette méthodologie permet d évaluer la qualité de corrélation entre la variable que l on cherche à expliquer (le montant total des devis de mise en conformité) et le facteur explicatif sélectionné (l âge, la charge utile, le nombre d étages de l immeuble). Les résultats des différents tests sont présentés dans les figures ci-dessous. 10

12 Figure 1 : Régressions linéaires Relation entre l âge de la cabine d ascenseurs et le montant des travaux On constate que bien que la relation soit linéaire, l hétérogénéité des prix observés est très importante pour des équipements d âge identique. Il n y a donc pas de relation directe forte entre l âge de l ascenseur et le montant des travaux , ,00 y = 136,21x 1,418 R 2 = 0, , , , , Relation entre le nombre d étages de l immeuble et le montant des travaux y = 851,22x R 2 = 0, Relation entre la charge utile de cabine et le montant des travaux résultat plus étonnant encore, la relation est négative ce qui signifie qu en tendance, le montant des travaux diminue lorsque la charge augmente Montant du devis ( ) y = -12,787x R 2 = 0, Charge utile de cabine (Kg) La valeur très faible des coefficients de corrélation (R²) obtenus ne permet pas d établir de relation robuste entre les déterminants «rationnels» du montant des travaux et le niveau des coûts observés dans notre échantillon. En d autres termes, les variations des prix observées dans les devis pour des travaux de même nature s expliquent assez faiblement par l âge, par la charge de l ascenseur et par le nombre d étages de l immeuble. 11

13 Ce résultat est curieux dans la mesure où les critères explicatifs que nous avons testés semblaient rationnellement et intuitivement les plus à même d expliquer les variations de prix. Or, dans les 450 devis de mise en conformité analysés, il n en est rien : ainsi, le budget nécessaire pour mettre en conformité les ascenseurs les plus âgés n est pas systématiquement plus élevé que celui nécessaire pour traiter les ascenseurs plus récents. Dans ces conditions, les hypothèses les plus plausibles susceptibles de justifier les variations de prix observées dans notre échantillon sont : L existence de facteurs explicatifs autres que ceux que nous avons pris en compte dans notre analyse. Dans ces conditions, les ascensoristes devraient clairement détailler ces facteurs et les chiffrer. L irrationalité des montants proposés dans les devis et la faible intensité de la concurrence sur le marché, qui ne permettrait pas d obtenir des niveaux de prix sensiblement équivalents, pour des installations comparables. L analyse des variations de prix observées poste par poste, présentée ci-dessous (point 3) permettra de creuser cette hypothèse. Estimation du montant global de la facture sur la base des prix observés dans les devis Notre méthodologie de relevé systématique des prix observés pour les différentes mesures a permis d estimer une dépense moyenne pour chaque classe d immeubles (les classes étant déterminées selon l année de construction de l immeuble et le nombre d étages). Ensuite les coûts moyens ont été extrapolés à l ensemble du parc résidentiel en tenant compte de sa structure. Au final, la dépense totale que nous avons estimée atteint plus de 6 Md. Méthodologie Pour calculer, sur la base des devis recueillis, le montant de la dépense globale à laquelle les consommateurs auront à faire face, nous avons extrapolé les coûts des travaux de mise en conformité à partir des valeurs moyennes obtenues pour chaque classe d immeubles classée par ancienneté. Deux classes d immeubles ont été distinguées selon l ancienneté de leur construction. Pour cela nous avons retenu les périodes suivantes : avant 1982 et après Selon le ministère du Logement, les cabines d ascenseurs se répartissent entre ces deux périodes pour respectivement 57% et 42 %. En revanche, les observations que nous avons recueillies donnent la répartition suivante : 74 % et 26 %. Les données statistiques du ministère ne différencient pas cependant les immeubles tertiaires et le résidentiel. Or, on peut supposer que les cabines d ascenseurs dans les immeubles sont en moyenne plus anciennes, du fait du développement des ensembles de bureaux à partir des années Ceci peut, pour une large part, expliquer que les cabines d ascenseurs de notre échantillon soient en moyenne plus anciennes que celles recensées par le ministère. Toutefois, en guise de précaution, nous avons corrigé notre échantillon pour utiliser les résultats en limite d intervalle de confiance. Ainsi, nous avons diminué le pourcentage d ascenseurs de plus de 25 ans, en le faisant passer de 75% à 68% et augmenté la part des ascenseurs installés après 1982 de 26 % à 32 %. Notre étude permet de déterminer une dépense moyenne de pour les immeubles construits antérieurement à 1982 et de pour les immeubles construits après

14 Tableau 9 : La dépense estimée de mise à niveau des ascenseurs en habitat résidentiel (Extrapolation des dépenses moyennes) Total marché Résidentiel Echantillon corrigé Coût moyen en Dépense totale de M Nombre total de cabines Avant % Après % % Résultat A partir de cette estimation et de la composition du parc par âge, nous pouvons estimer la dépense qu auront à supporter les consommateurs à M. Ce montant ne concerne que le parc résidentiel. Le montant prévisionnel des travaux annoncés pour la mise en conformité de l ensemble du parc (résidentiel + professionnel) s élevait à 4 Md. Cette somme rapportée au seul parc résidentiel est évaluée à 3,2 Md 3. Ainsi l écart entre le montant prévisionnel des travaux (3,2 Md ) et ce que nous avons observé dans les devis (6 Md ) atteint donc 2,8 Md, au détriment des consommateurs! L étude que nous avons menée aboutit à un résultat très proche de celui présenté dans l enquête du ministère du Logement. En effet, cette investigation a évalué à 5,864 Md la dépense que les copropriétaires du parc résidentiel devront assumer pour mettre en conformité leur ascenseur. Deux méthodes d investigations différentes conduisent à un résultat convergent concernant les sommes que devront débourser les consommateurs pour réaliser les travaux rendus obligatoires par la nouvelle loi. Il faut souligner l ampleur du dérapage de la facture qui est passée du simple au double. Alors que le prévisionnel prévoyait une dépense globale de 3,2 Md, soit par équipement, et 640 par ménage, les montants observés dans notre enquête atteignent respectivement 6,045 Md, par équipement et par ménage, soit une inflation de 87,5 % des montants estimés. Rappelons que les variations sont très importantes autour de ces valeurs moyennes et qu aucune subvention ni aide fiscale spécifique n ont été prévues pour alléger le poids de ces dépenses pour le consommateur. Ce résultat est d autant moins compréhensible que : Les ascensoristes qui ont participé au chiffrage initial des travaux de modernisation connaissaient bien le parc à traiter : c est eux qui en assurent la maintenance. L activité industrielle des ascensoristes (les ascensoristes fabricants) leur permettait d avoir une bonne visibilité sur les coûts du matériel nécessaire pour renouveler le parc. L estimation du montant prévisionnel a été effectuée en 2003 (moins de 4 ans avant l enquête). 3 En effet, d après l enquête réalisée par le ministère du logement, le parc résidentiel représente plus de 61 % du parc total et près de 80 % des dépenses liées à l application de la nouvelle loi (tableau 7). Nous avons donc retenu la valeur de 3,2 Md correspondant à 80 % de Md pour estimer le montant prévisionnel des travaux couvrant le parc résidentiel. 13

15 3. L examen minutieux des 450 devis recueillis : des variations de prix injustifiées 3.1 Des écarts de prix considérables pour des travaux de même nature Après l analyse du montant global des travaux de mise en conformité, nous avons examiné poste par poste les variations de prix observées dans les devis. Pour chaque point de la loi, nous avons présenté les valeurs minimales et maximales relevées dans les devis, la moyenne des prix présentés, la médiane, c'est-à-dire la valeur qui scinde notre échantillon en deux parts identiques (50 % des valeurs observées sont au-dessus, 50 % sont en-dessous), et l écart type qui rend compte de la dispersion des montants observés autour de la valeur moyenne. Les indicateurs présentés mettent en évidence une très forte dispersion des prix proposés pour des travaux de nature similaire. Il est possible que cette variabilité puisse s expliquer par des prestations diversifiées, il reste cependant que cela n apparaît pas clairement dans les devis proposés. Les ascensoristes ne distinguent pas dans leurs propositions tarifaires, les mesures strictement conformes à la loi des mesures optionnelles. Il est de ce fait tout à fait possible que l on ait survendu aux consommateurs des prestations allant au-delà des exigences de la loi sans qu ils en soient clairement informés. Au regard des enjeux financiers, l ampleur des écarts observés rend ces pratiques contestables. Afin de rendre compte des économies que les consommateurs sont en mesure d exiger, nous avons estimé les marges de gain possibles pour chaque poste. Ainsi, pour chaque mesure rendue obligatoire nous avons calculé la moyenne des offres les plus compétitives. Ce calcul est basé sur la moyenne de 30 % des prix les plus bas observés dans nos données. Nous avons ensuite comparé cette valeur à la médiane des prix. Les économies sont donc matérialisées par l écart entre la moyenne des devis les plus compétitifs et la valeur médiane. Cette méthode permet d estimer de façon prudente ce que les consommateurs pourraient raisonnablement réclamer. Il s agit même selon nous d une hypothèse basse. Au final, les calculs que nous avons effectués sur la base des devis recueillis permettent de chiffrer les économies qu il est possible d obtenir sur une échelle allant de 28 % à 82 % selon le type de travaux considérés. Prenons l exemple d un ascenseur à portes coulissantes répondant aux obligations n 3,5,6,7,8,9,10a,11,13,14,15,16,17. Selon nos calculs, la facture moyenne pour ce type d équipement atteindra , la médiane et la moyenne des devis les plus compétitifs Ainsi, les baisses de prix qu il est possible d exiger pourront atteindre 39 %. 3.2 Quelques faits stylisés La comparaison des prix proposés dans les devis pour un même type de mesures laissent apparaître d importantes variations. Remplacement des serrures des portes palières (point 1) Le coût de remplacement des serrures des portes palières peut varier entre 25 et près de par serrure. Les systèmes les plus coûteux intègrent des mécanismes de verrouillage sophistiqués avec signal sonore et lumineux permettant de se prémunir contre les risques liés aux actes de vandalisme. Or, l installation d un tel mécanisme est laissée à l appréciation des copropriétaires. Ceuxci ne sont pas toujours informés du caractère facultatif de certains mécanismes d alerte. Par ailleurs, il est vraisemblable que des prestations identiques aient fait l objet de prix injustifiés. Pour ce poste, la comparaison entre la médiane des prix observés (445 ) et la moyenne des prix les plus compétitifs (255 ) permet d espérer une baisse de prix d au moins 43 %. 14

Document téléchargeable sur http://www.quechoisir.org/ KIT DE NEGOCIATION

Document téléchargeable sur http://www.quechoisir.org/ KIT DE NEGOCIATION KIT DE NEGOCIATION 1 Quelques conseils pour mieux gérer les travaux et déjouer les pièges les plus fréquents Faites réaliser un audit avant de lancer les travaux de mise en conformité Cette précaution

Plus en détail

SITUATION ÉCONOMIQUE DU SECTEUR

SITUATION ÉCONOMIQUE DU SECTEUR FÉDÉRATION DES ASCENSEURS DOSSIER DE PRESSE MAI 2014 SITUATION ÉCONOMIQUE DU SECTEUR Mise en Sécurité du parc : 2 e échéance des travaux L ascenseur au cœur de la mobilité et de l accessibilité Chaque

Plus en détail

Mise en sécurité des ascenseurs. Guide d aide à la décision

Mise en sécurité des ascenseurs. Guide d aide à la décision Mise en sécurité des ascenseurs Solutions techniques pour répondre à l obligation réglementaire de précision d arrêt et maintien à niveau des ascenseurs Utilisation des variateurs électriques de vitesse

Plus en détail

Législation sur la sécurité des ascenseurs : obligations des gestionnaires, rôles des professionnels.

Législation sur la sécurité des ascenseurs : obligations des gestionnaires, rôles des professionnels. Législation sur la sécurité des ascenseurs : obligations des gestionnaires, rôles des professionnels. Geert De Poorter Directeur Général Direction Qualité et Sécurité, SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes

Plus en détail

Ascenseurs M C A MODERNISATION CRÉATION ASCENSEURS

Ascenseurs M C A MODERNISATION CRÉATION ASCENSEURS MODERNISATION CRÉATION ASCENSEURS Vente, Installation, Maintenance, Rénovation, Dépannage Création d'ascenseurs sur mesure et Remplacement toutes marques dans les immeubles neufs et existants Directeur

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E SITUATION ECONOMIQUE DU SECTEUR DONNEES SUR LE PARC D ASCENSEURS POINT SUR LA MISE EN SÉCURITÉ DES ASCENSEURS EXISTANTS

D O S S I E R D E P R E S S E SITUATION ECONOMIQUE DU SECTEUR DONNEES SUR LE PARC D ASCENSEURS POINT SUR LA MISE EN SÉCURITÉ DES ASCENSEURS EXISTANTS D O S S I E R D E P R E S S E SITUATION ECONOMIQUE DU SECTEUR DONNEES SUR LE PARC D ASCENSEURS POINT SUR LA MISE EN SÉCURITÉ DES ASCENSEURS EXISTANTS LE TECHNICIEN ET LA MAINTENANCE DES ASCENSEURS Avril

Plus en détail

Monte escalier à siège ou pour chaise roulante. sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond

Monte escalier à siège ou pour chaise roulante. sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 10 février 2006 ITM-CL 317.1 Monte escalier à siège ou pour chaise roulante sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond Prescriptions de sécurité types

Plus en détail

Otis, l accessibilité au quotidien. Accessibilité

Otis, l accessibilité au quotidien. Accessibilité Otis, l accessibilité au quotidien Accessibilité Les mesures à adopter, les réglementations à suivre. L accessibilité des bâtiments est un enjeu de société, abordant à la fois des questions d ordre social,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

RENCONTRE PRESSE A MARSEILLE LE 19 OCTOBRE 2012 DANS LE CADRE DE L ENTREE EN VIGUEUR DE L ARRETE SUR LE CONTROLE TECHNIQUE DES ASCENSEURS

RENCONTRE PRESSE A MARSEILLE LE 19 OCTOBRE 2012 DANS LE CADRE DE L ENTREE EN VIGUEUR DE L ARRETE SUR LE CONTROLE TECHNIQUE DES ASCENSEURS RENCONTRE PRESSE A MARSEILLE LE 19 OCTOBRE 2012 DANS LE CADRE DE L ENTREE EN VIGUEUR DE L ARRETE SUR LE CONTROLE TECHNIQUE DES ASCENSEURS Contact Presse : Agence Diatomée Tél. 01 42 36 13 13 Site Internet

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

AVANTAGES CARACTÉRISTIQUES

AVANTAGES CARACTÉRISTIQUES Serrure de porte palière manuelle Chaque porte palière est équipée d une serrure assurant sa condamnation mécanique et électrique. La porte palière ne peut ainsi être ouverte que lorsque la cabine est

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Code de la Construction et de l Habitation

Code de la Construction et de l Habitation Code de la Construction et de l Habitation Articles de Loi Section 1 : Sécurité des ascenseurs. Article L125-1 : Les dispositions de la présente section s'appliquent aux ascenseurs qui sont destinés à

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

ATELIER DES HOTELIERS. Congrès du Synhorcat 1 er décembre 2011

ATELIER DES HOTELIERS. Congrès du Synhorcat 1 er décembre 2011 ATELIER DES HOTELIERS Congrès du Synhorcat 1 er décembre 2011 EXPOSE DES TEXTES APPLICABLES E.R.P OBLIGATION REGLEMENTAIRE E.R.P - CADRE REGLEMENTAIRE ASCENSEUR ACCESSIBILITE AUX PERSONNES HANDICAPEES

Plus en détail

les contrôles techniques quinquennaux

les contrôles techniques quinquennaux QUESTIONS-RÉPONSES concernant les contrôles techniques quinquennaux à réaliser dans les installations d ascenseurs 31 Janvier 2014 Page 1/30 Objectif du fascicule Ce fascicule a pour but de présenter une

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014 Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Sommaire Domaine Sécurité et sanitaire Mise en sécurité des

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Copropriété & accessibilité

Copropriété & accessibilité Note technique Copropriété & accessibilité Résumé de la législation relative aux travaux d accessibilité des BHC (Bâtiments d Habitation Collectifs) existants Les copropriétés relèvent de la réglementation

Plus en détail

Ascenseurs - Escaliers mécaniques

Ascenseurs - Escaliers mécaniques Ascenseurs - Escaliers mécaniques Voici les normes publiées qui concernent les et escaliers mécaniques. Pour connaître le prix, la disponibilité et commander et télécharger le ou les documents, connectez-vous

Plus en détail

Présenté par. Carl Tremblay, ing.

Présenté par. Carl Tremblay, ing. Présenté par Carl Tremblay, ing. Familiariser les participants avec la réglementation québécoise. Familiariser les participants avec la notion de modification et de modernisation des appareils de transport

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Contrôle Technique Réglementaire - Appareil non soumis au marquage CE

Contrôle Technique Réglementaire - Appareil non soumis au marquage CE Page 1 sur 23 Contrôle Technique Réglementaire - Appareil non soumis au marquage CE selon l article R125-2-4 du Code de la Construction et de l Habitation Référence dossier DCQ121CTQ000004377 Nom du client

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Questions-réponses sur la mise en sécurité des ascenseurs existants

Questions-réponses sur la mise en sécurité des ascenseurs existants direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction les outils Questions-réponses sur la mise en sécurité des ascenseurs existants Décembre 2004 Questions-réponses sur la mise en sécurité

Plus en détail

OTIS. Mod. La modernisation réinventée. Plus de sécurité Plus de fiabilité Plus de confort. Et plus d attention à l environnement.

OTIS. Mod. La modernisation réinventée. Plus de sécurité Plus de fiabilité Plus de confort. Et plus d attention à l environnement. OTIS Mod La modernisation réinventée Plus de sécurité Plus de fiabilité Plus de confort Et plus d attention à l environnement. GeN2 Mod, un concept novateur. ➍ CÂBLE TRADITIONNEL EN ACIER ➌ ➋ ➌ ➌ POULIE

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices ENTREPRENEURS CONSEIL MBS Etude ROI Navision Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices * Vers une rationalisation du choix d ERP et une tangibilisation de ses bénéfices

Plus en détail

Avis n 96-A-14 du 19 novembre 1996 relatif au projet de prise de contrôle de la société Ascenseurs SOULIER par la société OTIS

Avis n 96-A-14 du 19 novembre 1996 relatif au projet de prise de contrôle de la société Ascenseurs SOULIER par la société OTIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 96-A-14 du 19 novembre 1996 relatif au projet de prise de contrôle de la société Ascenseurs SOULIER par la société OTIS Le Conseil de la concurrence (section III), Vu la lettre

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Compte rendu 1 préparation ascenseur plan de prévention pour le chantier AFEM

Compte rendu 1 préparation ascenseur plan de prévention pour le chantier AFEM Créteil le 24 Novembre 2009 CONSEIL SYNDICAL Blog : Résidence Laferrière Compte rendu 1 préparation ascenseur plan de prévention pour le chantier Etaient présents le 20/11/2009 à 10h30 à 12h15 : : Mr.

Plus en détail

LES ASCENSEURS DIV 1. GmFOR. GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 5

LES ASCENSEURS DIV 1. GmFOR. GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 5 LES ASCENSEURS DIV 1 GmFOR GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 5 BUT : LES ASCENSEURS A l issue de la séquence vous pourrez définir les types d ascenseurs ainsi que la conduite à tenir

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers Ingo Fender (+41 61) 280 9458 ingo.fender@bis.org Michael S. Gibson (+1 202) 452 2495 michael.s.gibson@frb.gov Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements

Plus en détail

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Le 13 octobre 2014 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse 75082 Paris cedex 02 Tél. : 01 53

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Mobile Monte-voiture. Mobilité verticale.

Mobile Monte-voiture. Mobilité verticale. Monte-voiture Mobilité verticale. Fabriqué en Suisse La gamme d ascenseurs Mobile garantit une mobilité en direction verticale, tout en offrant tous les avantages attendus d un monte-voitures. Les monte-voitures

Plus en détail

FRANCE ÉLÉVATEURS. Ascenseur privatif. Symphonie. / Monte-escalier / Bistro Romain, / Ascenseurs privatifs / Kenzo,

FRANCE ÉLÉVATEURS. Ascenseur privatif. Symphonie. / Monte-escalier / Bistro Romain, / Ascenseurs privatifs / Kenzo, Otis, Schindler, Koné, Boulangeries Paul, Mie Câline, Kronenbourg, Quiksilver / Monte-escalier / Bistro Romain, Pain Quotidien, Marionnaud Parfumerie, Mac Donald s, Etam, Pizza Pino, / Ascenseurs privatifs

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

OTIS. Cargo l ascenseur de charge

OTIS. Cargo l ascenseur de charge OTIS Cargo l ascenseur de charge L ASCENSEUR DE CHARGE CARGO CONÇU POUR DURER Cargo est parfaitement adapté au transport vertical de tous les types de charge dans tous les domaines : Industries, entrepôts

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002 Paris, le 17 octobre 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les futurs clients éligibles 25 septembre 2002 *** I La fourniture d électricité... 2 Les clients éligibles peuvent-ils acheter leur électricité

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

LA LOI DE MOBILISATION POUR LE LOGEMENT ET LA LUTTE CONTRE L EXCLUSION

LA LOI DE MOBILISATION POUR LE LOGEMENT ET LA LUTTE CONTRE L EXCLUSION INC document ÉTUDE JURIDIQUE LA LOI DE MOBILISATION POUR LE LOGEMENT ET LA LUTTE CONTRE L EXCLUSION PREMIÈRE PARTIE : CE QUI CHANGE DANS LES COPROPRIÉTÉS La loi n o 2009-323 du 25 mars 2009 de mobilisation

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE Le 31 janvier 2013, le conseil d administration de l Ordre a adopté la norme 20.1 afin de refléter les travaux du ministère des Affaires

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Provisions - Dotation pour dépenses accidentelles destinée à faire face à des calamités et pour dépenses imprévisibles - Dotation pour mesures

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

CONTRAT D ENTRETIEN DES ASCENSEURS DU SITE DE NANTES. N de marché. Les clauses ci après définissent les conditions d application du présent contrat.

CONTRAT D ENTRETIEN DES ASCENSEURS DU SITE DE NANTES. N de marché. Les clauses ci après définissent les conditions d application du présent contrat. INRA Centre de Recherche Angers Nantes SERVICES DECONCENTRES D APPUI A LA RECHERCHE Service des Marchés Site de Nantes Rue de la Géraudière BP 71627 44316 NANTES CEDE 3 Tél: 02.40.67.50.00 CONTRAT D ENTRETIEN

Plus en détail

I- Quel est le but du contrôle «quinquennal» (contrôle obligatoire tous les cinq ans)?

I- Quel est le but du contrôle «quinquennal» (contrôle obligatoire tous les cinq ans)? ARC/ HTTP://WWW.UNARC.ASSO.FR/ DOSSIER DU MOIS DE DECEMBRE 2008 Le contrôle quinquennal obligatoire des ascenseurs Le contrôle quinquennal des ascenseurs a été institué par l article 79 de la loi du 2

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014

L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014 L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014 SOMMAIRE Comportement de l immobilier belge Qui sommes-nous? Structure et méthodologie L investissement immobilier en

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Accessibilité ERP Guide des obligations liées à l accessibilité des personnes handicapées dans les bâtiments ERP existants.*

Accessibilité ERP Guide des obligations liées à l accessibilité des personnes handicapées dans les bâtiments ERP existants.* Accessibilité ERP Guide des obligations liées à l accessibilité des personnes handicapées dans les bâtiments ERP existants.* *Application de l arrêté du 21 mars 2007, de l arrêté du 1er août 2006 et de

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1502013D Intitulé du texte : décret relatif à la liste limitative des prestations particulières et au contrat type de syndic prévus à l article 18-1

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 QUESTION NIVEAU 1: FACTURE... 4

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Prospectus Crédit d investissement hypothécaire

Prospectus Crédit d investissement hypothécaire Prospectus Crédit d investissement hypothécaire ÉDITION N 1 D APPLICATION A PARTIR DU 18 AOUT 2015 Elantis, votre spécialiste du crédit hypothécaire Quels sont les buts admis? Les crédits hypothécaires

Plus en détail

Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPE-PME

Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPE-PME Protéger son entreprise avec les solutions Cisco de vidéosurveillance pour les TPEPME Assurer la sécurité physique de l entreprise Vols, vandalisme, dégradations, atteinte à l intégrité des employés, sinistres

Plus en détail

OTIS PACKS SÉCURITÉ FIABILITÉ CONFORT

OTIS PACKS SÉCURITÉ FIABILITÉ CONFORT OTIS PACKS SÉCURITÉ FIABILITÉ CONFORT Votre ascenseur présente-t-il les premiers signes d usure? La vétusté visible et invisible de votre ascenseur Nul n ignore les usures typiques des vieux ascenseurs.

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Eléments utilisés: Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Notice explicative sur la ventilation de la facture EDF annuelle entre les différents postes de consommation à répartir

Plus en détail

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES ET DES PROPRIETAIRES Association Villeurbannaise pour le Droit au Logement 277, rue du 4 août 69 100 Villeurbanne Téléphone : 04 72 65 35 90 Télécopie : 04 78 85 40 53 avdl.asso@wanadoo.fr

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

Sécurité des ascenseurs

Sécurité des ascenseurs SERVICE PUBLIC FEDERAL ECONOMIE, P.M.E., CLASSES MOYENNES & ENERGIE QUALITE ET SECURITE Division Sécurité Service Sécurité des Produits Sécurité des ascenseurs Version 27/01/06 Références : Arrêté royal

Plus en détail

L'Ascenseur : une longue histoire

L'Ascenseur : une longue histoire L'Ascenseur : une longue histoire De la manutention au transport des personnes. Depuis la plus haute antiquité, les hommes ont cherché un moyen mécanique leur permettant de réduire considérablement les

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail